Bientôt, un pass écolo ?

Petit-à-petit, l’élection présidentielle de 2022 se rapproche. Et disons-le franchement : les Français s’en foutent.

Oh, certes, ils seront les premiers à débattre âprement des différents candidats quelques mois avant la date du scrutin mais en attendant, ils comprennent que la situation sociale et économique est plus que tendue. Certes, il en sera peut-être autrement dans quelques mois si tant est que l’élection aura bien lieu (on n’est pas à l’abri d’un coup de force du pouvoir en place), mais pour le moment, entre l’augmentation de la violence sur le territoire et que les Français doivent subir de plein fouet, les dettes abyssales dont on sait qu’elles s’abattront sans échappatoire sur le contribuable captif, la dépendance croissante du pays au reste du monde et à des créanciers encore trop généreux (pour combien de temps ?), une inflation qui pointe déjà le bout de son nez, et enfin les barrières administratives idiotes empêchant tout retour à une vie sinon « d’avant » au moins aussi praticable que possible, absolument tout se ligue pour que ces élections n’offrent qu’un faible intérêt pour l’électeur moyen à l’heure actuelle.

En outre, les écologistes ont toujours su être en parfait contretemps avec leur époque ; c’est logiquement qu’ils ont choisi cette période tendue pour tenter d’intéresser le monde avec leurs turpitudes internes, via l’organisation de leurs primaires écologistes qui sont l’occasion d’une véritable démonstration de ce qu’ils sont capables de produire en terme de jus de cerveau.

Il faut se résoudre à l’évidence : c’est un festival.

Dans un précédent billet qui passait rapidement en revue l’ensemble des candidats en présence actuellement, j’avais déjà mentionné les consternantes âneries que ces leaders d’opérettes à la fibre écologique affichée nous avaient débitées sur les plateaux télés et sur les réseaux sociaux.

Et si ces bêtises sont l’occasion de bien se fendre la pipe devant leur nullité crasse, elles démontrent aussi (s’il était vraiment nécessaire) que ces individus n’ont tout simplement pas le niveau pour tenir un jour la présidence d’une puissance nucléaire, d’autant qu’ils peinent déjà à tenir les quelques mandats qu’ils ont réussi à décrocher de guerre lasse et au milieu d’un pays secoué de soubresauts sociétaux inquiétants qu’ils refusent de voir.

Il n’y a qu’à se rappeler des contre-performances déjà stupéfiantes des actuels maires écolos pour bien comprendre qu’appliqué à tout un pays, rien d’autre que la ruine ne peut advenir. Quelque part, c’est assez clairement ce qu’ils nous promettent en imaginant en effet que cette ruine sera plus éco-compatible et syntonisée avec Gaïa tant il est vrai que des pauvres au milieu d’une déchetterie ont une facture carbone bien plus petite qu’un « riche » au volant de sa Twingo faisant 30 bornes pour aller bosser.

Et au-delà de ce constat, une fois leur discours débarrassé de leur gangue de crucheries niaiseuses, on assiste avec effroi à une véritable libération de la parole autoritaire et des pires tendances dictatoriales chez ces malthusiens collectivistes à la petite semaine.

Pour s’en convaincre, il suffira simplement de les laisser parler, comme ils le font actuellement dans le cadre de leurs primaires épuisantes d’idioties, ou de les laisser écrire, ce qu’ils ne peuvent s’empêcher de faire un peu partout. Leur production est sans ambiguïté.

J’en veux pour preuve Le Monde qui, à la faveur de l’énième parution de pamphlets catastrophistes du GIEC, a ouvert ses colonnes à l’une ou l’autre militante écologiste afin de lancer – comme c’est surprenant – une nouvelle alerte sur l’impérieuse nécessité à agir pour éviter l’inévitable catastrophe.

Oui, vous avez bien lu : même si on sait (grâce aux modélisations encore plus efficaces que les simulations épidémiologiques, c’est dire !) que la catastrophe est maintenant certaine, il va falloir agir pour éviter qu’elle ne soit encore pire que le cauchemar qu’on nous promet dans 10 ou 15 ans et ce depuis 40 ans.

Et pour cela, c’est très simple : il va falloir mettre en quarantaine, voire en confinement serré indéfini, le peu de libertés qu’il nous restait encore pour enfin rentrer dans le moule écologique le plus étroit possible, qui ne nous sépare d’un simple robot que parce que nous avons encore le droit de respirer.

Pour le reste, la liste des propositions est absolument réjouissante : couvre-feu thermique, interdiction des voitures autres qu’électriques, interdiction de tout vol aérien non justifié, division par un gros facteur (trois est suggéré) du streaming et des données (jeux, réseaux) en général, limitation à 1 kg de vêtements neufs mis sur le marché par an et par personne (contre 40 kg actuellement en moyenne), limitation de la consommation de viande, quotas sur nombre de biens importés (chocolat, café notamment), … On le comprend : l’avenir proposé sera joyeux, tout ça pour contrer quelque chose dont on avoue qu’on ne pourra pas le contrer de toute façon, et sans pouvoir en définir précisément ni l’ampleur ni la durée au vu de l’historique franchement mauvais des prédictions jusqu’à présent.

Et bien évidemment, ces interdictions et ces limitations drastiques qui peuvent rappeler – ce n’est pas une coïncidence – le meilleur de l’Union Soviétique, seront justifiées par une jolie pirouette rhétorique : la liberté individuelle ne pouvant certainement pas résoudre ces problèmes, il va nous falloir un État fort.

Or, ça tombe bien, avec ce qui se passe actuellement sur le plan sanitaire, avec la multiplication des mesures d’urgence dont on ne sort jamais, avec la mise en place d’un pistage serré de tous les citoyens et une mise au pas de toutes les activités humaines et de toutes leurs interactions sociales, on dispose d’un beau prototype qu’il suffira d’étendre un peu pour couvrir le chapitre climatique avec rapidité…

On ne s’étonnera donc pas de trouver déjà de longues réflexions posées çà et là visant par exemple à réduire le confort de tout un chacun, à préparer les esprits à des intérieurs exigus, chauffés avec une parcimonie violemment écologique, ou toute autre mesure qui permettra enfin aux gueux polluants de s’entasser dans des petits clapiers pour la bonne cause…

On ne s’étonnera donc pas de voir des appels de moins en moins cachés, de plus en plus insolents, ouverts et décomplexés à venir régenter absolument tous les aspects de la vie de tout un chacun, jusqu’au moindre détail, et à mettre en place l’évidente phase suivante, celle qui consiste à faire évoluer progressivement l’actuel « pass sanitaire » (qui n’a déjà plus aucun lien avec le sanitaire depuis que les vaccinés dispersent du virus comme les autres) vers un « pass écologique » pour qu’enfin soit officielle la prison à ciel ouvert, ripolinée à grands coups de rouleau vert, dans la joie millimétrée et la bonne humeur obligatoire.

Ces primaires écologiques et leurs tombereaux de propositions idiotes économiquement, débiles écologiquement et au plus haut point liberticides, sont une étape de plus vers ce nouvel enfer de surveillance totale. La crise sanitaire a complètement décomplexé toutes les entreprises dictatoriales au nom du bien commun qui ont vu, devant l’aplatissement d’à peu près tout le monde, qu’elles avaient un boulevard pour imposer leurs lubies au peuple transi d’effroi. Les appels à la « démocratie », à l’ « état de droit » ou aux « libertés individuelles » ont complètement perdu leur autorité : la dissolution de vos droits fondamentaux ne pose plus aucun problème et ne nécessite même plus la moindre excuse bidon.

On va vous réduire en esclavage, on vous le dit et on ne cherche même plus à s’en justifier.

J'accepte les BTC, ETH et BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8
 

Commentaires676

  1. Aristarkke

    *une inflation qui pointe déjà le bout de son nez*
    Comme sous le glorieux début de règne de l’Arsouille, Mevrouw et bibi commençons à noter des baisses de contenus pour certains produits achetés, gardant cependant le même prix de vente. Ce qui la (l’inflation) la camoufle un peu de temps avant l’appréhension…

    1. Higgins

      https:/ /insolentiae.com/ils-pensaient-que-cetait-impossible-et-pourtant-une-inflation-a-10-pour-noel-ledito-de-charles-sannat/

      Je n’ai pas vu sa présentation. A titre perso, ça fait plus de six mois qu’un artisan doit me refaire le toit d’un petit appentis (à tout casser, une dizaine de m2). Le chantier n’a toujours pas commencé car il n’arrive pas avoir les tôles qu’il a commandées.

      1. Jacques Huse de Royaumont

        Un boucher de ma commune devait refaire sa boutique cet été. Les travaux sont reportés pour la même raison : impossible d’avoir les matériaux souhaités.

        1. Le Grincheux

          Sauf que c’est un tout petit bout du problème. J’ai mon camion atelier qui est désossé pour réfection de la caisse depuis un an, le carrossier n’arrive plus à avoir de la tôle de qualité (même de la tôle de merde, c’est devenu impossible à trouver) ni du bois pour le plancher. Je suis au chômage technique, tous les composants électroniques de base (bobines, certains condensateurs, certaines résistances) sont en rupture de stock. Au mieux, on m’annonce aujourd’hui un an de délai sur des condensateurs au tantale (c’est-à-dire délai supérieur à un an et on ne sait pas trop être plus précis). J’ai téléphoné à un fabricant (Kemet), on m’annonce une reprise de la fabrication pour mi 2023 ! J’ai acheté (et payé) des vis à billes pour un client, 1000 € HT pièce, je devais être livré fin juillet. Je le serai, peut-être en mars prochain !

          J’ai encore un peu de stock, mais je me demande comment je vais passer la fin d’année. J’ai beau avoir des clients, si je ne peux pas fournir…

            1. Le Grincheux

              Oui, ça aussi. L’an passé, je payais des 1N5822 à 10 centimes HT pièce, aujourd’hui, il m’arrive d’en voir passer à plus de 4€ HT pièce. On parle d’une diode de base, pas d’un composant qui fait le café !

              Là, j’ai un pignon de grange à remonter en bois, le devis a explosé (facteur trois), il n’y a plus de bois d’oeuvre et le peu qu’on a est vendu… en Chine !

          1. Lorelei

            Les menuisiers n’arrivent plus à tenir leurs chantiers faute de bois, les électriciens et poseurs de fenêtres ont des moteurs en radio pour les volets mais pas les télécommandes pour les actionner, les fabricants de portes de garage annoncent 20 semaines (1/2 année) pour livrer et ça ne concerne qu’une partie du second oeuvre du bâtiment. Sans parler des hausses de certains produits qui doivent frôler les 30 %.
            Et les perceuses et visseuses qu’on ne trouve plus

            1. Malancourt

              Certains fournisseurs, pour les métaux en particulier, établissent des devis valables 1 journée.
              J’ai demandé un devis pour de la laine de bois, validité 1 semaine.

            2. Aristarkke

              Sur le cuivre en barre de 4ml pour plomberie, la hausse est de 10€HT sur un prix précédent de 14€ HT…
              Pour l’instant, c’est disponible au moins en quantité raisonnable.

                1. Aristarkke

                  Encore un Citroënniste qui fait rien que de pas comprendre les aimables incitations du gvt tout mignon lui proposant une enclume électrique à 300km d’autonomie à condition de rouler le jour, pas trop chargé, de ne pas utiliser la clim, de prendre son tour de queue aux rares bornes de recharge et préfère s’entêter à utiliser une vieuseté alerte (chez Citroën, il n’y a aucun risque de dixièmes de tôle surabondante) capable d’embarquer quatre personnes et un tonnage de bagages conséquent pour traverser la Grance en un demi-jour sans forcer sur le champignon…
                  Et il voudrait qu’on le plaigne, tant qu’à faire…
                  😈

                  1. Le Grincheux

                    J’ai serré un alternateur sur ma 2CV cet été au Vigan (bruit bizarre puis plus rien). J’ai fait plus de 800 bornes avant de me rendre compte que le démarreur était mou… Tu m’étonnes, il restait 9V de tension à la batterie !

                    Sinon, je fais 1100 bornes avec un plein de SP98 sur ma XM, j’arrive à en faire 500 avec ma DS23ie et presque autant avec la 2CV6 (25 l dans le réservoir). Le 23-50 est hors compétition, il ne joue pas dans la même cour, n’a que quatre vitesses pas synchronisées et est aérodynamique comme un fer à repasser. Mais j’arrive tout de même à faire 300 bornes entre deux recharges de liquide qui pue et avec 2,5 tonnes de matériel.

          2. MCA

            @Le Grincheux 13 septembre 2021, 10 h 10 min

            Faites comme moi, by-passez le circuit commercial traditionnel et commandez directement en Chine.

            De plus vous aurez la satisfaction de n’engraisser qu’à minima le molosse avec sa TVA car les prix sont de deux à trois fois moins cher qu’ici :

            https://fr.aliexpress.com/af/condensateurs-au-tantale.html?d=y&origin=n&SearchText=condensateurs+au+tantale&catId=0&initiative_id=SB_20210913005515

            Pour vos vis à billes je n’ai pas cherché mais ça doit se trouver sans problème aux mêmes conditions qu’énoncées ci-dessus.

            1. Le Grincheux

              Je dois pouvoir certifier la provenance des composants. Les contrefaçons se trouvent aujourd’hui déjà chez les cataloguistes traditionnels qui se font refiler de la merde, je ne tenterai pas chez Aliexpress, surtout pour des condensateurs au tantale (dont les trucs en provenance de fabricants bizarres explosent plus vite qu’à leur tour) ou des composants de puissance. Si c’est pour voir ma crédibilité entachée ou faire du SAV sous garantie pour avoir utilisé des composants pas à la hauteur, je n’en vois pas l’intérêt. Autant ne pas travailler en l’expliquant aux clients.

              Sinon, je n’ai pas de problème de TVA, je paye toujours HT (pro) et les colis sont en DDP, c’est-à-dire sans problème de douane ni frais masqués. Et les tarifs que j’ai chez les grand cataloguistes, au vu de ce que je leur achète tous les ans, ne sont pas plus cher que chez Aliexpress.

              Pour la petite histoire, j’ai commandé 5000 DN4450 (transistor mosfet à appauvrissement) pour un client. Sur la première carte, après soudure, 40% des transistors étaient défectueux. Je teste un a un les transistors (au transistormètre, pas au volmètre) avant de souder une seconde carte comportant elle aussi 150 transistors. Même résultat, et depuis le temps, je sais souder des prototypes. Je contacte le fabricant et je lui envoie des transistors jamais soudés. Au bout de deux mois, il m’indique que ces transistors faisaient partie d’un lot défectueux envoyé au rebut. Et pourtant, on les a retrouvé dans le circuit commercial. En d’autres termes, certaines personnes ne se gênent pas pour faire les poubelles des fabricants de semi-conducteurs et renvoyer le tout dans le circuit. Dans mon cas, le cataloguiste m’a remboursé, pas sûr que chez Aliexpress, ça fonctionne comme ça.

        2. jmdh57

          Idem dans mon village
          Pas de tuiles pour mon toit ainsi que pour une autre maison dans ma rue
          Au boulot, c’est la croix et la bannière pour matières plastiques et composants électroniques….

      2. Minou

        Tôle galva en 1500mm de large, délai annoncé par Arcelor février 2022 avec un prix bien évidemment augmenté de 100% par rapport à ce début d’année.
        Quand au reste de l’acier on est au alentour de 1200€ tonne, en 15 ans de métier c’est la première fois, de la folie totale…

  2. Le Gnôme

    Un bon écolo est un écolo mort, un écolo se doit de se supprimer pour sauver Gaïa, limiter la surpopulation et économiser les ressources tout en faisant un engrais acceptable pour faire pousser des patates bio, à la condition de ne pas avoir pris de médocs qui risqueraient de se retrouver dans les précieux tubercules.

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Vu la production de leur cervelle, de la farine d’écolo me semble plus une toxine qu’un engrais. Tu mangerais du cochon qui s’est nourri de ça, toi ?

  3. hub

    Ah, mais c’est pour le bien des abeilles ! C’est mignon les abeilles ! Et même (argument d’autorité) Einstein a dit que sans abeille etc…
    L’homme vaut moins que l’abeille.

    1. Calvin

      Ben, c’est parce que les écolos sont les seuls à croire qu’il n’y a que les abeilles domestiques qui polliniseraient les cultures, et qu’ils ne savent pas non plus que toutes les cultures ne nécessitent pas de pollinisation.
      Les écolos, des gens qui ne comprennent rien à la nature…

      1. Louchp

        Sans compter que dans les régions les plus froides, lorsque vient le printemps et les arbres en fleurs, seuls les bourdons vont à la besogne. Les premières abeilles viennent bien plus tard.

          1. Louchp

            Apparemment il y aurait également des ouvrières chez les bourdons. Honte à moi pour ce grand raté écolo-inclusiviste.
            Il fallait bien lire « bourdon.ne.s ».

            Heureusement que le nouveau pass n’est pas en place, car j’aurais déjà perdu ma ration hebdomadaire de steak de tofu (localement biosourcé) arôme bovin non genré.

            1. MCA

              Faute avouée est à moitié pardonnée,

              Cependant à l’avenir, afin qu’un tel incident ne se reproduise, vous êtes invité à surveiller vos propos.

      2. Pierre 82

        Cette histoire de pollinisation est le type même de faux problème inventé par des esprits tordus.
        Un de mes voisins a d’ailleurs une activité qui existe depuis longtemps, mais qui est maintenant courante.
        J’habite au milieu de vergers, et traditionnellement, les apiculteurs posaient des ruches au milieu des vergers, à une certaine distance l’une de l’autre au moment opportun. Les apiculteurs se faisant plus rares, ce sont des « éleveurs d’insectes » qui posent sur des piquets des boites contenant des nids d’insectes au très bon rendement pollinisateur, pas du tout agressifs, et qui se chargent du taf. Tous les agriculteurs du coin utilisent ce type de services, finalement beaucoup plus simples à mettre en place, car c’est une boite beaucoup plus petite qu’une ruche. Les quelques apiculteurs restant déplacent leurs ruches tout au long de l’année au gré du type de miel qu’ils veulent obtenir. Au milieu des vergers, ils obtenaient ce qu’on appelle « miel toutes fleurs », qui n’est pas le plus demandé, ni celui qui offre le meilleur prix. De plus, il faut disséminer les ruches un peu partout, ce qui demande beaucoup plus de travail. C’est pourquoi ils se faisaient rémunérer par les agriculteurs.
        Les apiculteurs ont d’ailleurs beaucoup plus de fil à retordre avec les voleurs de ruche (eh oui, il y a quelques années, un voisin s’est fait voler 50 ruches d’un coup) qu’avec les pesticides, sauf accident (surdosage, ou bien s’ils passent avec les produits juste au-dessus des ruches, c’est arrivé…)
        Mais bon on vous dit qu’on va tous mourir de faim car il n’y a plus d’abeilles. C’est Einstein qui l’a dit, un soir où il avait picolé, donc ce ça a une caution scientifique infaillible, et ceux qui le nient sont des platistes qui mériteront le même sort que les non-vax.

        1. Dr Slump

          Il va falloir que les apiculteurs mettent des puces RFID sur leurs ruches. Enfin si ils ont un peu de suite dans les idées, et surtout si les forces de pôlice ont encore un peu d’utilité, ce dont je doute le plus.
          La multiplication de ce genre de vols est révélateur de la décadence totale de nos sociétés. Quand on se même voler les arbustes, les bêtes, les pierres et les tuiles de sa propriété, c’est le retour des pillards et des razzias, c’est l’anomie qui s’installe, et l’auto-défense va devenir une obligation… si si, les tuiles !
          http s://www.20minutes.fr/faits_divers/2150275-20171013-herault-famille-fait-voler-toit-maison

          1. Higgins

            Il y a de cela trente ans, je travaillais dans la région d’Apt. A l’époque, des automobilistes se sont faits attaquer la nuit dans la combe de Lourmarin, style attaque de la diligence. La Gendarmerie y a mis le holà. Elle a également stoppé des attaques sur les routes avoisinantes. Je connaissais des gens qui habitaient des hameaux regroupant plusieurs maisons. Ils ne partaient jamais en vacances sans qu’au moins une des maisons ne reste occupée. Dans le cas contraire, c’était le cambriolage assuré au point que sur les maisons neuves, ils avaient été contraints de condamner les combles, les cambrioleurs passant par les toits. Je ne sais pas où ça en est actuellement.
            J’ai mis le lien la semaine dernière mais près de Riom, un train de marchandise a été stoppé puis dévalisé. Il semble que ce ne soit pas le seul cas.

            1. Aristarkke

              Du moment que les voleurs ne dépassent pas le 80, ils sont pénards, la maréchaussée ne paraissant plus guère occupée que par les délits routiers…

              1. Pheldge

                puisque le Major t’a dit « La Gendarmerie y a mis le holà. » sois un peu positif ! et puis en plus ils ont dû être condamnés sévèrement mais justement, et purgent encore leurs peines …
                ah zut, là, je confonds avec des plombiers roulant en Doblo qui avaient dépassé la vitesse autorisée, dangereux criminel !

        2. Semaphore

          Ou de rage de ne pas avoir un genre un disponible sous la main (et le reste) puisqu’Einstein était réputé être un chaud lapin quand il sortait son nez de ses équations…

      3. Yanka

        Un écolo aime les fleurs et les oiseaux, mais il ne distingue pas entre le moineau et la mésange, même à deux pas, ni entre la marguerite et d’autres astéracées comme les matricaires.

        La pollinisation est un système mutualiste complexe favorisé par la biodiversité, et la biodiversité est mise à mal par le bipède-qui-sait-tout. La zoogamie (pollinisation par des animaux), c’est 90% de la pollinisation des plantes à fleurs, dont 80% est assurée par des insectes (entomogamie). Il y a des pollinisateurs généralistes (polytropes), qui visitent à la fois plusieurs espèces et genres de fleurs, des pollinisateurs moins généralistes (oligotropes) qui se concentrent sur quelques genres de plantes, et les pollinisateurs appelés monogames spécialisés dans quelques espèces du même genre. Le genre d’une plante, c’est comme une marque d’automobile, et l’espèce c’est le modèle. Peugeot (genre) 404 (espèce). Le vent pollinise aussi : l’anémogamie, ou l’eau : hydrogamie. Il y aussi des plantes, comme le blé et beaucoup de plantes cultivées, qui assurent eux-mêmes leur pollinisation par l’autopollinisation et autogamie (autofécondation). Cette dernière faculté chez le pois a permis à Mendel de découvrir les premières lois de la génétique. Comme quoi les petits pois, ce n’est pas que des petits pois.

