Réforme des retraites ou rafistolage de circonstances ?

Mais puisqu’on vous dit que Macron, c’est Le Grand Réformateur ! Puisqu’on vous dit qu’il n’a pas arrêté de réformer, d’affûter avec habileté la France pour la prochaine décennie ! Les petits dérapages budgétaires n’y changeront rien : les réformes sont sur des rails, elles passeront. Quoi qu’il en coûte.

C’est sans doute dans cet esprit que l’actuel gouvernement planche à nouveau sur la réforme des retraites qui avait été subrepticement mise en pause suite à la déclaration de guerre (non, pas contre Poutine, contre le virus il y a deux ans, suivez un peu) et dont tout indique qu’elle est loin de faire l’unanimité chez les différents partenaires (caisses, syndicats, retraités actuels et à venir, …).

Pour le Président, peu importe finalement qu’il n’ait qu’une majorité relative au Parlement, peu importe que sa réforme tombe au moment où grandit une grogne sociale directement corrélée aux températures extérieures et au prix du baril, et peu importe qu’il n’ait pour porter cette réforme que des tromblons ministériels approximatifs et des députés dont l’intelligence moyenne est clairement ouverte à débat : il va falloir faire cette réforme, scrogneugneu, et puis c’est tout.

Et tant pis s’il faut pour cela pousser des quasi-cavaliers législatifs afin de reporter l’âge de départ à la retraite à 64 ou 65 ans par un amendement dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale : comme d’habitude, Macron veut surtout montrer qu’il fait preuve de ce courage en carton qui met directement sa majorité, ses ministres et ses députés en position délicate et lui pas du tout, le déni, le mensonge et la pirouette rhétorique étant devenus son mode opératoire habituel dès son premier quinquennat.

On est en droit de se demander ce que cache cette fermeté, pour ne pas dire cette obstination voire cet acharnement du chef de l’État à vouloir à tout prix passer en force son projet de réforme et ce alors que d’autres pistes n’ont été que peu mentionnées ou explorées (le cumul emploi-retraite pourrait en faire partie, par exemple).

C’est ici que s’impose un petit rappel sur l’état des retraites actuelles, leur mode de fonctionnement et leur financement. Et ça tombe bien, l’Institut Molinari a récemment produit une étude détaillée sur la question qui permet de rappeler quelques éléments essentiels du débat, qui éclairent assez bien les raisons de l’empressement de Macron à pousser ses idées, « quoi qu’il en coûte » ou à peu près.

Premier constat, d’évidence pour ceux qui suivent même vaguement la question : s’il y avait quatre cotisants pour un pensionné dans les années 60, on peine à trouver un cotisant et demi pour le même pensionné actuellement, et la tendance nous amènera à un unique cotisant par pensionné dans les prochaines années. Entre l’explosion du nombre de pensionnés, l’augmentation bien moins rapide du nombre de cotisants, l’augmentation drastique de l’espérance de vie (10 ans gagnés depuis les années 70), le constat est sans appel : le mode actuel de financement des retraites ne peut plus fonctionner.

Second constat de l’analyse, nettement plus gênant : on découvre que le Conseil d’Orientation des Retraites (COR) persiste depuis 20 ans à présenter des chiffres beaucoup plus roses qu’ils ne le sont en réalité, oubliant commodément 33 milliards d’euros de déficits. Ces derniers, provenant du mode de financement (particulièrement généreux et assez peu équitable) des retraites de fonctionnaires, ne sont pas intégrés dans les calculs du COR au motif qu’en tenir compte « stigmatiserait » ces cotisants. Il faut dire que les pensions des anciens fonctionnaires représentent aujourd’hui 15% du budget général et pèsent donc très lourdement sur les ministères ayant une forte masse salariale qui représente, par exemple, 28% des dépenses de l’Education nationale.

Une fois corrigés, le déficit des retraites est en moyenne de 1,5% du PIB depuis 2002, soit huit fois plus que le déficit calculé par le COR, fort loin du « quasi-équilibre » des retraites mis en avant par certains et qui justifieraient un statu quo.

Autrement dit, l’État, dans son impéritie habituelle, n’a pas été capable de provisionner un tant soit peu d’argent pour financer les retraites de ses propres employés, qui ne doivent le versement de leurs pensions qu’aux efforts de plus en plus importants consentis par les salariés du privés, et qui se traduisent notamment par des tensions aux versements de plus en plus visibles.

Tout compte fait, la situation actuelle des retraites ne tient qu’à l’empilement de dettes, et ce alors que l’État, sous la direction fébrile d’un Macron de plus en plus nerveux, n’a pas arrêté d’en générer comme jamais, passant de 98% avant l’arrivée au pouvoir du Mozart de la Finance à plus de 116% à présent. En fait de symphonie budgétaire, le Mozart en question nous joue une véritable charge atonale cacophonique avec un emballement très inquiétant, et ces questions de retraites s’y ajoutent donc avec force.

Il apparaît alors clairement que l’acharnement de Macron à pousser cette réforme des retraites et dans ces termes ne tient encore une fois qu’à sa volonté de ménager le personnel de l’État à commencer, probablement, par celui qui gravite autour de lui et qui pourrait, à tout moment, se retourner vertement contre lui avec tout ce que cela peut supposer de mains moites pour l’actuel occupant de l’Élysée.

Macron ne veut pas sauver les retraites : tout comme « la santé des Français » dont les deux dernières années ont prouvé qu’il n’avait absolument rien à carrer, tout comme « la sécurité des Français » dont l’état général d’insécurité dans le pays montre qu’il n’y prête, là aussi, absolument aucune attention, tout comme « le bien-être des Français » dont l’actuelle crise énergétique montre qu’il s’en fiche éperdument, les retraites des Français lui « en touchent une sans bouger l’autre ».

Ce que veut Macron, c’est garantir que l’État et ses agents continueront de travailler encore un peu, quelques années tout au plus, pour lui assurer une fin de mandat pas trop bousculée, ni plus ni moins.

Et s’il faut, pour cela, reculer l’âge de la retraite de ces pourceaux de salariés du privé, qu’il en soit ainsi.

J'accepte les BTC, ETH et BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8
 

Commentaires464

  1. Aristarkke

    Au mieux, le réforme des retraites concernera les futurs nouveaux arrivants et, très éventuellement, les déjà en cours. Il ne fera rien de sérieux contre sa base électorale principale.

    1. Gerldam

      « Il ne fera rien de sérieux contre sa base électorale principale. » A part ne pas toucher au montant des retraites pendant une dizaine d’années avec une inflation, faible au début mais non nulle et une forte actuellement avec revalorisation de la moitié, je ne sais ce qu’il vous faut comme matraquage en règle. Lent et sournois, mais matraquage tout de même.

  2. Aristarkke

    Quant à réformer une arnaque à la Ponzi, bon courage pour obtenir un résultat sérieux à partir de réformettes n’attentant en rien au principes vérolés qui servent de base.

    1. Higgins

      Lorsque le système a été installé en 1946, je crois qu’il y avait neuf cotisants pour un retraité qui, statistiquement, quittait cette vallée de l’armes assez tôt (par rapport aux chiffres actuels). Absolument rien d’inquiétant. Jusqu’en 60-70, le système était donc viable surtout que la baby-boom laissait augurer l’existence d’une population laborieuse suffisante pour remplir les caisses… La lâcheté proverbiale des responsables politiques, gauche te droit confondues) de ce pays a fait le reste depuis quarante ans. En 1981, une élection valait bien la retraite à 60 ans…
      La logique élémentaire voudrait qu’une vraie réforme soit conduite. La présence du Mignon à la tête du pays impose qu’il se plante dans les plus grandes largeurs possibles.

      1. Gerldam

        Je me souviens d’un livre de Xavier Fontanet dans lequel il raconte que son père Joseph, alors ministre, avait ramené des USA un Commodore, l’un des tous premiers ordinateurs personnels. Ils avaient utilisé ce bien modeste ordinateur pour tenter de projeter l’avenir des retraites par répartition (c’était en 1975 si ma mémoire ne me fait pas défaut). La conclusion: le système devait sauter vers 2010-2020.
        Il ne fallait donc pas être un génie absolu pour prévoir la catastrophe. Seuls des politiciens n’ont rien vu venir.

        1. Husskarl

          C’est à dire que même sans calcul, compter sur un équilibre de la pyramide des âge sur des dizaines d’année, c’est être joueur…
          Sans parler de la probité de l’état.

        2. Caton

          Pas besoin d’un ordinateur pour cela… Mon prof d’histoire-géo en seconde, en 1979, nous a expliqué ce qu’était une pyramide des âges et son utilité en nous démontrant que le système de retraite par répartition était voué à sauter au plus tard en 2030.

          1. cherea

            Je me demande encore si un professeur pourrait expliquer que la retraite par répartition allait sauter…pour moi autre exemple, en 1789 à l’occasion du bicentenaire de la Révolution, en primaire on nous expliquait qu’un des éléments moteurs de la Révolution avait été les impôts excessifs « vous rendez=vous compte mon garçon, des impôts sur le sel, la gabelle, la taille, et les impôts pour financer le clergé », on pourrait tenir le même discours ajd…m’est d’avis qu’on ne le fait pas!!

            1. Aristarkke

              Dans La Gloire de Mon Père, Marcel Pagnol a une phrase ironique en parlant de la Révolution Française occasionnée par des impôts excessifs disant que les tyrans prélevaient jusqu’à dix pour cent de la richesse du pays…
              Rappelons que le mémoire de Vauban sur une sorte de TVA établissait ce taux comme suffisant pour assurer les besoins de la royauté et de son administration.

              1. Pierre 82

                Et pourtant, quand on y songe, 10% juste pour entretenir la royauté, c’était effectivement énorme.
                Ce n’est pas parce qu’on est passé à la vitesse supérieure que ce n’était pas déjà de l’abus…

                1. Jacques Huse de Royaumont

                  10% pour entretenir le régalien, personne ne le fait plus aujourd’hui. C’est minimum le double ou le triple, et encore dans les pays les plus libéraux.
                  Quand j’avance l’idée que la dépense publique pourrait être ramenée à 30% du PIB, je me fais clouer au pilori… Alors 10% !

                  1. Aristarkke

                    Les rois n’incluaient par l’armée (sauf la base incompressible) dans le fonctionnement courant puisqu’il n’y avait pas de conscription. Que des engagés volontaires même si leur main avait été un peu tenue et forcée au moment de l’engagement…
                    D’où impôts et taxes supplémentaires au moindre conflit.

                    1. Cerf d

                      A savoir quand même que s’il n’y avait pas de conscription la noblesse était tenue de faire la guerre et à ses frais.

                  2. Pheldge

                    je disconviens, le régalien tout compris c’est à peine 6 % du budget de l’état:
                    aft.gouv.fr/fr/argent-public
                    alors avec 10 %, y’a de en plus quoi repeindre les commissariats de quartier, et refaire les toitures des palais de justice … 😉

                    1. Pheldge

                      euh, j’ai pas vu que le camarade Noble, il causait du PIB, la fatigue, l’âge croissant, tout ça, même si je suis encore un jeunot comparé à des certains, je pense notamment à un duo infernal … 😉

                    2. Grosminet

                      @ Pheldge 19 septembre 2022, 19 h 09 min
                      Ben justement, si le régalien c’est 6% du budget, en pourcentage du PIB, c’est encore moins…

                    3. Pheldge

                      Grosminet, j’entends bien, mais mon commentaire était confus par rapport à la discussion. Heureusement je vais me confesser bientôt, j’ajouterai ça aux nombreuses fautes d’inattention que je commets ici.

      2. Jacques Huse de Royaumont

        Le mignon est en cours de plantage XXL. Le problème, c’est ceux qui vont récupérer le mistigri : RN ou pire, LFI. Il ne faut pas s’attendre à un miracle avec l’un ou l’autre aux manettes.

      3. Aristarkke

        Au moment de la grande réforme de l’Arsouille qui octroyait des droits ex-nihilo en augmentant la dépense de soixante mois de droits sans que l’abondement des cotisations augmente (alors) en proportion, il y avait eu des dizaines d’articles dans Le Figaro (journal d’opposition à l’époque) et, en particulier dans le Figaro Magazine dirigé par Louis Pauwels, démontant le mécanisme de Ponzi qu’était ce système de retraite par répartition instantanée et l’évidence que ce système ne pourrait fonctionner que cahin caha dans les hypothèses les plus optimistes…
        Surtout que la Grance commençait à couler avec l’augmentation brutale du chômage de longue durée…
        Et par le jeu des références à de précédentes études, cette inquiétude n’était pas nouvelle mais avait commencé dès le début des années 60. Sauf que ce n’était que dans le milieu des économistes et autres universitaires que cela existait, absolument pas dans la presse grand public puisque le système tenait alors le coup grâce à l’envolée du travail féminin augmentant les cotisations sans une masse correspondante de retraitées correspondante et la gestion de nouveaux retraités à carrières incomplètes.

      4. Higgins

        Le premier système de retraite par répartition date de Colbert. Ce dernier promettait une retraite conséquente aux marins de sa Majesté qui atteindraient l’âge de 60 ans. Vu le taux de mortalité et la dangerosité de la vie maritime à l’époque, il ne prenait aucun risque et il n’avait pas eu besoin d’un tableur Excell pour le savoir. Nos politocards ont tous un tableur Excell et du personnel sachant s’en servir. En aucun cas, ils ne peuvent se prévaloir d’un « on ne savait pas ». Ils mentent assurément.

        1. Aristarkke

          Bismarck avait eu un raisonnement similaire où le calcul de la durée maximale admissible de la pension moyenne du système qui serait à verser
          prévisionnellement, excédait très largement l’âge moyen du décès du pensionné. De mémoire, son système pouvait encaisser seize années de versement de pension contre à peine huit ans de paiements effectifs ou quelque chose dans cette proportion …

      5. Grosminet

        « La logique élémentaire voudrait qu’une vraie réforme soit conduite. »
        Le Major a l’esprit taquin. France + vraie réforme ?
        Et puis c’est pas comme si ça doit bien faire 20 ans qu’on entend parler de la dite réforme.

      1. Pierre 82

        C’est surtout un problème insoluble sans « casse sociale », comme on dit chez les socialistes.
        Car que faire avec des retraités ayant -de toute bonne foi- cotisé, si on arrête du jour au lendemain de leur refiler une retraite, ne serait-ce que minimale, car les caisses sont vides.
        Perso, je n’ai pas vraiment de solution, car ça se peut que se terminer très mal. Certains se verront prendre en charge plus ou moins par leurs enfants, d’autres se démerderont, mais la grande masse des retraités seront dans une merde noire.
        Et tous ne sont pas capables physiquement de se remettre à travailler.
        Pas de solution indolore, on le sait depuis très longtemps, mais bien sûr aucun politicien n’a voulu se saisir du problème.
        En tous cas, ça explique également pourquoi il n’y a plus de politiciens libéraux en France. Il seraient incapables de se faire élire s’ils disaient la vérité.
        Il y a vingt ans, on aurait pu faire quelque chose. Maintenant, il y aura du sang sur les murs.

        1. Pythagore

          Arrêter d’embaucher du fonctionnaire, reduire l’emprise de l’état permettrait déjà de redonner des marges budgétaires pour financer une transition vers un autre système. Vu les niveaux de prélèvements qui ne provoquent aucune grogne sociale, y’a de l’argent mais il faudrait l’utiliser à autre chose que l’achat de votes.

          1. Cerf d

            Arrêter d’embaucher du fonctionnaire, reduire l’emprise de l’état permettrait déjà de redonner des marges budgétaires pour financer une transition vers un autre système.
            Non, aurait permis, il y a 20 ans. Mais ils ont préféré faire les 35 heures.

          2. Pierre 82

            Même ça, on n’en prend pas le chemin. De plus, si on arrêtait d’embaucher du fonx, ça se traduirait juste par une augmentation du chômage, qui serait payé également par les actifs.
            Ajoutez à ça la récession qui pointe son nez…
            Et j’oublie le principal: le système ne tient que parce qu’il emprunte (ou plus exactement qu’il imprime de la monnaie), alors qu’on importe beaucoup plus qu’on exporte, et qu’on n’est même plus en autosuffisance.
            Ils ne font illusion que parce que l’euro est encore accepté partout (avec un légère dépréciation par rapport au dollar depuis peu), mais globalement, on arrive à encore acheter des trucs.
            Et mon petit doigt me dit que notre ligne de crédit pourrait toucher ses limites dans pas longtemps.
            C’est la Grèce puissance 4.

            1. Caton

              Dans les années 90, la blague en Russie était:
              – quelle est la différence entre un dollar et un kopeck ?
              – un dollar.
              Dans pas longtemps, ça deviendra:
              – quelle est la différence entre un euro et un kopeck ?
              – un kopeck.

            2. Jacques Huse de Royaumont

              L’expérience montre qu’arrêter d’embaucher des fonctionnaires se traduit par une baisse du chômage, le secteur marchand compensant et au-delà. Il faut (et il suffit ?) cependant que cela s’accompagne d’une baisse de la charge fiscale et réglementaire.

              1. Theo31

                Un emploi public équivaut à trois emplois du privé et coûte bien plus que le demi million d’euros pris de force par la SS à un smicard dont il ne verra plus jamais la couleur.

                En admettant que sa retraite dure 20 ans et à raison de 1000 euros de pension/mois le salarié du privé laisse 300 mille balles à la Secu.

                Où passe donc tout ce pognon de dingue ?

            3. Mitch

              @Pierre
              De plus, si on arrêtait d’embaucher du fonx, ça se traduirait juste par une augmentation du chômage,

              Je disconviens courtoisement mais fortement. Ce messages faux et archi-faux est précisément ce qui est vendu aux grançais depuis des années. C’est l’inverse qui se produirait, il y aurait moins de chomage car moins de fonctionnaires. Tous les pays avec un chomage faible on réduit les fonctionnaires au maximum. Pleins d’études à ce sujet qui convergent vers le ratio suivant : pour 1 fonctionnaire c’est 1.3 emplois dans le secteur privé qui n’est pas créé.

