[Redite] Serions-nous plus libre sans État ?

Article initialement paru le 20.06.2012

Certes, il y a (encore !) des élections ce dimanche et beaucoup en parleront dans leurs éditos, blogs et autres papiers journalistiques enfiévrés. Cependant, comme nous savons tous quelle sera l’issue de ce dimanche (plus d’Etat et moins de liberté pour tout le monde), je vous propose de profiter de l’actuelle période des examens du baccalauréat pour revenir plutôt sur les sujets de philo d’il y a cinq ans et voir que les conclusions qu’on pouvait tirer alors sont encore valables maintenant.

L’année dernière, on découvrait que la philo, c’est überfacile, à condition d’être hypermou. Cette année, les sujets de philosophie sont tombés et nous avons donc droit à toute une panoplie de sujets frétillants de sous-entendus : ils permettront de tester à la fois la capacité de l’élève moyen à reproduire fidèlement un argumentaire abordé dans ses cours et, bien avant ça, d’évaluer son conformisme respectueux des conventions qui lui aura été inculqué pendant la grosse dizaine d’années qu’il aura passée sur les bancs de l’école.

Plusieurs de mes lecteurs réguliers m’ont ainsi fait part d’un des sujets, « Serions-nous plus libre sans État ? », qui attire bien sûr l’attention pour tout libéral, voire tout anarcho-capitaliste, qui passe par là et à qui on va, presque sadiquement, demander son avis.

Cependant, ce serait oublier les autres sujets. Outre celui déjà évoque, on trouve ainsi les suivants :
« Que gagne-t-on en travaillant ? »
« Toute croyance est-elle contraire à la raison ? »
« Avons-nous le devoir de chercher la vérité ? »
« Travailler, est-ce seulement être utile ? »
« Peut-il exister des désirs naturels ? »

Ami lecteur, sauras-tu détecter les appeaux à trolls dans ces sujets ? En effet, comment ne pas déceler chez ceux qui ont pondu ces sujets une envie de lire du Marx, du Sartre, du Proudhon (ou, soyons fou, du Bakounine) — mais surtout pas du Friedman (David) ? Comment ne pas noter que le travail semble occuper, cette année, une place importante, là où l’année dernière, la science et l’art se taillaient la part du lion ? L’époque serait-elle aux questions plus matérialistes ?

Toutes ces questions se bousculent dans ma tête pendant que je me demande ce que j’aurais bien pu écrire si j’avais eu ces sujets…

Serions-nous plus libre sans État ?

Il y a de cela bien longtemps, les gens vivaient sans État. D’âme, surtout. Ils vivaient de chasse, de cueillette, de trucs totalement bios sans le moindre pesticide. Ils ne mangeaient pas gras, pas sucré, pas salé, pas fun. Pour leur santé, ils bougeaient beaucoup, plus, mieux que de nos jours en tout cas. Mais tout ceci ne les empêchait pas de mourir jeunes avec des chicots à la place des dents. Alors, un beau matin, lassés de ces conneries bios et de ce sport fatiguant, ils ont décidé de créer l’État pour résoudre l’ensemble de leurs problèmes.

Oh, n’allez pas croire que cette dernière phrase est exagérée ou caricaturale. Il va de soi que l’avènement de l’État tel qu’on le conçoit maintenant aura pris un peu plus de temps que celui qu’il aura fallu au lecteur pour passer du mots « dents » au mot « Alors ». Mais fondamentalement, une fois l’ensemble des institutions cristallisées pour permettre à un petit nombre d’individus d’extraire le travail d’une multitude à leur bénéfice exclusif, la marche joyeuse vers l’accroissement des prérogatives de l’État ne s’est plus interrompue.

Une fois l’État installé, c’est comme une verrue plantaire ou ce gros lourdaud de Roger quand il y a un match de foot : impossible à déloger, ou alors, il faut beaucoup d’alcool. À tel point que, de nos jours, l’habitude s’est installée et chacun croit y trouver son compte. Roger a son fauteuil attitré, la verrue gêne mais se laisse oublier lorsqu’on est dans un bain bien tiède, et la simple évocation d’une vie sans l’État provoque des sueurs froides jusqu’aux correcteurs du bac de philo qui introduit le mot « plus » dans sa fourbe question et s’évite ainsi de demander « Serions-nous libre sans État ? »

Ici, bien évidemment, je pourrais broder sur le thème en notant que l’État limite la liberté puisqu’il impose des lois, lois votées avec — a priori — une minorité de personnes pas d’accord (quand ce n’est pas une majorité, comme ce sera le cas avec la nouvelle Assemblée Nationale, du reste).

Dans le ping-pong traditionnel que représente une copie de philosophie moderne, j’enchaînerais alors sur quelques remarques en rapport avec les pulsions humaines qui, sans État, se déchaîneraient mais si mais si, puisqu’on vous dit que l’État, c’est la société, la loi, l’ordre et le petit bisou du soir avant d’aller au dodo.

