Filippetti veut continuer à spolier les salariés

Il ne fallait pas en parler, il ne fallait pas l’évoquer, il ne fallait même pas y penser. Mais voilà, entre les conclusions d’une Cour des Comptes décidément sans pitié et les besoins de plus en plus pressant de réforme, le MEDEF a lâché le morceau : selon lui, le régime des intermittents du spectacle coûte bien trop cher pour pouvoir être conservé en l’état. Ouragan immédiat, total et de force 5 sur le PAF d’Aurélie Filippetti, l’onomatopée rigolote en charge du ministère de l’Aculture.

Le Medef a une attitude encore plus agressive et scandaleuse que celle qui consiste à cotiser 200 millions d’euros pour en toucher 1 milliard en retour sur le dos des autres salariés ! Il veut tuer la culture, cette culture que le monde nous envie mais n’a que foutre. Je n’accepte pas les attaques de ce type contre des personnes, artistes et techniciens qui, s’ils se mettent en grève, me coûteront mon maroquin, d’autant qu’ils sont derrière les caméras, les pupitres de régie, les rotatives, les micros. Difficile d’exister médiatiquement sans eux ! Et puis, économiquement, on a besoin des intermittents comme le pendu de sa corde, enfin voyons ! D’ailleurs, quand vous investissez un euro dans un festival ou un établissement culturel, vous avez de 4 à 10 euros de retombées économiques pour les territoires. Oui oui, sans mentir sur la vie de ma mère je te fais un fois-quatre à fois-dix avec mon investissement dans le festival, j’te jure !

orelifilipeti x4 x10

Oui, certes, je romance quelque peu les paroles de l’Onomatopée. Mais je vous assure que je n’ai pas détourné les idées de base : elle a bien effectivement comparé la disparition (pour le moment hypothétique) du statut d’intermittent du spectacle avec la mort de la culture, persuadée qu’elle est sans doute qu’avant la mise en place de ce statut, la France était un désert culturel (alors que depuis, la vigueur de la production française, qui sert maintenant de référence partout dans le monde, ne laisse aucun doute).

Et oui, elle a aussi clamé que pour un euro d’investissement dans un festival ou un établissement culturel, les retombées étaient de 4 à 10 euros pour les territoires, ce qui est bel et bien un retour sur investissement de 400 à 1000%. C’est, évidemment, complètement impossible, et il n’y a pas à chercher longtemps pour comprendre que la pauvrette mélange des choux et des carottes, les bénéfices retirés par les commerces périphériques à un festival ne pouvant être mis au même plan que l’argent qui aura été dépensé pour l’événement et qui devra trouver sa rentabilité au travers des places, de sponsors publicitaires, ou, plus probablement en France, d’une bonne grosse subvention joufflue. Et si les spectacles en France étaient, en général, bénéficiaires avec ce genre de rentabilité (qu’on ne doit même pas trouver à Hollywood), je crois que tout le monde se précipiterait pour investir d’une façon ou d’une autre.

On constate encore une fois que les intérêts bien compris de la ministre n’ont pas grand-chose à voir avec l’intérêt général, notion floue depuis longtemps enroulée dans son petit mouchoir en dentelle monogrammée oublié au fond d’un tiroir républicain, bien loin des yeux et de ses préoccupations immédiates.

L’intérêt général, elle s’en contrefout. D’abord, c’est qui ? Ce n’est pas lui qui la paye, hein ! Et puis ce n’est pas l’intérêt général qui va lui assurer son poste encore trois ans, ni même lui garantir une rente de député. Alors que si elle brosse dans le bon sens les intérêts de gros groupes acoquinés à l’État, elle pourra sans doute piloter sa carrière pour terminer proprement, comme par exemple une Albanel recyclée à l’un de ces juteux emplois fictifs. Et pour s’assurer un tel poste, il ne faut surtout pas tacher sa réputation générale et mettre en danger les éventuelles relations commerciales qu’elle pourrait avoir dans le futur, avec en face d’elle et selon de fortes probabilités l’un ou l’autre intermittent du spectacle dont le statut, justement, est à l’étude actuellement.

Autrement dit, il est plus qu’urgent de ne pas faire de vague à son poste pour s’en ménager un plus tard. Et pour éviter les vagues, la dernière chose qu’on veut, c’est regarder la réalité en face.

