L’humour subversif est-il mort en France ?

Sur le plan sociétal, les tendances américaines sont souvent une bonne illustration de ce que l’Europe va subir quelques décennies plus tard. Les dernières ont placé les États-Unis sous le sceau de la montée en puissance des thématiques communautaristes (féminisme, multiculturalisme, etc.), qui ont amplement pris pied dans les débats occidentaux au point de souvent les encombrer voire de les paralyser. Cependant, les choses évoluent…

L’arrivée d’un Trump à la Maison-Blanche est probablement le signe le plus saillant de cette évolution où la parole avait été de plus en plus corsetée par des ligues de vertu autoproclamées ainsi que des réseaux sociaux à l’agressivité croissante pour les déviants et ceux qui ne pensent pas « comme il faut », et qui se libère progressivement.

Il y a quelques jours (le lundi 6 janvier), c’est le discours de Ricky Gervais pour l’ouverture des Golden Globes Award qui a justement agité les médias pour son ton résolument décalé avec ce qu’Hollywood produit habituellement. Dans une courte succession de vannes et de piques à l’encontre des stars du moment présentes à la cérémonie retransmise en direct, l’hôte s’est véritablement déchaîné en rappelant quelques vérités :


(Une version sous-titrée en français est visible ici)

De façon étonnante, ce qui est le plus drôle dans les saillies de l’humoriste britannique repose essentiellement sur une évidence : même si c’est présenté de façon amusante, il devrait être en effet évident que non, les célébrités du show-business n’ont en réalité aucune espèce de préséance morale vis-à-vis du reste de la population ; leur célébrité ne devrait pas donner à leurs opinions davantage de valeur que l’opinion de n’importe quelle autre personne. Leur exposition médiatique devrait même, au contraire, leur imposer une certaine humilité et une saine prise de distance avec tout positionnement politique tranché.

D’autant plus que, comme le remarque Gervais et d’autres avant lui, ces mêmes célébrités sont souvent assez mal placées pour donner des leçons de bienséance, de bonne tenue ou de moralité : entre les distributeurs de moraline dont l’instruction (y compris scientifique) ne surpasse pas toujours celle de Greta Thumberg qu’elles prennent souvent comme référence, et leurs accointances pas toujours reluisantes (Gervais cite l’exemple d’Epstein, mais l’ouverture du procès Weinstein en est un autre), tout ceci montre que ces célébrités ont une forte propension à dégoiser des âneries quand elles ne déploient pas une souplesse quasi-olympique pour s’accommoder d’us et coutumes carrément criminelles.

Avec ce discours corrosif, Gervais sert ici de canari dans la mine puisqu’il montre, en creux, à quel point le politiquement correct, l’autocensure et la moraline ont envahi tous les discours et toutes les têtes célèbres. Qu’il faille un humoriste britannique, qui plus est dans sa dernière prestation, pour rappeler quelques évidences bien senties sans immédiatement déclencher des huées haineuses un peu partout montre à la fois le talent de l’hôte et l’incroyable perte de repères et de liberté d’expression que les ligues de vertu ont réussi à instaurer dans tout le paysage médiatique.

Et toujours par contraposée, ce qui se passe aux États-Unis met en lumière ce qui se passe, ou plutôt ce qui ne se passe pas encore en France, ou encore bien trop rarement : là où, d’un côté de l’Atlantique, on peut encore entendre un son de cloche différent, où la liberté d’expression est constitutionnellement garantie par le premier amendement, le continent européen en général et la France en particulier semblent s’enfoncer avec un délice éhonté dans l’auto-censure puis la censure assumée voire le politiquement correct le plus compact imposé par une clique médiatique et politique de plus en plus violente.

En plus des dérives de plus en plus nombreuses et de plus en plus évidentes dans le pays — la dernière en date du fait d’Anne Hidalgo qui réclame, pour des motifs parfaitement idéologiques et en toute décontraction, la suppression d’une campagne publicitaire pourtant parfaitement légale mas pas à son goût, et se fait heureusement débouter en justice — il suffit de voir ce qui agite régulièrement la sphère médiatique française pour se convaincre qu’il y a bien un problème de liberté d’expression au pays des Lumières.

Il y sévit ainsi, très régulièrement, des groupes de pression qui ont tôt fait de faire taire ceux qui ont l’impudence de sortir des clous de la bien-pensance : depuis ces collectifs prétendûment citoyens dont le but affiché (combattre la haine sur les réseaux sociaux) se traduit par des déchaînement trop souvent haineux vis-à-vis de ceux qui osent ne pas penser comme eux, jusqu’aux habitués de la poursuite en justice grâce aux lois mémorielles et crimes « d’incitation à la haine » dont les définitions et contours sont chaque jour plus flous, l’actualité se remplit quotidiennement d’atteintes toujours plus fortes à la liberté d’expression.