Et là, j’aurais la note médiocre qui sied à une copie de philosophie parfaitement insipide comme, justement, l’Édulcoration Nationale en entraîne à produire au kilomètre comme de la saucisse industrielle, note d’ailleurs administrée par quelqu’un qui dépend directement de l’État pour ponctionner ses concitoyens avec la plus ferme efficacité et lui assurer un salaire sinon élevé du moins régulier.

Car après tout, à la question officielle, insidieusement chargée, correspond l’autre question, à laquelle personne ne voudra répondre mais qui mérite son pesant de cacahouètes : quelle liberté nous reste-t-il exactement, avec l’État ?

On m’objectera qu’il nous en reste plein, de jolies libertés.

Oui, plein, bien rangées sur des palettes dans des hectomètres de papier bulle, prêtes à partir au loin. Plein de libertés proprement découpées en tronçons d’une égale longueur (avec poinçon des Poids & Mesures de Sèvres), savamment disposés dans les tiroirs à clef de la législation française. Des milliers de libertés pesées, empaquetées avec délicatesse et même tendresse parfois, déjà imbibées de formol et aux senteurs naphtalines…

La liberté d’association ? À chaque législature, de nouvelles lois subtiles déterminent avec toujours plus de précision ce qui est, ou pas, une association licite, une religion licite ou pas, une entreprise licite ou pas, une démarche licite ou pas. Belle liberté que de devoir se conformer aux centaines d’articles et contraintes légales pour donner à l’État la possibilité de savoir ce qu’on fait, où on va, ce qu’on pense, avec qui on le fait et tant d’autres choses dont on se demande pourquoi l’État s’en mêle en premier lieu.

La liberté d’expression ? Celle qui permet maintenant à n’importe qui de faire fermer n’importe quel site internet sous n’importe quel motif fallacieux ? Celle qui permet de traquer tout individu qui aurait dérapé sur tout sujet déclaré illicite, allant du racisme au négationnisme voire aux recettes de cuisine pour peu que l’envie de légiférer passe par là ? Cette liberté d’expression si particulière qui, depuis la copie de philo jusqu’à l’éditorial servile d’un torchon subventionné, depuis les conversations de la machine à café jusqu’aux sketches soi-disant comiques à la téloche, permet à tout le monde de dire exactement la même chose sans jamais varier d’un pouce de peur de « déraper » et de se cogner en procès l’une de ces associations que le pouvoir aura jugé éminemment utile ?

La liberté de faire ce qu’on veut avec sa propriété privée ? Où, exactement, dans ce pays, permet-on aux gens d’être entièrement libres et responsables de leur terrain, de leur maison, de leur voiture ? Qu’est-il advenu de la liberté de défendre ses biens, les êtres qui nous sont chers ?

Qu’est-il advenu de la liberté de se déplacer librement et sans contrainte lorsque n’importe quel syndicat teigneux peut, dans le meilleur des cas, paralyser des axes majeurs, ou dans le pire, prendre en otage et séquestrer ?

Qu’est-il arrivé à la liberté de contracter entre adultes consentants et responsables ? Où est passée la liberté de commercer avec qui on veut, comme on veut, dans le respect des clauses contractuelles réciproques ? Comment rattacher la liberté qu’octroierait l’État avec les milliers d’articles de tous les codes qui régulent absolument tous les aspects de la vie du citoyen ?

parc bébéSerions-nous plus libres sans État ? Ah mais, mes braves lecteurs, la bonne question, plus simplement, c’est « sommes-nous encore libres ? » Sommes-nous réellement libres quand l’État ne nous considère plus que comme un enfant irresponsable qu’il aura, grâce à l’avalanche de lois et de moyens répressifs, collé au milieu d’un joli parc en bois, aux joujoux colorés, et laissé à brailler pendant qu’il vaque à ses occupations, occupations qui consistent à dresser de nouveaux barreaux à notre parc ?

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires142

  1. sam player

    Dès que j’ai 2 minutes, je vais chercher les corrigés type… histoire de rigoler 2 minutes…
    Si quelqu’un les trouve, merci…

    1. albundy17

      liberté : « cette valeur cardinale fait partie intégrante de la devise de la République française…preuve s’il en fallait que Liberté et Etat ne sont pas inconciliables »

      ça commence bien, c’est marqué dessus, comme le port salut

      1. Aristarkke

        Il y avait des tas de choses sympathiques qui rendaient la Constitution de l’URSS, éminemment désirable.
        La première question qui suivait était: quand va-t-elle entrer en vigueur et être appliquée???

  2. René-Pierre Samary

    On aimerait bien voir les copies de ces ados déculturés… Elles doivent valoir leur pesant de cacahuètes, sur un sujet qui a fait réfléchir nombre de penseurs. Plutôt que de noircir des pages blanches, le tableau de Goya, Saturne dévorant ses enfants, serait plus explicatif.

