Et maintenant, un petit indice de réparabilité

La France est en guerre. Pas seulement contre les terroristes. Pas seulement contre les virus. Pas seulement contre les discours de haine. Non : au-delà de ces âpres croisades pour un Monde D’Après Plus Duveteux et Plus Nouveau, depuis 2012, la France est aussi en guerre contre le gaspillage.

Ah, le gaspillage ! Quel combat ! Que dis-je, quel sacerdoce !

Car là où l’écologie entend diminuer notre empreinte (carbone, visuelle, atmosphérique, énergétique, j’en passe) jusqu’à garantir notre parfaite neutralité, la lutte contre le gaspillage entend de surcroît s’assurer qu’aucun geste ne sera superflu, qu’aucune production ne sera perdue, qu’il n’y aura aucune perte et que rien ne sera laissé au hasard.

Concrètement, cela se traduit par une nouvelle petite loi (digeste en seulement 130 articles rondement menés !) dont la récente promulgation entraîne – entre autres – le changement de plein de petits affichages colorés sur les appareils électro-ménagers ou les bidules électroniques qui entourent notre vie quotidienne : comme l’impose cette loi indispensable, ces derniers devront maintenant intégrer un « indice de réparabilité ».

Youpi.

Comme souvent, l’idée part d’une de ces bonnes intentions dont l’enfer est pavé avec minutie par nos législateurs déchaînés : certains appareils ne permettent pas une maintenance aisée et une panne, souvent triviale, se traduit parfois par un coût de réparation supérieur au prix de l’objet neuf.

L’idée consiste donc à obliger les fabricants, qui sont un peu idiots sur les bords de n’y avoir pas pensé par eux-mêmes, à rendre leurs produits plus simples à démonter et à maintenir. Ce qui est d’autant plus facile à faire que ça ne remet en cause aucune chaîne de production et aucune étude des coûts et donc des bénéfices de ces entreprises.

Cette obligation est en outre assortie d’une astreinte à conserver un stock de pièces détachées pendant plusieurs années disponibles à un « prix raisonnable » pour permettre, dans la logique législative, de répondre à l’impératif de rendre la réparation abordable par tout un chacun : moyennant une notice du fabricant elle aussi repensée comme la loi l’impose à présent et quelques tutoriels Youtube dégotés un dimanche après-midi, monsieur Toulemonde va enfin pouvoir réparer lui-même son lave-linge, son iPhone et sa tondeuse avec son unique tournevis cruciforme et un peu de WD40 en spray, c’est évident.

Enfin, on introduira donc le fameux indice afin de punir subtilement les fabricants les plus retors de fournir une documentation trop légère, aucune pièce détachée dix ans après le temps d’usage moyen de leur produit ou aucun moyen simple de tout démonter (quitte à remonter de travers ensuite et se plaindre que ça ne marche pas).

Bien sûr, on se réjouira que tout n’est pas encore massivement imposé, normé précisément jusqu’au moindre détail et qu’encore beaucoup d’éléments sont laissés à l’appréciation du fabricant qui dispose de quelques marges de manœuvre pour les critères qui entrent dans l’établissement de l’indice, même si, rassurez-vous, des sanctions existent s’il n’est pas affiché (on est en France, quand même).

De façon étonnante, cet indice sera subtilement calculé par le fabricant lui-même et pas par une demi-douzaine d’Agences nationales de la Réparabilité à la fois neutres, indépendantes et noyées dans un torrent de cerfas gouleyants. Non, ici, il s’agit pour le fabricant de calculer lui-même son petit indice en mode « auto-critique » qui n’est pas sans rappeler un procès stalinien, à la différence que celui-ci se terminera plus joyeusement par une pastille colorée de rouge (vif) à vert (foncé) en fonction de l’adhésion aux thèses recyclistes.

Malheureusement, tout ceci semble bâti sur des idées qui résistent mal à l’analyse sérieuse.

Passons pudiquement sur le fait que cet indice est franco-français (s’étonnera-t-on qu’une nouvelle contrainte règlementaire sur les entreprises naisse dans l’Hexagone ?) ; on peut charitablement fantasmer une adaptation complète des chaînes de production de gros fabricants mondiaux d’appareils électro-ménagers ou d’électronique grand public pour venir adhérer tendrement au paysage législatif français et ses millions de bosses, plis et ravins dantesques, ou, plus vraisemblablement se dire que ça va encore encombrer les entreprises françaises dont la compétitivité est heureusement si insolente qu’elle n’en sera pas du tout amoindrie.

Au-delà de cet aspect, force est de reconnaître que la réparation et la maintenance d’appareils électriques, électroniques ou mécaniques demande du temps et, souvent, de la formation, ce qui explique assez facilement le coût attaché à ces opérations : tout n’est pas réparable par le consommateur lambda, loin s’en faut et la spécialisation de nos société se paye logiquement, soit avec des objets bons marché mais peu réparables, soit avec une maintenance et des pièces détachées coûteuses.

S’ajoute le cas spécifique de la France où toute main-d’œuvre humaine est subtilement taxée de tous les côtés jusqu’au trognon, ce qui n’améliore certainement pas la rentabilité de l’opération.

Enfin, signalons que tenir à jour un stock de pièces détachées et de personnes compétentes pour les suivre et les utiliser coûte fort cher, en temps, en énergie et en espace. Ce coût est, à la fin, inévitablement payé par le consommateur d’une façon ou d’une autre. L’arbitrage du fabricant s’établit alors sur la qualité de ses productions ou sur le SAV de celles-ci, ce qui diminue les frais de maintenance mais augmente les prix à la vente par exemple.

Le fabricant d’un côté, le consommateur de l’autre font tous les deux des choix plus ou moins contraints entre le renouvellement complet de l’objet ou sa maintenance dans le temps. Il n’y a pas de solution réaliste économiquement et écologiquement permettant de garantir à la fois un objet pas cher, de bonne qualité, facilement réparable et dont les pièces détachées sont disponibles toute sa durée de vie et au-delà.

En somme et crûment, le choix s’établit donc entre « gaspiller » un objet en le renouvelant entièrement ou « gaspiller » temps, énergie et espace dans des formations, des services SAV et des pièces détachées surnuméraires, et il est impossible de définir a priori ce qui mérite d’avoir une durée de vie longue ou pas ou d’avoir des pièces détachées ou pas : seul le marché et son système de prix (des productions, des pièces détachées, de la main-d’oeuvre, du SAV) permettent d’approcher une solution viable.

Or, dans cette situation, l’indice de réparatruc, imposé de façon artificielle et politique pour tenter d’apporter une « autre » solution à un problème déjà résolu par le marché, introduit des distorsions évidentes dont les effets de bord sont déjà visiblement défavorables aux fabricants français.

Mais voilà : pour un nombre croissant de frétillants Français qui n’accepteront jamais les aléas de la vie (au point de graver un principe de précaution et son corollaire, le dégoût de toute prise de risque, dans la Constitution), pour une masse de plus en plus vocale d’individus qui refuseront toujours la disparition inévitable qui nous attend tous et toutes choses autour de nous, tout doit être durable (depuis le développement jusqu’au confinement) et quand ça ne peut vraiment pas durer, ça doit être réparable, guérissable ou annulable sans frais.

Cette lubie du durable, du réparable, cette chasse chimérique à un gaspillage mal défini, exagéré et recouvrant surtout une mauvaise compréhension des mécanismes de production et d’entretien, tout ceci a un coût qui se traduit directement sur le pouvoir d’achat des Français, et sur le niveau d’emploi dans le pays.

Au passage, on s’étonnera que ce même indice n’ait pas été réclamé pour nos politiciens, seul endroit où il aurait été puissamment pertinent ; après tout, ils sont experts en matière de gaspillage, de pièces rapportées, et d’absence criante de service après-vente ou de notice claire d’utilisation.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires313

    1. Aristarkke

      À vaincre fastoche et sans péril, un commentaire de 3,5 lignes par une apostrophe en deux mots, on triomphe sans gloire aucune…

        1. Aristarkke

          Tu n’étais pas debout à cette heure là. Voilà tout !
          Je ne dois pas avoir la même heure internet que d’autres puisque je dois attendre des 9H03 pour voir la nouvelle prose du Patron (réseau SFR)…

          1. MCA

            Pour être raccord avec le billet du jour, es-tu sûr d’avoir fait réparer ton portable avec des pièces d’origine?

            Cela dit, tu peux toujours essayer de te connecter à 8h57 (heure SFR) histoire de voir si tu rattrapes le décalage horaire… :o)))

    2. Aristarkke

      Je cours en catégorie endurance /marathon.
      Pas sprint.
      Désolé mais je ne concède aucune défaite.
      Il était un temps que les moins de cinq ans de ce blog n’ont pas pu connaître, où c’était le festival de prem’s, premier, first, etc… pour assurer l’ouverture des commentaires à la foule des quinze lecteurs du blog, alors. Monseigneur s’est lassé et a commis une bulle interdisant cette dérive vers la facilité, les ceusses n’ayant pas compris se faisant expédier leurs mots vers le cul-de-basse-fosse du temple où officie notre prélat.
      Il a bien fait et devrait logiquement en faire de même céans. Amha, bien entendu… 😛

        1. Aristarkke

          Votre Honneur, je pense qu’il ne faut prendre aucun risque de voir la Bête Immonde renaître et nous faire revivre LHLPSDCB.
          Suggestion à votre adresse : ne laissez pas gagner le wookie… Agissez céans et promptement !
          😳

    3. Aristarkke

      Ah ! non ! c’est un peu court, jeune homme !
      On pouvait dire… Oh ! Dieu ! … bien des choses en somme…
      En variant le ton, – par exemple, tenez :
      Agressif : « Moi, monsieur, si j’avais un tel nez,
      Il faudrait sur-le-champ que je me l’amputasse ! »
      Amical : « Mais il doit tremper dans votre tasse
      Pour boire, faites-vous fabriquer un hanap ! »
      Descriptif : « C’est un roc ! … c’est un pic ! … c’est un cap !
      Que dis-je, c’est un cap ? … C’est une péninsule ! »
      Curieux : « De quoi sert cette oblongue capsule ?
      D’écritoire, monsieur, ou de boîte à ciseaux ? »
      Gracieux : « Aimez-vous à ce point les oiseaux
      Que paternellement vous vous préoccupâtes
      De tendre ce perchoir à leurs petites pattes ? »
      Truculent : « Ça, monsieur, lorsque vous pétunez,
      La vapeur du tabac vous sort-elle du nez
      Sans qu’un voisin ne crie au feu de cheminée ? »
      Prévenant : « Gardez-vous, votre tête entraînée
      Par ce poids, de tomber en avant sur le sol ! »
      Tendre : « Faites-lui faire un petit parasol
      De peur que sa couleur au soleil ne se fane ! »
      Pédant : « L’animal seul, monsieur, qu’Aristophane
      Appelle Hippocampéléphantocamélos
      Dut avoir sous le front tant de chair sur tant d’os ! »
      Cavalier : « Quoi, l’ami, ce croc est à la mode ?
      Pour pendre son chapeau, c’est vraiment très commode ! »
      Emphatique : « Aucun vent ne peut, nez magistral,
      T’enrhumer tout entier, excepté le mistral ! »
      Dramatique : « C’est la Mer Rouge quand il saigne ! »
      Admiratif : « Pour un parfumeur, quelle enseigne ! »
      Lyrique : « Est-ce une conque, êtes-vous un triton ? »
      Naïf : « Ce monument, quand le visite-t-on ? »
      Respectueux : « Souffrez, monsieur, qu’on vous salue,
      C’est là ce qui s’appelle avoir pignon sur rue ! »
      Campagnard : « Hé, ardé ! C’est-y un nez ? Nanain !
      C’est queuqu’navet géant ou ben queuqu’melon nain ! »
      Militaire : « Pointez contre cavalerie ! »
      Pratique : « Voulez-vous le mettre en loterie ?
      Assurément, monsieur, ce sera le gros lot ! »
      Enfin parodiant Pyrame en un sanglot :
      « Le voilà donc ce nez qui des traits de son maître
      A détruit l’harmonie ! Il en rougit, le traître ! »
      – Voilà ce qu’à peu près, mon cher, vous m’auriez dit
      Si vous aviez un peu de lettres et d’esprit
      Mais d’esprit, ô le plus lamentable des êtres,
      Vous n’en eûtes jamais un atome, et de lettres
      Vous n’avez que les trois qui forment le mot : sot !
      Eussiez-vous eu, d’ailleurs, l’invention qu’il faut
      Pour pouvoir là, devant ces nobles galeries,
      me servir toutes ces folles plaisanteries,
      Que vous n’en eussiez pas articulé le quart
      De la moitié du commencement d’une, car
      Je me les sers moi-même, avec assez de verve,
      Mais je ne permets pas qu’un autre me les serve.

