Éducation : le bac ne vaut plus rien mais au moins, vous pourrez choisir vos pronoms

Il était temps : une circulaire parue le 30 septembre dernier vient enfin (EN-FIN !) de fixer les droits des jeunes transgenres en milieu scolaire. Les enseignants, jusqu’à présent complètement désemparés et démunis de tout outil pour aborder la question et surpasser les innombrables problèmes qui se posaient profondément jusqu’alors vont maintenant pouvoir surmonter l’écueil. Un grand soupir de soulagement vient de parcourir toute l’Édulcoration nationale.

Il est vrai que la question agitait follement tant le milieu éducatif que les élèves eux-mêmes depuis des décennies et qu’à côté apparaissaient comme franchement badines les questions du niveau scolaire en chute libre, de l’illettrisme galopant ou même de certains comportements violents assez peu laïcs, respectueux et républicains au sein de nos établissements publics.

Les apprentissages de base étant maintenant laAargement maîtrisés par les élèves de toute la République, les performances globales au bac frisant la perfection aux petits fers, la question de la sécurité et de la violence dans les établissements étant maintenant une question plus rhétorique qu’autre chose tant les moyens et les solutions innovantes ont été déployées, il était donc plus que temps de faire des classes et des cours de récréation ces hâvres de paix inclusive, solidaire et non-genrée qui permettront enfin une élévation de tous à des niveaux de conscience jamais atteints.

Et pour plonger dans le concret, cette circulaire permet aux élèves transgenres de choisir un nom d’usage qui figurera sur les listes d’appel, la carte de cantine, dans les espaces numériques de travail et ailleurs dans les établissements. Pour le moment, seul le nom lié à l’état civil sera autorisé pour les examens nationaux, mais on comprend que ce dernier bastion du patriarcat binaire ne saura résister longtemps.

Autrement dit, il va être donné la possibilité à toute une génération d’élèves de choisir comment on doit les nommer à l’appel du matin, quels seront les pronoms (il, elle, chmurgl, etc.) qu’on se devra d’utiliser pour les désigner, et (enfin !) rien ne pourra s’y opposer… à part peut-être les deux parents de ces élèves dont on imagine sans mal que certains seront extrêmement tentés par des opérations de détournements comiques ou irrespectueux.

Les établissements scolaires français, déjà largement englués dans des mégatonnes de circulaires toutes plus débiles et paralysantes les unes que les autres, viennent donc de se prendre une nouvelle cargaison de mélasse administrative dans laquelle on continue de leur demander de nager frénétiquement en brasse coulée. Cela va forcément très bien se passer et améliorer encore le niveau déjà étincelant de tout l’appareil éducationnel français.

Cette idée lumineuse, qu’on comprend indispensable dans ces collèges et lycées français assez peu impactés par les douzaines de protocoles sanitaires illisibles et impraticables, nous promet donc de régler avec un brio inénarrable un problème concernant moins d’un millième des enfants scolarisés. On pourra raisonnablement en douter tant il est abominablement crétin d’imaginer qu’un tel problème puisse être résolu par une circulaire administrative (si c’était vrai, la France, premier producteur mondial, que dis-je, universel, de circulaires à la con, serait déjà un pays de cocagne sans plus aucun problème).

En outre, on montre ici qu’on a encore une fois décidé de régler au niveau national le plus haut, le ministère, ce qui aurait dû l’être au niveau le plus fin, de l’établissement voire de la classe même. Ceci est à la fois typique de la bureaucratie et typique de l’infiltration LGBTtruc dans les endroits où, normalement, il ne devrait absolument pas en être question : cette question est maintenant mise en exergue, utilisée comme fer de lance d’une idéologie progressiste sans plus aucun frein ni aucune limite, et elle sert d’un énième pied dans la porte à toute une batterie de mesures visant clairement à miner toute idée que les établissements scolaires en France sont seulement des lieux d’enseignement et non une zone « open-bar » pour l’expérimentation de propagandes diverses.

Au départ, l’école fut bâtie pour donner aux élèves des enseignements de base et des repères sociétaux simples, fonctionnels, pour leur permettre de comprendre la société dans laquelle ils allaient évoluer. Un but si simple et si fonctionnel ne peut pas ravir ceux qui rêvent de former des petits pâtons citoyens malléables à merci et pour qui il devient indispensable d’instituer le flou, le règne de l’arbitraire et de l’enfant-roi, pour lequel les désirs, même fugaces et changeants, peuvent s’ériger en obligation au reste de la société, et ce alors même que la mission essentielle de l’école (ces fameux enseignements de base) n’est même plus maîtrisée.

Le pompon reste le tableau d’ensemble de l’année 2021-2022 brossé avec ce genre de circulaires : objectivement, on se retrouve donc avec toute une génération habituée depuis le plus jeune âge à devoir présenter un QRcode pour aller faire du foot, à ne pas se formaliser de vestiaires parfaitement mixtes (mais avec port du masque obligatoire !) le tout pour lutter contre une maladie qui ne les touche pas, mais qui pourra choisir son pronom d’usage, youpi.

Certes, ils ne sauront ni lire, ni écrire, ni penser sans aligner sophismes et faute de logique, mais au moins seront-ils de bons petits citoyens solidaires et inclusifs, ce qui est indispensable dans une société qui s’effondre sous le poids de sa bureaucratie devenue folle, reconnaissons-le.

Derrière chacune de ces circulaires, on peut trouver au mieux un bureaucrate poudré faisant assaut de signalement vertueux pour plaire à l’une ou l’autre communauté en mal d’audience. Au pire, on assiste ici à un sabotage supplémentaire de l’outil d’enseignement, au moment où le pays décroche visiblement pour s’enfoncer vers les profondeurs de tous les classements.

Pire, derrière chacun de ces enfants qui devra subir cette nouvelle tempête de bon sentiments artificiels congelés en froides circulaires bureaucratiques, il y a des parents qui ne disent rien, se laissent faire, triturer, démonter par les administrations, à coups de Cerfas et de petits renoncements de plus en plus hideux.

Tout ceci ne peut pas bien se terminer…

J'accepte les BTC, ETH et BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8
 

Commentaires404

  1. Aristarkke

    A part cela, il y a une campagne électorale et il faut bien montrer aux minorités LGBTQABCD usw que l’Etat Maman s’occupe de leur liberté de choix de prénoms pour que ces minorités votent en majorité pour renouveler un gouvernement aussi attentif à leurs petits soucis à côté desquels l’obtention d’un vrai bac pour les enfants qu’elles n’ont que rarement, est évidemment du dernier trivial.
    Pour que le Titanic continue de couler dignement, vérifions que toutes les lumières des coursives fonctionnent !

  2. Jacques Huse de Royaumont

    Pour situer l’ampleur des dégâts :
    Ma femme, enseignante, et ma fille, collégienne, rapporte des cas dans leur établissement respectif. En moyenne, on rencontre un cas par classe (oui, 1 élève sur 30 est dans ce délire) et ce dès la sixième.
    La propagande lgbt, passant beaucoup par les réseaux sociaux, produit ses effets, et ils sont désastreux.
    La circulaire, débile dans sa manière de traiter le sujet, était demandée par les établissements, les principaux et les professeurs n’ayant pas envie d’affronter des procédures judiciaires. Le lobby LGBT est particulièrement hargneux et agressif dès qu’il s’agit d’étendre son emprise idéologique.
    On peut prévoir que la directive en question, loin de faciliter les décision et de sécuriser les enseignants va au contraire les laisser seuls face au problème, avec la conviction bien établi qu’aucun secours de viendra de la hiérarchie, bien au contraire.

      1. Gelato29

        Complicité active ou passive : l’immense majorité de cet infâme « cors en saignant » est vérolé, comme ses « saindictats »

    1. Pierre 82

      @JHR
      Ma fille, qui est en Master 3, a constaté exactement la même chose sur le campus: on trouve de plus en plus de gens dont il est impossible de dire si ce sont des mecs ou des filles, ou des filles habillées de manière outrageusement masculine, ou des mecs maquillés, parfois avec une jupe. Et il est bien sûr extrêmement périlleux, ne serait-ce que prendre un air amusé en voyant ça.
      On pourrait de prime abord penser à un effet de mode, pas plus destructrice que d’autres modes qu’on a connu dans le passé.
      Mais ce qui la frappe le plus, c’est qu’elle a parfois l’impression que les « purs hétéros » sont de moins en moins fréquent, ou qu’alors il devient bizarre de prétendre qu’on a jamais eu d’expérience homosexuelle, et donc les jeunes affabulent pour ne pas paraître suspect.
      En tous cas, tout cela est extrêmement malsain, et vu les pressions subies par nos jeunes, j’ai déjà peur que ce ne soit pas seulement CPEF, mais bien toute notre civilisation qui pourrait ne jamais s’en remettre.

      1. durru

        Je me demande, encore et toujours, si ce n’est pas un effet de loupe tout ça…
        Dans mes échanges avec des gens « simples » je ne décèle jamais ce genre de préoccupation, même de loin.
        Ce sont les « élites » (selon les critères habituels – les plus instruits, les plus riches, etc) qui sont touchées principalement et, du coup, il y a effectivement un risque majeur pour que la civilisation dans son ensemble soit en danger.

        1. Pierre 82

          Effet de loupe certes, mais pas chez les jeunes. Suurtout chez les diplômés, et on retrouvera sans doute beaucoup plus dans les facs de lettre ou de socio que dans les quartiers émotifs.
          Mais j’oubliais de signaler qu’il y a 5 ans, mes filles avaient remarqué déjà au lycée une tendance lourde. Dans chaque classe, il avait au moins 2 ou 3 homos, et la même quantité en « bi ». Tout cela paraissait déjà tout à fait normal. Et pourtant, c’est un lycée général d’une ville (très) moyenne.

          1. Higgins

            Idem pour moi il y a 6 ou 7 ans mais je reste persuadé que pour beaucoup, c’est avant tout une manière de se singulariser. Les vrais homos (F. ou G.) restent rares. Au risque de passer pour un vieux réac, cette évolution reste à mon sens emblématique d’une société qui n’a plus rien à offrir à ses jeunes générations et qui sombre. C’est la génération Tanguy, adulescents tout le temps, incapables de s’impliquer en dehors des jeux, sexuels ou autres. Ça a commencé après 68. J’ai le cas dans ma famille avec un cousin qui doit avoir maintenant autour de 65 ans. Lorsque je le rencontre, j’ai avant tout le sentiment d’être face à un adolescent qui n’a pas voulu grandir, une sorte de syndrome de Peter Pan vivant (terme utilisé pour désigner l’angoisse liée à l’idée de devenir adulte et de quitter l’enfance et plus généralement pour caractériser un adulte émotionnellement immature). Attention, il est éminemment sympathique et serviable. Je crois qu’il a foutu son couple en l’air de ce fait, sa femme n’ayant pas supporté son attitude en vieillissant. Qu’une crise majeure éclate et l’ordre naturel de choses reprendra rapidement sa place.

            1. Pierre 82

              Vous avez sans doute raison: qu’on le veuille ou non, l’avenir, c’est eux, et pas nous. Et il est peu probable qu’une jeunesse se laisse mourir en cas de coup dur. C’est un truc de vieux, ça.
              Mais ça fera du dégât au passage…
              Ce n’est pas parce que nos générations ont pourri la jeunesse qu’elle aura perdu ses réflexes séculaires…

          2. durru

            Je connais cette tendance, et avec à peu près le même recul (étrange, je ne m’attendais pas…) Mais il me semble plus un effet de mode qu’autre chose, couplé il est vrai à un sujet effleuré dans les échanges du billet précédent (voir le post du Patron sur les souris de Laborit) : l’inhibition. Les jeunes (et surtout les filles) ne sont pas très constants dans leurs choix sur le temps long. Mais la pression sociale leur bloque certaines directions d’évolution, et le conformisme fait le reste. Désolé de ne pas être plus clair…

            1. Pactricius

              Je ne suis pas sur que ce soit un effet de mode, mais plutôt une lâcheté générale des mâles, qui ne veulent plus prendre et assumer leurs responsabilités, plus prendre de risques, ni expérimenter l’autorité et encore moins réfléchir ou aller contre le flux du politiquement correct. Ma fille, célibataire, se plaint que les mâles d’aujourd’hui ne cherchent pas une femme avec tout ce que cela implique, mais une mère de substitution et elle ne veut pas être la mère de son mâle. elle est donc toujours célibataire et pleine de mépris pour ce monde de couilles molles…
              Le drame à venir, pour tous les mâles blancs hétérosexuels de moins de 50 ans, c’est que les CPF , eux, sont restés modelés sur le standard oriental ou la virilité dans sous tous ses aspects, y compris contestables, est promue et considérée comme le bien.
              Nos petits marquis à épaules étroites et nos filles androgynes risquent de danser la gigue d’ici quelques décennies, et le changement de genre aura quelques ratés, à mon humble avis…
              Tant pis pour eux, mes enfants sont normaux selon le standard d’avant 1914 et je m’en félicite !

              1. paf

                Moui, alors il faut se mefier sur ce que disent les jeunes filles « célibataires » a notre epoque :-/ Tout d’abord, une jeune femme en 2021 n’est pas celibataire, elle se contente de chevaucher goulument le carousel des bites, le plus longtemps possible.
                Dans ce contexte, les femmes qui se plaignent que les hommes ‘recherchent une mere’ sont simplement degoutees par des hommes normaux qui les considerent comme des etre humains car elles, consomment principalement du CPF, qui les traitent comme des merdes, ce qu’elles trouvent viril et adorent.
                Comme elles ont aussi ete bercees a l’attention gratuite et au brossage dans le sens du poil, elles sont generalement ultra-narcissiques et extremement anxieuses socialement ; et la encore, un petit blanc sympa, ca le fera pas, la concurrence avec les autres femmes est trop intense a ce niveau, il faut du statut social, qui ne viendra qu’au bras d’un grand reunoi sexy, ou cinq, ou quinze.
                D’autre part, qu’est-ce que je l’entends ce discours, ou plus exactement la position qui consiste a complaisamment ecouter des femmes ultra-protegees et sans experience blamer les hommes d’absolument tous leur problemes, dans tous les milieux, dans tous les medias, constamment, sans relache, et les critiques sont toujours les memes, et ressemblent toujours au verbiage d’une personne gatee pourrie, confite d’ennui et qui ne sait rien faire d’autre que se plaindre.
                En face de ca, la moindre saveur de red pill ou simplement de precaution a l’egard des femmes est fermement combattue comme de la misogynie.
                De nos jours les femmes on TOUT, ecoutez les brailler sur TikTok, vous allez en apprendre.

                1. durru

                  D’après ce qu’on peut entendre de la part d’un Jordan Peterson, qui a une énorme audience même sur les genres un, la situation n’est pas exactement celle-ci. Et même s’il est plutôt présent de l’autre côté de la mare, je ne crois pas que les différences soient si énormes que ça…
                  Comme sur plein d’autres sujets, et notamment tous les délires woke, ce n’est pas parce qu’un groupe fait beaucoup de bruit qu’il est forcément majoritaire. C’est le plus souvent tout le contraire.

                2. Nemrod

                  Pas nouveau.
                  « souvent femme varie, bien fol est qui s’y fie ».
                  Faut vivre sa vie sans se faire trop casser les rouleaux…trop d’attention n’a aucune incidence sur le fait qu’elles se cassent ou pas.

          1. durru

            Disons qu’en l’occurrence c’est la tête qui fait de gros efforts pour pourrir le plus vite possible…
            Est-ce qu’elle pourra être remplacée ? C’est LA question, à mon avis.

        2. Jacques Huse de Royaumont

          Pour mon cas, il s’agit de collèges ordinaires d’une ville de banlieue sans prétention. Il ne s’agit pas d’une « élite » sociale. Je croyais également que nous serions encore longtemps à l’abri de ce genre de nuisance, espoir déçu. Ces dérives s’insinuent partout, comme un cancer et les ado en pleine construction sont les proies les plus faciles et les plus tentantes pour les lobby en question.

        3. Yanka

          Et moi qui ne peux parler avec un inverti sans prendre un malin plaisir à faire comme si j’ignorais qu’il l’était et à faire à un moment ou l’autre une réflexion extrêmement désobligeante sur l’homosexualité, en en riant bien fort, comme d’une absurdité, un gag. Je sais que ce n’est très gentil pour un bonhomme réputé courtois, mais c’est une sorte de principe plus fort que moi : besoin de remettre dans la marge ce qui prétend occuper le centre. Je me fous de la sexualité des gens, pourvu qu’on ne vienne pas m’emmerder avec ça, ni surtout minauder. Je suis assez loin d’être un mâle dominant, je suis plus poète que guerrier, mais je ne supporte physiquement pas les ambiguïtés sexuelles et les minauderies, les croupions qui tortillent chez un homme. Les options sexuelles n’ont rien à faire dans la cité. Et chaque fois qu’une gay pride a lieu quelque pert, je rêve assez malsainement à un camion fou.