    1. sam player

      « … ces ados déculturés… »

      Pas évident de pouvoir faire la différence entre celui qui remplit sa copie consciencieusement pour coller à l’idéologie supposée du correcteur et celui qui a subi un lavage de cerveau…

  3. Dr Slump

    Je suis parfaitement libre de boire mon apéro à 11h38, activité relaxante tant pour moi-même que pour mes voisins tant que je ne dépasse pas le taux d’alcoolémie physiologiquement supportable pour mon fragile organisme, et dont le dépassement me conduirait à une ivresse désordonnée, bruyante, gênante, voire même dangeureuse pour Mme Michu, ma voisine, et Mirza, son clébard irritant qui ne sait que japper sur tout ce qui bouge du matin jusqu’au soir, même sur les piafs et les papillons zolis qui ne font pourtant que passer loin d’atteinte de sa truffe frétillante.

    Mais il faut bien dire que c’est là le genre d’activité lénifiante et même insignifiante pour un Léviathan étatique qui a des choses bien plus sérieuses à superviser. Ainsi, si je soupèse ma liberté à ouvrir un e-commerce de vente d’objets d’occasion, je me trouve tout à coup devant une nuée de déclarations, réglementations, et bien sûr de taxes à régler pour payer les fonctionnaires employés à vérifier la bonne application de toutes ces déclarations, réglementations, et taxes qui servent à payer… pause! La lourdeur, l’absurdité, et l’inutilité d’un tel fonctionnement ne manque alors de me sauter à la figure, tout comme le fichu clébard de Ma’ame Michu quand je passe devant son jardin.

    En plus de cela, il paraît même que l’état prend 57 % des revenus créés par ce travail, ce dont n’importe quel quidam avec deux sous de bon sens peut déduire que l’on travaille donc plus pour l’état que pour soi-même. A partir de cette prise de conscience, on peut même tout bonnement se poser des questions sur l’esclavage.
    Enfin, quand on réalise qu’arborer dans la rue un T-shirt figurant une famille classique papa-maman-bébé, ou représentant un quelconque sociotype moderne se faisant écraser par un tank conduit par un para-militaire élevé à la viande de taureau, peut vous causer regards sourcilleux, attaques verbales, voire même agressions physiques caractérisées, alors il ne fait plus aucun doute que certains sont plus libres que d’autres, et surtout, qu’il n’y a plus du tout de Liberté.

    En conclusion de cette rapide dissertation, nous pouvons de fait nous poser la question: l’homme occidental a-t-il en fait jamais été libre à travers les âges ? La liberté, qu’un libéral conçoit a priori comme une condition préalable, un droit naturel sur lequel fonder toute règle de vie en société, n’est-elle finalement pas plutôt un but à atteindre, un idéal vers lequel tendre, comme il en va pour la paix, l’harmonie, l’amour, et toutes ces tendres aspirations qui ont conduits à tant de.. eh bien tant de dictatures, de guerres, de massacres, etc…

    1. kekoresin

      Déjà liberté et égalité, c’est un peu comme le gaz et l’eau. En tout cas, t’es mesuré en parlant de 57%. Ce pourcentage représente la dépense publique mais qui laisse pas mal d’autres dotations à financer. Je ne sais plus qui a fait ce calcul, mais l’État ponctionnerait environ 80% de tout ce que gagnerait un français moyen du berceau à la concession (pour peu qu’on prenne l’option de base)

      1. sam player

        En fait, à terme c’est 100% : pour la bonne raison que tout ce que tu achètes sert à verser des salaires ou des dividendes à ceux qui produisent, salaires et dividendes qui paieront des taxes, des impôts… et dont le solde servira à acheter des produits… etc…
        Avec une flat tax à 10% ça prendrait juste un peu plus de temps disons 20 ans… alors qu’avec les impôts et taxes actuelles ça doit se faire en à peine 3 ans.

      2. Dr Slump

        Je pense que liberté et égalité sont compatibles, et même cohérents, si on parle bien d’égalité devant la loi, quoique dans cette configuration, j’aurais plutôt parlé d’équité.

        A propos de cette histoire de 57 % du PIB, je n’ai jamais vraiment bien compris ce que cela signifie, ni cherché à étudier de près la pertinence de cette évaluation. Mais de fait j’ai toujours douté que cela reflète précisément la proportion de ce que l’état extorque. Tout le monde connaît les 20 % de TVA, et les quelques 70 % sur les carburants, additionné aux impôts et charges sociales de toutes sortes, cela suffit amplement pour constater que l’état se prend plus que la part du lion.

        Nous sommes du bétail dans un enclos surveillé de près par tous les différents agents d’état. Marqués dès la naissance, élevés, domestiqués, raisonnablement engraissés et distraits pour être maintenus dans de pacifiques dispositions, suffisamment « formés » pour produire les richesses qu’il extraira de nous, mais pas assez pour qu’on puisse développer une intelligence suffisamment aigüe pour se rendre compte de tout cela

        L’état est un fermier, les frontières sont notre enclos, et il nous laisse juste assez de liberté et de revenus pour s’engraisser hors de toute proportion sur notre dos. L’état connaît tout de nos ressources et de nos biens, et je doute que nous connaissions vraiment toutes les ressources et les biens dont il dispose.