              1. Pierre 82

                Bien sûr, mais j’aurais dû préciser: « dans un premier temps », et j’aurais même dû ajouter « si en plus ils débauchent des fonx en masse ».
                Non et non, je ne fais pas partie de ceux qui pensent que le premier rôle de l’état serait de donner du « boulot » payé par les impôts (ou l’emprunt, c’est selon).
                Mais un jour (peut-être plus très lointain) où l’état, sans doute pressé par le FMI, devra se résoudre à flanquer dehors une partie non négligeable de ses fonx (et on peut y ajouter tous les branleurs qui attendaient leur diplôme pour enfin entrer au conseil régional).
                Et ce jour-là, ça va leur faire bizarre, et dans l’état actuel, tous ne seront pas employables dans le privé du jour au lendemain. Surtout qu’entretemps, le secteur privé aura ses propres difficultés, et ne sera pas dans un climat où on embauche à tour de bras.
                Je parlais uniquement de la phase de transition qui risque d’être chaude…

                1. Aristarkke

                  Non et non, je ne fais pas partie de ceux qui pensent que le premier rôle de l’état serait de donner du « boulot » payé par les impôts (ou l’emprunt, c’est selon).
                  Opposé aux Ateliers Nationaux décrits à mon époque de lycéen comme un foirage monumental tant sur le plan du travail que sur le plan financier…

              2. bob razovski

                On oublie à chaque fois que créer des emplois n’a aucun intérêt si ce n’est pas accompagné de création de richesse.
                Ainsi, je ne vois pas bien la différence entre les parasites administratifs du privés qui sont l’exact reflet des parasites administratifs du public.
                Réduite le fonctionnariat au maximum n’aura aucun impact si l’administratif reste aussi chronophage. En prenant pour exemple l’hôpital, sur 10 fonx, 7 sont dans l’administration, 3 réellement sur le terrain. Supprimer les 3 du terrain verra les effectifs fondre de 30% (donc belle baisse), mais totalement contreproductif, parce que ce sont les seuls à réellement bosser.Et je connais des boites privées qui font de même, avec un service administratif et encadrement qui ne cesse d’enfler, quand la production réelle se réduit comme peau de chagrin.

              1. Theo31

                Même pas. Une fois à la retraite, le fonx continue d’être payé par ducontribuable. Economie zéro. Reste deux solutions : ne pas embaucher ou virer les restants sans indemnités chômage. il y a quelques années, un syndicaliste s’était offusqué que les fonx payassent pour le chômage.

                Ce serait intéressant de savoir combien d’entreprises sont coulées chaque année et combien de salariés partent chez Paul Emploi a cause de l’inspection du travail.

            4. Pythagore

              Si j’ai bien compris le rapport suivant, ce sont plus de 200.000 fonctionnaires qui sont partis à la retraite en 2020. Sur un mandat de 5 ans, il serait donc possible de supprimer 1 millions de postes de fonctionnaire.
              Aucun fonctionnaire ne serait mis à la rue, ce qui est de tte facon légalement pas possible.
              Le chômage ne se resorbe pas grâce au fonctionnariat, Hollande a essayé, on connait la suite.

        2. durru

          Ce genre de déconvenue est déjà arrivé aux US, lors de l’explosion en vol de certains fonds de pensions. A l’époque de la blague Enron (je ne sais plus s’il y avait un rapport), je me souviens encore de reportages larmoyants qui nous présentaient des papys de 70+ balais qui faisaient caissier, ménage ou contrôle de sécurité en supermarchés, car leur retraite avait fondu comme neige au soleil.
          C’est vrai que ce n’était pas le cas de toute la population.
          Et c’est vrai aussi que ceux qui ont cotisé « de toute bonne foi » (ici) ont le plus souvent soutenu les mesures qui nous amènent aujourd’hui à cette situation.

          « la grande masse des retraités seront dans une merde noire »
          Cela veut dire qu’il n’y a plus de société. C’est possible.

            1. Jacques Huse de Royaumont

              La France réussit en ce moment l’exploit d’avoir un chômage élevé et des difficultés de recrutement massives. Tout les secteurs et tout les niveaux de qualification sont concernés. Cela parait absurde, mais c’est une réalité.

              1. sam player

                +1, c’est le pendant du baby-boom, depuis 3 ans ils partent tous en retraite et ils ne sont pas assez dans la génération montante, ça se voyait comme le nez au milieu de la figure, ça a commencé il y a 15-20 ans avec la fermeture des classes (écoles maternelles puis primaires etc…)

                1. Caton

                  C’était le pari de Hollandouille, que les départs à la retraite allaient provoquer des embauches massives, et.. ça n’a pas marché. Beaucoup d’entreprises gardaient leurs anciens, devenus inutiles du fait de l’automatisation croissante, parce que les licencier coûtait plus cher que de les payer jusqu’à la retraite. Ils n’ont évidemment pas remplacé un personnel devenu inutile.
                  S’il est si difficile d’embaucher du personnel utile, c’est soit du fait d’effectifs formés insuffisants (personnel soignant, informaticiens, plombiers…), soit tout simplement parce que les salaires nets après impôts sont inférieurs aux aides sociales. Réduire les aides sociales n’est pas une solution, celles-ci étant déjà insuffisantes pour vivre décemment. Non, la seule solution est de diminuer les prélèvements obligatoires sur les salaires (cotisations salariales et patronales, taxe sur les salaires, contributions en tous genre…) afin que, nets d’impôts, ils soient suffisant pour vivre décemment. Et on en revient à une réforme de tout le système de sécurité sociale, retraites comprises…

                  1. durru

                    Oui, une remise en cause de tout le système, en gros. Des avantages des politiques, de leur pouvoir de nuisance, des nombreux planqués qui se gavent sans rien faire, des armées d’assistés professionnels, etc, etc.
                    On peut être sûrs qu’ils vont y aller, à fond la caisse.

                    1. Pierre 82

                      C’est même pour ça que tant que le crédit de l’état français existe, que la BCE continue à imprimer à tour de bras, et que le reste du monde continue à accepter notre monnaie, rien ne changera.
                      Ca fait des années que je le dis: un changement ne pourra survenir que suite à un effondrement violent, type chute de l’URSS.

                    2. durru

                      Et voilà une possible explication pour le fait que la guerre en Ukraine dure.
                      Poutine est en train de convaincre l’ensemble du monde non-occidental qu’il faut complètement changer de paradigme, mais ça prend du temps.
                      Et s’il y arrive, l’effondrement sera violent seulement pour le monde occidental (ou seulement pour la zone euro, peut-être).
                      Je ne fais pas de jugement de valeur (c’est bien, c’est mal), ce n’est qu’une hypothèse…

                  2. Mitch

                    Réduire les aides sociales n’est pas une solution, celles-ci étant déjà insuffisantes pour vivre décemment.

                    Je disconviens courtoisement.

                    Réduire drastiquement le pognon du social EST une nécessité absolu. Le cumul de toutes ces aides peut devenir plus important que de bosser. Si on y rajoute les autres conneries type CMU etc, … il peut devenir inutile de se lever le matin pour finalement donner tout son pognon à l’entretien de mamie Germaine.

                    Le cumul de toutes les aides n’est d’ailleurs jamais calculé – l’état grancais n’a pas son pareil pour faire voler des drones au dessus de chez vous pour traquer votre abris de jardin mais n’a aucune idée de la somme des aides pour un foyer donné.

                    1. Caton

                      Ceci ne s’applique qu’à ceux qui se sont sur-reproduits. Un ménage moyen avec 1 ou 2 enfants survit difficilement avec les seules aides sociales.
                      Qualifier les ménages assistés et à la natalité florissante est un exercice que je laisse volontiers au lecteur…

                    2. durru

                      Les assistés professionnels ont soit zéro gosses, soit au moins trois. A un ou deux, ce n’est pas rentable, effectivement. Donc, ils ne le font pas…

                    3. Aristarkke

                      Le cumul de toutes les aides n’est d’ailleurs jamais calculé –
                      C’est difficile même statistiquement en raison des subsides possibles à chaque étage du système administratif de la Grance. Et il y a des aides qui tombent dans la poche sans conditions particulières et d’autres qui sont dépendantes de ceci ou de cela.
                      Il faut cependant croire que le total moyen soit suffisant pour que des gens restent officiellement chez eux plutôt que d’aller travailler tout aussi officiellement. En fait, une partie d’entre eux alimente l’économie souterraine, celle qui rapporte encore un peu pour les courageux.

                    4. Higgins

                      La CAF de Strasbourg a reconnu il y a de cela une dizaine de jours qu’un couple d’administrés recevait un peu moins de 6000 euros par mois uniquement en aides diverses (https:/. /www.liberation.fr/checknews/cette-feuille-dallocations-indiquant-pres-de-6000-euros-de-prestations-pour-une-famille-est-elle-vraie-20220913_MX6QTGQEXRGTBGUME4OEJUIFJU/)

                  3. bob razovski

                    « Non, la seule solution est de diminuer les prélèvements obligatoires sur les salaires (cotisations salariales et patronales, taxe sur les salaires, contributions en tous genre…) afin que, nets d’impôts, ils soient suffisant pour vivre décemment. Et on en revient à une réforme de tout le système de sécurité sociale, retraites comprises… »
                    Et surtout, pouvoir embaucher et virer immédiatement. Ca permettrait à l’employeur d’embaucher sans la crainte de se retrouver avec un poids mort une fois les périodes d’essai passées.

                    1. Grosminet

                      Pierre 82 19 septembre 2022, 12 h 30 min
                      « Ça fait des années que je le dis: un changement ne pourra survenir que suite à un effondrement violent, type chute de l’URSS. »
                      C’est pour moi aussi une évidence. La France devra aller au trou avant de pouvoir renaître.

                    2. Grosminet

                      @ bob razovski 19 septembre 2022, 12 h 58 min
                      « Et surtout, pouvoir embaucher et virer immédiatement. »
                      ça voudrait dire encore une vraie réforme, cette fois ci du code du travail. On rêve éveillé.

          1. Mitch

            @ sam
            Pierre: les remettre au taf !

            Absolument.

            Le principe même de la répartition c’est de répartir ce qu’il y à répartir. Si certains trouvent que ce n’est pas assez (et je le comprends parfaitement), ben ils peuvent s’y recoller ne serait-ce que quelques heures par semaine. Il y a plein de jobs non-pourvus qui ne demandent pas des capacités immenses. Typiquement il n’y a plus de conducteurs de bus. C’est clairement le type de job qui pourraient être occupé par des jeunes (ou moins jeunes) retraités après exam médical.

            Ce serait plus constructif que de cracher sur Jean-Kevin,25 ans qui serait une feignasse car il refuse de ‘nourrir’ Mamie Germaine à hauteur de 50% ses efforts.

            Et puis désolé mais statistiquement un retraité de 61 ans c’est clairement pas un retraité de 85 ans.

            L’un des autres problèmes est culturel (un de plus). L’immense majorité est très attaché à la retraite par répartition mais n’en comprends même pas le principe. Que de fois ai-je entendu : »J’y ai droit ».

            Il y a une vrai culture de la rente de la rente en grance à tous les niveaux d’age de la société. Beaucoup veulent mettre les autres au boulot alors qu’ils refusent de s’appliquer les même principes à eux car ‘ils y ont droit’

            1. Pythagore

              « Le principe même de la répartition c’est de répartir ce qu’il y à répartir. »
              Sauf que tu cotises, sans savoir si on va te répartir ce que tu as cotisé.

              1. Pierre 82

                Exact. Mais je note qu’il n’y a pas de système parfait.
                Un système par répartition a les inconvénients qu’on est en train de développer, et un système par capitalisation a l’inconvénient de pouvoir se trouver ruiné dans le cas d’un crash financier, par exemple.
                J’ai une amie hollandaise qui, en 2010 (elle avait un peu moins de 50 ans), avait déjà un montant de pension qu’elle estimait à 1500 euros par mois, à partir de 65 ans, qu’elle allait continuer à abonder, en espérant arriver vers 3000 euros de rente mensuelle à la retraite. Mauvaise pioche: quand la crise des subprime est arrivée, elle est passée de 1500 à… 200 euros. Et comme elle est Hollandaise, elle s’est contentée de soupirer, et de se dire qu’elle devra travailler sans doute un peu plus longtemps… et a continué son existence sans pleurnicher.
                Mais malgré tout (ce n’est que mon avis), je préfère ce système-là, qui a au moins le mérite de renvoyer chacun à ses responsabilités. Notre amie avait volontairement choisi une formule plus risquée, mieux rémunérée, mais avec un risque accru, et elle l’a assumé, comme disent nos politiciens quand ils n’assument rien du tout.

                1. Husskarl

                  Je dirais que le problème est aussi dans la liberté de ce que tu veux faire des 10% que tu payes chaque mois. Est ce un fond qui gère ou toi ?

                  Si c’est toi, tu peux faire 10% cash, ou or, ou actions monde.

                  1. Pierre 82

                    Ce sont des fonds qui gèrent ce genre de trucs. Ce n’est pas obligatoire, me semble-t-il, mais si on investit soi-même, ça demande un certain temps. C’est un métier. Quand on cotise à un fonds de pension, on peut aussi choisir le niveau de risque. C’est à chacun de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier.

                    Un autre problème, avec les fonds de pension, c’est qu’ils finissent par se retrouver avec de telles masses de pognon qu’au début, ils peuvent faire pression sur les pouvoirs publics, et au bout d’un moment, ils finissent par dicter leur loi. C’est parce qu’aucun garde-fou n’existait qu’on en est arrivé là où on en est aujourd’hui: des fonds de pension qui exigent des banques centrales de les renflouer en cas de pépin (pour éviter que les retraités ne se retrouvent sans rien en cas de crash), et qui obligent les gouvernements à tricher (comme le Jean-Claude du même nom) avec les taux d’intérêt, puis à faire des QE, etc…
                    Ce système de retraite (ou plutôt l’action des politiciens qui n’ont pas voulu laisser couler ceux qui devaient couler) y a été pour beaucoup dans le capitalisme de connivence que nous connaissons.
                    C’est pour ça que j’ai écris au début qu’aucun système de retraite n’est parfait.

                2. Mitch

                  @Pythagore
                  Sauf que tu cotises, sans savoir si on va te répartir ce que tu as cotisé.

                  Oui c’est le principe de la répartition. Maintenant quand on analyse quelques secondes une pyramide des ages, c’est pas super compliqué de comprendre que ce système est mort (et depuis un moment) et que tu vas cotiser de plus pour de moins en moins et de plus en plus longtemps.

                  Que les mecs qui aient voulu maintenir ce système qui est mort depuis au moins 30 ans s’en trouve à présent les plus impacté devrait être dans la logique des choses. Jean-Kevin du haut de ses 25 ans n’en veut pas de ce système et n’en a jamais voulu (et il a raison – il est pas con).

                  Ceux qui ont plébiscité ce système sont les même qui veulent le maintenir à présent pour pouvoir l’utiliser jusqu’à la dernière goutte … et ce sont les même qui ne devrait pas être impacté par la réforme de ce système pour le faire perdurer encore quelques années. C’est choquant !

                  @Pierre
                  J’ai une amie hollandaise qui, en 2010 (elle avait un peu moins de 50 ans), avait déjà un montant de pension qu’elle estimait à 1500 euros par mois, à partir de 65 ans, qu’elle allait continuer à abonder, en espérant arriver vers 3000 euros de rente mensuelle à la retraite.

                  Dans les pays dans lesquels j’ai vécu tu as la main sur tes investissements. Tu veux tout mettre sur du volatile à rendement élevé (avec les risques qui vont avec) ou du sur. C’est ton choix et l’état ne vient pas te prendre par la main. ‘Don’t put all your eggs in one basket’ comme on dit dans mon autre chez moi (vous avez – je crois – le même proverbe ici). Ton amie n’a pas objecté car c’était SON choix.

                  Je ne suis pas contre un mix des 2 systèmes mais cela devrait être un choix personnel. Si certains veulent faire confiance à l’état grancais. Grand bien leur en fasse.

                  Dans les pays dans lesquels j’ai bossé, quand tu déclares que tu te tires ta compagnie te communiques ce que tu as cotiser. Elle te propose de tout te donner ou de le laisser. C’est ton choix.

                  @sam ; j’imagine que c’est comme ca aussi a Rooland?

                  1. Higgins

                    On pourrait envisager un mix avec, par exemple, 1000 euros (j’ai mis mille au hasard) abondés par l puissance publique (répartition) et le reste par capitalisation au choix des individus. Ce serait moins pire que le système actuel. Il y aura un énorme travail pédagogique à faire dans le pays vu les monstrueuses carences économiques de la majorité des citoyens (merci l’EdNat).

                    1. Mitch

                      Ce serait moins pire que le système actuel. Il y aura un énorme travail pédagogique à faire dans le pays vu les monstrueuses carences économiques de la majorité des citoyens (merci l’EdNat).

                      +100.

                      Carences voulues et entretenues. Quand un citoyen n’y comprend rien c’est tout bénéfice. Les politocards peuvent alors à loisir le prendre pour un con, le stigmatiser, lui raconter n’importe quoi, le transformer en un bon petit commissaire du peuple, …etc etc

                    2. Nemrod

                      Vu l’Etat de faillite à venir je proposerais de donner maximum un smic…un smic à rien foutre c’est déjà bien.
                      Evidemment ça sera injuste mais que voulez, y aura rien d’indolore.
                      Et c’est pas plus injuste que les différences de traitement selon le pouvoir de nuisance et le clientélisme.
                      Bon personne sera élu en proposant ça.
                      Faudra le faire sans l’avoir dit…ça serait pas la première fois.

                  2. sam player

                    Mitch 17h07
                    Oui, on cotise 15%, on choisit les supports qu’on veut, mais on n’en dispose pas avant la date choisie par soi-même, sauf si on se barre du pays

                  3. Pierre 82

                    Perso, un mix des deux me semble une bonne voie: par répartition qui assurerait un minimum vital mais tout petit-mini-rikiki, et le reste, les gens se démerdent.
                    Je ne suis même pas contre le fait que l’état oblige! à mettre de côté un pourcentage minimal.
                    Et à condition, évidemment, qu’en cas de décès prématuré, les sommes mises de côté soient intégralement versées aux ayant-droit, et pas aux gros doigts velus de l’administration.
                    C’est d’ailleurs ce qui fait que je ne me définis pas comme libertarien. Je ne suis par principe pas opposé à un état prescripteur, à condition qu’il ne gère pas lui-même, et que son budget serve uniquement à son fonctionnement.
                    On peut même imaginer quelque chose de similaire pour le reste de la « sécurité sociale », à savoir maladie et chômage/

                  4. Pheldge

                    « Jean-Kevin du haut de ses 25 ans n’en veut pas de ce système et n’en a jamais voulu » tout à fait, il n’en veut pas, il n’a pas envie de travailler !

                    1. Mitch

                      @Pheldge
                      On n’a pas demandé son avis à Jean-Kevin, et heureusement qu’il y a un paquet de Jean-Kevin et aussi de Momo (pour les boulots que Jean-Kevin ne veut plus faire) pour s’y coller (visiblement pas dans ton entourage mais dans le mien les djeuns que j’ai autour de moi bossent et ont beaucoup de mérite je trouve – largement plus de mérite que la génération de leur grand-pères et il n’y a pas photo).