      2. Higgins

        L’esprit conformiste actuelle des adolescents et des post-adolescents (étudiants) est proprement consternant. On sait tous que c’est une période la vie où, d’une certaine manière on se cherche.Lorsque j’avais autour de 18 ans, il fallait fumer pour intégrer un groupe mais là, c’est nettement différents, c’est la volonté sourde mais affichée de détruire la société car ce sont les adultes de demain. Manifester contre cette évolution, c’est être automatiquement catalogué au mieux comme fasciste. Il n’y a qu’à voir les réaction des saloperies LREM face au décollage de Z. dans les sondages. Indépendamment de ce que nous pouvons tous en penser, chapeau bas à l’intéressé s’il tient la distance car nous ne sommes qu’à l’entrée du marais putréfié des élections.

        1. pabizou

          Remercions l’UE qui fait tout ce qu’il faut pour que cette dégénérescence se propage et s’accélère . La guéguerre contre Orban le montre bien . Transformer une loi qui essaie de protéger des enfants de l’influence malsaine de ces groupuscules nihilistes devient de l’homophobie . Merci Bruxelles …

        2. Gelato29

          Dans les années 70, même dans l’enseignement privé où je suivais mes études secondaires, ces raclures de fond de €&#^{ de profs gauchiards manipulaient déjà les élèves et professaient leurs saloperies marxiste-léninistes, déconstructivistes, etc. Notre génération a été lobotomisée, le ver était déjà dans le fruit… ça donne des parents et grands parents d’aujourd’hui névrosés et totalement dépassés !

          1. Yanka

            Dans les années 70, il y avait au moins deux chanteurs homosexuels ou bis : Dave et Patrick Juvet (et Dick Annegarn, mais on le voyait peu, lui, et il ne chantait pas des trucs filandreux). Je n’avais alors aucune idée de l’homosexualité, bien que cela ne m’empêchât pas de traiter de pédé un autre gamin et d’être traité de pédé en retour. Il y avait des codes dans leurs chansons (les « rêves immoraux chez Juvet le bisexuel, « le côté de chez Swann » chez Dave l’homo). C’était discret, aucune revendication. Aznavour avait chanté la chose (« Comme ils disent ») fin 72, d’une façon qui, ma foi, pouvait toucher. On nous parle cependant toujours des années 60 et 70 comme des années de dérèglement, mais tout ça est arrivé dans les années 80, et la pédophilie revendicatrice itou (les bouquins et le plaidoyer de Tony Duvert, les pétitions dans Libé). Ce ne sont pas les hippies, mais les yuppies qui ont détraqué le bastringue.

            1. Gelato29

              Michel Foucault (obsédé par la défonce et le désanussage) a quand même élucubré partout sa « french theory » durant les années Giscard…

              1. Yanka

                Le public de Foucault, sauf erreur de ma part, n’était pas vraiment celui de Dave ou Juvet, et moi j’avais 10-11 ans. Il y avait évidemment certaines idées dans l’air, mais il n’en était pas question lors du hit-parade d’André Torrent sur RTL, ni dans « Les routiers sont sympas » de Max Meynier ! Et sans doute pas davantage chez Ménie Grégoire, qui traitait de sujets sensibles, mais à une heure de grande écoute.

                  1. Berdol

                    Qui enc… des petits tunisiens ou marocains, je ne sais plus, sur des tombes dans un cimetière…Double transgression digne du Marquis de Sade que toutes ces crapules ont remis à la mode. Toutes ses théories fallacieuses, controuvées, à partir de faits déformés, d’analyses fausses de grimoires mal étudiés, n’avaient pas d’autre but que de démontrer que ses mœurs n’étaient pas pathologiquement anormales.
                    Mais dans les années 70 dans les universités, il tenait le haut du pavé (Je le sais, j’y étais; non pas sur le même pavé que ce pitre, mais dans une université de province ou toutes ces théories douteuses étaient à la mode)
                    Une crapule , doublé d’un historien plus que douteux et un enseignant à signaler à la commission Sauvé…

              2. Pousse-fumier

                De ce que j’ai compris, les théories de Foucault n’ont pas « pris » en France.
                Elles ont été par contre très bien accueillies dans les milieux militants gays US sous le nom de « French Theory ». Elles nous reviennent aujourd’hui pleine gueule via des réseaux d’influence, comme par exemple les Young Leaders (Najat Vallaud-Belkacem, notamment).
                Je ne pense pas que ce soit un hasard.

                1. Gelato29

                  Je pense précisément le contraire : depuis la terreur de 1793 et les génocides ripoublicains, la vérole frouze contamine le monde avec ses théories plus ou moins fumeuses ou criminelles et ça nous revient en pleine foire avec juste plus de force…

                2. Yanka

                  Pas seulement Foucault, mais Deleuze, Derrida, Guattari, Lacan, Wittig, Althusser et même ce pauvre Lévi-Strauss dont je n’ai jamais compris la présence dans ce bric-à-brac, lui dont la pensée était claire et fondée sur l’empirisme, très loin des fumées conceptuelles chères aux autres. Pour être honnête, cette notion de « French theory » est une aberration, un monstre intellectuel, car ces auteurs-là s’opposaient volontiers. Il n’existe aucun corpus philosophique que l’on puisse mettre sous la bannière d’un mouvement appelé « French theory ». C’est comme parler de Hollywood et jeter là-dedans tous les films américains, sous prétextes qu’ils sont américains et cela seulement. Tout ça part d’une mésinterprétation par Derrida de la notion heideggérienne de « déconstruction ». C’est ce qui arrive quand on traduit mal un concept dont on n’a pas saisi la subtilité, et que vos idées sont reprises en vrac par des gens qui ont un intérêt à vous faire dire ce que vous n’avez pas dit. C’est un peu la même chose que pour le concept nietzschéen du surhomme par lequel Nietzsche aurait précipité l’avènement de l’Übermensch aryen, ce qui est une imposture.

                  1. Gelato29

                    Ce gros sac à &€@€& de Foucault était surtout ravi que les gauchiasses amerloques se pâment devant sa « philosophie » et le décrètent « pape de la french theory » comprenant d’autres raclures comme la gouine ex collabo, De Beauvoir. Ignoble, consternant et en plus pleine d’égo, cette sous-m…. de MF…

                  2. Berdol

                    Sokal et Bricmont à relire pour se payer une bonne tranche de rire : Il n’y a que des gogos nourris de hamburger et de ketchup qui puissent donner un quelconque crédit aux élucubrations, volontairement abscons pour en masquer l’inanité, de ces auteurs …
                    Lacan lui-même riait de ses clients et groupies dont en tout bon freudien dissident qu’il était, il caressait la cuisse et remontait au cuisson en remerciant le père fondateur de lui avoir livré une si belle théorie mettant en pâmoison toutes les belles désœuvrées de la gentry parisienne, disponibles l’après-midi pendant que le requin cocu faisait des affaires en bourse(si je puis dire) sans être perturbé dans son business par les remontées de libido de la donzelle

                    1. Yanka

                      Sokal et Bricmont, de fait. Une bombe. Alan Sokal était parvenu à publier dans une revue « scientifique » un pur canular intellectuel : « Transgresser les frontières : vers une herméneutique transformative de la gravitation quantique ». Son livre avec Jean Bricmont (« Impostures intellectuelles »), en 97, avait été une déflagration. Son titre en anglais en disait plus : « Fashionable Nonsense: Postmodern Intellectuals’ Abuse of Science ».

      3. heli0gabale

        « On pourrait de prime abord penser à un effet de mode. »

        Il y a de ça, pour gratter un statut aussi. Être Trans, c’est une porte d’accès comme une autre pour grappiller une place d’Éon dans le nouveau Plérôme de la religion gnostique moderne.

        Sans compter la haine ambiante de la masculinité qui n’aide pas.

        « elle a parfois l’impression que les « purs hétéros » sont de moins en moins fréquents « .

        Ça me rappelle une phrase de Salvien je crois qui disait que les hommes de Carthage dandinaient du cul mieux que les femmes et qu’ils s’habillaient de façon très féminine.

        1. René-Pierre Alié

          Il notait qu’à Carthage, les hommes se déhanchaient mieux que les femmes, et se couvraient la tête de voiles et de rubans féminins. La fin de l’Empire romain se caractérise par la prise de pouvoir du féminin et l’homosexualité. « Aucune femme ne pouvait rougir de rompre son mariage puisque les femmes les plus illustres avaient pris l’habitude de compter les années, non plus par les noms des consuls, mais par ceux de leurs maris », écrivait Sénèque.

      4. Laurent a LA

        « The forever war » de J. Aldeman. Un soldat voyageant dans le temps a cause de fusees fort rapides se retrouve le seul hetero sur terre.

        1. Opale

          Exact, roman fort à propos dans le contexte actuel. On voit l’ostracisation du perso principal s’aggraver, dans sa condition d’hétérosexuel, noyé dans une société qui ne le reconnaît plus.

    2. Pheldge

      il y a un effet de mode, et s’affirmer « non binaire », ou trans ou autre, c’est un moyen d’attirer l’attention … J’avais vu une vidéo de Tucker Carlson sur FoxNews, où il évoquait la situation, et surtout l’empressement des toubibs « spécialisés » à proposer des solutions chirurgicales au bout de quelques mois, à des adolescentes à peine pubères … résultat, il y en avait qui quelques mois après l’ablation des seins, regrettaient !
      On parle d’ados en pleine puberté, période de doutes etc …

      1. heli0gabale

        Je crois que c’est LE truc le plus honteux dans l’affaire : « tu veux te faire arracher la teub ? Parfait j’ai une place après demain ça ta va ? »

        0 degré de réflexion sur une opération aussi lourde, avec complicité ou lâcheté des toubibs qui ne veulent pas être accusé de -phobe. Tout ça pour que le trans finisse par se suicider ou revienne à son genre d’origine…

        Quand je pense que je mets 1000 fois plus de temps pour choisir une carte graphique, une bagnole ou un frigo…

        1. Pierre 82

          Le vrai visage de la médecine, révélé pendant la crise du covid, se manifestait déjà depuis quelques années. Et ce visage est hideux.

          J’ignore complètement comment cette profession arrivera à sortir de l’opprobre généralisée, une fois que tout ça sera derrière nous, mais ça ne se fera pas sans mal. J’essaie de trouver un parallèle avec une profession qui se serait retrouvée dans une pareille situation, mais à part curé, je ne vois pas… (et encore, ce n’est pas un métier, mais un sacerdoce, ce qui n’a que peu de rapport)

          1. heli0gabale

            Historiquement les médecins ont toujours été considérés comme plus ou moins des escrocs, juste en dessous de l’astrologue.

            J’ai du mal à voir toute la profession retrouver son antique réputation, surtout à une époque où la médecine joue un rôle aussi considérable.

            Si on veut trouver un parallèle, je pense au sort de la profession de journaliste ou au sort des économistes : des gens invités partout sans qu’on sache trop pourquoi, qui parlent tout le temps, qui disent quoi penser et qui énervent le monde plus qu’autre chose.

          2. Berdol

            Ce n’est pas d’aujourd’hui : Le milieu des chirurgiens a toujours été dangereux parce qu’ils tranchent dans le vif : C’est comme le bricolage, quand c’est coupé trop court on peut pas y revenir. Il fut un temps ou dans le milieu médical, on s’en méfiait : outre la propension naturelle (business oblige) à promouvoir l’opération, il y a une composante artisanale ie habileté manuelle dans ce métier et cette habileté n’est pas innée. Il faut donc avoir « cassé du bois » pour devenir le chirurgien de ces dames, en vogue, bronzé et réputé sans échec, comme Windows…

            Quant à la dimension scientifique du métier, pour en avoir croisé beaucoup dans les temps anciens de mes études, je n’en ai pas beaucoup entendu parler de science, mais plutôt de gains et de statut social…

            Avant 1936-1946, c’étaient de bons cliniciens, mais sans outils pour traiter, après la pénicilline, c’étaient des prescripteurs d’antibiotiques. Parallèlement les analyses biomédicales ont remplacé l’analyse clinique et ont fait le diagnostic, le tout encadré par l’ordre des médecins vichyste qui protège les douteux et fait régner l’ordre étatique, incarné par le donneur d’ordre, le dispensateur de la manne, le deus ex machina qui est la sécurité sociale et ses séides.
            De plus, peu d’entre eux ont des revenus pléthoriques comme cela a pu être le cas il y a quelques décennies : Pourquoi se faire chier ? H16 a encore raison : Chaque fois que la puissance publique se saisit d’un problème, la liberté s’effondre, la discrimination entre les bons et les mauvais disparaît, la liberté de choix aussi et le vulgus pecum est mené à l’abattoir par ses mauvais bergers, qui entrent juste derrière lui. (Ce qui prouve qu’il y a bien une justice immanente !)

    3. ValM

      +1000.

      Je confirme. Dans mon (ex) collège, on a des cas dès la 6e qui se posent ces questions, des gays et lesbiennes à tous les étages (mais jetez donc un oeil aux nouveaux dessins animés pour enfants : il y a toujours au moins un personnage gay, lesbienne ou trans, quand c’est pas 2. Regardez l’exemple des pubs aussi… Les enfants sont constamment au contact de cette nouvelle « normalité »).

      L’infirmière de ce collège frétillait d’excitation l’an dernier à l’idée qu’une élève de 3e allait enfin pouvoir faire sa transformation et le mot avait été donné qu’il fallait l’appeler « il » et utiliser son nouveau prénom. J’ai tenté d’argumenter avec elle, mais peine perdue, elle trouvait ça génial.

      Contente d’avoir quitté cette secte…

      1. Vodkaman

        Je vous rejoins sur cette tendance lourde de faire croire que ces déviances sont devenues la normalité.

        Il suffit de prendre le métro parisien pour voir régulièrement des campagnes pub pour le bien nommé BHV (Bazard Homosexuel de la Ville) ciblant les invertis et les marchandes d’ail.

    4. Manzoni

      Extrait de ladite circulaire : « Ainsi, si les parents de l’élève mineur s’opposent à l’utilisation d’un prénom d’usage demandé par leur enfant dans son cadre scolaire, il conviendra alors, dans l’intérêt de l’élève et à son initiative, d’instaurer un dialogue avec sa famille. »
      Effectivement, cela confirme que les enseignants vont devoir se mêler de ce qui ne les regarde pas et n’a strictement rien à voir avec l’enseignement, les laissant seuls face au problème, ainsi que vous concluez.

  3. Le Gnôme

    Encore heureux qu’il n’y ait pas comme autrefois des écoles pour garçons et des écoles pour filles. Il aurait fallu créer des établissements pour les transgenres.

    1. Laurent

      Gardez-vous de trop simplifier! Un seul établissement pour les transgenres? Pas assez.
      Vous n’allez quand même pas mélanger de manière indistincte les garçons devenus filles qui sont attirés par les garçons de ceux qui restent quand même attirés par les filles, sans oublier ceux qui sont attirés par les deux. Et puis il y a ceux qui ne seront attirés que par ceux qui auront changé de genre. Vous me suivez? Bon, passons aux filles qui sont des garçons et qui sont attirées… Pardons? Vous avez mal à la tête? Je vous ai pourtant épargné l’écriture inclusive…

      1. Calvin

        Et il y a les « fluides » dont le genre change plus vite que la pression atmosphérique.
        Ceux-là pourront changer de classe, école, plusieurs fois par semaine.

      2. Opale

        Vous oubliez qu’il faudra lapider les hommes homos qui quittent leur partenaire se changeant en femme, sous prétexte de transphobie (oui par que les homos doivent se mettre à aimer les minous si c’est un homme transgenre qui le porte, c’est évident). On n’a pas fini d’être schizophrène.

    2. Pheldge

      des établissements pour les transgenres ? mais si c’était aussi simple … et les non-binaires, les ceusses qui sont tantôt l’un tantôt l’autre, vous les mettez où ?

  4. Theo31

    La dernière fois que j’ai vu une manif LGBT, aucun trans défilait. Idem pour les « travailleurs du sexe. »

    Toutes ces assoces putassieres se sont donné le droit de parler au nom de groupes qui ne leur ont rien demandé et de s’inventer des causes imaginaires à défendre. Le pognon qu’elles touchent est lui bien réel.

  5. Aristarkke

    Ceci est à la fois typique de la bureaucratie et typique de l’infiltration LGBTtruc
    Pour une fois, je vous trouve un peu sévère, Monseigneur, parce que ce *problème* a eu des tentatives de résolution au niveau basique des établissements concernés, selon ce que narrait ma fille, la saison dernière.
    Mais cela n’a pas dû manquer d’induire des réponses variables partant dans tous les sens.
    Or, ces minorités, très actives dans le larmoiement médiatique de l’injuste discrimination à géométrie variable, n’ont sûrement pas manqué de se répandre en doléances et critiques sur les rezosocios, à l’image de ce qui est constatable chez Tw….
    Il me semble donc que cette réponse étatique provient de son appetance à se montrer doux et câlin envers tous les pleurnichards, d’autant que la campagne électorale se révèle un catalyseur évident.

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Comme je le dis plus haut, ces asso ne se contentent pas de larmoyer, elles attaquent à la fois sur le terrain judiciaire et sur le terrain médiatique. C’est une forme de terrorisme.

