CRISPR-Cas9 : et maintenant, guérissez-vous vous-même !

Ce siècle est encore jeune mais il montre deux tendances : d’un côté, il est difficile de passer à côté de l’assaut de plus en plus vif de l’Etat contre la population, alimenté par un populisme qui accroît sa charge. Ces chroniques en décrivent quelques aspects saillants. D’un autre côté, par un heureux hasard, la technologie semble accroître l’affranchissement des individus face aux griffes de l’Etat.

Ainsi, j’ai régulièrement évoqué dans plusieurs billets l’impact sur la société des voitures autonomes, de l’utilisation des technologies modernes de géolocalisation (sur téléphone mobile, typiquement) pour complètement modifier le paysage des transports tarifés en ville voire de la gestion des populations migrantes ou plus généralement de la solidarité, et, en rapport direct avec mon dernier billet, comment même la monnaie pourrait bien subir à son tour la révolution numérique.

Dans ce tableau, il serait bien évidemment difficile de ne pas évoquer l’intelligence artificielle (I.A.) dont on aura peine à lister exactement tous les futurs usages. Surtout à mesure qu’on se rend compte de son potentiel : les dernières prouesses réalisées par exemple sur le jeu de Go par AlphaGo montrent en effet la rapidité et la puissance des apprentissages qu’on est en mesure de mettre en place. Il semble délicat d’affirmer, à ce stade, que ces I.A. serviront exclusivement à libérer l’individu, tant sera grande la tentation pour l’Etat et ses sbires de s’en servir pour un but exactement opposé…

Mais en réalité, les révolutions les plus profondes sont souvent bien plus discrètes que les exemples que j’ai fournis précédemment. Si, déjà, certains sentent confusément que ces I.A. auront un rôle important à jouer, si d’autres (pas forcément les mêmes) ont bien compris les avantages (ou les dangers) d’une monnaie électronique peer-to-peer complètement indépendante de l’Etat, peu se sont réellement penché sur la démocratisation de la biologie et de la mise à porté de la génomique à tout un chacun.

J’en vois quelques uns qui froncent les sourcils, et c’est bien normal.

Avant d’expliquer plus avant, je dois cependant introduire une découverte assez récente (en construction depuis 2002 et nettement affinée en 2012) dont les applications sont déjà en train de bouleverser la médecine : il s’agit de CRISPR-Cas9, une enzyme bien particulière capable de découper un génome (une chaîne d’ADN) entre deux points distincts et qui offre une souplesse et une efficacité sans commune mesure avec ce qui existait en matière de génie génétique depuis les années 1970.

Cette découverte permet depuis quelques années (on ne parle même pas encore en décennies !) d’envisager les thérapies génétiques, qui visent à corriger les défauts génétiques connus dans un génome donné, en abaissant considérablement leur coût et leur complexité, à tel point qu’on estime qu’actuellement, 3000 laboratoires dans le monde utilisent cette technique suffisamment simple pour être pratiquée de façon routinière par des étudiants en master de biologie.

Cette technique a déjà été appliquée avec succès sur des souris atteintes de maladies génétiques comme la tyrosinémie (qui entraîne une atteinte du foie et des reins) ou la myopathie de Duchenne. Une autre application a consisté à décroître énormément la fertilité des moustiques vecteurs du parasite du paludisme. Plus fort encore, l’équipe de George Church, professeur de génétique à Harvard, envisage très sérieusement d’utiliser CRISPR-Cas9 de réparer le génome de mammouths récupérés dans la toundra sibérienne avec le génome de l’éléphant d’Asie d’ici cinq à sept ans. Ce n’est pas encore Jurassic Park, mais on s’en rapproche furieusement…

On le comprend : cette technique porte en elle des potentiels fantastiques en matière de médecine curative et préventive, et, comme toute révolution scientifique, ouvre aussi des opportunités terrifiantes en matière d’eugénisme ou, pire, de génocides ciblés…

Si la révolution de l’atome des années 50 porte en elle les mêmes promesses et les mêmes dangers, son ticket d’entrée, particulièrement gourmand en capital, repousse beaucoup d’initiatives et de projets aux sphères purement conceptuelles. Cette révolution génétique, de ce point de vue, se rapproche beaucoup de la révolution numérique que j’ai abordée dans les paragraphes précédents : elle est, tout comme internet, le P2P ou le développement d’intelligence artificielle, bien plus abordable et par un nombre bien plus grand d’individus et d’équipes partout dans le monde.

