La transparence, ce n’est vraiment pas bisou !

En République Démocratique du Bisou Triomphant, personne ne doit être laissé sur le carreau, et personne ne doit subir d’avanies. Le bonheur y est distribué en parts égales et conditionné sous vide d’air. Chacun reçoit donc, intrinsèquement, la même dose de moraline sucrée, la même quantité de félicité micro-dosée, la même contenance de bien-être prêt à l’emploi, en suppositoire, en cachet à laisser fondre sous la langue ou en intraveineuse. Et pour s’assurer de tout ça, une élite vertueuse triée sur le volet s’occupe de la distribution.

Pour des raisons pratiques, cette élite sera répartie dans les différents secteurs que l’Etat contrôle de sa grande lucidité et de son efficacité diabolique.

Ainsi, dans les transports collectivistes qui permettent à tous les citoyens de la République Démocratique du Bisounoursland de partager dans la bonne humeur leurs miasmes et leurs problèmes psychologiques divers, on s’assurera tous les jours d’un service à la pointe de la technologie, à la hauteur des investissements qui y furent consentis. Dans le domaine particulier des trains par exemple, les horaires seront taillés au cordeau, respectés par un cadencement d’horlogerie suisse (mais en mieux, c’est de la qualité française !) et une attention aux petits détails allant de la sécurité ultime de chaque rame à la couleur des logos de la SNCF ou de la RATP. Et pour obtenir cette qualité de service et cette productivité soviétique, il fallait des hommes d’exception à la tête de ces entreprises.

C’est donc tout naturellement qu’on pourra se pencher sur le cas du Comité d’Entreprise de la SNCF : les belles âmes et les honnêtes hommes qui en ont la direction, on s’en rappelle, furent traîtreusement roulés dans la boue en mars dernier lorsqu’on a appris qu’apparemment, des détournements de fonds y auraient eu lieu.

Bactéries de Syndicalus Profitans

Ô stupeur, ô stupéfaction, ô appât du gain facile et ennemi qui s’infiltre partout et transforme les plus gentilles brebis syndicalistes en atroces néo-libéraux capitalistes assoiffés de pouvoir, d’argent, de sexe et de confiture ! On avait déjà subi les atrocités de la découverte inopinée d’un scandale sexuel à la RATP, on avait déjà appris, consterné, que le Comité d’Entreprise de cette noble institution était elle aussi le lieu de rapine lamentables, et on a découvert effaré que le mal s’étendait jusqu’à la grande et belle SNCF, avec de bons gros soupçons de détournements de fonds velus et sombres, étayés par des preuves puisque huit syndicats du CE de la SNCF à Lyon devaient être jugés en correctionnelle depuis cette affaire, en mars, pour abus de confiance, faux et usages de faux. Roh lala. Une grosse partie du budget de fonctionnement du comité d’établissement régional semblait avoir été détourné au profit des syndicats, et rien n’indiquait alors qu’il ne s’agisse que d’argent de poche ou de rendu de monnaie puisqu’on parlait déjà en centaine de milliers d’euros.

C’était en mars. La République du Bisounoursland ne peut pas, ne doit pas laisser le doute s’installer et l’opprobre s’étendre dans les sociétés que l’État contrôle. Il en va de sa crédibilité, comme il en va aussi de la crédibilité des mouvements syndicaux qui, je le rappelle, ont chevillé au corps l’intérêt collectif et le bien-être des salariés qu’ils représentent.

On est donc bouleversé d’apprendre que … les détournements continueraient, et que l’argent du comité d’entreprise serait toujours réparti suivant des modalités « secrètes » qui ont finalement fuité et qui donnent à peu près ceci :

accord confidentiel de 2011 - CE SNCF

Le pompon est décroché lorsqu’on découvre que si les détournements continuent, c’est, comme l’explique Laurent Goutorbe, secrétaire général de la CFDT Cheminots de Lyon, parce que l’accord (inique et parfaitement illégal) n’a jamais été remis en cause, et surtout :

« Nos avocats nous ont conseillé de le poursuivre. L’interrompre brutalement aurait été considéré comme un aveu de culpabilité. »

Évidemment, si arrêter de détourner de l’argent dans la plus parfaite décontraction et dans la joyeuse illégalité constitue un aveu de culpabilité, il faut urgemment continuer : il en va, après tout, de la bonne continuation de la République du Bisounoursland, celle dans laquelle les gens qui nous dirigent, ceux qui ont des privilèges et des pouvoirs, savent user et abuser du système pour le plus grand bonheur d’eux-mêmes. D’autre part, quand on comprend que tout l’édifice est en train de s’effondrer sous son propre poids, c’est le dernier qui tape dans la caisse qui a perdu puisqu’il risque de la trouver vide !

Egalité, Taxes, Bisous : République du Bisounoursland

On pourrait croire que cette délicieuse attitude est réservée à une petite catégorie de personnel, dans certains postes clefs de certaines entreprises d’état. Il n’en est rien : c’est, très manifestement, une pratique courante et quasiment admise par tous ceux qui ont gagné un peu ou beaucoup de pouvoir au sein de la République, avec la nécessaire dose de désinvolture qui sied à ceux qui ont réclamé et obtenu très jeune une bonne hontectomie (ablation chirurgicale, indolore, rapide et définitive de toute honte).