                      Et comme cela ne suffit toujours pas il y a aussi les enfants à venir de Jean-Kevin et de Momo qui s’y collent pour payer la retraite de papy au travers de la dette. Tu trouves ça acceptable ?

                      La génération qui a voulut le ‘koikilencoute’ pour maintenir un système de retraite mort depuis au moins 30 ans doit en assumer les conséquences.

                      Si Jean-Kevin préfère glander soit, la société n’a pas à le mettre sous perfusion de pognon gratos des autres on est bien d’accord.

                      Tout comme papy Jean-Pierre a qu’a s’y recoller s’il estime que Jean-Kevin et Momo et les autres ne l’arrosent pas assez.

                3. sam player

                  Pierre 16h40

                  J’ai pas tout compris : la crise des subprimes c’était en 2007 til 2009 environ et vous nous parlez d’un objectif atteint de pension de 1500€ réalisé en 2010, en visant ensuite 3000.

                  Sinon dans ce système de capitalisation, l’adage « pas vendu, pas perdu »s’applique, ce sont juste des trous d’air qu’il faut essayer de surfer car sur le temps long, avec une bonne diversification, on n’est pas perdant

                  1. sam player

                    … sauf si on a tout mis sur EDF 😀
                    Et pourtant logiquement, les meilleurs supports d’investissement ça devrait être l’énergie, les assurances et en dernier la bouffe (même les scandales alimentaires ne durent pas)

                  2. Pierre 82

                    En fait, si j’ai bien compris ce qu’elle m’avait expliqué, c’est que plusieurs boites dans laquelle ils avaient placé un bon paquet de pognon ont carrément fait faillite, dont les actions sont passées à zéro. Je me suis peut-être emmêlé les pinceaux dans les dates, mais toujours est-il que si elle avait arrêté de cotiser juste avant cette faillite, elle aurait eu 1500 de rente mensuelle. Après les faillites, c’était tombé à 200 euros. Cependant, comme elle n’avait pas encore 50 ans, elle voulait continuer à cotiser jusque l’âge de 65 ans. Après les faillites, elle a bien sûr continué à cotiser, mais sans plus aucun espoir d’arriver à 3000 pour sa retraite.
                    Elle reconnaissait cependant qu’elle avait été un peu imprudente…

                4. starlink_poséidon

                  J’appel cela de l’esclavage, pourquoi ne pas vivre dans un pays securitaire de chretien blanc, qui achètent de l’or physique toute sa vie pour la vider lingotin par lingotin. Ce qui permet aux jeunes generations de l’acheter au prix du marché petit à petit. Si + de vente = moins chère, = + d’argent pour faire des enfants.

                5. Aristarkke

                  l’inconvénient de pouvoir se trouver ruiné dans le cas d’un crash financier, par exemple.
                  Imaginez-vous, sérieusement,qu’en cas de crash financier, bankrun, et toussa de joyeusetés, les retraites vont continuer à être payées comme si de rien n’était ?
                  Hypothèse : France Trésor n’arrive plus un beau jour à placer ses titres d’emprunts à X décennies le remboursement (pour assurer 10 ou 15% du montant des retraites du trimestre suivant, entre autres…) sauf à devoir consentir des taux d’intérêt très nettement plus élevés. Qui l’Etat, privé subitement de sa manne, va mettre en ordre de priorité de rester bénéficiaire de ses paiements par ordre d’importance face à pareil oukase?
                  Vous avez deux heures…

              2. Theo31

                On ne cotise pas dans la répartition. Que les nouveaux retraités qui attendent leur pension pendant des mois exigent le capital sensé remplir l’enveloppe promise depuis 40 ans et on en reparle.

        3. Aristarkke

          Les Chiliens y étaient arrivés. Mais c’était sous l’emprise de l’abominable Pinochet qui les avait rendus deuxième pays le plus riche d’Amérique derrière le Venezuela qui n’avait le podium qu’à cause de son pétrole, à l’époque.

          1. Theo31

            Et ce débile de Chavez qui a créé des dizaines de milliers d’emplois clientélistes dans le pétrole au lieu d’en favoriser l’exploitation. Résultat : des dizaines de morts chaque année sur les tables d’opération parce que plus d’énergie et plus d’essence pour aller travailler.

            Du très grand art.

            PS : Caracas et Pyong Yang attendent toujours la demande d’asile de Méchanculé.

          2. Jacques Huse de Royaumont

            Quels étaient les montants d’emprunt nécessaires pour la bascule ? Si on veut l’appliquer en France, il s’agit de savoir s’il faut emprunter 100 milliards ou 5000… Dans un cas c’est gérable, dans l’autre non.

            1. Mitch

              Ils ont récemment fait brûler dans un immense brasier appelé covid un tas de €500 milliards.

              Qu’a produit ce gigantesque feu de joie? :

              – Des équipements et infrastructures? nada,
              – Le financement des energies de demain? nada.
              – Une justice/armée/fonction hospitalière/éducation performante? nada
              – une reforme des modèles sociaux obsolètes (dont les retraites)? nada

              Pour se donner une idée de l’intensité du feu de joie, le plan cancer sur 5 ans en grance c’est €1,7 milliard, soit €350 mio/an. Avec €500 milliards, il était possible de doubler le plan cancer pour les 750 prochaines années.

              Dernier détails, avec les retraites, l’état tient littéralement les gens par les couilles. C’est LE gros avantage de la répartition.

          1. Pierre 82

            On rigole, mais parmi les malfaisants aux manettes, nombreux sont ceux qui pensent (sans le dire à voix haute -sauf en petit comité) que comme la vie des vieux va devenir pénible, ce serait bien de pouvoir leur proposer d’abréger leur vie. Un crime de masse, mais où on obtiendra la signature de l’intéressé avant de l’assassiner, après l’avoir poussé au désespoir. Comme ils ont fait pour le covid, parce qu’il fallait faire de la place dans les hôpitaux.
            Une société qui laisse faire ça n’a plus vraiment le droit de subsister.
            La barbarie à visage humain.

              1. Pierre 82

                Ce qui cause aussi bien mon étonnement que ma rage, c’est que quand j’en parle autour de moi, la plupart me disent: « vous croyez? », alors que ça saute aux yeux. Comme pour le covid.

            1. Higgins

              C’est bien comme ça qu’on instaure une complète inversion des valeurs. On légalise l’euthanasie (pour pas que les gens souffrent, vous comprenez), on légalise l’avortement*(jusqu’à 8 mois et demi en cas de « détresse ») mais par contre, on interdit la peine de mort pour des criminels à l’issue d’un ou de plusieurs procès qui ont pour fonction d’établir une culpabilité en fonction des éléments recueillis.

              *j’ai cru comprendre que certains salauds voulaient que ce soit un droit inscrit dans le torchon appelé improprement constitution.

              1. Nemrod

                Vous pouvez ajouter que le trépas du chevreuil les blesse mais pas celui du bébé à terme.
                De « belles personnes » comme ils disent.
                Je préfère être dans le camps des « salauds » .

            2. ValM

              Pour l’euthanasie, regardez donc ce qui se passe au Canada : ils ont fait passer cette loi pour les malades en phase terminale, et maintenant, une simple infirmière peut la proposer à n’importe qui (surtout si cette personne n’arrive plus à payer ses factures de santé…).
              Contrairement à la Suisse, rien n’est encadré, ils font n’importe quoi : ce n’est même plus la personne qui la demande, c’est le staff médical qui le propose !!!
              Divers blogs et fils twitter en parlent :

              https://twitter.com/ReviewsPossum/status/1558624091439042562?fbclid=IwAR1Qa7XJRvsh6qphVGlzFckqJq1G8eUFW5ucUO_yJu-cbq6bCh1IaZEkGWw

              https://twitter.com/Geronimuslll/status/1528682984223686656

              https://alexschadenberg.blogspot.com/2022/07/maid-euthanasia-for-mental-illness-and.html?m=1

                    1. Mitch

                      Si c’est un film cher à Philou je dirais : ‘Deep throat’ ou ‘Snow white and the 7 d….ks’ 🙂
                      J’arrive pas à la lire non plus

                    2. Pheldge

                      Mitch, c’est là qu’on voit la mauvaise réputation initiée par une paire de commentateurs jaloux z-et envieux.
                      En fait vous vous trompez tous, pour mon film préféré, j’hésite entre l’excellente fimographie d’Igmar Bergman – ah, « Cris et chuchottements » -, ou un Kurozawa … ah mention particulière pour « Die verlorene Ehre der Katharina Blum » vu en VO, j’étais alors au lycée. 😉

                    3. Grosminet

                      Marche pas chez moi non plus. Un cyborg qui se plante en faisant un copier-coller, comment est ce possible. Je présume qu’il s’agit de soleil vert, alias soylent green.

                    4. Aristarkke

                      Mitch 18H23
                      Il est dingue de la fiLmographie de Igberg Marman dont le film Christelle et froufroutements (VO : Krystel und frotifrotas).
                      Mais chut !

        4. Nemrod

           » de toute bonne foi »…
          Je pense que demain si on propose de laisser le pognon aux gens plutôt que de leur prendre pour leur rendre plus tard…peut être, il y aurait peu de cotisants.
          La bonne foi c’est le flingue étatique sur la tempe.
          Plus grand monde y croit au système hormis les vieux.
          Et encore…ils espèrent qu’il tienne pour eux…point.

  3. Grosminet

    « oubliant commodément 33 milliards d’euros de déficits »
    Si on commence à discuter pou 33 malheureux petits milliards, on ne va jamais s’en sortir.

  4. Aristarkke

    Eric Verhaeghe, dans son précédent blog, en avait dressé une liste quasi-exhaustive de tous les maux, malfaçons, erreurs principales ou secondaires de ce système et également fait le procès de l’anomalie des régimes spéciaux de retraite. Hélas, il ne semble plus accessible sur le net. Du moins, je n’y arrive pas mais je ne suis pas un champion de référence en informatique.

  5. zen aztec

    Vous oubliez un peu rapidement les chances pour la France habilement réparties dans les zones rurales qui vont bosser d’arrache pieds et ainsi largement abonder nos caisse exsangues

    1. Aristarkke

      Shame on us!
      Manquer de confiance dans la parole du Conducator devrait être réprimé plus durement (Roanna inside) compte tenu du nombre de mécréants largement supérieur à onze exemplaires justement pas exemplaires, ce qui attriste fort notre Mignon Poudré ! Du moins, peut-on imaginer?

  6. Nemrod

    Ma fin d’activité sera pour 2028 .
    Parce que je l’ai choisi et que je l’envisage comme ça…oh le vilain mot.
    Evidemment il me faudra bricoler quelques années ( si je reste en vie) pour vivre avant de toucher une partie de ce qu’on extorque à mes semblables plus jeunes.
    Mais les petites manipulations minables « m’incitant » à prolonger contre mes intérêts seront sans effet sur moi.

  7. Unmeusien

    Merci H16 de vos intéressants, enrichissants billets.
    J’adore le  » tromblon ministériel « un tromblon, sûr qu’il ne fait qu’expectorer un nuage de postillons et de miasmes en fait.

      1. Grosminet

        Escopette, je connaissais pas, mais j’en déduit qu’il doit s’agir d’une arme à poudre noire, puisqu’il existe l’expression bien connue : « prendre la poudre d’escopette »

  8. Pierre

    Bonjour pour augmenter le revenu des cotisations d’une assurance, le plus simple est d’augmenter l’assiette des cotisants, c’est à dire le nombre de ceux-ci. C’est ce que la gauche a fait, avec la CSG.
    Les retraites pourraient ainsi etre financées par la TVA, ce qui taxerait aussi les produits importés et la robotique.
    Et ça permettrait de réutiliser la classification covid en produits essentiels ou plus ou moins non essentiels, à chaque produit son taux de TVA.

      1. Nemrod

        Bien sûr .
        Et selon ses besoins et ses aspirations.
        Ce système de cotisations obligatoire est liberticide et fait partie du fameux « contrat social » que je n’ai pas signé.
        Ca me fait penser au racket mafieux et encore le Parrain vous protège des autres mafieux…une » offre que vous ne pouvez pas refuser ».

      2. Pythagore

        +1
        Quadruple peine pour les actifs. Ils doivent payer pour les autres, n’ont pas de marge pour capitaliser vu les niveaux de prélèvements obligatoires, devront partir plus tard en retraite et devront probablement se contenter de 3 kopeks.

          1. ValM

            Un agriculteur disait l’autre jour à ma collègue (qui lui a dit : toujours pas à la retraite?) qu’il ne peut pas se permettre de prendre sa retraite car il ne toucherait que 520€ par mois… avec la complémentaire, il peut espérer atteindre 700€ par mois…. Alors il préfère travailler (tant qu’il peut)

      3. Jacques Huse de Royaumont

        Oui, tout le problème est de sortir de la répartition, qui par définition, n’a pas de réserves. Ne plus verser les pensions promises signifie que nos parents sont sans ressources du jour au lendemain. C’est la seule solution est elle est invendable.
        C’est là où on voit la perversité de ce système, on ne peut ni y rester, ni en sortir.

        1. Pythagore

          Voir ma réponse à Pierre82, vu les niveaux de prélèvements, il y a assez d’argent qui permettrait de planifier une transition vers un système par capitalisation, encore faudrait-il le faire plutôt de balancer le pogon dans toutes les joyeusetés dont l’état nous gratifie régulièrement.
          Comme le dit le patron, l’argent est dépensé à acheter la soumission des fonctionnaires.

          1. Husskarl

            Ce que je ne pige pas dans les explications, c’est comment ils maintiennent les deux systèmes en parallèle au début sans que ça coute un bras. Pour payer les vieux qui ne changeront pas de régime, il faut continuer a payer les prélavements, et il faut cotiser au nouveau programme de 10% du salaire.
            – Donc soit on maintient les prélèvement à iso somme et cela veut dire que les cotisations baissent donc les retraites actuelles aussi.
            – Soit on paye plus durant la transition, ce qui en France parait compliqué.
            – Ou l’on s’endette ? Idem pour la France.

            NB: le Chili a procédé avec de la dette apparemment: contrepoints.org/2015/04/07/246303-comment-a-t-on-realise-la-reforme-du-systeme-de-retraite-au-chili

      4. Mitch

        +1000

        Et finit les discussions interminables sur l’age de départs.
        Finit les petits privilèges pour acheter les votes des uns ou des autres.
        Finit aussi les avantages accordés en fonction du pouvoir de nuisances.
        Et finit aussi les hésitations pour se tirer de ce pays de cinglés parce qu’on ‘perd’ tout se qu’on a raquer pendant des années.

        Ce système est inique. Je souhaite son implosion aussi rapide que possible pour ne pas avoir à transmettre ‘ça’ à nos enfants.

      5. Reddef

        Difficile de faire gober la retraite par capitalisation au français, bricolage: une base par l’ impôt et les reste par capitalisation . La réforme de la SNCF est passée car ceux qui en profitent le plus sont les anciens, les jeunes ne s’ arrêtent plus à 55 ans.

        1. Caton

          …et, bizarrement, la SNCF a du mal à embaucher depuis la fin du « statut »…
          Un peu comme si travailler pour un salaire de misère surtaxé n’était pas motivant. Étrange.

        2. Aristarkke

          Avec la masse de salariés qui croient dur comme fer que le Patron est contraint de verser les charges patronales en prélevant sur sa cassette personnelle, c’est effectivement pas gagné d’avance…

          1. Grosminet

            + 1
            Je parierais bien sur au moins 80 % de convaincus que les charges patronales sont payés par l’entreprise. Ednat, inculture économique, toussa…

    1. Husskarl

      C’est vrai qu’on manque de taxe dans ce pays. C’est dommage, les entreprises tournent mieux avec plus de taxes. Et puis c’est connu, plus l’état prend d’argent, mieux il gère.
      Celui qui ne sait pas gérer honnetement quelques euros, ne sera pas plus honnête/habile avec des millions/milliards.

      1. Jacques Huse de Royaumont

        Génial, comme idée. C’est novateur, inédit et tellement subtil que le succès est garanti.
        Ne le dit pas trop fort, BLM est capable de prendre l’idée au 1er degré.

      2. Pierre 82

        C’est pas con, j’y avais pas songé.
        Et les actionnaires, aussi. Ils sont vilains, les actionnaires.
        Et avec le pognon récolté, on pourrait même embaucher d’autres fonctionnaires, et augmenter les retraites.

        Une idée à soumettre, qui serait LA solution, mais les lobbies turbocapitalistes se lèveraient pour faire capoter ce qui serait pourtant la seule solution de s’en tirer par le haut. On peut espérer que ça arrive, mais seulement après le grand soir.

        1. Pheldge

          salauds d’actionnaires et de capitalistes égoïstes ! alors, il faut nationaliser l’économie, comme ça, « ça coûte rien, c’est l’état qui paye »©

  9. Higgins

    « Ce que veut Macron, c’est garantir que l’État et ses agents continueront de travailler encore un peu, quelques années tout au plus, pour lui assurer une fin de mandat pas trop bousculée, ni plus ni moins. » Lui et ses sicaires ont plus à craindre d’une révolte du personnel rattaché à la fonction publique que d’une révolte du reste de la population. Il a montré, avec l’épisode des gilets jaunes, qu’il était très fort pour stipendier les forces de « gauche » les plus réactionnaires* pour circonvenir ce mouvement qu’il lui a fait si peur (cf l’épisode du Puy où il a frôlé la catastrophe).Il a besoin pour asseoir son pouvoir d’avoir à sa disposition le personnel d’état du plus simple au plus sophistiqué. C’est cependant un jeu dangereux car au sein de cette population, tout le monde n’est pas dupe du jeu en cours. Tout le monde connaît l(adage « Que César prenne garde à la colère des légions ! ». Dans notre cas, il faut prendre le terme Légion dans le sens le plus extensif qu’il soit car à tous les niveaux de l’appareil d’état, il est des gens, animés par la notion de bien commun, qui observent et qui réfléchissent.

    *la vie politique n’est plus qu’un théâtre d’ombre où chaque partie s’évertue à jouer son rôle. De plus en plus de personnes sont conscientes que ce qui est présenté sur le fond de la caverne est un mensonge et qua la réalité est à l’extérieur de cette dernière.

    1. Gerldam

      J’imagine le sondage suivant: faire lire le dernier paragraphe ci-dessus et demander aux jeunes de 18-30 ans à quoi le major fait-il référence avec cette histoire de caverne?
      Réponse:
      Platon 0,0001%
      Bof, on sen fout: 99,9999%

      1. Pierre 82

        @Gerldam
        Ce doit être sans doute un peu plus.
        On aurait posé la question il y a 30 ans dans les mêmes conditions. Quel aurait été le pourcentage?

