République Française : la braderie du régalien est ouverte

Le Milipol, salon professionnel consacré à la sécurité intérieure des États, s’est récemment tenu à Paris. En ouverture, l’actuel prétexte au poste de ministre de l’Intérieur, un certain Christophe RantanplCastaner, était intervenu pour y expliquer notamment que pour faire face aux nombreuses menaces qui rôdent autour de la République, le « partenariat » entre les forces de sécurité publiques et privées semble indispensable.

Eh oui, la tendance est bien là : les entreprises privées de sécurité se développent de plus en plus en France, et ce d’autant plus qu’elles sont maintenant poussées par les autorités publiques qui semblent y trouver leur compte.

Entre l’autorisation récente – 1er janvier 2018 – d’armer sous conditions les agents de sécurité privée, l’augmentation continue des effectifs de ces entreprises en France qui atteignaient déjà 168 000 salariés en 2016, l’accroissement de leurs prérogatives et des secteurs qu’elles couvrent, tout indique que l’État et les élus de la République n’hésitent plus à envisager un avenir au moins en partie privé de la sécurité en France…

Devant cette tendance, on est en droit de se demander si l’État et les politiciens n’avouent pas ici, à demi-mots, les difficultés de la République à faire régner l’ordre et la loi sur tout le territoire. Autrement dit, l’intervention de plus en plus importante de prestataires privés pour couvrir des services qui sont normalement du ressort du régalien n’est-il pas l’aveu d’une faiblesse patente de l’État ?

Plus pragmatiquement, on devra se demander ce qui, dans les 10 ou 20 dernières années, a ainsi justifié une telle montée en puissance de ces sociétés privées de sécurité. Ne paie-t-on pas toujours plus d’impôts, ceux-là même dont la destination est, pour rappel initialement et principalement, destinés précisément à assurer notre sécurité ? Historiquement, l’impôt n’était-il pas le paiement du peuple pour financer sa sécurité au travers d’une armée et d’une police conçues pour ?

Cette fuite discrète du régalien vers le privé pose là plusieurs questions lancinantes.

Ainsi, où passent donc tous nos impôts ? Dans l’Éducation Nationale, dont les opportunités de faire mieux n’ont cessé d’augmenter ? Dans les ponts ? Dans la sécurité sociale ? Dans les petites sauteries élyséennes ? Allez savoir.

Ainsi, qui va payer ces nouveaux services de sécurité ? Que ce soit le client ou le contribuable, gageons que la facture s’ajoutera de toute façon à ces impôts qui financent nos infrastructures rutilantes, notre éducation jalousée, le système social que le monde nous envie moyennement, ou l’excellente sécurité du pays qui n’autorise pas le développement du moindre sentiment d’insécurité.

Au-delà de ces deux questions et si l’on peut même considérer a priori avec bienveillance le développement de ces entreprises privées de sécurité (quand on est cohérent, on juge aux résultats et non aux intentions, ce que nous pourrons faire dans quelques années), on peut cependant s’interroger sur le bienfondé de former des agents de sécurité à partir du même terreau volatile que celui qui produit les effervescents loustics qu’ils sont censés canaliser.

Dans la même veine, de nombreuses et récentes affaires de terrorisme ont amplement prouvé que la menace étant « intérieure », l’heure n’était probablement pas à la multiplication des canaux pour accéder à la sécurité (des aéroports, des trains, des sites classés, des préfectures de police des édifices publics). C’est-à-dire à peu près le contraire de ce qu’on observe et que les autorités actuelles semblent accueillir et favoriser avec la gourmandise si particulière de ceux qui n’ont pas à payer pour le gâteau…

Parallèlement, on devrait rapprocher ces nouveaux « horizons de dépense » auprès des sociétés privées des économies de bout de chandelle opérées sur le compte des armées, ainsi que de la noyade appliquée à tout l’appareil policier dans les milliers de cerfas et autres procédures qu’on qualifiera pudiquement de sous-optimales, ainsi que de l’usage quasi-systématique de nos forces de sécurité publiques dans la traque du père de famille, fou du volant roulant en Doblo à 52 km/h sur une artère passante de Trifouilly.

Peut-être y a-t-il dans cet écart entre ces dépenses et ces mesures d’un côté, et ces actions concrètes et ces « économies » de l’autre, matière à une réflexion et – soyons fous – l’occasion d’un petit réajustement politique ? En fait de « partenariat » entre le public et le privé, le ministricule de l’Intérieur aurait normalement tout intérêt à recentrer les forces déjà existantes sur un régalien qu’il peine à assurer actuellement.

N’y comptez pas. Ce recentrage entraînerait tant d’effervescence partout où la loi et l’ordre sont depuis longtemps absents que les effets, médiatiques donc électoraux, ne tarderaient pas à se faire connaître. Par anticipation, il sera donc urgent de n’en rien faire.

Et puis surtout, on voit mal l’État et toute l’actuelle clique de clowns à roulettes à sa tête admettre ouvertement la faillite de cet aspect régalien sans se décrédibiliser immédiatement. Dans ce contexte, notre brochette de rigolos a donc tout intérêt à en passer auparavant par ces sociétés privées qui supporteront amplement l’intégralité des blâmes lorsque les problèmes surviendront inévitablement. Gageons que les prochains attentats terroristes couteaux déséquilibrés trouveront une part de responsabilité chez l’une ou l’autre société privée de sécurité qui n’aura pas suffisamment fait son travail.

Enfin, ne perdons pas de vue que ces différents partenariats seront nouées entre le privé et le public dans ce qui a toujours été, en matière de partenariats public-privé, couronné de succès et d’économies somptueuses. Il serait donc particulièrement hardi de ne pas parier, là encore, sur une flamboyante réussite de l’État à externaliser ainsi sa raison d’être, d’autant plus si Castaner lui-même pilote le projet.

Les prochaines années promettent d’intéressants développements.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires325

    1. Strofo

      En quelque sorte, vous voulez, peut-être sans le savoir, des milices d’État à la turque ? Savez-vous ce que ça implique ?

        1. Aristarkke

          Cela aurait un goût fort « d’Ancien Régime », Louis XVI croix vé bâton (pour que les déjeunes comprennent) les ayant utilisés pour son compte personnel…

    2. P&C

      Ne te fais aucune illusion. Ils seront comme tout bon mercenaire : oppresseurs des faibles et des gentils, chiens dociles des puissants et des méchants.

      La victime sera, comme d’hab, le gilles et jaune, prié de payer ses impôts, de faire racketter par les fermiers généraux 2.0 (de nombreuses missions de l’état sont maintenant affermées, avec du bon capitalisme de connivence bien juteux à la clé, et il va falloir défoncer les gueules des récalcitrants) et de fermer sa gueule.

    3. Aelil

      C’est même pas sûr, le privé répondra à un besoin => Si c’est toujours le même ministre qui pose les objectifs alors on poursuivra le « père de famille, fou du volant roulant en Doblo à 52 km/h sur une artère passante de Trifouilly » avec certes ue plus grande efficacité, mais sans effet sur le sentiment d’insécurité…
      En revanche pour la protection des sites privés ça risque de marcher mieux effectivement pour ceux qui paieront/auront les moyens.

    4. Higgins

      Malheureusement, je ne le crois pas. Ce recul du régalien est inquiétant (il touche également l’armée des Indes) témoigne avant tout de la dégradation des comptes publics (initiée il y a 40 ans avec le passage de l’ombre à la lumière) et d’une main-mise malsaine de pans entiers de de la structure de l’Etat par un capitalisme de connivence qui ne dit pas son nom. Quand on prend le domaine de la « sécurité routière », on ne peut qu’être surpris, dans un pays où l’administration va vous refuser le remboursement d’un billet de métro si vous ne le produisez pas lors de la liquidation du dossier, de voir avec quelles facilités quelques entreprises triées sur le volet se partagent un pactole sans quasiment aucun contrôle digne de ce nom. La chasse au Doblo est très lucrative alors que nous sommes tous témoins de la dégringolade des secteurs normalement régaliens.
      Les seules victimes sont les citoyens qui peuvent de moins en moins faire valoir leur droit.

      1. Theo31

        On va se marrer le jour où policiers et militaires se mettront en grève. La peur risque de changer de camp. Je connais deux Nicolas qui ont fini devant un peloton d’exécution.

        1. P&C

          Meuh non.
          – recrutement de plus en plus immigration la chance. Défoncer du babtou, ils adorent.
          – y aura toujours du fric pour eux. Le gvt a martelé que les régimes de retraite des flics ne sera pas touché, contrairement aux autres qui se feront s*domiser avec du verre pilé.

            1. P&C

              Un ancien premier sinistre (Fillon) l’avait publiquement admis : la système à points, c’est pour faire baisser (encore plus) les pensions.

              Le GVT a besoin de fric : il tapera donc sur les régimes de retraite liés aux populations ayant le pouvoir de nuisance le plus faible. Je te lasse deviner lesquelles.

              Quant à la police, regarde les commentaires des flics après les tires, et le recrutement dans les BACs.

              1. Vraiment, la politique, c’est pas ton truc.
                Si le gouvernement devait un jour trouver de l’argent en catastrophe, ce n’est certainement pas dans les pensions qu’il coupera. Il le fera sans doute un peu, par mesure d’économie sur le long terme, mais le plus rapide, le plus rentable et ce qui déclenchera le moins de hurlements et sera le plus facile à propagander partout, ce sera la saisie des bas de laine, de l’assurance vie et des comptes d’épargne. Et là encore, l’Histoire me donne raison.

                Couper la retraite des vieux, ça fait pleurer dans les chaumières, et ça fait sortir des gens dans la rue. Sabrer les rentiers, tout le monde s’en fout.

                1. Husskarl

                  Disons que l’état rogne un peu de tout pour le moment en mode doucement mais surement. Ca gueule un peu mais bon ça passe.
                  Quand vraiment il y aura besoin de blé, la méthode la plus efficace et la moins contestée est effectivement la chypriote. Et puis comme ça y a que les salaud de riches qui paient. Bon la notion de riche sera variable…

                2. taisson

                  « Couper la retraite des vieux, ça fait pleurer dans les chaumières »

                  Pas tout à fait patron…Çà fait seulement pleurer dans les chaumières gille et john, et , à titre préventif chez les foncs !

                  « Sabrer les rentiers, tout le monde s’en fout. »
                  C’est vrai, en surface seulement, puisque tous leurs théoriciens « économistes » et médiatiques nous expliquent à longueur de temps que rentiers et vieux, ce sont les mêmes !!

                  Ils ne veulent pas comprendre que quand à on derrière soit une vie d’économies, il est légitime d’avoir plus « d’avoirs » que ceux qui arrivent !!
                  Les ponctions sur l’épargne frapperont plus fort sur ceux qui ont quelque chose, ce qui n’empêchera pas de couper dans les retraites du secteur privé, double peine pour les « vieux » en quelque sorte…
                  Piller les caisses de retraite sectorielles pas du tout en déficit, c’est pareil, mais, tout ça, c’est normal: Rien que des capitalistes qui doivent partager leurs honteuses fortunes !!

                  Les mêmes médias nous expliquent aussi que ce sont ceux la qui ont voté Macron…Donc tout va bien, c’est bien fait !!

                  Et, la ou je rejoins P&C, c’est qu’il est absolument certain que notre élite trouvera toujours du pognon à voler pour sa propre protection.
                  Quand à créer des sociétés de « protection » privées, en embauchant des candidats avec le logiciel islamiste préinstallé, la, on frôle carrément le génie !!

                  C’est sur que ça va bien marcher !

                  1. Je maintiens : l’Histoire montre qu’entre laisser les gens crever de faim et ponctionner les bas de laines, les autorités choisissent TOUJOURS la ponction. Toujours.

                    Il doit y avoir une raison, mais diable diable, laquelle ?

                    1. Theo31

                      Ça va être rock’n’roll quand il s’agira de mettre à contribution Bjorn le dealer de la cité sensible.

                    2. taisson

                      Nous sommes d’accord la dessus. Ceux qui ont vraiment faim peuvent devenir dangereux…
                      Mais tant que la vraie misère n’est pas encore la, on peut tout ponctionner… L’un n’empêche pas l’autre !

                  2. Pheldge

                    @ Taisson : entre nous, il est moins risqué de « Couper la retraite des vieux » que de « Couper la retraite des jeunes » , enfin, je dis ça comme ça 😉

                3. Francis Kuntz

                  Retraites et assurance-vie sont un peu corrélés. L’âge moyen du détenteur d’AV est de 53 ans et la raison principal de l’ouverture d’une AV est la mise en place d’une retraite complémentaire

            2. P&C

              Autre élément : l’expérience russe montre ce que deviennent des flics et des militaires qui ne sont pas payés.

            3. Husskarl

              Il n’empêche qu’il a raison sur un point, lorsqu’il s’agit de payer pour sa sécurité, le gouvernement retrouve soudain de l’argent…

    5. Jacques Huse de Royaumont

      C’est une nouvelle féodalité qui se met en place. Ce n’est pas la meilleure garantie pour les libertés individuelles ni par conséquent pour le dynamisme économique.

  1. Aristarkke

    Gave se demandait lundi où passait tout le pognon issu des ponctions étatiques. Clairement pas dans le régalien !

  2. Theo31

    Rantanplan Q vu la repute du sinistricule. :-).

    Il aurait dit aux gilets jaunes « je vous ai a l’œil ».

  3. Pythagore

    Tiens, c’est amusant, je regardais campagnol tv ce matin avant d’ouvrir mon email. Cela parle du même sujet.
    .
    Une fois que les mafias se seront bien installées dans la sécurité, pas sûr qu’ils vont en rester là. Évacuent-ils les trafiquant de drogue avec l’objectif de sécuriser la place, ou pour prendre le marché de la drogue ?
    .
    Tout ceci me parait bien naif et promet des lendemains peu chantant.

