Retraites : encore une réforme de gauche… qui aggravera les problèmes

Ainsi donc, alors même que la recette détaillée de la sauce Macron pour les retraites n’est pas encore connue, analysée et épluchée, tout le monde sait qu’il n’en sortira rien de bon, à commencer par les salariés et syndicats des entreprises publiques, au premier rang desquelles celles bénéficiant de régimes spéciaux.

Pourtant, tout ne s’annonçait pas si mal pour cette énième réforme.

Eh oui, souvenez-vous : au départ, tout ce nouvel édifice de petits calculs de trimestres et de pénibilité, d’euros transformés en points, de hauteur et de longueur de cotisations, de taille de pension et d’âge du capitaine, tout cela ne sort pas, pouf, du cul pailleté d’une licorne, mais bien des cerveaux d’une gauche tout ce qu’il y a de plus ordinaire, estampillée solidaire, progressiste, conscientisée et évidemment socialiste…

Comme nous le rappelle Les Echos avec un très intéressant article récemment paru à ce sujet, ceux qui ont planché sur cette réforme ne sont pas des inconnus : on retrouve ainsi la patte d’Antoine Bozio, directeur de l’Institut des politiques publiques, qui avait, pendant la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron, œuvré à cette proposition de réforme d’autant plus facilement que cet économiste normalien avait fait des retraites le sujet de sa thèse, rédigée en 2006 sous la direction d’un certain … Thomas Piketty.

Sapristi, Piketty, Bozio, ne dirait-on pas des gens ouvertement de gauche ?

Nos deux compères iront même jusqu’à écrire un livre ensemble en 2008, « Pour un nouveau système de retraites », dans lequel ils proposent un système « unifié de comptes individuels de cotisations offrant les mêmes droits et les mêmes règles à tous les travailleurs ».

Sapristi, ne dirait-on pas l’actuelle tentative macronienne de réforme des retraites ?

D’autant qu’à la lecture de l’historique de cette réforme, on se rend compte que les débats qui agitent maintenant le pays et les sphères du pouvoir macronien agitaient déjà les têtes pensantes de l’équipe électorale d’alors : utilisera-t-on la réforme pour faire des économies ou pas sur le dos des retraités ? La réforme sera-t-elle aussi profonde que voulue, ou ne pourrait-on pas y inclure quelques savantes bidouilles paramétriques (sur la durée et les taux de cotisation par exemple) ? Autant de questions qui sont encore en suspend à ce jour.

Mieux encore : alors même que les pères de cette réformes (Piketty et Bozio) sont bien de gauche, sans le moindre doute, l’article revient sur les autres participants comme Pisani-Ferry ou Aghion, eux-mêmes issus de la gauche, et qui forment un ensemble relativement cohérent mais décidément, furieusement et indéniablement pas du tout libéral au contraire de ce qu’on peut lire un peu partout, surtout depuis que la réforme déplaît.

Car elle déplaît, ça au moins reste sûr, solide et quasiment garanti dès le départ. À tel point que chacun de ces économistes s’est plus ou moins vite éloigné du monstre qu’ils ont enfanté tous ensemble.

Sans surprise, Piketty (qui ne peut pas piffrer Macron) a aussi vite qu’il l’a pu, renié toute paternité en dénonçant aussi bruyamment que possible l’arnaque d’une telle réforme. Le retournement de veste est aussi fracassant qu’hypocrite.

Les trois autres se sont aussi fendus d’une tribune expliquant finalement que « m’oui, m’non, m’voyez cette réforme, ce n’est pas clair et si on nous demandait notre avis, là, maintenant, on n’y serait plus trop favorable, m’voyez » (en substance).

Dans un tourbillon de précautions rhétoriques assez caractéristique d’un franc refroidissement d’humeur, nos trois promoteurs penauds rappellent qu’une réforme qui marche bien, rend heureux et donne des fesses roses ne peut parvenir à ces enviables résultats que si elle ne conduit pas à une « dégradation de la situation des fonctionnaires », notamment les enseignants, et si « aucune catégorie n’est perdante ».

Autrement dit, il faut réformer mais que personne ne perde aucun avantage. Je vous laisse imaginer la gueule du Frankestein administratif qui parvient à réaliser cette prouesse…

Il n’en reste pas moins que cette réforme d’un modèle égalitariste d’inspiration socialiste, au départ propulsée par nos économistes de gauche, semble subitement moins intéressante une fois qu’il faut vraiment la mettre en place et que (ô surprise) la partie du peuple qui va devoir faire des efforts se rebelle. Il convient alors de feindre la combattre. Ça ne mange pas de pain et c’est médiatiquement bien plus porteur…

Notons en outre que pendant que toute la gauche se rebelle contre la réforme proposée par la gauche, la droite ne propose à peu près rien. Partant de là, entre le mutisme des uns et l’immobilisme des autres, on ne peut qu’être surpris par ceux qui pensent que ce mouvement aboutira à une amélioration quelconque de quoi que ce soit. Ils sont d’une naïveté qui serait touchante si c’était la première fois que ça se passait dans le pays.

En effet, politiquement, la situation est complètement bloquée : soit Macron finit par lâcher (ce qui a le plus de chances d’arriver). Ce ne sera pas présenté ainsi, mais ça reviendra au même en vidant complètement la réforme de toute substance, ce qui ne résoudra absolument rien des problèmes de retraite.

Symétriquement, l’actuelle solution proposée est du reste aussi mauvaise (la réaction épidermique de ceux-là même qui la propulsèrent il y a deux ans en dit long à ce sujet). Ce qui veut dire que si Macron, a contrario, ne lâche rien, on ne sera pas plus sorti le cul des ronces.

De surcroît, s’il lâche, cela reviendra à émettre un magnifique message sur le mode « Oui, on peut paralyser un pays déjà économiquement sinistré aux veilles des fêtes pour obtenir ce qu’on veut », ce qui rendra toutes négociations suivantes encore plus complexes, voire douloureuses. Les gauchisteries les plus minables persisteront et le petit peuple continuera de se faire rouler dessus (mais pas en train, rassurez-vous, ils seront de plus en plus souvent à l’arrêt).

Et inversement, si le président ne lâche rien, il va de soi que la situation ira probablement au mieux à une paralysie économique dans une période normalement cruciale pour l’économie et le commerce, au pire au clash avec un affrontement ouvert entre deux parties de la population, celle qui proteste et reste campée sur ses chers (très chers) acquis, et celle qui voudrait bien travailler.

Pour faire bonne mesure, on pourrait ajouter à ce tableau le cas hypothétique mais pas impossible d’un attentat sur un quai de gare bondé, qui donnerait à l’ensemble un aspect encore plus baroque.

Je ne vois pas comment tout ceci peut se terminer avec un gain pour qui que ce soit : tout le monde sent, confusément ou non, que l’actuel système est voué à une faillite retentissante. Personne ne semble prêt à vouloir faire un effort, et très logiquement, surtout pas ceux dont les bénéfices actuels sont les plus élevés. La moindre idée de réforme provoque un blocage du pays qui aggrave à la fois les problèmes économiques et sociaux déjà présents, et accroît les antagonismes au sein de la population.

Ce qui veut dire que, quoi qu’il arrive, le peuple va s’en prendre plein la gueule.

Cependant, Et comme il a voté, avec constance et obstination, exactement pour ça depuis 40 ans, j’ai envie de dire: bien fait.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires187

  1. Le Gnôme

    Nous sommes dans un pays socialiste de l’extrême droite à l’extrême gauche, pourquoi une réforme serait autre chose que socialiste ?