          1. Mitch

            J’ai de gros doutes.

            Il y a 50 ans le pourcentage de gars qui atteignait le BAC était de … 16%. si si 16% (20% si on y inclus les gars qui faisaient de la techno).

            Comme je doute aussi qu’on y lisait Platon à 14 ou 15 ans, cela veut donc dire que +80% de la classe d’age lisaient Spirou. Si la question avait été posé à la classe d’age (et non aux bacheliers) je doute que les pourcentages aient beaucoup varié.

            math93.com/index.php/112-actualites-mathematiques/532-evolution-des-resultats-au-bac-de-1970-a-2013

            Quand à la lecture de Platon, cette belle philosophie et cette grande culture n’a visiblement pas été d’une de grande aide morale pendant le covid pour ceux (nombreux) qui ont applaudit (ou acquiescé) les idées géniales du poudré.

            Bref, j’ai entendu peu de gens (surtout nos plus anciens) brandir les philosophes Grecs, les écrivains des ‘lumières’, les droits de l’homme, etc etc, pour s’insurger contre toutes les brimades de l’état grancais.

            1. Reddef

              Vous ´ écoutez que ce qui parle fort , le Suisse jean Dominique Michel est pourtant
              Un complotiste réputé.
              Quand à la philo, pour avoir passé mon enfance et mon adolescence et que mon fils travaille dans la filière énergie thermique je vous assure que si Macron faisait un référendum pour supprimer cette discipline beaucoup serait pour.

                1. Pheldge

                  bon sam à 2h par semaine, faut pas pousser … tant que tu y es on met tout à la carte, et seuls quelques polars vont s’inscrire aux cours, passque bin fô comprendre, c’est trop dur.

                    1. Akasha

                      Bonsoir Mes Sieurs, Dammes,
                      Je rebondis sur cette suite de commentaires : en philo au lycée on ne nous a jamais parlé de Platon. Les cours de philo en 2005, c’était on écoute la professeur (e ?), si l’on n’est pas d’accord et qu’on la ramène un petit peu trop pour polémiquer : on se fait descendre en 2 temps 3 mouvements et la moyenne ne dépassera jamais 9 sur l’année. Par contre 14 au bac…..
                      La philo au lycée, comme dans toutes les matières d’ailleurs : c’est on apprend par coeur ce que le ou la prof raconte et on ne pose pas de questions. Hormis le faillot qui posait des questions en paraphrasant ce que la prof venait juste de dire…. 2 heures par semaine de perdues, qui auraient été autrement mieux consacrées à lire de vrais auteurs : Machiavel, Sun Tzu, César et j’en passe….

                      Pour finir par ceux qui encensent Platon, allez voir comment notre regrété Diogène de Sinope se moquait gentilment de lui :

                      « Une anecdote rapporte que, Platon ayant défini l’homme comme un « bipède sans cornes et sans plumes », le jour suivant, Diogène se promène dans la ville en tenant à la main un coq déplumé aux ergots coupés, et déclarant : « Voici l’homme de Platon ! »

                      Magique 🙂

                    2. Mitch

                      Comme de plus en plus souvent ces temps-ci + 1 avec sam (mon compatriote austral 🙂 ). Ceux qui veulent aller se taper de la Philo y vont. C’est leur choix. Et honnêtement, vu le niveau, ce serait peut être plus judicieux de rendre quelques cours d’économie obligatoires mais bon …

                      NB: Pour la Philo, quand on voit les résultats sur le peuple grancais, j’admets ne pas être ni convaincu ni impressionné par ses supposés bienfaits.

                    3. durru

                      @Mitch 20h25
                      Je crois que tu fais erreur. Il y a des cours d’économie en France, y compris au lycée. Sauf qu’ils sont dispensés par des Sandrine Rousseau ou Nathalie Arthaud. Et j’ai bien peur que pour la philo ne soit exactement pareil.
                      Le problème, ce n’est pas l’étiquette, mais bien le contenu. Et le contenu, il est décidé dans les programmes construits par des idéologues partis pour déconstruire complètement la société que nous avons connu, occidentale, capitaliste, libre…
                      Je n’ai pas d’avis sur la philo au lycée, moi à mon époque j’étais resté à Rousseau, Hegel, Marx (à peu près). Je voyais cette matière comme une façon d’aiguiser l’esprit critique, mais ça, c’est juste de la théorie, car en pratique, on a ce qui précède 🙁

                    4. Pheldge

                      Non sam, juste que je me revois en Terminale, et si j’avais pu me passer de philo – en plus de l’Histoire géo matière où j’ai particulièrement brillé, je l’ai raconté il y a peu -. je l’aurais fait. L’inconvénient ? mes immenses lacunes, et je regrette mon dédain d’alors pour ces matières, et je serais encore plus inculte sans ces enseignements obligatoires.

                    5. sam player

                      Pheldge 4h38

                      Je résume :
                      Ces matières étaient obligatoires et t’es nul…

                      Il faut donc les rendre encore plus obligatoire 😀

                      Amha il faudrait éviter d’écrire dès que tu te réveilles

      2. Pheldge

        pardon, le coup de la caverne, c’est Ali Baba et son génie de la lampe, sauf pour quelques boomers salauds, salauds de boomers qui se sont gavés à qui ça rappelle les Beatles …

        1. Jacques Huse de Royaumont

          La caverne, c’est la maison du capitaine, tout le monde sait ça !
          (tout aux moins ceux qui était enfants dans les années 70-80)

      3. sam player

        Désolé mais la connaissance ou non-connaissance de cette allégorie ne préjuge de rien du tout, juste un élitisme du genre moi je sais et toi tu sais pas… (et c’est là que vous vous faites traiter de vieux con…) et pour pouvoir bouffer ça n’avance à rien

  10. Theo31

    Ducontribuable paie le salaire, les vacances (quatre mois à l’école, excusez du peu), les crédits et la retraite des agents de l’Etat. Il n’y a pas de caisse de retraite pour les fonctionnaires hormis la capitalisation Préfond et que son financement est voté chaque année par le parlement.

    Le plus scandaleux est que de nombreux syndicalistes de l’Ednat touchent une belle rémunération sans jamais se retrouver devant une classe.

    Un socialsite est quelqu’un qui veut faire le bien avec l’argent des autres sans jamais oublier de bien se gaver au passage.

  11. Stéphane B

    Allez, pour rire, et ce n’est même pas HS. En lisant cet article https:/ /www.ladepeche.fr/2022/09/16/vladimir-poutine-menace-lukraine-la-guerre-peut-devenir-plus-serieuse-10548616.php , j’ai trouvé le commentaire suivant:
    @anckou Il y a 14 minutes
    « la presse nous annonce la chute de l’économie russe depuis des semaine mais apparemment c’est plutôt la notre qui périclite »
    C’est faux !

    L’économie française est en croissance et l’économie russe en récession. Ça ce sont les faits.

    Mais vous répondrez que les chiffres français sont bidonnés par le grand complot des statisticiens, des journalistes économiques, etc. Alors que les chiffres russes, comme ceux de l’URSS en sont temps sont exempt de tout soupçon.
    Nous sommes donc tous sous le joug d’une vilaine propagande dont le patron est un des plus fervents collaborateurs.

  12. Ba

    « […] oubliant commodément 33 milliards d’euros de déficits. »

    Numérologie sataniste, le chiffre est inventé et ne résulte pas d’un quelconque calcul. Cela se confirme quand on regarde la page de l’étude qui insiste beaucoup trop lourdement sur ce chiffre qui est d’ailleurs trop précis.

    1. Nemrod

      C’est sataniste 33 ?, je croyais que c’était 66…je m’y perd un peu.
      33 c’est ce qu’on dit au toubib non ?
      Et 22 aux flics …c’est ça ?

  13. Simon C-T

    Comme disait Gaston Bachelard au sujet de la précision des calculs : « Il est sûr du troisième chiffre après la virgule, c’est sur le premier qu’il hésite. »

  14. Mitch

    tout indique qu’elle est loin de faire l’unanimité (Nb:la réforme des retraites) chez les différents partenaires (caisses, syndicats, retraités actuels et à venir, …).

    Je disconviens courtoisement.

    Les retraités actuels (1) dans leur majorité sont plutôt pour cette réforme. C’est d’ailleurs une des raisons pour lesquelles ils ont voté en masse pour le poudré. Avec une réforme, ils se disent que leur rente à des chances de durer encore un peu et c’est d’autant mieux si l’effort est sur les autres.

    Le traditionnel raisonnement à la française en somme:
    – les taxes? , oui il n’y en a pas assez …. mais pour les autres?
    – les règles débiles? oui assurément, … mais pour les autres,
    – la réforme des retraites? oui, triple oui même … mais pour les actifs.

    C’est indécent que des gars qui se sont parfois tirés avant même 55 ans demandent à leur enfants et petits-enfants de bosser 10 ans de plus qu’eux ne l’ont fait (et ça juste après le covid ou on a tout bouclé pour eux).

    Ce système de retraite par répartition est de toute façon une immense connerie.

    – Qui est voué à l’échec depuis longtemps. Il suffit de regarder une pyramide des ages

    – Qui crée des tensions entre les générations. C’est une Ponzi – les plus jeunes sont moyennement motivés pour casquer à grand frais au nom de la sacro-sainte solidarité pour quelque chose qu’ils n’auront pas,surtout si c’est du 1 pour 1.

    – Et qui en plus ne répond plus du tout aux contraintes du monde moderne. Par exemple, si demain de je vais bosser dans un pays qui n’a pas de convention débile avec la grance, on fait comment?.

    Un système communiste, pensé par des communistes, pour des fonctionnaires et dans un temps ou les gens ne voyageaient pas.

    Et enfin, certains gémissent car les djeuns ne seraient pas assez ‘motivé’. On peut le comprendre. Bosser pour entretenir mamie Germaine qui a applaudit des 2 mains les passes-nazi et les lockdowns, pour ré-élire ensuite le poudré et ses clowns, il vaut encore mieux rester devant sa PS4 et/ou son phone.

    (1): merci d’avance de me pas de rappeler que les retraités ne sont pas tous des prédateurs et de ne pas prendre votre exemple perso comme LA tendance

    1. Gerldam

      Je ne sais à quels booomers vous faites allusion. Beaucoup d’entre eux ont fait des semaines de 48 heures, voire beaucoup plus pour les cadres et je connais nombre de ces derniers qui ont travaillé jusqu’à 70 ans. Ceux qui ne veulent rien fiche se trouvent, me semble-t-il, plutôt dans les jeunes générations. Cf. le mouvement de la « grande démission ».

      1. sam player

        – Au tiret numéro 5, le monsieur vous explique pourquoi les jeunes générations ne sont pas motivées

        – à l’atelier note de bas de commentaire le monsieur vous demande de ne pas prendre votre cas pour une généralité

        😀

        1. Nemrod

          J’ajouterais que les « pas motivés » se recrutent maintenant chez les cinquantenaires.
          D’ailleurs cet après midi je vais à la Chasse plutôt qu’au boulot…oui Sam je sais que mon cas n’est pas une généralité.

            1. Walter

              A bientôt 49 ans dont plus de 20 passés en libéral, je ne peux que plussoyer.

              Je laisse les quelques petits jeunes motivés (il en reste et j’en fus) s’exciter sur la direction du projet entre deux discussions inclusives (« au regard du nombre de petites sirènes dans l’équipe de France de balle au pied, ne serait-il pas plus opportun de concourir au water-polo ? ») et je rentrer le plus tôt possible suivre le conseil de Voltaire: Je cultive mon jardin, au propre comme au figuré.

          1. Mitch

            +1000. Au delà d’un limite vite atteinte c’est VTT, Famille, Pêche, Chasse, Poney, …. just name it. Il est juste inutile de vouloir en faire plus, vous allez tout raquer au nom de la solidarité (et en plus on va vous insultez si vous objectez).

            1. Mikill

              +1000 , 54 ans j’ai viré tout le monde, je prend un contrôle fiscal qui sera mon solde de tout compte ( le proxo comprend pas pourquoi la gagneuse ne rapporte plus) . Expatriation pas possible pour le moment, je vais en faire le minimum et cultiver mon jardin ( pêche, kitesurf, ski , moto, chasse etc) . Je sais me servir de mes mains ( réparation, jardinage, bûcheronnage etc ) et je n’ai aucune inquiétude pour l’avenir car résilient. Plus rien à foutre d’être citoyen ( de toute façon selon les critères de macron je ne le suis plus). Hors de question de continuer à participer à cette mascarade.

      2. durru

        Pourtant, il y a une bonne majorité des retraités (66% ?) qui ont fait l’effort de se déplacer pour voter pour Macron.
        Pourquoi l’ont-ils fait ?
        Par ailleurs, il y a pas mal (et surtout parmi ceux avec une espérance de vie plus élevée) qui ont bel et bien arrêté vers 55 ans (ou même avant), notamment dans la fonction publique et dans plein de régimes « spéciaux ».

        Quant à la grande démission, je crois que Mitch a bien expliqué ses causes : pourquoi se fatiguer à bosser, si ça rapporte rien ? Et que la seule chose qu’on obtient c’est du stress, lié aux nouvelles méthodes de « management » ?
        Nous sommes arrivés au bout de la logique, la Ponzi est prête à exploser…

        1. CPB33

          les seuls fonctionnaires qui peuvent prendre leur retraite à 55 ans ou avant sont les flics et les militaires; faut pas faire de généralités ici non plus !

            1. CPB33

              fonctionnaires oui et non; dans mon esprit, les fonctionnaires sont ceux qui dépendent d’un Ministère et pas d’une entreprise plus ou moins privée

          1. Mitch

            Enseignement il y a encore quelques années : 55 ans. C’est plus compliqué à présent mais ceux (nombreux) qui se sont tirés à 55 ans y sont à présent (l’inénarrable belle-mère qui trouve que Jean-Kévin est une feignasse s’est barrée à 55 ans évidemment).

            Beaucoup de cadres et assimilés ont profité de plans pour se tirer à 57 ans avec 3 ans de chomage plein pot et la retraite derrière.

            NB: en anticipation de remarques déplacées sur ma potentielle jalousie, je me contre-fous que X ou Y se tire à 55 ans. Aucune jalousie de ma part ce sont leur choix et ils doivent l’assumer. Ils ne me doivent rien, et j’estime que je ne devrais rien avoir à leur devoir financièrement parlant (ce qui n’est malheureusement pas le cas).

      3. Gargamelle

        Merci de le souligner. Aucune génération n’est toute blanche ou toute noire.
        Les « boomers » ont travaillé sans les 35h, sans RTT, ont financé les infrastructures (autoroutes, réseaux téléphoniques, hôpitaux etc …) et inventé la technologie (internet…) dont toutes les générations profitent aujourd’hui. Et les aides sociales n’avaient rien à voir avec ce qu’elles sont aujourd’hui. Il fallait bosser pour s’en sortir.

        1. Nemrod

          Aucune génération n’est toute blanche ou « de couleur » , »racisée » est accepté aussi ( un autre leg des boomers , merci encore)
          Merci de rectifier.

        2. Mitch

          Internet c’est l’armée US.

          Pour les financements, on ne demande à personne ce qu’il désire financer hélas. Perso, si on me demandait, je préférerais financer des infrastructures plutôt que des retraites c’est clair.

          Dans les années 70-80 l’état pompait 40% de la richesse. Pas plus de 5% était utilisé aux retraites. L’état pompe à présent 65% de la richesse et +15% file dans le tonneau des Danaïdes des retraites. Malheureusement pas la peine d’en dire beaucoup plus.

          Jean-Kevin aimerait sans doute bien financer l’école de ses enfants à venir, les futures centrales, les hôpitaux de demain,
          etc, … mais il se trouve qu’il faut qu’il finance Mamie Ginette quasi seul (rapport 1.3 pour 1 entre actif et retraité) et depuis déjà près de 30 ans du bout de ses petits bras musclés.

          C’est à cette époque qu’il aurait fallu basculer vers un système viable et pérenne. C’est tout l’inverse qui s’est produit, et comme cela ne suffisait encore pas, une dette fabuleuse a été généré à une période que rien ne justifiait.

          Demander à présent à ceux qui n’auront rien (ou pas grand chose) d’assumer les choix pourris des retraités est particulièrement inique. C’est d’autant plus inique que les retraités ne sont même pas appelé à assumer leur choix et ne seront pas impactés (la recompense d’avoir ré-élu le poudré).

          Toutes les générations ne sont pas blanches ou noires mais certaines sont (bien) plus foncées que d’autres …

          1. Pierre 82

            La cause de ce pataquès est simple à conprendre et tient en quelques mots: on a oublié qu’un système comme celui-là devait être juste équilibré. Que chaque année, chaque caisse ne pouvait distribuer que ce qu’elle avait dans ses caisses.
            Du coup, dès les années 80, au aurait donné le choix:
            – augmenter l’âge de la mise à la retraite
            – augmenter les cotisations
            – diminuer la rente des retraités

            Je ne vois pas d’autres solutions que celles-là. Si ces questions avaient été discutées en temps utiles (en gros: si l’état n’avait pas renfloué les caisses pour avoir la paix et gagner des électeurs), les choses auraient évolué normalement au fil des années, sans doute par un mix progressif des trois, et on ne serait pas actuellement dans cette situation.
            En plus, l’autre avantage, c’est que les gens voyant qu’à cause de la démographie, ils prenaient leur retraite de plus en plus tard, payaient des cotisations de plus en plus élevées pour une pension de retraite de plus en plus minable, auraient sans doute très rapidement pensé que le système de répartition n’est pas optimal, et qu’on pourrait, par exemple, y ajouter une dose de capitalisation.
            Une fois de plus, le problème vient systématiquement des politiciens, chaque fois qu’ils se mettent à tricher avec la réalité pour se faire élire.

              1. Mitch

                +1000
                Après si certains y croient, qu’ils y adherent, mais qu’on oblige pas tout le monde à verser des torrents de pognon dans le tonneau des Danaïdes

              2. Pierre 82

                Ça, c’est avec le recul qu’on peut dire ça. Si on se remet à la base, quand les gens ont une espérance de vie de 10 ans après la retraite et où on a 5 actifs pour un retraité, ça peut tenir la route sans soucis.
                D’ailleurs j’écris que ça aurait vite évolué si on n’avait pas triché, et dès les années 60, on aurait eu une partie « capitalisation ». Mais si la démographie et l’espérance de vie (après retraite) était restée de 10 ans, on n’aurait pas de raison eu de changer.
                Et comme les prélèvements étaient assez bas, on pouvait toujours se constituer un complément sans problème.
                Ça nous ramène à ce qu’on disait hier: une partie par répartition, vraiment minimale, et le reste par capitalisation me conviendrait très bien.