  6. Higgins

    Si j’avais encore des enfants au collège ou au Lycée, c’est un coup à acheter un bateau pour partir faire le tour du monde et ainsi faire l’école sur le bateau. Tout sauf cette école de merde.

    1. Pousse-fumier

      L’autre alternative, c’est de démonter pas à pas la propagande que nos gamins subissent à l’école.
      C’est beaucoup de travail au début, mais en un ou deux ans, le gamin se forge ses propres réflexes.

      Au quotidien, j’ai à coeur de lui faire fréquenter des milieux quasi-exclusivement masculins : le rugby et la chasse.

      C’est pas bien fin, mais ça parle de cul, de bouffe, de gonzesses, ça se traite de PD, ça chante « La digue du cul » aux retours de matches, c’est dehors quand il pleut, quand il neige, quand il gèle.

      J’ose espérer que ce sera une forge adéquate pour les tremper suffisamment.

      1. Courtial

        Il y a 20 ans il y avait déjà de la propagande et le niveau baissait vite, mais on pouvait encore s’en sortir (j’ai réussi à devenir anarchiste et pas trop con en faisant une scolarité sans histoire dans l’école publique, sans être du tout aidé par mon environnement familial).

        Désamorcer les dégâts au fur et à mesure était encore possible il y a une dizaine d’années, mais je pense qu’on a atteint un tel niveau qu’il faudrait absolument tout refaire à la maison, aussi bien le contenu que la contre-propagande. Au mieux les parents vont s’y épuiser, au pire le gamin va être en plus malheureux car il sera lucide sur le fait qu’il gâche les plus belles années de sa vie dans ce cloaque.

        Je pense qu’il vaut mieux consacrer ce temps et cette énergie à instruire ses enfants soi-même (ou à la rigueur par un précepteur qu’on aura choisi avec soin).

        Pas étonnant que Macrouille se soient précipités de rendre l’école à la maison de facto impossible, ils savent qu’on arrive aux limites de ce que la plupart des gens sont prêts à tolérer et que le seul moyen de maintenir les enfants sous emprise est désormais la force.

        Mais je ne m’inquiète pas il y aura certainement plein de façon de contourner le système. Tout y incite désormais.

  7. Mildred

    Et les parents qui croyaient faire échapper leurs enfants aux aberrations de l’Éduc Nat, en confiant leurs enfants aux lycées tenus par les jésuites, vont être douchés par le rapport Sauvé, et craindre d’être considérés, s’ils persistaient en ce sens, comme des pourvoyeurs de chair fraîche pour curés !

    1. Higgins

      Pur produit du privé, ex-enfant de choeur, baigné dans la culture catholique, je n’ai JAMAIS été confronté à une quelconque déviance de la part de mes encadrants, qu’ils soient religieux ou non. Ça ne veut pas du tout dire que je nie l’affreuse réalité qui nous est révélée. À l’inverse, j’ai grandi nourri d’un esprit de tolérance dont je mesure l’importance quand je le compare avec le sectarisme actuel où les anathèmes font florès. J’estime avec le recul de l’âge que, enfant, on m’a pleinement respecté et j’en suis gré à mes éducateurs du moment.

      1. Pierre 82

        N’oublions pas que les plus solides soutiens à la pédophilie, euh pardon: de la liberté sexuelle accordée aux plus jeunes qui ont un droit imprescriptible à jouir de leur corps, vient de certains milieux pas très cléricaux.
        Dans les années 70, ils avaient plus ou moins fait un timide coming-out (les fameux articles de Libé sur la fin de la majorité sexuelle), mais le retour de flamme a été assez violent pour eux, car la société a réagi assez fermement contre leurs intentions. Maintenant, ils la mettent en veilleuse, et ne revendiquent plus rien ouvertement.
        Il est bien connu que la meilleure défense, c’est l’attaque, et le plus intéressant de leur point de vue, c’était d’accuser ses opposants de leurs propres turpitudes.
        Et malheureusement, pas plus l’Église que d’autres institutions (allant de l’ednat aux clubs de sport, les scouts, etc… partout où il y a des enfants) n’a échappé à cette horreur, mais le fait remarquable est que cette seule institution est attaquée sur ce plan-là.
        Si on faisait le même exercice consistant à lister tous les faits de pédophilie de la part de profs ou de coach sportifs depuis les années 50, en mettant bien en avant les témoignages les plus poignants, la plupart des parents n’accepteraient plus de mettre leurs enfants à l’école ni au sport.
        Mais malheureusement, cette ligne de défense, consistant à dire que dans les autres groupes, c’est pas mieux, est impossible pour l’Église, et ils n’ont pas beaucoup d’autre attitude possible que de s’excuser, de s’excuser encore, pour des faits dont aucun de ceux qui doivent s’humilier ne sont personnellement coupables, ni de près ni de loin, c’est un piège dont je ne vois même pas comment ils pourraient s’en sortir.
        Il y a 5 ans, on a vu arriver dans notre paroisse, un curé qui venait de très loin. Il a commencé à trouver dommage qu’il n’y avait plus d’enfant de choeur pour la messe solennelle des dimanches, et il s’est mis à en recruter. Au bout de quelques mois, la vieille garde de chrétiens de gauche l’a mis en garde, en lui rappelant qu’en France, il fallait éviter qu’un curé ne soit trop en contact avec des enfants (!!!) parce que ça risquerait d’être mal interprété.
        Il y a répondu un dimanche, en communication avant l’envoi, en disant que certains trouvaient qu’il ne fallait pas trop d’enfants autour du prêtre, parce qu’en France, il y a des problèmes de pédophilie. Alors, j’ai une bonne nouvelle à vous annoncer: je ne suis pas pédophile. Et comme parmi les enfants de chœur, on a une chance de susciter des vocations, je continuerai donc à en avoir. Sourires dans l’assemblée, il avait mis les rieurs de son côté. Ce qui a cloué le bec des importuns. Maintenant, à chaque ordinaire, on a au moins de 6 à 8 enfants de chœur et deux servants de messe adultes, et ça change tout au niveau de la solennité. A Noël et à Pâques, ça monte à 12. J’ajoute que l’église est remplie chaque dimanche.
        Je pense que c’est la bonne attitude à avoir.
        Un père dominicain de mes connaissances, aumônier de nombreux mouvements de jeunes, est parti dans une autre communauté en Italie (il est d’origine italienne). Un jour qu’il revenait en France, il nous a raconté à quel point le clergé de notre pays était profondément malade de cette histoire de pédophilie, et que c’est profondément ancré, même chez les enfants. En France, les prêtres évitent de rentrer en contact physique avec des enfants, ils ont même peur de mettre la main sur l’épaule d’un gamin en leur parlant. En Italie, il a constaté que tout était beaucoup plus chaleureux, et que les enfants étaient beaucoup moins réservés sur ce plan-là, et qu’ainsi les rapports étaient beaucoup plus authentiques et naturels.
        Les prêtres en France sont formés dans la crainte permanente de ces accusations, et finissent par éprouver de la peur devant des enfants. Allez catéchiser dans ces conditions. Ils ont réussi leur coup.
        C’est le résultat d’une société hypersexualisée, où on finit, à chaque regard, par fantasmer tout et n’importe quoi. Si Uderzo et Goscinny ont fait cohabiter deux hommes moustachus, avec un chien dans la même maison, c’est parce qu’au début des années 60, personne, absolument personne ne songeait à quoi que ce soit de sexuel. Maintenant, même un de mes enfants, qui avait 12 ou 13 ans, m’avait fait la remarque: « est-ce qu’ils ne seraient pas pédés, ces deux-là? ». Jamais, au grand jamais, une idée aussi saugrenue ne m’avait traversé l’esprit.
        C’est à ce moment-là que j’ai compris ce qu’était l’hypersexualisation de notre société.

      2. Berdol

        Moi idem. certains pauvres d’entre eux vivaient manifestement mal le célibat tout en résistant avec leurs moyens, souvent pas au niveau, mais ils faisaient rigoler le collège entier et je ne crois pas qu’un seul de mes condisciples ait été perturbé par ces faibles. Quant aux autres, ils accomplissaient leur sacerdoces vertueusement sinon avec intelligence (C’était dans les années du concile Vatican 2 et juste avant qu’ils ne jettent tous leur soutanes aux orties et se mettent à courir la gueuse comme le père Dupanloup (Dans la chanson, dans la réalité historique, il s’agissait d’un prélat respectable et vigoureux défenseur de l’Église. C’est d’ailleurs pour cela qu’il était brocardé)

    2. pl00tarke

      Toutes les professions touchant à l’enfance sont concernées. N’oublions pas les nombreux scandales pédophiles qui ont éclaboussé l’éduc. Nat., les centres de loisirs, le scoutisme etc.

      Pour être tranquille, il faut confier l’éducation de ses gosses à ceux qui ne les aiment pas. ;o)

    3. bibi

      Ce ne sont pas les curés qui deviennent pédophiles, ce sont les pédophiles qui deviennent curés.

      Le seul tort de l’Eglise, c’est de ne pas avoir dénoncé ceux dont elle savait qu’ils étaient coupables, mais elle, elle a moins une excuse le pardon des pêcheurs, quelle est l’excuse de l’EdNat pour ne pas avoir dénoncer de tels crimes?

  8. Calvin

    J’aime bien la phrase : « il était donc plus que temps de faire des classes et des cours de récréation ces hâvres de paix inclusive, solidaire et non-genrée »
    On ne sait si les « cours de récréation » concerne la cour, ou le cours, c’est-à-dire que les cours dispensés sont devenus de simples sessions d’entertainment ratées, éloignées de toute utilité ou loin de la réalité du monde qui nous entoure.

  9. Calvin

    Le problème autour du genre, c’est qu’il est passé de la définition du sexe (sommes-nous ou nous sentons-nous fille ou garçon, voire hermaphrodite) à une revendication d’attraction sexuelle.
    Autrement dit, je suis garçon mais j’aime des garçons ou des canards, je suis fille mais attirée par des filles les jours pairs et par Jadot les jours impairs, etc.

    Et ce n’est PAS quelque chose à aborder à l’école….
    Avant, c’eût été être de l’agression ou de la discrimination.

    En plus d’être surréaliste :
     » Bonjour ma petite, tu as 11 ans et tu veux entrer au collège. As-tu eu des rapports sexuels avec une fille, un garçon, ton oncle, une écolo ? Sinon, quand tu le feras, tu préfères que ce soit avec la Prof de Français, des joueurs du club de foot ? Et sinon, aimes-tu les films de gladiateurs ? »

        1. Jacques Huse de Royaumont

          Le rapport Sauvé révèle une situation peu glorieuse, mais il a une énorme qualité : il existe. Contrairement à d’autres, comme le monde politique et médiatique qui se voile la face avec constance à propos de ses propres turpitudes, l’église a accepté de regarder la réalité droit dans les yeux, aussi humiliante soit-elle.
          Le nettoyage va pouvoir se poursuivre, car il a déjà commencé. Rappelez vous l’expulsion du cardinal McCarrick en 2019. Il serait bon que nos élites politiques et médiatiques fassent le même travail sur elles-mêmes. Je doute qu’elles en soient capable.

          1. Pheldge

            d’accord, mais en attendant c’est reparti pour un tour d’anti-catholicisme, et ça permet commodément de passer d’autres questions sous silence. Un sondage donne Zemmour au second tour, d’ici à ce qu’on l’associe aux prêtres pédophiles …

            1. MCA

              On va se marrer lors du match du second tour face au poudré.

              Je viens de visionner un débat de Z face à 2 journalistes, un avocat , une nana (africaine) et un algérien comme lui; 1 contre 5 et il les a retourné comme des crêpes.

          2. Berdol

            Et Sauvé est un douteux personnage, défroqué et largement suspecté de n’avoir pas que des sentiments avouables vis à vis de ses ex-confréres..; Les chiffres annoncés et non justifiés dans son rapport sont délirants et si cela devait se révéler vrai, même sur une période de 70 ans, il faut féliciter la gent monastique (comme dirait Pamphile) de sa vigueur génésique…

  10. mandatair

    « Certes, ils ne sauront ni lire, ni écrire, ni penser sans aligner sophismes et faute de logique…“

    Effectivement…

    « Si les gens ne savent pas bien écrire, ils ne sauront pas bien penser, et s’ils ne savent pas bien penser, d’autres penseront à leur place. » … scripsit Eric Arthur BLAIR.

  11. Mandataire

    « Certes, ils ne sauront ni lire, ni écrire, ni penser sans aligner sophismes et faute de logique… »

    Effectivement,

    « Si les gens ne savent pas bien écrire, ils ne sauront pas bien penser, et s’ils ne savent pas bien penser, d’autres penseront à leur place. » … scripsit Eric Arthur BLAIR

  12. Minou

    Y a franchement des jours ou je regrette de ne plus être à l’école,ça vaudrait le coup de se faire appeler Marie-Antoinette à chaque appel en répondant « présent » d’une grosse voix bien masculine.

  13. Nemrod

    La « fabrique du crétin » est dépassée .
    C’est la fabrique du crétin névrosé.
    Ma plus jeune a quitté la fac alors qu’elle passait les échelons les doigts dans le nez.
    Elle a pris un job dans un magasin de fringue…je suis lâchement soulagé de la voir quitter ce nid de vipères toxiques.

    1. kekoresin

      Tout pareil que toi. Mon ainée est agent.e d’entretien de nuit, gagne très correctement sa vie et est plutôt heureuse. Toute sa scolarité, alors qu’elle était brillante, n’a été qu’un chemin de croix. Lorsque je l’aidais pour ses devoirs j’ai eu des crampes au scutum assez violentes en constatant le niveau et l’orientation maoïste des programmes. Certains profs ont voulu me convaincre d’arrêter d’aider ma fille pour relever le niveau car je n’avais pas les bonnes méthodes, tu sais, celles qui ne marchent pas dans le meilleur des cas et de traviole dans le pire. Tu peux imaginer comment j’ai trancher le débat avec ces larves boursoufflées de marxisme. Kékorésine m’a fait comprendre qu’il ne fallait plus venir à la rencontre des ces individus néfastes, qu’un jour ou l’autre la peur sera trop forte ou faible, les entrainant dans une plainte pour les avoir traité d’agents de la stasi, ou encore une réaction plus tactile qui se serait soldée par des rivières de sang dans les cols roulés.

      1. Gelato29

        Pareil : ma cadette est partie dans un métier artisanal après 5 ans d’études supérieures. Sinon j’ai failli en venir aux mains avec des profs de collège lors d’un conseil de discipline de mon aîné où une raclure de prof avait commencé à me donner des leçons sur notre manière d’éduquer notre fils (qui avait l’outrecuidance de faire de la résistance passive en classe)
        Je ne peux décidément pas encadrer les profs (les OPJ franc-maquereaux et les juges) et c’est souvent physique d’ailleurs ! Je sais, c’est mal…

        1. kekoresin

          Ce n’est pas mal, cela s’appelle de la résistance! Tout au long de la vie, l’intelligence et la liberté d’expression sont le plus souvent interprétés comme de l’arrogance et lorsque la logique met en défaut, ne reste plus à l’imbécile que la violence, ou plutôt la frustration chez les faibles de corps et d’esprit incapables de courage. D’ailleurs la plupart des profs choisissent la sécurité plutôt que le risque d’entreprendre. Ils éduquent nos enfants dans cet état d’esprit avec un mépris consommé pour les gens qui réussissent mieux qu’eux.

        2. Pierre 82

          J’ai eu un jour à faire à une CPE (sorte de chef-pion) qui m’avait convoqué parce que ma fille (elle devait avoir 12 ans) avait eu une altercation avec un camarade, dont cette CPE avait été témoin. Cette vieille guenon socialo dégoulinante de bons sentiments à la con, avait surpris par hasard cette engueulade, qui s’était terminé par une baffe que ma fille avait flanqué à un petit con qui la faisait chier (on est très con à 12 ans, surtout les gamins), le tout devant ses copains qui se marraient de le voir ainsi humilié par une gamine…
          Tout aurait pu en rester là, c’est une affaire de pré-ados, qui doivent apprendre à régler leurs problèmes tout seul comme des grands.
          Mais voilà, l’autre greluche ne le voyait pas de cet œil-là, et mal lui en prit, elle nous convoque, moi et ma femme ainsi que les enfants, et la mère du gamin, qui n’avait pas l’air d’avoir inventé la poudre (où alors, elle n’était pas loin quand ça a pété).
          Quand cette connasse nous explique les faits, je félicite ma fille, en riant bruyamment. Voilà-t-y pas que l’abrutie de service commence à me faire la morale, en m’expliquant que la violence ne mène à rien, et qu’il faut toujours avertir l’autorité en cas de problème. Je l’ai renvoyé dans les 22 en lui expliquant à mon tour que c’est pas comme ça qu’on élève des gosses, en leur apprenant à pleurnicher, et que quand on a 50 balais comme elle, on peut passer sa journée à faire autre chose que de vouloir faire la justice dans des affaires de gamins. . Si ma fille lui avait pété 3 dents, j’aurais compris, mais on est loin du compte. Et que si elle pensait que j’avais rien de mieux à faire que de venir perdre mon temps à des trucs comme ça, elle se gourait.
          Ma fille se marrait, ma femme aussi, et même la mère du gamin. Le gamin, moins.
          En sortant de là, ma femme m’a dit qu’à voir la tête qu’elle faisait, il fallait s’attendre à avoir la visite d’une assistante sociale d’un jour à l’autre. Finalement, rien, la chimpanzé n’a même pas essayé de se venger. Abrutie.