    1. Husskarl

      C’est ce qui m’est venu à l’idée en lisant l’article, « rien n’est proposé par la droite », mais quelle droite ? Ca doit faire depuis 1830 qu’il n’y en a plus.

    1. sam player

      Bah logique, ce sont eux qui font tourner la machine… vous allez y venir à l’état piloté par ordinateur : les machines ne font pas grève et à la retraite elles ne coûtent pas un rond…

      P’tain ou est-ce que j’ai foutu ma sexbot?

  2. Boutros

    C’est moi ou on nage en pleine schizophrénie politique et paranoïa syndicale ? Quant à la cohérence … Chicago , années 20 (mais Capone n’était pas subventionné par la police de Chicago).

  3. P&C

    La droite ne propose rien… normal.
    – son électorat est déjà à la retraite, et n’ont cure des problèmes des actifs.
    – l’encadrement républicain est entièrement macroniste… ils n’ont pas encore sauté le pas.
    – les cadres dirigeants du parti sont HS depuis que la macronie leur a piqué la bourgeoisie de droite et le RN la droite scrogneugneu.

    1. sam player

      Pour la droite, ils n’émettent aucune idée car ils auraient fait exactement pareil… (“ont fait” si je me souviens bien, avant de tout enterrer)

  4. sam player

    “ Autrement dit, il faut réformer mais que personne ne perde aucun avantage. Je vous laisse imaginer la gueule du Frankestein administratif qui parvient à réaliser cette prouesse…”

    :mrgreen:

    Super article Tavernier !

    1. Notons que j’ai pris le parti de conserver ma dernière phrase et la citation d’Orwell de façon volontairement provocatrice pour rappeler quelque chose : si personne ne hurle quand il se fait déposséder de sa liberté, alors l’opération n’en est que plus facile. Les cris de ceux qui se faisaient dépouiller et de ceux qui subissent maintenant cette situation inique n’ont jamais été assez forts et n’ont jamais été entendus.

      C’est probablement maintenant qu’il faut absolument tout faire pour que la situation change.
      Il n’est pas normal qu’une caste de privilégiés paralyse un pays. Il n’est pas normal qu’un système voué à s’effondrer perdure, soit même cimenté par toute la gauche alors que le peuple aspire réellement à plus de liberté.

      Que ceux qui ne veulent pas, comme ce « peuple » orwellien, être complice de ce qui se passe le disent, partout.

      1. Husskarl

        Voilà qui me rappelle le discours d’un site qui fut censuré par l’état français. « Si vous ne protestez pas, vous serez les prochains et il ne faudra pas se plaindre… »
        Ca marche de la même manière pour chaque liberté.

      2. Higgins

        Je n’aime pas l’auteur de cette citation, il a fait suffisamment de mal à la France (cf les guerres de Vendée et la Terreur) et au Monde (il était un modèle pour Lénine) mais celle-ci me semble toujours d’actualité: « Le sort du peuple est à plaindre quand il est endoctriné précisément par ceux qui ont intérêt à le tromper, et que ses agents, devenus ses maîtres par le fait, se constituent encore ses précepteurs. C’est à peu près comme si un homme d’affaires était chargé d’apprendre l’arithmétique à celui qui doit vérifier ses comptes. » Maximilien de Robespierre.

          1. Aristarkke

            Il parlait pour les Autres, évidemment comme un de ses admirateurs contemporains pour lequel tout homme politique condamné à une peine de prison, devrait démissionner dans les heures qui suivent…
            Pas de pot, la Poste doit faire grève, aucun courrier de ce type n’étant arrivé…

            1. Citoyen

              C’est vrai que, de temps en temps, le Lider Minimo devrait la fermer, ça lui serait profitable …
              https:/ /www.lefigaro.fr/politique/en-2017-melenchon-reclamait-que-tout-citoyen-condamne-soit-ineligible-a-vie-20191210

      3. Aristarkke

        Normalement, il devrait arriver un moment où les hurleurs constatent l’inanité de leurs cris et décident de continuer avec d’autres moyens…

      4. Pheldge

        « si personne ne hurle quand il se fait déposséder de sa liberté … » c’est pas ce que disait Latrine de Labo vessie, le copain à Mon Peigne Etienne de La Boétie, dans Le Discours de la servitude volontaire ?

  5. Gerldam

    Le principe de cette réforme, c’est l’étatisation de toutes les retraites. Comme le dit notre hôte, c’est du collectivisme pur et simple.
    Mais, comme il y a des perdants et que ces perdants sont les pata-/fonctionnaires (EdNat, SNCF, RATP, etc.), il y a tout à parier que le résultat sera pire qu’avant avec des retraités plus pauvres, mais des actifs plus pauvres aussi, car prélèvements et impôts plus élevés.
    Chapeau les artistes socialos!

    1. Vodkaman

      Une question qui me taraude (et ce n’est que le début avant mise en oeuvre du bordel dont la course et l’alésage devraient sensiblement augmenter).
      N’est-ce pas également un moyen de couper court aux possibles sanctions au regard du droit européen en la matière, qui permet un libre choix sauf si régime unique ?
      Vu le bordel avec les contestations des indépendants qui sont légitimes (42 régimes différents donc libre choix, normalement…) il y a fort à parier que l’État se fera défoncer devant les instances européennes (ou plutôt devrait se faire défoncer mais quand on voit ce qui se passe pour le budget…. bref) .
      Un régime unique et yahouuuu, c’est parti pour un collectivisme moelleux.

  6. lxy

    Dommage que le récit soit triste car le rédacteur est génial, une fois de plus !
    Le titre dit tout:: a aucun moment de l’histoire on a vu un pays améliorer son sort avec le socialisme. La France, complètement shootée à la propagande socialiste « par tous puits et galeries » est évidemment incapable d’accomplir quelque réforme que ce soit, et certainement pas sous la houlette de Macron à qui manque une colonne vertébrale.
    Je n’ai pas retenu grand chose de mes études d’ingénieur, mais j’ai appris un principe fondamental et universel qui est celui de l’entropie qui peut être facilement expliqué par une comparaison « C’est plus facile de répandre un sac de billes dans une pièce que d’aller récupérer les billes une a un pour les remettre dans le sac ». Le socialisme est entropique…

    1. Gerldam

      Il y a un autre « principe » contenu dans la « Fable des abeilles » de Mandeville: laissez les gens conduire leur vie de façon la plus égoïste possible SANS ENTRAVE et le résultat sera bon pour tous (version très abrégée).

      1. Theo31

        Le socialisme échoue systématiquement parce qu’il n’est pas un système economique. L’esclavage qui est le pilier de tous les socialismes n’a jamais apporté la prospérité au plus grand nombre.

  7. Higgins

    HS mais on a vraiment un parlement au top 10 de la stupidité: https:/ /www.lefigaro.fr/flash-eco/antigaspi-l-assemblee-pour-un-indice-de-reparabilite-des-produits-20191211
    Le fait que ces gusses sont grassement payés pour sortir de telles billevesées indique bien que nous sommes passés de la démocratie à la médiocrature.

    1. Le Gnôme

      Ma voiture est éminemment réparable et je vais être obligé de l’envoyer à la casse alors qu’elle pourrait encore me durer des années.

    2. sam player

      Ce n’est pas la pièce où son prix qui fait défaut dans la réparabilité, c’est la main d’œuvre pour l’établissement du diagnostic et la réparation.
      D’ailleurs la majorité des grandes enseignes ont un coût forfaitaire de réparation (pièces comprises), par exemple 170-200€ pour un LV… et en final il vaut mieux en acheter un neuf, garanti, plus moderne et qui consomme moins…
      L’obsolescence c’est avant tout les technos qui évoluent…

      1. sam player

        A ce sujet de la réparabilité, il y a un truc contreproductif, c’est le devis gratuit : le réparateur qui ne veut pas prendre de risque va envisager la réparation maximum vu qu’il ne peut pas diagnostiquer gratos… et en fait ce devis gratuit se retourne contre le consommateur.
        Perso mes devis sont payants quand je dois intervenir pour diagnostic.