Et il n’y a pas besoin de chercher longtemps pour trouver des exemples malheureusement très concrets de cette utilisation d’une position de pouvoir pour en abuser sans vergogne. Et plus on lève haut le regard vers les élites, plus les exemples abondent, plus ils sont gros, évidents, visibles et plus le scandale qui les accompagne semble pourtant difficile à relayer dans la presse.

Oh, on trouve bien des articles, par exemple sur le refus clair et compassé de transparence de la part des députés sur leurs indemnités, refus qu’on camouflera derrière des formules adoucissantes sur le registre « on y travaille » alors que, par nature même, l’argent des députés ne provenant exclusivement que de l’impôt, son octroi et sa répartition devraient être conditionné à la plus limpide transparence, dès le début, sans discussion, sans avoir à « y travailler ».

Il ne semblerait ainsi pas étonnant que chaque indemnité, chaque salaire de député soit officiellement publié, en clair, sur internet pour qui veut le consulter. On saurait ainsi de façon limpide ce qui est sur la feuille de Bartolone, leur actuel patron, quelles cotisations il paye, dans quelle caisse. Cela n’est pas trop demander puisqu’après tout, cet argent a été pris, de force, à tous les travailleurs de ce pays. Tous sont en droit de demander des comptes (comme d’ailleurs leur autorise la Constitution française).

Et ce qui est vrai en France l’est ailleurs : à chaque fois, le même schéma dans lequel le pouvoir et les privilèges permettent à une petite caste de se ménager des niches de tranquillité tout en ponctionnant sans scrupule le peuple qui le fait vivre…

Tout comme la fiscalisation de leurs indemnités qui fut repoussée au moment même où les heures supplémentaires de la piétaille salariée étaient, elles, refiscalisées, tout comme l’évaporation subite de la volonté d’éliminer enfin le cumul des mandats, la transparence peut attendre, devra attendre et sera comme le reste rangée dans l’armoire des idées équitables mais oubliées de la République du Bisounoursland.

La transparence, ce n’est pas très bisou. La fiscalisation des indemnités de députés, ce n’est pas câlin. Le non-cumul des mandats, c’est pas assez tendre.

J'accepte les Bitcoins !

1HkaXexromNhaQrkQtkz77Q4WvBmqW8vSx

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires35

  1. Aristarque

    Apparemment, beaucoup, dans cette République irréprochable ont fait de « Un bonheur insoutenable » d’Ira Levin, leur livre de chevet pour faire partie de la Caste des programmateurs d’UNI…

      1. gnarf

        Le truc marrant, quand on parle du meilleur des mondes a un Francais…en general il dit que ca montre bien ou mene l’enfer ultra-liberal, puisque tout fonctionne comme dans une enorme entreprise kkkapitaliste, et que les references a Ford sont nombreuses.

  2. Pascale

    Ah, c’est vrai que le non cumul des mandats est complètement passé à la trappe … noyé d’ailleurs sous l’avalanche de mesures dont pas une n’est de matière à réjouir le citoyen.

    Depuis que Mimolette est au pouvoir, les 56% de prélèvement (vol?) sur la richesse créée annuellement par les Français ont du augmenter considérablement. Et avec tout cet argent volé, l’État n’est toujours pas capable de résoudre, par exemple, au hasard, les problèmes de logement ou « l’inégalité » entre les conditions des citoyens !!! Sûr qu’en s’appropriant 100%, il va y arriver ! Les gouvernants « travaillent » donc en ce sens.

    1. MIA

      Il me semble qu’il s’agit de 56% du PIB de dépenses publiques et 45% de prélèvements. L’objectif d’Hollande est de le faire passer à 53% d’ici la fin de son mandat.

  3. Théo31

    « un aveu de culpabilité »

    Les syndicalistes avoir un peu honte de ce qu’ils font, vous n’y pensez quand même pas ! Citoyen, la CGT t’encule à fond !

    1. Personne n’a rien dit ?!
      C’est de la pub directe pour FO, ça !
      Formidable. Et la CGT, et les autres, ils ont droit à leur petit spot, aussi ?

  4. johnny_rotten

    Le Flamby a pour principal souci, semble t-il, de suivre les J.O de Londres à la télé pour vite envoyer un message de la préZidence de la répoublique à la moindre médaille.
    Hier zéro médaille . Capot. Même la Belgique fait mieux !

    Aujourd’hui une médaille (ouf), dans un sport planétaire de masse : le tir au pistolet à air comprimé féminin à 10 mètres.
    Mimolette a donc bondi sur son fax
    —————-
    Le président François Hollande a adressé « ses félicitations les plus chaleureuses à Céline Goberville devenant ainsi la première médaillée française des Jeux Olympiques de Londres.

    « Cette première médaille donne espoir à tous nos athlètes et ouvre le chemin à d’autres succès. Par ma voix, je sais que c’est toute la France …..blah… blah… blah… blah… ».