    1. Opale

      Je me suis fait la même réflexion d’emblée, faire nettoyer les squats par les tchétchènes ça semble bien sur le papier, sûr qu’ils vont être efficaces… Mais quid, ensuite ? Ils ne feront pas le sale boulot pour nos beaux yeux.
      Si le remède s’avère pire que le mal… bonne chance pour nettoyer les tchétchènes ensuite !

      1. Aelil

        Boarf l’hstoire ne manque pas d’exemples de mercenaires qui se sont retournés contre leur employeur, c’est assez simple à éviter (l’Histoire sert à ça: apprendre des erreurs du passé) mais la vraie question est de savoir si nos gouvernants prennent les mesures requises en parallèle… :p

          1. Jacques Huse de Royaumont

            L’an dernier, il a lu une fiche sur la guerre 14-18. Il sait tout ce qui est intéressant sur le sujet :

            – coût des opérations
            – coût de la reconstruction
            – coût des pensions des anciens combattants et blessés de guerre.
            – montant de la dette et taux d’intérêt liés
            – nombre de faillites générées
            – coût de reconversion des industries d’armement
            – variation induite des agrégats monétaires
            – parités des types d’actifs les un par rapport aux autres.
            – date de début et de fin de la guerre et nombre de morts.

          1. Aristarkke

            Elle est encore enseignée mais très mal puisque la chronologie a été soigneusement évacuée des textes et, en conséquence, les positions des évènements les uns par rapport aux autres sont devenus très flous.

            1. Jacques Huse de Royaumont

              Ce qui permet des raisonnements assez géniaux, en inversant les chronologies et donc les liens de causalité. L’angleterre s’est désintéressée de la France et a donc abandonné la guerre de 100 ans suite à la découverte de l’Amérique. (je l’ai entendu…)

      2. Dr Slump

        Sauf que ce ne sont pas des djihadistes tchétchènes en vadrouille engagés comme des mercenaires par des riverains: c’est une société de sécurité privée, recrutée par la municipalité, et qui de plus ne sont pas armés! Ca fait quand même une grosse différence, c’est tout de même pas la Yougoslavie hein, faut arrêter de fantasmer à un moment 🙄

        1. durru

          Oui, bon, c’est le principe de la grenouille dans l’eau bouillante. Ils vont pas tout faire d’un coup, ça serait trop voyant, ça pourrait attirer l’attention.
          Déjà, le concept d’une société de sécurité privée recrutée par la municipalité, qui a ses propres policiers municipaux, ça pue un peu trop le capitalisme de connivence pour que je laisse passer le sujet comme un lettre à la poste.
          Et Alex qui voulait mettre en concurrence les gendarmes et autres policiers avec des sociétés privées (la sienne, d’abord), choisies par le fait du prince, ça vous laisse de marbre ?

          1. Aristarkke

            Les policiers municipaux ne peuvent pas chasser le Doblo ou l’AX Sport et s’occuper aussi du quidam indésirables. La première occurrence est moins risquée et plus lucrative, aussi…

            1. Higgins

              À ce sujet, si une voiture indélicate obstrue votre garage, lorsque vous appelez la police municipale ou non, c’est que vous voulez sortir du garage pas y entrer. Il y a des exigences à respecter pour le déplacement de ces messieurs.

        2. Opale

          Bah pourquoi aller recruter des Tchétchènes alors, si c’est pas pour leur patibularisme festif (ça existe ? vous voyez ce que je veux dire) et leurs méthodes musclées « innées » ? On n’a pas ce qu’il faut ici, qu’il faille aller en Europe de l’Est se servir ?

          1. Dr Slump

            Si la sécurité était assurée par des bandes de salafistes en djellaba, ok, ce serait la phase 1 de la partition, mais on n’est pas dans ce cas de figure.
            Je ne dis pas que c’et l’idéal, mais c’est porteur de germes potentiellement positifs: d’abord, parce que c’est de toute évidence plus efficace que la police municipale. Pardon mais sécurité… municipale… faites-moi rire! Et donc je pense aux premiers concernés, les honnêtes gens qui peuvent respirer un peu, et rentrer chez eux sans être menacés par des racailles de dealers.

            Ensuite, que le privé fasse son entrée dans des services dont l’état se réserve normalement le monopole avec force injonctions morales, je m’en réjouis! Parce que l’état admet implicitement son incompétence, et même les plus forcenés du tout-état ne pourront plus l’ignorer!

            1. Aelil

              « Parce que l’état admet implicitement son incompétence, et même les plus forcenés du tout-état ne pourront plus l’ignorer! »
              Sauf que comme le patron l’annonce on expliquera alors que c’est la faute des nouveaux venus :p

            2. durru

              Petit problème : le donneur d’ordres. C’est toujours le même. Et ce ne sont pas « les honnêtes gens qui peuvent respirer un peu, et rentrer chez eux sans être menacés ». Si vous voyez ce que je veux dire.
              Sinon, effectivement, le point de vue changerait complètement (le mien, en tout cas).

              1. Dr Slump

                Je ne nie pas ces aspects, mais si ça dérape c’est encore lui le donneur d’ordre aussi! Et si ça marche c’est pas bon pour la théorie du service public. A partir du moment où l’état ouvre cette porte, il s’expose sur un des fondements essentiels d’une démocratie: la sécurité des citoyens. C’est bien de voir les risques, mais il faut aussi voir les aspects positifs, à moins que vous ne vouliez grossir les rangs des catastrophistes…

                1. durru

                  « si ça marche c’est pas bon pour la théorie du service public »
                  Je me demande combien de ceux qui commandent sur internet font appel aux services de la Poste et combien passent par des relais ou autres DHL. Est-ce que ça a eu un impact quelconque sur « la théorie du service public » ? Pas sur moi, qui n’avais pas besoin de ça pour me convaincre…

                  Quant au risque (du donneur d’ordre), voyons ce qui s’est passé avec les Gilles et John éborgnés (par exemple), pour savoir s’il est marginal ou pas.

                  En somme, je vois bien les désavantages, mais j’ai du mal à identifier les vrais avantages.

                  1. Dr Slump

                    « voyons ce qui s’est passé avec les Gilles et John éborgnés »

                    Tu apportes de l’eau à mon moulin: excellent pour la réputation de l’état n’est-ce pas? Je suis sûr qu’un paquet de gilets jaunes sont encore plus convaincus de l’efficacité de la police à assurer leur sécurité maintenant.

                    On peut se lamenter sur tous les aspects négatifs de l’action de l’état, on peut aussi communiquer ses échecs pour éveiller les gens à l’idée qu’il y a d’autres alternatives que le tout-à-l »état. Tout ce qui nuit à la réputation de l’état est bon pour le libéralisme, pour peu qu’on en parle en ces termes.

                    Je suis fatigué de lire partout qu’on « va dans le mur »: c’est simple, tout le monde dit la même chose, même les libéraux qui parlent à ce propos comme les gauchistes, alors qu’ils pourraient pourtant s’appuyer sur ces échecs pour proposer leurs solutions. Mais pas un libéral pour s’engager politiquement, pas un pour adopter une stratégie de communication qui sache convaincre. Non, tous derrière nos écrans, à écrire des billets de blog et des commentaires pessimistes. Ras-le-bol! Et donc, bonne continuation.

                    1. Husskarl

                      Oh pov pitchoune, tu n’as pas de réponse a cette question si simple ?
                      Je balaie simplement devant ma porte avant de regarder celle des autres.

                      Un libéral qui se lancerait oui ça manque terriblement, mais je ne le reproche a personne car je ne l’ai pas fait moi même.

                    2. durru

                      « pas un libéral pour s’engager politiquement »
                      De mémoire, Charles Gave. On se rappelle ce qui est arrivé.
                      Autre chose ?

                    3. Dr Slump

                      Balayer devant ma porte c’est justement ce que je fais avec ce propos. Par contre je n’ai pas vu l’ombre d’une balayette de ton côté, juste une petite attaque ad personam, sans aucune prise en compte de ce que je dis.
                      Je n’ai pas dit que les commentateurs de ce blog devraient se reconvertir dans la politique, ça ne s’improvise pas. Merci de ne pas m’attribuer des propos que je n’ai pas tenus? Mais je dis qu’il faut arrêter avec ce négativisme, ce « droitdanslemurisme », que je lis dans tous les commentaires, parce que c’est exactement l’attitude qu’ont les gauchistes aussi, même s’ils attribuent leur pessimisme à d’autres facteurs.

                      Et oui, je maintiens mon reproche contre ceux qui sont en politique et laissent leur libéralisme au vestiaire, parce que bon, la soupe hein… et tous ces jeunes diplômés également libéraux qui courent malgré tout à la gamelle des grandes administrations, à Paris ou à Bruxelles, pour ensuite aller déverser de l’alarmisme anti-étatique dans des dîners et des blogs. Les gauchistes fonctionnaires comme les libéraux consultants auprès de l’UE, je les ai vus, les deux, je les ai bien écoutés. Alors à d’autres, merci! Pas vrai maître Hash?

                      Charles Gave: LOL! Un petit tour et puis s’en va… pourtant, avec ses moyens, son réseau, son intelligence…

                    4. durru

                      LOL ? Je n’aurais pas aimé que vous soyez à sa place.
                      Pour certains, la famille et l’honneur comptent encore. C’est certainement un grand défaut.

                    5. Husskarl

                      Et du coup, qui donc laisse son libéralisme aux vestiaires ?
                      Je pense surtout qu’il n’y a pas de vrai libéral en politique actuellement. Il faudrait déjà un parti pour porter les idées et il n’y en a pas. Dupont gnangnan n’était qu’un opportuniste, il n’est probablement ni libéral ni communiste ni rien du tout.
                      Si M. Gave voulait vraiment lancer quelques chose, il ferait mieux de fonder son propre parti, ainsi, pas de surprise (prévisible pourtant).

                    6. pl00tarke

                      @ Slump
                      « Mais pas un libéral pour s’engager politiquement »

                      Si.

                      H2L a essayé, il a eu des problèmes.

                      Un discours libéral autoritaire (avec des vrais bouts de remigration au gourdin) est simplement devenu impensable en France.

                      La masse critique d’assistés et de macaques mentaux a été atteinte. J’en veux pour preuve que les 10 artistes les plus écoutés en France sur la dernière décennie sont TOUS des rappeurs ( source : https: //www.mouv.fr/musique/rap-fr/qui-sont-les-10-rappeurs-les-plus-ecoutes-de-la-decennie-sur-spotify-355974)

                      Si ça ce n’est pas une preuve de déclin…

                    7. Aristarkke

                      Restons lucides ! Avec les habits d’hiver tissés en permanence pour le libéralisme, c’est pas demain que nous passerons la barre du premier pour cent de votants.

                    8. Pythagore

                      @pl00tarke,
                      C’est qui H2L ?
                      C’est à dire que le discours à la Fillon « on va virer 500.000 fonctionnaires » n’est pas franchement subtile. Un peu de subtilité ds le discours ne ferait pas de mal.
                      .
                      Comme Micron: tendance à la baisse (de la hausse). Là il faudrait une tendance à la hausse (de la baisse).
                      .
                      Sinon pour la remigration, on peut dire que Micron s’y emploie. Encore 2 mandats comme ca et il fera meilleur vivre en Afrique qu’en France.

                    9. Pythagore

                      @Ari, « Avec les habits d’hiver tissés en permanence pour le libéralisme, »
                      Je crois le francais très libéral dans l’âme. Preuve en est l’incurie aux feux piétonniers, les paillotes,….. Il y a plein de preuves de libéralisme.
                      C’est surtout avec le porte-monnaie des autres qu’il est très socialiste.
                      En gros faire chier les autres, mais pas venir me faire chier moi, je veux pouvoir faire ce que j’ai envie.

                    10. bob razovski

                      parce que libéralisme et engagement politique (au sens de la politique actuelle, pas au sens noble du terme) sont deux choses antinomiques. Il y a un beau paradoxe à se poser en leader convaincant alors que le libéralisme se passe volontiers d’un leader.

                    11. Theo31

                      Pas un libéral pour faire de la politique ?

                      C’est job de pute qui exige d’avoir perdu sa dignité. Donc non : les électeurs aiment se vautrer dans la merde, qu’ils restent.

                    1. Le libéralisme, ce n’est pas du saucisson, qu’on peut prendre en tranches. On est libéral ou pas, et le fait d’avoir une vision partiellement correcte de l’économie ne suffit donc pas.

                    2. Husskarl

                      C’est votre définition parce que vous associez étroitement libéralisme et libertarianisme, on peut cependant faire différemment, il n’y a pas de dogme en la matière me semble t-il.
                      H2L est le plus libéral des politiques actuels.

                    3. durru

                      « tout sauf libéral » c’est quand même fort de café, peu importe le point de vue.
                      Sauf évidemment celui de Théo31, pour qui n’est pas libéral celui qui ne pense pas exactement comme lui.

                    4. pabizou

                      Je ne voudrais pas porter de jugement hatif, je ne suis pas un idéologue, mais, associer libéral et autoritaire pour régler les probémes de l’immigration en ne faisant aucune différence en legale et illégale et en évoquant la trique comme méthode me laisse pour le moins perplexe…. comme toutes les solutions simplistes pour régler des problèmes complexes . Ca ressemble plus à du foutage de gueule à destination de ceux qui veulent entendre ce type de discours

                    5. Husskarl

                      @pabizou

                      On peut être libéral et protectionniste en même temps, libéral à l’intérieur, protectionniste pour l’extérieur (sans pousser trop loin évidemment). Oui ce n’est la plus pure des pures idéologies libérales mais j’admets aisément qu’il en existent des centaines de nuances, je ne suis pas sectaire.