        J’ai toujours en tête le cas de cette dame qui avait un devis de 350€ P&MO de Feu vert pour changement d’un étrier de freins alors que c’était les colonnettes qui étaient cuites, 8.70€ de pièces en tout et 1h de MO.
        Quand elle m’a dit tout le mal qu’elle pensait de FV, je lui ai dit que c’était de sa faute vu qu’elle n’était pas prête à payer pour la recherche de la cause et que le garagiste se couvrait vu qu’il a une obligation de résultat…
        Tiens, je ne l’ai pas revue celle-là après la réparation hi hi

        Conclusion : le devis gratuit coûte cher…

      1. Dr Slump

        L’histoire de la querelle byzantine pendant la chute de Constantinople est une grosse exagération historique. Ces querelles existaient en effet, mais avaient une réelle importance politique pour maintenir l’unité de l’église, et par là éviter le morcellement de l’empire.
        Mais le chute de l’empire byzantin doit surtout à la puissance des ottomans, qui ont occupé tout le pourtour méditerranéen, et, faut-il le rappeler, jusqu’aux portes de l’Europe. Heureusement que l’empire austro-hongrois était là, et les barbares de la « sublime porte », comme on l’appelait à l’époque, a pour moi contribué à forger le sentiment d’appartenance à l’Europe.

        1. P&C

          Bien sur que c’est exagéré…

          L’empire byzantin est déjà mal au point dès 600 après Djéssusse… épuisé à force de se foutre sur la gueule avec les perses sassanides. Conséquence de la politique romaine vis à vis des parthes, qui pourtant visaient plus l’inde que le proche orient. Les parthes sont tombés, remplacés par les sassanides résolument motivés à défoncer du romain.
          L’empire byzantin et l’empire sassanide sont épuisés par des siècles de baston, y a plus un rond dans les caisses.

          Heraclios n’a pas la thune de lever une armée pet aller défoncer les arabes sortis de leur désert.

          Ajoute la crise en Egypte et au liban, les sectes chrétiennes qui ne peuvent blairer la centralisation byzantine, l’habitude la cour à putcher…
          Bref, les arabes n’ont qu’à se servir… en plus, ils taxent moins que les sassanides et les byzantins.

          L’empire byzantin y laisse deux grosses cash machines… en plus, des hordes nomades mettent la pression au nord, il faut les arroser pour qu’elles aillent voir ailleurs.

          Il va y avoir un équilibre avec des bastons autour de la syrie entre les byzantins, les fatimides chiites et les abbassides sunnites jusqu’à l’arrivée d’autres hordes nomades, cette fois des bridés : les turcs, dont les seljoukides.
          Ceux ci vont conquérir tout le califat abbasside, repousser les fatimides vers l’Égypte, et prendre une bonne partie de l’anatolie (le fameux et bordélique sultanat de roum). Ce qui va donner lieu à des alliances entre les chiites fatimides et les chrétiens byzantins… contre les turcs sunnites.

          La dynastie des Comnènes va redonner un peu de prestige à l’empire byzantin, mais ce ne sera pas suffisant.

          Un peu avant la première croisade, l’empire seldjoukide explose. Les croisés foutent aussi sur la gueule des fatimides… les byzantins et arméniens louvoient entre les différents factions… la méfiance entre croisés et byzantins s’installent (et un certain Bohémon de Tarente y est pour quelque chose…).
          Bref, croisades, reprise en main des trucs, puis des ayyoubides, puis des mamelouks…
          La quatrième croisade, menée en sous main par ces (censuré) de vénitiens et génois et un putschiste byzantin, va mettre un bon coup de tatane sur la gueule de l’empire byzantin.

          Byzantins et corisés se détestent tellement qu’ils sont responsables de leurs pertes respectives en ne s’associant pas, soit en bastonnant.

          Arrive encore des hordes de bridés : les mongols. Ils défoncent les turcs, le sultanat seljoudike anatolien éclate encore en une multitude petits beylicats qui se foutent sur la gueule.

          Quand les paléologues vont récupérer le bordel, l’empire est ravagé. Les serbes, hongrois, valaches, turcs, etc… ont grignoté plein de territoires. Il reste en gros la Morée, une partie de la Grèce du nord + thrace, un bout d’anatolie, et trébizonde. De 1000000 d’habitants, Constantinople passe à 100000, puis 50000. Les vénitiens et les génois ont récupérés des iles entières et ruinent le commerce local à leur profit. Bref, les rentrées de thune sont bien maigres.

          Un de ces petits beylicats turcs est dirigé par un certain Ertugrul… on le dit descendant des Comnenes, des Césars, des seljoukides, de la première tribu turque… mais c’est juste un chef de guerre doué (qui défonce les byzantins une première fois). Il attire à lui plein d’aventuriers, de gonzes à la recherche de flouze, et d’artisans et paysans (même byzantins !) locaux saoulés par les impôts et/ou fuyant les mongols. Et tout ce monde, ça fait rentrer du pognon, et facilite les conquêtes.
          Son fils Osman (dont les ottomans tirent leur nom, les osmanli) va vraiment lancer le business ottoman. Jusqu’à Bayezid 1, les ottomans grignotent de partout.
          Pendant ce temps, les byzantins enclenchent une série de guerre civile (cantacuzènes, paléologues, etc…). Ils deviennent les vassaux des ottomans dès Murad 1.
          Les ottomans s’installent en Grèce, poutrent les serbes, puis les hongrois à nicopolis…

          Le fléau Tamerlan les calme pour 50 ans, mais ça repart de plus belle sous Murad 2…. et pourtant, à la base il voulait juste méditer pépère. Il va devoir bastonner pendant toute sa vie. Mais à la fin de son règne, il a tellement défoncé qu’il ne reste que deux beylicats qui ne tiennent que parce qu’ils sont soutenus par les mamelouks… qui sont en crise. Donc tout va bien sur le front oriental. Murad tente de se faire Constantinople, mais lève le siège faute de flotte pour imposer un blocus.

          Les byzantins pendant ce temps ? Ils intriguent, et tentent de réduire les quartiers génois… raté. Alliance avec orthodoxes locaux ? ils sont tous vassaux des ottomans, il ne vont pas moufter. Les hongrois ? Ils n’ont plus les moyens.
          Le pape ? un rapprochement entre les églises cathos et orthodoxes serait une solution, l’empereur byzantin est chaud, le pape est chaud… l’église orthodoxe pas du tout. Pour une raison simple : sur les 70 évêchés orthodoxes, seuls 8 sont sur les terres de l’empire… renoncer à l’orthodoxie pour sauver l’empire, c’est perdre tous ces gens, alors que l’orthodoxie permettrait de continuer à cimenter les grecs et peut être refaire renaitre l’empire.

