Fleur Pellerin, culture, liberté, radios et gloubiboulga

♫ La culture fait la richesse de la France et constitue le creuset de l’identité républicaine. ♪ Elle rend possible l’émancipation individuelle et la citoyenneté tsoin-tsoin. ♩ Facteur de cohésion sociale, de transmission, de partage et d’innovation, la culture contribue au projet de notre République en rendant les Français plus libres, plus égaux, plus fraternels et surtout plus bisous ♫ …

Ah, il n’y a pas à dire, lorsque le législateur est gentiment poussé par un gouvernement d’une rare fébrilité pour montrer qu’il agit, ça donne lieu à de grands moments d’écriture emphatique sur des sujets divers et variés.

Cette fois-ci, cependant, on peut craindre une législorrhée carabinée devant l’ampleur prise par le projet de loi « relatif à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine ». Vous n’en avez pas entendu parler, et c’est parfaitement normal compte-tenu d’une actualité chargée et de la volonté des médias de ne surtout pas ennuyer leurs clients avec des lois complexes à lire, synthétiser et expliquer clairement. C’est dommage, parce qu’elle contient quelques beaux morceaux de bravoure.

Et de la bravoure, il en faut pour éplucher le dossier législatif, les douzaines d’articles, l’étude d’impact de 270 pages, ou même l’exposé des motifs dont est tiré le passage d’introduction. Mais au fait, à quoi diable va donc servir cette nouvelle loi ? Question importante, au-delà de la consternation qui s’empare de n’importe quel citoyen en voyant que la simplification administrative, objectif pourtant clairement affiché par le gouvernement, s’est une fois encore complètement emballée : puisqu’il y a déjà tout ce papier utilisé, tous ces acteurs parlementaires mobilisés, bref tous ces efforts entrepris, on est en droit d’attendre qu’une telle loi apporte des changements décisifs.

Rassurez-vous, il n’en est rien.

gifa kitten facepalm

Comme d’habitude, pendant que le public aura son attention détournée par les combats ridicules, les menaces imaginaires et les guerres improbables, le gouvernement va s’employer à pousser un nouveau fatras législatif dont les effets de bords vont, encore une fois, déclencher l’hilarité puis la tristesse et la pauvreté dans une partie de la population.

On pourrait déjà évoquer, ce que faisait il y a quelques jours Le Monde dans un fort discret article, l’abominable bricolage introduit dans un amendement pour durcir les règles des quotas d’œuvres françaises que les stations de radio doivent suivre. Les députés qui ont déposé cet amendement savent en effet mieux que les radios et leurs auditeurs ce qu’il leur faut en matière de chanson, notamment française. En vertu de quoi, lorsque plus de la moitié des œuvres françaises diffusées se concentre sur dix titres, les passages intervenant au-delà de ce seuil ne seraient plus comptabilisés pour les calculs de respect des quotas de chansons françaises.

On comprend que ce genre d’idée irrite quelque peu les patrons de ces radios privées, qui ont donc décidé de protester ce mardi en suspendant « leur participation au dispositif des quotas francophones pour 24 heures ».

Eh oui, le changement, c’est bientôt et la tutelle artistique, c’est maintenant.

Tutelle qui, on ne s’en étonnera plus si on parcourt ces colonnes régulièrement, semble très discrètement poussée par les maisons de disques qui se réjouissent de l’existence de cet amendement dont on a l’impression qu’il a été écrit sinon par elles, au moins pour elles.

Quant à la ministre Pellerin, comme à son habitude, elle est tout à fait ravie d’émettre son avis dans un petit gloussement ridicule :

« Sur un mois, il faudra passer un ou deux titres supplémentaires, ce n’est pas une atteinte liberticide »

Notez que l’important, quand on rabote les libertés, c’est de le faire doucement, à petits pas menus. Un ou deux titres par mois au début, puis par semaine, puis par jour, et bientôt, la liste des titres sera officiellement décidée par la ministre elle-même. Tout va bien, pas de quoi paniquer, « ce n’est pas une atteinte liberticide », mais simplement une méthode pour « mettre mieux en valeur la jeune création française ».

on appelle cela du foutage de gueule

Et au-delà de cet amendement qui a, finalement, déclenché une salve de protestations des patrons de radios auprès de Matignon, on doit admettre que la loi, épaisse, vaste et complexe introduit de bien réjouissantes perspectives.

Flopée de labels étatiques pour tout ce qui passe par la tête du Ministère proposée à l’article 3 ; création à l’article 7 d’un énième poste honorifique mais pas gratuit de Médiateur de la Musique, qu’on supposera indispensable pour faire enfin cesser la discrimination des blanches et des noires sur les portées – exemple non limitatif, bien sûr ; création à l’article 11 d’une nouvelle obligation pour toutes les associations, établissements ouverts au public (bibliothèques, médiathèques, archives, espaces culturels, …) de fournir les oeuvres dans un support utilisable par les handicapés, pardon les « personnes atteintes d’une ou de plusieurs déficiences des fonctions motrices, physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques », ce qui va donner lieu à d’intéressants casse-têtes juridiques ; introduction à l’article 16 d’une collecte massive et obligatoire de données de tous types (fiscal en particulier) par les entreprises culturelles, en faveur de l’État, pour faire des stats et traquer les pirates mieux « observer la diversité culturelle » ; etc, etc, etc…