L’atteinte est maintenant si forte, si grossière, si visible et si insupportable qu’on commence à entendre des voix dissidentes : Frédéric Beigbeder semble en avoir fait un livre grinçant qui irritera sans doute les petits adjudants de la pensée formatée comme Demorand, et même un Riss de Charlie Hebdo, pourtant à peu près inattaquable par le Camp du Bien, se plaint ouvertement de ces nouvelles formes de censure débridées…

C’est probablement à cause de cette étouffante chape de moraline que certains rares humoristes ont, en France, choisi d’éviter autant que possible d’entrer dans le moule du politiquement correct (on peut citer Blanche Gardin, dans une certaine mesure ou Walter). Mais en pratique et comme le souligne justement Walter, l’écrasante majorité des humoristes est résolument pour le politiquement correct, pour les combats menés par les Social Justice Warriors et pour qu’on musèle, au moins par la pression des réseaux sociaux si ce n’est par la loi, les voix dissidentes, les opinions décalées et notamment ceux qui ont des positions nuancées et – ô affront – pas dans le sens général.

Ces humoristes (qu’on retrouve un peu partout dans les médias subventionnés ou, pire, publics) n’ont rien d’esprits libres et se retrouvent plus souvent qu’à leur tour à répandre la « bonne parole officielle » en se moquant des déviants de façon souvent cruelle et avec un talent fréquemment microscopique.

Il ne faut pas se leurrer : l’aspect rafraîchissant des humoristes comme Ricky Gervais outre-Atlantique, ou Walter et quelques autres de ce côté-ci de l’océan provient bel et bien de cette lutte qu’ils mènent contre ce politiquement correct étouffant, ces groupes militants nécrosant et cette caste jacassante asphyxiante.

Dans ce tableau, il est loin en France le temps où les humoristes fournissaient l’arme du rire subversif contre les puissants… Souhaitons que la tendance américaine qu’on observe actuellement prenne pied dans notre pays.

Il est plus que temps.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires140

  1. Dr Slump

    Et c’est donc pour toutes ces raisons que le ministère de culture a décidé de créer la « maison du dessin de presse et du dessin satirique », afin de défendre coûte que coûte la liberté, la pluralité, et euh… oh wait! très bon article de Nathalie MP à ce sujet:
    http://www.contrepoints.org/2020/01/10/361932-maison-du-dessin-de-presse-letat-va-proteger-dessinateurs

    En fait, les politiciens, les femmes et le hommes d’état sont de grand comiques qui s’ignorent. Mais il y a un moment où faire rire les gens aux larmes n’a plus du tout le même sens.

      1. Dr Slump

        Non non, il s’agit juste de « l’encadrer », tu sais comme un tableau au mur, qui après ne bouge plus et ne fait que prendre la poussière. Quel métier ne rêve pas d’accéder à la gloire, comme pièce de musée?

    1. Pythagore

      « défendre coûte que coûte la liberté »
      Ce serait plutôt défendre croûte que croûte, les croûtes.
      Si Marsault y est accepté, j’adhère à la création de ces maisons.

      1. Dr Slump

        Marsault ne peut évidemment pas en être: il ne travaille pas pour la presse, et il n’est pas satirique, pardi! Et puis tout le monde sait que c’est un facho d’extrême-droite, alors ça compte pas. Et il n’est pas parisien, en plus. Je crois que j’ai tout listé?

        Mais surtout, n’oublions pas le plus important: cette maison de l’humour, c’est une idée de Wolinski! Oui, celui-là même qui s’est fait buter chez Charlie par des adorateurs de la liberté d’expression islamiste! Je disais donc: à mourir de rire…

          1. Aristarkke

            Et aussi sûrement il ne sait manger qu’avec des doigts, « mode Darmalin on »
            Pourtant, cet olibrius débarquant de Tourcoing, ne devrait pas ignorer que les frites au gras de bœuf, sont encore meilleures picorées avec les doigts, mayonnaisées de surcroit. Le tout avec une chopé de bière…

      2. Boutros

        ou Dieudonné ?
        C’est devenu un lieu commun de dire que Desproges ou les Inconnus, entre autres, ne passeraient plus aujourd’hui (sinon à la casserole).

        1. Dr Slump

          Dieudonné est l’exemple emblématique de ce que l’état peut vous faire subir si vous osez vous opposer publiquement à lui: harcèlement fiscal et social, jusqu’à ce que ruine ou mort s’ensuive. Aujourd’hui le gars en est réduit à faire des spectacles dans des prés, à l’improviste, tout ça pour quoi? Je vais peut-être passer pour un idiot, mais je n’ai toujours pas compris pourquoi.

          1. Higgins

            Je suis d’accord et en plus, je n’aime pas le bonhomme mais qu’au pays prétendument des droits de l’homme, on le persécute ainsi me révulse. Le pire pour ses détracteurs, c’est qu’il a du succès lorsqu’il se produit.

            1. Jacques Huse de Royaumont

              Je suis d’accord, le déteste le personnage, ses idées et ce qui lui tient lieu d’humour, ainsi que tout ce qu’il représente.
              Mais personne n’a le droit d’interdire ses spectacles par principe.