          Arrive Mehmet 2, qui a besoin d’un bon coup d’éclat pour remonter sa cote (le bref règne qu’il a fait du temps de son père lui a donné une réputation de merdeux autoritaire et irresponsable, au point que ses conseillers ont rappelé le paternel, pourtant retiré des affaires).
          Mais les conseilles ne sont pas chaud… il faut un prétexte pour dénoncer le traité fait du temps de Murad 2. Arrive une lettre de byzance, qui dit qu’ils soutiendront le rival de Mehmet 2 s’il ne donne pas plus de pognon… tactique byzantine classique.
          Réponse du Mehmet ? vous avez violé le traité de paix. Il fait construire une grosse forteresse pour sécuriser le transfert de son armée d’anatolie, fait décapiter les ambassadeurs byzantins venus protester, et fait pendre tout un équipage et de vénitiens et empaler leur capitaine… Mehmet n’a que 19 ans, ça annonce la couleur…
          Arrive sur le trône byzantin le dernier empereur, Constantin dragasès. Il a beau avoir plein de qualités, ça ne suffira pas face aux 100000 hommes et aux gros canons du sultan. Ses frères ne pourront pas l’aider, les turcs envoient des armées défoncer la Morée et Trébizonde.
          Seuls les génois et les vénitiens enverront des renforts, et encore sans trop se mouiller (les génois ont peur pour Péra, les vénitiens ont été arrosés par le sultan).

          1. pl00tarke

            @ P&C

            Merci pour ce post, en fait l’Histoire c’est passionnant !

            https:/ /www.youtube.com/watch?v=q2Ovjosefdo&list=LL4PQ-jFyCB5tlbz2sBw36BQ&index=1239

          2. durru

            Le gros problème des Romains, c’est que leur modèle économique était basé sur les conquêtes. Tant que ça a marché (en gros, jusqu’au deuxième siècle), tout baignait (ou presque). Une fois que ça s’est arrêté (car les Germains et les Perses ne se sont pas laissés faire), c’est parti dans tous les sens.
            Ne pas pouvoir payer l’armée, ni assurer les jeux de cirque à la maison, ça demande des solutions alternatives. Malheureusement, elles n’ont pas été trouvées à temps.

            Puis, c’est pas pour rien que C. Gave dit que Jésus a été le premier libéral ;). L’Empire, c’est bien (pax romana), mais si on s’écroule sous les impôts, c’est plus pareil.

            1. P&C

              Les solutions demandaient de réformer le système : les allocs pour acheter le calme de la plèbe romaine, l’esclavage de masse, la volonté belliciste de l’armée, un accord avec les parthes pour l’Euphrate…
              Puis aussi, en dehors de la perse, y avait plus rien d’intéressant à piller… au nord et à l’est, que des pays froids, habités par des peuples hyper agressifs. Au sud ? du désert.

              Un moyen de régler les problèmes est de les différer dans le temps : dévaluation du solidus. On connait la chanson : perte de confiance, crise économique, soldats qui gueulent, mauvaise monnaie qui chasse la bonne, corruption, peuple accablé d’impôts (le coup de l’extension de la citoyenneté est génial…)… à tel point que les peuples à la périphérie de l’empire ne seront pas si mécontents de leurs nouveaux rois barbares (facile : ils taxaient moins. Les arabes reprendront la recette avec succès).
              Ajoute quelques épidémie de peste, des empereurs incapables, laisser reposer…

              Pendant ce temps, les germains se débarrassent de leur modèle tribal pour créer de grosses confédérations, et leur métallurgie dépasse celle des romains dès la fin de Marc Aurèle.
              Les parthes à la politique molle et tournée vers l’inde sont remplacés par les sassanides, plus brutaux et résolument anti romains.
              Ajoute l’arrivée de hordes sauvages déboulant de leurs steppes, et amendant l’étrier… (et la mode de la déformation du crane).

              L’esclavage de masse était un problème en soi ; pourquoi innover et faire faire à notre population autochtone des gains de productivité, lorsque l’on dispose d’une masse de main d’oeuvre soumise, et que les romains sont si turbulents ?
              On a eu le même problème avec la traite européenne : les pays européens les plus esclavagistes (Portugal et Espagne) ont eu le plus de mal à faire la révolution industrielle, contrairement aux anglais, allemands, et français.

          1. P&C

            En 1867, l’empire ottoman est déjà largué à tous les niveaux.

            Dès la fin du règne de Soliman le magnifique (expansion maximale de l’empire, siège de Vienne), les ottomans entrent en décadence.

            Les janissaires en sont l’archétype : ils vont faire pire que les mamelouks. De troupe d’élite super crainte, ils vont devenir des clowns en costume inutiles et indisciplinés en refusant d’adapter leur armement et leurs tactiques, de peur de perdre leurs rangs et privilèges.
            Même le bey d’Alger les défoncera avec une horde de kabyles et autres contingents tribaux levés à la hâte.
            Ils deviendront si gênants que Mahmoud 2 les liquidera.

          2. Dr Slump

            Je mélange un peu les époques dans mon propos en effet, mais l’empire Ottoman a duré jusqu’au 20e. La Hongrie, l’Autriche, séparément ou ensemble ont beaucoup résisté à l’empire Ottoman. Et je ne parle pas de la Grèce, et des autres pays voisins.

              1. P&C

                Tu parles. Ils n’ont même pas repris Istanbul. Même avec une armée en lambeaux, Mustapha Kémal leur a botté le cul.

                Chypre, pas mieux, ils sont obligés de se planquer derrière les casques bleus.

                  1. P&C

                    Je préfère comparer à Nicopolis.

                    Une tripotée de seigneurs et princes prestigieux ont raté là où un seul barbare bridé et sa horde ont réussi.

                    1. P&C

                      Je le lire lorsque je serai chez moi.

                      Nicopolis, c’est une ville en Grèce, et une croisade opposant une coalition de chrétiens contre les turcs ottomans menés par Bayezid 1, alors qu’ils avancent dans le nord de la Grèce.

                      L’affaire est mal embarquée : mépris, concours de bite, disputes, pas de reco (ils pensaient le sultan loin en Anatolie, alors qu’il est juste à coté de Constantinople), ils ne réagissent pas quand ils rencontrent les premiers fourrageurs des ottomans…

                    2. durru

                      En 1396, Bajazet a défait une « croisade » occidentale à Nicopolis, pour être vaincu et capturé par Tamerlan quelques années plus tard.

            1. P&C

              Mouais. Les différents états européens ont passé leur temps à se poignarder dans le dos, malgré la menace turque sans cesse grandissante.

              Personne, même pas les byzantins, n’a bougé quand Mourad 1 est allé fritter les serbes à la Maritza et à Kosovo Polje…
              Les serbes vont d’ailleurs leur en vouloir : pour le siège de Constantinople, ils vont refiler des renforts… à Mehmet 2. Même le roi de Hongrie va envoyer un conseiller pour dire à Mehmet comme bien orienter ses canons pour défoncer les remparts… qu’il a lui même fait consolider quelques années avant.
              Sans parler de l’ingénieur hongrois Orban, par la thune alléché, qui va fabriquer les plus gros canons de l’époque… pour le sultan. Karma, il sera tué par l’explosion de l’une de ses créations.

              La Hongrie a pourri la Valachie et ses alliés au moment où elle prenait l’avantage face aux turcs… et l’Autriche a fait de même avec la Hongrie.

              Pour faire la nique à l’Espagne, la France s’alliera avec le sultan, ce qui lui permettra de conquérir le Maghreb… et de donner aux pirates barbaresques (avec le fameux bey Barbe-rousse) les bases nécessaires pour razzier de la blanche jusqu’en Islande.
              Ils seront tellement pénibles que même les jeunes USA devront leur mettre sur la gueule.

              Bon parfois ils arrivent à s’unir, comme à Nicopolis… en engageant moitié moins d’hommes que les Ottomans (15000 contre 25000…). La France enverra une troupe, menée par ce rambo porte poisse de Boucicaut. Les allemands et les français se brouillent avec les hongrois, et méprisent les conseils des croates et des valaches… résultat : Bayezid 1 fume tout ce petit monde sans grands soucis.
              On peut comparer ce brillant résultat avec celui de Tamerlan : avec sa horde mongole, en une seule bataille, il écrase la totalité de l’armée ottomane (5 fois plus nombreuse qu’à Nicopolis), capturera Bayezid 1, lui piquera sa thune et ses femmes, et désorganisera le sultanat pour 50 ans.