        1. kekoresin

          L’état n’aura jamais assez de pognon pour chasser les chimères. L’égalité est un leurre aussi bien dans la nature que dans les enfers socialistes. Le mal marchant ne sera pas commando para, le mal voyant ne sera pas contrôleur aérien, le mal entendant ne sera pas animateur radio, le mal comprenant ne sera lecteur assidu de ce blog…Mais l’état y croit ou veut persuader ses esclaves d’y croire en pavant ce pays de bonnes intentions redistributives. L’état va s’aligner sur le cancre pour ne pas le stigmatiser, et rétrécir le champ des possibles pour les autres. Voilà pourquoi notre nation n’en est plus une, voilà pourquoi les bisounours continuent à croire que l’argent gratuit existe et qu’ils sont libres dès l’instant où il n’ont rien à se reprocher. Bref, le modèle éducatif est bien rodé, les programmes en place, et les moutons bêlent correctement!

  4. Le Gnôme

    A mon avis, celui qui se hasardera à dire que l’Etat est un truc grandement inutile morflera d’une sale note vu l’orientation du corps enseignant.

    1. zelectron

      Compter sur les états ou les banques
      pour faire mieux fonctionner l’économie
      c’est comme demander à un cobra de
      ne pas avoir de morsure venimeuse.

      L’état ne doit s’occuper de rien d’autre
      que de régalien. Il se doit d’arbitrer,
      mais jamais se mêler de jouer la partie

    1. René-Pierre Samary

      C’est naturel. Quand à J1, un fonctionnaire pond des règles, à J2 il en faut davantage pour les faire appliquer, et en pondre de nouvelles, comme à J3 il en faut davantage pour faire appliquer celles de J2. Le fonctionnaire est à l’image de la Vie : il forme lui-même sa propre substance à partir de ce qu’il puise dans un milieu inerte appelé « société ». Le fonctionnaire, comme la Vie, est une entropie négative, ou négantropie. Il lui faut s’accroitre pour ne pas disparaître.
      Le fonctionnaire participe aussi du divin. Comme Dieu, il se justifie par sa propre existence. À la question du « pourquoi », il répond : « Parce que je suis. »

      1. albundy17

        « Il lui faut s’accroitre pour ne pas disparaître. »

        D’ou le Blob évoqué par le patron il y a peu, organisme monocellulaire, ni faune, ni flore, increvable, qui s’étend partout là ou il y a de quoi bouffer sur place

    2. kekoresin

      Charles Gave parle d’armée d’occupation. Pour ma part ce sont des putains de néfastes acquis à la cause de ce qui les nourrit. Pour assurer leur survie, il sont prêts à tout pour défendre le système. La masse critique étant atteinte, plus rien ne peut les déloger à part d’impossibilité pour la France de créer de nouvelles dettes et s’assécher la tumeur. Le dégraissage passera forcément par la vallée des larmes et des grèves sauvages. En attendant, il faut faire avec la bureaucratie qui heureusement arrive à s’empêtrer dans ses propres bourrelets de graisse!

  5. UnLorrain

    Exemple de liberté rabougrie..je dis a ce voisin de prendre exemple sur mon système D de récupération de l’eau de pluie ( une bâche de 20 m2 accrochée a quatres piquets,inclinée et percé. Vous mélangez consoudes et vos orties comme dopants de l’eau d’arrosage! Monstroplantes monstrolegumes assurément! Fini les hectolitres a manutentionné!) Euuuh..me répond t il,vous,ça ne se voit pas votre truc ( visible du village ) lui,ce serait trop visible,cet interdit,crainte,bien réelle semble t il,de se faire morigener,a minima.

    1. kekoresin

      Un gus s’est retrouvé au tribunal pour avoir donné la recette du purin d’ortie! Non homologué par les autorités sanitaires, vous savez les mêmes qui ont autorisé le médiator, l’amiante dans le biberon des bébés, la peinture au plomb et la capote au radium! Bon je ne suis pas sur pour les biberons mais je suis sur qu’il y a un sacré paquet de manges pognon pour nous faire chier sur tout et tout le temps…

      1. UnLorrain

        Oui keko j’avais vu ça sur le web! Consternant. Ca me fait penser a ce passage dans une chanson,bon c’est sur Mesrine un mec qui allait chercher le pognon là ou il est en grosse épaisseur 🙂 « en place publique son corps est exposé» est ce passage.
        J’aime bien vos commentaires kekoresin,ils sont revigorants pour ce que j’en pense.