        La nature ne doit rien à l’homme ; l’homme doit tout à la nature. Mais l’homme a un grand complexe : il sait tout, croit-il savoir, et tout lui est dû. C’est un enfant : il songe plus à détruire qu’à préserver, pas à détruire pour détruire, mais pour créer des richesses plus palpables, comme les sous, qui permettent d’acheter des piscines et des SUV qui permettent à l’homme de faire savoir à son prochain qui il est, combien important. Nous déduisons de ceci que la nature est conservatrice, et l’homme libéral. Ce qui n’empêche aucunement l’écologiste d’être un parfait hurluberlu. ce n’est pas être un « amoureux » de la nature que de vouloir foutre en taule un homme qui a écrasé une fourmi, même s’il l’a fait exprès. Si l’homme est globalement un nuisible pour son environnement, il est aussi dans la nature, comme la punaise, la tique ou le morpion !

        1. Pheldge

          La pollinisation est un système mutualiste, oui, solidaire et donc c’est bien la preuve que la Nature est socialiste, et donc qu’on ne peut vivre en harmonie avec elle que grâce au socialisme ! merci pour cette brillante démonstration ! 😉

            1. Yanka

              Qu’appelez-vous « randos » ? Parce que cette unanimité dans la détestation est étonnante. Je suis quelqu’un qui aime marcher (toujours seul). Marchant, je botanise. Je prends aussi des photos. je ne pense pas emmerder grand monde, si bien que je suis surpris d’être haï pour cette activité on ne plus pacifique.

              1. Covid’grenier

                Je ne vous hais point, Rodrigue 😉 C’est cette activité, à contrario de vous presque toujours grégaire, que je déteste. La perspective de croiser un groupe de randonneur.se.s à cheveux bleus flageolant des guiboles sur un chemin de traverse me file de l’urticaire. Je suis un rat des villes, on ne se refait pas…

                1. Yanka

                  Je suis un rat des champs, et je hais les randonneurs du genre de celui que vous décrivez, surtout si en plus ils marchent avec des sticks en parlant bien fort, sans rien observer, moi qui passe mon temps à tout observer, y compris les plantes avec une loupe de botaniste, instrument génial permettant de découvrir quelques beautés cachées de ce monde (c’est plus beau qu’un bâtiment administratif, qu’un dos de compagnon de voyage dans un métro bondé, qu’une djellabah remplie d’un barbu qui bougonne).

                  1. Covid’grenier

                    Voilà, tout ça se résume par le questionnement « Suis-je à ma place ? »
                    Un citadin portant plainte parce qu’il est réveillé par le chant du coq le matin est à placer dans la même poubelle -verte- que toute cette flopée de bobos à 99% nés en province qui veulent faire du vélo et cultiver des jardins « ouvriers », comme si le principal problème des ouvriers était de faire pousser des blettes Porte d’Orléans.
                    J’ai vécu ailleurs, à l’étranger, et même dans le Sud-Ouest pendant dix ans, croyez-moi si vous voulez je reviens tjr, parce Paris (intra-muros et Nord-Est exclusivement) me manque. Je dois prendre le métro 6 ou 8 fois par an, et tout l’administratif passe par l’ordi. Je n’ai jamais couru pour attraper un métro, jamais eu de voiture, jamais payé une blinde pour un cagibi grand comme une cage de hamster: réseau, système D, et malice.
                    Un peu comme partout, non ? 😉

  4. Higgins

    Et nous ne sommes qu’au début du festival des bêtises proférées. C’est dire que les mois à venir vont être passionnants… Déjà, dans les milieux autorisés, on s’inquiète d’une possible abstention importante pour le scrutin de mai 2022. : https:/ /www.lexpress.fr/actualite/politique/abstention-jusqu-ici-relativement-epargnee-la-presidentielle-est-elle-menacee_2158194.html
    Au vu des candidatures annoncées, difficile de se mobiliser pour de pareils tocards.

      1. Aristarkke

        Tututt! C’est le premier round qui est prévu en Avril, le deuxième restant en mai où on peut faire ce qu’il nous plaît, selon le dicton. D’où l’inquiétude, probablement ! 😈

        1. durru

          J’avais lu quelque part que les dates retenues étaient les deux en avril, genre 11 et 25 (si c’est des dimanches, je ne me souviens plus exactement).

    1. Roanna

      Je pense surtout que les médias autorisés et sursubventionnés ont surtout intérêt à vendre l’idée que personne n’ira voter. Tout est bon pour faire fonctionner et faire perdurer la machine à subventions.

    1. Pierre 82

      Excellent résumé, HK, de ce que je pense moi-même. Nous assistons à l’agonie d’un système à bout de souffle, vérolé, et qui, ne perdons jamais ce point de vue, est généralisé à tous les pays occidentaux.
      Je suis philosophiquement opposé à ce qu’on appelle l’euthanasie, mais je fais une exception pour cette agonie-là. La seule chose qui me terrifie, c’est que l’acharnement thérapeutique déployé dans le maintien en vie de cette Babylone risque de faire durer le bouzin pendant pas mal de temps.
      Techniquement, on est dans le cas d’un corps incapable de se nourrir tout seul, qui a besoin d’un respirateur, avec un électroencéphalogramme plat depuis un bon moment, et dont l’agonie est prolongée inutilement. Voilà ma vision de la république.
      J’ai bien sûr commencé ma sécession, j’essaie de me rendre le moins dépendant possible de cette saloperie gangrénée jusqu’à l’os, mais qui continue à donner des ordres et à prétendre régenter ma vie.
      Attendre l’effondrement de l’occident n’est cependant pas une posture extrêmement constructive, ce qui explique que je traverse des moments de désespoir. Comment faire pour hâter l’inévitable décès?

      1. Cyprus ill

        Il faut partir, c’est l’unique salut me semble t-il. Laissons ce pays aux seuls incapables, qui ne vivent que de l’argent des autres. Une fois que « les autres » seront tous partis, ce sera la fin

        1. Manzoni

          Je pense exactement la même chose. Et je préférerais nettement que la fin arrive rapidement, car je serais encore assez jeune pour m’adapter et trouver ma place dans le système suivant, qu’il soit franchement dictatorial ou ressemble à Mad Max, plutôt que dans 20 ou 30 ans, lorsque je n’aurais plus guère de possibilités si ce n’est de subir les changements de société.

          Hélas, comme écrit plus haut, il est probable que l’on arrive à prolonger encore les soins intensifs quelques dizaines d’années, et qu’il n’y ait jamais de rupture brutale, mais seulement un lent glissement vers les profondeurs du classement du monde développé. C’est déjà le cas depuis une trentaine d’années (je me rappelle mes cours d’économie, lorsque on nous apprenait à quel point la France faisait partie des pays les plus riches d’Europe et à quel point le niveau de vie en Irlande était inférieur au nôtre. Quiconque est allé en Irlande récemment à pu voir à quel point c’est devenu l’inverse).

          J’en suis arrivé à la conclusion que la meilleure option est effectivement de partir, non seulement hors de France, mais aussi hors d’Europe.

          1. Pierre 82

            A partir d’un moment, ça risque de devenir violent. On n’en connait pas encore les modalités, mais ça finira dans un bain de sang. Autant être prêts, au moins psychologiquement. Le point positif que cette descente aux enfers soit lente, c’est qu’on peut s’habituer progressivement à vivre en parias. Ceux qui auront le plus de problèmes sont ceux qui espèrent qu’en obéissant, tout redeviendra comme avant. C’est ceux-là qui seront éliminés en premier.
            Ne rien lâcher, savoir identifier l’ennemi (l’état et ses alliés, les lâches) et surtout, compter ses amis et renforcer les liens avec eux. C’est la première chose à faire. Refuser d’embarquer dans le train de la mort.

      2. Husskarl

        Je suis opposé à l’euthanasie pour les humains mais pour les mauvais régime politique, je suis favorable à la peine de mort.
        Je n’ai pas tout à fait les moyens de mon indépendance hélas mais j’aurais peut être les moyens de mon exil, je ne vois pas comment faire autrement.
        L’occident s’effondre en effet, sous le poids de ses contraditions, de sa fausse relation à la vérité. Et comme les peuples ont été formatés, ils sont incapables de sortir de leur « matrice ». Ils sont esclaves et heureux de l’être.

        Pour accélérer la chute, je ne pense pas qu’il y ait de moyen légal.
        Au mieux, vous pouvez faire chié le système avec des recours en justice contre tout et n’importe quoi. Ca grippera un peu le mécanisme mais l’influence sera faible.

        Je dirais que ce qu’il faut faire, c’est de réviser sa manière de penser sans cesse et préparer son mental. Les gens qui n’étaient pas préparés ont leur 2 doses, ils les ont pris volontairement ou en trainant des pieds, ca ne change rien.
        Peut être faut il aussi s’organiser en réseau plus dense. Avez vous rejoint le gp telegram ? Parler avec des gens sains protège de l’hystérie de masse.

        Enfin, je dirais que tout cela est un combat intellectuel et spirituel avant un éventuel combat tout court. Il faut donc soigner cet aspect par l’étude et la prière et rester droit dans ses bottes. Ca n’a rien de facile et la tentation de se conformer pour avoir la paix rôde de manière permanente.

        Ce n’est pas exactement comme ça que j’avais envisagé l’avenir mais il faut prendre les choses comme elles sont. Un peu stoicisme, c’est bon pour le mental aussi =)

            1. Dr Slump

              Telegram je connais, je ne suis pas encore assez vieux pour être à ce point dépassé. Mais question était « c’est quoi le nom du groupe pour que je le trouve sur le hublot, son thème de discussion, ses membres… »

      1. Pierre 82

        Le terme « prostituée » dans notre cas est une référence à l’Apocalypse de St Jean, qui utilise très souvent ce terme pour qualifier Babylone, qui peut être compris comme étant Rome (vu l’époque où ça a été écrit), ou plus généralement « l’Empire », c’est-à-dire le monde perverti dans lequel nous vivons.

        1. Calvin

          Ni la Rome même impériale, ni la Babylone antique, ne se sont immiscées autant dans nos vies privées que nos démocraties modernes
          Mais je redis que le terme utilisé est incorrect : une professionnelle, vous avez le choix de lui demander des servicesbou non. La République, je ne lui demande plus rien, à part de me lâcher la grappe, mais même ça, ce n’est pas possible…

          1. Husskarl

            Je ne sais pas si c’est le régime qu’il faut accuser. Babylone n’avait pas la technologie d’aujourd’hui. La technologie fait le bonheur des états et notre malheur. Dommage, ça commençait bien.

            1. durru

              C’est l’Etat providence, celui qui s’occupe de quoi mettre dans l’assiette de chacun, y compris les 5 fruits et légumes.
              Au Babylone ou à Rome, ils avaient pas ce souci. A Moscou, Berlin ou Pékin, par contre, si…
              La technologie n’est qu’un détail facilitateur, à mon avis.

                1. Husskarl

                  Bien sur, ce que je veux dire c’est qu’un état antique n’avait pas les moyens de contrôler son territoire de près, même si il en avait crevé d’envie.
                  L’URSS ne controlait pas, même avec la technologie naissante, tout son territoire. Mais ils auraient eu tout ça, les choses auraient empirées.

                  L’ennui, c’est surtout que les états aiment se renforcer et que ce moyen leur permet d’aller vite en besogne. Comptez donc les états qui s’en tiennent au régalien dans le monde, ça sera rapide.

              1. Theo31

                Au Babylone ou à Rome, ils avaient pas ce souci

                A Rome, préfet de l’annone, magistrat chargé de l’approvisionnement de la cité en céréales.

      2. Theo31

        Certaines de ces dames refusent de négocier leurs prix avec les clients. Résultat : elles repartent énervées et les poches vides. Si elles se permettent de refuser autant de clients, elles ne doivent pas être à plaindre comme on essaie souvent de le faire croire. Ducontriuable doit lâcher du pognon de dingue.

        Pourtant, ce sont les premières à aller manifester pour les retraites.

  5. zen aztec

    C’est vrai qu’ils font fort ces abrutis finis à la pisse,mais la Hidalgo commence au taquet avec le doublement du salaire des enseignants..attendons impatiemment la suite

    1. Aristarkke

      Même Merluche, pourtant jamais avare de promesses démagos autant que délirantes, proteste devant la manifeste invraisemblance d’icelle.
      Sans compter qu’il y aurait immédiatement tout le reste de la FP à tendre immédiatement la sébile…

    2. Deres

      En fait, Hidalgo est en campagne pour les primaires socialistes avant de l’être pour la présidentielle. Comme beaucoup d’enseignants sont socialistes, elle leur promet directement de l’argent pour se garantir la place. Son tort est juste que les candidats intelligents font cela plus discrètement pour dissimuler leurs promesses sectaires et pouvoir se préserver une image plus centriste et rassembleuse pour le scrutin national. Généralement, c’est dissimulé par des termes plus vagues au sein de programmes long à disséquer.

      Donc soit, elle et son équipe sont des idiots, soit ils sont incapables d’avoir une vision à long terme (ce n’est pas incompatible avec l’explication précédente), soit son but est juste d’être le candidat socialiste et prendre le contrôle du parti sans pour autant penser pouvoir battre Macron.

      1. Pierre 82

        Vous avez sans doute raison, mais j’arrive de plus en plus difficilement à réaliser à quel point ce sont vraiment des minables, de lamentables boutiquiers, et par extension, l’urgence absolue de retirer les manettes à cette caste dégénérée. J’ai l’impression qu’on a des chimpanzés armés jusqu’au dents en face de nous. L’insurrection est en train de devenir un devoir moral élémentaire pour tout être humain qui se respecte.

  6. Stéphane B

    HS quoique car cela fait partie du même panel que les escrolos, la co pine Hidalgo qui a déclaré « Nous devons réinventer le beau modèle français »
    Si c’est comme pour Paris et que les escrolos l’imitent, nous n’avons pas encore sorti notre cul des ronces !
    https:/ /www.ouest-france.fr/politique/anne-hidalgo/candidate-a-la-presidentielle-anne-hidalgo-veut-reinventer-le-beau-modele-francais-a55ac4ca-13b5-11ec-a5a9-3485a25a7539

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Elle a fait de Paris une décharge à ciel ouvert ou pullulent les rats, les toxico et les migrants, le tout en ruinant la ville pour 1 siècle.
      Qui dit mieux ?

        1. Jacques Huse de Royaumont

          Elle les réclame à grand cri et vient ensuite pleurnicher, dès qu’ils sont là, comme quoi elle ne sait pas les gérer.
          Si, c’est de sa faute.

          1. Theo31

            J’attends sa réaction indignée ainsi que celle des putes féministes quand les migrants feront exploser les statistiques des agressions sexuelles.

            On me dit qu’il y en aura pas.

            1. Stéphane B

              Là, ce n’est pas une agression sexuelle, mais je trouve le profil des agresseurs du maire socialope … divertissant
              https://www.ouest-france.fr/societe/faits-divers/eure-des-militants-envahissent-la-mairie-de-val-de-reuil-le-maire-enfarine-une-elue-bousculee-e8f22352-1466-11ec-acf0-3f32804666b8

              ça commence entre enfants, puis les parents entre en jeu pour manifester sympathiquement, puis ça se déchaîne sur les élus avec farine. Quelle est la prochaine étape ?

                1. Zakmoriss

                  J ai pris un airbnb sur les champs Elysées pendant une semaine.un hôtel particulier rue de ponteuil.Ben ca pue la pisse dans la rue, des clodos quu dorment à même le sol et juste à côté je pense genre restos du coeur.Je me suis dit, tu vois. tout en noir car tu habites à Zurich et la la tout est clean, mais bon c est le 8e quand même, pas porte de la chapelle.

          1. Pierre 82

            Il faudrait vraiment qu’elle soit la candidate des verts. Au moins, on pourrait rigoler un peu dans cette morosité ambiante. On n’avait plus atteint un niveau pareil depuis le décès de Ségolène Royal.

    2. Dr Slump

      J’ai l’ai vue vite fait parler sur un JT, son programme écolo c’est la schlague contre les entreprises. Elle le dit ouvertement : l’état décide, et contraint les entreprises à produire comme l’état l’a décidé. Paroles accompagnées de gestes du tranchant de la main et visage autoritaire qui révèle cette volonté de contrôler et dominer la vie des autres. Les écolos sont bien les facho verts que maître Hash nous décrit ici.
      Ces écolos sont dangereux, ne les laissez pas prendre votre mairie, sinon ils seront bientôt partout. Renseignez-vous sur ce que fait le maire de Bordeaux: c’est le programme de la Frapadingue de Paname.

  7. Alex

    Ca fait froid dans le dos. Heureusement que ce genre d’individus ne passeront pas, du moins pas tout de suite.

    Car la nouvelle génération est très sensible à la cause écolo.

    1. douar

      Dans les écoles d’ingé, c’est un festival: une bonne partie veut « changer le monde », avoir un métier « qui fait sens ».
      En oubliant que beaucoup de boulots et autres améliorations, œuvrent à leur petite échelle, à l’amélioration générale.

      1. Le Grincheux

        Pour justement avoir enseigné dans les écoles d’ingés (groupe A, donc pas les dernières de la classe), j’avoue que ça ne me fait pas vraiment peur vu le niveau des brelles qui en sortent. Ce qui me foutrait plutôt le bourdon, c’est de penser que lorsque la génération des gens qui ont actuellement 50 ans partira à la retraite, que restera-t-il pour faire tourner ce pays ?

        Pour fixer les idées, j’ai des stagiaires de fin d’étude depuis 25 ans, tous les ans. Et même plusieurs par an. J’ai vu le niveau se casser la gueule, réellement. Un bac+5 aujourd’hui, standard, est du niveau du technicien moyen d’il y a 25 ans. Sur les dix dernières années, j’ai eu un seul stagiaire du niveau moyen bac+5 de 1995, un seul. J’ai failli l’empailler. Et lorsque j’ai proposé de l’engager en CDI, il m’a répondu qu’une boîte chinoise lui avait fait un pont d’or que je ne pouvais suivre.

        1. Pierre 82

          Je confirme sans réserves. Je suis de l’autre côté par rapport aux écoles, et je vois débouler les jeunes ingénieurs dans mon service. Il y a dix ans, ce n’était déjà pas terrible, mais ça continue à s’effondrer, et spectaculairement. J’en ai vu un sorti l’an dernier, nouvel embauché. La chute a été encore plus vertigineuse. Punaise, qu’est-ce qu’ils foutent aux RH? Il sort d’où, lui? Non seulement, il est fini à la pisse, mais en plus, il ne se prend pas pour de la merde, et en plus, ponctue ses phrases d’expressions toute faites à la con, comme un vulgaire stagiaire en journalisme. Je l’ai formé sur un truc, il m’interrompait sans arrêt pour des considérations tellement secondaires ou périplaquistes que j’ai eu l’impression qu’il n’a rien pigé à ce que je lui ai dit. C’est la première fois que ça m’arrive, j’ai formé des dizaines de jeunes, mais là, on est franchement mal. Quand je pense que j’ai encore quelques jours à passer avec ce boulet, je me demande si je ne vais pas me mettre à picoler.
          Ils sont bien formatés par l’ednat, mais intellectuellement, on atteint le fond. On s’enfonce de manière évidente vers la tiers-mondisation la plus profonde. Et ces types ont le droit de vote, en plus.

          1. MissKat

            Idem
            on vient de voir passer 2 bac +5
            franchement c’est du niveau stagiaire 3eme , ça fait peur.
            Ne comprend rien mais croit tout savoir et t’explique la vie, aucun sens pratique ni initiative , ne fait jamais plus que ce qu’on lui demande, ne se remet jamais en question donc n’apprend pas de ses erreur. Et bien sur orthographe a chier et s’en fout royalement.
            En fait on se demande quelles sont véritablement leurs compétences ( bâtiment..)
            Et franchement fainéants et très sur d’eux mêmes les 2
            ce pays est foutu c’est certain

            1. P&C

              Quant même, faut pas exagérer… tu n’as pas vu les 3emes.

              Ne comprend rien mais croit tout savoir : on appelle cela un jeune con. En général ça se guérit passé 25/30 ans, quant tu réalises que tu ne sais rien.

              Aucun sens pratique ni initiative : pas dégourdit. Peut être pas assez confiant dans ses capacités… patience, explication, démonstration, et mains dans le cambouis.

              Ne fait jamais plus que ce qu’on lui demande : selon les milieux, la prise d’initiative, l’indépendance, l’autonomie… peut être mal vue…

              Orthographe à chier : ednat, méthode globale, toussa.

              Fainéants : je dirais partisan du moindre effort, ou mercenaire…

              Très sur d’eux mêmes : on revient au point 1.

              Je serai plus optimiste pour une fois : des jeunes et moins jeunes qui veulent apprendre, conscients de leurs lacunes, humbles et un minimum travailleurs, y en a. Même hors des écoles d’ingé.

              1. Pierre 82

                Hors des écoles d’ingé: vous mettez exactement le doigt là où ça fait mal. Les gens instruits, au lieu d’être des atouts pour l’avenir, sont devenus des boulets.
                Ce qui explique d’ailleurs pourquoi ce sont les plus instruits qui sont les plus chauds partisans du pass sanitaire.
                L’avenir de ce pays, ce sont les gens qui fument et roulent en diesel. Ceux qui ne sont rien.
                Sur ce point, je partage votre optimisme. C’est la transition qui va être rude, mais il y a toujours eu des jeunes gens intelligents, démerdards et pleins d’idées et d’énergie. Ils sont juste passé dans une autre catégorie de la population.

                1. P&C

                  Moi, ça m’inquiète : je sais que je ne suis pas assez démerdard… faudrait que j’apprenne au moins à faire de la soudure, de la plomberie et de l’élec de base…
                  Rien que le week end dernier, un pote m’a sidéré en me disant « je me suis lancé dans un business de pèle : je loue une petite pelleteuse, et je propose mes services en terrassement chez des particuliers. J’ai déjà 2 mois de boulot ».
                  Je fais peine avec ma réparation/nettoyage de PC…

                  @stephane du 22
                  Ya pas moyen d’apprendre cela sur St Brieuc ? genre une assos de métiers, etc ?