                      Quant à l’immigration, dire « ouvrons toutes les frontières », n’est ce pas justement un simplisme ?
                      Gérer les frontières grâce à la force armée est la solution employée depuis toujours, c’est donc historique et non un doux rêve contrairement au délire open-border.

            3. MarieA

              Sauf que les français devront payer 2 fois. Et en prime supporter l’arrogance et la malhonnêteté de l’Etat qui s’attribuera tout le mérite en cas de succès et blâmera le privé en cas de problème.

              1. Dr Slump

                On s’en fout qu’il s’attribue le mérite en cas de succès: les gens qui en bénéficient savent qu’ils le doivent à une entreprise privée, pas à l’état, pas à la police.
                Des représentants de l’état français font appel au privé, et vous êtes incapables de voir ce que ça a de positif? Punaise, vous êtes des désespérés, heureusement qu’il m’en faut plus pour l’être à mon tour!

                1. P&C

                  @Dr Slump

                  Ce serait positif si c’était comme au moyen age. Pas content du seigneur A ? et ben tu déménages et payes tes taxes au seigneur B, et le seigneur A va se faire foutre.

                  Là, non seulement le roy va continuer à te taxer jusqu’au trognon, et il faudra en plus payer pour les mercenaires.

          2. Theo31

            Bah oui, pourquoi faire venir des Roumaines pour décorer les trottoirs alors tout plein de petites étudiantes en lettres et chômeuse en devenir pourraient faire l’affaire ?

  4. Rivalland Jean Michel

    Bonjour,
    ci dessous le copié/collé d’un échange mail entre un contribuable et l’administration fiscale; rien à voir (pas directement) avec le billet du jour; mais c’est pour illustrer le degré de folie de l’administration française.
    *
    question posée :

    Bonjour

    Nous venons de recevoir notre CFE et nous avons une interrogation : pourquoi une différence de la valeur locative entre l’avis taxes foncières et l’avis CFE (documents joints) :
    -taxes foncières 6 480.00 €
    -CFE 6 925.00 €

    Merci de votre réponse par retour

    ci dessous la réponse :

    Bonjour
    pour répondre à votre question : dans le cadre de la Révision des valeurs locatives, plusieurs dispositifs ont été mis en oeuvre pour atténuer les impacts de la réforme.

    La valeur locative révisée brute (surface x tarif x coefficient de localisation) n’est pas utilisée directement dans la détermination de la base d’imposition. Deux dispositifs sont successivement appliqués pour obtenir la valeur locative révisée nette qui permet de calculer la cotisation.

    Le dispositif de la neutralisation

    La neutralisation consiste à éviter, que dans l’attente de la révision des valeurs locatives des locaux d’habitation, les locaux professionnels ne pâtissent de la hausse de leur valeur locative brute révisée. L’application d’un coefficient de neutralisation à la valeur locative brute révisée de chaque local professionnel permet de maintenir la proportion contributive des locaux professionnels avant et après la révision. En 2017, un coefficient de neutralisation a été déterminé une seule fois pour chaque impôt et chaque niveau de collectivité.

    Coefficient de neutralisation = base imposable calculée avec les données 70/base imposable calculée avec les données révisées.

    Le dispositif de planchonnement

    Le planchonnement a pour objet de limiter les variations, sans les éliminer, en diminuant de moitié, (tant à la hausse qu’à la baisse), l’écart entre l’ancienne VL70 2017 et la valeur locative révisée neutralisée pour chaque local. Le planchonnement a été calculé une seule fois en 2017 pour chaque local existant au 01/01/2017 et sera appliqué sur une période de 10 ans.

    Les étapes de calcul des bases d’imposition

    1ère étape : calcul de la valeur locative brute (VLB)

    VLB = tarif de la catégorie du local au sein du secteur d’évaluation de situation du bien x surface pondérée du local (x coefficient de localisation)

    2ème étape : calcul d’une valeur locative neutralisée (VLN) (différente selon les collectivités)

    VLN = VLB x coefficient de neutralisation

    3ème étape : calcul d’une valeur locative brute planchonnée (VLP) (différente selon les collectivités)

    VLP = VLN + ou – planchonnement

    4ème étape : calcul de la base d’imposition (différente selon les collectivités)

    Base imposée = VLP/2

    Base d’imposition à la taxe foncière pour la part communale de votre local :

    VLB : 153,3 € x 180 m² x 1 = 27594
    VLN : 27594 x 0,325482 = 8981
    Le montant du planchonnement est de : + 3978 €
    VLP : 8981 + 3978 = 12959 €
    La base d’imposition est égale à 12959/2 soit 6480 € en ce qui concerne la taxe foncière

    Pour la CFE la VL révisée brute est de 27594 et de 27594 x 0.173741 coeff neutralisation soit = 4794.
    Le planchonnement calculé est de 2131 € soit une base de 4794 + 2131 = 6925.

    Donc pour résumer, le coefficient de neutralisation est différent pour le calcul des bases de TF et de CFE et le planchonnement est différent également.

    Merci de votre compréhension pour le délai de réponse.

    Sincères salutations

    1. Opale

      La révision des valeurs locatives aurait été tellement explosive qu’ils sont obligés de mettre en place foule d’alambiquements pour « réduire sans minimiser » l’augmentation de la valeur locative…

      1. Adolfo Ramirez Jr

        Mais, dans le fond, cette valeur est amenée à être augmentée fortement !
        On monte le gaz sous la casserole tout doucement… Pauvre petite grenouille !

            1. pabizou

              Je crains fort que pour ceux qui comme moi considèrent les petits arrangements entre amis comme de la corruption, que les sommets soient déjà atteints

              1. durru

                Pour l’instant, ça reste peu visible pour la grande masse.
                On aura franchi un pallier lorsque tout individu normalement constitué aura assimilé cette évidence : l’Etat (et ses représentants, élus et fonx) est corrompu.

              2. Theo31

                La corruption est toujours politique. Vos arrangements personnels n’en sont pas sauf si vos amis sont fonx.

      2. Higgins

        Pourquoi réviser ? Ça n’a pas été fait pendant des dizaines d’années. Je n’ai pas l’impression que le manque à gagner ait gêné tant que ça. Et puis, d’un seul coup, il faudrait remettre les curseurs devant les « bons » chiffres ! Un pouvoir politique honnête et intelligent relancerait la machine simplement à partir de la situation actuelle suivant les règles existantes et acceptées. Pour moi, cette affaire est cousue de fil blanc.

  5. P&C

    Cela me rappelle de multiples histoires… par exemple, les califes abbassides, irrités par les incursions de tribus nomades remuantes, ont décidé de payer des mercenaires turcs ; l’idée étant de sous traiter la défonce des tribus nomades remuantes sus ci nommées. Résultats : les turcs ont demandé de plus en plus de pognon, se sont associées à ces tribus remuantes (des turcs eux aussi) (le plus drôle est que, au bout d’un moment, ce sont les turcs chargés de la défense qui payaient ces tribus remuantes pour qu’elles mettent le boxon, et qu’ils aillaient « réprimer » ensuite), ont commencé à devenir très gourmands, pris des territoires, puis conquis le califat abbasside !

    https://encrypted-tbn0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSE-XWf3CxtePiwCKnleEviaELM5oBo3DAcl7vQjCbWcfjku0jSyALTOA:https://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2017/10/well-done-old-chap.png&s

    Résumons : les autorités françaises sont des faibles avec les niktamers, anciens mercenaires importés ici pour baisser les salaires de ces salauds de souchiens.
    Pour canaliser les niktamers en question, devenus trop remuants, on fait appel à pire qu’eux… et des islamistes en plus (les tchétchènes de la diaspora fuient les Kadyrovki).

    Si on poursuis cette logique : la triade du bambou uni gérera l’ordre à Belleville, la brise de mer gérera la Corse, les sectes Malbar géreront la Réunion, Marseille deviendra un émirat, etc…

    Et comme toujours dans ces histoires, les victimes seront le petit peuple des pue la sueur, car :
    – non seulement ils se feront racketter par l’état (il faut bien trouver de la somme pour payer les mercenaires).
    – mais aussi racketter par les fermiers généraux 2.0 (par exemple, Veolia, entreprise mafieuse bien connue, s’est fait affermer le contrôle des épandages individuels, et marge dessus comme des porcs).
    – de plus les mercenaires iront se faire des extras en allant piller… la France a connu cela avec les grandes compagnies aux noms si poétiques.
    – sans compter qu’il y aura toujours autant de deal de dope, de putes, de traite des blanches, de bagnoles cramées, de djihadistes, etc… car il faut bien que les mercenaires justifient leur existence (ben oui, si ces trafics disparaissent, ils perdent leurs raisons d’exister, et donc de toucher du flouze), et qu’ils prennent leur part…

    1. « importés ici pour baisser les salaires de ces salauds de souchiens »
      Oh, encore du Georges Marchais pré-1982.
      Tu ne comprends toujours pas que c’est de la couille en barre, cette explication ?

      1. durru

        Patron, les poncifs sont durs, c’est difficile d’en sortir.
        Cependant, faudrait pas escamoter complètement la réalité, qui permet à des Georges Marchais de tenir de tels discours :
        – les importations massives d’employés non qualifiés pour la construction des autoroutes ont existé et ont permis la mise en place, entre autres, du regroupement familial – qui a changé (du tout au tout) la proportion de personnes actives dans les nouvelles populations
        – des métiers, réglementés ou pas, en sous-effectif (notamment médecins ou infirmiers, mais aussi plein de spécialités techniques) sont régulièrement alimentés avec des spécialistes étrangers (principalement Europe de l’Est) qui, bizarrement, acceptent aussi des salaires plus bas que la moyenne
        Le but n’est peut-être pas de baisser les salaires des souchiens, mais l’effet, à terme, y est, quand même.

        1. Economiquement, importer des ouvriers pour faire baisser le coût de la main d’oeuvre locale ne marche pas, jamais, nulle part : les nouveaux arrivés, il faut les nourrir, vêtir, loger. Le niveau de vie ne baisse pas instantanément. De surcroît, l’inflation des années 60, 70 et 80 garantissait que ce mécanisme ne fonctionnerait pas. Cet effet n’a jamais existé. Les salaires (en pouvoir d’achat et en nominal) n’ont cessé d’augmenter en France sur les 50 dernières années.

          Alors ou bien les patrons complotistes importateurs de main d’oeuvre bon marché se sont plantés, ou bien Georges Marchais racontait des âneries.

          Je me demande bien quelle hypothèse est la plus raisonnable.

          1. Aelil

            « Alors ou bien les patrons complotistes importateurs de main d’oeuvre bon marché se sont plantés, ou bien Georges Marchais racontait des âneries. »
            En fait les méchants patrons ont peut-être comploté, mais depuis le temps et en constatant que ça ne marche pas ils auraient dû arrêter :p

          2. Francis Kuntz

            D’autant que les nouveaux arrivants bien encadrés par les syndicats comprennent très vite la petite musique revendicative.
            Cependant le principe de « société ouverte » promue hier par la société du Mont-Pèlerin et relayé aujourd’hui Soros (open society) est bien l’élargissement de l’offre en matière de main d’oeuvre à l’échelle mondiale, avec in fine la mise en concurrence des travailleurs

                  1. durru

                    Quelqu’un qui finance des « ONG » importatrices de « migrants » n’est pas un « ennemi imaginaire ».
                    C’est dingue cette propension à nier la réalité quand elle ne colle pas à son imaginaire.

              1. Francis Kuntz

                Pas forcément. Le but était aussi de juguler le cercle vicieux de l’inflation notamment dans les années 70 (comme vous êtes friedmannien vous allez surement me dire que l’inflation n’est que monétaire, et n’a rien à voir avec les évolutions de salaires)

                1. Je ne suis absolument pas friedmanien, vous êtes bien mal renseigné, je suis autrichien. Quant au but de juguler, ça n’a pas marché (on juge aux résultats, pas aux intentions).

                  1. Francis Kuntz

                    Bah si l’inflation est « jugée » trop basse. Les gouvernements s’efforcent par tous les moyens (y compris la création monétaire) de la relancer pour se désendetter.

                    1. Soyons logique : on a importé en masse dans les années 60, 70, 80 avec une inflation qui grimpait (et l’inflation n’est pas descendue). Elle n’est descendue que bien après, et elle est était déjà fort faible *avant* même qu’on importe du migrant « martyr ».

                      La réalité est absolument indéniable : il n’y a aucune corrélation entre inflation, niveau des salaires et immigration. Aucun.

          3. P&C

            Dans ce cas; pourquoi faire venir en masse des gens avec lesquels nous avons un lourd passif historique, et dont la nuisance s’exerce surtout sur le prolongement français ?

            Pas besoin de sortir de St cyr pour voir que ça allait très mal se passer.

            1. Il n’y a aucun besoin d’en ressortir au complot ou à une analyse économique (de surcroît falsifiée par les faits) alors que l’électoralisme et la bêtise expliquent amplement ce qu’on observe.

              1. Francis Kuntz

                sauf que :
                1/ « On » entend partout dans la presse que des milliers (millions ?) d’emplois sont non pourvus faute de main-d’oeuvre
                2/ Que les députés LREM ont intégré à la loi de transformation sociale un amendement facilitant l’emploi des migrants
                3/ Que M. Delevoye vient d’affirmer qu’il faudrait 50 millions d’immigrés pour « sauver » le système de retraites. Oubliant de préciser au passage qu’il faudrait que ces 50 millions d’immigrés aient un emploi légale afin de cotiser aux caisses de retraites pour que cela ait un impact sur le sauvetage des retraite

                Excusez-nous de faire un lien assez logique entre immigration et politique de l’emploi

                1. Mêmes remarques qu’au commentaire précédent:
                  – années 60, 70, 80 : immigration forte, inflation forte.
                  – années 90 : inflation faible, immigration moyenne
                  – années 2000, 2010 : inflation nulle, immigration moyenne à forte
                  Il n’y a aucun lien entre salaires, inflation, immigration.

