L’ère des robots arrive, et non, vous ne manquerez pas de travail

On le lit, de moins en moins discrètement : la révolution robotique a commencé. Et alors même que seules ses prémices sont pour le moment en place, comme pour toutes les révolutions, certains se réjouissent de ce qui arrive pendant que bien plus nombreux sont les autres qui redoutent ce que les prochaines années leur réservent.

Il faut dire que, sur le papier, cette « révolution robotique », ou « robolution » comme on le lit parfois, promet le meilleur et le pire dans un mélange forcément détonant. Pour le meilleur, il est facile à lister : les robots, capables d’une plus grande autonomie et d’une meilleure compréhension du monde qui les entoure, des interactions avec les humains qui les auront conçus et du contexte dans lequel ils doivent s’inscrire, résoudront des problèmes tous les jours plus complexes et permettront à un nombre croissant d’individus de s’affranchir des limites que la vie leur impose, que ce soit par handicap, par vieillissement, ou simplement, parce que ce sera possible.

Il est facile d’imaginer que l’arrivée de robots toujours plus autonomes permettra de donner ou redonner plus de liberté aux personnes qui en manquent cruellement. Que ce soit l’extraordinaire bénéfice de plus grandes plages de temps libre en voiture (pour lire, travailler ou simplement dormir), que ce soit au travers d’une autonomie personnelle retrouvée pour ceux qui ne pouvaient pas, jusqu’à présent, se déplacer librement, que ce soit dans la myriade de tâches quotidiennes ardues, musculaires ou bêtement répétitives qui pourront progressivement être déléguées à des robots, on comprend très bien ce que l’arrivée massive de robots dans notre vie quotidienne peut apporter comme confort. Ici, on raisonne en fait par simple extension de la révolution industrielle qui a déjà eu lieu, et qui a affranchi l’homme des travaux les plus pénibles : ce qu’on a vu pour les champs ou pour les chaînes de montage, on comprend rapidement que la « robolution » peut l’apporter pour toutes les tâches quotidiennes.

Cette évolution est déjà en marche et concernera ces tâches fastidieuses que les humains ne peuvent pas faire mais qui sont simples pour des machines, ainsi que toutes ces tâches qu’un humain continue de faire actuellement tant que le coût d’un robot est supérieur à son emploi.

innovation

Cependant, ces réjouissantes pensées sont, assez rapidement, assombries de celles, parfaitement logiques, relatives aux emplois correspondants à ces tâches dont les robots vont se charger. En substance, puisque tous ces emplois seront remplacés par des robots, on doit s’attendre à ce que cette « robolution » se transforme rapidement en explosion du chômage de masse, en particulier dans les pays qui se seront totalement investis dans la robotisation complète de leur société.

Je pourrais, ici, rassurer un peu le lecteur attentif (et bien marri de sentir une page se tourner) en notant que tout ne va pas se passer d’un coup. De la même façon que la révolution industrielle a progressivement retiré les individus des campagnes pour les déplacer en ville et y créer plus d’emplois qu’il n’y en avait jamais eu dans ces campagnes maintenant dépeuplées, de la même façon cette « robolution » va aussi déplacer l’emploi d’une strate économique vers une autre. L’humain cherchant d’abord le contact d’autres humains, on peut raisonnablement s’attendre à un déplacement et un accroissement des emplois de service et des postes qui nécessiteront de former une interface humaine pour d’autres humains.

Mais, on le comprend, cette réponse n’est que partielle. Si, sur le court terme, cette tendance, déjà engagée, permettra de créer de nombreux emplois là où d’autres disparaîtront, remplacés par les robots, sur le long terme en revanche, on comprend bien que même ces interfaces humaines pourront être progressivement émulées par des machines (standards téléphoniques, points de ventes divers et variés, etc…). On estime ainsi que d’ici à la fin de ce siècle, et, plus probablement avant même les années 2050, 70% des occupations actuelles seront remplacées par des mécanismes plus ou moins autonomes.

robot intelligence artificielle et point gEn fait, même les jobs qui font le plus appel aux spécificités humaines seront, un jour, remplacés ou au moins remplaçables par des algorithmes, des automates de plus en plus intelligents. Et ceci arrivera bien plus vite qu’on ne le pense, notamment parce qu’on attend encore de la part de ces nouvelles intelligences qu’elles se comportent comme notre seul point de référence, nous-même (ce qui revient en gros à vouloir voler en mimant autant que possible le battement des ailes d’un oiseau). En pratique, on voit déjà se développer des robots dont l’interface permet d’interagir avec les humains pour s’adapter à eux ; l’exemple qui vient le plus vite en tête est celui de Baxter dont la programmation se fait par l’exemple.

Et les prédictions que font les chercheurs les plus en pointe dans l’intelligence artificielle, les nanotechnologies et la robotique dressent un tableau à la fois intéressant et sans grande ambiguïté sur ce qui va arriver : dans les années 2020, outre des voitures autonomes, on peut ainsi s’attendre à ce que de nombreuses maladies disparaissent complètement par l’usage de nano-robots médicaux ; à la fin des années 30, il est assez probable qu’on soit en mesure de s’interfacer complètement avec des ordinateurs, et de disposer d’une réalité virtuelle indistinguable de la réalité. Tout indique que, loi de Moore aidant, d’ici 2045, les intelligences non-biologiques auront une capacité de calcul et d’abstraction au moins un million de fois supérieure à l’intelligence biologique.

Sapristi ! À cette aune, même les emplois les plus spécifiquement humains seront touchés, et dans quelques dizaines d’années tout au plus ! En fait, les intelligences artificielles et les robots seront tellement meilleurs et moins chers que les humains pour tout que l’économie humaine et l’humanité telle qu’on la connaît va disparaître ! Catastrophe !

Eh bien non, pour deux raisons.

artificial intelligence natural stupidityD’une part, comme le souligne à raison Faré dans un copieux article, cet argument est logiquement faux : on ne peut pas avoir en même temps des robots meilleurs en tout, et de l’autre, une relation (commerciale, affective, psychologique, que sais-je) humaine dont la valeur serait supérieure à celle offerte par ces robots, et qui ne les rendrait donc, de fait, pas meilleurs en tout.

D’autre part, l’augmentation rapide des capacités des ordinateurs et des robots aura inévitablement un impact sur nous-mêmes. Petit-à-petit mais de plus en plus rapidement, les humains choisiront d’incorporer, directement en eux-mêmes, les évolutions techniques et technologiques que cette révolution apportera. Cela a déjà commencé, doucement : on ne compte plus les prothèses qu’un humain peut avoir, et les expériences se multiplient où l’on remplace des parties du corps humain par des équipements de plus en plus sophistiqués.

Alors oui, l’énorme majorité des jobs que nous connaissons maintenant ne sera probablement plus là dans 30 ou 40 ans. Mais cela ne signifie pas que nous serons tous pauvres et au chômage, au contraire. Et si nous ne voyons pas tous déjà les bénéfices de cette révolution en marche, peut-être devons-nous en chercher la cause dans les puissants freins que nous avons tous mis en place dans l’organisation même de notre société, et que Fred Wauters, dans un récent billet que je vous invite à lire ici, liste fort bien.

Oui, selon toute probabilité, votre job sera pris, un jour, par un robot. Mais non, cela ne signera pas l’arrêt de mort de l’humanité, ni même la pauvreté et la misère pour tous. Au contraire et vous y trouverez plus que votre compte.

J'accepte les Bitcoins !

1M7DqqEN7KmJs62JitfEZ7wz7zUETWdjng

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires277

  1. Le Gnôme

    Tout ce que je lisais dans les années 60 dans les bouquins de science-fiction et que je pensais à l’époque comme hautement farfelu n’est plus farfelu du tout.

    Les lois de la robotique d’Asimov seront elles dépassées ?

    1. Pat

      Les robots sont parmi nous depuis longtemps et restent des machines. Ma montre par exemple est une forme de robot, qui donne l’heure bien mieux que je pourrais jamais le faire, et n’en n’est pas moins qu’un bête objet. Même si les nouvelles fonctions des ordinateurs n’ont pas été programmées pas à pas, mais résultent d’analyses algorithmiques, comme par exemple la reconnaissance des images, ou des tumeurs, l’ordinateur n’en est pas devenu médecin pour cela.
      L’outil produit est simplement plus sophistiqué, mais reste un outil. La machine qui pense n’est pas pour demain, même si la machine qui a l’air de penser est proche. Vous pouvez ranger Asimov dans votre bibliothèque.

      1. Deres

        L’automatisation est déjà parmi nous sans que l’on s’en rende vraiment compte. Penser à tous ces distributeurs automatiques dans le métro ou aux photomatons. Aux répondeurs qui ont remplacés des assistantes et qui ont eux même été en partie remplacés par des mails et des agendas électroniques. Aux machines à laver la vaisselle et le linge, aux tapis roulants de certains restaurants japonais qui remplacent des serveurs …

        Le truc est que souvent les robots/automatismes ne remplacent pas les activités humaines totalement. Elles remplissent souvent une fonction légèrement différente pour tenir compte de leurs propres limites. Une voiture automatique par exemple ne remplacera peut être pas le conducteur complètement mais seulement dans des environnement maîtrisé en l’aidant le reste du temps.

    2. Deres

      Asimov faisait appel à des « cerveaux positroniques » pour ses robots, une sorte de « deus ex machina » pour expliquer leur intelligence. La technologie actuelle n’est que al continuation en plus puissante des technologies précédentes. Je ne vois pas comment on pourra implanter l’équivalent des 3 lois en durs dans des robots intelligents. Un robot « intelligent » aura probablement la liberté de penser qui va avec. Une voiture ou un train automatique fait tout pour ne pas vous tuer ou vous nuire sana voir besoin d’en avoir conscience.

    1. orion

      bonsoir,

      c’est déjà le cas indirectement selon Jancovici , 99 % de la richesse produite (taille du gateau ) est due aux esclaves energétiques . Les hommes pour la plupart ne sont plus que des opérateurs sur des machines .

          1. Remarque déjà faite et déjà répondue. On va pouvoir améliorer tout, y compris les organes, mais accroître l’intelligence, non ? C’pa’possib ?

              1. gameover

                L’intelligence c’est un problème de connexions (comme Bonsaï avec son internet) donc de synapses et non de neurones.

                C’est comme avoir tous les ingrédients d’une recette, ça n’en fait pas un plat 5 étoiles.

                Certaines protéïnes arriveraient à activer plus de connexions. J’avais mis un lien plus bas.

                1. zelectron

                  Quel dommage que vous n’ayez pas parlé de dendrites et d’axones en sus. Les synapses sont des relais plus ou moins complexes rassemblés dans un neurone, classables en 2 grandes familles . . . on continue ?
                  A force de simplifier pour être compréhensible en utilisant des mots pour monsieur-tout-le-monde et sans chichis, on en arrive à se faire corriger par des « pointilleux leçonneux »
                  Pourrait-on faire observer à icelui qu’il s’agit de prospective avec les erreurs et imperfections inéluctables dans ce genre de considérations.
                  Méfiez vous de la tartine et de la confiture.
                  https://fr.wikipedia.org/wiki/Neurone#Les_synapses

    1. bibi

      Premièrement j’espère que le robot n’a pas de défaut d’étanchéité.
      Deuxièmement une question me turlupine des deux qui est l’intelligence artificielle?

  2. vegeta

    Et l’ Etat créera un nouveau code du travail pour les robots, une pluie de taxes, un nombre limités d’heures de travail par mois et un ratio d’humains dans une entreprise ( cela existe déjà pour les minorités)

    Ou peut être que la population française sera hostile et détruira des robots, des ordinateurs, et les nouveaux « diables » ne seront plus les riches mais les ingénieurs, informaticiens, chercheurs etc…

    1. sam00

      Je n’arrive pas à retrouver les articles de presse où la CGT et le PCF proposaient de faire payer des charges sociales aux caisses automatiques des hypermarchés, de la SNCF, etc … et par extension inventer une nouvelle législation pour que tous les robots payent leur cote-part au système social fraônçais que le monde entier nous envie

      J’ai tout de même retrouvé ça (attention, c’est du lourd) :
      http://ecrans.liberation.fr/ecrans/1998/05/22/l-homme-qui-voulait-taxer-les-robots_236981

      «Je ne suis pas contre le progrès, bien au contraire. La carte à puce du médecin, c’est formidable, c’est pratique. Mon problème est seulement: que vont devenir toutes les femmes qui saisissaient les feuilles de Sécu? La Sécu va économiser de l’argent, les Assedic vont payer et les gens seront désespérés. C’est anormal, on met les gens en situation de ne plus savoir quoi faire.»

      Voilà Voilà …

        1. vegeta

          ils( l’Etat et ses parasites) vont doucement argumenter pour des lois et des taxes contre l’informatiques et la robotisations.

        2. LOG

          Je ne pensais pas que ce soit possible de la part d’un sénateur :

          http://www.senat.fr/leg/ppl11-138.html

          Merci d’avoir soulevé ce point, cette « rumeur » sur la notion de taxer les robots. Ca m’a permis de découvrir ce projet de loi, et de me rendre compte que quelqu’un a pu pondre ce truc. C’est la démonstration finale et sans appel à mes yeux de la stupidité crasse des français et de leurs élus. Le fait que quelqu’un puisse oser proposer une loi de ce genre sans supposer qu’il se tirerait une balle dans le pied démontre parfaitement que les français sont totalement abrutis.