  1. Aristarkke

    Honnêtement, qui va aller réparer, même avec un indice favorable, quand l’objet réparé revient à 150% du prix de l’équivalent neuf ???

    1. P&C

      Dans le cas de l’informatique, seulement si les données en valent la peine. Et en général, on préfère faire appel à une boite qui siphonne ce qui est exploitable sur le DD.

    2. Raph

      Heureusement qu’il n’y a pas que des bras cassés. J’en connais qui, moyennant une faible équipement, parviennent à réparer, du moins détecter des pannes sur leur bagnole (avec logiciel et cable PC adéquat), MAL (dont l’extension de garantie coute presque aussi cher que l’appareil), PC, TV, etc.

      Ceci dit, si une myriade de CERFA ne poussera les constructeur qu’à innover en matière d’emmerdement, un pétage de jambes les pousserait à réfléchir avant, par exemple, de coller un condensateur juste là où il ne faut pas que ça chauffe…

  2. Aristarkke

    Faudra aussi que des réseaux commerciaux soient organisés pour la distribution de pièces détachées dont celles à trois francs six sous de prix sortie usine… qui seront loin d’atterrir au même prix chez le réparateur…

      1. Aristarkke

        Exploitant ce filon, cela dépend de la pièce et la fourchette peut aller de fous cinq à fois quinze, voire encore davantage.
        Mais ne rigolos pas des Chinois qui deviennent de plus en plus efficaces au point que je ne serai pas surpris qu’ils viennent naviguer dans les eaux d’Amazon d’ici cinq à dix ans.

  3. Le Gnôme

    C’est bien beau tout ça, je ne suis pas fichu de planter un clou dans un mur sauf à finir aux urgences, je ne me vois pas bricoler un appareil quelconque, même avec uin tutoriel. Compte tenu du prix de la main d’oeuvre en France, la réparation reviendra plus cher que d’en acheter un neuf.

    Seule solution, l’obligation de faire réparer, un mesure écolo à souhait qui grèvera les budgets, mais que ne ferait on pas pour sauver Gaïa !

    1. Calvin

      Obligation de réparer ?
      Il y a des flics qui vont venir dans chaque foyer contrôler les appareils. Et 135 euros pour chaque materiel HS ?

      Ça serait drôle comme loi !

    2. Pheldge

      Pas besoin d’obligation, y’a des tas de gens qui sont convaincus de bien faire, de faire fonctionner « l’économie solidaire et sociale ». Rajoutez durable et circulaire et ils petent de bonheur !

    1. Aristarkke

      Aimable Major, voyez donc ma proposition plus loin dans les commentaires.
      Bien entendu, chapeauter cela méritera rapidement d’être cornaqué par un secrétaire d’état rattaché au ministère de l’industrie…

      1. Aristarkke

        Aucune importance ! Ce qui compte est qu’elle ait de bonnes intentions. Même si c’est à la manière de Paul Pot, Mao, Lenine, Staline ou Dzerjinski pour citer quelques exemples en n’oubliant pas Fidel C…

        1. Jacques Huse de Royaumont

          Non, tout le monde s’en fout des bonnes intentions. Il faut que tu aies peur et que tu te sentes coupable. grâce à quoi tu paies, tu obéis et tu te tais.

  4. bob razovski

    Il y a manifestement un énorme effet de dissonance cognitive (un de plus) chez ces pignoufs dirigistes :
    -D’un côté, il va falloir maintenir à flot un stock de pièces détachées conséquent
    -de l’autre, les subventions affluent pour foutre à la benne un objet qui fonctionne bien, sous prétexte qu’il n’est plus aux normes (normes variables en fonction de l’objet, évidemment)

    1. Deres

      Oui, tout ceci est en complète contradiction avec les différentes prime à la casse automobile ainsi qu’avec les règlementations thermique sur le bâti impossible à respecter sur l’ancien. On nous incite à faire réparer le menu fretin mais à jeter sans vergogne sur les gros postes de dépenses que sont l’automobile et l’immobilier …

      1. bob razovski

        Ca signifie qu’il faudra créer une commission chargée d’évaluer et de décider de combien d’évolutions ultérieures un objet devra bénéficier.
        J’ai bon ? 😉

    2. Pierre 82

      Sans compter qu’au bout de quelques années, il faudra bien se résoudre, faute de place, à mettre à la benne les montagnes de pièces détachées devenues inutiles et plus demandées depuis 10 ans…
      Quels pignoufs. Mais il y a pire qu’eux: les boboïdes débiles qui trouveront que c’est une merveilleuse idée. Dommage que j’aie profité du confinement pour virer tout les cons qui faisaient partie de mes connaissances Facebook, je crois que j’aurais pu ma marrer de voir ces crétins en extase devant cette absurdité supplémentaire.

  5. Emile Sabord

    Rappelons en préambule que dans la plupart des cas, si le cout de la réparation est supérieur au cout de l’objet c’est d’abord et avant tout en raison des charges extravagantes qui pèsent sur la main d’oeuvre. Que l’état vienne ensuite faire la morale à ceux qu’il assomme est dans la plus pure tradition française.

  6. Infraniouzes

    On va imposer aux fabricants d’avoir un stock de pièces détachées pour réparer. Bien. Mais on n’a pas été foutu de garder un stock suffisant de masques chirurgicaux pour enrayer une pandémie.
    Moi, je propose qu’on construise des cliniques pour réparer les cerveaux défaillants des députés et ministres épuisés. Stock de pièces détachées inépuisable mais résultat non garanti.

  7. sultana

    sans commentaire!! d’ailleurs les seuls que je pourrais trouver seraient tellement grossiers que fb me virerait illico !! bref! si vous n’avez pas compris ce qui est en train de se passer, c’est que vous êtes particulièrement bouchés !!!!!
    c’est comme l’arrivée en masse « d »invités » alors que le taux de chômage explosait !
    mais vous allez bientôt , très bientôt voir à quoi ils vont vraiment servir quand on va vous les balancer comme des bombes pour vous « calmer » définitivement !!

    1. Tazounette

      oui, c’est le sens des priorités…primordial de pouvoir réparer le presse-agrumes à 15 euros, par contre mettre au rebut des dizaines d’AIRBUS A380 de moins de 10 ans…ça c’est pas important !

  8. Aristarkke

    Dans la logique de ces guignols, je verrais bien deux étapes fondamentales :
    – création d’une haute autorité de la réparation des biens de moins de cinquante euros, prix magasin
    -création d’un office national de la Réparation avec une agence départementale au minimum, davantage par tranche de 10.000 habitants habitant à plus d’un quart d’heure à pied de l’agence comprenant une équipe minimale d’un directeur, de deux sous directeurs, de dix adjoints de direction et d’une vingtaine de secrétaires chapeautant une brochette de six réparateurs multi-tâches. C’est le minimum à mettre en œuvre pour un état nounou, non ?

    1. Husskarl

      Ce sera la recommandation du comité de 35 citoyens désignés par le plus grand des hasards républicain pour discuter de la réparabilité.

      1. deres

        Dès que l’on demande un rapport à un haut fonctionnaire sur un sujet, il propose toujours la création d’une haute autorité spécialisée. En effet, il faudra logiquement nommé un spécialiste à la tête de cette nouvelle institution. Et qui connait mieux le problème que l’auteur du dernier rapport sur le sujet ou l’un de ses copains ? Encore mieux, un institut spécialisé permet au gouvernement de se défausser de ses responsabilités et au passage de ne pas avoir à consacrer du précieux personnel de leur cabinet à ce sujet beaucoup moins urgent que la prochaine élection.

  9. Pythagore

    En lisant « Ah, le gaspillage ! », je me suis demandé comment vous alliez faire le lien avec nos politiques, j’ai trouvé ds la conclusion 🙂
    En fait il y a une possibilité de conserver des stocks. C’est de ne jamais évoluer, roulerions nous encore en Ford T, il y aurait encore des pièces détachées de dispo.
    Une mission parlementaire à Cuba s’impose pour voir comment ils arrivent à maintenir un park de voitures âgées de 50, 60,… ans.

          1. Aristarkke

            😆
            Je connaissais que tout Ladaïste se devait d’être prudent, i.e. d’en acheter une pour rouler et deux autres pour la fourniture immédiate de pièces détachées…

    1. Aristarkke

      Il y a toujours aux Usa des officines pour vous proposer toutes les pièces nécessaires pour faire rouler à la perfection, votre Tin Lizzie favorite et plus généralement, toutes les Ford US…

      1. Pierre 82

        Pareil en aviation: il existe des boîtes spécialisées qui achètent touts sortes de pièces (de la visserie à des pompes, en passant par de la tuyauterie). Ces pièces sont toutes certifiées (avec certificat, c’est obligatoire) et ils en font des stocks qu’ils revendent à la demande au fur et à mesure de la durée de vie des avions.
        Avantage: disponibilité immédiate, parce que quand vous cherchez une pièce qui n’est utilisée que sur un avion qui n’est plus fabriqué depuis des décennies, vous y allez joyeusement.
        Désavantage: le prix est affolant (on est très largement au-delà de 10 fois le prix d’achat), mais il intègre bien sûr le coût du stockage et surtout de l’immobilisation financière. Mais ça coûte nettement moins cher que de trouver un fabricant, et de relancer une production et une qualification, et surtout, la compagnie aérienne n’immobilise pas sa flotte.
        Tout le monde s’y retrouve, et pourtant, l’état n’y est pour rien. Étrange, non?

  10. hub

    et pendant que la neige tombe en hiver, des automobilistes, 2500 me dit-on, demeurent toute une nuit bloqués sur l’A40. Peut-être que les chasse-neige sont en réparation ?

    1. Aristarkke

      C’est la « fôte à » la neige que personne à Météo Grance n’avait vu venir. Et pour couronner le désastre, cette peste blanche qui se met à tomber à partir de 17h30, comme cela sans en avoir l’autorisation (vécu en IDF, il y a un quart de siècle).

      1. Higgins

        Il y a deux ou trois ans, la N118 a été le lieu d’un magnifique loupé et les services publics de transport en commun ont fait preuve de leur inefficacité. Je dois reconnaître que l’année suivante, la leçon a été retenue. La N118 a été fermée dès 16h00 et ça n’a pas été le chaos de l’année précédente.

          1. Higgins

            Logeant sur le plateau velizien et travaillant sur Paris, je bénéficiais d’un pied-à-terre bienvenu à Meudon. J’avais pris mes précautions.