                  1. Stéphane B

                    tu as le greta qui recherche des personnes pour les former au courant faible ainsi qu’à la fibre sur Lannion si tu en as marre de ton boulot et souhaite une reconversion. Sort Bac+2 et possibilité licence pro derrière.

                    Sinon, regarde chez Leroy ou Castorama. Ils proposaient des formations pour bricoleurs avant la crise nasitaire.

                    Nous avions discuté sur ce site d’une asso qui a reçu des millions par cache sex il y a peu. Je crois que tu as possibilité d’apprendre avec eux.
                    Sinon, la gamin de madame avait été embauché pour de la maçonnerie alors qu’il n’y connaissait rien, mais il proposait ses services à un prix modiques pour travailler sur le bon coin. Une annonce pour aider à rénover une maison pour apprendre pourrait te permettre d’agrémenter tes weekends tout en aidant des gens.

              2. MissKat

                Eh bien ma cousine, en allemagne a déja compris et envoyé son fils en apprentissage à 16 ans dans une ecole professionnelle pour qu’il apprenne un vrai métier. Electricité/ électronique. Effectivement le gamin ne pêtera sans doute pas plus haut que son Q
                Et au final, moi qui ne jurais que par les études longues, je trouve ça pas plus mal: commencer à bosser à 30 piges après 12 ans de glandouille à faire des études intello ça nous amène finalement des Grands Penseurs qui nous mènent droit dans le mur

                1. Semaphore

                  En Teutonie et encore pire, en Suisse, l’apprentissage de métiers industriels n’est nullement considéré comme une filière au rabais, genre voiture balai des autres filières. Le PDG de Mercedes-Benz a débuté comme apprenti.

                    1. Higgins

                      Ça a toujours été mais la cassure s’est faite aux cours des années 80 où l’EdNat, suite aux fameux 80% d’une classe d’âge au Bac, a consciencieusement et méticuleusement détruit les filières BEP et CAP.

                    2. durru

                      @P&C
                      Ça vient des cocos, en pays coco seul comptait le diplôme, qui permettait de rester dans un bureau et ne pas être envoyé au Pétaou-Chnock.

                    3. Pythagore

                      Ère post-industriel, il faut que la France devienne un pays de services, c’est moins sale, plus de pénibilité du travail. Et comme mentionné par le major, tt le monde au bac.

                    4. durru

                      @Pierre 15h31
                      C’est pas une conséquence, plutôt ? Car je doute qu’à l’époque où le bac était réservé à une petite tranche d’une génération, le discours pouvait être le même… Ça doit être assez récent, globalement.

                    5. Pierre 82

                      @durru 13 septembre 2021, 16 h 32 min
                      Ce que je peux dire, c’est que mon fils, qui avait commencé à faire de l’informatique avant de se rendre compte, en deuxième année que ça le faisait chier et qu’il n’avait pas envie de finir là-dedans, a décidé subitement…. de faire un CFA en restauration. Il a donc appris son métier comme stagiaire dans une grosse brasserie, en milieu réel, avec des profs qui connaissaient le métier. En comparant avec le niveau lamentable des lycées professionnels avec des profs, fonctionnaires de l’ednat qui n’ont jamais été confrontés à la vie réelle, la différence est flagrante.
                      Surtout que le gamin a très vite compris qu’un CAP obtenu par le CFA vaut largement plus qu’un BTS « normal ». La seule chose qui importe pour un patron, c’est ton CV et ta réputation. Les diplômes, c’est du pipeau.

                    6. Theo31

                      Demande à un socialiste s’il est prêt à envoyer ses mômes à l’usine ou à marier sa fille à un migrant africain.

                      Les degôche détestent les pauvres sauf pour être leur faire valoir le jour des élections.

                  1. jmdh57

                    Pour abonder dans votre sens, j’ai travaillé 4 ans en Franche-Comté. Les formateur pour l’apprentissage n’ont qu’une seule envie : passer en Suisse

                    1. Pierre 82

                      @Pythagore
                      Quand j’ai fait mes études d’ingénieur (c’était en Belgique), on apprenait essentiellement des trucs théoriques, les grands principes, comment on devait calculer, et c’était à peu près tout. On ne savait rien faire de pratique, en dehors de ce qu’on avait appris ailleurs, et chacun selon ses capacités propres.
                      Il n’y avait pas vraiment de stage, excepté un truc très court de quelques semaines, qui avait la réputation de ne servir à rien, et je confirme, ça ne m’a rien appris. Ensuite, quand on entrait dans la vie active, on passait par un parcours d’apprentissage du métier particulier dans lequel on avait été engagé. Les premières années, ils faisaient tourner dans des différents services (ce n’était pas systématique, mais c’était encouragé) afin que vous saisissiez le plus rapidement possible les différents aspects de la boite. On avait souvent un mentor, souvent ingénieur aussi, mais pas nécessairement, qui supervisait os activités. Et très rapidement, on « montait en compétences » comme on dit maintenant.
                      Et je reste persuadé que cette méthode avait du bon. Faire trainer des étudiants dans des stages interminables dans lesquels j’observe qu’on leur refile souvent un boulot répétitif et passablement inintéressant histoire de ne pas y consacrer trop de temps…
                      Ce qui a changé par rapport à mon époque (j’ai été diplômé en 1984), c’est qu’il existait encore un secteur industriel très important, qui cherchait à retenir leurs ingénieurs les plus dynamiques, pour qu’ils puissent former des cadres stables et solides. C’était une époque où la direction exécutive s’appuyait beaucoup sur l’avis des ingénieurs. Les années 90 ont été une époque charnière qui a vu l’arrivée du management financier. La finance, avant ça, était juste un outil parmi d’autres.
                      J’ai vu arriver au début des années 2000 une nouvelle génération d’ingénieurs, très peu intéressés aux problèmes industriels, et qui préféraient passer leurs journées à calculer des modèles mathématiques, et quand je voyais leurs hypothèses de travail, je comprenais que c’était du grand n’importe quoi. Ça a commencé à m’énerver, et comme on obligeait tous les chefs de groupes à encourager cette méthode, au détriment du contact avec la réalité, j’ai fini par me barrer. Passer son temps à expliquer à la production qu’on leur envoie de la merde, ça va un temps, et puis ça lasse.
                      Actuellement, le secteur industriel est moribond, et beaucoup de grosses boites sous-traitent l’ingénierie, vue de plus en plus comme un service comme les autres, à peine supérieur au service de cantine ou de nettoyage des locaux…
                      C’est peut-être une des raisons pour laquelle le secteur industriel est en capilotade…

                    2. Cerf d

                      @ Pierre 82 13 septembre 2021, 20 h 50 min

                      Un de mes collègues a fait les Arts et Métiers et il me racontait qu’en terme de formation pratique aux métiers de l’industrie l’enseignement était excellent (forge, fonderie, soudage chaque semaine) mais que malgré ça la plupart de sa promo a privilégié la finance à l’industrie.

                    3. P&C

                      @cerf D
                      La finance paye plus.

                      Pareil, je discutais machine learning sur un forum discord.
                      La plupart font des modèles sur la finance, l’immobilier, la segmentation de marché etc…
                      J’ai été considéré comme un extraterrestre en débarquant avec mes spectres IR issus de ligne de production.

                  2. Pythagore

                    Oui d’ailleurs, là où en France, la seule chose médiatisée du système scolaire est le bac, en Teutonie, c’est l’apprentissage car chaque année il manque des places.
                    Lorsque mon père était jeune ingénieur, c’était un ingé pour 5 ou 10 ingénieurs. Maintenant il n’y a quasiment plus de technicien, ce sont les ingé qui font les techniciens et après ils se plaignent du boulot et de la paye. Ce n’est pas la grande carrière qu’on leur avait fait miroiter.

                    1. Pythagore

                      « vu le niveau actuel de l’ingénieur moyen, c’est un peu normal qu’il ne fasse qu’un boulot de technicien. »
                      Oui bien d’accord. Le truc est que ca coûte cher, cela fait perdre du tps et cela fait des frustrés. Mieux vaut qq’un qui fait 2/3 ans d’études, se spécialise et comprend ce qu’il fait qu’un ingé qui a tout appris et ne sait rien faire. Ca coûte moins cher, le mec passe pas son tps à apprendre des trucs qu’il ne comprends pas et qui ne lui serviront à rien, et il ne sera pas frustré de ne pas finir PDG, parce qu’on lui a promis pendant les études.

            2. Spirou

              Rien à voir mais quand même. Je sors de mon entraînement matinal à soulever de la fonte et je vais prendre mon café avenue Victor Hugo comme d’hab. Que vois je arriver devant moi ? Un ectoplasme d’une vingtaine d’années, le masque remonté aux sourcils, le costume mal coupé et les yeux rivés sur une probable série Netflix.

              Incapable de relever les yeux il termine immanquablement contre mon épaule et se déboîte la sienne, stupéfait. Je lui ai demandé si sa mère lui avait appris à regarder devant lui et j’ai vu un regard interloqué sous son slip de papier.

              Je n’ose imaginer son sort aux mains d’énergumènes aux intentions moins louables.

              Non seulement ils sont demeurés mais surtout incapable de comprendre leur environnement et ses menaces. Pas aware pour un sou. Ajoutez des shots pfizer et ces moutons sont bons pour la casse très vite.

            3. Ben

              J’ai eu deux stagiaires 3eme, deux stagiaires ingénieur cette année et une alternante licence pro. Déjà les 2 premiers c’est une semaine d’observation, les deux autres six mois, la dernière un an.
              Ils etaient motivés, fiables et autonomes assez rapidement. Trois fautes d’orthographe maxi sur leur rapport.

              J’ai choisi deux stagiaires ingénieur par rapport à leur lettre de motiv….il voulait juste apprendre. J’ai éliminé tous ceux qui avait un CV qui revenduquait plus de competences qu’un cadre sup en fin de carrière.

              La tristesse vient plutôt que mon entreprise a des moyens très limités et donc c’est méthode débrouille, en même temps c’est aussi une bonne école.

              Sur les trois, deux sont engagés en CDI et une souffre du syndrome de l’imposteur a un stade avancé….

          2. P&C

            Ingénieur en quoi ? de quelle école ?
            Les universitaires sont souvent plus humbles, mais pour le reste ils auront plus de savoirs scientifiques mais moins de savoirs transversaux.

            Et puis il a 23 ans… il se rendra compte de la réalité plus âgé (même si e fait d’avoir été embauché de suite avec bon salaire n’aide pas ce genre de remise en question).

            1. Le Grincheux

              Électronique. ENST-Paris, INT, Centrale et deux autres que je ne citerai pas ici. Les seuls aujourd’hui qui sortent du lot, ce sont les ingénieurs CNAM, mais pour combien de temps encore ?

              Les universitaires ne sont guère mieux, ce sont les universitaires qui sont responsables de l’état des grandes écoles en France en ayant poussé la loi LMD et en étant les seuls à siéger à la CTI. En d’autres termes, ce sont les universitaires qui imposent ce qui doit être enseigné dans les grandes écoles d’ingé, qui donnent l’autorisation à une école de donner un diplôme et ce sont eux qui ont achevé le boulot de sape de l’EdNat car la loi LMD a, de fait, remplacé la formation de trois ans en école d’ingé (six semestres) en trois semestres (deux ans dont un semestre à l’étranger, la première année n’étant qu’une remise à niveau bancale). Déjà qu’on part d’un niveau merdouillique, on a dans les faits la moitié du temps disponible pour la formation !

              Le problème est qu’on a sabré les matières fondamentales avant le bac, qu’on file le bac à tout le monde et qu’on materne les pauvres lycéens en classes préparatoires parce que c’est dûuuuur. Résultat des courses, ils savent tout faire et sont des branques dans les matières fondamentales de l’ingénieur. Et qu’on ne me dise surtout pas qu’ils savent utiliser l’outil informatique, là aussi ce sont des brelles.

              1. Higgins

                J’avais lu quelque part qu’ils sont contraints de baisser le niveau du concours de Polytechnique. Ce n’est hélas pas le seul cas dans les formations de haut niveau. Il n’y aucune raison à ce que la vaque de nullité qui a détruit l’EdNat ne touche pas les formations supérieures.

                1. Le Grincheux

                  Le recrutement se fait surtout sur concours, donc quel que soit le niveau, il y aura toujours des reçus. Il faudrait un niveau éliminatoire quitte à ne pas remplir les écoles. Lorsque j’ai passé les concours, il y avait des notes éliminatoires, il faudrait généraliser cela de manière urgente.

                  J’ai conscience pourtant que ce n’est pas très « inclusif », mais je suis un vieux khon.

                1. Le Grincheux

                  On les abreuve de matières annexes qui leur permettent de faire illusion. C’est un vernis de connaissances, d’où le « ils savent tout faire ». Mais dans les matières fondamentales, à fort côté scientifique, ce sont des branques.

                  Essayez de donner un cours de traitement d’antennes à l’ENST-Paris. On y parle forcément de laplacien, de d’alembertien. En traitement du signal, on risque de parler du théorème des résidus. De mon temps, c’était au programme de spé M, même pas M’. Aujourd’hui, ils n’en ont même plus entendu parlé. Même chose de l’analyse vectorielle. Résultat : on explique en amphi les diagrammes de rayonnement avec les mains. J’ai jeté l’éponge.

                  1. P&C

                    Là tu me parles chinois….
                    Niveau traitement du signal, j’en suis resté à transformée de Fourier, normalisation, ligne de base, débruitage, dérivée/déconvolution…
                    Et je n’ai pas étudié cela : j’ai appris sur le tas.

                  2. Higgins

                    Dans un domaine plus littéraire, j’ai rencontré des étudiants en 5ème année de sciences-politiques qui n’avaient jamais entendu parler du jacobinisme et étaient incapables de citer un ou plusieurs de ses représentants. Quand on connait le poids politique de ce club plus de deux cents ans après la révolution, ça laisse rêveur. Idem en ce qui concerne Jacques Bainville, inconnu chez la plupart des étudiants en histoire. Ça procède d’une démarche identique.

                  3. Pierre 82

                    Que de bons souvenirs, les laplaciens (divergence du gradient) et le calcul vectoriel.
                    Les résidus, ça me rappelle vaguement quelque chose, mais je ne sais plus quoi. Pareil pour le d’Alembertien.
                    Bon, à ma décharge, je n’ai eu que quelques cours sur les antennes dans mes cours d’électromagnétique, et je n’ai jamais approfondi le sujet, mais c’est à peu près aussi vieux dans mon esprit que c’est comme si ça datait des années 30. C’était donné à titre de culture générale dans les cours d’analyse mathématique, du moins pour tous ceux qui ne continuaient pas dans la spécialisation télécommunications.

              2. P&C

                J’étais en licence à l’époque de la mise en place du LMD… ça venait de la volonté d’être en conformité vis à vis du système européen.

                Les sciences de l’ingénieur, les calculs de couts, toussa… je ne sais pas, je ne les ai jamais étudiées en fac.

                Ils savent utiliser quelques logiciels métier, ainsi que word, excell, etc… non ? si oui, alors ils savent utiliser l’outil informatique.

                1. Le Grincheux

                  Un ingénieur n’est pas un pousse-carte. Son boulot, c’est la conception (et le maintien en état). On s’en cogne qu’ils sachent utilsier Word ou Excel, ce n’est pas leur boulot. Leur boulot, c’est de comprendre les phénomènes en jeu dans leur(s) métier(s) pour éviter de faire des boulettes.

                  Par ailleurs, le LMD n’a une fois de plus rien à voir avec l’Europe, cela a surtout été poussé chez nous par les universités qui veulent faire crever les grandes écoles. Les premières fonctionnaient en 3/5/8, les secondes en (2/)5/8. Et cela fut fait (j’étais au milieu de la bataille donc je connais bien le sujet) parce que les université espéraient qu’en cassant les grandes écoles, elles récupéreraient les meilleurs étudiants qui y filaient. Pari raté !

                    1. Le Grincheux

                      Ah non, ça a parfaitement réussi (sauf pour les universités, les meilleurs étudiants filant actuellement à l’étranger). Les universités ont voulu tuer les grandes écoles. C’est fait, elles ont réussi.

            2. Pierre 82

              C’est dans l’aéro. J’ai formé un certain nombre de jeunes, et je vous assure que celui-là, c’est un beau spécimen et il n’est pas unique dans les dernières années.
              De manière générale, beaucoup avaient tendance à ne pas se prendre pour de la merde, et en plus, de prétendre vouloir m’en apprendre sur mon métier, ce qui a le don de me ravir dans le cas où c’est pertinent (ça arrive aussi), mais surtout de m’exaspérer quand c’est dans le grand n’importe quoi prétentieux. Si en plus ça s’accompagne d’un apparent désintérêt total de ce que je raconte, c’est le bouquet.

              1. Le Grincheux

                Chez moi, on fait de l’électronique basse et moyenne tensions. Il nous arrive de travailler avec des 1500 Vdc pour des tubes sur des PCB et on travaille sur des transfos d’isolation et avec une main dans le dos (l’effet capacitif fait qu’on peut tout de même se prendre une grosse bourre). Je ne compte plus le nombre de stagiaires qui se contrefichent en rigolant des règles de sécurité de base. J’en ai viré un l’an passé pour ça au petit tiers de son stage de fin d’étude.

                Là, j’ai un projet en haute tension avec des alimentations de 600 kVdc, mes stagiaires ne rentrent même pas dans le labo vu le peu de sérieux qu’ils montrent vis à vis de la sécurité électrique.

                1. Pierre 82

                  Vous devriez laisser faire, ça rendrait à Darwin la possibilité de faire un peu de nettoyage.
                  Plus sérieusement comment est-ce possible? Je veux bien qu’à cet âge-là, on peut être très con quand on s’y met, mais quand même…
                  La HT, ça nous foutait quand même un peu les chocottes… on évitait de faire les cons devant ces trucs-là… on faisait bien d’autres conneries, mais on tenait à la vie, quand même…

                    1. Pierre 82

                      Ah ouais, si vous en êtes responsables, faut pas les laisser entrer. Faudrait même pas prendre de stagiaires, en rappelant à votre hiérarchie que vous n’êtes pas éducateur spécialisé.

          3. Le Grincheux

            J’ai un centralien qui m’a produit 4000 cartes avec sur chacune quatre transistors montés à l’envers. Il a été puni, je l’ai mis devant la bino avec un fer à souder et il m’a retourné 16 000 transistors. Il lui a fallu deux mois, je pense qu’il fera attention la prochaine fois.

              1. Le Grincheux

                Même là il n’était pas bon. Ça fait 50 transistors à l’heure, j’en fait au moins deux fois plus sans forcer !

                Sérieusement, j’ai hésité, parce qu’avec notre droit du travail, c’était un coup à se prendre une condamnation, mais il fallait marquer le coup. Ça a mis au pas tout l’équipe R&D !

          4. durru

            Des bac+2 (IUT), par contre, niveau plutôt correct, y compris l’orthographe, ce qui m’a le plus surpris, je dois reconnaître.
            Ceux qui se préparent pour un métier ne sont pas pareil que ceux qui se préparent à être chefs…

      2. Deres

        Je plussoie. Quand j’expliquais à un jeune ingé qu’une isolation extérieure sur un pavillon pourtant des années 70 mais avec une modeste isolation et un chauffage au gaz, c’était 50 ans pour le rentabiliser, donc plus long que la durée de vie de l’isolant extérieur, sa réponse était : « Heuuuuuu Mais il faut bien faire quelque chose ». L’important pour eux est donc l’action, pas le résultat. Il faut prouver sa vertitude au parti, c’est là l’essentiel. Gaïa nous récompensera dans l’autre monde.

        1. MissKat

          Oui absolument
          on a de jeunes ingénieurs surement en extase devant leurs savants calculs de déperditions énergétiques, qui donc SAVENT que ça ne marche pas, que ce n’est pas rentable mais non ils continuent à préconiser des ITE pour tout et n’importe qui , sans aucune idée de la faisabilité technique.
          C’est un truc que je ne m’explique pas: le manque d’esprit critique, pratique et de réflexion, alors qu’ils sont surement brillants dans leur domaine.
          Formatage sans doute..
          Comme des ingé à fond pour l’éolien, et qui ne comprennent pas qu’un jour il faudra choisir entre se chauffer et rouler en VH élec, et surtout incapables d’avoir une discussion argumentée.
          De mon temps on réfléchissait « thèse, antithèse et synthèse » et on avançait dans nos réflexions
          lobotomisés par 25 ans de lavage de cerveau , ils sont

          1. Le Grincheux

            Je ne suis pas sûr qu’ils sachent interpréter leurs résultats. L’an dernier, j’ai eu un stagiaire qui m’a calculé un condensateur pour un filtre. 450 kF sous 630 Vdc. Cela ne l’a même pas dérangé.

            1. Pierre 82

              Dans mon jeune temps, je me suis retrouvé (un peu par hasard) à superviser des labos d’hydraulique à des élèves ingénieurs (c’était dans les années 80). Un jour j’en ai vu un qui devait évaluer un débit dans une tuyauterie, et il m’annonce sans avoir l’air d’être gêné qu’il avait un débit de 8, 54289981 litres par seconde, le tout mesuré avec un manomètre qui tremblait un peu. De guerre lasse, après lui avoir fait la leçon, je l’ai finalement noté 10,58779315 / 20.
              Il m’a regardé bizarrement.

                1. Pierre 82

                  Je n’ai pas vraiment d’idée sur la taille que ça pourrait avoir. On parle quand même de 450.000 Farads sous 630V, quand même !!! Capable d’accumuler près de 300 millions de Coulombs. Faut pas être dans les parages le jour où vous la court-circuitez.

        2. Husskarl

          Pour en être, je dois dire que les esprit après la terminale étaient déjà en phase justement terminale. L’ednat était passée. Toutefois, beaucoup de très bons dans leur domaine technique (très technique) mais rien dans le coté pratique. Ca donne des décisions débiles en effet, un manque de prise de hauteur total.

