Une belle décennie 2010, une bonne année 2020 !

Et voilà, ça y est, une nouvelle année commence et 2020 promet déjà d’être une année pleine de surprises, et pas toujours bonnes : la situation française sur les plans économique, politique et social est assez mauvaise et, il faut bien l’avouer, avec les clowns à roulette qui embarrassent le pays de leur présence (que ce soit dans les organisations syndicales mafieuses ou au gouvernement de branquignoles), on n’aura que peu de chance de la voir s’améliorer…

Ce n’est pourtant pas une raison pour abandonner tout optimisme. Certes, si l’on se contente de regarder dans cet étroit pays hexagonal, on peut être passablement rempli d’une vague de tristesse en imaginant toutes les richesses qui pourraient s’y développer si des années d’abandon de tout bon sens n’y avaient pas fait les dégâts qu’on peut déjà observer.

Cependant, si l’on regarde le tableau complet du monde et de l’humanité en général, force est de constater – comme le fait d’ailleurs Matt Ridley dans un article fort à propos – que la décennie qui vient de s’écouler est, de loin, la meilleure décennie que cette humanité a parcouru.

Ainsi, l’extrême pauvreté ne touche plus que 10% de la population terrestre (pour rappel, elle en touchait plus de 60% au début des années 60), l’analphabétisme continue de reculer, l’accès à l’électricité et l’eau potable d’augmenter pour atteindre des niveaux qui n’ont jamais été atteints dans l’histoire.

En fait, tout montre que les inégalités reculent comme jamais auparavant, que les différents défis qui se sont posés depuis toujours pour l’humanité sont tous en train d’être relevés, petit-à-petit et les uns après les autres, depuis l’éducation jusqu’à l’accès aux ressources vitales en passant par le respect des droits fondamentaux.

Mieux encore, tant sur le plan économique que sur le plan écologique dont on rebat les oreilles des Occidentaux avec une application qui frise l’obsession maladive, tous les indicateurs montrent que la situation s’améliore. Comme le mentionne Matt Ridley et même si cela peut paraître contre-intuitif, l’empreinte écologique des humains diminue bel et bien d’année en année.

Et c’est logique, du reste : à force de vouloir économiser sur à peu près tout ce que nous faisons et sur toutes nos activités, il est inévitable que notre impact, tant par tête de pipe que dans l’ensemble, finisse par diminuer. Ainsi et comme le documente Andrew McAfee, un chercheur du MIT dans son livre « More From Less », de plus en plus de nations utilisent de moins en moins de ressources pour subvenir à leurs besoins. Par exemple, une canette d’aluminium contient de nos jours 13 grammes du métal qui est majoritairement recyclé. En 1959, cette canette pesait 85 grammes et n’était majoritairement pas recyclée. Les ressources (minérales, énergétiques) pour la même canette ont largement décru entre 1959 et 2020.

Matt Ridley va plus loin en expliquant que dans les pays les plus avancés, non seulement, on utilise moins pour chaque objet produit, mais qu’on a besoin et qu’on produit donc moins d’objets maintenant qu’il y a quelques décennies. En effet, avec l’avènement de la miniaturisation, de la numérisation, d’optimisation massive des chaînes de production et de la logistique, des masses de produits ont été progressivement remplacées par plus petit, plus polyvalent, plus durable ou plus recyclable.

Et pour le Royaume-Uni, cela se traduit concrètement par une diminution des ressources consommées de 12,5 tonnes en 2000 à 8,5 tonnes en 2017 et par personne ; c’est une réduction plus rapide que l’augmentation de la population concernée, ce qui signifie bien une baisse des ressources consommées au total, n’en déplaise aux écolos hystériques.

Et s’il reste évidemment fort à faire, crier à la catastrophe apocalyptique prochaine comme certains le font relève d’un entêtement idéologique dont il devient difficile de cacher les motivations purement totalitaires.

Dans cette perspective, l’actuelle hystérie écologique paraît plus délétère que nécessaire et la pauvreté qu’elle veut imposer (rebaptisée « sobriété » pour mieux passer) ressemble davantage à une auto-flagellation inutile qu’à une démarche nécessaire pour nous sauver d’une catastrophe qui n’arrivera jamais.

De surcroît, elle ajoute une solide dose d’incohérence en prônant des solutions qui, en plus d’être économiquement absurdes, sont écologiquement dramatiques : éoliennes en mer qui provoque un impact environnemental certain pour un gain au mieux nul, et en réalité négatif ; obsolescence forcée (par le gouvernement) de voitures encore en état de marche alors que le même gouvernement met en avant la réutilisabilité, la réhabilitation, la réparation ; multiplication volontaire des ennuis de circulations qui créent des bouchons alors que ça pollue tout en prétendant lutter contre ces pollutions ; multiplication de moyens de transports collectifs citadins alors que leur rendement est très médiocre ; incitations aux véhicules électriques alors que la production de batteries est une catastrophe environnementale, et que le recyclage de leur lithium est à peu près inexistant (sans oublier très coûteux) ; imposition de monopoles dans les transports aboutissant à des grèves homériques, alors que la concurrence a nettement amélioré les performances des entreprises quel que soit le marché (rail, aérien, routier), etc.

En bref, l’actuelle idéologie écologiste en vogue est en réalité au mieux un cache-misère, au pire un fourvoiement total de l’esprit, des moyens économiques, politiques et surtout sociaux puisqu’à force de discours négatifs, un nombre croissant d’individus devient neurasthénique : incapables de voir ce qui va bien, ce qui s’améliore, en caricaturant de façon grotesque ce qui ne va pas, ils se poussent à ne plus avoir d’enfants, à recommander le suicide pour le reste de l’humanité (sans se compter dedans, notez), et à produire une génération d’hypocrites, jamais aussi connectés qu’actuellement, mais qui enjoignent les autres à laisser tomber la modernité…

Dans ce tableau, la France s’est elle-même posée comme un véritable fer de lance de la contestation écolo, et malgré l’amélioration des conditions de vie partout sur la planète, a choisi les jérémiades, les chouineries et la fossilisation pour ainsi garantir un avenir nettement plus pénible à chacun de ses ressortissants.