À tel point qu’il existe à présent de véritables « kits » pour comprendre, tester et mettre en application CRISPR-Cas9 dans son propre laboratoire improvisé, à partir d’un prix modique de … 140 dollars. C’est en tout cas ce que propose Josiah Zayner sur son site, The ODIN, et sur sa chaîne Youtube. Et non, Zayner n’est ni fou, ni le capitaliste sans foi ni loi prêt à vendre du virus en kit pour un profit joufflu, mais bien un docteur en biophysique de l’université de Chicago qui a décidé, au travers d’une campagne de crowdfunding, de mettre cette technique à la portée du plus grand nombre pour offrir à chacun la possibilité d’expérimenter par lui-même des changements génétiques sur différents organismes (levure de bière, bactéries, …).

Cet individu à la vie particulièrement riche (sa fiche Wikipédia est assez colorée et mérite la lecture) en aura aussi profité pour tester sur lui-même certaines techniques génétiques (dont un transfert fécal) afin de guérir certains de ses troubles intestinaux.

Au-delà de l’aspect un peu folklorique ou décalé de la personnalité de ce brillant docteur, le but qu’il recherche au travers de ses kits mérite cependant qu’on s’y attarde.

Pour Zayner, il apparaît en effet que l’état actuel de la médecine et des progrès technologiques permettraient de résoudre beaucoup des maladies touchant un nombre considérable d’individus, ou, à tout le moins, d’en amoindrir les symptômes les plus douloureux, si l’invraisemblable masse de procédures, de paperasse et de régulations n’entravaient pas dès le départ les démarches entreprises. Pour lui, il apparaît clair que beaucoup de gens ne sont pas traités ni guéris non parce qu’on ne connaît pas les traitements mais simplement parce que les comités, les autorités, les pontes et les habitudes l’en empêchent.

Du reste, il va pouvoir prouver que c’est tout à fait exact puisque la mise sur le marché de ses kits pose d’évidents problèmes aux autorités : bien que parfaitement légaux, les résultats de ces derniers pourraient, potentiellement, avoir des effets adverses qui, rien que d’y penser, font immédiatement venir la chair de poule aux aficionados du contrôle étatique… Au point que, lorsque des essais concluants sont menés sur des chiens mourants au point de les guérir, les autorités en viennent à classifier ces chiens comme « drogue » afin d’interdire toute recherche ultérieure sans passer par elles.

La bataille a donc déjà commencé.

D’un côté, les innombrables agences étatiques, comités, institutions n’ont que votre bien en tête et se chargeront de noyer tout le monde dans un sirupeux tsunami de paperasses et de procédures incroyablement complexes pour s’assurer que rien n’échappera au moindre contrôle. Oh, bien sûr, des gens mourront parce que traités trop tard ou pas du tout, mais au moins, les cerfas seront bien remplis.

De l’autre, les coûts d’accès aux nouvelles technologies continueront à baisser. Les coûts d’accès à l’information et à la connaissance sont tous les jours plus bas, le matériel pour mettre en application de plus en plus trivial à rassembler. Combien préféreront l’illégalité et l’oubli d’un cerfa ou deux à la mort ou à une vie de douleurs ou de misère ?

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires153

    1. bibi

      Les deux branches principales de la SS sont la maladie et la vieillesse, donc tous les bénéfices qui seront tirés au niveau de la branche maladie seront aussitôt phagocyter par la branche vieillesse.

      1. Aristarkke

        Cela permettra d’éviter la solution Attali applicable aux Vieux qui font rien que de ne pas mourir assez tôt, une fois qu’ils ne servent plus à rien, même pas à garder les gosses ou les oies…

              1. bibi

                Si je vous précédais dans cette voie, j’écrirais probablement dans un français correct.
                Mais à votre décharge je suis né vieux, et le XXème siècle était déjà pour moi beaucoup trop vieux et trop laid.

      2. panchovilla

        quant à la branche famille elle serait largement excédentaire si elle se contentait de verser des allocations familiales aux Français au lieu de nourrir l’Afrique et de payer des vacances aux jeunes sensibles des quartiers (ou l’inverse, je ne sais plus). les excédents pourraient être reversés aux retraités Français.
        Quant aux étrangers, ils nous apportent tellement, qu’il serait juste qu’ils aient leurs propres caisses sociales qui sans nul doute seraient ultra bénéficiaire, surtout avec le nombre incroyable d’ingénieurs et de médecins que la guerre en Syrie a envoyé chez nous (d’ailleurs c’est bien simple, même les soudanais qui traînent à calais sont Bac + 6).

        1. BDC

          « les excédents pourraient être reversés aux retraités Français. » Naann ! Je reviens de chez Eric Verhaeghe sur la CSG, pitié pas encore les retraités ! Pour un abaissement des charges sociales svp …

                1. Pheldge

                  une distribution gratuite bonbons à la nicotine ? des cours de barbotage gratuits sur les célèbres et accueillantes plages de mon île de l’océan Indien, la Réunion, ou pour les rescapés, des ballades sur les bords du cratère du volcan …

                  Ah, ça y est, l’île est sauvée, finie la perfusion de pognon métropolitain, on va se lancer dans le « recyclage et l’élimination » des vieux ! je sens qu’on tient un super créneau ! quelqu’un a le 06 d’Attali ? 😉

                  1. MCA

                    Pheldge 4 novembre 2017, 9 h 02 min

                    La solution pour arrêter d’avoir des vieux, ce n’est pas de les euthanasier comme tu sembles le suggérer, mais c’est de cesser de faire des jeunes….