      2. Citoyen

        « (vécu en IDF, il y a un quart de siècle) »
        Je confirme, Ari … J’y étais !… plus d’1h pour faire les 3km de la ligne droite du plateau de Vélisy direction Versailles … Et nous étions nombreux à poireauter …

    2. Higgins

      Prévisions pas fiables. Comment proposer une solution. Seul point positif, 2000 personnes sans attestation pendant le couvre-feu. A 135 euros la prune!!!

    3. Pythagore

      Ouais, mais si y se met à neiger en hte savoie alors, ou va-t-on ?
      Allez un petit supplément de la Dépêche pour le plaisir:
      « Le député de l’Ain Damien Abad demande au ministère des Transports d’installer au plus vite des portiques sur l’A40 pour bloquer les camions en cas d’épisode neigeux. »
      Pas idée d’installer des chasses-neige plutôt ?

        1. Higgins

          Oui. Si on reprend le cas de la N118 où ça a été l’apocalypse il y a deux ou trois ans, nous sommes bien en face de l’impéritie et de l’incompétence. La veille au soir, la neige était annoncée. Ce matin là, prévoyant ce qui allait arriver, je suis parti à pied pour prendre la ligne T6 qui dessert la mairie de Chatillon (connexion avec la ligne 13 du métro). Pendant la nuit, il avait déjà neigé en abondance mais rien n’avait été fait pour la circulation sur l’A86 et la N118. Dans la journée, il a neigé en abondance sur Paris. Que dire de ce qui devait tomber sur le plateau ? Je crois qu’il y a eu plus de mille véhicules bloqués. Je n’ai pas pu remonter le soir, les fameux services publics de transport en commun étant aux abonnés absents. À Montparnasse, je n’ai jamais vu une telle panique au sein de la SNCF (doivent pas regarder la météo sauf pour les défilés de grévistes). J’ai réussi à prendre un train pour Meudon (10 mn de trajet) où je savais pouvoir trouver gîte et couvert.
          De tous les foutoir que j’ai eu à vivre en région parisienne, celui-ci est loin devant et il est totalement imputable à la puissance publique.

          1. Aristarkke

            Imputable à la Puissance Publique ??? Comme vous y allez, Major ! C’est la faute à la neige qui s’est mise à tomber sans avoir rempli les Cerfa idoines. Cela fait et un délai de trois semaines de préavis, tout se serait bien passé. Et n’essayez pas d’arguer que nous étions en Février !
            Pas de Cerfa, pas d’autorisation ?

        2. Pythagore

          teu teu teu. Interdire n’est pas leur genre. Désormais tout véhicule empreintant l’A40 devra transporter un kit de survie pour chaque passager contenant 2 litres d’eau, un bol (en papier recyclé) de Quinoa, une banane achetée en circuit court et une chaufferette à la bouse de vache. Les véhicules seront contrôlés et le conducteur verbalisé à hauteur de 250EUR par kit manquant.

          1. Hermès Honshappo

            Si je me fais l’avocat du diable, ça ne serait pas si mal si ça pouvait apprendre au quidam de base à prendre ses responsabilités pour assurer tout seul au moins 24h de sa propre survie en cas d’isolation…
            Ça ne coûte pas cher et ça ne prend pas beaucoup de place dans le coffre, un paquet de fruits secs et une couverture de survie.
            Mais bon, le quidam attendra sans doute que ce soit devenu obligatoire et normalisé pour le faire…

            1. Ours Blanc

              Je suis content dans ces cas là d’avoir mon gros Jeep qui pue l’essence !… cela me rappelle des routes de l’Ain avec les véhicules bloquée par les congères, alors que je les évitais tranquillement comme si de rien… bon je sais, c’est pas très friendly !…

    4. Hagdik

      J’aimerais bien savoir combien il y avait de voitures électriques coincées sur l’autoroute.
      Ils n’ont pas du avoir du chauffage très longtemps …

    5. ~~Tribuliste~~

      Hmm j’étais sur place à l’avant du bazar et ai pu m’échapper in extremis… un camion non équipé est à l’origine du premier blocage. La bêtise de ceux qui ralentissent pour voir a bloqué l’autre sens. Le déneigement était en cours et comble de bonheur la nationale a proximité a aussi été bloquée par un camion. Impossible pour les services de fonctionner et la neige s est accumulée. Bref entre la législation permissive et la bêtise humaine y a de quoi faire bien des années d’enquiquinements dans ce pays.

  11. heli0gabale

    Je me demande comment va réagir une boîte comme Apple qui n’est pas connue pour pondre les produits les plus facilement réparables (marque adorée de nos donneurs de leçons vertes ironiquement).

    1. Aristarkke

      Elle sera classée en indice de reparabilité zéro sauf pour l’écran.
      Vu l’église pleine à craquer du gourou Jobs, je n’imagine même pas une baisse des fentes surtout chez nozélites si anti-américaines par ailleurs. Mais là, comme d’hab, cépapareil…

      1. heli0gabale

        Je suis sûr qu’ils vont utiliser des combines comme « vous pouvez réparer mais uniquement chez nos réparateurs agréés par la boîte du coup hop pastille verte ecoresponsable. »

        « une baisse des fentes » ah bravo ! Je vois que ça parle mal du public féminin de la pomme !

      2. deres

        Nozelites ne payent pas eux même leur matériel informatique mais se le font fournri au frais de la princesse. Il leur faut donc absolument le dernier cri et le plus cher.

    2. sam player

      Pour Apple, c’est une légende. Je préfère réparer un iPhone qu’un Samsung S, j’y passe 2 à 3 fois moins de temps
      Et les pièces sont toutes dispos et valent 4 fois moins cher que chez Samsung ou Fairphone… le téléphone durable.
      A titre d’exemple pour un iPhone qui a 3 ans, une batterie c’est 10 balles, un écran 40 balles

      1. sam player

        Sur un iPad Air, on peut même ne changer que la vitre tactile sans changer l’écran. La vitre coûte 20 balles et il faut 2h maxi la 1ère fois.

        1. Pythagore

          +1
          Oui en fait les smartphones sont très réparables. Suffit de voir le nombre de tuto sur youtube. Suffit juste de savoir décoller le joint et ensuite, c’est comme les légos.
          Par contre: 20 balles + 2 h x 60 balles = 140 balles. Pour un matériel qui a 3-4 ans, et dont on ne sait pas quelle va être la prochaine pièce qui va lâcher, pas intéressant.

          1. sam player

            Il n’y a pas de pièces qui “lâchent” dans les téléphones, c’est toujours de la casse à cause des conditions d’utilisation ou lors de démontage : chutes (écrans, caméras, boutons), mauvais accessoires (connecteurs de charge, batterie), limaille (micros, haut parleurs, vibreurs), eau (oxydation)

            2h c’était pour la première fois, le suivant je l’ai fait en 3/4h. Et pour un truc à 6-700 balles ca vaut le coût.

            1. Greg

              Je suis d’accord, j’ai 2 iphone qui ont fait chacun 6 ans sans aucun souci ni réparation, juste un changement de batterie après 3 ans.
              Je les paye cher donc je fais gaffe, tout comme en 40 ans je n’ai jamais perdu ni oublié mes clefs ou mon porte-monnaie nulle part. Rien de compliqué…

          1. sam player

            Y a rien de sorcier et comme dit Pythagore c’est du lego la plupart du temps sauf micro-soudage sur carte mère, mais là c’est comme pour les calculateurs moteur

  12. douar

    Quand je vois le succès tout relatif du smartphone « réparable », j’ai quelques doutes.
    ça fait la une, tout le monde dit, « super », mais pas grand’monde l’achète.

  13. Higgins

    Un très bon ami avec qui j’échangeai mes voeux me disait « Lorsque je me lève le matin, je cherche à deviner quelle est la connerie du jour sortie par nos peintres ». Dans ce domaine, c’est la course perpétuelle au record. Sur CP ce matin, je lisais qu’un projet de loi allait être déposé pour interdire aux propriétaires de clôturer leurs propriétés. L’argumentation est réellement impressionnante, le naufrage du bon sens et de l’intelligence tout autant : https://www.contrepoints.org/2021/01/13/388720-la-propriete-privee-interdite-dengrillagement
    Il y a hélas plus d’une idée de ce genre par jour et ce, dans tous les domaines. Le dernier billet de Maxime Tandonnet est assez explicite : https://maximetandonnet.wordpress.com/2021/01/13/jai-vole-trop-loin-dans-lavenir/
    Le pire est devant nous.

    1. Aristarkke

      La clôture montre à Jean du Voyage qu’il commet un délit s’il l’outre passe. C’est stigmatisant pour lui et cela ne doit pas durer.

    2. Aristarkke

      Des propriétaires mal embouchés ont ainsi le loisir de pouvoir se plaindre et parfois, d’obtenir un jugement d’expulsion. Or cela mobilise des FdO à leur tâche de pruner les automobilistes et les dépourvus de l’attestation ad hoc du moment pour lequel on ne dit pas merci.
      Faut tout expliquer dans ce pays…

    3. Pythagore

      J’aime bcp l’article de Tandonnet, moi-même me demandant souvent ce que mes grd parents, qui ne sont malheureusement ou heureusement plus là, diraient de cette hystérie sanitaire, eux qui ont vécu 2 guerres et une recession entre deux, guerres qui ont fait un nombre sans équivalent de morts, mort transmise par un virus appelé « homme ».

    4. Aristarkke

      Il y a des jours où les conneries sont tellement nombreuses qu’il y a de l’avance suffisante pour tenir deux semaines sans production…
      Genre, le JO du 31 Décembre avec 243 décrets publiés…

    5. P&C

      En fait, il faut juste quelques bémols :
      Interdit de clôturer… si le proprio est une enfl*re de baron macroniste. Ils font assez ch*er comme ça.
      Laisser les gens ramasser les champis, le petit bois, chasser… et pruner les rageux du quad au milieu des pousses ou qui piquent les stères.
      Le tout peut être géré à l’échelon local, avec quelques gardes chasse/champêtres.

    6. Jacques Huse de Royaumont

      Au XVIème siècle, le mouvement dit des « enclosures » bâtissait des clôtures autour des propriétés privées en Angleterre. C’était le signe d’une affirmation du droit contre la coutume, de l’individu contre la communauté, c’était la naissance de la liberté.
      Là, en voulant détruire les clôtures, c’est le chemin inverse qui se profile. Ce n’est pas que bête, c’est aussi pervers et malveillant. Le droit de propriété est la première des liberté, qui conditionne toutes les autres. S’y attaquer, même en commençant par ses marges, c’est vouloir s’attaquer à toutes les libertés, en bloc.

      1. P&C

        La liberté… ça dépend celle de qui. Celles des landlords, surement.
        Celle des paysans qui cultivaient ces terres et qui dépendaient des communs pour le reste, surement pas.

        1. Jacques Huse de Royaumont

          L’eau courante ou l’électricité n’étaient pas distribuées chez tout le monde, au début.
          La naissance des libertés individuelles n’a pas concerné tout le monde tout de suite. Mais c’était tout de même une révolution.
          C’est le problème de la pensée égalitariste, ce qui ne concerne pas tout le monde ne doit pas exister, donc le progrès devient impossible.

              1. Dr Slump

                Jusqu’en 1980 je vivais dans une petite maison sans l’eau chaude, pas de SdB, pas de MàL, et pas de hauffage non plus d’ailleurs, un petit poêle dans la cuisine. Remarque, je me plains pas de l’évolution, loin de là, je me payais des angines/bronchites carabinées tous les hivers.

