L’effondrement du business-model politique

C’est lundi et c’est l’effervescence : toute la sphère médiatique (blogs y compris) bruisse du prout retentissant qu’a fait un sondage mettant Marine Le Pen en première position. Et comme c’est absolument sans intérêt parce que parfaitement prévisible, je vais vous entretenir d’autre chose.

On pourrait par exemple évoquer, le sourire en coin, un magnifique reportage de Pravda 2, la chaîne de télévision publique française en charge d’éduquer les masses comme les chaînes privées mais avec l’argent des autres.

Il s’agit du magnifique vol plané informationnel diffusé le 28 février dernier, dans Complément d’Enfumaged’Enquête, qui voulait expliquer aux téléspectateurs ce que sont les Anonymous, groupe mystérieux dont les activités, à en croire le travail de propagande grossière de la chaîne, consistent à récolter des numéros de cartes bancaires, hacker des sites divers et glandouiller sur internet pour des causes futiles voire pédonazies (il eut été étonnant de n’en point arriver là, vous en conviendrez).

Et ça n’a pas loupé, Anonymous n’a pas trop apprécié le maquillage putassier de la réalité par les branquignoles de la télé publique et ils l’ont fait savoir.

Ce qui est intéressant, dans ce cas d’espèce relativement typique, est le décalage de plus en plus faible entre les moyens dont dispose les médias du XXème siècle et ceux du XXIème pour diffuser une information.

On se rend compte en effet que l’audience des Anonymous est parfaitement comparable à celle d’une chaîne de télé publique, que les réalisations des uns se comparent sans rougir aux réalisations des autres. On est de plus en plus loin des petites réalisations miteuses et floues d’adolescents mal dans leur peau.

On notera aussi que ce qui est vrai pour le groupe Anonymous l’est aussi dans d’autres domaines : la distribution de musique et sa création ne nécessitent plus des moyens financiers, matériels ou médiatiques importants. La récolte d’informations locales et leur diffusion est à la portée de tous et de chacun. Les effets spéciaux numériques, le cinéma amateur (de la réalisation au montage, en passant par les effets sonores ou autres) est de plus en plus accessibles à tous.

Ces éléments, en eux-mêmes, ne surprendront pas l’internaute moyen : chaque personne régulièrement connectée à internet constate par elle-même, tous les jours, qu’entre les producteurs traditionnels de médias et d’informations et les producteurs occasionnels et non-professionnels, la frontière devient de plus en plus mince, au grand dam des premiers, d’ailleurs.

Jusque là, c’est, quasiment, du constat d’évidence.

En revanche, c’est lorsqu’on s’essaye à établir la liste de tous les domaines de production, de traitement et de diffusion de l’information qu’on se rend compte d’une tendance générale lourde qui est en train de modifier très profondément la société humaine dans des rapports que peu estiment à leur juste proportion.

Car s’il en va ainsi des industries du loisir (cinéma, musique), il en va de même des médias d’information, de diffusion, et bien évidemment, des appareils d’état et des politiciens.

Depuis les années 90, on a assisté à la montée en puissance des grognements et des tentatives désespérées des différents domaines pour conserver leurs prérogatives. Grognements qui ont fini par se traduire par des lois et décrets ad-hoc, inutiles et déjà dépassés : le copyright va tomber, la propriété intellectuelle aussi. Ce n’est qu’une question de temps.

Les entreprises spécialisées dans la musique ont montré les crocs les premières. Elles furent rapidement suivies par les majors du cinéma, puis, de façon plus générale, par les grands groupes de diffusion de loisirs.

Collapse Petit-à-petit sont venus se greffer à ces luttes les couinements plus ou moins forts des professions dont le business-model est appelé, lui aussi, à changer de façon radicale : les photographes et les journalistes ont rapidement suivi, tentant à la fois d’expliquer qu’ils sont pour l’émergence de la vérité, la liberté d’expression, mais aussi pour des « labels de qualité » des sites, une sorte de droit à diffuser sur internet. Bref : la liberté de s’exprimer, oui, mais de façon parfaitement encadrée. La bonne blague.

