Tarifs énergétiques : appauvrissons le peuple, mais progressivement

En Socialie Française, il n’est pas de problème qu’une solution ridicule et contre-productive n’arrivera à empirer dans des proportions absurdes au point d’entraîner ensuite la création de toute une clique de commissions et un bataillon de lois afin de corriger les effets délétères constatés. Pour les aggraver. Dernièrement, c’est au-dessus du berceau des problèmes énergétiques des Français que les fées gouvernementales se sont penchées vigoureusement au point de tomber dedans avec fracas.

La nouvelle lubie du moment consiste donc à proposer un tarif progressif de l’énergie.

Derrière cette périphrase un peu longue se cache, comme d’habitude pour résoudre un problème complexe, une idée simple et parfaitement idiote : rendons les tarifs de l’énergie (ici le gaz et l’électricité) progressifs en fonction des revenus de la personne ou du foyer qui les consomme pour atténuer l’indigne écart entre les riches, qui bénéficient d’une énergie abondante puisqu’ils sont riches, et les pauvres, qui ont bien du mal à se tenir chaud en hiver et froid en été. Ou l’inverse, y’a plus de saisons.

Introduisant donc dans la plus grande décontraction une inégalité flagrante entre les citoyens devant l’accès à une ressource, le gouvernement entend proposer une nouvelle tarification de l’énergie avec trois paliers, qui distingueraient les consommations de base, facturées à un niveau inférieur au tarif de base actuel, un second palier appelé « de confort », et enfin le palier dit « de gaspillage », qui coûteraient plus cher, parce qu’il y a des choses avec lesquelles on ne rigole pas, bande d’épicuriens éhontés.

Government Demotivator

Pour arriver à cette proposition finement polie au contact abrasif de nombreuses commissions et autres institutions républicaines de réflexion, c’est François Brottes, fier député de l’Isère (que vous pouvez injuriercontacter sur le mail fbrottes@assemblee-nationale.fr), qui a coordonné les méfaits travaux du groupe socialiste. Il explique l’introduction de ces trois paliers avec la phrase suivante :

« Puisque les tarifs sont dans une logique d’augmentation, pour diminuer la facture des ménages, il faut fixer un objectif de diminution de consommation sans forcément perdre en confort. »

Dans un siècle, des hordes de linguistes chevronnés, aidés par des supercalculateurs et la version thermonucléaire de Google, plancheront sans relâche pour comprendre ce que le député a bien voulu dire par cette saillie dont tout indique qu’elle fut prononcée en présence de stupéfiants : selon ce petit gars payé par vos impôts, pour diminuer la facture des ménages, il faut fixer des objectifs de consommation. Arbitrairement. Au niveau gouvernemental. Par des députés qui savent mieux que ces ménages ce qui est bon pour eux.

Et si on dépasse ces objectifs de consommation ?

Matraquage, pardi. C’est comme ça qu’un pays fonctionne, surtout lorsqu’il est en déficit chronique depuis quarante ans et qu’il lui faut trouver des thunes très vite alors que les échéances s’amoncellent et les réserves de trésorerie s’épuisent. Et lorsqu’on lit les détails de ces paliers et de ces nouveaux tarifs, on est tout de suite rassuré.

Ainsi, le premier tarif, qui sera « 3 à 10% moins cher » que le tarif de base actuel, correspondra au volume de consommation de base de chaque ménage, minutieusement calculé par une cohorte de ronds-de-cuir dans des centaines de bureaux (chauffés à vos frais), en fonction de mesures et de grilles bureaucratiques choisies par décret. Budgétairement parlant, on en salive d’avance : le nombre de kilowattheures ou de mètres cubes sera défini selon trois critères: le nombre de personnes occupant le logement, la région parce que, comprenez-vous, on ne se chauffe pas de la même façon en montagne et à Cannes, et enfin le mode de chauffage. Bien évidemment, on tiendra aussi compte du revenu du foyer, de l’isolation de la maison, des impôts locaux ou que sais-je encore. On cherchera à savoir, avant de décider si la consommation est « de base » ou « de gaspillage », si la famille considérée est une électrice potentielle des barons locaux ou si, au contraire, on se trouve avec un nid de conspirationnistes un tantinet libres-penseurs, voire, abomination, des libéraux pur sucre qu’une bonne surfacturation fera réfléchir un peu.

Évidemment, devant telle certitude, certains naïfs s’écrieront que j’exagère : bien sûr que les fonctionnaires en charge de déterminer de quel tarif vous allez bénéficier seront impartiaux et d’une justesse d’airain. Bien sûr ! Ceux-là, soyez-en sûrs, seront heureux de payer la nouvelle facture une fois le système mis en place et le sourire crispé qu’on pourra voir sur leur visage dans quelques mois sera la marque indélébile que oui, ils payent effectivement ce qu’ils doivent payer.