                1. Nemrod

                  Ca revient à ce que je dis.
                  Un système qui n’est pérenne que dans les conditions de départ ne doit pas être envisagé.
                  Vous connaissez beaucoup de données de ce genre qui sont des constantes ?
                  Certainement pas la démographie et ça depuis toujours.

                2. Mitch

                  Pierre, tout était prévisible. Une pyramide des ages à moins d’une guerre ou d »une épidémie sérieuse (pas le covid hein 🙂 ) c’est anticipable sur des dizaines d’années. Pareil pour l’espérance de vie. Ils avaient toutes les datas pour prendre les décisions qui s’imposaient. Déjà dans les années 70-80 je suis tombé sur des rapports qui projetaient tout ça. La situation actuelle, et celle de demain, étaient connues depuis bien longtemps.

                  Je te rejoins sur le fait que les politocards ont choisi d’ignorer la réalité sous la pression d’une population qui, dans son ensemble, voulait se tirer le plus tot possible même si cela impacterait leurs enfants et petits-enfants.

                  1. Higgins

                    Je suis assez d’accord. Il y a encore beaucoup de monde pour qui l’horizon indépassable de la vie se résume à la retraite. Avant, c’est pour se nourrir mais lorsqu’ils seront à la retraite, là, ils se mettront à vivre !!!

                  2. Pierre 82

                    Je ne dis pas autre chose sur ce point. On le sait depuis longtemps, mais on a choisi de tricher au lieu d’attaquer le problème à la racine.
                    Et de toutes manières, quand on commence un truc, on a forcément une certaine structure, et puis cette structure peut (et doit) évoluer suivant les circonstances.
                    Pareil que pour une entreprise, en fait.
                    Ce que j’essaie de dire, c’est qu’on a commencé à prévoir des retraites à une certaine époque, mais l’erreur a été double:
                    1. considérer que la structure est immuable
                    2. avoir demandé aux politiciens et à l’état de gérer le bouzin.
                    Sinon, l’idée de départ, dans les circonstances de l’époque, ne ma semblait pas incongrue (c’est là où est notre point de désaccord, parce que pour le reste, on est sur la même longueur d’onde)

                    1. durru

                      Pierre, la retraite par répartition, peu importe la mise à jour des règles, c’est une Ponzi par définition : tu sais ce que tu mets dedans, mais tu ne sais pas ce que tu vas en sortir. Même pas la peine d’aller chercher plus loin…

                    2. Aristarkke

                      « Sinon, l’idée de départ, dans les circonstances de l’époque, ne me semblait pas incongrue »
                      Malheureusement faux, Pierre. Les régimes de retraite qui existaient avant WWII étaient tous basés sur la capitalisation et avaient donc ipso facto, des réserves financières importantes. Durant la guerre, Pétain pris comme chef de file d’une clique qui survivra très bien à la fin de la guerre, devant assurer le paiement des frais d’occupation de la Wehrmacht, a siphonné ces réserves pour avoir le pognon et a remplacé le système par capitalisation par celui à répartition immédiate puisqu’il fallait bien assurer les retraites en cours de l’époque. En 44/45, le fumeux CNR noyauté par les communistes, a bien vu tout le potentiel de contrôle étatique qu’offrait le système d’où sa promotion/imposition de principe.
                      Faut dire que la retraite a toujours fait l’objet d’une intense propagande communiste comme carotte pour que le peuple reste soumis et obéissant, peu importe qu’il doive se fader des conditions de vie qui écrèment un max avant l’heure…

                    3. Aristarkke

                      Pour un polytocard, le système à répartition immédiate est une merveille puisque schématiquement, il se pilote finement et a des réactions rapides pour assurer le clientélisme à donf…

                    4. Aristarkke

                      Mais l’ennui est que cette muabilité aisée du bouzin est nuisible puisque tu ne peux savoir exactement ce que tu recevras contre tes cotisations que le jour où tu liquides tes droits, comme on dit. TES droits…
                      Et qu’ils ont pu être modifiés dans tous les sens entretemps…

                    5. Higgins

                      @ Ari 15h38

                      Il faut dire qu’avec une somme d’argent quotidienne qui oscillait entre 200 millions et 400 millions de francs/or à verser au Grand Reich, ça devait être donc un peu tendu pour les ministres en charge des finances du pays. La France a payé rubis sur ongle les sommes exigées jusqu’au dernier jour de l’Occupation. C’était tellement important que les allemands ne les ont pas toutes dépensées. Paradoxe de l’affaire, ca leur a permis de régler tous les achats effectués en France comme, par exemple, les fortifications du mur de l’Atlantique ou bien les différents matériels militaires qu’ils faisaient fabriquer par des firmes françaises. Pour ceux que le sujet intéresse, il y a cet excellent ouvrage  » Histoire économique de Vichy » publié chez Perrin.
                      Pour les retraites, on oublie u peu trop facilement que dans l’entourage de Pétain, il y avait plein de personnes acquises à une sorte de social-démocratie car ils rêvaient d’une société ni capitaliste ni communiste. Un Pierre Laval était clairement de centre-gauche (il me fait penser à Valls mais en mieux) et je rappelle que c’est sous Pétain que la technocratie s’est emparé des leviers du pouvoir. Il y a plein de raisons à cela dont l’état catastrophique du pays après la débâcle. Pierre Pucheu, qui fut ministre de l’intérieur de juillet 1941 à avril 1942, bien que normalien (tient, ça me rappelle quelqu’un) était un pur produit de cette école de pensée initiée par X-Crise. La situation du pays est apparut pour les tenants de ce courant de pensée comme une formidable opportunité de mettre en œuvre les idées qu’ils professaient et les circonstances ont poussé les politiques à les utiliser comme cela avait été le cas vingt ans plus tôt pour faire passer l’économie française à une économie de temps de guerre. X-Crise avait développé une approche de gouvernement technocratique qui, sur fond de « planisme d’état » et « d’économie dirigée » permettrait de réguler le capitalisme et, selon la formule de Saint-Simon, de « substituer au gouvernement des hommes, l’administration des choses ». (« L’énigme Pierre Pucheu » de Jean-Marc Berlière au Nouveau Monde). 80 ans plus tard, nous n’en sommes pas sortis.

            1. durru

              Bah, en Roumanie suite à l’effondrement de la natalité (entre autres) la capitalisation est entrée dans les mœurs. Au point que les soces, quand ils ont voulu proposer aux gens de renoncer et revenir au standard (répartition à 100%), il y a eu quelques dizaines de pekins qui ont suivi.

              1. Grosminet

                Mouais… d’un point de vue démographique, la situation est moins grave, étant donné que la chute de la natalité est arrivée plus tard et que l’espérance de vie n’est pas la même…pour l’instant.
                Après, effectivement, le « transfert » entre la répartition et la capitalisation est entamé, et ça date facile de 6-8 ans de mémoire. Donc on peut dire qu’ils ont (un peu) anticipé les problèmes à venir, alors que les politiques français parlent depuis au moins 20 ans d’une réforme sans avoir encore rien fait.

            2. Hari Seldon

              Il y a une autre alternative : diminuer l’espérance de vie.

              Pour ce faire, commencez par des choses simples : désorganisation complète du système de santé afin que les plus fragiles (dont les vieux, quelle chance !) soient les plus impactés en premier. Mais bien entendu cela aura un effet général indéniable

              Continuez avec une alimentation dégradée, en appliquant des politiques agricoles catastrophiques (volet quantité) et en favorisant la malbouffe (volet qualité). Aidez les obèses et traitez ceux qui émettent des objections de grossophobes, vous donnerez ainsi une bonne conscience générale aux gens pour qu’ils se laissent aller.

              Attaquez ensuite le confort de vie : moins d’énergie, moins de chauffage, du stress, de la peur permanente, effets garantis.

              Terminez avec un coup au moral : anxiété générale, injonctions contradictoires et schizophrènes, réthorique guerrière, auto humiliations imposées, et j’en passe.

              Si malgré tout ça le compte n’y est pas encore, ouvrez la voie aux suicides assistés et à l’euthanasie.

              Toute ressemblance avec une histoire vraie serait … comment dire ?

              1. Jacques Huse de Royaumont

                Tu oublies les « vaccins » covid, qui semblent efficaces pour réduire la population à moyen et long terme.
                10% de morts en plus, 10% de naissances en moins et hop, sans drame, on se dépeuple.

              2. Pheldge

                on va rappeler le théorème de Madelin « Entre le machiavélisme du pouvoir et la connerie, considérez toujours que la connerie est l’hypothèse la plus probable ». Pour moi c’est une accumulation de décisions à court terme prise par des arrivistes ne voyant que leur propore intérêt.
                Au final ça donne le même résultat. 😉

                    1. Aristarkke

                      Si j’étais juré actuel d’examen de l’Ednat, je t’absoudrais pour bonne intention quoiqu’entachée par une exécution défectueuse. Mais voilà, je ne suis pas juré de l’Ednat…

                1. Hari Seldon

                  Je suis d’accord avec ce théorème d’une manière générale.
                  Mais la suite sans fin des événements, avec la brusque accélération ces quelques dernières années, m’interroge.

                  En prenant toutes les décisions importantes à pile ou face, il y aurait probablement eu moins d’impacts négatifs. J’ai du mal à ne pas y voir d’intentionnalité, même si je m’efforce encore de laisser sa chance à l’incompétence.

                  Quant aux vaccins, je ne les ai volontairement pas cités pour ne pas ajouter une couche de complotisme à mon complotisme 🙂

                  1. Mitch

                    Sans doute un élément de réponse: l’Italie ne s’est jamais aussi bien portée que depuis qu’ils n’ont plus personne à la barre. Les décisions sont prises de façon collégiales ou ne sont pas prises. Comme il y a du sacré niveau là-bas aussi, pas de décision est (bien) mieux que mauvaise décision.

                    1. Hari Seldon

                      J’ai connu pareil et même constat que vous.

                      https:/ /fr.m.wikipedia.org/wiki/Crise_politique_belge_de_2010-2011

                  2. Nemrod

                    En tirant à pile ou face, une fois sur deux la décision serait correcte.
                    Nos dirigeants en réfléchissant ne peuvent arriver à ce résultat.
                    J’estime à 9 décisions mauvaises sur 10.

                  3. durru

                    @Hari
                    Tout d’abord, le monsieur l’a dit : ils ont pas pris les décisions à pile ou face, mais dans leur propre intérêt à court terme.
                    Et l’accélération qu’on observe est un effet de seuil. Jusqu’à récemment, il y avait encore des marges et les crétineries étaient d’une certaine manière isolées. Là, le volume est devenu tellement important (entre les anciennes et les nouvelles) qu’il y a un effet boule de neige.
                    Je crois que ceux qui cherchent réellement un effondrement se comptent sur les doigts (j’en vois deux, mais je ne veux pas me faire traiter d’antisémite), la grande majorité c’est juste un hubris comme on a probablement jamais vu auparavant, couplé à une connerie de compétition.

                    1. Hari Seldon

                      @durru 20 septembre 2022, 15 h 10 min

                      C’est possible, même probable.

                      Mais, par exemple, un discours commençant par « économisez l’électricité » et se terminant par « achetez des voitures électriques », ce n’est plus de la crétinerie, c’est au mieux une stupidité abyssale teintée de schizophrénie.

                      Remarquez, rares sont ceux qui relèvent.

                      On a probablement les politiciens que l’on mérite.

                    2. durru

                      Ah, mais il y a aussi, dans le désordre :
                      – un niveau de corruption stratosphérique
                      – un hubris énorme qui les empêche de reconnaître qu’ils ont pu se tromper
                      – le besoin de satisfaire aux standards de la bien-pensance, faute de quoi ils risquent de se voir exclus du bal

                      H.S., mais significatif, il y a un article chez Bertez avec la déclaration d’un scientifique roumain, ancien ministre (une sorte d’Allègre), qui confirme avoir dit que l’Ukraine est un pays artificiel qui détient des territoires qui ne lui appartiennent pas. 76 balais, il s’en fout s’il est ostracisé…

              3. Grosminet

                Ça semble en cours dans certains endroits de la planète. Si je ne m’abuse, Raoult parlait d’une diminution de l’espérance de vie aux US non liée au Covid.

                1. Pheldge

                  il évoquait l’obésité, et la crise des opiacés. Heureusement grâce à notre bon gouvernement, et à ses recommandations alimentaires, au mangi-bougisme, nous sommes à l’abri …

          2. Pheldge

            et pour ce qui est de « Mamie Ginette », tu risques d’avoir des surprises : grand âge, dépendance, ta « Mamie Ginette » à toi risque de te coûter cher, et vu que tu es, à ce que je devine, un sale privilégié de riche, ça sera à toi d’assumer, pendant que Jean Kevin et Momo, verront cette charge assumée par l’état donc, tézigues une fois de plus …
            Ça fera triple peine, voire quadruple, si tu dois assumer parents et beaux parents …
            Mon beau-père a 98 ans, et heureusement pour nous, vit encore chez lui, et ses enfants se relayent pour le garder la nuit. Je mesure la chance que nous avons.

            1. Mitch

              C’est pas faux Philou. Comme d’habitude les salauds de privilégiés de riches devront faire acte de solidarité et s’ils objectent ils seront insultés (même s’ils n’objectent pas du reste). Business as usual.

            2. durru

              Et quand il n’y aura plus aucun riche, mais seulement des Momo et des Jean-Kévin, ça sera réglé.
              Le mur est là et on peut pas le rater. Ce n’est pas parce que vous essayez de vous convaincre qu’il n’y aura pas de mur qu’il va disparaître comme par magie.

              1. Mitch

                duru, je pense que tous les gens sensés sont convaincus de la présence du mur et de l’impact (même Momo et Jean-Kevin qui ne se font pas d’illusions).

                Ce qui est encore inconnu c’est la date de l’impact.

                Beaucoup de la génération boomer se disent qu’avec des mesures de bricolage tous les 2-3 ans (surtout s’ils ne sont pas impactés) et ou on fait bosser leurs enfants et petits-enfants quelques années de plus, ils pourront éviter le crash. C’est à mon avis un mauvais calcul, mais bon …

                    1. Pheldge

                      je fais une simple projection de ce qu’on a vécu depuis 40 ans, parce que l’écroulement total, le Grand Soir 2.0, je ne les vois pas venir de sitôt.

                  1. Pheldge

                    ci dessus, je disais juste à Mitch qu’il n’avait pas fini d’en voir, ni de payer, et en évoquant la charge du grand âge, que ça pouvait, pour ceux qui sont solvables, aller jusqu’à 25 % de ce qui dépasse du Smic Conformément à la loi sur l’obligation alimentaire, enfants, petits-enfants, adoptés, gendres et belles-filles ont la responsabilité d’épauler les parents. De ce fait, ils ont l’obligation de payer la maison de retraite si leurs parents âgés ne peuvent pas le faire
                    Chercher le mot en gras pour plus d’infos sur la calcul.
                    Du coup, je pense que y’en a certains, qui vont réviser leur point de vue sur l’euthanasie, au moins pour les belles mères … 😉

                    @ durru: je ne crois absolument pas à l’immuabilité du système, mais, une vraie réforme, comme celle du Chili mise en lien par h16, j’ai de gros doutes.

                    1. durru

                      Il n’y aura pas de réforme, c’est impossible, nous sommes allés trop loin. Il y aura juste une chute, un effondrement. Et ça va partir de zéro, chacun avec ce qu’il aura pu sauvegarder voire gagner sur cette période trouble.
                      Sinon, tu te contredis tout seul comme un grand, mais ça ne m’étonne plus. Momo et Jean-Kévin, ils n’ont pas d’obligation alimentaire, eux ? Si tu crois que cette contrainte va s’appliquer aux « riches », mais pas aux Momos et Jean-Kévins, c’est que tu crois que le système va perdurer. Donc fail.

                    2. Aristarkke

                      Durru 14H10
                      La loi est effectivement la même pour tous, en théorie. (Obligation alimentaire)
                      En pratique, c’est très variable surtout pour les CPF et tu ne l’ignores pas.

                    3. Mitch

                      +1 duru. Le système ne peut que s’effondrer.

                      1/ On est allé trop loin

                      2/ il n’y aucune volonté de changement de la part du peuple. Une bonne partie voulant le faire perdurer le plus longtemps afin qu’il s’écroule après qu’ils soient partis, encore une autre partie pense que quelques réformes le feront survivre, d’autres s’en foutent et enfin une minorité (nous?) assistons à ce spectacle comme Statler and waldorf dans les Muppets

                      3/ Sujet à haut risque pour les politocards qui ont instrumentalisé ce sujet à outrance pour leur ré-élection. Changer maintenant reviendrait à dire qu’ils se sont trompés (et en plus c’est l’un des rares sujets qui ferait sortir les gens de devant la Pavda)

                      CPEVF

                    4. Pheldge

                      Momo et Jean-Kévin, ont également l’obligation alimentaire, sauf que ils peuvent bénéficier d’aides et de prises en charges diverses auxquelles MItch n’a pas droit.
                      Je connais également des gens qui, via une donation partage du bien des parents, ont courcircuité la possibilité par la CAF de présenter son addition lors du règlement de la succession, et ainsi le parent agé pouvait bénéficier de toutes les aides, ainsi que du minimum vieillesse …

                    5. durru

                      @Pheldge 14h32
                      Tu continues dans le même sens. Pour toi les allocs sont acquises etc etc. Mais tu ne crois pas le système immuable. Cherchez l’erreur…

                    6. Higgins

                      @ Pheldge 14h32

                      Ce qui montre bien que les individus, tout acquis qu’ils puissent être à la Socialie, restent des agents économiques rationnels qui cherchent à maximiser leurs profits.

                    7. Mitch

                      @Major 20 septembre 2022, 15 h 40 min

                      La socialie c’est comme tout reste. C’est bien … mais pour les autres.

                      J’ai (oups, j’avais) dans mon entourage des gens qui trouvaient qu’on ne payait finalement pas trop d’impôts en grance. Et puis il s’est pris un controle fiscal et le message à changer.

                      Un autre qui me faisait l’apologie de la diversitude et de la mixité sociale … pour finalement mettre sa fille dans une bonne école en trichant sur son adresse avec un réseau de copains de la même veine.

                      Je ne sais pas avec précision ce qu’à été l’URSS dans les années 70-80, mais il y a beacoup de points communs avec ce qu’on observe.

                      Sauf qu’ici sous certains aspects c’est sans doute pire car il y a une quantité de branleurs dont on nous impose la charge alors qu’en URSS, ils filaient à l’usine (même si ils n’y faisaient qu’acte de présence)

                    8. Pheldge

                      durru, tu deviens lourd, on parle de la situation actuelle et je donne des exemples récents. Quant à possibilité de changement, regarde ce qui se passe depuis 40 ans, quand tous les 10 ans on annonce la faillite des caisses de retraites, sauvées in extremis par « la réforme qui assurera la pérénité du système » : le système est toujours là, quarante ans quand même, alors l’écroulement en un jour, suibi de la grande remise à plat, je ne le vois pas venir.

