Les petits effets indésirables des politiques écologiques idiotes

L’écologie, ce n’est pourtant pas compliqué : dans une grande ville moderne, si on veut lutter contre la pollution, les particules fines, le réchauffement climatique et la perte de lien social, il suffit de prendre les transports en commun, pardi !

C’est donc entendu : pour qu’enfin nos citadins se syntonisent à Gaïa et s’ouvrent à leurs prochains (qu’ils soient leur voisin de rame de métro ou leur arrêt de bus), les politiques urbaines ont fait assaut d’inventivité afin de pousser les urbains trépidants vers les transports en commun et qu’ils laissent enfin leur voiture au garage.

Moyennant quelques (milliers d’) interdictions, quelques (milliers de) taxes ici ou là, quelques (millions de) messages de propag… pardon publicitaires sur toutes les ondes, on a donc convaincu, fleur au fusil contre la nuque, que prendre le métro, le bus ou le tram était à la fois à la mode, écoconscient et financièrement malin pour épargner son petit porte-monnaie.

Le bilan ne s’est pas fait attendre : à mesure que le bilan atmosphérique de l’air des villes n’a pas cessé de s’améliorer (la concentration des particules fines de 10 micromètres ou moins – PM10 – s’est effondrée de plus de 41% et de plus de 48% pour celles de 2,5 micromètres ou moins – PM2,5 – depuis 2000, eh oui), les citadins se sont docilement pressés dans les transports en commun et notamment dans les métros lorsqu’ils existent.

Manque de chance, malheureux concours de circonstances, malentendu fortuit, ironie du sort et fourchette en plastique, la population des souterrains a donc explosé pendant que celle des routes s’est réduite, au point qu’il y a maintenant bien trop de passagers dans ces transports en commun : dans le métro parisien, c’est devenu une véritable bousculade où il est fréquent qu’on s’y retrouve à bien plus de quatre passagers par mètre carré.

Le lien social devient fort étroit.

Ainsi et selon les petits calculs enfiévrés du Parisien qui s’est paluché les données publiques de la RATP, ce sont près de 80 millions de trajets supplémentaires qui ont été comptabilisés sur le réseau sur les cinq dernières années, soit en moyenne une augmentation de plus de 200 000 voyageurs, un peu comme si le métro parisien transportait quotidiennement toute la population de la ville de Rennes en plus de celle déjà transportée en 2013… Le tout avec un réseau qui, lui, n’a pas évolué.

Youpi, tout se passe comme prévu, tout le monde prend le métro… et le métro est saturé !

Mieux encore : non seulement il est saturé, mais c’est aussi l’endroit de la capitale où la pollution y est la plus élevée, de loin.

Eh oui : grâce à l’action finement calibrée des pouvoirs publics, l’air est plus pur partout sauf aux endroits où ces pouvoirs publics ont tout fait pour entasser le maximum de population. C’est malin.

Bref, on a tout fait pour tabasser la bagnole, et avec succès, les gens ne la prennent plus et se rabattent sur des transports en commun qui ne sont plus guère entretenus, et notoirement laissés aux mains de syndicats collectivistes. Or, le collectivisme dans l’industrie, ça a toujours fort bien marché – l’URSS était réputée pour ses voitures luxueuses, ses installations industrielles écologiques et performantes, n’est-ce pas. Le bilan est sans appel avec un résultat identique en petit (RATP) et en grand (SNCF) : réseaux vétustes et en piteux état, trains régulièrement en panne, des grèves saisonnales et quasiment mieux cadencées que les trains qui sont maintenant bondés et chargés de pollutions diverses.

La particule fine ne se trouve plus sur les boulevards parisiens. Rassurez-vous, on la retrouve dans le métro !

Cette consternante péripétie illustre assez bien l’un des innombrables effets de bord idiots de l’écologie politique comme on en observe de plus en plus à mesure que l’hystérie écoloboboïde se répand :

  • Éoliennes en fin de vie dont on n’arrive pas à démanteler les énormes socles de béton armé (allez éplucher ce beau projet, léger et pas du tout destructeur d’environnement), béton dont on sait qu’il aura été produit de façon carbone-neutre, c’est évident.
  • Éoliennes toujours dont on sait que le recyclage en fin de vie est coûteux, complexe et encore très parcellaire.
  • Éoliennes encore dont la production électrique aléatoire impose – notamment en Allemagne – des centrales à charbon d’une propreté redoutable (et même pas à cause du CO2, mais de ces fameuses particules fines qu’on prétend combattre ailleurs – sauf dans le métro si vous me suivez bien).
  • Voitures électriques dont les batteries entraînent pollution à la production, pollution à l’usage, pollution en fin de vie (et même quand il y a recyclage).
  • J’en passe et des meilleures…

En réalité, on pourrait faire une liste fort longue des effets de bord plus ou moins désastreux des mesures soi-disant écologiques qui n’ont ni sens économique, ni sens écologique et qui aboutissent à des idioties, mais le pompon est largement atteint lorsque ces mesures provoquent, directement, la mort d’individus.

Et c’est une récente étude sur les conséquences de l’accident de Fukushima en 2011 qui illustre le mieux cette tendance mortelle : si une précédente étude médicale de Stanford évaluait une surmortalité putative liée aux radiations dégagées lors de cet incident à 130 morts hypothétiques, l’étude économique réalisée sur ce qui s’est passé directement à la suite de l’arrêt complet du nucléaire dans l’archipel nippon montre que le principe de précaution appliqué a, quant à lui, provoqué une surmortalité pas du tout hypothétique de 1280 individus : la hausse des prix de l’électricité de 38%, provoquée par l’abandon du nucléaire dans le mix japonais et l’import consécutif de charbon et de gaz, a directement poussé des milliers de personnes, dont les plus fragiles, à renoncer à se chauffer ce qui a entraîné une surmortalité claire dans la population.

Comme le détaille un intéressant article de Futura Sciences à ce sujet, l’arrêt de la production nucléaire japonaise par une application bien trop empressée du principe de précaution et une vision écologique un tantinet exagérée a directement contribué à dix fois plus de morts bien réels que les morts hypothétiques provoqués par les rejets radioactifs suite à cet accident qui sont, de l’aveu de toutes les autorités compétentes, extrêmement faibles.

Au demeurant, rappelons une vérité qui est aussi valable en France qu’au Japon, à savoir que le froid cause davantage de morts que le chaud (les canicules sont des phénomènes certes plus médiatiques parce que plus visibles et que les décès provoqués le sont sur une période courte, mais la surmortalité par le froid est bien plus forte, bien que moins visible car sur une période plus longue).

Les politiques écologiques brouillonnes qui favorisent aussi bien les éoliennes (au final très polluantes) que les hausses de tarifs électriques sont directement responsables d’une surmortalité « discrète » mais indéniable en hiver.

Eh oui : l’écologie, c’est un peu plus compliqué que cette purée médiatique à portée d’adolescentes encouettées qu’on nous sert partout, de plateaux télés en tribunes de presse enfiévrées. Pour chaque décision prise à l’emporte-pièce correspond des effets de bord dont beaucoup sont largement indésirables et qui amène pour ces politiques publiques stupides à des bilans globaux catastrophiques tant sur le plan environnemental que sur le plan de la santé publique, du niveau de vie ou du résultat économique.

Mais nous sommes en France : malgré ce mauvais bilan, on ne stoppera pas l’action. Devant l’échec ou les effets indésirables, on se dira simplement qu’elle n’était pas entreprise avec suffisamment de vigueur, pardi !

parabole de l'aspirine (c) Maître Du Monde

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires264

  1. Aristarkke

    Alphonse Allais prônait de voir les villes se construire à la campagne. Comme il avait raison ! Annihildalgo ne vient elle pas de dire que Paris devait devenir une unité de production agricole ?

    1. Calvin

      Tout l’espace parisien (plantations sur les toits et rares espaces encore verts) nourrirait à peine un arrondissement. Et encore, pas avec la variété que l’on connaît.

      1. douar

        Et encore, il faut voir quel genre de « légumes » y sont produits: salade, épinards, tomates… bref, rien que des produits plein d’eau, pas trop nutritifs.
        faire pousser des céréales, oléagineux… demande un cycle plus long et des surfaces conséquentes.
        Et bien sûr, oublions les protéines animales.
        J’ai partiellement écouté la semaine passée « culture monde », une émission sur France Culture », c’était une semaine sur l’agriculture: absolument consternant de stupidités telles que le développement de l’agriculture urbaine qui n’est, objectivement, qu’un gadget électoral pour bobos.

        1. Gosseyn

          À Paris, vous pouvez avoir une poule à domicile, faire tenir plusieurs ânes dans un salon, mettre un bœuf sur le toit, faire de la cuisine électorale bio, engraisser les rats et les pigeons sur le domaine public, produire des canards bobos, loger des chevaux de retour dans des hôtels particuliers … Métro, c’est trop !

              1. Vassinhac

                Le revenu fictif, c’est l’épouse qui travaille et qui n’a pas le temps de dépenser. Impôts sur ses revenus mais aussi sur les dépenses évitées !!

        2. Pythagore

          « Et bien sûr, oublions les protéines animales. »
          pl00tarke nous dit: « Le nombre de porcs au m2 y avoisinant celui du wagon a bestiaux sus-cité. »
          Faut vous mettre d’accord 😉

        3. pl00tarke

          Je vous trouve excessivement pessimistes :

          Si toutes les toitures terrasses de Paris sont végétalisées, cela fera un nombre de m2 suffisant pour la culture maraichère.

          Concernant les protéines animales : je connais des boboïdes qui possèdent des poules dans Paris. Par ailleurs, la viande de végan est gouteuse, pas trop maigre et le cannibalisme a été évoqué par une universitaire suédoise pour résoudre la problème de surpopulation.

          1. Jacques Huse de Royaumont

            « le cannibalisme a été évoqué par une universitaire suédoise pour résoudre la problème de surpopulation. » Pour moi, c’était un pamphlet de Swift pour dénoncer le mercantilisme et l’utilitarisme qui préconisait aux irlandais de conduire leur enfants surnuméraire chez le boucher pour résoudre les problèmes de pauvreté, de famine et de surpopulation.

            1. durru

              Les écrivains de prose fantastique ou les Gorafi en herbe peuvent plier boutique, la réalité dépasse désormais systématiquement la fiction :
              https: / /www.theepochtimes.com/swedish-researcher-pushes-human-flesh-eating-as-answer-to-future-climate-change-food-shortages_3068833.html

      2. Aristarkke

        C’est pas la réalité qui compte dans cette affaire mais simplement qu’Annihildalgo ait une belle couleur vert électoral. Peu importe que l’idée ne tienne pas debout si elle rapporte de beaux bulletins de vote.

    2. MCA

      « Paris devait devenir une unité de production agricole ? »

      Tu es en retard, ça fait un bail qu’il y a de la vigne à Montmartre et des ruches sur toits de Notre Dame.

      Tiens à ce propos, elles ont dû sacrément se faire enfumer!

      qq1 a des infos?

        1. MCA

          Parait-il que le miel était de première qualité car les butineuses s’affairaient sur les nombreuses fleurs des parcs et balcons de Paris.

          M’est avis que le coup de chaud subi a dû les refroidir….

    1. Aristarkke

      Issu du Nord, c’était le mode de chauffage qui y prédominait largement jusqu’à la fin des mines des bassins du PdC, qui a diminué en sifflet jusqu’aux années 90.