Et de façon rapide sont venues à ces revendications s’ajouter celles, de plus en plus pressantes, des élus et administrations, de juguler les flux, de les contrôler : l’information qui circule vite et sans frein, c’est très gênant pour leur carrière. La transparence des informations d’état, tout savoir d’une personne qui se veut publique, c’est … totalitaire, voyons ! D’où l’avalanche récente de textes pour fliquer internet et ralentir la course vers un état qui ne pourra plus cacher ses exactions, qui devra rendre des comptes, sur absolument tout : les cancrelats n’aiment pas la lumière.

Eh oui, comme le fait notablement remarquer Anonymous, internet n’oublie pas et ne pardonne pas. De nos jours, n’importe qui peut retrouver rapidement la masse des affaires louches, des combines et des magouilles, les coupures de presse concernant chaque élu, chaque personnalité importante. Chaque petite phrase idiote, chaque vidéo infamante, chaque dérapage, chaque contradiction d’un homme ou d’une femme publique peut être porté facilement et rapidement à la connaissance de tous, en échappant complètement au musellement discret par la subvention doucereuse de la presse traditionnelle.

Tant et si bien que si l’on couple cette faculté de savoir précisément de quel bois se chauffent nos politiciens à celle de s’organiser et de diffuser des informations supplémentaires, les canaux d’information alternatifs que sont twitter, facebook, les médias en ligne, les simples SMS ou mails, les téléphones mobiles et les smartphones constituent de véritables armes pour déposséder les dirigeants de leurs sinécures trop longtemps profitables. Je ne crois pas avoir besoin d’illustrer ce dernier point compte tenu des récentes révolutions arabes.

Il est d’ailleurs piquant de noter que cette société de l’information galopante, c’est l’exemple même de réussite capitaliste qui ronge les petites et grandes compromissions. Les bobos et gauchos sont tous frétillants à l’idée de voir les pays se révolter contre leurs tortionnaires, mais oublient pudiquement que ce serait impossible sans internet, sans la révolution numérique, sans ces téléphones mobiles produits en masse par le capitalisme, sans ces ordinateurs peu chers conçus par les ingénieurs du Nord et assemblés par les petites mains du Sud.

On assiste en réalité à l’effondrement silencieux, inexorable et complet des business-models basés sur le contrôle millimétré de l’information, sur ses coûts d’appropriation, de traitement et de diffusion.

Dans les années 80 et 90, les politiciens ont compris qu’ils devaient se positionner comme des produits marketing. Des petits malins comme Séguéla ont fait leur beurre de cette réalisation et ont parfaitement réussi à transformer les hommes politiques en bêtes de communication, dont chaque mot, chaque posture était longuement préparée et calculée parce que dans un cadre qu’ils contrôlaient.

Mais la machine s’est emballée : de nos jours, les politiciens ne sont plus que des communicants charismatiques mais vides. Et ils ne comprennent pas pourquoi, petit à petit, la démocratie, les médias, le pouvoir leur échappe lentement, comme du sable dans une poignée d’enfant.

Mur de BerlinC’est pourtant simple : le pouvoir de ces hommes ne tenait que parce que les gens y consentaient. Ils n’y consentaient que parce qu’ils croyaient aux bobards et sophismes qu’on leur fournissait. Et ceux qui n’y croyaient pas se croyaient seuls car ils ne pouvaient en parler. À présent, les gens parlent. Ils échangent comme jamais dans l’histoire de l’humanité.

Et c’est précisément pour cela qu’importent fort peu les sondages à la con sur Marine Le Pen ou les autres bouffons pathétiques qui tentent de décrocher la timbale : lentement, mais sûrement, l’avenir se fera sans eux.

Comptez sur eux pour que la transition soit douloureuse. Ils ont beaucoup à perdre.

Mais ils perdront.

J'accepte les BTC, ETH et BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8
 

Commentaires91

  1. Winston (l’autre)

    Prophetic Monday !

    Une remarque à propos de Mme Le Pen : si elle venait à être élue elle deviendrait la première femme présidente de l’histoire de la république, titre brigué très fort par Socialène Royal, et j’ai l’impression que ça ferait d’un seul coup moins mouiller dans les calcifs socio-égalitaires ! 😀

      1. Stéphane

        Bof bof bof. Si MLP est au second tour, y’aura pas de second tour: celui qui sera en face d’elle sera élu avec 60 à 80% des suffrages, point barre. N’importe qui. Même Besancenot. Même mon chien.