        3. Le Grincheux

          N’importe quel ingénieur ayant fait un peu de thermique sait qu’on n’isole jamais du côté froid sauf à vouloir piéger l’humidité. Mais on isole par l’extérieur pour éviter les ponts thermiques intérieurs (qui sont la plupart du temps ridicules) et pour éviter les transferts d’humidité, on colle des ventilations contrôlées. Mais ça ne suffit pas et on se trouve avec des bâtiments modernes à la limite de l’insalubrité avec les panneaux sur la façade qui se barrent et de zolis filets à papillon pour les retenir.

          Pour l’anecdote, mon père était architecte et faisait de l’expertise dans le milieu du bâtiment. Il s’est toujours opposé à ces concepts fumeux depuis les années 1970. Il a au moins vu qu’il avait raison vue l’état de décomposition de ces bâtiments (ce ne sont pas les dalles qui sont mal posées, mais le mortier-colle qui se désagrège sous l’effet de l’humidité constante).

          1. MissKat

            Oui c’est ce qu’on appelle des appartements -thermos 🙂

            Dans le milieu, on n’achète plus d’immo neuf
            surtout que le chauffage collectif au gaz est interdit maintenant, le neuf aux normes c’est une horreur du point de vue du confort et de la salubrité, puisque les VMC ne sont même pas entretenues correctement
            ( il y a aussi le problème de la maintenance CVC, de plus en plus compliquée à gérer, avec des responsables techniques qui n’ont jamais fait de technique)

            Je trouve qu’il n’y a plus aucune réflexion globale dans le bâtiment: c’est comme ça que pour des raisons de sécurité incendie, on va boucher toutes les gaines d’aspiration VMC d’un immeuble!! (véridique) Et c’est comme ça que le pauvre proprio se retrouve assigné par son locataire pour insalubrité puisque l’appartement devient tout moisi en quelques mois…
            Des champions

          2. Pierre 82

            Figurez-vous que je me suis déjà posé la question, sans l’approfondir vraiment, puisque je n’ai jamais été confronté directement au problème. J’ai acheté une vieille maison dite « de caractère », et bien entendu, je n’ai jamais eu l’intention de pourrir l’aspect rustique du bâtiment en y fichant une isolation extérieure, concept maintenant généralisé, mais qui à l’époque me semblait un peu crétin, car placer le point de rosée au milieu de l’isolation ne ma semblait pas très futé. Je n’ai pas creusé le sujet, mais merci de me confirmer que mon intuition était bonne.

            1. Le Grincheux

              En fait, la seule isolation côté extérieur qui a un intérêt est un film réfléchissant sous toiture (pour éviter le rayonnement du corps noir), avec une lame d’air ventilée en dessous et 20 cm de laine de roche côté chaud. Tout le reste, c’est de la connerie destiner à faire pourrir les bâtiments.

  8. Nemrod

    Je suis d’accord…quand il faudra faire les efforts concrets je demande à voir.
    Je l’ai déjà dit mais ce sont les bobos écolos pour qui la vraie Ecologie punitive sera la plus difficile.
    Qui sillonne le monde à la découverte des « chouettes cultures » ?
    Qui est accro à toutes les technos ?
    Qui pète dans la soie pour simplifier ?
    Je suppose qu’ils se voient comme des apparatchiks qui ne seront pas concernés…c’est surement vrai pour les leader mais pas la cohorte des idiots utiles.

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Les bobos écolos seront même les principales victimes de ces idioties : les métiers qu’ils exercent sont très rémunérateurs mais n’existent que dans une économie qui dégage suffisamment de surplus pour payer cher des activités pas vraiment utiles. Le désastre économique planifié, la décroissance, comme ils disent, fera mécaniquement disparaitre leur profession. Le renfort de l’état et de la loi n’y changera rien.

      1. Louchp

        Le surplus en tant que tel ne pourra pas alimenter ces âneries particulièrement coûteuses. Mais tous ces pans de fausse économie perpétuellement déficitaire (l’écologie, le social et solidaire,…) ne disparaîtront pas de si tôt.

        N’oublions pas que l’épargne titanesque des Français n’attends que de pouvoir servir la bonne cause. Le passe v2.0 pourrait être un bon moyen d’enfin pouvoir impliquer les moins bons élèves dans ce merveilleux Great Reset …

        1. Jacques Huse de Royaumont

          Cette fausse économie est financée par de la fausse monnaie. Cela tiendra aussi longtemps qu’on pourra obliger tout le monde à accepter cette monnaie de singe à la valeur de la vraie.

            1. Husskarl

              Nous importons tout, donc c’est la Chine qu’il faudra convaincre. Je ne suis pas certains qu’ils veuillent plusieurs décennies de PQ money.

              1. Louchp

                La Chine ne va pas s’asseoir sur ses réserves de change, ni en Euros, ni en Dollars. Je la vois donc mal œuvrer à une transition brutale. Mais elle se fera vous avez raison.

                1. Pierre 82

                  Pour votre gouverne, Louchp, sachez que les Chinois s’amusent à faire des stocks de matières premières qu’ils achètent un peu partout dans le monde (tout ce qui se stocke facilement), ils achètent compulsivement, assèchent les marchés tout en stockant pour le cas où ils en auraient besoin, et ils sont en partie à l’origine de l’inflation du prix des matières premières.
                  Et devinez avec quoi ils achètent ça? Des dollars. Ils en ont plein, ils savent pas quoi en foutre, ils ne veulent plus en reprendre, et ils devient évident qu’ils refilent lentement mais sûrement leurs treasuries US tant qu’ils valent encore quelque chose. Quand il ne leur en restera plus beaucoup et qu’ils auront décidé de siffler la fin de la récréation, on pourra s’attendre à des légers remous…

                  1. douar

                    Oui, ils ont déjà fait ça avec des céréales…qui se gâtent avec le temps.
                    Ils avaient des stocks théoriques élevés, mais inutilisables.
                    ça leur arrive aussi de faire des boulettes.

                    1. Pierre 82

                      Ça reste des communistes, quand même. Les conneries sont quand même leur marque de fabrique, il y a une réputation à tenir.
                      Peu importe si leur politique est judicieuse ou pas, l’avenir nous le dira. Ils se dé-dollarisent, et c’est ça qui va être funky quand ce sera terminé l’opération.

                  2. Louchp

                    C’est exact oui. Il est évident qu’ils font tout pour cela. Hongkong est l’exemple récent le plus flagrant de la construction financière chinoise. Cela fait également des années qu’il accumulent de l’or à un rythme soutenu.

            2. Pierre 82

              Pas si improbable que cela, Louchp… l’hyperinflation commencera à l’instant même où un pays duquel nous sommes dépendant pour une matière première quelconque nous dise « Tiens, à propos, on n’accepte plus d’euros, vous pourriez nous payer en dollars, plutôt? Ça nous arrangerait » Ou pire: en yuans, ou en or…

              1. Louchp

                Pas faux. Mais pour cela ne faudrait-il pas qu’au préalable la monnaie ait déjà perdu sa crédibilité?
                Perdre sa crédibilité signifierait : avoir déjà perdu de sa valeur de manière plus rapide qu’habituellement.

                C’est l’histoire du serpent qui se la mord…
                Difficile de savoir ce qui va bien pouvoir se passer à brève échéance.

  9. Aristarkke

    une facture carbone bien plus petite qu’un « riche » au volant de sa Twingo faisant 30 bornes pour aller bosser.
    Et que dire de celle d’un plombard qui va au taf en Doblo qui carbure au gazole et qui fume des clopes. Horreur!

    1. Le Grincheux

      Ça, c’est parce que vous ne m’avez jamais vu au volant de mon Type 23-50 de chez Pitroën qui tourne normalement à l’essence poids lourd et, aujourd’hui, au SP95 en attendant de changer les gicleurs du carburateur pour le faire tourner au E85… Le budget essence à 17l/100km fait mal !

      1. Aristarkke

        Ceux avec le moteur de l’ID/DS des premières années, issu des Traction-Avant?
        Encore en service?
        Il y en a un, de H23, restauré, couleur bleu horizon, qui sert d’accroche-l’oeil publicitaire pour la biscuiterie La Tri…..ne à Crach’…

        1. Le Grincheux

          C’est un Type 23 ou un Type H, Un H23 n’a jamais existé. Et il n’a jamais eu l’honneur d’avoir un moteur inspiré des ID19 comme les H78, il est resté toute sa vie durant motorisé par du Diesel Perkins (il y a eu un Citroën avant-guerre si ma mémoire ne me joue pas de tours) ou un 11-MI avec sa culasse en fonte. La raison est simple, il fallait un moteur avec du couple à bas régime. Le 11-MI a son couple mac vers 2000 tours/mn alors que le moteur de ID19 le voit plutôt vers 3000 tours/mn.

          1. Aristarkke

            Le type H dont la production a débuté en 48 au moment où la TA était toujours le modèle fétiche de Citroën, était fourni initialement avec un moteur à essence de 2L, dérivé de celui de la TA.

          2. Aristarkke

            La version principale du type H avait un PTAC de 2,3T pour 1,2T de CU officiellement, d’où l’appellation courante, apparemment inacceptable pour un Citroënniste convaincu aussi idolâtre qu’un Applemaniaque. 😥
            Soit, il en faut d’autres pour me chagriner.
            Quant au moteur, je maintiens que la version essence, très courante jusqu’au milieu des années 70, provenait de la TA mais modifié avec moins de puissance maxi et plus de couple à un régime inférieur (le 11CV, 1911cm3)
            Lequel moteur, modifié une nouvelle fois mais toujours avec ses 1911cm3, équipait les premières DS/ID comme n’importe quel ouvrage spécialisé vous le confirmera.
            Et pas que le moteur puisque la fameuse BV à trois rapports avant ne sortait pas d’ailleurs que de la TA.
            Mais la DS avait eu droit à une autre boîte (heureusement !)
            D’ailleurs, le H23 aurait plu à notre époque puisqu’il ne tapait le 90 que bien lancé et sans vent de face ou de travers face…
            Mais ce bahut était remarquablement conçu avec un seuil arrière de chargement haut comme deux marchés d’escalier et un intérieur cubique facile à remplir et à aménager.
            Également avec une accessibilité mécanique record par l’intérieur du véhicule.
            Renault pour ses Galion et similaires utilisait, lui, le moteur essence de la Frégate en 2L, revu et corrigé

            1. Le Grincheux

              Le moteur de la DS n’a strictement rien à voir avec celui de la Traction 11CV (seules deux pièces sont communes entre le 11D de la dernière traction 11CV et celui de la première DS19), même si l’alésage et la course sont identiques. Ça fait trente ans que je traîne mes guêtres dans les utilitaires Citroën et les DS, je n’ai jamais entendu parler de H23 (H72, H78 oui, mais pas H23). Concernant spécifiquement les moteurs des H et T23, les lois d’ouverture des soupapes sont modifiées pour donner du couple à bas régime (plus bas sur le T23 [2000 tours/mn] que sur le H [2500 tours/mn]) et le moteur pouvait tourner à l’essence poids lourd (indice d’octane 80) au moins sur le T23, contrairement aux moteurs d’ID/DS.

              Le PTAC du premier HY est de 2975 kg si j’en crois la RTA que je viens d’ouvrir. Le HZ a effectivement un PTAC de 2300 kg.

              La boîte à trois vitesses est directement issue de la boîte de la 11CV. Elle a simplement été étagée différemment (en dehors des pignons, toutes les autres pièces sont interchangeables). Tout comme la transmission et le pont avant proviennent directement de la 15CV.

              Il y a des légendes urbaines qui ont la vie dure concernant le H et le T23, surtout au niveau du moteur. Le 23 n’a eu qu’un seul moteur essence, le 11-MI, de 1935 jusqu’en fin de fabrication (1969). Il n’a jamais eu le moteur de l’ID19 comme on peut le lire ici ou là, même dans des bouquins de soi-disant spécialistes. J’en ai assez démonté et j’ai les barrés rouges d’époque. Les seules différences, selon les années, c’est la forme des pistons (plats, semi-bombés ou bombés; là, quand on ouvre, c’est la surprise, il n’y avait pas vraiment de logique. Les moteurs étaient rincés à 120 000 km en raison de l’absence de filtre à huile et les mécaniciens remplaçaient les moteurs en échange standard avec ce qu’ils avaient sous la main. On arrivait à se retrouver avec un moteur de T23 sur un H ou réciproquement et ça n’avançait pas bien parce que la transmission n’était pas du tout la même et que le couple max n’était pas au bon endroit.). D’autres pièces changeaient à la marge comme le carburateur et deux ou trois trucs annexes.

              On lit aussi que le H a eu à partir de 1964 (de mémoire) un moteur d’ID19. Là encore, rien n’est plus faux. Il a eu le droit à une culasse en alu, mais ce n’est pas un moteur d’ID19. Il n’a même pas eu droit au filtre à huile qui est embarqué dans le carter sur les ID/DS (je viens de vérifier sur l’éclaté du H78). Le H78, c’est un moteur de 11CV bricolé pour lui donner un air neuf et chauffer plus vite, c’est un peu le mariage contre-nature entre un bas moteur de 11D et une culasse d’ID19. Quant au moteur H72, c’est un mariage entre un moteur de 7C (plus fabriqué depuis 1940) et une culasse spécifique (il n’y a aucun moteur d’ID19 en 72mm d’alésage).

              J’avoue ne jamais avoir compris cette politique chez Citroën. Je suis sûr que ça leur a coûté plus cher d’adapter une culasse d’ID19 sur un moteur de 11CV, de relancer le 7C avec une nouvelle culasse, que de mettre directement un moteur d’ID19 dans un HY avec la boîte de l’ID19 (et naturellement un rapport de pont différent). De la même manière, je me suis toujours demandé pourquoi le T23 n’a pas eu droit à un moteur de DS20 ou 21 (moteur qu’on retrouve pourtant dans le type N) ainsi qu’une boîte à cinq vitesses (à la place de la boîte 4 avec son immense trou entre 3e et 4e et officiellement seulement les 3e et 4e synchronisées… Officiellement parce que sans un sérieux double débrayage, ça ne passe pas !). C’est d’autant plus incompréhensible que les T55 et T60 possédaient cette boîte de vitesses.

              1. Aristarkke

                J’ai de la patience et je vérifie grandeur nature que votre avatar correspond exactement à votre caractère tel que vous le montrez.
                Et va-z-y que je te chipote à chaque occurrence parce que l’autre a écrit H23 alors qu’effectivement, seule l’appellation officielle était Type H mais que les béotiens des années 50 et 60 osaient préciser dans leur sabir le PTAC pour être directs dans l’identification de l’engin, ce qui apparemment, révulse le Citroënniste idolâtre de la confrérie du chevron double.
                Désolé, je ne vous imaginais pas aussi sensible de la comprenure…

                Et que je monte sur mes grands chevaux parce que Bibi a dit que c’était le même moteur que celui de la TA ou de l’ID ou de la DS en feignant lourdement de croire qu’il entend cela stricto sensu jusqu’ au moindre boulon, alors que Bibi dépose, refait à différents niveaux et repose des moteurs, qu’il a fait en d’autres temps des mixages de monte qui étaient déjà répréhensibles et surtout, qui sait varier ses goûts de marque, gardant cependant une AX Furyo encore tout à fait capable de surprendre bien des kékés à Golf ou Audi sans parler des BM…
                Brisons là !

                Pour le type 23 *U*, petit camion léger qui date de 34, qui est directement contemporain de la TA et dont le dessin de l’avant découle indéniablement de ladite TA, son premier moteur était bien celui de la TA, en quasi 2L, culbuté et non à soupapes latérales mais remanié pour fournir surtout du couple à bas régime plutôt qu’une puissance flatteuse à haut régime seyant à une voiture attendue rapide et alerte.
                Citroën qui était déjà mal en point financièrement n’avait sûrement pas les moyens de se mettre le coût exorbitant de production de moules de fonderie différents pour sortir autant de moteurs intrinsèquement différents qu’il n’avait de modèles de véhicules à équiper.
                Il faisait comme tous ses concurrents de l’époque, utilisant pour un bloc donné des jeux de cylindres type chemises humides avec pistons appariés parce qu’il était ainsi rendu facile de refaire un moteur rapidement HS ou peu s’en faut pour cause de manque de filtre à huile en dehors des tamis grossiers et d’huiles dont les performances des meilleures feraient sourire à notre époque. Et on adaptait des culasses, des AAC, bielles, carburateurs selon les besoins déterminés de chaque sous-type de moteur à partir du bloc initial.
                Les constructeurs actuels font pareil sauf qu’on ne passe plus par des cylindres à chemises humides mais par des sèches quand le cylindre n’est pas directement alésé dans le bloc, en raison des performances de la métallurgie et des lubrifiants sans parler de la filtration.
                Dans le type 23 *U*, le moteur était simplement en position inverse de celui de la TA puisque ce camion était en propulsion, évidemment au lieu d’être en TA qui avait, précision pour les néophytes, elle, la BV avant le bloc moteur, façon 4L ou R5 première mouture.
                Mais rassurez-vous, je reconnais que Citroën avait tout à la fois de brillants ingénieurs capables d’inventer des usines à gaz fonctionnelles que des branques de justement inventer des usines à gaz pour résoudre des problèmes simples.
                Et je complimente Citroën, sur l’AX, d’avoir eu la judicieuse idée de faire transiter tous les câbles électriques issus du moteur par une jonction démontable qui permet, pour la dépose du moteur de résoudre le divorce électrique moteur/voiture en un tour de main au lieu de se battre branchement par branchement comme trop de ses concurrents en sont encore à le faire.
                On voit que pour la dernière petite Citroën encore construite en Grance, les méninges avaient été fortement sollicitées pour faire simple et rapide à monter sur la chaîne, donc économique. Ce qui n’empêche pas par ailleurs que sur le TU de service, il y a un boulon de maintien du carter plastique de protection de la distribution a b o m i n a b l e m e n t placé pile à l’endroit du longeron principal avant droit qui requiert des doigts de fée d’expérience pour être démonté et, surtout, remonté !
                Teasing : la Furyo navigue sans depuis 55 kkm.
                Et il est prévu, cet hiver, de changer à nouveau, le kit distribution sans se casser tête et doigts pour ce p….n de boulon.
                Survivrez vous à cette horreur???

              2. Aristarkke

                Question : ne seriez-vous pas le Grincheux Grave qui tenait un blog il y a quelques temps (sévissant encore chez Tw….r) où nous étaient narrées par le menu, certaines fois, toutes les aventures avec la DS première main, à 400 et des mille de kms, Citroënniste idolâtre jusqu’au bout des sphères, à l’ombre des terrils de Lens ou de ce qu’il en reste…
                Vaincue et achevée par la rouille, la DS pour être obligé de devoir user une XM contemporaine ???

                Ou conservée précieusement en attendant que sa côte monte??? 😛

    1. Theo31

      A base de tickets de rationnement comme dans les années 1940. Il s’agit de mettre fin à tous les loisirs de l’être humain. Pétain est bien vivant chez les écolos.

  10. P&C

    Je suis perplexe…

    D’un coté, je considère les fumisteries des EELV avec un œil dubitatif… la plupart n’ayant aucune connaissance de base en physique et en biologie.

    De l’autre, entre les cours du Janco, les pénuries et difficultés d’approvisionnement constatées ça et là pour les tôles, le bois d’œuvre, de microprocesseurs, le fait que les autos « reconditionnées » voire carrément accidentées sont demandés (et que les bagnoles d’occasion deviennent plus cher), les accidents sur les récoltes.

    Bon, je sais qu’il y a des pénuries pour cause problèmes usines, etc (ex: la pénurie de certaines vitamines car BASF a encore des ennuis de production).

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Les pays occidentaux sont riches d’argent gratuit créé ex-nihilo, pas de production de biens ou de services. Nous sommes riches sur le papier grâce à des faux en écriture validés par l’autorité de l’état.
      Nous sommes donc confrontés à un décalage entre nos moyens financiers théoriques et la réalité économique qui n’est pas au même niveau. Je ne serais pas surpris que les fournisseurs préfèrent être payé dans des monnaies pas (ou moins) manipulés et commencent à tordre le nez sur l’Euro ou le Dollar.

      1. Husskarl

        Ca a déjà commencé, quelques pays font leurs courses de pétrole en or. Le reste suivra, qui peut encore croire en la fiabilité/solvabilité d’états qui suicident leurs économies pour une grippe ?

        1. Yanka

          « L’or appartient désormais au passé »

          C’est comme si vous disiez que le soleil, avec l’avènement des solariums, appartenait au passé.

        2. Higgins

          Ben oui, il y a le silex qui l’a supplanté de^puis que nous nous sommes rendus compte que c’est sa rareté qui a mis fin à l’âge de pierre.

        3. Higgins

          je dirai plutôt que les cryptomonnaies, style Bitcoin, se présentent comme une alternative à l’or. Si ces dernières rencontrent autant de succès, c’est qu’il y a bien un problème de confiance envers les monnaies existantes.

          1. Pheldge

            non, Major, c’est surtout qu’il y a en engouement spéculatif très fort …
            Quand je vois la volatilité des cryptos, sur une journée, j’ai du mal à imaginer qu’on puisse s’en servir pour autre chose.

  11. Infraniouzes

    C’est quand même consternant de remarquer qu’aucun politique qui compte un peu et qui a droit aux écrans, aux micros, aux talk-shows TV ne s’élève contre la folie écologiste. Et les preuves ne manquent pas sur la dangerosité des propositions verdâtres. Mais le sytème politique français est ainsi: ne froisser aucun groupe d’un poids relativement important dans l’espoir de récupérer les voix des brebis égarées. Et puis il faudrait manier des chiffres que les gens « en place » manient timidement tandis que le parti des écolo-fascistes assène les siens avec la régularité d’un marteau pilon. Les vidéos, sur Youtube, prouvant la folie des projets écolos ne manquent pas. Rien que la construction des éoliennes, examinée dans le détail, ne manque pas de sel. Mais comme les industriels de l’éolien se sont engouffrés dans cette magnifique brèche, avec l’appui des pouvoirs publics, tout aussi inutile que couteuse pour nous mais juteuse pour eux, les b…. n’ont pas fini de se compter.