    2. MichelC

      Vous savez, il y a des gens hargneux, genre à faire ch..r les coqs et les cloches des vaches. A la campagne évidemment parce que en ville …

      1. kekoresin

        Ce qui me gêne, ce n’est pas le gros connard qui s’installe en campagne pour porter plainte ensuite à cause du bruit des cloches. Des trous de cul, y’en aura toujours et toujours pas de pays d’extradition! Non, ce qui hérisse mes poils pubiens c’est que des abrutis en robe donnent raisons à ces résidus de capotes pêchées dans un chiotte de bordel sordide ouvert aux lépreux.

        Mais bon, c’est symptomatique d’une justice à la dérive dans les tourbillons géants d’une profusion vomitives de lois et de décrets. Ajouté à cela une équité douteuse, des moyens serrés et une totale impunité des magistrats, et tout devient possible, même l’impensable…

  6. Pythagore

    A l’écoute du prgrm de notre nouveau président, il m’a semblé qu’on allait vers plus de liberté:
    E.g. dépénalisation du cannabis, si le poid de l’état devient insupportable, on pourra se shooter pour oublier ces petites mesquineries quotidiennes, et noyer les impots dans la drogue, qui fera que l’on ne persevera plus le nombre zero sur le chèque.
    Et puis si cela devient vraiment plus tenable, la solution finale, on pourrait se faire assister pour se suicider. C’est formidable.
    Vive la liberté !

  7. Pythagore

    « Qu’est-il arrivé à la liberté de contracter entre adultes consentants et responsables ? »
    J’adhère dans un cadre professionel, toutefois dans le cadre privé, si je devais me mettre à lire tous les contrats, qui me lient d’une facon ou d’une autre, j’y passerais mes WE.
    Contrat logement, télé, télephone fixe, pas fixe, assurances maison bateau vélo avion soucoupe volante lunettes dents, licence google windows et qq douzaines d’autres logiciels, … bref si on énumère, ca fait un paquet.

  8. Bonsaï

    Bon, en attendant on peut avoir le privilège de découvrir Corto à poil dans sa piscine.
    C’est une initiative que H16 pourrait reprendre en exclusivité pour son public de fans…
    corto74.blogspot.fr/

    1. BDC

      M’enfin faut pas rêver, à peine montre-t-il une oreille derrière son masque. Lady B. et vos mots grecs, j’ai pensé à vous en voyant un magnifique spécimen Spetsnaz à la piscine, genre 1m90 sur 90, un quintal de muscles dont des trapèzes à tomber dans les pommes …

      1. albundy17

        « genre 1m90 sur 90, un quintal de muscles dont des trapèzes à tomber dans les pommes … »

        oui mais il a une petite molle

          1. albundy17

            Mode B ON

            « MAIS QUI QUI ‘AS DIT QUE JE SUIS PAPA, SALOPERIE DE GOOGLE »

            Mode B OFF

            Suis pas jaloux, c’est mieux d’avoir un gros zizi :mrgreen:

            Merci pour ma fête :smack:

            1. BDC

              Pssst Albundy : le format poutre de Bamako est au genre 2 ce que les jambes cagneuses de Brizitte sont au genre 1 : des modèles auxquels on veut ressembler mais qui sont des repoussoirs pour le genre opposé.

      2. Bonsaï

        Mais qui donc vous a dit que j’appréciais ce genre d’individus ? On voit bien que votre intuition féminine a pris quelques vacances…
        D’ailleurs vous n’êtes guère observatrice non plus, Corto ne porte pas de masque, tout juste des lunettes de soleil par coquetterie !

        1. albundy17

          Corto parcourant régulièrement ces lignes sera ravi d’apprendre via l’helvete déshyratée (remake 2003?) qu’il montre sa quequete sur le woueb…

        2. BDC

          M’enfin Bonsaï, c’est Pheldge qui vous parle régulièrement de spetsnaz, il est vrai que Poutine est petit de taille, trop petit pour moi je n’arrive pas à me mettre à votre hauteur 😀 . Et le masque c’est l’attribut de H16 évidemment, comment avez-vous pu vous méprendre ?

          1. Bonsaï

            Ah! je vois, j’ai enfin compris : vous vous entraînez à l’écriture surréaliste pour, le moment venu, être en mesure d’épater votre petit Monsieur Premier Fils (come on dit en Chine. Oui, en Chine parce que bon sang il n’y a pas que la Russie…).

      1. Pheldge

        Bonzaille nous avait dit , je cite : »il est si beau, nu dans sa piscine, sous l’eau, on devine la turgescence … je l’aime » .. Bon, je la cite de mémoire, hein 😉

        1. BDC

          Va falloir qu’on m’explique pourquoi les Macronistas sont fans d’un homme qui n’aime pas les femmes. Je ne parle pas des hommes homosexuels mais des genres 2. Alors bien sûr, j’entends les arguments des féministes : il ne s’intéresse pas au physique mais à l’intellect, c’est elle qui l’a fait, elle a le pouvoir, toussa, donc ce couple incarne un idéal et une revanche pour toutes ces vieilles peaux d’éditorialistes desséchées. La relation de Macron avec Brizitte ressemble à un défi transgressif, une conquête narcissique, une possession ultime, mais n’est certainement pas liée à une attirance charnelle, telle que les ressentent les genres 2. Perso je vois surtout le caractère d’un type assoiffé de pouvoir, manipulateur de génie, certainement pas l’amant idéal. Donc j’en reviens à ma question : je ne comprends pas pourquoi les femmes se font encore avoir avec un Rastignac, un Robespierre ou un Bel ami.