Si l’on garde la tête froide et qu’on observe toute la planète et toute l’humanité, on peut raisonnablement espérer que 2020 sera meilleure encore que 2019 qui était déjà meilleure que les années encore avant. Pour la France, en revanche, on peut déjà garantir que cette année 2020 sera pire que 2019, et pronostiquer encore qu’elle sera pourtant meilleure que 2021.

Oui, ce pays est foutu.

Ce qui ne m’empêchera pas de vous souhaiter à tous une excellente année 2020 !

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires313

    1. durru

      C’est parce qu’on les a pas assez augmenté que ça n’a pas marché (le principe du doliprane)…
      Voici une explication à propos du salaire minimum :

    2. Pose toi la question : pourquoi les augmenter seulement de 1, 2 ou 3 ou 5 ou 10% ? Si le raisonnement tient, alors il doit pouvoir tenir pour n’importe quelle augmentation : avec une augmentation de 1000%, l’économie va être extraordinairement boostée, non ?

      Intuitivement, tu dois sentir qu’il y a une grosse couille quelque part.

      1. Pheldge

        Mode Ales ON :
        oui, mais si, si on augmente « juste un peu » ça marche, la preuve, chez nous le coup de pouce au Smic relance brillamment** l’économie à chaque fois ! donc faut trouver le bon coeff* et ça marche »
        Mode Ales OFF :

        *il se ballade en fait avec son copain, le célèbre multiplicateur keynésien
        ** désolé, j’ai pas pu me retenir

        1. lxy

          Quand j’avais Raymond Barre comme prof d’économie dans les années 60 tout son gros cours était consacré à la gloire du modèle keynésien ( qui marche quand tout le reste marche bien !) Il ne consacrait qu’une demi-page dédaigneuse à la récession qui avait été, selon lui, totalement éradiquée.
          Dans le même genre les trois gros bouquins de Piketty, plus de 3000 pages qui se résument en 3 mots « vive le communisme ». Avec tous ces génies de l’économie toute la planète devrait crouler sous l’abondance !

          1. Elie

            J’ai regardé la petite vidéo ci-dessus, je me pose quand même une question : en imaginant que le salaire minimum n’existe pas, le patron paiera un salaire minimum en fonction du besoin qu’il a de la force de travail de la personne, et en s’alignant sur les salaires pratiqués par ses concurrents. C’est le mécanisme que montre la vidéo.
            Oui, mais : la population va s’accroissant, donc les personnes peu ou non qualifiées sont de plus en plus nombreuses à se battre pour un job, même mal payé. Elles sont en concurrence directe les unes avec les autres (localement, car tous les boulots ne sont pas délocalisables). Donc il faudra bien que ces personnes acceptent un salaire de misère s’il leur faut absolument un boulot. Donc leur situation sera au final quand même bien pire qu’avec l’instauration d’un salaire minimum.
            Un salarié même sans qualification ne peut vendre correctement sa force de travail que s’il y a un certain manque de main d’oeuvre.

            1. « Donc il faudra bien que ces personnes acceptent un salaire de misère »
              Ce n’est pas parce qu’on met un « donc » qu’il y a un lien de cause à conséquence. Si la population s’accroît, les besoins s’accroissent aussi.

              Imaginez la situation suivante : vous placez toutes les personnes peu ou non qualifiées sur une (grande) île déserte au départ. Combien seront au chômage ? (notez que l’expérience a été tentée en grandeur réelle)

              1. durru

                « notez que l’expérience a été tentée en grandeur réelle »
                Une petite référence, svp ? Jamais entendu parler, veuillez excuser mon ignorance…

              2. Elie

                « Si la population s’accroît, les besoins s’accroissent aussi. »
                Oui, mais sachant qu’une seule personne produit davantage de nos jours qu’à une époque passée, les besoins sont couverts par moins de personnes qu’à une certaine époque, non ?
                Ce que je perçois, moi, c’est qu’on a de moins en moins besoin de la force de travail des gens, ou plutôt, on a besoin de la force de travail de moins de gens.

                1. « on a besoin de la force de travail de moins de gens »
                  On décale vers les services, c’est tout.

                  Vous n’avez pas répondu à ma question sur l’île entièrement peuplée de ces personnes surnuméraires.

          2. Aristarkke

            Pikettou doit avoir négocié un contrat d’auteur façon Ponson du Terrail ou Xavier de Montépin : payé à la page de tant de signes typographiques. Et aussi larmoyant (en prime) que le dernier des deux cités plus haut…

      2. Helios

        Oui mais quand on voit les centaines de milliards imprimés par les banques centrales, je me dis qu’on pourrait aussi bien m’en donner quelques millions.

      3. Alex

        La couille, je ne vois pas trop en fait. Si les salaires augmentent, tout augmente. N’est-ce pas un potentiel cercle vertueux ?

        Les cotisations, les recettes, la consommation et donc les prix.

        In fine, celui qui augmenté s’y retrouve : il augmente son CA et donc sa marge et son bénéfice ?

        Cela peut-être comparé à un investissement, une prise de risque.

        1. C’est intéressant de voir que toutes les discussions précédentes semblent systématiquement ne mener à rien. Rien n’a été appris, rien ne reste, aucune notion ne semble prendre prise chez Alex. De loin, on dirait un troll, qui revient, inlassablement, avec les mêmes interrogations, formulées à peine différemment.

          Si *tout* augmente, alors personne n’a rien gagné du tout. Réfléchis un peu.

          1. Alex

            Détrompe toi, plein de choses ont fait leur petit effet chez Alex.
            Seulement, on ne peut pas nier AU MOINS qu’il y aura de la croissance car plus de consommation. Ce qui est bon pour l’économie. Ou alors je me fourvoie une fois de plus ?