    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2012/07/29/97001-20120729FILWWW00104-jo-hollande-felicite-celine-goberville.php
    —————————–
    Ce type est vraiment d’une connerie insondable.
    Faudrait lui demander qu’il envoie le même type de telegramme, pour féliciter, au nom de la France, les élus locaux, qui réduiront la dette, en envoyant les premières lettres de licenciements des personnels territoriaux.

    1. paf

      mais mais le tir c’est le mal! c’est l’utilisation des armes! c’est horrible et supposement reserve aux vilains fachos et autres mechants chasseurs tous laids et alcooliques et electeurs du FN! il faut interdire ce sport turbocatipaliste

  5. Pandora

    Les rigidités du code du travail protègent ceux qui sont déjà en place (d’où le chômage des jeunes) et surtout les rats qui sont dans le fromage. Pourquoi leur demander de scier la branche sur laquelle ils dorment paisiblement dans leur hamac ?

  6. NOURATIN

    Oui mais alors, si les aparatchiks de tout poil ne peuvent plus se goinfrer, qu’est ce qu’il va rester de la République.
    C’est comme si on lui enlevait son pilier central!

  7. Flo

    L’autre jour sur RMC un tout nouveau député un certain H. Gaino expliquait en toute décontraction du calbute que s’il avait été présent (sic) il aurait voté contre l’amendement De Courson avec les arguments suivants :
    – Immmoralité du procédé visant a contrôler les indemnités des parlementaires.
    – Inacceptable que l’on exige des députés qu’ils disent avec « qui ils déjeunent »(WTF?).
    – De toutes façons les salariés plus ils sont hauts placés et moins ils justifient…????? (Si jamais ce bonhome est fontionnaire, sait-il que s’il a connaissance d’un délit (ABS dans ce cas) et qu’il ne le dénonce pas, il est passible de dix ans de prison?).
    – Je ne suis pas pour une société de la transparence car c’est totalitaire.
    Etc etc…
    Le goudron, les plumes et l’interediction de tout mandat électif et de toute fonction administrative pour lui et ses pareils…

    1. Pascale

      Et il n’a pas vu l’immoralité de ne pas rendre des comptes à ceux qui le font vivre ? Il faut dire que les impôts confiscatoires s’apparentant à du vol, il est, en effet, tout à fait logique dans leur mentalité de voleurs, de cacher à leurs victimes ce qu’ils font avec leurs larcins.

    2. dez

      Si on essaye de positiver : il donne lui même des arguments pour défendre cet amendement. Morale du contrôle des *élus* (argent public). Limitation du lobbying (les déjeuners). Diminutions des abus de toutes sortes. Pour une société plus transparente…

  8. Alex6

    Pas etonnant, l’etat et ses sbires actuels pompent beaucoup plus que n’importe quel roi sous l’ancien regime (ce pour quoi nous avons eu droit a la revolution la plus criminelle de l’histoire)
    La difference, c’est que nous sommes beaucoup plus riches grace a la revolution industrielle et au capitalisme donc ca se voit moins.
    Mais en proportion, les niveaux de prelevements actuels retranscrits en monnaie « moyen-age », auraient deja pousses le peuple a mettre quelques tetes sur des pics. Le moins que l’on puisse faire est au minimum de licencier 80% des elus et de stopper immediatement toute subvention aux syndicats les plus stupides du monde.
    Allez Monsieur normal, on te regarde!

    1. Calvin

      Une remarque.
      Nous n’avons pas les syndicats les plus stupides.
      les plus malhonnêtes, oui, je te l’accorde.
      Mais disposer d’autant de rentrées fiscales avec si peu de syndiqués ; être autant protégés par les élus, la justice, les médias ; représenter personne et faire la pluie et le beau temps en économie (sic), ce n’est pas être stupide.
      Ils ont compris, mieux que tous les autres, comment exploiter l’Esprit Français à son propre compte.

      1. Alex6

        Bof, tout ceux que j’ai pu rencontrer n’avaient strictement aucune idee sur quoique ce soit, repetait en boucle des slogans marxites et n’avaient aucune capacite de reflexion. Si tous ceux qui parviennent a exploiter le systeme a la francaise etaient intelligents, le peuple france illuminerait le monde…
        J’ai plutot tendance a croire que les plus intelligents se sont soit barres, soit ont decide de ne plus s’occuper du bordel public et de vivre leurs vies le plus peinard possible.

        1. Calvin

          Bon, je précise ma pensée : les syndicalistes ont la même culture économique que les autres français, mais profitent à fond du système mis en place. Donc, ils ne sont pas plus stupides que les autres, et ont même bien occupé la niche économique qui leur a été royalement offerte.
          Pour notre plus grand malheur, je tiens à le préciser…

    2. hussardbleu

      des « pics » de la farandole ? aaah! comme on peut regretter la bouilloire pour les faux-monnayeurs, et pour les financiers infidèles, le gibet de Montfaucon, comme Semblançay et Marigny…

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)