Cette réalité, décortiquée par la Cour des Comptes à de multiples reprises, a montré sans ambiguïté que le statut des intermittents était ultra-favorable, et ce en dépit (et à cause) d’un déficit — qualifié de structurel par les magistrats — qui avoisine le milliard d’euros tous les ans depuis 10 ans. Et cela se traduit par le constat, là encore très critiquable, que les intermittents quittent pour la plupart d’entre eux leur situation de travail quelques jours après avoir effectué le nombre de jours nécessaire pour être titulaires de droits, et qu’ils retrouvent souvent une activité au moment où ils ont épuisé leurs droits. Comme c’est commode !

Cette réalité, Orélifilipéti ne veut pas la voir, et surtout, elle ne veut pas la combattre. Peu importe que les salariés payent pour le différentiel, cette petite musique lui est désagréable. Peu importe qu’une inégalité supplémentaire vienne miner une fois de plus le pacte républicain ♬ tagada ♪ qui devrait permettre la solidarité intergénérationnelle ♫ tsoin tsoin ♪. Si l’onomatopée ministérielle était là pour combattre les inégalités réelles, palpables et constatées, ça se saurait.

Winston Churchill SocialismNous sommes en France. Les avantages d’une corporation, d’un statut ou d’une profession ne seront jamais remis en question, même lorsque les pires abus sont pourtant constatés, parce que cette corporation, ce statut ou cette profession ont obtenu ces avantages précisément parce qu’ils ont un pouvoir de nuisance important. C’est ce pouvoir de nuisance, accordé exclusivement par lâcheté et par un calcul politique minable de court-terme, qui leur a permis d’obtenir l’avantage en premier lieu, d’en user puis d’en abuser en second temps, et enfin de s’y accrocher avec la dernière des énergies. L’égalité tant vantée par les socialistes d’opérette agit ici comme un but inatteignable, lointain et chimérique auquel, il faut bien le dire, aucune de ces brochettes de ministres incompétents ne croit, même vaguement.

En réalité, l’actuelle ministre de la Culture montre ici pour qui elle roule : sa chapelle de paroissiens cultureux enivrés de subventions et d’argent des autres. Elle montre ici quel intérêt elle défend : le sien, bien compris, qui sur le long terme imposera de ne surtout pas faire de tort à ses ouailles. Elle montre ici n’avoir absolument rien à faire de l’équilibre des comptes, de la simple décence élémentaire de demander à tous de faire les mêmes efforts en temps de crise.

Et s’il faut continuer à spolier les autres salariés pour protéger les intermittents, eh bien, qu’à cela ne tienne.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires226

  1. Fred

    J’ai l’impression d’être lobotomisé par mon boulot en ce moment…. Tous ces contrôles qui ne mènent à rien… lol

  2. Régis33

    Si les politiciens ne pouvaient raconter des conneries et surtout en faire que pendant 507 heures par an ….. le rêve !

  3. Adrien

    @h16, un article qui pourrait vous intéresser (pour son diagnostic, pas pour ses pistes de réflexion inutiles) : http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2014/02/18/31001-20140218ARTFIG00285-abstention-medias-manifs-pourquoi-le-peuple-fait-secession.php

    Morceau choisi :

    « La fracture croissante entre le peuple et ses élites dirigeantes, politiques, administratives, judiciaires, médiatiques, universitaires, s’impose aujourd’hui comme l’un des phénomènes les plus caractéristiques de la France contemporaine. Les résultats du dernier sondage CEVIPOF 2014 sont à cet égard édifiants. Pour 88% des Français, un chiffre astronomique, les femmes et les hommes politiques ne se préoccupent pas de ce que pensent les gens comme eux. 8% font confiance aux partis politiques… Selon 74%, les médias sont coupés de la réalité, et 78% estiment que la démocratie fonctionne mal. « 

    1. gameover

      Le sondage duquel c’est tiré.
      http://www.cevipof.com/fr/france-2013-les-nouvelles-fractures/fractures-francaises-2014-vague-2/

      Ca montre que les français sont plus réalistes que ceux au pouvoir et c’est assez décoiffant :

      – sur le peu de confiance envers les medias / medias coupés des réalités / médias dépendants du pouvoir (77% et 74% et 73%),

      – sur le peu de confiance envers les députés et partis politiques (77% et 92%),

      – sur le déclin de la France (85%),

      – la corruption des politiques / leur intérêt personnel / contre l’intérêt des français (65% et 84%! et 88%!)