    1. Pierre 82

      « Les vidéos, sur Youtube, prouvant la folie des projets écolos ne manquent pas ». C’est pas faux, mais à côté de ça, le nombre de vidéos « prouvant » qu’on va tous mourir dans moins de 2 ans si on ne fait pas tous leurs caprices sont au moins aussi nombreux, et probablement même beaucoup plus. Ceux qui fustigent les « pollueurs » et qui trouvent que Macron est laxiste avec eux (normal, c’est le président des riches)…
      Vous ne les voyez pas, parce que les algorithmes de YT ne vous aiguillent que vers vos préférences, mais méfiez-vous des biais de confirmation, phénomène exacerbé précisément par ces algorithmes.

    2. Gerldam

      Tout à fait d’accord. Il fut un temps où l’émission de Nicolas Doze présentait quelque intérêt. Dernièrement , il consacre du temps aux élucubrations d’une Batho. Certains de ses « experts » habituels disent en coeur que le gouvenement a, en gros, magnifiquement géré la crise!
      Bref, un suppot de plus du pouvoir en place, ce qui n’était pas le cas il y quelques années.
      Peur de perdre son job?

  12. Cyprus ill

    Le crescendo de la folie qui s’empare du pays est absolument remarquable. Ce faisant, cela ne fait que confirmer un constat évident : profondément, le français moyen n’est pas libéral. Contrairement aux anglo saxons. Pour le gaulois basique, la liberté lui est accordée par un pouvoir qu’il vénère. Pour l’anglo saxon, la liberté est inhérente à l’homme, il naît avec, un point c’est tout. Ces subtilités se retrouvent dans la déclaration des droits de l’homme française à comparer avec la déclaration d’indépendance des Etats Unis.

    Dès lors, il suffit de peu pour voir ressurgir le naturel d’un inconscient collectif, tout acquis à ces nouvelles méthodes que sont le pass sanitaire ou écolo, et il ne reste pour le vrai libéral qu’une seule solution : quitter ce pays où sa voix restera irrémédiablement sans résonnance (heureusement celle de H16 résonne encore un peu).

    Pour moi, c’est fait depuis 3 ans (les fidèles de ce blog s’en souviennent peut-être), et la France ne sera plus désormais qu’un joli pays (pour combien de temps encore ?) pour y passer quelques vacances, de temps en temps.

          1. Cyprus ill

            De ce point de vue là, l’île a été « covid free » durant tout 2020, mais au prix d’une fermeture de l’île. C’était bien pour les résidents, mais ceux qui vivent du tourisme ont morflé. Pour un pays où le tourisme c’est 15% du PIB (beaucoup plus avec les retombées indirectes), c’était évidemment intenable sur la durée.

            Nous voilà maintenant avec l’île ouverte, mais uniquement aux vaccinés. Les non vaccinés doivent passer par une quarantaine stricte en hôtel obligatoire. Mais pas de pass (pour l’instant).

            Plus de 60% de vaccinés sur l’île, pourtant plein de cas, mais personne dans les hôpitaux. Bref la même supercherie qu’ailleurs…

                1. Pheldge

                  connaissant personnellement la « spécialiste » venue de la Réunion pour aider le gouvernement mauricien, je n’ai aucun doute sur le fait qu’elle ne vous aura rien épargné …

              1. Cyprus ill

                Bonjour Major
                Oui, le 1er confinement en mars 2020 a été très surprenant : tout fermé pendant 2 semaines. Ni supermarché, ni aucun magasin, rien ! Ce fut extrême. Et puis ensuite, plus un seul cas, et un retour à la normale pendant un an. Jusqu’à avril 2021… Maintenant on fait comme les autres

            1. Gerldam

              Même scénario en Thaïlande. Zéro mort en 2020. Mais pic épidémique actuellement alors que les frontières sont toujours fermées. Même catastrophe économique pour tout ce qui touche au tourisme (15% du PIB).

              1. Adolfo Ramirez Jr

                J’ai connu ça dans ma pampa Sud américaine ou bien ça fonctionne et il n’y a pas de cas, et vous restez confinés des années où ça n’a pas d’effet et vous détruisez l’économie

    1. Janus

      Demandez à Assange : Je crois que vous parlez d’un temps que les moins de 95 ans n’ont pas connu et les british ont les mêmes comportements liberticides que tous les autres occidentaux

  13. P&C

    Admettons que l’urgence écologique soit vraie, et qu’il faut réduire la consommation et le confort des gens pour tenir les 2°C sinon c’est Fallout in live.

    Pour cela, il faut donc arrêter de promettre la croissance, la consommation, les lendemains meilleurs, l’immobilier qui monte, les intérêts qui s’accumulent sur le livret A, etc… et trouver autre chose pouvant donner du sens… sinon la société va juste entrer en anomie.

    Or, on a déjà vécu dans un monde 100%ENR… et les gens trouvaient du sens via :
    – les relations interpersonnelles du village (où tout le monde se connait et est plus ou apparenté).
    – l’église et le curé du village… tout le monde partage les mêmes valeurs.
    – une éducation basées sur les savoirs pratique et l’apprentissage.
    – de nombreuses fêtes religieuses (quasi 100 jours de congés/an au moyen âge !).
    – une défense assurée soit par le seigneur de guerre local, soir par une milice levée parmi la population.
    – un code juridique qui tient sur quelques pages…
    – des mœurs pas très peu charlie vis à vis des voleurs et autres meurtriers… sans parler des migrants.

    Bref, un monde d’esstrème drouate… incompatible avec des écolos sauce EELV.

    1. baretous

      hop! hop! hop! doucement ! l’écolo du village se plaint du bruit des cloches..

      tout le monde se demande de quoi il vit d’ailleurs, d’où il sort le pognon. Il vient d’acheter un chiot berger australien à 1300 euros quand même n’ayant pas le début du cul d’une brebis ou vache..

      1. P&C

        Déjà, payer un chiot 1300 balles…
        Mes parents n’ont eu que des problèmes avec des chiens de race.
        Les suivants, tous des batards parfois improbables, étaient bien plus solides.

    2. heli0gabale

      Tatata!

      Les écolos ont la solution !
      Ecoquartier, ecovillage, néo kibboutz,…

      Avec une assemblée digne des meilleures AG étudiantes dirigées par des Savonarole locaux, des mesures non genrées, des rites stupides,…

      Bon ce qui est bien c’est que, comme toutes communautés gnostiques, ils ont une fâcheuse tendance à l’auto destruction.

      Ce qui laissera enfin la place au vilain monde d’esstremdrrouate que tu nous décris.

        1. heli0gabale

          Icarie, familistère, phalanstère,…

          Ces communautés proto socialistes sont passionnantes, elles ont toutes échoué ou fini en taule à ciel ouvert.

      1. douar

        Celui ci par exemple:
        franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-lhistoire/dissidences-chretiennes-24-le-mysterieux-kibboutz-de-pardailhan

        Et bien sûr, ça a terminé assez vite.

    3. Roanna

      Si vous avez besoin de vous convaincre de l’urgence écologique et si vous avez 2 heures devant vous je ne peux que vous renvoyer vers un exposé de JP Jancovici.
      C’est sans concessions, sans rêveries et très convaincant. Il part de la base, l’énergie, et construit toute sa logique sur le fait que sans énergie le monde reviendra à sa situation d’avant avec tout ce que cela aura comme conséquences. Le tout oscillant entre des plus hauts de moins en moins hauts et des bas de plus en plus bas pour les 100 ans à venir, n’excluant pas la possibité d’arriver à la fusion nucléaire au delà de ce délais. Imparable.
      Si cette condition n’est pas atteinte et à terme la descente sera catastrophique.

      1. kekoresin

        Sans énergie, c’est effectivement le monde d’avant qui reviendrait avec moins de 1 milliard de bipèdes en étant très large. Le problème de JP est le même qu’avec les écolos de base: les projections statistiques qui excluent tout progrès scientifique. De nouvelles sources d’énergie de masse arrivent bientôt et elles ne pèseront pas beaucoup sur les écosystèmes. Par contre la pression qu’exerce presque 8 milliards d’humains est phénoménale et seule la prospérité et l’éducation peuvent faire baisser cette pression démographique.

        1. Roanna

          « Le problème de JP est le même qu’avec les écolos de base: les projections statistiques qui excluent tout progrès scientifique. De nouvelles sources d’énergie de masse arrivent bientôt  »

          Lesquelles? Faut pas avoir peur de les citer et tant mieux s’il y en a.

          Le délire collectif actuel c’est bien ça « le progrès scientifique », un mot magique sensé répondre à tous nos problèmes, des mots et de la démagogie, de la com et de la propagande, ce que fait d’ailleurs très bien le gouvernement, que de la com.
          Il n’y a qu’un seul progrès qui soit envisageable à l’heure actuelle dans des dimensions titanesques pour ce qui est de l’énergie à fournir mais à très longue échéance et c’est la fusion nucléaire. On en est très loin et si on arrive à la réaliser à très petite échelle, pour produire à très grande échelle ce sera une toute autre affaire.
          En attendant on fait dans le charbon et le pétrole.
          Regardez ce que fait l’Allemagne qui s’est partiellement débarrassée du nucléaire- je vous le donne dans le mille- charbon et gaz.
          Quant au solaire, eh bien ma foi lisez donc cela:

          « La priorité est donnée au développement des énergies intermittentes, éolien et photovoltaïque. Pour une consommation brute d´électricité supposée à 580 TWh en 2030, l´objectif est de porter la capacité installée à 100 GW pour le photovoltaïque, à 71 GW pour l´éolien terrestre, à 20 GW pour l´éolien maritime et à 8,4 de GW pour la biomasse. »
          Source ici:
          https://allemagne-energies.com/energies-renouvelables/

          Pour info, entre 1TWh et 1GWh il y a un rapport 1000
          L’auteur de l’article « Hartmut Lauer, Ingénieur diplômé et Docteur » même s’il a tout ce qu’il faut comme titres ronflants parle malgré tout dans la même phrase de TWh et de GW ce qui n’est pas du tout pareil. Il mélange des carottes et des choux.

          Avec une puissance de 1GW, au bout de 1 journée vous avez consommé 24GWh.
          L’objectif serait donc de porter la capacité installée à (100+71+20+8)*24 = 4800GWh ou 4,8TWh à comparer à 580TWh et un prix de l’énergie qui déjà aujourd’hui est 3 fois plus cher qu’en FR.
          Autant dire que si tout devait devenir green, il n’y aura plus personne pour payer.

          Mais « les projections statistiques qui excluent tout progrès scientifique » seront toujours là pour nous sauver.

            1. Vodkaman

              Si on considère une production fonctionnant 30% du temps à sa puissance nominale, il vaut mieux en installer 3 fois plus ce qui pourrait coller avec les chiffres.

              j’ai bon ?

              1. Roanna

                Oui c’est aussi ma conclusion. Puissance potentielle x fois supérieure à la puissance réelle fournie ( nuit pour les panneaux, pas de vent pour les ventilateurs et hiver pour la croissance verte.
                Il aurait été plus logique dans l’article de parler d’énergie récupérée.

          1. durru

            Voilà, il suffit pour l’instant de ne pas être con, même pas besoin de trouver de nouvelles sources d’énergie, utiliser correctement celles à disposition devrait suffire.
            Même le pétrole, les réserves connues aujourd’hui dépassent ce qu’on a consommé depuis qu’on nous vend sans arrêt des pics (et des pocs).
            Non, désolé, JPJ est un malthusien comme les autres, c’est à dire tout aussi à côté de la plaque. C’est pas le manque de silex qui a mis fin à l’âge de pierre…

            1. Roanna

              Je ne veux pas vous convaincre, ce n’est qu’un élément de réflexion. Les négationnistes ont toujours existé même qu’il y en a encore qui croient que la terre est plate. Cela ne les empêche pas de vivre et de subir l’attraction terrestre.

                    1. Roanna

                      L’avenir nous le dira mais pour l’instant nous sommes dans une m….monstre qui qualitativement nous a fait revenir qq ans en arrière. Et là ça ne balance plus.

                    2. durru

                      Si les gens sont confinés chez eux, le télétravail ne souffre pas, mais les activités sur le terrain c’est un tout petit peu différent.
                      Le problème actuel c’est l’absence d’activité, pas de matières premières.

                    1. Yanka

                      Jancovici ne délire pas du tout, surtout à propos de l’énergie, base de tout notre mode de vie, et que tout le monde pense éternelle, si bien que son coût est à peine considéré. Quand il dit que sans le pétrole, nous ne serions pas en train de deviser sur Internet, mais occupés au champs à ramasser les patates, il dit vrai. Ses opposants lui reprochent d’être pour le nucléaire ; je ne lui reproche que de croire au réchauffement climatique anthropique. Sinon, c’est un mec qui ne dit que des choses intéressantes et drôles, en plus. Il aligne les punchlines comme il respire.

                    2. Aristarkke

                      Yanka, pour le consommateur final, le prix du pétrole payé, compris dans le sous-produit acheté est plus que largement surchargé de taxes…

            2. Roanna

              @Yanka
              JPJ n’est pas le bon dieu, il fait ses analyses et en tire ses conclusions. Certains vont considérer ses conclusions comme satisfaisantes d’autres le traiteront de charlatan et le monde continue de tourner.
              Des astrophysiciens et non des moindres parlent de Big Bang, ok mais avant.
              Les hypothèses font avancer la (les) science(s)mais dans le cas présent il est certain que d’ici qq dizaines d’années on saura ce qu’il en est.

              1. Yanka

                Je n’ai jamais cru que qui que ce soit fût le bon Dieu, pas même le bon Dieu. Je m’informe, je lis, je regarde, afin de comprendre. Les gugusses, je les repère vite, ils ne sont guère endurants. Janco n’est pas un gugusse. Ça ne veut pas dire que j’ajoute foi à tous ses propos. Il y a cette histoire du réchauffement climatique anthropique, et puis une réflexion personnelle liée sur l’expérience, à propos du fameux « Rapport Meadows » de 72, une des premières utilisations des ordinateurs dans un dessein statistique et prévisionnel : on ne peut prédire ce que demain sera, et a fortiori un demain qui se compte en dizaines d’années ou de siècles, car les projections se basent sur un aujourd’hui qui dure toujours, en utilisant la dynamique du moment. Celui qui, en 1912, aurait fait des prévisions scientifiques sur les dix années suivantes se serait joliment planté, car un accident énorme est arrivé en 1914. Ça se passe toujours ainsi, dans un sens ou l’autre (aggravation ou amélioration). Le 11 septembre 2001 à 9 h, tout allait très bien pour les New-Yorkais. Tant qu’une chose ne s’est pas passée, on ne peut la faire intervenir dans un tableur. Il y a donc du mou dans tout système prévisionnel, relatif par essence. Quand on me présente le schéma du climat dans un siècle, je ricane doucement, surtout que ce schéma est du type effrayant, avec plein de morceaux d’exponentiel dedans.

                1. Pierre 82

                  Il est clair que les « prévisionnistes » de cet acabit me feraient tout doucement rigoler, mais malheureusement leur influence sur le déroulement de nos vies ont pris une telle ampleur que ça ne me fait plus rire du tout.

                  Je comprends mieux pourquoi dans la Bible, la consultation des devins était formellement prohibée, et que c’est répété de si nombreuses fois dans l’ancien testament. Quand on voit les dégâts qu’ils peuvent faire !!!

            3. Roanna

              @Ari
              Les taxes n’ont absolument rien à voir avec le coût de production du produit. Ce n’est pas parce que l’état s’engraisse sur le dos de ses administrés que le prix est à peine considéré. Aux US ou en Arabie Saoudite le carburant ne coûte quasiment rien. En EU on est les dindons de la farce.

              1. Aristarkke

                Je parlais du consommateur final qui doit décaisser les taxes en sus du coût de production normal du pétrole et de ses dérivés. Même les entreprises où c’est un composant de production acquittent leurs quotas de taxes. Quant aux pays où le prix du carburant à la pompe est ridicule, quelquefois inférieur à son prix de revient, c’est une composante de leur etat-providence.
                Et dans le coût de production entrent bien les taxes dûes aux *pays producteurs*, les redevances d’exploitation des concessions, etc…
                Le premier choc pétrolier est bien consécutif à une hausse subite et vertigineuse des taxes de ces pays producteurs et non par une augmentation des coûts d’extraction *hors taxes* ou une demande exponentielle de consommation.

                  1. Roanna

                    J’ai relu Yanka et je ne suis pas tout à fait certain d’avoir compris ce qu’il voulait dire avec « si bien que son coût est à peine considéré »
                    Ce que je comprends c’est que le prix payé pour 1L d’essence par exemple ne reflète pas le coût de la main d’oeuvre qu’il aurait fallu engager pour réaliser le mm travail, c’est à dire ce qu’on peut faire avec cette quantité de carburant.
                    A priori je dirais donc qu’une fois qu’on a fait les recherches , qu’on a creusé, pompé et acquitté les droits divers et variés pour amener le brut à la surface, cela nous donne un prix et c’est ce prix qui est ridiculement bas par rapport au travail qu’il permet de fournir.
                    Après, les taxes sont un autre problème. On pourra noter que mm toutes taxes incluses le prix est encore très faible.
                    Je sais, c’est trop cher mais en convertissant 10kWh en nombre de bras, ça fait beaucoup de bras à nourrir.

          2. kekoresin

            Le progrès a amené l’humanité à 8 milliards de têtes. Je ne dis pas que c’est une bonne chose mais le fait est là. Pour l’énergie, outre les réserves d’énergie fossiles encore exploitables dont tous les experts prévisionnistes annonçaient la disparition vers l’an 2000, la filière thorium est la plus prometteuse. Les bricolages d’énergies soit-disant renouvelables et surtout intermittentes ne sont que de l’appoint dans des zones spécifiques.

            Le « délire collectif » se situe plutôt du côté lutte contre le CO² que dans le progrès qui est indéniable et qui nous permet de vivre dans un confort jamais égalé bien que mal réparti. Une simple constatation des faits permet de s’en apercevoir contrairement aux gesticulations millénaristes brandissant des modélisations imparfaites qui ont elles besoin d’une propagande soutenue pour les faire ingurgiter comme vérité absolue (vérité = concept anti-scientifique).

            De toute manière, la nature est ainsi faite qu’un réajustement s’opèrera, ramenant le nombre de fourmis à la taille du gâteau.

            1. Roanna

              Vous chipotez sur des fifrelins en disant disparition vers l’an 2000, comme s’il était prévisible de donner une date fixe car même à 10 ans près ce n’est pas possible et pic de production est loin de signifier disparition. Ici aussi Gauss s’applique.
              Il est donc probable que nous soyons sur un plateau qui durera un certain nombre d’années, les nouvelles découvertes venant masquer la diminution d’autres puits.
              Quant au thorium c’est de la fission, même problème que l’uranium en pire.

            2. Roanna

              Par ailleurs les réserves d’énergie fossiles ne sont pas prêtes de s’éteindre puisque les réserves de charbon sont estimées à environ 500 ans, rien à voir avec l’an 2000.

              1. durru

                Non, non, l’an 2000 avait été prévu avec précision par le club de Rome à propos du pétrole. C’était la première prévision de ce type. Et son échec cuisant, au lieu de calmer certaines ardeurs, n’a fait, au contraire, qu’appeler d’autres, tout aussi réalistes. Mais bon, y’a strictement aucune raison pour ne pas les croire, surtout quand on sait que déjà l’âge de pierre est arrivé à la fin par manque de silex, comme tous ceux qui ont suivi…

                1. Roanna

                  Je vais vous faire une prédiction, le 15 janvier la température sera en dessous de 0 et vous allez me dire pourquoi pas, tout simplement parce que je ne peux pas me tromper de beaucoup d’après les statistiques météorologiques. Et si ce n’est pas le 15 ce sera 3 jours avant ou 3 jours après.
                  Avec le peak oil c’est exactement pareil sauf que là on compte en années et faire une fixation sur une date précise c’est comme pour la naissance du Christ, on y croit ou pas.

                    1. Et comme Higgins, non.
                      Le blog contient suffisamment d’entrées pour comprendre pourquoi « non » et pourquoi ces histoires de pic huile sont des âneries.

          3. Yanka

            Jancovici le répète assez : on base sa réflexion et ses remèdes sur ce qui existe et non ce qui n’existe pas. Dire que le progrès scientifique ou technique règlera un problème est une fumée mentale, une pensée magique. Ce qui n’existe pas n’existe pas, jusqu’à preuve du contraire. Par ailleurs Jancovici n’est pas du tout un écolo et pas du tout un décroissant. Il pense que si nous ne faisons rien en nous organisant, nous devrons le faire brutalement, car nous sommes bel et bien en train de cramer en quelques siècles des ressources que la nature a mis des millénaires à produire. Il est avéré que les ressources fossiles sont toutes sur le déclin, et par ailleurs deviennent de plus en plus difficiles à extraire, et donc coûteuses. Je crois me souvenir que l’extraction du pétrole dans des conditions normales, genre Arabie Saoudite, rapporte 200 $ pour un dollar investi ; le pétrole non conventionnel (schiste, sables bitumineux) rapporte 4 $ pour un dollar investi, en plus de causer d’énormes dégâts à l’environnement. Il y aura sans doute toujours du pétrole et du gaz, mais pas à cette abondance, ni à ce prix (que le consommateur trouve déjà très cher, il est vrai aussi en raison des taxes et accises). À quoi pourrait bien servir ces énergies s’il faut les réserver, en quantité restreinte, à quelques domaines, et à un prix de ouf ? Que propose Jancovici ? De réfléchir à ce problème et d’y apporter des remèdes qui tiennent la route, et d’abord de prendre conscience du problème. Vu le nombre de gens qui haussent les épaules, on va se marrer quand la décroissance se fera sur le mode brutal, naturellement. Y en a qui vont chouiner sévère.

