Hollande président sous cohabitation ?

Le premier gouvernement sous Hollande est à peine nommé que déjà se profilent, à l’horizon, des élections législatives dont tout indique qu’elles ne seront pas simples. Déjà, pour la présidentielle, il ne s’en est pas fallu de beaucoup que Hollande ne soit pas élu, et l’actuel président ne doit son poste qu’aux consignes de votes de Marine Le Pen et François Bayrou. On comprend que ces prochaines législatives seront tout sauf une partie gagnée d’avance…

Sans rentrer dans une analyse de chaque circonscription, force est en effet de constater que le Front National et le Front de Gauche représentent à eux deux d’enquiquinantes variables qui pourraient conduire assez souvent à des triangulaires.

Ici, je ne veux pas dire que le Front de Gauche pourrait se retrouver dans la position de rester en lice alors qu’un candidat UMP et un candidat PS aurait atteint le second tour : tout le monde aura compris que le parti de Jean-Luc Mélenchon n’est que la voiture balai du Parti Officiellement Socialiste, ramenant à la voix de la raison les brebis communistes, staliniennes et autres bobos alter-comprenants égarées dans les votes zinutiles comme les Verts et autres formations aussi colorées que rigolotes. Mais même en position de ramasse-miettes, le Front de Gauche pourrait, plus souvent qu’à son tour, gêner un PS un peu faiblichon (le cas de Hénin-Beaumont est d’ailleurs symptomatique), surtout lorsque le Front National, lui, a clairement gagné en parts de marché électoral.

On risque donc de voir se multiplier des seconds tours ambigus, plus trienculaires pour l’électeur que triangulaires pour le système, où le résultat sera tout sauf joué d’avance : en cas de maintien du FN au second tour, l’électeur fera-t-il plus pencher la balance vers les socialistes d’une gauche formica ou les corporatistes petit bras d’une droite passéiste ? On peut même imaginer que les deux « gros » partis, à force de chamailleries, perdent l’un et l’autre devant le Front, ce qui propulserait l’un ou l’autre frontiste à l’Assemblée Nationale.

Eh oui : la prochaine assemblée pourrait bien compter dans ses rangs, outre l’éventuelle brebis modémiste tondue et grelotante, une poignée de Frontistes, quelques uns rouges et de gauche, quelques autres bleu-marine et de droite, ce qui réduira d’autant la marge de manœuvre de l’éventuelle majorité. On peut déjà entendre les mugissements des pisse-copies qui pleureront sur le retour des Heures Les Plus Sombres De Notre Histoire avec l’entrée à l’Assemblée de méchants frontistes, et on doit déjà se préparer à pouffer en notant l’autisme calculé de cette presse qui verra bien les méchants Dedrwâte en ignorant les méchants Degôch, parce que, vous comprenez, les staliniens et les vieux débris communistes, dans le fond, sont de grands humanistes, au contraire des Marinistes qui sont, tout le monde le sait, des esprits sataniques imbibés de sadisme.

Notez que je dis bien « éventuelle » au sujet de la majorité parce qu’il n’est donc pas impossible que cette Assemblée se retrouve dans la délicate position de n’en avoir aucune, ou une exclusivement liée à des arrangements de partis qui ne tiendront qu’au bon vouloir d’une actualité qu’on sait déjà mouvementée pour les prochains mois.

Le cas standard, c’est une majorité de gauche, moyennant des petits bisous entre le Front de Gauche et le PS, avec l’appui intermittent de l’un ou l’autre député Modem, par nature indécis. On imagine déjà l’embarras du gouvernement Ayrault II, chargé de composer avec cet attelage composite prêt à exploser à la moindre difficulté économique ou financière (qui ne manquera pas d’arriver).

L’autre cas est celui d’une majorité de droite, avec là encore des petits câlins en coulisse mêlant un UMP un peu plus décomplexé du Front, des Modems oscillant entre l’amour, la répulsion, et le besoin impérieux d’une bonne gamelle bien remplie, et bien sûr un Front National tout fier de pouvoir tordre le bras à ce méchant parti de système dont lui ne fait pas partie, mais si, mais si, puisqu’on vous le dit.