gloubiboulga : on mélange tout, on s'amuse, on rigole

Décidément, pas un domaine n’échappe vraiment à cette nouvelle loi fourre-tout dont l’exposé des motifs, je tiens à le repréciser, commence par affirmer que la culture contribue au projet de notre République en rendant les Français plus libres. Et pour les rendre plus libres, quoi de mieux que 46 nouveaux articles de lois, des poignées d’amendements, de nouvelles institutions, de nouvelles obligations, de nouvelles règles ? De la même façon que certains frontons écrivaient avec un cynisme glacial que le travail rendait libre, pour Pellerin, c’est l’amoncellement de lois qui permet d’obtenir le même résultat (et oui, je sais, je m’auto-colle un petit point Godwin, mais comment ne pas voir que c’est dans les États les plus fascistes que la culture est la plus mise en coupe réglée, corsetée par la loi, sous tutelle ?)

point godwin

L’État va donc encore plus intervenir dans la création artistique du pays. Il va encore plus régenter qui peut ou ne peut pas accéder aux mannes publiques. Il va encore plus définir ce qui rentre dans la culture acceptée et autorisée, ce qui n’y rentre pas, et ce qui est, clairement, interdit. Il va encore plus rediriger de l’argent public, ce bon argent gratuit des autres extorqué par la force et la ruse, vers l’une ou l’autre de ses lubies artistiques (l’art contemporain par exemple, à l’article 18), et imposera à tous l’idée indiscutable que sans lui, impossible d’assurer la survie de cette culture française, qui ferait la richesse de la France (mais pas des Français, spoliés) et constituerait commodément le creuset de l’identité républicaine (parce que la culture se doit d’être républicaine, pardi).

Alors, n’oubliez pas : comme le rappelle l’article premier de ce magnifique projet de loi, « La création artistique est libre. »

La guerre, c’est la paix. La liberté, c’est l’esclavage. L’ignorance, c’est la force.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires213

  1. Aristarkke

    Un projet de loi pour organiser la liberté de création architecturale??? Dans ce pays où lesdits archis en ont déjà ras la casquette des normes, des PLU, des PLD, des ZAC, leur liberté serait trop libertaire ou libertine ou libertarienne et ils risquaient de mal se conduire au motif que trop de liberté nuit à la liberté… Merci MamanEtat de veiller sur les petits…

    1. Nathalie MP

      Et merci à Papa Delanoë de veiller sur ses potes : lors du concours international de 2011 pour le futur centre orthodoxe du quai Branly, le projet arrivé en premier (du franco-espagnol Manuel Nuñez-Yanowsky) ne plait pas au maire de Paris et à son adjointe urbanisme Hidalgo qui refuse le permis de construire. Ils font passer en tête leur ami Wilmotte (qui est aussi l’ami de tout le Cac 40 à prétentions artistiques) qui était arrivé second au concours (après avoir voulu imposer le troisième sans succès).
      http://www.lejdd.fr/JDD-Paris/Le-nouveau-look-de-l-eglise-orthodoxe-russe-649315
      A part ces petits détails insignifiants de transparence des concours, la création artistique est libre.

  2. Martel

    Citation de 1984 s’il en est une.
    Je vous conseille ce bouquin (dont on notera la mention d’anniversaire par le gouvernement lors de l’adoption de la vilaine loir renseignement). Du moins, avant que le gouvernement ne fasse de son mieux pour en faire disparaitre toute trace en ebook.

    1. royaumont

      Pour l’art contemporain, je vous conseil « La Grande Falsification » de Jean-Louis Harouel. Si sa définition de l’art est restrictive et discutable, la charge contre l’art contemporain est assez jouissive.

      Mais bon, on peut compter sur la fine Fleur pour ne pas l’avoir lu.

    2. Kazar

      Je l’ai relu récemment, le moins qu’on puisse dire est qu’il se termine mal… Le problème est de savoir si nous réagirons avant qu’il ne soit trop tard.
      Et il faut se dépêcher, car la vraie police de la pensée arrive, ce n’est pas une blague : au Québec, un politicien (ancien avocat !!!), Sébastien Proulx, propose ni plus ni moins que de pouvoir dénoncer anonymement les conversations « privées haineuses » !!!
      Vous racontez à un pote une blague sur un musulman, un juif, un belge, paf, dénonciation anonyme par un voisin de café à la « commission des droits ».
      Et oui, 1984, c’était juste visionnaire, pas de la science-fiction.