          1. Pythagore

            Chacun de nous a des besoins différents. Certains journalistes disaient que Macron était qq’un de timide. Micron a trouvé ds Bizitte une mère qui le soutient et l’aide à surmonter sa timidité et Brizitte a trouvé un fils à pouponer à vie et elle a la gloire pour elle, mariée à un jeune homme brillant. Chacun y trouve son compte.
            Toutes mes amies adorent les hommes homo, plus prévenants, plus sensibles, elles se sentent comprises,…..

            1. BDC

              Timidité, manque de charisme ou les 2, peu importe, il a réussi à pécho sa prof, figure d’autorité de 23 ans son aînée. Fallait qu’il fût été sacrément attiré par le pouvoir, et manipulateur pour y arriver. Qu’il soit manipulateur ne me dérange pas en soi, qu’il ne gaspille pas ses forces en énergie sexuelle, tant mieux pour lui, tout ça lui permet d’accéder aux pleins pouvoirs, mais faut voir ce qu’il en fera.

              1. Bonsaï

                Pourquoi ne pouvez-vous pas simplement admettre qu’ils sont un couple. Un vrai couple.
                Quand c’est Trump, ses plus de 70 ans et sa jeune femme, ça ne vous choque plus ?

                1. BDC

                  On en a déjà parlé, BM m’avait posé la même question : non ça ne me choque pas plus, c’est + naturel : Melania a fait un môme, alors que Macron a tiré un trait sur la paternité. Je ne nie pas qu’ils forment un couple, je viens juste de réussir à verbaliser un comportement déjà constaté par ailleurs.

              2. albundy17

                « il a réussi à pécho sa prof »

                Et pourquoi donc ça ne serait pas l’inverse ? Il est de toute manière d’intelligence supérieure, avec quelques dificultés sur le relationnel, chose sur laquelle brizitte le forme depuis un paquet d’années et les proches ont l’air de dire que ça se poursuit.

                B, dans le cas de Trump, les choses sont très claire, il a acheté sa femme qui l’aime d’amour de son pognon, ça n’a strictement rien à voir

                1. BDC

                  Pourquoi ça ne serait pas l’inverse ? Parce que Brigitte serait accusée de détournement de mineur, alors que cette version est plus acceptable. Je ne sais pas quelle est la vérité, mais je crois à la narrative officielle, d’autant plus que j’ai 2 exemples comparables d’aspirants soupirants dans mon entourage (dont moi), mais il n’ont pas pécho eux, hi hi hi !

                  1. albundy17

                    Ha OK, quand c’est l’élève qui chope, la justice ne considère pas qu’il y a détournement de mineur….

                    Ho wait !

                    1. BDC

                      Bah oui je sais mais t’as déjà vu une genre 1 s’en offusquer ? Bonsaï est assez représentative et elle trouve ça trop génial. Dans ce sens ça passe tout seul, circulez y’a rien à voir … 😉

                    2. albundy17

                      J’ai dis éleve, ce n’est pas genré. Et mon sentiment est que tout cela est bien faux cul et débile, si un gamin ou une gamine s’entiche d’une personne plus agée, on lui interdit pasqu’il/elle est trop con/ne pour connaitre ses pulsions avant 18 ans, mais après c’est bon, test passé.

                      A moins que le législateur considère le corps ensaignant capable de provoquer un syndrome de stockholm, mais je ne les pense pas assez objectif pour ça.

                      Pour bonsai, c’est juste de la projection perso, un fantasme, une envie de 5eme de béthoven 😀

                    3. Pheldge

                      Proverbe de mécanicien : heureux les Saints, peu d’esprit, le Royaume d’essieu leur appartient !

              3. Pythagore

                « Manipuler: Amener quelqu’un insidieusement à tel ou tel comportement, le manœuvrer » (Larousse)

                Je ne percois pas que Micron manipule Brizitte, elle m’a l’air de savoir ce qu’elle fait et d’être consentante.

                1. BDC

                  C’est spécieux de ma part, car la séduction est une forme de manipulation je vous l’accorde. Ayant quasiment l’âge de Brigitte à leurs débuts, et ayant déjà eu affaire à un p’tit jeune ambitieux, je me dis que le gars devait être super fort pour qu’une bourgeoise mère de famille quadragénaire tombe dans les bras d’un mineur, quitte son mari et fasse un coming out, cette triple performance me dépasse.

                  1. Pheldge

                    l’Amour, ô Très sublime ! combien de femmes de cet âge, vivant une relation conjugale ordinaire, sage, raisonnable, se trouvent un jour emportées par une passion dévorante, et un sentiment puissant qu’elles découvrent ?