        Il n’y aura ni remise en question (même si on le dira beaucoup) ni même de panique dans le landerneau politique. 2012 n’est pas 2002: la surprise ne surprend qu’une fois. En revanche, comme dans l’édition précédente, il n’y aura pas de débat télévisé entre les deux candidats. Vous pouvez être sûr que personne n’acceptera d’apparaître dans une confrontation d’égal à égal avec Marine Le Pen.

        On diabolisera, on parlera de ne pas « s’abaisser » à discuter avec l’Indiscible, etc. Tout comme Chirac en 2002.

        Et, du reste, comme celui ou celle qui sera en lice au second tour face à Marine l’emportera avec une marge confortable quoi qu’il advienne, hélas, il ou elle n’aura même pas à payer la facture électorale de sa lâcheté.

        Marine Le Pen au second tour raccourcira juste de deux semaines le processus de l’élection présidentielle…

        1. Flak

          si ton chien se presente je vote direct. je me prends un billet d’avion, je reviens , je m’inscris pour la premiere et la derniere fois et hop, Medor president.

        2. Stéphane

          Pour mon clébard, le problème c’est de passer au second tour. C’est un peu le problème inverse de MLP finalement…

          Y’a aussi le problème des signatures de maires, mais là j’ai plus de chances d’y parvenir que MLP. On verra bien.

          En tous cas je lui ai fait part de ton soutien et il a semblé très content

        3. Jacques

          Autre point: en admettant que Marine Le Pen réussisse à fédérer une majorité des électeurs, les autres ne s’estimeront pas tenu de respecter ce résultat, de toute façon.
          Donc, ça reviendra au même.

  2. Laglute

    J’adore les deux dernières phrases, elles en disent long sur le pouvoir de nuisance de nos ingénieurs sociaux, même dans la défaite…

  3. gnarf

    Marrant comme la television est en train de creuser sa propre tombe.
    Une personne qui decouvre internet et fait un peu le tour des actualites sur google…quand elle retourne a sa television, voit un tel decalage que la television perd rapidement tout interet.

    1. Oui. Je ne regarde plus la télé que de façon très très épisodique (moins d’une heure par semaine en moyenne). Quand je vois les pubs, le formatage des émissions, et notamment les « grandes » chaînes françaises, c’est tellement consternant de nullité que j’ai vraiment du mal à imaginer que ça peut encore fédérer tant de téléspectateurs…

      1. Laglute

        Oui, je ne suis même pas sur d’acheter un décodeur TNT avant la grande extinction ( c’est le cas de le dire ) de demain. Un drap sur la télé s’impose…

      2. Jacques

        Oui je me suis posée la question et j’ignore pourquoi la sauce prend encore et toujours… L’objet de la télévision en lui même a eut être un pouvoir hypnotique.J’en connais qui ne savent pas encore se servir d’internet et sélectionner les sources… alors ils préfèrent la source unique…

      3. pythéas

        N’est-ce pas justement le formatage des émissions et des pubs (les lessiviers n’ont pas changé d’un iota la trame de leurs films depuis 20ans) qui garantit maintenant l’audience ?
        Le téléspectateur est d’y retrouver un flux d’infos bien cadré, un peu anxiogène (façon grand 8, on joue à se faire peur) et très sucré, et surtout sans trop de questions à se poser.
        « Huxley was right’ et si internet permet aux sceptiques de se regrouper et de garder une certaine distance face aux flux de ‘guimauve totalitaire’ (copyright F Boizard) tout en se sentant moins seul, il faut être vachement optimiste pour imaginer un renversement de tendance.
        C’est la fable du chien et du loup : bien peu sont capables de prendre leur liberté au risque d’y perdre tout confort – confort intellectuel en particulier,comme le culte d’un Etat omnipotent et omniscient qui ne fonctionne pas à cause des réductions de moyens voulues par une droite libérale à la solde du Grand Capital mondialisé (utilisez ‘cosmopolite’ chez les electeurs FN)

        1. N’est-ce pas justement le formatage des émissions et des pubs qui garantit maintenant l’audience ?

          Probablement. Mais comme tout le reste, cela aura une fin (par épuisement du stocks de téléspectateurs dociles, je pense).

      4. L’être bil

        Ah parce que tu a une télé H16 ?
        Tu me déçois… tu viens de perdre un point dans mon estime!