              1. Blondin

                Je vous rejoins sur le double fait que je n’aime pas (c’est un euphémisme) ses prises de position et que je trouve scandaleux qu’on puisse l’interdire.
                En plus, les censeurs lui ont lui créé une aura de martyr dont il joue et renforce ses fans dans leur conspirationnisme et leur anti sémitisme.
                Youtube lui permet d’être beaucoup regardé, notamment dans les banlieues, où ses « thèses » sont très populaires.

              2. MCA

                « Mais personne n’a le droit d’interdire ses spectacles par principe »

                Non, « N’AVAIT le droit »…

                A présent le « trouble à l’ordre public » est bien pratique pour museler les déviants.

                1. BDC

                  « Dieudonné n’est pas un humoriste », donc les droits à la liberté d’expression ne s’appliquent pas à lui. Circulez, y’a rien à discuter. C’est la version de mes bobos, encore un peu et un glissement sémantique remplacera « humoriste » par « homme » …

            2. Dr Slump

              On oublie une chose, et pas des moindres, c’est qu’avant de tenir les propos qu’il tient maintenant, Dieudonné se produisait en duo avec Eli Semoun, c’était lui qui écrivait les sketches, et ils étaient adulés, encensés par tout le gratin.
              Le jour où il a osé faire une comparaison entre le génocide juif et les massacres d’Africains, c’en était fini de lui. On ne connaît pas vraiment bien les gens avant de les voir dans l’adversité, mais il me semble que les réactions de censeurs ont largement causé sa radicalisation.

              1. Aelil

                L’analyse, pour ce qu’elle vaut, que je pose c’est qu’aujourd’hui il n’est plus autorisé (par les bien-pensants) de rire d’une communauté sans en faire partie (enfin sauf le fameux mâle blanc hééro cisgenre assez âgé), ainsi Eli et Dieudonné pouvaient rire des juifs grâce au premier, le second n’a pas compris qu’il n’avait pas le droit seul…
                « les réactions de censeurs ont largement causé sa radicalisation »
                C’est bien pour ça que la censure ne marche jamais => Plus on censure plus la personne est sûre de tenir le truc et qu’on veut la faire taire (elle a raison sur la seconde moitié au moins).

                1. P&C

                  Les arnaques aussi… le dieudo les cumule tellement qu’il vient d’être interdit de diriger une entreprise.
                  Dernière en date : le zynecoin, un genre de Onecoin en plus mal fait.

                  d’ailleurs, où en est cette blockchain ? J’ai juste suivi les affaires judiciaires d’un ex député belge, et la fuite de Rita Ignatova quelque part.

                  1. Blondin

                    « Les arnaques aussi… le dieudo les cumule tellement qu’il vient d’être interdit de diriger une entreprise. »

                    En remplaçant Dieudo par classe politique française et entreprise par pays, cette phrase trouve encore mieux son sens.

  2. Aristarkke

    Hier se présentait sur Twitter une Anastasie 2.0 (coloured) proposant aux écri-vains et même aines de relire leurs manuscrits pour les inviter à corriger là où le propos risquait de faire chouiner ou chougner un quelconque épiderme sensible…
    Bref, une recherche de l’authenticité…

    1. Jacques Huse de Royaumont

      « Je broche une comédie dans les mœurs du sérail ; auteur espagnol, je crois pouvoir y fronder Mahomet sans scrupule : à l’instant un envoyé de je ne sais où se plaint que j’offense dans mes vers la Sublime Porte, la Perse, une partie de la presqu’île de l’Inde, toute l’Égypte, les royaumes de Barca, de Tripoli, de Tunis, d’Alger et de Maroc ; et voilà ma comédie flambée, pour plaire aux princes mahométans, dont pas un, je crois, ne sait lire, et qui nous meurtrissent l’omoplate, en nous disant : Chiens de chrétiens !
      — Ne pouvant avilir l’esprit, on se venge en le maltraitant.— Mes joues creusaient, mon terme était échu: je voyais de loin arriver l’affreux recors, la plume fichée dans sa perruque ; en frémissant je m’évertue. Il s’élève une question sur la nature des richesses ; et comme il n’est pas nécessaire de tenir les choses pour en raisonner, n’ayant pas un sou, j’écris sur la valeur de l’argent, et sur son produit net : aussitôt je vois, du fond d’un fiacre, baisser pour moi le pont d’un château fort, à l’entrée duquel je laissai l’espérance et la liberté. (Il se lève.) Que je voudrais bien tenir un de ces puissants de quatre jours, si légers sur le mal qu’ils ordonnent, quand une bonne disgrâce a cuvé son orgueil ! Je lui dirais que les sottises imprimées n’ont d’importance qu’aux lieux où l’on en gêne le cours ; que, sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur ; et qu’il n’y a que les petits hommes qui redoutent les petits écrits. (Il se rassied.) Las de nourrir un obscur pensionnaire, on me met un jour dans la rue ; et comme il faut dîner, quoiqu’on ne soit plus en prison, je taille encore ma plume, et demande à chacun de quoi il est question : on me dit que, pendant ma retraite économique, il s’est établi dans Madrid un système de liberté sur la vente des productions, qui s’étend même à celles de la presse ; et que, pourvu que je ne parle en mes écrits ni de l’autorité, ni du culte, ni de la politique, ni de la morale, ni des gens en place, ni des corps en crédit, ni de l’Opéra, ni des autres spectacles, ni de personne qui tienne à quelque chose, je puis tout imprimer librement, sous l’inspection de deux ou trois censeurs. Pour profiter de cette douce liberté, j’annonce un écrit périodique, et, croyant n’aller sur les brisées d’aucun autre, je le nomme Journal inutile. Pou-ou ! je vois s’élever contre moi mille pauvres diables à la feuille ; on me supprime, et me voilà derechef sans emploi !  »