                    9. durru

                      @Pheldge
                      Hein ? Je te cite : « il n’avait pas fini d’en voir, ni de payer ». C’est le présent, ça, ou l’avenir ???

            3. Aristarkke

              « ses enfants se rela i ent pour le garder »
              Au présent de l’indicatif et pour la troisième personne du pluriel, les verbes avec une syllabe finale comportant un y, le transforment systématiquement en i mais le conservent à l’imparfait, le futur…
              M’a énervé, là ! 😈

                  1. Aristarkke

                    N’insiste pas de trop…
                    Tu t’es déjà rendu compte que mon oeil était encore d’une qualité convenable pour débusquer tes errements…
                    L’AF n’est pas toujours adepte du modernisme qui t’arrange trop bien…

                1. Aristarkke

                  Dois-je considérer l’AF comme encore la gardienne du bon français ? Depuis qu’elle a admis la contraction dans les noms propres de lieux, j’ai mon estime envers elle, qui a grandement chuté.
                  Victime de ma tendance conservatrice, je suis. 😥
                  Philou : voici ma demande de plate excuse à m’accorder, uniquement pour ce coup-bas-là

    2. Pythagore

      Il faudrait aussi compter les chômeurs en retraite, ou les jeunes retraités au chômage, 2 à 3 millions de chomeurs en age de travailler qui au lieu de cotiser pour les retraites percoivent des aides.

    1. Dr Slump

      Ce genre de lièvre est en voie de multiplication je crois, je ne les compte plus.
      Sinon, j’ai été surpris, vers 4 mn de la vidéo j’ai cru voir des playmobil , et puis je me suis rendu compte que ce n’était pas un film animé incrusté par erreur, mais de vrais soldats chinois aux mouvements parfaitement mécaniques, des sortes d’humains animés. Ca m’a suffit comme vision du mondaprès, je vais plutôt me prendre un bon livre à lire.

  15. Unmeusien

    Pour paraphraser Juan Asensio et son blog Stalker  » dissection du cadavre de la littérature  » en exergue, je dirais  » dissection du cadavre de la SS « par Lane Georges,ses conseils, recommandations ne seront jamais ni écouter ni suivis. Quelques discussions fort intéressantes qu’il doit être possible de retrouver sur ce site que j’ai longtemps suivi  » lumière101  » où on écoutera avec grand intérêt Monsieur Lane discutant avec Monsieur Malliarakis et/ou Guillaumat François ( il y à un débat où on entend ,a peine, FG rire sarcastiquement disant  » Obama .. l’imposteur  » ) GL, et ses  » la SS et comment s’en sortir  » ou  » le salaire complet  » ou discutant avec son invité ( qui étonnamment a les mêmes patronymes qu’un ancien pilote F1 français, René Arnould ) RA étant PDG d’une entreprise Suisse,a ces mots de « force de travail a proposé a son éventuel employeur  »
    GL était un homme très pointilleux,dans le sens de la concision,il insiste sur la date de la création de la SS monopolistique : 1948.

      1. Pierre 82

        Ce qui est marrant avec Berruyer, c’est que c’est lui (vers 2012, je pense) qui le premier, m’a intéressé à l’économie, alors que jusque là, je m’en foutais un peu, et je n’en comprenais pas beaucoup de choses. Je me suis toujours senti libéral, parce que j’ai toujours aimé qu’on me fiche la paix, qu’on ne vienne pas piquer dans mes poches et que l’état se tienne à bonne distance de mes affaires.
        Dans une vidéo que j’avais vue, et où il expliquait grosso modo les QE, en notant que ça allait inévitablement nous mener dans le mur, et ce qu’il disait me semblait plutôt « libéral » dans le sens où il était au courant que pour bien faire, les rentrées d’argent ne doivent pas être inférieures aux dépenses, ce qu’en général à gauche, on a du mal à saisir. Et il pourfendait le rôle des états qui trichaient allègrement avec leur monnaie.
        Je l’ai suivi un moment, mais il me semble que c’est quelques années plus tard qu’il est progressivement devenu coco. Il est vrai que les commentaires, sur son blog, étaient souvent désespérants de gauchitude, à l’instar de chez Sannat.
        Est-ce qu’il s’est mis au goût de ses lecteurs, vu que les idées de droite ne leur plaisaient pas, et qu’il faut bien gagner sa vie? Je me pose encore la question de la sincérité de ce type-là.

        1. Voilà : il a commencé avec un discours de bon sens, pro-libéral (i.e. il faut créer de la richesse pour en distribuer, il faut laisser les gens faire et arrêter de les agonir d’impôts) pour dériver de plus en plus ouvertement par des discours socialistes puis communistes. Il a depuis constamment recherché notoriété et audience plutôt que de chercher la vérité ou au moins le bon sens.

          1. Dr Slump

            Voilà qui me paraît être la description du parcours-type de tout politicien de base. Mais c’est tellement rodé maintenant que les impétrants sautent directement à la case discours socialo, sans passer par la case bon sens.

          2. Aristarkke

            Quand il s’est avisé que, pour devenir le canard de référence des profs d’économie de l’Ednat, il lui fallait largement gauchir le discours et abandonner tout ce qui pouvait avoir l’aspect du libéralisme, il n’a visiblement pas hésité…

            1. Pierre 82

              Berruyer et son blog « Les crises » sont vraiment une référence pour les profs d’économie de l’ednat ou bien tu parlais d’autre chose?

              1. Aristarkke

                Je parlais du canard Alternatives Économiques qui constituerait, selon sa notice Wiki, largement le tiers des références des profs d’économie grançais…
                Sinon Berruyer y serait mal vu pour cause de russophilie ancienne et exagérée (j’imagine qu’il y a eu de bonnes âmes pour « corriger » la notice depuis fin février).
                Quant au staff rédactionnel de AE, il est mené par de Haas qui n’est pas vraiment de droite…

    1. P&C

      « En fait, nous ne vivons pas les uns avec les autres mais bien les uns contre les autres »
      En vérité, les deux sont vrais. Notre force est d’être une espèce hyper collaborative… mais celle ci s’arrête dès que nos intérêts propres sont en jeu.

    2. Mitch

      Nous ne vivons pas les uns avec les autres mais bien les uns contre les autres

      Je ne comprends pas la formule.

      Payer la retraite de Jean-pierre, retraité, 57 ans sans objecter c’est vivre AVEC les gens? c’est ça?. Par contre ne pas être d’accord pour raquer et trouver le système inique, c’est vivre CONTRE?

      Pas sur de comprendre.

      Si Jean-pierre veut prendre sa retraite à 57 ans, ou avant, ou après, je m’en contre-fout il ne devrait pas avoir besoin de mon consentement … ni de ma participation financière. Simple!

      1. Gelato29

        Brandon Mitch de la génération des losers serait-il envieux de Jean-Pierre de la génération des enfoirés ? On est toujours le socialiste d’un autre socialiste…

        1. Mitch

          Pas le moins du monde. Si Jean-Pierre veut se tirer à la retraite à 45 ans il n’a pas besoin de ma permission … ni de mon financement.

          Quand au socialisme l’un des fondements est précisément de vouloir faire financer aux autres ses propres choix au nom de la solidarité (ou de je ne sais quel autre principe bidon).

            1. Mitch

              En vous lisant, je me dis que vous vivez sur une autre planète avec votre nombril pour épicentre. Pour ma génération c’est déjà le cas on morfle. Chômage de masse, crise et toussa font parti du voc courant depuis toujours. La mienne n’est pas la pire. Celle de mes enfants va prendre encore plus cher (et prend déjà cher).

              1. Taisson

                « Pour ma génération c’est déjà le cas on morfle. »
                N’exagérons rien ! Tous ceux qui n’ont pas choisi de faire des études inutiles, par exemple jusqu’au doctorat sur la copulation des hannetons, trouvent un job rémunéré correctement, qui leur permet de vivre bien, de faire du sport, de partir en vacances, et en somme, de ne pas être trop malheureux !!
                Bien sur c’est très dur de ne pas avoir sa collection de Rollex !
                (Je parle la pour ceux qui ont la trentaine aujourd’hui.)
                Une vie matériellement bien plus agréable et facile que celle d’avant…

                Je suis tout à fait conscient que ça risque fort de ne pas durer !
                Se polariser sur les retraites comme seule cause de nos problèmes économiques, ce n’est pas complètement faux, mais c’est bien sur facile…
                La survie de beaucoup de villes et de villages de France, presque exclusivement peuplées de vieux, dépend de ce qu’ils ont économisé, et de leurs petites retraites qui retournent jusqu’au dernier sou dans l’économie locale.
                Il n’y à pas beaucoup de gens à 3000 € et plus, juges et autres fonctionnaires en retraite dans ces coins là !
                Ceux la vont alimenter les médecins dans les villes des côtes ! Chacun sa place…

                Une société qui propose la mort comme seule solution dès la dernière journée de travail rémunéré, puis de les remplacer par des émigrés, semble la seule option qui peut vous enthousiasmer !
                Dans très peu de temps le syndrome Attali calmera ça… la vie passe vite!
                Faire du pâté et les manger… Super !
                Ils ont bien essayé le covid et l’absence de soins, mais le résultat est médiocre.. Pas mal de vieux guérissent…Zut, raté, même pour liquider des vieux, il faut un peu de courage !
                Et, bien sur, les classes « supérieures », ainsi que ceux qui les protègent ne seront pas concernés..

                Je ne vois juste pas bien comment estimer le montant de l’économie…J’ai bien peur que les destructions et diverses nuisances des; à peu près 10 millions de « chances » de trois générations, dont moins de la moitié travaillent vraiment couteront au moins aussi cher que les 15 millions de vieux « de souche »… Mais bon..En plus, ils vieillissent aussi !

                On pourrait, si l’on était un peu plus intelligents dans ce pays, mettre en place progressivement un système mixe avec un collectif minimum, et le reste par capitalisation. Même si cela devait se faire sur plusieurs dizaines d’années, ça serait jouable !
                On pourrait aussi laisser les gens prévoir leur inévitable inactivité future en ne leur confisquant pas leurs épargnes par l’impôt…
                On pourrait aussi s’arranger pour que les salariés du secteur économique « marchand » ( environ 15 millions) n’aient pas, (en gros) chacun quatre personnes à faire vivre…
                On pourrait aussi arrêter d’importer des chances et d’organiser leur élevage de masse aux frais des Français et assimilés…
                On pourrait aussi décider de ne pas distribuer plus que l’on gagne, et c’est ce que les « petites gens » des générations précédentes ont fait toute leur vie…

                Dommage que l’on choisisse des dirgeants dans les classes sociales ou l’on à pas appris ça!

                1. Mitch

                  Une société qui propose la mort comme seule solution dès la dernière journée de travail rémunéré, puis de les remplacer par des émigrés

                  C’est pas un peu (beaucoup) une grosse caricature ça? l’age moyen de départ à la retraite doit être de 60 ans (moins il y a 10-20 ans) alors que la durée de vie moyenne est de 79 ans pour un homme et 84 ans pour une femme. On est loin de la mort après la dernière journée de travail.

                  Autrement ce que je questionne fortement ici c’est le modèle de retraite et l’absence de changement quand il était possible.

                  On a parfois l’impression que questionner le modèle (modèle inique dont le politocards se servent pour leur propre intérêt) revient à s’attaquer au 3ieme age.

                2. Nemrod

                  Tout ça est frappé au coin du bon sens.
                  Le plus simple et le plus équitable aurait été quand même que chacun se débrouille .
                  Je pense que ça réglerait bien des problèmes que vous évoquez que ce soit retraite, immigration, déficits etc…
                  Mais bon.
                  C’est trop tard.

                  1. Pierre 82

                    Que chacun se débrouille, oui. Mais à condition que l’état ne se comporte pas comme un bandit de grand chemin en nous piquant la plus grosse partie de ce qu’on gagne.

            2. durru

              Tout le monde va morfler. Tous ceux qui seront encore en vie, en tout cas.
              Et les vioques qui ont veauté Macron comme un seul homme sont bien plus lucides qu’on veut le croire : ils le savent, ils veulent juste que ça arrive après leur départ.

  16. Aristarkke

    Du moment que ce que je préconise soit uniquement applicable aux zotres :
    https:/
    /twitter.com/restonszen69/status/1571410079164792832?t=ZdMV1DtELudcwFFg5EeHbQ&s=19

  17. Reddef

    Jean pierre a toujours gagné 3700€ par mois il ne veut vivre sa retraite sans un minimum de xxxxx .Sa maison est payée.
    Mais il lui maintenir son train de vie même en ayant des placements que son voisin lui a fait faire, entre pauvres faut s’ entraider.

    1. Pierre 82

      Le pire, c’est que rien n’est jamais dû au hasard avec un type comme ça. Il ne fonctionne que sur l’apparence, et je ne doute pas que cette histoire de tenue « décontractée » a été soigneusement discuté, pesé, et décidé en toute connaissance de cause par les nombreux cabinets de conseil qui m’entoure.

      1. Pheldge

        Pour éviter au Papet de te nous faire un AVC dès potron-minet, « les nombreux cabinets de conseil qui m’entoureNT »
        « Amha il faudrait éviter d’écrire dès que tu te réveilles sens le sommeil te gagner » me souffle sam, toujours aussi bienveillant et plein d’empathie. 😀

        1. Aristarkke

          Ouf! Je viens d’arriver, correction faite.
          Ce qui vous obligera à me subir quelque temps de plus, la prédiction (intéressée, vous vous en doutez bien, sous un air compatissant affiché) de Pheldge n’ étant plus réalisable de suite…

  18. breizh

    certaines choses vont peut-être exploser avant les retraites : https:/ /www.bvoltaire.fr/un-desert-qui-avance-tres-vite-en-france-le-desert-medical/

    1. Pierre 82

      J’ai appris hier d’une voisine qui va bientôt être grand-mère qu’il n’y a plus qu’une seule maternité dans le Tarn-et-Garonne (260 000 habitants).
      On en a parlé un peu, et elle me disait que les accouchements à domicile sont de plus en plus fréquents. Elle trouvait même dommage qu’on ne trouve plus autant qu’avant de femmes capables d’assister une parturiente, quand il y en avait plus d’une dans chaque village, et qui se transmettait le savoir-faire. Ce n’était pas une profession, juste une vocation au service. Sa mère en avait connu plusieurs, elles faisaient partie du paysage.
      Du coup, on en est même arrivé à se demander pourquoi aller systématiquement à l’hôpital pour accoucher, car 90% su temps, ça se passe bien, et quand il y a un souci, on le sait toujours avant.
      On verra comment ça évolue, mais nécessité fait loi.

      Et pendant ce temps-là, on s’attaque à un faux problème. Dès que l’état a foutu le merdier dans un domaine, on attaque toujours de la même manière: le mankdemoyens.
      Pour revenir à l’article susmentionné, je lis « ils réclament notamment une meilleure régulation de la profession médicale et un conventionnement sélectif »
      Encore des mecs qui ont tout compris.
      Ras-le bol, je fais sécession.

      1. breizh

        « quand il y a un souci, on le sait toujours avant. »
        euh non hélas, et dans un tel cas, il vaut mieux pouvoir agir très très vite et donc être dans une structure qui va bien…

        1. sam player

          … et donc c’est à chacune de se rapprocher de la structure qui va bien et non à la structure qui va bien de venir à vous…

          Perso, pour éviter d’avoir la mention «né à Montceau-les-Mines » sur leur acte de naissance et papiers d’identité, j’avais loué un appart’ dans la ville principale du département, mais on aurait pu, en cas de manque de moyens, aussi bien profiter de l’hospitalité de connaissances de cette ville…
          Né(e) à Saint Rémy ça jette un peu plus, pour un peu ça sentirait la Provence le thym, la lavande et la sarriette

            1. sam player

              Non c’est vrai.
              J’avais installé mon entreprise dans le bassin minier uniquement à cause de la disponibilité d’une main d’œuvre qualifiée et d’un outil industriel assez performant.
              Bien qu’habitant sur place, ma vie était ailleurs.
              Au niveau médical, c’était la préhistoire : lors d’une échographie le préposé n’avait même pas détecté la grossesse de mon ex-femme et avait conclu à un œuf clair.
              Je ne l’ai jamais payé et lorsque quelques mois plus tard l’huissier mandaté est venu pour la saisie, je lui ai montré l’œuf clair dans son lit : il a tourné les talons sans demander son dû et a dû classer l’affaire.
              Dans ces régions les chances ne sont vraiment pas les mêmes, et il n’est donc pas nécessaire de créer un apriori sur ses documents d’identité… d’où la délocalisation de la naissance (raisons médicales aussi donc)

        2. Pierre 82

          De toutes façons, et de plus en plus, il faudra s’habituer à faire sans…
          Ca fait des décennies qu’on ferme les maternités un peu partout en prétextant qu’il n’y a pas de service pédiatrie adapté dans l’hôpital « au cas où » ça tournait mal.
          Cette stratégie du tout ou rien commence à porter ses fruits, ou plus exactement, les fruits sont mûrs et l’heure de la récolte a commencé.

          1. sam player

            Perso je suis assez d’accord avec ce principe, et ce n’est pas uniquement pour la nécessité d’une unité pédiatrique

            Pour procéder à un accouchement et ne pas se prendre un procès en cas de complications, il faut outre l’équipe d’accouchement, un anesthésiste H24 (donc 4 ou 5 en réalité) sur place et une équipe chirurgicale en cas de césarienne

            Pour 2-3 accouchements par jour c’est complètement [choisissez le mot qui convient ]

            1. Pierre 82

              La judiciarisation de la médecine (comme beaucoup d’autres domaines) montre ses effets.
              Il parait qu’on ne peut plus faire marche arrière.
              Donc il faut apprendre à vivre sans maternités, en attendant que ce truc vérolé se pète la gueule, ce qu’il est d’ailleurs en train de faire.