          1. kekoresin

            Excellent ! J’ai vécu à peu près la même aventure avec ma fille qui avait le même âge.

            Un jour elle rentre de l’école avec une tête indéchiffrable. Elle ne pleurait pas mais était chiffonnée parce qu’un petit con s’amusait régulièrement à lui piquer son cartable pour en vider le contenu devant un parterre de pleutres. J’ai mis un mot dans le carnet à l’attention de Mâdâme la directrice lui intimant de punir l’abruti. J’ai conseillé à ma fille de s’adresser au surveillant. Deux jours plus tard, même manège et ma fille me dit que le surveillant en question n’a pas bouger le petit doigt.

            J’ai donc conseillé à ma fille d’appliquer mes leçons de self défense en self offense. Ainsi lorsque le morveux était accroupit tout à son affaire de vidage de cartable, un coup de genou vint lui effacer le sourire, une bonne giclée de sang accompagnant l’humiliation et l’hilarité des spectateurs. Je fus également « convoqué » dans le bureau de la dirlo et l’entretien s’est très bien passé. La connasse du même acabit que cité plus haut en a pris plein la tronche. « La violence c’est mal » et autres poncifs débités par la mégère épuisés, je lui ai rétorqué que si ses ancêtres n’avaient pas fracassé quelques crânes, elle ne serait pas née et, par conséquent, je n’aurait pas à subir ses leçons de morale à la con. Que la prochaine fois que ma fille se ferait agresser sans que les larves adultes fonctionnarisées n’interviennent, elle avait mon autorisation, voire mon exigence, à péter des tarins de petits merdeux. Dommage que le petit merdeux en question fut absent ainsi que ses parents.

            Et puis aucune conséquence car ces agglomérats de carbone mus par une paire de neurones socialistes n’ont que de la lâcheté à opposer à des mioches, alors imagine leur niveau de résistance face à moi !

            1. Higgins

              Heureusement que j’ai grandi à une autre époque. Mes parents auraient été souvent convoqués. J’étais coutumier de l’algarade dans ma prime jeunesse.

              1. durru

                MDR ! Quand mon père a été convoqué lors de mon premier trimestre au collège, il a dit à ma prof principale qu’elle allait changer son avis lorsqu’elle me connaîtra mieux. Ça n’a pas pris un an 🙂

            2. Gelato29

              Exact : les raclures socialoïdes se calment vite, il suffit de hausser le ton pour qu’ils fassent prout !
              Par contre du temps de ma jeunesse, les rares curetons que j’avais comme profs ne se privaient pas de distribuer du bourre-pif et de se frotter aux gros costauds de 16 ans qui la ramenaient un peu trop. Je me souviens d’une bagarre curé-élève ou l’abbé a mis ko un gars de 30 ans de moins que lui !

              1. Pierre 82

                Dans l’école catho où j’étais à l’école primaire, je n’ai eu qu’un seul prof qui foutait des baffes (en CE1), et pas seulement quand on faisait les cons, mais également quand on ne répondait pas correctement. J’ai appris bien plus tard que certains parents s’étaient plaint, et qu’à partir d’un moment, il ne flanquait des baffes uniquement à ceux qui faisaient les cons ou qui chahutaient.
                Mais c’était un survivant, il était le seul dans son genre.
                Maintenant, il serait en prison pour le dixième de ce qu’il faisait.

              2. Theo31

                Rhooo, j’ai vécu la même chose. On avait des profs/curés qui dezinguaient des tronches à la vitesse de la lumière et personne ne mouftait.

                On avait un surveillant général du nom de monsieur Boris. Haut comme trois pommes, il n’avait peur de personne. Il vous imprimant sa main sur la gueule comme personne. Quand il arrivait quelque part, il n’avait pas besoin de demander le silence tellement il avait de l’autorité.

              3. Berdol

                J’en ai connu un de cet acabit , qui portait bien son nom : L’abbé G…. Un peu bas du front, mais redoutable pour mettre fin aux bagarres de marmots avec une justice parfaite : une tarte à chacun et une tarte de l’abbé G…, ça vous calmait les ardeurs belliqueuses.
                Mais c’était aussi un temps ou on se gardait bien de raconter ces conneries à la maison : L’addition aurait été doublée…

          2. Theo31

            Après avoir été conseillée par son père, ma sœur a éclaté les testicules d’un fils de gendarme au collège. Pas de plainte et surtout le merdeux ne s’est plus jamais approché d’elle.

            Bien pratiquée, la main dans la gueule résout beaucoup de choses, n’en déplaise aux pouffiasses de CPE.

  14. Greg

    Il est donc urgent de dégenrer la langue française qui ne comporte que le choix entre masculin et féminin !

    L’allemand lui au moins contient le neutre. Der, die, das.
    Le transgenre sera donc comparable à bien des objets, asexués.

    Volkswagen, DAS auto ! Disait la pub chez nous en Suisse…

    LGBT+ »*ç%&/() DAS (ni_gros_caca / ni_grosse_crotte), juste un sous-produit de l’évaporation du bon sens terrien dans le n’importe quoi cosm(ét)ique…

  15. Infraniouzes

    Cette circulaire va causer des dégâts. Chez les candidats à la présidentielle; De façon certaine, des journalistes vicieux s’empresseront de leur demander leur position. En particulier à Z… qui devra bien peser ses mots avant de répondre. Les autres aussi mais lui sera vraisemblablement leur cible de choix. Les cas de pédophilie dans l’Eglise catholique, la protection des trans-genres, la défenses des éoliennes inopérantes sans vent et des panneaux solaires sans soleil, l’écriture inclusive, le choix de l’orientation sexuelle seront les grands débats qui pèseront sur le destin de la France. Et comme toujours, ceux qui vont dans le sens du vent et promettent beaucoup d’argent à tout le monde auront les faveurs des électeurs.

    1. Higgins

      A propos des panneaux solaires : https:/ /insolentiae.com/ruinee-apres-une-escroquerie-ne-jamais-oublier-sa-propre-responsabilite-ledito-de-charles-sannat/

      1. Pierre 82

        J’ai lu ça ce matin. Elle est con, aussi… une connerie de compétition. Il y a 20 ans, elle aurait du se planquer pour pas qu’on se foute de sa gueule, maintenant, elle fait les titres d’un canard local, et elle réussit à se faire plaindre…

        1. kekoresin

          Ouais, elle avait « un doute au fond d’elle-même ». Déjà le phrasé est révélateur du niveau. Et puis quand la stupidité est insondable le « fond d’elle-même » est inatteignable.

          La tripoté de gogos sauveurs de planète gorgés de peur pour leurs progéniture sous-éduquée, instillée par l’information constamment fact-checkée par les experts en vérité, n’a pas finit de se faire enfiler jusqu’à la glotte, provoquant des hoquets pathétiques copieusement arrosés par des rivières de larmes.

    2. kekoresin

      Il progresse justement parce qu’il ne pèse pas ses mots. Ceux qui justement avanceront en bavant du « cellezéceux », du « écri-vaine » ou du « écolo-con-patibe », ceux-là se feront balayer pour avoir capitulé devant une petite minorité braillante qui se pense forte et nombreuse en se regardant dans les réseaux sociaux qui reflètent à l’infini leurs sales gueules dans un jeu de miroir trompeur.

      Je ne dis pas que Z est l’homme de la situation, je dis simplement que ceux qui suivent le sens du vent n’ont jamais fait de grands hommes, pardon de grand.e.s f.h.e.o.mme.s !

  16. Blondin

    Pendant ce temps-là : le rectorat demande à l’école primaire où travaille ma femme d’intégrer un élève car dans son école (à Poissy, dans les Yvelines), il se fait tous les jours traiter de « sale blanc »…..

  17. Greg

    Pour ceux qui comprennent l’anglais et ne l’on pas vue, il est important de (re)voir la vidéo de Jordan Peterson interviewé par Cathy Newmann…

    « In order to be able to think, you have to risk being offensive »

    L’ensemble de la vidéo est un petit bijou, mais pour les pressés l’échange commence à 21 minutes 40.

      1. Greg

        2016 la tentative au Canada de modifier la loi pour rendre obligatoire l’utilisation de pronoms non genrés, loi abandonnée entre autre grâce au combat de Jordan Peterson.

        5 ans plus tard la France, qui sera le Peterson français ?

          1. Yanka

            Peterson n’est pas Québécois, mais Albertain, même s’il a étudié en partie à l’université McGill (Montréal).

            PS – Avec MBC, Christine Kelly jubile. Remplacer un seul Zemmour par Mathieu Bock-Côté et Charlotte d’Ornellas, c’est un coup de génie.

            1. Astazou

              Je plussoie moultement. Ce tandem est encore plus corrosif que le Z.
              Ajoutez un zeste d Eugénie Bastié à la sauce, c’est jouissif
              Je trouve l’émission d’encore plus haute volée que quand Z. officiait

                1. Yanka

                  La puissance intellectuelle et verbale de Bock-Côté est étourdissante. J’ai un apriori très favorable envers les Québécois question gueule et bagou, mais là… ! Il m’arrive d’interrompre la vidéo pour digérer ce qu’il vient de dire, tant il est dense et pertinent. Une recrue en or.

                  1. durru

                    Contrepoints a trouvé encore une occasion de renforcer son côté périplaquiste avec un article à charge à son sujet.
                    Perso, je l’ai découvert par l’intermédiaire de Charles Gave. Enfin, j’en avais déjà entendu parler du personnage et de ses idées, mais pas vu auparavant pouvant développer sa philosophie. C’est un bon. Même s’il n’est pas un libéral (question de point de vue pour moi)

        1. durru

          Et c’est à cette occasion qu’il est devenu mondialement connu, qu’il a changé de dimension et que, peut-être, il a été par la suite à deux pas de passer l’arme à gauche… Impénétrables, les voies de Dieu ^^
          Mais lui, il est une voix, ça c’est sûr.

  18. kekoresin

    Haaaaammmm, j’ai dormi longtemps? Alors que la météo saisonnière nous annonce un ouragan d’excréments dans un champ d’éoliennes géantes, nos petits bricoleurs en tartuferies continuent à déféquer dans l’atmosphère sur-carbonée.

    Qui s’étonne encore que les parents ne disent plus rien? Lorsque je fais le parallèle avec l’acceptation des pass, de la limitation drastique de la liberté d’expression, des taxes à vous percer le coccyx et autres tombereaux de muselages, rien d’étonnant à ce que les parents ferment leurs tronches. Et là on aborde que les raisonnables.

    A contrario les tarés, les inclusifs d’objets hétéro-clit en tous genres, ceux qui affublent leur résultat de jus de couille de prénoms sapho-stickés genre « Clitorine », ceux là ouvrent bien grand leur bouche dégout pour répandre leurs relents d’intolérance sur les raisonnables qui ont abandonné toute appétence pour le coup de boule sauvage. Et comme le corps éduquant est calibré pour étaler son ouverture d’esprit sur des océans de gauchisme, l’idéologie burlesque prime largement sur les sujets annexes comme lire, compter, raisonner, tristes contingences du réel d’un monde qu’ils souhaitent voir s’écrouler, si possible sans y perdre la tête.

    Alors que l’on renomme ces anges de l’irréalité « truc » ou « vaginbite » je m’en tape la coquille sur un parapet en béton. Quand ces futurs abonnés à vie aux cabinets de psy croiseront du sarrasin de banlieue, je pense que la question de la pertinence de tout ce merdier idéologique va vite être répondue. Déjà les réseaux sociaux les stigmatisent un brin, mais dans le monde réel, les égratignures morales risquent fort de saigner abondamment.

  19. lxy

    Ma fiile Intitutrice dans une banlieue -pas pourrie- de la région parisienne avait un classe de 28 élèves avec seulement 3 blancs, qui étaient Ukrainiens! Au demeurant la plupart des élèves issue de l’immigration maghrebine étaient sérieux, attentifs, bien élevés avec des parents soucieux de l’avenir et de l’intégration de leurs enfants.

    1. kekoresin

      Ça met du baume au cœur de lire ça, 1XY, cela dit j’ai peur que la machine à éduquer leur instille la haine de la France, transformant les élèves sages en disons…autre chose.

      Vu l’état du pays, je ne suis pas sur que le désir d’intégration se transforme en assimilation lorsqu’ils s’apercevront que les perspectives d’avenir seront légèrement bouchées par des décennies de socialisme européistes débiles encore « enseignées » comme modèle humaniste indépassable. Restera la drogue, l’esclavage de livraison pédalière pour start-up-tubeurs, ou une carrière gratifiante dans la sécurité.

      1. kekoresin

        Non, car le métèque désigne un étranger qui réside dans une cité dans laquelle il ne peut exercer de droits de citoyen (origine grecque – attention je n’ai pas dit homosexuel). Or, il me semble qu’ils ont des droits sans trop de devoirs, que ce soit dans ou hors de l’école.

  20. lxy

    « le corps éduquant est calibré pour étaler son ouverture d’esprit sur des océans de gauchisme, l’idéologie burlesque prime largement sur les sujets annexes comme lire, compter, raisonner, »
    Bravo kekoresin !!!

  21. lxy

    Dans ce naufrage de la France il ne faut pas oublier le rôle particulièrement néfaste de la Franc-Maçonnerie dont l’un de ses éminents représentants est Blanquer et Bertrand qui n’hésite pas à se fare élire avec l’appoint du parti communiste!

  22. taisson

    « Au demeurant la plupart des élèves issue de l’immigration maghrébine étaient sérieux, attentifs, bien élevés avec des parents soucieux de l’avenir et de l’intégration de leurs enfants. » Ils se font rares !!

    Il y à déjà bien des années, à une époque lointaine ou le dialogue était encore possible, les musulmans reprochaient aux « Français », principalement leur manque de rigueur morale et leur laxisme envers toutes les déviances et autres malhonnêtetés…
    Et ils étaient bien plus souples sur les exigences purement religieuses.

    Idem pour les juifs, beaucoup moins méfiants, qui ne se sentaient pas obligés de se replier sur eux mêmes..Tout le monde arrivait à se tolérer avec assez souvent de la sympathie mutuelle.

    Depuis c’est de pire en pire, , Et, donc,comment ne pas comprendre tous leurs refus d’intégration ?

    Qui à envie d’embarquer dans un navire qui coule à vue d’œil ??

    Quand la bascule islamique numérique inévitable se produira, cette liquéfaction de tout ce qui faisait ce pays, accélèrera les conversions sincères de « souchiens » lassés d’appartenir à un groupe qui s’auto- efface…

    Foutus, sans appel ! Peut être un baroud d’honneur final, mais j’y crois de moins en moins!

    1. pabizou

      « ils se font rares », pas si sûr, je crois surtout que pour caresser certains dans le sens du poil on « oublie » de montrer les autres . Ca ne veut pas dire que ça n’existe pas mais qu’il est difficile de le quantifier . Nos propagandistes ayant compris depuis longtemps que diviser c’est régner .

      1. Jacques Huse de Royaumont

        Je suis d’accord, les « rares » ne sont peut-être pas si rare. Il semble que le rejet de l’islam soit très, très marqué au sein des populations concernées. Entre athéisme et conversion au christianisme, il semble que cela puisse atteindre 70% dans certains pays, comme en Iran (et oui !) parait-il. (je vais essayer de retrouver le lien).
        De fait, les islamistes se prennent de plus en plus souvent des gamelles aux élections, comme au Maroc, récemment. Le phénomène est difficile à percevoir et à quantifié, car aux yeux des islamistes l’apostat mérite la mort. La discrétion est donc de mise. Mais ce phénomène souterrain pourrait être un des plus grand facteur de changement dans le monde dans les 20 ans qui viennent.

        1. durru

          A propos du Maroc, il est assez étonnant de constater la gamelle que les islamistes se sont pris aux dernières élections, vu que dans l’espace public les signes extérieurs de soumission à leurs préceptes (voile, barbe…) sont de plus en plus incontournables.
          Ils ont conquis l’espace public, mais ils ont du mal à rentrer dans l’esprit des gens. Un peu comme leurs frères verts de ce côté-ci, d’ailleurs…

          1. pabizou

            Peut-être que pour rentrer dans l’esprit des gens il vaut mieux essayer de les convaincre que de les obliger . L’ennui c’est que ça impose d’avoir des arguments crédibles aussi difficiles à trouver pour les islamistes que pour les kmers verts, donc reste plus que la peur et ça a des limites .

    1. P&C

      Simple : les profs seront sommés de l’appliquer, sa ressources ni soutien… et comme les élèves s’en balec, ils feront semblant.