      Ecrit quelques années avant la révolution française. Plus ça change, plus c’est pareil.

  3. Mad Max

    Tout ça me fait également penser à « L’affaire » de la fissure de Bigard dont Muriel Robin s’insurge auprès de qui veut bien l’entendre. Depuis ils s’envoient des gentillesses par média interposés et Mme Robin, si j’ose dire « se fait défoncer » à chaque fois sur l’idiotie de sa position et la pauvreté de ses arguments.

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Pour ne pas le rater, il aurait fallu suivre les golden globe, donc s’intéresser aux séances nombrilistes d’auto-satisfaction hollywoodiennes.
      En général, c’est sans moi.
      Comme quoi, il ne faut pas désespérer, on n’est jamais à l’abri d’une bonne surprise.

    1. Higgins

      De Niro reste un grand acteur (j’adore le film « Mafia blues » où il campe un mafieux dépressif). Dommage qu’il se laisse aller à des considérations politiques. En règle générale, l’avis d’un artiste ou pretendu tel n’a strictement aucun intérêt. Les plus grands se gardent bien ou se gardaient bien de faire étalage de leurs positions. Desproges en est un des meilleurs exemples. Je mets de côté évidemment ceux qui ont su mettre en accord leurs idées et leur mode de vie comme Brassens. En contrepartie, je trouve franchement pathétique un chanteur comme Renaud qui, en dépit des excellentes chansons de ses débuts, s’efforce de coller à l’image de « rebelle » qu’il s’imagine être alors qu’il est d’un conformisme absolu comme la très grande majorité des artistes prétendument de gauche. Plus bourgeois qu’eux tu meurs.

          1. Stéphane B

            Un grand monsieur le Lino. Ne pas oublier qu’il a aussi fait la WW2 coté italien avant de déserter pour rejoindre Paris et sa future épouse.

      1. Nemrod

        Le rebelle en peau de lapin Renaud est devenu grand défenseur de la cause animale…féministe aussi n’en doutons pas.

        Je suis certain qu’il pousse le courage jusqu’à dire du mal de Trump….

    2. Dr Slump

      De Niro je n’ai jamais pu le sentir, ni son jeu d’acteur que je trouve pauvre, ni sa mentalité de gauchiste nanti donneur de leçons.

    3. Dr Slump

      Je n’ai jamais apprécié De Niro, ni pour son pour jeu d’acteur que je trouve surfait, ni pour sa mentalité de gauchiste nanti donneur de leçons.

  4. Stéphane B

    Quand on pense que l’Âne a été commémoré Charlie avec son écharpe tricolore, promouvant la liberté de pensée alors qu’elle avait attaqué cette dernière au travers de son tweet, deux poids deux mesures avec ce kampdubien.
    Vivement le retour du comte Pal ! (histoire de nourrir corbeaux et pies avant que les bestioles du sous-sol se délectent)

  5. Dr Slump

    Hildingo se fait heureusement débouter en justice, mais aux dernières nouvelles, l’agence de pub refuse d’obtempérer, et comme les médias n’en feront, globalement, pas plus qu’un épiphénomène, l’affaire est pliée. Alliance Vita représentant tout ce que la république hait, sa liberté d’expression n’aura aucun soutien notable.
    Et pendant ce temps, quelques étudiants néo-communistes bloquent le passage de partiels à des cohortes d’étudiants, avec les bénédictions tacites de tout le gratin.

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Grâce à Hidalgo, tout le monde a entendu parler d’Alliance Vita. C’est un buzz inespéré pour l’association.
      L’Âne a obtenu un résultat inverse à celui qu’elle souhaitait.

  6. Higgins

    J’avoue avoir beaucoup de mal avec la nouvelle génération d’humoriste. « Bite, caca, prout » semblent être les seuls mots sur lesquels ils s’appuient pour faire « rire ». Globalement, ils font preuve d’un conformisme absolu bien loin de la subversion dont ils se réclament. Ceux qui arrivent à m’arracher un sourire sont rares. Il est vrai que le one-man-show était encore il y a peu un domaine très restreint. Seuls ceux qui avaient un vrai talent y avaient accès.