JLMLP 03

Bref : une cohabitation n’est pas impossible du tout. On imagine à ce sujet la tête de Jean-Marc Ayrault, le nouveau Premier Ministre Jamais Condamné Déjà Réhabilité, qui aura ainsi fait l’un des plus courts séjours à Matignon, pour être remplacé par — au hasard — François Fillon, ce qui mettrait pas mal de LOL et de ROFLMAO dans ce pays qui en manque furieusement depuis les cinq ou dix dernières élections.

Quand bien même cette cohabitation à droite n’est pas en place, une majorité faible ou changeante à l’assemblée provoquerait une gêne considérable pour le magnifique programme de Croissance du père Hollande : avec un Mélenchon monté sur ressorts, le FN au parlement, une Europe en déliquescence, le pauvre président va se retrouver comme beaucoup de ses prédécesseurs à enfiler les réunions et les sommets pour occuper les huissiers et le traiteur, et limiter son action au plus strict minimum pour ménager sa popularité déclinante.

Et à force de déliquescence, justement, il n’est pas impossible non plus — et à vrai dire, il devient même de plus en plus probable — qu’on se retrouve un petit matin avec un autre type de gouvernement, cette fois-ci imposé par une entité extérieure, à la suite d’un défaut majeur de paiement de l’État français, dont les réformes structurelles auront été repoussées une fois de trop.

Certains de mes lecteurs trouveront cette hypothèse hardie. Pour ma part, je la pense plus probable encore qu’une cohabitation dans les prochaines années : le président Hollande sera très vraisemblablement celui de la faillite du pays.

J'accepte les Bitcoins !

15nieMtH2sozpzJDZc6pc1Z5o4joGG9Xt6

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires40

  1. T-Buster

    Juste pour le fun, cela serait rigolo qu’un groupe de frontistes soient élu. Sur qu’ils ne seront pas pire que les autres dans l’infamie. Cela ferait plus d’images d’empoignades à l’assemblée. Et finira de discréditer une assemblée qui n’a rien de crédible de toute façon.
    Par contre toujours pas de vrai libéraux en vue :-(

    Sinon les français de l’étranger, ceux que François a promis de faire cracher au bassinet, ont eux aussi le droit délire des représentants du peuple… Curieux de voir comment il vont voter….

    1. Pascale

      C’est surtout Sarko qui a promis de les faire cracher au bassinet. Et de toute façon que ce soit l’un o l’autre tout le monde crachera au bassinet

    2. Homo-Orcus

      Cette mesure fut proposée en octobre 2010 par Jérôme Cahuzac, député socialiste. François Baroin l’avait qualifiée à l’époque de «conception qui va à rebours de l’histoire et de la construction du droit fiscal français, lequel est un droit territorial.»
      Pour de basses raisons électorales, Sarko a repris l’idée en ne visant que les expats pour raisons fiscales. Mesure uropique car il faut renégocier les conventions fiscales et même… très facilement contournable en se créant une activité professionnelle ou en changeant de nationalité tout simplement – c’est la solution adoptée par les américains n’ayant pas un droit fiscal territorial.

    3. Alex6

      Inapplicable. Les annees fiscales ne sont en plus souvent pas les memes entre divers pays, un bordel insurmontable pour le fisc, rapport cout/gain beaucoup trop desavantageux.

      1. Stéphane

        Ils se contenteront de vous faire payer un montant forfaitaire lorsque vous toquerez à l’ambassade pour renouveler vos papiers d’identité. Bête comme chou!

        Et si vous contestez la douloureuse, il faudra probablement produire moultes déclarations fiscales de N années précédentes pour prouver que vous êtes bien un clodo de l’étranger.