    2. UnLorrain

      Vous faites revenir a ma mémoire ce bon souvenir de ce bougnat que je voyais livré ses sacs de charbon qu’il avait pris soin de poser empilés a l’arrière de son petit camion. Bonhomie transparaissait chez cet homme.
      Je complète mon chauffage au bois avec des briquettes de lignite ( j’ai fais essai avec ces petits boulet de charbon et il s’avère qu’ils brulent nettement moins facilement c’est même simplement, emm…. a les utiliser )
      Anecdote croustillante ( diraient mes 2 poules si elles pouvaient parler ! ) quand elles ont a disposition des miettes ou petits éclats de cette lignite ( j’ai lu le terme de charbon de terre ) elles le picorent volontier.

      1. Pheldge

        pour le BBQ, essaye le bois torréfié … pour le chauffage, euh, le rhum ? 😉
        sobusygirls.fr/2016/07/13/on-a-teste-le-bois-torrefie-l-alternative-ecologique-au-charbon-de-bois-et-c-est-genial/

  2. Calvin

    Article parfait.
    Moi qui suis adepte de l’écologie, la vraie, celle qui se contente de comprendre les interactions entre les êtres vivants et leur environnement, et de la lutte contre la pollution, la vraie, celle qui cherche à améliorer par innovation les processus humains, je suis ravi de cette synthèse.

  3. pl00tarke

    Certes, le froid tue plus que le chaud : mais pas les mêmes personnes.

    Le chaud tue les petits vieux en EHPAD qui sont de toute façon subclaquants, et font rien qu’à creuser le déficit des caisses de retraite.

    Le froid tue majoritairement des SDF dans la force de l’âge, qui ont l’avenir devant eux et pourraient être productifs si la société les y autorisait.

    Et puis il convient de ne pas négliger un effet de bord positif, pour une fois : Malgré le réchauffement climatique il fait encore froid en hiver, c’est un fait. Or ceux qui utilisent les modes de transport communistes (RATP en tête) savent que c’est tout plein de chaleur humaine, promiscuité oblige.

    Un peu comme dans un wagon à bestiaux.

    Certaines amies à moi me régalent d’anecdotes sur la « chaleur humaine » des wagons de RER ou RATP bondés. Le nombre de porcs au m2 y avoisinant celui du wagon a bestiaux sus-cité.

    1. Pheldge

      euh, « SDF dans la force de l’âge, qui ont l’avenir devant eux et pourraient être productifs si la société les y autorisait », comment dire, la société qui est tellement méchante qu’elle oblige les gentils SDF à rester dans la rue ?

      1. Husskarl

        Je vais faire l’avocat du diable, la société empêche la création d’emploi à travers ses règlements et donc diminue la possibilité de trouver un boulot.

  4. hub

    Ajoutons que le ticket de métro vient, à Paris, d’augmenter de deux euros par carnet. Que la Pécresse s’est lancée dans une concurrence féroce avec Annie Dalgo pour la gratuité des vieux (65 ans, 62 ans, etc) AUcune politique un tant soit peu cohérente dans les transports de la RATP.
    Ajoutons que le programme Grand Paris prend, comme il se doit, des retards gigantesques, que les devis et les premières estimations sont largement dépassés, etc.
    Ajoutons qu’il vaut mieux éviter certaines stations, certaines heures, parfois certaines lignes.

    1. Deres

      Le Grand Paris … Un de ses principaux buts est de fournir un métro à Polytechnique et de construire des laboratoires autour en construisant sur tout le plateau de Saclay qui était une réserve agricole. C’était trop dur à ces braves gars de devoir se déplacer pour leurs stages. Merci la décentralisation au passage, cela ne s’applique qu’aux autres comme d’habitude.

      Les coûts s’envole également car pour faire plaisir aux élus locaux, ils ont le droit de faire des gares avec architecture personnalisée, concours inclus. Cela augmente fortement la facture. A noter au passage que l’expérience de l’ouverture du métro parisien a été oublié au passage (accident de 1903 : 84 morts) puisque les quais souterrains auront eux un accès unique.

      Bien entendu, au niveau des véhicules, il n’y a aucun bus électrique. Car si on les préconise pour les particuliers, la RATP sait bien elle qu’ils coutent deux fois plus chers. Les achats commencent seulement maintenant et sont très timides …

      1. Deres

        Pour le Grand Paris, le contrat n’a pas non plus été donné au moins disant pour la signalisation. La RATP voulait la même chose que la ligne 14 et l’effet client captif a joué à plein sur le prix …

  5. taisson

    Enfin de compte, ce qui est le but des « élites » Parisiennes depuis toujours est en voie d’être atteint :

    Les flâneurs et autres bobos occupent la surface débarrassée des autos, ils se déplacent sur de courtes distances en flânant…A pied ou en trotinette.

    Et ceux qui sont pressés, ce sont les grouillots de toutes sortes qui viennent de loin faire tous les travaux pénibles ou désagréables à leur place…
    En bonne logique, toute cette piétaille est priée de ne pas polluer l’espace des maîtres, et peut étouffer et se faire agresser dans les zones insécures et/ou souterraines !!
    La hiérarchie de la nouvelle socièté est respectée…

    Les maîtres précédents avaient au moins l’intelligence de loger leurs domestiques sur place plutôt que de les éjecter en lointaine banlieue…
    La plupart des immeubles Haussmanniens avaient des logements « sociaux » pour ouvriers, au fond des cours ou en entre sol, ainsi que des chambres de service….
    Et pourtant, on ne faisait pas de propagande pour la mixité sociale sous Napoléon III !
    A part technologique, on peut se demander ou est le progrès « humain » tant vanté par les collectivistes de tous poils ?

    1. P&C

      +1
      Si en plus le nombre/niveau de vie de ces gueux pouvait diminuer sans qu’ils se révoltent, ce serait encore mieux.

      Les bourgeois sous Napoléon III n’était pas pro mixité : comme tout bon bourgeois, ils vomissaient le populo. Mais comme il n’y avait pas de transports efficaces, le seul moyen d’avoir des gens sous la main était de les loger à proximité. Donc, pas moyen d’étaler les villes ou d’envoyer les gueux loger en banlieue.

  6. Pythagore

    Lien sur la voiture électrique: l’article dit:
    « L’extraction et le raffinage de ces métaux nécessitent l’emploi d’énormément d’eau et de produits chimiques. La pollution est ainsi déplacée dans les pays pauvres. »
    Voilà le parisien déporte la pollution ailleurs. Dans les pays pauvres mais aussi ds les campagnes obligées de se payer les éoliennes. Que l’on installe des éoliennes sur les champs élysées, la place de la concorde et le jardin des tuileries. On verra s’ils resteront aficionados longtps.

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Si on considère la quantité de matériau nécessaire par kW, l’éolien est la pire des solutions. Le béton armé et les terres rares y sont nécessaires en quantité énorme.

      Pour les âmes sensibles au bilan carbone, rappelons que la production de la chaux, composant essentiel du ciment, par calcination du calcaire dégage une grosse quantité de CO2.
      De plus, contrairement aux centrales nucléaires construites le long de cours d’eau importants et donc faciles d’accès, les éoliennes sont installées sur des hauteurs. L’acheminement des matériaux y est donc très coûteux en énergie.

        1. Jacques Huse de Royaumont

          Je pensais à la bourgogne et à la champagne.
          Cela dit, ça reste dans des endroits où tout ou presque vient par camion.

          1. Stéphane B

            A Suippes, y a quelques beaux endroits pour leur implantation, tout comme sur la montagne de Reims ou tout autour de Reims. Bon, faut juste prévoir une unité à temps plein de déminage.

              1. Stéphane B

                Ou pour l’aviation ! Il y a 20 ans, on jouait au foot (tous les jeudis matin) dans le périmètre de tirs. Impression la première fois que les hélicos ou avions tirent sur les cibles ou lorsque qu’il y a du largage de bombes en piqué !

      1. Stéphane B

        Que penser alors des projets d’éoliennes en mer ? Pour moi, grosse daube et destruction du milieu marin sans compter les nuisances dues aux infrasons qui seront générés.

        1. Dr Slump

          Je ne sais plus si c’est le Danemark ou le Pays-Bas, mais il y en a qui ont déjà essayé, et abandonné vu le bordel que c’est. Mais comme tout le sait, impossible n’est pas français.

        2. L’éolien sur terre n’est jamais rentable (les coûts de maintenance et l’intermittence rendent le bilan toujours négatif). L’éolien en mer arrive parfois à l’équilibre (i.e. le zéro). C’est mieux qu’un déficit, notez bien. Au-delà, sur le plan environnemental, c’est évidemment une idiotie : soit les éoliennes « flottent », et c’est un bazar sans nom à gérer en haute mer pour tenir compte des grandes tempêtes, soit c’est sur le plateau continental et les socles de béton armé n’y seront jamais démantelés.

          L’éolien est une connerie abyssale.

          1. Dr Slump

            Ca fait un petit choc aux gens qui sont convaincus par l’éolien, quand je leur demande pourquoi les moulins à vent ont été abandonnés, y’a des lustres…

          2. Murps

            Dans votre rentabilité à l’équilibre pour l’éolien marin, avez-vous tenu compte des frais de raccordement par réseau sous-marin au continent ?
            D’après ce que j’ai compris, c’est au frais du contribuable et c’est hors de prix.
            Pas sûr que les éoliennes géantes marines soient rentables si on facture les frais de transport de l’électricité aux opérateurs éoliens.

          3. deres

            En fait, c’est l’inverse. Les frais d’installation sont beaucoup plus élevés, donc malgré une plus grande régularité des vents, la rentabilité est encore plus faible, malgré l’utilisation de mats bien plus grands. Les appels d’offres publics garantissent des prix de revente encore plus élevés pour l’éolien marin, ce qui est une preuve directe. C’est pour cela que le gouvernement actuel a freiné des deux pieds sur tous les projets lancés par Ségolène qui était atrocement couteux. La moitié des filières françaises entièrement montés sur subventions se sont casé la gueule.

            Par contre, dans des lieux isolés de type île où l’électricité est très chère de base et vient de carburant fossile, les éoliennes peuvent être rentables.

            Après, il faut être réaliste, un gros barrage, une centrale nucléaire avec ses réfrigérants ou une centrale thermique avec des cheminés immenses, ce n’est pas terrible non plus pour la vue et le bétonnage … Mais on ne fait pas tout cela pour le plaisir visuel, mais pour avoir de l’énergie accessible. Le prix des transport et de l’énergie sont un des composants fondamentale de la productivité qui détermine la richesse d’un pays.

            1. Murps

              Une centrale comme celle de Paluel est très discrètement installée dans un creux de la côte normande et sans aéroréfrigérants puisque elle utilise l’eau de mer.
              Pour connaitre un peu le coin je peux vous assurer qu’on la voit seulement quand on est dessus.
              C’est une 4 X 1300 MW, comptez le nombre d’éoliennes que cela représenterait.

              Ensuite, non, même sur des îles isolées il est plus rentable d’utiliser des générateurs diesels.
              Voyez le site d’El Hierro aux Canaries.
              http://chateau.guibert-les.pineaux-thorigny-eoliennes-non.over-blog.com/2016/09/l-echec-d-une-experience-eolienne-l-ile-d-el-hierro-canaries-espagne.html

              Encore un truc de développitude durable qui a foiré.
              Avec nos impôts européens.

              1. P&C

                Il faut être clair : plus l’énergie est dispersée, plus elle est chère à produire (extraire de l’environnement). L’éolien et le solaire seront toujours moins bien que le gaz et le pétrole, et même le bois. Le seul renouvelable qui a des rendements intéressants est l’hydroélectricité : mais il faut couler des tonnes de béton et noyer une vallée.