                    Et là, sur ton île les sécateurs vont avoir du boulot !… :o))))

        2. Gosseyn

          Nous sommes victimes du fascisme du politiquement correct. Alors il nous reste l’ironie pour évoquer certains problèmes ou certains malaises sociaux. Mais plus pour longtemps : Cette ironie finira bien par être taxée !

            1. Flaghenheimer

              Oui BDC mais ma remarque ne portait pas là-dessus. Je faisais un peu de sarcasme car il me semble aventureux d’avancer que la sécu finance « des vacances des jeunes des quartiers ». Mais si pancho voulait parler de l´assurance chômage ce serait tout aussi farfelu.

                1. BDC

                  Merci Bibi, c’est vous qui tenez la meilleure explication ! À ma décharge, cela n’existait pas de mon temps à la MSA (les enfants d’éleveurs non plus ne partaient jamais en vacances), sauf pour les salariés de notre caisse bien sûr.

                  1. bibi

                    Je n’ai pas trouvé plus récent (j’ai pas trop cherché) mais en 2013 cela avoisinait les 100M€.
                    lefigaro.fr/conso/2014/07/04/05007-20140704ARTFIG00341-les-caf-veulent-rendre-les-departs-en-vacances-accessibles-a-tous.php

                    1. Albundy17

                      C’etait sympa ces photos de vacances de coulibali payées par ce biais, il avait l’air joyeux et normal

  1. Aristarkke

    Il semble délicat d’affirmer, à ce stade, que ces I.A. serviront exclusivement à libérer l’individu, tant sera grande la tentation pour l’Etat et ses sbires de s’en servir pour un but exactement opposé…

    Cela va être cool les combats entre les I.A. de l’Empire et celles des Rebelles…

    Plus sérieusement, il reste que les dystopies ultra-technologiques prédisant un avenir sombre en raison de ce dévoiement, demeurent avec un potentiel réalisable non négligeable.

    Quand on voit comment nous devenons de plus en plus corsetés par une oppression administrative certes douce mais collante et coûteuse…

  2. Pheldge

    Ah, on me signale que le créateur d’AlphaGo, secrètement sollicité par Macron , pour poursuivre l’œuvre grandiose de simplification administrative, entreprise par son regrettable prédécesseur, jette l’éponge, devant l’énormité de la tâche !

  3. Bonsaï

    Ce jeune scientifique, né en 1981 et à l’allure branchée est certainement talentueux dans son créneau de la biologie. Si l’homme veut un jour s’évader dans l’espace, il nous faut en effet renouveler nos connaissances et chercher de nouvelles pistes créatives.
    Mais j’attends surtout la technologie qui permettra l’envoi d’un vaisseau spatial de reconnaissance pour de longs voyages dans le système solaire…

      1. Bonsaï

        Vous avez bien compris que je parle de vaisseaux capables d’aller sur d’autres planètes, voire de sortir du système solaire. Mais je crains que nous ne soyons plus là pour le voir.
        Quant à ce jeune scientifique, il fait plutôt dans le gadget qui va lui rapporter un peu de monnaie. Espérons que ce sera utilisé pour un programme intéressant !

        1. Justement, c’est toute l’idée derrière : lui se fera peut-être un peu d’argent, mais surtout, il va donner la possibilité à plein de monde d’essayer.

          1. Mildred

            « …il va donner la possibilité à plein de monde d’essayer », ça, ça reste à voir.
            Ainsi, au hasard, pour la Suisse, comment Tariq Ramadan – ce « savant professeur » s’il en est – va-t-il apprécier le transfert fécal, par exemple ?

        2. bibi

          Ces vaisseaux existes déjà et s’appellent des sondes, je vous rappelle que Voyager 1 est entré dans le milieu interstellaire le 25 aout 2012.

          Vous ce que vous voulez ce sont des vaisseaux spatiaux capable d’embarquer des humains et probablement aussi des arbres.