      1. tabbehim

        Miam !
        dénoncer des conversations haineuses privé? ou comment dénoncer qui on veut n’importe comment et sans preuve 🙂
        Mon voisin m’ennui, je détourne ses propose, enregistre juste la partie qui peut, hors de son contexte, le faire condamner, et je suis tranquile 😀
        j’ai envie de voir comment les braves habitants du Québec vont réagir fasse à ça 🙂
        On arrive droit à un système où les plus tordus, les psychopathes, et les sociopathes seront les grands vainqueurs \o/

      2. René-Pierre Samary

        Certains n’ont pas attendu la proposition de Monsieur Proulx-Proulx. Voir la cabale dont fut victime le philosophe Marc Sautet, en ’96… Un « dérapage » dans une conversation entre amis (!), et la meute était lâchée…

  3. Aristarkke

    Je me demande sur quel support on devra enregistrer la Vme de Beethoven pour que les sourds puissent l’ entendre comme les autres ou La Joconde pour que les aveugles puissent la voir… Un champ infini de recherche vient de s’ouvrir…
    Enfin, je crois que l’ essentiel est d’afficher ses bons sentiments dans la Loi. Après, pour ce qui est des travaux pratiques, le bébé est refilé a d’autres…

    1. Martel

      L’avantage pour eux, c’est qu’après que ces invention seront créées, on rendra sourd et aveugle a la naissance les gueux non-piedestraleux (cf dernier billet) et on leur enverra une image et du son bien choisi par quelques agents d’un ministère de « la vie quotidienne ».
      Faudra penser tout de même à élargir au domaine du gout (pour pouvoir leur faire avaler n’importe quoi aux deux sens du terme), etc.

    2. Flash

      Après, l’idée en soi peut être louable : « traduire » une oeuvre sur un autre support peut être un défi artistiquement stimulant, je suppose.
      Mais voir que la chose est conduite sous tutelle (indirecte) de l’Etat, c’est insupportable. C’est le grand mystère : comment peut-on justifier l’intervention de l’Etat dans le domaine de la création culturelle? Outre le corporatisme et la soif de subventions, bien sûr.

      1. vengeusemasquée

        Apparemment, les sourds peuvent « percevoir » la musique grâce aux vibrations et l’apprécier, différemment des autres évidemment, mais c’est une idée intéressante. Cela dit, je ne vois pas quel pourrait être le rapport avec l’intervention de l’Etat dans ce champ d’expérience.

        1. Aristarkke

          Pouvoir proclamer que c’est grâce aux offices de Maman état qu’on est arrivé à tel résultat si non pour le vivrensemble… Parce que, sinon, personne ne s’en serait occupé…

  4. Le Gnôme

    Puisqu’il est question de remettre les langues régionales à l’honneur, il n’y a pas de raisons pour qu’il n’y ait pas de quotas de chansons berrichonnes ou rouergates . Le rap berrichon doit pouvoir être connu du plus grand monde.

  5. Calvin

    Le problème n’est pas que quelques ministres inspirés par des lobbies et quelques milliers de fonctionnaires techniciens pondent des lois idiotes.
    C’est qu’elles passent successivement les « filtres » :
    – de la presse de connivence,
    – des députés croupions,
    – des sénateurs barons,
    – du Conseil Constitutionnel,
    – des levées de bouclier des professionnels,
    – du rejet populaire.
    Pire encore, quand ces lois idiotes montrent leur inanité, elles sont maintenues, légèrement amendées et parfois complétée d’une nouvelle loi encore plus débile.
    CPEF.

    1. tabbehim

      fonctionnaires techniciens

      ah non!
      ceux là n’ont aucune connaissance technique autre que d’être les ultimes laxatifs des comptes en banques 🙂
      S’il y’ avais de vrais technique dans ce gouverne et ment, il y’aura probablement moins d’idiotie pondue à la minute (on passerai à la connerie par heure ^^)

      Et une presse libre, indépendante et sans subvention, vous n’y pensez pas pour la France j’espère? comment les chambres laxatives feraient pour s’insérer toujours plus profondément dans le jardin privé des français?
      et puis, le rejet populaire, voyons, c’est un mythe, les gens aiment les politiciens, la preuves, ils votent pour eux 🙂 ils leur font confiance !

      CPEF oui, mais avec le sourire 🙂

  6. David

    Concernant la « simplification administrative » : cette nouvelle loi en abroge-t-elle une autre au moins aussi dodue ? ou se surajoute-t-elle à l’empilement millefeuillesque géologico-législatif ?
    (désolé, j’ai pas le temps de la lire)

  7. Martel

    Déjà je trouve rien que dans le titre relatif à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine (oui je m’amuse comme un fou avec le CSS, tant que je le peux avant que ça ne soit interdit pour cause d’acronyme similaire avec un certain jeu de tir un peu violent).

    Une loi qui régule la liberté, c’est pas un peu beaucoup contradictoire ?

    1. Kazar

      « Une loi qui régule la liberté, c’est pas un peu beaucoup contradictoire ? »
      C’est plutôt la routine habituelle, pas besoin de loi pour être libre, même si à notre époque, le principe selon lequel, en substance, tout ce qui n’est pas interdit est autorisé a été perdu de vue, pour notre plus grand malheur.

  8. Aristarkke

    Monseigneur, vous avez oublié que la Force se trouve par la Joie en compagnie du Travail qui rend Libre, comme la publicité… (un vrai appeau pour GO- SPSA…)

  9. royaumont

    J’imagine déjà les labels : « oeuvre vivre-ensemble compatible certifiée par l’Etat » ou encore « conforme aux valeurs républicaines garantie par le gouvernement ». C’est sûr, des appellations pareils, ça fait envie, ça va booster les ventes, on s’en doute.

    Au fait, une création française, cela se définit comment ? enregistrée en France, en français, créée par un français ?
    Vite, un loi pour préciser ça !