                Le renouvelable, ça marche en Suède : un territoire grand comme la France, 10 millions d’habitants, plein de forets et de montagnes. Donc, du bois et des barrages à gogo.
                Pour la Belgique, aucune chance : trop plat, trop peuplé.

                Les solutions doivent être pensées pays par pays. Et oui, la nature est fasciste…

                1. Dr Slump

                  Le renouvelable, c’est bien en appoint pour des installations privées: maisons individuelles ou exploitations agricoles, ou usines, ils financent leur installation avec leurs ronds et font quelques économies de consommation d’énergie avec.
                  Pour l’exemple, la maison de mes parents a un chauffe-eau solaire installé depuis au moins 30 ans, tout compte fait c’est utile pour économiser sur le chauffe-eau.
                  Mais vouloir le massifier et le généraliser en tant que source d’énergie collective est idiot.

      2. P&C

        +1, comme avec presque tous les métaux.

        Les principales variables de la production de CO2 anthropique sont la démographie et le niveau de vie.

      3. Deres

        La vraie solutions pour les économies d’énergie serait de faire de la cogénération avec nos centrales nucléaires. Il y aurait des investissements non négligeables à réaliser mais pas tant que cela quand on voit qu’on jette des milliards d’euros dans des éoliennes non rentables actuellement. Il y a une centrale à peine plus de 100 km de Paris, 3 autres sur la Loire à environ 150 km et deux autres du côté de la Manche pas plus loin. Il y a déjà de nombreux réseau de chaleur en région parisienne et sur Paris.

        Idem, il faudrait surement développés la technologie des petits réacteurs nucléaires (SMR) pour nos îles isolés (Corse, Réunion, Antilles, Guyane et bien entendu pointe de la Bretagne !). Rien que cela assurerait une série suffisante pour être rentable. Ces endroits utilisent actuellement massivement des carburants fossiles importés pour générer de l’électricité.

        Mais ne rêvons pas. L’écologie est une religion et parmi ses préceptes contradictoires, il y a la fin du nucléaire quel qu’en soit le prix. On continuera donc à jeter de l’énergie thermique dans les fleuves et els océans, et on importera du carburant hors de prix pour les îles.

    2. Laurent aLA

      Moi la voiture electrique j’attend de voir comment l’electricite sera produite si ya plus de voitures a essence. Le calcul est assez vite fait. L’energie equivalente a l’essence brulee en un jour ca en fait des centrales nucleaires (ne parlons pas des moulins a vent).

  7. Gerldam

    Je suis surpris de la baisse affichée de la pollution dans Paris. Il me semblait avoir lu que, grâce aux âneries de la folle qui prétend diriger Paris avec la fermeture des voies sur berge, la pollution avait au contraire augmenté significativement.

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Les moteurs thermiques ont fait d’énormes progrès en 20 ans, tout comme les chaudières, stimulés par un souci de performance et donc d’économie. L’amélioration de la qualité de l’air doit tout à la technique, rien à la politique.

      1. Jacques Huse de Royaumont

        Le principe de solidarité financière entre prestataire et client à l’air d’être un instrument de racket retors et efficace.
        C’est au moins un énarque qui a inventé ça.

        Quant au devoir de vigilance, c’est hors de portée d’associations qui n’ont pas d’experts en chausse-trappes administratives dans leur bénévoles.
        Le caritatif va devenir une activité à haut risque, si ça continue.

      2. Dr Slump

        Ces redressements paraissent si aberrants que cela interroge, et on peut se demander s’il n’y aurait pas des raisons cachées. Je ne vois qu’une seule chose: ces associations sont chrétiennes.
        Emmaüs, Armée du Salut, foyer Béthel, tous, sauf un, l’AFEJI, sans doute pris dans le lot parce qu’ayant recours au même sous-traitant, l’Urssaff n’allait pas l’exclure du redressement.
        Les actions anti-chrétiennes se multiplient dans le pays, et vu le genre de profil idéologique et politique qu’on peut trouver à l’Urssaff, je mettrais ma main au feu qu’il y a une volonté de nuire à oeuvres chrétiennes.

        1. Higgins

          Je ne crois pas. Comme l’indique l’article de Contrepoints ( https://www.contrepoints.org/2019/11/22/358216-quand-lurssaf-sen-prend-aux-associations-caritatives ) : « il serait sans doute temps de faire le ménage dans une réglementation souvent incompréhensible, voire absurde. » et « il est incroyable de constater que seul le recours au ministre peut arrêter la folie de ces organismes. Des inspecteurs ont jugé bon de procéder à ce redressement, un supérieur hiérarchique l’a validé, une commission de recours amiable composée essentiellement de représentants du MEDEF ou de la CPME a peut-être été saisie. Comment toutes ces personnes ont-elles pu se montrer aussi insouciantes, voire inhumaines ? ».
          Du travail, du vrai et utile, pour la chambre d’enregistrement.

          1. Dr Slump

            C’est justement cette folie qui me conduit à ces hypothèses. Les agents de l’Urssaff se comportant souvent comme des flics militants, passer du combat contre les patrons exploiteurs au combat contre les chrétiens obscurantistes ne me semble pas si délirant.
            Et expliquer ces redressements abusifs par les « erreurs » d’une « administration aveugle » me paraît assez pitoyable: les hauts fonctionnaires à la tête du machin sont probablement aveugles, mais les inspecteurs sur le terrain savent très bien ce qu’ils font. Ensuite, la hiérarchie préférera toujours soutenir les décisions de ses agents, même dans l’erreur, surtout dans l’erreur en fait. Mais il y a bien des inspecteurs qui agissent en connaissance de cause, en sachant le tort qu’ils vont causer. Non, les individus qui travaillent pour l’administration » ne sont pas aveugles, et ils ne sont pas irresponsables.

            1. Stéphane B

              Donne du pouvoir à des gens insignifiants et ils deviennent des dictateurs. C’est vrai pour beaucoup de personnes de l’URSSAF mais aussi dans d’autres domaines. Ils deviennent des ayatollahs.

              1. Pythagore

                Philipp Kerr dans son roman / enquête policière  » Bleu de Prusse  » montre très bien comment le petit fonctionnaire de base devient l’idiot utile, flexible et zélé du fascisme/nazisme, prêt à exécuter tous les ordres afin de préserver sa vie tranquille plutôt que de s’opposer à un pouvoir susceptible d’entraver substantiellement son existence.

                1. lxy

                  Selon Jonathan Littell, l’auteur du livre « Les Bienveillantes », le totalitarisme naît de la fusion entre une idéologie et une bureaucratie. Son propos est confirmé par l’Histoire.

              2. MCA

                « Donne du pouvoir à des gens insignifiants et ils deviennent des dictateurs.  »

                +1000

                D’autant plus quand ils sont assurés de l’impunité… ça ne vous rappelle rien par les moments qui courent?

                1. Theo31

                  Ils s’en battent les couilles que des gens perdent leur travail du moment que l’employeur rend gorge. URSSAF, Bercy, gilets jaunes, même combat, mêmes résultats.

    1. Citoyen

      Et c’est d’autant plus ahurissant, Major, que les restaurateurs en question, ne prélèvent sur la ressource du restau, que les ingrédients nécessaires à leur repas, le reste étant du travail qu’ils effectuent pour eux-mêmes (à titre personnel) !… Si l’on bascule dans ce genre de conneries, on est dans le revenu fictif … et quand on a passé les bornes, il n’y a plus de limites …
      Les fonctionnaires débiles qui pondent ce genres d’inepties (qui est du mème ordre de débilité que le revenu fictif), devraient se demander s’ils trouvent bien normal que quand ils rentrent chez eux, le soir, leur femme ne leur facture pas le travail pour faire le repas, vu qu’il y a travail dissimulé, qui échappe aux charges sociales !…
      Je ne voudrais pas être grossier, mais quand il va aux toilettes, et qu’il se torche lui-même, … il y a travail dissimulé, qui échappe aux charges sociales, aussi !…

      1. Higgins

        Les premiers débiles sont avant tout ceux qui pondent les textes initiaux. Après, il y aura toujours des fonctionnaires zélés pour les appliquer de manière imbécile.

        1. Citoyen

          Je suis d’accord, Major, mais à ce stade de la maladie, je ne fais plus de différence entre les deux. Je met tout ça dans le même package … Ils procèdent tous deux, du même dérèglement mental …
          A ce stade d’avancement du cancer (nommé état), il ne reste plus que la chimio (chimie) à forte dose, les rayons (au calibre 12.7), et la chirurgie (au calibre 105), pour espérer ralentir sa progression …

        2. petit-chat

          Il y a pire au quotidien : la plupart d’entre nous ne conteste même pas la validité d’une loi, choisissant d’accabler le fautif -forcément fraudeur- puisque repéré par une sangsue d’Etat.

  8. guillaume

    Abandon du DDT dans les 90’=> punaises de lit causant dépressions, maladies…
    Abandon du Glyphosate => plantes toxiques qui se retrouvent dans les conserves, déja plusieurs intoxications, remplacement par des produits plus toxiques pour le sol, comme le vinaigre, le sel…
    Quotas de biocarburants => necessité de terres agricoles pour produire
    Abandon de l’huile de palme => nécessité de plus de terres agricole pour produire avec une autre plante

    L’enfer es pavé de bonnes intentions.

    1. Calvin

      C’est le cas de la plupart des mesures soi-disant écologiques.
      Dernier exemple en date, l’interdiction des sacs en plastique aux supermarchés => hausse de la production des sacs poubelles (plus chers, plus lourds plus grosse empreinte écologique…

        1. Jacques Huse de Royaumont

          D’autant plus qu’un sac plastique s’utilise plusieurs fois, le sac biodégradable une seule.

          Il n’y a pas à dire, le plastique c’est fantastique.

        2. douar

          Pour le maïs, je ne vois pas le problème à part le coût suplémentaire: parce que l’argument de l’eau n’en est pas un: est ce que le fait d’irriguer (en%, ce n’est pas grand chose) affecte l’approvisionement en eau potable? Non, surtout quand on utilise de l’eau stockée.
          Quant aux « pesticides », idem, de toute manière, si ce n’est pas du maïs, ce sera une autre culture qui nécessitera également des phytos.
          Ce sont des argument qu’utilisent les escrolos, arguments que j’évite.

          1. Jacques Huse de Royaumont

            L’idée, si je comprends bien, était de dire que le bilan énergétique et de consommation de pétrole n’était pas meilleur avec un sac biodégradable, fait à partir de maïs, q’avec un sac plastique ordinaire.

          2. bibi

            Si il y a coût supplémentaire c’est parce qu’il y a utilisation d’énergie supplémentaire, donc où est le bien fait écologique quand pour produire la même chose vous consommez plus de ressources.

            On retrouve cela pour ce que les escrolos appellent des biocarburants qui sont en fait des agrocarburants c’est à dire que l’on utilise des surfaces agricoles pour produire de l’énergie au lieu de produire des céréales pour l’alimentation humaine ou du bétail alors même qu’il faut employer moins d’énergies fossiles pour produire la même quantité de carburants.

            C’est exactement pareil avec les énergies dites renouvelables qui nécessitent plus d’énergies fossiles à être produites recyclées et pour pallier à l’intermittence que ne nécessiterait la même production d’énergie par une centrale nucléaire.

            Et toujours pareil avec les voitures électriques ou hybrides qui ne sont économiquement rentable que dans les pays ou les carburants fossiles sont surtaxés au point que 20 ans après la sortie de la Prius 95% des voitures vendues dans le monde sont toujours 100% thermique.

            Le gros problèmes de ce qui écoutent les escrolos c’est juste qu’ils ont la flemme de faire de simple recherche et d’utiliser une règle de trois pour se rendre compte que tout cela ne peut nous mener qu’à la ruine.