                  Si c’était vrai, on le constaterait aussi dans les pays d’immigration active (AU, US, NZ, CA …). Ce n’est pas non plus le cas. Oh, zut.

                    1. Aristarkke

                      Au cas où il en vient un de ces bateaux sur les côtes d’Australie, il doit repartir aussi rempli qu’il était en arrivant.

                    2. Allons, depuis les années 60, la France n’a pas accueilli QUE des clandestins, hein. La mauvaise foi, ça marche à petites doses seulement.

                    1. Husskarl

                      @theo

                      Il y a une différence à accueillir toute la lie du monde et des gens qualifiés. Enfin, il me semble.

                    2. Pheldge

                      rien à voir avec les docteurs et ingénieurs qui s’invitent chez nous, en Suisse, c’est juste des cé-frans qui cherchent du boulot 😉

                  1. Francis Kuntz

                    Je pense que c’est culturel. En France le patronat est obsédé par une éventuelle spirale inflationniste des salaires qui les mettrait en difficulté financière. Dans les pays anglo-saxons c’est l’inverse, une inflation salariale est bien vue et signe de bonne santé économique. Je pense que cela date de l’indexation des salaires sur l’inflation, alors qu’ailleurs la fixation du salaires est basé sur la loi de l’offre et de la demande (d’où sont aspect « naturel »)

                    1. Peut-être. Le fait est que l’immigration joue à peu près pas du tout sur l’inflation, et sur les salaires.
                      C’est logique du reste, un raisonnement par l’absurde (0 immigration, et émigration massive voire totale : les salaires tendent-ils vers l’infini ? Non, l’économie s’effondre et c’est la misère pour tout le monde ; 100% immigration : les salaires tendent-ils vers 0 ? Non. Il faut nourrir, déplacer, loger, etc. les arrivants, ce qui crée des besoins, etc.).

                      Le problème de l’immigration ne se pose absolument pas en termes économiques, mais en termes sociétaux (police, justice).

                    2. Theo31

                      Quand on pense l’économie en dehors d’actions individuelles, on se plante. Parler de balance commerciale par exemple est une connerie sans nom.

                    3. MarieA

                      @ h16 4 décembre 2019, 19 h 46 min :

                      « Le problème de l’immigration ne se pose absolument pas en termes économiques, mais en termes sociétaux (police, justice). »

                      Le problème de base c’est que nous (la majorité des français) ne voulons pas de ces gens et qu’ils sont quand même là. Les problèmes de criminalité, de délinquance, d’insécurité et d’abus d’aides sociales, culturels, etc…, sont secondaires parce que même s’ils n’existaient pas, la présence de ces personnes non désirées est déjà un problème. Il n’y a aucune raison que les Français supportent les caprices d’autrui au motif qu’autrui a envie de vivre en France.

                    4. « sont secondaires »
                      Non. Réfléchis. Si les problèmes de justice et de police sont effectivement traités, il n’y a pas de caprices d’autrui, par exemple.

                    5. durru

                      @h16 19h46
                      « Il faut nourrir, déplacer, loger, etc. les arrivants, ce qui crée des besoins »
                      J’ai une question bête : qui paie ?
                      Les nouveaux arrivants ? Je doute. Ce n’est pas pour ça qu’ils sont venus.
                      L’Etat ? Alors on revient au point de départ, les autochtones bossent pour rendre l’immigration possible, leurs revenus vont être sérieusement ponctionnés pour cela.
                      Des volontaires ? Ce n’est pas comme ça que fonctionne la socialie, je n’en ai pas encore vu.

                      Il y a bien un côté économique, notamment en Etat-providence. Ce que Friedman expliquait trop bien dans sa série « Free to Choose »… Et d’autant plus dans une configuration comme celle de la France, où la population active est très minoritaire parmi les immigrés, contrairement aux pays anglo-saxons d’immigration traditionnelle.

                  2. P&C

                    @H16
                    Dans le cas des migrants, il a été démontré que ceux qui payent et ceux qui palpent ne sont pas les mêmes.

                    Grosso modo, le contribuable paye (et subit la concurrence pour les emplois, les logements… plus les exactions), et l’élite palpe.

                    1. Ah s’il a été démontré, alors fournis les liens.
                      Mais plus réalistiquement, on s’en fiche : ce que j’ai dit reste parfaitement exact ce qui détruit complètement l’argument « ils importent des migrants pour faire baisser les salaires ! » ; cela ne s’est jamais vérifié, nulle part.

                    2. P&C

                      @H16
                      Bouquin de Stephen Smith, par exemple.
                      Celui de Stratdiplo aussi.
                      + les reportages sur le business du migrant.

              2. LaurentaLA

                Ah a ce propos j’ai une question:
                Y a t’il un lien entre accroissement/decroissance de la population et note/credit rating pour un pays ??
                Est ce que nos gentils gouvernements ne chercheraient pas a masquer avec les nouveaux arrivants une decroissance de population qui remettrait en cause leur capacite a empruter ?

                Ca parrait un peu gros, je sais mais des fois plus c’est gros plus ca passe inappercu

                  1. Pythagore

                    Je pense que H16 voulez parler de l’import de bons électeurs (?) + je rajouterais tout le discours progressiste anti-raciste ne fonctionne que si il y a des immigrés visibles et victimes.
                    + main d’oeuvre pas cher pour servir les Parisiens, j’aurais aussi tendance à dire.

                  2. BDC

                    Importer des consommateurs. C’est Attila qui parlait d’une France à 100 miyons de consommateurs. La BCE doit relancer l’inflation et donc la consommation, et vu que les retraités salauds de Français persistent à ne pas investir ni dépenser, eh bien on importe des gens qui vont le faire à notre place et avec notre pognon ! C’était expliqué par un économiste dont j’ai oublié le nom.

          4. durru

            Je parlais de médecins de l’Est, le patron (complotiste) étant dans leur cas le plus souvent l’Etat 🙂 . Je n’ai jamais évoqué des patrons ou des complots, moi, juste des faits.
            « les nouveaux arrivés, il faut les nourrir, vêtir, loger »
            C’est pas eux qui s’en occupent, avec le salaire qu’ils reçoivent ? J’ai dû louper un épisode…

          5. Husskarl

            Mgr, quand vous importez des mecs prêts à être payes au SMIC pour bosser a des horaires pourries et loger dans un 10m2, oui vous cassez les prix indirectement.

            1. Dr Slump

              Sauf qu’il n’y a pas de smic immigré. C’est le but même du Smic: personne payé en-dessous. De plus, le Smic a au contraire été créé pour empêcher l’entrée des immigrés dans le marché de l’emploi français. Et pour ce qui est des médecins roumains, ça m’étonnerait qu’ils acceptent d’être payés au smic… Encore raté.

              1. Husskarl

                Tu as très bien compris ce que je voulais dire. Ces misereux acceptent des conditions de vie dégueulasses que n’importe quelle personne vivant dans un pays développé ne pourrait accepter. Ce sont juste des esclaves 2.0.

              2. durru

                « ça m’étonnerait qu’ils acceptent d’être payés au smic »
                Au SMIC non, évidemment, mais 5-10% de moins, si.

                  1. Opale

                    Oh si, en France on paie des gens au smic. Mes vendeuses sont à 10.03€ heure brute; soit un salaire à 1585 € brut (net 1262 euros). Si ça ne tenait qu’à moi elles gagneraient plus, mais c’est mon patron qui tient la bourse.

              3. MarieA

                @ Dr Slump 4 décembre 2019, 14 h 48 min :

                « Sauf qu’il n’y a pas de smic immigré. »

                Il faut sortir de sa maison de retraite de temps en temps pépé. L’idée c’est que quand tu prends des immigrés, tu prends des gens qui sont beaucoup plus obligés d’accepter tous les petits à côtés qui passeront moins facilement chez un autochtone. Tu penses vraiment que les sri-lankais sont par essence les meilleurs au monde pour couper les légumes et faire la plonge?
                Un certain nombre de patrons un peu honnêtes l’admettent même assez facilement, à ma grande surprise, ils engagent des immigrés parce qu’ils peuvent en tirer beaucoup plus que des locaux pour le même salaire (s’ils sont déclarés).

                L’exemple parfait de ça, c’est la garde d’enfant à Paris : si tu es africaine, sans papier et que tu ne connais que 3 mots de français tu trouves sans problème des jeunes enfants de bourgeois à garder mais si tu es une étudiante française, on te demandera d’être bilingue, d’avoir minimum 3 ans d’études après le bac, etc, etc… J’ai déjà vu des annonces pour garder des bébés de quelques mois où les parents demandaient à avoir une nana bilingue en anglais! Pour torcher le cul de leur bébé! Je comprends mais en même temps j’avoue que je ne peux pas m’empêcher de trouver ça un peu pitoyable.
                En plus l’anglais ce n’est pas la langue la plus difficile à apprendre, ni d’accès d’ailleurs.

                1. Dr Slump

                  De nous deux je me demande qui a l’esprit le plus frais: tu te contredis toi-même plusieurs fois, je vais pas en faire le détail ça me fatigue.
                  Mais à propos du sri lankais aux pluches je ne vois pas ce qu’il y a de choquant: quand on ne connaît pas la langue du pays où on a émigré, qu’on débute et qu’on n’a pas les compétences professionnelles et sociales requises pour s’adapter au pays d’accueil, on ne fait pas son prétentieux, on ne réclame pas des responsabilités ou des privilèges inaccessibles. On commence par des petits boulots, au bas de l’échelle, on se retrousse les manches et on bosse.
                  J’en ai vu faire des sri lankais, cumuler 2, 3 jobs tout au long de la même journée, à faire du pressing, puis la plonge, et finir le soir à faire du nettoyage dans des locaux. Le gars gagnait plus que moi manager de cafétéria. Moi je dis bravo, il se sort les doigts du derrière et il se bouge pour se faire une situation. Quand il aura appris le français, qu’il aura installé sa famille dans un logement confortable, en bref, quand il aura capitalisé, il pourra viser plus haut. J’ai une connaissance d’origine ivoirienne qui a commencé comme ça aussi, à torcher le cul des vieux, puis aide-soignante, puis infirmière, maintenant elle se prépare à devenir cadre de santé, et elle paye les études sup de ses fils.
                  J’ai fait pareil aux US, à moindre échelle, quand j’avais la vingtaine, sans diplôme ni expérience: la plonge, du bricolage, tondre des pelouses, payé 4 dollars de l’heure. C’était pas le smic hein… je cumulais les petits boulots à droite et à gauche, et j’étais content de gagner la confiance de mes employeurs, de faire mon trou, de m’adapter.

                  Maintenant je ne sais pas à propos de quoi Husskarl et toi semblez si hystériques, vous avez l’air de parler d’exploitation des immigrés, franchement je ne sais pas, mais si exploitation il y a, alors il semble qu’ils la préfèrent à ce qu’ils vivaient dans leur pays d’origine.

                  1. Dr Slump

                    Et j’ajoute qu’aux Etats-Unis, j’aurais détesté recevoir des aides ou des avantages de la part de qui que ce soit, l’ambassade française ou n’importe quel service social. J’étais Fier de m’assumer, et de bosser pour remplir ma gamelle. Qui plus est, si on tombe sur des salops d’exploiteurs, parce qu’il y en a sans aucun doute, eh bien on les évite! on va voir ailleurs! Ca t’appartient si tu acceptes de mauvais arrangements avec de sales types.

                  2. MarieA

                    « Mais à propos du sri lankais aux pluches je ne vois pas ce qu’il y a de choquant »

                    Mais en quoi ce serait choquant de faire la plonge ou d’éplucher les légumes?

                    « Maintenant je ne sais pas à propos de quoi Husskarl et toi semblez si hystériques »

                    Justement, qu’il n’y a pas de raison que 99% des cuisines de Paris soient pleines de sri-lankais et de pakistanais? autre que leur statut d’immigrés. Ou ces talents précis seraient alors reliés à la nationalité ou à l’ethnie?

                    « vous avez l’air de parler d’exploitation des immigrés »
                    C’est le propriétaire, bobo absolu (moustache, chemise fermée jusqu’en haut, lunettes) d’un restaurant parisien qui nous l’a raconté lui-même il a jarté ses employés français parce qu’ils n’étaient pas contents quand il les prévenait au dernier moment pour bosser le week-end. Il a maintenant 100% d’employés sri-lankais, uniquement, comme il le dit lui-même, ils ferment leur gueule et acceptent toutes les modifications d’agenda ou autre sans rien dire.
                    Je connais des gens qui engagent des roumaines non-déclarées pour s’occuper de leurs vieux. Ils ne les ont prises que parce qu’elles ont accepté de travailler au noir.

                    « franchement je ne sais pas, mais si exploitation il y a, alors il semble qu’ils la préfèrent à ce qu’ils vivaient dans leur pays d’origine. »
                    Non, tu crois génie? Oui, il semblerait en effet, que quand on est étranger, sous-éduqué et qu’on ne maîtrise pas la langue, on est, par la force des choses, très porté à accepter des choses que les locaux n’accepteraient pas forcément, ou en tout cas, c’est l’image qu’on dégage auprès des employeurs. Donc même si on est payé au SMIC comme le petit autochtone, on offre d’autres avantages (réels ou perçus) à l’employeur que l’autochtone ne semble ou n’offre pas, contrairement à ce que tu as écrit (« Sauf qu’il n’y a pas de smic immigré. C’est le but même du Smic: personne payé en-dessous. ») C’est tout.

                     » quand on ne connaît pas la langue du pays où on a émigré […] on ne fait pas son prétentieux »

                    1. P&C

                      @Dr Slump

                      Evolution de carrière refusée aux français du coup… ben oui, lui est un salaud d’oppresseur colonialiste, donc il n’a pas de privilèges aux aides, concours internes, points bonus, ou mansuétude des cadres/profs.
                      De la discrimination anti français.
                      Ma mère a tenté de faire pareil que l’ivoirienne dont tu parles. Refusé, car française et mari gendarme. Donc elle est restée aide soignante.