            Comme le dit Durru, il faudrait une augmentation plus forte que l’inflation à la rigueur.

            1. « on ne peut pas nier »
              si si on peut.
              Augmenter les salaires, c’est augmenter les prix (un salaire, c’est un prix), donc les coûts. Et comme ce serait concentré sur une zone (la France), ça rend instantanément toutes les exportations, tous les services produits en France plus chers que partout ailleurs. Ce serait un epic fail de proportion mondiale. Quant à l’augmentation « plus forte que l’inflation », ce n’est possible que le mois X. Le mois X+1, l’augmentation a mécaniquement créé de l’inflation à proportion (toute l’augmentation est perdue). Nouvel epic fail en double whammy.

              1. Alex

                Du coup, j’ai hâte de voir les +6% de BJ, le SMIC au RU sera supérieur au nôtre.
                Voyons si c’est un epic fail après le 31.
                La main invisible ne pourrait pas permettre à la zone (France) de s’étendre pour avoir cet effet dans une zone plus large ?

                1. Alors normalement, ce genre d’âneries, j’efface purement et simplement tellement c’est con. Je laisse au lecteur le soin de trouver pourquoi, moi j’ai d’autres trolls à fouetter.

                2. Dr Slump

                  « La main invisible ne pourrait pas permettre à la zone (France) de s’étendre pour avoir cet effet dans une zone plus large ? »

                  Euh… what??

                  Les erreurs sont tellement nombreuses que je renonce à en relever une seule. Alex n’est pas là pour remettre en question ses croyances, mais pour se les confirmer, en dépit du fait qu’il ne maîtrise même pas les bases les plus élémentaires. C’est comme vouloir parler de phylogénétique avec quelqu’un qui ne sait déjà pas ce qu’est un acide aminé. Bref, un troll quoi.

                3. Minou

                  Je vais vous montrer Alex comment se fixe un prix, en tous cas dans ma branche le bâtiment et vous allez vite comprendre pourquoi augmenter arbitrairement les salaires ne rime pas à grand chose.

                  Je fais simple:

                  Achat Matière: 5000€
                  Étude: 16h à 50€/h = 800€
                  Fabrication: 45h à 40€/h = 1800€
                  Montage: 48h à 40€/h = 1920€
                  Location engin: 600€
                  Déplacement : 100€
                  Marge 15% : 1533€
                  Total Ht : 11753€
                  Tva 20%: 2350€
                  Total ttc: 14103€

                  Augmentation de 10€ de l’heure. il en tombera probablement 6 à 8 sur le salaire brut du salarié (si un comptable passe par là qu’il me reprenne)

                  Achat Matière: 5150€
                  Étude: 16h à 55€/h = 880€
                  Fabrication: 45h à 45€/h = 2025€
                  Montage: 48h à 45€/h = 2160€
                  Location engin: 615€
                  Déplacement : 100€
                  Marge 15% : 1639€
                  Total Ht : 12569€
                  Tva : 2513€
                  Total ttc: 15082€

                  Soit une augmentation de 979€, vous pouvez bien gagner 500€ ou même 800€ de plus il vous faudra désormais économiser à minima plus d’un mois supplémentaire pour le même produit.

                  Maintenant je vous propose de baisser la tva à 5% sans changer le taux horaire:

                  Total Ht : 11753€
                  Tva 5%: 587€
                  Total ttc: 12340€

                  Soit un gain de pouvoir d’achat de 1763€

                  Imaginez en baissant les taxes sur les entreprises, les salaires etc, la possibilité de baisse des prix et de gain de salaire possible sans parler de la compétitivité retrouvée avec à la clés baisse du chômage et plein emploi.
                  Mais ça veut dire économie du coté de l’état…

                    1. Alex

                      L’exemple est clair. Merci 🙂

                      Le problème est que la baisse de la TVA et encore moins des cotisations ne sont au programme. Il n’y a donc pas d’issue ?

                    2. Pheldge

                      la solution ça serait de changer de logiciel, pour accepter de réduire les prélèvements au lieu de les augmenter sans cesse !
                      Hélas, vu « l’attachement des Français à leur modèle social »,
                      -soigneusement entretenu par des années de propagande- c’est très mal parti !

                    3. durru

                      C’est vrai que les addictions sont très bien gérées par les concernés même, sans aucune aide de l’extérieur.
                      Cher Pheldge, ça va marcher sur des roulettes (de clown) !

                    4. Pheldge

                      pour « l’attachement des Français à leur modèle social » je l’ai entendu proclamé sur tous les tons à la radio, avec mention de sondages. Et « si la radio le dit » etc …

          2. theo31

            Il y a vingt ans, un PC avec une imprimante coûtait 2000 euros. En 2020, pour le quart de ce prix on a un produit similaire plus performant. Il s’est passé quelque chose entre temps. On se demande quoi crénom.

            1. Aristarkke

              Et il y a trente quatre ans, l’ensemble coûtait 21.000F soit 3.200€ de maintenant avec un pouvoir d’achat au moins trois fois supérieur à maintenant…

            1. durru

              J’ai un peu de mal à voir comment on peut augmenter TOUS les salaires sans augmentation de la masse monétaire. C’est pas écrit en clair, mais quand même…
              C’est un peu comme si on m’expliquait que les QE à répétition ne génèrent pas de l’inflation. Ah, mais si, on me l’a déjà fait 🙁

              1. Theo31

                Bienheureux celui qui arrive à prédire que ce que tous les agents économiques vont faire de leurs ressources. C’est pour cela qu’il est impossible de contrôler la masse monétaire et les prix.

              2. MCA

                « les QE à répétition ne génèrent pas de l’inflation. »

                Ils n’en génèrent pas car l’argent créé n’est pas injecté dans l’économie, il sert essentiellement à racheter les créances pourries dont se dessaisissent les banques, leur évitant ainsi de sombrer dans la faillite.

                Les banques centrales par ce biais prennent à leur compte les créances foireuses ce qui n’était pas leur rôle prévu initialement.