    2. Jacques Huse de Royaumont

      Dans les cités sensibles, les autres élèves savent être dissuasifs pour ce genre de délire. Ils n’ont pas que des défauts.

      1. Pheldge

        et c’est pour ça que les jours de très grand désespoir – c’est quand je suis encore moins optimiste que d’habitude, pour donner une idée 😉 – j’en viens à considérer le califat, comme une étape nécessaire pour mettre un terme à tous ces délires écolo-wokes …

        1. Jacques Huse de Royaumont

          Bof. Les islamistes et les woke servent le même maître, simplement pas dans le même régiment.
          C’est pour cela que ces deux mouvances s’entendent alors que tout semble les opposer. En adoptant le bon point de vue, ce qui est absurde se révèle logique.

          1. Pheldge

            euh, « ils servent le même maître », j’ai de gros doutes quand même, il me semble que l’islam ne tolère pas l’homosexualité, pour ce qui est des « racisés », c’est pas mieux, le kahlouch étant juste bon à servir le croyant, et il se trouve dans la hiérarchie, entre la femme et le chien … alors, ceux qui croient à une « convergence des luttes », bon courage ! 😉

            Et petit rappel l’islam n’a pas de maître, il est le maître …
            Si une bonne âme, pouvait me résumer la théorie de Fabry, à cause que j’ai pas trop le temps d’aller écouter. D’avance merci.

        2. TiKamthi

          du grand n’importe quoi!
          faut faire attention à ce que l’on souhaite quand même.
          l’Espagne a mis 7 siècles à s’en sortir.
          le régime islamiste n’est pas ce qu’il y a de mieux pour l’humanité,
          l’état de dhimmi, non plus!
          regardez ce qui s’est passé pour les Chrétiens d’orient à partir du 7ième siècle. c’est pas joyeux et plutôt barbare, non!
          quant aux indiens, quand les musulmans et les moghols sont arrivés en Inde, de 700 à 1200 il y avait en gros quasi plus de 400 millions de personnes.
          Quand les anglais sont arrivés en Inde en début , il n’y avait plus que 280 millions. je vous laisse faire le calcul sur toute la période.
          Cela équivaut à un bon petit génocide.

          D’ailleurs Babur fondateur de la dynastie Moghol, pouvait dire en riant, c’est dans ses mémoires, et rapporté par des écrivains musulmans de l’époque, qu’il pouvait quand il le voulait faire exécuter 100 000 indiens par jour, vous savez quoi?
          Il le faisait quand cela le chantait et assez souvent,
          Je suis désolé mais c’est l’histoire.
          il y a sur ces sujets un certains livres historiques, documentés et sérieux.
          par exemple, ceux de Bat’ Yeor.

    3. heli0gabale

      Quand Madame Ramirez, prof d’espagnol catalane de 50 ans et autant en centimètres, cheveux courts, républicaine espagnole hélas avec 90 ans de retard (vous aussi tous vos profs d’espagnol ressemblaient à ça ?) va dire en faisant l’appel :

      « Soyez très gentil avec Kévin, il faudra l’appeler Sabrina dans 3 mois. »

      Tous les Bjorn et Gunther de sa classe (*les prénoms ont été modifiés) vont surtout l’appeler « salvictim ».

    4. Pierre 82

      On leur priera de faire preuve de souplesse. Mais rassurez-vous, les risques sont assez faibles de voir ce type de comportement se développer chez les émotifs…

  23. lxy

    Il faut distinguer le cas des « territoires perdus de la République » des diaspora maghrebines dispersées . Dans une banlieue sud , communiste il y a peu , le collége catholique ,bien cote par ailleurs , est trés sollicité par les familles d’origine algérienne, dont les mères voilées se pressent à la sortie. Familles sélectionnées en fonction du dossier scolaire de leur enfant.

  24. lxy

    Il y a un rejet plus important de la jeunesse algérienne chauffée à blanc par la propagande anti- francaise, anti coloniale du Gvt algérien. Une Algérie soumise à l’influence croissant des islamistes , ce qui était loin d’être le cas « avant ». A mon avis le ressentiment anti-francais est beaucoup moins présent chez les immigrés Marocains et Tunisiens..

    1. pabizou

      Propagande par ailleurs alimentée par cette aberration qu’est la repentance et la mise sous le tapis des causes ayant déclenché la colonisation de l’Algérie . Sans compter sur l’usage politique intérieur des mouvements islamistes qui pullulent en Algérie . Plus facile de convaincre ceux qui sont nés ici que ceux qui étant nés là-bas sont en prise avec le réel

    2. Higgins

      La colère sera énorme et incontrôlable quand ils comprendront qu’ils se sont faits dupés depuis 1962. L’Algérie est un bidon d’essence qui n’attend plus qu’une allumette.

      1. pabizou

        Ca a déjà bien failli dégénérer il n’y a pas si longtemps . Presque toutes les castes de pouvoir, partout aujourd’hui dans le mondes sont assises sur un baril de poudre, qu’elles soient religieuses ou politiques . C’est d’ailleurs ce qui les rend de plus en plus néfastes, voire dangereuses .

      2. Pheldge

        tu rêves, ils se retrouveront tous, pour nous désigner comme responsables de tous leurs malheurs, ça marche depuis 60 ans, pourquoi voudrais tu que ça change ? désigner un coupable à la vindicte populaire, rassemble tous les mécontents dans un même élan patriotique, c’est vieux comme le monde …

    3. Cerf d

      Un de mes jeunes collègues est algérien. Il me disait que la pire des choses qu’avait fait le FLN c’est d’avoir chassé les français.

  25. jmdh57

    On a vaiment des problèmes sérieux à solutionner en Grance …. les bras m’en tombent.
    Ma boite essaye de trouver des solutions « quick and dirty » pour éviter l’arrêt des usines parce que la Chine tourne au ralentie…..

    Par contre d’autres ne perdent pas le Nord : la gaz a pris +12% vendredi dernier, donc en conséquence Engie me propose de mettre un moteur fusée sur ma mensualité : +69%….. !!! Il parait que c’est à cause de la reprise. Demain ce sera à cause des méchants Russes, méchants Chinois, méchants Australiens,…. leur ai répondu que nous régulariserons en mai prochain comme chaque année !

    1. Dr Slump

      « PROTEM attache une grande importance à la santé de ses clients et de ses collaborateurs. La société met en œuvre depuis le mois de mars 2020 des mesures sanitaires très strictes contre la Covid-19 qui vont au-delà des instructions gouvernementales. »

      Ok, bye Protem! je ne travaillerai pas pour vous. En France, on n’a pas d’entrepreneurs, mais on a des masques et du gel hydrôlique.

    2. kekoresin

      Les journaleux qui pensent que leurs intuitions sont des sources fiables commencent à pleurnicher sur le vilain Poutine qui fait grimper les prix. Poutine a répondu à cette fine analyse que si le gaz était cher, c’était surtout du fait de l’UE et qu’il en était de même pour l’électricité. Les mécanismes sont clairement expliqués pour ceux qui considèrent France Info comme une source aussi fiable que Gulli.

      1. Husskarl

        Pour le gaz, je conseille la vidéo suivante qui explique très bien la connerie abyssales des dirigeants UE: youtube.com/watch?v=OIXsPO5tnRs

      1. jmdh57

        Rigoureusement exact et chaque jour qui passe, la taupe creuse sa galerie :

        « La flambée actuelle des prix de l’énergie en Europe est vraiment unique », ont réagi les analystes de Société Générale, « jamais auparavant les prix de l’énergie n’avaient augmenté aussi haut et aussi vite ».

        La froidure approche, mais cela pourrait vitre devenir « chaud patate » au sens figuré. Gaftex va passer de nouveau à la TV chaque jeudi soir, et le grand forrestier va se mettre à bosser (= il va envoyer un Tweet !)

  26. Higgins

    Les milieux autorisés commencent à trahir des inquiétudes : https:/ /www.lepoint.fr/politique/presidentielle-2022-un-sondage-qualifie-zemmour-au-second-tour-06-10-2021-2446523_20.php

    Le Mignon poudré peut serrer les fesses. Z. entre sur un terrain hautement miné. Il n’aura droit à aucune mansuétude.

    1. Jacques Huse de Royaumont

      55-45 pour le poudré au second tour… officiellement et ça, c’est avant le black-out de l’hiver.
      Si l’hiver est froid, le printemps sera chaud…

    2. Higgins

      Attention à la manipulation. Fabriquer un sondage pour discréditer un ou des candidats ou en fabriquer un troisième ne serait pas pour me surprendre. Il n’en reste pas moins que les vents semblent plutôt favorables à Z.

      1. Jacques Huse de Royaumont

        Cest ce que je disais l’autre jour : il est le seul à susciter de l’intérêt ou de la curiosité.
        Les autres, tout le monde s’en fout.

    3. heli0gabale

      Je suis assez surpris de l’ascension du Z.

      Il est en train de se trumpiser et c’est une bonne chose pour lui.

      Perso j’ai pas une confiance aveugle envers lui et comme toute la droite avant lui qui a parlé d’Etat obèse, il nous baisera.

  27. pabizou

    Ouais… reste plus qu’à savoir ce qu’il a vraiment à proposer qui soit réalisable . L’autre taré a fini de nous mettre en situation de n’avoir plus aucun droit à l’erreur . Ce qui m’ennuie avec Z c’est son côté  » venu de nulle part » qui ne permet pas de savoir ni où il veut aller, ni même s’il sait comment y aller . Comme d’habitude le diable se cachera dans les détails .

      1. Gelato29

        Zemmour : je trouve très bizarre sa surexposition sondagiére et médiatique : je soupçonne l’inverti de propulser du Zem comme missile balistique pour atomiser droite et RN définitivement et ainsi viser un reich de mille ans « le Gross Zentrum in irhem Arschloch »
        N’empêche que Zemmour a déclaré son opposition critique à l’Aussweiss de la honte mais il considère aussi que c’est un sujet mineur par rapport au risque de disparition de la France (très gaullien finalement)

        1. pabizou

          D’où mon interrogation avec « venu de nulle part » . Si c’est du service commandé pour viser le reich de mille ans c’est risqué et pourrait déboucher sur une grosse surprise de dernière minute…

            1. pabizou

              Oui, ils viennent tous de la racaille socialiste, et savent exactement où ils vont, là où leurs intérêts personnels les mènent .

        2. Louchp

          « il considère aussi que c’est un sujet mineur »
          Eh bien oui, c’est un sujet mineur, dans le sens où le verbe effacer peut en faire un non-sujet quasi instantanément.
          Ce n’est pas le cas du tout pour les autres sujets, majeurs eux.

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Z est loin d’être parfait. En réalité, il n’aurait aucune chance en temps normal.
      Mais nous ne sommes pas en temps normal.

      1. Higgins

        Je pense que Z. va devenir l’homme à abattre dans les mois qui viennent. Le poudré doit faire attention. Il est tellement honni qu’il doit faire attention.

        1. Pierre 82

          S’il a vraiment une stratégie, il est parti beaucoup trop tôt…
          Rassurez-vous, s’il faisait vraiment de l’ombre à un candidat de la caste (LR, LREM, ou un nouveau, ou même socialiste, peu importe), le PNF serait là pour sévir. D’autant qu’ils ont probablement déjà un dossier, qu’ils sortiront au bon moment si nécessaire. Et si vraiment, il n’a jamais oublié la moindre virgule dans aucun cerfa depuis qu’il est né, ce n’est pas grave: ils ont pas mal de mois pour monter un dossier complètement faux, mais qu’on prendra 20 ans à démentir. Toujours dans le cas où il représenterait une vraie menace, ce que je n’imagine pas (encore?)
          Certains, comme l’inénarrable De Meulenaere (qui devrait arrêter la picole, ça lui fait pas que du bien), estiment même que Zemmour est lui-même le candidat de la caste, choisi pour remplacer Macron. Ou en tous cas qu’ils sont de mèche.

          1. Higgins

            Peut être mais officiellement, il n’est pas encore candidat. C’est pour cela que j’évoque la probabilité d’une manipulation. Par contre, ce qui apparait à mes yeux et qui demande à être confirmé dans les mois qui viennent, c’est qu’il est en passe d’atomiser ses adversaires totalement inaudibles.

          2. Le Gnôme

            Un accident de couteau manié maladroitement par un jeune émotif ayant fumé un peu de crack et ayant sa responsabilité abolie de ce fait n’est pas à exclure.

          3. MCA

            @Pierre 82 6 octobre 2021, 16 h 49 min

            Il est un fait que le Z va devoir trouver un max de pognon pour la campagne présidentielle et je serais curieux de connaître le nom de ses généreux donateurs.

            Mes mêmes que Micron 1er acte? les mouches changeraient d’âne?

            1. Aristarkke

              Quand elles considèrent que l’âne, objet de leurs faveurs, ne vaut plus l’intérêt qu’elles pouvaient lui trouver, elles n’hésiteront pas à en chercher un autre. Nous sommes dans une histoire d’intérêt(s), pas dans une bluette à l’eau de rose.

          4. Pheldge

            « ils ont pas mal de mois pour monter un dossier complètement faux, mais qu’on prendra 20 ans à démentir… » voyons Pierre, le Major se tue à nous expliquer que les magistrats sont des êtres supérieurs, d’une intégritude digne de la sainteté. D’ailleurs, l’Eglise, toujours prudente, projette de béatifier St juge Lambert, St juge Burgaud, St juge Tournaire, frère Baudot … 😀 😀

      2. Nemrod

        Oui tout n’est peut être pas explicable et il y a quand même beaucoup de choses fortuites.
        L »histoire est pleine de trucs comme ça…imprévisibles…les temps normaux ça n’existe pas.
        Il y a un grand mouvement général mais parfois un « truc » change la trajectoire.
        Enfin, je vois ça comme ça.
        Exemple :
        Dans mon bled a eu lieu il y a quelques années un crime horrible sur un enfant…un crime de rodeur desaxé derrière une salle des fêtes.
        Sarko alors ministre de l’intérieur en « campagne » improvise une visite éclair.
        Il se pose en hélico sur le stade de foot…juste en face d’un papy qui dans une crise de démence à foutu un pruneau à un voisin 15 j après avec une carabine à lunette…le type passait juste par là.
        Il aurait pu aligner Sarko, il était à 50 m….juste 2 semaines avant.
        Un exemple de truc non prévisible qui peut tout changer.

    2. MCA

      Un président n’est pas omniscient et ne gouverne pas seul, l’état profond est là et traverse les régimes.

      Et je suis persuadé que si Z emportait la queue du Mickey il y aurait profusion de compétences toutes dévouées et prêtes à le seconder.

  28. Higgins

    HS mais un peu de culture ne peut pas nuire. Un de mes amis m’a parlé de la jeune Alma Deutscher que d’aucuns n’hésitent pas à comparer à Mozart (https:/ /fr.wikipedia.org/wiki/Alma_Deutscher). Si vous aimez la musique classique, c’est là :

  29. Higgins

    Une bonne nouvelle (même si elle demande à être confirmée) : « Vaccination obligatoire contre le covid-19 : le texte rejeté en commission au Sénat » (https:/ /www.publicsenat.fr/article/parlementaire/vaccination-obligatoire-contre-le-covid-19-le-texte-rejete-en-commission-au)

    1. Pierre 82

      Trop tôt. Il faut d’abord laisser le troupeau digérer le pass, avant de passer à l’étape supérieure. Et d’ailleurs, ils s’en fichent, de la vaccination: c’est le pass qui les intéresse, et c’est en bonne voie d’être parfaitement rentré dans les mœurs, en tous cas dans les villes.

      1. Nemrod

        Oui c’est en passe de devenir une fatalité.
        Un peu comme les 80 et les radars.
        Ca sert juste à vous soutirer du flouze…tout le monde le sait.
        Le pass ne sert à rien mais « c’est comme ça ».
        En attendant la suite…
        Que voulez vous foutre avec des moutons pareil.

        1. Pierre 82

          Sauf que dans notre cas, on a au moins 20% de la population, et probablement beaucoup plus, qui s’est complètement retiré du jeu, en ne sortant plus nulle part et ne consommant que ce qui est nécessaire.
          Est-ce que c’est tenable? Dans les grandes villes, sans aucun doute. Ailleurs, j’attends voir.
          Il est manifeste qu’une inflation d’envergure apparaît à l’horizon, qui donne de plus en plus l’impression qu’elle va prendre encore de l’ampleur, en précipitant dans la gène pas mal de gens déjà énervés. Un hiver particulièrement froid la -dessus, la fourniture de gaz, d’électricité ou même les approvisionnements de base qui commenceraient à se gripper, et ça pourrait partir en sucette… c’est beaucoup plus sur un scénario comme ça que je miserais, plutôt que sur un quelconque président sauveur élu triomphalement pour bouter les pourris hors d’ici.

          1. Higgins

            Je ne crois aucunement à un président sauveur. Ça n’existe tout simplement pas. Peut être un qui soit enfin moins pire que son prédécesseur. Rêvons un peu, ce n’est pas encore taxé. Pour le reste, comme il est dit dans GOT : « Winter is coming » !

