Grèce : Tout va bien. Ne paniquez pas.

En ce qui concerne la Grèce, tout se déroule comme prévu. Il n’y a donc aucune raison de paniquer.

Ainsi, pas de raison de se précipiter aux guichets des banques pour retirer ses sous : les euros ne seront pas transformés en drachme aux douze coups de minuit.

Tout va bien.

Et puis le déficit public grec n’augmente pas, il est même en voie d’être résorbé. Là encore, absolument aucune raison de s’en faire : si la pente est raide, glissante et parsemée de mines antipersonnel, la route est droite et se termine par des pals. Pas de quoi s’exciter, non ?

Tout va bien.

Elenika

Enfin, les taux auxquels la Grèce emprunte se détendent gentiment, écartant ainsi le spectre d’un spread de folie entre les bunds Allemands et les emprunts russes grecs. Non, vraiment, la situation est franchement meilleure. C’est pas comme si on était en pleine crise, hein.

Tout va bien.

Mais à tout hasard, achetez de l’or. Et du plomb.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires21

  1. Joe

    L’ironie de l’histoire, c’est que les nouvelles émissions de dette sont principalement souscrites par les banques grecques grâce aux dépôts des citoyens grecs. Tant que les dépôts étaient là, tout le monde (sauf les citoyens) avaient intérêts à ce que la situation perdure. L’état trouve sa dette, les banques se font un bon spread. Sauf que patatra, ces cons de grecs retirent leurs dépôts des banques et les banques n’ont plus les moyens d’être liquides. Les marchés, soupçonneux, refusent de leur prêter. Et au final, l’Etat grec s’y colle et s’endette d’autant plus. Comment tout cela va-t-il finir ?

  2. Mr T

    De toute façon, quand bien même vous voudriez retirer vos euros à la banque, je crains qu’à terme ça ne vous soit pas d’une grande utilité… en effet il me semblait avoir lu un article disant que l’état grec avait dans un premier temps passé une loi interdisant les transactions en liquide d’un montant supérieur à 1500€ 😮 au moins cette fois c’est clair on ne fait même plus semblant, vous n’êtes même pas propriétaire à 50% de votre épargne.

    Murray Rothbard dans un article expliquait comment le gouvernement américain pendant la Grande Dépression refusait l’accès aux guichets des banques aux épargnants pendant que celles-ci étaient autorisées à continuer leur activité… on s’en rapproche assez actuellement.

  3. Stéphane

    Ca se précipite, semble-t-il. A Paris en ce moment les banques françaises dévissent à cause de l’inquiétude sur leur exposition à la dette grecque.

    http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRLDE63711E20100408?pageNumber=1&virtualBrandChannel=0

    Pourquoi s’inquiéter si la Grèce rembourse? 😀 Mieux encore, puisqu’elle emprunte à des taux élevés c’est encore plus d’intérêts qui tombent dans l’escarcelle!! Donc plus on a prêté à la Grèce plus on devrait sabler le champagne, non?

    A moins qu’il y ait comme une cessation de paiement au tournant…

  4. Mr T

    Et j’en profite aussi pour signaler que les taux à 10 ans de la dette américaine remontent pour se diriger vers les 5%, alors que le gouvernement fédéral a prévu d’emprunter un total de 2400 milliards de dollars sur l’exercice de 2010… une bagatelle sans doute ! Néanmoins les nuages s’accumulent à l’horizon.

  5. Flo

    Pendant ce temps là en douce Fraônce…

    http://lci.tf1.fr/filnews/politique/retraites-l-elysee-envisage-un-prelevement-specifique-sur-une-5802841.html

    Il se sont fait déquillés par le Conseil Constitutionnel sur la taxe carbone pour risque « d’inégalité devant l’impôt » au prétexte que 1000 pollueurs n’auraient pas payé assez vite, et ils te balancent un machin pareil en pleine digestion!
    Le boss ne boit pas parâit-il mais pour « l’entourage » on ne jurerait de rien.

  6. rocardo

    Mais il est tout trouvé,le prélèvement spécifique sur une certaine catégotie de population!Cette catégorie bénéficie d’avantages fiscaux énormes:parlementaires et journalistes.Remédions à cela tout de suite.

  7. alex6

    Les Allemands doivent tout de meme l’avoir mauvaise… tous ces efforts pour integrer l’Allemagne de l’est, augmenter leur productivite etc… pour se retrouver a payer pour les autres flambeurs via une devaluation de l’euro contre laquelle ils ne peuvent rien faire!
    Quand cette plaisanterie s’etendra a l’Espagne, Italie, France, je sens que l’on va rigoler un moment. Enfin pour ceux qui seront hors d’Europe en tout cas…

    1. Oh, même pour ceux qui sont dedans. Si on est préparés, s’entend.

      Et puis au fait, qui est le plus exposé à un défaut de paiements de la Grèce ? Je vous le donne en mille : La Fraônce, éternelle et merveilleuse.

      Un article intéressant à ce sujet :
      http://www.zerohedge.com/article/piigs-claims-european-banks-15-trillion-france-most-hook-piigs-implosion

      On comprend que les banques françaises dévissent et que certains, en haut lieux, aient les mains moites.