                Si cet argent était distribué au public, (et pourquoi le serait-il?) on assisterait instantanément à une inflation vertigineuse.

                1. durru

                  🙂 Merci !
                  Et « les créances foireuses », elles viennent d’où ? Elles tombent du ciel ? Ça serait pas, en langage plus populaire, des prêts non-remboursables ? Prêts qui, à l’origine, ont bien servi à acheter quelque chose de concret ? Une maison, une voiture, une télé, ou, soyons fous, une petite boîte bien pimpante ?
                  Le fait qu’on a perdu le fil de ces ingénieries financières ne les rend pas plus saines. Et le fait de retarder l’échéance par l’élévation du niveau du tapis ne change pas le statut d’émission monétaire aux QE. On va juste avoir des feux d’artifice plus importants, c’est tout.

                  1. theo31

                    Prêts qui, à l’origine, ont bien servi à acheter quelque chose de concret ?

                    Les clientèles électorales (au hasard les gilets jaunes, pour 17 milliards sans parler de ceux qui vont arriver pour les municipales) et la paix sociale (40 milliards pour Bjorn et Théo) et les deux en même pour les plus brailleurs.

                    1. durru

                      Ecoutez, si vous continuez à raconter n’importe quoi, ça sera sans moi. Allez chanter vos sérénades ailleurs. Moi j’en ai eu assez.

                    2. thro3

                      700 milliards de dépenses dites sociales (15 % des dépenses sociales mondiales pour 1 % de la population). On se demande bien pourquoi on parle d’Etat providence et de clientélisme.

                      La vérité, ça pique les yeux et les fesses.

                      https://www.contrepoints.org/2019/12/31/333808-pourquoi-la-france-a-t-elle-choisi-le-chomage-et-lendettement

                      Pour certains, la France est « ultralibérale » et les licornes existent puisque’on les a vues distribuer des bonbons aux enfants.

                  2. Aristarkke

                    Piste pour les créances foireuses : les « emprunts toxiques » de nombre de collectivités locales dont nous parlâmes abondamment ici même, il y a quelques années…
                    Les projets industriels farfelus à la mode de Caen Éolienne Impériale, la mal-nommée Reine des Neiges, aussi…

                2. Der Spountz

                  MCA, une partie est déjà injectée, comme dans le cas de la Grèce.
                  Pour le reste, il suffit d’attendre les défauts des pays ou d’entreprises. L’inflation est déjà là, dans le prix des actifs. Immobiliers et actions. Immobilier surtout dans les pays les moins pourris. L’or ne va pas trop mal non plus. Le fait de remettre du QE de plus en plus gros les rend permanents. Plus gros = plus de risque que la monnaie soit injectée définitivement sans contrepartie.

                  L’inflation est déjà là. Il ne manque que le cygne noir pour que cela s’emballe.

                  1. theo31

                    Pour l’immobilier, les acheteurs croient faire une bonne affaire avec les taux bas. Ils oublient que le capital à rembourser sera très élevé. Quand la bulle va exploser, beaucoup vont regretter leur achat.

                3. Husskarl

                  Cet argent est distribué à travers la paie des fonx et l’achat de la paix sociale. Mais l’effet est dilué grâce à cette monnaie unique.

                  1. Elie

                    @theo31, et pourtant, il faut bien se loger ! Et pour prendre un jour la décision d’acheter, on n’attend pas forcément le taux en or ou l’affaire du siècle. Les considérations personnelles entrent en ligne de compte (solvabilité, agrandissement de la famille…)

                    Quant à faire une plus-value à la revente, malgré la hausse de l’immobilier, je (c’est-à-dire le contribuable lambda) n’y compte pas : il faut racheter quelque chose derrière pour se reloger, à un prix tout aussi élevé (voire plus) vu la tendance, donc la plus-value éventuelle passera en frais de notaire essentiellement …donc dans les mains de l’Etat. A moins de racheter beaucoup plus petit ou dans un trou perdu.

                    @Alex : il y a d’autres manières d’améliorer la situation des travailleurs qu’en gonflant le chiffre en bas de la fiche de paye. Dans mon domaine, l’enseignement, plus de souplesse serait la bienvenue (le système de mutation par points est une horreur !), la bivalence, voire la trivalence (comme en Allemagne) permettrait une meilleure gestion des RH aussi bien pour les établissements que pour les profs. La loi qui vient de prendre effet le 1 er janvier va dans ce sens, et même si les dérives possibles sont prévisibles, moi j’y vois quand même une avancée.

        2. Aristarkke

          En tant qu’agent économique salarié, j’ai connu la décennie 75/85 avec une inflation débridée jusqu’à des 14/15% d’augmentation des prix. Sur le papier et en ne se posant pas la moindre interrogation, c’était merveilleux ! Le salaire brut prenait entre 2 à 4% chaque trimestre mais déjà et fort curieusement (surtout sous le règne de L’Arsouille), le salaire net un peu moins grâce à quelques centimes additionnels ponctionnés sur les CSS et encore davantage sur les CSP…
          Bref, pendant quinze jours, c’était l’euphorie sur les achats alimentaires ou à la pompe à essence… Puis, puis, puis les augmentations de prix se manifestaient (décalage d’ajustement des stocks) et l’euphorie diminuait crescendo à mesure du temps. Un trimestre s’écoulant vite, on remettait un coup sur la meule et u s w…
          Autre effet pervers décalé, le barème de l’IR, même dans les tranches basses n’était pas revalorisé à bon niveau, ce qui vous ponctionnait en loucedé l’année suivante…

      4. Aristarkke

        Le camarade Alex sent son cégétiste bon teint (rubicond).
        Le camarade Martine remplit Tw… r de ce type de lamento depuis deux semaines au moins…

    3. Higgins

      Perso, j’avais trouvé la « bonne » solution mais j’étais un enfant à l’époque et on ne m’écoutait évidemment pas : tout rendre gratuit!!!!

