Moins de biodiversité dans nos supermarchés ?

Émoi et allégresse dans la bobosphère française : on apprend par voie officielle que les supermarchés Carrefour vont se concentrer sur produits français en ne proposant plus dans ses étals que des fruits et des légumes de saison !

Comme l’explique une presse déjà vibrante d’admiration pour la démarche entreprise, l’enseigne s’engage d’ici 2020 à proposer 95% de produits récoltés en France en misant sur les produits de saison, quitte à relancer certaines productions locales.

En pratique, on comprend bien que la chaîne de supermarchés veut se recentrer sur l’alimentaire : âprement concurrencée par internet, elle est actuellement dans une phase économique particulièrement délicate et va devoir supprimer plusieurs milliers d’emplois. Il faut se rendre à l’évidence : il n’y a plus guère besoin d’aller en magasin pour acheter du matériel électroménager, technologique, d’ameublement ou, de façon générale, tout ce qui n’est pas alimentaire. Non seulement, internet permet d’obtenir ces produits à bon prix, mais en plus sont-ils livrés directement chez soi, ce que les enseignes de grandes surfaces traditionnelles ont bien tenté de faire avec un succès mitigé.

Retourner sur le créneau alimentaire constitue donc une mesure logique dans le monde actuel. En revanche, on peut s’interroger sur la pertinence de l’enseigne à vouloir ainsi se concentrer sur le « tout Français » et sur le retour forcené à des fruits et des légumes de saison.

Dans un premier temps, on pourrait y voir une volonté louable de suivre sa clientèle : celle-ci semblant déclarer fièrement ne pas vouloir de fruits ou de légumes qui auraient voyagé depuis l’autre bout de la Terre, cette clientèle réclamant même des produits exclusivement locaux « pour aider nos agriculteurs et nos artisans du terroir », s’adapter à cette demande semble une excellente idée.

Il reste cependant difficile d’écarter complètement une volonté malheureusement déplacée de faire du pur « virtue signaling », c’est-à-dire un affichage vertuel dans lequel il s’agit surtout de communiquer au maximum sur ses vertus réelles et supposées (s’affranchissant ainsi de l’une d’elles, l’humilité), sans comprendre que les efforts entrepris auront plusieurs effets de bords négatifs.

Tout d’abord, cette réduction claire de l’offre et cette relocalisation des produits va inévitablement augmenter les prix, au moins au début (et probablement ensuite aussi, si l’on s’en tient aux coûts de production actuels dans l’Hexagone). Tous les fruits et les légumes ne sont pas substituables les uns pour les autres et on peut douter d’un franc enthousiasme à remplacer les fraises d’Espagne par les topinambours, même locaux, même de saison.

Cette hausse des prix et cette baisse de l’offre pourra probablement être absorbée par une frange de la population dans laquelle on trouvera les classes moyennes et supérieures ainsi que les retraités (dont le niveau de vie moyen est supérieur au reste de la population) ; reste à savoir si cette hausse compensera le départ des classes moyennes et modestes vers les autres commerces qui n’auront pas les mêmes scrupules à placer de la poire sud-américaine en rayon en novembre.

En outre, on peut aussi s’interroger sur la pertinence de réduire la variété dans les choix alimentaires ce qui, historiquement, s’est régulièrement traduit par des régimes moins variés et moins aptes à assurer une bonne santé. Là encore, on se doute que le scorbut ne menace pas vraiment les populations concernées, mais la tendance générale semble déjà bien présente qui consiste à vouloir à tout prix calibrer les consommateurs plutôt que les produits, comme si, devant l’échec des politiques agricoles de planification complète des productions, on avait subtilement orienté la planification des choix des individus.

Et puis on ne pourra s’empêcher de noter que pour tous ces gens qui ont le cœur sur la main, il semble quelque peu étonnant de mépriser soudainement la fraise sud-américaine, au motif qu’elle pousserait tout plein de CO2 (forcément méchant) dans l’atmosphère. On oublie ainsi le fait qu’elle fait vivre un producteur ainsi qu’un transporteur puis un distributeur de fruits et légumes : si ces fats nous proposent un service aussi agressif à la bonne santé des petites plantes et des petits animaux, c’est parce qu’ils sont encore trop stupides pour comprendre que, dans dix-huit générations, ils seront peut-être fort marris d’avoir gaspillé tout cet air et généré toute cette pollution. Certes, ils n’atteindront même pas la troisième génération s’ils ne mangent pas à leur faim, tout de suite, mais là n’est pas la question ! Il faut penser aux petites plantes et aux petits animaux, oublier les autres êtres humains et prendre plutôt des topinambours à la chantilly.

Bref : pour le moment, on se contentera d’observer ce qui est une intéressante expérience de marché libre. Les consommateurs trancheront et donneront une bonne idée de leur volonté d’accompagner ce changement ou non.

Cependant, la démarche qui consiste à culpabiliser les consommateurs (sous couvert d’écologie) et qui vise à modifier leurs comportements n’est pas nouvelle, et elle a même tendance à s’accélérer, s’inscrire confortablement dans les esprits (on pourra d’ailleurs relire un précédent billet, vieux de 13 ans, pour mesurer le chemin parcouru) et passer gentiment du mode « proposition » au mode « imposition ».

J’en veux pour preuve ce qui se passe de nos jours de façon de plus en plus fréquente lorsque des militants (végans ici) s’arrogent le droit de détruire les productions et le travail de certains sur la base de leurs convictions quasi-religieuses. Il suffit de voir le déluge permanent (et grotesque) d’informations catastrophistes visant à nous faire culpabiliser d’absolument tous les aspects de notre mode de vie pour comprendre que l’idée de Carrefour n’est qu’une étape de plus vers un contrôle de plus en plus poussé de notre alimentation, pour des raisons purement idéologiques. Magie de l’idéologie ainsi implantée : il n’y a même plus besoin de coercition affichée, le grégarisme des foules, la pression sociale et une information subtilement orientée suffisent.

Du reste, si l’on pousse le raisonnement à son terme, revenus dans une France « auto-suffisante » sur le plan de son agriculture et moyennant quelques efforts supplémentaires pour se débarrasser enfin des vilains bienfaits de la mondialisation, on pourra aussi envisager des coupures volontaires d’électricité (pour sauver Gaïa), le remplacement des méchantes voitures (individuelles donc égoïstes) par des solex (évidemment électriques) et des voiturettes de golf, en passant par une alimentation au volume millimétriquement mesuré.

Organisant ainsi son propre repli sur elle-même, la France des années 2020 risque de ressembler beaucoup à celle de 1950 ou, pire, à la RDA des années 80…

Commentaires412

  1. Le Gnôme

    Je n’achète jamais mes fruits et légumes en grande surface, mais au marché, et je ne vois pas pourquoi j’achèterais plus cher un produit français grevé de taxes qui le rende non compétitif alors qu’un produit espagnol, italien, hollandais est semblable et moins cher.

    1. MCA

      +1

      Légumes achetés uniquement au marché chez les maraîchers.

      L’effet d’annonce sur les légumes se garde bien d’évoquer le cas de la viande et du poisson qui vient souvent de l’autre bout du monde.

      Cela dit, les repas d’hivers à base de pois cassés et de haricots secs vont être d’une saveur et d’une variété…car bien entendu, il n’est pas question de consacrer l’énergie économisée dans le transport à chauffer des serres sous nos contrées dont la fraîcheur est vivifiante.

      1. albundy17

        « Légumes achetés uniquement au marché chez les maraîchers. »

        Sam, t’aurais pas un mot à dire ? 🙄

        « et de haricots secs vont être d’une saveur »

        Mets toi aux mojettes, ça tient au corps et égaye les soirées et nuits d’hiver 😀

          1. Higgins

            Je recommande les mogettes en salade avec un peu d’échalotes et du museau de porc. On peut rajouter des tomates en saison. C’est délicieux. Autre variante: faire griller une tranche de bon pain, la graisser copieusement avec une gousse d’ail, l’enduire de beurre (demi-sel), laisser légèrement fondre ce dernier, couvrir l’ensemble avec de la mogette froide ou chaude!!!
            C’est un vendéen du bocage qui parle!!!

        1. Citoyen

          Pour les effets de bords, dommageables, liés aux mojettes, des scientifiques se sont penchés sur le sujet et ont mis au point une solution :
          http:/ /www.taptoula.com/toot-tone-le-suppositoire-musical-hightech-et-bienseance/

          1. albundy17

            Et pour vraiment être ds le raffinement:

            letribunaldunet.fr/creatif/francais-invente-pillules-pets-sentent-muguet.html

              1. albundy17

                « offrir un brin de muguet est d’un commun, »

                Cela devient un signe extérieur de richesse, 1.5 le brin à l’inter marché, déjà sur le point de faner !

                J’ai résolu le pb, j’ai un ou deux m², pis ça et chèvrefeuille sont les seules odeurs supportables.

                Pour les comprimés, pour enfin faire plaisir à Tadame, tu peux aussi accompagner de pilules bleues, d’après l’adp

    2. Dr Slump

      @Le Gnôme

      C’est drôle, moi j’aurais dit tout l »inverse: je ne vois pas pourquoi j’achèterais au marchés des légumes (j’mange pas de fruits bouh!) français qui coûtent plus cher alors qu’un produit espagnol, italien, hollandais en grande surface est semblable et moins cher.

        1. Dr Slump

          Ouais, je m’en suis aperçu. Mais on ne trouve pas la même variété de produit aux mêmes endroits, biais de perception et toussa. Le choix est quand même limité chez Lidl, pour ne citer que cet exemple, et la qualité aussi.

          Expérience réalisée dans le temps par mes oncles au marché: ils vendent des salade à 1 franc et la même salade à 2 francs. C’est quoi la différence leur demande-t-on? Bah celle à deux francs, elle est de meilleure qualité pardi! Et mémère achète celle à 2 francs, alors que c’est strictement la même 😀

          1. albundy17

             » et la qualité aussi. »

            « Et mémère achète celle à 2 francs, alors que c’est strictement la même « 

            1. Dr Slump

              Gros malin ^^
              Tu sais qu’il y a une échelle de qualités tout de même hein? Oui, même pour les courgettes et les salades. Et je suis quand même capable de différencier la qualité des produits, sans même parler de la qualité de magasin. Lidl, c’est une chaîne low cost, et ça ne tient pas qu’aux économies réalisées sur l’emballage et la mise en rayon.

                  1. albundy17

                    Volume + servi sur palette + 3 personnes pour faire tout le taf, tu penses que lidl a des fournisseurs spéciaux et moins cher que carrefour se refuse ?

                    C’est pas que j’aille chez lidl, c’est pas sur ma route et j’aime bien aller au marché, je croise mes clients.

                    Pour les quelques fois ou j’y suis allé les légumes n’avaient pas à rougir (tomates comprises) des étals que je fréquente, peut être même un peu moins manipulé (talé) qu’en GS.

                    Mais bon, ce n’est pas une généralité, je n’ai pas la même population ici que dans les grandes agglos.

                    Reste que les fruits et légumes chez lidl = fruits et légumes chez carrefour = fruits et légumes au marché, seul le prix varie

                  2. sam player

                    Slump, tu confonds le low price et le low cost…
                    Avant la qualité et les volumes, ce qui fait le prix c’est le modèle d’affaires dont par exemple la relation entre le CA, la surface, le nombre d’employés et leur polyvalence et surtout que pour bien vendre il faut d’abord bien acheter.
                    Va faire un tour dans un Lidl, c’est millimétré et les fruits-légumes ont 2 jours maxi… car parfois au bout d’une journée c’est poubelle.
                    Par exemple les containers de transport réfrigérés sortent du camion et sont transportés directement vers les rayons et vidés à même le rayon (moins de manutention intermédiaire et moins de rupture de la chaîne de froid, pas de stock) là où Carrouf fait tourner les containers 3 fois par jour entre le rayon et le frigo ce qui abîme les fruits et légumes (condensation) et bouffe la marge avec les stocks et les manutentions intermédiaires et donc le personnel nécessaire.

                    1. channy

                      @les containers de transport réfrigérés sortent du camion et sont transportés directement vers les rayons et vidés à même le rayon »
                      Mes Lidl doivent avoir du retard, les containers c est uniquement pour le surgelés, F&L, produits frais cela arrive sur palettes…chez Lidl la plupart des F&L sont sous barquettes, avec le prix dessus, effectivement mise en place minimaliste, et n importe quel ELS peut le faire, autre bon point les clients ne manipulent pas le produits et..comme vous le dite durée de vie des produits très limitées 48h maxi, c est pareil chez casino, c était pareil chez ED-Dia
                      Chez Lidl meme la propreté est une question de budget,malheur si l’auto-laveuse est en panne et que le budget entretien est épuisé.

                      Par contre pour avoir bossé chez Metro,pour le F&L, la démarche est tout autre tout comme la clientèle d’ailleurs, Quand aux marchés vous avez de tout, beaucoup qui vendent la mème daube que la grande distribution, d’autres qui roulent en Hollande, Espagne,Italie pour tirer de la qualité et du prix, d’autres qui se lèvent de bonne heure et vont acheter et gouter leur F&L aux MIN locaux

                    2. albundy17

                      A propos de transport réfrigéré:

                      La ligne sncf achalandant Rungis va être stoppée, cause vétusté des wagons fridge (40 ans tout de même), du coup le fret sera livré en camion.

                      C’est pour le climat ^^

            2. Dr Slump

              Merci pour les explications, .
              Je me fie à mes observations des différentes enseignes (je suis du genre client volage ^^), Lidl compris, où j’ai toujours trouvé une variété moindre de fruits/légumes, et de qualité fluctuante, que dans les grandes enseignes « classiques » type Casifour, où on trouve toujours la même variété de produits calibrés, à qualité assez constante. D’où peut-être un biais de ma part.
              Mais « car parfois au bout d’une journée c’est poubelle », ils ne stockent rien, ok, mais ils reçoivent des produits de dernière fraîcheur?

              1. albundy17

                 » ils reçoivent des produits de dernière fraîcheur? »

                Probablement, les stocks coûtent une blinde.

                Sinon, il y a sans doute d’autres technique, un magasin que je parcoure quand je suis en région lilloise: « les partisans du gout »

                Une tuerie sur l’offre, t’as même des araignées de mer avec les pattes de plus de 1 mètre, je découvre des légumes et des fruits à chaque fois…

                Ils ne sont pas récoltés du matin, il y a des brumisateurs, et les plateaux sont réfrigérés.

                C’est aussi ds ce magasin que j’ai découvert que le foie gras pouvait se vendre à 600 euros le kilos.

                Il était bon, ok.