                    1. BDC

                      Maître Pheldge, Ô très pur de Saint Denis, vous avez certainement connu des sentiments amoureux pour une de vos pro fesseuses, mais vous n’étiez pas assez puissant pour franchir toutes les étapes de la carte du Tendre avec ces bienheureuses. Lui, le grand « timide », il y est parvenu.

                    2. Pheldge

                      Il a peut-être été intrépide, mais surtout, elle a été séduite, et ça veut dire beaucoup sur son ancienne vie conjugale, il devait y avoir comme un vide …

                    3. BDC

                      C’est assez facile d’exploiter le bovarysme d’une mère de famille, c’est d’ailleurs pour ça que le couple Macreux-Trognon fait rêver la ménagère de plus de 40 ans. M’enfin entre séduire et passer à l’acte, il y a un gouffre !

                    4. Pheldge

                      En français de France, on dit plutôt « tirer la couverture à soi » (ou assoit, c’est selon 😉 )

                    5. albundy17

                      « on dit plutôt « tirer la couverture à soi » »

                      Oui mais là, B voulait juste dire que tu salis la une du célebre magazine :mrgreen:

                    6. Pheldge

                      Al, ta connaissance et ta compréhension du « parler végétal helvétique » est impressionnante ! tu devrais faire « un terprète » 😉

                    1. Bonsaï

                      Pédophile, il devait avoir entre 16 et 18 ans à l’époque…
                      Je crains fort que de nos jours les jeunes soient tous déflorés à cet âge.

                    2. BDC

                      MDR H16, oui au sens littéral y’a pas à tourner autour du pot ! Ah … je vous adore !

                    3. Bonsaï

                      Je crains qu’avec de tels préconçus, vous n’ayez à passer quelques moments rigolos avec Junior d’ici une petite quinzaine d’années !

                    4. BDC

                      Bonsaï, déflorés ou pas, à cet âge, ça sent encore le lait, comment à sa place on peut toucher un p’tit jeune de 20 ans ? Beurk ! Perso je penche pour un sacré manipulateur, mais il fallait aussi que Brizitte manquât un peu d’interdits …

                    5. Pheldge

                      l’interdit, c’est justement ce qui rend la chose encore plus excitante, jusqu’à en devenir irrésistible !

                    6. Bonsaï

                      @ BDC, 9:22
                      20 ans ? Franchement, je plains Junior…
                      Objectivement, couvé par sa jalouse de maman jusqu’à pas d’âge, cela donne quoi ? un gay, un homo ou mieux encore un transexuel. Et vous préréreriez nettement ce cas de figure à l’amie plus âgée qui serait en quelque sorte votre rivale…
                      Ah! ce bon vieux docteur Freud…

                    7. sam player

                      « Ou plus simplement, Brigitte était pédophile.

                      était ? ils ont trouvé un traitement ?

                      – Brizitte, on sort, tu veux bien garder Jr ?
                      – Oh oui !

                    8. BDC

                      Bonsaï, il ne s’agit pas d’Emmanuel, mais de Brigitte. Manifestement vous n’avez jamais été convoitée par un jeune ambitieux à l’avenir prometteur, je vous assure qu’en vrai, c’est très flatteur mais l’interdit de toucher à un enfant (pour moi 20 ans c’est encore un gamin) s’oppose normalement à une telle relation.

                    9. Bonsaï

                      Il est convenu de dire que si on est en âge d’aller à l’armée, on est un adulte. Donc à vingt ans on est adulte, même si maman BDC aimerait le pouponner jusqu’à vingt et plus, ça promet…
                      Vivement que Herr Schön remette le couvert, si je puis me permettre cette vulgarité…

                    10. sam player

                      @ l’arbre
                      « Pédophile, il devait avoir entre 16 et 18 ans à l’époque…
                      Je crains fort que de nos jours les jeunes soient tous déflorés à cet âge. »

                      Ce n’est pas la question quand ça concerne le détournement de mineur… qui par définition ne peut être fait que par un majeur.

                      Des mineurs entre eux, no problemo.

                      Aux USA, ils ont de mon avis résolu le problème de frontière, en s’attachant à la différence d’âge entre les tourtereaux : 2 ou 3 ans étant acceptable quelque soit l’âge.

                    11. albundy17

                      « un gay, un homo ou mieux encore un transexuel »

                      C’est quoi la diference entre gay et homo ??

