Fonction publique : la sclérose de la France

Certains petits-déjeuners sont des traquenards. On croit s’enfiler tranquillement quelques innocentes viennoiseries, voire un œuf et du bacon, quand, soudain, entre le jus de fruit et le thé ou le café, on déclare bêtement que le statut des fonctionnaires français est inadapté au monde moderne. Immédiatement, le bacon se rebelle, l’œuf tourne, le jus de fruit se renverse et le café bout. Ce jour-là, plutôt que parler, le petit Emmanuel aurait mieux fait de se concentrer sur sa confiture …

Eh oui ; vendredi 18 septembre au matin, Emmanuel Macron, invité à un petit-déjeuner-débat organisé par le think-tank « En Temps Réel », a décidé de remettre en question le statut de la fonction publique, tabou pourtant clair notamment en Socialie et plus encore lorsqu’elle est dirigée à gauche, qu’il a déclaré n’être plus « adéquat » dans certains cas. Pour un Macron complètement débridé, c’est clair : maîtriser les déficits publics et parvenir à redresser la situation passe par une réforme du statut de la fonction publique pour un certain nombre de missions qui ne le justifient pas.

gifa olivia wilde surprised

Surprise. Stupeur. Ahurissement. Consternation. L’audience présente au petit-déjeuner a probablement dû recracher quelques petits bouts de croissants dans un cri étouffé en prenant conscience de toute l’ampleur de la déclaration du ministre : une remise en cause du statut de fonctionnaire, mais, mais, mais vous n’y pensez pas, mon brave, ce n’est plus une réforme, c’est une mutinerie que vous fomentez-là !

La stupeur n’a cependant pas empêché l’information de parvenir jusqu’au Chef de l’État, alors en train de bricoler de la médaille du côté de Tulle. Ce dernier a profité de l’occasion pour écraser rapidement toute velléité de son ministre à remettre en cause le tabou du statut de fonctionnaire. Il y a des choses qui ne se disent pas, même en privé, même en off, même dans un think-tank, même lorsqu’on a été choisi comme faire-valoir réformiste du gouvernement. Pour l’ « entourage » du président, il fallait réagir vite sous peine de laisser s’installer un doute, abominable, concernant le statut de la fonction publique.

gifa lolcat : Sniffage de chatonQuant à Manu les bons tuyaux, il a bien vite rectifié le tir : « Ouh là là, une réforme, vous n’y pensez pas, sans langue de bois ni provocation, ce n’est pas ce que je voulais dire, on m’a salement déformé le propos, je n’étais plus moi-même, une overdose de jus de fruit ou de bacon, pas d’autre explication, j’ai été drogué, la sniffette au chaton ne m’a pas réussi et tout ça » a-t-il rapidement déclaré (en substance) à l’AFP, histoire de bien montrer sa totale allégeance au patron et enlever toute envie aux uns et aux autres de seulement envisager la question.

Fouyaya, on pourrait croire qu’on a ainsi évité l’incident grave… En fait non, l’incident a bel et bien eu lieu, et la gravité s’en ressent déjà : les habituels excités du service public et les thuriféraires du Tout À l’État se sont levés comme un seul parasite homme pour s’écrier que les déclarations du ministre étaient insupportables. Au premier rang des exaltés, on retrouve sans mal le député Yann Galut, qui dévoile clairement le fond de sa « pensée » :

« Je trouve qu’à quelques semaines des élections régionales, où l’on doit mobiliser notre électorat, où l’on doit réaffirmer nos valeurs de gauche, reprendre une fois de plus des propositions qui sont de droite, des mots qui sont de droite, je pense que c’est irresponsable de la part du ministre de l’Économie »

Notez au passage que si le Galut s’est tout remonté le bourrichon au point de demander la démission du gouvernement, c’est avant tout parce que les déclarations de Macron risquent bien d’amoindrir encore un peu le futur score électoral catastrophique du PS. Entre deux bouffées de panique, le pauvre député du Cher comprend confusément que son poste est menacé à terme par les vaguelettes du ministre, et, comme une bonne partie de la gauche actuelle, perdre son mandat serait une catastrophe pour notre homme qui n’a jamais connu autre chose que la politique et ses coulisses. Pour lui, comme pour tous ceux qui ont hurlé et qui font actuellement tout pour minimiser les propos de Macron, même si l’évidence des positions qu’il tient leur crève les yeux (et leur fend le cœur, les pauvres petits choux), il fallait réagir et tenter le tout pour le tout pour que jamais, ô grand jamais, une réforme de ce statut ne soit envisagée.

gifa sad rabbit

Que voulez-vous, la France et sa fonction publique sont des petites choses fragiles et colériques qu’il ne faut, sous aucun prétexte, bousculer ou même effleurer. Les tabous, devenus omniprésents, ont consciencieusement sécurisé tous les domaines en verrouillant tout discours qui pourrait porter sur la pertinence des 35 heures (elles ont créé de l’emploi, un point c’est tout), sur le travail du dimanche (inutile et destructeur familial), sur l’épaisseur du code du travail (seule garantie d’une couverture parfaite de tous les cas possibles), et sur le statut même des fonctionnaires.

La sclérose est maintenant totale, et si l’on a encore le droit (ouvert à débat) de penser, en revanche, plus rien ne peut être dit et encore moins fait, et ce, même lorsqu’on tient compte de l’ampleur réelle des précédentes « réformes » de Macron, nanoscopique. La moindre évocation d’un changement un peu courageux entraîne des levées de boucliers, des hurlements et des appels à la démission sans la moindre nuance, paralysant complètement le législatif et l’exécutif du pays, et ce, au détriment évident de ceux qu’ils entendent protéger — un paquet de fonctionnaires auraient en réalité tout intérêt à une refonte massive de leur statut, qui injecterait, enfin, un peu de méritocratie dans un système devenu particulièrement démotivant, ce que beaucoup sont largement prêts à reconnaître.

Le bilan est sans appel : plus rien ne bouge dans le pays, notamment depuis l’avènement des lois sur les 35 heures (en 2000), lois qui ont scellé l’avenir d’un pays qui a officiellement choisi de travailler moins là où tous les autres choisissaient de travailler plus et plus longtemps. Or, un corps (fut-il social) qui ne montre plus aucun mouvement, aucun signe de vie pendant plusieurs années peut légitimement être déclaré mort. Eh oui : en réalité, Galut, Maurel, Lebranchu, Lienemann, Narassiguin et tant d’autres, Hollande compris, en s’opposant à toute discussion de fond sur ces tabous, montrent un attachement morbide au système social français, cadavre mort depuis longtemps, et refusent de le laisser reposer enfin en paix, comme des enfants immatures incapables de comprendre que l’animal familier est décédé et ne reviendra plus.