          1. Pheldge

            Ces vaisseaux existeNT déjà bibi, mais leur acquisition est parfois un peu illégale. Au moins en Helvétie, eu égard à son découvreur, ça devrait être donné gratos : avec un buvard d’acide*, tu trippes dans les étoiles et les galaxies pendant 24 h faciles … et si tu en abuses, tu y restes scotché (dans les étoiles bine sûr ) éternellement ! pas besoin de méga vaisseaux coûteux genre Stargate ! 😀

            *diéthylamide de l’acide lysergique, synthétisé pour la première fois en 1938 par les chimistes suisses Arthur Stoll et Albert Hofmann

              1. Bonsaï

                Info pour Pheldge : juillet 1970, moi et mon petit frère au festival de l’île de Wight, retiens ton souffle :
                Jimmy Hendrix, Supertramp, Chicago, Emerson, Lake and Palmer, Jethro Tull, Leonard Cohen, Gilbert Gil, etc…

                1. Pheldge

                  « Ah! les trips d’acide de ma jeunesse … » je laisse cet aveu être apprécié à sa juste valeur, par l’honorable lectorat patronal, qui y trouvera la réponse à certaines questions … 😉

                    1. Bonsaï

                      Petite précision omise par le Professeur Pheldge ci-dessus :
                      « diéthylamide de l’acide lysergique, synthétisé pour la première fois en 1938 par les chimistes suisses Arthur Stoll et Albert Hofmann » plus connu sous le nom de LSD !
                      Par ailleurs, je crois qu’il y a deux « ff » dans Hoffman.

                    2. MCA

                      LOL

                      deux « ff », ça fait ffff….

                      Plus de doute possible, l’acide possède une effet retard!… :o)))))

  4. Aristarkke

    Pour montrer à Bibi que mes capacités de lecture revendiquées existent toujours bien (au grand étonnement et désespoir de Philou) :
    peu se sont réellement penchéS sur la démocratisation de la biologie et de la mise à portéE de la génomique à tout un chacun.
    Une autre application a consisté à FAIRE décroître énormément la fertilité des moustiques (décroître est un verbe impliquant exclusivement son sujet quand il est employé seul puisqu’il décrit un changement d’état dudit sujet. Quand son action s’exerce sur un tiers, il lui faut un verbe de motivation. Vous ne pouvez pas sérieusement écrire : « je croîs le pays »)
    d’utiliser CRISPR-Cas9 AFIN de réparer le génome de mammouths récupérés
    Si la révolution de l’atome des années 40 et 50 porte en elle (la révolution date de 1945 avec la bombe atomique et les recherches continuent immédiatement sans désemparer avec des interrogations à l’unisson)
    les autorités en viennent à classifier ces chiens (???) comme « drogue » (???) afin d’interdire toute recherche ultérieure sans passer par elles. (pas compréhensible sans une clé de déchiffrement à tout le moins… 😉 )
    trivial : pas approprié parce que faux ami en anglais. Signifie (en français) vulgaire, grossier, rustre, fruste en parlant d’état d’esprit, de comportement alors que votre propos est de dire que cela devient de plus en plus facile, aisé, comme un jeu d’enfant…

  5. dov kravi דוב קרבי

    J’approuve tout à fait vos déplorations sur la mainmise de l’État omnipotent, omniscient et surtout omniprésent. Mais concernant le projet « scientifique », je suis plus que réservé, non sur son intérêt mais sur sa faisabilité.
    Indépendamment des problèmes éthiques qui ne manqueront pas de se poser, le génome n’est pas un gigantesque jeu de Lego dans lequel il suffirait de remplacer une brique défectueuse par une brique saine (forcément verte). Les interconnexions sont nombreuses et une maladie n’est pas causée par un seul gène mais par une combinaison d’iceux agissant les uns sur les autres.

    1. Et si personne n’essaye, personne n’en saura jamais rien. Sans compter qu’il existe aussi des problèmes génétiques dont on sait déjà qu’ils sont causés par 1 unique gène défectueux.

    2. Val

      @dov je partage vos réserves mais interdire brutalement n’aura aucun effet. Comme dans toute invention nouvelle il y aura des early adopters , généralement issus des classes tres favorisées ou à l’inverse des tres pauvres qui serviront de cobayes. Bien sûr il y aura des fails retentissants, cela calmera les apprentis bidouilleurs un temps. La où les questions se poseront est quand la technique sera maîtrisée : on dira aux parents que le môme ne sera pas assuré social si le gêne n’est pas le bon, les banques ne prêteront pas etc . Les gens iront eux mêmes se faire fabriquer leurs mômes en kit pensant « faire le mieux pour leurs enfants » et puis tant qu’à modifier un gêne de santé, les gens modifieront d’autres gênes, la couleur , exit des noirs (il n y a qu’à voir les mômes de M Jackson) , des chauves , des petits etc et puis exit de la liberté : je vois d’ici la tête des « parents » ayant fabriqué un petit Zizou qui non non non ne veut pas toucher un balon, on va ̶r̶i̶r̶e̶ pleurer

  6. panchovilla

    à propos de la thérapie génique, ce que j’en dis c’est que lorsque le cinéma a été inventé la première vraie exploitation commerciale a été le porno. C’est pareil avec la thérapie génique : la première exploitation, c’est pour la cosmétique (anti rides, cheveux qui repoussent, etc…). Quand on aura un peu épuisé la pompe à fric, alors on fera de l’art et on pourra me soigner mon arthrose du genou en une seule piqûre.