            1. durru

              Ce qui existe n’existera plus dans pas longtemps. C’est pas mieux que de penser à ce qui n’existe pas encore…
              La décroissance n’est pas le fait du déclin de l’humanité, c’est (ou ça sera) le fait de décisions politiques imbéciles, idéologiques à nuance totalitaire. Jamais avant dans l’histoire de l’humanité on a constaté ce genre tendance, même si on évoque l’affreux Moyen-Âge…. Y’a pas de raison particulière pour ça arrive maintenant.
              Ce n’est pas parce qu’on voit pas l’avenir qu’il n’existe pas, hein…

              1. Yanka

                Ce n’est pas parce qu’une chose n’est jamais arrivée qu’elle n’arrivera jamais. Avant Hiroshima, jamais une bombe atomique n’avait été larguée sur une ville, ni même sur un hameau de deux feux. L’homme a vécu des siècles durant sur le mode lent, et son énergie pour transformer, il la tirait de l’eau et du vent, grâce aux moulins. Mais l’homme n’est jamais content, il faut améliorer le bidule et inventer de nouveaux trucs. Les Indiens connaissaient le pétrole sous la forme grasse et lourde du bitume depuis des siècles, puisqu’ils l’utilisaient pour calfater leurs pirogues. Ce bitume n’avait aucun autre usage connu ni possible. Le charbon des anciennes forges, il provenait du bois de nos forêts (elles ont d’ailleurs failli crever) ; ces forges permettaient de produire des ustensiles pour la vie quotidiennes. Et puis tout s’est accéléré avec l’avènement du pétrole, une accélération jamais constatée nulle part dans toute l’histoire à la fois brève et longue de l’humanité. Ça n’a pas été un moment d’accélération, c’est une accélération continue. Et ceci est trop anormal pour durer tout le temp. Notre malheur, c’est que le monde nous est donné tel quel à la naissance et nous le percevons comme le monde normal, ce qu’il n’est pas. Grandir et grossir (croître et se multiplier) est toujours bien vu, mais il faut être un imbécile avéré pour croire que qu’on puisse grandi et grossir sans cesse, sans se fracasser le pommeau à un moment donné conte le plafond, ou exploser à force d’enflure. Il y a des constantes que le temps long nous enseigne. La catastrophe est la loi.

                1. durru

                  « Ce n’est pas parce qu’une chose n’est jamais arrivée qu’elle n’arrivera jamais. »
                  Nous disons la même chose, en fait. La seule différence, c’est que vous vous concentrez sur le pire, moi sur le meilleur 😀 Et il faut bien avouer que les deux sont possibles, et même probables.
                  Sauf que, pour l’humanité comme pour la bourse, le résultat global sur le temps long a toujours été le même…
                  Qui vous dit que la limite de la population mondiale que la Terre pourrait supporter a déjà été atteinte ? Qui vous dit que, à force de progrès, les populations à fort taux de reproduction ne vont pas finir par faire comme tous les autres, réduire la voilure ? Qui vous dit que les hommes ne vont pas être capables de coloniser d’autres corps célestes (Lune, Mars, que sais-je…) avant que la surpopulation ne devienne un vrai problème (ce qui n’est manifestement pas le cas aujourd’hui, malgré tous les messages catastrophistes répétés en boucle) ? Je pourrais continuer comme ça à l’infini…

                  « La catastrophe est la loi. »
                  Alors là, je vous prie de lire le 23h42 de Pierre un peu plus haut.

                  1. Yanka

                    Il ya des cycles : un empire s’effondre à l’Ouest, un nouveau se lève à l’Est, qui lui-même connaitra le déclin. Un homme finit par mourir, un arbre aussi. C’est le schéma de fond. Nous avons conscience de nos limites et des limites. L’univers n’en a pas, semble-t-il, mais nous ne sommes pas en mesure de l’explorer autrement qu’en restant chez nous bien sagement, en observant ce qu’on peut avec des chefs-d’œuvre d’optique. Peut-être que nous coloniserons l’espace. En attendant, nous sommes allées sur la lune voici 52 ans, et y a toujours pas un fichu radis qui y pousse. Ça fait que dans les « si », j’élimine des hypothèses la possibilité d’une fuite de ce genre. Le problème que nous rencontrons n’est pas un problème mathématique qu’un génie va résoudre bientôt. Ce n’est pas un problème de robinet qui fuit et d’outils pas adaptés. C’est un problème de ressources énergétiques non renouvelables dans lesquelles nous puisons allègrement comme si c’était un puits sans fonds. Et forcément, à un moment donné, vu les besoins qui ne cessent de croître et vu les difficultés grandissantes d’exploitations des réserves (profondeur, coût), il va se passer quelque chose qui est d’ailleurs en train de se passer déjà sous la forme d’une corrosion, d’un effritement. Avant qu’une falaise ne cède, il y a toujours quelques ridicules petits cailloux qui dégringolent. On « sent » bien qu’il se passe quelque chose, et on « sait » bien que nous avons connu un âge d’or et qu’il est derrière nous. Pour le moment, nous sommes encore sur un plateau, mais à un moment donné, ça va partir en couilles, et d’aucuns dirons alors, comme Horace a dit de Regulus : « Hoc caverat mens provida Reguli ». Autrement dit : « Regulus nous avait prévenu ». Sur l’optimisme…Chacun espère selon sa foi, mais la géologie se rit des dieux et de l’espérance.

                    1. Pierre 82

                      Vous confondez crise (voire même crise sévère) et fin du monde.
                      Le problème avec les malthusianistes, c’est qu’ils n’envisagent même pas que puisse survenir un changement, ou même un bouleversement, de la manière de produire.
                      C’est ainsi que dans les années 70, les experts annonçaient que l’Inde devrait connaître de telles famines dans les années 80 que sa population ne pourrait jamais dépasser les 600 millions, qui est la limite absolue qu’on ne parviendra jamais à dépasser. Ils sont maintenant plus du double, sont auto-suffisants en nourriture, et s’ils ont connu quelques disettes sporadiques localement, ils n’ont plus de famines depuis pas mal d’années.
                      Bien sûr, on ne logera jamais 200 milliards d’individus sur cette planète, mais de grâce, cessez de penser que vous pourrez planifier quoi que ce soit. L’histoire de l’humanité a bien montré que des équilibres se font naturellement, et n’a nul eu besoin d’experts en expertise. Ayez confiance en l’humanité, merde. Vous pensez vraiment que depuis Cro-Magnon, l’évolution de la population humaine a été gentiment linéaire, sans accroc, et qu’il a fallu attendre l’avènement du capitalisme pour que subitement, tout dégénère?
                      La population a certes fortement augmenté ce dernier siècle, mais on y connait globalement moins de famine. Et on n’importe rien depuis la lune.
                      Au diable ces experts, qu’ils arrêtent de vouloir interférer avec la régulation naturelle en forçant des « politiques » pensées depuis les bureaux d’instances internationale par des crétins qui se prennent pour les rois du monde, et qui prennent des décisions qui rendent tout le monde malheureux, du type de ce Bill Gates qui s’est fourré dans le crâne qu’il fallait stériliser les femmes africaines, car elles se reproduisent trop.
                      Une gestion vétérinaire d’un troupeau de bestiaux; voilà ce que c’est. La dignité humaine, ils s’assoient dessus.

            2. Pierre 82

              Au XVIIIème siècle, l’occident a connu une crise énergétique terrible. L’Europe était tellement déboisée, qu’on avait de plus en plus de mal à faire du charbon de bois indispensable à toute activité de métallurgie. Or, les besoins en métaux divers n’arrêtait pas de croire.
              Heureusement, Colbert, dans son infinie sagesse et grâce au volontarisme affiché par l’administration du Royaume de France, a agi avec force et détermination: obligation de déclarer tous travaux nécessitant du bois de construction à la prévôté, toute la noblesse a accepté de faire vérifier par les gens d’armes que le peuple ne se chauffait pas trop, en gaspillant ainsi de précieuses ressources. L’affouage fut puni du gibet, des quantité énormes de forêts furent replantées un peu partout sur des terres agricoles, et, il faut le noter, c’était la première fois qu’une telle unanimité s’était dégagée (un vrai consensus) entre le Royaume de France, les Habsbourg, le Saint-Empire, le royaume de Naples, et les Anglais, et s’étaient mis d’accord pour agir de concert sous l’égide du pape, afin de contrer la menace existentielle qui pesait sur l’humanité. Le sultan ottoman finit même par accepter de participer à l’effort devant cette terrible menace. Et l’humanité fut sauvée.

              Ah, non, on me fait signe en régie que non, en fait. Ils ont réglé ça en remplaçant le charbon de bois d’abord par de la tourbe et de la lignite, qui affleuraient dans certains endroits, puis par du charbon qu’on est allé cherché de plus en plus profond. Quoi qu’il en soit, chapeau bas pour les dirigeants de l’époque qui ont su, par leur action, leur génie et leur détermination sans failles, éviter un péril mortel pour le genre humain.
              Ah? On me fait signe qu’en fait, non. Les gouvernants de l’époque ne s’occupaient absolument pas de ce genre de trucs. Colbert aurait sans doute bien aimé, mais son patron Louis XIV l’a renvoyé dans les 22 en lui rappelant que l’état, c’était lui et personne d’autre.
              Vous voulez dire qu’ils ont trouvé l’idée d’utiliser du charbon sans que l’administration ne leur donne l’autorisation, ou qu’un consensus scientifique n’ait vu le jour pour valider cette idée? Ben ouais, l’administration, à l’époque n’en avait rien à branler de ce genre de trucs.
              Incroyable, quelle horrible dictature où les élites ne mettaient pas leur gros pif et leurs grosses mains pleines de doigts dans les affaires du peuple en leur expliquant en continu ce qu’ils devaient penser, ne pas penser, faire et ne pas faire. Résultat: la chienlit.
              Dingue quand même: il y a eu une crise énergétique qui s’est réglée sans plan global. Difficile à croire.

              Trêve de plaisanteries: quand j’entends que M Jancovici « pense que si nous ne faisons rien en nous organisant, nous devrons le faire brutalement, car nous sommes bel et bien en train de cramer en quelques siècles des ressources que la nature a mis des millénaires à produire », je ne sais pas si je dois rire ou pleurer.

              Parce que si on laisse à nos branquignols le soin de régler un souci de source d’énergie traditionnelle, et s’ils font ça avec le même entrain et succès qu’ils n’ont réglé le covid grâce à leur talents d’organisateurs, on n’est pas sorti du sable. Pas mieux d’ailleurs si on remplace ces bras cassée par d’autres clowns à roulettes ©.
              Qu’ils arrêtent de brider les esprits, et les solutions émergeront, à condition que les solutions qui fonctionnent soient retenues, et que celles qui ne fonctionnent pas retombent dans l’oubli. Ah, on me signale que ce type d’organisation existe déjà et s’appelle le libéralisme. Ah, ben non, alors. Le libéralisme, c’est caca, c’est Thatcher, beurk. Ça ne marchera pas, et ça créera encore plus d’inégalités, comme si on avait besoin de ça en plus !!!

              1. Roanna

                Toute évolution est basée sur des constatations, des faits des analyses.
                Débrider les esprits c’est laisser l’analyse se faire et pour ce faire il faut des entrants qu’on va généralement chercher dans le passé mais c’est pas obligé.
                C’est exactement ce que fait JPJ. Il ne donne pas la solution non plus, il dit simplement que si on continue comme ça on court à la catastrophe. Il n’invite pas le gouvernement à pondre des solutions qui de toute façon ne peuvent être que foireuses mais invite à une sorte de réveil des consciences.

                Si je m’occupe d’un transistor -composant électronique- et que je lui applique une tension croissante je sais par expérience qu’à un moment donné sa puissance dissipée va dépasser la puissance admissible et qu’il va lâcher brutalement, c’est exactement ce qui nous pend au nez avec la croissance sans limite. Après c’est la démerde…

              2. Yanka

                Janvovici ne songe nullement à brider les esprits, bien au contraire. Et il n’est pas un écologiste, une fois de plus. Il est plutôt vu comme un affreux pessimiste de droite, qui pis est un agent du lobby nucléaire. Ce n’est pas parce qu’un type parle de la planète en disant « Attention ! » que c’est un écologiste (donc forcément bas de plafond et halluciné, comme les villes du même nom dans un recueil de poésies de Verhaeren). Il y a sur ce blog, c’est son intérêt, une nuée de gens intelligents et, semble-t-il, compétents (du moins s’en vantent-ils). Mais il y a aussi une tendance à considérer tout ce que ne fleure pas bon le libéralisme comme du caca. On n’est pas intelligent quand on est à ce point binaire, manichéen. Il faut écouter tout le monde, et pas seulement les gens de notre bord. Trop de politique et pas assez de philosophie. Trop de nez dans la gamelle pour penser loin, et ceci dans tous les camps. Chaque fois, dans la vie réelle, que j’ai pu discuter avec un type qui se revendiquait libéral (ce n’est pas un gros mot dans mon pays), c’était un arrogant qui n’avait pour dessein que de niquer les socialistes ; au volant de son allemande à grosse cylindrée, il se rit bien des petites gens qui marnent et galèrent, en plus de se moquer royalement des gens qui croient qu’il y a un bon Dieu. Vous allez me dire que ce n’est pas ça, le libéralisme, et j’entends bien, et je n’ai d’ailleurs plus envie d’enfoncer le clou. Prenez un type très recommandable et lisible comme J.-F. Revel. Il n’échappe pas à ce biais de l’arrogance libérale, et en plus il était gras à lard. Ses sarcasmes pénibles ne sont pas le meilleur de son œuvre, même si, avouons-le, une entreprise de démolition de pitres est toujours savoureuse. Le problème, c’est quand un gusse considère comme pitre tout ce qui n’est pas lui ou son milieu.

                1. durru

                  Voyez vous, on aurait pu, à l’époque, suivre Malthus et imposer un eugénisme d’avant-garde. Ou la ribambelle d’experts (oui, le terme n’est pas nouveau) qui démontraient que les passagers d’un train seraient tous morts étouffés si le train dépassait les 40 km/h ( ou 30 ? je ne sais plus). Etc, etc.
                  Un marchand de peur est toujours très populaire, mais il a très rarement raison (attention, euphémisme).
                  Je reprends Coluche (qui avait lui aussi repris, probablement) : « ce n’est pas parce qu’ils sont nombreux à avoir tort qu’ils ont raison »…
                  Et les démonstrations sophistiquées n’arrangent rien, car « ce qui est clair s’énonce clairement et les mots pour le dire… », enfin, vous voyez l’idée. La prétendue « pensée complexe » n’est faite que pour embrouiller, en réalité, il y a seulement du vide derrière.
                  Sinon, comme disait le Patron, ce blog est plein de réfutations des propos de Janco, documentées et argumentées. Même s’il est pro-nucléaire (est-ce qu’il s’est déjà penché sur l’estimation des ressources d’uranium ?).

                  1. Yanka

                    Brièvement. Jancovici n’est pas pour le nucléaire parce que c’est comme ça que ça doit aller et pas autrement, mais parce que c’est ce que nous avons de mieux en ce moment en matière de renouvelable qui fonctionne. Il ne focalise pas non plus sur l’uranium, car il souhaite que nous continuions à pousser la recherche dans le domaine nucléaire. C’est donc l’énergie transitoire parfaite (dit-il), mais non la solution. Pour savoir ce que pense et prône le bonhomme, au lieu d’en faire un pitre à gros sabots écolos, il faudrait l’écouter. Il ne prétend pas avoir la solution, mais il y a des remèdes à utiliser pour amortir le choc ou accompagner la transition, et il donne des pistes. Parmi ces pistes, il n’y a pas l’éolien, ni le solaire.

        2. Pythagore

          Population qui diminue sur tous les continents sauf un, grâce….. au progrès. Revenons à la terre et il nous faudra des bras, qui ne poussent pas seul.

      2. René-Pierre Alié

        C’est curieux, comme les charlatans peuvent être convaincants.
        Il est vrai que nous vivons (nous, au moins dans les sociétés développées) comme des rois.
        Il est vrai que notre croissant niveau de vie repose sur une croissante quantité d’énergie consommée.
        Il est vrai que cette énergie suppose une destruction de ressources non renouvelables (à l’échelle humaine).
        Il manque à cette démonstration une donnée qui, elle, va dans le sens contraire de la conclusion (à savoir, celle d’un effet de ciseau entre demande croissante d’énergie et stock limité) : c’est qu’on produit de plus en plus d’énergie avec de moins en moins de matière énergétique. La machine à vapeur qu’est une centrale nucléaire produit beaucoup plus d’énergie avec un kilo de matière fissile qu’une locomotive n’en produit avec des tonnes de charbon. Une quantité d’énergie quasi illimitée (à l’échelle humaine) sera peut-être demain possible.

        1. Roanna

          Je rebondis sur la dernière phrase.
          « Une quantité d’énergie quasi illimitée (à l’échelle humaine) sera peut-être demain possible », elle rejoint celle de kekoresin « Le problème de JP est le même qu’avec les écolos de base: les projections statistiques qui excluent tout progrès scientifique. » Donc même réponse et peut-être ou plus probablement peut-être pas.

          Je ne vois pas ce qui vous permet de le traiter comme chalatan. Perso j’en ai aucune idée mais sa démonstration me semble plus cohérente qu’un « peut-être demain possible »

          1. durru

            C’est pourtant simple et le terme « malthusien » devrait vous suffire : dans sa « démonstration », il ne prend absolument pas en compte la possibilité d’une évolution qualitative de la situation. A partir de là, quand on sait que toute l’histoire de l’humanité tourne autour de ce concept, sans arrêt, comment dire, les probabilités que son analyse soit proche de la réalité sont… proches de l’infini petit (ou zéro, si vous préférez).
            C’est peut-être, entre autres, qu’un vrai effort de trouver des solutions alternatives ne s’est pas développé parce qu’aucun besoin clair ne soit prouvé (au-delà des diverses injonctions gouvernementales, je parle de vrais besoins).

            1. Roanna

              @durru @René-Pierre Alié

              Vous n’êtes pas obligés de répondre c’est pour ma culture personnelle, vous êtes plutôt de formation scientifique ou littéraire? Moi , je suis dans le 1er cas.

              1. durru

                Scientifique. Mais comme vous ne semblez pas faire le moindre effort pour comprendre ce que j’écris, je ne vois pas quelle importance cela pourrait avoir…

                1. Roanna

                  Je m’efforce pourtant de vous répondre de mon mieux sinon je ne répondrais pas.
                  Il y a 40 ans de cela environ un collègue me disait la main sur le coeur: tu verras un jour les voyages commerciaux entre les pays se feront à la vitesse hypersonique, nous étions à l’ère du concorde, je lui ai répondu, jamais.
                  Et là je prends les paris que d’ici 50 ans -encore faudra t-il que je vive assez vieux- on aura pas trouvé autre chose pour remplacer les énergies actuellement utilisées.

                    1. Roanna

                      C’était dans le sens optimisation (beaucoup d’eau et un peu de perlinpinpin) et on roule comme avant mais avec beaucoup moins de carburant.
                      C’est bien ce que vous disiez « la possibilité d’une évolution qualitative »

                    2. durru

                      L’évolution qualitative serait plutôt du charbon au pétrole au nucléaire, de fait…
                      Comme je ne peux pas savoir ce qui va suivre, je vais arrêter là. Le concept est clair, c’est à vous de le refuser (ce que vous faites) ou l’accepter.

                    3. Roanna

                      @durru
                      Quand vous aurez compris que les panneaux voltaïques seront morts avant d’avoir été amortis vous aurez fait un grand pas dans la compréhension et l’utilisation des énergies.

                    4. durru

                      @Roanna 20h13
                      Ah, on évolue… Du moteur à eau on passe aux panneaux voltaïques. Vous faites vraiment des efforts, rien à dire…
                      Quand moi j’ai écrit noir sur blanc « je ne peux pas savoir ce qui va suivre ». Bien.

                  1. Pythagore

                    La marotte actuelle, c’est l’hydrogène, si vous voulez briller dans un diner en ville, parlez des (non-)potentiels de l’hydrogène. C’est la solution aux énergies intermittentes. Lorsqu’il y en a trop, hop, on fabrique de l’hydrogène pour stocker l’énergie et le tour est joué.

                    1. Roanna

                      J’aime bien ce sujet et mon petit doigt me dit que ce sera comme pour les avions commerciaux hypersoniques.
                      Echec commercial assuré dans l’automobile. Pourquoi? Non pas que ce ne soit pas réalisable, la preuve étant qu’il y a déjà des réalisations de ce genre. Il suffit pour s’en convaincre de regarder le bilan transformation par électrolyse de l’eau en H2 + O Il faut + d’énergie pour faire le craquage que ce qui est récupérable donc poubelle.
                      Ah, il reste le méthane et autre gaz dont on peut tirer le H2, problème ils sont pour la quasi totalité d’origine fossile et ont l’inconvénient d’être associés à du C comme carbone (Ch4 ou autres) Et on fait quoi du C libéré, des pales pour éoliennes probablement qu’on enterrera 50 ans après.
                      Voilà on a fait le tour mais des esprits illuminés vont dire qu’un jour peut-être…oui, peut-être ou pas

                    2. durru

                      @Roanna
                      Voilà, nous sommes d’accord 🙂
                      L’explication pour la faisabilité économique de cette solution à base d’hydrogène réside dans la « gratuité » des EnR. C’est à dire que le soleil, le vent, la marée, sont gratuits, du coup la conversion de ces énergies en H stocké, même si très inefficace, c’est déjà ça de gagné. Tout en oubliant que les composants nécessaires pour réaliser cette opération ne sont pas gratuits, eux, ni éternels.
                      Je suis étonné que vous n’ayez pas déjà reçu cette leçon lors d’un dîner en ville…

                    3. Pierre 82

                      M’en parlez pas, je me suis énervé il n’y a pas longtemps en discutant à ce sujet avec un collègue ingénieur.
                      Tant de connerie finit par me démolir de l’intérieur.
                      En fait, je suis en pleine dépression.

                    1. Roanna

                      Il n’est pas question de qq chose qui ne serait pas réalisable techniquement mais économiquement donc pour des vols commerciaux, je l’ai bien précisé.
                      Il ne reste plus qu’à soumettre l’idée au poudré pour qu’il s’en empare pour laisser son emprunte, comme ça a été le cas pour d’autres et le concorde. Une fois réalisé les US on dit NO et c’était la fin malgré la belle réalisation. Les FR et les UK ont payé, l’avion n’a jamais été rentable malgré un prix à la place qui n’était pas à la portée de M. tout le monde mais les UK plus intelligents l’ont retiré plus tôt du service.