                Ptet pas à ce point là

          2. Pythagore

            ih ih, dernièrement je vais chez l’arabe du coin/vendeur de fruits et légumes du coin. Il a plusieurs sortes d’oignons, dont un 3 fois plus cher que l’autre, je lui demande la différence, il me dit aucune, prenez les moins chers, ils sont suffisant !! Visiblement, ca devait être un produit pour bobos, pour pouvoir dire que la sauce est aux oignons de Tancarville (ou je ne sais où, me rappelle plus du nom).

            1. Aristarkke

              Les oignons de Roscoff qui sont beaucoup plus chers que d’autres, plus humbles et de basse extraction ???
              Tout serait dans l’AOP plutôt que dans le bulbe…

              1. Pythagore

                Oui, merci, c’est ca ! Me rappelais plus du nom.
                « Tout serait dans l’AOP plutôt que dans le bulbe.. »
                Un peu comme un soce.
                C’est un oignon pour le soce, l’avait raison le vendeur.

      1. Higgins

        Mo, fleuriste, à qui j’ai demandé un jour si ses fleurs venaient de France et/ou de producteurs locaux, m’a répondu par la négative. Impossible pour lui de trouver des fleurs de qualité dans ce beau pays. Il avait trouvé un fournisseur en Bretagne mais il avait vite arrêté vu la qualité médiocre des produits qui …. ne se vendaient pas. Il fait venir toutes ses fleurs de Rotterdam, plaque tournante du marché des fleurs en Europe. Quant aux roses qu’il vend, et qui tiennent facilement la semaine en plus d’être belles, elles viennent tout simplement (via Rotterdam) du … Pérou.
        Les circuits courts ne peuvent répondre à la demande. Encore une nouvelle invention de la Socialie.

        1. albundy17

          « du … Pérou. »

          J’en achète de temps à autre en provenance d’Equateur, parfois 2 semaines sans flétrir.

          Pis quand elles piquent du nez, je les suspends têtes en bas, ça me refait un bouquet de fleurs séchées, c’est parfait pour le pot pourri des chiottes 🙄

        2. durru

          Ne vous inquiétez pas, quand l’importation de roses du Pérou sera interdite, il y aura deux options : soit vous allez acheter des roses de Bretagne (pourries) pour votre chère et tendre, soit (le plus probable) votre fleuriste ne va plus se fournir en roses, vu qu’elles ne se vendent pas.
          Et on va arriver, en empruntant un chemin légèrement différent, à la situation des magasins des pays communistes dans les années ’80, quand les étals étaient presque vides, ou remplis d’une gamme très restreinte de produits. Tout n’est qu’un éternel recommencement.

    3. Sébastien

      Ah oui, les marchés de petits producteurs qui écoulent leurs tonnes de tomates et d’oranges locales en plein mois de janvier. C’est meugnon…
      Au moins à Carrouf, quand ça vient de Chine, ils ont l’honnêteté de l’écrire. Idem pour les melons. Et je vous parle pas des olives, Bonnemère!
      Sur la place du marché, il y a vraiment que des pigeons…

        1. Pheldge

          Au moins elle aura faite des heureux !
          Bin oui, les espérés, auront gagné une gâterie de notre amie goulue, la fameuse @Val

          1. Pheldge

            oui, pardon, c’est « elle aura fait » … désolé 😉 remarque, c’est pas dit que les espérés auraient aimé être léchés … 😀

    4. Oblabla

      Bien d’accord, mille fois plutôt acheter des fraises espagnole au goût excellent et croquantes plutôt que nos minables gariguettes insipides et flasques. Idem pour les abricots tunisiens ou marocains juteux, sucrés et parfumés plutôt que les amers et insipides abricots français.

      1. albundy17

        Les melons charentais élevés au maroc sont excellent.

        Votre constat sur les gariguettes tend à faire penser qu’on vous a fait prendre des vessies pour des lanternes.

        Sinon, faut se rabattre sur les mara des bois, bien meilleures

  2. Calvin

    Dans « affichage vertuel », il y a vertu et il y a Vert.
    Double jeu de mot.
    Bon, après, sauver la planète, avec des trucs pareils, ça reste virtuel…

  3. Calvin

    En matière d’agriculture, le plus mauvais ministre de la 5ieme République, a pretenpr qu’il fallait « revenir à l’agriculture de nos grands-parents »…
    Carrefour dans les pas des socialistes…
    On pourra même renommer l’enseigne : « Carrefour du développement »

    1. sam player

      Je te rappelle que t’as 8 ans… (bientôt 9 ?) et que t’as pas pu connaître cette affaire, t’étais encore dans hum… de ton père…

      1. Calvin

        Et en 2019, à 8 ans, on n’a pas accès à Internet ?
        Je connais les Inconnus par cœur, comme si j’avais plus de 40 ans !

      2. Aristarkke

        J’en ai récemment parlé du Nucci qui sévit toujours à la CdC de Beaurepaire, projets pharaoniques en rafale… Le Galapiat se sera documenté…

        1. albundy17

          A propos de galapiat, Les Unes causent plus du dernier British que de réchauffement climatique, les parents ont choisi le prénom: Archie.

          Moi aussi j’avais beaucoup aimé « Un poisson nommé Wanda » ^^

    2. Jacques Huse de Royaumont

      Cette logique de « locavore » (si, si, ça existe) prévalait sous l’ancien régime, avec l’organisation régionale des marchés alimentaires.
      Résultat : une agriculture qui manque de débouchés, donc déficit d’investissement, déficit de compétitivité, population d’ouvriers agricoles pléthorique et sous-payés, produits cher et de qualité médiocre, exposition accrue aux famine, etc…
      De plus les produits trop chers ont pesé sur le budget des ménages qui ne pouvaient plus épargner ou consommer d’autres produits.

      Au finale, cette brillante politique a permis à la France d’accumuler 1/2 siècle de retard sur l’Angleterre ou les Pays-Bas au début de la révolution industrielle.

      Notre génie administratif bénéficie d’une longue tradition.

  4. Pythagore

    Quôa ??? Plus de tomates de Hollande, d’oranges d’Espagne, de Kiwi de NZ, d’ananas du Canada, de café du Costa Rica ?
    Belle idée mais je demande à voir.

    1. Husskarl

      Les kiwis sont très adaptables, on a donc plein de made in France. Pour le reste des denrees, il va falloir jouer au jeu des dom Tom. On a du café là bas ?

        1. sam player

          Je crois qu’ils essaient d’en produire en France, y avait eu un lien de mis quand le boss avait fait l’article sur méchancon

              1. theo31

                D’après toi, comment font les Norvégiens qui ont décidé d’être autosuffisants en agriculture pour faire pousser des fruits et des légumes toute l’année ? Et ça coûte la peau du cul. Mais quand on a du pétrole, on ne compte pas.

                    1. albundy17

                      Equateur en fait, le pays, ça évite les coups de vent physiques est fiscaux.

                      C’est con, ils ont abandonné leur monnaie nationale qui aurait pu convaincre ma femme

        1. MCA

          Encore un bienfait du RCA.

          Grâce à lui, d’ici peu on cultivera les bananes et les ananas en touraine, c’est carrefour qui va être content.

          1. albundy17

            j’ai vu après commentaire que l’on a quelques centaines d’hectares de cette culture en france, pourtant d’origine de culture sur haut plateau.

            Mais bon, il y a apparemment pas mal de taff après récolte, j’ai du mal a envisager cette culture concurrentielle vs les pays originels

            1. MCA

              D’autant que les champs d’ananas sont en fait des champs de barbelés, les feuilles ont des griffes redoutables sur la tranche au point que je te déconseille d’y aller en espadrilles.

          2. Pheldge

            « les ananas en Touraine » ? Et pour l’Anjou regretté*, plus mon petit Liré que le mont Palatin, et plus que l’air marin, la douceur angevine !

            *l’Anjou regretté ? hé oui, bien sûr, ne dit-on pas « l’Anjou feue » ?

  5. Husskarl

    Nous verrons bien ce que cela donne. A mon avis ça va foirer mais bon je peux me tromper. Les gens sont devenus habitués au florilège de différents produits et les vieux n’aiment pas les topinambours…
    Toutefois en considérant les DOM Tom on pourra probablement diversifier en prétendant que c’est français.
    Pour le budget et bien ça deviendra l’enseigne des boomers, on saura s’en souvenir.

    1. sam player

      Quand on se rappelle la désaffection des consommateurs quand Leclerc avait boycotté Danone… Leclerc avait embrayé la marche arrière rapidos… m’étonnerait que ça ne fasse pas de même chose là…mais… mais… l’annonce de l’abandon de la mesure n’aura pas le même impact et la mesure restera un marqueur de Carrouf’

      Que de la com’ et du greenwashing…
      Perso, rien que d’entendre “il faut rééduquer le consommateur” je tourne les talons… p’tain…

      1. Pousse-fumier

        La rééducation du consommateur, c’est précisément le credo des écologistes actuels : sauver la planète ne pourra passer que par des mesures de plus en plus contraignantes et, partant, de moins en moins socialement acceptables.
        L’écologisme est un nouveau fascisme, et il commence à avoir du mal à retenir ses factieux, notamment les végans, les anti-spécistes et autres Khmers verts.

        Pour le moment, on n’a vu que le côté « écolo-sympa ». Ce qui arrive est beaucoup plus sombre.

        1. hub

          Voir le crêpage de chignon entre Praud et je ne sais plus quelle adepte de l’écologie, label « Bloom », ce lundi sur Cnews

          1. MarieA

            Je la soupçonne d’être un troll mais ça reste marrant à voir. Un plateau de tarés comme on les fait si bien en France :

            A partir de 8:36 pour le pétage de plomb. (Attention les oreilles!)

            1. theo31

              Je sais pas comment font les gens pour regarder ça. C’est au dessus de mes moyens. Je lis des blogs (comme celui-ci) et des livres intelligents. Toute cette laideur devient insupportable. Comment un pays qui abrite les plus belles églises au monde a-t-il pu tomber aussi bas ?

              1. MCA

                Moi je ne comprends pas comment on peut donner la parole à des cinglés pareils et quand on voit qu’ils sont candidats aux européennes; vivement le FREXIT!

                Pour les plus belles églises, attends donc que ND soit reconstruite pour dire ça; tu pourrais changer d’avis.

            2. Stéphane B

              Et le CSA vient d’être saisi.
              lefigaro.fr/flash-actu/en-videos-des-plaintes-au-csa-apres-l-humiliation-d-une-militante-ecologiste-sur-cnews-20190508

              Dans son billet de 2016, le patron paraphrasait Audiard, mais là, il faudrait mettre la phrase réelle.

            3. Dr Slump

              Donc ne pas être d’accord avec les thèses carbo-réchauffistes, c’est être rétrograde. Ca c’est de l’argument qui tue son sceptique à 1 km! Parce qu’il est évident que c’est évident, et que réduire les émissions de CO² seront un progrès pour la planète parce qu’autrement ce serait une régression!

              Bref, tout à fait du militantisme façon SJW: donner à fond dans l’outrance et l’hystérie (oui!) pour empêcher l’autre de s’exprimer, et quand on se prend un retour de bâton, crier à l’agression fasciste et sexiste pour obtenir gain de cause.
              Ce journaliste est tombé dans le panneau, comme tout le monde, parce qu’on n’imagine pas qu’on puisse agir aussi connement. Mais en fait si: plus c’est con, plus ça passe.

              1. WorldTour73

                Tous ces ecolos me font penser aux cathares ou autres tarés religieux qui ont un peu trop fumés et qui ce sont enfermés dans leur idéologie apocalyptique.

                  1. albundy17

                    Par respect pour notre genre, j’aurais tendance à plutôt causer de peine à jouir.

                    Pas que nous soyons forcément performants, mais que les machines complexes sans mode d’emploi, qu’elles même ignorent, bon, ben.

                    1. Mario Nettiste

                      Paraît que certaines entendraient abat de veau en leur parlant de clito ris…

            4. P&C

              Remarquez qu’elle n’a pas de bague au doigt.
              Hypothèse 0 : madame est en union libre avec un genre 2 ou genre 1.
              Hypothèse 1 : aucun genre 2 n’a été assez fou pour épouser cette harpie.

                1. albundy17

                  Ou une main compatissante, c’est humain.

                  La gauche, c’est mieux, on sent que ça vient de quelqu’un d’autre

            5. Nemrod

              Fut un temps pas si lointain ou ces connards n’emmerdaient qu’un ou deux chasseurs …ça faisait rigoler les autres.
              Je ne suis pas un oracle, loin s’en faut mais je me souviens bien avoir prévenu les rieurs que les prochains assassins allaient se recruter dans ces rangs là.
              Ca approche.

          2. Higgins

            Oui. Visiblement, le kandubien n’aime pas être contredit. L’hystérique s’est faite renvoyée dans les buts et n’a pas apprécié: https:/ /www.liberation.fr/amphtml/checknews/2019/05/08/une-centaine-de-plaintes-recues-par-le-csa-apres-l-humiliation-d-une-militante-ecolo-par-pascal-prau_1725517

            1. albundy17

              Je n’ai pas tenu jusqu’au bout, la climato catastrophe est très inquiétante, la brune qui s’est fait traiter de dingue plutôt rassurante sur les capacités cognitive

                  1. sam player

                    Prolapsus, je ne connaissais pas le terme, j’ai pas encore été confronté au problème. 45 ans… aie aie aie…

                  2. Dr Slump

                    Agitprop. Je vous dis que c’est une stratégie, parfaitement menée, qui vise à provoquer la réaction émotionnelle en empêchant toute conversation rationnelle, à pousser à la faute pour ensuite disqualifier les opposants. Se faire traiter d’hystérique, ça tombait pile pour elle, pour pouvoir ensuite diaboliser le journaliste, et disqualifier tout le propos par-dessus le marché. Elle joue l’idiote à fond, elle donne dans la connerie tellement outrée qu’on ne peut croire qu’on se fait manipuler, et on la prend tellement pour une folle qu’on se fait abuser les doigts dans le nez.
                    Lire Alinski, lire les manuels d’agitation trotskyste, ce sont les mêmes méthodes de militantisme qui sont appliquées de plus en plus par tous les nouveaux justiciers, la provoc, la sidération, l’outrance et la bêtise pour pousser à la violence verbale, et physique si possible. Les folles qui se sont fait sortir d’un débat au Cirque d’hiver ont pu brailler qu’on les a brutalisées, après avoir imposé « pacifiquement » leur présence. Tous ces militants savent ce qu’ils font, et ils sont bien formés.

                    fr.wikipedia.org/wiki/Agitprop

                    1. albundy17

                      « C’est pas con comme raisonnement en effet… »

                      J’en arrivais à la même pensée durant la lecture de ton com Slump.

                      sans compter qu’elle défend son steack vegan, émargeant ds une assoce.