  7. Pheldge

    « technique suffisamment simple pour être pratiquée de façon routinière par des étudiants en master de biologie … » à propos, quelqu’un a des nouvelles de P&C ?

        1. Aristarkke

          Je crois bien avoir lu qu’ un Vmax déjanté, en concours avec d’autres avait terminé son wheeling de ouf sur le pont d’Avignon de Chalon dans la Saône.
          Et cela en y noyant son pilote, un ingé (nieur de sa condition de sous doté de la nature élégamment affublé de sobriquets comme pinailleur ou pinette dans son entourage).
          La date me paraît en plus correspondre au silence de SP… RIP ???

  8. NeverMore

    Lorsque l’on connaîtra les ensembles de gènes associes à l’intelligence, peut-être pourrait-on imaginer développer l’intelligence humaine et au minimum tenter uniformiser les QI des populations de toutes races.
    Je suis racialiste mais je ne citerai aucune population.
    Vu la pente du QI dans nos contrées, qui nous conduisent à court terme (et non dans 500 ans) vers une société de type « Idiocracy », beaucoup plus de populations qu’on l’imagine pourraient en bénéficier.

    1. bibi

      Pourquoi voulez-vous donner autant de mal?
      Ne pensez-vous pas que plutôt que de développer les races inférieures, il ne vaudrait pas mieux les empêcher de se reproduire?
      Et si vous avez une once de compassion en vous, pourquoi ne pas les euthanasier plutôt que de leur laisser vivre une vie faite uniquement de souffrances?

      1. MadeInCH

        Au contraire!
        La Caste Supérieure apprécierait qu’il y aie un gros gap intellectuel entre eux et leurs esclaves.
        Que ce soit dans « A Brave New World » ou bien simplement les recherches soviétiques pour faire des hybrides hommes-singes pour obtenir des ouvrier corvéables! (Un comble pour une idéologie prétendant défendre les ouvriers!)

      2. NeverMore

        Un chanteur RAP dont j’ai oublié le nom :
        « Je suis issu d’un peuple qui a beaucoup souffert »
        Je traduis par :
        « Je suis issu d’un peuple qui n’a jamais su faire.

    2. Val

      oula Nevermore je ne partage pas du tout vos vues. Mon point de vue est plutôt que notre richesse tient dans notre diversité, et cela a à voir avec notre liberté car chacun étant différent, il est libre de mener le chemin de vie qui lui plaît. Par ailleurs le manque de variété serait à plus ou moins long terme la fin de la race humaine, Darwin a vite fait d’évacuer le vivant pas assez diversifié .

          1. albundy17

            tu veux dire que si on ne fabrique plus que des humains débarrassés des maladies et avec des capacités cognitives amplifiées on va tous mourir ? :mrgreen:

          2. René-Pierre Samary

            Bien fol est qui se fie à son point de vue anthropocentriste. C’est une erreur profonde que de confondre le degré d’adaptation d’un organisme et son degré de complexité. Une amibe est tout aussi bien adaptée qu’un cheval, ou un homme.

            1. Val

              @rené : je ne dis pas degré de complexité mais variété, c’est différent. Plus les membres d’une société sont divers, plus les chances de survie (de la race ) sont grandes . Si tu n’as qu’une variété de lapins , le même virus les tue tous.

              1. René-Pierre Samary

                Oui, Val. Ma remarque ne concernait pas la question des variétés (races) à l’intérieur d’une même espèce, mais la façon d’envisager l’Evolution, avec l’Homme tout en haut de la pyramide (alors que du point de vue du succès, un point de vue non-anthropocentriste peut le voir comme un espèce ratée, promise à un court séjour sur terre).

                1. albundy17

                  « peut le voir comme une espèce ratée,  »

                  ne généralise pas…. :mrgreen:

                  Ce n’est pas l’espèce qui est ratée, c’est ce qu’en fait un nombre limité de spécimens, et va savoir si asimov n’a pas été clairvoyant sur notre avenir

                  1. René-Pierre Samary

                    Je généralise si je veux, na !
                    Le concept de « réussite », dans une perspective évolutionniste, ne peut se définir qu’en fonction du temps. L’espèce humaine, toute récente, peut à cette aune être regardée de haut par une multitude d’autres, beaucoup moins arrogantes que la nôtre, qui se voit « à l’image de dieu », j’me marre !

                2. Val

                  Oula René loin de moi cette vision de « haut de la pile » nous concernant, maintenant tu m’accorderas peut être qu il est probable que nous ayons une place un peu différente pour le meilleur et le pire, avec cette merveilleuse ou foutue liberté, selon

                  1. René-Pierre Samary

                    J’accorde rien, na ! Et qu’on ne me mette pas en colère !
                    La liberté de l’être humain ? Un petit avantage compétitif, sans doute. Et peut-être la cause de son échec, en tant qu’espèce. La différence ? Il y a un « saut » entre l’animal et nous, la quantitatif (développement des capacités neuronales) pouvant devenir du qualitatif. Pour autant, cette différence est surestimée, à mon avis.