    2. Deres

      Vous noircissez le tableau. Il seront seulement interdit pendant une vingtaine d’année au nom du principe de précaution, le temps que le reste du monde embrasse massivement cette nouvelle technologie. Ensuite, quand on sera bien certain d’avoir raté cette révolution technologique, on achètera à l’étranger cette nouvelle technologie quand elle sera devenu mainstream.

  3. Bonsaï

    Très bon dimanche à vous, maître H16 !

    Quant à présenter les robots d’un proche futur comme « capables d’une plus grande autonomie et d’une plus grande compréhension du monde qui les entoure… », cela se discute.
    Si on peut facilement admettre qu’ils ont déjà une capacité de calcul largement supérieure à l’humain, en revanche vouloir mettre leur faculté d’abstraction en exergue me paraît être un non-sens. En effet, robots et ordinateurs sont des créations (créatures ?) humaines qui ont pour environnement et pour réalité celle que leurs créateurs leur ont imposée. Cela signifie (avec tout le relativisme philosophique qui s’impose ici) que l’être humain est « dehors », libre de parcourir sa réalité. Alors que le robot, sa créature, est « dedans », c’est-à-dire enfermé dans la réalité telle que conçue par l’humain.

    1. Je crois que vous avez 30 ans de retard. Le domaine de l’intelligence artificielle, des systèmes répartis et des réseaux a pas mal évolué ces dernières années.

      Plus aucun humain n’est capable de prédire pourquoi et comment certains algorithmes arrivent aux conclusions (exactes et efficaces) qu’ils tirent (chez Google par exemple). En outre, cela fait plusieurs générations informatiques que ce sont des programmes qui construisent des programmes, et qu’ils sont plus inventifs et plus complexes que ce qu’un humain aurait pu concevoir, et de loin. Non seulement, ces créations ne sont pas enfermées par la réalité telle que conçue par un humain, mais en plus en développent-ils une autre que nous avons de plus en plus de mal à comprendre nous mêmes.

      1. Bonsaï

        Ok, mais ça c’est de la SF. Etant moi-même et depuis longtemps grande amatrice de science-fiction, je connais tous ces scenarii sur le bout des doigts, si j’ose dire.
        Pour l’instant, du chaos matriciel actuel bien malin qui pourrait prédire les versions gagnantes.

          1. Aristarque

            (Pstt : petit rappel -soyez indulgent- elle est de la Suisse, contrariée dans son développement qui plus est…) 😉

              1. Aristarque

                Je rappelais juste à notre hôte de vous ménager quelque peu compte tenu de vos handicaps de taille, de genre et d’ origine… Mon rôle de Bon Samaritain est trop incompris! Méchante, méchante, méchante… 😥 😥 😥

                1. Quiet Desperation

                  Pour Bonsaï, mon cher Harry, le concept de « méchanceté » est vide de sens.
                  Par pure bonté d’âme, je lui donne du « Lady B », car on ne se méfie jamais assez : il semble que la flatterie subtile me soit un palladium suffisant, car je n’ai jamais encore été agressé, au contraire…

                  Mais il te faut comprendre une chose, Harry : c’est que Barbara est une Stepford wife.

                  Verstanden ?

                  1. Aristarque

                    Question docilité, il y a des faux contacts dans les connexions qui ne sont rien à côté des bugs dans le sous-programme dédié. Je serais toi, je l’ enfermerais dans le garage avant de prendre la poudre d’ escampette, Werther… Je me demande si l’ imitation du cri de la pomme d’or qui a perdu son pommier suffira à l’ y attirer en douceur… Quoiqu’ une production helvète devrait être bien programmée quant à la détection de l’ or, question de nature…

        1. paf

          on appelle ca des automatismes proceduraux.Ils sont utilises extensivement en image de synthese, pour reproduire des effets de la nature et aussi faire faire a l’ordi des taches repetitives et fastidieuses, de complexite abordable (qui necessite de l’intelligence mais pas de feeling/talent ) comme les depliements d’UVs et les alterations de surface.
          On les utilise aussi en electronique pour creer des circuits ( plutot que de les penser un composant apres l’autre)

        2. Autre exemple que vous utilisez tous les jours : google. L’algo de base fut écrit par des humains, mais c’était il y a plus de dix ans. Maintenant, le résultat d’une recherche est obtenu suivant une heuristique des les humains ne sont pas toujours capables d’expliquer.

          Les programmes de reconnaissance de forme font maintenant aussi bien ou mieux que les humains (un test normalisé a été battu il y a quelques semaines de cela) et il n’y a pas eu de programmation directe de l’algo.

          Etc…

        3. David

          Des programmes qui construisent des programmes, on en a des exemples à la pelle en informatique de production :

          – les logiciels qui génèrent des scénarios de tests, et le code qui va avec, et qui exécutent ces scénarios ; ce qui prenait des jours ou semaines d’un travail fastidieux à un programmeur, prend maintenant quelques minutes ;

          – les ateliers de génie logiciel qui produisent le code [presque] complet d’une application de gestion à partir d’une spécification faite dans une interface graphique ;

          – etc.

          1. gameover

            Un des premiers exemples est la requête SQL dans des logiciels basiques tels que Access : tu dis le genre d’infos que tu veux avec un exemple et il te construit la requête.

              1. gameover

                Euh… ça permet juste à un simple gars du magasin de créer sa propre requête sans que tu sois obligé de lui donner une formation SQL ni à lui apprendre comment fonctionne un SGBD.

                Merci d’être venu.

      2. Pat

        Pour une fois, Monsieur Seize, je crois que vous êtes complètement à côté de la plaque. Ce n’est pas parce qu’un algorithme va sortir des résultats inattendus, ou surprenants, ou impressionants, que la machine qui exécute cette algorithme est devenue soudainement supérieure à vous.
        Il est probable qu’on puisse actuellement faire voler un drône en mode totalement autonome. Même si le drône va faire le tour de la Tour Eiffel, je vous défie de démontrer que le drône a décidé de faire du tourisme.

        1. Mais qui vous parle de supériorité, et surtout, actuellement ?

          En fait, vous avez bâti une idée de ce que je dis, et vous vous employez ensuite à en donner votre propre interprétation. Manque de pot, ce n’est pas la bonne. Question paraplaquisme, on est donc au moins deux.

          1. Pat

            Paraplaquisme ? Moi pas comprendre ce mot…

            Quand je parle de « supériorité », c’est en réponse à ce que vous écrivez sur les algorithmes Google qui donnent des résultats non prévus et/ou non expliqués par leurs créateurs, ce qui, implicement je le reconnais, confèrerait à la machine une supériorité sur ses créateurs.
            Quant à mon idée sur ce que vous dites, elle vient, non pas de votre article, mais de la lecture de vos réponses aux commentaires.

            1. « confèrerait à la machine une supériorité sur ses créateurs. »
              Non, simplement qu’ils sont trop complexes, point. Un humain actuellement est incapable de créer un cœur de processeur (trop complexe). C’est un autre ordinateur qui le fait. Ca ne confère aucune supériorité au processeur.

      3. Deres

        Les robots qui construisent des programmes, vous vous avancez un peu … On génère automatiquement des niveaux de jeux vidéos ou des mondes virtuels et c’est déjà une révolution. Mais derrière cela se cache un programme intelligent toujours écrit par des humains. Il y a des générateurs de code, mais uniquement sur des instructions précises de programmeurs humains. Et tout ce qui est réseau de neurones et apprentissage par l’expérience pose problème car on n’a aucune garantie de généralisation. Donc c’est interdit pour les systèmes dangereux car il n’y a aucune garantie que les cas non appris et non prévu fonctionne correctement.

  4. ironbooboo

    @ H16 :

    Vous tombez, je trouve, dans la futurologie.
    Si les gens ne craignaient que pour leurs emplois, on pourrait voir ces technologies émerger rapidement selon votre prédiction. Mais comme en plus ils ont peur de perdre l’ascendant sur les machines, qu’ils ont peur que la pauvreté en gène l’accès voir même d’y perdre leur humanité, il est probable de voir se multiplier les mouvements régressionistes qui freineront des 4 fers. Donc comme d’habitude ça ce fera, mais pas avant d’avoir graissé suffisamment de pattes politiques. On peut rajouter 20 ans sur tous les délais.

    1. Non. Beaucoup ne comprennent pas que ce qui se passe a déjà été prédit, avec une très bonne précision, il y a 20, 30 et 40 ans. On n’écoutait pas les farfelus qui faisaient ces prévisions alors. Maintenant, les gens sont obligés, devant leur track record, d’en tenir compte. Et c’est d’autant plus vrai que les politiciens sont de plus en plus en retard sur les innovations. Un exemple, parmi des milliers d’autres : über.

      1. ironbooboo

        Quelques contre-exemples : OGM, ondes en tout genre, puces sous-cutanées, cellules souches, nucléaire, clonage etc … autant de bons sujets pour créer des polémiques sans fins.
        De plus, pour finir de rassurer les populations, beaucoup des technologies en question ont des applications militaires (pour ne pas dire toutes en fait). Voir par exemple ce qui peut se faire chez Lockheed Martin (impressionnant !).

        Que ces technologies soient au point d’ici peu je vous l’accorde. Qu’elles soient disponible pour le grand publique c’est une autre histoire. Un peu comme l’impression 3d, ça ne durera pas, tôt ou tard ce sera interdit. C’est l’indépendance au bout du tunnel, et ça, ça ne passera jamais.

        Pour l’augmentation humaine on peut facilement s’imaginer d’ici les troupeaux de zadistes et autres emmerdeurs bio-compatibles, refusant de se faire augmenter mais refusant aussi de rester l’arrière garde de l’humanité. Un peu, pour reprendre mon premier exemple, de la façon dont ils entendent nous priver d’OGM parce qu’ils ne souhaitent pas en consommer.

        Alors je pense le progrès inexorable, ça ce fera bien sûr, mais on trouvera tout un tas de lobbys, qui, refusant de se mettre à jour, refusant de changer de business plan, refusant d’abandonner un monopole ou autres rentes de situation, feront tout ce qu’ils peuvent pour empêcher ces technologies de se répandre.

        1. Black Mamba

          En France les lobbys « feront tout ce qu’ils peuvent pour empêcher ces technologies de se répandre. »
          Peut-être bien, heureusement, la France n’est pas le centre du monde …le Japon sont très en avance sur nous et ils ne sont pas prêt de s’arrêter en si bon chemin.

              1. Aristarque

                1) Est-ce de l’ ignareté ou de la provocation, genre petit coup de patte du chat pour jouer ? 😉
                2) Ton homonyme désigne ce qu’ accorde un créancier à un débiteur.
                3) Je parle de l’état mental ou physique, de la condition d’ accepter une modification de cet état à brève échéance.
                4) Si cette ambigüité te surcharge les circuits émotionnels, demandons à BM de remplacer prêts par désireux ou enclins ou volontaires ou dans l’ optique ou dans l’ idée….

        2. Bonsaï

          Ceux qui se rêvent déjà en « homme augmenté » artificiellement sont souvent ceux qui ne savent même pas développer leurs propres facultés et ressources intérieures.
          Qui dit innovation technologique ne dit pas forcément progrès pour l’homme et son environnement. On ne compte plus les inventions de charlatans du 20ème siècle qui ont été bannies après avoir semé la mort et la désolation.

          1. Black Mamba

            Je rêve…
            Pourquoi priver un homme handicapé par un accident , jambe amputée, de retrouver son indépendance , son intégrité d’homme… Le regard de notre société compte pour certains eux , les ressources intérieures sont là et elles s’expriment par l’adaptation … Le progrès

          2. bibi

            L’homme a toujours cherché à palier les défauts de sa condition humaine grâce à son génie.

            Je présume que vous n’avez aucune dent artificielle et que quand tous vos chicots seront moisis vous mangerez avec une paille histoire de développer votre facultés de sussion, mais je pense que quand ce jour arrivera ou avant vous irez voir un dentiste pour vous faire poser des fausses dents et augmenter artificiellement votre capacité de mastication.
            Je présume que quand vous aurez usé vos hanches vous refuserez d’augmenter artificiellement votre capacité à vous déplacer à pieds et opterait pour la chaise roulante plutôt que pour les prothèses.

            Nous sommes déjà des hommes augmentés et tout ce que fera la révolution qui s’en vient c’est permettre aux plus grands nombres de palier encore mieux à la déchéance du corps humains que provoque l’usure du temps, et aussi augmenté les capacités de êtres humains comme le font aujourd’hui beaucoup de machine qui sont externes à notre corps.

            1. Bonsaï

              Toujours cette fumeuse tendance à mélanger la chèvre et le chou. Comment voulez-vous discuter sérieusement dans ces conditions.
              On était parti sur l’idée de créatures robotiques qui deviendraient indépendantes de l’homme et pourraient, par exemple, se positionner en concurrence avec lui…
              Là il ne s’agit plus du dentier implanté, du cœur artificiel ou de prothèses à la Pistorius, dont presque tout le monde peut certainement admettre l’utilité et le bien-fondé.