              1. durru

                Pour tout dire, après la croisade de 1204 détournée sur Constantinople et le pillage qui a suivi, les orthodoxes ont préféré tomber sous les coups des ottomans plutôt que de se faire aider par les papistes.
                La politique et la religion n’ont pas fait souvent bon ménage…

          3. Jacques Huse de Royaumont

            En 1806, le Saint-Empire n’est plus qu’une coquille vide depuis déjà longtemps. A partir de la guerre de 30 ans, les principautés germaniques sont indépendantes de fait. Les guerres du 18ème siècle (guerre de succession de Pologne, guerre de succession d’Autriche) renforce l’indépendance et la puissance d’entités comme le royaume de Prusse, ou dans une moindre mesure, de Saxe. De plus, le Hanovre est rattaché à la couronne britannique.
            De son coté, l’Autriche, associée à la Bohême, la Hongrie et d’autres territoire constitue un empire indépendant, même s’il reste nominalement sous l’autorité de l’empereur.

            1. P&C

              Des la renaissance, le SERG est une coquille vide.

              Machiavel le rappelle : les villes allemandes sont très riches, très armées, et très libres. Elles n’obéissent à l’empereur que lorsqu’elles le veulent.
              Lors de la guerre de 30 ans, on verra l’empereur très catholique et une partie de ses vassaux allemands bastonner contre… la suède protestante, mais aussi la France très catholique, alliée aux princes allemands protestants.

      1. durru

        Bah, comme Aelil me l’expliquait sur le fil de l’Education, il n’y a jamais de problème avec la répartition, il y aura toujours quelque chose à verser.
        D’après mes calculs, le montant des retraites réellement couvert par les cotisations est en dessous de 700€/mois (en moyenne), ou en dessous des 900€/mois si on considère aussi les fonctionnaires comme cotisants (aberration, je sais, mais bon…)
        Le reste, c’est financé par l’Etat, ou plus exactement par la dette. Elle est pas belle, la vie (à crédit) ?

    3. douar

      Même c…rie quant à l’interdiction de l’utilisation des plastiques jetables pour 2040.
      Ces élus n’ont sans doute pas réfléchi aux conséquences dans la vie quotidienne.
      Par exemple, l’alimentaire: on risque de jeter beaucoup plus de produits, ou alors, il faudra s’approvisionner plus fréquemment.
      Et là, joker, ces députés voteront une loi contre le gaspillage alimentaire, histoire de résoudre le problème.
      Fastoche.

      1. Pythagore

        Il y a aujourd’hui du plastique fait à partir de plantes (maïs notamment je crois). Oh wait ! mais normalement on les mange ces plantes ?!? Arrrggghh ben vous mangerez directos le plastique à partir de 2040.

        1. sam player

          Sauf que c’est tellement biodégradable… que ça se dégrade assez vite… cf les sacs de supermarché ou les nouveaux cotons tiges : pas intérêt à les laisser dans une trousse de toilette… ils deviennent tout mou…

              1. P&C

                Saprophyte = capable de se nourrir de matière organique non vivante.
                Pas mal sont aussi des pathogènes opportunistes.

                Certaines bactéries ne sont pas saprophytes : soit elles vivent forcément au dépend d’un autre organisme, soit elles vivent autrement (photosynthèse, transformation de matière minérale…).

  8. Nemrod

    Je pense que Philippe va annoncer faire main basse sur les réserves des caisses autonomes du privé…pour not’bien ça va sans dire, déjà pour commencer.
    Pour le reste…on avisera !

    1. Opale

      Si j’ai bien entendu, il a dit que les caisses resteront là où elles sont.
      Et il affirme haut et fort que les régimes spéciaux seront supprimés.

          1. bibi

            C’est parce que le rendement de la bourse de Paris est faible même dividendes réinvestis.
            J’ai fait un comparatif sur la période 1987-2018 en épargnant 15% d’un SMIC brut salarial.
            L’épargne commence au 1er janvier 1987 et l’investissement au 1er janvier 1988.
            Investissement bourse de Paris :
            – CAC40 GR : 155k€
            – CAC40 NR : 134k€
            Investissement Berkshire Hataway : 574k€

            sources :
            Smic salarial brut : legislation.cnav.fr/Pages/bareme.aspx?Nom=smic_smig_smic_bar
            CAC40 GR et NR : fr.wikipedia.org/wiki/CAC_40#Historique_des_performances_annuelles
            Berkshyre Hattaway : macrotrends.net/stocks/charts/BRK.A/berkshire-hathaway/stock-price-history

            approximations:
            Le montant du smic pour l’année est celui de la première valeur figurant à l’année N
            exemple pour 1987 la valeur pour l’année est de : 27.57FRF
            Le nombre d’heures travaillées par an est de 1607h pour la période 2002-2018 et 1787h pour la période 1987-2001.

            1. Oui, autant investir sur des bourses un peu plus vives (quitte à changer en fonction du moment, année après année). Je pense que l’investissement US ou UK sur la même période a dû donner de meilleurs résultats.

              1. bibi

                J’ai fait le calcul avec le S&P 500 et j’ai affiné le calcul en prenant en compte le taux de change USD FRF et USD EUR au 1er janvier.

                S&P 500: 235k€
                Berkshire Hattaway : 554k€ (contre 574k€ précédemment)

                sources :
                taux de change : fxtop.com/fr/conversion-devises-date-passee.php
                S&P 500 : en.wikipedia.org/wiki/S%26P_500_Index#Annual_returns

    1. Husskarl

      Il serait intéressant d’avoir les résultats pour les personnes d’autres années sortant sur une conjoncture moins favorable. En fait, le point haut, le point moyen, le point médian et le point bas.

      1. bibi

        L’intérêt est somme toute restreint puisque vous n’allez pas vendre toutes vos actions le jour ou vous partez à la retraite.
        Après tout dépend du capital que vous avez, mais si vous avez prévu de taper dans votre capital au moment de votre retraite il est de bon ton de réduire progressivement sa part d’action au profit d’obligations (en ce moment surtout pas d’états de la zone euro).

        Si vous regardez les taux à 25 ans dividendes réinvestis pour le S&P500 vous verrez que le taux annuel minimal est de 9.07%.

        1. Husskarl

          C’est vrai.
          Une complication viendrait du fait de devoir équilibrer le panier d’actions pour reproduire l’indice de manière assez fidèle. Les trackers suivent l’indice mais ne servent pas de dividendes.
          Il faudrait également compter les frais d’entrée puisque investissement chaque mois (et de sortie ?).

  9. panchovilla

    si je ne m’abuse (docteur) la sécurité sociale a une branche vieillesse, une branche santé et une branche famille. Puisque paraît-il nous ne faisons pas assez d’enfants pour fournir des bras et des cerveaux à l’économie (avec 10 millions d’inactifs rémunérés…..), que par ailleurs malgré tout notre population active ne cesse d’augmenter ainsi que nos cotisations sociâââles, les comptes de la caisse d’allocations familiales devrait être largement excédentaire, et cet excédent pourrait être reporté sur les retraites, non ?

    si si (impératrice). J’ai d’ailleurs lu je ne sais plus où ni quand un article qui démontrait ça par A+B avec chiffres à l’appui, et qui expliquait que l’excédent était « bouffé » par des frais de gestion (personnel surtout) délirants, des actions sociâââles théoriquement inutiles puisque justement les allocations servent à ce que les gens aient de quoi se débrouiller pour faire vivre leurs enfants, et des projets éducatifs à base de vacances « at the fray of the princess » pour les délinquants du 9-3.

    si on ajoute que l’économie ne se porterait pas plus mal si l’intégralité des sommes versées venait soutenir la demande intérieure au lieu de partir par milliards au maghreb et en afrique noire, on en conclut naturellement que la phrase de Jaurès (celui de la rue Jean Jaurès, c’était un peintre je crois) « la nation est le seul bien de ceux qui n’ont rien » n’est valable que dans une vraie nation qui privilégie ses enfants et rien qu’eux, et qui ne brade pas la nationalité (ça s’hérite ou ça se mérite disait JMLP).