Malheureusement, pendant qu’ils s’accrochent encore et encore, le cadavre pue de plus en plus.

système social français

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires167

      1. Pheldge

        Entièrement d’accord! les sorties de Macron permettent à Hollande de se poser en « homme de gauche » garant des totems, et à Valls par contre, qui soutient son ministre , de se poser en « réformateur ». Le couple exécutif gagne sur les deux tableaux. Et macron en lâchant se petites phrases, rassure Bruxelles sur les « intentions réformistes » de la France …
        Pour moi, tout ça est piloté depuis l’Elysée.

        1. royaumont

          Gagner sur les deux tableaux, c’est vite dit… Comme Mou 1er ne bénéficie pas d’une confiance aveugle, ce genre de sortie sème la confusion plus qu’autre chose et il risque plutôt de perdre sur les 2 tableaux. Les « hommes de gauche » ne comprennent pas qu’un tel discours soit accepté sans sanction et les « réformateurs » ne voient objectivement rien venir, la défiance s’installe pour les deux.
          C’est de la comm’ à la sauce hollandaise, qui se termine en se prenant les pieds dans le tapis, puis chutant lourdement dans un grand bruit de cristal brisé.

          Quant à la commission Bruxelles, si elle se laisse encore berner par des promesses françaises, c’est parce qu’elle le veut bien.

            1. Pheldge

              C’est de l’esbroufe pour les gogos cette histoire de Bruxelles qui fait les gros yeux. A chaque fois le gouvernement français fait des promesses, s’engage , et ne tient pas ! C’est un petit jeu bien réglé, à l’attention des marchés, qui continuent de prêter et du peuple, à qui on continue de raconter qu’on fait de gros efforts.

          1. Aristarkke

            Ce qui compte pour Peak de la Faribole, c’est qu’il obtienne un nouveau délai pour ne rien faire jusqu’à l’échéance suivante. Peu lui chaut la motivation réelle de la bonhomie de l’UE…

          2. hartman

            Peut – être. Mais si le président des Bisoux est bon à une chose, c’est bien dans ce genre de manoeuvre qui ne se jour généralement pas en une manche. Et pour un stratège de cabinet, perdre les régionales peut être un objectif tactique.

          3. theo31

            Comme Mou 1er ne bénéficie pas d’une confiance aveugle

            Tu te trompes. Jean-Luc Stalinenchon voterait Molle Glande au second tour face à Le Pen. Pour les degôche, le pire « droitier » du PS est toujours préférable au pire gauchiste de droite. En 34, le PCF dégueulait sa haine de la SFIO. Deux ans plus tard, il lui léchait le cul (sauf Doriot, immense cocu du stalinisme). Et que dire de Blum qui racontait qu’il était anti-communiste et qui collaborait en permanence avec les bolcheviks ?

        2. Deres

          Ils s’organisent une opposition entre socialistes et même au sein du gouvernement. C’est la même tactique queb Sarkozy qui en étant à droite se plaçait en alternative à Chirac. Après, je ne leur prête pas tant d’intelligence … C’est surement plutôt le brouhaha habituel et l’incpacité à gèrer la différence entre l’idéologie et la réalité.

  1. Gerldam

    Deux chiffres valent tout un discours: en France 90 fonctionnaires pour 1000 habitants; en Allemagne, 50. Il serait difficile de dire que l’Allemagne n’est pas administrée. Faites le calcul: sur 65 millions d’habitants, cela fait une différence d’environ 250 milliards PAR AN.
    Que ne pourrait-on faire avec une telle somme?

      1. Kuing Yamang

        Oui, la dette de l’Etat français, c’est 1,5 million de fonctionnaires (disons de trop) pendant 30 ans :

        https://www.youtube.com/watch?v=30fAPxTQUqY

        Un fonctionnaire coûte en moyenne 40 000 € par an aux contribuables.
        40 000 € x 30 ans x 1,5 millions € = 1 800 milliards d’euros… bon, maintenant la dette est vers 2 000 milliards, soit 10% de plus, ce qui nous fait 1,65 million de fonctionnaires. Nos enfants, qui vont payer la note, les remercient.

        1. Balthazar

          Un fonctionnaire c’est une charge pendant son activité puis pendant toute sa retraite
          Si on prend une hypothèse d’un fonctionnaire titularisé à 25 ans (cadre A qui a glandouillé pendant 7 ans en fac de socio ou de lettres classiques) et qui passe l’arme à gauche à 80 ans, la société l’a à sa charge pendant 55 ans…
          Le gain pour nos poches ne se fera donc pas en compensant un départ sur deux ou trois mais en diminuant l’espérance de vie moyenne d’un fonctionnaire de 10 à 20 ans

    1. Hermès

      Il me semble que les charges de personnel c’est 120 milliards par an. Donc si on diminue du ratio 50/90, ça ferait « uniquement » 54 Milliards par an. Ce qui est quand même loin d’être négligeable

      1. sam player

        Non j’ai vérifié le calcul de Gerldam il est correct.

        54Mds / (65000*40) ça ne ferait que 20,769 euros par fonctionnaire.

        Vous avez oublié les collectivités et les retraites et les frais de structure.

        Sam Player Comptable.

    2. Flash

      Cela me rappelle un commentaire de l’Immonde. En substance, quelqu’un réagissait à la confirmation de l’interdiction d’Uber en évoquant l’idée que « CPEF ».

      Réponse du commentateur progressiste :

      «  »Dès que je peux je change de pays ». Be my guest. Et éclatez-vous dans une société uberisée avec pour seul horizon la précarité ad vitam aeternam, sans cotisations sociales, sans médecine gratuite, avec éducation payante, une intervention pompiers facturée 1000 €, des routes bien défoncées qu’empruntera votre véhicule Uber à l’entretien aléatoire. Ah, il n’y aura pas de métro et de bus non plus, ou très chers et de mauvaise qualité. Mais c’est pas grave, vous n’utilisez que la voiture en ville. »

      Alors là, vous imaginez, si vous divisez par deux le nombre de fonctionnaires ! On serait comme en Allemagne ! Pas de routes, pas de bus, pas de métros, pas de médecine, une éducation pour une petite élite, les pompiers qui facturent à mort ! Horreur ! Damnation ! Vous n’y pensez pas !