                      Et puis, ces gens, aussi braves et travailleurs soient-ils, ont été imposés ici contre la volonté des autochtones.

                      Effet kiss pas cool : les jeunes français du bas qui veulent se faire quelques sous ou se sortir de la rue ne le peuvent plus : genre garder des mômes, plonger, faire les révoltes, ou bosser contre manœuvre sur un chantier, tu ne peux plus : y aura toujours un étranger pour faire le taf moins cher que toi.

                    2. « Mes malheurs n’ont rien à voir avec moi. Ce sont les autres qui en sont, tous, responsables. Forcément. »

                    3. Ce que tu décris, c’est a/ des Français capricieux (SuRpRiSE toOtAlE !), b/ des clandos.
                      Autrement dit, tout ce qui peut être traité par a/ un retour à la réalité des chouineurs, et b/ police & justice.

                      Les Français ont besoin d’un coup de pied au cul. Ça tombe bien, c’est exactement ce qui est en train de leur arriver. Ce qui ne tombe pas bien, c’est qu’il y aura beaucoup plus de coups de pieds que de culs qui le méritent.

                    4. Dr Slump

                      Tu ne m’apprends rien à ce sujet, j’ai assez travaillé dans la restauration pour ça (eh oui, j’en ai fait des choses, c’est l’avantage d’être un vieux con: on n’a pas grand chose à apprendre des jeunes révoltés). Si les français préfèrent remplir les foyers de SDF plutôt que prendre ce genre de job, eh bien ce sont les sri lankais qui y vont. Et donc? Tu veux en venir où?

                      En gros t’es d’accord avec tout ce que je dis, mais c’est quoi ton problème à la fin? T’es dans tes périodes ou quoi? C’est juste pour t’opposer? Résistes, prouves que tu existes, toussa?

                    5. Theo31

                      N’importe quoi. La Roumaine ou le Pakistanais regardent ce que leur salaire vaut dans leur pays d’origine. Même payés cinq euros/heure, ce sera toujours plus que chez lui.

                      Si les patrons veulent faire baisser les salaires, pouvoir s’évertuent ils à ne pas embaucher des femmes et des immigrés ?

                  3. Husskarl

                    Ca c’est certain, il la préfère. Et c’est logique puisqu’avec leurs économies ainsi accumulée ils auront une bonne vie au bled ensuite (ou leur famille).
                    Mais ce n’était absolument pas le propos, le propos est « ils cassent le marché ». En acceptant de se faire exploiter (les heures sup gratuites et les conditions de vie moisies) ils font baisser le salaire moyen. C’est une conséquence logique.

                    1. Dr Slump

                      Non, celui qui casse le marché c’est l’état, qui fixe des tarifs horaires arbitraires, un code du travail hallucinogène, une fiscalité infernale, t’en veux encore?
                      Heureusement que malgré tout, on peut encore trouver des moyens de s’adapter, et tant pis pour ceux qui préfèrent toucher le RSA.
                      C’est bien connu dans le milieu de l’aide sociale: le jour du versement du RSA, c’est razzia sur les packs de 8,6, et les tournées aux bistrots-PMU du coin. Le RSA est un shoot d’alcool à haute dose mensuel, qui « maintient la paix sociale » d’après certains.
                      Préférer le rsa au job de plongeur est une affaire de choix, et c’est un mauvais choix, point barre. Et pitié pas l’argument du « mais c’est facile à dire, ils souffrent, tu sais pas ce que c’est la galère »: je sais ce qu’est la galère (big time), et les sri lankais, ils ne sont pas dans la galère peut-être? Si, et donc ils prennent le job de plongeur sans chercher à faire pleurer dans les chaumières.

                    2. Opale

                      Dr, qui a parlé du RSA jusque là ? personne… Vous dérivez sur autre chose, ce n’était pas le fond de la question. Ce qui HK pointe, (il me semble) c’est le fait que de manière concomitante :
                      1/ le marché du travail propose du boulot très salement payé (j’en sais quelque chose – Ok c’est à cause de l’État on est bien d’accord) que les gens ne consentent plus à accepter (c’est sûr qu’au chômage, tu touches presque autant que le SMIC, sans te déplacer, etc. Là encore c’est la faute de l’État) ;

                      2/ ces boulots sont largement acceptés par les immigrés qui font le taf pour deux fois moins cher (mais c’est partout pareil et pas qu’en France, à Dubaï ce sont les pakistanais qu’on ‘importe’, au Chili ce sont des boliviens, etc.).

                      Forcément, ça ne peut pas bien se passer. Maintenant, blâmer les immigrés, c’est trop facile, eux aussi ont besoin de bouffer. Et malheureusement, ils sont toujours mieux lotis ici, à 12 dans 30 m² insalubres à choper la tuberculose et taffer comme des malades, que chez eux. C’est un constat.

                      Par contre, blâmer l’État, qui fait tout pour laisser entrer et prospérer ces immigrés, qui fistalise de manière très grossière les PME (l’artisanat, première entreprise de Fraaaaance), et qui indemnise les fainéants, c’est amha plutôt évident.

                      Honnêtement, si le boulot de base en France (non qualifié) n’était pas caillassé comme une femme adultère en Iran, même moi je préfèrerais m’y coller plutôt que de m’emmerder à accomplir ambitions et pognon festif dans des jobs usants (mais teeeellement rémunérateurs…). Et du coup je piquerais la place d’un Sri Lankais. 1600 € net pour faire de la plonge, je suis pas contre.

                      Maintenant, reste le pbm de remettre le français au travail, mais faut tout faire d’un coup (de pied) : supprimer le chômage de complaisance, et arrêter les frais sur les cotisations sociales. Le travail deviendrait enfin attrayant et nécessaire.

                      Je les vois tous les jours : ceux qui se pointent pour bosser 4 mois « pour réactiver mes droits » ; ceux qui bossent bien et sont exemplaires le mois d’essai, et après c’est Club Med ; ceux qui ne veulent tout simplement pas bosser parce que c’est plus confortable d’être au chômage, on se complait dans le médiocre ; des boulangers qui veulent « bosser 35h/2000€ mais pas les week-ends et pas avant 7h du matin »… Y’a une génération complète qui est foutue et qui attend que le pognon tombe sans effort, même au travail.

                    3. Husskarl

                      @Slump

                      L’état biaise le marché oui, mais il n’est pas le seul. Oui, il y a le code du travail, oui il y a les impôts mais une arrivée de concurrence miséreuse fait baisser les salaires.
                      Dix pakistanais arrivent et sont prêt à vivre ensemble dans un endroit délabré de 40m², ils sont prêts à être sous payés, faire des heures gratuites, etc…
                      Vous allez prendre le français qui veut se payer un logement décent et donc demande un salaire décent ou les pakpak ?
                      La réalité crève les yeux.

                    4. durru

                      @h16 10h53
                      Sauf que c’est pas en euros constants et que ça monte pas plus que l’inflation.
                      La valeur réelle du salaire moyen n’augmente pas.

                      Au fait, il y avait une étude, reprise sur ce blog dans un article de 2016, qui montrait clairement que les revenus des classes moyennes occidentales n’ont pas vraiment augmenté sur les dernières décennies :
                      http://h16free.com/2016/07/06/54574-du-lien-entre-trump-le-brexit-et-les-classes-moyennes-mecontentes-dans-les-pays-riches

                    5. C’est bien évidemment corrigé de l’inflation sinon ça ne veut absolument rien dire.
                      Quant à l’étude que je cite, elle montre bien une augmentation (faible).
                      Il n’y a pas de lien entre salaire et immigration. Et actuellement, la réalité, les chiffres, les stats confirment partout ce que je dis.

                      Faut arrêter d’être têtu, les faits le sont plus que vous.

                    6. P&C

                      C’est bizarre, les salaires augmentent, et de plus en plus de gens sont pauvres et mécontents…
                      Je soupçonne que quelque chose fait plus que rogner cette augmentation des salaires… et que l’INSEE pipaute ses chiffres (ce ne serait pas une première).

                    7. Ce qu’on observe en France, on l’observe ailleurs aussi.
                      Il va falloir faire un gros effort pour arrêter de sortir des âneries que je n’ai pas le temps de corriger, sinon c’est commentaire -> poubelle.

                    8. durru

                      Patron, je ne dis pas qu’il y a un lien de causalité entre immigration et salaires. Il n’y a probablement pas.
                      Seulement, on observe que les salaires n’augmentent pas vraiment. Ce qui permet à certains de tenir des discours pipeautés. Leurs prétendues causalités n’existent pas, mais ils ont matière à divaguer. Et les observations que j’avais faites au début n’étaient pas censées « prouver » une causalité, mais indiquer ces possibilités. Comme souvent, je m’exprime mal.

                      Dans l’article de 2016, il est question d’environ 5% d’augmentation sur 20 ans, c’est presque rien, surtout si on compare avec TOUTES les autres catégories de population (« riches » et « immigrés », entre autres) qui ont vu leur augmentation du niveau de vie autour de 60%.

                      Pour l’article que vous citez, sur l’évolution des salaires, je ne vois nulle part une correction avec l’inflation, et le texte de l’article me fait douter fort que ce soit le cas, surtout cette phrase : « Le salaire brut mensuel moyen, lui, passe pour la première fois la barre des 3 000 euros, à 3 021 euros en 2016. »
                      « sinon ça ne veut absolument rien dire » : Ça tombe bien, c’est fait pour 😉

                    9. Aristarkke

                      Les salaires augmentent encore en brut. Mais après le passage des POQLMENNEP, l’augmentation est devenue quasi insensible…

                    10. durru

                      @Ari 13h09
                      Les chiffres dans le lien du Patron sont en net.
                      Mais, à mon avis, non corrigés de l’inflation (je me suis expliqué). Donc, sur les dernières années, une augmentation qui veut dire, en pratique, une baisse.

                    11. sam player

                      Durru 5 déc 12h08
                      «Et les observations que j’avais faites au début n’étaient pas censées « prouver » une causalité, mais indiquer ces possibilités. »

                      :mrgreen:

                      « Comme souvent, je m’exprime mal. »

                      :mrgreen:

                    12. Theo31

                      les salaires augmentent, et de plus en plus de gens sont pauvres et mécontents…

                      La réponse est dans « 58 % de dépenses publiques contre 40 dans les années 60.

                      Le problème n’est pas le salaire mais le coût du travail. Une fiche de paie coûte entre 15 et 30 euros tous les mois. C’est si difficile à comprendre ?

                    13. Theo31

                      D’un côté, des salaires peu élevés. Des prix qui le sont plus. De l’autre, presque tout est gratuit et entre les deux « ta gueule, c’est magique ». Et certains ne comprennent toujours pas.

                  1. Husskarl

                    Quand il y a +10% de personnes employables pour un même job, le salaire ne baisse pas ? J’ai un peu de mal à vous suivre.

                    1. BDC

                      Si on importe une population qui occupera les postes les moins valorisés, et ce depuis les 70’s, alors il n’y a pas de choc à la baisse sur les salaires vu que le phénomène est entretenu depuis 40-50 ans.

                    2. durru

                      En fait, on importe des populations largement inemployables, ce qui fait exploser les coûts « sociaux » et donc ça pèse sur les salaires nets (ou même, encore plus vicieux, sur ce que C. Gave appelle « dépenses amusantes » – plus techniquement : « revenu après dépenses obligatoires »), sans que le brut soit affecté directement.
                      Alors oui, il n’y a pas d’impact direct sur les salaires (ou alors à la marge, dans des cas bien précis), mais il y a bel et bien un impact non-négligeable sur le niveau de vie général.

                    3. Husskarl

                      @h16

                      Ils peuvent augmenter, ca ne prouve rien. Je peux vous affirmer qu’ils auraient plus augmenter sans ces imports.

                      @BDC

                      Oui, il n’y a pas de choc mais une tendance entretenue.

                      Il n’y a pas besoin d’électeurs comme semblent le penser certains, les français sont assez gauchistes par eux même.

                      @tous

                      Quand il y a plein de gus qui postulent pour le même poste, est ce que le salaire proposé se maintient ? baisse ? ou augmente ?
                      Merci de m’éclairer sur cette difficile question.

                    4. « Ils peuvent augmenter, ca ne prouve rien »
                      Précisément, ça prouve qu’il n’y a pas corrélation.

                      Je peux vous affirmer qu’ils auraient plus augmenter sans ces imports.
                      Vous pouvez l’affirmer, mais c’est de l’ordre de l’opinion (non éclairée), de la croyance.

                      L’argument « les patrons importent des immigrés pour faire baisser les salaires » est un argument qui ne fonctionne pas du tout, ni en France ni ailleurs, ni maintenant ni avant ni plus tard. Comme cet argument est tout pourri, il faut donc arrêter de l’utiliser.

                      Quand on importe des immigrés, on importe aussi des bouches à nourrir, des besoins à satisfaire. Et ça, ça semble impossible à comprendre. Faites le raisonnement aux bornes (je l’ai écrit dans un autre commentaire), vous verrez qu’on n’est jamais « toutes choses égales par ailleurs » et que si la loi offre/demande fonctionne *pour un bien manufacturé, un service*, ça marche d’autant moins qu’on doit considérer un marché large et des biens, services complexes. Un marché, c’est le résultat d’interaction d’individus. Ici, vous importez des individus, vous changez la nature du marché.

                      En gros : vous importez 1000 maçons, il y a une augmentation de l’offre de maçons, les salaires baissent. Vous importez 1.000.000 de maçons, les salaires baisseront peut-être initialement, mais il va se passer plein d’effets de bords qui vont largement compenser cette baisse et au final vous aurez une augmentation du niveau moyen de richesse et des salaires.