                    2. albundy17

                      J’ajoute que pour avoir entendu le praud sur rtl entre midi, je pouvais pas le sentir tellement il me semblait consensuel et formaté, étonné je suis

                    3. Higgins

                      Je paraphrase Perceval, « C’est pas faux », mais je partage cet avis., L’Ecologisme n’est qu’une resucée du marxisme. Comme le faisait remarquer Laurent Alexandre lors de sa conférence (cf plus bas), seule l’Europe est montrée du doigt par les pastèques verts.

              1. Jacques Huse de Royaumont

                @Al : la brune en question est Elisabeth Levy, rédacteur en chef de Causeur, une plume intelligente et acérée.

      2. Aristarkke

        Il me semblait que Michel Édouard avait plutôt tenté une première fois de ne plus aligner de Coca Cola dans ses rayons mais avait très vite fait marche arrière devant la bronca de la clientèle (et l’absence d’attrait envers le Breizh Cola !!!).
        Il s’est également fritté ensuite avec le bouillant Emmanuel Besnier, de Lactalis qui lui avait coupé tous ses approvisionnements en produits laitiers, occasionnant des trous énormes dans les rayons, non compensables tellement la concurrence manque dans les mastodontes, surtout en Grance…
        Or, les retraites de MEL sont toujours beaucoup plus discrètes que ses amorces d’équipées…

    2. albundy17

      « A mon avis ça va foirer mais bon je peux me tromper. »

      Ou dans quelques temps, après la hausse des tarifs vu que c’est français m’sieur, catastrophe les pov agriculteurs étrangers sont dans la mouise, donc retour de leurs produits sur les étals mais avec une taxe carbone supplémentaire les rendant plus chers encore que les français, mais c’est pour sauver les pauvres.

      Une resucée du machin eco équitable

      1. Le Gnôme

        La libre circulation des biens à l’intérieur de l’UE devrait protéger les produits de la zone contre une taxation qui pourrait être assimilée à du protectionnisme.

        1. albundy17

          « La libre circulation des biens à l’intérieur de l’UE »

          la bonne blague cette histoire de libre circulation du moment que tu passes pas 10.000 euros ou 3 cartouches de clopes

          1. Aristarkke

            Cahuzac y arrivait très bien, fingers in the nose !
            Évidemment, il promenait nettement davantage que 10k€….

          2. sam player

            « la bonne blague cette histoire de libre circulation du moment que tu passes pas 10.000 euros ou 3 cartouches de clopes »

            C’est pas faux… ça va mieux en le disant…

  6. marcngl

    Il y a quelques années, on avait essayé les produits locaux à travers une amap : quand d’octobre à avril, vous n’avez que les mêmes 3-4 légumes (j’ai compté dedans la pomme de terre qui n’est pas un légume), vous vous lassez trèèèès vite. Et nous n’étions pas les seuls.
    Sinon, version catastrophisme, j’ai cette approche décennale (catastrophisme garantie tous les 10 ans ) :

    Années 70 : Nouvel ère glaciaire, on va tous mourir
    Années 80 : Pluies acides, on va tous mourir
    Années 90 : Disparition de la couche d’ozone, on va tous mourir
    Années 2000 : Réchauffement climatique, on va tous mourir
    Années 2010 : Changement climatique, on va tous mourir
    Années 2020 : 6ème extinction de masse, on va tous mourir.

    SVP, quelqu’un a une idée pour les années 2030?

    Mode G.O.T. : Valar Morghulis !

      1. Citoyen

        A ce sujet, faut revoir le film  » Le règne du feu  » … Pour ce qui est de tout cramer, c’était prémonitoire .

    1. Pythagore

      2030: pic pétrolier atteint, on a plus que pour 10 ans. Ca fait un moment que cela ressort régulièrement sauf que les données sont tellement contre cette affirmation que cela ressort moins, et pis y faut sauver Gaia.
      Mais il y a d’autres pics possibles: lithium, néodyme, tantale,….

      1. Pousse-fumier

        Effectivement, la lutte contre le changement climatique semble n’être que le cache-sexe du pic pétrolier qui se profile et que de nombreux acteurs publics et privés commencent à évoquer à mi-mot.
        Avec un gasoil qui poursuit son envolée inexpliquée à la pompe (puisqu’il est aussi cher aujourd’hui avec un Brent à 70$ qu’en 2013 avec un Brent à 120$, ce que les seules taxes ont du mal à expliquer), la question du « consommer local » ne va pas se poser longtemps comme un choix de consommateurs ou de producteurs. Elle va plutôt s’imposer comme une obligation pour les intermédiaires, commerçants et grandes surfaces, s’ils veulent conserver leurs marges.

          1. Pousse-fumier

            On doit sensiblement être de la même génération, alors.

            Le fait est que quand on prélève dans un stock défini une fois pour toutes, ce stock finit inévitablement par s’épuiser (ou par devenir trop cher pour être extrait). C’est une loi incontournable.

            Depuis 40 ans, il est incontestable qu’on a bien tapé dedans, et qu’inévitablement, il y a beaucoup moins de pétrole dans les nappes aujourd’hui qu’il y en avait il y a 40 ans.

            Le fait, par exemple, que l’Arabie Saoudite investisse dans des centrales nucléaires, que les USA misent des dizaines de milliards dans des gisements non rentables (pour le moment) ou qu’on se serve d’une théorie contestée comme le réchauffement d’origine anthropique contre lequel on pourrait lutter précisément en consommant moins de pétrole, peuvent s’apparenter à des « signaux faibles » d’incertitude sur les capacités futures d’approvisionnement en pétrole.

            Les déclarations de l’AIE sur un pic probable à horizon 2015 (http://petrole.blog.lemonde.fr/2019/02/04/pic-petrolier-probable-dici-a-2025-selon-lagence-internationale-de-lenergie/) sont également assez claires sur le sujet.

            Effectivement, certains nous alertent depuis 60 ans. Ils ont seulement eu la malchance d’avoir raison trop tôt, ce qui fait qu’ils ont eu tort longtemps.

            1. Tout ceci est bien évidemment de la couille en barre (relayée par le Monde, je ne suis pas surpris).
              Il y a des raisons simples, économiques notamment, pour lesquelles nous n’extrairons jamais tout le pétrole disponible. Quant au pic, il est croustillant de constater qu’il n’a pas arrêté d’être repoussé dans le temps. Ceux qui ont eu tort il y a 60 ans ont encore tort actuellement et auront tout le temps tort en réalité.

              « Aujourd’hui, l’illusion néo-malthusienne de la raréfaction des ressources est largement battue en brèche à la fois par les banques de données chiffrées permettant de trancher facilement le débat sur un plan quantitatif, et par une meilleure compréhension de la nature de la croissance économique – qui est une croissance non pas matérielle, mais informationnelle, et donc théoriquement sans limite – sur un plan qualitatif. » Et ce n’est pas moi qui le dit, hein, c’est wikipedia (qui est pourtant un repère de gauchistes, c’est dire).

              1. Pousse-fumier

                Et donc ? Vous postulez un stock de pétrole inépuisable, ou vous souscrivez à la théorie du pétrole abiotique ?

                Parce que dire « Ceux qui ont eu tort il y a 60 ans ont encore tort actuellement et auront tout le temps tort en réalité », c’est bien affirmer qu’on ne manquera jamais de pétrole. Ce qui n’est possible que dans 2 hypothèses :

                – le pétrole abiotique ;
                – la découverte d’une autre source d’énergie aussi efficiente et abondante que le pétrole.

                Si vous avez une autre hypothèse, je suis preneur.

                Par ailleurs, la précision chronologique de théorie du pic souffre du manque d’informations, jusqu’à une époque récente, des données de stocks. Ne connaissant pas le stock de départ, la prévision d’une date est un exercice complexe, vous en conviendrez.
                Mais, comme je l’écrivais plus haut, quand on tape dans un stock fini, à un moment, il est à moitié vide jusqu’à ce qu’il se vide complètement, c’est juste logique. A moins de considérer ce stock comme infini, ce qui est juste illogique. Ou je n’ai rien compris.

                1. « pétrole inépuisable, ou vous souscrivez à la théorie du pétrole abiotique ? »
                  Ni l’un ni l’autre.
                  Je vous l’ai dit : cette histoire est une calembredaine économique. Il faut donc se placer dans le domaine économique.

                  « c’est juste logique »
                  Non. Vous faite de la physique de base, mais le pétrole n’est une ressource que s’il est exploité. Si vous retirez l’économie pétrolière de votre schéma, vous décrivez une simple réalité physique qui n’existe pas dans le monde réel, vous permettant de tirer une conclusion exacte dans ce modèle caricatural et complètement fausse en vrai.

                  1. Pousse-fumier

                    Je suis désolé d’insister, mais je ne pige pas la distinction que vous faites entre une réalité physique et le domaine économique.

                    Comment l’économie, qui est une construction purement humaine (et néanmoins réelle, on est d’accord), pourrait contrecarrer une réalité géologique, et ce d’autant plus que l’économie actuelle est entièrement fondée sur un pétrole bon marché ?

                    1. Le problème vient d’une question de définition. Vous ne définissez pas « ressource ».
                      Une ressource s’entend à périmètre économique défini. A 1000$ le baril, les hydrocarbures disponibles sont *effectivement* illimitées.

                2. bibi

                  Mais, comme je l’écrivais plus haut, quand on tape dans un stock fini, à un moment, il est à moitié vide jusqu’à ce qu’il se vide complètement, c’est juste logique.
                  Non c’est totalement illogique car quand on tape dans un stock, il est possible d’arrêter à tout moment, et c’est ça que vous n’avez pas compris.

                  Si ce que vous dites est si logique, je pense que vous pouvez nous donner sans mal une longue liste de ressources qui ont été épuisées par l’Homme.

                  1. Pousse-fumier

                    « Non c’est totalement illogique car quand on tape dans un stock, il est possible d’arrêter à tout moment, et c’est ça que vous n’avez pas compris ».

                    Ce que je ne comprends pas, c’est par quoi vous comptez remplacer le pétrole pour assurer un fonctionnement équivalent de tout ce qui fonde actuellement notre mode de vie, notre approvisionnement alimentaire, et le travail de la majorité de la population.

                    J’aimerais connaître votre scénario si on arrête demain de taper dans le stock de pétrole. C’est économiquement et humainement insoutenable.

                    1. bibi

                      De scénario je n’en ai pas et personne n’en a pour la simple et bonne raison que la question ne se pose pas aujourd’hui, et qu’elle ne se posera pas demain.

                      Pour rappel les réserves en Gbbl (milliards de barils) :
                      1981 : 678.7
                      2000 : 1046.2
                      2017 : 1696.6
                      source : BP statistical review of world energy June 2002 et June 2018

                      Malgré le fait que l’on pompe toujours plus de pétrole les ressources ont quand même été multipliées par 2.5 en un peu moins de 40 ans.

                      Je vous propose de prendre rendez-vous dans 20 ans pour voir si nous aurons dans l’avenir un problème de ressource concernant le pétrole.

                    2. Aristarkke

                      Comment cela « humainement et économiquement insoutenable »???
                      Comment faisaient-ils, mes contemporains dans la haute Antiquité ???
                      Combien de tankers NDDP (ni Hidalgo, ni Delanoë, hein) a nécessité d’amener à bon port ???

          2. MadeInCH

            Hurler souvent au loup, c’est un excellent moyen pour que plus personne n’aie peur du loup.
            Et pourtant, le loup, il est là.
            .
            Si je savais qu’une catastrophe allait se produire inexorablement, dans un certain délai assez long, et je suis « en haut » de la pyramide, et que je désire avoir le plus de monde possible dépendant de MOI, voici ce que je ferais:
            .
            100 J’annoncerais cette catastrophe rapidement, pour un délai court. Avec des arguments réels, mais en m’arrangeant pour que ça fasse peur vite!
            110 Et je vends des trucs de survivalistes qui vont avec. Bénef.

            120 Le temps passant, les gens voyant que la catastrophe ne s’est pas produite, ils ne prennent plus au sérieux ces annonces catastrophiques. Ni les préparationnistes.
            .
            130 IF catastrophe_reelle=0, goto 100
            .
            Et lorsque la catastrophe arrivera, les gens seront « à poil », et certains ne pourront dépendre que de MOI! Qui me serait préparé en conséquences. Yerk yerk yerk.
            .
            Valable pour une catastrophe phinancère, un truc pétrolier, ou autre.
            Il faut juste que la catastrophe soit inévitable, éventuellement repoussable, et dans un temps assez long.
            .

        1. Pythagore

          That was a joke.
          https:/ /www.mondialisation.ca/quest-il-arrive-au-pic-petrolier-decouverte-majeure-dun-nouveau-gisement-de-petrole/5630274

          1. Pousse-fumier

            Intéressant.
            « Si les nouvelles estimations de l’USGS sont incluses, les réserves totales de pétrole américaines dépasseraient largement les 310 milliards de barils  »
            et
            « Selon une étude réalisée en juillet 2018 par Rystad Energy, une société de conseil norvégienne, les États-Unis détiennent 264 milliards de barils de pétrole, dont plus de la moitié se trouve dans les schistes »

            C’est-à-dire, avec une moyenne de consommation journalière de 100 millions de barils, soit une consommation annuelle de 35 milliards de barils, moins de 5 ans de consommation mondiale de pétrole conventionnel (facile à extraire) et moins de 5 ans de consommation de pétrole de schiste, trop lourd pour être correctement raffiné sans être mélangé avec du conventionnel léger (vénézuélien, notamment).

            Avec un pétrole de schiste extrêmement polluant à extraire et totalement non rentable à ce jour, les prix vont être tirés brutalement à la hausse, ce qui pourrait provoquer un pic.

            Pour rappel, le Peak oil, ce n’est pas le moment où on mettra la dernière goutte d’essence dans le dernier réservoir, mais aussi et avant tout le moment où il deviendra trop cher pour faire tourner le monde comme il le fait tourner actuellement. Dans les deux cas, les conséquences seront sensiblement les mêmes.

            1. bibi

              Perdu, le peak-oil ce n’est pas ça!
              Le peak-oil si il a lieu sera le moment où la production mondiale de pétrole plafonne avant de décliner du fait de l’épuisement des réserves de pétrole exploitables.

              Alors oui si il y a peak-oil, le pétrole deviendra trop cher pour bon nombre d’applications actuelles, mais la réciproque elle n’est pas vrai ce n’est pas parce que le pétrole deviendra trop cher pour nombre d’applications actuelle qu’il y aura eu peak-oil.