          1. douar

            Mon grand père s’est battu pour l’électrification de sa commune, avec succès. La commune d’à côté n’a été totalement connectée à l’électricité qu’au début des années 60 alors qu’ils auraient pu l’avoir dès les années 30.
            Itou pour le téléphone: sa femme (ma grand mère donc) aurait fait une crise quand elle a vu l’engin installé dans la salle commune (années 30) en invoquant les maladies que ça allait apporter, comme la 5 G aujourd’hui…

    7. Pierre 82

      Et de nouveau, Simone Wapler rappelle qu’un des plus gros problèmes dont souffre la France est bien le mépris du principe de subsidiarité. C’est vrai pour l’interdiction de clôturer comme pour leur lamentable gestion de la crise du Covid. Leur principe, c’est : « Ne jamais laisser les chose se régler à la base mais toujours par une loi stupide, et valable partout »

  14. taisson

    Ce qui est particulièrement amusant, c’est que , grâce à une dévalorisation permanente, depuis des dizaines d’années, de tout ce qui est travail manuel et concret, à peu près 80% de la population citadine de ce pays est incapable d’utiliser un outil !!
    Mais, même moi qui répare presque tout, je n’aurais pas osé en faire une loi…

    Démagogie sociétale vers le verbiage écolo. Rien d’autre !

    1. Pythagore

      Cela me rappelle cet appel à l’aide d’une demoiselle sur facebook qui recherchait qq’un pour changer des ampoules. Il n’y avait pas de précisions sur les caractéristiques du sauveur. Il semble que le mâle blanc était aussi accepté.

  15. baretous

    A côté de ça il est quand même vicieux par exemple de placer des roulement à bille sertis( donc indémontables) pour le tambour d’une machine à laver alors que cette pièce est facilement trouvable car utilisée dans pleins de domaines autres que l’électro ménager, L’obsolescence programmée n’est pas une légende.

    1. sam player

      Un gros éclat de rire !
      Sur une machine à 200 balles c’est pas étonnant.
      Si elle dure 5 ans, ça vous fait un coût de 40 balles par an…

      1. baretous

        « si elle dure 5 ans » comme vous dites..Le probleme est que si vous multipliez ce genre de choses à l’envie , vous vous retrouvez avec des gens aux salaires moyens inférieurs avec un taux d’endettement conséquent.Et c’est ainsi qu’au fil des années la bouffe est descendue à env 14 % du budget d’une famille par exemple.Je connais un peu le phénomene ayant été clerc d’huissier il y a un certain temps ( que je ne regrette pas).Ce « pas réparable » sauf a engendrer des frais énormes se retrouve même sur les bêtes de somme que sont les tracteurs agricoles avec les cartes électroniques dont l’utilité est discutable.

    2. Calvin

      L’obsolescence programmée est une légende, sauf quand l’Etat fait des lois pour rendre un bien ou une pratique obsolète ou imposer des dates de péremption ou de consommation plus courtes.

      1. Higgins

        Comme celle-ci : https:/ /www-challenges-fr.cdn.ampproject.org/c/s/www.challenges.fr/entreprise/transports/grand-paris-les-vehicules-polluants-seront-verbalises-fin-2021_745505.amp

    3. Greg

      Néanmoins le prix des objets industriels usuels est directement corrélé à la quantité d’énergie pour le produire. 100gr de plastique moulé coûte moins cher que 50gr d’aluminium usiné, parce que cela coûte moins d’énergie.
      Tellement moins que pour beaucoup d’objets, 3 fois du plastique durera plus longtemps que une fois de l’aluminium pour au final polluer moins.

      Les calculs sont difficiles, mais certains objets jetables finissent par être moins chers et moins polluants que leur équivalents réutilisables.
      Les corps de seringues médicales sont moins chères à fabriquer qu’à désinfecter et reconditionner d’où leur mono-usage. Le prix étant directement corrélé à l’énergie, elles sont donc moins polluantes au final.

      Mais pour expliquer cela à des écolos, bonne chance…

  16. Batistouta

    L’unique et seule source de gaspillage est l’État. Si on veut mettre un terme au gaspillage, il faut mettre un terme à l’État. Ceci n’est pas ironique ou métaphorique, c’est la stricte réalité et stricte conclusion à laquelle on aboutit nécessairement quand on parle de supprimer les gaspillages.

    Sur le fond du dossier, il est évident que les résultats ultimes recherchés dans l’adoption de la mesure dont on parle sont les suivants :

    – dilapidation du temps et des ressources (temps, espace, euros) d’où résulte une augmentation du prix des produits. Ici c’est la volonté de réduire encore le pouvoir d’achat des individus pour soumettre encore les individus à l’État.

    – la possibilité pour les hommes de l’État d’interdire la vente de tout produit importé en France de manière arbitraire derrière le prétexte de la non-réparabilité = protectionnisme déguisé. Dans la mesure du possible évidemment puisque le marché unique sera aussi un obstacle (qui sera contourné de je ne sais quelle façon).

    – la possibilité pour les associations lucratives sans but (comme « 60 millions de consommateurs ») de harceler les entreprises et de les racketter ou menacer de le faire par la voie judiciaire sur ce nouveau fondement. Mise en œuvre de la mentalité anticapitaliste.

    – la possibilité pour les agences de l’État concernées (Autorité de la concurrence etc) de faire de même.

    – de manière générale l’appréciation nécessairement arbitraire des hommes de l’État quant au respect de la mesure permettra d’augmenter encore l’emprise sur la société : contrôle des agences concernées pouvant retirer de la vente des produits à leur bon vouloir et donc nuire aux capacités de développement.

    – réduire encore la liberté d’entreprendre puisque le respect de cette mesure nécessite des moyens que ceux qui débutent ne peuvent pas avoir. Correspond à la volonté de supprimer tout ce qu’il reste d’individus libres qui ne dépendent pas de l’État pour rien du tout (même but que les mesures liberticides actuelles).

    Néanmoins, la principale interrogation que j’ai reste dans la mise en œuvre de cette mesure alors qu’il existe la libre circulation des marchandises. Les résultats recherchés dont j’ai parlé sont-ils donc concrètement dans la réalité envisageables et possibles ? Je ne sais pas.

    1. kekoresin

      Chuidacor avec toi. Tapisser le mur de la réalité avec des CERFA n’amortira en rien la violence du choc des crânes qui se fracasseront dessus !

    2. René-Pierre Alié

      D’accord à 80 %, Batistouta. Bémol sur le « protectionnisme déguisé » Déguisé ou pas, le protectionnisme peut être nécessaire quand les conditions d’une concurrence loyale ne sont pas respectées – base du libéralisme.
      .

      1. Batistouta

        Eh bien je ne suis pas d’accord.

        Premièrement je ne sais pas ce que vous mettez derrière l’adjectif « loyale » exactement. La qualification de concurrence loyale ou déloyale est essentiellement utilisée par les étatistes pour décider de mesures arbitraires.

        Deuxièmement je ne vois pas en quoi restreindre l’importation de produits issus d’une concurrence loyale ou pas loyale peut avoir un quelconque intérêt pour les individus réalisant ces importations. Précisément car si les individus ont réalisé ces importations c’est qu’elles répondaient à leurs besoins, et que ceci est suffisant pour constater n’avoir aucun motif à les empêcher de réaliser ces importations.

        Maintenant plus spécifiquement si on dit que la production étrangère importée constitue une concurrence « déloyale » sous prétexte qu’elle a été subventionnée par le contribuable vivant sur le territoire d’où cette production provient, il est impossible de dire en quoi ceci est un problème. Si les hommes de l’Etat étrangers sont assez bêtes pour subventionner une production au détriment de leurs contribuables, au profit des étrangers dans la mesure où cette production est exportée, c’est un profit total pour les importateurs de cette production. Non seulement ce n’est pas un problème, mais c’est même un avantage pour les acheteurs étrangers qui profitent d’une rareté moindre et donc de prix plus bas sur une production qui en l’absence de subventions du contribuable étranger serait plus chère. Je ne fais preuve ici d’absolument d’aucune originalité puisqu’on trouve cet argumentaire chez Bastiat lui-même. Je mets de côté tout ce qui relève de la démonstration de Bitu-Camember sur ces analyses.

        Donc au total, concurrence déloyale ou pas, et quelles que soient les choses qu’on met derrière ces termes, je ne vois pas de motifs au protectionnisme.

        1. durru

          Le dumping est un contre-exemple à votre discours.
          Car la destruction des moyens de production locaux par ce procédé va permettre au concurrent déloyal étranger de récupérer ses pertes avec gros bonus, un peu plus tard.
          Croire que toute la Terre carbure au libéralisme (éventuellement anarchiste) est une erreur. En principe, le libéral est un pragmatique…

          1. Batistouta

            Mon dieu. Rien n’est su rien n’est compris.

            Je pensais que les lecteurs d’h16 avaient très largement dépassé le stade de l’enfance mais il semble qu’il n’en est rien.
            Je vous invite à lire Bastiat, Mises, Hayek, Hoppe, Salin, wikiberal etc et à travailler vos connaissances.

            À ce niveau de réponse là, j’abandonne.

        2. René-Pierre Alié

          Une concurrence loyale est celle qui existe entre des producteurs ayant des conditions relativement similaires pour exercer leur activité. Il n’y a pas de concurrence loyale entre un fabricant de chaussures de sport employant des enfants payés quelques roupies par semaine, et un manufacturier soumis à des règles sociales telles qu’il ne peut approcher, même de loin, les prix pratiqués par son concurrent.
          J’ai bien dit : relativement similaires. Il y a un écart admissible entre concurrents. Un match de boxe est disputé entre pugilistes approximativement du même poids, mais on ne demandera pas à l’un d’être moins habile, ou de moins d’entraîner, pour être au niveau de l’autre.
          Une concurrence équitable dynamise les concurrents, les pousse à faire mieux. Une concurrence déloyale tue ceux qui subissent des handicaps insurmontables face à ceux qui opèrent dans des cadres réglementaires, notamment sociaux, quasi inexistants.
          La ligne de crête est étroite, en effet. Mais comme le dit Durru, le libéralisme est un pragmatisme. S’il ne se s’adapte pas au réel, il se rapproche d’une idéologie. Dans ce cas, il crée les conditions mêmes de sa disparition. Maurice Allais était favorable à un certain protectionnisme, et n’était pas un étatiste pour autant.
          Quand vous évoquez une production « subventionnée par le contribuable vivant sur le territoire d’où cette production provient, » je crois tout simplement que nous ne parlons pas de la même chose.

          1. sam player

            ”… employant des enfants payés quelques roupies par semaine,…”

            Arghhh pas les petinenfants…
            Sans dec’ RPS était-ce nécessaire d’utiliser cet artifice éculé ?

            D’autre part si une entreprise d’un pays étranger arrive à fabriquer avec un personnel peu qualifié et payé en conséquence des produits qui se retrouvent sur le marché à des prix 10 fois inférieurs au fabricant national, c’est que le fabricant national n’a pas sa place sur ce marché.

            Toi tu veux carrément faire intervenir l’état pour empêcher ces produits d’arriver sur le marché national et ainsi 1- enlever leurs moyens de subsistance à ses travailleurs étrangers et 2- priver les nationaux de l’accès à ses produits moins cher

            Le protectionnisme est une connerie et ceux qui le défendent bah pareil…

            Le pire c’est qu’un tel commentaire vienne de qqu’un qui a bourlingué : je suppose donc que quand tu étais en Amérique du Sud tu te faisais envoyer tout ce dont tu avais besoin depuis la france?