                      Quand il y a plein de gus qui postulent pour le même poste, est ce que le salaire proposé se maintient ?
                      Les individus ne sont pas interchangeables et ce n’est jamais à situation constante. Le salaire va évoluer, mais vous ne pouvez pas savoir dans quel sens a priori. Il ne baissera que « toutes choses égales par ailleurs » ce qui est une vue de l’esprit.

                    5. sam player

                      HK 7h51

                      Question idiote
                      Combien, dans ceux qui postulent, sont en adéquation avec les compétences demandées…

                    6. Husskarl

                      @sam

                      Question non idiote, pose là pour les jobs non qualifiés qui sont les plus concernés.
                      Il n’y a pas de compétence demandée, alors le salaire augmente t-il ? baisse t-il ? ou se maintient t-il ?

                    7. Aristarkke

                      Quand vous recevez un paquet considérable de candidatures pour un poste offert, vous ne baisserez probablement pas le salaire offert mais vous n’aurez pas non plus tendance ou besoin de le remonter, surtout dans les postes à faible qualification. En partant du principe que le salaire est au moins conforme à la convention collective…

                    8. Opale

                      Husskarl 6 décembre 2019, 7 h 51 min
                      Quand il y a plein de gus qui postulent pour le même poste, est ce que le salaire proposé se maintient ? baisse ? ou augmente ?

                      Quand tu as 2 personnes qui postulent pour un job, il faut allonger la monnaie pour espérer en garder au moins un sur deux, donc oui, tu auras tendance à valoriser le salaire. Si tu as 20 personnes pour le même poste, le salaire ne sera pas valorisé autant qu’il devrait/pourrait/(verbe qui vous va) l’être, car tu auras bien quelqu’un qui acceptera pour le minimum syndical.

                      En parallèle, la compétence de ces 20 personnes et la nature du job peuvent changer la donne : c’est là que la négociation du salaire à la hausse intervient. Si 2/2 sont pas terribles, tu vas pas allonger tant que ça. Si 2/20 sont excellents, tu auras d’autant plus envie/besoin de les garder, donc de les « appâter » avec un salaire fort. Et même si le besoin en compétences est fort, tu ne vas pas autant valoriser un salaire pour quelqu’un de peu qualifié, même si c’est le seul qui postule… Mais c’est affaire de chaque patron.

                      Dans tous les domaines, il existe une grille de salaires pour chaque poste/compétence, et cette grille peut être posée, détaillée et connue de tous, à la virgule près, ou seulement estimée et reconnue pas l’ensemble de la profession, sans qu’elle fasse l’objet d’un consensus écrit. (Exemple, pour parler de mon cas, on sait qu’un boulanger/pâtissier « vaut » en général 2100-2200 € net en moyenne. Mais on peut le payer beaucoup plus s’il est vraiment bon. Le payer moins que cette moyenne ? Tu trouveras personne, et si tu trouves quelqu’un, il ne sera pas bon, ou efficace, ou volontaire, ou rigoureux etc. donc mauvais calcul. Pour un emploi non qualifié, le plongeur du Dr, le minimum c’est le smic, donc on peut pas baisser ce salaire; et qui va payer un plongeur 2000€…)

          6. pl00tarke

            Ou bien peut-être la réalité n’est-t-elle pas binaire.

            L’armée de réserve industrielle importée depuis les années 60 par Bouygues et ses copains, bien coachée, a généré plus de richesse (globale) qu’elle n’en a consommé.

            Richesse accaparée en haut par les aisés, en bas par les aidés. D’où le sentiment de frustration de certains.

            Avec comme effet de bord la création d’une frange de population d’origine africaine frustrée, revendicative et rétive au saucisson.

      2. taisson

        Désolé patron, mais ce n’est pas complètement de la couille en barre…

        Jeune ouvrier vers la fin des années soixante, je l’ai vu de mes yeux !!

        Le patronat Français, échaudé par la vague communiste montante dans le « petit peuple » depuis l’avant guerre, cherchait une main d’œuvre plus soumise et, moins informée, pendant que les industriels étrangers commençaient la robotisation…
        Habitués culturellement à la soumission, les musulmans étaient recrutés en priorité, par des envoyés sur place de représentants des firmes automobiles (entre autres…) qui leur promettaient des merveilles !
        Moins cher que des machines….Et pas grévistes…Au début !

        Le mouvement s’est amplifié avec les indépendances, et leurs cortèges de vengeances et de misères…

        Et bien plus tard, plusieurs de mes patrons successifs m’affirmaient qu’ils préféraient embaucher des étrangers pour les jobs non qualifiés, plutôt que des Français…On ne parlait pas de « souchiens » à l’époque.

        Donc oui le patronat Français, à bien une part importante de responsabilité dans l’invasion.
        Le fait que Marchais le dise signifie seulement que le peuple Français (et assimilés) voyait déjà (par simple bon sens) le danger , et que par démagogie il fallait bien suivre…
        Il n’y avait aucune sincérité la dedans, pas plus que quand il parlait du « globalement positif » de l’URSS !!
        On peut ajouter que comme il savait parfaitement que c’était déjà la CGT qui excitait les ouvriers Français et diminuait en fait leur employabilité, ses déclarations n’étaient pas très légitimes !

        1. Ce que vous avez vu ne modifie pas ce que j’ai écris : salaires et immigration ne sont pas corrélés du tout.
          Ce que vous décrivez, c’est un patronat qui n’emploie pas préférentiellement de Français parce que… eh bien parce qu’ils sont ingérables, communistes, grévistes, cons, râleurs, etc.

          Du reste, le chômage dans les années 60 était à peu près nul, et depuis lors, les salaires ont augmenté (bis repetita ter).

          Rien à voir avec le salaire.

          1. Aristarkke

            Exactement. L’ANPE, création de Chirackham le Rouge, avait pour but initial d’offrir une vitrine nationale aux offres d’emploi pour assurer auxdites offres d’être couronnées de succès en éliminant l’aspect trop local de l’offre.

            1. P&C

              Je ne savais pas pour l’ANPE le Chirac…

              Mais le coté ingérable et râleur des français n’est pas une excuse : c’est loin d’être une découverte, Jules César sen plaignait déjà !

          2. taisson

            « Rien à voir avec le salaire ».
            Parce que, employer des gens sans aucune qualification, ni même la moindre habitude du travail organisé n’est pas un argument pour proposer un salaire faible ?

            Les statistiques sont interprétés de la façon que l’on veut.

            Il est certain que les années d’inflation ont vu les salaires des « qualifiés » augmenter de façon considérable, et sans risque pour l’équilibre de la socièté, parce qu’avec une inflation à deux chiffres, les revendications sitôt satisfaites, étaient annulées en moins de six mois!
            Du coup, en global, la liaison salaire /immigration n’est plus démontrable, et encore moins en période de quasi plein emploi !.

            D’où les habitudes de facilité de gestion des conflits…

            La responsabilité réelle de ceux qui ont attirés ici des gens qui n’ont géographiquement, historiquement, et culturellement rien à y faire est énorme, même si l’argument de baisse des salaires, faux ou pas, en était autrefois le motif.
            Et en plus, il l’à été bien réellement pour tous les postes à faible qualification…
            Mais de toutes manières, le problème de l’invasion par les futurs remplaçants n’est pas celui du salaire, surtout pas actuellement, mais bien du mode de vie qu’ils n’acceptent pas, et que leur « logiciel » culturel exige de détruire.
            Je sais que c’est dur à accepter pour un libéral, mais les faits sont têtus…

            1. Husskarl

              Le salaire est fixé par l’offre (nb de jobs) et la demande (nb de demandeurs d’emploi), si la demande est plus importante, le prix de l’offre baisse. Si le nombre de personnes qui savent réaliser la tâche augmente, le salaire pour ce job diminue.

              – On a X personnes au début pour un job.
              – On importe Y personnes.
              – On fait ainsi augmenter le nombre de personne qui demandent cet emploi.
              – On rééquilibre l’offre/demande en baissant les salaires.

          3. Zer

            Toutes choses égales par ailleurs, si l’offre augmente, le prix baisse.
            Si les salaires (par industrie) ne baissent effectivement pas avec l’immigration (qui correspond à l’industrie), c’est que toutes choses ne sont pas égales par ailleurs. Mais les salaires ont moins augmenté que s’il n’y avait pas eu d’immigration.

            1. « les salaires ont moins augmenté que s’il n’y avait pas eu d’immigration »
              Non seulement c’est improuvable, mais on peut plutôt prouver le contraire (par l’absurde typiquement).
              Et effectivement, les choses ne sont pas égales par ailleurs. Les faits ? Ils donnent ça :

              évolution salaires euro constants

              Au moment où l’immigration était la plus forte (années 60, 70 et 80), c’est là que les salaires ont le plus augmenté.

              1. durru

                C’est pas pour polémiquer, c’est pour essayer de comprendre (je suis plutôt d’accord avec l’absence de rapport direct entre immigration et niveau des salaires).
                D’abord, on observe un tassement des courbes sur les 25 dernières années (à peine plus de 10% sur 25 ans, c’est pas trop fameux), ce qui rejoint l’analyse de l’article de 2016 (qui porte lui sur une période un peu plus récente, d’où des légères différences). Et ça correspond assez bien à l’explosion des taxes, charges, etc. (entre autres)
                Puis, j’aimerais voir ces courbes en parallèle avec celles du chômage. Enfin non, pas celles du chômage au sens INSEE, mais des gens d’âge actif mais inactifs (chômage, RMI/RSA, etc). Est-ce qu’il y a un rapport entre le nombre de gens inemployables et le niveau de hausse des salaires (de ceux qui sont actifs, seulement) ?

              2. Zer

                « Non seulement c’est improuvable, mais on peut plutôt prouver le contraire (par l’absurde typiquement). »

                Immigration ou pas, l’augmentation du nombre de professionnels dans un secteur tire leurs salaires à la baisse et inversement.
                Si les salaires montent quand même, c’est que la demande monte plus vite que l’offre, que les investissements ont augmenté etc..

        2. Thierry

          Je ne suis pas un pro-immigration mais en tant que fils d’ouvrier je puis vous garantir que les salaires, conditions de travail et de vie des prolétaires maghrébins et portugais n’étaient pas les mêmes que celles des français dans les années 60-70; la preuve de la rapacité éternelle du grand patronnat : quand le niveau de vie a été harmonisé (à tort ou à raison), il a délocalisé, laissant l’état payer les pots cassés.

          1. Juste pour bien illustrer :
            évolution salaire net euro constant

            C’est en euro constant (pas courant, donc corrigé de l’inflation), c’est en net et c’est sur la période considérée avec la plus d’immigration. Surprise : ça monte.

            1. Tess

              Les migrations entre 1950 et 1980 étaient essentiellement européennes (espagnols, portugais, italiens….) avec des employés qualifiés. Nous avons eu après la guerre d’Algérie beaucoup de harkis et des juifs algériens qui sont venus en france mais à l’époque il y avait du travail. La preuve on a construit des barres d’HLM dans tous les banlieues Parisienne avec le regroupement familiale instauré par VGE (une grosse connerie). Arrive la gauche au pouvoir avec les communistes et là ça commence à se gâter avec l’arrivée une immigration extra européenne ,marocaine, tunisienne, algérienne et d’afrique noire peu qualifiée ou pas du tout qualifiée beaucoup plus intense. Chômage de masse et une quasi stagnation des salaires. On peut dire ce que l’on veut mais l’immigration extra-européenne à porté le coup de massue aux régimes sociaux et qu’aujourd’hui nous avons surtout un problème avec l’obligation de souscrire tout un tas d’abonnements, l’énergie est chère et l’immobilier devient inabordable. Les mairies sont obligées de construire des logements sociaux à un rythme infernal avec des logements privés de plus en plus chers avec leurs normes de merde et des habitations franchement moches de l’extérieure et des chambres ridiculement petites et un salon avec la kitchinette qui est supposée servir de cuisine. L’immigration peut être positive si les conditions éco et surtout si on trie. A l’heure actuelle nous avons une immigrations de masse extra-européenne et pour la plupart, ils n’ont aucune qualification. Faut les nourrir, les habiller, leur filer du blé pour subvenir à leur besoin et leur trouver un logement. Je rappelle que pour les logements sociaux, les mairies font des statistiques ethniques pour octroyer les logements. En fonction des arrivants, ils donnent la priorité à certains et surtout les francais de souche sont les derniers servis. Cela fait 30 ans que cela dure, il n’y a pas de raison que cela change.
              S’il n’y avait pas toute ces aides, je peux vous dire que beaucoup iraient voir ailleurs ou se mettraient le doigt dans le c– pour travailler. La GB a accueilli en masse des étrangers avec le multiculturalisme qui va avec et je dois dire que ce pays est vérolé par les musulmans. Si les londoniens ont voté pour un musulman c’est un signe sur la population habitant à Londres. Des Bobos et des musulmans. Les blancs quittent Londres pour éviter la gangrène musulmane.

            2. Thierry

              On assiste également ces dernières décennies à une montée des salaires, notamment pour les assistés et les diplômés bidons, par contre je gagnais 12000F en 91 (informatique) et 2500E maintenant.

              1. sam player

                Et ?

                Montée des salaires pour les assistés ? Développez svp.
                Je ne savais pas que les assistés étaient une profession avec un salaire.

                Diplômés bidon ? : ah, ceux qui gagnent plus que vous, c’est des diplômés bidon, ils ne font pas du vrai travail (je parle du privé bien sûr ) ?
                « Par contre » vous si ? : ça sonne comme une auto-évaluation

                Abruptement, vu le peu d’éléments fournis, je dirais que vous n’avez pas du prendre beaucoup de risques dans votre vie professionnelle et vous en avez le résultat et il ne faut vous en prendre qu’à vous (principe de responsabilité)

                PS: Mon commentaire va certainement vous mettre en colère contre moi, mais je ne suis pas le responsable de votre situation : please, don’t shoot the messenger

                1. Thierry

                  Les assistés sont légion : les fonctionnaires, les chances pour la france en emploi municipal ou aidé, les emplois bidons (chef de projet), les artisans (marchés publics injustifiées financés par la dette), les agriculteurs (subventionnés) entre autres.