        1. L’être bil

          Cela dit tu viens de faire un très beau billet, tu remonte de 2 point dans mon estime avec çà, donc tu est a maintenant à 14631 point ^^ !
          L’avenir est bien a l’anarchie oui, Herbert spencer avais raison l’évolution est dans la disparition de ces organisation criminelle.

        2. En fait, j’ai un écran et il fait télé. Mais je m’en sers pour mater des DéVléDés sur le cyclimse.

  4. Kornely

    Bravo! Limpide.Rien à rajouter.
    Un bon coup de pied dans la fourmilière, et vite !!!

  5. Franck Boizard

    Il y a tout de même un point qui me chagrine dans votre texte : l’homme a besoin de lumières et d’ombres, d’intimité, de pudeur et d’oubli. Vivre dans une maison de verre est un supplice.

    1. Oui, c’est un fait, mais ne confondez pas la transparence de l’état avec le nécessaire et légitime besoin d’intimité pour ceux qui, justement, ne veulent pas être des hommes et femmes publics.

      D’ailleurs, regardez qui rouspète de la transparence : ce ne sont pas les sans grades. Ce sont les politiciens. Tout le monde sait de quelle transparence il s’agit…

  6. Mateo

    Exceller billet!

    Mais je note tout de même que les Anonymous fit de toute évidence partie des alter-comprenants: « Nos actions à l’encontre de […] la société HBGary pour  dévoiler le dessous des cartes des soi-disant sociétés de sécurité qui travaillent pour nos gouvernements et le capitalisme sauvage. »

    Il est rigolo de noter au passage qu’ils défendent Wikileaks alors qu’Assange est… Libertarien 😀

    Peu de rapport avec le sujet mais j’aimerais bien un jour qu’un alter-comprenant m’explique la signification des oxymores tels que « capitalisme sauvage » ou « dictature du marché » dont ils sont si friands… M’est avis qu’il ne savent tout simplement pas ce que veulent dire les mots constituant ces expressions…

    1. C’est plus que probable. Ce sont des mots un peu collants destinés à attraper les mouches du coche.

    2. Flak

      pas etonnant que les anonymous francais soient brainwshes comme des francais.Faut pas oublier qu’en fRance c’est quasiment impossible d’ouvrir sa bouche si on n’a pas quelque chose de gauchobobo a dire, quel que soit le bord politique d’ou l’on vient; meme l’extreme-droite a des pulsions trotskystes dans ce pays.

      1. YP

        « meme l’extreme-droite a des pulsions trotskystes dans ce pays. »

        Il suffit de regarder le programme économique, c’est ultra-socialiste. Du bougli-boulga de bêtises dégoulinante de démagogie à l’usage d’un peuple à la culture économique zéro ou, résumé en un mot – du socialisme.

        A côté de ça, on encadre ce blob puant d’un côté avec les mots « préférence nationale » et de l’autre avec la formule « la mondialisation cey Le Mal »…

        Quand on mélange nationalisme avec socialisme et qu’on secoue, on obtient un mélange des genres qui a déjà été testé ailleurs, avec grand succès…

        Il ne faut pas oublier, comme souligné dans l’article, que nos politiciens ne haïssent rien tant que la démocratie (la vraie, celle ou le peuple aurait un droit de regard et de décision.)

      2. Théo31

        Doit bien y avoir un ou deux trotskos encartés au FN (il y a déjà quelques cégétistes, mais ça n’étonne personne, le FN est le premier parti ouvrier de France), il y en a bien chez De Villiers.

  7. Ariane

    Un de vos meilleurs billets. Je garde la page ouverte pour le relire en rentrant ce soir !

      1. YP

        Même si on ne peut nier qu’il s’agit d’un biais de la politique, ce n’est pas le cas partout : Il suffit d’un peu (beaucoup) de contrôle, et « ça » file droit !

  8. Raoul

    Je note, cher maître, une petite note d’espoir dans votre dernier paragraphe, ce pays n’est donc pas totalement foutu?