              Si l’on trouve une énergie moins chère que le pétrole extrait du sol, son prix deviendra alors trop cher pour les applications actuelles, nous aurons alors passé le pic de production de pétrole mais sans que cela soit à cause de l’épuisement des réserves de pétroles exploitables.

              1. Notamment.
                Le pic pétrolier, c’est l’histoire de la pièce remplies de pistaches avec leur coque, qu’on n’épuisera jamais…

              2. Pousse-fumier

                « Le peak-oil si il a lieu sera le moment où la production mondiale de pétrole plafonne avant de décliner du fait de l’épuisement des réserves de pétrole exploitables ».

                Oui, si on raisonne en termes purement techniques, et si on ne distingue qu’entre « réserves exploitables » et  » réserves non exploitables », sans intégrer la notion récente de « réserves difficilement exploitables » et donc, très chères. Je ne retrouve pas la source, mais je l’avais lu quelque part et j’avais trouvé le raisonnement assez juste.

                En gros, l’argument est le suivant :
                Si vous intégrez les pétroles de schiste qui ont un coût financier très important, le pic apparaîtra avant que l’on soit parvenu à la moitié des réserves connues, et uniquement pour des raisons financières, au fur et à mesure de l’accroissement de la proportion de ce pétrole non conventionnel dans la consommation totale.
                Dans ce cas, soit on passera à des énergies alternatives (qui deviendront de plus en plus rentables au fur et à mesure de l’augmentation du prix du pétrole) soit on se passera de plus en plus du pétrole pour les usages non prioritaires (schéma actuel) et donc, la demande s’effondrant, la production suivra et on aura graphiquement un « pic ».

                Ce ne sera pas un pic de l’offre de pétrole comme déclencheur, mais un pic de la demande de pétrole. Mais, dans tous les cas, un pic pétrolier.

                1. « les pétroles de schiste qui ont un coût financier très important »
                  C’est faux. On trouve (facilement) du pétrole de schiste rentable à partir de … 36$ le baril.

                  « pic de la demande »
                  Ah oui, ça c’est la pirouette quand on sent que l’histoire du pic pétrolier est mal partie, on en revient bien vite à la conclusion : si personne n’en achète, alors on n’en produira plus DONC on aura atteint un pic de production DONC on avait raison ! … Ce qui n’a absolument plus rien à voir avec l’idée de base « On veut du pétrole, on en pompe et là, pouf, à force, y’en a plus, c’est la panique ».

                  À ce train là, on a dépassé le pic silex, le pic cheval ou même le pic essence au plomb. C’est typiquement le genre de notion qui ne veut plus rien dire du tout.

                  1. Pousse-fumier

                    « C’est faux. On trouve (facilement) du pétrole de schiste rentable à partir de … 36$ le baril ».

                    Apparemment, non : le prix moyen du baril depuis 2008 est d’un peu plus de 50$, et plus de 45% des 2,8 milliards de barils produits depuis 2008 auraient été vendu à perte.

                    « Sur la production cumulative de 2,4 milliards de barils depuis 2008, environ 1,1 milliard de barils semblent avoir été vendus à perte, soit 45% de la production (…) Parmi les entreprises pétrolières actives dans le secteur, 73 % ont dépensé plus de capital qu’elles n’ont engrangé de revenus. De plus, 77 % d’entre elles présentent des niveaux d’endettement élevés ou inacceptables ».

                    L’article : https://energieetenvironnement.com/2018/04/16/rentabilite-du-petrole-de-schiste-le-cas-deagle-ford/

                    « Ah oui, ça c’est la pirouette quand on sent que l’histoire du pic pétrolier est mal partie, on en revient bien vite à la conclusion : si personne n’en achète, alors on n’en produira plus DONC on aura atteint un pic de production DONC on avait raison ! »

                    Non. Comprenez bien que je ne milite pas pour l’une ou l’autre cause. J’essaie simplement de piger certaines choses qui me sont encore très obscures.
                    Dès lors que les paramètres d’un problème évoluent ou que d’autres paramètres apparaissent, il paraît normal de les intégrer au raisonnement de base qui est « A un moment donné, la production de pétrole va décroître et ça va poser des problèmes difficiles à résoudre ».

                    L’arrivée des pétroles de schistes dans l’équation a profondément modifié les données de base. Et puisque certains affirment que le schiste va remplacer au pied levé le pétrole conventionnel et que ça fait s’écrouler la théorie du Peak Oil, il est normal d’intégrer les conséquences de cette nouvelle donnée dans l’équation.

                    Si on veut rentrer dans cette logique qui consiste à intégrer les schistes dans l’équation, rappelons que la théorie de Hubbert ne concernait que les puits de pétrole dont le pic a été atteint, toujours selon l’AIE, entre 2006 et 2009.
                    Entre un puits conventionnel qui donne un pétrole léger, exploitable et facilement accessible, et des extractions de sables qui doivent être lavés et font l’objet d’une méthode d’extraction totalement différente pour l’obtention d’un produit final quasiment inexploitable en l’état car trop lourd, il y a une marge telle qu’on peut même douter que l’on parle du même produit.
                    La pirouette, c’est précisément d’intégrer le pétrole de schiste dans l’équation du Peak oil.

                    Au final, refuser une modification de la notion de « pic » au motif qu’on a intégré le schiste dans l’équation, ça revient à ne considérer que le produit final sans intégrer ses coûts financiers, environnementaux, humains, techniques dans le raisonnement, alors que ces paramètres peuvent précisément, de ce que j’ai compris, être à l’origine d’une autre forme de « pic ». Mais qui aura les mêmes conséquences à l’arrivée que le pic envisagé originellement sans ces paramètres.

                    Donc :

                    – soit on retient la notion de Peak oil dans son acception originelle et on considère, comme l’AIE, qu’il est déjà franchi, et on classe les schistes comme une « autre énergie » ;

                    – soit on considère que les schistes, avec leurs caractéristiques propres, sont de même nature que le pétrole conventionnel et viennent modifier les données de l’équation, et on revoit le résultat en fonction de ces nouvelles caractéristiques. Et on aboutit, de ce que je comprends, à un pic de la demande.

                    1. Bon, de toute évidence, les rendements des puits de schiste américains sont forcément bien meilleurs que les chiffres présentés dans cette source, ne serait-ce que parce que cela fait 10 ans qu’ils sont maintenant en exploitation et que s’ils n’étaient pas rentables, ces installations privées auraient toutes largement fermé depuis le temps. En outre, le prix du baril sur le marché est en baisse (pas en hausse), en tenant compte des 12.5 millions de barils produits par les américains (qui seraient alors bien cons de produire cette précieuse denrée à perte alors qu’arrêter de produire/stocker renchérirait leur produit qui redeviendrait rentable).

                      La réalité est là : (la source vient de Forbes et de Rapier, qui est une référence en la matière)

                      Eagle ford est rentable bien en dessous de 40$/bbl.

                      « L’arrivée des pétroles de schistes dans l’équation a profondément modifié les données de base. « 
                      Ca a modifié la géopolitique énergétique, mais à peu près rien pour le reste. On sait faire du pétrole à bas coût, les réserves se comptent, même à production actuelle, en dizaines d’années, et les réserves avec un bbl à 100$ sont encore plus énormes. Il n’y a pas plus de pic pétrolier que de beurre en broche.

                      Il n’y a eu le pic d’aucune ressource dont les humains ont eu besoin. Aucune. Demandez-vous pourquoi (et relisez mon précédent post sur le pari Ehrlich – Simon).

          2. calal

            certains pensent que le pic petrolier est plus un pic de demande.Les seuls a consommer beaucoup de petrole ont leur natalite en baisse donc la demande stagnerait. De plus comme le petrole est un bien « indispensable »,meme si on peut produire moins cher, il est avantageux dans de nombreux cas que les producteurs s’entendent sur les prix plutot que de se faire concurrence. Du greenwashing apres est necessaire pour faire avaler la pilule du prix aux consommateurs: « si c’est rare,c’est forcement cher » ….
            (c’est noscript qui bloque la reponse dans le fil a priori. j’ai pas autorise le site de Monseigneur comme fiable,pardon pardon,pardon)….

        2. « nombreux acteurs publics et privés commencent à évoquer à mi-mot. »
          Aaah la bonne blague.
          Ce truc est évoqué, et pas à mi-mots, depuis 60 ans par des gens qui ne comprennent ni la technologie, ni l’économie. Ce qui fait qu’ils se plantent.

          Doit-on re-re-re-re-re-reparler du pari Ehrlich – Simon, pitoyablement perdu par Ehrlich ?
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Pari_Ehrlich-Simon

      2. theo31

        Je suis en train de lire le magnum opus de Tony Judt, Après guerre. Une histoire de l’Europe depuis 1945. Les chapitres sur le communisme sont croustillants. J’en arrive même à rire tout seul tellement c’est hallucinant. Faudrait contraindre ces enculés de khmers verts de les lire.

      1. Stéphane B

        Ben non Calvin, car y aura plus de nucléaire à cause des escrolobobos. Et vu toute l’énergie nécessaire pour faire tourner l’ensemble des serveurs, des points e stockage et autres endroits techniques nécessaires pour assurer la survie de l’IA, l’IA sera morte. Ce n’est pas avec les moulins à vent qu’elle s’en sortira.

        Donc oui en 2030, on va tous mourir mais à cause de cons jouant à la politique du chaos sauf qu’aucun des deux ne lâchera avant le dénouement ultime.

      1. Dr Slump

        Oui, le bullshit peak.
        Il pourrait arriver un moment où ça atteindrait un stade de connerie tellement élevé que ça finirait par chier dans le ventilo à plein régime, et foutre tout le monde dans la merde. Et perso, je pense que c’est un scénario tout à fait plausible, vu le rythme élevé auquel les conneries s’accumulent les unes après les autres.

            1. Pheldge

              Et après ce genre de proposition malhonnête, c’est encore à moi qu’on va faire une mauvaise réputation …

  7. Olivier r

    J aime assez aussi le petit cote nationaliste des familles… c est vrai qu ici au pays basque il est beaucoup plus ecolo d acheter des endives lilloises que des oranges de Murcie…

        1. Olivier r

          Oh c est de ça que vous parlez? J avais pas suivi. Ben on en parlait entre amis justement hier soir et il faut croire que la  » mode » a changé car apres un automne et un hiver rocambolesque depuis deux trois mois la frontière est redevenue tres calme. Plus personne ne semble vouloir passer en France.

  8. Robin

    Mangeons des socialistes (il y a plein de variété, en toute saison), c’est un nuisible donc c’est bon pour Gaia et ca pullule dans nos contrées…

    1. Calvin

      Justement, le problème, c’est qu’on ne mange pas les nuisibles tellement c’est pourri.

      Et puis, si on pouvait les manger, un gugusse créerait un élevage, genre Élevage National d’Abruits, ENA.

    2. navigator66

      Le jour où les escrolobos réussiront à nous empêcher de manger de la viande, je boufferai du végan. C’est nourri au grain donc à priori sans prion et on ne risque dès lors pas d’attraper la maladie de la vache, oh pardon il n’y en aura plus, du végan fou (tiens, ça ressemble furieusement à un pléonasme, ça). Si le végan est socialiste, c’est encore meilleur, j’aime la viande rouge. Enfin, un bémol tout de même… vu le degré de transformation de la bouffe qu’ils avalent, j’aurai quand même un doute sur la qualité finale du produit. N’est pas blanc-bleu qui veut. Un steak de viande, on sait d’où ça provient : d’une vache, un steak végan, on sait aussi d’où ça sort : d’une usine. On fait aussi du fromage végan maintenant, De la marque Violife, ça ne s’invente pas… Joli néologisme franglais riche de sens.
      Question : Comment fera-t-on pour avaler notre ration réglementaire de 5 fruits et légumes par jour si les rayons des grands magasins ne proposent qu’un choix de trois variétés de saison ?
      Bin oui, la récolte à la main a été écourtée à cause de la météo et les stocks à moitié remplis, selon les prévisions du plan, ont pourri sur place parce que le camion électrique n’a pas pu être rechargé à temps, le vent étant tombé après l’averse, l’éolienne n’a pas tourné. C’est dommage alors même que le camarade ministre de la production électrique venait généreusement d’augmenter l’accès à l’électricité à quatre heures par jour.

      1. P&C

        Ben on fera comme les irlandais : régime pomme de terre + oignon.
        Et on priera pour ne pas avoir une invasion de mildiou ou de doryphores.

  9. Marianne Arnaud

    « Comme si devant l’échec des politiques agricoles de planification complète des productions, on avait subtilement orienté la planification des choix des individus. »
    C’est ben vrai ça, comme aurait dit la Mère Denis, encore qu’il me semble que le « subtilement » soit de trop !
    Mais comme vous le dites : « Les consommateurs trancheront » !
    Et quant à « la démarche qui consiste à culpabiliser les consommateurs », n’est-elle pas une parfaite métaphore de ce qui se passe au niveau de l’UE, qui n’a de cesse de culpabiliser cette « lèpre populiste » qui s’est levée au sein des nations européennes, ou plutôt, de ce qu’il en reste ?

  10. lxy

    Hier sur Arte une émission d’anthologie de propagande sur le transport routier.présentée ainsi « En Europe près de 80% des marchandises transitent par voie routière , au détriment du rail ou du transport maritime. qui présente de nombreux avantages ? c’est le résultat de décisions politiques qui servent des intérêts économiques. Si les entreprises privées profitent du système, les citoyens en subissent les conséquences »
    Dans l’émission on fustigeait la trop forte proportion de transports routiers à vide.
    Mais dans quel monde vivent ces journalistes qui vivent grassement de nos impôts (Arte !) ? (il est vrai qu’ils passent tous par Science Po qui est une école spécialisée dans la propagande communiste)
    Qu’ils aillent dans la régon de Murcie expliquer aux producteurs d’orange ou de fraises qu’ils feraient mieux de transporter leurs fruits et légumes vers l’Angleterre ou l’Allemagne par train ou par bateau, ou par la route mais sans retour à vide …ils se retrouveront à l’asile !

    1. Olivier r

      Transport de legumes par le rail… fausse bonne idee depuis…  » a l est d eden » relire steinbeck plutot que regarder arte.

    2. Higgins

      Arte est assez spécialiste de ce genre de désinformation. En ce moment, il y a un reportage sur la Corse où la tradition est glorifiée et qui élude soigneusement les raisons pour lesquelles cette île, aux paysages magnifiques, fait du sur-place quand elle ne recule pas.
      Le transport routier s’est imposé parce il est le seul a offrir la souplesse que le rail, specialement le rail français, est absolument incapable de lui offrir. J’avoue avoir eu cette pensée, celle d’un rail rationnel, lorsque j’avais 15 ans. J’ai une excuse, j’avais 15 ans. Visiblement, mûrir n’est pas à la portée de tout le monde.