    4. theo31

      Le salaire minimum est d’inspiration eugéniste : il s’agissait et il s’agit d’éliminer les femmes et les étrangers du marché du travail. Comme par hasard, tous les socialistes sont d’accord et c’est Pétain qui l’a instauré.

      Les femmes ont été obligées d’aller travailler car, collectivisation oblige, le salaire des hommes ne suffisait plus pour faire vivre leur couple ou leur famille.

      Je ne sais pas si vous l’avez remarqué, mais les étrangers sont fréquentables pour les socialistes uniquement le jour des élections. Ils évitent soigneusement de leur offrir le gite et le repas à leurs frais. Avez-vous vu la tronche des pouffiasses féministes quand elles ont découvert que 80 % budget de Schiappa allait finir dans les poches de Mamadou l’Ivoirien plutôt dans la caisse de Ni Putes ni Soumises.

      1. Aristarkke

        Ils évitent aussi d’habiter dans les mêmes coins sauf si l’étranger est du niveau émir pétrolier…
        Le vivrensemble façon quartiers réservés, ghettos…

    5. Der Spountz

      Les allemands ont tenté la chose dans les années 30, avec le résultat que l’on connait.
      D’où leur saine méfiance.
      Par ailleurs, la monnaie n’appartient pas à l’état, sauf sous des individus du calibre de Lénine ou Staline. Les autres étant à peine meilleurs. Imprimer de la monnaie sans le consentement des acteurs est tout simplement du vol. Il faut avoir subi une hontectomie pour ne pas le sentir.

      1. durru

        Bah, ils font du QE à la pelle de nos jours. Mais il paraît que c’est « virtuel ».
        Pour ce qui est de l’Allemagne, on s’en lasse pas de rappeler les années ’30, mais les dévaluations et les brouettes c’était avant (les années ’20) 😉

            1. Dr Slump

              Allons MCA, ce ratio devrait être appliqué aux hommes. Et pour les femmes, il devrait être inversement proportionnel: il faudrait 4 femmes de 60 ans pour 2 de 30…

      2. Jeff

        Les Allemands ont tenté l’inflation dans les années 20. Ça a été dur, mais la démocratie est à peu près restée en place. Ensuite, crise de 29 et Déflation, et là, un groupuscule bavarois à fait un tabac national.

    6. FEDDAL Idir

      L’augmentation des salaires est une pratique dépassée pour relancer l’économie. Si vous souhaiter plus de renseignements et d’explication, il est important de prendre connaissance de la courbe de Philips qui explique bien le lien entre la croissance et l’augmentation des salaires.
      Le focus doit être mis sur la répartition des richesses et le développement de l’économie de la connaissance (progrès technique éducation recherche…)

            1. durru

              Le fait qu’il soit fraîchement converti ne pose apparemment aucune question… C’est quand même incroyable le nombre de fous qui deviennent agressifs suite à la lecture d’un livre « saint ».

              1. Dr Slump

                Les prêcheurs islamistes peuvent tout à fait cibler sciemment des individus psychiquement affaiblis ou instables, d’une part pour se faciliter la tâche, et d’autre part pour d’autant plus diviser l’ennemi mécréant. C’est un niveau de perversité tout à fait envisageable pour ce genre de vils fanatiques.

                1. durru

                  Je n’ai peut-être pas fait le tour de la question, mais il me semble que de toute façon il faut être « déséquilibré » pour passer ainsi à l’acte.
                  Les prêcheurs fondamentalistes poussent surtout ces esprits les plus faibles, et c’est normal (enfin, plutôt « prévisible »).
                  Là où j’arrive plus à suivre (l’étonnement des autres), c’est quand on constate que tous ces fous de Dieu sont musulmans, dont une partie importante des convertis, et les autres des délinquants (se racheter pour avoir vu trop tard la lumière, après une vie d’égarement ? Allez savoir…)
                  Pas de kamikazes chrétiens, ni bouddhistes, ni même cocos/écolos millénaristes.

                  1. Pour les derniers, c’est une question de temps, ça va venir, c’est garanti.
                    Pour les cocos terroristes, les 50 dernières années sont jonchées de leurs cadavres…

                    1. durru

                      Terroristes oui (je le sais bien), mais pas kamikazes. Ou alors j’oublie des choses…
                      Les seuls autres kamikazes que je connaisse étaient Japonais, mais eux, au-delà de l’endoctrinement, pouvaient se prévaloir d’une situation exceptionnelle (ce qui n’excuse rien, évidemment).
                      Il doit y avoir un truc avec la valeur de la vie humaine, à mon avis.

                  2. Dr Slump

                    Fous de « Dieu », avec la majuscule, certainement pas! Et fous d’Allah… non plus, en réalité. Juste des fanatiques ou des fanatisés, qui sont en effet non pas des « déséquilibrés » comme se plaisent à les nommer les journaleux, mais des cas psychiques ou sociaux, aussi divers qu’individuels. Ca ne peut pas se résumer à une catégorie fourre-tout, et une explication sociologique simpliste à base de « célafôte de la pauvreté » ou « célafôte de la discrimination ».

                    1. durru

                      Allah, ça veut dire Dieu également. C’était pour généraliser. Raté.
                      Mon propos n’était pas censé répondre à la question « célafôte », je voulais juste dire que ce n’est pas naturel de donner sa vie comme ça, sans aucun but précis. Il faut (mon avis, hein) avoir une case en moins. D’où le « déséquilibré »…
                      La partie « fanatisés » est la plus intéressante. Il doit y en avoir un paquet de fanatiques en tout genre. Mais aucun des ces autres genres n’envisage (pour l’instant) de tels passages à l’acte.
                      Ah, si, j’ai un contre-exemple partiel : Waco. Mais eux, ils étaient pas partis chercher d’autres victimes…

                    2. Dr Slump

                      Durru, je ne suis pas d’accord: Allah ne veut pas dire Dieu, le dieu musulman Allah n’est pas le dieu chrétien Dieu, avec une majuscule, pour différencier du nom commun dieu, du fait que ce sont deux religions différentes, qui ont deux conceptions différentes de la spiritualité et du divin.
                      J’insiste d’autant plus que les islamistes s’appuient à fond sur la même parenté de ces 2 religions pour glisser implicitement l’idée, fausse, que ce sont toutes les deux des religions « du Livre », donc du même livre, c’est à dire le Coran, alors que la chrétienté a la Bible, qui est un ensemble de PLUSIEURS livres, soit une bibliothèque (d’où le nom de Bible), très différent du Coran.
                      Dieu n’est pas Allah, même si les islamologues voudraient le faire croire, en prétendant que leur religion, viendrait « parachever » l’oeuvre des prophètes précédents, et corriger les erreurs des 2 autres religions judéo-chrétiennes.
                      Parles-en aux musulmans, eux aussi te diront qu’Allah est Allah, que Mahomet est son prophète, point barre.