              1. Black Mamba

                « Là il ne s’agit plus du dentier implanté, du cœur artificiel ou de prothèses à la Pistorius, dont presque tout le monde peut certainement admettre l’utilité et le bien-fondé. »
                Chaque nouvelle avancée technique, il y a toujours eu des réfractaires, le bien fondé se voit dans le temps car au fur et à mesure, on trouve son utilité… Les premiers hommes qui ont dépecé les cadavres humains pour étudier l’intérieur, les viscères, ont été mis à part de la société… Des années plus tard, on leur a donné raison … L’inconnu fait toujours peur .

                1. Bonsaï

                  Bien entendu mes propos ne visaient pas les avancées technologiques visant à améliorer la vie quotidienne, mais plutôt certains programmes idéologiques qui visent au remplacement de l’homme lui-même par une créature transhumaine, dont on aurait écrit l’ADN en laboratoire.
                  Certains y pensent très sérieusement et investissent gros dans ce projet : il existe même une Association transhumaniste mondiale et une Université de la Singularité (codirigée par Larry Page, de Google).
                  Comme on le voit, ça promet des lendemains qui swinguent …

                2. Pheldge

                  Puisque tu parles de prothèses , et autres accessoires , j’avais une question à toi posée sur le sujet précédent.
                  En cette journée bénie , puis-je espérer une réponse ? 😉 🙂

                    1. Pheldge

                      Oooops, j’ai lu la réponse dans le sujet d’hier, je ne l’avais pas vue! c’était une question importante , suite à ton récit de l’expédition de ton homme pour aller te chercherun Dieu, enfin un … God 😉 🙂 .

                      C’est pas que la robotique ne me passionne pas, mais il y avait là une question essentielle , permettant de connaître un peu mieux la Mata Hari du blog 🙂 🙂

                    2. Pheldge

                      Et au passage , toi et ta copine la Suisseuse , profitez bien de mon avatar de beau ténébreux : à minuit c’est fini la journée de la femme, les affaires reprennent ! 🙂

                3. Il y a un autre phénomène, en plus.

                  Au début de l’IA, on disait : « quand un ordinateur sera capable de battre un humain au morpion, on en reparlera ». Et puis, un ordinateur a été capable (pas trop dur). Mais ce ne fut pas suffisant. Puis on se dit qu’il faudrait au moins que l’ordinateur soit capable de démontrer des théorèmes mathématiques. Ce fut fait. Mais ce ne fut pas suffisant. On lui demanda de battre un humain aux échecs. Mais ce ne fut pas suffisant. On lui demanda de conduire une voiture seul. Mais ce ne fut pas suffisant. On lui demanda de reconnaître des objets au hasard, ce qu’il fit. Mais ce ne fut pas suffisant. On lui demanda d’apprendre à utiliser des outils en regardant des vidéos youtube. Il le fit, mais ce ne fut pas suffisant.

                  Etc…

                  Bon, le problème, c’est qu’un beau matin, il fera tout ce qu’un humain fait, et mieux. Mais on trouvera toujours des gens pour dire : « ah mais non, ce n’est pas suffisant ».

                  1. Philippe Fabry

                    Il y a des ordinateurs capables de démontrer des théorèmes mathématiques ? Intéressant.

                    En tout cas, l’ordinateur ne me bat toujours pas à Starcraft II. C’est même lassant de jouer contre lui.

                    1. robert

                      Est-il possible d’avoir quelques exemples de théorèmes démontrés par un ordinateur sans que les théorèmes soient placés au préalable dans un programme.
                      Si c’est possible j’aimerai bien savoir si p = np.

                    2. Pour p=np, c’est bien tenté (ça s’est vu 😉 ), mais ce n’est pas encore résolu.

                      Pour des exemples de théorèmes :
                      – inexistence d’un plan projectif fini
                      – conjecture de Robbins
                      – théorème des 4 couleurs
                      – conjecture de Mitchell Feigenbaum
                      – conjecture de Keppler
                      – le problème du happy end
                      – le puissance 4
                      – …

                  2. Pat

                    Dans « intelligence artificielle », « artificielle » est le mot juste… Quant à l’intelligence, j’ai de gros doutes.

                    1. Vous savez sans doute que ce terme est un « catch all » pratique pour le grand public … La réalité est plus vaste, plus contrastée et plus intéressante.

          3. gameover

            Mais l’intelligence artificielle existe, on en a un exemple là sur le blog… hi hi !

            Facepalm ! Manque plus que Yoananda !

                  1. Pheldge

                    A propos de cerveaux lents, j’ai répondu sur le sujet précédent, pour le Tamil Nadu province indienne à 86 % d’hindous …
                    C’est la journée de la femme.

          4. gameover

            @ Petit arbre

            « On ne compte plus les inventions de charlatans du 20ème siècle qui ont été bannies après avoir semé la mort et la désolation. »

            Exemples ? combien de morts ? où ?

              1. Aristarque

                Mengele ne se préoccupait pas de robotique, de près ou de loin. Ses « recherches » restaient dans le domaine de la biologie, malgré tout. Vous allez vous faire tancer d’importance à dériver ainsi du propos initial…

                1. ironbooboo

                  Saluons la performance : le point Godwin n’est pas donné lorsqu’il s’agit de haute technologie.

                  Pour alimenter le débat, et pour mettre certains à jour ( 🙂 ) nous en sommes à l’impression 3D d’organes sur mesure. Oui oui. Les prothèses à Pistorius c’est has been, de la jambe de bois high tech, tout juste.
                  https://www.youtube.com/watch?v=AvQQAGRGhSk
                  On en est là.
                  http://www.journaldunet.com/solutions/dsi/10-implants-cerebraux-aux-super-pouvoirs.shtml
                  Les champs du possible semblent infinis. Peut-être même un jour l’immortalité (espérons que le socialisme soit vaincu d’ici là).

            1. Pheldge

              Bin, le communisme, par exemple c’est une invention humaine , et qui a fait des dégâts … Non ? 🙂 elle est en passe de disparaitre , sauf peut-être chez nous ! 🙂

            2. Bonsaï

              Minamata, Japon, 1959 et sq., des milliers de morts.
              Bhopal, Inde, 1984, des milliers de morts.
              Seweso, Italie, 1976, des milliers de morts.
              etc…
              Comme je ne suis pas un bot, je ne vais pas m’amuser à faire des listes.

              1. gameover

                Ce sont des accidents industriels, pas des inventions.

                Les types de produits chimiques fabriqués dans ces industries chimiques sont toujours fabriqués de nos jours.

                Sinon tu n’as qu’à mettre aussi les accidents de la route dedans !

                  1. gameover

                    Ironbooboo je l’attendais celle-là. Autrement dit si j’utilise ma voiture comme voiture-bélier c’est une invention de charlatan mais si c’est pour me déplacer c’est un progrès.

                    Il n’y a tout simplement pas d’inventions « qui ont été bannies après avoir semé la mort et la désolation. »
                    … et la preuve est que tout ce qui a été cité ici et quand ce sont des inventions n’a pas été banni… et il serait même impossible de bannir une telle invention puisque ce serait une arme décisive… genre ypérite.

                    De mon avis les armes par destination sont à exclure car leur rôle est effectivement léthale par destination.

                    Non, Nonsaï doit nous trouver une invention qui s’est retourné contre nous et que l’on a donc banni.

                    Y’en a tout simplement pas.

                    1. Bonsaï

                      On va oublier ce critère trop kitsch de « mort et désolation », pour ne garder que « l’invention abandonnée aux oubliettes de l’histoire ».
                      And the winner is :
                      the French Minitel.

                    2. Alzheimer

                      Il y a eu une mode sur les vertus bienfaisantes de la radioactivité dans les années 20. Genre « Avec la crème de beauté Curie, votre visage sera radieux ». On en entend plus parler.

                    3. gameover

                      MDR

                      « On ne compte plus les inventions de charlatans du 20ème siècle qui ont été bannies après avoir semé la mort et la désolation. »

                      Un exemple : Le minitel !

                      Bonsaï – Voyageuse internationale
                      8 mars 2015 – 17 h 42 mn

              1. bibi

                Sauf que la radioactivité ça n’a pas été inventé ça a été découvert et des propriétés thérapeutiques ont été a tort données à ses produits, et vendus en masses. Alors que ceux qui travaillaient sur le sujet Marie Curie en tête se sont élevés contre l’utilisation de produit contenant du radium car les effets sur le corps humain des radiations n’étaient pas bien compris.

                Par contre ce que l’homme a créer ce sont des éléments radioactifs comme le Plutonium sans le quel il aurait été impossible de réaliser un voyage dans le temps au XXème siècle sauf en disposant d’une voiture provenant du futur ou à défaut une locomotive.

        3. Deres

          Un simple exemple : les premières années, les écrans de pub TV dans le métro ont été systématiquement saccagés/détruits/repeints par des associations militantes. Les quelques personnes arrêtés ont été relâchés avec la clémence des juges. La start-up qui faisait le produit à failli faire faillite suite à l’arrêt brutal des commandes suite à tout cela.

  5. sam00

    Merci pour cet article H16, et pour les liens vers les billets que vous citez.

    Relire Bastiat (150ans d’age et toujours aussi pertinent) ne ferait pas de mal non plus au nombreuses personnes qui ne manqueront pas de venir nous prédire la fin de l’humanité par le chômage et l’inactivité pour cause de remplacement par les machines … http://bastiat.org/fr/cqovecqonvp.html#les_machines

    1. Black Mamba

      J’ai vu un film où justement les robots remplaçaient les prostituées… Ces humanoïdes étaient parfaites et dociles ^^’
      Je ne vois pas pourquoi il se plaindrait…

      1. Black Mamba

        Vice
        « Businessman Julian Michaels (Bruce Willis) has designed the ultimate holiday maker resort: « VICE », where anything goes and the customers can play out their wildest fantasies with artificial inhabitants who look, think and feel like humans. When an artificial robot (Ambyr Childers) becomes self-aware and escapes, she finds herself caught in the crossfire between Julian’s mercenaries and a cop (Thomas Jane) who is hell-bent on shutting down the corruption of Vice, and stopping the violence once and for all.

        The plot bears great resemblance to Michael Crichton’s 1973 film Westworld. »

        1. Aristarque

          Ce n’est pas le film qui a un titre comme Mondwest où Yul Brinner joue le rôle d’un robot humanoïde dans une sorte de parc d’ attraction recréant un village de la conquête de l’ ouest ?

          1. White Panda

            C’est bien ça.
            Je l’ai vu dans mon plus jeune âge et ce film m’a particulièrement marqué. Il me semble que (le robot joué par) Yul Brynner fait des étincelles.
            (Je profite de la parenthèse pour préciser que je n’ai perdu aucun appendice.)

            1. Pheldge

              Merci pour cette importante précision, qui faisait débat ici, suite aux vantardises de Mme BéHème, quant à sa prétendue adresse au katana ! 😉 🙂

  6. Danny

    « Tant qu’on nous réduira à l’état de robot, les robots nous réduiront à néant. »

    Les apologues du transhumanisme, personnes fort estimables et éclairées, à l’esprit libre, sinon libertaire, ne manqueront pas de se rendre sur le site « Pièces et Main d’Œuvre site de bricolage pour la construction d’un esprit critique grenoblois », c’est bien le moins. Ils y trouveront de quoi exercer à leur tour leur hypercritique.

    http://www.piecesetmaindœuvre.com

      1. gameover

        P’tain c’est du lourd… « la tyrannie technologique », « l’économie planétaire unifiée », « la guerre un acte de violence pour imposer sa volonté à autrui, cette rationalité et cette violence fusionnent et culminent dans la technologie »…

        Je vais m’inscrire, moi aussi je veux fumer de la bonne…

    1. gameover

      Et les mêmes se retrouvent quelques années après à la tête de l’état… faut pas chercher…

      « Plusieurs hiérarques du PS sont passés par l’Unef ou la LMDE, à l’image de la secrétaire d’Etat à la Famille Laurence Rossignol, rémunérée comme chargée d’études de 1993 à 2011. Le lobbyiste en chef de la mutuelle reste Benoît Hamon, dont le courant est majoritaire au sein de l’Unef. Ministre de l’Economie sociale, puis de l’Education d’avril à août 2014, il a fortement pesé pour maintenir le système. Son conseiller en charge du dossier, Jean-Baptiste Prévost, ex-président de l’Unef, a été conservé par la nouvelle ministre de l’Education, Najat Vallaud-Belkacem. »

  7. David

    Il se peut que la loi de Moore elle-même devienne caduque, les composants électroniques devenant tellement petits qu’ils sont perturbés par les effets quantiques aléatoires de la matière.

    Alors, ce sera peut-être l’avènement de « l’ordinateur quantique », qui utilise les atomes eux-mêmes pour faire ses calculs ; la puissance de traitement de tels ordinateurs (si on parvient à les construire) sera … inimaginable.

    fr.wikipedia.org/wiki/Calculateur_quantique

    1. De nos jours, pour contourner les problèmes de miniaturisation, on empile et on multiplie les cœurs. Ça marche très bien. Et le prix par Tflop continue de dégringoler. Il n’y aura absolument pas besoin d’ordinateurs quantiques.