            1. durru

              Sam, lorsque le « pays étranger » est un régime totalitaire, il peut à la fois faire travailler des esclaves (enfants ou pas), enrichir les représentants de « l’entreprise » (la nomenklatura, quoi), garder un niveau technologique très compétitif (voir le nucléaire russe aujourd’hui, par exemple) et maintenir des prix de vente sans aucun rapport avec le prix du marché, le temps d’obtenir un monopole de fait. Et à partir de là, ton discours sera très utile, lorsque tu constateras que ce pays tiers peut imposer aussi bien ses prix (qui ne seront plus du tout bas dès lors qu’ils ont acquis le monopole) que les quantités mises à disposition, avec pénurie organisée à la clé, la totale.
              Mais bon, on peut toujours se moquer en partant de discours théoriques et surtout pas discuter des situations concrètes, réelles, n’est-ce pas ? 😀

              1. sam player

                Autrement dit une situation qui n’existe pas, ni dans les hypothèses, ni dans les conclusions, pour la bonne raison que ça ne tiendrait pas la route très longtemps…

                1. sam player

                  Ça c’est les hypothèses (et je note que tu utilises un temps du passé), c’est quoi les conclusions ? : ils sont exportés où les produits fabriqués dans les goulags ou les camps de travail et vendus à vil prix que j’y cours ?

                  1. durru

                    Tu crois sincèrement qu’avec toutes les conditions réunies tout cela restera indéfiniment seulement une hypothèse ?
                    Je vais récupérer mon point Godwin de la journée : c’est un peu comme les lecteurs de Mein Kampf qui ne croyaient pas que ce qui y était écrit serait possible…
                    Mais tu as le droit, bien sûr.

                  2. Husskarl

                    Aliexpress pour la subvention à l’export. Beaucoup de produits chinois pour l’esclavage à demi ou complet, Bengladesh, Ethiopie pour le textile. Inutile de courir, vous y êtes déjà.

          2. Batistouta

            « je crois tout simplement que nous ne parlons pas de la même chose. »
            Oui effectivement on ne parle pas de la même chose. Aucune définition de la « concurrence déloyale » n’avait été donnée et celle que j’ai donnée est celle à laquelle on fait généralement référence (d’après mes observations).

            Je ne comprends pas l’intégralité de votre développement.
            On dirait que la concurrence est pour vous un mécanisme qu’on (les hommes de l’Etat j’imagine) implante dans la société et qui doit être paramétré et ajusté comme un logiciel de CAO.
            En réalité, la concurrence est l’observation de l’expression de la rationalité des individus qui se traduit par leur libre choix d’échanges les uns avec les autres, chacun essayant de proposer les produits et services susceptibles de satisfaire une demande d’abord imaginée puis constatée en cas d’échange effectif.

            Il s’ensuit que l’intégralité de vos développements et et de vos pensées n’ont aucun sens pour moi.
            D’ailleurs posez-vous une question : comment matérialiseriez-vous l’ensemble de vos conceptions exposées si l’Etat n’existait pas ? Ce serait des propos en l’air et sans intérêt. C’est seulement parce que l’Etat existe et qu’il intervient par des actes de violence agressive que vous pouvez vous permettre de tenir ces discours. Et toute intervention de l’Etat se traduit uniquement et toujours par des destructions pures sans aucun profit pour personne, et en plus sans parvenir jamais à pénaliser les individus que les hommes de l’Etat pensaient pénaliser au départ.

            1. Husskarl

              « comment matérialiseriez-vous l’ensemble de vos conceptions exposées si l’Etat n’existait pas ?  »

              Si si si. Réalité != Théorie.

              Les états existent, les états étrangers aussi et l’esclavage ou la super-subvention aussi. Il faut donc en tenir compte.

            2. durru

              « sans parvenir jamais à pénaliser les individus que les hommes de l’Etat pensaient pénaliser au départ »
              Oh oui, et les licornes existent, et la marmotte… etc.
              Les hommes de l’Etat ne pensent jamais à quoi que ce soit d’autre qu’à leur propre bien, ainsi qu’à celui de leurs proches et, un peu plus à la marge, à celui de leurs soutiens. Le reste, c’est des discours creux.
              Par contre, vous n’arriverez pas à détruire, partout dans le monde, les Etats, surtout les plus autoritaires (pour les autres, le processus est en cours et bien avancé, d’ailleurs). Et c’est exactement le coeur du problème.

              1. Batistouta

                « Les hommes de l’Etat ne pensent jamais à quoi que ce soit d’autre qu’à leur propre bien, ainsi qu’à celui de leurs proches et, un peu plus à la marge, à celui de leurs soutiens. Le reste, c’est des discours creux. »

                Si on le prend comme ça je suis complètement d’accord.

                Mais moi je parlais du discours vraiment officiel qui prétend avantager certains au détriment d’autres, alors qu’en réalité ceux qui sont pénalisés ne sont jamais (sauf accident) ceux qu’on prétendait pénaliser au départ et ceux qui sont réellement pénalisés sont même généralement ceux qu’on a prétendu aider par la mise en œuvre de la politique en question.

                1. zelectron

                  les politiciens s’occupent d’abord et avant tout de l’accessoire (la largeur des caniveaux?) et surtout pas du principal (liberté des entreprises, y compris santé. . . .)
                  – à croire qu’ils ne connaissent pas le diction : quand l’économie va tout va !

  17. Jacques Huse de Royaumont

    La lutte contre le gaspillage est une belle hypocrisie d’état. Ca ne surprend ans doute pas grand monde.
    En effet, la gestion optimisée de l’état générant quelques légers problèmes de financement a deux conséquences :
    une pression sur la banque centrale pour pouvoir emprunter pas cher
    une pression fiscale sur le travail.

    Or les taux bas ne profitent pas qu’à l’état, mais à toutes les entreprises qui peuvent investir à bas coût.
    On se retrouve donc avec des produits neufs à bas coût, tiré vers le bas par l’état et des réparateurs chers, avec des coûts tirés vers le haut par l’état.
    Nos dirigeants peuvent bien venir nous faire a morale, après ça.

    1. Batistouta

      Ah oui effectivement l’existence même d’une politique monétaire entraîne un « malinvestissement » considérable de la part des entrepreneurs, malinvestissement qui se révèle lorsque les individus s’en rendent compte (ce qui est appelé « crise économique » par les idiots). Et effectivement il s’agit bien d’un gaspillage au sens même de la présente loi dont on parle et objet du billet d’h16.
      Il n’y a pas 36 solutions pour mettre un terme à ces gaspillages considérables, il y en a une seule : supprimer la politique monétaire et donc les banques centrales.

        1. Batistouta

          Il n’y a pas plus de cycles économiques que de beurre en branche.
          Sans intervention étatique, le progrès (la « croissance » pour les étatistes) serait continu sans à coup et sans récession (au sens courant). Ceci ayant d’ailleurs été dit explicitement par Bastiat.
          Le seul responsable des prétendus cycles économiques, dans une économie développée (précision relativement importante), c’est la politique monétaire avec ses bras armés que sont les banques centrales. C’est tout. Et ceci parce que dans une économie non parasitée par la politique monétaire, les erreurs des uns et des autres s’annulent, et personne ne va dans le même sens comme un troupeau géant puis dans le sens inverse brusquement.
          Là-dessus je suis intraitable.

          Référence : https://www.wikiberal.org/wiki/Th%C3%A9orie_des_fluctuations_%C3%A9conomiques#:~:text=La%20th%C3%A9orie%20des%20fluctuations%20%C3%A9conomiques,d%C3%A9termination%20du%20taux%20d'int%C3%A9r%C3%AAt.

          1. durru

            Et la bulle des bulbes de tulipes en Hollande, c’était l’Etat aussi ?
            Comme les autres crises (économiques) d’avant la première révolution industrielle, d’ailleurs.

            1. Pierre 82

              Les cycles économiques, avant la création des banques centrales, et surtout avant que l’état ne mette ses gros doigts gourds dans l’économie, existaient, évidemment, mais elles étaient dues aux effets de guerres, de mauvaises récoltes, d’épidémies, de chutes démographiques, ou autres causes de type exogène.
              Il est évident qu’un effondrement économique causé par une pandémie mondiale ne pourrait jamais se produire au XXIème siècle, car nous sommes heureusement libérés des effets délétères des événements, grâce à la Science et au Progrès…

              1. P&C

                Pas sur… au contraire, l’intensification des échanges commerciaux font que les épidémies circulent mieux.
                Et voyez le barnum causé par le coronavirus, une maladie pas si mortelle que ça.

                Le jour où on aura un truc digne d’un scénario de Plaque Inc, que fera-t-on ?

                  1. Husskarl

                    Certes, mais il est vrai qu’une grippe espagnole causerait un effondrement en chaîne si les acteurs sont trop dépendants les uns des autres.

                    1. P&C

                      Comme quoi, on n’aura rien appris depuis l’Age de bronze : quand la m*rde heurte le ventilo, c’est celui qui, tel Pharaon, dépend le moins des autres qui s’en sort le mieux.

              2. Pierre 82

                Euh, quand j’écris: « un effondrement économique causé par une pandémie mondiale ne pourrait jamais se produire au XXIème siècle », c’était de l’ironie…

              3. Batistouta

                Exactement Pierre 82. C’était pour m’épargner ce développement que vous avez fait très bien que j’ai précisé « dans une économie développée ».
                Il faut d’ailleurs ajouter que ce que vous expliquez n’a même pas à voir avec les prétendus « cycles économiques » (Juglar etc) auxquels font référence les étatistes.

                1. Pierre 82

                  Je le dirais un peu différemment. Des cycles économiques s’observent (dans les économies développées), mais ils ont des causes diverses. Beaucoup de causes sont exogènes, comme je l’écrivais (ex: la crise de 1973), mais la plus importante de ces causes vient effectivement de l’action de l’état, qui en se mêlant de ce qu’ils devraient laisser tranquillement rouler sans s’en occuper outre mesure (du type taux d’intérêts, « incitations » diverses et avariées…) ne fait qu’amplifier l’ampleur de ces cycles.
                  Leur dernière invention a été de refuser toute crise en injectant de la monnaie (le fameux « quoi qu’il en coûte »), et en faisant disparaître les taux d’intérêt. Résultat: l’allocation des actifs n’a jamais été aussi déplorable, et aboutira à une crise d’anthologie et à la disparition de la valeur de la monnaie.
                  La particularité est l’universalité de cette politique. Jusqu’à présent, lorsqu’un seul pays pratiquait cette politique, il sombrait corps et biens. Mais maintenant, comme tout le monde ruine sa propre monnaie, on ne sait pas encore à quoi ça va aboutir. On est dans un nouveau monde, économiquement malsain, et nul ne peut dire à quoi on va aboutir. Ça pourrait peut-être encore tenir 30 ans comme ça, on ne le sait pas. Grâce à des circonstances très particulières, le Japon applique cette politique depuis plusieurs décennies, et ça a l’air de tenir.
                  Quant à savoir ce que deviendrait un état qui n’intervient jamais dans l’économie, c’est pareil: on n’a pas d’exemple sous les yeux qui pourrait nous montrer que ça fonctionne ou pas sur le temps long. C’est donc de la théorie…

            2. Dr Slump

              L’exemple du commerce de bulbes de tulipe est celui d’une bulle spéculative circonscrite, pas d’une crise économique globale. Et quoique les sources manquent pour être nettement affirmatif, on ne peut écarter l’influence de l’état, avec un décret modifiant les règles de négoce, et… une politique monétaire expansionniste…

  18. Murps

    Y a quand même un truc qu’on peut pas retirer à cette politique menée sur la « réparabilité indiciaire », c’est sa véritable cohérence avec le discours écolokhmer ambiant.
    On est dans la droite ligne de la lutte marxiste contre le-capitalisme-qui-détruit-la-planète-et-qui-épuise-les-ressources…
    H16 semble se désoler de l’impact délétère de cette loi imbécile sur l’économie.
    J’ai tendance à penser que c’est précisément l’objectif : casser la gueule à l’ignoble société de consommation.