      1. Hermès Honshappo

        Pas mal du tout.
        J’ai bien aimé Walter aussi, même si pas mal de ses vannes sont pompées sur d’autres humoristes. Blanche Gardin j’ai plus de mal. J’adore le texte, mais pas sa voix et sa diction.
        En humoriste féminine, j’ai un gros faible pour « la chanson d’amour à la France » de Laura Laune, censurée par « Le Grand Oral » de France 2.

  7. Pythagore

    Merci pour le billet, j’ai adoré le speech de Gervais. En particulier lorsqu’il dit qq chose comme « cette année, il n’y a que des acteurs blancs, qui sont morts, l’année prochaine, il faudra qu’il y est un peu plus de diversité ».

  8. hub

    Le dernier humoriste en date est canadien, il a affirmé qu’un missile iranien avait abattu le boeing, « probablement par erreur ».
    Ils sont forts ces iraniens dans l’erreur.
    Il est fort Justin Trudeau

  9. Infraniouzes

    Autrefois, des humoristes aux calembours « mouillés d’acide » dans des cabarets bourrés avec 20 spectateurs, nous faisaient rire aux larmes en habillant pour l’hiver la classe politique dans son entier. On les appelait des chansonniers. Quelle belle époque.
    Personnellement, entre artiste et autiste je ne vois pas grande différence, à part le « r » remplacé par le « u ».

  10. Av

    Vigilant citizen est plus nuancé que vous sur l’ironie de Gervais : https://vigilantcitizen.com/latestnews/we-need-to-talk-about-that-ricky-gervais-monologue-at-the-golden-globes/
    Il pense à une sortie maîtrisée par Hollywood, certes rafraîchissante, mais pas embêtante pour le système. Je ne suis pas loin de le croire.
    Mais je vous rejoins sur le reste de votre propos. Nous sommes en dictature de bien-pensants, lisez Nicolas Bonnal sur ce sujet pour compléter la réflexion.
    Merci à vous en tout cas pour votre travail.

    1. « pas embêtante pour le système »
      Oui, parce que « c’est de l’humour ».
      N’oubliez pas que le fou du roi était justement indispensable pour exactement cette raison.

      1. Pierre 82

        La grosse différence entre les rois des siècles passés et nos actuels dirigeants, est qu’ils étaient chrétiens, et qu’ils savaient qu’ils auraient à rendre des comptes un jour, et que les plus équilibrés d’entre eux avaient conscience d’être entourés de vils flatteurs. C’est pourquoi ils s’entouraient non seulement de confesseurs, mais également de fous du roi, qui avaient le même rôle: leur rappeler leur insignifiance. Actuellement, nous sommes dans des temps d’hybris, ces gens se pensent immortels et incriticables. La volonté de faire disparaître l’humour est caractéristique des périodes sombres. Et quoi de plus orgueilleux que de vouloir contrôler la pensée des gens, et de plus stupide que de vouloir empêcher les gens de se moquer? Ils sont foutus.

          1. Pierre 82

            Oui, le rire faisait peur à l’Eglise, mais les rois étaient croyants, et craignaient Dieu (en tous cas la plupart du temps). Ça les rendait conscients de leurs limites. Les « fous du roi » pouvaient les prendre en dérision en complément.

              1. Pierre 82

                Umerto Eco était un anticlérical viscéral, et cette histoire, ne l’oublions pas, est un roman, dont le but est de montrer que dans l’Eglise, seuls les Franciscains (présumés de gauche) sont des personnes acceptables… Je suis d’accord avec vous pour dire que le rire n’est pas la caractéristique première de l’Eglise catholique, mais de là à prétendre que sa vision officielle était que « rire est un souffle diabolique » est totalement faux. Vous ne trouverez de tels propos ni dans les écritures, ni chez les pères de l’Eglise ni dans les doctrines depuis 2000 ans. Même s’il est possible que certains hommes d’église l’aient professé, cela n’a été qu’à la marge…

        1. Gerldam

          En Union Soviétique, l’humour anti-parti, des blagues qu’on se racontait au beau milieu d’un parc, était décapant et a permis à certains de survivre à la chape de plmob.

  11. Aelil

    Question stupide, est-ce que la patate c’est subversif ? :p
    https:/ /www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/une-pomme-de-terre-connectee-a-las-vegas-20200109
    Non parce que le mec a quand même réussi à se faire séléctionner par nos brillants fonctionnaires et politiciens pour avoir le statut de délégation française…

  12. cherea

    Je me pose la question, apparemment aux US, il y a 5 minutes de décalage entre le live & la diffusion, on se demande comment cela a pu passer…tant mieux. Néanmoins on note que le NY Times qui est l’exact équivalent idéologique du Monde a banni le dessin de presse de ses lignes. De plus, je pense aussi que les gens en général sont trop débiles pour comprendre le 2nd degré, on rappelle le fameux moment Alain Finkielkraut qui « viole sa femme tous les soirs… », surtout que la communication numérique ne propose pas le point d’ironie… Je reviens à ce que je dis souvent, il y a deux discours en France, le discours public, politiquement correct, insupportable et l’autre dans le cercle privé où la censure n’existe pas… évidemment le discours privé est bien plus intéressant que le discours public….

