L’enfumage de dindons

L’actualité, actuellement, est propice à la zoologie. On y trouve des virus, des moustiques, des canards, des poulets et à présent, des dindons… Attention, pas les dindons qu’on élève en batteries et qui peuvent choper des virus. Je parle de ces dindons de la proverbiale farce, qu’on plume et qu’on déguste à la suite d’une bonne blague, d’une grosse entourloupe ou d’une carambouille un peu crapuleuse.

Le farceur carambouilleur crapuleux, ici, sera Donnedieu De Vabre, el gringo de la Culture, qui, non content de devoir présenter à nouveau au parlement sa piteuse loi pour essayer, cette fois, de la faire voter, nous agonit d’un site fort à propos pour permettre, dit-il, à tous les internautes de discuter de la loi DADVSI.

Plus de suspens, vous trouverez le site sur lestelechargements.com, et vous pourrez juger par vous-même.

Ce dernier, produit par le ministère, coule clairement dans la propagande dans certains de ses liens (les petits films « promotionnels » sur la DADVSI, sur le vol par la copie, etc…). C’est, je dirais, de bonne guerre compte tenu de son « mécène ». Pour le reste, les commentaires sont facilement censurés, et le site en lui-même est relativement banal. On regrettera aussi l’absence d’un forum en bonne et dûe forme qui aurait permis un vrai débat. L’utilisation exclusive des commentaires sur les billets plus ou moins orientés postés sur le site ne favorisent pas une lecture aisée. Mais bon, à la limite, toutes ces petites critiques restent dans le domaine technique…

Ce qui est un peu plus gênant, c’est qu’encore une fois, une initiative gouvernementale aura été prise unilatéralement pour promouvoir une idée ou créer un débat. En clair, on a mobilisé – sans nous demander notre avis – plus de 130.000 euros des contribuables pour ce site.

D’une part, on peut remarquer que l’addition est salée. Le site de votre hôte, ici, lui aura coûté quelques heures, et … c’est tout. Je n’aurai pas la prétention de rivaliser en terme d’audience et de bande passante avec un site du ministère, mais n’importe quel blogger peut générer un débat, sans investir 130.000 euros. Quant à la bande passante, sans même aller jusqu’à cette somme, il est aisé de disposer d’un hébergement de qualité.

D’autre part, on peut encore se dire que l’utilisation d’internet pour toucher la population concernée est une bonne chose : après tout, ce seraient (putatif fortement conseillé ici) ces mêmes internautes qui, par leur gourmandise de copies, mettraient en péril des piliers de l’industrie phonographique comme Sony, Universal, etc… Mais dans ce cas, pourquoi créer ce site aussi tard, alors qu’on en est déjà à la deuxième mouture de la loi, et à quelques jours du vote final ? Cela sent l’excuse, le prétexte, l’échappatoire facile du  » ‘ fallait le faire alors je l’ai fait »…

Au delà de la facture, et c’est là que nous retrouvons nos dindons, à quoi va servir le site ?

Car en effet, la création d’un site, lorsqu’il est massivement « sponsorisé » par le ministère, doit s’attacher à remplir un but : cela pourrait être, comme à l’habitude pour les organismes d’état qui pondent du slogan et de la sentence baveuse comme les dindons pondent des oeufs, pour « favoriser l’émergence d’un sentiment de citoyenneté »[1], ou pour « donner à chacun et à tous l’égalité des chances de l’accès à l’expression de sa juste opinion »[2], ou encore pour « permettre la création d’une relation harmonieuse entre les différents acteurs de la société de l’information et des médias »[3], ou n’importe quelle autre pitrerie amphigourique que notre gringo enculturé nous trouvera au matin d’une remise de Césars soporifique, par exemple.

Le but avoué du site serait donc (notez le conditionnel) de discuter de la DADVSI. Ici commence l’enfumage. Car d’une discussion, surtout sur un projet de loi, doit sortir des décisions. Sinon, nous retombons dans le dialogue de comptoir, qui se ponctue éventuellement d’un « René, remets nous en une ! » mais qui n’aboutit à rien sinon à une petite gueule de bois.

Or, de cette discussion, vous pouvez être sûr que les députés n’entendront pas parler. De ces débats sur le site, peu auront vu les développements. Et ceux qui les auront vu n’y comprendront pas grand’chose ou, pire, n’en auront rien à faire. Vu la moyenne d’âge à l’Assemblée Nationale, il est en effet peu probable que la génération actuelle de députés soit vaguement familiarisée avec les outils numériques. Beaucoup doivent confondre DRM avec le nom d’un chanteur de rap, au mieux.

Soyon sérieux 5 minutes : la dernière fois que la loi DADVSI a été présentée devant le parlement, elle a été discutée, amendée, et votée. Cela n’a pas plu. Elle a donc été représentée. Si, dans le cadre démocratique et parlementaire, on n’arrive pas à accepter la décision votée, pourquoi un débat sur un site web aurait-il plus d’impact ? En outre, en quoi un site web devrait-il avoir plus de poids que le vote de députés, représentants légaux des citoyens français ?

A n’en pas douter, notre gringo fait avec ce site des moulinets excités pour brasser l’épaisse volute qui servira à enfumer les dindons que forment les électeurs-consommateurs de musique qu’il a l’embarrassante tâche d’occuper médiatiquement.

En définitive, le dindon de la farce finit toujours mangé.

Notes

[1] indice Fumistoïde : 3/5

[2] indice Fumistoïde : 4/5

[3] indice Fumistoïde : 5/5 – tilt

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires1

  1. ylyad

    De ce que j’ai compris des débats lors de la première lecture, je pense que tu es un peu dur avec les députés…

    Pour le site, c’est abject… Eolas parle de 180 000 euros (pour la conception), mais tu peux rajouter à peu près la même chose rien que pour la soirée de lancement, et il est à peu près évident que les billetistes et autres modérateurs de ce site ne sont pas bénévoles. Ce qui finit par faire une facture plutôt salée!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.