  10. Bonsaï

    Et voilà pourquoi nous venons tous les jours nous ressourcer chez H16 : il a du cran, il est gonflé, il prend tous les risques pour nous informer avec autant d’humour que d’esprit…
    « De la même façon que certains frontons écrivaient avec un cynisme glacial que le travail rendait libre, pour Pellerin, c’est l’amoncellement de lois qui permet d’obtenir le même résultat (et oui, je sais, je m’auto-colle un petit point Godwin, mais comment ne pas voir que c’est dans les États les plus fascistes que la culture est la plus mise en coupe réglée, corsetée par la loi, sous tutelle ?) ».

      1. Bonsaï

        Je vous répondrais bien que c’est pour la gloire ! Mais je suppose que vous ne savez pas que moi et l’ami Pheldge sommes actuellement en phase de décontamination (bientôt terminée ?) pour insubordination caractérisée. Enfin les faits qui nous sont reprochés n’étant pas vraiment identifiés, je préfère présenter un profil bas…
        Pour ce qui est de mon commentaire ci-dessus, il faudrait être de mauvaise foi pour ne pas en être d’accord…

      2. Pheldge

        Le Patron ( que son nom soit mille fois béni ) est le Patron ( que son nom soit mille fois béni ) ! Son omni-conscience, et la clarté lumineuse de ses exposés , sont pour nous tous ici , une source inépuisable d’enrichissement et de bonheur intellectuel !

        BonZaille, tu peux aller te rhabiller ! 😀

            1. Lark on the Wing

              Cet échange me rappelle la vieille histoire du touriste qui entre dans un bar, et voit un type plutôt nondescript accompagné d’une créature fort jolie.

              Le couple sort, et une demi-heure après, le type revient seul, pour se voir accosté presque aussitôt par une autre divine, avec laquelle il sort derechef.

              Notre touriste – qui a des heures à tuer en attendant son train – voit la scène se répéter plusieurs fois, et s’en ouvre au bout d’un moment au barman, le questionnant pour savoir si le type paie ses conquêtes ou quoi ?

              Le barman lui répond que non, ce sont seulement de véritables idylles, non rémunérées d’un côté comme de l’autre.

              Le touriste ne comprend pas comment le playboy, aussi mal foutu que mal habillé, peut séduire d’aussi délicieuses personnes du sexe.

              Il interroge à nouveau le barman, et lui demande quelle est l’occupation de ce type, qui semble ne rien faire d’autre que de passer son temps au bar et en extérieurs rapides.

              A quoi le barman répond : « oh! il ne travaille pas. Quand il n’est pas en compagnie, il est assis au bar, tiens, à votre place, et il passe le temps à se lécher les sourcils »…

                  1. Lark on the Wing

                    C’est mon côté Auguste Le Lanternier, celui de Boudard dans le « Banquet des Léopards »…. mais bon, je n’en suis pas plus fier que ça, n’est-ce pas ?

  11. Kloupa

    Le gouvernement veut contraindre les contribuables Français à la e-déclaration…, comme ça ensuite, notre ministre Fleur pourra proposer de taxer les supports électronique avec le maximum d’assiette fiscal: belle efficacité du travail de groupe, pour une fois. Quelle inventivité dans le taxatoire!

    1. tabbehim

      regardez autour de vous tout ce qui peut être taxé (ne serais qu’à 20 centimes) et imaginez l’immense manne financière que l’état a encore devant lui 🙂
      s’il y’avait un poste de créateur d’impôt, j’essayerai le concour pour l’avoir (mais vu le passif de certains, la concurrence sera extrême !)

  12. hop hup

    Plan social à « L’Express » : 240 salariés concernés, Christophe Barbier pris à partie

    Au final, le groupe fondra de 700 à moins de 500 salariés, selon le pointage de l’AFP. Les effectifs des rédactions seraient amputés d’environ un tiers. De source interne, quasiment tous les services seraient touchés. Et le Plan de Sauvegarde de l’Emploi viserait en particulier les « patrons » des différentes rubriques.

    Lundi soir, les salariés étaient « sous le choc », confiait une source syndicale. L’ambiance était tendue à la fin de la réunion. Christophe Barbier, directeur de la rédaction, a été « pris à partie ». […] Le déficit cumulé s’élève à plus de 86 millions d’euros sur la période 2006-2014. La perte en 2015 devrait être de l’ordre de 4 millions d’euros, soit le double que celle initialement estimée en début d’année par l’ancien actionnaire.

    En y ajoutant les coûts de la clause de cession, la perte s’élève à 14 millions. Altice évoque aussi « des chiffres d’abonnements et de diffusion en réalité très inférieurs aux chiffres publiquement annoncés, une situation que nous avons dénoncée et corrigée ». […]

    Dès vendredi, dans une lettre ouverte transmise à Patrick Drahi, la Société des Journalistes de « L’Express » (SDJ) appelait leur nouvel actionnaire « à surseoir à tout carnage éditorial et humain ». « A défaut, vous apparaîtrez comme celui qui aura anéanti l’un des fleurons de la presse française », prévenait-il.

    dommage qu’il n’y avait pas quelqu’un pour filmé la scène ou c barbier se fesait malmener par la plèbe des journalistes

      1. alecton

        C’est cette pourriture qui voulait que l’on pose les fusils de chasse en mairie, et que l’on interdise la détention d’armes à feu à domicile… l’écharpe frémissante d’indignation sélective (Le tout avec nos impôts : : 7 278 722 € de subvention en 2014). Je crois qu’une petite séquestration (mais citoyenne et festive, hein) accompagnée de quelques baffes s’impose lourdement….