                    12. Pheldge

                      Non, mais j’hallucine … l’horrible aveu ! « c’est l’interdit de toucher à un enfant … qui s’oppose normalement à une telle relation. » Moi qui naïvement croyais que c’était l’Amour porté à Herr Schön … Quand il va lire ça, le pauvre …

                    13. sam player

                      « Vivement que Herr Schön remette le couvert, si je puis me permettre cette vulgarité… »

                      Pourquoi j’ai subitement l’impression à la lecture de ce commentaire que Bonsaï, jalouse d’une de ses copines, assisterait ravie à son viol… c’est l’image que ça me laisse…

                    14. albundy17

                      « à cet âge, ça sent encore le lait, »

                      Et pourtant ça n’en est pas, il avait mangé des asperges ? :mrgreen:

                    15. Bonsaï

                      @ Sam, 12:45
                      Franchement, en matière de psychologie tu n’es pas à la hauteur !
                      Car loin d’être jalouse d’un tel cas de figure, je suis fort aise d’y avoir échappé…

                    16. albundy17

                      Une psychologue qui prends continuellement la mouche, c’est un nouveau concept ? 😀

                    17. sam player

                      L’arbre, je ne fais pas de la psychologie, je fais part de mon impression.
                      Pourquoi toujours faire appel aux sciences du vent ?

    1. Pheldge

      Tiens , champagne, oui ! je suis navré ! il y a aussi dans le package, la communiste stalinienne-qui -défend-la-cause-des-femmes-et-donc-populaire Huguette Bello (elle ne sourit jamais, condoléances à son mari …) et le duo de choc, Thierry Robert, entrepreneur douteux, condamné , dont les indemnités parlementaires ont été saisies, ainsi que JH Ratenon, professionnel de l’assistanat depuis plus de 20 ans …

      Faut que je raconte, les élections, c’est folklo ! à St Denis, il y a les employés communaux (le maire, c’est le papa à Ericka ), qui font le immeubles et frappent aux portes genre « Mme Hoareau, ça va ? ou lé pas malade ? ou la pas parti voter donc ? allez, dépêche à ou ! »
      On a un maire, réélu depuis 30 ans, qui a une super technique, à chaque décès, il propose à la famille un peu de café, de sucre pour la veillée, puis le lendemain, il vient pleurer avec une petite couronne … génial ! 30 ans que ça marche !

      1. Calvin

        Gilbert Annette n’est pas son père mais son beau-père, et il n’est redevenu maire que depuis 2008 après sa condamnation (corruption) et un intermède PS puis UMP.
        Bon, tout ça ne sent absolument pas le clientélisme tiers-mondiste…..

        1. Pheldge

          Petit, il y a une rumeur insistante selon laquelle il serait le père biologique … je ne fréquenta pas assez ce beau monde, je n’ai pas pu vérifier l’info.
          Zilbert a été maire de 89 à 94. Je n’aime pas Ericka, que j’ai rencontrée quand elle était jeune présidente d’une intercommunalité et que j’ai trouvée pleine de prétention et d’ignorance …

    1. albundy17

      Ne boudons pas notre plaisir, des têtes tombent, la folle Touraine est dégagée de, slurp, najat et son complet sans cravate du jour va retourner au placard miteux, etc etc

      1. Dr Slump

        Bof. Ils vont bien se trouver une assoc’ ou un comité quelconque pour continuer à dire et faire n’importe quoi en se prenant pour je ne sais qui.

  9. UnLorrain

    J’ai lu,mal lu car rien compris au Désespèré de Bloy. Après revisite de litteratureaudio,surprise! Le Désespèré de Léon le Lamineur y est lu,excellemment comme a son habitude par « Pomme»
    Vous pouvez aller directement a partir des chapitres 55 et suivants,les telecharger pour écoute.Bloy a t il un égal dans l’art de déchiqueter le bourgeois ? La presse ? Ernest renan et son imperieuse définition de l’Etat ? Car l’Ernest y passe aussi dans les mains de Bloy,véritables presse hydraulique ses paluches ma parole !

  10. ValM

    « À l’avenir, on fera aimer aux gens leur servitude, qui produira une dictature sans pleurs, une sorte de camp de concentration sans douleur pour des sociétés entières, avec des citoyens privés de leurs libertés mais qui aimeront cette situation, parce qu’ils seront détournés de tout désir de se rebeller par la propagande ou le lavage de cerveau, appuyé ou non par des méthodes pharmacologiques. »
    Aldous Huxley, 1961

    Il était visionnaire, Huxley…

        1. albundy17

          C’est pourtant leur livre de chevet.

          Huxley était très proche du pouvoir, je me demande s’il a inventé son 1984, ou s’il a juste rassemblé les idées qu’il entendait « dans les milieux autorisés »

    1. Val

      @valM et pourtant cette dystopie a été lue par toutes les générations depuis sa parution. Mais c’est peut être ça le problème, on se plante toujours mieux dans les écueils que l’on a que trop regardés, tel le lapin pris dans les phares ?

  11. Pheldge

    Ahhhh, je vois que je ne suis pas le seul à me re-jouir réjouir de la déconfiture de ces braves gens ! j’y ajoute Karine Berger au premier tour 🙂

      1. albundy17

        Aurore bérge pleine de promesse, tu as déjà cerné celle ci. Elle retourne sa veste plus rapidement que bayrou, ça frole le Bang supersonique

Laisser un commentaire