      1. Kassad

        Fais gaffe ça fait très … Keynesien comme remarque. « Sur le long terme on est tous foutus » 🙂

        1. Alors je me suis mal exprimé. Je voulais dire que sur le long terme, ni ce pays ni ce monde ne sont foutus, en réponse à Raoul.
          Les Keynésiens, comme les Malthusiens, n’ont guère foi en l’homme…

  9. Dinsdale

    Attendez un instant !
    Les Anonymous se réclament de la liberté d’expression (qu’ils ont déjà) mais se posent en victimes des médias officiels qui sont menteurs et manipulateurs.
    Rance 2 n’a-t-elle pas le droit de faire une propagande mensongère sur eux en vertu de cette même liberté d’expression ?

    Les anonymous ont droit de le dénoncer mais sont contraints de respecter la liberté de Rance 2 de leur chier dessus.

    Quant aux valeurs de ces anonymes, j’use de ma sainte liberté d’expression pour dire qu’elles sont une tartufferie d’ados attardés à en juger par leur ton solennel et leur vantardise de persécutés. S’ils avaient une once d’humour, ils auraient remercié Rance2 de cette publicité inespérée.
    Mais la Légion du Prince de ce monde est par nature un conglomérat de plaintes, geignements et autres contorsions doloristes dont Elle tire tout son pouvoir.

    C’est pourquoi ces visages masqués m’apparaitraient plus terrifiants que leurs cibles qui, elles, ont l’avantage d’avoir un visage, s’ils n’étaient pas que le parti pris du n’importe quoi face à la propagande officielle.
    Ou dit autrement : entre Anonymous et Rance2, le choix est celui d’alzheimer ou la syphilis.

    1. Mouif. Pas convaincu.

      Au final, ce sont bien fRance 2 et les autres qui nous coûtent un pont et font des dégâts immenses dans les cervelles de nos compatriotes. Et le billet est un peu plus large que les seuls anonymous, me semble-t-il…

      1. Dinsdale

        Ces cervelles déglinguées par l’Ed Nat et les médias traditionnels vont ensuite sur Internet. C’est un peu comme lâcher des handicapés mentaux dans un bois.
        Bon en fait, je dois haïr tout ce qui est journaliste d’où mon intransigeance pour ces nouveaux Zola anonymes.
        Mais je reste persuadé que la liberté apportée par Internet limite les effets des interventions abusives des imbéciles. La preuve, je ne vous ai pas convaincu.

    2. Mr T

      Rance 2 n’a aucun droit puisqu’il s’agit d’un pur produit issu de la contrainte étatique. Réclamer un droit à s’exprimer avec de l’argent volé est un comble.

      1. L’être bil

        Oui, il a surtout un devoir de dire la vérité, mais c’est bien sûr trop lui demander que de lui dire de participer au principe même de sa destructions …
        Il n’y a que les libéraux classique pour croire encore a cette utopie.

    3. aiolia

      Oui mais les anonymous n’ont en rien tenté de violer la liberté d’expression de Rance2, ils ont simplement demandé un droit de réponse (comme n’importe qui l’aurait sans doute fait si quelqu’un s’était amusé à proférer des calomnies sur son compte)

  10. Faré

    Quoi? Le billet ne se termine pas par « Ce pays est foutu »?

    Qui es-tu? Qu’as-tu fait du véritable h16???

  11. hb45

    Ce billet et le précédent sont, pour moi, ce que vous avez produit de meilleur. Anonymous vous a inspiré. Surtout si on rajoute l’article de Michel Serres paru dans le monde et opportunément rappelé par Meh. Vous traitez du même sujet : vous à travers les bouleversements qui font l’évolution de notre monde et lui en montrant ce que sont les acteurs de ce changement.
    Vos deux textes sont visionnaires et je les conserve pour m’éclairer et me rassurer. Ce pays n’est pas plus foutu que ce monde. Merci H16

    1. flak

      non, non et re-non. Le prout de Michel est une loghorree caracteristique de l’incapacite a penser du franchouille intellectualisant qui prend des poses pour mieux se mentir.

  12. T-Buster

    il y a quelques semaines,en commentaire sur ce blog, je prédisais que Marine LePen passerait au second tour avec 25% des voix….

    maintenant je sais que je me trompais. cela sera avec 30%, et toutes les gauches (UMP comprises) auront du mal de faire face à son populisme….

    1. Mateo

      L’UMP est un parti socialiste DE DROITE!
      Et le FN est maintenant très clairement un parti nationaliste-socialiste ou « nazi » au sens littéral du terme.