      1. alex6

        Tiens d’ailleurs on entend plus parler des dettes de l’immobilier des pays de l’est massivement detenues par l’Autriche, l’Allemagne et la SG en France (je crois)…
        Ces dettes ont disparu? Les Hongrois ont tout explose en pib en 2009 et ont tout rembourse? Leur monnaie a explose a la hausse?
        On a vraiment l’impression d’une enorme machinerie qui ne tient plus que par une petite vis qui ne demande qu’a lacher. C’est franchement affolant…

    1. Joe

      Un tissu d’inepties, ça vous va comme réaction ? J’ai donné mes arguments sur son blog avant de me rendre compte de la « qualité » du personnage qui s’improvise économiste et j’avoue que je le regrette.

    2. Pour le billet de Holbecq, voici quelques remarques :
      1 : ça pleurniche sur les intérêts, trop élevés. Ma remarque : si on ne veut pas payer d’intérêts, on n’emprunte pas et on fait donc les sacrifices nécessaires pour s’en passer. Sinon, on assume. Et quand on doit emprunter pour rembourser un emprunt, on appelle ça une cavalerie. Dire que son montant total s’élève à 1300 milliards et que c’est scandaleux est logique, mais faut pas trop venir pleurer : on récolte ce qu’on sème.
      2 : on retombe dans le travers global sur la monnaie : l’état doit garder sa monnaie pour lui, et hop, il en émet quand il y a besoin (ou il monétise sa dette histoire d’enfumer le prêteur). C’est, ni plus ni moins, du vol, soit par escroquerie à l’inflation, soit par défaut de paiement dévergondé.

      Pour l’article sur le Figaro, l’auteur part du principe que le PIB, c’est très joli, mais qu’on oublie les richesses cachées du marché noir et des dissimulations grecques, sport national. Certes. Il n’en reste pas moins qu’il va falloir rembourser ce qui a été emprunté. Que ce remboursement s’opère sur les fonds publics connus ou via la réapparition des fonds cachés dans les bas de laine grecs, le bilan sera le même : des milliards devront changer de main. En outre, quelle est la proportion, dans ces milliards à rembourser, qui sont gagés contre des choses qui ne valent rien, ou contre d’autres dettes ? La marée baisse, vite. C’est là qu’on voit ceux qui sont à poil.

      1. Mr T

        Les Jorion & co sont des spécimens étranges en fait : ils ont conscience d’un certain nombre de problèmes fondamentaux dans le système monétaire et financier et pourtant lorsque ces informations passent à travers le scanner gentiment utopiste / méchamment stupide de leur cerveau défectueux, ils en sort des théories abracadabrantes tout aussi foireuses que ce qu’elles prétendent remplacer.

        C’est généralement assez comique, genre rendre à l’état le pouvoir de monétiser sa dette (commencez à stocker la vaseline… et tout le reste), où mettre en place un système bizarre selon les idées des monétaristes qui distribuerait au passage de l’argent et des petits bisous gratuits à tout le monde, et tous les machins les plus bizarres qu’on puisse imaginer, qui ont tous en trame de fond la contrainte étatique. Dans tout ça l’or ou la monnaie libre, les seules alternatives viables, sont systématiquement balyées d’un revers de main 🙂

        1. Oppossùm

          Le blog post-jorion est … furieusement anti jorion , je précise … (à moins qu’il soit dans votre & co).
          Quant à Hollbecq il défend le 100% monnaie de Fisher/Allais qui est tout de même un pas vers la monnaie bridée , ce qui est le principal avantage de l’étalon-or.
          Rq: 1) l’étalon or ne pourra être rétabli … compte tenu de l’avantage que cela donnerait au pays qui en sont historiquement détenteur d’une bonne partie.
          2) L’étalon or ou les monnaies libres sont tout de même assez opposés dans leur fonctionnement et philosophie . Mais c’est juste une remarque.

          1. Eh bien cette position « monnaie étalonnée » est particulièrement peu claire dans le billet proposé, je trouve …
            Pour ce qui est du 2) , à partir du moment où les monnaies sont libres, certaines seront étalonnées, d’autres non. C’est toute la beauté des monnaies libres, justement, que de proposer les deux options.

      2. Mr T

        Je ne savais pas pour le blog postjorion, d’un autre côté je l’avoue sans honte, rien que de lire le nom de Jorion m’a passé l’envie d’y faire un tour, pensant y lire le même genre d’inepties.

        Pour répondre à votre remarque n°2, voui et non. Dans un système libre il est probable / certain que l’or serait la (ou l’une des) monnaie(s) privilégiée(s). Des millénaires d’histoire sont là pour le prouver, l’or est la monnaie par excellence. Je me demande quel individu rationnel choisirait de détenir son épargne en monnaie papier assise sur du vent plutôt qu’en métal précieux par exemple.

        Le problème de l’or comme vous le soulignez, c’est qu’une bonne partie a été confisquée par les banques centrales et qu’il est très mal réparti à l’échelle du globe. Là encore ce ne sont que des conséquences logiques de sa démonétisation et de l’intervention étatique destructrice.

  8. Hoho

    Bon, il semblerait que le plan-de-sauvetage-dont-la-Grêce-n’a-pas-besoin est prêt.

    Du coup, je me demande si les spreads ne vont pas augmenter pour tous les autres… Qu’en pensez-vous ?

    1. J’en pense qu’avec ou sans plan, l’Europe est assez mal barrée. Pour ce qui est des spreads, moui peut-être allez savoir. En pratique, l’euro va continuer à perdre du terrain face au dollar.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.