        Ahhh, le privilège d’être français…

  2. hank rearden

    Un bon gros groupe « Front de gauche » à l’assemblée, ce serait pas mal. Cela ferait de Hollande un pantin étiré entre les marchés qui le pousseront inexorablement à une politique libérale de réduction des déficits et une aile gauche aux revendications sociales couteuses et inapplicables. Et, au bout du compte, Hollande et Mélenchon, le nez dans le caca, contraints mais acteurs malgré eux de la réduction de la dépense publique et de l’état, seule politique possible en dehors d’un défaut et d’une faillite du pays.

    Ce serait comique ou plutôt tragicomique…

  3. Pascale

    Perso je n’y crois pas trop à cette cohabitation là.

    Quand j’entends Obama parler d’objectif de croissance, sous entendu « l’État doit se retrousser les manches pour fabriquer cette croissance », et que c’est la seule action que nous proposent la droite comme la gauche pour atteindre ce but, au lieu de libérer toute la vie économique et sociale des contraintes étatiques, je suis très pessimiste. Tout ce que l’on nous propose c’est de complexifier encore plus une situation déjà sclérosée par des lois, des subventions, des aides, des réglementations, des usines à gaz d’une lourdeur administrative écrasante etc.

    Personne pour virer l’État à coup de pieds dans le derrière, des endroits où il n’aurait jamais du pénétrer

    1. paf

      ben vu que c’est l’etat qui decide de la marche a suivre, forcement c’est toujours a lui de fabriquer de la croissance, peu importe que ca n’ait pas de sens.

  4. Pere Collateur

    Cohabitation, pas cohabitation. Frontistes à l’assemblée, pas de frontiste à l’assemblée…

    Au final, quelle importance?

    Dans votre scénario, on aurait droit de temps en temps à quelques bonnes et franches tranches de rigolades, à nos frais of course. C’est le seul intérêt que j’y vois.

    Mais je crains que même ça, on n’y ait pas droit:

    Non. Au final, il est tout de même très probable que les votes donnent une majorité confortable au président élu, et que le « cordon sanitaire » anti FN fonctionne à nouveau et aboutisse à zéro députés pour ce parti.
    Ce qui, je pense, commence à être carrément dangereux, car ne pas permettre à 20% de l’électorat d’être représenté à l’assemblée, finira inéluctablement par d’autres formes de représentations plus « viriles » on va dire… Surtout que ce cinéma dure depuis 20 ans maintenant. Il est même étonnant que rien ne se soit encore passé de ce coté là…

    1. eheime

      C’est tout à fait digne d’une dictature donc ça ne choque personne (sauf quelques ahuris qui croient en la liberté d’expression – laissez moi rire).

      Pourtant si le FN était à l’oeuvre dans quelques communes , la rhétorique frontiste (celle « de droite » – faut le dire vite) serait jugée sur le faits plutot que sur les paroles.

      Les rares fois où il a été, on a vite compris que le FN gérait plutôt mal les affaires.

      Mais même sur le principe, le débat devrait s’arrêter à cette simple question : « à quoi sert une assemblée de député si elle ne représente pas au moins grossièrement le peuple qu’elle est sensé incarner ??? »

      Et après on va donner des leçons de démocratie à la Chine et aux Africains …

      1. Obsédé Textuel

        « -Les rares fois où il a été, on a vite compris que le FN gérait plutôt mal les affaires. »

        Et vous avez vu quoi ?
        Ce qu’en disait la médisance médiatique, et rien de plus !

        Lorsqu’un conseil municipal est issu d’un parti hors du système mafieux , il a contre lui le Préfet et toute la puissance de ses services et des délégations ministérielles, le conseil général, le conseil régional, les autres communes et communautés de communes, les banques, la Justice, les associations marxistes, les syndicats….etc.
        Tôt ou tard les procès ne tardent pas à pleuvoir sur des dossiers créés de toutes pièces.
        Ajoutez y le matraquage de la presse locale et les provocations et sabotages des activistes et la suite sera inéluctable.
        Ne trouvez vous pas bizarre que toutes les municipalités FN, et vraiment toutes, aient été proclamées « mal gérées » et jamais les villes communistes ?