    L’efficacité de la mise en place de cet indice à la con n’entre même pas en ligne de compte, l’essentiel se trouve dans les effets de bord.

  19. Rick Enbacker

    Et puis quand on on n’est pas foutu de commander des doses de vaccins sans en perdre 30% par négligence on vient pas donner des leçons sur le gaspillage.
    Et je ne parle même pas des commandes de remdesivir…

  20. zelectron

    réparabilité/chronobsolescence
    Le prix de l’ensemble des pièces détachées ne devra jamais dépasser plus de 3 fois la valeur de l’objet commercialisé. La publication de ces prix étant obligatoire, une surveillance attentive sera porté sur les importations extérieures à l’Europe. En cas d’infraction un système d’amendes particulièrement dissuasives sera appliqué.

  21. P&C

    Les déchets électroniques sont un vrai problème, car difficiles à recycler…

    En général, la réparation et le recyclage ne valent le coup que pour des objets importants par leur utilisation ou par leur cout.

    En clair, le jour où les PC revaudront le prix d’une voiture, alors la réparation sera généralisée.

    Sinon, il y a une autre solution… Saviez vous que la réparation et le recyclage atteignaient les 100% en URSS ?

    1. Aristarkke

      Mon premier PC, un Victor avec DD de 1M°(ridicule à l’échelle de maintenant) m’avait coûté 15.000FF en 1985. A l’époque, pour le même prix, tu pouvais t’offrir quantité de moyennes cylindrées de cinq/six ans…

      1. heli0gabale

        15 000 f ça doit faire dans les 2000 euros aujourd’hui.
        Avec ça aujourd’hui, on a tranquille (hors période de Covid) un processeur 8 cœurs, une carte graphique de la nasa et 2 ou 3 to de stockage en ssd.

        Par contre niveau bagnole c’est pas la même limonade…

        1. P&C

          question : je souhaite changer le ssd de mon pc portable pour un + mieux.
          Hors il héberge l’OS et tout ce qui est essentiel, le reste est dans un disque dur méca de 1TO.
          Comment puis je faire sans tout casser ?

            1. P&C

              Cloner le SSD actuel vers le nouveau SSD, et placer celui ci à la place du précédent ?
              Dans ce cas, il ne reste plus qu’à voir comment je peux connecter le nouveau SSD alors que l’ancien est toujours en place… or sur ma carte mère, je n’ai qu’un seul emplacement pour SSD.

              1. Pythagore

                Oui cloner l’ancien sur le nouveau.
                Monte l’ancien dans un boitier extérieur avec interface USB (ca se trouve à 10-20eur), tu clones et ensuite t’installe le nouveau dans l’ordi.

          1. Père Pignan

            Faire une image de l’ancien SSD et la copier vers le disque de 1 To.
            Remplacer l’ancien SSD par le nouveau SSD.
            Redescendre l’image vers le nouveau SSD.
            Redémarrer la machine.
            Si ça ne marche pas, remettre l’ancien SSD et essayer une autre solution o;)

    2. zelectron

      jadis j’ai travaillé avec ou dans de grandes sociétés de semi-conducteurs (Siemens, Texas Instrument, Motorola) un certain nombre de clients demandaient un marquage spécial par exemple pour un simple 2N2222 à 50 centimes de francs rebaptisé xyz au prix de 8,47 francs !

  22. sacerdoce

    Ce pays est foutu… Quelqu’un connaîtrait-il un pays moins pire que la France, où il serait possible de fuir ?? (je pense qu’il doit y en avoir pas mal, mais vu ce qu’il se passe en Occident tout court…) C’est un appel à l’aide d’une jeune citoyenne qui en a marre de se faire ponctionner par l’Etat pour financer des fumisteries de ce genre…..

    1. Je crains qu’il faille maintenant chercher loin, et pas dans le monde occidental, actuellement complètement pourri par la mentalité woke.

      1. douar

        Chili, c’est limite, ils ont une culture très conflictuelle.
        Les pays de l’Europe de l’est semblent encore épargnés pour l’instant, mais ce n’est pas garanti avec l’arrivée des jeunes nés après la chute du mur.

        1. sacerdoce

          En terme de pays non-occidental, je pensais à Taiwan, la Corée du Sud ou le Japon… Ce qui est assez inquiétant est l’influence de la Chine. Tout cela laisse très peu de choix au final. Depuis mes 15 ans je songeais déjà à quitter la France, mais je ne pensais pas que les choix seraient aussi restreint au niveau des pays où l’on peut espérer vivre tranquillement….

          1. Student of Liberty

            Certains adorent le Japon. En général, il faut être maniaque. C’est très particulier le Japon!
            Je me souviens d’un article de The Economist qui disait qu’en économie, il y avait les pays développés, les pays en voie de développement, l’Argentine et le Japon…

        2. Husskarl

          Conflictuelle ? Bon je ne connais pas beaucoup de chiliens mais ils sont tous d’une rare sympathie.

          La Polynésie sinon, c’est bien ?
          En fait, par élimination, on vire l’Europe de l’ouest, l’amérique du nord, la Chine, l’Afrique hors Maurice.

          1. P&C

            Vous oubliez un fait : les locaux ne seront pas ravis de vous voir débarquer en nombre. Après tout, ils sont chez eux. Ce n’est pas leur faute si nous n’avons pas nous défendre.
            Et de ce que je sais par mon père, le polynésien et le Kanak moyen est relativement peu acceuillant… excepté quand tu viens dépenser ta thune chez lui.

            1. Husskarl

              Le Kanak a effectivement mauvaise réputation sur beaucoup de points, pour le Polynésien, je ne sais pas. Après, si tu vis a Papeete ou dans un petit village, tu es dans un cas, un squatteur parmi d’autres, dans l’autre un squatteur mais qui apporte son lot de dépenses quotidiennes significatives.
              Mais c’est vrai que les iles anglaises sont probablement plus ouvertes.

              Sinon y a l’Amérique centrale hors Panama où les états ne dirigent pas grand chose de facto, c’est bien aussi.

                1. Husskarl

                  Ou une ile privée aux Bahamas:

                  privateislandsonline.com/caribbean/bahamas/the-exumas/spectabilis-island

                  Y a pas un milliardaire qui traîne sur ce blog ? 🙂

                2. Higgins

                  Seul pays au monde qui, à ma connaissance, s’est interdit via sa constitution d’avoir une armée. Il a évidemment des forces de police mais il rencontre néanmoins des difficultés non-négligeables avec ceux qui trafiquent de la drogue. Je me garderai bien cependant d’établir un lien.

                    1. P&C

                      +1
                      Aucun pays ne peut ne pas avoir d’armée. Si ce n’est pas la sienne, alors c’est celle d’un autre.
                      Même Singapour est armée jusqu’aux dents.

                    2. Higgins

                      Voici la liste des pays ne possédant pas d’armée. En fait, il y en a plus que ce que je pensais même si pour beaucoup, je ne suis pas surpris : https:/ /fr.m.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_qui_ne_possèdent_pas_d’armée
                      Pour le Costa Rica, je n’ai rien trouvé qui indiquerait qu’il a souscrit un pacte de défense avec l’oncle Sam. Le Costa-Rica a renoncé à la force militaire en 1949.

                    3. Husskarl

                      @major

                      francetvinfo.fr/monde/ameriques/le-costa-rica-petit-etat-latino-americain-sans-armee_3065859.html

                      En cas d’agression, le Costa Rica, membre de l’Organisation des Etats d’Amérique, recevrait l’appui d’autres pays membres dont les Etats-Unis et le Brésil.

        1. Husskarl

          Je crois que l’administration est légère car online.

          Pour la gestion covid: rtbf.be/info/monde/detail_coronavirus-l-estonie-renforce-les-restrictions?id=10662472

          1. Husskarl

            Apparemment, ils sont très branchés passeport vert ou étoile jaune…au choix: leparisien.fr/societe/vaccins-contre-covid-19-trois-questions-sur-le-passeport-vert-17-12-2020-8414740.php

            L’Estonie et l’Organisation mondiale de la Santé travaillent, depuis octobre, sur un projet de certification de vaccination électronique, appelé la « smart yellow card » (« une carte jaune intelligente », en français). Cette carte permettrait un meilleur suivi des données de santé et de vaccination, notamment dans les pays en voie de développement.

            1. P&C

              Bah, de la part d’un pays où les vétérans de la waffen SS sont des héros nationaux, ayant résisté à l’occupant communiste…
              Même en Hongrie, ça tendait du bras fraternel vers l’avenir sévèrement.

                1. P&C

                  Pas vraiment… Je me sentais plus en sécurité dans les rues de Budapest ou de Varsovie que dans celles de Paris…
                  En plus les filles y étaient jolies et guère féministes. Et le métro… pas cette odeur de pisse comme le RER B.

                  (aparté : est-ce juste mon impression, où est-ce que pas mal de féministes le sont parce qu’elles sont m*ches et détestent les jolies filles et les hommes qui ne les ont jamais courtisé ?)

                  1. Husskarl

                    C’est pas une impression, les féministes sont effectivement à 99% des moches. Il doit donc y avoir une part de psy que tu décris.

                    1. Jacques Huse de Royaumont

                      C’est sûr, un congrès de féministes ressemble aux cales du Franche Terre, en moins rempli, peut-être.

                  2. Raoulos

                    Je ne dirais inattractives plutôt que moches.
                    C’est évident que tous ces mouvements en isme sont une autoroute pour les jaloux, les fainéants les parasites, qui au lieu de prendre la peine de pédaler leur propre biciclette et devenir forts par eux même, choisissent de passer leur vie à mettre des batons dans les roues des autres.

                    1. P&C

                      Tu sais, venir en aide à quelqu’un consiste parfois à lui tendre la main, et d’autres fois à lui botter le c*l.

                      Et souvent, l’âge joue aussi : à 20 ans, je pensais que mon grand père était un con, à 30 ans je me suis rendu compte qu’il avait raison.

                    2. Pheldge

                      prendre ses parents/grands parents pour des cons à 20 ans, c’est un grand classique … Et quand tu as des enfants,( à toi, ou recomposés ) à partir de l’adolescence, c’est ce qui t’attend …
                      Mais ça se gère plus facilement, si on se souvient d’être passé par cette phase 😉

        1. Pierre 82

          Pareil pour le Luxembourg. Ils sont chiants, mais la connaissance de l’allemand n’est pas indispensable, tout le monde parle français, même en vous tirant la g…
          Et la bien-pensance commence également à faire des ravages. Mais il faut l’imaginer avec l’efficacité germanique. C’est en train de dévaster le pays.

          1. Raoulos

            J’ai lu il y a pas longtemps un long témoignage que quelqu’un qui a démanagé là bas, un job qui paie bien, une petite maison.
            Mais énorme déprime, justement par rapport à cet ennui, ce conformisme et ce manque créativité général là bas peut être.

            Pas pour moi en tous cas

            1. Pierre 82

              Je sais à peu près de quoi je parle, j’y ai habité de 1987 à 2004, et la famille de mon épouse y vivent encore… et dépriment.
              Ceci dit, pour faire du business, il n’y a rien à dire.