            1. zelectron

              qqs aphorismes . . .
              La suffisance d’un fonctionnaire est inversement proportionnelle à son inefficacité.
              L’autosatisfaction d’un fonctionnaire est proportionnelle à sa nullité
              La nécessité du fonctionnariat n’est exigée que par iceux-là
              Plus un agent de l’état s’autoproclame indispensable moins il l’est
              un socialiste ne doute pas, surtout de lui même
              un soce ne voit jamais en quoi il est nuisible
              à parfaire . . .

          1. Aristarkke

            Oui, pour le commentateur degôche qui imagine que les pompiers et les transports en commun n’existent que dans les pays communistes ou communisants…

    3. Deres

      Le plus fort est que plus de 50% des militaires sont en fait sous contrat en CDD et non des militaires de carrière … Dans la fonction régalienne par excellence (usage immodéré de la violence légale, risque personnel important, sujétion parfois complète), très peu de statut de la fonction publique !

      1. Higgins

        Deux militaires sur trois d’après Jean-Dominique Merchet sur son blog « Secret défense » (article actuellement en ligne où il est indiqué très précisément 63%).
        Seules les grandes écoles d’officier offrent d’entrée de jeu le statut de carrière. Pour tous les autres, le contrat est de rigueur. L’accès au statut de carrière se fait soit via les notations (cas des sous-officiers ou des officiers sous-contrat), soit par concours ( cas des concours internes pour devenir officier, concours accessibles aux sous-officiers ou aux officiers sous contrat).

      2. vengeusemasquée

        Oui et c’est aussi largement le cas dans les autres branches de la fonction publique. C’est peut-être un peu moins net mais il ne faut pas croire que c’est anecdotique. Dans la FPT, de nombreux postes sont strictement réservés aux contractuels pour que l’employeur puisse disposer de la flexibilité sur les conditions de rémunération et de fin de contrat. Eh oui. Faites ce que je dis…

        1. Lone

          Pour l’Armée, je dis non au terme de mercenaire. Il faut tout de même être français, et la solde, bien que correcte est « au forfait ». Les 35 heures se font souvent en 3 jours. Mais l’on s’engage « en toute connaissance de cause » (c’est précisé sur le contrat). Le risque personnel est présent, mais on vit très bien avec. Quand on trouve que le jeu n’en vaut plus la chandelle, on raccroche le treillis, point barre.

          Un militaire du rang (de soldat à caporal-chef) est sous contrat à vie. Avec une durée limitée à 27 ans de service. Les sous-offs quant à eux sont contractuels jusqu’a 11-15 ans de services, (2 à 4 contrats type CDD, ce qui « écrème » pas mal…) admission au statut de carrière conditionnée par un examen, et une sélection nationale au mérite. ET il y a pas mal d’officiers sous contrat dans le même cas, sauf que la sélection est encore plus drastique pour eux…

          Le statut militaire est assez équilibré je pense. L’étendre à toute la fonction publique serait déjà un pas dans le bon sens.

          Et puis c’est du régalien, et les 17 libéraux qui fréquentent ce site sont majoritairement d’accord avec cela, non? (Même si je sais qu’il existe une « chapelle » libérale qui prône une armée privatisée. Je ne me rappelle plus son nom, d’ailleurs… Quelqu’un le saurait il?)

    4. Aristarkke

      Et la Teutonnie est un pays fédéral, régime d’ organisation territorial qui exige, en principe, davantage de fonctionnaires qu’un régime plus centralisé.

    1. sam player

      Rigole pas avec ça… ma région natale… que même excepté sous couvert d’anonymat je ne le dis plus depuis…

      D’ailleurs à ce sujet, je ne sais pas si le boss a fait exprès ce jeu de mots sur Galut qui s’est remonté le bourrichon…

      Ce mec a une tête de traître… je ne vais pas plus loin pour ne pas gagner le point godwin.

      1. Pheldge

        Ah mais c’est que le M. Galut, il écrit dans Libé … je me disais bien que son nom ne m’était pas inconnu ! voici un florilège de ses écrits : liberation.fr/auteur/4996-yann-galut

  2. Higgins

    L’exemple parfait de la sclérose qui affecte la sphère publique nous est donné par la grève ubuesque qui touche le musée d’Orsay. Le personnel refuse, a priori, que le musée soit ouvert 7 jours sur 7. Derrière ce mouvement, l’ineffable CGT, le plus puissant frein à l’immobilisme que compte ce pays pourtant riche en la matière et symbole moderne de la lèpre.
    Clin d’œil ou pas, le titre de l’exposition est: « Splendeurs et misères. Images de la prostitution. » sans que l’on sache du coup à qui est destiné ce titre.
    Il n’y a strictement aucune raison que personnel de ce musée émarge au statut de la fonction publique. C’est vraiment le symbole de la déchéance de ce pays.

        1. Guillaume_rc

          Mon père avait coutume de dire que la CGT était la preuve que la France était le pays le plus dynamique du monde.

          Eh oui : quel pays pourrait être dans les plus riches du monde en traînant un tel boulet ?

          CQFD

          Bon avec le temps, le pb est que le boulet pèse quand même de plus en plus lourd….et que ce n’est pas le seul !

    1. sam00

      Le cas de l’IFREMER n’est pas mal non plus!

      Hier, une cinquantaine de salariés bloquaient le siège de Issy-les-Moulineaux à l’appel de la CFDT pour protester contre la « délocalisation » des 90 emplois du siège vers le site de Brest …

      J’avoue ne pas être expert de la question, mais quand même, d’instinct, j’ai tendance à penser que des locaux de l’IFREMER sont mieux situés quand ils sont proche de la mer où de l’océan … non?