    Bref tout ce bon sens vous ne l’entendrez jamais dans la bouche des grands éditorialistes (le frère de Julien Clerc notamment) qui ne savent que répéter qu’avec un nombre croissant de retraités et un nombre diminuant de cotisants il faut soit cotiser plus soit travailler plus longtemps.

    PS qui n’a que peu à voir : quand la sncf a créé son agence de voyages « voyages sncf », c’était une filiale sous convention collective des agences de voyage. Les syndicats ont déclenché une grève pour que les employés de voyage sncf aient le statut de cheminots !! si, c’est vrai ! et ils ont gagné, c’est ça le plus beau !

    PPS : personne ne parle des ouvriers d’Etat des arsenaux de la marine qui quand ils sont restructurés partent avec 90 000 e et retraite complète à 52 ans…

  10. sam player

    Même pas HS, c’est des réformes de gauche :

    – Anne Hidalgo veut supprimer les cars de tourisme dans Paris… en 2024

    – réduire la location touristique à 60 jours par an, et même de l’interdire dans les arrondissements centraux (île Saint-Louis, Marais…). Il propose aussi de limiter les ouvertures de nouveaux hôtels dans Paris intra-muros.

    – L’avenir du périphérique de Paris de nouveau discuté. Des études seront menées en vue de sa transformation en boulevard végétalisé.

    C’est tout dans Figaro.fr d’aujourd’hui !

      1. durru

        Bah, en fait, Paris intra-muros sera une zone entièrement piétonne, les cars de tourisme vont s’arrêter au périph et les touristes vont emprunter le boulevard végétalisé pour joindre les plus proches stations de tram, métro, taxi, Uber pour aller vers leurs logements Airbnb partenaires (d’où la limitation sur les nouveaux hôtels).
        Mais, en fait, la plupart des touristes arrivent en train ou en navette aéroport, même pas besoin de tant de cars de tourisme que ça 😀
        [C’était la minute de rêve éveillé avec Âne Hidalgo]

        1. Aristarkke

          J’en serai fort étonné que les cars deviennent inutiles. Batifolant dans le sud francilien et dans Paris même, il est fréquent de remarquer des cars gênant des pays européens proches et même de Grèce qui convoquent des cargaisons de touristes, non seulement pour les y amener mais également en tournée de visite des sites locaux.

                  1. Pheldge

                    à la Réunion, les chopines de bière Dodo sont consignées, 5cts. Y’a toute une économie pas râleuse autour. Et y’a cette légende de bistro qui court « ouais, y’a un gars, un jour, il a pu acheter une voiture avec l’argent des chopines qu’il avait bues ! »
                    20 K€ pour une bagnole ==> 400 000 chopines 😉 bonjour la descente !

                  2. sam player

                    Bah justement, hier j’étais en télétravail (à 250km hi hi) avec des moldaves, j’ai pas pu la placer… mais à midi si : un flop mais je m’en doutais…

      2. Dr Slump

        En 2024, avec une telle équipe municipale on peut s’attendre à un désastre puissance 10, avec un bon gros attentat en gâteau sous la cerise.

    1. Pythagore

      Ils ne savent plus quoi inventer pour se démarquer dans l’escalade permanente des promesses de lendemains chantants…
      Comme les vendeurs de téléphones, avant y’avait une camera, maintenant 2 et bientôt 3, tjs plus d’autonomie, tjs plus fin. Savent plus quoi inventer.
      .
      Z’ont oublié les bateaux mouches, quel pollution, à éliminer dès 2020 !
      .
      PS: tiens et Al, perdu ds l’espace ?

  11. MarieA

    Comme d’habitude en France, un seul sujet de conversation, d’inquiétude et d’intérêt : les vieux.
    Les vieux, les vieux, les vieux. Matin, midi et soir. A la radio, à la télé, partout. On a l’impression que personne et rien d’autre n’existe dans ce pays.

    Je remarque que, comme d’habitude, on ne parle pas de baisser maintenant les retraites financées par les non-retraités qui travaillent ET ne vivent pas correctement, pendant que les vieillards qui ne produisent rien vont encore se faire payer des appareils auditifs à 3000 boules pour mieux entendre Motus.

    J’apprends que les enseignants seront exemptés des réformes, après les policiers, j’ai cru comprendre que le personnel médical aussi. Bref, on réforme les régimes spéciaux à l’exclusion de tous les régimes spéciaux. #MemedupetitchatMissionRéussie,etc…

    1. Dr Slump

      Ah pardon mais les jeunes ils cassent bien les couilles aussi hein, et on les entend largement trop pour ce qu’ils représentent en termes d’expérience, de pertinence, et de sens de l’à-propos. Parce que les « extincted rebels », les « blacks blocs », les zadistes, les « antifa », les femen, purée je ne vais pas tous te les citer, mais tu auras compris à ce stade que ce sont tous des jeunes. Bon d’accord, ils sont pénibles ces vieux qui s’accrochent à leurs privilèges, mais les jeunes là, ils sont un cran au-dessus, c’est le fascisme en marche.

      Le problème ce n’est pas l’âge, le problème c’est le socialisme, qui pourrit même jusqu’aux esprits les plus jeunes, ce qui n’augure rien de bon.
      Alors on se calme avec la seringue euthanasique et on se repasse la vie de Candy en vidéo.

      1. MCA

        Keep cool Dr, que d’emportement !

        Un vieux n’est qu’un jeune qui a de l’expérience et un jeune n’est qu’un vieux en devenir qui ne le sait pas encore .

        Chacun son tour c’est pas compliqué.

        La vie est simple, il suffit d’attendre.

        1. Dr Slump

          Bof je suis calme, je fais semblant de m’énerver sur le papier pour que la petite jeune comprenne ^^
          Dans ma vie simple à moi, les jeunes sont jeunes, les vieux sont vieux. Il n’y a pas de jeunes qui sont vieux ou de vieux qui sont jeunes… mais quel est ce besoin d’embrouiller les choses comme ça ?

          Et pitié je ne veux pas entendre qu’être jeune c’est dans la tête, qu’e fait non, on peut être vieux jeune dans sa tête, et toutes ces excuses pour ne surtout pas admettre l’idée de vieillesse, avec toutes les connotations péjoratives qu’on prête maintenant à ce mot. Tellement que ça fait brailler Candy a chacun de ses passages sur ce blog.

    2. Higgins

      Je ne sais pas si je suis vieux mais une chose est certaine, je n’ai jamais voté pour avoir une chienlit comme la nôtre. Dire qu’on a abusé de mon vote et de ma confiance est un euphémisme. J’ai été naïf comme beaucoup mais je n’assume aucunement le bordel actuel. Je n’ai jamais renversé le sac de billes. Que ceux qui l’ont fait se démerde pour retrouver toutes les billes.

    3. P&C

      Les vieux votent en masse pour En Marche.
      Baisser leurs retraites, c’est pas un bon calcul pour se faire élire.