      1. David

        Absolument pas besoin ? I don’t know ; des recherches sont en cours. Perso, je trouve fascinante l’idée de vouloir exploiter de manière industrielle les effets quantiques de la matière à très petite échelle. Mais il est vrai qu’à l’heure actuelle, la faisabilité de tels ordinateurs n’est pas encore démontrée.

        1. Je voulais dire : nous n’aurons pas besoin des ordinateurs à effets quantiques pour une révolution robotique et IA. Mais je n’ai pas dit : nous n’aurons pas besoin d’ordinateurs à effets quantiques du tout.

        2. ironbooboo

          Aujourd’hui les grosses innovations viennent de révisions de l’architecture elle même et de nouveaux matériaux plus performants.

          http://www.silicon.fr/ibm-lance-truenorth-processeur-pense-cerveau-96050.html

          Même si IBM ne communiquent pas trop c’est bien de ça qu’il s’agit. Certains experts considèrent que la conscience est un effet du design même de notre cerveau. La plus grosse partie du software directement généré par le hardware en quelque sorte.

  8. Kyrilluk

    La technologie robotique ou bureautique a pour but de reduire le nombres de travailleur et d’accroitre la productivite. L’idee proposee jusqu’a present pour faire croire que la robot-technologie n’aurait pas d’incidence negative sur la quantite de travail disponible etait de faire croire au gens que les emplois generer par le developement et la maintenance de ces robots seraient plus nombreux que ceux suprime par les avancees technologiques. Le souci, c’est que contrairement a ce que nous propose ce sympathique article de science-fiction, l’homme est deja au milieu d’une revolution technologique (robotique, logiciel, etc). Le souci c’est que l’homme perd contre les robots (demandez a Kasparov, ou encore aux ouvrier remplacer par les robots dans les annees 60 a general motors…). Le souci c’est que les 50-70 pourcents d’emplois qui vont disparaitre sont occupes aujourdhui par des personnes qui n’ont tout simplement pas les moyens cognitifs d’occuper les emplois ultra-qualifiee du futur, pas plus que leur enfants d’ailleur.
    Comme l’a demontrer une recente etude faite par des chercheurs d’Oxford: les emplois seront soit en rapport avec la creation de ces robots, soit ils seront en rapport avec les boulots peu payer pour qui la creation de robots n’est pas rentable (aide a la personne, etc). Donc on va aboutir a une societe avec d’un cote une classe sociale tres pauvres – assistee via divers aides (chomage, etc) et de l’autre une classe sociale qui soit possederont ces robots ou s’occuperont de leur maintenance. En d’autre terme, il s’agira d’une societe telle qu’elle existe deja dans certains pays (comme au Royaume Unis), mais dont les differences souches sociales sont separees a l’extreme.
    Une maniere de vous convaincre de cet etat des choses serait de vous interesser a la distribution de la richesse dans les pays anglo-saxon et a la distribution de l’intelligence. Les ultra-riches sont aussi ceux qui sont extremement intelligent.

    1. Je regrette deux choses :
      – vous ne vous êtes pas relu, ce qui fait que votre commentaire est constellé de sympathiques petites fautes d’orthographe.
      – vous n’avez pas lu les liens proposés, ce qui fait que vous sortez un argument qui est longuement démonté.

      En outre, utiliser « donc » implique un raisonnement (ceci DONC cela). Cela ne marche pas si « ceci » n’est pas démontré, et qu’on passe à cela alors qu’il n’y a pas de lien avec ceci (non sequitur). Enfin, terminer par « les ultra-riches sont ceux qui sont extrêmement intelligents » est amusant, au mieux.

      1. ironbooboo

        Voilà, qu’est-ce que je disais ? :p.

        L’ouvrier agricole à pensé la même chose en voyant le premier tracteur.
        Et après avoir trouvé à bosser dans une usine, il a pensé la même chose en voyant les premières machines. Son fils dans la même usine s’est dit la même chose en voyant arriver les premières commandes numériques. Aujourd’hui c’est le petit-fils qui pleurniche parce qu’il devine l’arrivée prochaine de machines qui le surpasseront.
        « OMG qu’est-ce que je vais devenir ? Je suis trop con pour survivre ! »

        Ni les uns ni les autres n’ont pu stopper le progrès, mais pour ce qui est de la ralentir c’est même déjà fait !

      2. Kyrilluk

        Desole pour les fautes d’orthographes. Vivant au Royaume-Unis depuis un peu plus d’une quinzaine d’annees mon orthographe s’est fortement degrade. De plus mon clavier n’a pas d’accents.
        J’ai lus les liens propose mais il ne s’agit que d’avis de blogueurs/experts. Je n’y ai trouve aucunes references a la maniere dont on pourrait verifier leur theories.
        D’autre part, ils n’addressent pas le probleme centrale: les gens different en terme d’intelligence. Et c’est ce qui fait que le processus de destruction creatrice ne fonctionne plus pour les nouvelles technologies. La revolution industrielle a permis a des personnes d’intelligence inferieure voir moyenne de trouver du travail sur des chaines de montage par exemple et de ne plus etre aussi expose aux aleas du climat. Aujourdhui ces memes personnes se retrouvent exclus des emplois generees par les nouvelles technologies. D’ou le faite par exemple, qu’au Royaume-Unis se develope une classe sociale qui n’a jamais travaillee de sa vie et dont le niveau scolaire est au raz des paquerettes. Ce n’est pas un hasard si cette classe sociale est celle dont les grands parents travaillaient sur les chaines de montage, dans l’industrie des mines, des bateaux, etc. Leurs enfants sont aussi parmi ceux qui decrochent le plus rapidement a l’ecole.
        « Enfin, terminer par « les ultra-riches sont ceux qui sont extrêmement intelligents » est amusant, au mieux. » Je ne sais pas si cela est amusant ou vous reagissez de la meme maniere que le Francais de base vis a vis des bienfaits du liberalisme (reflexe pavlovien de rejet) a l’idee que l’intelligence n’est pas distribuee de maniere egale parmi toutes les classes sociales. En tout etat de cause, si cela vous interresse, je vous recommande la lecture des etudes qui montrent par exemple que le QI moyen des dirigeants de grandes entreprise au USA est juste en dessous de 130 de QI. Voir: https://www.psychologytoday.com/files/attachments/56143/wai-americas-elite-2013.pdf et differents blogs: https://brainsize.wordpress.com/2014/07/18/the-iqs-of-fortune-500-ceos/, http://infoproc.blogspot.co.uk/2012/02/class-brains-and-income.html .

        1. Je suis toujours surpris de voir que les uns et les autres savent tenir le raisonnement :
          – de plus en plus de robots vont remplacer des travailleurs parce qu’ils vont devenir de plus en plus sophistiqués.
          et qu’ils savent tenir aussi ce raisonnement :
          – le progrès permettra de remplacer progressivement un organe puis un membre défaillant.
          mais pas celui-ci :
          – le progrès permettra d’adapter l’intelligence des humains aux besoins qu’ils se créeront.

          Parce que faire un robot capable de remplacer un burger-flipper, un garagiste, un couvreur, un docteur ou un avocat, oui, ça, on peut le concevoir. Mais un procédé qui permettrait d’accroître l’intelligence d’une personne, ça, non, c’est im pos si ble. Impossibru !

          impossibru !

          Je me demande bien pourquoi. Parce qu’à défaut de me montrer que c’est impossible, je considère que c’est du même ordre. Dès lors, votre objection tombe.

          Pour l’intelligence, il n’y a pas de corrélation forte entre richesse et QI. On peut très bien être riche et avoir un QI élevé, certes, c’est même fréquent. Mais on peut très bien être pauvre aussi. Et il y a des gens de QI moins fort qui sont parvenus à de belles places aussi. Ce que vous prouvez, c’est que l’intelligence est un marqueur important pour devenir riche, c’est tout. C’est logique. Mais c’est sans rapport avec la révolution à venir (cf ci-dessus).

          1. Kyrilluk

            « Parce que faire un robot capable de remplacer un burger-flipper, un garagiste, un couvreur, un docteur ou un avocat, oui, ça, on peut le concevoir. Mais un procédé qui permettrait d’accroître l’intelligence d’une personne, ça, non, c’est im pos si ble. Impossibru ! »
            Pour le moment ce n’est pas le cas. Je parle du point du vue du reel et de ce qui se fait aujourdhui. Parce que cette revolution, elle n’est pas pour demain. On y est en plein dedans. Apres j’aime beaucoup la science-fiction moi aussi. Les socialistes s’imagine aussi un etre humain different de celui a qui ils ont affaire maintenant. Mais mon post est dans un autre registre. Je suis dans le present. Je laisse le future a des Azimov, Heinlein, Frank Herbert ou vous manifestement.

            « Pour l’intelligence, il n’y a pas de corrélation entre richesse et QI. » Bon, manifestement les etudes sur l’intelligence, le salaire, classes sociales, etc.. ne vous sont pas familier. Je vous laisse a vos certitudes.
            Cela ne m’empeche pas d’appreciez enormement votre blog (une bouffee d’air frais dans le paysage des blogs francais) mais de maniere evidente, je tire un peu trop sur la corde. Merci pour vos reponses.

            1. « Parce que cette revolution, elle n’est pas pour demain. On y est en plein dedans. « 
              Et ce n’est pas la catastrophe annoncée. Les problèmes rencontrés actuellement tiennent bien plus des soucis avec les états et les gouvernants qu’avec la révolution robotique, hein. En outre, les éléments de réflexion apportés par le billet de F. Wauters mentionné en fin d’article méritent de s’y attarder. On parle bien de choses actuelles.

            2. gameover

              Kyrilluk, quand on se permet de rapporter des propos entre guillemets, on n’enlève pas des mots.

              L’auteur a dit qu’il n’y avait pas de corrélation forte <.

              Sinon, vouss êtes vous poser la question de savoir si vous aviez une bonne perception du monde, c-a-d une perception non biaisée ?

          2. Deres

            Oui les MMO et le serious gaming risquent fort d’augmenter l’intelligence globale ou du moins l’adaptation des gens au marché du travail.

        2. vengeusemasquée

          @Kyrriluk : c’est amusant votre paragraphe sur la destruction créatrice. Je ne comprends pas du tout de quelle manière vous prouvez que le processus ne fonctionne pas, très franchement.
          Ce n’est pas parce qu’il y a du chômage en France qu’il y en a partout dans le monde, et vous le savez bien puisque visiblement vous vivez dans un pays où la situation est légèrement meilleure que la nôtre.
          Par ailleurs, interrogez-vous plutôt sur les mécanismes d’ajustement du marché du travail pour trouver des explications plus convaincantes à la paupérisation de catégories socio-professionnelles « défavorisées ». Je doute que la robotisation ait un quelconque rapport avec la situation que vous décrivez. Je ne pense pas non plus que l’existence de gens très riches constitue un facteur d’aggravation, bien au contraire.

    2. gameover

      « Une maniere de vous convaincre de cet etat des choses serait de vous interesser a la distribution de la richesse dans les pays anglo-saxon et a la distribution de l’intelligence. »

      Oui c’est vrai que la distribution de l’intelligence n’est pas également répartie…

      Les machines à laver et les aspirateurs ça a été une véritable catastrophe…

    3. David

      « la distribution de l’intelligence » : OMG, comment tu fais pour mesurer ça ? (encore faut-il définir quantitativement ce qu’est « l’intelligence » … bon courage)

      « les ultra-riches sont aussi ceux qui sont extrêmement intelligent » : WTF !?!??!!

        1. vengeusemasquée

          Je ne vois rien qui ressemble de près ou de loin à un raisonnement. Ce n’est pas en répétant des âneries fausses 10 000 fois qu’elles deviennent des réalités.

    4. Honorbrachios

      une petite pointe de méchanceté pour fêter mon retour :
      « Une maniere de vous convaincre de cet etat des choses serait de vous interesser a la distribution de la richesse dans les pays anglo-saxon et a la distribution de l’intelligence. Les ultra-riches sont aussi ceux qui sont extremement intelligent. »

      Ben toi, t’as raté la distribution !

      et tu parles des pays « anglo-saxons » (très méchant as usual) y as-tu déjà été ou c’est juste une resucée des médias mainstream?!

      ah et pis c’est vrai quand france ya pas de pauvres, non non

    5. bibi

      Et pendant ce temps là, le nombre d’heure travaillée par an augmente de manière quasi continue en France.

      C’est bien beau de parler du taux de chômage mais c’est un peu vite oublier que la population active n’a cessé de croître depuis l’avènement des machines et avec le nombre d’emplois rémunérés.

      Bilan plus il y a de machines, plus il y a d’heures travaillées avec une meilleure productivité, de meilleur salaire et un temps consacré au travail qui diminue, il est donc urgent de lutter contre les machines.