      1. cherea

        Covoit, et puis encore, vous croyez que je fais des trucs de prolo… 🙂 (équivalent numérique d’un point d’ironie), mais je fais des rdv parents et oui c’est ce genre de profil donc je sors des banalités…mais je titille un peu aussi, histoire de créer un petit malaise…sinon quand je dis privé, avec des gens que je connais…

  13. taisson

    La bien pensence !! Pas tout à fait HS…
    Tout ceci me ramène à mon zapping d’hier soir :
    Voir les mines faussement contrites des commentateurs TV expliquer que si les Iraniens ont abattu « par erreur » le Boeing Ukrainien, c’est en fin de compte de la faute du méchant « assassin » Trump… Qui à mis « en état d’alerte » les gentils Iraniens !
    C’est de la même veine que ceux qui disent que le Japon doit récupérer Ghosn pour « qu’li y finisse ses jours »…
    La mort pour les dirigeants, et l’impunité ou quelques mois d’asile pour les tueurs muzz ordinaires…
    Le point de vue socio/bobo est le seul à avoir le droit d’exister ! Les diversités d’opinons ne sont pas à l’ordre du jour en France !!
    Et les « humoristes » doivent d’abord être bronzés et ne se moquer que des autres pour que les médias les encensent…
    Si il y à un changement, ce n’est pas pour tout de suite, et, pour le moment c’est une censure informelle qui étouffe toutes les idées « non conformes », et vu le niveau« omniscient » de la propagande, il n’y à (selon moi…) pas beaucoup d’espoir …

    1. Gosseyn

      Les tenants de la  »diversité » sont opposés à la diversité des opinions. Mais il n’y a pas qu’eux qui vous censureraient, s’ils pouvaient : voir encore tout récemment sur ce site …

      Il s’agit bien de limitations culturelles dans tous les cas. Vu que si la liberté d’opinion était la première valeur défendue dans ce pays, bien des anomalies de toute nature y auraient périclité assez rapidement.

      Cette culture d’agression se retrouve toujours à défendre des intérêts particuliers, concomitamment peu honorables. Parce qu’elle ne supporte pas que ses travers soient rendus publics, en règle générale.

      Notez qu’en cas de publications ou de productions dérangeantes et visées par des censeurs, il revient aux auteurs d’avoir à se justifier. Quand jamais un censeur n’aura à rendre de compte pour ses abus et abus de droit, en cette matière. Ce qui est d’une injustice flagrante !

      L’atteinte à la liberté d’expression,qui devrait rester un droit inaliénable, témoigne en fait de la déliquescence sociale de ce pays, à tous les niveaux.

  14. popop

    La règle est simple:
    Si tu passes sur les ondes du groupe Radio France ou sur les écrans France Télévision ou autres, TU N’ES PAS SUBVERSIF…!!!!
    On est dans une drôle d’époque de totale censure

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Si tu passe sur radio bolcho, c’est que les journalistes assermentés qui sont là pour penser à ta place considèrent que tu es un artiste, donc subversif. Mais pas n’importe quelle subversion, pas n’importe quel anticonformisme. Une subversion correcte et propre sur elle est requise, un anticonformisme orthonormé est de rigueur, qui respectera tous les canons et les codes du camp du bien, toute l’étiquette de la pensée unique et obligatoire. On ne tape, courageusement, que sur des boucs émissaires désignés et qui n’ont aucun moyen de se défendre.

      Aller à contre courant, c’est bien, mais uniquement dans les piscine des palaces.

  15. Seb-c-bi1

    Ricky Gervais n’a visiblement pas calmé les ardeurs de Joaquin Phoenix qui a sorti un discours dégoulinant de moraline, et fait un geste incroyable pour la planète, puisqu’il a décidé qu’il porterait le même costar pour toutes les cérémonies où il est invité cette année (pas les suivantes, faut pas déconner) : c’est-à-dire que son geste pour sauver la planète est le même que celui de millions de salariés qui n’ont pas les moyens d’avoir 12 costumes différents dans leur garde-robe.

  16. Boutros

    Etes-vous sûr que  » l’atteinte à la liberté d’expression devrait rester un droit inaliénable » , en postant ici ? (je sais bien ce que voulez dire mais c’est le genre de phrase qu’on peut interpréter à sa manière).
    Autre exemple de la liberté grançaise : il a suffi à une pétasse littérairement et littéralement dispensable de réunir un aréopage de vilains et lâches complices pour mener à bien l’exécution de Richard Millet, viré de sa maison d’édition et interdit de publication ( il l’avait bien cherché en déclarant qu’il était blanc, hétéro et de droite). Le papier de Madame Ernaux est peu hygiénique. Nul doute qu’ elle aurait rejoint la Résistance dès mai 1946 et qu’elle aurait manié la tondeuse.