      Pour le reste…
      – faut bien assurer la propagande dans la tête des chérubins.
      – faut bien graisser les mercenaires.
      – les extinct rebels et autres black blokcs sont les enfants de la macronie. Pas touche non plus.

      Dans ma boite sont arrivés deux nouveaux agents techniques : un ingé de l’ITC compiène, et un ingé agro. Je passe pour un affreux fasciste (mais je compense avec ma barbe de salafiste) en leur conseillant de se tirer de ce pays de merde.

    4. Pythagore

      « 3000 boules ». Les chiffres annoncés sont complètement fantasmés.
      Pour ceux dont je connais les chiffres, aucun n’atteint cela, pourtant tous cadres supérieurs, et ceux qui s’en sortent le mieux viennent du publique. Pour ceux sortant du privé, grâce à l’investissement personnel au cours de la carrière ou les retraites provisionnées par l’entreprise via fond de pension, ils s’en sortent, la retraite venant de l’état n’atteint pas le smic.

            1. Citoyen

              Ben oui, j’ai un pote comme ça, qui dans sa jeunesse, grattait régulièrement sur la guitare, avec les feuilles à proximité du finder … Et qui la soixantaine arrivée, a dû s’équiper, à 2000€, pour suivre les conversations …

            2. Pheldge

              ah, on m’a perforé les tympans, pour soigner des otites vers 3-4 ans … en fait j’ai toujours mal entendu, et ça ne s’arrange pas avec l’âge …Dieu me préserve d’atteindre jamais l’âge ancestral du Papet ! 😉

              1. MCA

                Pas la peine d’évoquer Dieu, la simple logique suffit :
                tous les ans le Papet en prend un de plus et toi tu coures derrière à la même vitesse.

                1. Pheldge

                  ah, ça faisait longtemps, qu’on n’avait pas vu le verbe « courer » passer ici … merci pour nous l’avoir sorti du placard ! 😉

        1. Higgins

          Certes oui et vu les dégâts à venir chez les jeunes oreilles avec les écouteurs à fond, les futurs vieux ont intérêt à provisionnel pour se les acheter, les appareils auditifs. Il va y avoir de l’or à faire pour les prothésistes et les médecins spécialistes.

        2. Pythagore

          Qu’est ce que tu dis, je t’entends pas ??
          Arrghh c’est ca de suivre une conf. téléphonique, écrire un mail à son chef et bloguer en même tps, on finit par se mélanger les pédales. Mon chef a du se demander pourquoi je lui envoyais un email sur les appareils auditifs.

    5. taisson

      Quand on fait une fixation, on peux consulter !
      Ou aussi raconter n’importe quoi du genre :

      –  » les vieillards qui ne produisent rien vont encore se faire payer des appareils auditifs à 3000 boules pour mieux entendre Motus. »
      Les appareils à 3000 boules engraissent pas mal de monde (pas retraités…), quand on sait qu’ils partent de chine à 30/50 Euros maxi !!
      et ils ne sont remboursés que grâce aux mutuelles aux cotisations juteuses que la plupart des vieux gogos ont souscrit…
      Les autres casquent avec leurs économies !
      Il n’y à pas si longtemps, on à passé 1/2 journée à quatre pattes pour tenter de retrouver une oreillette perdue par un vieux chasseur … Qui n’avait carrément pas les moyens de s’en offrir une autre !! Après une vie de vrai travail …

      Le système à mis au point des combines pour récupérer une part énorme de l’argent versé aux vieux…

      – « les non-retraités qui travaillent ET ne vivent pas correctement »
      Il ne faut pas non plus se plaindre en permanence: les adultes actifs, jeunes ou pas, vivent très correctement si ils s’en donnent la peine.

      Bien sur, si l’on à choisi de faire un doctorat sur la copulation des hannetons Patagonnais , ou autre fantaisie, il se peut que l’on ai du mal à trouver un emploi..
      De même le choix d’être « famille monoparentale » qui est un « droit » vivement encouragé idéologiquement dans le monde « jeune » peut aussi être dur !
      On peut aussi avoir vraiment pas de bol, et être un/une crétin(e) congénital…
      (L’éducation nationale s’emploie d’ailleurs avec énergie pour en fabriquer toujours plus…)

      Par contre, tous ceux que je connais qui on choisi de vivre « normalement », ou en couple, et , bien sur de travailler vraiment (ex: mécanicien, charpentier, boulanger, etc..) vivent beaucoup mieux que ceux de la génération précédente.
      Et ce, à tous niveaux: loisirs, équipement, nourriture, etc…Tout ça avec, quel que soit le métier, une pénibilité moindre, et un temps de travail bien inférieur.

      On peut essayer de leur faire croire que tout ce que l’état leur vole est pour les « vieux »…La haine de ce que l’on sera très rapidement fait partie de la propagande pour la destruction des Nations, très à la mode dans le monde occidental !

      Mais ils n’ont pas tous un blocage psychologique la dessus, et beaucoup de ceux la, sains d’esprits comprennent, les autres s’en foutent, ayant tout simplement les préoccupations correspondant à ce moment de leur vie.

      Pour le reste, Le boss à répondu sur la vraie justice des retraites, avec un système qui existe je crois dans pas mal de pays civilisés, par exemple, (il me semble..) aux Pays Bas .
      A condition que l’état ne confisque pas ce que les gens mettent de côté pour plus tard…
      Le problème n’est pas (que) les retraites, c’est le collectivisme qui mine ce pays!
      Le fait qu’un actif « créateur de richesse » du secteur « capitaliste » fasse vivre 4/5 autres personnes (utiles ou pas, et très loin d’être tous retraités !), c’est la que ça coince, et pas ailleurs !

      Même en appliquant la solution du suicide obligatoire, dès atteint l’âge décidé de l’obsolescence de l’outil humain, rien ne serait résolu en conservant un tel ratio productifs/improductifs, parce que, les retraités ne représentant pas même le quart des « improductifs »…Surtout que pas mal de retraités, pas trop confiants dans le bouzin, de par leurs avoirs légitimement acquis sont encore des agents économiques fiscalement assez rentables…

      Et en plus,je n’ai pas encore vu beaucoup de partisans de cette solution se l’appliquer à eux mêmes…

      1. sam player

        Assez vrai, MarieA devrait prendre conscience que pour expliquer leurs difficultés aux jeunes (toutes relatives: ils ne meurent pas de faim ni de manque de soins), les politiques lui ont désigné un ennemi bien pratique : les vieux qui coûtent et sont inactifs… alors qu’il y en a qui ne sont pas vieux et les pompent 10 fois plus : les politiques.
        Diviser pour mieux régner, c’est vieux comme le monde.

      2. MCA

        @taisson 12 décembre 2019, 12 h 00 min

        Pour agir en cohérence avec leurs convictions, j’espère que ces jeunes refuseront le moment venu l’héritage qui leur reviendra et abandonneront le tout au profit d’un cause plus noble que leur petit intérêt personnel.

        D’autre part il faut éteindre la télé, arrêter de généraliser « la croisière s’amuse » et répondre sérieusement à la question : vers qui se retournent-ils quand leur vie tourne mal ?

    6. Jacques Huse de Royaumont

      Quand ils sont tous neufs,
      Qu’ils sortent de l’oeuf,
      Du cocon.
      Tous les jeunes blancs becs
      Prennent les vieux mecs
      Pour des cons.

      Quand ils sont venus,
      Les tкtes chenues,
      Les grisons.
      Tous les vieux fourneaux
      Prennent les jeunots
      Pour des cons.

      Moi qui balance entre deux вges
      Je leur adresse а tous un message.