      1. Vu le gloubiboulga de son programme, j’aurais dit « opportuno-socialiste ». National, oui, aussi, un peu. Comme tout le reste, finalement.

      2. Théo31

        « L’UMP est un parti socialiste DE DROITE! »

        Non, c’est une filiale du Parti communiste chinois, où l’on trouve des membres qui croient encore que Sarkonabot est libéral. C’est fou, non ?

    2. Deres

      Oui, son populisme est plus gros que le leur …
      Cela se résume à cela au final la politique.

        1. daredevil2009

          Excellent, Hash, comme bien souvent 😉 J’ai beaucoup aimé « Pravda2 » 😉 😉

        2. John

          D’ailleurs son apparition sur BFM TV il y a quelques minutes valait son pesant de cacahuètes !

  13. Franck Boizard

    Nous aurons atteint la sagesse quand les Français ne mettront plus aucun espoir dans la politique, nouvelle religion promettant le paradis et le bonheur pour tous. A 80-90 % d’abstentions, nous serons sur la bonne voie.

    Sous la monarchie, il y avait tellement d’abstentions qu’on ne tenait même pas d’élections. La France ne s’en portait pas plus mal.

    1. YP

      « La France ne s’en portait pas plus mal. »

      C’est pour ca qu’on leur a coupé la tête, car sous la monarchie, le peuple nageait dans le bonheur !

      En fait, il faudrait ressortir la guillotine tous les deux siècles. (Monarques ou politiciens, même combat !) Si on s’en était tenu là lors du bicentenaire, on aurait pas à subir toute cette clique…

          1. Louis XVI n’était en tout cas pas riche. C’est même parce que criblé de dettes que la Révolution a eu lieu.

  14. adnstep

    La dernière blague : Sarko va inviter les grands patrons d’Internet pour un G8 du ouaibe.

    On se demande bien pourquoi.

    Ah si : « Si tu finances pas ma campagne, je te vote une taxe en 2012 ». Parce qu’il croit encore gagner le coco.

  15. adnstep

    « Tactiques proactives potentielles anti-wikileaks :

    1. Ajouter de l’huile sur le feu entre les groupes dissidents. Désinformation. Créer des messages sur des actions de sabotage ou discréditer les organisations opposantes. Soumettre de faux documents et dénoncer l’erreur.

    2. Créer une inquiétude sur la sécurité de l’infrastructure. Créer des histoires d’exposition de l’identité de la source. Si l’on pense que le processus n’est pas sécurisé, ils sont finis.

    3. Cyber-attaques contre l’infrastructure pour obtenir des données sur ceux qui soumettent des documents. Ceci tuerait le projet. Puisque les serveurs sont désormais en Suède et en France [à l’époque] agir auprès des gouvernants pour y avoir accès.

    4. Des campagnes médiatiques pour mettre en avant la nature radicale et irréfléchie des activités de Wikileaks. Maintenir la pression. Ne fait rien contre les fanatiques, mais crée de l’inquiétude et du doute auprès des modérés.

    5. Rechercher des fuites. Utiliser les médias sociaux pour profiler et identifier les comportements à risques d’employés.

    Ensemble, Palantir Technologies, HBGary Federal et Berico technologies apportent l’expertise et l’approche nécessaires pour combattre efficacement la menace Wikileaks. »

    Etude menée par Booz Allen Hamilton au profit de Bank of America.

  16. VRP

    Le jour ou on privatisera France Televisions et les autres médias publics, et bien je serai…

    *le réveil sonne: bienvenue sur France Info, il est 7h, voici une nouvelle journée d’informations*

    🙁

    Dis h16, une petite question, t’es parti dans quel pays ? 😀

    1. Mateo

      Il veut pas le dire le bougre!
      Mais moi je le soupçonne d’être allé dans un petit pays près de la Lorraine 😀
      Oh, il a pas dû aller bien loin (dans le sens longitudinal de la Terre), on aurait remarqué les effets du décalage horaire sinon.

      Et je le vois bien consultant informatique ou un truc du genre…

      Allez h16, dis nous tout! C’est aussi ça être une star: avoir sa vie épiée par le public 😉

      1. Je suis pilote de course. Mon bolide s’appelle « Le Brouteur de Bitume ». Mais quand je le dis, personne ne me croit.

    2. Théo31

      « t’es parti dans quel pays ? »

      Je dirais qu’il est en Italie, où on trouve encore quelques clowns rigolos, pas comme en France, où les Guignols, les vrais, pas ceux de l’info, ne font plus rire personne.