    2. MCA

      @Higgins 6 octobre 2021, 16 h 52 min

      « Une majorité de sénateurs a considéré qu’il fallait continuer à convaincre les dernières personnes, plutôt que d’imposer une obligation. »

      Ils ne sont pas opposés à l’obligation, ils tempèrent en attendant que le carré d’irréductibles s’amenuise pour mieux contraindre ensuite Fort Chabrol à la reddition.

      Autrement dit, ils jouent l’usure.

      D’ailleurs il est à noter qu’ils ne se sont jamais opposés aux mesures coercitives prises contre les récalcitrants à la « vaccination » facultativement obligatoire.

  30. Pousse-fumier

    Le problème de l’identité de genre est complexe et doit être, à mon avis, traité bien en amont de l’école (qui, dans le cadre de cette circulaire, ne fait qu’acter de sa matérialisation pour éviter toute accusation de transphobie-machin-truc).

    Pour faire court, mon gamin a dans sa classe (5ème) une gamine de son âge qui, depuis l’année dernière, partage avec tous les autres élèves son envie irrépressible de se faire, comme elle le dit textuellement, « greffer une bite ».

    La matérialisation de son malaise (le fait qu’elle en parle ouvertement) remonte à l’année dernière, mais c’est un « garçon manqué » depuis que je la connais (classe de moyenne section).
    Le truc, c’est que les parents se disaient, au début : « ça lui passera ». Mais comme personne n’a pris les choses en main pour en discuter avec elle, elle a commencé à faire son « éducation au transgenrisme » sur internet et qu’elle en a progressivement intégré le vocabulaire militant, qu’elle recrache désormais à l’école, et notamment pendant les cours. Sans rencontrer aucune contradiction, puisque, du prof au pion, tout le monde trouve ça super…et qu’ils n’ont pas le droit de la contredire ou même de contre-argumenter.

    Depuis une semaine, elle a intégré les groupes des garçons (à sa demande) dans certains cours (musique et dessin), et les profs ont acté qu’il fallait l’appeler « il ».

    Croyez-le ou pas : à part mon gamin, personne ne s’en émeut.

      1. Pousse-fumier

        C’était mon propos que dont je aperçois que j’ai oublié de le conclure : l’école ne fait qu’acter en aval les conséquences d’un manquement en amont.

        1. Gelato29

          On est bien d’accord ce sont les parents qui n’ont pas fait attention. Un couple d’amis bcbg gaucho bobo a vécu la même chose avec une de leurs filles (désormais majeure et récemment officiellement transgenrée). Après une période d’adolescence où elle s’est faite harcelée au collège (bonne élève) par des « chances », elle a commencé à développer des phobies. Puis avec le quasi aval de ses vieux (qui le regrettent) elle a commencé à fréquenter une assoc LGBT parisienne d’abord par correspondance et internet puis IRL …vous vous doutez de la suite. C’est bien triste pour elle et nos amis. On espère qu’elle / il se trouvera un équilibre et on lui souhaite tout le bonheur du monde car c’est une chic gamine à la base.

          1. Jacques Huse de Royaumont

            Les procédés et les visées LGBT sont très exactement ceux des sectes. La seule attitude efficace (et digne) est de les dénoncer comme tel.

      1. MissKat

        Ça existe
        mais les vrais cas sont rares
        il faut apprendre aux enfants à s’aimer comme , les accepter comme ils sont et ne pas essayer a tout prix de les faire entrer dans un moule.

    1. paf

      on lui a pas dit qu’etre un homme, c’etait toxique ?
      Elle va decouvrir ce que c’est la vie d’un homme, et vu les besoin en attention qu’ont les femmes, ca va lui faire tout drole.
      J’en ai une aussi avec des vagues amis, qui se prend pour un garcon, et qui y arrive puisqu’a son age les garcons sont sans poils et sans force.
      Le probleme c’est qu’on ne peut plus dire a une femme qu’elle ne sera jamais un homme parce qu’elle n’en a aucun des qualites, et a un homme qu’il ne sera jamais une femme parce qu’il sera toujours moche et incapable d’enfanter.
      On a affaire a des educatrices lesbiennes qui detestent les hommes et trouvent cela parfait, une famille sans pere, et a des enfants qui n’ont jamais ete endurcis et sont incapables d’affronter leur destin biologique.Avant il fallait affronter la pauvrete, le malheur ou la maladie.Comment survivre a ces choses si on n’est meme pas capable d’etre soi-meme ?

    2. MissKat

      Le problème à mon sens n’est pas d’être non binaire ou gay ou quoi
      le probĺème c’est l’exploitation de ce fait par le lobby lgbt médical qui solutionne par la mutilation des corps
      Et ce dès l’enfance!
      Ça me dégoute
      mon fils a les cheveux longs et je lui ai appris a aimer et respecter son corps car il n’en a qu’un et pour la vie.
      pour le moment il comprends bien cela
      apres ce qu’il en fera et avec qui, tant que c’est dans le respect de soi , on s’en fout.

  31. Patrick

    Et même dans la maternelle dans le privé, mon gamin me sort :
    « Tu sais Papa, on a pas toujours besoin d’un Papa, moi dans ma classe j’ai un copain qui a deux mamans ! »
    Moyenne section, punaise…

    1. Pousse-fumier

      Sur ce point, avec mon gamin, j’ai opté pour l’humour « gros mots », ça marque : « Tu sais, même en fouillant bien, tu ne trouveras jamais un utérus au fond d’un trou du cul. C’est la nature qui veut ça : pour faire un vrai bébé qui ressemble peu aux deux parents, il faut un papa et une maman »

    2. paf

      Etant au Canada, je connais une de ces familles de degeneres ou il y a deux mamans. Deux mamans, c’est deux fois plus de depression, de fatigue et de complainte qu’on n’a pas assez d’aide.C’est deux fois plus d’anxiété et de problemes psychologiques, et zero autorite parentale.Les deux enfants, des garcons, sont a 9 ans, pile poil a l’age ou il commencent a piquer des crises violentes de frustration par l’incapacite de ‘leurs meres’ a fournir des repaires clair en termes de ce qui est acceptable ou pas.Ce fut une enfance passee a dormir avec mamans, a bouffer n’importe quoi n’importe quand, et sans structure.Ils vont etre beaux a 20 ans.

        1. Pierre 82

          Excellent.
          Ce type d’images me fait mieux comprendre pourquoi les Polonais sont en panique totale devant Poutine, eux qui ont commis l’erreur de se mettre sous la protection seule et unique de l’oncle Sam, qui continuent à penser qu’une guerre; c’est un jeu vidéo dont la seule chose importante est d’avoir du meilleur matériel qu’en face.

          1. P&C

            C’est justement le problème de l’armée US : son niveau technologique nécessite de recruter au niveau licence.
            Or les facs US sont gangrénées par le wokisme.

            1. durru

              Nécessite ? Ah bon ?
              Purée, comment diable se débrouillaient avant, à prendre des bourrins analphabètes directement du cul de la vache ?
              Qu’un QI de 70 soit compliqué à gérer, je le veux bien, mais un diplôme ? A quoi pourrait-il servir ? Jusqu’à très récemment, les équipements pour la défense anti-aérienne (par exemple) étaient basés sur de la technologie pré-transistors (y compris pour des raisons de fiabilité) et s’en servir était très peu intuitif. Et pourtant, les opérateurs étaient rarement (euphémisme) des bac+12.
              Le problème aux US, et ça se voit maintenant, sur Fox on en parle en boucle, c’est le wokisme des dirigeants, aussi bien politiques que militaires. Et ils cherchent à satisfaire leur clientèle électorale. Mais ça va pas plus loin, il n’y a techniquement aucune nécessité à faire ce qu’ils font.

              1. P&C

                Je ne suis pas sur…
                Le métier de soldat s’est complexifié, y a de l’informatique partout. Je me souviens d’un entretien où les recruteurs nous avaient présenté le système félin.

                Je pense qu’il y a également le cout du soldat, et l’aversion à la perte qui a augmenté.
                D’où également les boites de mercenaires style academi et cie.

                1. Higgins

                  Certes oui, je peux en témoigner. Il n’en reste pas moins que lorsqu’il faut monter à l’assaut comme ça a été le cas de la reconquête du pont de Vrbanja le 27 mai 1995, les « bourrins » sont ce qui fonctionnent encore le mieux (https:/ /fr.wikipedia.org/wiki/Combat_du_pont_de_Vrbanja). C’est la qualité de l’entraînement et la santé morale qui fait la différence et ça, c’est avant tout le rôle de l’encadrement.
                  Pour le sol-air, les systèmes d’armes (les missiles) sont de plus en plus complexes et les intellectuels se trouvent plutôt dans la chaîne technique. L’usine à gaz, justifiée par les conséquences espérées ou pas d’un tir, se situe dans la chaîne de commandement que ce soit pour les remontées ou descentes d’information et d’ordre. Pour maîtriser cette chaîne, il importe d’avoir la tête bien pleine et bien faite. Pour tout ce qui est canon (en France principalement du 20 mm) ou missile portable (style Mistral ou Stinger), ça reste plus basique.

                2. durru

                  Oui, bon, les gosses savent maintenant maîtriser un smartphone dès leur plus jeune âge, je ne vois pas pourquoi adultes ils n’en seraient plus capables. Il n’est jamais question de savoir comment le truc fonctionne à l’intérieur, juste comment s’en servir…
                  Puis, il faut pas oublier que le gus a tout intérêt à ne pas louper sa formation (fusse-t-elle accélérée), c’est sa propre vie qui est en jeu. Généralement, ça motive.
                  C’est des faux problèmes. Et probablement l’armée française est gangrenée par les mêmes soucis que celle américaine. N’oublions pas que les DRH sont très féminisées, entre autres… Ni que les politiques se mêlent de tout de nos jours.

                  1. P&C

                    Les gosses sont loin d’être des digital natives… se pignoler sur instagram et savoir programmer, c’est deux choses différentes.

                    Si je me souviens bien, le covidement Laurent Alexandre avait montré que les jeunes maitrise aussi mal internet et le numérique que les vieux schnoks de sa génération.

                    1. durru

                      Mais qui (QUI ?) leur demande de savoir programmer ? Il est juste question de comprendre comment se servir de divers équipements.
                      Quant à L.A., le niveau de confiance en ses « démonstrations » est équivalent avec celui attaché aux déclarations du mignon poudré. Et pas seulement depuis sa covidémence, bien avant, grâce à son transhumanisme assumé. Ce truc doit être de la même trempe que le calcul de l’inflation – ça dépend quels sont les paramètres pris en compte…

                    2. Pierre 82

                      Je n’ai pas peur d’affirmer que, malgré mon état d’ingénieur bac +5, travaillant dans l’industrie depuis 37 ans, utilisant Internet depuis le début des années 90 (bientôt 30 ans), et par faute d’intérêt personnel pour cette matière, je ne pige rien, ou pratiquement rien au fonctionnement du web. Autant je comprends les principes de base d’un processeur, donc d’un PC, ou d’une grosse machine, autant la manière dont sont traitées les données dans le réseau interconnecté est pour moi un truc étrange, dont je ne comprends même pas le principe de fonctionnement. Ça ne m’empêche nullement de l’utiliser quotidiennement.
                      Tout à fait d’accord avec durru: un militaire, je parle de celui qui est sur le terrain, n’a pas besoin de comprendre le fonctionnement intime des outils qu’il a à sa disposition. S’il sait les employer à la perfection en gardant tout son sang-froid dans des périodes de stress et de fatigue intense, ça le fait. Pas besoin d’être bac+12…
                      Les gars de l’arrière, bien sûr, ce n’est pas pareil. Celui qui va développer le système de commande d’un missile peut très bien être incapable de courir un 100 m en moins de 2 minutes, ça ne va pas le gêner s’il est bon dans sont truc.

                    3. P&C

                      @Pierre 82 & Durru
                      Je ne suis pas en désaccord.
                      De quoi l’armée US a-t-elle besoin, qui veut-elle recruter ?
                      Même en ne comprenant pas le système dans les détails, tu as besoin de gars qui aient un minimum de neurones… même s’il n’est pas bac+12.
                      Oui, pas besoin de bac+12 ou d’être un super codeur C++ pour utiliser un système félin ou un lanceur de missiles patriot, mais il en faut plus que pour se pignoler sur instagram.

                      L’armée a des besoins, et elle doit recruter pour satisfaire ces besoins.
                      Hypothèse de délire wokiste des dirigeants mis à part, je crains que cette pub reflète les problèmes suivants :
                      – l’armée US a des difficultés de recrutement.
                      – beaucoup de jeunes US ne pas recrutables : trop gros, trop drogués, trop cons.
                      – pour trouver des recrues avec un nombre de neurones suffisant, faut taper dans les universités…
                      – les facs US sont pourries par le woke. Donc faut rendre l’armée sexy pour les wokes.

                    4. durru

                      @P&C
                      Tu vois le problème, mais tu passes outre… Je reprends le commentaire sous la vidéo (avec L.A.) que tu as posté plus haut (même si ce n’est pas ça le transhumanisme dont je parle, mais le mec est prolifique…) :
                      S’il suffisait d’être un intellectuel pour être intelligent, ça se saurait
                      Donc non, mille fois non, il n’est pas nécessaire d’aller sur les campus pour faire le recrutement. Je dirais même le contraire, vu le contexte actuel. Et tkt, ceux qui font ce qu’ils font savent très bien ce qu’ils font…

                    5. P&C

                      @Durru

                      Tu as sans doute raison sur le coup de com woke des élites de l’armée pour faire plaisir aux politiques du moment, mais les difficultés de trouver des soldats sont réels.

                      https://www.lexpress.fr/actualite/monde/amerique-nord/20-ans-apres-le-11-septembre-l-armee-americaine-recherche-soldats-desesperement_2156383.html
                      https://www.lesechos.fr/monde/etats-unis/larmee-americaine-se-lance-dans-le-e-sport-pour-draguer-les-jeunes-148292

                      Pas assez de recrues, même avec un taux de chômage fort : trop gros, trop cons, trop drogués, casier judiciaire…

                3. Jacques Huse de Royaumont

                  « Le métier de soldat s’est complexifié ». Cela dit, on finit toujours le travail à la baïonnette, comme on a pu le voir en Afghanistan. Et pour faire cela, il faut savoir poser ses couilles sur la table, ce qui ne nécessite pas d’avoir lu Kant.

                  1. P&C

                    +1
                    Pour moi, le message sous jacent de cette pub est « on ne recrute plus assez de bourrins de l’arkansas, alors faut remplir les quotas de recrutement avec du woke ».

                    Je pense même que le bourrin de l’arkansas né au cul des vaches, qui a fait l’armée US de la WW2, a disparu…

  32. Aristarkke

    Dîtes, Monseigneur, il n’y aurait pas comme un problème dans votre titre ?
    Vous y avez inscrit prOnoms alors que le corps du billet parle du choix des PRéNOMS… 😛
    (Roi tout nu, toussa)

    1. Pierre 82

      Euh, non.
      Je cite: « quels seront les pronoms (il, elle, chmurgl, etc.) qu’on se devra d’utiliser pour les désigner ».
      Oui, les débiles n’ont que ça à foutre: inventer des pronoms.

        1. Oreliane

          Future réforme de la sécu :
          1 : homme
          2 : femme
          3 : femme née homme
          4 : homme né femme
          5 : autres
          Sans compter le ressenti de l’âge ou du lieu de naissance
          1-79-11-17-300-124 deviendra du 4-03-11-97…
          Espérons qu’iel ne veuille pas changer de signe astrologique..

          1. Yanka

            « Espérons qu’iel ne veuille pas changer de signe astrologique.. »

            Vierge, Cancer, ce n’est pas très valorisant pour un vrai mec. Or, je suis Vierge ascendant Cancer. À partir de demain, je veux être, je l’exige, Scorpion (pour le dard) ascendant Taureau (pour l’appareillage) !

      1. Aristarkke

        « cette circulaire permet aux élèves transgenres de choisir un nom d’usage qui figurera sur les listes d’appel, la carte de cantine, dans les espaces numériques de travail et ailleurs dans les établissements. »
        Le fauteur de trouble…

  33. jmdh57

     » « The forever war » de J. Aldeman  »
    Pas lu le roman, mais à de nombreuses reprises l’adaptation en BD par Mark Van Oppen (Marvano).
    Délires sociétaux, manipulations et guerres sans fin (l’Afgha ?)

    1. MCA

      Sauf que ce soir chez Ferrari il avait la tête des mauvais jours et des contradicteurs ne l-ont pas trop chatouillé.

      C’est marrant car depuis que le csa l’a viré il n’est jamais passé autant à la télé à démonter le poudré.

      1. Dr Slump

        C’est justement ça que je trouve le plus ahurissant : tout le Landerneau politico-médiatique semblait s’être ligué contre sa tribune à Cnews sous le prétexte fallacieux de temps de parole dans la campagne présidentielle, et maintenant qu’il n’y est plus, plus personne ne dit plus rien alors que ses tribunes se multiplient, et qu’il a maintenant tout l’air, pour le coup, d’être en campagne !