      Mais, le délégué syndical nous donne une explication du problème:
      « Le 4 septembre, CFDT et CGT, réunis en comité central d’entreprise (CCE) ont voté à l’unanimité contre cette «délocalisation autoritaire», selon le délégué CFDT. «Ce n’est pas une vendetta contre la Bretagne, mais nous craignons des pertes de postes et un éloignement des centres de pouvoir», a affirmé le syndicaliste, dénonçant «un passage en force» du gouvernement »

      Un éloignement des « centres de pouvoir » … voilà le véritable enjeu … ils ne le cachent même plus!

      http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/09/22/97001-20150922FILWWW00088-le-siege-de-l-ifremer-bloque-par-des-salaries.php

      1. Aristarkke

        Cela mettrait peut-être à mal des petites combines pour les frais de déplacement et autres menus avantages dérivés… Et vous remarquerez la prudence avisée de la déclaration ménageant la susceptibilité bretonne…

      2. Higgins

        Quiconque a lu un jour un panneau syndical dans une administration comprend l’étendu du malaise intellectuel. J’en ai même lu un jour où le problème soulevé était le problème du PQ (qualité et couleurs). Et je ne parle pas des réunions imposées par la réglementation: Guignol est un petit joueur en comparaison. Ces réunions étaient le cauchemar d’un de mes amis qui présidait aux destinées d’un important centre de l’armée des Indes (environ 3000 personnes dont 500 civils). En faire le moins possible semble être le vademecum des syndicats. Pour organiser l’inefficacité et la gabegie, ils sont champions. Pour travailler, par contre… Ce sont vraiment des forces d’inutilité.

  3. royaumont

    J’aime beaucoup la déclaration du sieur Galut, député de son état et de sa circonscription : « c’est irresponsable de la part du ministre de l’Économie ».
    Pourquoi ? C’est nuisible à l’économie ou au fonctionnement du pays ? Non, vous n’y êtes point, c’est pire : cela pourrait faire perdre des voix et même une élection au PS. C’est le drame. On a les priorités qu’on peut.

  4. Calvin

    Le problème n’est pas qu’un nombre assez important d’élus irresponsables et arrivistes râlent ouvertement.
    C’est que beaucoup de citoyens pensent que le statut de la FP, le CT obèse, les réglementations étatiques et l’Etat Providence sont des totems inattaquables.

    1. Patatrac

      « le statut de la FP, le CT obèse, les réglementations étatiques et l’Etat Providence sont des totems inattaquables»

      Je partage entièrement votre analyse. Ce type de clientèle électorale ne clame que des droits sans aucune contrepartie, sous le prétexte d’un droit « naturel » à l’aide sociale parce que le monde est injuste. Il l’a toujours été ! Mais certains, même dans l’adversité s’en sortent et sont autant d’exemples qui contredisent le bien-fondé du système. Il faut donc niveler ceux qui « réussissent » ou « s’en sortent », par tous les moyens car ils sont une poutre dans l’œil du socialisme, de droite ou de gauche.

  5. zelectron

    la confiscation du fruit du travail des travailleurs-citoyens par la nébuleuse tentaculaire des 10 MILLIONS de « fonct/assimil/territor/sécu/exnational/burétud/assoces/comithéodul/zélus&assistants . . . dont 2 millions ne servent à RIEN » décourage ceux qui aimerait entreprendre ou poursuivre ! Pourquoi risquer sa peine et sa sueur, sans oublier ses économies ou des emprunts pour être dépouillé par un monstre qui se cache derrière des étiquettes de gôche du genre pas vu, pas pris, on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs, la fin justifie les moyens, les lendemains qui chantent, à chacun selon ses moyens, selon ses besoins, le centralisme démocratique et autres slogans tordus, sentant la trahison des mots à chaque phrase !

    Sachant qu’un fonctionnaire représente un engagement de l’état en moyenne d’une somme de 3,6 millions d’€uros qu’il faut débourser bon gré mal gré . . .
    1 à 2 millions de VIRÉS représentent de 3600 à 7200 milliards d’€uros économisés disponibles pour payer la dette et ce qui reste pour irriguer des dizaines de milliers de PMI/ETI manufacturières des secteurs industriels et agri-agroalimentaires potentiellement exportatrices !

  6. cretinusalpestris

    J’ai aussi l’impression que Macron joue le rôle du « méchant flic » : il s’agite, il menace, il anxiogénise à donf.

    Ce qui fait passer le P’tit Gros et le Crétin pour des « gentils flics », pondérés, conviviaux, rassembleurs, pour lesquels on revotera un jour… et que, oui, ouf, Jaurès soit loué qu’ils soient là pour contenir ce fascisme rampant qui noyaute également la gauche.

  7. Black Mamba

    « j’ai été drogué, la sniffette au chaton ne m’a pas réussi et tout ça »
    A force d’observer le gif, j’ai enfin pu identifier que c’était un chaton qui avait été sniffé , au départ je croyais que c’était du rat 😉

  8. Guillaume

    Je suis étonné que personne n’ai relevé la manoeuvre politique du « gentil flic/méchant flic ». Macron sort une connerie, Hollande arrive en sauveur. D’ailleurs, j’ai l’impression que Macron ne sert qu’à ça : servir de méchant au gouvernement.

    1. DoS

      Exact c’est la technique de Roco. L’on prend la température, l’on fait la place, puis l’on sonde. Depuis le temps le Français est habitué de la technique. Pire il aime cela. Il prend un certain plaisir à rentrer dans ce jeu.
      Vivement le prochain vote que l’on rigole…..autant en rire.

      1. Pheldge

        « c’est la technique de Roco. L’on prend la température … » euh , vous parlez bien de « Rocco S’il frédit » l’homme du froid, avec son grand thermomètre ?

        1. DoS

          Il parait que son record est battu. Un type d’Amérique du sud, je crois. Comme il a des petites jambes en plus…bref, il a été obligé de se faire opérer. Comme quoi !

          1. Caton

            If you think that our boy’s now a stud,
            You’ve been fooled by the size of his pud.
            Twelve inches when soft,
            When it rises aloft,
            He faints from the sheer lack of blood.

          2. Pheldge

            Please Caton, have a look at Blackzilla’s tiny todger pounding Milf Lauren who learns the meaning of « no pain, no gain ! »

            NB: pour des raison évidentes je laisse le lecteur prendre ses responsabilités, et ne donne aucun lien 😀

              1. Pheldge

                Euhhh je voudrais pas dire mais le poème …
                Allez, bon prince je vous offre un peu de Virgile: Énéïde, livre IV
                « At regina graui iamdudum saucia cura
                uolnus alit uenis, et caeco carpitur igni. »

                Après tout Carthago delenda est 🙂

                1. Scarlet Pimpernel

                  Voui, mais c’est assez normal, le Cygne de Mantule pâtissait dans la brioche infernale….