  11. hub

    Le grand truc est, en ce moment, chez les écolos, le « rayon de 40km » pour les fruits et légumes. Si on prend pour centre ce qui reste de ND de Paris, y a pas foule de maraîchers dans ce rayon. Alors l’écolo parisien affirme qu’il s’agit d’un rayon extensible, d’une idée de rayon qu’on peut porter à 240km, mais c’est toujours du local !

  12. Higgins

    La collapsologie a été un des sujets de l’excellente conférence du lundi 6 mai organisé par la non-moins excellente association des climato-réalistes. C’est Laurent Alexandre (https:/ /fr.wikipedia.org/wiki/Laurent_Alexandre) qui en a parlé et de bien belle façon. Sur ce sujet, l’interview de Sylvie Brunel est à lire: https:/ /www.atlantico.fr/decryptage/3571766/panique-morale-sur-l-environnement–ces-idees-fausses-qui-polluent-de-plus-en-plus-le-debat-politique-collapsologie-ecologie-rechauffement-climatique-sylvie-brunel-).

      1. P&C

        Les collapsologues sont pour la plupart dans la gauche « décroissante ».

        Détail amusant : l’un d’entre eux avait remarqué que le public de leurs confs est de niveau bac+5 et plus, avec un bon niveau de vie…

  13. Cata

    Voilà une tendance qui ne sied ni aux vegans, ni aux bobos. Pas de kale, ni de daïkon, pas de tofu fumé, ni de tahini. Le lait d’avoine est sauvé, ouf, brairont les plus éco-responsables des amis de Gaïa. Et on ne met pas de chantilly, ni de miel sur ses rutabagas, c’est pas vegan.

  14. MarieA

    J’ai lu le billet de 2006 sur la quantité de CO² renseignée sur les paquets de fraises et ben il se trouve que ça a été mis en place sur les billets de train. On vous écrit dessus le CO² à côté de l’horaire et du prix, genre c’est une information importante…

    En France, on a l’impression que vivre est un honneur incroyable que nous fait l’Etat et qu’il faut donc tout lui passer et lui obéir en tout pour le remercier de cette exceptionnelle faveur.
    A chaque décision de la gauche ou de la droite, la conclusion est toujours la même : il faut restreindre les libertés individuelles du Français moyen.

    1. bibi

      Alors que l’horaire lui est une information demi-importante puisque l’horaire d’arrivé ne sera pas respecté, et que l’horaire de départ est respecté seulement si vous êtes en retard.

      1. Calvin

        Je serai eux, je ferais des économies de papier : heure et gare de départ. C’est tout.
        Heure et gare d’arrivée non contractuelles.

    2. Pythagore

      « En France, on a l’impression que vivre est un honneur incroyable que nous fait l’Etat  »
      C’est pour ca que Micron veut réintroduire le service militaire (qu’il n’a jamais fait), pour réapprendre aux Français à ramper. Ils se montrent trop rebelle dernièrement, ils ne perçoivent plus l’honneur qui leur est fait, agenouille toi soldat et prosterne toi devant le grand jupiler.

    3. Aristarkke

      Et tout le monde passe à côté de l’information capitale sécrétée anodinement par la doulce (petite) Marie : elle imprime ses billets SNCF, toute seule (comme une grande!).
      Forcément, puisqu’elle est en mesure de nous détailler les précieuses informations qui y sont inscrites…
      😉
      Merci qui ???

  15. Rick Enbacker

    Meuh vous êtes injustes !
    Il y a quelques mois j’étais dans un TER et j’avais une correspondance avec un TGV dans une autre gare. Le TER a eu un souci et a accusé un très gros retard. J’ai cru que c’était foutu pour la correspondance mais j’ai quand même tenté le coup en cavalant comme un malade. A bout de souffle j’arrive pile poile à l’heure (ce qui est quand même trop tard) à mon TGV pour tomber sur une agent SNCF hilare qui m’informe que mon TGV partira avec un retard d’une dizaine de minutes.
    Je hais la SNCF.

  16. Stéphane B

    Merci patron pour ce billet qui m’a renvoyé au mois de février dernier. J’ai voulu préparer pour ma chère et tendre un plat à base de foie gras poêlé, de raisin et de framboise. Je suis donc allé dans une grande surface, pas carrouf, mais chez le breton. J’ai trouvé mes framboises sans souci mais pas le raisin. Voyant un jeune homme rempotant le rayon fruits et légumes, je suis allé l’interroger pour savoir ou était le raisin, tenant mes framboises dans les mains.
    A ma question: « bonjour, pourriez-vous m’indiquer où est le raisin je vous prie ? » il m’a été répondu: « mais nous n’en avons pas, ce n’est pas la saison ».
    Je me suis retenu de lui balancer un « pourquoi connard, les framboises, c’est de saison ? » mais je suis trop poli parfois. J’ai supprimé le mot connard dans ma phrase et il n’a pas su quoi répondre.

  17. Pousse-fumier

    « Il n’y a eu le pic d’aucune ressource dont les humains ont eu besoin. Aucune. Demandez-vous pourquoi »

    Parce que chaque ressource a été remplacée totalement ou partiellement par une autre, plus performante dans l’usage ou plus facile à exploiter.
    Il n’y a jamais eu de pic du fait de stocks illimité, mais du fait que l’on a abandonné certaines ressources volontairement pour les remplacer par d’autres plus efficaces.

    Le cuivre, le bronze, le fer ont successivement remplacé le silex.
    Le charbon a permis de remplacer la traction animale, et le pétrole a remplacé le charbon pour cet usage du fait de sa concentration énergétique supérieure.

    Il n’y a jamais eu de pic de rien parce qu’à chaque fois, on a trouvé mieux et plus efficace.
    Le problème, c’est que personne n’a encore trouvé plus efficient que le pétrole pour le remplacer dans l’ensemble de ses usages actuels. Donc, on continue à taper dans le stock. Et on continuera hypothétiquement jusqu’à trouver plus efficace ou jusqu’à ce que le coût de l’exploitation devienne trop important pour être économiquement soutenable.

    1. « plus performante dans l’usage ou plus facile à exploiter. »
      Naaaaaan. C’est « plus performante dans l’usage ou plus facile à exploiter » dans un contexte économique différent. Si vous oubliez le contexte, vous ne comprendrez jamais pourquoi il n’y aura jamais de pic pétrolier. « Mieux et plus efficace » c’est pour un prix, un marché, un usage donné. On ne travaille jamais (jamais) à périmètre économique équivalent, parce que ça n’existe pas.

      Encore une fois, à 1000$/bbl, il n’y a plus de limite dans la production d’hydrocarbures, ce qui veut dire qu’on aurait techniquement aucun problème pour substituer parfaitement le pétrole actuel.

      1. Pousse-fumier

        « Encore une fois, à 1000$/bbl, il n’y a plus de limite dans la production d’hydrocarbures, ce qui veut dire qu’on aurait techniquement aucun problème pour substituer parfaitement le pétrole actuel. »

        OK, donc si je comprends bien, votre raisonnement, c’est qu’à partir du moment où une ressource devient trop chère ou inadaptée au contexte économique, elle est remplacée par une autre. Et que, partant, aucune matière n’arrive jamais à épuisement puisqu’elle est forcément amenée à être remplacée par une autre plus rentable au cours du temps.

        C’est bien cela, ou je m’égare ?

        1. En gros oui. Il n’existe pas de ressource « à prix fixe ». Dès lors, il ne peut y avoir de pic de production d’une ressource « à prix fixe », c’est un non sens économique. Et le « mais on ne sait pas substituer ceci à cela » est un sophisme puisque si, pour un prix donné, il n’y a pas substitution, alors soit il y a réduction de la demande (typiquement et au pire : on ne peut pas remplacer la nourriture => des gens meurent de faim), soit il n’y a plus usage (i.e. on ne substitue pas, on fait autrement).

          Et pour le cas du pétrole, la production d’hydrocarbures sur base photosynthétique est rentable à partir de 200$ le bbl.

          1. Aristarkke

            Les carburants pour les compétitions automobiles sont totalement synthétiques en raison de l’optimisation la plus poussée possible, ainsi devenue nécessaire.
            L’aspect prix est là, secondaire…

            1. Stéphane B

              Et un tel carburant peut faire diminuer de 90% le rejet de CO2 des voitures thermiques.
              lepoint.fr/automobile/innovations/remplacer-le-petrole-pour-sauver-le-climat-28-11-2017-2175566_652.php

              Alors déjà que je pense fortement que éoliennes impériales ou autres sont de la merde environnementale non recyclable, tout comme les voitures électriques, j’en viens à devenir caustique au travail dès demain avec les escrolobobos qui m’entourent.

              1. P&C

                Le Méthanol… 🙁
                Le procédé industriel est endothermique à mort. Si le rendement est très bon, quid du rendement énergétique (vu les réactions sur wikipedia, il devrait être à ch*er).
                Certes, il y a eu des progrès dans le domaine, mais ça reste très endothermique :
                https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/biocarburant-produire-methanol-partir-gaz-carbonique-55027/

                Le principal problème de la synthèse du méthanol est que ses substrats de départ, CO2 et H2, sont des gaz. Si c’était des liquides, ce serait bien plus pratique.

                Le procédé biotechnologique est bien moins productif. Pas pour rien qu’on fabrique l’éthanol à partir de l’éthène (gaz naturel).

                Autant ça se comprend niveau performance des moteurs, mais pas du tout niveau motorisation du parc automobile.

              2. Pythagore

                « un tel carburant peut faire diminuer de 90% le rejet de CO2 des voitures thermiques. »
                Euh non, abus de language, la voiture rejettera à peu près la même qté de CO2. Mais le CO2 provient de la biomasse ayant fixé le CO2 existant ds l’atmosphère et non de l’extraction.

                1. P&C

                  Pétrole, gaz, et charbon sont également de la biomasse ayant fixé du CO2…

                  J’oubliais : le méthanol est neurotoxique, même à l’état gazeux. Il est également cancérigène. Et il est plus volatil que l’octane…
                  En labo, le méthanol est considéré comme tellement dangereux qu’on le chasse de nos protocoles dès que possible. Il se stocke en armoires ventilées, et se travaille sous hotte, avec gants nitrile et lunettes de protection.
                  Le remède le plus simple pour contrer une intoxication au méthanol est de prendre… de l’éthanol.

                  Bon courage pour mettre cette m*rde dans des pompes de stations services pour particuliers

                  1. albundy17

                    « Pétrole, gaz, et charbon sont également de la biomasse ayant fixé du CO2… »

                    Ce qui laisserait présager des quantités de réserves de ces matières pour être passé de 7 – 8.000 ppm à notre maigrelet 400 ppm, nan ?

                    Il parait que des fougères fossilisé relaterait des spécimens d’une quinzaine de mètres de haut !

                    1. P&C

                      @Albundy

                      Ce CO2 a été majoritairement capté par les océans et dans la biomasse vivante.
                      Pétrole, gaz, et charbon, ont été faits avec des rendements ridicules.

                      Pour les fougères : oui, y en avait… et y en a toujours. Y en avait même des plus grandes avant que les résineux ne les défoncent et prennent la place.
                      https://www.bing.com/images/search?view=detailV2&ccid=96YwWiQZ&id=397A2B1D9F951D7B0BF5EF0523C95D5EBCC47394&thid=OIP.96YwWiQZYO4-vLCDbu6TJgHaHR&mediaurl=http%3a%2f%2fwww.taxateca.com%2fimages%2fdominioeukaryota%2fReinoplantae%2ffilomonilophyta%2fclasepolypodiopsida%2fordencyatheales%2fdicksonia_antartica.jpg&exph=400&expw=407&q=cyatheales&simid=608000255040424475&selectedIndex=30

                    2. albundy17

                      « Ce CO2 a été majoritairement capté par les océans »

                      Ah. Il y avait beaucoup plus d’océans que maintenant ?

                      La bio masse vivante ne compte pas, elle n’est qu’en renouvellement, voire en extinction d’après les « 100 »

                      Ou alors tu évoques le végétal, mais là aussi les arbres sont ridicules vs les fossiles d’arbres.

                      Ou alors le CO² se transforme en autre chose ?

                      Il y a bien un truc qui a fait passer de 7.000 ppm à 400 alors qu’on en crache comme des sagouins, d’après les écolos, nan ?

                    3. P&C

                      @Albundy

                      Si on crois wikipedia (et les études faites à partir de sédiments), ça donnerait ça, grosso modo :
                      CO2 à 7000 ppm, c’est l’atmosphère primitive du Cambrien.
                      A cette époque, la vie est essentiellement marine, avec comme gros animaux des oursins, des étoiles de mers, des crabes et des mollusques divers. Les végétaux terrestres apparaissent à cette période.

                      Les plantes de l’age suivant, l’Ordovicien sont… des genres de mousses.

                      Le taux de CO2 atmosphérique commence à baisser à partir du Dévonien. Apparaît les premières fougères, puis les premiers gymnospermes.
                      Charbon et pétrole commencent à se former à cette période.

                      C’est à la fin du crétacé que le CO2 atmosphérique se fait tabasser. Apparaît les angiospermes, puis les graminées.

                      Les écolos ont à la fois tord et raison : il y a chute du nombre d’espèce, mais hausse de la biomasse des mammifères vertébrés : celles des humains et de leurs animaux domestiques. Pareil pour les plantes.

                    4. albundy17

                      « mais hausse de la biomasse des mammifères vertébrés : celles des humains »

                      lol, du coup, pour faire baisse le CO², faut faire des gamins 😀

                  2. Val

                    @P&C « Le remède le plus simple … éthanol » avis à la population ! grâce aux écolos on va devoir rouler bourrés !!!

                  3. albundy17

                    « J’oubliais : le méthanol est neurotoxique,  »

                    Les premières gouttes de la distillation, non ?

                    l’origine des tribulations de la fée verte, il me semble

                    1. P&C

                      @Albundy
                      +1, la fameuse tête de distillation, qui doit normalement être jetée.
                      Le méthanol bout à 65°C, l’éthanol à 78°C.

                    2. albundy17

                      Question technique, si je m’arrange pour laisser un mou à 65 °, tout le distillat sera méthanol ?

                    3. P&C

                      @Albundy
                      Non. Une part de l’éthanol et de l’eau seront entraînés avec le méthanol.

                  4. Pythagore

                    « Pétrole, gaz, et charbon sont également de la biomasse ayant fixé du CO2 »
                    En terme de qté ds l’atmosphère, il y a une différence entre fixer du CO2 existant ds un carburant et le rejeter 6 mois plus tard, et rejeter du CO2 qui a été fixé il y a un million d’année. Mais bon moi y’en a rien avoir contre le CO2.
                    Le methanol était cité ds l’article et effectivement, cela me paraît aussi très douteux de distribuer ca à la pompe, mais probablement que le pigiste n’était pas au courant de l’aspect un tantinet toxique et cancérigène du produit, il était tellement content d’avoir trouvé une solution pour sauver Gaia.