        1. MCA

          Les télés chassent l’audience et quand Z apparaît les téléspectateurs accourent, d’où ces invitations à répétition au cours desquelles ce traître en profite pour démolir le poudré.

          Et m’est avis que ça doit commencer à énerver au château.

          S’il disparaît soudainement des écrans, ça pourrait bien signifier des directives venues d’en haut.

          A moins qu’opportunément on lui découvre quelques comptes en Suisse non déclarés, des malversations, des fraudes fiscales, des harcèlements sexuels ou une tendance à la pédophilie, et un empressement soudain des médias à le harceler et de la justice à le neutraliser.

          La méthode est rôdée, ce n’est pas Fillon qui dira le contraire…

          1. Courtial

            Sauf si Z est le nouveau poulain (de Troie) du système. En tout cas s’il ne se faisait pas dézinguer dans les mois qui viennent j’envisagerais très sérieusement cette possibilité.

            1. MCA

              Oui, d’ailleurs le fric de la campagne présidentielle doit bien provenir de qq part…

              La preuve, celui de Balamou venait bien de la vente de Tshirts… LOL!

      2. Yanka

        Je l’ai trouvé très bon, direct et plus déterminé que jamais, quel que soit le thème. Il ne va pas mettre d’eau dans son vin. Il va tous les démonter. Ils vont devoir s’y prendre autrement pour le faire sauter : la diabolisation fait plouf. Il ringardise toute la clique.

        1. Nemrod

          Oui je suis d’accord.
          Je pense qu’il va y aller sans s’encombrer trop d’un programme.
          Seul truc à dire : « j’aime la France et je vais tout faire pour qu’elle ne disparaisse pas ».
          Ca peut marcher…très faible chance mais ça peut marcher.

          1. Jacques Huse de Royaumont

            Tout dépend de la puissance des réseaux qui le soutiennent. Il ne faut pas s’y tromper, le franc-tireur, c’est romantique, mais ce n’est qu’une image. Il a nécessairement des appuis, des soutiens, voire des commanditaires.
            Par contre, maintenant qu’il est donné au second tour, il ferait bien de doubler le nombre de garde du corps, je ne suis pas sûr que Macron reculerait devant ce genre de moyen extrême.

              1. Jacques Huse de Royaumont

                Loin de moi cette idée, voyons. Je n’ai aucun doute sur la probité de nos bien-aimés dirigeants, nos guides infaillibles et bienveillants. J’admire au delà du dicible des gens capable d’un tel désintérêt, d’un tel dévouement, d’une telle clairvoyance et d’une telle habileté.
                Sur ce, je m’absente un instant, il faut que j’aille chasser un éléphant rose qui s’est posé sur le toit.

            1. Yanka

              J’adore quand il parle des Algériens comme de gens fiers et farouches ne supportant pas les entourloupes et l’en-même-temps. Non seulement c’est vrai et vérifiable (il faut les affronter de face et non de biais, même et surtout s’ils gueulent), mais il se rend sympathique aux yeux de ceux qu’il est réputé haïr. Chaque fois qu’on veut coincer Zemmour dans une opposition binaire, il s’échappe et apporte un supplément de subtilité. Le seul truc qui m’embête un peu, c’est de savoir par quelle astuce il va séduire la classe ouvrière qui n’en a rien à carrer de Talleyrand, Tocqueville, Bainville et autres crânes farcis de hautes pensées. Les Verts de 76 et les Rolling Stones très largement septuagénaires n’y suffiront pas.

              1. Jacques Huse de Royaumont

                Les milieux populaires détestent être pris pour des débiles, plus que les autres. Certains peuvent s’en amuser, façon Courteline, mais pas eux. Si on les traite comme à des adultes dotés de raison, ils vous respectent. Inversement, la condescendance les insupporte. C’est sans doute pour cela que le discours bobo n’a aucune chance de passer. Chercher à faire peuple avec un discours débilitant est une marotte de communicant qui n’accroche qu’avec ceux qui sont convaincus de leur supériorité.
                Le discours de Z, plus savant et sophistiqué a donc toute ses chances, pour peu qu’il sache rejoindre certaines de leur préoccupations. Et pouvoir être fier de ce qu’ils sont en est une.

                1. Pierre 82

                  Je suis tout à fait d’accord avec vous, camarade noble.
                  Il ne faut pas croire que les gens peu instruits (au sens qu’ils n’ont pas fait d’études) aiment qu’on leur parle comme à des débiles. Tous mes voisins ou presque, comme ils sont agriculteurs, n’ont forcément guère dépassé le lycée agricole, mais c’est pas pour ça qu’ils n’ont pas de bon sens, bien au contraire. El il ne me viendrait pas à l’idée de leur parler comme à des enfants de 5 ans, comme savent si bien faire les communicants, et ce n’est pas seulement par peur de m’en ramasser une sur le pif.
                  C’est vrai qu’ici, de manière générale, ils sont en général plutôt acquis aux thèses de Zemmour, et sa manière de parler ne les dérange pas. Quand on y réfléchit, je n’ai pas lu non plus le quart de ceux qu’il a l’habitude de citer, ce qui ne m’empêche pas du tout de comprendre. C’est une erreur de penser qu’il est trop intello. Il parle à tout le monde de la même manière, ce que les gens moins lettrés prennent pour du respect.

                  1. Yanka

                    « Il ne faut pas croire que les gens peu instruits (au sens qu’ils n’ont pas fait d’études) aiment qu’on leur parle comme à des débiles. »

                    Je le sais d’autant mieux que mes « études » se sont arrêtées à 14 ans, mais je ne suis pas exemplaire. La plupart des gens de ma grande famille, peu instruits, qui n’ont pas mon fort curieux parcours ni surtout mes passions, se foutent des gens qui parlent bien, toujours considérés comme arrogants, ce qu’on appelle « grandiveux » (« prétentieux »). Je suis le premier à en souffrir, dès que j’utilise certains mots « connotés » intellectuels (« davantage », « néanmoins », etc;). Alors si j’ai le malheur de citer un écrivain… Même si je parle de la technique guitaristique d’un musicien des années 60, je vois qu’on commence à me regarder comme un emmerdeur, un type qui a un avis sur tout, part très vite dans des considérations qui dépassent de beaucoup les petits propos, disputes et médisances dont eux se gargarisent. Un mouton noir ne se désigne jamais ainsi. Il est désigné comme tel par la majorité, parce qu’il se distingue, même s’il n’a pas cette intention. Je veux bien qu’on dise des choses agréables sur les petites gens, mais ce milieu-là n’est pas aussi modeste qu’on le prétend. Le rire y est souvent gras, le pet bruyant, la bière tiède et le vin mauvais. Les personnes intéressantes de ce milieu sont comme moi des exceptions, médiocres par naissance et souvent inadaptés socialement, aux formations intellectuelles anarchistes (autodidactes), mais nous ne sommes pas représentatifs. Bref, la bêtise tapageuse est souvent la marque de la classe laborieuse. Ils ignorent Zemmour tout autant que les idéologies progressistes. Les hommes boivent beaucoup de bières et les femmes y prennent des tatanes plus souvent qu’à leur tour. Ils ne sont pas mauvais, mais médiocres, mesquins, « racrapotés », pour emprunter un mot de son lexique à Brel.

                    1. Pierre 82

                      Dan les gens « peu instruits », il y a plusieurs catégories. D’un côté, vous avez les gens qui bossent. Et de l’autre côté, vous avez ceux qui vivent constamment de l’aide sociale. Ceux que vous décrivez, et qu’on appelle par chez vous du doux nom de « barakîs », ou même de « barakîs de kermesse » pour les plus atteints, sont plutôt à trouver dans la deuxième catégorie, et je ne les fréquente qu’occasionnellement.
                      Ceux dont je parlais sont ceux de la première, qu’ils soient agriculteurs, caissières, agents de manutention ou chauffeurs-livreurs ne sont en général pas tels que vous les décrivez, même s’il est vrai que leur humour est souvent basique. Laissez-vous aller, l’humour pétomane finit par faire marrer quand on l’arrose d’un apéro…

                    2. Yanka

                      @Pierre82. Je ne répugne pas à l’humour pipi-caca et je ne suis pas un triste sire, bien que j’aie certaines prétentions intellectuelles et spirituelles. Je ne parle pas de gens bêtes, mais incultes, vite satisfaits, curieux de rien. Le programme de la télé et de la radio leur suffit, ils n’ont jamais lu le moindre livre de toute leur vie. Je répète qu’ils ne sont pas méchants ni malveillants, bien au contraire, mais pénibles, et pénibles parce que limités, passant curieusement leur temps à se prendre le nez avec l’un ou l’autre pour des broutilles, ne s’intéressant à rien qu’aux petites affaires du patelin. Le baraki est une espèce citadine. Moi, je parle de la même espèce, mais rurale. Votre sociologie fait plouf dans la mesure où c’est moi qui suis sur l’aide sociale (pas depuis toujours et malgré moi, mais enfin), et eux qui bossent. Ce sont même des sacrés bosseurs, cumulant leur emploi avec du travail au noir, parce qu’ils sont serviables et âpres au gain. Je ne leur reproche que d’être incultes et d’avoir mauvais goût, d’être d’une morne incuriosité; C’est tout. Je décris ce que je connais très bien, puisqu’il s’agit de mon milieu social et familial. Ces gens-là votent pour la personne qu’on voit le plus à la télé et qui est réputés défendre le mieux leurs intérêts Ils n’ont aucune préoccupation de type civilisationnelle. Quand je pars dans ce type de discussions, le silence me répond, et les bouches qui béent, comme si je parlais en hébreu de physique quantique.

                2. Opale

                  « Les milieux populaires détestent être pris pour des débiles, plus que les autres. Certains peuvent s’en amuser, façon Courteline, mais pas eux. Si on les traite comme à des adultes dotés de raison, ils vous respectent. Inversement, la condescendance les insupporte »
                  Exactement ce qu’il a répondu à Onfray quand celui-ci l’a accusé l’élitisme verbal et qu’il ne concevait pas que les gens (au vu de l’EN) ne pouvaient pas tout comprendre de son discours.

                  Je l’ai trouvé très bon face à Onfray, il a posé ses arguments sur pas mal de sujets.

            2. Higgins

              Le Mignon poudré n’est que la face visible de l’iceberg. L’ordre ne viendrait pas de lui et ne peut pas venir de lui. Ce n’est pas son travail. Z. a très probablement des appuis très importants et très influents avec lui. Il se tiendrait coi autrement. Je ne pense donc pas qu’il rencontrera des problèmes de financement. Idem en ce qui concerne sa protection bien qu’il risque d’occuper pendant quelques temps la place dit du mort dans le véhicule. Fort heureusement tous les voyages ne se terminent cependant pas de manière tragique .

                1. Lorelei

                  En attendant, qu’est-ce qu’il se fait dézinguer sur les plateaux TV. Si le CSA voulait le faire taire, l’effet Streisand est revenu en boomerang

                  1. MCA

                    Je pressens que s’il doit se taire, il ne le fera que sous l’effet de menaces mafieuses c’est à dire physiques comme Coluche à son époque.

                    Si c’est le cas, je compte sur lui pour le révéler ouvertement histoire de mettre les dirigeants actuels devant une situation impossible.

                    Pour le moment, il la joue fine en refusant de révéler sa candidature, laissant le poudré dévoiler la sienne, c’est probablement ensuite qu’il montra au créneau et que le spectacle deviendra très intéressant.

          2. Pheldge

            au moins il secoue le cocotier, et oblige les autres à se positionner sur des sujets qui fâchent et qu’ils avaient pris l’habitude d’éviter soigneusement depuis des années …

        2. Jacques Huse de Royaumont

          Tous ceux qui se prennent pour des cadors se bousculent pour débattre avec lui. Dernier en date, Dupont-Moretti, qui fort de sa réputation de ténor du barreau, se croit capable de l’aplatir.
          Sinon, vous avez la cruche de service, Aurore Bergé, qui se planque dans son bureau pour le traiter de lâche.

          1. Aristarkke

            N’aie aucune crainte (je ne peux pas écrire espoir) qu’elle le ralliera le lendemain de son hypothétique succès électoral en bramant à qui voudra l’écouter qu’elle en est partisane depuis la nuit des temps. Elle a une sacrée expérience en la matière…

    2. pabizou

      « j’ai beau connaitre mon Z sur le bout des doigts… » heureux veinard, tu es bien le seul . Ce type m’intrigue plus qu’il me convainc . Je n’ai rien contre luI mais entre écrire des bouquins et appliquer leur contenu il y a un monde . Ce qui me gêne le plus c’est de ne pas l’avoir entendu évoquer les atteintes au droit dans toute cette crise bidon du covid et des solutions qui ont été choisies pour faire semblant de la résoudre tout en la faisant durer .

      1. Nemrod

        Il peut être contre tout ce cirque et ne pas le dire.
        S’il veux être élu il vaut mieux attendre.
        La majorité est plutôt pro pass ou jmenfoupass…faut voir les choses en face.
        Les gens vraiment attaché à la Liberté et vraiment vigilant quand elle décline sont minoritaires…par contre pour se plaindre ensuite quand le piège s’est refermé…y aune majorité.
        Je lui accorde le bénéfice du doute.
        Ses adversaires potentiels sont tous pour de toute façon.
        Moi aussi je suis intrigué…très intéressé aussi…c’est déjà ça.

        1. pabizou

          Je suis d’accord avec ça mais il aurait pu planter des jalons en se cantonnant à défendre l’état de droit, c’est cet aspect là qui me manque pour en attendre quelque chose aujourd’hui, le reste peut effectivement être de la stratégie

          1. Astazou

            Peu de chances qu’il se lance dans cette défense, lui qui identifie l' »état de droit » (les guillemets sont de lui) au gouvernement des juges

          2. MCA

            @pabizou 7 octobre 2021, 13 h 28 min

            On peut toujours se consoler en se disant qu’avec les autres ça va continuer comme actuellement alors qu’avec lui ça peut changer (sans en avoir la garantie bien entendu).

      2. Yanka

        « Ce qui me gêne le plus c’est de ne pas l’avoir entendu évoquer les atteintes au droit dans toute cette crise bidon du covid »

        Déjà répondu à cette question. C’est une question de priorité. Il veut imposer LE thème de la campagne (identité, la France, tout ça) et refuse de se laisser embarquer sur des questions secondaires. Je l’ai déjà expliqué ici : d’une simple signature au bas d’un décret, tout le cirque covidiste peut s’arrêter ; il n’en va pas de même pour l’avenir civilisationnelle du pays. Cependant, je voudrais qu’il rassure sur la question des libertés, qu’il prenne un engagement ferme. Je pense qu’il le fera, mais plus tard. La fusée Zemmout n’a pas qu’un seul étage.

  34. Golgot

    Un jour, il y a 10 ans de cela, je vais chercher ma fille à l’école, en CM1 cette année-là. Spontanement, elle me dit « moi, je suis de gauche ». « Ah, me dis-je tout étonné, euh non à moitié étonné en fait, d’où diable cette proclamation peut-elle bien venir ? ». Je lui demande, et elle me répond: « la maitresse a dit que la gauche aide les pauvres alors que la droite elle, elle s’en fout ». « Oulah, je sens que je vais avoir du travail pour récupérer tout ça ». Et c’est ce que j’ai fait, pendant plusieurs années, par petites touches, j’ai tenté de déconstruire cette affirmation débile. Est-ce que j’ai réussi ? à moitié on va dire. Aujourd’hui, quand je lui demande ce qu’elle en pense, elle me dit que c’est bien de pouvoir confronter des avis différents (ça a quand même progressé) car elle est entourée de copines toutes plus progressistes / woke / Greta compatibles que les autres, bref bien de gôche comme il faut. Mais donc elle se rend bien compte qu’elles ont des positions radicales, même si elle n’a pas non plus adoptée mon point de vue complètement. Au moins, ça la fait réfléchir, elle ne gobe plus la propagande directement.

    1. Pierre 82

      Faut croire que j’ai été plus convainquant: mes trois enfants ont une détestation complète de l’idée que l’état doit s’occuper de tout. Mes deux filles se sont mises en ménage avec des fils d’entrepreneurs, qui ont le même avis qu’on devrait foutre la paix aux gens, et ont coupé désormais tout lien avec la parole gouvernementale.
      Le wokisme n’a aucune prise sur eux, ils considèrent que c’est de la connerie. D’après ce qu’ils me disent, ils ne sont pas les seuls à penser comme ça, loin de là. Ils me disent même que les plus enragés sont souvent des branleurs qui ne bossent même pas, et vivent soit de papa-maman, soit sont fonctionnaires.
      Mon fils préparait son départ vers d’autres cieux, mais la guerre a mis entre parenthèses ce projet, alors il bosse tranquillou, en attendant.
      Ils ont quelques copains de gauche, mais ça ne les empêche pas de conserver leurs opinions.

        1. P&C

          +1
          La fac a un tropisme gauchiste, mais il est atténué dans les filières scientifiques.