                  Quant au Limerick, il est toujours assez « risqué » comme on dit en bon anglais…

                  The limerick packs laughs anatomical
                  Into space that is quite economical.
                  But the good ones I’ve seen
                  So seldom are clean
                  And the clean ones so seldom are comical

  9. DoS

    Comment le chaton rentre dans le nez ?

    Pour le reste, c’est hélas vrai.

    Mon sentiment est que l’Etat communique par petites touches subtiles pour nous faire accepter le cadavre. Un jour l’on montre un doigt (le majeur), un autre une boule, souvent un membre (dans notre fion).

    Bref, ces fonctionnaires sont des petits vicieux. Ils aiment faire durer le plaisir (le notre)

    La conclusion c’est que même les réfugiés préfèrent l’Allemagne ou le climat de la Suède…La France ne fait plus rêver…

    Et nous sommes là, spectateur, la bouche ouverte, à attendre l’explosion qui viendra inexorablement des couches populaires. Des gens racistes, des gens violents, des fonctionnaires vicieux et haineux.

    Bref, une avalanche de beauté humaine en perceptive.

    R.I.P

  10. Duff

    Commentaire pas très constructif mais il me fallait souligner à quel point j’ai éclaté de rires sur le gif du rail de coke qui aspire le chaton mignon! Superbe celui là! 🙂

    1. DoS

      Perso, je n’ai pas d’expérience dans ce genre de choses….mais je préférais de loin aspirer un chaton. Enfin, si il arrive à rentrer.

      C’est probablement métaphorique, pour dire qu’un rail de coke ça déchire le nez. ou un truc du genre.

      Mais nos élus ont accès à de la pure Colombienne livrée en valise diplomatique. C’est avec cela qu’il votent des lois la nuit. De là, nous comprenons mieux notre histoire législative.

  11. Cerf D

    HS: D’après Einstein en courant à 300 000 km/s autour d’un arbre on peut arriver à se sodomiser soi-même.
    Si on n’est pas assez sportif, on peut aussi voter socialiste.

  12. Caton

    La France n’est pas un État qui possède une bureaucratie, c’est une bureaucratie ayant vérolé conquis la nation. Il est tout à fait normal que cette bureaucratie veuille se protéger, y compris aux dépens des lépreux esclaves citoyens.

    1. Kuing Yamang

      Le premier objectif de toute administration est d’assurer sa pérennité et son développement. Et ce n’est qu’une fois ceci assuré qu’elle peut enfin se consacrer à ce pour quoi elle a été créée.

  13. Adrien

    Il faut se rendre à l’évidence, la France est un pays conservateur (dans le sens de « qui veut conserver ses acquis sans rien y changer » en mode CGT). La moindre tentative de bouger quelque chose est tuée dans l’œuf, les groupes de pression bien représentés s’activent pour que leurs rentes ne changent pas, et le bon peuple qui veaute pour des marionnettes en alternance s’écharpe sur le sexe des anges en zappant entre le foot et le JT. On baisse les limites de vitesse parce que c’est dangereux, on limite l’innovation (ou en l’encadre, ce qui revient au même) parce que quand même faudrait pas trop innover non plus, et on redemande la protection de l’État-nounou pour le moindre bobo. Un pays de vieux en charentaises ! Et si jamais la critique devient un peu trop acerbe, on lui associe des HLPSDNH et du Soral dans les médias comme on balance de la nympho en petite tenue dans une chambre d’hôtel de DSK, et le tour est joué. Ajoutons à ça que c’est bien la FP qui dirige ce pays administrativement (les élus parlent et passent, les hauts fonctionnaires font et restent), et on comprend pourquoi il ne se passera globalement rien sans des pressions extérieures plus ou moins amicales.

  14. john

    Moi il finit par me plaire ce Macron. Ok il a pour l’instant rien fait matériellement. Il n’a fait que parler. Mais déjà .. oser dire .. casser des tabous que même la droite la plus bête du monde n’ose pas dire .. non vraiment, je suis admiratif.

    1. Guillaume_rc

      J’avoue que je suis très perplexe quant au cas Macron (et j’ai du mal à croire au bon flic / mauvais flic évoqué ici par certains).

      Il est intelligent, cultivé, il a bossé dans le privé, il n’hésite pas à démolir un certain nombre de tabous (et Dieu sait que la Fonction Publique en France s’apparente à une vache sacrée).

      Qu’est ce qu’il fout avec le Présiflan et Manuel « Adolfo Ramirez » Valls ?
      Il est maso ?
      FH a un dossier sur lui ?
      Il est dévoré d’ambition et il a un plan ?

      1. Higgins

        « il a bossé dans le privé »!!! Pas trop longtemps et pas dans un enfer capitalistique. Relativisions quelque peu cette très pénible expérience, passage quasi-obligé pour devenir membre de l’oligarchie, passage qui, par contre, a du lui ouvrir bien des portes discrètes.

    2. Flash

      Je suis un peu dans le même état d’esprit. Je n’ai pas l’impression d’avoir en face de moi un perroquet ou un robot, c’est-à-dire un politicien sans opinion, uniquement doté « d’éléments de langages ».

      Le gars semble encore vaguement spontané. Il ne me paraîtrait pas surprenant qu’il pense vraiment que le statut de la fonction publique est dépassée.

      La vraie question serait : mais que fait-il au Gouvernement?

  15. DoS

    Prospective:

    Dans l’optique où l’Etat serait en faillite….(il l’est), étant donné que l’ensemble des services sont par définition étatiques et publics (les .gouv.fr en sont la preuve).

    Le jour où cette banqueroute sera validée (par exemple vers les 2017), c’est l’ensemble de la France qui tombera au tapis.

    Comme un gros château de carte. Ploufff.

    Le secteur privé doit aujourd’hui « participer » aux dépenses du public. Demain, c’est forcément les épargnes privées qui seront volées.

    Puis, l’on attaquera l’humain.
    Made in Communism

    Vodka !

    le cadavre va encore nous pourrir la vie qqs temps, puisqu’ après il faudra reconstruire pendant très très longtemps.

    Tout ça pour ça.