    3. Joe

      Si vous cherchiez un peu, vous le sauriez. Ces informations sont disponibles sur l’interweb.

      1. Disons que sur l’interweb, on trouve les informations que j’ai bien voulu donner pour qu’on arrête de poser des questions 😉

        Mais je maintiens : en réalité, je suis pilote de course.

        1. Joe

          De toute manière, pour ce que ça change 😉

          L’essentiel est que vous continuiez à écrire des articles censés et éclairants comme vous le faites depuis plusieurs années !

          Les quelques informations disséminées satisferont les curieux qui attendent de vous plus que ce que vous êtes prêts à offrir.

  17. kwak chung seok

    Honnêtement, un de tes plus convaincants billets dans l’histoire de ce blog. La forme et le fond se combine parfaitement. Bravo donc, H16.

    Eh oui, une ère radicalement nouvelle s’ouvre dans l’histoire, une ère passionnante, exaltante, mais qui aura son lot de drames et de violences, comme tu le soulignes si élégamment en fin de billet :

    « Comptez sur eux pour que la transition soit douloureuse. Ils ont beaucoup à perdre.

    Mais ils perdront. »

    C’est presque lyrique !

    En remerciement, je t’offre un poème sur l’homo oeconomicus

    http://poesie-et-racbouni.over-blog.com/article-homo-oeconomicus-68549029.html

  18. BugBreeder

    Mais je pose une question : les politiciens Français ne sont ils pas parfaitement conscients de leur nullité abyssale et qu’ils n’intéressent plus grand monde ?

    Exemple, la « Rougette de Lille » :

    * Lapsus révélateur : « le projet socialiste est extrêmement vague, euh…. vaste » (http://extremecentre.org/2011/02/27/le-lapsus-du-jour-le-projet-socialiste-est-extremement-vague-euh-vaste-%e2%80%9d-par-martine-aubry/).

    * « S’il en est un qui doit rêver de voir Martine Aubry en candidate, c’est bien David Pujadas. En effet, pour la deuxième fois consécutive, le JT de TF1 a réalisé des mauvais scores historiques grâce à l’intervention de la Lilloise. Le 20 Heures de TF1 avait eut l’une des plus faibles audiences de son histoire en novembre dernier, à l’occasion, déjà, du passage de Martine Aubry sur la première chaîne, avec une chute d’audimat à 26%. Hier soir, la première secrétaire a fait encore moins bien avec moins de 26% d’audience » (http://extremecentre.org/2011/03/04/martine-ennui-euh-non-comment-deja-ah-oui-aubry/).

      1. Laglute

        Non, mais les socialistes en déduiront que TF1 est regardée par des fachos, qui dans ce cas d’espèce, n’ont pas voulu regarder/écouter notre Tartine Nationââââââââleu…

  19. stilicon

    Super billet. Et j’appouve la lucidité de h16. Les politocards, s’ils doivent tomber – et ils tomberont à long terme, soyons optimistes – auront à coeur de nous emporter tous dans leur chute. Ne nous faisons aucune illusion à ce sujet.
    Il va falloir apprendre à (re)prendre notre destin en main et cesser de se comporter en monton docile. Evidemment à ce jeu-là, les Français ne sont pas les mieux préparés.

  20. stilicon

    Quand on lit ce billet, on se dit aussi qu’on est ici loin, très loin (ie très au-dessus) de la qualité des articles de la presse traditionnelle.
    Il y a la bouillie immonde à base de slogans étatistes mal digérés, régurgitée par la presse subventionnée (genre le Figaro et le Monde, comme jadis Je Suis Partout), il y a les articles moins ou pas subventionnés du tout, de Valeurs Actuelles ou Spectacle du Monde, mais à la vision si timide et si passéiste, et bien au-dessus de toute cette mélée, il y a les visions lucides et prémonitoires de h16.
    Beaucoup ici les partagent, ces visions, mais seul h16 les écrit (et les écrit très bien d’ailleurs).

    1. Laglute

      L’essentiel étant d’être « la-bas » quand tout le système s’effondrera.

Les commentaires sont fermés.