    1. Gosseyn

       »L’atteinte à la liberté d’expression, QUI (laquelle) devrait rester un droit inaliénable … » >>> L’atteinte à un droit fondamental n’est pas un droit. À la limite un abus de droit et une violation de la Constitution.

    2. lxy

      Comme disait Desproges en parlant de François Mitterrand qui a rejoint la Résistance mi 43
      « Il aurait dû attendre Juin 44 ça aurait été encore plus sûr. »

  17. Elie

    Je ne connaissais pas Walter, bonne découverte gràce à vous ! Ricky Gervais n’a pas attendu sa dernière prestation aux Golden Globes pour y dire ce qu’il voulait comme il le voulait. Vous connaissez Jim Jefferies (australien) et Thomas Wiesel (suisse) ? Ce dernier passa une courte époque sur Quotidien, bizarrement il n’y passe plus !

  18. Scarambolage

    Le rire, l’humour et autres dérivés sont connus par la science pour être les meilleurs protections mentales contre la propagande, la manipulation, les dogmes et dérivés. On comprend bien pourquoi il faut encadrer de très prêt ces activités réellement subversives dans un camp de concentration.

  19. Elie

    Il me semble que ça ne fait pas si longtemps que ça que les stars l’ouvrent à Hollywood : jusqu’à peu ils se contentaient, bien dressés par leurs managers, de banalités et de platitudes plus amazing les unes que les autres. Ils ont dû en avoir marre, au bout d’un moment…

  20. Mildred

    Quant à moi, j’ai un petit faible pour Thierry Le Luron car je reste persuadée que s’il n’était pas mort en 1986, jamais Mitterrand n’aurait été réélu en 1988 :

    1. Gosseyn

      Combien d’emplois détruits par l’immobilisation de 780 000 € dans ce cacahuète-point, car non réinvestis dans la production économique ?

        1. Higgins

          Très probablement, encore une parfaite application du sophisme de la vitre cassée : https:/ /fr.wikipedia.org/wiki/Sophisme_de_la_vitre_cassée

          1. durru

            J’ai peut-être raté quelque chose, mais (au-delà du prix) il me semble que cet investissement a pu améliorer la sécurité routière, contrairement, par exemple, aux fleurs régulièrement renouvelées au milieu de nombreux rond-points ou au pompes à fric que sont les radars fixes (et qui coûtent aussi « un pognon de dingue »).
            Je vois encore moins le parallèle avec la vitre cassée…

            1. Higgins

              Construire des ronds-points donne du travail aux entreprises concernées. Le rond-point a-t-il pour autant une réelle utilité? Dans le cas présent, je l’ignore, mais à supposer qu’il n’ait été construit que dans le but 1) d’alimenter en argent discret des caisses occultes 2) de donner un travail confortable à des entreprises complaisantes en leur assurant une charge d’activité suffisante, on est pour moi en pleine application du sophisme énoncé par Bastiat. Ce qu’on voie, le rond-point cacahuète, ce qu’on ne voie pas, la corruption qui en découle et a minima le gaspillage d’argent public financé par le contribuable.

              1. Higgins

                Quant à l’utilité du rond-point, j’ai débuté mon post par « très probablement ». Dans le cas présent, il a peut-être une réelle utilité. Je n’en sais strictement rien mais les pouvoirs publics, au plan local comme au plan national, nous ont hélas habitué à de telles pratiques.

                    1. Higgins

                      Je n’aime pas le bourbon.

                      @Durru

                      L’exmple des primes à la casse ne souffre d’aucune discussion. Moins « visible » mais tout aussi pervers, toutes les aides/incitations pour le BTP (hors rond-point évidemment).

        2. Gosseyn

          Il est ici question d’un ration salaires / immobilisations, bien plus défavorable dans le BTP que dans l’industrie, du point de vue retour sur investissements. C’est autre chose qu’un bris de glace …

      1. Semaphore

        Seulement 780 k€ pour ce machin? Je suis épaté.
        C’est pas possible!!!
        Il manque au moins un 1 devant le 7…
        [J’en ai déja vu un double construit à Le Mans, direction Laval pour 1,4 M€ -annoncés-, il y a cinq ou six ans…[

  21. Ribus

    L’humour est un aspect de l’intelligence que Macron n’a pas ; au contraire, il se vexe et se fâche pour un rien. Tant qu’il sera en place, il ne faut pas espérer à mon avis un desserrement de l’étau idéologique qui casse toute velléité de sourire. Seul le rire gras modèle Hanouna est admis aujourd’hui, c’est-à-dire la grosse farce comme jadis à l’époque de l’Inquisition. Celui qui s’avise de faire de l’esprit a fortiori corrosif est immédiatement rangé dans la catégorie dissident au moins putatif. Le « système » ne s’interdit pas pour autant l’injonction paradoxale puisqu’après avoir viré tous les humoristes vus comme incorrects, il vient de créer une maison du dessin de presse et du dessin satirique. Nous sommes dirigés par des puritains libertaires, espèce nouvelle d’obscurantistes, qui détestent la liberté pour les autres ce qui nous oblige à rire sous cape. Ce n’est pas la fin du monde pour autant ; c’est seulement une période de glaciation de l’esprit dans un contexte de réchauffement climatique.
    https://www.culture.gouv.fr/Presse/Communiques-de-presse/Franck-Riester-ministre-de-la-Culture-annonce-la-creation-d-une-maison-du-dessin-de-presse-et-du-dessin-satirique.