          1. Flash

            Un peu de classe, voyons.

            Notre sémillant ami donneur de leçons ne sait pas gérer un journal et ce malgré plus de 7 millions d’euros de subventions.
            Ce simple fait, incontestable, suffit à le remettre à sa place. Y ajouter l’injure me paraît inutile. Inspirons-nous de Clémenceau :

            « en entrant dans le néant, il a dû se sentir chez lui ».

        1. Martel

          Je me suis toujours tenu de détester ce type. Ca veut pas dire que je l’aime. Ca veut dire que je ne lui prête aucune intention qui pourrait à terme lui gonfler sa popularité et donc sa réussite.

    1. Marco40

      « A défaut, vous apparaîtrez comme celui qui aura anéanti l’un des fleurons de la presse française » : la gueule du fleuron….
      L’Express, organe d’un centrisme de gauche mou, inodore, incolore, mais pompe à subventions comme toute la presse quasiment….

          1. Aristarkke

            Dans un espace clos, le lanceur de grenades s’expose autant que les cibles, au souffle… Pas très pratique quand on a un holocauste à mener si on flanche dès la première étape…

        1. Aristarkke

          Quatorze chargeurs minimum mais avec les balles perdues vraiment perdues, les doublons, les triblons inutiles, il est prudent de prévoir 50% de mieux. La caisse a munitions s’impose…

  13. cretinusalpestris

    J’en suis de plus en plus persuadé : la France est véritablement devenu un immense laboratoire à ciel ouvert.

    Un laboratoire qui permet de tester la tolérance maximale de ses citoyens face à la persécution étatique produite par tous les organismes administratifs.

    Cela fait des décennies que les tests ont débutés et les cobaye continuent de supporter cette pression de plus en plus forte.

    S’immunisent-ils ? Détournent-ils la douleur ? Développent-ils des mécanismes défensifs ?

    Les expériences futures nous donneront la réponse.

  14. LM

    Ah, l’Etat va nous gratifier d’encore plus de rappeur et de leur chansons de chouineuses… « La neige elle trop molle et c’est la faute à la société » …

  15. Lambda Expression

    HS. reçu hier:

    « Chères Françaises, cher Français d’Europe du Nord,
    Maintenir le réchauffement climatique sous la barre des 2°C est une urgence scientifiquement établie. Pourtant, les propositions des États, en vue de la Conférence des Parties (COP21) qui aura lieu à Paris à partir du 30 novembre, sont pour l’heure tout à fait insuffisantes.
    Alors que pouvons-nous faire? Citoyen-ne-s, militant-e-s d’associations ou politiques, il est temps de nous mobiliser! Tous ensemble, nous pouvons faire pression sur les négociations afin d’obtenir le meilleur accord possible. Et surtout, maintenir cette pression dans le futur pour que les engagements soient tenus et même améliorés.
    Chacun-e à son échelle a également de nombreux moyens d’agir pour préserver le climat: à la maison, dans son assiette, au travail, en faisant ses courses, chez son banquier…
    EÉLV Europe du Nord vous invite à discuter de ces questions avec Cécile Duflot, députée de Paris, Céline Ramstein, de l’Institut du Développement Durable et des Relations Internationales, des membres d’EÉLV Europe du Nord et d’autres intervenant-e-s.
    Du 5 au 14 octobre, nous vous proposons 6 rencontres sur toute l’Europe du Nord. N’hésitez pas à en parler autour de vous! S’il n’y a pas d’événement prévu près de chez vous, contactez-nous pour que nous essayions de trouver ensemble une solution.

    Venez discuter et ensemble mobilisons-nous pour le climat! »

    Le présent message a été adressé sur l’adresse électronique que vous avez mentionnée lors de votre inscription sur la liste électorale consulaire

    Mais WTF !!!! depuis quand s’inscrire sur une liste électorale declanche la logorrhée propagandaire ?
    Je vous passe les photos bisous.
    EELV…ca m’a fait un sacre choc, j’ai eu un petit rot de vin.

        1. Lark on the Wing

          books.google.fr/books?id=m7E9nFdLQ8UC&pg=PA353&lpg=PA353&dq=antoine+de+rivarol+egalit%C3%A9+climat+temp%C3%A9ratures&source=bl&ots=2UbHkagNdW&sig=TxF85UY28gN2e5mrHO0R4RZNcnc&hl=fr&sa=X&ved=0CDQQ6AEwA2oVChMI4e2fjJGcyAIVwrgUCh0pxw4v#v=onepage&q=antoine%20de%20rivarol%20egalit%C3%A9%20climat%20temp%C3%A9ratures&f=false

          Le cher Antoine avait de l’humour…

    1. dede

      « Mais WTF !!!! depuis quand s’inscrire sur une liste électorale declanche la logorrhée propagandaire ? »

      Depuis les elections presidentielles de 2012 il me semble : le RPR avait commence mais ca faisait un peu desordre parce qu’ils etaient au pouvoir donc ils ont transmis les listes a tous les candidats en trouvant une pirouette reglementaire qui leur permettait de considerer que ce n’etait pas de la propagande gouvernementale. Comme tous les partis ont suivi, c’est devenu de l’information electorale…

  16. Pere Collateur

    Ca m’a toujours fait marrer ces histoire de quotas de chansons francaise à la radio.