                    2. Higgins

                      Je ne crois pas que ce soit la bonne explication. Concorde a été avant tout tué par les américains qui n’ont jamais pardonné aux européens d’avoir pu réussir là où ils avaient échoué. Je me souviens des polémiques sur le bruit à New-York mises en œuvre par des activistes qui n’avaient rien à envier à ceux qui s’opposaient aux fusées Pershing en Allemagne dans les années 80. Même spontanéité.
                      Je ne connais pas le futur du prototype dont il est question dans le lien ci-dessus mais ses concepteurs envisagent, comme tous ceux qui travaillent sur des projets similaires, une exploitation commerciale. Si on avait dit à Costes et Bellontes* et à Lindberg qu’on traverserait l’Atlantique en 3h30 (Concorde) dans les années 70, ils auraient probablement souri par politesse mais ça s’est fait.

                      *jInvité d’Air France en 1977, Maurice Bellonte vole sur Concorde lors du premier vol commercial supersonique Paris-New York, qui, cette fois, dure 3 h 30. : 3h30 contre 37heures!!!

                    3. Roanna

                      Les vols hypersoniques étaient déjà dans les cartons il y a 40 ans, ils le sont toujours et ce n’est pas avec l’augmentation du prix des carburants qu’ils vont voir le jour et ne me dites pas qu’ils vont voler à l’éolien.
                      Pour le concorde c’est bien ce que j’ai dit, je rêve ou quoi.
                      Les américains l’ont torpillé avec d’autres mots.

            2. Janus

              C’est ce que suggérait jean Martin sur son site climato-sceptique ou il se moquait gentiment des discours raisonnables, mais alarmistes de Jancovici, qui, bien qu’ingénieur, fait fortune en tant que consultant chasseur de CO2…
              La science des fins dernières de l’humanité fait bon ménage avec le business … Que consomme Internet ?

        2. Yanka

          Le « charlatan » est polytechnicien, spécialiste des questions d’énergie. Oui, un ingénieur. Il y a quelques ingénieurs sur ce blog, je crois. Aussi des charlatans ? Hm ? Il enseigne aussi à Mines ParisTech. Et pas de la sociologie boboïsante. Critiquer les positions ou certaines positions du bonhomme, pourquoi pas. L’insulter ne dit rien du bonhomme mais beaucoup de l’insulteur.

          1. Roanna

            Dénigrer un gars comme ça c’est dire qu’est-ce qu’il en sait, qu’est ce qu’il a étudié pendant 20 ans. J’en sais plus que lui en 10 minutes avec mon moteur gogole. En fait c’est l’écarter et prendre sa place, se valoriser gratuitement en somme.
            Il y a des gens qui se creusent la citrouille pendant des années et finissent par avoir des convictions qui en un tour de main sont balayées parce que gogole a dit le contraire ou tout simplement par une approche tout bonnement subjective.
            Bon je m’arrête parce que ça ne va pas plaire.

            1. durru

              Se creuser la citrouille 20 ans n’est pas gage de quoi que ce soit.
              Et avoir une chaire de nos jours lorsqu’on a un discours catastrophiste, comment dire…
              Mais bon, chacun ses trips.

              1. Yanka

                Mais il n’a pas un discours spécialement catastrophiste. Ce qu’il dit repose sur les limites physiques de la planète. Et s’il était catastrophiste, il serait survivaliste et ne s’occuperait pas de chercher des solutions et d’en proposer. Maintenant, si vous pensez qu’il n’y a aucun problème d’aucune sorte en dehors du socialisme et des écolos qui vous imposent le 30 à l’heure en ville, alors de fait, tout va bien au pays de Candide.

                1. durru

                  Ce qu’il dit est catastrophiste parce qu’il ignore le réel.
                  Vous non plus, ça vous intéresse pas trop les avis des autres (du moins sur ce sujet).
                  On ne peut PAS imaginer l’avenir de l’humanité en partant de l’axiome que RIEN ne va changer, il faut pas aller chercher plus loin. Car toute l’histoire nous a montré que cet axiome ne repose sur rien, c’est tout le contraire qui se passe.
                  Le problème avec Janco, c’est qu’il ne dit pas que des conneries, comme un écolo qui se respecte. Il n’est pas un imbécile, on est d’accord.
                  Mais au sujet des pénuries d’énergie, il est loin du compte…

                  1. Yanka

                    Je répète : Jancovici n’est pas écolo et il n’a jamais dit que rien n’allait changer. C’est un réaliste. Vous tablez sur une invention soudaine, un eurêka sorti de la gueule d’un Archimède des temps post-covid, mais c’est du wishful thinking pur et dur. On voit bien un mur et la vitesse qui nous y propulse. Vous, vous dites que la main de Dieu va surgir et empêcher tout ça. Bon sang, je ne demande pas mieux ! Mais je n’y crois pas. J’ai la conviction d’une catastrophe à venir, à cause des ressources et de la surpopulation. Jancovici, lui, évite plutôt le sujet de la surpopulation et la catastrophe qu’il craint est liée au réchauffement climatique, que je ne crois pas être une menace.

                    1. durru

                      Je vais (mal) résumer en qq mots les explications du Patron, qu’on m’excuse pour les raccourcis, mais ce blog est à vous pour approfondir.
                      Si les ressources actuellement disponibles se font plus rares, leur prix augmente et donc le coût pour réaliser telle ou telle activité qui nécessite une certaine qté d’énergie aussi. Il y a donc plusieurs choix : payer plus (si on a les moyens), ne plus faire (et s’orienter vers une autre activité), chercher de meilleures solutions.
                      Les meilleures solutions peuvent être au niveau de l’énergie (des bras, des chevaux, que sais-je – en termes de coût, hein) – y compris recherche, au niveau de l’efficacité, au niveau du produit final…
                      Si le pétrole devient trop rare et donc trop cher, naturellement des alternatives verront le jour (comme pour le bois des forêts). Que vous n’y croyez pas ne change rien…
                      Ce n’est pas du wishful thinking, mais de l’adaptation de base, ce qui a toujours guidé l’humanité. C’est le formatage à la sauce soce, planiste et bureaucratique, qui empêche de voir cette évidence, qui est aussi la cause profonde du déclin que nous vivons en direct live.

            2. Berdol

              Ce que vous faites, c’est brandir l’argument d’autorité. Vous me faites penser à la chanson des frères jacques : La Marie-Josèphe : « J’suis ingénieur, laissez moi commander’ et son refrain : « Encore heureux qu’il ait fait beau et que la Marie-Josèphe soit un bon bateau »
              Allez, un peu de détente avant la fin des énergies fossiles, de l’uranium, du thorium, du vent et du soleil… Il restera toujours une énergie infinie, comme le supputait Einstein : La bêtise humaine

              1. Yanka

                On considère comme un énergumène un bonhomme qui a telle formation, qui enseigne à tel endroit et qui fait son métier. Je précise d’où il vient et ce qu’il fait pour mettre les points sur les i : il sait de quoi il parle, ce n’est pas un charlatan, ni un usurpateur. Qu’on soit ou non d’accord avec lui est une autre question. Un théologien qui dit des trucs sur la théologie, c’est un type qui sait de quoi il parle, mais il peut fort bien interpréter certains écrits et être contesté pour ça : ça ne fait pas de lui un charlatan. Les mots ont un sens. Maintenant, il y a ici pas mal de gens relativement bien diplômés. Dois-je entendre que leurs diplômes ne valent pas grand-chose et qu’ils sont tous autant qu’ils sont des gugusses plus ou moins vantards sur le sujet de leurs compétences ? Ils vont être ravis de l’apprendre !

            3. Higgins

              On peut s’être creusé la citrouille pendant vingt ans et arriver à d’autres conclusions et gogle n’a strictement rien à y voir. Un certain nombre de commentateurs réguliers de ce site, et j’en connais personnellement plusieurs, n’ont pas attendu cet excellent blog pour se poser des question, bonnes en général, et tenter d’y apporter des réponses dont ils essaient qu’elles soient pertinentes. Ils ont lu, beaucoup, réfléchi, énormément, échanger, quand ils le pouvaient et leur approche des problèmes qu’ils souhaitent comprendre n’est pas du tout subjective, ni les solutions qu’ils proposent.

              1. Yanka

                Quelles solutions ? Éradiquer le socialisme ? Et quelles solutions pour régler quel problème, vu que je constate que la question des ressources et des limites est contestée, voire niée ? De quoi parlons-nous, finalement ?

                1. Higgins

                  Avant que les ressources de cette planète soient réduites à néant, beaucoup de CO2 seront envoyés dans l’atmosphère. Éradiquer le socialisme sera plus rapide. Ne croyez pas cependant que cette problématique soit simplement poussée sous le tapis. Par exemple, je crois nécessaire d’avoir une réflexion intelligente sur la ressource halieutique mais celle-ci sera gagnante que si on en exclue les idéologies déclinistes teintées de malthusianisme et d’écologisme de prisunic comme c’est actuellement le cas.

                  1. Roanna

                    Je pose simplement une question, c’est qui les gens qui seraient susceptible d’être les élus. Ce n’est pas le lambda du coin qui pourra faire valoir son idée sur des grands groupe comme Lafarge par exemple. Il faut donc des têtes qui ont pignon sur rue.
                    Une petite idée? Elles sont toutes bonnes à prendre.

                2. Dr Slump

                  Je plussoie Yanka sur son inquiétude, pas tellement pour la finitude des ressources, mais plus par la façon démesurée, outrageante même, qu’a l’homme d’exploiter les ressources naturelles.
                  Coupant des pans entiers de forêt comme si ce n’était que des objets inertes, rasant tout ça au napalm pour replanter derrière des arbres en rang d’oignon, arrachant le sol pour exploiter des minerais, à grands coup de pelleteuses et de produits chimiques qui infiltrent les sous-sols, détruisant l’humus, où plus rien ne va pousser, surexploitant les populations piscicoles, détruisant les coraux et les fonds sous-marins, et les braconniers qui tuent les bêtes en Afrique pour couper leur corne, et les laissent agoniser comme ça, les porcs de promeneurs et baigneurs qui balancent n’importe où leurs déchets Mcdo & co alors que les poubelles sont à côté, et tout ça va s’accumuler dans les recoins de la nature où on ne va pas voir, au fond de la mer, dans les ravines et les fossés. Et les navires qui dégazent en pleine mer, c’est pas grave ? Vous savez combien de supertankers sillonnent toutes les mers du monde, et la quantité de déchets qu’ils y balancent?

                  Non, il n’y a pas de quoi être fier du comportement des humains à cet égard. La dénonciation de ce phénomène par les écolos me paraît justifié, ce sont leurs solutions qui ne sont pas acceptables.
                  Je parlais d’outrage, je maintiens. Cette façon d’exploiter les ressources naturelles participe de cette vision mécaniste du vivant, et cause bien des dommages, aussi bien matériels que spirituels.

                  1. Nemrod

                    La solution me semble individuelle mais encore faut il qu elle soit légale.
                    Je m’explique
                    – je suis un rural : chauffage au bois de ma propriété .
                    – j’ai une vieille bagnole que je répare et emmène le plus loin possible….50 ans si je peux.
                    – je mange de la viande d’espèces élevées ou du produit de ma chasse…raisonnée : je ne prend que l’accroissement naturel de population…si je pêche je respecte une taille permettant la reproduction
                    Tout ça sera interdit sous peu…
                    Donc baffrons nous et salopons tout…réglementairement hein !

                  2. Pierre 82

                    C’est pourquoi je distingue bien deux problèmes tout à fait distincts, celui de l’épuisement ou la raréfaction de certaines ressources (pas toutes en même temps, je dis bien « certaines » ressources) et celui du saccage le l’environnement.
                    Ils ne doivent pas être traités ensemble, ils sont complètement décorrélés et appellent des réponses différentes.

                    1. Dr Slump

                      Non, ils ne sont pas « complètement décorrélés », ils participent de la même façon de considérer la nature comme une zone inerte qu’on peut exploiter sans frein ni égard. Les écosystèmes ne sont pas des usines à produire des richesses, ce sont des équilibres complexes et fragiles.
                      C’est vi-vant. Tant qu’on ne comprendra pas ça on continuera d’exploiter tout ce qu’on peut sans se donner de limites.

                    2. durru

                      @Dr
                      Faut pas abuser non plus… Les pays développés sont bien plus propres maintenant qu’il y a qq dizaines d’années, et c’est pas les politiques gouvernementales qui ont joué.
                      Je vous recommande la vidéo d’une télé hongroise avec un discours de Tucker Carlson, proposée par Yanka il y a peu. Il parle des Hongrois, mais l’idée est générale est se vérifie.
                      Les Chinois font des progrès énormes avec la pollution, les autres pays aussi à mesure que remplir l’assiette n’est plus un problème.
                      En gros : patience.
                      Le seul souci réel : les prédateurs. Qui ne prolifèrent que grâce au capitalisme de connivence. Lequel, de toute façon, crée des soucis bien plus sérieux que la préservation de Gaïa…

                    3. Pierre 82

                      @Dr Slump
                      Permettez-moi de reformuler ma pensée:
                      remplacer « l’épuisement ou la raréfaction de certaines ressources »
                      par l’expression « les conséquences de l’épuisement ou la raréfaction de certaines ressources ».

                      Ce que j’essaie de dire, c’est qu’on a le problème d’une raréfaction inévitable de certaines ressources disponibles qui peut néanmoins être résolu en développant des moyens de s’en passer.
                      Je reprends mon exemple des forêts qui disparaissaient en Europe au XVIIIème siècle et grâce au charbon, on a réussi à passer outre, et la déforestation a cessé d’elle-même.

                      J’ignore totalement, puisque notre principal problème sont les sources d’énergie, quelle sera la prochaine source qui sera utilisée. La seule chose que je peux vous dire, c’est que si vous laissez des bureaucrates s’en occuper comme c’est le cas actuellement, ils continueront à se limiter à faire des éoliennes et des panneaux solaires, qui sont des solutions ineptes, alors qu’il faudrait au contraire qu’on cherche tous azimuts des solutions possibles.
                      Aucune structure centralisé n’est capable d’innover, la créativité étant antinomique avec la planification.
                      Ce problème est complètement décorrélé du fait qu’on salope la nature. Remarquez qu’on la salope de moins en moins dans nos pays (même s’il n’es pas faux de dire qu’on a délocalisé la pollution en même temps que l’industrie)

                      Mais ces deux problèmes sont distincts et on n’y répondra pas de la même manière.

                    4. Aristarkke

                      Pierre 82, 23H14
                      Perso, je pense que de la recherche de nouveaux moyens ou méthodes d’avoir de l’énergie à un prix convenable, ce n’est pas ce qui manque.
                      Mais ce n’est sûrement pas piloté par des fonx, évidemment puisqu’il faut laisser s’exprimer l’imagination.
                      Dans un pays qui a promu le *principe de précaution* uber alles et le reste, c’est mal barré d’y croire…

                    5. Aristarkke

                      Doc 21H22
                      Demandez au Patron de nous resservir la photo aérienne de la zone frontière entre Haïti et sa voisine. Comme ça, pour voir, justement.

                    6. Higgins

                      @Ari 00h06

                      Au sujet de la république Dominicaine, observons que, comme le nuage de Tchernobyl, les séismes meurtriers qui affectent l’île d’Hispanola régulièrement ne touchent que sa voisine Haïti.

                    1. Pheldge

                      bof, vous qui débattiez du sens des mots … « saccage inutile » est une perception très variable selon les individus, et puis c’est pour certains une occasion en or de sortir « l’intérêt général » pour le justifier. Tiens un exemple, les éoliennes. 😉

    1. Sylvielg1

      Vous remarquerez que, grâce au co vide, il y a déjà pas mal de choses qui ont été engagées dans le  » bon » sens de novethic : en vrac : télétravail, voyages avion, réduction des km parcourus,…
      Amusez-vous à en trouver d’autres.

        1. Pierre 82

          Je le dis depuis le début avec Linky. Il y a danger, oui, mais qui n’a rien à voir avec les élucubrations qu’on lit partout. Ce ne sont pas les méchantes ondes, ou les envois de nos données à la NSA qui font flipper, c’est plutôt de savoir que maintenant, ils vont pouvoir tarifer avec une souplesse jamais atteinte.
          Faire payer 10 fois plus cher en hiver de 18h à 23h, par exemple. Pour la plus grande gloire de la planète, bien sûr…
          Il suffit d’attendre qu’ils soient tous installés, et la fête pourra commencer. De toutes façons, il faudra bien passer à la caisse pour financer la pénurie d’électricité généralisée que nous avons très intelligemment mise en œuvre grâce à notre argent.

          1. baretous

            ahahah! toujours pas de linky at home et je viens de commander aujourd’hui un groupe electrogene diesel de 6 kw. car oui les »ondes » du linky cachaient bien la foret des autres emmerdes: diminution de la puissance et coupures à distance.

            1. Pierre 82

              J’ai pensé également m’acheter un groupe électrogène, mais je cherche d’abord quelqu’un qui pourrait me conseiller dans cette jungle. Ce qui me gène, ce n’est pas la partie moteur, généralement bien décrite. Ce qui m’ennuie, c’est la partie électrique généralement assez discrète dans les documentations.

              Ce que je voudrais avoir, c’est la gueule du signal électrique de sortie, et surtout les taux d’harmoniques. J’ai pas envie de bousiller tout ce qui utilise de l’électricité chez moi.
              A moins que je me contente de m’en servir uniquement pour l’éclairage, la cuisine, et le brûleur à fioul (car je suis un personnage immonde qui me chauffe au fioul)
              Même le four à microonde risque de ne pas tenir bien longtemps si le courant fourni a un signal dégueulasse.
              Quelqu’un a une idée pour un bon choix?

              1. baretous

                il faut dessus l' »AVS « régulateur de tension. celui que je viens d’acheter a un tableau électronique indiquant la tension. Il est déclaré « insonorisé » car il est dans un caisson mais heum heum…j’ai vu les vidéos il faut en refaire un autre par dessus…

                1. Pierre 82

                  la tension est une chose. C’est déjà pas mal s’il sort du 230V avec pas trop de variation. C’est une chose, mais ce qui le tracasse plus, c’est de savoir comment le signal est éloigné d’un signal parfaitement sinusoïdal. Je ne sais pas si vous vous y entendez dans ce domaine, donc j’explique: la variation de la tension avec le temps, qui idéalement doit alternativement passer de +230 V à -230 V de manière harmonieuse 50 fois par secondes, n’a pas toujours un aspect idéal, et contient des harmoniques, c’est-à-dire d’autres fréquences multiples de 50 Hz (100, 150, 200, etc…). Si le signal est dégueulasse, avec plein d’harmoniques, et que vous le branchez sur, par exemple un transfo pour recharger votre ordinateur, ou sur tout autre appareil électrique qui contient un transfo (ce qui sera le cas s’il y a de l’électronique inside), ça va vous les faire tellement chauffer qu’ils sont être niqués après quelques heures de fonctionnement.

                  1. baretous

                    non je ne m’y entends pas trop en elec, un peu en electricité domestique (tableau, tirer des lignes.. le ba ba quoi).

                    pour ce qui est du pc l’onduleur normalement devait faire le nécessaire non ?

                    de toute façon c’est surtout pour du dépannage basique( lumiere, frigo, pompe….

                    j’ai pris le DG6000SE

                    1. Pierre 82

                      C’est justement cet onduleur qui, par son principe, sort un signal épouvantable, qui contient un niveau d’harmoniques assez catastrophique. C’est pour ça qu’il y a des filtres pour améliorer le signal, mais qu’il en existe sans doute pour tous les prix, et que tous ne sont pas très performants.

                  2. Roanna

                    Commençons par le début.
                    Cours pour débutants.
                    Le 230V est une tension efficace qui passe par un max de 230 *1,414 soit de +325V à -325V environ.
                    Une tension alternative qui n’est pas tout à fait sinusoïdale contient d’autant plus d’harmoniques que la forme du signal se rapproche d’un signal carré. Dans les développements de Fourrier qui est d’un tout autre niveau on peut trouver de quoi faire joujou pendant un moment mais tout y est. Pour les matheux y a pas de problème mais on est plus chez les débutants.
                    Mais ce n’est pas parce que le signal n’est pas sinusoïdal que votre appareil va faire de la décomposition spectrale de ce même signal. Votre appareil ne va y voir que du feu et qu’un signal vaguement patatoïdal et s’en contentera.
                    Si votre groupe génère des pics de tension qui se superposent au signal sinusoïdal -des sortes de diracs qui se décomposent en une suite de signaux de très haute fréquence- en principe votre appareil n’y sera pas sensible dans son fonctionnement sauf que ces pics génèrent énormément de parasites qui vont vous gêner, mais aussi votre voisinage, dans la réception de signaux de faible amplitude -radio, wifi, télé et tout ce que vous voulez.
                    En principe les appareils vendus dans le commerce ne doivent pas dépasser certaines valeurs ou mieux sont interdits de vente s’ils ne respectent pas certaines normes CEM (compatibilité electromagnétique) et autres normes…NF qq chose, VDE qq chose etc.

                    Pour moi il n’y a qu’une chose à vérifier: est-ce que l’appareil est conforme aux normes en vigueur.
                    C’est tout le problème.

                    1. Pierre 82

                      Ce que vous me dites me surprend un peu. Pour moi, si vous envoyez à un transfo, par exemple, plusieurs fréquences superposées, les pertes thermiques vont s’additionner, et comme ces pertes sont proportionnelles au cube de la fréquence, ça va vite chiffrer si le signal est blindé d’harmoniques. Je ne parle ici que des pertes thermiques, je laisse de côté l’aspect parasites, mais sur l’aspect des pertes, je ne suis pas convaincu.
                      Je n’ai jamais travaillé dans ce domaine, mais ce sont mes souvenirs d’école. Tout étant linéaire, ça devrait s’additionner.

                      Quoi qu’il en soit, si vous me dites qu’il suffit que le produit respecte certaines normes pour que le signal soit suffisamment propre pour éviter des soucis, cette réponse-là pourrait me suffire pour l’instant. Faudrait que je creuse, en me plongeant dans la lecture de ces normes, et peut-être tomber sur ce que je cherche, en fait.