    6. Deres

      Non. Les emplois crées ne sont pas remplacés par la maintenance. La hausse de productivité sur des activités existantes mène à une baisse des coûts donc à des l’argent disponibles chez les consommateurs. Ces dits consommateurs le dépense ailleurs, sur d’autres produits ou sur des quantités plus importantes d’autre chose sans rapport. Dans les faits, les gens deviennent plus riches et des produits autrefois de luxe deviennent courants. Regarder comment l’aquaculture du saumon a fait baisser son prix au point que c’est devenu un produit courant alors que c’était avant un produit de luxe consommé uniquement pour les fêtes. Les gens ne sont pas des Picsou qui stockent leur argent dans des grands coffres pleins de petites pièces …

  9. Philippe Fabry

    Ce qui m’inquiète, personnellement, ce n’est pas la capacité des humains à créer de nouveaux jobs pour occuper ceux dont l’emploi sera détruit par les robots. Ce qui m’inquiète, c’est la rapidité de la mutation sociale. Si le progrès est si rapide qu’une trop grosse part de la population n’a pas le temps de se former et/ou que les nouveaux emplois n’ont pas le temps d’être inventés, il apparaîtra une zone de turbulence politique importante qui pourrait, à terme, être très nuisible au progrès.
    C’est ce qui, de fait, arriva à Rome. Socialement, l’arrivée massive d’esclaves aux IIe-Ier siècles eut pour effet de détruire la plupart des emplois de l’économie traditionnelle. Or les hommes libres ainsi libérés de leurs tâches ne se lancèrent pas dans l’innovation ou dans l’accroissement de la formation, ils allèrent massivement réclamer des subsides à l’Etat et l’on sait comment cela s’est terminé, et la plupart des grandes inventions technologiques postérieures au IIe siècle (la machine à vapeur et la machine à calculer, entre autres) n’ont jamais été exploitées… jusqu’au XVIIe siècle.

    1. gameover

      Mouais on pourrait aussi dire que l’Éolipyle d’Héron d’Alexandrie tenait plus du moteur à réaction que de la machine à vapeur. Il y a loin de la cocotte minute à la machine à vapeur…

      Sinon vous pourriez préciser sur les dates, vous parler d’avant JC il semble ?

      1. Philippe Fabry

        Oui, je parle d’avant Jésus-Christ.

        Il n’y a pas que l’Eolipyle d’Héron, il y avait aussi ses portes à vapeur. Avant cela il y avait les inventions de Ctésibios. En pneumatique, les Grecs avaient des connaissances avancées qui n’ont jamais été exploitées.

        1. Quiet Desperation

          Il a fallu attendre le XVIII° ?

          en effet… en 1744, Hume se présente à la chaire de « morale et philosophie pneumatique » de l’Université d’Edimbourg. Sa candidature est refusée.

          et même plus tard!

          « Je désigne par pneumatique », écrit Maurice Blondel, « (en me servant d’un vieux mot qui a été usité dans les écoles où prévalait le sens de la vie intérieure et de sa mystérieuse respiration) ce qui, en un être singulier, en un point spécifié et réagissant de façon qualitative, aspire le milieu universel, puis l’assimile et l’expire ensuite : secret échange qui introduit perpétuellement dans le monde du nouveau, qui, dans le noétique en quelque sorte étalé et totalisé, constitue partout des intériorités, des singuliers, des formes caractérisées, des « indiscernables » du dehors, et des diversifications indéfiniment renouvelées du dedans…

        2. gameover

          Si une invention sur le papier ne va pas plus loin, un peu comme celles de Léonard de Vinci, c’est qu’il manque quelque chose dans la technique… et à l’époque c’était entre autres la métallurgie et tout ce qui s’en suit…

          Sinon il me semblait que l’économie romaine s’était justement fortement développé à partir du IIème avant J-C… avec l’expansion territoriale… Le système financier ne s’étant effondré que 700 ans plus tard…

          1. pouf pouf

            justement, je me souvenais de la même chose, mais je n’arrive pas à sourcer … à la mort de césar en quarante quatre avant zéro, l’empire transporte deux millions d’amphores par an sur son réseau commercial global.

          2. Philippe Fabry

            Il suffit de regarder la machine d’Anticythère pour voir que les Gréco-romains savaient bricoler de très bons rouages.

            Quant au développement de l’économie, il n’est pas nécessairement lié à l’innovation. Dans l’Empire, il a été lié à l’accroissement des échanges.

            1. gameover

              Oui les rouages mécaniques (engrenages) datent de 500 ans avant JC mais toutes ces mécanismes étaient manuelles et on ne peut pas parler de machines.

              Il a fallu attendre l’invention de l’échappement par un pape en l’an 1000 (dit-on) pour avoir un système mécanique capable de restituer dans le temps l’énergie emmagasiné et donc l’invention de l’horloge.

              Pour ce qui est des chaudières à vapeur c’est la métallurgie qui a permis d’avoir des matériaux résistant aux pressions et aux températures.
              Même ainsi, pendant la mise au point il y a eu beaucoup d’accidents avec des explosions de chaudière, ce qui a été à l’origine de ce que l’on appelle encore aujourd’hui le Service des Mines qui s’occupait des vérifications des calculs et du timbrage des chaudières et réservoirs sous pression.

              1. Deres

                Oui, une des innovations mécanique les plus importantes est le fabrication de pièces métallique avec des machines-outils permettant d’avoir des pièces quasiment similaires. Avant, toutes les pièces étaient faites manuellement avec des jeux importants donc. Il fallait donc ajuster les différentes pièces à la main pour que les mécanismes fonctionnent. La production en série n’était alors qu’une production manuelle à grande échelle …

                On a tendance oublier ce point actuellement. Par exemple, à l’époque napoléonienne, si une pièce de votre fusil cassait, vous ne pouviez pas prendre celle d’un autre fusil pour la remplacer. Il vous fallait un armurier pour ajuster la pièce aux jeux spécifique de votre fusil.

  10. yoananda

    Oui c’est sûr, les routiers et les taxis n’ont pas de soucis à se faire, ils n’auront qu’à devenir médecins, juges, ou chercheurs en physique fondamentale.
    Ha mais non, même ces métiers la vont être chahutés par la robolution. L’Angleterre réfléchit déjà a automatiser un partie des jugements.

    Tant pis, ils pourront devenir des cyborgs, l’armée travaille sur les super-soldats. Probablement qu’en dehors d’une partie du cerveau le reste du corps ne servira pas à grand chose, mais, l’essentiel, c’est ils auront un standard de vie bien plus élevés.

    1. Bonsaï

      Je demande l’indulgence de la Cour. Mon client vient de sortir des vagues de production semestrielles et il ne maîtrise pas encore les standards sémantiques en vigueur dans cette région de la galaxie.

  11. pouf pouf

    Quand je pense à tous ces journalistes grassement payés pour salir le quotidien, fouiller dans la merde et rapporter les pépites malodorantes qui nous font oublier à quel point la vie est merveilleuse, je ne connais même plus la teneur de mes avis… ne trouvez-vous pas qu’edwy plenel ressemble de plus en plus à édouard herriot ? Ce sont toutefois des parents d’enfants qui posent des questions vicieuses du genre « Et toi papa, tu fais quoi comme métier ? » dit le fils, « Prescripteur d’opinions et toi tu veux faire quoi plus tard ? » répond le père, « C’est donc bien en échange de ta dignité que nous avons la chance d’habiter autour des jardins du Luxembourg ? », « T’es pas bien à l’alsacienne ? », je passe ici les grossièretés de fin de conversation, mais il faut cependant savoir que c’est à cause de l’école de leurs enfants que les parents prescripteurs préfèrent être presque pauvres dans les quartiers riches que presque riches dans les quartiers pauvres. Encourager la mixité sociale dans les quartiers défavorisés. Cette phrase m’a fait tiquer, j’essaye de me souvenir pourquoi… pierre bergé fera reconstruire un de ses châteaux pierre par pierre dans le département de seine st denis, et, pour l’encourager sur cette pente vertueuse, les charges sociales du maitre chien seront offertes la première année ; cet homme généreux, d’une exemplarité morale tonitruante de délicatesse et de douceur nous montre la voie, si c’était autorisé, je ponctuerais volontiers d’un alléluia.

  12. George Kaplan

    Intéressante réflexion H16. Ce qui se passe dans les labos aujourd’hui (et qui échappe complètement à la plupart de nos contemporains) représente tout simplement ce qu’on trouvera partout demain après une phase d’industrialisation destinée à produire à bas coût des innovations souvent complexes et couteuses. La première diode Led coutait 200 dollars l’unité vers 1965, aujourd’hui.. presque rien, elle est totalement banalisée.

    Il y a quelque chose de vertigineux : la plupart de nos contemporains utilisent sans le savoir des techniques d’une effrayante complexité. Ces techniques sont « invisibles » et s’imbriquent les unes avec les autres. Seule apparait l’interface homme machine, le reste relève de la « boite noire ».

    1. Oui. Plus personne ne saurait fabriquer seul un bête crayon à papier, ou une calculatrice à 4€ qu’on trouve pour les écoliers. Je ne parle pas du reste, on comprend l’allusion. La société capitaliste et la spécialisation de l’espèce humaine a atteint un tel degré que l’écrasante majorité des gens ne se rend même plus compte des extraordinaires capacités dont elle dispose au bout des doigts pour des montants financiers parfaitement ridicules.

      1. Karamba!

        Je ne sais pas si les gens se rendent compte des tours de force technologiques qu’on leur met entre les mains, en tout cas les écolos se chargent bien de les culpabiliser sur tout ce qui a trait au progrès de la production capitaliste. Il y a une normalité qui s’installe dans les esprits mêlée à beaucoup de mauvaise conscience on va dire…

        1. gameover

          Je trouverais trop drôle que l’on sépare la terre en 2 et que d’un coté vivent les écolos et de l’autre les gens normaux… et on se revoit dans 20 ans…

          1. ironbooboo

            Comme s’ils allaient survivre 20 ans ^^. Faire des câlins aux arbres c’est bien gentil mais pas très nourrissant.

              1. ironbooboo

                Dis-tu à un cuisinier.

                a) C’est une blague.
                b) Je sais comment mangeaient les gens avant.
                A la belle époque où les machines n’étaient pas là pour polluer l’air et où les insecticides ne polluaient pas non plus les sols, sans les méchantes firmes pharmaceutiques qui testent les vaccins sur des animaux et ou personne ne chassait sauf le seigneur, bref à la belle époque où tout le monde était écolo-compatible, on mangeait du principalement du pain moisi et des potages, puisque ça vous intéresse.
                c) Vous pensez qu’un escrolo en sait autant ? Moi je pense qu’ils se bouffent les uns les autres pendant le premier hiver.

              2. Pheldge

                Combien d’écolos donneurs de leçons ont ne serait-ce qu’une « modeste expérience ou pratique » de l’agriculture? combien chez les Verts ? Placé, Dufflot ? et ne parlons pas des envahisseurs de propriétés d’autrui …

                Le Bio écolo -compatible ? 1/ l’Etat en définit les normes 2/ l’Etat le rend obligatoire à la production et à la consommation 🙂 🙂 3/ comme les rendements auront baissé et les prix augmenté, je te laisse imaginer la suisse suite … 🙂

  13. pactol

    Ah un tel point que s’il y avait un grand reset technologique, la majorité de la population retomberait dans le moyen âge incapable d’être autonome et de reconstruire le moindre outil ou équipement.

    1. George Kaplan

      nul besoin de « grand reset technologique » pour retomber dans le moyen-âge d’ailleurs. Nous vivons dans l’illusion d’un confort quotidien que nous considérons comme un acquis intangible et définitif. On pourrait donc faire n’importe quoi, un grand soir par ci ou par là, jeter l’argent public par les fenêtres (c’est l’état qui paye) etc. sans que rien ne change. Grave erreur ! Est-il si naturel et définitif que l’eau coule toute chaude des robinets ? que l’électricité soit dispensée partout, qu’il existe des routes en principe entretenues, des voix ferrées, des hôpitaux etc ? et ben non ! Et c’est bien pour ça qu’il faut faire des réformes structurelles (des vraies) si on veut que ça continue.

  14. pouf pouf

    en parlant de fabriquer patiemment des imbéciles, avez-vous vu que notre premier ministre ACCUSE michel onfray de préférer le camembert au gruyère ?

  15. Rosco

    Donc l’Europe n’a peut-être pas besoin de 150 millions d’immigrés supplémentaires, comme nous le promettent Attali et consorts. C’est une bonne nouvelle.

  16. Alzheimer

    Les avantages du progrès sont indéniables. Même un demi-smicard d’aujourd’hui vit mieux qu’un seigneur du Moyen-Âge.

    Le revers de la médaille est la dépendance vitale à cet environnement techno-social. La perte totale d’autonomie, l’absence absolue de capacité d’autarcie, l’impossibilité de se nourrir et de vivre en dehors en fait un piège. N’importe lequel d’entre nous, livré à lui-même à poil dans une forêt même giboyeuse, ne survit que quelques jours.

    Nous avons seulement changé de Maître et appris à l’aimer. Comme dans le final de 1984.

    1. Dom

      @ Alzheimer vous trouverez en tapant dans google « monotarcie », »Geispe »;un monsieur fort sympathique,fort probable qu’il ait la sapience d’etre totalement autonome alimentairement,il s’offre le luxe de l’electricité..j’ai parcouru son blog quand j’avais une bonne connection,je crois que ce personnage est une exception,il pourrait vivre totalement en autarcie.