                    3. durru

                      Si on s’en tient aux dictionnaires (j’ai vérifié vite fait sur CNRTL, Larousse, Wiki), Allah est « le nom de Dieu pour les Arabes », voire « le mot arabe qui désigne Dieu ». Je veux bien croire qu’il y a une arnaque quelque part, mais bon, c’est pas évident… Et comme je ne suis pas croyant, il doit y avoir des subtilités qui m’échappent.
                      Dans le même esprit, est-ce que Dieu et Yahvé c’est la même chose, ou pas ?

                    4. Aristarkke

                      Ce nom résulte d’une convention de prononciation :
                      Yahvé est le nom d’usage (version grec antique) résultant du Tétragramme YHWH (caractères latins en lieu et place des hébraïques antiques) indiquant le nom personnel de Dieu Tout Puissant dans les textes bibliques originaux. Comme les Hébreux antiques n’écrivaient pas les voyelles s’intercalant entre les consonnes, écrites elles, (il devait y avoir des conventions strictes de voyelles intercalaires automatiques) personne ne sait comment le prononcer exactement puisque ces règles ne sont pas parvenues jusqu’à nous. La version latine est Jéhovah, comme les Témoins éponymes.
                      Allah ne peut pas être le même dieu (personne d’esprit divin) que Yahvé/Jéhovah au vu d’importantes contradictions dans les règles comparées édictées par la Bible et par le Coran.

                    5. Dr Slump

                      Et après ces précisions de maître Ari, je conclurais en disant que si le Vatican confirme en effet qu’Allah et Dieu sont le même dieu malgré les contradictions fondamentales, c’est dans une volonté de maintenir un dialogue ouvert avec l’Islam. Tandis que je ne suis pas convaincu que l’intention soit la même du côté de l’Islam, religion qui se définit comme prenant la suite et parachevant celles qui l’ont précédée, donc comme supérieure, et devant s’imposer… de gré ou de force.

                    6. durru

                      @Théo
                      « Ah, si, j’ai un contre-exemple partiel : Waco. Mais eux, ils étaient pas partis chercher d’autres victimes… »

  1. Helios

    Ces statistiques sont à prendre avec des pincettes (comme pratiquement toutes les statistiques). Par exemple celle sur l’accès à l’eau potable. Dans quasiment tous les pays du tiers-monde il est fortement recommandé de ne pas boire l’eau du robinet. En Inde par exemple, où j’ai séjourné il y a peu. Donc on a des tas de pays avec de l’eau soit-disant « potable » mais qu’on ne peut pas boire….

    1. Higgins

      Sa politique porte ses fruits, on dirait : https:/ /france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/paris-perd-53-000-habitants-5-ans-seine-saint-denis-porte-croissance-population-francilienne-1769113.amp

      1. MCA

        Hahaha Major excellent! :o))))

        J’habite la moitié de l’année en Seine Saint Denis qui porte bien mal son nom … »Saint Denis »….

        C’est assez rigolo la puissance de suggestion de cet article, il laisserait presque à penser à un lecteur non averti que les parisiens fuient Paris pour… se réfugier en Seine Saint Denis.

        Sincèrement ça m’étonnerait que les gens que je côtoie soient issus du 16 ème arrondissement… :o)))

        Récemment, dans le cadre du Grand Paris, la nouvelle ligne tramway Bondy-Montfermeil a été lancée et je me suis payé une balade le jour de l’ouverture histoire de la découvrir.

        Travail magnifique et rames superbes… mais pour combien de temps…?

        Mais le plus amusant et spectaculaire à découvrir est la population qui la fréquentait; franchement j’incite tous ceux qui aiment les voyages lointains à faire ce petit parcours, il vaut un tour du monde; c’est bien moins cher et bien plus pratique à réaliser dans de bonnes conditions de confort.

        Toutefois, je préfère les prévenir d’avance, les adeptes de la business class et autres âmes sensibles risquent d’avoir un choc.

        Pour donner un air de fête et d’authentique le jour de l’inauguration ne manquaient que les moutons et les poulets dans la rame.

        Cela dit c’est un département qui construit à tout va, et effectivement il y a bien une justification à cela…

            1. Higgins

              C’est le clone parfait de la madone du Poitou. Même pouvoir de nuisance, même ego surdimensionné, même propension au gaspillage de l’argent public, même incompétence.

          1. MCA

            @Major

            Elle ne fait qu’entériner ce que chacun peux constater chaque jour en prenant le métro.

            Çà fait un sacré bout de temps qu’il ont perdu l’habitude d’acheter un ticket de transport.

          2. Aristarkke

            Elle bafouille cela depuis au moins un an et demi. C’est vrai que la populace panaméenne avec ses planchers à 10.000€ le m2 (et en hausse permanente au grand émerveillement de BFM radio) est un peu désargentée…

      2. lxy

        La fête est loin d’être terminée…Je viens de lire un sondage du Maroc selon lequel 1 marocain sur 4 a l’intention d’émigrer de préférence en France !