  16. sam00

    Pendant ce temps, en Bretagne, l’URSSAF tente vaillamment d’empêcher les auto-entrepreneur de travailler :

    http://business.lesechos.fr/entrepreneurs/auto-entrepreneur/auto-entrepreneurs-betes-noires-de-l-urssaf-202723.php

    morceaux choisis :

    […]
    Avec la mise en œuvre des nouveaux rythmes scolaires, les maires font souvent appel à des prestataires extérieurs pour assurer les activités au sein des établissements scolaires. Et depuis avril 2015, le directeur régional de l’Urssaf Bretagne a envoyé, “à titre préventif” à tous les édiles des communes qui dépendent de son administration un courrier pour les mettre en garde et les accompagner dans cette réforme, “afin qu’ils respectent la réglementation en vigueur en matière d’obligations sociales”.
    À cette lettre était jointe une “plaquette d’explication relative aux conditions juridiques de recours à des intervenants extérieurs”.

    Dans cette plaquette sont cités des “exemples pratiques” qui désignent clairement des cas d’auto-entrepreneurs. Entre autres, ceux auxquels les mairies pourraient faire appel pour animer les temps périscolaires : l’éducateur sportif et le professeur d’arts plastiques. L’un et l’autre sont soumis aux horaires imposés par les établissements, avec la mise à disposition de locaux et du matériel. Or, l’Urssaf considère ces deux cas comme des salariés.

    Le nœud du problème est là : travail dissimulé ! Pour justifier sa position, l’Urssaf s’appuie sur l’article L.8221-1 du code du Travail : certaines mairies “utiliseraient” les auto-entrepreneurs pour échapper aux charges sociales liées à la masse salariale.
    C’est donc pour lutter contre ce qu’elle qualifie d’“abus” que l’Urssaf rappelle explicitement les sanctions pénales et financières auxquelles les collectivités se trouveraient confrontées faute de requalifier cette “relation commerciale” en contrat de travail.
    […]

    De son côté, Jean-René Marsac, député d’Ille-et-Vilaine est intervenu, par courrier, pour demander au directeur régional de l’Urssaf Bretagne de s’expliquer.
    Celui-ci lui répond dans une lettre datée du 30 juin 2015.
    Extrait : « Dans le cadre des activités périscolaires, et même si les conditions spécifiques pourraient justifier le recours à des indépendants, le cadre général des interventions demandées amène plutôt à considérer qu’elles s’opèrent dans une situation de subordination impliquant le salariat (interventions selon des modalités précises fixées par le structure demandeuse, des horaires fixes, dans les locaux de l’établissement et en respectant le règlement intérieur…) »
    et d’ajouter : « Cette analyse ne contraint toutefois pas nécessairement les collectivités concernées à salarier les intervenants, puisqu’elles peuvent également avoir recours aux services de structures (associations ou autres) qui sont elles mêmes les employeurs des intervenants ». Dans cette lettre, le responsable régional prend bien soin de ne mentionner, à aucun moment, le cas des auto-entrepreneurs.
    Est-ce une pratique répandue sur le reste du territoire ? Nous avons sollicité l’Urssaf Bretagne puis au niveau national pour connaitre le point de vue officiel de l’organisme. Nous n’avons eu aucun retour.
    […]

    Voilà voilà … l’état décide d’un truc, l’administration sans contrôle et protégée par ses statuts et ses syndicats fait ce qui lui chante …
    CPEF

    1. Aristarkke

      Autrement dit, si le fait de devoir opérer dans un lieu précis au choix du Client (son domicile) et à une heure qui lui convienne (sur RDV), suffit à établir le régime du salariat pour l’ Urss-af, la plupart des artisans grançais dont moi, sommes mal embarqués…

      1. Caton

        Peut-être que, plus simplement, la bureaucratie déteste les indépendants.

        Non, je déconne… si la bureaucratie détestait les indépendants, elle n’aurait pas crée le RSI pour les aider.

  17. Pere Collateur

    Ca vient de quel film/série le premier gif avec l’actrice qui fait une mimique? Ca me dit quelque chose, mais je n’arrive pas à mettre la main dessus…

  18. Kazar

    La Suisse (toujours les mêmes décidément) a quasiment supprimé le statut de la fonction publique, et ne semble pas s’en porter trop mal. Mais évidemment, il faut veiller à ne pas prendre exemple sur ce qui marche (comme la comparaison entre notre Code du travail et le Code du travail suisse, le fait qu’ils ont conservé leur souveraineté monétaire, qu’ils ont conservé leurs frontières, etc, etc).

  19. lvpc (@lvpc_be)

    Je viens déjà depuis quelque temps sur ce blog, que j’apprécie surtout pour le style d’écriture et l’humour de son auteur. Toutefois, je reste quand même interpellé sur le fond. Parce qu’à part du socialo-bashing, je ne vois rien.

    Il faut être là depuis un peu plus longtemps que quelques semaines. Il y a des articles qui proposent des trucs. Tenez, par exemple :
    http://h16free.com/2011/09/06/9883-comment-economiser-600-millions-par-an-et-faire-65-millions-dheureux
    Il y en a d’autres, régulièrement. Cherchez dans les archives.

    Pas que j’aime particulièrement plus le socialisme que le libéralisme, en fait.

    C’est là qu’est l’os.

    Ce dont on a besoin clairement en Europe c’est de politiques qui s’occupent de la gestion du pays en bons pères de familles. Apparemment une espèce en cours de radiation de la Convention de Washington pour obsolescence, le dernier étant mort au courant des années ’70. J’ai une petite question : vous parliez de quoi quand c’était Sarkoléon qui était Président ?

    5 années d’archives sur 10 vous tendent les bras.

    Parce que vu d’ici (Belgique), c’était quand même pas terrible, et à tout prendre les reproches que je lis ici et là sur le gouvernement du Capitaine de pédalo vous auriez pu tout aussi bien les adresser à Kasstoipôvcon ? C’est bizarre, la nature humaine est ainsi faite qu’elle ne peut apparemment que passer d’un extrême à l’autre, comme s’il fallait se positionner obligatoirement à l’extrême des l’idéologies (dont on sait et on voit qu’elles se touchent). N’y a-t-il rien qui vaille la peine d’être tenté entre l’ultra-libéralisme et le communisme stalinien ?