    2. Deres

      Si vous croyez que vos ancêtres du moyen-âge savaient survivre « à poil » dans la forêt, vous vous faites des illusions … Au mieux, ils savaient faire du feu et reconnaître les champignons. Quand à poser des collets et chasser, je rappelle que c’était un coup à être pendu par chez nous …

  17. robert

    Cher H16,
    Désolé, mais dans votre réponse h16 8 mars 2015, 18 h 55 min, dans tous les exemples que vous donnez, l’ordinateur n’est qu’une calculatrice rapide, ce qu’il est d’ailleurs.
    Je pense qu’il n’est pas bon de confondre calculs et abstractions.
    De plus, l’intérêt financier ( sacré moteur, il faut en convenir) aurait-dû, depuis le temps, amener à résoudre le problème de la décomposition en facteurs premier de n’importe quel nombre ( RSA n’aurait alors plus que ses yeux pour pleurer). C’est typiquement un problème de calculs mais qui nécessite un sacré niveau d’abstraction pour être résolu.

    1. Vous retombez dans la remarque faite plus haut : ce n’est jamais assez bon. Et les preuves formelles apportées par les ordinateurs existent (cf ceci : http://en.wikipedia.org/wiki/Automated_theorem_proving ).

      « qui nécessite un sacré niveau d’abstraction pour être résolu » : bien sûr, oui. Et donc ? Pour le moment, on n’a pas encore l’équivalent de l’abstraction humaine à portée de doigt, mais je ne vois pas trop en quoi cela voudrait dire que cela sera impossible dans un futur plus ou moins proche.

      1. robert

        La reference que vous me donnez montre simplement une aptitude heuristique (du calcul) des ordinateurs qui n’est en rien une aptitude à l’abstraction (on retombe, quel hasard, sur p=np?).
        Il me semble plutôt qu’il s’agit de deux visions différentes.
        Si je vous comprends bien l’évolution de l’ordinateur n’a aucune raison d’être limitée et pour ma part je pense qu’il y a des limites indépassables pour un ordinateur. Il ne s’agit donc pas du syndrome « pas assez cher mon fils » que vous m’attribuez.

        1. Oui mais là on est dans l’ordre de l’opinion. Votre opinion est qu’il y a des limites indépassables (lesquelles, pourquoi ?). Pour ma part, tant qu’on ne m’a donné ni lesquelles, ni montré pourquoi, je considère que c’est ouvert. La nature a du reste montré qu’on peut très bien construire un outil qui pense. C’est même assez agréable.

          1. ironbooboo

            « La nature a du reste montré qu’on peut très bien construire un outil qui pense. C’est même assez agréable. »

            C’est très moche de dire ça, surtout pendant la journée de la femme. 😀

            1. Black Mamba

              Je ne vois pas pourquoi c’est moche?
              GO te dira que l’intelligence se transmet par la Femme, mère nature a bien fait la chose :mrgreen:

              1. ironbooboo

                « Assez agréable » est en bien dessous de la réalité ! Enfin remarquez, comme le marteau, ça peut vite devenir horrible si on n’utilise pas le matériel correctement.

                1. Black Mamba

                  Je profite de ce post pour revenir sur la transmission des gènes de l’intelligence pour assurer GO.
                  On dit que le génie saute d’une génération, son QI de 152 a été transmis à sa fille par le chromosome X même si celui-ci n’est pas dominant et du coup ne se voit pas , il aura une chance sur deux d’être transmis à un petit-fils …
                  tu vois GO tout espoir n’est pas perdu, veille bien sur ta fille et motive la , à te faire devenir grand père ^^’ et espérer qu’elle est des garçons…

                    1. Black Mamba

                      « Et les mots pour le dire arrivent aisément »
                      Laisse Nicolas Boileau reposer en paix, le pauvr’homme …

                    2. Bonsaï

                      Tu as quand même noté que toute cette histoire de gène de l’intelligence est écrite au conditionnel (des chercheurs auraient trouvé un gène, qui pourrait, etc ,,,).
                      Dans la réalité, on est encore bien loin de pouvoir même donner une description satisfaisante de ce qu’est l’intelligence, et encore plus sur un plan philosophique que psychologique …
                      Alors « scientifique », je rigole.

                    3. gameover

                      Bonsaï je note qu’à 22h10 tu ne connais a priori rien du sujet mais le lendemain à 8h54 tu mets en doute la valeur scientifique des études.

                      Vivant au Xème siècle aurais-tu mis en doute les simples observations faisant que la progéniture issue de 2 personnes noires soit un enfant noir ou que celle issue d’une personne mesurant plus 1.80m avait de grandes chances de faire plus d’1.80m ou qu’une personne atteinte d’une certaine maladie avait de grandes chances de transmettre cette maladie à ses enfants… dont la débilité.

                      Nos ancètres ne maîtrisant pas la génétique, tout cela était le fait d’observations et cela va beaucoup plus loin que la simple transmission de caractéristiques physiques : voir le caractère des chevaux par exemple.

                      Il est donc logique de s’intéresser à la transmission d’autres caractéristiques dont les formes d’intelligence.

                      Hormis les liens donnés par BM il y a une étude assez intéressante sur les salaires des enfants par rapport à leur mère suivant qu’ils ont été adoptés ou pas. Et là on se rend compte que le salaire des enfants adoptés fait un palier à partir d’un certain niveau mais pas celui des enfants naturels.

                      http://www.contrepoints.org/2014/12/01/189951-la-reproduction-sociale-est-elle-necessairement-une-mesure-dinjustice

                      Sinon pour les découvertes récentes, voir les liens inclus dans ce paragraphe d’un article wiki, voir les liens hein, pas que l’article. Il semble que des gênes activent ou inhibent des protéines qui ont un rôle dans la réflexion et que des études ont pu cibler un certain gêne permettant un gain de 6 sur le QI.

                      http://fr.wikipedia.org/wiki/Intelligence#G.C3.A9n.C3.A9tique

                      La transmission par la mère est beaucoup plus facile à étudier car la mère transmet intégralement son matériel génétique à ses enfants, ce que l’on appelle l’ADN mitochondrial, qui permet de suivre des lignées sur des dizaines de génération.

                      Sinon The Bell Curve est disponible en pdf sur la toile.

                    4. gameover

                      « Dans la réalité, on est encore bien loin de pouvoir même donner une description satisfaisante de ce qu’est l’intelligence,..

                      … alors que pour la connerie il n’y a aucun doute !

                    1. Black Mamba

                      J’ai dit une chance sur deux de donner le bon chromosome X celui de GO à la future génération, si tu suis un peu, il a aussi l’autre celui de la mère . Et le X go pourra s’exprimer chez un garçon …

                    2. Aristarque

                      Je l’ai pas lu vraiment comme cela. Ce qui s’énonce clairement se conçoit aisément… 😉

                    3. Black Mamba

                      « Et les mots pour le dire arrivent aisément »
                      Laisse Nicolas Boileau reposer en paix, le pauvr’homme …
                      😉

                  1. Bonsaï

                    @ GO 10:03
                    Ah! les subtilités de l’esprit, surtout celui d’un vieil arbre noueux…
                    – le 8 mars à 22:19, en disant « c’est nouveau, ça vient de sortir ? », j’ironise. Je me marre, je pouffe. Bref, je n’acquiesce pas. Mon innocence n’est pas éblouie par cette merveilleuse nouvelle. Point d’interrogation à la fin de ma phrase.
                    – le 9 mars à 8:54 (c.à.d. à 6 minutes de la publication du billet du lundi, je suis allée voir les soi-disant pièces à conviction proposées par BM. Je comprends très vite l’arnaque et le nimportnawak (usage du conditionnel, incohérences, manque de professionnalisme, etc…). Comme prévisible, c’était du baratin.

                    1. Bonsaï

                      En outre, si on développe un peu le sujet au niveau théorique, on tombe très vite de la thèse de l’intelligence congénitale aux dérives de la supériorité ethnique et/ou raciale. Mais c’est peut-être le but inavouable autant qu’ésotérique de l’opération.
                      En effet, si l’on admet le principe d’une intelligence congénitale, on admet son apposé. à savoir la bêtise congénitale.
                      Toutefois, si on veut rester sur le plan de la science-fiction, comme avec la théorie du Transhumanisme, on peut aussi considérer que les humains sont des expérimentations in vivo poursuivies par des extraterrestres (forcément plus intelligents que nous ?).
                      Why not ?

                      Nota bene : ne jamais confondre technologie et intelligence. Si l’une dérive de l’autre, elle n’ont pas la même valeur conceptuelle.

                    2. gameover

                      Petit arbre

                      Il semble que tu ne prennes même pas la peine d’ouvrir les liens dont celui de CP sur la reproduction sociale sinon tu aurais eu une réponse.

                      C’est toi qui lie intelligence et supériorité. Le QI mesure une forme d’intelligence de raisonnement, c’est tout.

                      « En effet, si l’on admet le principe d’une intelligence congénitale, on admet son apposé. à savoir la bêtise congénitale.

                      Oui et plus personne à part toi ne rejette cette transmission, le débat étant plutôt sur la part de l’hérité et de l’acquis.

                      « C’est viscéralement que certaines per-sonnes ont tendance à défendre l’idée d’une intelligence principalement acquise, pour donner une chance à nos valeurs, et un sens à l’école.
                      […]
                      N’oublions pas toutefois que la théorie inverse – d’un fonctionnement psychique presque entièrement acquis – amena certains psychanalystes à condamner des mères d’enfants autistes… »

                      Extrait de CP :

                      « Pour ceux qui s’étonneraient de ces résultats, rappelons que la corrélation aux tests de QI de deux jumeaux parfaits élevés séparément est de 76%, contre seulement 4% pour des adultes sans liens biologiques élevés ensemble. »

                    3. ironbooboo

                      @ Bonsaï :

                      Il y a des données dispos concernant le QI par pays. Assez bizarrement ça semble inversement proportionnel à la taille de la …

                    4. Bonsaï

                      Il est vrai que pour moi Contrepoints et Wikipédia ne représentent pas l’alpha et l’oméga de la référence culturelle. J’ai aussi d’autres lectures, dont certaines plus spécialisées qui font un peu moins « Reader’s digest ».
                      Maintenant, comme je crois l’avoir déjà évoqué plus haut, avant de vouloir attribuer un caractère génétique à l’intelligence, il conviendrait de se mettre d’accord sur ce que recouvre ce terme. Sachant que le mot vient du latin « intellegere », qui signifie « comprendre », on a déjà une petite idée de l’ampleur de la tâche pour mettre tout le monde sur la même longueur d’onde.
                      Car le concept d’intelligence est d’abord un thème philosophique non élucidé, avant d’être vaillamment récupéré par les docteurs Folamour de la robotique.
                      Par ailleurs, pour les psychologues modernes, l’intelligence est généralement vue comme un phénomène à multiples volets, diversement développés. On parlera par exemple « d’intelligence du langage » pour qualifier une habileté particulière dans la gestion du discours et de la sémantique. Ou encore d’une « intelligence des nuances » pour une compréhension fine des subtilités dans un domaine quelconque.
                      Etc…
                      (à suivre)

                    5. gameover

                      « avant de vouloir attribuer un caractère génétique à l’intelligence, il conviendrait de se mettre d’accord sur ce que recouvre ce terme.  »

                      Wah l’erreur !
                      On s’en fout du nom que l’on donne à ce que l’on mesure du moment que l’on prend toujours la même méthodologie pour le mesurer.
                      On prouve juste qu’il y a une corrélation entre cette capacité des parents et celle des enfants.
                      Mais ce test pourrait porter sur la capacité de conceptualiser les objets en 3D ou l’empathie et il s’agit toujours du psychique.

                      Mais quand d’un autre coté on relève une corrélation entre les résultats à la méthode d’évaluation et le salaire, on peut en déduire que les capacités de raisonnement que mesure le test sont certainement nécessaires dans les emplois occupés surtout quand une corrélation existe entre d’autres emplois moins bien rémunérés et des résultats moins bons aux tests.

                      Mais ça ne veut pas dire que pour avoir un bon salaire il faille avoir un QI mini de 130. Je parlais d’ailleurs de conceptualisation des objets en 3D et c’est un critère recherché dans certains métiers.
                      Dans d’autres c’est la capacité de communication. Je ne sais pas s’il y a des tests pour connaître leur héritabilité mais je ne serais pas surpris qu’il y ait transmissibilité puisque cela fait aussi partie du psychisme : les bases de la communication on les a ou on ne les a pas (cf la pédagogie).

                      Sur CP et Wiki tu penses que le yaourt Danone n’est pas le même suivant que tu l’achètes chez Carrouf’ ou chez Lidl. Tous les articles sont en général sourcés et pour CP issus d’autres sites, CP n’étant (qu’un agrégateur de contenus. Wiki aussi en fait avec les débats contradictoires qui feront toujours un article de meilleure qualité que celui issu unilatéralement par une seule personne.

          2. robert

            Mais nous sommes dans l’opinion depuis le début (sauf si j’ai raté une marche, auquel cas merci de préciser laquelle)
            Pour ce qui concerne les limites indépassables, il me semble que la conscience, nécessaire à la manipulation de concepts abstraits, n’est pas à la portée d’un outil de calculs, aussi puissant soit-il.
            Quant au pourquoi, je n’en ai pas le moindre idée, pas plus que je ne sais pourquoi il est impossible d’atteindre -274 degrés celcius. Le pourquoi est souvent une question courte à la réponse compliquée.