                2. sam player

                  … pas pas mieux pas pire que le CO2 qui provient du pétrole ayant fixé le CO2 (le carbone)

                  Euh… suffit de rien brûler en fait…

        2. Pythagore

          @Pousse-fumier: on est aujourd’hui en mesure de produire cu carburant sans l’extraire du sol: voir biodiesel, éthanol, méthane voir aussi process datant de 1923 permettant de produire du carburant à partir de n’importe quelle biomasse https:/ /fr.wikipedia.org/wiki/Proc%C3%A9d%C3%A9_Fischer-Tropsch, voir aussi sundiesel.
          Tout est question de prix, les procédés existent déjà mais ils ne sont pas forcément rentable face à l’extraction.

          1. P&C

            @Pythagore

            Tout n’est pas une question de prix.
            En énergie, c’est aussi une question de rendement : combien de volume d’énergie tu investis et combien tu en récupères.
            Si tu dois investir 1 baril de pétrole pour en récupérer 1 ou moins, c’est même pas la peine, peu importe combien ça vaut.

            Le problème des agrocarburants est que leurs rendements énergétiques sont minables comparés aux non renouvelables.

            C’était le même problème avec les schistes : découverts, utilisés puis abandonnés car non compétitifs face aux gisements conventionnels, puis réutilisés car l’évolution de la technique les rend rentable face aux gisements conventionnels dont les rendements baissent.

            1. Les rendements des puits traditionnels sont encore très bons. Le prix d’extraction du pétrole arabe est inférieur à 10$ / bbl.

            2. theo31

              « Tout n’est pas une question de prix. »

              Sur quelle planète vis-tu ? Les lois de l’économie sont universelles, c-a-d qu’elle s’appliquent aussi sur Pluton et Alpha du Centaure.

              1. P&C

                La même que la tienne.
                Dans le cas de l’énergie, c’est une question de pris ET de rendement énergétique.

                Et il y a aussi la morale. Par exemple, il a été prouvé que le cannibalisme est économiquement rentable. Le faisons nous pour autant ?
                https://www.monde-diplomatique.fr/2000/11/SWIFT/2569

                Anecdote amusante : les religions morales sont nées… suite à une hausse spectaculaire des rendements agricoles.

                1. albundy17

                  Le cannibalisme, j’ai un peu de mal à comprendre pourquoi c’est si mal, et si profondément ancré psychologiquement, j’aurais plus de facilité a bouffer un ver de terre, ce doit être bien moins bon pourtant

            3. Pythagore

              « Si tu dois investir 1 baril de pétrole pour en récupérer 1 ou moins, c’est même pas la peine, peu importe combien ça vaut. »
              C’est le cas des sables bitumeux du canada, et donc, si, s’il il y a des gens pour payer, ca vaut la peine.
              Tout est bien sûr une question de prix, si la ressource est disponible, le faible rendement fait parti du prix.

              1. Val

                @Pythagore en tout cas il y a des gens pour payer, un fils de copains, est payé 5000$ /mois tous frais payés en stage de fin d’études d’ingénieur des mines … ça change des salaires des stagiaires en France … là aussi rareté , prix etc , intéressé P&C ? (just kidding 😉 )

                1. P&C

                  @pythagore
                  Dans ce cas, l’intérêt n’est pas la production d’énergie…. l’industrie du schiste est lourdement subventionnée, non ?

                  @Val
                  Oui, pourquoi « just kidding » ? Je veux bien faire un stage de data analyst dans ces conditions.
                  En France, c’est ordinairement 1500 euros nets par moi pour un ingénieur stagiaire grande école, et 0 pour les autres.

            4. bibi

              Non ce n’est pas une question de rendement énergétique, c’est une question de rendement économique.
              Pour fabriquer une pile on dépense bien plus d’énergie qu’elle n’en restitue et pourtant c’est économiquement rentable que d’en fabriquer.
              Ce qui compte c’est le prix final pour le servie rendu, peu importe de dépenser 100kWh pour fabriquer un litre d’octane de synthèse qui contient 13.6kWh, si le litre d’octane de synthèse est au final moins cher à produire ainsi que par extraction du pétrole et raffinage.

              Imaginez que demain nous ayons des réacteurs à fusion froide, on ne va pas se priver de fabriquer de l’octane de synthèse avec un rendement énergétique minable plutôt que d’attendre d’avoir un parc automobile entièrement électrique parce que cela aura un meilleur rendement énergétique.

    2. Husskarl

      « Le problème, c’est que personne n’a encore trouvé plus efficient que le [matière] pour le remplacer dans l’ensemble de ses usages actuels. »

      C’est bien ce que devaient se dire les gus avec leurs armes de bronze.

    3. sam player

      Bah en fait Pousse fumier tu raisonnes par rapport à ton niveau de connaissance et tu sais qu’aujourd’hui le pétrole est ce qu’il y a de plus efficient dans le contexte économique et tu t’inquiètes de sa disparition dans ce contexte économique.

      Certains allumés se sont certainement posé la même question sur le charbon, voire les chevaux ou le volume de foin qu’il faudrait leur donner et ça a été le cas pour le volume de crottes à ramasser…

      Malthus lui même s’est posé la question sur la nourriture et il s’est planté. Il n’y a pas de limite à la nourriture produite : il raisonnait l’agriculture avec des chevaux et sans traitement… et les rendements ont facile été multipliés par 10 depuis et idem pour les surfaces cultivables dans le monde.

      La voiture électrique est une solution actuelle à un problème qui n’existe pas. Avec le le raisonnement on aurait des mangeoires pour les chevaux à tous les coins de rue, des écuries d’etat et des vétérinaires à plus savoir qu’en faire car si une projection en 1850 avait donné 60 millions d’habitants en l’an 2000 il aurait fallu prévoir au moins 120 millions de chevaux… pour les générations futures…

      1. Pousse-fumier

        Oui, ça doit être un truc comme ça.
        Tellement simple que finalement, ce n’est même pas la peine d’en parler.

        Merci pour vos lumières.

        1. sam player

          P-F
          Remonte l’histoire : pas de traces de générations s’inquiétant pour les générations futures et encore moins de leur prévoir un nid douillet.

          Ils avaient bien assez de soucis pour s’occuper de leur vie et subvenir à leurs besoins et les projections ne devaient pas se faire à plus de 6 mois histoire de passer l’hiver.

          Si les châteaux et monuments historiques sont arrivés jusqu’à nous ce n’est pas grâce au ministère de la culture de Louis XIV.

          Tout ça a commencé avec la planification (nan Val pas ces plans là hi hi)… mais avait pour but au début de répondre à des problèmes de l’instant (Haussmann par exemple, la guerre)… et ce n’est que longtemps après que cette planification s’est attachée à des problèmes qui n’existaient pas mais qui pourraient exister…

          1. durru

            Deux trucs là, Sam.
            D’abord, pour ce qui est de se soucier des générations futures, je ne sais pas quoi dire des Mayas ou d’autres, qui ont mis en place des calendriers assez précis pour des centaines, voire milliers d’années dans le futur. Ils savaient que c’était pas pour eux 😉
            De l’autre côté, la démarche actuelle je la vois moins comme visant les générations futures, ça c’est le prétexte. Le but réel c’est la taxe, n’est-ce pas ? Plus, à mon avis, la volonté d’imposer son idéologie (la Nouvian chez Praud c’est collector pour ça – mais les commentaires sous la vidéo sont pour le moins inquiétants), et ce, de préférence, de son vivant…

            1. sam player

              Bof les calendriers, je suis sur que tu aurais pu trouver mieux… ça ne servait qu’à avoir une base pour dater des événements, et 2012 remember… je peux t’imprimer le calendrier de l’année 3041 si tu veux… et si tu le laisses traîner y en a qui vont croire qu’on avait prévu la fin du monde à cette date… et qu’on se préoccupait des générations futures…

              Des mayas qui nous auraient construit en prévision des vaisseaux intergalactiques de taille Enterprise, ça ça aurait eu de la gueule !

              1. durru

                Ben non, les calendriers avaient, au moins à l’époque, un côté pratique très précis : l’agriculture, les récoltes. Ça évitait de mourir de faim.
                C’est pas parce que les nomades avaient/ont un calendrier lunaire que les saisons n’ont pas d’importance.

                    1. sam player

                      Ah ok, quand t’écris « Ben non,… » en début de ton commentaire c’est que t’es d’accord…
                      Fallait m’avertir que t’es un genre 1 en fait…

                    2. albundy17

                      « pour ce qui est de se soucier des générations futures, je ne sais pas quoi dire des Mayas ou d’autres, qui ont mis en place des calendriers assez précis pour des centaines, voire milliers d’années dans le futur. Ils savaient que c’était pas pour eux  »

                      T’as vraiment des problèmes de connexions, t’arrives pas même à te relire

                  1. durru

                    « ça ne servait qu’à avoir une base pour dater des événements »
                    Donc tu dis la même chose, mais tu contredis quand même. Et tu dis que c’est moi le genre 1. Ptdr.

                    1. albundy17

                      Duru, t’as oublié que la première contradiction que tu as émise faisait état d’un calendrier fabriqué par les mayas mais pas pour leur usage personnel de récoltes, juste pour quand ils seraient mort et disparus afin de servir aux générations de dans 1000 ans. (minimum)

                      D’autre part, ce calendrier maya doit être à géométrie variable, selon la traduction la fin de l’humanité est déjà arrivée plusieurs fois, la dernière en 2012.

                    2. durru

                      @Al
                      C’est bien, tu te pointes toi aussi 🙂
                      C’est quoi exactement, la contradiction ?
                      Que les mayas (mais pas que, hein, c’était écrit noir sur blanc dès le début) avaient les compétences pour prédire l’enchaînement des saisons de très nombreuses années à l’avance ? Contradictoire avec quoi, exactement ?
                      L’aberration avec les interprétation de ce calendrier à propos d’un éventuel fin du monde n’apparaît pas dans ce que j’ai écrit moi. Suis avec le doigt si besoin. Moi je parle de choses concrètes, c’est vous qui venez troller pour changer le sens de mon propos.
                      Pour rappel, le propos d’origine de Sam, auquel j’ai réagi :
                      « pas de traces de générations s’inquiétant pour les générations futures et encore moins de leur prévoir un nid douillet. »
                      Autant je n’ai pas eu grand chose à dire sur la première partie, autant la deuxième est très discutable. Il n’est pas question d’une volonté explicite de « prévoir un nid douillet », plutôt d’une conséquence. Mais les faits sont là. Faire le kéké n’est amusant que deux secondes.

                    3. P&C

                      @Albundy, Durru, et Sam

                      Chez les Mayas, les calendriers ont aussi une signification religieuse. Ils croyaient en des alternances de cycles de création et destruction, d’où dieux tarés sanguinaires et assoiffés de sang.

                      Donc, de ces calendriers dépendaient les guerres (Ils faisaient aussi dans la « guerre fleurie »…), les cérémonies, et même le business.
                      Je cite : « La coutume voulait que les prisonniers, les esclaves, surtout les enfants et notamment les orphelins et les enfants illégitimes que l’on achetait spécialement pour l’occasion, soient offerts en sacrifice. « 

                    4. albundy17

                      Durru, remarque que c’est toi qui est venu contredire ds un fil ou tu n’apparaissait pas auparavant.

                      Prévoir les saisons des années auparavant, j’en rigole encore ^^

                      Et en effet les calendriers ne sont pas là pour dire a MAya l’abeille 11 eme génération qu’après l’automne vient l’hiver, c’est pour les récoltes de l’année, tout simplement

                    5. durru

                      Si tu réfléchissais aussi deux secondes avant de troller, ça pourrait servir.
                      Si le calcul du calendrier a été fait et validé une fois, ça sert aussi aux générations futures, elles n’ont plus à se creuser la tête pour. Ce n’est pas un but en soi, c’est une conséquence. Mais elle est réelle. C’est tout. « Prévoir un nid douillet », c’est ce que l’humanité fait pour les générations futures depuis qu’elle existe, en fait.
                      Et tu n’as toujours pas relevé la « contradiction » que j’aurais « émise » 😉

                    6. albundy17

                       » ça pourrait servir. »

                      lol

                      « Ce n’est pas un but en soi, »

                      Hé oui, il ne te reste plus qu’à comprendre ce que tu as écrit.

                      « c’est ce que l’humanité fait pour les générations futures depuis qu’elle existe, en fait. »

                      Absolument pas, et jamais, elle cherche à vivre et point barre, tu demanderas à Marie ce qu’elle en pense, tu vas te faire bien rhabiller pour des siècles.

                      « Et tu n’as toujours pas relevé la « contradiction » que j’aurais « émise »  »

                      ben au hasard:

                      h16free.com/2019/05/08/63622-moins-de-biodiversite-dans-nos-supermarches#comment-706507

                      puis

                      h16free.com/2019/05/08/63622-moins-de-biodiversite-dans-nos-supermarches#comment-706515

                      Tu contredis sans t’en apercevoir ?

                      La contradiction c’est bien, hein, je n’ai rien contre, bien au contraire, mais si tu penses que tes propos étaient là pour appuyer les propos de sam, ben c’est que t’as un problème d’un autre ordre ^^

                    7. sam player

                      Prédire l’enchainement des saisons sur des milliers d’année… j’ai pas trop compris : t’as remarqué que d’une année sur l’autre c’est pareil ?
                      En quoi reproduire à l’infini est un souci des générations futures ?

                      Pas compris non plus le nid douillet prévu pour les générations futures…

                    8. sam player

                      Si t’as des exemples pour le nid douillet. hésite pas, surtout que ça doit pas être trop difficile à trouver des trucs bancales genre le gars qui construit sa maison pour qu’elle dure plus que sa vie à lui…

                    9. durru

                      @Sam
                      Tu veux un exemple ? L’invention de la roue. Demande aux Incas si c’est utile de l’avoir. C’est vrai, désolé, c’était trop complexe avec les calendriers. Surtout après les précisions de P&C. Pour des athées convaincus.
                      @Al
                      Même pas la peine. J’arrive pas à comprendre ce que tu veux, en fait.

                    10. sam player

                      Wah la roue inventée pour les générations futures ?
                      Le mec qu’a trouvé ça ne l’a pas utilisée et a mis le modèle sous clef dans un coffre avec marqué dessus : à ouvrir dans 500 ans ?