      Le temps ne fait rien а l’affaire.
      Quand on est con, on est con!
      Qu’on ait 20 ans, qu’on soit grand-pиre
      Quand on est con, on est con!

      Entre vous plus de controverses,
      Cons caduques ou cons dйbutants.

      Petits cons de la derniиre averse
      Vieux cons des neiges d’antan

      Vous les cons naissant,
      Les cons innocents,
      Les jeunes cons,
      Qui, ne le niez pas, prenez les papas pour des cons.

      Vous les cons вgйs,
      Les cons usagйs,
      Les vieux cons.
      Qui, confessez-le, prenez les p’tits bleus pour des cons.

      Mйditez l’impartial message
      D’un qui balance entre deux вges.

  12. Alex

    Je suis pour la même durée de cotisation. Pourquoi un employé EDF devrait cotiser moins longtemps qu’un employé du Bâtiment ?

    Je dois avouer qu’une durée universelle me paraît plus équitable. Est-ce parce que je ne fais pas partie de ces fameux régimes spéciaux et que je montre encore de la jalousie maladive ? (j’anticipe ^^)

    Non, simplement car ces régimes spéciaux (en dehors de quelques exceptions, j’imagine) n’ont plus lieu d’être.

    1. Tu as fait la moitié du chemin. En fait, la réforme la plus égalitaire consisterait à faire une pension de base pour tous, payée par tous au même prix, modique, sur une durée pour tous la même, et le reste, charge à chacun de s’organiser comme il veut. Affaire pliée.

      1. panchovilla

        il y a aussi le système Italien où les droits sont ouverts à partir du moment où l’âge de la personne + sa durée de cotisation atteint un certain seuil.
        exemple : j’ai 60 ans et j’ai cotisé 40 ans, 60 +40=100, je peux partir.
        Si je suis maçon et que j’ai commencé à 16 ans, je peux partir à 56 ans.
        Ainsi Bruno Julliard qui a mis 8 ans pour avoir une licence ne partira-t-il en retraite qu’à 66 ans si bien sûr il a cotisé 40 ans.

        1. Jacques Huse de Royaumont

          Pourquoi veux-tu qu’il parte à la retraite ? Vu ce qu’il fait et ce qu’il touche, il n’a aucune raison de se presser.

    2. sam player

      @ Alex
      “ Je suis pour la même durée de cotisation.”

      Et tous on achète la même voiture ?
      Pour votre assurance voiture ou habitation, vous l’avez choisie avec les options qui vous convenaient bien : alors pourquoi pas pareil pour votre santé ou votre retraite ?

  13. Opale

    Et comme prévu, la grève est reconduite, comme prévu tous les syndicats s’associent et mon vol sur Paris demain est annulé, sans possibilité de rentrer le soir ni même vendredi. Je loupe donc un entretien professionnel très important, comme des centaines de français qui continuent d’être emmerdés a tous les niveaux. Encore une victoire de canard.

    1. Dr Slump

      En tout cas mon covoiturage fait carton plein ^^
      Et à propos des cons qui nous gouvernent, ils cherchent la merde, ils la trouvent. Quand on est con on est con, qu’est-ce que tu veux ?!

          1. Dr Slump

            Oui, moi-même je me dis que l’étonnement est sans fin. D’où le théorème de la connerie infinie: tu n’en finis jamais d’être surpris.

    2. Jacques Huse de Royaumont

      Dans cette histoire, je suis tout de même embêter, puisqu’on nous fait injonction à choisir entre une réforme idiote et inutile et des syndicats égoïstes et nuisibles.

      Dans le cas idéal, le gouvernement et les syndicats s’entre-tuent. Dans le cas le plus probable, ils trouvent un arrangement entre amis sur notre dos.

  14. zelectron

    La retraite « Mitterrand » a créé un gigantesque trou cumulé sur les 35 et quelques années qui viennent de s’écouler (et ça va continuer) sans le moindre début de commencement de financement, ah! si sur le dos des productifs (surtout pas des fonctionnaires qui sont toujours bien au chaud) et sans compter les autres dégâts collatéraux : inouïs ! transmissions des savoirs-faire quasi nulles, mortalité précoces de bon nombre, 20%, de retraités-forcés (jetés à la porte = place aux jeunes) (curieusement stats INSEE disparues comme par enchantement), rappels à prix d’or de certains cadres (nucléaire entr’autres) avec autorisations par les mafias socialistes.

  15. Pralid Voice

    Les slogans et incantations sont vraiment révélateurs. Contre l’individualisation, contre le travail, contre l’augmentation de l’espérance de vie ?

    On a décérébré les Français (de France) avec une education aux droits acquis qui tombent du ciel (ou du President de la Republique), tout ce qui est reçu est gratuit et les riches payent.

    Des que ces principes se heurtent à la réalité, la réponse c’est de combattre les inégalités ou de mutualiser la dépense (voiture, telecommunications, bientot nourriture pour ceux qui la payent encore – il n y a plus bcp de depense non mutualisées, c’est facile, ce sont celles qui plombent le net des Gilets Jaunes).

    Avec cette décérébration et cette mutualisation, le sens commun a disparu chez ceux qui ont un pouvoir de nuisance. Les autres subissent ou s’expatrient.

    De maniere interessante, les nouveaux nombreux immigrants et leur descendance (dependance), qu on ne voit pas manifester, font des calculs economiques et ajustent leurs comportements de maniere autrement « scientifique ». le « risk/reward profile » (profil risque/opportunité) est clairement bien assimilé. surtout avec des decisions comme celle-ci http://www.infomie.net/spip.php?article5373&lang=fr, et il y en a de plus en plus.

  16. sam player

    Y a encore eu de l’enfumage de la part des journalistes collabo :

    « Selon un sondage à la sortie des urnes, le Parti conservateur du premier ministre obtiendrait 368 sièges sur les 650 députés, permettant la réalisation du Brexit fin janvier. »

    Wahou, il l’a fait !
    Les collapsologues ont perdu…
    Ça va mettre un peu d’animation

    1. P&C

      Si ça se fait vraiment, ça va devenir intéressant…

      L’Angleterre est un contributeur net de l’UE. La somme devra donc être compensée… et les boches ont déjà dit nein (les allemands ne font rien qui ne soit à leur profit… et on ne peut pas vraiment le leur reprocher).
      Le crains que les traîtres dirigeant la France décident de faire payer les contribuables français pour remplacer ceux britons.
      Il y a la question de l’Italie aussi, autre gros contributeur net… vu l’hostilité à l’UE qui règne dans ce pays et son manque de thune, la pilule sera amère.

      Si ça ne se fait pas… aie ! Les pays de l’est ne sont dans l’UE que pour palper de la thune. Pour le parapluie anti russe, ils sont déjà dans l’OTAN.

      1. pl00tarke

        Cheers, Major !
        Malgré le temps pourri cette nouvelle m’a mis de bonne humeur pour la journée.
        Et maintenant, j’attends les commentaires acides des « journalistes » français… Sur Radio Classique déjà ce matin : « Le malade anglais mourra guéri… »

        1. Pythagore

          And the winner is Bo Jo ! Make Great Britain great again ! 🙂
          Et e plus la gauche perd 60 sièges, une vrai raclé !
          ih ih qq journalopes qui expliquaient déjà ce matin qu’il avait été élu comme Trump grâce au mensonge.

  17. Gérard

    Arrêtez vos salades. Macron est l’habitué des « sans-faute ». D’ailleurs c’est ce qu’on m’a dit pendant tous les premiers mois après son élection. Pourquoi ça changerait maintenant ? C’est un bon. Et ce n’est pas son ancien patron, qui l’a découvert et propulsé, j’ai nommé Culbuto, qui me contredira.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.