  9. MadeInCH

    ça me fait penser au webcomics « Genocide Man »
    Dans un avenir pas si lointain, et de moins en moins lointain, des kit de labo génétique jouet sont vendu quasiment librement. Permettant à pleins de gens de faire des modifications génétiques.
    Pour éviter des altérations génétiques non naturelles à l’Humanité, le « Genocide Project » est mis en place, avec comme mission d’exterminer toute famille génétique obtenue par manipulation.
    Les agents du « Genocide Project » sont les « Genocide Men ».
    Jacob Doe est un « Genocide Man » et est le centre de cette histoire passionnante.
    .
    A lire!

  10. Lorelei

    J’aimerais bien qu’on puisse agir sur les gênes. Ca permettrait peut-être à une petite fille trisomique que je connais de pouvoir vivre et grandir comme son frère jumeau. Ou au petit-fils de ma voisine de ne plus avoir ce syndrome qu’aucun médecin ne veut lui annoncer et qui fait que le petit ne peut pas aller courir dans la cour de récréation comme tous les petits de son âge parce que l’école ne veut plus l’accueillir.

    1. bibi

      Moi ce qui me terrifie c’est ce besoin d’être comme les autres surtout chez le genre un.
      Combien de fois ai-je entendu durant mon enfance de la part de genres un : pourquoi tu n’es pas comme ton frère?
      Alors que jamais je n’ai eu droit à ce genre de remarque d’un genre deux, qui eux se bornaient juste à faire le constat il n’est pas comme son frère.

      Je ne doute pas que vos propos soient le fruit de vos bons sentiments, mais en fait vous en fait dans la poursuite de l’eugénisme actuel qui vise à l’éradication des trisomiques parce qu’ils sont différents et c’est pour moi effrayant.

      1. pioupiou

        Le problème (le seul) avec la trisomie 21, se résume aux complications cardiaques (fatales) qu’elle génère. On peut souhaiter la mise au point d’un traitement et si ça passe par l’éradication non pas de l’individu mais de sa maladie, tant mieux (cf la Fondation Jérôme Lejeune). Et au diable tout le baratin politiquement correct sur la « diffairence ». Mon enfant (myopathe condamné à mourir à assez brève échéance pendant que je remplis et fais remplir consciencieusement tous les cerfas qu’implique sa maladie) n’a pas vocation à rappeler au monde que la « Différrrrence » (corps tordu, fauteuil électrique, assistance 24h/24 etc.) c’est choupi. Et que l’école ne veuille pas accueillir un certain nombre de ces enfants ne me choqu pas : elle n’en a tous simplement pas les moyens (humains, financiers -du moins ceux qui sont en première ligne ne les ont pas, ces moyens -qui existent par ailleurs, vu le budget de notre Garderie Nationale).

  11. lxy

    CRISP-Cas9 est une invention révolutionnaire – c’est le mot – comme le montre l’avalanche de distinctions et de prix prestigieux qui tombent sur son co-inventeur Emmanuel Charpentier. Comme toute invention « révolutionnaire » elle a ses avantages et ses inconvénients. Je doute que l’on tente de se priver de ses avantages.

      1. Diogene

        A noter que, formée en France, elle a du mener toutes ses recherches à l’étranger (USA, Allemagne, Autriche). On la redecouvrira française au moment du Nobel, j’imagine

  12. Citoyen

    « … tant sera grande la tentation pour l’Etat et ses sbires de s’en servir pour un but exactement opposé… »
    On ne peut mieux le dire …
    Ben oui H16, dès que de nouvelles techniques ou technologies voient le jour, l’état n’a pour seule ambition que de les mettre en œuvre à son profit, pour asservir encore mieux ceux qu’il est censé servir … C’est une constante qui se vérifie à tous les coups …
    Si nécessaire, les machines à sous sur le bord des routes sont un exemple extrêmement parlant, parmi tant d’autres …
    Et là, encore une fois, il faut lui « faire confiance » pour qu’il profite de toutes les nouvelles avancées, pour développer des outils lui permettant un contrôle des populations encore plus inquisiteur …

          1. Citoyen

            Certes … dans le cas présent, « l’état » est juste un raccourci de langage pour désigner l’ensemble de ceux qui se cachent derrière …

          2. MCA

            J’ai bien parlé de « POLITIQUES » qui sont les ̶m̶a̶r̶i̶o̶n̶n̶e̶t̶t̶e̶s̶ acteurs, l’état n’étant qu’un outil de mise en œuvre.