              1. sam player

                Ce n’est pas de la judiciarisation de la médecine : c’est le principe de responsabilité
                Le médecin/l’hôpital doit tout faire se mettre dans des bonnes conditions pour sauvegarder la vie, mais c’est aussi le rôle des gens de faire en sorte d’habiter à proximité d’une unité de soin ad hoc suivant leur état de santé.
                Ça me rappelle la discussion qu’on a eu ici vis-à-vis de l’ADSL/Fibre : les gens veulent un traitement égalitaire alors que c’est eux qui se sont mis dans des conditions dans lesquelles c’est nettement plus compliqué, tout en tirant d’autres avantages de leurs conditions (prix du logement, calme etc…)

                1. Pierre 82

                  Principe de précaution devenant de plus en plus tatillon…
                  Quand un enfant avait un problème grave et rare qu’on ne le constatait qu’à la naissance, et si on était dans un hôpital qui ne possède pas le savoir-faire nécessaire pour le sauver, et que l’enfant trépassait, jadis on attribuait ça à la Providence.
                  Pas de chance, mais ça fait partie également de la vie. Personne n’aurait songer à attaquer l’hôpital en justice, à condition bien sûr qu’ils aient fait ce qu’ils ont pu, ce qui était très majoritairement le cas.
                  Ce n’est plus du tout le cas aujourd’hui, et c’est de ça que je parle en mentionnant la judiciarisation. On va chercher des poux sur la tête de tout le monde en cas de soucis.
                  Maintenant, un directeur d’hôpital ne veut plus de problème, et fermera des services si il risque le moindre procès. Et on pousse l’obstétricien à exiger la présence d’un pédiatre « au cas où », alors qu’il serait capable, lui ou un autre confrère présent, d’intervenir efficacement dans 99,99% des cas.
                  Il ne faut donc pas s’étonner qu’on passe de tout à rien.
                  Que ceux qui ont peur de tout, et qui exigent à la fois ceinture et bretelles se terrent dans les grandes villes, grand bien leur fasse. Habiter à côté d’un hôpital et accepter les inconvénients d’une métropole est révélateur de cette mentalité qui s’est déjà révélée lors du covid:

                  S’arrêter de vivre décemment car on a peur de mourir.

                  Désolé, je préférais avoir des hôpitaux  » de proximité », gérés localement et pas par un pouvoir central, même si ce n’est pas le top du top.
                  Mais on les ferme, en incitant les populations à quitter la campagne pour aller vivre en banlieue comme une merde juste pour être à proximité d’un centre de soin.
                  J’ai choisi mon camp.

                  1. sam player

                    Ça me rappelle que ma mère avait acheté un appartement duplex en rdc dans une résidence en construction et à l’époque on supputait que l’hôpital allait s’excentrer du centre ville, et cette zone pouvait être propice à son implantation : banco, 5 ans après l’hôpital achetait les terrains et elle l’a revendu 15 ans après 10 fois le prix acheté : les chirurgiens et les vieux se battaient pour l’avoir…

                  2. sam player

                    D’accord avec toi Pierre 10h22, mais le fonctionnement de chacun se justifie par le principe de responsabilité, sauf le malade qui veut tout à sa porte, rien payer et mettra en cause la responsabilité des autres alors que ce sont SES choix

                    Perso, il y a 4-5 ans, j’avais à me faire opérer, je suis allé à 300km de chez moi dans une clinique privée excellant dans ce genre d’intervention et j’ai tout payé de ma poche, ayant même fait une négo sur les dépassements

            2. Higgins

              https:/ /france3-regions.francetvinfo.fr/auvergne-rhone-alpes/allier/montlucon/je-refuse-de-mettre-en-danger-la-vie-d-un-enfant-a-montlucon-allier-la-derniere-pediatre-de-l-hopital-quitte-le-service-2605152.html

              1. sam player

                J’ai lu ton lien Major
                Les gens manifestent devant l’hôpital 😀 euh… ça sert à quoi ?
                Les témoignages sont le fait de gens complètement irresponsables : des pathologies lourdes (l’handicapée) et ils ne se bougent pas, ils attendent et ils braillent…

                Faudrait p-e enchaîner les médecins sur place…

                1. Nemrod

                  Ah mais voilà une idée qu’elle est bonne.
                  Rigolez pas …je viens de voir un sondage du Fig ou 70 % des gens sont pour une obligation de pas avoir plus de 19 degrés chez soi et sanctions en cas de manquement…
                  Alors des toubibs séquestrés pour prodiguer les soins à cette populace imbécile…c’est possible.

                  1. Mitch

                    je viens de voir un sondage du Fig ou 70 % des gens sont pour une obligation de pas avoir plus de 19 degrés chez soi et sanctions en cas de manquement…

                    C’est comme d’habitude en grance pour qasi tous les sujets, à savoir ils sont pour une obligation pour les ‘Zautres’

                    1. Aristarkke

                      Les sondages où les deux tiers des « consultés » sont soi-disant pour la mesure gouvernementale restrictive objet dudit sondage, sont des plus douteux quant à la sincérité, vu qu’ils se répètent ad nauseam à la moindre occasion.
                      Mais comme l’interview mise hier par mes soins qui a bien fait s’esclaffer SP, c’est toujours pour les Autres qu’ils se prononcent, ces bons apôtres.
                      Eux ne veulent même pas toucher du petit doigt les charges dont ils accablent les Autres, disait à raison Jésus à propos des Pharisiens…

                  2. Roanna

                    Alors là je rigole très fort. Je me roule par terre.
                    Que vaut un sondage du Fig si ce n’est de faire croire et apporter au paquin lambda la bonne parole du poudré jupitérien ou de son gouv.
                    A 19° sans rien faire je suis glacé alors on va laisser cette temp aux imbéciles qui la préconisent.

                    1. Nemrod

                      Oui sans doute.
                      Ceci dit ce n’est pas plus débile que les sondages donnant le Poudré gagnant…à moins que l’élection ait été truqué, ils étaient pas si mauvais.
                      Que les gens aient à ce point « l’envie du pénal » pour paraphraser P Murray ne m’étonne pas du tout.

                  3. Grosminet

                    @ Nemrod 20 septembre 2022, 11 h 45 min
                    Ils sont abrutis à ce point les lecteurs du figaro ? Y’a pas à dire, la connerie humaine me surprendra toujours.

                    1. Nemrod

                      Les lecteurs du Figaro je ne sais pas mais ceux qui répondent au sondage oui.
                      A moins qu’il soit truqué…allez savoir.
                      Mais je ne suis pas surpris outre mesure.

                  4. Roanna

                    @Nemrod
                    Je ne peux pas me prononcer pour les élections, elles ont cependant quelque chose de surprenant dans la mesure que Z à un moment était crédité de près de 16% et termine à 7.
                    Soit le 16 était surpipoté pour influencer dans le sens qu’ils avaient envie de jouer, soit il était beaucoup plus bas ce qui à partir de 16 permettait de le faire descendre progressivement et le mettre dans une phase descendante (jamais très bon)

                2. Higgins

                  J’ai simplement mis le lien pour illustrer la réalité de la désertification du territoire au point de vue médical. Je ne l’ai même pas lu.

                  1. Grosminet

                    @ sam player 20 septembre 2022, 18 h 04 min
                    « Z a sorti quelques conneries en début de campagne qui l’ont bien aidé à descendre… »
                    +1
                    Il a fait globalement une campagne de merde, restant enfermé dans sa thématique habituelle. Alors qu’avant d’être officiellement candidat il donnait l’impression de pouvoir mieux faire.

                    1. sam player

                      Oreliane

                      – Vichy et les juifs : même si c’est vrai ça ne servait à rien de le dire
                      – Doigt d’honneur
                      – Braquer un fusil sur les journalistes : lui qui se présente comme un candidat de l’ordre ça faisait un peu désordre, on ne pointe jamais une arme même non chargée sur quelqu’un, dans mon club de tir tu prends la porte
                      – il a rendu Marine LePen fréquentable: well done old chap
                      – etc…

                    2. Mitch

                      +1 sam et Grosminet, et en plus:

                      – Il était desert en économie et ça se voyait
                      – Il a fait un constat assez juste sur le role castrateur de l’état mais n’a rien proposé
                      – Il était comme les autres c’est à dire un étatiste. Quitte à faire 6% autant se positionner différemment.
                      – son thème du grand remplacement qui tourne en boucle. Ok une 1 fois ou 2 ça va, mais là il n’avait que ça à dire. Sur tous les autres sujets c’était le desert de Gobi.
                      – Toutes ses polémiques à la con sur Vichy (des trucs qui se sont passés il y a +80 ans), c’est pas ça qui donne à bouffer aux gens et peut améliorer leur quotidien.
                      – Bien trop clivant sur pleins de sujets dont globalement n’ont aucune espèce d’importance.
                      – des trous énormes dans la raquette sur quasi tous les sujets sauf l’immigration (c’est pas que les autres étaient meilleurs mais si c’est pour être aussi mauvais, il n’y a pas d’intérêt).

                    3. Pheldge

                      @ Grosminet 19 h 52: Sa jeune copine était enceinte, et il a plané, c’est tout. Et les sondages qui le donnaient à 16 % n’ont rien arrangé.

                3. Higgins

                  J’ai lu celui-ci : https:/
                  /www.enfancejeunesseinfos.fr/sante-publique-france-alerte-sur-la-situation-preoccupante-de-la-sante-perinatale/amp/ Le début de la fin ?

                  1. Grosminet

                    @ Oreliane 20 septembre 2022, 20 h 04 min
                    Sur avant qu’il soit officiellement candidat : youtu.be/874UF6ykBzs
                    Il aurait pu continuer sur la même lignée. Rien que de promettre aux automobilistes de ne plus les emmerder inutilement et injustement, y’avait une base électorale conséquente et qui, je pense, ne vote plus.

              2. Aristarkke

                54.000 habitants dans l’agglo, ça doit quand même être convenable pour faire fonctionner l’hôpital qui doit drainer du surplus à, au moins 20 à 30km, alentour. Mais, apparemment, ça ne suffit pas pour motiver des candidat(e)s…
                En période de rationnement, la sélection est toujours cruelle pour les secondes zones…

                1. Nemrod

                  Il n y aura bientôt que des secondes zones…
                  D’ou peuvent bien venir tous les urbains fuyant les premières zones et qui s’installent dans les trous du cul du monde.
                  Même à Paris les médecins généralistes ne s’installent plus.

            3. Nemrod

              Quand on pense que les squaws accouchaient accroupie dans un buisson pendant les déplacements de la tribu…on mesure la douilleterie ambiante !
              Quel ramollissement !
              Bon y avait de la perte, certes.

              1. ValM

                C’est surtout qu’en France, il n’y a plus d’alternatives (il suffit de penser à cette maman qui a accouché chez elle et qui a été l’objet d’un signalement aux services sociaux quand le père est venu déclarer la naissance à la mairie)
                Ma fille aînée ne veut pas accoucher en maternité (et je la comprends !) : c’est une usine qui voit les femmes comme des gros utérus sur pattes sans cerveau et sans libre arbitre. Heureusement, près de chez nous, il y a une « maison de naissance » (sur le modèle de celles en Hollande, encore expérimental chez nous), avec seulement des sage-femmes et des méthodes naturelles dans le respect de la femme et du bébé (sans tout le bazar qui entoure l’accouchement par un médecin gynéco, avec anesthésiste, tripotées de sage-femmes, lampe dans la gueule et pattes écartées…)

                1. Grosminet

                  Chez nous c’est encore plus simple, enfin ça l’était il y a 8 ans, à l’époque où mon ex-femme a mis bas : césarienne de confort (son choix). On prend RV pour telle date, et dans un délai d’environ 20 min après l’entrée au bloc (faut quand même envoyer la génitrice se caser une soirée à l’avance, mais c’est pour ça que j’en ai choisi une qui avait le permis de conduire) le baiseau est déjà à l’air libre. Super pratique. Par contre faut payer.

      2. Higgins

        Les maternités ne sont qu’un épiphénomène qui masque un problème nettement plus important. Du fait du numerus clausus instauré il y a de cela quelques décennies et de la fonctionnarisation rampante de l’activité médicale (merci la Sécu), il y a de moins en moins de médecins. Trouver un spécialiste lorsqu’on a besoin d’un suivi régulier prend l’aspect d’un parcours du combattant. J’ai le cas dans ma famille avec un endocrinologue. Elle a annoncé prendre sa retraite et a indiqué que le médecin généraliste suffirait désormais !!! Personnellement, devant me faire suivre pour une affection bénigne aux yeux, j’ai choisi de le faire sur Paris à la fondation Rothschild. Ça me coûte un A/R vers la capitale car il est devenu impossible d’avoir un RV chez un ophtalmologiste en local. Et je pourrais multiplier les exemples comme cette zone du centre de la France (200 000 habitants) où il n’y a plus de pédiatre depuis que le dernier a arrêté d’exercer. Il est heureux cependant de savoir que certains petits hôpitaux ont été fermé car leur niveau d’activité était trop faible pour maintenir un savoir-faire de qualité, ce qui était potentiellement dangereux notamment en chirurgie. Pour autant, et les maternités sont un bon exemple, on sent bien que la réflexion a été très réduite. La technocratie a tué le système de santé français.

        1. Aristarkke

          L’ophtalmologiste de ma mère (celle qui a pris la succession de mon grand cousin) travaille avec quatre mois de délai sans garantie que ce ne soit pas davantage si vous devez vous cantonner à un jour précis, typiquement le mercredi. Et elle ouvre cinq jours/semaine… (banlieue lilloise).

          1. Grosminet

            Dans ma Normandie natale, l’ophtalmo ça monte jusqu’à 6 mois de délai pour un RV. Et pas vraiment dans le fin fonds de la Normandie, au contraire.

    2. Nemrod

      Ah celui là il est en voie de finalisation complète.
      Les autorités vont bricoler des consultations à distance et autres débilités qui seront fort utiles quand vous n’avez pas grand chose.
      Pour les affections sérieuses vous aurez perdu beaucoup de temps et en perdrez encore plus ensuite à chercher un RV chez un spécialiste.
      De plus il y a un effet boule de neige terrible car ceux ci complètement débordés mettent la clé sous la porte, partent en retraite, cherchent une sinécure publique.
      Pas la peine de trop se biler avec ses émoluments de retraite …

      1. Pythagore

        Ah! Je vois bien la scène, le gynécologue demandera à Monsieur de bien vouloir orienter la webcam sous la jupe de Madame, « plus prêt, plus prêt, à droite, plus haut…. ». Les écarteurs seront en vente chez Carrouf ou Monsieur devra faire office avec 2 cuillères à soupe. Y’a pas à dire le progrès à la startupnachion, c’est top.

  19. BJ

    Er pendant ce temps là je toucherai, normalement, une retraite à 52 ans. Pour 15 ans de service comme officier dans l’armée. Si j’étais parti avant 15 ans, on m’aurait réclamé plusieurs milliers d’euros sans quoi j’aurai perdu toutes mes cotisations. Un système équitable qui empêche toute velléité de ne pas profiter des avantages du système.

  20. Pheldge

    HS : on causait du chauffage urbain et de ses « nombreux avantages », dans le billet précédant, et voilà que je reçois un mail : « Visite de la centrale de production d’eau glacée Canada – ENGIE / FRAICHEUR DE PARIS »
    Le réseau de froid parisien, l’un des plus importants au monde et le premier en Europe, exploite 10 sites de production et 4 sites de stockage fournissant près de 450 GWh/an de froid à plus de 700 bâtiments via 83 kilomètres de réseaux, le tout alimenté entièrement avec de l’énergie renouvelable.

    Les épisodes de fortes chaleurs de plus en plus importants connus ces derniers mois renforcent l’intérêt de ce modèle pourtant méconnu.

    Cette visite exceptionnelle permettra de mieux appréhender les techniques mises en oeuvre pour aboutir à la production de cette « eau glacée » à partir de la Seine, et sa distribution ensuite à travers un vaste réseau urbain dédié
    Je ne connaissait pas du tout, et je suis perplexe, mon scepticisme naturel me laissant entrevoir une usine – à gaz vu Engie – à pomper des subventions. Si quelqu’un a des infos …

    1. sam player

      Je ne connaissait pas non plus 😀 😀 😀
      (en temps normal je n’aurais pas relevé, mais vu ton empressement à relever celles des autres, y en a une autre, sauras-tu la trouver 😀 )

      1. Pheldge

        je demande l’indulgence du tribunal 😉
        @sam, je me permets parfois de relever des fautes, souvent d’inattention, comme c’est le cas ici pour moi.
        Mais je ne suis guère surpris de voir les hyènes et les chacaux chacals se précipiter à la moindre virgule manquante, ou à l’accent mal placé, sinon à la moindre faute de frappe … 😉

        1. Aristarkke

          Si c’est à l’Ancêtre que tu t’adresses, j’en laisse passer de tes fôôôtes sans rien dire que c’est pas possible que je me force autant à rester passif. Indulgence (et gratuite) quand tu nous tiens!!!
          Tu m’épargnes nettement moins, à l’occasion en en rajoutant sans merci…
          [Tu as d’ailleurs remarqué que je n’ai réagi qu’en appui de SP…]

          1. Pheldge

            c’est parce que tes fautes sont si rares, que c’est un exploit et un plaisir, de les dénicher et de les mettre en lumière. Prends ça comme un hommage, un éloge funèbre anticipé une eulogie 😉

    2. Aristarkke

      Il y avait bien autrefois un réseau de distribution d’air comprimé qui datait de la fin du XIXme siècle et qui maillait une grande partie de la capitale (je gérais des copropriétés avec des équipements de relevage des eaux usées utilisant ce système). Ça a été arrêté il y a un quart de siècle. Ce sont peut-être les anciens réseaux de canalisations qui ont été réutilisés, vu qu’ils étaient forcément très étanches.
      Mais pour l’énergie utilisée entièrement renouvelable, ça fait partie de la propagande d’Annihildalgo qui veut faire croire que l’électricité qui arrive provient exclusivement d’éoliennes et de panneaux solaires…
      Il suffit que les bobos y croient pour que cela passe crème…

      1. sam player

        Oui les électrons sont différents quand ils proviennent de l’éolien ou du solaire : ils ont le vent dans les cheveux et/ou ont le visage buriné par le soleil 😀 fastouche

        1. Jacques Huse de Royaumont

          On leur colle une vignette verte à la sortie des éolienne et quelqu’un contrôle à l’entrée dans Paris.
          Si, c’est vrai ! La preuve : c’est Sardine Ruisseau qui me l’a dit.

      2. Grosminet

        «  Ce sont peut-être les anciens réseaux de canalisations qui ont été réutilisés, vu qu’ils étaient forcément très étanches. »
        De la part d’un plombier, comment dire…
        Déjà pour distribuer du froid il faut un aller et un retour, ensuite on sera pas du tout dans la même gamme de diamètre, et surtout il faut une isolation performante (en Clim centralisé on fait du 6/12°C d’habitude) qui peut difficilement être montée à postériori.