                      M’est avis que t’as rien pigé à prendre des mesures (préparer un nid douillet) pour les générations futures…

                    11. albundy17

                      « @Al
                      Même pas la peine. J’arrive pas à comprendre ce que tu veux, en fait.

                      Ben je veux rien, tu me l’offres, pété de rire avec la roue ^^^^

                      Et quand ils ont maîtrisé le feu, hop, dans le fleuve, c’est pour les petits n’enfants ^^ Après y’aurait plus de bois 😀 😀

                      Bon, y’a un peu de symptomatique tout de même quand tu contredis systématiquement façon troll (c’est pas une insulte vu que tu l’emploies également systématiquement) ds les fils que t’apparaît juste pour ça, mais c’est très marrant, franchement

                      Du bain béni ^^

                      Nan en fait c’est trop facile même pour moi 😥

                      M’enfin tout de même, si ru n’arrives pas à comprendre que tu ne fais que contredire, par ego sans doute, t’as pas digéré ND, contredire donc, marqué dans tes dires, ne serait ce que ceux que je t’ai cité…. lol

                      Ca reste un jeu, y a juste un minimum de base, genre pas dire des âneries « z’ont inventé la roue pour les générations futures »

                    12. P&C

                      @Durru

                      Grosso modo, comment se faisait l’invention :
                      1 : un clerc a une idée, et construit quelque chose… l’invention est née, mais reste non utilisée.
                      2 : quelqu’un remarque l’invention, y voit un intérêt pratique, et la récupère. Souvent, il s’agit soit :
                      – d’un chef de guerre, car il réalise que l’invention peut permettre de botter des culs.
                      – d’un marchand, car il réalise que ça peut lui permettre de faire du flouze.
                      – d’un producteur, car il se rend compte de son coté pratique pour son travail (et in fine faire du flouze).
                      3 : l’invention se généralise et s’impose comme une évidence.

                      Archimède en est le meilleur exemple : tout inventeur qu’il était, il était rattaché au gouverneur militaire de Syracuse. On lui doit notamment la meurtrière et l’attrape navire.

                    13. durru

                      Les compères, c’est peut-être là que j’arrête de vous répondre.
                      1. Vous ne supportez pas d’être contredits.
                      2. Si vous ne comprenez pas un truc, vous ne faites surtout pas l’effort pour comprendre (exemple flagrant pour Al avec le jupon, il y a à peine quelques heures).
                      A partir de là, tout échange est en fait inutile.
                      Si vous avez vraiment la conviction que les nouvelles générations n’ont strictement rien à devoir aux générations précédentes question niveau de vie, je vous dis bravo. Je crois d’ailleurs que c’est le cas, Al je l’ai déjà lu affirmant qu’il s’est construit tout seul.
                      Pour rappel, je n’ai PAS écrit que cette préparation de « nid douillet » aurait été un but en soi.

                      P.S. « les projections ne devaient pas se faire à plus de 6 mois histoire de passer l’hiver »
                      C’est d’une c.nnerie tellement abyssale, que je ne l’avais même pas relevé dans un premier temps. D’où l’exemple du calendrier, en fait.

                    14. durru

                      @P&C
                      Je n’en sais rien. Edison aurait été l’exception, le résultat d’une société totalement différente ? Ce n’est qu’un exemple.
                      « Clerc » ? Etrange comme terme, l’idée vient souvent suite à un problème concret à résoudre. Et ce sont les gens de terrain, confrontés directement aux problèmes, qui ont besoin de les résoudre…

                    15. albundy17

                      « c’est peut-être là que j’arrête de vous répondre. »

                      Re lol

                      Et qu’est ce t’en a à foutre de mes histoires de jupons avec BDC ?

                      « vous avez vraiment la conviction que les nouvelles générations n’ont strictement rien à devoir aux générations précédentes question niveau de vie »

                      rerelol, ça mérite pas même une réponse

                       » Al je l’ai déjà lu affirmant qu’il s’est construit tout seul. »

                      Oui, je confirme, ça te parait improbable ?

                      Et si, tu as affirmé que les anciens fabriquait les calendriers pour les générations futures, faut que tu te relises, avec le doigt

                    16. durru

                      Lis avec ton doigt, Al, et observe où j’ai écrit qu’ils le faisaient POUR les générations futures :
                      « des Mayas ou d’autres, qui ont mis en place des calendriers assez précis pour des centaines, voire milliers d’années dans le futur »
                      Mauvaise foi (ou débilité ?), quand tu nous tiens… Ca se voit que tu t’es fait tout seul, t’es mal fini.
                      Sur ce, j’ai vraiment mieux à faire.

        1. P&C

          Malthus s’est gourré parce qu’il a raisonné avec les technologies de son époque.
          A sa décharge, comment aurait-il pu voir le boom technologique qui s’est déroulé après sa mort ?

          Si, il y a des limites à la quantité de nourriture produite… va faire pousser du blé dans le Sahara sans irrigation, tu m’en diras des nouvelles. C’est le couple énergie + technologies qui permet de repousser les limites.
          La hausse spectaculaire des rendements agricoles est dues au pétrole et au gaz naturel, à la chimie (Fritz Haber pour celle de l’ammoniac, etc…), à la génétique, et à l’amélioration des techniques agricoles (c’est d’ailleurs le gros enjeu en Afrique actuellement).

          1. Non. Tu lis beaucoup, mais tu ne retiens pas grand-chose. Malthus s’est planté parce qu’il a fait la même erreur que beaucoup (et toi ici) en raisonnant à économie constante. Même avec une technologie stable, il se serait planté.

            1. Higgins

              En attendant, l’offensive continue dans les merdias: « Environnement : «L’Europe a un comportement de prédateur vis-à-vis des ressources» Rien qua ça (https:/ /www.20minutes.fr/planete/environnement/2512911-20190509-environnement-europe-comportement-predateur-vis-vis-ressources).
              A lui seul, le dernier paragraphe vaut son pesant de cacahouètes: « La transition énergétique ne sera pas suffisante, nous devons préparer une grande transformation. Cela ne passe pas uniquement par les efforts des citoyens, c’est d’abord la responsabilité des Etats. WWF recommande en premier lieu que 50 % du budget de l’Europe soit consacré à l’économie verte et bleue et, bien sûr, sans que l’autre moitié subventionne une économie polluante. Cela permettrait, par exemple de mettre en place une politique agricole qui préserve les ressources naturelles et protège les agriculteurs des fluctuations de marché. Il est impératif de mettre en œuvre l’accord de Paris pour maintenir la hausse de température à 1,5°C et atteindre zéro émissions nettes d’ici à 2040*. Le ferroviaire dans toute l’Europe doit être encouragé, car le transport par énergies fossiles représente un tiers des émissions de gaz à effet de serre. Nous devons accélérer le déploiement d’initiatives telles que la sortie du diesel aux Pays-Bas d’ici à 2030. De plus, l’écologie peut produire aujourd’hui sept fois plus que l’économie traditionnelle, l’Europe doit donc encourager les emplois verts. Surtout, nous poussons les Européens à aller voter aux élections pour un projet qui s’inscrit dans la protection des océans, des forêts et des ressources. L’Europe a été créée sur l’acier et le charbon, elle doit se réinviter autour des défis sociaux et écologiques. »

              L’irrationalité qui préside politiquement est une porte ouverte à ce genre de fadaise.

              *L’autre soir (conférence du 6 mai), John Cristy, climatologue de l’université d’Alabama à Huntsville e et deuxième conférencier , a indiqué que même si les USA cessaient tout simplement d’exister, la variation (à la baisse) de CO2 qui en découlerait serait tout juste supérieur à l’épaisseur du trait. L’impact de l’Europe est encore plus faible.

              1. theo31

                Ah oui WWF qui propose des voyages en avion (si, si) à 60 000 dollars pour vivre la vie des crève la faim dans le monde et qui va expliquer aux Malgaches qu’il faut utiliser des ampoules basse consommation : ça ne vous rappelle rien ?

              2. P&C

                Ils deviennent de plus en plus grave…

                « l’Europe prédatrice de ressources »… oui, comme tous les peuples et pays, selon leurs possibilités, et de tous temps.
                Sans parler de ceux qui n’ont simplement pas le choix (allez dire à Singapour de vivre de ses mines…)

                Zéro émissions nettes d’ici 2040… donc plus d’agriculture, ni de cimenteries, ni de transports, ni d’aciéries, ni de centrales électriques en 2040 ?

                « l’écologie peut produire aujourd’hui sept fois plus que l’économie traditionnelle », chiche ? c’est bizarre, mais le monde tout renouvelable de nos aïeux étaient bien moins productif que le notre…

                Quant aux énergies renouvelables, c’est juste monstrueusement récessif… il est toujours amusant de rappeler aux écolos pro éoliennes (au delà de la laideur de ces trucs) leur inefficacité :
                1 éolienne avec 1000M3 de vent à 80km/h produit autant d’énergie que la combustion de quelques ml de pétrole…

                1. Val

                  @P&C +1000 l’éolien est une aberration technique et financière . Si nos ecolos étaient un temps soit peu rationnels et un peu moins idéologisés ils militeraient tant qu’à faire pour l’isolation des maisons, ce serait bien plus efficace en économie d’énergie par euro investi . Mais bon, le jour ou l’on verra un vert militer pour un truc intelligent… bon je dis ça je n’y connais sûrement rien, mon mari bosse dans l’environnement depuis qq dizaines d’années seulement …

                  1. albundy17

                    « ils militeraient tant qu’à faire pour l’isolation des maisons, ce serait bien plus efficace en économie d’énergie par euro investi .  »

                    en fait, non, et oui, pas de retour sur investissement.

                    économies de ressources de la planète, oui

                    Celles ci étant finies, bien sûr

                    1. MCA

                      @albundy17 9 mai 2019, 14 h 49 min

                      Sans compter les bonnes ta-taxes bien joufflues sur les produits de chauffage et le mankagagner qui s’en suivrait.

                      Sûr que les politiques sont bien coincés à force de considérer les produits pétroliers et assimilés comme essentiellement des moyens pour obtenir des rentrées fiscales.

                      Forcer les habitants à isoler en les subventionnant pour sauver Gaiä du méchant réchauffement et récolter comme produit fini une baisse des rentrées du bon argent qui devait servir à financer… les économies d’énergie… Arghrrrr.

                    2. Val

                      @Al & MCA j’ai dit « tant qu’à faire » ce qui veut dire : dans leur logique . Cet argument d’efficacité emporte une bonne adhésion même chez les plus boboïsés . L’idée est de montrer l’imposture des arguments ecolos qui leur sont servis, c’est déjà ça.

                1. Val

                  @Huss ce qui me fiche vraiment la rage c’est que bcp de jeunes sont complètement brainwashed sur le mode « on est des parasites » « le monde va disparaître » bcp sont d’un pessimisme noir , la machine à culpabiliser marche à plein régime .

                  1. Husskarl

                    @Val

                    C’est vrai et c’est pitoyable. Cependant, je vois aussi cela comme une sélection, ça fait longtemps qu’on a pas laissé dame nature faire le tri dans nos sociétés. Si les gens peuvent s’auto-trier, ce ne sera peut être pas perdu. Bon évidemment, on cassera quelques oeufs pour faire cette omelette.

                    1. albundy17

                      « ça fait longtemps qu’on a pas laissé dame nature faire le tri  »

                      Vive le socialisme

                    2. Val

                      @Huss le truc, c’est que c’est les gens qui pensent et sont comme nous qui sont en pole position (Pol Potition ?) pour être triés, tu ne le vois pas ? Peut être crois-tu échapper à ce filtre ? Tu es sur ce blog c’est donc que tu n’es pas fana de pensée unique, tes chances de survie sont plus que compromises…

                  2. durru

                    @Val
                    « c’est les gens qui pensent et sont comme nous qui sont en pole position (Pol Potition ?) pour être triés »
                    Non, je ne le crois pas. Même si la minorité qui contrôle la situation actuellement (la « classe jacassante », comme dirait le patron) est pour l’instant en (très) bonne position pour prendre des décisions dans ce sens, elle n’en a pas les moyens. Déjà, les moyens intellectuels (IYI). Puis, le nombre ne joue pas en sa faveur non plus. Et la détérioration du niveau de vie pour de plus en plus de nos semblables va encore accentuer la tendance.
                    Ça sera plutôt Dame Nature qui va faire le tri. À sa façon.
                    Je prévois une sortie douloureuse (surtout en France) de cette situation.

              3. Higgins

                Scoop: https:/ /www.ouest-france.fr/meteo/tempete/la-bretagne-soumise-aux-rafales-de-vent-6341614

                Ça, c’est de l’info, coco!!!

              4. Jacques Huse de Royaumont

                @Higgins. Effectivement, ça vaut le détour, quel ramassis de con*****. Yfo, Yaka et demain on rase gratis, parce que c’est magique.
                Au fait, le ferroviaire, si génial, il avance à l’électricité éolienne ?

                1. Pheldge

                  Mais non, après le train à vapeur, voici le train à voile ! que RPS notre marin au long cours va nous expliquer qu’en fonction de la direction du vent relatif, le train avancera selon l’une des allures prés, largue ou vent-t-arrière ! et que quand le train voudra aller contre le vent, bin, il n’ira pas, et attendra que le vent tourne, ou bien fera pousser les voyageurs 😉

  18. BDC

    « les classes moyennes et supérieures ainsi que les retraités (dont le niveau de vie moyen est supérieur au reste de la population) » … Ah Patron, vous égayez cette journée caniculaire. 😀
    À quand les voyages limités à la France métropolitaine ?

    1. Aristarkke

      Mis en place en 1982 par l’Arsouille bien-aimée et le Delors (père de Meremptoire) pour tenter d’éviter leur première dévaluation…

    2. Aristarkke

      Avec un contrôle des changes drastique obligeant à remplir force CERFA pour boucler un budget voyages pour quatre personnes, même pour la proche Europe…

      1. Le Gnôme

        Il ne faut pas s’inquiéter, la reconnaissance faciale sera faite par un programme développé par l’Etat. Il sera au point vers 2050 si tout se passe bien.

        1. albundy17

          « la reconnaissance faciale sera faite par un programme développé par l’Etat. Il sera au point vers 2050 si tout se passe bien. »

          La reconnaissance faciale chez les bridés jaunes est mise en échec en portant un tee shirt imprimé d’un portrait

          1. MCA

            Oui,
            dans le même ordre d’idées, hier soir je regardais les déboires des voitures radars (1) en Bretagne et leur difficulté à déterminer à quelle vitesse on doivent pruner car elles sont contraintes pour cela de lire les panneaux…lol en ce qui nous concerne.

            Et suggestion aux GJ : la parade qui devrait bien aller, des autocollants indiquant 110 à appliquer sur les panneaux à 80.