      Waouh…

      1. yp

        En même temps on sent bien le fond très libéral de la population :

        – « Pas assez de fonctionnaires »/ »Ni trop ni pas assez de fonctionnaires » = 59%
        – « Pour relancer la croissance, il faut renforcer le rôle de l’Etat dans certains secteurs de l’économie française jugés porteurs ou stratégiques » = 50%
        – « Pour établir la justice sociale, il faudrait prendre aux riches pour donner aux pauvres  » = 59%

        Alors ils peuvent bien chercher le « vrai chef » pour le pays (84%). Ce qu’ils veulent, c’est un guide. Qui ne leur fasse pas trop mal, et qui soit très méchant avec les riches qui volent le bon peuple.

        Pas de doute, ce pays porte en lui les germes de la liberté.

        1. hussardbleu

          En effet… mais l’aphorisme de Rivarol risque de se vérifier, une nouvelle fois : « Quand les peuples cessent d’estimer, ils cessent d’obéir »…. la conjonction des deux aspirations, assez contradictoires en fait, peut produire des effets explosifs, à base de frustration violente…

          1. yp

            « Ne pas payer ses impôts » = grave à 88%.

            Je doute qu’ils cessent d’estimer. Ou plutôt… Eux cessent d’estimer, mais veulent que les autres continuent à estimer.

            Parcourir cette étude me laisse un sentiment d’avoir affaire à un échantillon de la population composé de schizophrènes…

        2. Higgins

          Un des traits marquant de la pensée de JF Revel était qu’il doutait fortement du goût de l’Homme pour la Liberté. Il pensait qu’il existe en l’homme un ressort totalitaire qui le pousse à bâtir des systèmes utopiques qui aboutissent aux résultats inverses du but recherché (« Jean-François Revel » de Philippe Boulanger, page 50). Les résultats cités sont un bel exemple de la justesse de cette réflexion. Les français préfèrent rester attacher à leur niche pourvu qu’on veille à leur donner à manger une fois par jour. Tant pis si la laisse se raccourci au fil du temps et que leur repas devienne immonde, ils ont toujours la niche.
          Dans une veine identique, Tocqueville précisait qu’une démocratie ne marchait bien que si la société y domine le gouvernement et non l’inverse.
          La somme de ces deux réflexions donne une bonne idée de la santé de ce pays. CQFD

  4. crosneries

    que pensent les intermittents du spectacle des pécheurs qui ne sont payés que quand ils rapportent qq chose dans leur bateau , sont ils indemnisés par une quelconque caisse ??

  5. Fred

    La rumeur selon laquelle Blayrault serait démi de ses fonctions avant les municipales me surprend un peu. Je ne vois pas en quoi ceci serait favorable au PS pour les municipales. Par contre, je soupçonne le petit cochon de lait de vouloir envoyer le valseur à Matignon, de façon à bien l’user en le rendant très impopulaire avant 2017. Et bam ! Un adversaire politique de son propre camp en moins à évincer pour rester au chaud à l’Elysée ! 🙂

  6. BenOui

    Voilà un bel exemple du visage de la France actuel : l’affaire Dieudo.

    en vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=_Hb6FMhsJfE

    en lecture : http://www.maveritesur.com/isabelle-coutant-peyre/l-avocat-de-dieudonne-donne-sa-verite/747

    Nous ne parlons pas de l’Art, mais de la manière. Bon, l’ avocat est payé pour cela, mais la contre-histoire apparaît en filigrane.

    Un artiste qui remplit les salles, qui alimente la caisse, qui gagne beaucoup d’argent…impensable, que dis-je, intolérable.

    La France est de nouveau sous occupation fasciste et les Allemands ne sont pour rien dans cette dérive.

    Et quand un artiste devient une affaire d’État, alors le pouvoir en place n’est qu’une marionnette.

Les commentaires sont fermés.