          Simple : lors de la crise du CPE, les facs non bloquées étaient :
          – médecine
          – droit
          – maths & info
          – physique
          – chimie
          – biologie dans une moindre mesure (quelques L1 L2 bloqueurs).

          Mon gauchisme de l’époque ne m’a empêché d’aller nuitamment piller les ressources des bloqueurs pendant qu’ils fumaient la ganja dans l’amphi de lettres transformé en camp nomade.

    2. bob razovski

      Que de patience cher Golgot…
      Mon premier réflexe : aller voir la maitresse, lui dire que si elle continue à tenter d’éduquer mon enfant à ma place, ça va mal se passer. Qu’elle se contente déjà de faire son taf, ça sera déjà bien.
      Quant aux gamins, ils cessent vite d’être de gauche dès que ce sont eux qui doivent mettre la main au porte feuille.
      Ma gamine de 8 ans dit « je suis de gauche », très bien. Je lui demande ce qu’elle veut pour noel ou son anniversaire, lui achète, lui montre, et ensuite le refile à Emmaüs. Elle va virer à droite aussi sec. 😉
      Ceci étant dit, pour leur santé mentale dans notre beau pays, il vaut mieux que vos gamins soient de gauche, c’est moins dur à porter. Les miens sont libéraux, et la scolarité ne s’est bien passée qu’au prix d’une sckizophrénie colossale. Pour ce qui est de la vie professionnelle et citoyenne future, ça sent la névrose psychotique obligatoire… Ou le suicide.
      Ca me fait d’ailleurs doucement marrer que l’état mette en place des dispositifs d’aide psy pour les jeunes. Comme toujours, il tente de (mal) régler un problème qu’il a créé lui-même. Un de plus.

      1. P&C

        A 3 ans, les gosses ont déjà la propriété dans le sang. J’ai déjà vu une gamine filer des coups de râteau car on lui avait emprunté son sceau.

  35. Yanka

    Je… Comment dire ? Si jamais le fondement vous chatouille :

    https:/ /www.cnews.fr/monde/2021-10-05/le-syndrome-de-lanus-sans-repos-nouvel-effet-secondaire-du-covid-19-1134075

    1. Vodkaman

      Moi qui pensais que c’était un effet primaire des impôts depuis que je bosse…

      Mais cela voudrait dire que le covid est vachement plus vieux que ce que l’on veut nous faire croire ?

      L’Etat nous mentirait ? je n’ose y croire.

  36. Courtial

    Entre l’article et les commentaires, je pense qu’on peut dire qu’il ne faut vraiment en avoir rien à foutre de ses enfants pour les laisser mettre les pieds dans l’école de la république en 2021.

    Belle réussite.

    1. Pierre 82

      Courtial, je vous renvoie vers le post de
      Pousse-fumier 7 octobre 2021, 8 h 02 min

      Ca a été ma méthode, vu qu’il nous était impossible de faire autrement, vu les activités professionnelles.
      Mais c’était il y a plus de 10 ans, la situation s’est considérablement aggravée depuis.

  37. Higgins

    Les cons en action, et c’est du gratiné : https:/ /www.leparisien.fr/economie/consommation/pour-contrer-amazon-un-tarif-minimal-de-frais-de-livraison-sur-les-livres-06-10-2021-LP7VCVDRXJGHXHMKHNOAJAN42E.php

    1. Malancourt

      @ Higgins
      Cet article me rappelle la sortie du premier livre des mémoires de JMLP, un libraire parisien n’ayant pas osé refuser de le vendre l’avait presque caché dans un recoin de sa boutique. Après ils se plaignent du succès d’Amazon et autres.

    2. Pierre 82

      J’y vois plutôt l’action du capitalisme de connivence. Que va-t-il se passer?
      Des gens comme moi, habitué d’Amazon, qui commande pratiquement tous mes livres chez eux, parce que cette entreprise a juste compris quels étaient les besoins des personnes qui lisent beaucoup, et ne changeront pas de fournisseur. Ils paieront donc le surcoût.

      Cherchons maintenant à qui profite le crime.
      L’état? Oui, un peu, via la TVA. Toujours bon à prendre.
      Le consommateur? Certainement pas, c’est le grand perdant.
      Les librairies? Elles ont disparu, et ce n’est pas moi qui m’en plaindrai, car depuis des décennies, à part trouver des best-sellers sur étagères, elles étaient infichues de donner un avis sur quoi que ce soit. Chaque fois que j’y allais, je me rendais d’abord à la caisse avec une référence que j’avais trouvé, auteur et titre, et puis, comme je ne connaissais jamais la maison d’édition, j’avais droit à un profond soupir, puis attendre dix minutes pour qu’il arrive à le commander. Qu’est-ce que le lecteur en a à foutre de la maison d’édition? Et pourtant, selon les libraires, c’est la seule chose qui leur importe. S’ils ont un problème pour leur gestion de stock, c’est pas à moi de leur résoudre. En plus, il fallait revenir 15 jours après, dans les meilleurs cas. Les librairies sont mortes, et c’est tant mieux. Seules ne subsistent que quelques librairies spécialisées, et c’est très bien comme ça.

      Alors réfléchissons deux minutes. Qui va pouvoir maintenant facturer les frais de port tranquillement à une clientèle devenue captive, à 7 euros au lieu d’un centime? Ben, Amazon ou la FNAC. Ce sont eux, les grands gagnants.
      D’ailleurs la FNAC (qui n’arrivait pas à concurrencer Amazon, et être rentable sur l’activité, vu que c’est Amazon qui fixe le prix) a réitéré son plein soutien « à ce texte qui constitue un pas vers une consommation plus responsable et une action en faveur de l’environnement », phrase qui pue l’enfumage à 100 kms.
      Donc, pour moi clairement, on est de nouveau dans ce détestable capitalisme de connivence, probablement téléguidé par un puissant lobbying de la FNAC, mais pas de chance pour eux, ça favorisera essentiellement Amazon, qui à prix égal, reste le meilleur.

      Marre de ces mafieux aux manettes.

      1. Higgins

        Je considère avoir de la chance de bénéficier d’une librairie Gibert près de chez moi (moins de 10 mn à pied). J’y trouve toujours des libraires compétents et de bon conseil (le contraire de la FNAC). J’ai rarement besoin d’un livre à la minute aussi j’y achète la plupart de mes livres. Amazon est utilisé parfois lorsque je suis en déplacement ou pour trouver des livres difficiles comme celui-ci : https:/ /www.amazon.fr/Tintin-Mon-Copain-Leon-Degrelle/dp/1912452804 avant sa réédition, il était totalement introuvable.Je le recommande aux tintinophiles et à ceux qui veulent en savoir plus sur ce personnage sulfureux). Il est cependant clair que cette enseigne a loupé le virage de la gestion des stocks car elle semble infoutue de faire venir dans un délai raisonnable un livre disponible dans une de ses multiples librairies en deux ou trois jours.

      2. Aristarkke

        Amazon détient en plus son propre réseau logistique de distribution qui est arrivé à fixer le délai de livraison à J+1.
        Alors que les autres devront se contenter de Colissimo à J+2 dans le meilleur des cas…
        Moi, j’y vois aussi une tentative pour améliorer le CA de Colissimo et Chronopost…
        Donc à prix égal de port, on voit tout de suite qui va brillamment réussir à continuer de capter le gros du marché.
        Notez au passage que l’on ré-ouvre la porte à la fixation autoritaire des prix qui a toujours été l’objet de rêves humides des constructivistes…

        1. Pierre 82

          Déjà le prix unique du livre est une imbécilité sans pareil. Ça ne sert qu’à protéger les maisons d’édition existantes, le syndicat du livre, des imprimeurs déjà en place et de quelques autres que j’oublie…

        2. Yanka

          J’ai eu affaire un jour à un libraire qui me regardait de travers et de haut pour avoir osé commander chez lui un livre un peu sulfureux qui n’était cependant pas de Degrelle. J’ai reçu le livre trois semaines plus tard. Je commande tout désormais en ligne (Decitre, AbeBooks, Amazon), préférablement chez l’éditeur directement, qui m’offre en plus, souvent, son catalogue. Je n’ai plus jamais mis les pieds dans cette librairie-papeterie, même pas pour acheter une mine Parker ou un cahier !

  38. Higgins

    Le Mignon poudré n’est que la face visible de l’iceberg. L’ordre ne viendrait pas de lui et ne peut pas venir de lui. Ce n’est pas son travail. Z. a très probablement des appuis très importants et très influents avec lui. Je ne pense donc pas qu’il rencontrera des problèmes de financement. Idem en ce qui concerne sa protection bien qu’il risque d’occuper pendant quelques temps la place dit du mort dans le véhicule. Tous les voyages ne se terminent cependant pas de manière tragique fort heureusement.

    1. Nemrod

      Hum …l’élimination physique du principal opposant mettrait beaucoup de savon sur la planche du favori…
      Je pense même que ça serait la garantie de perdre.
      Donc oui ça ne viendrait pas de ce côté là.

      1. Jacques Huse de Royaumont

        Toute la presse putassière pédalant déjà pour lui, elle nous vendrait qu’il est le seul recours contre la violence et que de toute façon, le Z l’a bien cherché. Le tuer, c’est pas bien, mais…

    1. pabizou

      La CEDH est corrompue jusqu’à la moëlle par les ong type Open Society, il y a déjà eu une enquête la dessus qui dénombrait 22 « juges » sur les 80 financés par Soros . Toute l’UE est gangrénée par ces racailles que ce soit la C.E., la CJUE, ou toute autre administration européenne . C’est le principe même de vouloir regrouper les centres décisionnaires qui ouvre la porte aux lobbies et leur facilite les choses, d’autant que les contre pouvoirs sont inexistants ou tenus par les mêmes idéologues en carton-pâte jamais responsables de leurs erreurs . Nous sommes dans une impasse et le resterons tant que ce bousin n’explosera pas …

    2. De toute façon, la CEDH n’a aucun pouvoir d’aucune sorte, c’est juste un théâtre de communication pour les journalistes.
      Ce qui a du pouvoir, c’est la Cour Européenne de Justice, et pour la saisir, il faut avoir épuisé les voies normales du pays membre.

      1. pabizou

        Ca ne l’a pas empêché de valider une condamnation absurde de la justice Autrichienne au nom de la paix entre les religions il y a quelques mois, sans prendre en compte le droit

      2. Écureuil

        Permettez moi de répondre.

        La cour européenne des droits de l’homme (dite de Strasbourg) relève du conseil de l’Europe. Il y a environ 40 États-membres (UE plus autres pays européens).

        Cette cour est saisie après épuisement de toutes les voies de recours dans l’État. Elle peut décider qu’un État a violé, dans le cadre d’un procès, la convention des droits de l’homme. Elle alloue alors une indemnité à la victime de la violation. En outre, la plupart des pays prévoient de rouvrir le procès au regard de l’arrêt de la cour (en pénal, de manière plus limitée dans les autres matières). C’est le cas de la France.

        La cour de justice de l’Union européenne (dite de Luxembourg) relève de l’Union européenne.

        Elle est saisie par un juge national, dans le cadre d’un litige qu’il doit trancher, pour poser une « question préjudicielle ». Il demande à la cour de répondre à une question de droit de l’union européenne qu’il doit appliquer.

        Elle a quelques autres compétences, mais on ne peut la saisir directement après avoir perdu un procès devant une juridiction nationale.

    3. Aristarkke

      La CEDH risquerait de crouler, si elle donnait droit aux 18.000 requérants grançais, sous des masses de contestations en provenance d’autres pays à pass pseudo-sanitaire…

  39. Tracy LA ROSIÈRE

    Trois ou quatre observations après lecture de cet excellent billet:
    Je pensais que la mission de l’école était d’apprendre à lire, écrire et compter. Perdu.
    Cette énième bouffonnerie montre jusqu’où notre civilisation s’est répandue et qu’elle est capable de descendre encore plus bas.
    Dans cette loufoquerie je plains ceux et celles, les enseignants, mis à toutes les sauces, qui, je le sais, ne soutiennent pas tous ces projets sociétaux abjectes – je dis bien abjectes car soutenir le désir d’un enfant de changer de sexe c’est le mettre en mauvaise posture pour l’avenir de son psychisme et se mêler d’un problème intime qui ne concerne pas la société.
    Cordialement.

      1. Berdol

        Et les 10 % qui restent sont dans le privé hors contrat ou marginalisés a donf. Ils sont de gauche depuis l’origine : J’ai été mal traité durant ma scolarité (dans les années 60-70) parce que je n’étais pas du bon camp. Et Mai 68 a accentué le problème.
        Les profs qui se font chier dessus par les CPF n’ont que ce qu’ils ont semé, ils ne méritent pas notre pitié. Il suffit de les voir avec leur masque devant leurs élèves, ils ont été les premiers à réclamer des mesures prophylactiques drastiques : Des crétins, des ignares, des incompétents et des lâches…

  40. Citoyen

    « Toute l’UE est gangrénée » …. C’est tout à fait ça, pabizou.
    Et c’est pour cela qu’il faut la foutre en l’air, pour pouvoir la reconstruire sur des bases saines …

      1. pabizou

        La foutre en l’air ne servirait pas à grand chose, ce n’est pas l’UE le problème, c’est son système de fonctionnement . La seule solution passe par une remise en question de son mode de fonctionnement, pas de son existence . Avec l’euro nous sommes enfermés dans une nasse et notre endettement nous empêche d’en sortir sans que les dégâts soient réellement calculables . Ce n’est pas un hasard si le salopard du 55 veut fourguer notre stock d’or, il pourrait être la roue de secours en cas de problème avec l’euro .

        1. Citoyen

          Malheureusement, non, pabizou.
          Ce « machin » est tellement vérolé de l’intérieur, qu’il n’est pas ou plus réformable de l’intérieur … Même si 30% de ceux qui le composent, se mobilisaient pendant 20 ans pour lui faire prendre une autre direction, ils ne le feraient pas bouger d’une virgule.
          Dans le mastodonte, il y a trop de forces bien ancrées qui se sont enracinées pour le figer sur place, en tirant la couverture dans la seule direction qui les intéresse. La CEDH avec la pourriture de Soros en est un bel exemple, parmi d’autres …
          Les anglais en sont sortis, à juste raison, vu que le « machin » les entrainaient dans une direction où ils ne souhaitaient pas aller …
          Pour ce qui est du fonctionnement. Justement, vu que cette UE là et son fonctionnement ne font qu’un, il n’y a pas d’issue. Pour arriver à changer son fonctionnement, il faut solder celle là, pour en faire une autre. Sinon rien ne changera, jusqu’à l’effondrement final. Et l’Euro aura vécu …
          D’ailleurs c’est peut-être les Allemands qui en sortiront les premiers, quand ils estimeront que le rapport avantages/inconvénients n’est plus favorable pour eux.
          De la même manière, les pays du groupe de Visegrad montrent que la direction prise ne va pas dans un sens acceptable pour eux, et le font savoir …
          Pour faire simple, quand un immeuble se fissure de partout, et ne tient plus debout, parce que les fondations ne le tiennent plus, on peut toujours mettre des étais et des béquilles un peu partout … Mais à un moment donné, il faudra bien l’aider à s’écrouler, pour le rebâtir sur de nouvelles fondations plus solides.

            1. Citoyen

              Certes, H16, la CEDH est un organisme indépendant de l’UE, et qui en déborde le cadre, puisque 47 pays membres en sont signataires.
              Mais comme le fait remarquer durru, qui est intimement lié à l’UE, puisque ses pays membres se doivent de faire partie des signataires.
              Cela dit, je ne l’utilise ici que comme exemple d’une organisation, liée à l’UE, qui est aussi vérolée de l’intérieur, que l’UE elle-même … Simplement pour faire remarquer que dans ces organisations, ce ne sont pas les organisations en elles-mêmes qui posent problèmes, mais les individus qui les composent.

              1. Non, juridiquement, l’UE et la CEDH n’ont *rien* à voir. C’est exactement comme dire « l’OTAN est intimement lié à l’UE puisque la plupart des pays de l’UE sont aussi dans l’OTAN ». En plus, l’OTAN a un réel pouvoir de coercition, là où la CEDH n’est qu’un édifice de papier.

                1. Citoyen

                  Oui, bien sûr, pas juridiquement liés. Nous sommes totalement d’accord, H16.
                  Mais ce n’était pas mon propos. Il existe bien d’autres moyens que juridiques, pour que des organismes, ou individus, soient intimement liés, officiellement, ou pas … Et de préférence pas officiellement, quand il s’agit de corruption, ou d’appartenance à une même caste, qui défend de fait des intérêts communs, tout en se gardant bien d’en faire étalage, puisque hors du cadre déclaré …

              2. TiKamthi

                Je ne savais pas qu’une organisation pouvait exister sans membres!
                C’est quoi une organisation sans personne?
                Suis curieux de le savoir.
                Ha oui, l »idée de départ!
                Ça ressemble à quoi une idée sans personne?

                Décidément, je m’amuse souvent et suis aussi étonné et surpris des idées et des concepts exprimés ici.
                L’humain ne cessera jamais de me surprendre!

Laisser un commentaire