            1. Bonsaï

              Vous avez touché là le nœud du problème, qui est la conscience. Un être doté de conscience, fût-il aussi insignifiant à nos yeux qu’un insecte, a toujours sur la machine l’avantage d’être capable d’improvisation. Il peut – et il doit sortir de ses logiciels de routine pour s’adapter aux circonstances ainsi qu’aux fluctuations de son esprit. Toutes choses qu’un robot ignore.

            2. Greg

              Oh, pour les celsius la réponse est simple.

              Et pour la conscience, elle n’est pas vraiment nécessaire à la manipulation de concepts abstraits.
              Je connais des gens très très abstraits qui n’en ont aucune conscience, et des très consciencieux qui n’arrivent à aucune abstraction…

              Comment naît la complexité illimitée (ou presque) d’un système logique à partir d’une base de règles simple et limitée ?
              Voilà l’intérêt !
              Notre cerveau le fait, plus ou moins bien selon les individus, et il n’est rien d’autre qu’un outil de calcul.

              Sauf à croire la conscience un cadeau d’une divinité quelconque, nous sommes un système qui commence sans conscience mais qui l’acquiert.
              Pourquoi pas une machine ?

              1. Bonsaï

                Il suffit de changer le terme de conscience, pour celui plus complexe d’esprit ou celui, plus flou, de mental. Et arrêter de ne penser qu’en termes de calcul. Le mental d’un être biologique permet d’accéder à plusieurs dimensions de conscience, dont l’émotion notamment qui est la racine de l’art …

                1. Greg

                  @Bonsaï

                  Conscience ou esprit ou mental sont des mots abstraits définissant des notions abstraites.
                  Mais la conscience ou le reste a son siège dans le cerveau, qui lorsqu’on l’étudie n’est rien de plus qu’un centre de calcul.
                  Très complexe parce que pas uniquement binaire, tout n’est pas oui OU non, il y a des variations de gris entre le blanc et le noir.
                  Il y a énormément d’informations qui arrivent en temps réel dans le cerveau, trop même, la plupart ne sont pas traitées par le cortex ou siège différentes formes de calculs logiques.
                  Certaines infos sont traitées par arc réflexe directement dans la moelle épinière, d’autres le sont dans le cervelet ou cerveau reptilien, etc etc…

                  Mais Bonsaï, réfléchissez 2 secondes :
                  le spermatozoïde et l’ovule ont-ils une conscience ?
                  le foetus de moins de 3 semaines aux cellules non différenciées a-t-il une conscience ?
                  le nouveau-né a-t-il une conscience ?
                  je répond non, il n’y a que le potentiel pour le devenir d’un être conscient.

                  La conscience et tout le bazar viennent après, le cerveau se forme essentiellement jusque vers 18 ans, voire 25 ans pour la myélinisation.

                  La conscience n’est pas absolue, elle se modifie très facilement, par des drogues ou même avec beaucoup d’entrainement par la concentration.

                  La conscience n’est que le résultat d’un énorme travail de calcul à partir de données de base.
                  Si cela vous déplaît ou vous ennuie, dérange vos dogmes ou croyances, j’en suis désolé.

                  Et si vous voulez étudier tout cela, il va vous falloir du courage et de bonnes capacités d’abstraction pour appréhender certains concepts mathématiques…

                  Il y a des notions qui ne sont pas intuitives et à priori logiques mais néanmoins vraies et démontrables…

                  Par exemple, il y a des infinis plus grands que d’autres, un infini peut également être en extension…

                  Et d’autres théorèmes sont indémontrables, on ne peut prouver ni leur véracité ni leur fausseté, l’exemple le plus typique étant Dieu, qui comme chacun le sait est un monstre de spaghetti volants….

            3. « nous sommes dans l’opinion depuis le début »
              Ah bah non. Les faits ne sont pas des opinions. Les faits, ce sont par exemple
              – le nombre de calcul faisable par un ordinateur pour une unité de temps et de monnaie donnée. Croissance exponentielle.
              – la quantité de savoirs disponibles sur internet, en croissance exponentielle aussi
              – la quantité de nouvelles inventions, nouveaux produits et nouvelles études (physiques, chimiques, mathématiques, médicales, biologiques) produites tous les ans, en croissance exponentielle aussi
              – le nombre de prothèses, et leur sophistication, disponible pour un humain moyen
              – le nombre de sources d’énergies, et leur quantité (la croissance n’est pas exponentielle, là, mais elle est tout de même loin d’être minuscule)
              Du reste, le billet évoque pourquoi les robots ne piqueront pas votre job, ou du moins, pas comme on l’imagine. Il y a plusieurs arguments, dont on peut débattre, mais ce ne sont plus seulement des opinions.

              Enfin, s’il vous semble que la conscience n’est pas à la portée d’un outil de calculs, peut-être est-ce parce que vous avez une idée fausse de ce qu’est la conscience (qui n’est pas un état spécifique, mais la gradation de complexité d’un phénomène émergent). Ce n’est pas une question de puissance, mais de complexité.

              1. robert

                Aucun des faits que vous énoncez ne démontrent votre affirmation, il s’agit alors d’une opinion. Quant à votre définition la conscience, en la réduisant à une aptitude aux calculs vous faites une tautologie, pas une démonstration.
                Je reste avec mon opinion (vous aussi j’imagine), mais j’ai eu un réel plaisir à débattre.
                Cordialement

            4. gameover

              @ Robert

              « Quant au pourquoi, je n’en ai pas le moindre idée, pas plus que je ne sais pourquoi il est impossible d’atteindre -274 degrés celcius. Le pourquoi est souvent une question courte à la réponse compliquée. »

              On ne peut pas atteindre -274°C car c’est le niveau d’entropie nulle, les particules ne bougent plus mais encore faudrait-il savoir que la température n’est due à rien d’autre que l’agitation des particules.

              Comment peut-on émettre un avis scientifique sans même savoir ça ? On peut très bien ne pas avoir d’opinion en arguant qu’on ne sait pas.

              1. robert

                Merci pour votre aide précieuse.
                Je découvre la notion d’entropie, à mon âge il était temps!
                Ma question est sans doute mal formulée, il s’agit de se demander pourquoi l’explication actuelle du zéro absolu serait la seule, après-tout, l’entropie est vue comme une agitation chaotique, or elle ne l’est peut-être pas (le chaos est l’explication facile de ceux qui ignorent , un peu comme les statistiques pensent maitriser la combinatoire).
                Un être humain peut se poser ce type de question, et essayer ou pas d’y répondre. Un outil de calcul, aussi puissant soit-il ne se pose pas la question, sauf peut-être (et je vais dans le sens de notre hôte) si cela est un problème concret rencontré pour une raison quelconque. C’est la difference, de mon point de vue, entre heuristique et abstraction.

                1. gameover

                  Ce qui me gênait c’est le mélange en quelques lignes d’opinions, de faits et d’ignorance.

                  Quant à savoir si une explication est la seule c’est se poser la mauvaise question, le principal est de savoir qu’elle est compatible avec l’existant et à ce titre connaître la génèse d’un principe est important.

                  Si on suppute l’existence du boson de Higgs et qu’on le découvre plus tard et qu’il correspond aux caractéristiques attendues, ça valide tout ce sur quoi on s’est appuyé précédemment et c’est l’utilité des raisonnements par récurrence.

                  La température mini a été envisagée et chiffrée bien avant qu’on essaie de l’atteindre à quelques pouièmes.

              2. Greg

                Voui pour le zéro absolu il y a soit la notion d’entropie qui peut être utilisée, est-elle vraiment nulle GO ou seulement à son minimum absolu ?
                Ou alors le mouvement Brownien explique cela également.

                La température n’est qu’une autre notion d’énergie bien spécifique.
                La chaleur émise est une onde après tout, comme la lumière. La lumière peut être définie par sa longueur d’onde, et l’énergie de la lumière par la température.

                Ce qui permet via de savants calculs à nos astronomes de dire à distance la température et la composition d’une planète éloignée via sa signature lumineuse et électromagnétique, par exemple.

      2. Pat

        On peut bien sûr tout imaginer, mais pour l’instant, quels que soient les résultats « extraordinaires » obtenus, il y a toujours derrière un ou plusieurs concepteurs humains qui ont, au minimum, fourni l’algorithme et les données qui ont permis à l’ordinateur de réaliser ses « exploits ». C’est sûr que tout cela impressionne le néophite que vous semblez être.

        1. « quels que soient les résultats « extraordinaires » obtenus, il y a toujours derrière un ou plusieurs concepteurs humains »
          Mais ça, mon cher, c’est vrai pour absolument tout, par définition. En sortant ça, vous ne nous apprenez rien. Le fait est que des résultats existent, qu’ils ont permis de faire avancer certains aspects des mathématiques, que ces aspects augmentent tous les jours.

          Enfin, de nous deux, je ne suis pas sûr d’être le plus néophyte.

          1. Pat

            Ah oui, désolé, néophyte, pas néophite.
            Pour le reste, un outil informatique aussi puissant soit-il reste un outil. Ce n’est pas parce que la lunette astronomique a fait avancer la science qu’on lui a attribué un pouvoir quasi magique comme vous me donnez l’impression de faire pour la robotique.
            Mais certainement, je ne vous ai pas compris (un simple oui suffira)…

          2. Pat

            J’ai oublié aussi ces humains qui sont là pour interprêter, ou même plus, donner un sens, aux résultats sortis par une machine, qui, même si elle a une grande puissance de calcul, est dénuée de la moindre intelligence.

  18. Karamba!

    Si on prend en compte les deux robots qui ont été installés par les socialistes à l’Elysée et à Matignon, ce n’est pas encore très convaincant. le FH.0 n’est pas très animé quand le MV.0 a un débit un peu saccadé. On ne parle même pas du rendement…
    Pour les futurs jeunes, il y aura toujours la possibilité de se tourner vers un nouveau métier, opter pour un BTS Blade Runner par exemple…

  19. Greg

    De mon côté je me permet une réflexion personnelle qui est la suivante :

    quand les gens n’ont plus besoin de travailler ils ont trop de temps libre, très vite ils se font chier et se cherchent des occupations, si possible agréables.
    Mais à se chercher des occupations agréables les gens deviennent tôt ou tard accro à la drogue qu’ils se sont choisie. C’en est navrant…

    C’est vague comme tout ma théorie, et je n’argumente rien parce que je n’ai rien à prouver.
    Mais de l’observation des groupes de jeunes chômeurs longue durée et autres glandeurs assistés que je vois ici et là, c’est ce qu’il en ressort.
    La télé, les jeux vidéos et internet ne suffisent pas à les occuper. Ils finissent accro à des drogues navrantes, telles que l’agrégation en bandes pour foutre le bordel…

    Si la civilisation des loisirs est en marche, il va y avoir quelques problèmes à régler, je le crains.

    1. vengeusemasquée

      « et autres glandeurs assistés  » : vous avez ici la clef de votre commentaire. S’ils n’étaient pas assistés, ils trouveraient bien quelque chose à faire et des manières de gagner du pognon et donc de créer de la richesse.

      1. balt

        Pas sur!L’éducation nationale a rendu les gens passifs depuis fort longtemps.Passifs et paresseux.Je ne vois aucun intéret a la civilisation des loisirs:les gens doivent réapprendre a produire ce qu’ils consomment en priorité et après seulement il y a les loisirs.Gagner du pognon,ce n’est pas toujours créer de la richesse,n’importe quel conseiller financier ou agent immobilier vous le confirmera.Il existe plein de besoins insatisfaits dans notre société,mais il est impossible de créer dans les conditions actuelles ces emplois.Par exemple dans les économies d’énergie,la production agricole,la manufacture artisanale,l’aide aux personnes agées.L’arrivée des robots doit améliorer la productivité:après tout dépend de ce qu’on fait de ces gains.La société actuelle gaspille ces gains,c’est pour cela que les gens restent méfiants

  20. Val

    Perso je ne crains pas du tout l’avancée des technos, et je pense que nous sommes à l’âge de pierre des techniques. J’attends avec impatience les greffes de CPU et de Ram dans nos têtes , qui nous feront faire des avancés de géants. Car ce ne sont pas les robots qui risquent de nous devancer, c’est nous qui allons être « upgradés » .
    Je comprends quand même les peurs : nous allons être de plus en plus dépendants de nos inventions passées et futures et ceci sans en maîtriser la technique par nous mêmes , cette dépendance fait peur. J’avais déja le vertige toute petite réalisant que je n’avais pas la plus petite idée de comment étaient fabriqués tous les objets qui m’entouraient . Mais ce qui me fait par aujourd’hui ce ne sont pas les techniques , ce sont plutôt nous les humains , dont les pouvoir sont ainsi démultipliés à l’infini (et l’au delà comme dit un célèbre robot) , humain tres humain qui n’utilisent pas toujours les choses à bonne escient …

    1. « ce ne sont pas les robots qui risquent de nous devancer, c’est nous qui allons être « upgradés » . »
      Oui, notamment.

      les humains , dont les pouvoir sont ainsi démultipliés à l’infini
      Si un grand pouvoir implique de grandes responsabilités, il ne faut pas oublier que l’univers entier, c’est vaste et qu’il y a de la place, largement, pour tout le monde. Je ne suis pas trop inquiet là non plus.