            1. Citoyen

              Sauf que j’ai volontairement élargi le panel, parce que les « POLITIQUES » ne représentent qu’une partie du cheptel des nuisibles … Par l’utilisation que je fais de « l’état », j’englobe tout le cheptel ….

  13. Kazar

    Merci H16 pour cet excellent article ! Cela me rappelle un épisode de la série The Black List, dans lequel un virus cible spécifiquement une personne en fonction de ses gènes. Nous aurons donc, comme d’habitude, le meilleur et le pire grâce au progrès. Par contre, si les maladies régressent drastiquement, nous aurons quelques soucis du genre surpopulation mondiale, épuisement des ressources naturelles, et je ne parle même pas des « petits » dommages collatéraux comme le chômage dans le secteur médical et pharmaceutique…

    Miam, ça va tanguer, nous vivons vraiment une époque formidable !!!

    1. « nous aurons quelques soucis du genre surpopulation mondiale »
      Non. Courbe en S.

      « dommages collatéraux comme le chômage dans le secteur médical et pharmaceutique »
      Non. Même raisonnement et même erreur que « les robots vont nous piquer notre travail » et « l’IA va mettre tout le monde au chômage ».

    2. kekoresin

      Plus l’espérance de vie augmente dans une pays, plus sa fertilité diminue. Pour le chômage, l’apparition de l’ampoule électrique ou de la bagnole a forcément mis un coup de massue aux fabricants de bougies (en cire) et aux fabricants de charrettes, mais globalement c’est plutôt positif.

      1. René-Pierre Samary

        Il y a toujours, finalement, rééquilibrage, et nouvelle stabilité. Mais les périodes transitoires peuvent durer longtemps, par rapport au temps perçu par l’homme. Ainsi, il est probable que la démographie des pays du sud rejoindra celle des pays développés, mais le différentiel aura entretemps provoqué des désastres, et peut-être la fin de la civilisation occidentale.
        Ainsi, les femmes ressembleront de plus en plus aux hommes, et l’actuelle « guerre des sexes » cessera d’une façon ou d’une autre, mais non sans avoir détruit tout ce qui composait les modes de relations hommes/femmes.

  14. NeverMore

    Deux solutions, n’en déplaise à Stephen Hawking :
    1) soit l’IA, Intelligence Artificielle technique type robotique,
    2) soit l’IA, Intelligence Augmentée, applicable à l’homme via la génétique.
    Même dans une optique transhumanisme, on traite rarement (sinon jamais) de la solution 2; permise à terme par CISPR (et ses perfectionnement) potentiels)…

    1. Gosseyn

      Vous imaginez des fourmis développer volontairement leur intelligence ?
      En quoi ce principe changerait à l’autre bout de la chaîne ?
      Laissez les gens stupides le croire et les gens intelligents le prétendre.
      Relisez aussi Talleyrand : “L’esprit sert à tout, mais il ne mène à rien.”
      Le fait de vous placer dans une optique spéculative (au sens large) et une perspective de profits financiers quasi illimités n’y changeront rien.

      1. kekoresin

        On a du mal déjà à cerner ce qu’est réellement l’intelligence et surtout la part de l’inné et de l’acquis. Une chose est sûre, l’éradication de certaines maladies génétiques ou le remplacement d’organes détruits par les apéros sera un bienfait immense pour l’humanité.

    2. MCA

      @NeverMore 3 novembre 2017, 20 h 26 min

      Prenez le temps de visualiser cette conférence qui dépasse l’entendement et vous allez comprendre les préoccupations de Stephen Hawking :

  15. Dr Slump

    Question idiote, mais à cent balles: ne peut-on pas utiliser ce crispter pour les plantes? Cela a-t-il été envisagé, si oui je serais trèèèès intéressé d’en savoir plus.

    Cela en attendant la création du « chipster », qui ira corriger les bugs du génome informatique des ‘dirnateurs du futur!

    1. albundy17

      oui ils s’en servent. CRISP est une avancée majeure, mais pas encore super fin, mais disons que nous somme passé de la MOAB à la frappe chirurgicale américaine pour cibler les AA

      1. Peste et Coryza

        Bien sur qu’il s’agit d’une avancée majeure.
        Quelques gageures cependant :
        – l’enzyme fait des coupures spécifiques en s’aidant d’un ARN modèle… il faut donc de solides connaissances en biomol et en génétique (ça tombe bien, des généticiens et des biologistes molécularistes, ne n’est pas ça qui manque chez Pôle emploi (pays de merde…)).
        – l’enzyme est bactérienne… pour l’amener dans les cellules humaines, il faut utiliser un vecteur (canon à ADN, virus, transfection par liposomes).
        – dans le cadre d’une thérapie génique, il faudrait modifier chaque cellule. Un humain ayant 1e17 cellules, l’utilité de Crips-cas9 se limite à l’embryon au stades précoces (quelques cellules).
        https://www.sciencesetavenir.fr/sante/des-chercheurs-modifient-des-embryons-humains-viables-en-utilisant-crispr-cas9_111762
        – un bon nombre de nos cellules ont des ADN incomplets (c’est le cas des lymphocytes B une fois différenciés). Pour soigner une problème liés à ces lymphos B, il faudrait modifier aux cellules totipotentes de la moelle osseuse.