            (1) cette trouvaille que le monde entier nous envie

            ____________________________

            « les bridés jaunes » à ne pas confondre avec « les bridés écolos » qui sont jaune d’aspect, vert de statut, rouges de tendance.

            1. Pythagore

              « sont contraintes pour cela de lire les panneaux »
              Y connaissent pas le GPS ? MDR. N’importe quel Tomtom affiche la vitesse limite (à cdtion que la DDE ne l’ait pas changée 3 fois ds le mois)

                1. Stéphane B

                  Sauf que vous pouvez toujours la chercher la DDE, car elles n’existent plus depuis plus de 10 ans.
                  Si RN alors DIR Ouest, Sud Ouest, Est ou autre
                  SI RD alors district du conseil général
                  Si route communale, alors service de la commune.

          2. Citoyen

            Et si tous les décérébrés, fanas du micron, portent un tee shirt avec la tête du gourou, il a du mouron à se faire …

  19. Facepalm

    HS : « Le consulat de France à Genève aspergé de peinture, le mystérieux groupe G.I.L.E.T revendique »

    « le mystérieux groupe G.I.L.E.T (Groupe Intergalactique de Luttes Emancipatrices Transfrontalières), a revendiqué l’action «en solidarité avec les personnes qui subissent les violences policières et contre la répression qui s’abat sur le mouvement des Gilets Jaunes».  »

    / / francais.rt.com/international/61853-consulat-france-geneve-asperge-peinture-mysterieux-groupe-gilet-revendique

    Communiqué:
    / / renverse.co/Peinture-Jaune-Gilets-Transfrontaliers-2043

    Le communisme Intergalactique, c’est maintenant !!!

    ROTFL

    1. Le Gnôme

      Les petits hommes verts se sont transformés en petits hommes rouges. Pourquoi d’ailleurs un consulat de France à Genève qui est à une portée d’arbalète (merci Guillaume Tell ) de la frontière. Encore une économie à faire.

  20. Aristarkke

    Y’aurait pas comme un bug en indiquant « proposer de la poire sud-américaine en Novembre » ??? 😉
    La poire est un fruit d’automne et malgré les dénégations de Duflop, l’Amérique du Sud est bien dans l’hémisphère du même nom…
    Sa poire d’automne ne peut donc que se montrer pendant notre printemps, sauf à lui passer son âge canonique proportionnel…

  21. calal

    le marche c’est souvent pour les petites gens qui n’ont pas de voiture.genre femme agee sans permis chez les ruraux…

      1. BDC

        Rrhhooo je ne vois pas de qui tu parles…. 🙄
        Chez les gens de la ville on se fait livrer les grosses courses et on fait le marché pour les produits frais, la poussette voiture Mac Laren est bien adaptée pour tout caser.

        1. albundy17

          Tu ne rentres pas ds le cadre BDC, malgré tes origines tu n’es plus une fermière dénuée, vieille et sans voiturettes

                1. BDC

                  Rrhhooo Albundy, c’est un classique celle-ci : il n’y a que 3 syllabes, pon – ju – ra … mélange un peu en laissant le « ju » au milieu 😀

                  1. albundy17

                    « laissant le « ju » au milieu »

                    Ben c’est ce que je fais en général.

                    Je trouve pas tout de même, jupon à ras ?

                    nan

                    Un classique, mon cul, juste dans les bureaux ouais ^^

                    1. Dr Slump

                      Au ras du jupon.
                      Des fois faut juste chercher à jouer sur les sonorités pour trouver.

                    2. albundy17

                       » faut juste chercher à jouer sur les sonorités  »

                      Ha ok, c’est pasque je suis sourd ^^

                      Je cherchais du plus graveleux en fait, connaissant la miss ^^

            1. Pheldge

              notre Très Sublime est également « une fermière délurée » …
              Autrefois, quand je m’occupais de formation, elle m’avait fait une offre de service, je peux le révéler aujourd’hui : »tu verras, je vais leur apprendre à faire des choses … t’imagines même pas, je suis très douée ! » Même moi, j’étais impressionné ! 😉

              1. BDC

                Maître Pheldge, c’est vous qui m’apprîtes autrefois à fleureter et compter fleurette. Je vous dois toute cette culture cinématographique étalée depuis hier.

            1. albundy17

              Remplace plus, par pas, et ça colle (saleté de smartphone) 🙄

              Tant de jeunesse est d’ailleurs indécent, une provocation.

            2. Pheldge

              « nettement plus jeune », faut pas exagérer, une dizaine d’années seulement. Par contre moi, je suis « nettement plus jeune » que toi, et ça, ça te défrise, que tu t’en plains à longueur de temps ! 😉

              1. MCA

                @Pheldge 10 mai 2019, 4 h 23 min

                Plus jeune, certes!

                mais dans les isles tropicales on vieillit deux fois plus vite à force d’user la vie par les deux bouts et par le milieu.

                Donc le Papet a raison de ne pas désespérer que tu le rattrapes.

  22. calal

    reduire les importations et developper les exportations ca a toujours ete la recette du fmi pour « aider » les pays africains en faillite a rembourser leurs dettes…

      1. calal

        le fmi balance des CREDITS a rembourser a tout va.Ce n’est pas la meme chose que balancer de l’argent a tout va… credit et capital sont deux choses differentes. il est vrai que si vous avez la premiere armee du monde,il est plus facile de tout resumer en « obeis ou je te pete la gueule »…

        1. Husskarl

          Certes, après vérification, ils ne font pas comme la glorieuse république française: ils prêtent et demandent un remboursement du prêt.

  23. albundy17

    Il ne fait pas bon être abonné tweeter de certains magazines suisse today, ça spam qu’on va tous crever, et c’est des crasseux plein de courage dénonçant l’ignominie.

    J’aime bien celle là: Notre planète à la gueule de bois du pétrole.

    Carlin ! Revient !

    1. Pythagore

      Qu’on vive à crédit de la terre à partir du 10 Mai, je ne sais pas, par contre, ce qui est très certain, c’est qu’à partir de Juin, tous les francais ne travaillent que pour alimenter l’état, et donc l’état vit au crédit des Francais à partir du mois de juin, cela ne semble pas émouvoir nos escrologistes.

  24. pabizou

    Bonjour, tout ça va êtrre encore plus marrant si la commission que certains scientifiques demandent à Trump de mettre en place pour évaluer la réalité du pb climatique voit le jour . Pourvu que ste Gréta ne descende pas de sa croix en faisant claquer sa portière…

    1. sam player

      C’est surtout drôle et j’ai aimé :

      “Les espèces en voie de disparition ? J’ai encore retiré 20 euros ce matin arrêtez votre intox”

  25. calal

    consommer de l’importation ou local a depense constante ne change presque rien pour le consommateur.Par contre pour la balance commerciale et le besoin en devise du pays ca change beaucoup,surtout si le pib est essentiellement du aux fonctionnaires.
    J’ai fait le pari d’un manque de dollar dans le futur.Pour l’instant resultat mitige sur la parite euro/dollar.

      1. albundy17

        Ouais, la remarque m’avait aussi fait sourire ^^

        Ptet qu’un jour cette monnaie ne sera plus considérée refuge, mais alors là, ce sera la chienlit

    1. Jacques Huse de Royaumont

      l’économie mondiale est en train de réduire sa dépendance au dollar, sous l’impulsion de la Chine et de la Russie. A ce jour, ça reste marginal, mais ça peut changer assez vite.
      Comme la puissance de l’oncle Sam repose sur la prééminence du dollar garantie par l’US Army, ça peut gravement dégénérer.

      On est dans un scénario à la Thucydide, où un empire maritime voit sa domination de moins en moins acceptée et qui entre en conflit avec une puissance émergente (tyrannique pour sa population, mais qui respecte ses alliés). L’affrontement armé est probable.

      1. MCA

        Frontalement entre puissances nucléaires, ça me paraît extrêmement délicat; par contre par alliés de leurs ennemis interposés style Iran, oui je le sens bien.

        Mais une guerre nucléaire contenue reste malgré tout possible car les US viennent de mettre au point des mini bombes nucléaires tactiques.

        1. pabizou

          Ben oui…l’important c’est l’endroit où ce qu’elles tombent, en tous cas c’est ce que disait mon oncle, un sacré bricoleur…

      2. pabizou

        Pas souhaitable de toute évidence mais pas pour demain . la Chine est encore un colosse aux pieds d’argile pour le moment et même si elle a su dépasser le stade du copiage elle a encore besoin de temps pour résoudre un bon nombre de problèmes, ça ne se fera pas en un jour

    2. Citoyen

       » surtout si le pib est essentiellement du aux fonctionnaires  »
      Ha, ha ! Elle est excellente celle-là !…
      Un pays qui fabrique l’essentiel de son pib avec des fonctionnaires, est est pays qui ne produit plus rien, et qui est en train de s’effondrer, en se consommant lui-même.
      A une époque, l’URSS a bien essayé, mais ils n’ont pas trouvé la martingale …

      1. durru

        L’URSS avait bien un excès de fonx, mais ils produisaient quand même des trucs. Les pays satellites itou.
        Il n’y avait pratiquement pas de dettes à la chute du communisme. Des industries largement inefficaces, certes, mais pas de dette. Juste de la pénurie généralisée. Nous sommes dans une bien meilleure position, en fait.

        1. Citoyen

          Pas de dette, avec une monnaie qui ne valait plus rien … et dont ils avaient consommé la valeur … ce qui revient au même …

          1. durru

            Leur monnaie valait mieux avant ? Possible, je ne le savais pas.
            La Russie tsariste n’était pas vraiment un pays développé, il me semble. Croissance bien plus quantitative que qualitative.

            1. Citoyen

              Non, une monnaie ne vaut qu’en relatif, c’est-à-dire par rapport à celles des autres pays, avec lesquels on peut faire des échanges …

        2. Aristarkke

          Personne n’acceptait de prêter à l’URSS puisqu’elle avait débuté en refusant d’honorer les dettes du tsariste alors même qu’elles correspondaient à des équipements dont elle profiterait.
          Dès lors, aucune chance d’avoir des dettes dans le bilan…

          1. durru

            Ca vaut ce que ça vaut :
            « la Russie avait pu dès 2006 se débarrasser de la majeure partie des dettes de l’URSS, contractées cette fois auprès du «club de Paris», qui regroupe des créanciers tels que la France, les Etats-Unis et le Royaume-Uni » (https:/ /francais.rt.com/economie/42361-russie-tourne-definitivement-page-dette-union-sovietique).
            Seulement 66 petits milliards, certes, mais pas zéro. Une autre époque aussi…
            Par ailleurs, il me semble qu’à part la Roumanie, les autres pays communistes avaient aussi des dettes en ’89. Mais petites, c’est vrai.

        3. Theo31

          Il n’y avait pratiquement pas de dettes à la chute du communisme.

          C’est faux hormis pour la Roumanie. Les dettes servaient à subventionner la production de biens dont personne ne voulait et à importer des denrées agricoles.

          1. Citoyen

            Et grâce à un certain Jean-Baptiste Doumeng, bien connu à Toulouse, les soviétiques arrivaient à exporter des tracteurs !

          2. durru

            66 mld pour l’URSS, quand celle de la France était déjà au-dessus des 300 mld, comment dire… Il y avait, mais pas bcp.

        4. Husskarl

          Prêter à l’URSS c’était un peu comme acheter des assignats…
          Si ils n’avaient pas de dettes c’est surtout qu’ils n’avaient pas d’amis.

  26. Higgins

    HS mais sur le boulevard, devant l’immeuble où je travaille dans la capitale, est en train de passer le cortège des syndicats (mouvement social de ce jour). Que j’aimerai que tous ceux qui déambulent dépensent autant d’énergie à travailler. Les problèmes de la Grance seraient tout petit.

  27. Boutros

    Absolument.
    Bon on n’achètera plus de fruits et légumes chez Coufarre, la terre est foutue comme la Grance, on mourira tous un jour ou l’ autre mais là n’est pas le plus important.
    Comment ? y’en a des qui osent toucher (effleurer?) à la fonction publique et ce qui reste des syndicats défile devant M. Higgins. Aaaargh .
    Et si c’est pas assez (C’est le quotidien libéral L’Humanité:qui le dit):

    https://www.humanite.fr/fonction-publique-un-projet-de-loi-contre-les-femmes-671958

  28. Higgins

    Autre HS: pas de concurrence en Corse au départ de Lille, non mais: « Si pour la communauté ch’ti, ces billets à très petits prix (2 euros le voyage en offre promotionnelle) sont un cadeau du ciel, sur l’île, l’offre fait grincer des dents. « Je trouve cette opération tout simplement honteuse. On vend la Corse aux touristes pour une bouchée de pain alors que nous devons payer 100 fois plus cher pour aller à Paris », explique Maire-Lise. Plus précisément, le tarif résident, qu’Air Corsica réserve aux habitants de l’île, culmine à 245 euros pour un aller-retour vers Orly. Une sacrée différence. » (http:/ /www.leparisien.fr/economie/une-compagnie-aerienne-espagnole-enerve-la-corse-avec-ses-vols-a-2-euros-09-05-2019-8068398.php).

    Pas de question sur le pb du prix pratiqué par la compagnie Air Corsica. Il est pas beau ce pays?

    1. Pythagore

      « le tarif résident, qu’Air Corsica réserve aux habitants de l’île, culmine à 245 euros pour un aller-retour vers Orly. »
      Oui puis entre la Corse et Orly, il n’y a pas de territoire francais ? Et pis si y trouvent ca trop cher, z’ont qu’à aller sur le continent.

    2. MarieA

      Effectivement. Surtout pas de concurrence, comme ça, on n’aura pas de choix dans les vols, de mauvais prix, pas beaucoup de touristes en Corse, moins de business à Lille et en Corse, pas de voyage et pas de plaisir pour les gueux au nom de l’égalité. Ça donne envie de pleurer. Finalement, les Corses vont atteindre leur objectif d’être tout seuls isolés sur leur île.

    3. Rick Enbacker

      Ajouter 60€ de taxi entre l’aéroport de Poretta et Bastia. Ca c’était il y a quelques années. Depuis ça a dû augmenter.
      J’ai d’ailleurs arrêté de prendre des taxis et quand je vais en Corse c’est voiture + Corsica Ferries.
      Je souhaite à Air Corsica la même fin que la SNCM mais en plus douloureux.

    4. Citoyen

      Des vols à 2 euros, pour faire Lille – la Corse !?!?….. ça ne paie même pas le Kérosène pour arriver au bout de la piste de décollage !!!
      Y font comment après ? … Y coupent les moteurs ? … et ils continuent comme ça ?
      Sont fort ces espagnols !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.