                  La plupart des BAC+5 actuels ont un niveau intellectuel insuffisant (cf PISA), dans les grandes entreprises ils montent des architectures incohérentes sans rentabilité aucune.

                  J’ai 34 ans d’expérience informatique et je vous garantis que les autodidactes, techniciens et ingénieurs de l’époque c’était autre chose que les broutards d’aujourd’hui.
                  Le métier a été capté dans les années 2000 par des sociétés de service gérées par des commerciaux qui privilégient le court terme à la capitalisation technique et embauchent une noria (20%) de sous-chefs improductifs.
                  1600E pour un informaticien diplômé débutant sans perspective d’évolution (le mérite ne compte plus) c’est une réalité, à confronter au salaire des parasites de tout poil.
                  Le refus du politiquement correct chez ces bobos est un frein au développement d’une carrière, croyez moi.

                  Évidemment je suis aigri par ce qu’est devenu mon métier, comme le reste du pays, mais je sais ce que je vaux : un simple technicien, expérimenté mais certainement plus au fait des dernières avancées que les jeunes, occupés à réseauter et faire du sport.

                  Des risques j’en ai pris : changement régulier d’employeur, microentreprise en à-côté, travail au noir (2 journées en une) pour préparer une nouvelle société, création d’une société de services, achat d’un commerce en province (3 ans de bagne dont 2 ans en double emploi).

                  Je ne vous en veux pas, vous ne pouvez pas tout savoir du pays réel.

                    1. Opale

                      😀

                      je rajoute : Artisans, assistés ? Waouh, comme Alex qui ne sort pas du périph, Thierry n’a jamais vu un vrai artisan en vrai. Padamalgam500Mg

                    2. durru

                      @Opale
                      Là c’est quand même précisé : ceux qui ont accès aux « marchés publics injustifiées financés par la dette ». Je ne peux pas lui donner complètement tort (je pense, par exemple, aux rond-points fleuris).

                    3. Aristarkke

                      Je pense qu’il évoque des chefs de projets publics ou évoluant dans des mastodontes de la connivence, fonctionnant en décalque d’une administration…

                  1. sam player

                    « … mais je sais ce que je vaux… »

                    Ça vous fait une belle jambe…
                    Votre prix, ce n’est pas vous qui le faites…
                    Merci pour tous les poncifs: si c’est pareil dans votre métier, je ne suis pas étonné de votre stagnation…

              2. Thierry

                Il est indéniable que l’artisanat et le BTP bénéficie des 57% de PIB généré par l’État et aussi des chantiers municipaux, départementaux et régionaux.
                Chantiers bien souvent entachés de connivence, dérapages et malfaçons.
                En deçà comme au-delà du périph j’ai connu les pentes inversées en plomberie, les chiottes bouchées dans des batiments neufs; le bon artisan existe mais n’est pas toujours employé sur ces chantiers.

                1. durru

                  Ce qu’Opale veut dire, c’est qu’il y a artisan et artisan. Même dans le BTP, il y a ceux abonnés aux marchés publics et ceux qui ne travaillent que pour le privé. Et les différences peuvent être énormes.
                  Sans parler du fait qu’il y a plein de métiers d’artisans qui n’ont pratiquement jamais accès aux marchés publics (comme les boulangers 😉 ).

                  1. sam player

                    durru, je ne vois pas pourquoi un artisan qui postule sur des marchés publics serait à jeter aux chiens… tu crois vraiment, quand tu es artisan, que c’est un luxe que tu peux te permettre de refuser par principe un marché public quand il y a une baisse de ton activité avec les entreprises privées ou les particuliers ?

                    1. durru

                      Sam, tu habites en France, ou pas ? La plupart des marchés publics (de ceux qui rapportent, je veux dire) sont « réservés » pour les copains. Enfin, on sait comment ça marche, avec des cahiers de charges dédicacés. J’avais écrit « abonnés aux marchés publics ».
                      Oui, même le boulanger peut vendre des petits fours pour l’ambassadeur, ce qui ne fera jamais tout son chiffre d’affaires.
                      Le problème de l’artisan (lambda) n’est pas de se permettre de refuser un marché public, mais plutôt de pouvoir l’obtenir…

                    2. sam player

                      Durru 11h39

                      Il était question des artisans hein…
                      Bah comme d’hab, t’es coincé et tu changes de sujet : ce dont tu parles pourrait concerner Bouygues et Consors…

                      Tu vas pas tarder à dire que c’était pas une prise de position de ta part mais des suppositions hi hi

                    3. Aristarkke

                      Durru, quand tu vois le déluge de paperasseries à fournir pour chaque appel d’offre public ou assimilé, il y a deux solutions : tu as une secrétaire et elle va passer des heures à collation er ce qu’il faut pour le dossier. Soit tu n’as pas de secrétariat et tu passes à autre chose. Moi, je passe…

                    4. Aristarkke

                      Sam, oui, il vaut mieux laisser passer parce que de toutes façons, tu prends un risque énorme de trésorerie du fait que tu ne seras jamais payé dans les temps, même à peu près…

                    5. durru

                      @Sam 13h14
                      Là, c’est pas moi qui m’exprime mal, c’est toi qui lit n’importe quoi (certainement pas mes interventions).
                      J’avais d’abord répondu à Opale qui disait que les artisans ne sont pas des assistés : « ceux qui ont accès aux marchés publics injustifiées financés par la dette » le sont, à mon avis. Puis, j’ai encore précisé pour Thierry (toujours à propos d’artisans) :
                      « Même dans le BTP, il y a ceux abonnés aux marchés publics et ceux qui ne travaillent que pour le privé. »

                      Qui change de sujet ? Qui parle de Bouygues & co ?
                      Quand les marchés ne sont pas trop bidonnés, c’est surtout les Bouygues qui les gagnent, pas l’artisan du coin… (pour les raisons données par Harry à 13h36, entre autres).
                      C’est pas ma faute si tu as du mal à accepter certaines réalités.

                    6. sam player

                      Harry, tu fais une erreur : ce que tu dis au niveau des marchés publics date d’il y a 20 ans… aussi bien au niveau de la paperasse qu’au niveau du paiement…

                    7. sam player

                      Durru 13h48

                      Tu parles de cahiers des charges spécifiquement tailles pour certains soumissionnaires : je te dis que ça ne concerne pas les artisans mais les grands groupes.
                      Encore une fois vous venez mélanger la discussion avec le capitalisme de connivence : en parlant d’ARTISANS il fallait le faire.

                    8. Aristarkke

                      Sam, STP, lis la presse locale. Quand les travaux du nouveau commissariat d’Évry ont été stoppés sous Vallsounet PM, l’entreprise a clairement indiqué dans la presse que nombre de ses factures intermédiaires n’étaient pas honorées malgré validation par la maîtrise d’œuvre et dépassement confortables des délais. Il y a deux ou trois ans, le Boss avait commis un article où une société de vente d’instruments de musique n’arrivait pas à se faire payer par l’armée des Indes… Dans ma commune, il y a trois ans, réfection de la placette devant la Poste et d, un bout de rue. Je suis royal en estimant les surfaces traitées à un quart d’hectare. Il a fallu 23mois de patience, à voir des semaines entières sans y voir le moindre gusse affairé, pour venir à bout de ce chantier, très quelconque en aménagement, matériaux utilisés, etc…

                    9. sam player

                      Durru 11h39

                      Ah maintenant c’est les marchés publics qui rapportent !
                      Et c’est aussi quand une entreprise fait pas loin de 100% de son CA avec les marchés publics…
                      Vous en avez d’autres des restrictions ? Parce que vous étiez partis avec comme base «les artisans » soit 3 millions d’entreprises… et là avec vos restrictions on doit être dans le millier peut-être… soit 0.1%…

                    10. durru

                      @Sam
                      1. Si tu lis ce que Thierry a écrit, ne me réponds pas à moi. J’ai jamais fait référence à « 3 millions d’entreprises ». J’ai été assez précis.
                      2. Tu ne vis pas en France, visiblement. Combien de maires n’ont pas aménagé des rond-points dans leurs communes ? C’est de l’argent privé ? Et lorsqu’on y met des fleurs, il faut un entretien très régulier. Mais c’est sûr, c’est Bouygues qui s’en occupe, c’est Sam qui l’a dit…
                      Tout comme les artisans boulangers qui fournissent les cantines scolaires…

                      Si la France ressemblait au moins à 10% au monde idéal que tu décris, ça se saurait.

                    11. sam player

                      Durru

                      « Mais c’est sûr, c’est Bouygues qui s’en occupe, c’est Sam qui l’a dit… »

                      Sophisme, je n’ai jamais dit ça, je t’ai justement demandé. E que tu appelais « ronds-points fleuris ». Je n’en sais pas plus. Tu leur reproches quoi exactement ?

                      « Tout comme les artisans boulangers qui fournissent les cantines scolaires… »

                      Sophisme : tu as rajouté « scolaire »

                    12. durru

                      C’est pas que « les artisans » sont dans la corruption, mais que la plupart de l’argent public est dépensé en connivence/corruption.
                      Tu ne sais pas lire. Ou tu fais des sophismes. Au choix.

                  2. sam player

                    Les boulangers n’ont pas accès aux marchés publics, ah bon ?
                    Dans les cantines ils ne mangent pas de pain ? Et les p’tis fours des soirées de l’ambassadeur ?

                    1. Aristarkke

                      Les p’tits fours des soirées de l’ambassadeur, ce sont de grosses sociétés de traiteur, souvent filiales de groupes cotés en bourse, qui les assurent. Pas l’artisan du coin de l’avenue de l’ambassade avec ses trois commis…

                    2. sam player

                      Les petits fours des soirées de l’ambassadeur, c’était une allégorie : les inaugurations dans les communes, les fêtes locales etc… etc… les cocktails sont commandés par les mairies, les chambres de commerce etc… et sont assurés par des artisans locaux…

                    3. durru

                      @Sam 13h47
                      Et ces « artisans locaux » ne sont jamais les copains du maire ou d’un adjoint, ou carrément de la famille… Non, jamais.
                      Il n’y a pas de connivence en France, et encore moins de la corruption.

                    4. sam player

                      Durru 13h47

                      « Non, jamais. »

                      Sophisme comme d’hab…
                      En cherchant bien tu vas bien nous trouver un artisan pedophile…

                    5. durru

                      Oui, c’est un sophisme de décrire le cas général et toi, avec tes exceptions à la noix, tu ne tombes dans aucun sophisme.

                    6. sam player

                      Durru 14h29

                      On, t’as toujours pas compris ce qu’était un sophisme ici . prêter à ton interlocuteur des propos qu’il n’a pas tenus.

                      Par contre toi : tu te réclames du cas général (dixit) et selon toi les artisans sont GÉNÉRALEMENT en collusion avec les pouvoirs publics (corruption etc…).

                      Mouais… :mrgreen:

                2. Aristarkke

                  Les ch… es bouchées dans le neuf, c’est neuf fois/dix les saboteurs qui ont balancé des canettes dans les PVC et qui n’ont pas su négocier les dévoiements ou les coudes. Également le maçon qui balance une auge de plâtre ou de mortier en prise sans balancer quelques dizaines de litres d’eau pour délayer…
                  Une blague courante aussi est de se mélanger avec les piquages et de balancer des EU/EV dans les canalisations pluviales…

  6. durru

    C’est moi qui ai la mémoire qui flanche, ou le bel Alexandre était entré dans le circuit pile par l’intermédiaire d’une entreprise privée de sécurité ?
    Je me demande en fait si le besoin d’entreprises de sécurité privées (besoin affiché par les pouvoirs publics) ne part pas d’une demande de contrats juteux alimentés par notre capitalisme de connivence QLMENE.

  7. toto17

    L’idée est brillante du point de vue statistique.
    Il faut parier que les statistiques de nos forces de Police et de Gendarmerie baisseront à mesure que des milices privées feront leurs boulots.
    La France va (enfin) re-devenir ce qu’elle était : un pays paisible où n’importe qu’elle nana en jupe peut rentrer le soir vers minuit chez elle, tranquillement, sans craindre quoique ce soit.
    Ouf !

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Les mercenaires sont d’une correction et d’une courtoisie exemplaire avec les femmes, c’est bien connu.

      1. Der Spountz

        Nul besoin de Magnum 357. Ce n’est pas très discret, un peu lourd à manipuler pour une élégante.
        Rien de tel qu’un laser de puissance, un tatouage Goa’uld au front, c’est très seyant.

        1. P&C

          Non, tu n’auras pas le droit. Ils seront assermenté.
          Et puis, les armes c’est mal. Et tu es un salaud d’oppresseur colonialiste qui faire acte de repentance. Tu devras même accepter de te faire piller avec le sourire.

            1. Higgins

              Seuls les fusils automatiques à trois coups. Le vieux Robust de grand père n’est pas encore concerné.

              1. Husskarl

                Toutes les armes de catégorie B & C sont répertoriés. Seules les D n’y ont pas le droit mais bon, la poudre noire…

                1. Opale

                  Tiens c’est une bonne question. Comment savoir si les fusils de feu mon père sont répertoriés et auprès de qui ? Depuis quand exactement les armes sont fichées ? (j’y connais rien)

                    1. Opale

                      Sur Légifrance les armes sont répertoriées et corrélées à un … numéro de série ? ou autre ?
                      J’avais prévu de ne rien dire 🙂

                    1. P&C

                      Un fusil poupou : des clous, un tube, une chambre à air.

