Un nouveau jeu Demaerd : le Tétaklakomètre

Vous ne savez pas quoi faire de vos longues soirées d’été pourries par un temps de Normandie-en-Octobre ? Vous voulez épater la galerie, lui claquer un peu le museau, et, dans le même temps, vous en prendre plein les ratiches pour le même prix ? Fier soudard de la bourde diplomatique, joyeu drille de la remarque blessante inutile et expert du mauvais-goût bourrin, Demaerd Games & Entertainment a pensé à vous ! Le Tétaklakomètre™ (© Demaerd G&E) est fait pour vous !

Le Tétaklakomètre™ est à la fois un jeu et une unité de mesure.

Dans le jeu, le joueur doit agir de la façon la plus subtile possible pour obtenir un maximum de point (comptés dans l’unité de mesure). Le point Tétaklak™ s’obtient en étant le plus arrogant possible dans le cadre d’une situation sans risque, puis (et c’est là la subtilité), se retrouver dans la position la plus inextricable possible quand la situation a complètement changé, et que l’arrogance passée nous revient en pleine figure.

Le jeu se joue entre amis, entre ennemis, entre gens politiquement du même bord, de bords différents, au niveau national, international, en couple ou en single. Y’a pas de limite, c’est ça qui est vraiment super : n’importe qui – d’un peu en vue – peut s’improviser Tétaklakable (c’est le nom du joueur dans le Tétaklakomètre™).

Mais sachez tout de même, avant de vous lancer dans les Internationaux Tétaklak World-Master Series Champion’s League, que le grand vainqueur toutes catégories, imbattu depuis des mois à présent, c’est L’Equipe de France ; en football, ils s’appellent « Les Bleus ». En Tétaklakomètre™, ils s’appellent « Les Boules », parce que c’est l’interjection qu’on lance à chaque bordée de points qu’ils raflent et parce que c’est ce qu’on ressent au fond du cou quand on sait qu’ils le font avec notre argent.

Pour donner une bonne mesure de leur talent, nous allons passer en revue quelques uns des membres les plus brillants de l’équipe :

Le capitaine de l’équipe, les muscles saillants sous l’effort continu et extraordinairement puissant, ayant récolté des centaines de points Tétaklak, et dominant tous les joueurs de plusieurs têtes, c’est bien évidemment Jacky Chirac. Tiens, rien que sur cette semaine, il a pété les high-scores avec une visite au Brésil et l’amnestie d’un des membres de l’équipe, Guy Drut.

Avec sa visite au Brésil, il a ainsi réussi sans sueur le tour de force de continuer à prétendre être un président de droite tout en faisant copain comme cochon avec un socialiste de la plus belle espèce, en proposant un projet « révolutionnaire » – c’est le terme qu’il a employé – d’une (nouvelle) taxe aéronautique, en s’exprimant de façon péremptoire au nom de toute l’Europe qu’il n’a jamais représenté, etc… Rien que l’aplomb, dans ce genre de situation, pour proférer autant de bêtises en aussi peu de temps, lui a permet de gagner 1500 points Tétaklak.

Et pendant qu’il encaissait ces points au Brésil, l’amnistie qu’il avait fait passer pour son ami Guy Drut, permettant d’enfumer la justice pour les malversations de l’ancien sportif, lui permettait de ramener encore 250 points dans la besace. Il est trop fort, le Jacky ! Notons au passage que l’attitude générale de son ami Guy, remarquable d’arrogance, de suffisance, et de légèreté dans sa situation, lui valent, lui aussi, un bon 250 points. Rien qu’avec ces deux joueurs, l’Equipe de France récolte 2000 points !

Dans les offensifs de l’Equipe, on retrouve aussi Dom-de-Vil, dont la stature lui permet de jouer très en extension dans le temps : il peut se permettre d’être arrogant plusieurs années avant le retour de bâton, ce que peu se permettent par ailleurs. Lui aussi, on peut le dire, est un joueur d’exception. L’Ecole Nationale des Aspirants Tétaklakables, l’ENA, n’est pas pour rien dans le niveau hallucinant de notre beau pays dans ce domaine. Saluons la lucidité des pouvoirs publics d’avoir mis en place une telle infrastructure de haut niveau pour former les futurs Tétaklakables que le Monde nous laissera enviera.

Signalons aussi Nicky Sarkoza, un petit joueur nerveux, qui, tout en restant exclusivement sur son terrain, arrive à se mettre à dos, et à distance respectable, des dirigeants de tous pays, en développement notamment ; ainsi, Wade, le président du Sénégal, a-t-il déclaré forfait face à notre joueur. Trop rationel, probablement, il n’arrive pas à expliquer que Nicky tente absolument d’instaurer l’immigration choisie pour la France, soit l’émigration sous contrainte pour lui. N’est pas Tétaklakable dans l’Equipe de France qui veut, mon cher Wade !

Récemment, c’est plusieurs centaines de points qui nous sont tombés dans la musette grâce à un joueur taciturne et discret, Mitch Drucker, dit The Drucke, qui aura trouvé le moyen, en direct-live et en Eurovision, sur toute l’Europe, de foutre une honte version panoramique et en cinémascope aux Français à deux égards : en chauvinisant à mort sur notre représentante, alors que cette dernière se trouvera finalement reléguée dans les profondeurs du classement (bien joué, Mitch !), et – double effet The Drucke – d’enfoncer graveleusement le groupe finlandais dans des tombereaux de commentaires d’un niveau jamais atteint, alors que le groupe ira, par la suite, gagner le concours sous les vivats européens généraux (bien joué again, Mitch !).

Non, sérieusement, si vous voulez vraiment vous lancer dans le concours, ne le faites pas à la légère : cette nation ne brille plus pour grand’chose, mais pour les Tétaklakables, elle a des générations d’avance. Au Tétaklakomètre™, elle explose tous les autres concurrents !

Regardez : alors que toutes les autres équipes font régulièrement des pauses, que, parfois même, certaines équipes se trompent dans les règles et voient leurs membres proposer des trucs ni arrogants, ni stupides, et perdre ainsi des centaines de points Tétaklak, l’Equipe de France, elle, est sur le pont : 24h par jour, 7 jours par semaine, et 365 jours par an, un des membres de l’importante équipe est là, vigilant, prêt à relever le défi de sortir une énorme connerie, faire une boulette titanesque, produire une maladresse babylonesque et gluante en toute mauvaise foi.

Quelle autre équipe peut en dire autant ?

J'accepte les Bitcoins !

1G9eJPt5x5UoVAgMXVgXF8CCoEvA83rtQT

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires2

  1. chris

    Goaaaaaaaaaaaaal !

    Bon mais parlons de choses sérieuses voulez-vous : les Bleus (de foutboule) vont-ils gagner la Coupe du Monde ? Hein ?

    C’est formidable, pendant un mois vous verrez que l’on ne parlera plus du tout de votre équipe …. et de ses scores au Tétaklakomètre.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)