        1. albundy17

          « il faudrait modifier aux cellules totipotentes de la moelle osseuse. »

          Heuuu, oui, ça me paraissait évident, on va pas modifier les cellules quand on peu modifier le process de fabrication

          AA pour les acides aminés tas de bouffons :mrgreen: bon, en fait ça intervient en amont

          1. BDC

            Rrhhooo Albundy c’est toi le bouffon, même mon 2ème cerveau n’avait pas compris. Il y avait aussi la taille de bonnet préférée de Sam, il est où d’ailleurs ? Sam, t’arrête de faire ta diva sinon je me ramène à ta foire et salon avec mon CV d’assistante comptable, namého !

            1. albundy17

              « même mon 2ème cerveau n’avait pas compris. »

              Achètes en un non périmé 😀

              je répondais à un Dr es sciences, pas à la plèbe…

              ( réponse pour que sam te manque moins :mrgreen: )

              (info pour tes nombreux cerveaux, j’ai mis des émopticons)

  16. kekoresin

    Entre le principe de précaution, le risque de bioterrorisme et l’exercice illégal de la médecine, m’est avis qu’une ribambelle de taxes sera indispensable pour endiguer une telle menace!

    1. Vassinhac

      « l’exercice illégal de la médecine », un des meilleurs chefs d’accusation au pénal pour protéger la société d’un infâme individu qui voudrait soigner des patients, fût-ce dans les règles de l’art, sans les bons Cerfa…

  17. cyprus ill

    Malgré de nombreuses raisons objectives d’être tout de même le plus souvent effaré par les évolutions de la communauté humaine dans la gestion de son avenir confié à ses élites auto proclamées, c’est quand je lis ce genre d’article que je me dis qu’un autre avenir, beaucoup plus prometteur, est possible. Cette promesse passe par un retour à la liberté rendue aux hommes. D’une certaine façon, c’est l’obscurité face à la lumière qui vont se livrer un combat sans merci. Mais l’issue reste très incertaine…

    1. MCA

      @cyprus ill 4 novembre 2017, 23 h 58 min

      « La liberté rendue aux hommes »….

      Personne spontanément rendra la liberté aux hommes, cette liberté sera une conquête ou ne sera pas.

      Par le bulletin de vote, c’est une plaisanterie; par la force, en face ils ne souhaitent que ça et sont très bien équipés pour nous recevoir, alors…

      La seule façon que je pressens de retrouver MA liberté c’est d’aller voir ailleurs en souhaitant ne pas me tromper de point de chute.

      1. cyprus ill

        Tout à fait d’accord : je prévois mon départ en 2018. Ça sent de plus en plus le roussi ici.
        Portugal ou costa Rica… l’un me plaît moins mais a une convention fiscale avec la France, l’autre me plaît plus mais n’a pas de convention. Quand on a encore des revenus de source française c’est un aspect à ne pas négliger. D’autres idées ?

        1. MCA

          D’autres idées?

          J’ai pas mal voyagé et n’ai rien trouvé qui me satisfasse.

          Pour le moment l’arc Caraïbes me plaît bien mais à long terme je crains de ne pas tenir.

          Je n’ai pas encore essayé le pacifique, qui sait, du côté de la Nouvelle Zélande mais j’ai une famille ce qui est un obstacle majeur à un tel éloignement.

          Pour le Costa Rica, renseignez vous car j’ai lu des exposés pas très réjouissants, notamment du point de vue sécurité.

          Le Portugal, pourquoi pas, mais la France tente de remettre en cause la convention fiscale.
          D’après ce que j’en ai lu, la convention a été signée pour éviter la double imposition, ce qui signifie que si on paie son impôt au Portugal on ne le paie pas en France, mais comme le Portugal exonère d’impôts sur les revenus les nouveaux résidents, la France considère qu’on ne paie plus ses impôts au Portugal et tente de remettre en cause cet accord sur cette base.

          1. BDC

            Double imposition sans payer en Grance ? L’État est trop bon, si c’est 15% dans le pays tiers et 30% en Grance, ça devrait faire 15%+15%, et non 15%+0, cf. plus values immo 😉

        2. Aristarkke

          Evitez la République Dominicaine…
          Très en faveur de la liberté d’entreprendre mais avec un droit fluctuant selon les parties au différend, spécialement quand il y a un métèque contre un autochtone…
          (dixit un neveu de mon épouse, retour en 2018 après expat -partielle- en 2014)

Laisser un commentaire