    Je me souviens d’une époque ou il n’y avait pas besoins de tordre le bras des radios pour qu’elles en passent d’elle même. Bon c’était pas toujours du meilleur gout, mais ca ne donnait pas envie de zapper frénétiquement dès les premieres notes…

    Parce qu’actuellement on en est là: Des chanteurs/chanteuses de douche, des mélodies à chier, des paroles minables, voir pitoyables, et souvent en anglais. C’est ca la production francaise de « jeunes talents ». Et les radios le savent bien que c’est de la merde en barre, car elles font tout pour raccourcir le calvaire. N’avez vous jamais remarqué que souvent ces « oeuvres » sont amputée d’une bonne minute?

    Bref, encore une fois, ces oligations ont eu l’effet strictement inverse des but recherchés. D’une production abondante de chansons francaises pour tout publique dans les années 70-80 et un peu 90, que les gens acceptaient d’écouter eux même et d’acheter, on est passé à quelques nouveautés tellement médiocre, que les gens ne se donnent meme pas la peine de les pirater gratuitement. Oui oui, même gratos, personne n’irait se farcir ces horreurs.

    Encore un effort dans ce sens, et on en viendra à réussir à faire detester tout ce qui est chansons francaise… Si ca se trouve, c’est peut être le but… Allez savoir avec ces tocards…

    1. Flash

      C’est d’ailleurs la défense des radios, ce qui est plutôt rigolo.

      Il y aurait des choses à dire sur l’exception culturelle française. Maître Gims, si tu me lis, je pense à toi.

    2. gameover

      Les quotas c’est du protectionnisme et ça a exactement les mêmes effets que les subventions…. on fournit de la merde mais de la merde labellisée française..

      Il faut avoir lu au moins une fois la réglementation sur ces quotas en fonction des heures d’écoute en journée (pour éviter que les radios et TV ne les passent que la nuit) mais surtout le taux qui pour certaines radios est de plus de 60% et la façon dont c’est décompté..

    3. theo31

      Plus de trente que j’écoute comme un forcené de la musique, je considère qu’en France, on fait de la bonne grosse merde. Hormis quelques groupes comme Blut Aus Nord et Deathspell Omega, ça ne mérite pas le moindre intérêt.

      Mais je constate que les soces font encore dans la schizophrénie : ils nous assènent à longueur de journée qu’il faut être ouvert et tolérant et ils nous imposent leur nationalisme puant.

      1. Lark on the Wing

        Mon cher Théo, tu exagères : il y a quand même Yves Duteil et son magnifique et émouvant « Prendre un enfant par la main », la chanson préférée des Français, et celle de Dany CB !

        1. Pheldge

          « Prendre un enfant par la main », j’avais compris « par les reins … » chanson co-écrite par J Lang ( et non theo31, ce n’est pas Johnny Lang )

  17. Flash

    Les débats ont commencé hier. Je n’ai pas pu les suivre, mais je gage que le texte évoluera de façon rigolote, les lobbys et pressions de divers groupes étant fort prévisibles.

    Et quand les lobbys en question sont ceux de l’industrie culturelle, on peut aisément se douter du résultat. De la subvention, de la tutelle étatique, de la taxe et de l’anti-numérique.

    1. bob razovski

      Comme dit Père Collateur, c’est parce que même gratuit, personne n’en veut de ces chanteurs de douche. (J’adore l’image, je la recaserai 😉 ) qu’il faut passer à l’étape supérieure : le gavage obligatoire.

          1. Lark on the Wing

            juste un petit démarquage, bien innocent :

            books.google.fr/books?id=HAP_0XasyTcC&pg=PT760&lpg=PT760&dq=roseau+peint+en+fer&source=bl&ots=pIosFbeDpk&sig=xGr8iw5eF98dNn9mE9NO824yf1s&hl=fr&sa=X&ved=0CDEQ6AEwA2oVChMI5-qKtqicyAIVRLkUCh1IAQ35#v=onepage&q=roseau%20peint%20en%20fer&f=false

    1. Bonsaï

      Mais ça c’était la créativité d’avant. Avant qu’il ne devienne nécessaire d’instaurer des quotas obligatoires d’écoute pour diffuser de force ce que le public n’a pas envie d’entendre !

      1. vengeusemasquée

        Et si tu ne veux pas écouter, ce n’est pas un problème puisque tu payes quand même. C’est vachement bien quand même le socialisme.

        1. Calvin

          Ah, mais tu as le pendant : des types payés pour contrôler que tu écoutes !
          Comme disait Laspales :
          « Oui, oui, c’est contrôlé tous les quarts d’heure, ahaaaah !!
          Y en a qui ont essayé, ils ont eu des problèmes ! »

  18. Dr Slump

    En somme, c’est comme quand Goebbels entendait le mot « culture »… mais en moins manifeste. Notre état, quand il entend le mot culture, il sort son pavé réglementaire.