    3. Grosminet

      Y’a bon les subventions, bien évidemment…
      Je vous donne un autre exemple : la ville où réside mes parents est traversée par une rivière, équipée d’un barrage tout à fait fonctionnel (petit certes). Ils ont démolis le barrage, qui produisait du courant depuis des dizaines d’années, pour construire une passe à poisson dédiée aux saumons, le tout coûtant une fortune. Sauf que y’a pas de saumons dans la rivière en question. Si ce genre de connerie n’est pas fait aussi avec des subventions et autres obscures financement publiques alacon…

  21. Higgins

    Très bon article sur le sujet du jour chez Nathalie MP : https:/
    /leblogdenathaliemp.com/2022/09/20/retraites-un-dossier-deja-lourd-et-toujours-aussi-mal-parti/#more-89146

  22. Field O

    MACRON

    « Je ne sais si j’ai rencontré, dans ce monde d’ambitions égoïstes, au milieu duquel j’ai vécu, un esprit plus vide de la pensée du bien public que le sien. J’y ai vu une foule d’hommes troubler le pays pour se grandir : c’est la perversité courante ; mais il est le seul, je crois, qui m’ait semblé toujours prêt à bouleverser le monde pour se distraire.
    Je n’ai jamais connu non plus d’esprit moins sincère, ni qui eût un mépris plus complet pour la vérité. Quand je dis qu’il la méprisait, je me trompe ; il ne l’honorait point assez pour s’occuper d’elle d’aucune manière. En parlant ou en écrivant, il sort du vrai et y rentre sans y prendre garde ; uniquement préoccupé d’un certain effet qu’il veut produire à ce moment-là…»

        1. Pierre 82

          Tocqueville (ou Saint-Simon) avait écrit un truc sur Macron?
          C’est vrai que c’est visionnaire…
          Ah non, il parlait de Lamartine, celui qui demandait pourtant à l’OTAN de suspendre son vol. Comme quoi…

    1. Jusnaturaliste

      @ Pheldge

      HS: Les Bigsby que j’ai essayés ne m’ont franchement pas convaincu.

      Je trouvais plus sympa le vibrato de la Strat, mais c’est un effet que je n’utiliserais que trop rarement pour qu’il vienne à me manquer.

      Au final, je préfère vibrer avec les doigts et garder ma main droite sur les cordes pour contrôler avec précision leur résonance…

  23. Louchp

    HS:
    Curieux ces annulations de commandes chez Walmart, Target,… non ?

    https:/
    /www.zerohedge.com/personal-finance/why-are-walmart-and-other-major-us-retailers-canceling-billions-dollars-orders

    OK c’est la fin de l’opulence, mais le grand Bruno a quand même récemment révisé la croissance à +2,7% (nette d’inflation ???).
    Moi pas comprendre, quoique…

    1. Minou

      Parce-que ce sont des enseignes Américaine et qu’en Amérique la récession guette. Alors qu’en France grâce à Bruno le rigolo tout va bien il a tripoté des robinets et des leviers, la croissance est là circulez y a rien à voir.

      1. Nemrod

        Oui.
        J’ai opté pour de l’immobilier.
        Un appartement que je louerais pour mes vieux jours si j’en ai.
        Sans le racket des caisses de retraite j’en aurais 3 ou 4 je pense.

          1. Nemrod

            Ca sera toujours plus rentable qu’une retraite diminuée de moitié par l’inflation ou un trait de plume genre « yapudsou ».
            Et puis ça peut faire un toit sur la tête pour moi ou un enfant.

      2. breizh

        le souci est que l’Etat (en France) a beaucoup de mal à respecter la propriété privée… C’est sans doute un des principaux problèmes en France.

  24. spirou

    il semblerait que Putin s’exprime ce soir sur les futurs referendums du dombass. On passe au niveau zero hour maintenant. Une fois les referendums validés, la russie considérera être envahie et réagira en conséquence. Ceci explique sans doute la présence de centaines d’hélicos de combats et de jets à la frontière. Zelinsky a déjà prévenu qu’il n’en tiendra pas compte. La bielorussie est en alerte maximum. Je pense qu’on est vraiment proche du crash

      1. spirou

        la présence russe a toujours été réduite jusqu’à présent. L’essentiel du travail étant le fait des milices du dombass, des nouvelles milices levées tchetchènes et consorts, les russes intervenant en support avec les spetsnaz. Je n’ai aucun avis sur la stratégie des deux camps. Je remarque juste qu’on se rapproche d’armageddon. Déblaterer à l’infini sur les tactiques ou erreurs de chacun n’a aucun sens. Aucun des deux camps ne reculera donc je vous laisse juge de la conclusion.

        1. Nemrod

          Je vous rejoins sur l’extrême dangerosité de la situation que je pointe régulièrement.
          Ca pue vraiment et depuis le début ou presque.
          Et ce ne sont pas les derniers développements qui de mon point de vue tendent vers un affrontement direct entre OTAN et Russie qui me relaxent.
          Qu’on le veuille ou non et sans prendre parti, il n y a pas grand chose qui puisse empêcher les Russes de nous considérer comme co-belligérant.
          Je sais bien que l’on se pense très fort et que l’Armée russe est passée du statut d’invincible armada à complètement impotente dans nos esprits mais peut être qu’on se trompe…même un peu et c’est la grosse catastrophe…non ?

        2. Malancourt

          Je n’ai pas non plus d’avis sur la stratégie de l’un et l’autre mais comment un pays de 40 millions d’habitants peut-il gagner contre un pays qui en compte 150 millions?
          Les ukrainiens sont un peuple résilient mais les russes le sont tout autant.

          1. Nemrod

            Les Israéliens mettent des piles a tous leurs voisins depuis des lustres parce que leur armée est plus efficace.
            Le nombre ne fait pas tout et ça depuis la nuit des temps même c’est un paramètre important .
            De moins en moins a mon avis mais Higgins pourrait peut être nous éclairer.
            D’ailleurs pour l’instant les russes sont en infériorité numérique sur le théâtre d’opération.

            1. durru

              En même temps ©, les Espagnols de Cortez n’étaient que 500 pour conquérir l’Empire Aztèque…
              La technologie compte aussi. Y compris les techniques de combat.

        3. Grosminet

          « L’essentiel du travail étant le fait des milices du dombass, des nouvelles milices levées tchetchènes et consorts, les russes intervenant en support avec les spetsnaz »
          Ah oui, je viens de comprendre. Jusqu’à maintenant, c’était pas vraiment les russes qui faisaient la guerre !
          Mais quand ils vont s’y mettre on va voir ce qu’on va voir !
          Bien sûr, maintenant ça paraît évident.
          « Aucun des deux camps ne reculera donc je vous laisse juge de la conclusion. »
          La conclusion selon moi, et qui n’engage que moi, c’est que ça va traîner.
          D’ailleurs il me semble bien que vous souteniez que la guerre ne passerait pas l’hiver. Vous avez oublié de préciser de quel hiver il s’agissait, auquel cas vous pourrez toujours faire une pirouette à la GO style.

    1. Higgins

      https:/
      /lecourrierdesstrateges.fr/2022/09/20/les-etats-unis-et-lotan-commettent-lerreur-capitale-dans-une-guerre-sous-estimer-leur-ennemi-par-francois-martin/

      1. spirou

        L’UE n’a aucune culture cinématographique. Dans le Parrain 3, Al Pacino dit à Andy Garcia à qui il passe le relais : ‘ne hais jamais ton ennemi, cela te fais prendre de mauvaises décisions’. Et dans Scarface, le même Al Pacino n’applique pas le conseil qu’on lui a donné : ‘don’t get high on your own supply’. Ce que Van der La Hyene et les occidentaux semble appliquer à la lettre en abusant du même dealer que Zelinsky

  25. sam player

    Les prix de l’énergie explosent, les usines s’arrêtent (le monde.fr)

    lemonde.fr/economie/article/2022/09/19/face-a-la-flambee-des-prix-de-l-energie-l-industrie-francaise-reduit-la-voilure_6142319_3234.html

    « De plus en plus d’entreprises, grandes et petites, annoncent restreindre leur production, parfois même l’interrompre, comme autant de voyants qui s’allument pour alerter sur la gravité de la situation. »

    And the icing on the cake :
    … Bercy enfonce le clou : les usines, les entrepôts et les commerces doivent continuer à fonctionner malgré la flambée des prix de l’énergie.

    Dans quel monde vivent-ils ?
    Là au moins ils vont se rendre du niveau de connerie de leurs décisions, quoique, même pas sûr

    Bah oui, Bercy n’a jamais de problèmes de budget, on imprime !

    1. Dr Slump

      Je travaille actuellement pour une forge industrielle, pour qui le problème du coût de l’énergie est évidemment important.
      L’année dernière ils ont dû répercuter la hausse du coût de l’électricité, du gaz, et de l’acier. C’était pour l’année. Maintenant ils doivent revoir leurs prix tous les mois… je fais des tableaux de prix toute la journée, qui intègrent la hausse du coût des alliages, hausse coût ferraille, et dernièrement la hausse du coût de l’énergie pour la production de l’acier.
      On bataille tous les jours avec les clients pour faire passer ces prix, sachant que le temps que ce soit enfin accepté, ce sera probablement déjà caduc, et le mois d’après les prix devront être revus.
      Ascometal, fournisseur majeur d’aciers spéciaux pour des industries comme l’automobile, le BTP, le pétrole, etc, a annoncé qu’à ce rythme, à la fin de l’année il vaudra mieux pour eux éteindre leurs fourneaux… il faut comprendre qu’on n’éteint pas de tels équipements comme si c’était un four de boulangerie.

      Donc nous sommes dans une situation où chaque sous-traitant répercute ses hausses du coût énergie à ses clients, qui ont eux aussi des hausses de coût énergie à répercuter, et ces hausses s’additionnent sur toute la chaîne d’intermédiaires jusqu’à l’utilisateur final. Les impayés sont en train d’exploser, certains ont fait sauter leur couverture crédit, les trésoreries sont en train de fondre comme neige au soleil, pendant que le carnet de commande et les demandes de prix continuent pourtant d’affluer dans une sorte de panique contrôlée, et que les responsables supply chain s’arrachent les cheveux pour s’assurer le maintien des appro avec des aciéristes qui ne peuvent plus garantir la livraison.

      Plus des problèmes de recrutement, les RH ne trouvent pas le personnel qu’il faudrait juste pour maintenir des effectifs normaux (je crois que je vais négocier la hausse de mon tarif horaire tiens).
      On est entré dans la 4e dimension. Macron avait raison : maintenant, on est dans l’irrationnel, dans le bizarre. On sent le malaise, mais on n’a aucune idée de ce que ça nous réserve concrètement.

      Je vois la situation ainsi : nous sommes tous engagés sur un pont suspendu, tendu au dessus du gouffre. Nous savons que le pont va lâcher, mais nous ne savons pas de quel côté ça va péter. Tout le monde se tient prêt pour la débandade, mais sans savoir dans quelle direction il va falloir courir.
      Je ne suis certes pas un expert en économie, mais je le sens dans mes tripes : une crise économique du même ordre que celle de 1919 se prépare. On va en prendre pour 20 ans, avec des hordes jetées à la rue, écumant les campagnes comme aux USA à l’époque. On va les manger, les raisins de la colère.

      1. Pierre 82

        J’ai eu ce sentiment de vivre ma vie professionnelle en apesanteur depuis le début du covid, là où pour moi, tout a basculé.
        Depuis lors, j’ai l’impression que l’économie s’est déjà effondrée, mais qu’on ne s’en est juste pas encore rendu compte.
        Au boulot, personne n’a l’air de s’inquiéter, on trouve que tout va bien, vu qu’on a beaucoup de boulot – un peu le même genre que ce que tu décris: une sorte de panique lente, très lente, qui s’est emparé de tout le secteur industriel.
        Personne ne fait de remarques sur la situation, je n’ai même pas encore entendu une seule fois le mot « Poutine » depuis des mois. Si on parle du prix de l’énergie, c’est du point de vue de sa consommation personnelle, comme si l’industrie n’en avait pas besoin. On parle d’autre chose. La peur de porter malheur? Peut-être.
        Un apesanteur, un monde irréel.

        1. paf

          c’est pareil chez nous.Par moment la verite pointe son nez au travers des commentaires des gens.J’ai remarque une correlation entreles vaxolatres et les gens qui pensent que l’economie va bien, ou pas trop mal.

          1. Pierre 82

            Cette corrélation est logique: ceux qui pensent que l’état dit vrai, veut notre bien et nous protège sont d’un côté, ceux qui pensent le contraire de l’autre, et au milieu, les craintifs, qui se sont fait vacciner pour avoir la paix, et ne parlent pas de situation économique car ils estiment ne rien y connaître, ne rien y comprendre, et se contenter de faire ce qu’on leur dit pour avoir la paix.
            Quoi qu’on en dise, ce ne sont pas là des signes de santé florissante d’une société en bon ordre de marche.

        1. Nemrod

          De mon exil campagnard je ressens moins ce que vous dites, tout y arrive plus étouffé, plus lentement.
          Je perçois un lent avachis sèment mais pas de rupture nette.
          Ce n’est que mon avis mais je pense que c’est plutôt ça qui va se poursuivre plutôt qu’une rupture nette.
          La situation a l’ Est est à suivre de près toutefois

          1. Dr Slump

            Lent avachi, écroulement subit ou explosion de violence ne s’opposent pas, dans un contexte global de fin de règne, et on peut avoir ces différents phénomènes en même temps, dans différentes zones géographiques, ou différents secteurs d’activité. Et il y aura en même temps des privilégiés bien à l’abri, qui continueront de faire des dîners fastueux à Paris pendant que les sans-bien, les sans-dents se battront pour une place de saisonnier dans les champs, ou pour une ration alimentaire à la soupe popu du coin.
            C’était comme ça les années folles, juste après la drôle de guerre.

          2. Semaphore

            Ça peut commencer doucement pour accélérer ensuite plus brutalement. Difficile à pronostiquer sauf pour le résultat final de l’écroulement.

          1. Pierre 82

            Je relève une phrase dans ce texte:
            « Lorsque peu à peu le dysfonctionnement devient la norme, l’organisation n’attend plus rien. La pression sociale n’est plus là. »
            C’est un peu ça qui manque: dans le boulot normal (j’ai fait toute ma carrière dans l’industrie), le moteur, c’est la pression sociale et rien d’autre. « Quand ça gueule quelque part, on y va ». J’ai vu des dizaines de projets s’éteindre parce que personne ne poussait derrière.
            C’est l’impression que j’ai: plus personne, même à haut niveau, n’en a plus rien à foutre.
            Plus loin, je lis: « Le désengagement devient systémique ».
            La chute de l’URSS, ou du moins l’idée que je m’en suis faite, ne l’ayant pas connu dans ma chair.
            Le roi est nu, mais personne n’a envie de le dire. En tous cas, pas moi. Je ne me vois pas aller trouver mes collègues en leur disant: « tu ne vois pas que tout est foutu? »

            1. Higgins

              Ma réflexion tient plus de l’intuition que d’une analyse serrée mais j’aurai tendance à voir un net lien de cause à effet avec ce que dénonce la loi de Parkinson (https:/
              /fr.m.wikipedia.org/wiki/Loi_de_Parkinson). Lorsque la bureaucratie en arrive à occuper un espace démesuré, elle asphixie cela même qu’elle est sensée soutenir. D’aucuns ont pu voir dans l’informatisation la solution à ces dérives mais là encore, la créature s’est mise au service de cette bureaucratie et l’étouffement n’en a été que plus important.

              1. Pierre 82

                L’aspect bureaucratique existait très largement avant le covid, mais toute ma carrière, j’ai entendu pester contre les tâches administratives, ce n’est pas nouveau.
                Maintenant, on a l’impression que tout le monde s’en fiche. D’ailleurs, un monde où personne ne râle traduit un monde où plus personne n’en a quelque chose à battre.

          2. Mitch

            Oui, très bon article et très bonne description de situationS que nous vivons tous les jours. Je pense que l’on s’habitue aussi à la médiocrité, pour ne finalement plus le remarquer.

            Un jour en Inde alors que j’attendais un bus qui avait déjà 30 minutes de retard, je demande à un local qui attendait aussi si le bus est déjà passé et si non, est-ce que c’était courant qu’il est autant de retard. Je pense que le gars n’a jamais compris le sens de ma question. Il m’a regardé d’un air surpris et m’a répondu qu’il passerait … quand il passerait et que si ce n’était pas aujourd’hui, et bien, ce serait demain. Il était très sérieux et effectivement le bus n’est jamais passé. Je tend à penser qu’il y a bien longtemps le bus passait avec 5′ de retard, puis 20′, puis 60′, puis n’est plus passé.

            1. sam player

              Je me suis souvent déplacé en Inde pour pouvoir constater sur place l’avancement de projets car notre interface sur place (une chef de projet) nous menait pas mal en bateau, du moins c’est l’impression qu’on en avait.

              Mais en fait non : le problème (pour nous, car pour eux c’est pas un pb), c’est que les choses arrivent quand elles arrivent et on n’y peut rien, en gros c’est dieu qui s’occupe de tout, donc si c’est pas dans les clous c’est que dieu était occupé ailleurs 😀
              J’étais plié en 2 le jour où elle m’a sorti ça … et j’ai repris une tasse de thé

              En fait elle ne mettait jamais la pression sur la fabrication, elle se contentait de faire des mises à jour sur des fichiers Excel… puisque de toute façon ça n’aurait servi à rien… no stress

              1. Aristarkke

                C’est un peu dans le genre aussi au Brésil (témoignage reçu, aucun constat personnel direct).
                Il fait aussi un peu (trop) chaud, ce qui ne manque pas d’affaiblir les volontés .

    1. Pierre 82

      Des poulets sans tête !!! Ils courent dans tous les sens, juste pour faire croire qu’ils prennent le problème de fourniture d’électricité au sérieux.
      Faire quelque chose, vite…

      1. Aristarkke

        Et comment que les tutures électriques pourront bien se vendre s’il n’y a plus de jus à la prise ? Tout ça de TVA qui ne rentrerait pas, c’est à considérer, tout de même !

      2. sam player

        « Faire quelque chose, vite… »

        Le canard de Silberzahn
        Accessoirement, vu qu’il faut 10 bonnes années pour un EPR (+5 ans pour l’étude d’impact et les recours), il est plus facile d’avoir un résultat, si petit soit-il, avec les moulins à vent : on a fait qque chose … et là me vient l’image du gamin qui se lève de son pot pour montrer le résultat et la maman qui applaudit… et le gamin qui devant un tel succès prend le tout avec ses doigts pour bien le montrer : c’est moi qui l’ait fait 😀

    2. Aristarkke

      Et dans le même temps, as usual, il faut réduire la consommation de béton, donc de ciment parce que cra CRA et mangeur d’énergie.
      Mais là, as usual itou, cépapareil…

Laisser un commentaire