    2. Raoulos

      Andorre ?
      + plutôt pro business. On ne t’y coupe pas encore les bras pour te défoncer la gueule avec.
      + culture peu habituée à l’impot, très faible TVA, impôt faible relativement aux voisins (jusqu’à 2014 pas d’IR là bas)
      + montagne, nature, 80K habitants, n’attire pas specialement les cassos
      + Il est encore possible d’entrer sans être très riche.
      + Proximité de Perpignan, Barcelone.

      – sont possiblement en train de céder peu à peu à la pression des voisins. Question de temps peut être avant qu’ils se « normalisent » à l’enfer fiscal. Mais ça laisse du temps…

        1. Raoulos

          ça c’est le programme de résidence « passive », ou il faut investir 450k.

          Mais il y a aussi la possiblité de résidence « active », ou il faudrait juste un job sur place, ou créer une entreprise là bas, plus un dépot de 15k à l’état andorran.

          Je suis en train d’étudier cette derniere possibilité, au début de la démarche.

            1. Raoulos

              en Effet, beaucoup de youtubers, programmeurs, digital nomades et consorts, des gens qui n’ont pas besoin de localisation en particulier.

              Par rapport aux cigares, malheureusement je pense que c’est déjà extrêmement réglementé.
              Et question traffic « local », allez passer la frontière avec 2 cartouches et demi, si on vous choppe lourde prune. (controles spécialement agressifs, intrusifs et mal aimables côté français, vécu, en toute innocence, mais on m’a traité comme un possible serial killer. Côté espagnol moins, jamais été contrôlé. Mais je ne traffique pas non plus, je touriste, donc pas dans la position de quelqu’un qui fait s x allez retour/semaine…)

      1. sacerdoce

        Bon, au vu des différentes réponses, il n’y a pas pléthore de possibilités… Même espérer *moins pire* est trop demander lol. Je comptais partir en Australie comme j’y suis allée plusieurs fois, et que j’y ai de la famille, mais c’est plutôt le ‘Nanny State’, là bas. Peu réjouissant. Dans tous les cas, je ne compte pas faire ma vie en France.

        Merci pour vos réponses !

      2. Raoulos

        Bof une ile de 100km2, même si le ticket d’entrée est accessible à de non multimilionnaires (ce dont je doute), et bien vous vous retrouvez à l’autre bout du monde, loin de votre famille, de votre culture, avec finalement assez peu d’option, et même la possibilité que tout ce petit paradis se transforme en merde.

        Faites d’abord un test en allant passer 1 mois dans une ile thailandaise à 15 euros la nuitée les pieds dans l’eau du paradis, on s’y emmerde bien vite vous verrez.

        Avant d’investir tout dans une destination « exotique »

  23. kekoresin

    Des objets inaltérables et biodégradables ou le « en même temps » comme règle universelle.

    La France de dresse seule et fière, la touffe de Marianne au vent, contre les injustices d’une réalité décidément trop cruelle pour les lemmings qui la bite. Oui il était plus que l’heure de fixer des règles limpides à tous ces profiteurs de besoin de confort qui osent faire payer leurs engins destructeurs de planète et en tirer profit sur le dos des naïfs. Car oui mesdames zémessieurs le français est naïf, son innocence intacte malgré les coups de boutoir de plus en plus insistants que l’état lui prodigue dès qu’il courbe l’échine pour cueillir une pensée. Le français donc qu’il faudra informer donc avant de la punir sèchement pour ses initiatives déraisonnables de vouloir laver son linge mécaniquement, conserver ses aliments ou, encore plus farfelu, les cuire.

    Mais si le français s’avère naïf, c’est un sacré bricoleur. Malheureusement il n’a que peu de patience pour la lecture de notice sauf peut être en fin de partie, quand il faut remonter ce qu’il à démonté comme un chimpanzé sous amphètes qui gueule à sa femelle admirative devant le combo lampe frontale/cruciforme « alors c’est qui le boss? » D’après toutes les pointures en ingénierie, qui malheureusement n’ont pas l’expertise qui prévaut dans les hémicycles tricolores, les notices détaillées pour pallier à la connerie de l’utilisateur moyen devraient faire disparaitre l’intégralité des forêts hexagonales pour un résultat non garanti, sauf par le commité sur le haut enseignement réparatif paritaire en électroménager secourable. (l’HERPES).

  24. Laure Fritte

    Dans les pays normaux, et la France aussi j espere, a moins que ce ne soit interdit ( ca l etait il y a peu pour les PD automobiles si je me souviens bien), il y a un aftermarket florissant pour les PD de tous les appareils. L impression 3D permet aussi de le faire localement et facilement.

    S il y a un besoin, le marché y pourvoie/pourvoira.

    Mais ca , les dogmatiques interventionnistes incultes et ignares qui nous gouvernent ne veulent pas le comprendre.

  25. Le Gnôme

    Ma voiture a 21 ans et seulement 120.000 km au compteur, pour le peu que je roule, elle répond parfaitement à mes attentes et pourrait faire encore beaucoup de route. L’an prochain, je ne pourrais plus m’en servir dans certaines zones puisque j’habite en petite couronne.

    L’Etat organise lui même l’obsolescence programmée.

    1. Murps

      Il est prévu des PV automatiques par vidéo pour ce genre de voitures.
      Et là, l’Etat est redoutablement efficace. Une forme d’intelligence sélective.

      Vous pourrez toujours rouler sur les petites départementales, pour aller à la pêche par exemple.

    2. Lorelei

      On avait des beaux réacteurs presque neufs à Fessenheim et on les a changés contre des centrales à charbon, des éoliennes et du solaire. Bref…

  26. Dr Slump

    Et après l’indice de réparabilité, arrivera plus vite qu’on ne le croit l’indice de crédit social, grâce à ces technologies avancées, dont on ignore bizarrement l’origine capitaliste maintenant qu’elles servent certaines intentions politiques.
    Bienvenue à la reconnaissance facile, pardon, faciale, dans le pays même des libertés, avec la participation active des citoyens conscientisés, qui collectent les vidéos pour aider l’état dans ce travail:
    https://www.lesnumeriques.com/vie-du-net/attaque-du-capitole-la-police-americaine-se-tourne-vers-la-reconnaissance-faciale-clearview-n159141.html

    Très bientôt, les réseaux sociaux participeront de bon coeur, pensez donc, c’est pour la démocratie et tout ça. Vous savez que Facebook utilise un logiciel de reconnaissance faciale pour vous identifier sur les photos publiées? Tous ces visages déjà numériquement stockés, quel soulagement pour la démocratie!

      1. Dr Slump

        Le triste sire, pris subitement de remords démocratique, se sera suicidé pour expier sa faute. C’est évident voyons. Ou sinon sa femme a profité de l’occasion pour se débarrasser d’un mari usagé, une nouvelle vie l’attends maintenant ^^

    1. Dr Slump

      Comme quoi je ne disais pas de conneries: confirmation, Facebook sert de service de renseignement et de prédiction pour l’état, ce n’est plus de la connivence, mais de la collaboration ouverte (au sens propre, n’y voyez pas un point Godwin). Il faut dire aussi que les gens sont complètement abrutis d’y poster publiquement leurs photos et leurs projets.

      https://www.challenges.fr/finance-et-marche/usa-recrudescence-des-signes-avant-coureurs-de-violences-politiques-selon-facebook_745699

  27. Citoyen

    Ha,ha, nous avons quelques références sur la même période, Ari …
    Ayant un peu connu le PC XT, acheté à un pote d’IBM, qui tournait magistralement, avec un 8088, à la vitesse fulgurante de 4,77Mhz, sans DD !, mais avec deux floppy de 320Ko … Je montais d’un cran en 85/86, investissant dans le PC AT, doté d’un DD de 10Mo ! (je cite de mémoire) … Ce qui à l’époque en jetais, pour un prix qui devait bien dépasser les 15000 (ma mémoire n’est plus précise sur ce sujet) … Autant dire que c’était le jurassique des PC …

    1. Citoyen

      Tiens, c’est allé valdinguer en bas de page ?… Les curiosités de l’informatique ……
      C’était pour :
      Aristarkke 13 janvier 2021, 12 h 58 min

      1. Aedes

        Je me souviens bien de la marque Victor, ayant eu (et ayant toujours au fond d’un placard) un Victor Vicky, un des premiers portables (taille d’une valise quand même) avec 2 Floppy en 5’1/4″, mais pas encore de DD. Années 80!

        1. Le Gnôme

          Mon premier ordinateur était un Sinclair en 1980. Ne me demandez pas les caractéristiques techniques, je ne m’en souviens plus.

          1. Rick Enbacker

            Et moi j’avais un Amstrad CPC 464 avec un écran vert et un lecteur de cassettes intégré. Plus tard j’ai fait l’acquisition du lecteur de disquettes 3″ et de l’imprimante matricielle. Souvenirs…

            1. kekoresin

              Oric, Vic20, Amstrad CPC 464, Atari 520 ST. L’informatique des boomers mais super jouissif à l’époque. Piratage de jeux en mode industriel avec changement des dialogues en mode outrancier pour faire marrer les joueurs.

            2. Obenjayagaar

              CPC 6128 avec disquettes et écran monochrome vert, plus tard couleur acheté 1000 francs chez Corsair ! Une fortune pour moi (mes parents avaient fait la gueule). Plus tard 520 ST, puis bascule PC avec le lancement de Win95. Le bon temps à se plonger dans le DOS parce que pas mal de jeux ne fonctionnaient pas encore sur 95.
              Mon kif & conseil si vous voulez verser une larme de nostalgie : Recalbox ! Ca fait les consoles mais aussi les ordi 😉

  28. Higgins

    HS mais Christian Estrosi envisagerait de fermer la promenade des Anglais à Nice pour empêcher la variante anglaise du COVID de se propager à Nice. Opale, si tu nous lis.

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Et pour le boulevard des Italiens à Paris, il feront pareil si un virus transalpin se révèle ?
      La ville de Metz fermera-elle la porte des Allemands, maintenant qu’ils reconfinent ?

  29. glot

    Suite à une réunion des familles de résidents en EHPAD, j’apprends par le directeur que l’EHPAD va disposer la semaine prochaine d’un stock de vaccination Pfizer trop important et qu’il va devoir en jeter .une partie
    A la question de savoir si au lieu de jeter,les doses en trop on ne pouvait pas vacciner des volontaires parmi les familles de résidents, on nous répond que c’est juridiquement impossible .
    Vive la bureaucratie
    CPEF.

  30. kekoresin

    HS: Adam Johnson qui s’était introduit dans le bureau de la gentille Nancy Pelosi et au passage reluqué son ordi, s’est suicidé dans son sous sol. Il est vrai qu’il risquait une amende de 1000 dollars. Accablé par la perspective de ruine personnel et le remord intolérable de s’être assis sur le siège d’une sainte, il aurait commis l’irréparable.

    Pour les complotistes de bas étage je rappelle que les démocrates font partie du camp du bien et seraient incapables de suicider quelqu’un. D’autres protagonistes sont menacés de mort mais c’est très probablement une diversion de l’ultra droite pour discréditer les défenseurs de la démocratie.

    1. Jacques Huse de Royaumont

      L’hypothèse complotiste consisterait à dire qu’il aurait vu des choses que Pelosi préférerait laisser dans l’ombre et que son élimination serait une mesure de prudence de la part des caciques du parti démocrate. Evidemment, ça sous-entend l’impossible, à savoir que ces progressistes du camp du bien seraient des mafieux et des criminels.
      Loin de moi cette idée, évidemment fausse, même facebook et twitter le disent.

      1. Ben

        Le Mr a peut être aussi pris la mesure de l’absurdité de son comportement et de l’humiliation qu’il encourait auprès de sa famille, voisins, collègues….Ça ne doit pas être facile d’être étiqueté comme faisant parti de ceux qui ont envahi violemment la représentation de la démocratie américaine. Ça demande une grande force mentale. Certains pris de remords se suicideront comme ce Mr.