            1. lxy

              Et combien coûte le dépannage ,par camionnette diesel, des voitures électriques tombées en panne pour n’avoir pas trouvé à temps une station de recharge ?

              1. Aristarkke

                Nonkahacheté un groupe électrogène portable à mettre dans le coffre. L’I3 avait (variante supprimée du catalogue) une version équipée d’origine d’un moteur à essence pour avoir 130km de plus d’autonomie…

      1. petit-chat

        A propos, l’obligation de mettre des pneus neige à une certaine date (les vaches-à-lait sur roues étant trop connes pour le faire d’elles-mêmes, comme jusqu’à présent) est-elle actée ?

          1. Pythagore

            Il n’y a pas d’obligation en Allemagne en fonction des dates ou des saisons. Il y a une obligation si la situation l’exige.
            La loi dit: le conducteur d’un véhicule à moteur peut seulement conduire sur glace, neige, verglas, givre si les roues sont équipées de pneus neiges. (StVO §2 (3a) )
            https://www.gesetze-im-internet.de/stvo_2013/__2.html
            Par conséquent, en conditions normales, il n’y a pas d’obligation d’avoir des pneus neiges, même en hiver.

            1. sam player

              Perso, et déjà dit, je ne suis pas spécialement pour l’obligation de pneus hiver… mais ça m’étonnerait que beaucoup apprécient mon alternative pour régler le problème : dégagement des routes au tractopelle ou au char d’assaut pour les imprévoyants… m’est avis que la vente de pneus hiver augmenterait brutalement…

  9. carpe diem

    bien vu comme d’hab. Et dans la lignée des « petits effets indésirables » il faudrait considérer le ravage humain. Un suicidé tous les 2? 3? jours parmi les agriculteurs, dans un silence assourdissant. Je vous dis ça parce que j’ai la rage. Mon patron, 52 ans, producteur de pommes, vient de faire le saut de l’ange. Il y a quelques jours, il a pris sa bagnole, s’est arrêté pile sur le pont de Mauves et à sauté dans la Loire. Un mec bien, miné par le harcèlement des écologistes du village qui lui mettaient la pression. Pas de problème personnels, pas de problème de santé, juste le cerveau qui n’arrive plus à digérer, le disque dur qui chauffe. « quand il a sauté, ce n’était plus lui », m’a dit sa fille de 20 ans. J’espère que la conasse écolo qui montait le village contre lui, sent la bile lui remonter. On est en train d’enfanter une nouvelle génération de monstres, les dictateurs de l’écologie, les Savonarole du bio (considérant que les Florentin l’on torréfié tellement il faisait chier, il suffit d’attendre un peu), à quand un bûcher des vanités où l’on jettera tout ce que l’on considère comme pollué? va-t-on tuer l’humain pour sauver la planète? bises à tous.

    1. Stéphane B

      « J’espère que la conasse écolo qui montait le village contre lui, sent la bile lui remonter »

      Faut pas rêver. Vu ce genre de bonasse, elle a dû plutôt sabler le champagne. Ils n’ont aucun remord !

      1. Jacques Huse de Royaumont

        Il faut l’attaquer pour harcèlement. Même si elle n’est pas condamnée, elle ne pourra plus oublier qu’elle a un mort sur la conscience, pour autant qu’elle en ait une.
        Il faut faire un maximum de bruit autour de ça, en espérant qu’à la longue, ça pourrira leur réputation. Il faudrait un nouveau Soljenitsyne pour les dénoncer.

        1. P&C

          Si les gens du village sont solidaire, tu peux déjà lui pourrir la vie : la frapper d’ostracisme.
          Que les gens crachent sur son passage, médisent sur elle dans son dos (mais qu’elle l’entende), qu’elle soit reçue comme un clebs dans tous les commerces (voire qu’ils refusent de la servir), que des djeunes aillent la faire chier la nuit sous ses fenêtres avec du Slayer, que les chiens pissent sur la bagnole.
          Si elle dit quelque chose, 5/10 personnes viennent l’entourer, et coup de pression pour qu’elle reparte la queue basse.

      2. P&C

        +1
        Le bobo n’a pas d’empathie pour les sans dents/pue la sueur/salauds de pauvres, qui plus est coupable d’un péché valant damnation éternelle.
        Quant à la famille de la victime et les villageois, je parie qu’ils ne feront rien de significatif contre la responsable de la mort de cet exploitant agricole.
        Pourtant, il y a une manière simple se protéger de ce genre de hyènes. Va demander à Jean du Voyage ou à l’émir blanc si des écolos viennent les emmerder.

    2. Higgins

      Un début de réponse : http:/ /www.leparisien.fr/info-paris-ile-de-france-oise/transports/fnsea-1-000-tracteurs-vont-perturber-la-circulation-en-ile-de-france-le-27-novembre-22-11-2019-8199180.php

    3. Calvin

      Triste nouvelle. Et je compatis.
      En tant que petit-fils de paysan, toute cette hargne contre ces forçats de la terre, au nom d’une idéologie d’essence anti-humaniste me révulse.
      Je hais désormais les écologistes plus que les djihadistes ou les tueurs en série.

      1. baretous

        agriculteur (retraité)moi même mais né en ville j’ai une double culture.Et je vois au village arriver ces néo ruraux tous frais moulus donnant des leçons et n’ayant aucune, absolument aucune connaissance …c’est affligeant…si encore ils s’adonnaient à la chose en mettant en application leurs concepts sur une surface supérieure à leur jardin pour voir mais même pas….

        quand je me suis installé je suis resté humble, écoutant les conseils, observants leurs habitudes de travail basées sur l’expérience

    4. douar

      Je n’étais pas au courant: il y a d’ailleurs des réunions de prévues dans le coin entre « citoyens » (« nous voulons des coquelicots ») et des agris et des élus la semaine prochaine. sur le « problème » des « pesticides ».
      Je mets beaucoup de  »  » car ce sont les éléments de langage classique pour chauffer les foules.

      Dans le 44, il y a eu de nouvelles élections pour la Chambre d’agriculture: et là, grosse catastrophe planétaire, la Conf’ (syndicat écolo compatible, qui sert d’idiot utile) qui avait gagné à 2 voix près (vote invalidé car irrégularité), s’est fait laminé par la FDSEA et pas qu’un peu.
      Le Conseil Départemental 44 est extrêmement chagriné du résultat qui ne va pas dans le sens du progrès.

        1. Higgins

          Oui. 30 ans après la chute du bloc communiste, l’Immonde diplomatique n’a aucune honte à titrer « L’Allemagne de l’est a été annexée par l’Allemagne de l’ouest! » ( https://www.monde-diplomatique.fr/2019/11/KNAEBEL/60911 ). Sur une radio, j’ai entendu: « Il est normal que la Pologne ait été occupé par les soviétiques car c’était un pays fasciste! ».

          Les cons, ça ose tout, c’est bien connu. Ça rejoint une conversation très récente (jeudi) où il était question de l’absence de contradiction portée aux théories les plus stupides et/ou saugrenues (type écriture inclusive).

      1. carpe diem

        douar : j’ai entendu parler de l’association « nous voulons des coquelicots », je ne sais pas ce qu’il va en sortir. L’inquiétude face aux pesticides est compréhensible, nous voulons tous manger sain et respirer un air pur, mais dans le dialogue constructif, dans le respect, sans insultes et sans haine. Nous payons le prix fort d’un période où l’on a balancé tout et n’importe quoi dans nos campagnes, Bien entendu, les politiques corrompus ont préféré servir la soupe aux grands groupes chimiques que protéger leurs concitoyens, la soupe est bonne ! Ici, dans la vallée maraîchère de la Loire, nous serions, selon les écologistes en zone noire. Où est la vérité dans un monde où l’information est sans cesse biaisée, qui faut-il croire? j’arrive de l’enterrement de ce malheureux,que de dignité dans le discours de son épouse! Une absence totale d’animosité, des paroles toutes en nuances et en intelligence. j’espère que chacun a réfléchi aux conséquences de ses paroles dans cette église pleine à craquer. Quand le cercueil est passé, on aurait pu entendre une mouche voler, comme si nous pensions tous « et si c’était moi? ». Bisous à tous.

        1. sam player

          Merci pour ce témoignage.

          Imaginons que les pesticides aient l’impact suivant sur nos vies :

          – 2 ans de réduction d’espérance de vie à cause de l’empoisonnement

          – 10 ans d’augmentation de l’espérance de vie grâce à la diminution du coût (tout le monde mange à sa faim pour un coût modique et stable), de la conservation des aliments, de la variété des produits offert en toute saison (pas de pénurie) et que sais-je…

          Bah globalement ce serait positif… et ça l’est vu le solde d’augmentation de l’espérance de vie… dont une grande partie est due à l’alimentation, surtout en bas âge, puisque l’amélioration de l’espérance de vie est surtout en rapport avec cette catégorie et vient surtout de l’alimentation (il y a 5 siècles, ceux qui arrivaient à passer le cap des 3 ans puis 25 ans allaient facile jusqu’à 60-70 ans et ce n’était pas des crève la faim et ce n’était pas les soins médicaux qui les prolongeaient ainsi)

    5. Nemrod

      Courage.
      Ses assassins n’auront aucun remords…

      Je voie arriver aussi ces néo ruraux donneur de leçons qui ne distinguent pas une perdrix d’une mésange et dont les chiens errants causent des dommages énormes.

      Aucune discussion possible hormis le rapport de force.

      Quand le prix à payer de la destruction de nos modes de vie est trop lourd, pas certain qu’ils tiennent.

  10. Elie

    Il y a heureusement d’autre moyens de combattre la pollution : faire payer des amendes aux agriculteurs à coup de milliers d’euros en raison des nuisances olfactives causées aux voisins-de-la-ville venus s’installer à la campagne pour y trouver un peu de … quoi au juste ?!
    Laissons le sarcasme de côté : l’économiquement ignorante que je suis (nous vivons une époque merveilleuse : il suffit de déclarer « j’assume ! » pour que nos tares soient excusées 🙂 ) tente une timide hypothèse : on essaye en France de se passer des hydrocarbures parce qu’il nous faut les importer massivement depuis des Etats droits-de-l’hommement peu fréquentables alors, quitte à polluer, autant que ce soit une pollution maison, droit-de-l’hommement plus acceptable, et qui ne nous transforme pas en clients dépendants de leurs fournisseurs extérieurs.
    Rikidules billevesées ?

    1. Pythagore

      Ni les éoliennes ni les batteries ne sont construites en France et même si elles l’étaient les matériaux viennent d’ailleurs (chine, amérique du sud,… voir les articles mis en lien par H16). L’indépendance aux fournisseurs extérieurs n’est donc pas possible.
      L’extraction de ces matériaux est très polluante, et de fait la pollution est chez les autres (voir également article en lien).
      La seule chose qui a du sens, c’est le nucléaire, mais le nucléaire, c’est pas bien, for whatever reason.

  11. Elie

    #Gosseyn, merci de m’avoir fait passer un bon moment
    « À Paris, vous pouvez avoir une poule à domicile, faire tenir plusieurs ânes dans un salon, mettre un bœuf sur le toit, faire de la cuisine électorale bio, engraisser les rats et les pigeons sur le domaine public, produire des canards bobos, loger des chevaux de retour dans des hôtels particuliers … Métro, c’est trop « 

  12. Elie

    #Taisson
    « Les flâneurs et autres bobos occupent la surface débarrassée des autos, ils se déplacent sur de courtes distances en flânant…A pied ou en trotinette.