  5. Morsay

    « quelques uns rouges et de gauche, quelques autres bleu-marine et de droite »

    quelques uns rouges et de gauche, quelques autres bleu-marine et de gauche

  6. Calvin

    Tout à fait d’accord avec la conclusion.

    Le début de l’article, c’est le côté fun.
    Un Hollande déçu d’avoir perdu sa majorité, la difficulté de communiquer sans avoir un parlement carpette aux ordres.
    Car, ne nous leurrons pas, une répartition de 12% EXG, 35% Gauche, 3% Centre, 30% Droite et 20% FN au parlement, c’est assez répandu dans les démocraties.
    Je n’ai pas dit que cela arriverait, puisque le scrutin majoritaire et les consignes dites « Républicaines », empêcheront au parlement d’avoir une répartition proche de l’électorat.
    Ce que je veux dire, c’est qu’il n’y a qu’en France qu’on ne sait pas gouverner avec une absence formelle de majorité.
    Il nous faut un bon gros parti monolithique, avec éventuellement des idiots utiles (genre majorité plurielle).
    Au final, on a presque six cents députés dont chaque groupe vote… comme un seul homme.
    La politique française, c’est de la gesticulation et c’est à celui qui a le plus grand groupe qui fait la loi.

    Donc, attendons que la Réalité pointe son nez.
    Et, là, le prochain premier sinistre, Ayrault, Aubry, Fillon, Coppé, Bayrou, ou qui sais-je, laissera sa place à un technocrate nommé par le FMI.

    On ne sera pas sorti de l’auberge, certes, mais qu’est-ce que ce sera drôle !

    Quand à Hollande, il restera Président, il fera des réformes ultra-importantes comme le mariage des transexuels, et le bannissement du mot « race » de la constitution.

      1. Calvin

        Les quoi ??? Tu parles quel langage, toi ?

        Va apprendre le français, bouffon !
        détécréanssier ? C’est un verbe ?

        J’t’explique, pour éviter le remboursement, il n’y a qu’une solution : le crédit !
        Non, mais tu viens d’où, toi ???

      1. Calvin

        Deux fronts, des yeux myopes qui regardent de travers, pas d’oreilles, des bras chétifs et une seule jambe, l’esquisse du Français tient plus du pinceau de Picasso que du romantisme de Delacroix…

    1. Pascale

      Oui on n’entend plus que ce mot : croissance. Encore faut-il savoir de quoi on parle. Si c’est d’une croissance qu’il faut décréter (au sens littéral du terme) ça n’est pas de la croissance, c’est de la poudre de perlinpinpin keynésienne avec plein de dettes inside.

      Et c’est ainsi que Flanby continue à enfumer le gogo avec sa croissance vs l’austérité. Les Français ne comprennent absolument pas ce que ça signifie, ils croient que le mot croissance (couplé avec « fin de l’austérité ») ça va être distribution d’argent gratuit pour tout le monde.

      1. channy

        Cela rappelle Delarche sur Bfm quand l’autre andouille de Stéphane Soumier lui dit qu’avec la croissance on pourra ceci ou cela…sauf que la croissance elle ne se décrète pas et que ce n’est pas non plus en l’invoquant autour d’une table qu’elle va arriver.

    2. Alexandrov

      Obama a besoin de notre consommation à court terme, il faut bien être réélu… et puis un pays surendetté et en déficit kolossal, il sait assez bien à quoi ça ressemble et ça n’a pas l’air de le déranger tellement.

      Il a tout intérêt à ce qu’on keynésianise et à ce qu’on le rejoigne dans sa mouise budgétaire XXL qui pétera quand les zémergents auront zémergé.