    Eh pourtant…

    Pensez-vous une seconde que la droite politique vous veut plus de bien que la gôche ? Vous pensez que le livreur de pizza est socialiste ? Ou que Valls le serait (devenu) ? C’est de la caricature, ils sont tous parfaitement interchangeables et n’ont qu’un seul intérêt (commun par la force des choses – leur véritable centre d’intérêt étant leur nombril, pour rester poli) : vous plumer. Et accessoirement, pour ne pas risquer de perdre leur petites prérogatives et leur strapontin, diviser toujours plus. Autours de sujets bateaux, puérils et démagogiques. Tout pour éviter d’avoir à aborder les questions sérieuses. Quelle place pour la politique nationale en Europe (eh, pas la divine Marine, hein je parle bien de la lattitude laissée par le Traité Européen) ? La France reste un pays bourré d’atouts et doté d’une aura qu’aucun pays n’a pu égaler. Mais elle galvaude ses prérogatives et sa liberté : que penser du Nain qui a remis entre les mains du commandement américain les clés de la diplomatie française qui faisait sa fierté, faisant ententre une voix différente mais qui sonnait juste ? Ah bah, j’arrête là ça me fait mal aux seins. On va dire que j’ai des chatons sur le feu…

    Décidément, les archives sont là pour vous. Bonne lecture.

    1. Black Mamba

      @H16 , il faudrait mettre des « petites têtes de mort  » aux différents endroits où vous intervenez , il n’est pas évident pour les touristes de trouver vos réponses directement dans un post :mrgreen:

    2. Higgins

      Suivez les conseils de notre hôte et vous comprendrez que le spectre de son « socialo-bashing » est très vaste et que notre Wesley Mouch national n’en a pas l’exclusivité.

    3. DoS

      Le socialisme est une maladie. La droite comme la gauche Française sont socialistes. Le FN est plus communiste et raciste en plus.

      Cette maladie est auto-immune, comme une cancer, un chancre, un champignon, une verrue, bref une merde de parasite.

      L’humain se rend malade lui même pour la promesse qui en est faite:
      A savoir, le bonheur, l’argent pour tous, l’égalité dans la misère. etc…

      Nous pourrions dire que nous sommes plus con que les fourmis car nous n’arrivons même pas à construire notre maison. Au mieux nous détruisons la richesse des autres et faisons fuir les réfugiés.

      En fait nous sommes dans une nouvelle dimension politique:
      Le fonctionnaire devient le TOUT, une sorte de semi-dieu auquel les citoyens (contribuables) doivent leur argent, leur travail, leurs économies, leur pognon qu’il fusse légal ou pas.

      Donc pour résumer, il s’agit ici de rire de cette misère. Rien de plus.
      Vous n’aurez pas de sirop pour la toux chez H.

      1. theo31

        La discrimination positive, c’est juste du bon gros racisme d’Etat. C’est prendre certaines parties de la population pour des crétins finis incapables de prendre leur destin en main. Aucune différence avec le devoir de civiliser les colonisés. Et c’est toujours la gauche derrière.

  20. Adrien

    J’adore. Il faut vite interdire Facebook ! (cf. fin de l’article)

    Pourquoi la France ne fait pas rêver les réfugiés

    Depuis deux semaines, seulement 600 Syriens et Irakiens ont quitté Munich pour rejoindre l’Hexagone. Les migrants ne voient pas la France comme une destination idéale. (…)

    Des démarches administratives compliquées. (…) Aujourd’hui, il faut en moyenne neuf mois pour obtenir l’asile en France. Au cours de cette période, les demandeurs d’asile n’ont pas le droit de travailler.(…)

    Un manque d’attractivité économique. (…) 18 sur 78 ont préféré rejoindre l’Allemagne économiquement plus attractive. Le taux de chômage qui dépasse les 10% rebute bon nombre de migrants. La France, «c’est bien pour visiter, mais pas pour l’emploi», lâchait Abdulrahman Alshehagi, Syrien de 26 ans croisé par l’AFP dans une gare européenne et qui n’envisageait pas une seconde de mettre les pieds en France. (…)

    Des squats insalubres ou à la rue. (…) de nombreux migrants se retrouvent dans des squats insalubres ou à la rue. (…) Les exilés «échangent leurs expériences sur Facebook ou Whatsapp», souligne Sabreen Al-Rassace, de l’association Revivre qui assiste les exilés syriens. «Pour eux, la France n’est pas un bon pays pour l’accueil.»

    1. Bonsaï

      Bon, d’un autre côté des flots de migrants qui ont le culot de faire la fine bouche sur les lieux et conditions de leur accueil, ça n’est pas très engageant non plus !
      Laissez donc les petits prétentieux aller faire la roue chez Mâme Merkel puisqu’elle leur fait les yeux doux… jusqu’à nouvel avis.
      Vous verrez qu’il suffira d’un seul petit accident de parcours, un petit explosif bêtement oublié dans un sac et qui saute au milieu d’une foule pressée. Dans une gare ou un métro. Et ça peut vite changer la donne, la nature humaine étant ce qu’elle est et ne retenant pas assez les leçons de l’histoire.

      1. Nyamba

        C’est du second degré, votre commentaire, j’espère ?
        Vouloir travailler pour (sur)vivre, se rendre compte que ce n’est pas possible en France et préférer tenter sa chance ailleurs, ce n’est pas « faire la fine bouche »… ou alors on n’a pas la même compréhension de la situation.

        1. Bonsaï

          Je suis (presque) toujours au 2ème degré. Mais ne le répétez à personne.
          « Ne soyez pas trop promptes à révéler vos jugements. Des conclusions cachées sont parfois bien plus efficaces. Elles peuvent inspirer des actions dont les effets ne seront ressentis que trop tard pour être détournés. »
          – Conseils Bene Gesserit aux Postulantes –
          Chapter House, Dune
          Frank Herbert

          1. sam player

            « Je suis (presque) toujours au 2ème degré. Mais ne le répétez à personne. »

            MDR. Si ça passe c’est du 1er degré, si ça passe pas je dirai que c’est du 2ème degré et comme ça vous êtes tous mes amis. 😀
            Hollande ou Macron bis ?

        2. Aristarkke

          Faire la fine bouche montre que leur situation n’est pas désespérée, du moins autant que la Presse le proclame a longueur de colonne… D’ autre part, cela confirme l’ idée de Mutti Merkel de trier dans ces arrivants pour n’en garder que les plus motivés à venir bosser pour la Gross Deutschland. Accessoirement, je suis ravi que la réputation de la Grance soit bien vue, hors des frontières, comme la traduction exacte d’ une malheureuse situation d’asile -mouroir que comme une exagération de vieux ronchons qu’ont rien d’autre à faire que de dénigrer cette si belle société. Tout en Grance devient une réalité à la Potemkine et ce n’est pas dire que l’on peut trouver cela ailleurs qui me consolera et qui justifiera d’ être tombé si bas quand on professe par ailleurs un modèle universel de DDLHEDLFEDCEDQVVEF que nous envieraient ceux qui ne le copient pas alors même que la Grance n’y met aucun copyright…

      2. paf

        La fRance ca pue, c’est pas une bonne raison pour se vexer et avoir la meme reaction que tous les francais des qu’on critique un peu leur pays.Ils ne veulent pas venir, ils ont raison, c’est un pays de merde.Qu’ils reussissent ailleurs.