    Et ceux qui sont pressés, ce sont les grouillots de toutes sortes qui viennent de loin faire tous les travaux pénibles ou désagréables à leur place… »

    Je n’avais jamais envisagé les choses ainsi, ça commence à ressembler à la Metropolis de Fritz Lang ?

  13. Elie

    Pourquoi est-ce qu’on ne ravitaille pas Paris la nuit gràce au métro, à l’heure où il est fermé aux usagers ? Si on a pu installer des ascenseurs, on peut aussi installer des monte-charges conséquents ? Ça éviterait la circulation de camions le jour.

          1. MCA

            La ligne 13 est une ligne dont la fréquentation est renommée, preuve en est quand je l’emprunte pour aller à la Gare Montparnasse alors que je me rends dans mes Charentes Maritimes tout en passant par Poitiers, ville remarquable par la qualité de ses habitants dont les éloges ̶c̶o̶s̶m̶i̶q̶u̶e̶s mondiales ne sont plus à faire… ;o)))

    1. Aristarkke

      La nuit sert à la maintenance du métro, enfin officiellement.
      NKM qui avait eu cette brillante idée lors de son concours d’accès à la mairie de Paris, s’était fait dezinguer, également aussi à cause d’idées farfelues, genre transformer les stations de métro en boîte de nuit…

  14. durru

    HS : https: / /www.cnbc.com/2019/11/22/airbnb-coo-belinda-johnson-to-step-down.html
    Que font les féministes ? En même temps, c’est pas en français que vous allez lire tous les détails de son argumentaire. Ouf ! L’honneur est sauf, on a eu chaud.

  15. Elie

    @ Dr Slump, je ne pensais pas aux wagons du métro ! Mais aux rails, qui peuvent accueillir des wagons de marchandises. Les voies ferrées ont bien ce double usage.
    @ Aristarkke, je suppose que ce ne sont pas toutes les infrastructures du métro qui sont en maintenance la nuit ?

      1. Citoyen

        Pas si sûr ! … Il suffit de remplacer les wagons, par les plateformes qui peuvent porter la même charge. Et la plateforme « équivalent wagon » pourrait porter 15 tonnes sans problèmes, sinon bien plus ….
        Reste à disposer de monte-charges au niveau des rues, en quantité suffisante, qui pour l’instant n’existent pas, pour charger/décharger …

        1. Dr Slump

          Tout ça ne semble pas très pratique ni très économique. Comme Sam je pense que vouloir donner 2 fonctions différentes à un même objet est une fausse bonne idée, l’une des fonctions aura ne serait-ce qu’une seule caractéristique qui fera obstacle au bon fonctionnement de l’autre fonction, ou alors l’utilisation d’une fonction finira par dominer l’autre, qui finira par être inutilisée.

          1. Citoyen

            Non, non, Dr Slump, il ne s’agit pas de « donner 2 fonctions différentes à un même objet » … Désolé, ça doit être le mot « remplacer » qui est ambiguë … Il s’agit d’avoir des rames équivalentes, aux rames voyageurs, avec des plateformes en lieu et place des wagons …
            C’est certainement plus clair dit comme ça …
            Ce qui permet de rentabiliser mieux, l’infrastructure (le tunnel), aux heures sous utilisées.

            1. Dr Slump

              J’ai bien compris, mais pour charger et décharger les marchandises, tu ne vas pas pouvoir faire ça dans les stations souterraines, ce serait un non-sens à tous points de vue (logistiquement, déjà, euh… non), donc seulement dans les gares à l’air libre, essentiellement à l’extérieur de Paris, d’une banlieue à l’autre en fait. Ca réduit considérablement la zone de chalandise, et donc économiquement ça perd beaucoup d’intérêt. Le métro de Paris est fait pour le transport du bétail humain épicétou.

              Et pi y’a déjà des trains et des gares pour le transport de fret, et malgré tout le transport par camion reste prédominant. Ce n’est peut-être pas par hasard?

              1. Citoyen

                Hé hé , il faut suivre un peu, Dr !! … Elie, a évoqué plus haut des monte-charges. C’est là-dessus que j’ai embrayé.
                Oui, il existe des monte-charges, dédiés certainement à la maintenance. Mais pas nécessairement où il faut stratégiquement, pour être suffisamment intéressants dans l’usage proposé. Et de plus, il faudrait qu’ils permettent de charger un format palette, ce qui n’est pas garanti, et accessibles de la rue. Donc, il faudrait « créer » ces monte-charges aux endroits stratégiques (les quartiers où il a beaucoup de commerces), ce qui n’est pas une mince affaire ! … Mais mis à part ça tout va bien … Faut calculer si le jeu en vaut la chandelle …
                Ce sont les stations terminus des lignes (à l’extérieur de la ville) qui servent de quais de chargement/déchargement. Les rames/plateformes promènent les palettes sous la ville. Les quais des stations peuvent servir de quais de déchargement des palettes, quand la marchandise humaine n’est pas là !… Un couloir permet, de la station, de rejoindre le pied du monte-charges. En surface, un charriot-élévateur style « Clark civilisé » (pour la ville) distribue les palettes aux commerces dans un rayon de 300/400m autour du point de sortie …. Et le tour est joué !
                C’est jouable, mais ça à un coût … Et en matière de rentabilité, tout se calcule …

                1. sam player

                  Manifestement tu as trop joué avec tes Lego quand tu étais petit.
                  Tu n’as aucune idée de ce qu’est la logistique et des stockages intermédiaires nécessaires à toutes les étapes de la distribution, ceux (les stockages) en distribution finale diminuant drastiquement, et ni pourquoi dans le transport ce sont les derniers km qui coûtent le plus cher depuis des entrepôts de centaines de milliers de m2.

                  Ce que tu énonces est complètement à rebours des modes de livraison et consommation actuels qui exigent souplesse, flexibilité et tolérance que seul du N2N est à même de satisfaire.

                  C’est aussi à rebours des modes de déplacement qui s’étendent de plus en plus en dehors des plages conventionnelles. Il ne leur reste plus que 4h actuellement (1h-5h) pour faire la maintenance de nuit à la RATP. Ça fera pareil qu’avec le transport de marchandises par la SNCF : en cas de problèmes et de conflit de moyens voyageurs-marchandises, c’est la marchandise qui en fait les frais et les wagons sont stockés sur des voies de garage en pleine cambrousse…

                  Même dans un monde idéal avec un système dédié complètement indépendant de la RATP ça ne fonctionnerait pas… alors en partageant des équipements et forcément personnels en commun avec la sus-dite… même pas la peine d’en parler…
                  ——-
                  Ça me rappelle un truc:
                  Dans les années 2000 les producteurs d’eau minérales et de sources faisaient transporter leurs palettes par le rail… Au cours d’une canicule (et certainement une grève y attachée) il n’y a pas fallu 6 mois pour que tous ces transports soient redirigés définitivement vers la route, le rail étant trop rigide pour x raisons structurelles, réglementaires, politiques et syndicales.

                  1. sam player

                    « Nous avons le regret de vous informer que vous ne trouverez pas votre glace préférée Ben & Jerry’s Chocolate Fudge Brownie en rayon car il y a eu un malaise voyageur sur la ligne 1 »

                2. Dr Slump

                  Ah oui, et puis un autre détail: le transport de marchandises ne se ferait pas de jour, si? Au milieu de la cohue des passagers, avec les chariots-élévateurs, les monte-charge en bout de quai, les palettes, où? Ou alors ils vont construire de nouvelles stations dédiées… ça coûte pas cher… Non? … donc la nuit?

                  Ah bah c’est évident, les commerçants vont ouvrir le rideau et réceptionner leurs marchandises entre minuit et 5h du matin, ‘sont vaillants les commerçants… ou sinon z’ont qu’à recruter du personnel de nuit… ça coûte pas cher!
                  Les fausses bonnes idées, ça se transforme vite en piège dissonant on dirait 😛

                  1. Citoyen

                    Ha ha ! Vous embrayez comme s’il y avait avis de tempête … il ne s’agit que hypotyposes, pour diminuer les flots de camions en centre ville. Y a pas péril en la demeure …
                    Déjà, comme l’a dit très justement le Gnome plus haut, « confier ses marchandises à la Retape, faut être vachement optimiste », et donc pour imaginer du possible, dès le départ, il faut surtout penser à une vrai entreprise, et pas à la Retape …

                    @Dr Slump
                    Ben oui, et j’ai souvent vu ça, bien des commerces de centre ville (à Paris) se font livrer la nuit, parce qu’il est quasi impossible de circuler et de boucher les rues le jour. Faut croire qu’il s’arrangent pour trouver le temps, et les personnes qu’il faut pour ça. Les livraisons, la nuit, ça à toujours existé.
                    Et mieux encore, pour l’alimentaire, quand les halles étaient dans Paris, ça ne se faisait quasiment que de nuit … il y avait d’ailleurs pas mal de bon restaus tout autour qui en profitaient (j’en ai connu qui méritaient le déplacement, et qui étaient encore là, alors que les halles n’y étaient plus).
                    Mais dans le cas présent ce n’est pas vraiment d’alimentaire qu’il s’agit.

                    @SP
                    Pour la chaine du froid, inévitablement, il y aura toujours besoin de camions frigo en surface … Mais, je n’ai parlé que de palettes …
                    Sinon, pour la chaine logistique, il n’y a pas d’hyper, ou supermarché, de l’alimentaire dans le centre de Paris. Le problème est relativement différent. Il y a surtout une myriade de petit commerces, dont beaucoup (ceux de l’alimentaire), comme les restaus, vont s’approvisionner eux-mêmes à Rungis (la nuit, bien sûr).
                    Non, dans le centre ville, il y a surtout des boutiques de petites taille, ou de taille intermédiaire, de fringues et autres babioles, qui sont souvent livrées dans des cartons filmés sur des palettes. C’est surtout ça, qui peut être intéressant de manipuler, comme avancé dans l’hypothèse.
                    Les stockages intermédiaires se font toujours hors de la ville, c’est déjà le cas.
                    Attention, je n’ai pas dis que c’était une solution miracle, mais que c’est possible …

                    1. Citoyen

                      Holà ! Le clavier, ou le correcteur, à dérapé !… c’est « d’hypothèses » et pas « hypotyposes » qu’il s’agit !

                    2. Dr Slump

                      Ouais je vois ça d’ici, les commerçants vont envoyer leur grouillot, avec le chariot, chercher les palettes au monte-charge de la station de métro la plus proche, ce qui peut faire loin hein… ah non, ce sont des véhicules légers qui vont le faire? de la station au commerçant?
                      Et on ne sait toujours pas comment les marchandises vont circuler dans le métro souterrain, pendant leur transit jusqu’aux commerçants. Ca me dépasse que tu ne comprennes pas l’usine à gaz invraisemblable que cela serait.

                    3. sam player

                      Tu ne vois pas l’utilité de stockages intermédiaires car tu raisonnes comme si ça allait tout fonctionner en FIFO parfait depuis le déchargement.