      Il nous entube (c’est de bonne guerre) et on en redemande…

  7. Mirella

    Salut à tous ! Dimanche gris :-(

    Il faudrait que l’hypothèse extrême d’un « autre type de gouvernement imposé » advienne avant l’écroulement de notre système français. Je ferai sans doute partie (sauf loto gagnant !) de ceux qui n’auront qu’à subir et pleurer tout en enviant les chanceux, installés sur matelas de monnaies fiables, qui pourront se livrer à l’exercice jouissif du « ROFLMAO parcequ’ils auront pu se casser bien avant…

    Les responsables (j’y tiens et n’en démordrai pas !)à commencer par ceux qui ont accepté l’entrée de la Grèce à yeux fermés pourront tranquillement rejoindre un lieu de retraite probablement bien préparée…

  8. Alexandrov

    Si elle ne vient pas en juin, la cohabitation arrivera quoi qu’il arrive dans ce quinquennat.

    Il est impossible qu’on vive 5 ans sans séisme économique, et quand ça explosera, il dissoudra l’AN, ce qui lui permettra de ne pas sauter et de faire « président de la Ve ». Et la droite gagnera, si elle n’est pas trop branquignole.

    D’autant qu’il sait que pas de cohabitation => pas de réélection, et il faudrait pas déconner quand même…

    1. nebukanetsar

      Une droite pas branquignole qui n’ait pas peur de déplaire aux belles âmes de gôôôôche, cela peut exister en France ?

  9. Théo31

    Comme Pascale, je ne pense pas qu’il y aura de cohabitation. Il n’y aura pas de dynamique favorable au FN et au FDG. Les électeurs des partis perdants se défoulent à la présidentielle et partent à la pêche aux législatives.

  10. Stéphane

    Déjà je ne trouve pas que Hollande soit passé raz les miches autant que ça. Ensuite, Méluche fait nettement moins bien que Marine: ça se verra aussi dans les urnes pour le second tour des législatives. Enfin, comme vous dites, le Front de Gauche est prêt à collaborer avec le PS, à l’inverse de la droite la plus bête du monde*.

    Conclusion: majorité gauche plurielle à l’assemblée: trois quarts de cette majorité pour le PS, un quart pièces rapportées. Quelques olibrius égarés de la Marine, moins d’une dizaine probablement. Une droite UMP laminée mais fière, clamant du fond de son trou de n’être « pas tombée dans le piège » (à mourir de rire, donc).

    Le pouvoir en France sera tout rose. Les seuls aléas concernent le poids du PS dans la nouvelle majorité.

    *: je ne rentre pas dans des considérations pur / impur sur tel ou tel vote ou alliance ; je me borne à constater que pour exercer une quelconque forme de pouvoir et donc concrétiser ses projets politiques, il faut réunir des majorités.

  11. Emma

    Oui, les réformes structurelles sont repoussées depuis trente ans par ceux qui nous gouvernent. Alors, une entité extérieure pour nous forcer à devenir vertueux, nous les bambocheurs français ? Le père Noël peut-être ?

  12. duponnette

    J’aime bien lire vos commentaires. Je les trouve souvent pertinents et presque toujours drôles. Surtout Pascale qui
    a une bonne base en économie, ce qui malheureusement manque à la plupart des français. On pourrait penser que l’enseignement de cette belle matière à l’école pourrait remonter le niveau des électeurs, mais quand on pense que nathalie Artaut (orthographe incertaine et je m’en fous) est prof d’économie dans un collège, ça fait peur!!!
    Comme a dit je ne sais plus qui »où est la droite libérale en France? »

  13. Anthony

    Ce serait con que la gauche, qui a mis plus 20 ans pour arriver au pouvoir, partage le pouvoir. Après je pense qu’un contre pouvoir est essentiel à la bonne marche du pays et si les législatives offrent une victoire à la gauche, le ps dominera tout le paysage politique.

    1. Théo31

      La gauche n’a pas besoin d’être au pouvoir pour diriger le pays : l’Union des Mimes Putassiers se charge sans problème de la représenter.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)