    2. carpe diem

      Ces articles me semblent encore un bon moyen d’humilier un peu plus le citoyen français-qui-n’a-rien-demandé. Les migrants ne s’intègrent pas? c’est de votre faute. Ils croulent sous la paperasse, c’est encore de votre faute. ils ne se sentent pas aimés, c’est toujours de votre faute, sale cochon de payeur.

  21. Val

    @H « n’est plus une réforme, c’est une mutinerie que vous fomentez-là » , j’avais lu « minuterie » en 1ere lecture , c’est plutôt ça en fait . tic tac … « duck , you sucker! » (pas vous, hein )

  22. Nyamba

    J’ai assisté aujourd’hui à un « career day », organisé par la fac en fin d’après-midi. Tous les intervenants sans exception, qu’ils soient à ce jour du secteur public ou du privé, d’âge et d’expérience variés, avaient au moins ceci en commun : aucun n’avait un parcours linéaire. Ils avaient tous vécu au moins un temps à l’étranger, avaient occupé plusieurs postes au cours de leur carrière ; certains avaient eu des études tardives ou entrecoupées d’autre chose, d’autres avaient commencé dans un domaine et changé de voie… Tous montraient une évolution permanente, et plaçaient la passion et l’enthousiasme au centre de leur réussite.
    Comment expliquer à un fonctionnaire français ce qui motive ces personnes ? Ma propre famille de fonctionnaires, a fini par accepter mes lubies professionnelles (en particulier mon refus catégorique de passer un concours et d’enfin obtenir ce Graal de la sécurité de l’emplôa), mais je ne suis pas sûre qu’ils comprennent vraiment. Ils sont 5 millions comme eux en France. Par où on commence ?

    1. Val

      @Nyamba , il ne comprendront que quand leur paye ne tombera plus . Ils ne comprennent pas car il pensent sincèrement que vous quittez la proie pour l »ombre. Nous ne sommes pas tous du même moule et je ne les juge pas en disant cela , ils mettent la sécurité , la stabilité au centre de leur vie . Ce type de personne aime sincèrement le communisme. J’ai rencontré bcp de ces personnes à l’est , notre choix de vie leur paraissait totalement ubuesque , pour eux , nous avions été punis pour venir là bas , nous avions forcément fait qqchose de mal pour avoir mérité un tel éloignement , dans un endroit pareil , c’était au dela de leur compréhension . par ex : pour un chauffeur de taxi de la bas : « c’était bien le communisme , euh , a partir de Khrouchtchev , hein , mais apres , c’etait génial , tout était prévu , tout était planifié , tout était bien organisé , maintenant , c’est terrible , on se sait plus rien à l’avance  » , le communisme : un paradis pour lui ; un enfer pour nous .

      1. Nyamba

        Enlevez le goulag, la corruption et le désespoir au bout et c’est vrai, c’est un paradis, le communisme…
        Blague à part, je comprends votre réponse. C’est juste qu’elle me fout le cafard.

  23. Leto

    – Maintenons le statut des fonctionnaires
    – Titularisons tous les pseudo-fonctionnaires, travailleurs de l’état au black etc…
    – MAIS
    – Supprimons l’avancement automatique (il est inadmissible d’avoir de l’avancement sans changement dans l’activité)
    – Mutons les fonctionnaires là où ils sont nécessaires avec le grade associé (ie si on a trop de catégorie A ici et pas assez de C là, alors mutons le A en C avec le grade de C
    – requalifions les postes à leurs vrai valeur (pas de A sur un poste C et inversement)
    – supprimons les primes automatiques récurrentes

    De sorte que les ressources libérées d’un coté en cas de simplification puissent être réallouées ailleurs.

    enfin si on voulait réellement simplifier l’administration il faudrait que celle-ci indemnise les citoyens à chaque prestation (ça me prend 5 h pour faire ce que l’administration me demande, donc je facture 5h de travail à l’administration. rien n’est gratuit)

    1. Droopyx

      Ben oui :
      « coupable… sans toutefois prononcer de peine, compte tenu du parcours professionnel et politique de la réalisatrice. »
      L’important ce n’est pas d’être professionnel c’est d’être politique.
      Tous les chefs d’entreprise condamnés à une peine pour un motif ou un autre malgré leur parcours professionnel apprécieront cette motivation.
      Droopyx

  24. zelectron

    Même si je suis le seul, je dis merci Emmanuel, merci Emmanuel, merci mille fois!
    Enfin le débat « fonct/assimil/territor/sécu/exnational/burétud/assoces/comithéodul/zélus&assistants . . . pour partie inutiles et coûteux » devient « grand public » !

  25. Vodkaman

    HS mais cela va me faire ma soirée…

    Ségolène Royal a promis mercredi que les autorités françaises se montreraient « extrêmement sévères » dans leur enquête sur la fraude aux tests anti-pollution visant le groupe automobile allemand Volkswagen aux Etats-Unis. La ministre de l’Ecologie et de l’Energie a évoqué à sa sortie du conseil des ministres une « forme de vol », l’Etat finançant les primes à l’achat de véhicules propres, et une « tromperie aggravée sur un sujet de santé publique ».

    si j’ai bien compris le fond de l’affaire, ce logiciel visait à diminuer les émissions de d’oxyde d’azote qui n’est pas pris en compte pour le calcul du bonus/malus en Grance…
    caramba, encore raté !!!

    comme quoi, il vaut mieux fermer sa gueule et passer pour un con que l’ouvrir et dissiper les doutes à ce sujet.

    1. bulltrap

      Ah? Pas pris en compte dans le calcul du bonus/malus ? Ok.

      Mais, j’imagine que ses pairs (et paires?) devaient le savoir lors de ce conseil des ministres, il doit s’agir d’un jeu potache consistant à sortir la plus grosse connerie dans l’environnement audible de la ministre idoine et d’attendre la suite…

      Parce que, factuellement, ce n’est pas la première fois que Ségo l’ouvre un mercredi ? Ca semble même être constant, non?

Laisser un commentaire