                      En fait il te faudra pas loin de 3 jours de stockage dans chaque station, avec des palettes non gerbables, car on ne vit pas au pays de la théorie…

                      Sinon, les produits frais représentent 40% des volumes dans les Monoprix…

                    4. Citoyen

                      Avec un peu de retard …
                      Si, si, SP, j’ai dis plus haut, qu’il faut un (des) centre(s) de stockage intermédiaire (juste le temps d’organiser le transport vers le client) (stockage, ou plutôt dispatching) hors de la ville. L’idéal, serait qu’une ligne (du métro) soit prolongée jusque là (mais là, faut pas rêver, … ne serait-ce que pour le coût !).
                      Mais, ce(s) centre(s) est le dernier lieu de stockage jusqu’au client final. Oui, c’est du FIFO, et au delà aussi, ou équivalent, au moins sur les plateformes de transport. Si les palettes posées sur un même plateau, sont destinées à servir plusieurs stations, il faut bien que les palettes soient chargées, de sorte que les premières à pouvoir sortir, soient les dernières chargées (D’ailleurs là, sur les plateaux, ce n’est plus du FIFO, mais du LIFO). Toute palette qui sort du centre, est affectée pour un client, et va directement chez lui. Il ne peut pas y avoir d’autre stockage intermédiaire avant le client (sinon « quelques minutes » sur le quai, le temps de charger/décharger… et pas 3 jours !). Tout est fait en amont.
                      Pour ce qui est des produits frais Monoprix, c’est un cas particulier, puisque je crois qu’ils ont leur propre service logistique avec leur flotte de camions (on en voit passer avec Monoprix marqué dessus). Mais si les produits sont emballés en cartons, et gerbés sur palette, ça peut très bien passer par ce circuit, aussi.

                      Cela dit SP, nous ne faisons là, que nous amuser à étaler des idées, sur le domaine du possible … Mais bon, nous n’allons pas faire toute l’étude ici, d’une part ce n’est pas le cadre, et nous ne sommes pas payés pour ça !… S’il y en a que ça intéresse, qu’ils reprennent l’idée pour faire joujou … D’autant que, pour ce qui est de concevoir des trucs et des machins, j’ai déjà beaucoup fait dans le passé, ça faisait partie de mon job … les discutions interminables, m’amusent moins …
                      Quant au Dr, nous avons un souci. Vu ses questions, je pense qu’il n’a pas tout lu, puisqu’il donne l’impression d’être un peu à côté. Ce qui nous propulse sur une autre planète …
                      Dr, SP a des objections, qui se discutent, et demandent des réponses, mais je vois qu’il a compris, lui. C’est donc que ça doit être suffisamment clair, au moins pour lui … Je ne vois qu’une solution Dr, c’est de tout relire, à tête reposée …

                    5. sam player

                      Citoyen 2h59

                      A chaque étape logistique IL FAUT un stockage intermédiaire et il en faut un lors du déchargement final des rames et pas un petit (3 jours) : c’est le B-A-BA de la logistique.

                      Ton LIFO au niveau du chargement / déchargement, ou le FIFO pour l’évacuation, c’est de la théorie et ça ne marche jamais : le moindre souci et tu plantes tout le système.

                      En insistant là dessus, tu cours à la catastrophe industrielle : la logistique c’est un métier et non la distraction d’un ado boutonneux derrière son écran.

                      Je passe aussi sur le fait qu’il faut des systèmes redondants, des by-pass, des systèmes taillés pour soutenir 2 à 3 fois le volume initial etc…

                    6. Dr Slump

                      Eh, Citoyen, ce n’est pas parce que je n’emploie pas le vocabulaire technique de Sam que je n’y comprends rien, et en fait c’est toi qui reste à côté de la plaque en ne répondant pas aux questions concrètes que je te pose, et qui rejoignent celles de Sam.
                      Il y a plein d’étapes où ton projet coince, mais tu ne fais que chercher à prouver ta théorie en employant les hypothèses de ta propre théorie… exemple:

                      « Toute palette qui sort du centre, est affectée pour un client, et va directement chez lui. »
                      Directement? Genre, le métro s’arrête devant son magasin? Non bien sûr, alors comment se fait le trajet depuis la station de métro jusqu’aux différents destinataires? Sachant qu’il aura fallu décharger de la rame de métro, charger dans le monte-charge, décharger du monte-charge, et puis, de là, encore charger… Tandis qu’en camion, tu charges depuis le centre logistique le plus proche de la ville, tu fais ta tournée pour livrer directement les destinataires à leur porte, sans passer par toutes les étapes intermédiaires et les monte-charges que tu élucubres.

  16. Elie

    J’ai lu toutes les idées diverses et variées proposées par NKM pour réhabiliter des stations de métro laissées à l’abandon, mais je n’ai rien trouvé concernant du transport de marchandises sur les lignes en fonction : un lien SVP Aristarkke ?

  17. Alex

    N’ayant pas les moyens d’avoir un véhicule (crédit, entretien, CT encore plus « pointu », assurance) je suis très satisfait effectivement de prendre les transports en commun.

    La ville où je vis est plutôt bien desservie et pas trop bondée et pas de métro. Etonnamment, je me sens plus libre en TC que je ne pouvais l’être en voiture.

    1. sam player

      Le genre de personne qui se réjouit de ne pas avoir de véhicule mais qui va te demander de le transporter exceptionnellement tous les 15 jours vers un endroit non desservi par les transports en commun ou pas aux bonnes heures ou avec un colis encombrant ou…

        1. Elie

          Chez nous, c’est un véhicule pour un foyer, cela représente déjà un certain coût ! Vu toutes les galères que mon conjoint a tous les jours pour aller au boulot / en revenir (entre les accidents et le bouchons), j’avoue que je me sens relativement mieux lotie quand même avec les transports en commun : je mets plus de temps, mais je me prends moins la tête… en dehors des périodes de grève (je redoute le mois de décembre qui arrive) et lorsqu’il n’y a pas de panne. J’ai la chance de ne plus prendre le rer B cette année, c’est déjà ça ! Les bus sont plus fiables.

        2. Alex

          Et alors, ça n’invalide en rien ma réjouissance. Quant à la nuit, je sors fréquemment, et la ligne de bus offre un service de nuit sous-traité par les taxis locaux, ben oui sinon, y aurait clash. donc je suis totalement indépendant de 00h00 à 23h59 dans la VILLE.

          A partir du moment où je dois m’en éloigner, de rares cars sont trop restrictifs. Si il y a grève, ben oui je suis baisé, si y avait plus de nourriture, tu ne pourrais plus manger, oh comme c’est étonnant!!

          Je peux aussi louer une voiture pour un long trajet, c’est possible. je peux aussi invoquer le covoiturage en donnant une contribution pour l’essence.

          Donc ps la peine de venir faire de la moraline à deux balles avec tes grands sabots.

          Après pour les riches vivant dans des bleds paumés pour être tranquille (toute ressemblance avec des participants ici serait purement fortuite) effectivement, la voiture est indispensable.

            1. Alex

              Corrompu, mais quel crétin. Je paie un service qui me satisfait, point.
              Le mec qui vit à la campagne est dépendant de sa caisse, que ça te plaise ou non 🙂

              1. sam player

                « Je paie un service qui me satisfait, point. »

                Euh non… tu en paies maximum 25%… et tu es acheté pour les 75% restant… pose toi la question : qui paie le reste, comment et pourquoi.
                Et tu verras que c’est exactement les mêmes raisons qui font qu’un employé ou un politique est corrompu.
                ——
                Manifestement dans ton dernier paragraphe tu ne te rappelles même plus ce que tu as écrit : que vient faire riche avec campagne et voiture…?

                1. Alex

                  Je ne comprends pas : qui paie le reste, la ville ? En quoi cela fait de moi un corrompu ?

                  Pour la campagne, souvent ce sont des maisons, souvent ce sont des proprios. N’est pas proprio qui veut. Donc beaucoup de personnes vivant dans les campagnes dans de belles maisons sont pour la plupart des gens aisés.
                  Je ne fustige pas mais c’est un constat : et je reprends ton exemple : tu pars pour le taf, t’habites en campagne, tu tombes en panne, toi aussi tu devras appeler quelqu’un pour venir te chercher ?

                  C’est cette dépendance là que je décrivais.

                  1. durru

                    Oui, la plupart des transports en commun, notamment en France, sont grassement subventionnés. Et les habitants (pas forcément tous, mais une large majorité) qui en profitent tendent à être reconnaissants à l’équipe en place pour leur avoir mis à disposition des TC « pas chers » et « pratiques ».
                    Le fait est que, dans de nombreuses villes, ceux qui travaillent ne peuvent pas s’en servir ou alors c’est en acceptant de consommer beaucoup plus de temps que s’ils utilisaient leur propre voiture. Mais les maires s’en foutent : ils offrent un transport pas cher et pratique à leur clientèle : RSA, étudiants, retraités pauvres, etc.

                  2. sam player

                    Alex 17h46

                    Imagine que je me présente dans ta commune en disant que dès que je serai élu, les usagers des transports en commun deviendront des clients et paieront le prix complet, soit 3 à 4 fois le prix actuel et le taxi couic… et plus aucune subvention…
                    Tu votes pour moi ?
                    Non… bah c’est que mon adversaire, qui lui va continuer à subventionner, t’aura acheté… et donc tu es corrompu…

                    La campagne : des gens aisés ?
                    Manifestement une vision due au rayon d’action de tes transports en commun.

                    1. Alex

                      Et pourquoi tu couperais les subventions en tant qu’élu ?

                      Je te demanderai comment tu comptes utiliser le gain obtenu.

                    2. Le gain ?
                      Le Gain ?
                      LE GAIN ?

                      Mais bordel, c’est pas un gain, c’est de l’argent qui n’est pas tiré de ta poche. C’est une non perte, ça, pas un gain. Quand je te laisse un œil au lieu de t’en crever deux, tu as gagné un œil, dans tes mathématiques, c’est ça, j’ai bon ? Et là, ta question revient à « Et qu’est ce que tu vas faire avec l’oeil que je ne t’ai pas crevé ? Tu vas te retrouver comme un con à ne pas devoir acheter de canne blanche ! »

                    3. sam player

                      « Et pourquoi tu couperais les subventions en tant qu’élu ? »

                      Euh… pour que chacun paie ce qu’il coute et pour baisser les impôts…

                      «Je te demanderai comment tu comptes utiliser le gain obtenu. »

                      Le grand retour de la cagnotte fiscale hi hi du temps de Rocard je crois : comment va-t-on dépenser l’excédent ! 
                      Une idée : en ne prélevant pas !

                      C’est marrant que tu ne fasses pas le lien entre subventions et taxes/impôts alors que cet argent vient de là…

                    4. sam player

                      Je l’avais ratée celle-là :

                      « Et pourquoi tu couperais les subventions en tant qu’élu ? »

                      Euh… parce que c’était mon programme et que j’ai été élu !

                      Tu ne voudrais quand même pas que je ne tienne pas mes promesses… oui je sais c’est suranné…

                  3. Aristarkke

                    Les transports en commun sont à charge des régions administratives qui les organisent et les financent. Tout le monde dans la région paie donc des impôts à usage de ceux qui ont des TC.

                    1. Aelil

                      @Alex 20h01 (et autres):
                      Plusieurs points:
                      Déjà le prix des transports est comme indiqué massivement subventionné => Tou le monde paie (y compris probablement un peu toi, mais c’est raisonnable si tu en es utilisateur).
                      Si cette subvention n’était pas prélevée d’office, tu aurais donc plus d’argent sur ton compte mais un transport plus cher (et en tant qu’utilisateur tu serais probablement perdant, ou plutôt non gagnant), si tu entends maintenir cet avantage, tu entends donc maintenir un intérêt PERSONNEL (ce qui se comprend tout le monde est comme ça) mais certainement pas général (celui qui ne prend pas le transport en communs n’a aucun intérêt à les financer, et toi ême tu ne voteras probablement jamais pour quelqu’un qui te retirerait cet avantage). Et quand tu votes pour celui qui te paie ton ticket avec l’argent des autres, c’est quoi si ce n’est pas de l’achat de voix ?
                      Que les transports en communs répondent à un besoin, c’est probablement le cas sinon ça n’existerait pas. Mais ce n’est pas une raison pour faire payer TES besoins par les autres. Sinon en suivant la même logique j’aimerai bien qu’ON me paie ma maison… :p
                      Enfin les proprios riches à la campagne, je ne sais pas si tu es un peu au courant mais le prix n’est pas du tout le même, en région parisienne ou grande ville tu peux vite être à 200000 euros pour un appartement pas trop grand, mais à la campagne tu peux te dégoter une maison pour le prix d’un (belle) voiture (j’ai déjà vu moins de 60000 euros), les conditions de crédit étant bien plus simples pour l’immobilier. Bref propriétaire ne veut pas dire riche.
                      Il faut juste comprendre que tout le monde n’est pas dans la même situation => C’est pour ça que toute solution collective imposée cause du malheur (il y a forcément des perdants).