                      Certifié par les congolais lors de leurs guerres civiles post indépendance.

          1. Aristarkke

            Au printemps 1939, ce qui restait du Fronpopu n’a rien trouvé de mieux à faire que de désarmer les Grançais avec une clairvoyance qui force le respect… 😥
            La suite des événements à montré que l’efficacité de la saisie avait été très moyenne…

            1. P&C

              Mais assez pour ne pas dissuader les boches d’envahir la France, là où les japs ont renoncé face aux chasseurs et gardes frontières US… et les boches face aux suisses.

            2. Calvin

              Non, elle a juste été ciblée : les communistes ont gardé leurs armes. Pas pour rien qu’ils ont été le gros de la Résistance, après l’invasion de l’URSS par l’Allemagne.

              1. Jacques Huse de Royaumont

                « ils ont été le gros de la Résistance, après l’invasion de l’URSS par l’Allemagne. »
                C’est un mythe savamment entretenu. Ils ont pris leur part, ce qui est bien, mais pas plus.

                1. P&C

                  +1
                  Les natios et la cagoule ont formés les débuts de la résistance, avec la complicité de certains vichystes (y compris du général Juin, qui « paumait » du matériel).

                2. lxy

                  Ah oui, le parti communiste, le parti aux 78000 fusillés…On a entendu cette rengaine pendant des années. Un historien professionnel qui connaissait bien la pérode a trouvé que ce chiifre ne collait pas. Il a décidé de consuter toutes sources disponibles pour recouper ce chiffre. Il est arrivé tout pesé a 4500…une sacrée marge d’erreur. Mais enfin ces « résistants » communistes se battaient-ils pour la France ou pour Staline ???

            3. Francis Kuntz

              ah le mythe du front populaire qui a désarmé la france devant la menace allemande …
              celui-là aussi a la vie dure

              1. Aristarkke

                Le décret loi (particularité de la IIIme République) du 18 Avril 1939 est donc une pure chimère ???
                Si le but officiel n’était évidemment pas de désarmer la Grance face à l’Allemagne, il n’empêche qu’il collait vraiment mal à la situation de l’époque sauf à ne rien comprendre à l’Anschluss, puis la crise des Sudètes puis l’instauration du Protectorat de Bohême Moravie, juste un mois avant ce décret loi…
                Il est vrai que les accords de Munich, n’est-ce pas, étaient du béton.

                1. durru

                  « Il est vrai que les accords de Munich, n’est-ce pas, étaient du béton. »
                  Voilà. N’est pas Churchill qui veut. La France de l’époque avait plutôt des gens avec la clairvoyance d’un Herriot…

          2. MCA

            @P&C 5 décembre 2019, 8 h 08 min

            « Tu devras même accepter de te faire piller avec le sourire. »

            Je crains que ce soit déjà le cas depuis un bon bout de temps pour tout le monde, non?

            1. P&C

              +1
              ça va même plus loin : lors d’attentats djihadistes, y en a qui sont restés paralysés (bon, ça c’est normal, surtout que notre vie amoindrit notre instinct de survie), et ont souri au mec qui les tuait…
              Pour ne pas l’offenser, j’imagine (ne pas sous estimer la puissance du gauchisme sur les cerveaux).

  8. goufio

    Le régalien ne recule pas…dans les établissements publics avec prolifération de passages sous portique et deux gardes pour déposer toutes ses petites affaires qui sonnent, on les paient, pour les cerfa pour nombre d’entre eux mais aussi pour leur sécurité et la nôtre dans tout cela?
    Cette France est foutue et elle va bientôt disparaître en souhaitant qu’elle ne soit pas habillée de vert avec une Greta comme effigie de la République

      1. Higgins

        « Être français c’est vivre dans un paradis peuplé de gens qui se croient en enfer. » Sylvain Tesson (Géographie de l’instant)

        1. MCA

          D’ici-peu il se pourrait bien qu’ils se retrouvent en enfer vendu pour un paradis.
          Je parle du système de « gouvernance » et ses dérives inquiétantes et non pas du pays géographique bien entendu.

          1. Higgins

            Certes oui mais il y a deux enfers, un français et un allemand. Dans le second, toute la rigueur teutonne et pas de pause possible. Dans le premier, par contre, avec les 35 heures, les RTT, les congés, la gouvernance laxistes des diables et les arrêts intempestifs d’une catégorie de personnel, c’est plus cool.

  9. Stéphane B

    HS a priori mais certains français sont fiers que leurs parents aient été au FLN. Encore plus à gerber quand c’est un polotitocard qui s’en vante.
    https:/ /www.valeursactuelles.com/politique/le-nouveau-patron-des-verts-se-vante-detre-le-fils-dune-membre-du-fln-113575

    1. lxy

      Voir aussi cette pourriture de Edwy Plenel, dont le pére, inspecteur d’académie a démissionnè pour partir s’engager dans l’Algérie communiste de Boumedienne,Ca laisse des traces.l

      1. Aristarkke

        Il n’a pas démissionné d’un pareil poste pour aller faire le fellah sous le rude soleil des Aurès…

  10. Higgins

    Moi, j’aime bien voir le libéralisme en action (bon là, je ris jaune) : https:/ /www.lesalonbeige.fr/la-greve-a-du-bon-pour-certains/

      1. durru

        Un chauffeur Uber qui dit que la grève est tout bon pour eux. Jusque là, nickel.
        Mais ensuite, il s’avère qu’il est agent RATP, qu’il fait grève et que bon nombre de ses collègues sont aussi sur Uber, car ils ont du temps 😉

          1. J’ai simplement copié collé le contenu de l’article d’Atlantico que j’ai linké aussi pour faire bonne mesure.
            L’auteur est bien Sophie de Menton.

          1. Higgins

            Je confirme et ça concerne principalement la Police en tenue. Ça relativise un peu, même si au plan matériel le pays des « droits de l’homme » peut faire profil bas, les « épouvantables » conditions de travail régnant dans les commissariats.

        1. Stéphane B

          Merci

          Hormis ce site et en vitesse,contrepoints, la depeche et le fig, je ne regarde rien. Quantà Fb, twitter ou autres, j’ai pas

      2. Higgins

        Un employé de la RATP a suffisamment de temps libre pour faire un deuxième métier: chauffeur UBER. Il indique d’aujourd’hui il va faire jouer l’offre et la demande et donc doubler ses prix pour une course. Parallèlement, il fait grève ce jour.

  11. Kazar

    Ce qui ne peut qu’inciter le citoyen un peu clairvoyant à s’inscrire au stand de tir le plus proche de chez lui ou à passer son permis de chasse…

  12. lxy

    Pour parler un peu de la grève…Une quantité d’essaystes, de politologues, de sociologues dissertent à longueur d’antenne, de bouquins, d’articles sur, au choix, la France d’en bas, la France périohérique, la France des territoires, la France des gilets jaunes etc
    Quelle que soit la dénomination le seul point commun c’est que ces régions ne sont pas du tout desservis par des transports en commun décents.
    L’avantage c’est que nous ne sommes pas tributaires des gréves de M. Martinez , ni de la Sncf, de la Ratp. Aujourd’hui les grandes et petites surfaces de mon coin sont prises d’assaut par monsieur pour ses projets de bricolage et madame pour les cadeaux de noël.
    Mais en même temps tous les chantiers de constructions réalisées par des petites ou moyennes entreprises fonctionnenent normalement.
    C’est là qu’on peut parler d’une France à deux vitesses …celle qui avec sa bagnole est libre (tant qu’on ne bloque pas les depôts pétroliers) et celle qui est tributaire de M. Martinez.

    1. P&C

      Faut voir… en cotes d’Armor pas mal de stations essence sont à sec, et la RN12 va être bloquée aujourd’hui.

    2. Higgins

      Ce jour, il y avait et aura ce soir un service minimum sur la ligne N du Transilien. Seule annonce désagréable, une voix féminine (elle aurait pu tout aussi être masculine) nous avertissant des conditions climatiques « difficiles » (0°c) et qu’il fallait faire attention (+10 au top connerie). J’ai pris un train sans problèmes à 7h57 (il était à l’heure et loin d’être bondé) et suis arrivé dix minutes après à Montparnasse. J’ai remercié le conducteur d’un pouce levé en passant devant sa cabine (une fois n’est pas coutume) qui a eu, du coup, un large sourire. Je souhaiterai sincèrement éprouver plus d’empathie pour la SNCF. Malheureusement, ça restera un vœu pieu, la maison est dans un tel état qu’elle est condamnée. Elle devrait d’ailleurs changer son logo pour SNGF: Société Nationale des Grèves Françaises.

    3. Aristarkke

      Celle qui paie des taxes de dingues sur les carburants pour avoir des chaussées de pays du tiers monde… (de plus en plus…)

  13. glot

    En marge de la grève du 5 décembre, un acte de sabotage dans la Drôme sur un transformateur électrique, empêche la circulation des quelques TGV prévus aujourd’hui en direction de Marseille.
    La direction de la SNCF, la ministre des transports et quelques députés LREM réagissent en exprimant leur indignation indignée !
    CPEF.

    1. Aristarkke

      Kasstamer n’a pas encore proposé un office de lutte contre l’electrophobie mais cela ne saurait tarder…

    2. Higgins

      Les cons sont partout: https:/ /www.lefigaro.fr/flash-actu/extinction-rebellion-revendique-le-sabotage-de-trottinettes-briseuses-de-greve-20191205

      1. Opale

        Oh purée le niveau de connerie… ils sont forts quand même. « les trottinettes comme briseurs de grève »
        Je m’en remets pas.

        1. Aelil

          J’aime bien leur volonté de « rapports humains appaisés », la seule condition c’est d’être d’accord avec eux… :p

        2. carpe diem

          il y a bien Hanouna comme porte parole du gouvernement auprès des décérébrés. et ça marche. Vous n’avez pas tout vu.

          1. MCA

            J’en arriverais presque à regretter de ne plus regarder la télé depuis des lustres; je sens que je rate de bonnes poilades.

            Mais bon, franchement, c’est au-dessus de mes forces.

      2. Higgins

        A priori, il semble que des vélos pas forcément électriques soient également touchées dixit une de mes filles.

      1. P&C

        Toujours chouchouter les prétoriens. Nombre d’empereurs romains ont fait cette erreur et l’ont payé de leur vie.

        Le plus drôle (enfin, si on peut dire…) était que les empereurs devaient jongler entre lever des impots et filer la thune à l’armée et mécontenter le peuple, ou baisser les impots et mécontenter l’armée.

        Exercice d’équilibriste de plus en plus dangereux au fur et à mesure que les provinces juteuses tombaient entre les mains des barbares, avec parfois même le concours des locaux, excédés par les impôts impériaux.

  14. Higgins

    Inquiétant mais pas surprenant. Il va bientôt falloir se surveiller : https:/ /insolentiae.com/office-de-lutte-contre-la-haine/

    1. MCA

      Ca va être amusant de les voir gérer les contradictions.

      Un des commentateurs écrit : »ceux qui dans leurs prêches piétinent le drapeau français et la République »

      Comment s’en prendre à eux sans verser dans l’islamophobie que cet office est censé combattre?

      Encore une ènième Sonnerie un grand « C ».

      Chaque jour je me demande ce que ces clowns vont encore nous imposer pour prouver qu’ils existent.

      1. Higgins

        On a vraiment des crétins de premier ordre à la tête de ce pays. Je plains sincèrement ceux qui auront l’obligation de mettre en oeuvre ce genre de délire et qui sont tenus d’entendre ce genre d’élucubrations. On a eu par le passé des Minints d’une autre envergure (je pense à Charlie ou à Gastounet). Bandits très probablement mais intelligents et surtout très pragmatiques. Et puis, leur passé plaidait pour eux et ils avaient, quoiqu’on en dise ou en pense, le sens de l’intérêt général, le sens de l’Etat et le respect de la fonction. Là, il n’y a plus d’être, simplement le néant.

      2. Aristarkke

        Ils ne les gèreront pas. Encore un machin dont le sinistre ignorait la veille qu’il parlerait de sa création le lendemain. C’est juste un gri-gri agité devant les foules pour passer au JT en donnant l’impression au bon peuple qu’on œuvre de toutes ses forces.

  15. Citoyen

     » la braderie du régalien est ouverte  »
    Ben oui, faut bien trouver des portes de sortie, des échappatoires, quand on a exigé de se voir confier des missions, pour lesquelles on a pas la hauteur requise … Rantanplan, au moins aussi foireux que ses collègues, est en quête de solutions, pour mettre ses fesses à l’abri !
    En ces temps qui se troublent, c’est une mesure de prudence judicieuse …
    Rantanplan Castagnette, et ses FdO (dans les 300 000 personnes), sont censés assurer la sécurité des biens et des personnes, ce qu’ils assurent manifestement de moins en moins, pour se consacrer de préférence au racket sur la route, qui, lui, est beaucoup plus rentable, tout en étant beaucoup moins risqué … Et cela d’autant plus, qu’il ne maitrise plus grand chose, de ce qui devrait être le métier de ses effectifs …. Au point d’avoir des djihadistes, pour faire du renseignement, … sur les djihadistes …
    Que Rantanplan Castagnette voit là une opportunité, pour refiler la patate chaude, des cas trop difficiles à traiter, à des opérateurs locaux, qui se feront payer par les contribuables « locaux », sans impacter son budget, est du pain béni qui est plutôt bienvenu … Réduire ses missions, sans réduire son budget ! … tout en concentrant ses effectifs sur ce qui est le plus rentable … Que demander de plus ?…
    Et en prime, déléguer les missions les plus délicates, à des entités extérieures, payées par d’autres, avec la possibilité de leur faire porter le chapeau en cas de problème, pour sauver ses fesses … Difficile de faire plus pourri, mais « en même temps » très efficace …

Les commentaires sont fermés.