    1. Pierre 82

      Je n’ai aucun souvenir d’avoir rencontré dans ma vie, ne serait-ce qu’une seule fois, une personne à la fois intelligente, et dépourvue d’humour. A moins que je ne juge que selon mes critères, ce qui est possible…

      1. Ribus

        Macron a une intelligence ordinaire un peu au dessus de la moyenne ; sans plus contrairement à ce que ses courtisans veulent faire accroire. C’est un inspecteur des Finances de base comme il y a en a des dizaines à Bercy dont le cerveau ne produira jamais le moindre éclair de génie. En revanche, il a de l’entregent et s’est constitué de puissants réseaux. De plus, c’est un pervers narcissique donc un individu foncièrement néfaste qui prend du plaisir à la souffrance d’autrui.

          1. Higgins

            En complément, les propos de Marie-France Hirigoyen, la psychiatre qui a théorisé le harcèlement moral, éclairent encore plus ce triste constat : http:/ /www.regards.fr/la-midinale/article/marie-france-hirigoyen-il-y-a-une-fascination-du-peuple-pour-les-narcisse

            C’est sans appel.

            1. durru

              Oui, bon, c’est surtout très PC. Voir Trump comme plus narcissique que la Clinton, puis énumérer tous les « méchants » sans jamais faire référence au « premier [Narcisse] de cordée » c’est assez conventionnel…

              1. Higgins

                Je ne partage pas du tout son point de vue sur Trump et ce n’est pas pour cela que j’ai mis le lien. Ce qui m’a intéressé dans son propos, c’est ce passage sur les Narcisse, population à laquelle le migon poudré appartient indubitablement.

  22. BDC

    Patron, y’a pas un bug avec les commentaires ? Je voulais poster le discours de Blanche Gardin aux Molières. Elle est très fine pour jouer avec le vrai faux politiquement incorrect : elle prononce le mot « juif » mais tout en précisant que « bien sûr », ce n’est pas d’elle c’est de Desproges, donc on peut faire du Desproges en 2018 ! Applaudissements du public (faux politiquement incorrect), qui se retrouve très con quand Blanche les prend au piège sur Tex (vrai politiquement incorrect). Elle prouve en live qu’on peut faire du Desproges, mais en le citant (sic).
    youtube.com/watch?v=z8tI8Cw1SeE&t=1m50s

    1. Opale

      Je suis d’accord, j’adore Blanche Gardin pour la manière qu’elle a de faire passer ses messages. Notamment sur le féminisme en carton, sur la différence hommes/femmes, sur le côté nécessaire de ne pas accentuer le clivage, etc.

      Merci pour l’article, j’avais vu Gervais via FB grâce au boss, un moment de grâce. (la gueule des ‘stars’ qui ont du mal à avaler la pilule, c’est priceless).

  23. Higgins

    HS mais comme attendu, la baudruche s’est dégonflée et la pseudo-réforme est morte : https:/ /www.bfmtv.com/societe/reforme-des-retraites-le-gouvernement-retire-provisoirement-l-age-pivot-du-projet-de-loi-1839162.html

    1. Aristarkke

      Tout est dans le « provisoirement » qui a(ura) tendance à durer…
      Major, la réforme aura lieu : il y aura bien la suppression des régimes spéciaux et l’avènement d’un régime *universel * sauf 42 exceptions exceptionnelles.
      Pour commencer.

    2. P&C

      Meuh non. Ils n’arrivent pas à passer de front, ils passeront par la fenêtre.
      Le français ne faisant pas partie d’une catégorie sociale démonstrative se fera enfiler.

  24. Passim

    « Souvenez-vous, Razumov, que les femmes, les enfants et les révolutionnaires exècrent l’ironie, négation de tous les instincts généreux, de toute foi, de tout dévouement, de toute action. Ne raillez pas ! »
    (Conrad, Sous les yeux de l’Occident)
    L’humour meurt de ce pesant esprit de sérieux que nous inflige l’État-mamma, pour qui le citoyen est un indécrottable enfant en bas âge. L’humour demande de la distance, et une certaine méchanceté. Imagine-t-on Hidalgo faire preuve d’humour ?

  25. glot

    Pourquoi l’abandon de « l’age pivot » réjouit le syndicat CFDT qui crie victoire et va appeler à la cessation de la grève; quitte à être qualifié de syndicat de la trahison ?
    Comprends pas .Surtout si avec le nouveau système, l’Etat aura le pouvoir de fixer la valeur du point donc de contraindre le salarié à continuer jusqu’à 70 ans pour s’éviter d’avoir une retraite minable. .

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.