  21. Nathalioe MP

    Sujet et article passionnants. Je comprends assez bien l’objection sur le niveau d’intelligence éventuellement insuffisant d’une partie de l’humanité, d’autant qu’elle est classique (je cite de mémoire) : « Que fera-t-on de l’homme stupide ou tout simplement moyennement intelligent » se demandait Gaston Berger dans les années 1950 en pensant aux sociétés industrielles de plus en plus mécanisées. Je crois que l’erreur consiste à supposer que le niveau moyen d’intelligence est fixe dans le temps. Il faudrait plutôt le voir comme s’adaptant peu à peu à toutes les nouvelles circonstances rencontrées par l’homme (créées par lui ou pas). De ce fait, toutes les époques et tous les tournants évolutifs ont eu (découverte du feu par exemple) et auront (intelligence artificielle) leur lot d’hommes stupides ou moyennement intelligents. On ne voit pas pourquoi on arriverait aujourd’hui à un plafond indépassable qui créerait un problème spécifique pour les évolutions robotiques de notre futur proche.
    D’après des lectures récentes que j’ai faites, l’évolution de la lignée humaine de l’habilis au sapiens se caractérise par toujours plus de bipédie, toujours plus de volume crânien et toujours plus de relations sociales. En ce qui concerne l’évolution robotique que vous décrivez, ça me permet de théoriser de la façon suivante : l’axe bipédie (que je prends comme motricité au sens très large) correspond à la robotique réparatrice (cas de la cécité), l’axe volume crânien correspond à l’évolution du niveau d’intelligence par adaptation aux nouvelles circonstances (comme dit plus haut) et l’axe relations sociales correspond 1. à une économie de plus en plus dirigée vers les services et 2. à une société disposant de plus en plus de temps pour approfondir les rapports humains hors économie.

    1. gameover

      Sauf que l’évolution de l’homme a eu lieu grâce à la sélection naturelle : ceux qui ne pouvaient s’adapter disparaissaient, y inclus les sots et les abrutis. Maintenir artificiellement de tels individus en vie ne va pas aider.

    2. koriaendre

      L’augmentation de puissance de calcul, *2 tous les 2 ans (pour arrondir), fait qu’un jour ou l’autre, l’intelligence naturelle humaine apparaîtra juste comme ridicule, même avec 20% de plus qu’aujourd’hui.

      La différence entre l’homme de 1950 et aujourd’hui, c’est que l’on a formé beaucoup plus de monde à des études supérieures. L’environnement de l’étudiant s’est amélioré pour apporter plus de soutient et d’efficacité au niveau de l’apprentissage, mais clairement par par une « augmentation » de l’intelligence.

  22. Nathalioe MP

    Je n’ai mentionné l’année 1950 que pour dater une réflexion inquiète de Gaston Berger sur les sociétés mécanisées, inquiétude que je ne retiens pas. Si augmentation du niveau de l’intelligence il y a, c’est bien sûr sur longue durée que ça se passe. Est-ce que cette longue durée va permettre d’entrer valablement en compétition avec les puissances de calcul disponibles actuellement ? Probablement que non si la progression est de x2 tous les 2 ans.
    Mais le cerveau humain est-il uniquement calcul ? Fleming n’a fait aucun calcul pour sortir de sa poubelle les cultures qu’il croyait fichues par abandon durant son absence. C’est une intuition soudaine (qui a peut-être demandé beaucoup de calculs ensuite) qui l’a mis sur le chemin de la pénicilline.
    On pourrait aussi considérer que les calculateurs puissants ne sont pas en compétition avec l’homme, mais sont comme des périphériques de son cerveau qui lui apportent des capacités en plus.

  23. koriaendre

    La robotique, liées à toutes les autres « nouvelles technos » (nano tech, énergie, IA, impression 3D, cybernétique) va révolutionner l’humanité comme internet allait révolutionner la numérisation et le commerce:
    Il n’y a plus de vidéoclub aujourd’hui, la production de disque, et de livre, de la presse a été complètement bouleversé. Le e-commerce grignote toujours de plus en plus de part de marché, sur le commerce de « proximité », ou les grandes enseignes, qui avaient pignon sur rues, fleurissaient les grands boulevards de tous les pays, reculent, diminuent, ferment.
    Et l’effet internet est loin d’être bouclé: la domotique et les objets connectés seront bientôt à la porté d’une main, d’un geste, voire de la pensé.

    Pour moi donc, ce texte est vain : nous ne sommes pas en mesure d’estimer, nous dinosaures du monde d’avant, la réelle porté de la révolution qui s’approche.

    Un robot conduira une voiture : Souvenez vous, Asimo avançait péniblement en l’an 2000
    http://www.humanoides.fr/2013/12/10/darpa-robotics-challenge-evenement-robotique-a-suivre/
    https://futurscience.wordpress.com/tag/darpa-robotics-challenge/

    Et Watson qui se voit intégrer des routines de deep learning maintenant.

    Et en ce qui concerne l’économie et la pauvreté, l’homme n’est naturellement pas le meilleur exemple du choix par l’intelligence et de l’intérêt collectif, je doute réellement que les choses s’améliorent, tant qu’ils resteront maître de la décision.
    Contrairement a ce qu’avait recommandé Adam Smith, les financiers ont fait de la délocalisation, non pas une arme de promotion du libéralisme dans le monde, encore moins une volonté touchante de rendre ces pauvres gens plus riche, mais plutôt de redistribuer le moins possible, en payant les salariés le moins possible. Nul doute qu’au moment même ou le robot devient moins cher, pour cette tache, le choix sera vite fait, et l’avenir de l’employé ‘ailleurs’, enfin s’il le peut.
    Mais à réduire les coûts au maximum, pour redistribuer le moins possible, en diminuant le nombre d’employé par exemple, cela n’aura d’autre effet à terme que de diminuer le nombre de client; car s’il est de grand absente dans l’économie actuelle, c’est bien la source de revenu du client, l’origine de ses ressources financières, qui à un moment ou a un autre, proviennent d’un salaire d’un emploi dans une société.
    Par obligation jusque la, la boucle était bouclé. Et la production des biens et des services avaient des débouchés. Le robot arrive maintenant, et l’homo-economicus ne sera plus tenu de faire assumer la réalisation d’une tache ou d’un service par un emploi rémunéré.

    Le monde de demain pourrait être bien mieux, surtout si l’on apprend à modérer notre vanité.

    Non, moi, ce qui m’inquiète un peu, c’est la transition …

    1. « plutôt de redistribuer le moins possible, en payant les salariés le moins possible »
      Bien sûr, tu sais que ce n’est pas ce qui est observé ?

    2. Jean Bon

      « les financiers ont fait de la délocalisation, non pas une arme de promotion du libéralisme dans le monde, encore moins une volonté touchante de rendre ces pauvres gens plus riche, mais plutôt de redistribuer le moins possible, en payant les salariés le moins possible. »

      Complètement faux dans les faits. C’est même l’inverse.
      La Chine mourrait de faim il y a 50 ans. Elle mourrait pour de vrai, avec des vrais gens qui creuvaient la bouche ouverte. Gràce à ces méchants financiers, ces mêmes chinois vivent aussi bien que toi aujourd’hui (financièrement). Les financiers n’ont peut-être pas voulu, intentionnellement, enrichir des chinois (mais qui es-tu pour affirmer le contraire, qu’en sais-tu ?) , mais ils l’ont fait.

      Ouvre les yeux. Mis à part que les financiers n’étaient probablement pas des saint-hommes (mais qui l’est vraiment ??), ce que tu dis est le contraire de la réalité.

      Je ne te connais pas, mais à priori, je dirais que tu donnes l’impression d’être tellement englué dans tes idées marxistes, que tu t’empêches de regarder les choses telles qu’elles sont.

      1. Jean Bon

        Je suis allé un peu trop loin dans mon post. C’est peut-être moi, qui suis un peu englué dans mes idées en fait 🙂
        Je ne peux pas retirer mon message, mais je le ferais sinon.

        1. gameover

          Bah je trouve pas spécialement que tu aies été trop loin.
          Cette idée d’exploitation jusqu’à l’asservissement c’est bien une idée marxiste même si lui ne l’avait pas exprimé stricto sensu.

          L’économie c’est forcément du win-win sinon ça ne fonctionnerait pas. Je n’ai pas dit fifty-fifty.

  24. zelectron

    Pour les ceusses qui disposent d’un QI voisin de celui du serin les robots non seulement leur font peur mais ils souhaitent leur destruction.
    C’est faire fi de l’imagination inouïe des êtres humains en général et de leur propension à de créer des champs fantastiques d’applications et d’occupations aussi sottes que variées et néanmoins parfaitement rémunératrices, sans compter sur la conquête des étoiles, ça va de soi.

    1. Greg

      La conquête des étoiles, il y a certains paramètres à prendre en compte…

      Le plus emmerdant, c’est le temps. Les voyages forment la jeunesse, dit-on, mais qu’en est-il des voyages qui prennent des milliers d’années ?
      Forment-ils toujours la jeunesse ?

          1. zelectron

            OK, il y a même de quoi déjeuner à bord 🙂 , sauf si notre planète épuise ses réserves ou saute, ce qui est hélas l’autre hypothèse.

  25. JS

    Vivement le premier robot « homme politique » capable de diriger un pays !

    Pas de corruption, pas de maladie mentale, etc..

  26. Jean Bon

    Il y a tout de même un aspect qui me fait peur.
    On le comprend comme une evidence aujourd’hui : ce qui paraissait exagéré dans les films et les livres sera en fait une vision atténuée de la réalité de demain.
    Le robot Terminator interprêté par Schwarzy va exister d’ici 20-30 ans. Ca fait peu de doute aujourd’hui. Il ne sera peut etre pas un soldat, mais plutot un boy à tout faire … notamment la guerre si son maître le lui demande.
    Et du point de vie de l’intelligence, le robot qui se programme par l’exemple nous montre que celui-ci sera capable d’évoluer seul sans intervention humaine. Bien sur il y aura toujours le cordon ombilical qui fera que l’humain aura toujours le contrôle dessus … jusqu’à ce qu’il coupe ce cordon par inadvertance. Et on pourra se retrouver dans un scénario à la Robocop, Terminator ou Transcendance ou la machine va vivre pour elle-même et non comme exécutant. Rationnellement, je ne vois en fait pas ce qui l’empecherait.

    Ca va introduire une nouvelle donnée pour l’humain. Jusqu’à présent il a connu des éléments plus forts que lui : lions, virus, volcans, meteorites. Mais jusqu’à ce jour, il n’a jamais connu d’éléments plus intelligents que lui. On a toujours dominé le monde intellectuellement. Si ça devait ne plus durer, qu’adviendrait-il ??

  27. Nathalie MP

    « par inadvertance » : c’est le bon mot. Si des robots en arrivent à manifester une apparente autonomie par rapport à l’homme, c’est probablement parce que l’homme les aura programmés ainsi « par inadvertance » (erreur, oubli …). Mais les effets de cette programmation passée d’abord inaperçue se feront vite sentir et j’ai tendance à penser que l’homme aura toutes les capacités pour identifier, analyser et réparer ce qu’il avait d’abord mal fait par inadvertance. Du reste l’inadvertance n’a pas forcément que des effets négatifs.

  28. Bonsaï

    On peut aussi imaginer une race d’extraterrestres qui serait déjà sur Terre (arrivée vers le milieu et fin du 20ème siècle. Vagues d’OVNI. Roswell) et souhaiterait se débarrasser de nous. Elle largue quelques robots améliorés qui vont en créer d’autres, puis nous reléguer dans des ZAM (Zones Anthropologiques Muséales), comme les Indiens d’Amazonie. Je vous laisse imaginer la suite, c’est pour bientôt !

  29. orion

    Bonsoir ,

    « Mais cela ne signifie pas que nous serons tous pauvres et au chômage, au contraire.  »

    nous serons tous riches et en vacances , un pied-à-terre dans chaque région du monde en fonction des saisons et des envies . Pourquoi être salarié quand on peut embaucher une floppée de robots . L ‘ avenir ? tous patron ! enfin tant que les robots ne se syndiquent pas . On va pas se laisser emmerder par des robots non maiiiis.

    Coluche :
    -Moi, j’ai été remplacé par une machine avec toute l’équipe de mecs qu’on était.Ah, une machine super ! Elle fait tout le travail à notre place !
    Elle le fait aussi bien que nous… sinon mieux.
    – Parce que tout le monde gueule : « Ouais, y a 3 millions de personnes qui réclament du travail… »
    C’est pas vrai !!! … De l’argent leur suffirait.

     » Et si nous ne voyons pas tous déjà les bénéfices de cette révolution en marche, peut-être devons-nous en chercher la cause dans les puissants freins que nous avons tous mis en place dans l’organisation même de notre société,  »

    oui , curieux de voir comment nos sociétés se réorganiseront . J’espère que nous n’aurons pas tous la même idée …

Laisser un commentaire