  2. channy

    Ce matin j’ouvre » le daubé libéré » et je tombe sur 2 pleines pages de: « nos entreprises et notre territoire veulent briller au CES de Las Vegas qui aura lieu du 7 au 10 janvier

    Cela m’a rappelé votre excellent article paru il y a 1 an
    http://h16free.com/2019/01/18/62673-depenses-publiques-un-pognon-de-dingue-mais-pas-perdu-pour-tout-le-monde

    et son morceau de choix:
    s’est tenu le CES 2019 à Las Vegas. Le CES (Consumer Electronics Show), c’est la grand-messe des gadgets technologiques où sont régulièrement dévoilés les dernières innovations électroniques à la pointe. Or, suite aux excitations politiques – essentiellement pendant le quinquennat hollandesque – autour de la nécessité impérieuse pour la France d’avoir une place importante dans ce show, l’habitude a rapidement été prise d’y envoyer, en « représentation », un maximum des start-up françaises sous le label fumeux de French Tech.

    À tel point que cette année fut marquée par la surpopulation française dans les allées du salon : aux 26 start-up sélectionnées par Business France (le côté national), il faut ajouter les 160 autres entreprises que les régions françaises ont invitées à leur frais. Et dans ces entreprises, on en trouve un paquet qui, si elles peuvent aimablement qualifier le produit de gadgets, se demandent même pourquoi elles sont dans ce show. Au final, la délégation française y est maintenant plus présente que la délégation américaine, pourtant réputée pour représenter à la fois la plus grande quantité de start-up dans le monde, et fournir le plus gros contingent de celles qui réussissent de façon plus ou moins spectaculaire.

    Autrement dit, la politicaillerie française a, comme prévu, choisi la quantité à la qualité, et a claqué « un pognon de dingue » pour aboutir à une overdose grotesque de French Tech sans intérêt qui a fini par noyer les quelques pépites qui auraient pu sortir du lot. Bien joué.

  3. Elie

    Mon idée est que les progrès écologiques passeront à la fois par du « moins » (moins d’emballages, moins de production insensée qu’il faut écouler puis recycler ensuite) et par du « plus » (plus d’innovations technologiques, plus performantes, moins énergivores).
    Je suis néanmoins pessimiste sur le long terme à cause de l’accroissement inéluctable de la population mondiale ; je ne vois franchement pas comment le freiner, car qui, quel que soit l’endroit du monde auquel on pense, accepterait l’idée de renoncer à se reproduire pour l’amour de Gaïa ? Comment faire passer cette idée alors même que des idéologies politiques et / ou religieuses poussent à enfanter toujours plus ?

    1. « à cause de l’accroissement inéluctable »
      Même l’ONU (pas reconnu comme spécialement optimiste) reconnaît qu’on va plafonner à 10Milliards d’individus maximum pour redescendre ensuite.
      Il n’y aura pas d’accroissement inéluctable.

      *tous* les pays qui sont sortis de la pauvreté ont constaté une baisse drastique de la fécondité. Renseignez-vous mieux.

      1. Elie

        Alors j’attends que cette baisse de la fécondité ait lieu dans les pays dits émergents, mais pour l’instant je ne vois rien venir en Inde !
        Et s’il faut attendre que certains pays sortent de la pauvreté pour voir une baisse de la fécondité… c’est pas gagné non plus ! ( je pense à des pays pauvres africains par exemple)
        Même si l’accroissement ralentit, j’ai du mal à imaginer une décroissance globale. Locale, oui, mais globale ?

        1. « Alors j’attends que cette baisse de la fécondité ait lieu dans les pays dits émergents »
          Renseignez-vous mieux, sapristi. Rien qu’une recherche Google permet d’avoir une bonne idée des tendances, ce qui permet d’éviter de colporter les bêtises lues ailleurs. https://fr.wikipedia.org/wiki/Taux_de_f%C3%A9condit%C3%A9

          Toutes les fécondités décroissent actuellement (l’Afrique du Nord étant la seule exception, et non pas l’Afrique subsaharienne, comme vous le croyez). La fécondité mondiale continue de tomber. Tout indique que la tendance (observé sur les 100 dernières années) va continuer.

      2. MCA

        Globalement les populations vieillissent car elles ne renouvellent pas les générations sauf…. en Afrique et là c’est l’explosion démographique incontrôlée et incontrôlable et c’est à l’Afrique qu’on doit essentiellement l’accroissement démographique.

        Il est un livre à lire à ce sujet de Bernard Lugan – Osons dire la vérité à l’Afrique qui remet sérieusement les pendules à l’heure.

        Lecture passionnante pour ceux qui s’intéressent au problème.

          1. MCA

            Même si le taux de vie moyenne est plus faible il est largement compensé par des maternités qui commencent dès l’âge de 14 ans…

        1. « explosion démographique incontrôlée et incontrôlable »
          Non. On observe en Afrique subsaharienne exactement les mêmes phénomènes qu’ailleurs, à savoir une baisse de la fécondité. Le seul endroit où il y a encore une hausse (modeste), c’est l’Afrique du Nord, et cette particularité est appelé aussi à disparaître dans les prochaines années.

  4. Elie

    Les prévisions de l’ONU peuvent très bien se révéler fausses également. Il y a bien des pessimistes qui avaient prédits un épuisement des ressources naturelle qui n’a jamais / pas encore eu lieu !

    1. Les prévisions de l’ONU sont doublées des prévisions de tous les organismes sérieux sur la planète, et aussi d’une simple logique économique.

      Faut arrêter le délire, merci.

  5. Elie

    @h16″ et non pas l’Afrique subsaharienne, comme vous le croyez »
    Je ne crois rien du tout, je suis pessimiste, c’est différent. Et je me suis renseignée, j’ai vu que les taux de fécondité étaient plus faibles qu’avant (y compris en Inde), mais ils restent élevés quand même ! C’est pourquoi je comprends que la population va croître moins vite, mais de là à plafonner puis à decroître, j’ai plus de mal à le concevoir. Par ailleurs, accroissement « inéluctable » n’est pas synonyme d’accroissement « infini ».
    Maintenant, je ne demande qu’à avoir tort, je n’ai pas du tout envie de voir se réaliser des scénarios catastrophe ! Tant mieux si des considérations économiques ou simplement pragmatiques passent avant des considérations religieuses et idéologiques.
    Toutefois, même si les prévisions sont justes, 10 milliards d’être humains, c’est déjà un sacré défi à relever en termes de réponses aux besoins vitaux. S’inquiéter, ce n’est pas délirer.