              1. Lark on the Wing

                Kulturkampf, natürlich…. il s’agissait pourtant non pas tellement de culture, mais de lutte contre l’influence de l’Eglise….

  19. Calgon

    C’est donc pour ça, les messages récurrent sur la radio musicale que j’écoue parfois dans la voiture « Appelez le cabinet du premier ministre au 01 68 xxxx -désolé, j’ai pas retenu – et dites : A la radio, j’écoute ce que je veux » …
    Je comprends mieux maintenant. Du coup, belle démarche : j’espère que de nombreux auditeurs ont fait péter le standard des toilet… du cabinet de Valseu… Valls.

    Bon, cela dit, je dois vous laisser : faut que j’aille vomir, Macron vient d’annoncer pompeusement que « le libéralisme est une valeur de gauche » … ohmaillegaudeohmaillegaudeohmaillegaude !

    1. Lark on the Wing

      Je ne crois pas me tromper en disant que Bastiat était classé à gauche en son temps… temps où le Libéralisme – contre les Ultras – était, de fait, de gauche modérée, rassemblant la bourgeoisie derrière un La Fayette, un Laffitte, voire un Casimir Périer.

      Casimir Périer, bien oublié de nos jours, mais lisez sa biographie par Lucas-Dubreton… un modèle de l’homme d’état qu’il nous faudrait de nos jours… nonobstant Lucien Leuwen, que j’aime bien….
      J. Lucas-Dubreton, La manière forte : Casimir Perier et la révolution de 1830, Paris, Grasset, 1929

          1. Lark on the Wing

            Un tel « ego » chez ce jeune homme n’est pas naturel, j’éprouve d’ailleurs une défiance instinctive de qui épouse « maman »…

            L’intelligence n’est pas, au reste, une garantie de caractère, et chez nos dirigeants, la chose est rarissime (il y a carence des deux chez beaucoup, n’est-ce pas?).

              1. Lark on the Wing

                Qui peut penser que le soce de base – cible supposée de la sortie maqueronarde – sait ce qu’on entendait par « Libéralisme » dans les années 1825 et suivantes ?

                L’Importance d’être Constant ? the Wilde-Eyed Left ?

                    1. Lark on the Wing

                      Ceci dit, si je fais pour l’instant du stakhanovisme sur le Saint Blog de M. de Seize, au risque de saturer ledit Blog, c’est que je rattrape un peu de mon retard : j’ai beaucoup de travail en ce moment, et je profite juste d’un temps mort pour montrer que je ne le suis pas.
                      Mais je m’étonne de la fidélité et de la constance, admirables, de si nombreux commentateurs (combien ? 15, je crois ?) : vous devez tous être fonctionnaires et assimilés, ou quoi ?

                    2. bob razovski

                      « vous devez tous être fonctionnaires et assimilés, ou quoi ? »

                      Bah non… 100% pur libéral.

                      je gère mon temps comme je peux, du moment que je livre en temps et en heure. 😉

      1. royaumont

        J’ai du mal à mélanger Laffitte et Périer…
        Cela dit, c’est vrai, Bastiat siégait à gauche et votait à droite, contrairement à Hugo.

        1. Lark on the Wing

          Laffitte et Périer : tous deux banquiers, mais Périer ressortissait à une catégorie nettement plus relevée, quand Laffitte n’était qu’un « Faiseur » balzacien…

        2. Pheldge

          la gauche d’alors n’avait absolument rien de commun avec l’actuelle ! Cette comparaison n’a pas de sens ! c’est Marx qui a imposé la répartition en classes : les opprimés= les bons , et les autres = les salauds , méchants etc …

          1. bob razovski

            tout en expliquant qui a le droit au statut d’opprimé.

            Un patron opprimé par cet étatisme tentaculaire et venimeux n’a pas pour autant le statut d’opprimé. Il reste un oppresseur.

            1. Pheldge

              Un patron est par définition un exploiteur, donc si l’état s’acharne sur lui, c’est qu’il le mérite ! il ne peut jamais faire partie des victimes …

              1. lvpc (@lvpc_be)

                Et ceci appelle une question : la droite la plus bête du monde, ce sont les politiciens élus pour s’intéresser à tout entrepreneur qui a un compte à partir de cent millions ou les gens qui ont voté pour eux pour eux sur base de la répartition que vous dénoncez ? Aujourd’hui que vous votiez à droite… ou à gôche vous votez toujours pour la même politique… Et à cette aune, c’est vrai qu’un patron boulanger vaut exactement la même chose qu’un ouvrier chez citronault. Que dalle. Les discours de la gôche c’est une chose, ce qu’ils font, c’en est une autre. Je n’ai pas souvenance d’un gouvernement mollandais qui ait fait voter une seule mesure sociale. Par contre le détricotage … Vous reprendrez bien un peu de Macron ?

                1. Lark on the Wing

                  La Clef des Songes : vos rêves expliqués !