                    2. Pythagore

                      « C’est pour ça que toute solution collective imposée cause du malheur (il y a forcément des perdants). »
                      Ben non, l’état fait rendre gorge aux riches qui payent le transport pour les pauvres, et ils ont tellement de pognon, ca change pas grd chose pour eux.
                      J’ai bon ?

                  4. Pheldge

                    « qui paie le reste, la ville ? » et d’où tire-t-elle le pognon, d’après toi, gros malin ? des impôts et taxes payés principalement par « les riches » vu que la TF c’est pour les proprios, et que la TH c’est selon tes revenus …
                    Donc, ton transport en commun est financé au 3/4 par ces salauds de riches que tu vomis à longueur de commentaire.

                    Et si tu affirmes aujourd’hui être « très satisfait de ta vie », j’en suis heureux pour toi, mais j’ai encore en mémoire tes lamentations sur « les actionnaires qui se gavent » sur le dos des salariés, malgré les tonnes d’explications et de conseils donnés ici.

                    1. Aristarkke

                      Dans la chaîne des coûts de l’entreprise, les actionnaires sont ceux qui paient en premier à la naissance… et ceux qui se paient en dernier sur la marge brute après le passage de tous les autres…

                    2. Alex

                      Bah oui, les actionnaires se gavent. Mais ça m’empêche pas d’apprécier ma vie.
                      En termes de subvention, j’aimerais bien connaître le montant. Et c’est bien le but d’une collectivité non ?
                      Permettre à tous de pouvoir devenir usager des TEC ?
                      Si tu multiples le tarif par 4, ça ferme l’usage à bin nombres de personnes notamment les plus pauvres.
                      Donc oui, les non usagers « participent » à un truc qu’ils n’utilisent pas. Mais peut-être qu’un jour ton gosse l’utilisera ? Et tu serais content que ce ne soit pas trop cher ?

                    3. Les transports en commun sont une absurdité économique et écologique.
                      Fouille un peu pour voir le taux moyen d’occupation des bus et des trains, c’est comique.

                      L’aspect « pas trop cher » est une illusion entretenue facilement : le coût immédiat (du ticket) est faible. Le coût caché (subventions) est énorme, et dilué dans les masses considérables de ponctions diverses. L’illusion ne fonctionne que parce qu’on entretient les gens dans l’inculture économique crasse. Les ignares économiques sont indispensables à la sociale-démocratie et au socialisme.

                    4. Aelil

                      @Alex 9h55:
                      « Bah oui, les actionnaires se gavent. »
                      Des chiffres ?
                      Non parce que des actions tu peux en trouver àmoins de 10 euros si c’est vraiment génial :p
                      Comme ça tu deviens un méchant actionnaire qui se gave, et vu que tu es probablement un mec sympa (malgré tout) tu peux reverser les dividendes à une association caritative afin d’aider les plus démunis (et tu utilises les défauts du capitalisme pour améliorer le monde selon tes idéaux). Elle n’est pas belle ma solution ?
                      « Et c’est bien le but d’une collectivité non ?
                      Permettre à tous de pouvoir devenir usager des TEC ? »
                      Non, c’est à la limite le but d’une mutuelle (de mutualiser), la collectivité se limite à encadrer le « vivre-ensemble » en définissant quelques règles qui pour la plupart sont le simple savoir-vivre.
                      « Si tu multiples le tarif par 4, ça ferme l’usage à bin nombres de personnes notamment les plus pauvres.
                      Donc oui, les non usagers « participent » à un truc qu’ils n’utilisent pas. Mais peut-être qu’un jour ton gosse l’utilisera ? Et tu serais content que ce ne soit pas trop cher ? »
                      Si un jour mon gosse l’utilise, je pourrai payer avec tout ce que je n’aurai pas payé immédiatement, placé en action et dont le rendement… :p
                      Une nouvelle fois, tu trouves donc logique de financer ma maison ? Après tout elle je l’utiliserai de façon sûre, en plus avec les coûts de l’immobilier à Paris les plus pauvres n’y ont pas accès, ce qui correspond exactement à l’idée que tu présentes.
                      Un mec a dit un jour « there is no free lunch », c’est ça qu’il faut bien comprendre, tu trouveras toujours des raisons géniales pour justifier le partage (parce qu’après tout c’est souvent placé comme une valeur), mais pourquoi ne pas te soucier de l’efficacité (à l’extrème tu paies même plus cher que juste le service dont tu as besoin, même en étant usager, du coup « les plus pauvres » auraient accès à plus adapté pour moins cher sans transport en commun, c’est paradoxal non ?) ?
                      Comme h16 le marque les taux de remplissage sont en général très bas, ce qui veut bien dire qu’on facture à tout le monde un service finalement inutile (faire rouler un bus à vide tu trouves ça vraiment utile ?)…
                      Si l’argent prélevé de force pour financer ça ne l’était pas:
                      – Les usagers auraient plus de moyens, y compris peut-être pour utiliser des transports qui ne soient pas en commun.
                      – Des entrepreneurs dégageraient des fonds pour par exemple améliorer les modèles existants (moyens de transports moins chers, moins polluants etc etc…). La démocratisation de la voiture se doit à l’époque en grande partie à Ford qui en a baissé le prix.
                      Comme disait l’autre il y a ce que l’on voit et ce que l’on ne voit pas. Ces coûts dilué ayant l’art de ne pas être vus.

                    5. Opale

                      @Alex 27 novembre 2019, 9 h 55 min

                      « Si tu multiples le tarif par 4, ça ferme l’usage à bon nombres de personnes notamment les plus pauvres. »

                      Si tu donnes à chacun son salaire complet, le BRUT, pas le net sur lequel l’État se gave pour payer les bus quasi-gratuits, les crèches gratuites, les PMA gratuites et les universités gratuites, ben tu pourrais largement te payer tes tickets de bus même 4 fois plus chers. Et tu pourrais t’acheter plein d’actions capitalistes, et à la fin, peut-être même que tu te paierais le LUXE d’une bicoque à la campagne. 😀

                      Chaque mois, il me manque en moyenne entre 1700 et 1900 euros, entre le salaire brut et le net. Ne penses-tu pas qu’avec 1700€ de plus par mois, 20 000€ PAR AN, je pourrais faire ce que je veux ? Si seulement je pouvais les économiser, au lieu de nourrir l’État qui ne pourvoit aucun de mes besoins (je travaille, pas de gosses, j’ai ma voiture, j’ai payé mes études supérieures avec un crédit, dans une école privée)… depuis 14 ans que je bosse, j’aurais pu amasser un sacré petit pécule, idéal pour la retraite que je ne toucherai probablement jamais, même si je cotise ! Et ce, sans parler de faire des économies. C’est juste le fruit de ton travail.

                      Petite question, ton point de vue m’intéresse : Bernard Arnault paie plus d’un milliard d’impôts par an, c’est assez ou pas encore, selon toi ? Tiens, on fait quoi en France, avec un Milliard d’€?…

                    6. Alex

                      J’ai contacté le service Bus/tram de ma ville. j’ai envoyé un mail pour savoir si il est possible de connaître le montant des subventions allouées par l’Etat pour pouvoir parler concrètement de chiffres.

                      Comme ça, on saura exactement le montant.

                    7. Opale

                      @Alex 27 novembre 2019, 16 h 22 min

                      A Opale:
                      Patrick Mulliez pour une année a payé 135 euros pour 1 millions d’actifs, c’est suffisant tu penses ?
                      Mr Arnaud paie 1 milliards pour une fortune à 200 milliards. Il s’en sortira ^^

                      Merci d’avoir répondu sur le fonds de mon commentaire, comme d’hab dans ce genre de cas on évite bien soigneusement, quand on ne sait plus quoi répondre.. En l’occurrence, pour rappel et pour les aveugles qui nous lisent, je parlais du revenu brut qui était spolié avec un différence significative sur le fruit du travail.
                      Je ne parle même pas du contenu de ta réponse, H s’en est chargé.

                      Et sinon pour la suite, je demandais très précisément :
                      « Petite question, ton point de vue m’intéresse : Bernard Arnault paie plus d’un milliard d’impôts par an, c’est assez ou pas encore, selon toi ? »

                      Répondre « il va s’en sortir » ne répond pas à ma question. Est-ce assez, un milliard d’€ d’impôts ?

                  5. Higgins

                    @Alex 20h01

                    La Spoliation légale, si bien décrite par Bastiat, est à la base des subventions: « l’État se résume à une vaste machinerie conçue délibérément dans le but de s’emparer de la propriété de certaines personnes, sans leur consentement, afin de la transférer à d’autres. » (https:/ /www.contrepoints.org/2013/02/16/115004-frederic-bastiat-sur-la-spoliation-legale et http:/ /bastiat.org/fr/spoliation_et_loi.html).
                    Lutter contre les subventions, c’est lutter contre cette spoliation.

                    1. Aristarkke

                      On aimerait lire les textes que la redistribution actuelle lui inspirerait inévitablement. Là, il était sous la IIme République avec une redistribution encore embryonnaire..

                    2. Alex

                      A Opale:
                      Patrick Mulliez pour une année a payé 135 euros pour 1 millions d’actifs, c’est suffisant tu penses ?
                      Mr Arnaud paie 1 milliards pour une fortune à 200 milliards. Il s’en sortira ^^

                    3. Sa fortune n’est pas du tout de 200 milliards. Ce sont ses actifs.
                      Ni Bezos, ni Gates, ni Mulliez ni Arnault n’ont un compte en banque avec 25.000.000.000 dessus. Ils ont des actifs, des actions d’entreprises qui sont valorisées à ça, ce qui n’est absolument pas comparable.

            1. Opale

              Je saigne des yeux en lisant une telle connerie. Sûr que sa connaissance du monde réel s’arrête aux extrémités desservies par ses chers TC, comme le dit Sam.

          1. Pheldge

            « la ligne de bus offre un service de nuit » ah, oui, le retour du gratuit, pour cause de « service public » … ou d’intérêt général -son inséparable copain –
            Pour le couplet sur les gros riches qui commentent ici, il est déplacé, Sam te l’a dit, et aujourd’hui, il me gonfle vraiment !
            En général, le mec qui est « plus riche que toi », il a mieux bossé à l’école, ou dans la vie, et il a fait moins de conneries ! Et adresse-toi à tes parents de t’avoir fait comme tu es, mais ne viens pas nous balancer ta haine et ta jalousie maladive à la figure : nous n’y sommes pour rien, dans tes échecs !

            1. durru

              Ah bah voilà !
              C’est pour ça que personne ne prend au sérieux les méchants ultra-turbo-libéraux mangeurs de bébés communistes et tueurs de chatons mignons !