    1. « ils restent élevés quand même »
      Ce qui importe est la tendance, pas d’où on part.

      « 10 milliards d’être humains, c’est déjà un sacré défi »
      Non pas vraiment. La Terre peut subvenir à 10x ça sans grand souci. Sauf communisme partout, l’Humanité aura de moins en moins puis plus du tout faim. Et l’impact sur l’environnement va diminuant (et continuera à diminuer).

          1. Boutros

            « Torchon de papier » qui n’a plus de lecteur, plus de fric mais à qui un acharnement thérapeutique permet de faire croire qu’il existe encore.
            NB C’ est faux : il a encore un lecteur, le cégétiste M. Brun…

            1. lxy

              Une remarque en passant : les megalopoles pompent un nombre toujours plus grand d’habitants des pays,quel qu’il soit.Ca laisse de plus en plus de place ailleurs qu’en ville, Le problème de la surpopulation de l’humanité se pose uniquement pour ces gigantesques concentrations urbaines.

              1. Elie

                Certes ! Les mégalopoles attirent le travail, qui attire la population, qui attire les promoteurs, qui préfèrent y construire plutôt que dans la Creuse (on se demande pourquoi)
                Je me dis parfois qu’un coup de génie serait de construire à un endroit judicieux (s’il en reste), ex nihilo, une ville qui n’aurait pas les désagréments d’une mégalopole. Mais pour attirer les investissements dans ce genre d’endroits…
                (Coup de génie parce que premiers arrivés, premiers et mieux servis)

                1. Dr Slump

                  Quelque chose de proche a déjà été tenté, avec la construction des « villes nouvelles » en région parisienne.
                  Je pense par exemple à Evry, avec tous ses quartiers aux architectures modernes, pensés par des penseurs en urbanisterie et autres fumisteries intello post-communiste. Evry ville nouvelle est devenu la ville pionnière des « quartiers sensibles », avec le premier règlement de compte entre gang, la première tournante, les premiers sujets médiatiques sur le problème des banlieues « délaissées ».
                  Et donc … lol?

                2. bibi

                  Si les gens qui sont tous stupides, comme nous le savons de Marseille à Paris, vont bêtement s’entasser dans des mégalopoles c’est parce que les désagréments y sont plus importants que là ou ils étaient auparavant.

                  Si durant la révolution industrielle, il y a eu un mouvement massif de population de la campagne vers la ville, c’est parce qu’évidemment les désagréments à la ville étaient plus important qu’à la campagne, et que les gens qui avaient quitté leurs campagnes étaient trop stupides pour s’en rendre compte.

                  Et si personne n’a construit à un endroit judicieux une ville qui n’a pas les désagréments d’une mégalopole, c’est parce que tout le monde est trop stupide pour la construire, y compris vous.

                  1. Dr Slump

                    Quand on traite tout le monde d’imbécile, on doit certes se sentir plus intelligent que tout le monde. Mais ça ne fait avancer personne.

                    1. bibi

                      C’est dommage que vous ayez raté le fait qu’il s’agisse d’une démonstration par l’absurde du fait que si un nombre croissant d’individus s’installent et demeurent dans des mégalopoles (dont moi) c’est parce qu’ils y ont intérêt, et que par conséquent les désagréments à vivre dans une mégalopole sont bien moindre pour un nombre toujours croissant d’individus que de rester là où ils sont, et que s’il n’y a pas de villes nouvelles créée ex nihilo n’ayant pas les désagréments des mégalopoles c’est parce qu’il y aurait des désagréments supérieurs à y vivre que partout ailleurs.

  6. Aristarkke

    Mort de rire : je visionne en sirotant mon café un documentaire sur les affres d’héritiers ayant reçu un héritage difficile au sens du patrimoine pas évident à monétiser. Si je peux comprendre la perplexité de la fratrie ayant reçu notamment un hangar rempli d’avions (y compris à réaction et de morceaux d’avions types moteurs, hélices, etc…),
    Je suis écroulé devant des neu-neu ayant aussi reçu un hangar rempli de jouets (soigneusement classés) « qui ne savent pas quoi en faire ».
    Cependant l’option benne à gravats/ordures ne semble pas être dans le QCM…
    J’imagine cependant recevoir un fin de non-recevoir de leur part en leur proposant de le vider gratos pour eux… 😛

    1. MCA

      Là tu te heurtes au tréfonds de l’âme paysanne.

      Une chose qui ne leur sert à rien et qui pourrit dans un coin, si tu t’en empares ça devient du vol car ils pensent après coup qu’ils auraient pu te la vendre sans imaginer une seule seconde que si la chose avait été payante, tu ne l’aurais pas achetée.

      1. Aristarkke

        Ah, ben là, ils ont finalement trouvé la solution en vendant une grosse partie au tiers du prix… (ils ont donc su établir un prix…)
        Nota: un plan caméra plus détaillé montre des armées de soldats de plomb peints en bel état…

  7. Higgins

    HS mais je dois avouer que je m’attendais à pire mais les chiffres sont là : https:/ /www.air-journal.fr/2020-01-05-statistique-les-compagnies-et-les-aeroports-les-plus-ponctuels-au-monde-5217360.html

  8. pl00tarke

    Venant juste d’émerger d’une stupeur alcoolique causée par l’absorption massive de substances dont l’abus est dangereux pour la santé, je vous souhaite à tous une heureuse année 2020.

    C’était ma contribution de 2019 pour relancer la consommation.

    Sur ce, je m’en vais retourner prendre une aspirine…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.