                  3. Roanna

                    Ne vous inquiétez pas.
                    Si vous regardez le signal à l’oscillo il ne sera jamais très sinusoïdal, il y a toujours de la déformation qui ne se voit parfois même pas mais au spectromètre vous verrez les raies parasites et cela ne vous a jamais empêché de brancher tous vos appareils.
                    Un appareil avec transfo d’entrée pour abaisser la tension se fout complètement de la forme du signal même carré ça passera alors que le carré est la somme infinie d’ondes sinusoïdales de différents ordres et de différentes valeurs.
                    Pour les transfos électroniques le problème est différent mais comme c’est basé sur du découpage de la sinusoïde primaire le résultat revient à faire des parasites en veux tu en voilà.
                    Comme dans ce cas on découpe, qu’au départ ce soit sinus, rond, carré ou triangulaire ne change pas grand chose à la donne.

                    1. Roanna

                      Il faut bien voir qu’un transfo secteur a une bande passante tellement basse qu’il va à peine laisser passer les harmoniques c’est normal puisque les tôles sont optimisées pour avoir un rendement max à 50Hz Si vous lui appliquez du 1kHz il ne sortira plus rien et ne chauffera pas non plus puisque l’impédance augmente avec la fréquence Z = Lw(oméga)
                      Comme W= 2Pi*f plus f augmente + Z augmente

                      Z étant l’impédance complexe, soit une partie réelle et une partie imaginaire déphasée de 90°, c’est pourquoi on ne parle pas de résistance.

                    2. Pheldge

                      @ Roanna : euh, la dissipation de chaleur c’est pas un effet de l’inductance (L) c’est l’effet joule, lié la résistance de la bobine, …

                    3. Roanna

                      C’est quoi ce charabia?
                      Qu’est ce que l’inductance a à voir avec la résistance de la bobine?
                      Pour faire simple, le tranfo chauffe essentiellement pour 2 raisons:
                      1- le courant qui traverse le fil de cuivre qui a une certaine résistance surtout liée à la section du fil et à sa longueur.
                      2- les pertes du transfo surtout liées aux tôles utilisées.

                      Tout ceci est complètement indépendant de l’inductance

                      Plus le transfo est gros moins il a de pertes en général.
                      Un transfo d’1 kW ou plus peut facilement avoir un rendement de 90 ou 95% alors que les petits transfos en électroménager peuvent facilement arriver à 70% de pertes.

                      En fait la langue bleue voulait me poser un lapin.

                    4. Pierre 82

                      Je parle des pertes, la partie réelle de votre inductance complexe. Celle-là, elle se fiche complètement de la fréquence, sauf que (il faudrait que je retrouve la raison, mais allez savoir pourquoi, je l’avais retenu) les pertes sont proportionnelles au cube de la fréquence dans un transfo. Et je me rappelle de mes cours que c’était la raison pour laquelle il ne fallait pas alimenter un transfo avec un signal dégueulasse.
                      Là, j’ai la flemme d’aller vérifier, et je n’ai pas la tête à ça pour l’instant. Donc si vous voulez, on peut en rester là, et je vous remercie pour ces éclaircissements… j’en retiens que tant que le groupe électrogène respecte la norme, il ne devrait pas y avoir de soucis avec des appareils domestiques ordinaires.

      1. Aristarkke

        Prolongement de l’invention du *quart d’heure noir* par le brave Pétain, tant aimé des Grançais de son époque. N’y voyez rien de raciste en quelque sens que ce soit car il ne s’agissait nullement d’adopter un foncé de peau. Il était question d’endurer chaque jour un quart d’heure de crépuscule où, normalement, la lumière électrique aurait été allumée pour continuer de vaquer à ses occupations…
        Localement, il pouvait se trouver des mouchards pour rapporter aux zotorités les affreux vilains dépourvus de sens civique…

        1. Higgins

          A l’époque, entre les bombardements et les sabotages divers, l’alimentation électrique était un vrai problème. Maintenant, par contre !!!!

                1. Higgins

                  EDF a deux aspects : une partie axé sur le nucléaire (d’où l’EPR) et là, malgré les déboires de Flamanville, on joue l’excellence, l’autre, c’est celle que nous fréquentons au quotidien. C’est cette partie qui est complètement vérolée, CGT oblige.

  14. RV

    Mais…. Je trouve tout ça très cohérent au contraire pour faire avaler l’effondrement économique. Le retour de manivelle sera planqué derrière l’absolue nécessité d’écologimsme, et hop ni vu ni connu, retour au XVIII°.

  15. heli0gabale

    « couvre-feu thermique »

    Je me demande si les gens qui votent écolo se rendent compte du recul civilisationnel hallucinant de toutes ces mesures stupides.

    Moi qui m’amuse à trouver des ressemblances entre les gauchistes et le gnosticisme ou le millénarisme, là on peut reculer encore plus.

    Penser que regarder La Casa de Papel en 480p ou prendre une douche sur deux ça va faire quoi que ce soit, c’est EXACTEMENT du même tonneau que le sacrifice humain chez les Aztèques (« si je sacrifie assez, Quetzalcoatl/Gaïa ne me fera pas de mal et j’aurais un temps de répit »).

    1. MissKat

      Oui c’est du même niveau que les danses de la pluie d’antan

      D’autant plus que de l’autre côté, les chinois et les indiens consomment et polluent à mort , notre sacrifice est une goutte d’eau et ne servira à rien

      a part à nous rendre esclaves, et nos futurs maitres s’en frottent les mains

    2. MissKat

      J’aime bien aussi le truc « chaque parcelle de jardin doit devenir productive »

      Ils vont venir réquisitionner les terres non cultivées? les taxer c’est sur, et auss contrôler la production de tomates chez les particuliers?

      1. P&C

        C’était le cas… en URSS.
        Les kolkhozes produisaient 10% de la bouffe. Les petits jardins privés, les 90% restants, avec une bonne dose de démerde.

        Donc, suffit de mettre le secteur agricole dans une situation dysfonctionnelle.

      2. Pierre 82

        Tiens, puisque vous parlez de tomates, voici ce que j’ai trouvé hier:
        https:/ /twitter.com/kro7569/status/1437001447875522563

        Intéressant, non?

        1. Husskarl

          C’est bio en fait, il manque juste un traitement: sudouest.fr/gironde/hourtin/medoc-pour-ne-pas-envoyer-26-hectares-de-tomates-au-broyage-ils-proposent-une-cueillette-solidaire-5804119.php

          1. Le Gnôme

            L’interdiction de tous les progrès et de tous les produits phytosanitaires inventés depuis la guerre feront réapparaître les disettes de l’ancien temps. Pas tout de suite, tant que nous aurons des sous pour payer les importations de bouffe.

            Vous verre que nous serons assez cons pour refuser l’aide alimentaire d’urgence parce qu’elle est composée en partie d’OGM, comme l’a fait la Zambie.

          2. Higgins

            Surtout que les traitements contre le mildiou, ça existe et c’est utilisé depuis bien longtemps comme la bouillie bordelaise (qui n’est pas trop chimique), bien pratique. On peut imaginer un pays où tous les traitements seront interdits et où tout se terminera en cueillette solidaire (je hais ce mot).

            1. douar

              « la bouillie bordelaise (qui n’est pas trop chimique) »
              c’est ironique?
              Parce que le « pas trop chimique », c’est un concept dirions nous…intéressant.

              D’un point de vue environnemental, le sulfate de cuivre, c’est une belle m… qui s’accumule notamment dans les sols.

              1. Pierre 82

                C’est vrai, ce truc? Je l’ai lu plusieurs fois, mais ce n’est jamais que du sulfate de cuivre et un peu de chaux, et c’est soluble dans l’eau, rien ne semble vraiment méchant là-dedans. J’ai toujours pensé que ce n’était qu’un combat de plus de ces abrutis écolos. En plus, c’est utilisé depuis 2 siècles.

                1. Adolfo Ramirez Jr

                  C’est pas trop mauvais en soi, mais si vous avez pas de fongicide de synthèse vous êtes obligé de multiplier les passages. Le cuivre s’accumule dans le sol et sa tue les champignons du sol qui participent énormément à son évolution, donc vous stérilisez le sol peu à peu. Le cuivre est pas toxique pour l’homme mais il est mortel pour beaucoup d’espèces

            2. bibi

              Le composant majoritaire de la bouillie bordelaise est le sulfate de cuivre obtenu par réaction chimique de l’acide sulfurique sur le cuivre métallique.
              Et le sulfate de cuivre est autorisé en agriculture dite biologique avec les mêmes limites qu’en agriculture conventionnelle à savoir 28kg/hm² sur une période de 7 ans.
              Mais le sulfate de cuivre est plus utilisé en agriculture biologique qu’en agriculture conventionnelle.

      3. Nemrod

        Oui mais si chaque parcelle de jardin est productive, y a plein de bébètes qui vivent dans les pelouses et autres friches qui vont disparaitre…
        En fait ils sont très vite devant leurs contradictions ces gens là…
        Le hic c’est que des pays entiers ont pu durer des dizaines d’années avec de telles méthodes…comme l’URSS.
        Dans la misère certes.

        1. MissKat

          ça rejoint les les problèmes d’incendies gigantesques en AUstralie et Californie du fait de l’interdiction par les ecolos, du débrouillage

          C’est comme dit plus haut des gamins qui croient tout savoir et qui en fait sont niveau stagiaires 3ème et dénigrent tous les savoirs paysans et bonnes pratiques ancestrales

          bande de ptis cons
          ( et la mon fils me dit « maman tu parles comme une boomeuse fais gaffe)

          1. Husskarl

            C’est la norme de la réflexion du XXIem siècles, « les anciens étaient débiles, nous sommes bien plus intelligents ». Donc inutile d’étudier ce qu’ils disaient, nous allons tout réinventer.
            Le contraire de la mentalité de l’antiquité en fait.

            1. Pierre 82

              Il faut entendre ceux qu’on appelle les « rurbains » parler de jardinage, c’est à pisser de rire. J’entends beaucoup parler par exemple de « permaculture » qui est la mode du moment à moins que ce ne soit déjà has been (?).
              De ce que j’ai pu en voir, c’est en fait de la culture sur terreau. Forcément, ça marche bien, si on se procure 20 tonnes de terreau à la jardinerie, ey qu’on y plante des choux, on devrait avoir du résultat. Ils font des grands trous qu’ils remplissent de branchages, et ensuite, ils mettent leur terreau avec un peu de terre. Ça fait des buttes, et il parait que c’est le secret.
              Mais je n’en ai vu aucun pratiquer leur magnifique théorie plus de 2 ans. Je les entends encore: Ah, tu mets tes patates en ligne? Quelle ringardise. Dans la nature, toutes les plantes sont mélangées. Tu vas affaiblir le sol. Moi, je n’y touche pas, au sol, mais je fais bien attention à mettre les navets à côté des topinambours et jamais près des panais (oui, parce qu’en plus, ils ne cultivent que des légumes pas bons).
              Quand je lui ai dit que j’avais récolté une centaine de kilos de patates, il m’a même prétendu que j’avais cramé mon sol, et que plus jamais je n’en tirerais quoi que ce soit. C’est pourtant la quantité moyenne de ce que je sors chaque année depuis 6 ou 7 ans que je fais du jardinage. Par contre lui, son jardin est devenu une pampa dès la fin de la deuxième année « parce qu’il n’a plus le temps ». Et ils voudraient qu’on les prennent au sérieux…
              Qu’ils commencent par me montrer que ça marche, et après je les écouterai.
              Moi, le jour où j’ai changé de région, et que j’ai fait 1000 kms vers le sud, j’ai commencé à demander conseil à mes voisins, juste pour voir comment on s’y prend dans la région, et sur cette terre argileuse. Ça tombe bien, il y a beaucoup d’agriculteurs…

              1. Malancourt

                Ils aiment bien aussi les poules, et c’est vrai que les œufs sont meilleurs mais, comme dirait mon voisin agriculteur, ça va de pair avec les gaspards et ça c’est moins bisous.
                J’en connais un qui s’est fait bouffer ses poules par le goupil, mais comme dans leur discours le goupil c’est gentil, il met ça sur le dos des chiens de son voisin agriculteur (forcément pollueur) et avec qui il n’est pas en très bon terme.
                Bref, mieux vaut ne pas les avoir comme voisins, ce qui devient difficile dans mon coin du Loiret car depuis le premier confinement toutes les maisons qui étaient à vendre ont trouver preneur.

  16. Theo31

    On va bien rigoler quand les instecticides seront interdits. Le moustique est le plus grand tueur de l’histoire.

    Les pesticides ont été interdits pour les betteraves. Production divisée par deux en deux ans. Bien joué.

    L’autre jour, les types de la gare à côté de chez moi passaient le rotofil sur les voies ferrées. Bien joué là aussi.

    Il n’y a pas plus débile qu’un écolo.

    1. douar

      L’interdiction des néonicotinoïdes en enrobage des semences de colza a fait réduire la surface de colza de près d’un tiers en France (d’environ 1.5 m d’ha à moins d’un million)
      Colza qui est une plante mellifère: donc moins de surfaces de colza; donc moins de miel au final.
      Encore une mission réussie.

    2. Pierre 82

      Pas grave, on va voir revenir la malaria, on dira que c’est la faute au réchauffement climatique et aux anti-vax (qui, d’ici deux ans, auront été contraints de prendre le maquis).
      Regardez la trouille constante qu’ils instillent avec ce fameux « moustique tigre ».
      Rien ne les arrêtera plus, hormis la force ou le mur de la réalité.

      1. Le Grincheux

        En même temps, je suis allé faire un tour chez l’un de mes oncles dans le Gard… Insecticides interdits sur le ban de la commune, les flicaillons du coin viennent vérifier que vous n’avez pas de soucoupe sous vos pots de fleurs. Vous vous faites bouffer en pleine journée par des nuées de moustiques et tout le monde trouve ça normal. C’est génial, l’écologie.

        Enfin, pour ma part, je m’en cogne, ce n’est pas agréable, mais j’ai déjà eu le palud !

        1. Adolfo Ramirez Jr

          J’ai des moustiques tigres chez moi, pas besoin de soucoupe ou d’eau stagnante d’aucune sorte pour qu’ils ne se reproduisent manifestement

        1. Pierre 82

          Ah non, fini ça maintenant. Doliprane et au lit. Vous appelez le 15 quand votre température corporelle atteint 41 degrés, pas avant.
          Et si vous avez plus de 70 ans, c’est strychnine dès l’arrivée des secours. Faudrait pas encombrer les hôpitaux, quand même. Pensez un peu aux infirmières, naméhooo.
          Port d’une toile moustiquaire obligatoire en permanence, intérieur comme extérieur, animaux domestiques inclus.
          Pas de panique: ils trouveront vite un vaccin anti-moustique, et dès que 100% de la population sera vaccinée, tout ça sera terminé, et on pourra enfin reprendre une vie de liberté.

          1. Higgins

            Maintenant sur les plaques, on peut lire :  » Docteur X, diplômé de la faculté de Z, médecin généraliste dolipranologue, sur rendez-vous » .

        1. Pheldge

          non, c’est trop vieux et dépassé ! on attendra un vaccin ARNm, y’a que ça qui marche, c’est le comité scientifique qui le dit, alors …

  17. Cerf d

    HS mais symptomatique de l’évolution de la société.

    Ma commune du 91 (hein Ari) organisait ce week-end un festival de Metal dans le Parc de son ancien château. Le Hic c’est que certaines habitations (pas la mienne) sont assez proche du Parc en question et une partie de leurs habitants n’a gouté que fort moyennement la musique jusque tard dans la nuit.
    Certains ont eu l’outrecuidance de s’en plaindre sur des groupes FB d’habitants de la commune.

    Les réponses n’ont pas été piquées des hannetons :
    – 3 jours par an vous pouvez bien le supporter
    – il y a des gens qui vivent à côté du périf tout le long de l’année et qui ne se plaignent pas …

    La palme revenant pour moi à ça devient compliqué de vivre en société de la part de quelqu’un qui trouvait normal justement que certains s’affranchissent des règles élémentaires de la vie en société.

    Finalement je ne crois plus que ce pays soit foutu. Il n’y a plus de pays, juste une juxtaposition d’individus sur un territoire.

    1. Higgins

      La vraie phrase est celle de Mirabeau qui dépeignait ainsi la société française à la veille de 1789 : « Un agrégat inconstitué de peuples désunis!!! ».
      Elle me parait totalement d’actualités.

      1. Cerf d

        Je ne connaissais pas explicitement la citation de Mirabeau et ignorait qu’elle était de lui. Par contre je crois qu’il n’y a même plus de peuples.

        1. Higgins

          Souvenir de seconde (1977). La vraie citation serait celle-ci : « Comme si ce n’était pas par l’assemblée nationale que les Français, jusqu’alors agrégation inconstituée de peuples désunis, sont véritablement devenus une nation! » (Mirabeau, Collection, tome III, page 269)

  18. MCA

    @H16 et aux lecteurs,

    Je vous engage à lire le bouquin de Eric Verhaeghe « Le Great Reset : Mythes et réalités » qui développe tout ça et notamment la dictature qui se met en place à ciel ouvert en ce moment même.

    Il s’agit d’un commentaire de la parution de « Great Reset  » de Thierry Malleret (ancien conseiller de Rocard) et Klaus Schwab (fondateur du Forum de Davos) librement disponible sur internet que je m’apprête à lire également.

    En ce qui concerne le vote aux prochaines présidentielles, je pense qu’il faut aller voter pour faire barrage aux écolos car s’ils parviennent un jour au pouvoir il ne nous restera plus que quatre choix possibles:

    – Le suicide
    – La résignation
    – Le départ
    – La lutte armée.

    Pour éviter d’en arriver à ces extrémités il faut leur barrer la route.

    Je me suis fait violence en écoutant hier à 20h00 Hidalgo commençant sa campagne présidentielle (d’ailleurs assez curieusement le CSA ne trouve rien à redire sur le décompte du temps de parole; comme quoi tout le monde ne s’appelle pas Zemmour…) avec face d’elle le serveur de soupe professionnel déroulant son questionnaire grossièrement convenu à l’avance comme il se doit.

    Toute honte bue, Madame nous a étalé sa fierté d’avoir flingué Paris et nous a fait part de son désir d’étendre sa brillante réussite au niveau national dans la plus parfaite désinvolture.

    Ces gens sont des fous dangereux qui nous proposent de garder l’asile; il est urgent avec nos faibles moyens d’au moins essayer d’arrêter ça.

    1. Dr Slump

      Je plussoie, d’autant plus que je disais la même chose dans mon commentaire plus haut, mais d’abord voter aux municipales contre les écolos : c’est à la base, au niveau local d’abord qu’il faut les empêcher d’occuper le terrain, car c’est bien ça leur stratégie.

    2. Pierre 82

      Le problème, c’est qu’ils sont tous écolos. Le LR aura certainement indiqué dans son programme qu’il faut agir vigoureusement pour combattre le vilain réchauffement. On trouvera la même chose chez Méchant con et chez la marine.
      C’est peine perdue, on n’échappera malheureusement pas à la lutte armée.

      1. MissKat

        Moi qui ait longtemps été ecolo, je n’arrive pas à voir quand la récup et/ou bascule ecolo-coco s’est opérée? ( forcément quand on est plus jeune on est idéaliste et on comprend rien)
        mais il y a encore 10 ans les ecolos ne comptaient pour rien?
        mais que s’est il passé?

        1. Higgins

          C’est la suite de la chute de l’URSS. Il a fallu une bonne vingtaine d’années aux penseurs socialo pour se refaire une virginité. N’oublions pas qu’ils détiennent le système éducatif.

    3. Roanna

      C’est un peu comme pour le poudré et on peut se demander à juste titre « comment se fesse t-il qu’il y ait encore autant de gens pour les soutenir »
      N’oublions tout de même pas qu’elle a été élue à Paris par une majorité, peu importe faible ou forte.

      1. Mildred

        « Comment se fesse ? » Eh bien il est jeune, il est beau, il est à voile et à vapeur, il fait des shows impeccables et des discours enflammés, il est gentil avec « Maman »…que vous faut-il de plus ?

      2. MCA

        @Roanna 13 septembre 2021, 11 h 57 min

        « autant de gens pour les soutenir »

        LOL,

        Il a été « élu » avec quel pourcentage d’inscrits au juste?

        Autant de médias pour le soutenir, alors là…oui!

        D’ailleurs je me demande bien pourquoi? (second degré).

        1. Roanna

          Pas beaucoup, mais encore beaucoup trop.
          Personnellement j’espère bien que s’ll a la prétention de se représenter qu’il en subisse également les foudres.

    4. Jacques Huse de Royaumont

      Si l’alternative est entre les écolo et Macron, ce sera écolo. Le petit nazi esclavagiste sadique et pervers est pire que tout.

          1. Theo31

            Choisir entre le sida (Socialisme Introduit Directement dans l’Anus) rose tendance pédale dure et le vert tendance rouge-brun, non merci. Question d’honneur et de dignité.

            1. Pierre 82

              Puis surtout je ne vois même pas l’intérêt. Si c’est ça, le choix, je reste chez moi, et je ne prends même pas la peine d’envoyer mon bulletin de vote par la poste. Le Parti s’en chargera pour moi, vu que si le vote se fait pas correspondance, je veux même pas savoir qui sortira du chapeau.

          2. Pythagore

            L’internet et la télé étant peu écologique, les affiches également, les tractes encore plus, ma première proposition est de supprimer tout propos écologiste sur internet, de ne plus diffuser d’émission avec des écolos et d’interdire leurs affiches et tractes. Interdiction également de l’avion pour tout élu écologiste et déplacements limités à 100km par mois hors de leur ville de résidence.
            A près tout, c’est pour sauver la planète, et charité bien ordonnée commence par soi-même.
            Votez pour moi.

      1. MCA

        Le drame est cornélien : Micron fa(r)ce à un écolo.

        Le suicide ou la fuite…

        C’est bon je viens de vérifier, le réservoir de gasoil est plein; ça me fait 900 bornes d’autonomie… 😉

        1. Jacques Huse de Royaumont

          On croyait que c’était impossible pour Hollande, et Macron apparu.

          Je n’ai aucune illusion sur la qualité du suivant, je veux juste la tête du poudré.

        2. Dr Slump

          Par contre, HS mais la république a encore fait ses oeuvres: temps de parole de Zorro décompté, il quitte Cnews. Comme ça les sycophantes gauchistes de la télé sont à nouveau la seule tendance politique qui ait droit d’antenne. C’est la pluralité qu’on vous dit, c’est parfaitement normal, puisqu’on est en démocratie !

    5. durru