              Au lieu de lui tomber dessus à bras raccourcis en lui disant qu’il raconte n’importe quoi, il vaudrait mieux d’essayer de comprendre le pourquoi du comment.
              Déjà, il est arrivé à lire (assez régulièrement, il paraît) ce blog de la perdition de son âme. Mais, même avec les commentaires, ça ne doit pas dépasser le 0,1% des signaux qui lui sont envoyé quotidiennement et ce, depuis des dizaines d’années. Ce n’est certainement pas avec quelques vérités bien senties et affirmées sur un ton péremptoire qu’il va changer de point de vue, le conditionnement est trop important.
              Si même ceux qui font un minimum d’efforts pour s’en sortir sont traités avec ce même dédain, il faut pas s’étonner qu’on en trouve partout, qu’on vit entourés par des gens ayant ce genre de réflexions/réactions et que, pour finir, CPEF.

              Sans rapport (ou presque), ça me fait penser à l’analphabète fonctionnelle qui voulait devenir présidente en Roumanie et qui a demandé aux électeurs de voter « avec le coeur ». Et devinez quoi, ils ont été environ 33% à le faire… « Monopole du coeur », toussa…

              Et parce que je ne peux pas finir sans pinailler (et provoquer, bien sûr), je ne savais pas que même BlaBlaCar était subventionné.

              1. Pheldge

                Non, Durru, la patience et la pédagogie, ça va un temps ! Alex reste coincé par ses préjugés collectivistes, sa jalousie de ceux qui ont un meilleur sort. Ca fait un bon bout de temps que tout le monde ici, lui cause gentiment, lui donne des conseils, lui explique les failles de ses raisonnements, rien n’y fait.
                Et je te parle pas du temps que h16 a passé à lui répondre, gentiment.
                C’est bien plus confortable, de rendre les autres « la société » responsable de ses échecs, que de les regarder avec lucidité pour voir où on a merdé !
                Alex, fais un procès à tes parents, qui ont manqué d’ambition, et auraient dû, s’ils en avaient eu être riches, et te garantir un avenir de rentier !

                1. durru

                  Je me répète : je ne discute pas le fond, seulement la forme.
                  « Ca fait un bon bout de temps que tout le monde ici, lui cause gentiment, lui donne des conseils, lui explique les failles de ses raisonnements »
                  Et ça fait combien, dans sa vie ? Par rapport à tout le matraquage qu’il a dû subir dès sa plus tendre enfance ?
                  Personne n’est obligé de faire preuve de plus de patience qu’il n’en est capable, certes, mais je reste persuadé qu’un message neutre, voire amical passe mieux qu’une engueulade.
                  C’est d’ailleurs pourquoi j’avais évoqué le « coeur ». C’est le chemin emprunté par les soces et ça marche de tonnerre…

                  Pour tout dire, s’il y a quelque chose qui me désespère vraiment dans notre société, c’est la disparition du raisonnement de tout « débat » public. Et le fait que personne ne semble s’en offusquer.

                  1. Pheldge

                    Durru, vas-y, gêne-toi pas, moi j’ai donné, longtemps, d’autres aussi, h16 a été très patient et pédagogue, pour l’absence totale de résultat que tu peux constater dans ses commentaires du jour.
                    Toujours les mêmes idées gauchistes qui reviennent.
                    Toi que t’as connu le rideau de fer, essaye de lui susurrer une berceuse en communiste 😉

                    1. Alex

                      J’avais pas lu tout ce merdier. Merci Durru pour la compassion, c’est gentil. Pour les autres, je connais mes erreurs, mes échecs et mes manquements et je ne manque pas de dire à mes parents où ils ont merdé.

                      J’ai 39 piges, vous n’allez pas m’apprendre à faire de l’introspection. Vous vivez dans ce blog dans un monde qui n’existe pas, et ce blog est un univers parallèle où vous fantasmez en fustigeant ce vilain monde socialiste.

                      C’est assez pathétique et dès qu’un mec lambda comme moi, qui a des « failles dans son raisonnement », vous vous en donnez à coeur joie, allez-y!

                      Quand vous passerez l’arme à gauche, rien n’aura changé, ce sera même peut-être pire, et ce blog n’y changera rien. Par contre je peux dire un truc: ce blog je le suis car c’est intéressant, je ne peux pas TOUT lire mais j’apprends énormément de choses, mais surtout ma vision sur certains grands sujets (par exemple l’environnement) tend à changer.

                      Mais le désaccord subsiste, et encore heureux, car c’est le désaccord qui crée le débat. ici, c’est plus un laïus collectif j’ai l’impression. Maintenant, je suis conditionné, je manque d’érudition, de logique, de raisonnement de ce que vous voulez, mais c’est ainsi que je suis et faudra faire avec.

                      Malgré son ton parfois méprisant et hautain j’apprécie que H16 prenne effectivement le temps de me répondre car pour lui j’imagine qu’il écrit en soupirant, et levant les yeux au ciel car il doit répéter encore et encore un truc pourtant si évident pour lui.

                      Voilà, je n’ai pas encore lu l’article sur Amazon, mais je vais m’empresser de le lire, on se retrouvera peut-être là-bas ^^

                      Au plaisir… ou pas.

              1. Pythagore

                « Vous vivez dans ce blog dans un monde qui n’existe pas, »
                Les socialistes vivent dans un monde qui n’existe pas, puisqu’ils passent leur tps à légiférer, la 10ème loi corrigeant les effets de bord de la 9ème loi, qui elle même corrigeait les effets de bords de la 8ème, elle-même corrigeant les effets de bords de la 7ème loi……
                Au contraire, bcp des participants (AMHA, si je peux me permettre cette généralisation) de ce blog vivent ds le monde qui existe et n’aspirent pas ni prétendent à contraindre le réel et la nature par la loi pour les faire corroborer à une idéologie ou une utopie.

                    1. Alex

                      Vous avez raison, vous m’aviez cité une fois Hong-Kong comme exemple d’un modèle libéral probant, on parlera plutôt de dystopie.

                      Blague à part, le fait de vouloir un Etat limité aux fonctions régaliennes, un marché qui gouverne tout, c’est une utopie.

                      Et j’ai une question: qu’est-ce qui vous embête avec les cotisations sociales: est-ce le fait qu’elles existent tout simplement ou est-ce l’usage qui en est fait qui vous agacent ?

                    2. « vous m’aviez cité une fois Hong-Kong comme exemple d’un modèle libéral probant »
                      Non plus.

                      « les cotisations sociales: « 
                      Vous avez déjà posé cette question.

                  1. Pythagore

                    « un marché qui gouverne tout »
                    Ah ? Le marché a un gouvernement ? Des représentants ? Des députés ? Un président ? Comment fait-il pour tout gouverner ?

          2. Makalioka

            @ Alex
            Vous parlez à deux reprises de la campagne, en indiquant clairement que les personnes y vivant, propriétaires de leur maison, sont des personnes aisées, riches.
            Je ne sais pas de quelles campagnes vous voulez parler, pourriez-vous développer s’il vous plaît?
            En tout cas, vous gagneriez à venir vous balader dans nos campagnes, à nous, du Nivernais à la Marche, du Berry au Bourbonnais, afin d’évaluer le niveau de vie de la grande majorité des propriétaires;
            vos préjugés de « propriétaires campagnards nantis » prendraient du plomb dans l’aile;
            après, tout dépend où vous placez le curseur du « quidam lambda proprio riche »…

      1. Dr Slump

        Tout juste. Cas typique de piège dissonant. Surtout ne pas s’avouer que ça cause un petit souci d’indépendance tout de même. Non non. Je suis libéré de la voiture. Je suis libre. Ouarf!

  18. lxy

    La France est composée de trois populations 1 – les habitants des centres des grandes métropoles: socialistes, écolos, fonctionnaires, bobos, donneurs de leçon, mondialistes, progressistes, macroniens, ouverts sur le monde etc 2 – les ploucs de province fumeurs de clopes et qui roulent au diesel 3 – les chances pour la France aux marges des métropoles coincés entre les élites et les ploucs.

  19. Citoyen

     » Eh oui : grâce à l’action finement calibrée des pouvoirs publics, l’air est plus pur partout sauf aux endroits où ces pouvoirs publics ont tout fait pour entasser le maximum de population. C’est malin.  »
    Oui, mais « en même temps », c’est pas grave …. Ce sont les gueux qui sont sous-terre, … en compagnie des rats, … pendant que l’élite hors-sol .. pardon, au-dessus du sol, … non, en fait, en lévitation, n’est pas polluée, elle, par la présence des gueux qui leur pollue le paysage … C’est ça qui est important !
    Finalement, c’etait peut être ça le but recherché, et donc, ce serait bien une mission réussie !

        1. Dr Slump

          En fait y’a une confusion: pour les élus, leurs déplacements en taxis sont des transports en commun vu qu’ils sont payés par la communauté, hein…

    1. sam player

      Le gouvernement avait eu, fut un temps, la bonne idée de supprimer les taxes qui ne rapportaient que quelques millions d’euros et dont le coût de recouvrement était forcément trop élevé.

      Là, même avec 1ME récolté on serait loin du compte… alors avec à peine 300,000 ca paye même pas les émoluments de celui qui en a eu la brillante idée… CPEF…

      1. MCA

        A présent ils en sont réduits à « c’est toujours ça de gagné », ça racle vraiment les fonds de tiroirs.

        Je possède un livret d’épargne dont le montant résiduel est de 15E, ils ont accepté un virement de 1 ct d’Euro correspondant à la contribution sur les intérêts.
        J’ai constaté ce 1 ct d’Euro sur l’avis d’imposition, ça dénote bien la mentalité et le niveau de dèche absolu de ce système.

        L’histoire ne dit pas s’ils iront jusqu’à verser un remboursement lorsque les banques appliqueront des taux négatifs sur les livrets d’épargne.

        1. Higgins

          Pour les fonds de tiroir, il n’y a qu’à fréquenter les autoroutes urbaines parisiennes pour comprendre l’étendue du problème. Officiellement, elles ne sont plus éclairées pour améliorer « la sécurité »….. CQFD.

        2. sam player

          D’après ce que je comprends, il s’agit d’un prélèvement libératoire sur des intérêts non exonérés.
          Il ne s’agit donc pas en fait d’un virement unitaire de la banque au fisc, mais ce centime fait partie du un virement global de dizaines de milliers d’euros.

          Cette ligne apparaît sur ta déclaration de revenus… bah oui c’est logique.

          1. sam player

            Ce que je veux dire c’est que si les 100 premiers euros d’intérêts étaient exonérés, il y aura toujours qqun qui sera juste au dessus de la limite et qui se plaindra comme toi qu’un prélèvement libératoire de 1 cent a été fait.

        3. Pheldge

          Euh, avec « les taux négatifs sur les livrets d’épargne », c’est toi qui payes la banque pour qu’elle garde ton pognon, on dirait que t’as pas bien suivi …

      2. Aristarkke

        DSK, si dommageable par ailleurs, avait largué une trentaine de taxounettes à rendement misérable, certaines ne remboursant même pas les frais de Cerfa et de collecte.

  20. pl00tarke

    Bus, métro, train : à n’utiliser que contraints et forcés.
    Vélo : réservé aux ballades en forêt quand il fait beau
    Voiture : pour tout le reste. Le véhicule automobile individuel est un des rares espaces de Liberté (surveillée) qui nous reste. Profitons-en.
    Et plus la cylindrée est grosse, mieux c’est.

    J’entendais ce matin sur Radio Classique le boss de Ligier, le célèbre fabriquant de pots de yaourts biodégradables (voiturettes sans permis).
    L’entreprise enregistre une forte croissance : Ses produits jusqu’alors réservés aux petits vieux trop dangereux en voiture, ou aux grands délinquants de la route privés de permis, sont désormais plébiscités par les jeunes ! A 10k€ le bout…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.