    2. John John

      L’un des derniers bouquins de John LC (Une vérité si délicate) faisait la critique de la privatisation de certains services d’état.

      Privatisation au sens ou des hommes et des femmes non élus font des choix qui, en fin de compte, favorisent des intérêts privés au détriment de tout le monde.

      A ce sujet, j’ai une pensée émue pour l’un des fondateurs de groovshark … aussi suicidé d’une manière si particulière que l’on est droit, comme la famille, d’en douter.

      « Selon elle, Joshua Greenberg «était plus soulagé que déprimé» par l’accord du 30 avril qui avait mis fin au procès intenté à Grooveshark, et l’hypothèse d’un suicide difficilement envisageable. D’après elle, il travaillait même à de nouveaux projets. »

      « il travaillait même à de nouveaux projets » …

      https://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2015/07/21/32001-20150721ARTFIG00244-joshua-greenberg-createur-de-grooveshark-et-pionnier-du-streaming-musical-est-mort.php

        1. John John

          Je ne sais comment prendre votre commentaire …
          Le problème arrive quant on a le cul entre 2 chaises: initialement public devenant pseudo privé … bref.

          Mais ce qui appartient au roi doit le rester, c’est régalien. John LC parlait de services militaires et, ou, secrets qui, dirigés par des privés ne pouvaient que favoriser ces derniers.

    3. Courtial

      Ça me donne une furieuse envie de revoir le Parrain et ce fameux dialogue :

      Michael Corleone: « My father is no different than any powerful man, any man with power, like a president or senator. »
      Kay Adams: « Do you know how naive you sound, Michael? Presidents and senators don’t have men killed. »
      Michael Corleone: « Oh. Who’s being naive, Kay? »

      Malheureusement la majorité est constituée de Kay pour lesquels cette pensée est totalement insoutenable car aux conséquences bien trop angoissantes.

      « Ignorance is bliss »

  31. Opale

    HS mais on n’a pas fini de voir les conneries s’ajouter :
    https ://francais.rt.com/france/82716-covid-19-bientot-boitier-autour-cou-salaries-essity-assurer-distanciation-sociale

    1. Pythagore

      arf arf, sondage BFM.
      Contrer l’effet « apéro », arf arf.
      « “L’intérêt [NDLR:du couvre-feu], c’est de contrer ‘l’effet apéro’,”
      Il y a une étude fort intéressante, la seule que j’ai vu dans le genre qui explique la dynamique de l’épidémie en Allemagne. Je l’ai lu rapidos, et ce qui en ressort est que la 2ème vague est liée au retour de vacances des balkans et une explosion des cas en EHPAD, et non en population générale (si j’ai bien interprété le graph).
      En France, il me semble, que c’était principalement en entreprise, à l’université et dans les foyers sociaux que l’épidémie s’était apparemment propagée.
      Donc l’effet apéro, encore un truc bidon, lancé en l’air par des gens qui ne comprennent rien (ou ne veulent pas comprendre). D’ailleurs, si ils comprenaient qq chose, ca ferait lgtps que l’épidémie serait jugulée.
      Je sais, ce n’est pas en français, mais c’est la seule étude ds le genre que j’ai trouvée, qui essaye un peu d’expliquer les choses, c’est très intéressant.
      Graph: Répartition des nouveaux cas, EHPAD en bleu en bas
      https: //www.iges.com/sites/iges.de/myzms/coronaskop/content/e668/e669/e1511/e1513/attr_iitem4214/D-PM-1-1hInfektionsorte20201219GER_01.png
      Article:
      https: //www.iges.com/corona/

      1. heli0gabale

        « sondage BFM »
        Vu l’attitude des français ces derniers temps je suis porté à le croire.

        Après, l’effet apéro et toutes ces conneries ça n’a plus rien à voir avec le corona, c’est juste une combine servant de justification de la psychose ambiante.

        1. MCA

          C’est bien ce que je dis depuis longtemps, je refuse de croire qu’ils sont idiots car c’est une explication un peu trop simpliste; par contre pervers et motivés par une raison qui nous échappe, je n’y mettrais pas ma main au feu.

          L’interdiction préventive de certains médicaments et l’acharnement déployé pour museler les médecins contestataires prouve bien qu’il y a une ligne de conduite définie depuis longtemps.

          En résumé, la conn*rie ne suffit pas à expliquer leur attitude depuis le début.

          Tiens, à propos de conditionnement de Pavlov à votre insu :

          Amusez vous à compter le nombre de fois lors des commentaires télé que vous voyer un bras se tendre et une aiguille s’enfoncer dedans pour vous habituer au geste.

          Par jour ça doit être impressionnant.

      2. Dr Slump

        Ca ne me fait plus du tout rire, et au bout d’un moment la connerie supposée de nos ministres a bon dos. Ils sont arrivés à un stade où la connerie, outrée d’être comparée à une telle aberration, a fait ses malles et a quitté la terre pour s’installer sur Mars, ou plutôt sur Pluton, c’est plus sûr.
        Ils voudraient rendre tout le monde zinzin qu’ils ne s’y prendraient pas autrement, et je ne crois plus que ce soit juste par connerie. A d’autres.
        Je t’en foutrais des apéros moi, tu vas voir…

        1. bob razovski

          Je suis du même avis.
          Ce côté « j’apprends en m’amusant » qui ressort de cette bande de pignoufs commence à me les briser menu.
          Comme tu le dis, la connerie a décarré depuis longtemps. Elle ne fait plus le poids.

              1. Dr Slump

                Y’a que les baffes pour donner des leçons efficaces. Et je peux le dire d’autant plus que j’en ai reçu ma dose, des méritées et des injustes. Les baffes injustes, on finit par les oublier, les baffes méritées, on s’en rappelle avec respect.
                Je parle de baffes exceptionnelles évidemment, pas de maltraitance physique régulière.

        2. Pythagore

          J’ai l’impression qu’une certaine routine s’installe. Comme personne ne bronche, ils prennent des mesures qu’ils savent très bien débiles, mais c’est pas grave, genre, le chiffres sont « mauvais », bah on a fait un truc, et sortent n’importe quelle justification, peu importe, de tte facon, il n’y a plus d’opposition. Puis ils continuent leurs diners et leur petite vie tranquillement.

        1. Pierre 82

          Aucun souci. Même si ça crevait les yeux, il leur suffirait de prétendre que c’est une fake news, et mettre au pas les personnes qui prétendent le contraire. Ils ont acquis un vrai savoir-faire dans ce domaine, maintenant…

      3. P&C

        Imagines si ils disent publiquement que le virus se propage en entreprise, en école, et dans les Ehpad ?
        Et surtout qu’ils mettent en accord une politique.
        – les gens ne doivent pas aller bosser en présentiel (ben oui…)… ou alors, ils prennent des risques qu’il va falloir compenser.
        – les gamins ne doivent pas aller à l’école… donc faut que le parent 1 reste à la maison pour les garder.
        – les vieux de retour dans leurs familles, avec là aussi la nécessité d’un parent 1 pour les garder et leur mettre les pieds dans l’eau chaude/fauteuil près du feu.

        Donc ils mentent. Tout en accablant les français moyen par une pique macronienne, car eux ne prennent pas d’apéro, mais des afterwork, c’est bien connu.

        1. Higgins

          Je crois de plus en plus qu’ils mentent et que la santé publique n’est qu’un prétexte. Les gens que j’ai rencontré aujourd’hui sont remontés comme des coucous suisses. Ça va mal se terminer.

          1. Pythagore

            Ils mentent ? NNNNnnnnnoooooooonnnnnnnnnn, je ne peux le croire, vous divaguez.
            Avant de donner des ordi aux élèves, peut-être faudrait-il équiper le gouvernement, ils semblent qu’ils n’ont pas accès à internet.
            La liste des substances efficaces contre le COVID ne cesse de s’allonger. Mais il faut tjs des études en double aveugle qui durent une éternité. Par contre pour le confinement, il n’y a pas besoin d’étude en double aveugle. Forcément ca marche. Comprend pas que les gens se laissent abuser à ce point.
            https: //anciensinterneslyon.fr/upload/ac/2021-01-05_vfh_Medikamente_Hoffnungstrager_De_FR.pdf
            (en francais malgré les apparences 😉 )

  32. glot

    Castex nous confine à partir de 18h pendant 15 jours et menace de reconfiner 24h/24 si le conseil scientifique le préconise.

    Jusqu’où les Français vont-ils acceter de se faire taper sur la gueule ?

      1. Pierre 82

        Rigolo. Je n’ai écouté que les 2 premières minutes, mais les arguments du jeune chevelu ont l’air tirés par les cheveux. Eh ou, au Danemark, en Hollande, en Norvège, les droits de l’homme ne sont pas respectés. Ou à peu près ça. Je m’enfuis.

      1. Higgins

        Ben oui. Le gouvernement s’adapte simplement aux desiderata du virus. Celui-ci, après négociation et probablement une confortable indemnité versé sur un compte numéroté dans un paradis fiscal, a accepté de ne s’arrêter de sévir tous les jours à 18h00. C’est pourtant simple

  33. Simon Cussonnet-Torreleur

    BLM veut s’opposer à la fusion Carrefour/Couche-tard.

    Lors de la dernière primaire de la droite, il avait déclaré que son plus grand handicap était sa grande intelligence.

    Si c’est une intelligence née, elle ne s’est apparemment pas développée !

        1. Aristarkke

          D’où imaginer as-tu que puisse sortir Bompard, l’actuel PDG ???
          Il a appelé les copains à la rescousse comme Danone en d’autres époques, elle aussi entreprise stratégique…

    1. MCA

      Un fait assez amusant,

      alors que 6 français sur 10 se disent réfractaires à CE vaccin, les images et commentaires ne cessent de se déverser nous montrant des français (bien entendu choisis au hasard) qui piaffent d’impatience de se faire piquouser et d’autres qui trouvent scandaleux que ça n’aille pas assez vite avec les éternels spécialistes autoproclamés venus les rassurer qu’ils ne seront pas oubliés et qu’ils y auront droit à leur tour.

      1. Husskarl

        C’est une méthode qu’on a découvert en Russie début 1918. Perfectionnée sur des décennies, elle est maintenant parvenue en France !

  34. toto17

    Que ceux qui veulent essayer de réparer, essayent !
    Que ceux qui veulent jeter et ré-acheter, le fassent !
    Que ceux qui veulent faire intervenir le SAV, les appellent !

    Si la mise en musique de cette nouvelle mesure est critiquable, force est de constater que dans bien des cas, il n’était pas normal qu’un objet potentiellement réparable, ne le soit pas à cause des astuces du constructeur.

    Perso, j’ai réparer 2 fois ma machine à laver sans problème, une pièce à 10 balles et une autre à 30 balles, temps : 2 fois 1 heure ; à comparer au coût d’une machine équivalente environ 1000€…
    Même chose avec changement du moteur de l’aspirateur, moteur 60€, aspi neuf 450€.

    1. sam player

      Il n’y a pas « d’astuces du constructeur » pour rendre un objet irréparable, il y a juste des principes de fabrication pour avoir un prix de revient bas en rapport avec la gamme visée.
      Y a les machines à laver avec cuve et tambour en plastique, tout moulé et soudé d’un seul tenant, et celles en inox, ce n’est pas le même prix.

      Il est inutile de prévoir le changement de roulement ayant une durée de vie de 20 ans si le reste de la machine est calculé sur 10 ans, c’est de l’argent jeté par les fenêtres.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.