                  Rêver d’Emmanuel Macron

                  Vous rêvez d’Emmanuel Macron en train d’effeuiller le Code du Travail, les pages s’envolent emportées au loin par un vent léger. Vous dansez avec Emmanuel tandis qu’au loin vous voyez les chiffres 3 et 5 s’enfoncer dans une mer sombre et agitée.
                  Puis, vous montez en haut d’une colline et vous apercevez des milliers d’usines sortir de terre à l’unisson. Vous embrassez tendrement Emmanuel Macron, puis il vous glisse à l’oreille « Une productivité relocalisée permet de pérenniser une croissance souveraine ».
                  Généralement, ce rêve peut être simplement traduit par le fait que vous êtes en fait Pierre Gattaz.

                  Merci le Gorafi !!!

  20. lvpc (@lvpc_be)

    J’y repense : gloubiboulga, ça faisait très longtemps que je ne l’avais plus entendu… sauf à ONPC avec Onfray. Est-ce que Maître h16 aurait regardé en cachette une émission qui donnait la parole à un naffreux socialiste ? C’est pas un peu subversif ? Perso moi j’ai beaucoup ri. Voir la méchante petite Léa se prendre une fessée, ça faisait trop longtemps qu’on l’attendait.

    Pour Y. Moix, il aurait déclaré « Que F’était le meilleur momon debuis que ze zuis dans l’émifion, parfe qu’il a bris guelg bourre-pivs ». Entrerien brutalement interrompu par le docteur qui venait pour lui retirer les sutures…

    Même pas mal !

    1. Beldchamps

      Oui ! Je l’ai vue cette émission, formidable comment Onfray a atomisé ces deux roquets. J’ai bien aimé sa définition du peuple, avec un regret cependant, il aurait pu relever l’énormité lâchée par Y. Moix « Le peuple, j’en viens… » , ce guignol s’est trahi, c’est officiel, les journalopes sont au-dessus du peuple. YM est même allé jusqu’à défendre la démocratie représentative, ç’en était tellement ridicule que Ruquier a dû recadrer. Un grand moment de police de la pensée, d’agressivité, de mauvaise foi dont est capable le Kampdubien.

      1. Bonsaï

        Je souscris à votre relation de l’évènement.
        Le petit Moix est un faux doux qui tourne en rond dans ses propres labyrinthes névrotiques. La presse aux ordres de Ruquier nous révèle maintenant qu’il a eu une enfance difficile, ce qui fait qu’on devrait beaucoup lui pardonner. Pendant que Lea aboie et mord les chevilles de l’invité, Yann l’entortille dans ses toiles d’araignée… un spectacle assez bien rôdé !

        1. Lark on the Wing

          Léa Salamé est une personne intéressante :

          egaliteetreconciliation.fr/Qui-est-Lea-Salame-32036.html

          Emmanuel Ratier, le documentaliste, est mort le 19 août dernier : je vais le regretter….

            1. Lark on the Wing

              telegraph.co.uk/finance/economics/11889378/France-signals-EU-treaty-change-to-avert-Brexit-warns-on-euro-survival.html

              Gallic Mac Ron….

  21. Chieur chiant

    H.S. Hier soir, j’ai été ecoeuré par la pitoyable présentation du documentaire de « la vie á l’Élysée », c’était DEGOLASH… ce train de vie, ces ragots, communications, etc… c’est vraiment des CHARLOTS!!! tellement que je suis allé me coucher avant la fin… ;o)))

    1. royaumont

      D’après l’article du figaro sur cette émission, il semble que la communication prenne toute la place dans l’action présidentielle et qu’elle fait fausse route car elle ignore le réel.
      Le but du reportage était de redorer le blason de Flanby en lui donnant une image à la fois dynamique et chaleureuse.

      Caramba, encore raté.

  22. DoS

    La Tuture Française….une histoire de vaseline, de combines, de connivences.
    D’ascenseurs, de tapis rouge, de privilèges auto-octroyés. Des intermittents extra, des lois « spéciales ». C’est super génial.

    Dans mon flux d’info du jour, il y a du rouge et beaucoup de noir. Économie, bourse, moral mondial, inflation négative ??!!

    L’etau (les taux) se ressert.

    La petite racaille politique Française s’agite (PRPF).

    CPEF
    (En nous avec, ils y veillerons bien pour l’égalité et le vivre ensemble plus pauvre, plus propre, plus gentil)

    Même si il faut importer des jeunes étudiants étrangers pour remplacer les nôtres…

  23. Pbd

    Bon ben voilà on en est la. Et si on supprimait le ministère de la culture (pas mal de pays n’en ont pas … ) . Et puis les lois qui vont avec. Bon aller on rajoute la suppression des inter miteux du spectacle pendant qu’on y est …… Ha ouf je me sens mieux ! Pas vous ?

  24. Harold Glitch

    Personnellement je n’écoute la radio que dans ma voiture. Alors comment fait-on pour écouter les belles chansons françaises pendant la journée sans voiture ? Quand c’est INTERDIT d’utiliser son bolide dans Paris ?

  25. bob razovski

    hop, reçu ce matin :

    « Invité du 5/7 de France Inter, ce mardi matin, Jean-Noël Tronc, directeur général de la Sacem, revient sur l’importance des quotas, dispositif clé de la diversité musicale »

    Etonnant, non ?

Laisser un commentaire