Il apparaît très clairement, même aux débiles légers qui ont voté socialiste en y croyant plus d’une minute, que tout ce système va très vite se transformer en usine à gaz pré-victorienne, surtout qu’on apprend que les bonus-malus seront gérés par la CDC (oui, cette caisse des dépôts et consignations qui a été de tous les bons coups fumeux de l’État sur le demi-siècle écoulé). On sait déjà toute la finesse et la précision qu’on peut attendre d’un appareil d’état qui devra à la fois se mêler d’aller fouiller dans votre casier fiscal, dans le cadastre (pour l’implantation géographique) et les petits papiers des politiciens locaux, régionaux et nationaux pour tenir compte de tous les barèmes qui seront en vigueur pour votre « tarif ». On connaît le but officiel de tout cet énorme bousin : donner l’accès au tarif social de l’énergie à quatre millions de ménages, et éviter simplement de distribuer ce tarif social sans aucune vérification ahem. Et pour ça, nos amis socialoïdes avaient un besoin pressant d’usine à gaz.

On sait que les vérifications seront effectuées par sondage, de façon complètement pifométrique, avec la belle part de grosse louche qui sied à ce genre d’opérations. On sait aussi que les lois, nombreuses, qui s’agglutineront autour du projet initial essaieront de couvrir des cas particuliers toujours plus nombreux. On sait aussi que ce sera voué à un échec cuisant précisément parce que d’un côté, les élus et ceux qui rédigent les lois voudront pouvoir passer au travers des mailles d’un filet républicain un peu trop serré, et qu’ils laisseront donc de petits trous sympathiques pour bénéficier eux-mêmes du tarif social, et de l’autre, comme chacun voudra tirer son petit morceau de privilège sur cette nouvelle usine à gaz monstrueuse, créatrice d’une nouvelle brouettée d’inégalités, il n’y aura bientôt que les gens honnêtes à découvrir que chauffer leurs chambres à 18°C en hiver, c’est « Tarif De Gaspillage ». Les autres, d’une honnêteté adaptée aux temps modernes, sauront où aller pleurer pour bénéficier de l’autre tarif (pas de confort, le troisième).

Enfin, pour la bonne bouche, le projet en cours prévoit que l’interdiction des coupures de gaz, d’électricité et de chaleur en hiver sera « généralisée ». La France est un pays de cocagne où la moindre facture peut et doit immédiatement être répartie sur les 65 millions d’habitants, pardon les 36 millions de ménages imposables, pardon, les 26 millions d’imposés, pardon les 10 millions qui seront dans les bonnes tranches, pardon les 5 millions qui ont les moyens, … heu finalement non, ce sera toi, toi et toi qui paierez. Pas de doute : comme d’habitude, c’est bien la classe moyenne, celle-là même qui fait vivre l’État et permet, in fine, à la France d’enregistrer une (de plus en plus rare) croissance, qui va s’en prendre plein la figure ; les riches échappent aux impôts soit par la fuite, soit par l’optimisation fiscale, soit par le copinage permanent avec le pouvoir. Les pauvres y échappent par copinage électoral ou clientélisme. Reste le coeur de cible, les moyens, les ni vraiment pauvres, ni vraiment riches sur qui tous les autres vont passer, avec délectation.

Maintenant, quelques remarques s’imposent tout de même à l’honnête homme avant qu’il n’aille, le pas léger, à la tonte.

D’une part, on peut regretter le manque évident de courage du gouvernement.

Bien timoré fut-il lorsqu’il se contenta de proposer cette salvatrice progressivité seulement sur le gaz et l’électricité. Je pense (et tout le monde en conviendra aisément) qu’on doit pouvoir, avec exactement la même usine à gaz et moyennant l’introduction d’un petit paramètre ici, d’un petit taux différentiel ici ou là sur la quotité algébrique forfaitaire prévisible et autre intérêt de rattrapage pour indemnité à contribution sociale qui fait pouic, on doit pouvoir, dis-je, étendre le procédé sur le fuel et l’eau, non ?

Bingo ! C’est aussi prévu, un peu plus tard dans le débat parlementaire ! Magnifique, non ? Mais ne vous inquiétez pas : on sent qu’on n’est qu’à une foulée ou deux du tarif progressif de l’essence, puis de la nourriture et enfin des biens secondaires (alcool, clopes, et encadrement médical de qualitaÿ pour les salles de shoot). L’étape ultime sera atteinte lorsqu’on appliquera la progressivité au sexe tarifé. On imagine déjà, bonheur humide de tout socialiste qui sommeille en chaque parasite, devoir se munir d’un triplet de feuilles de paye avant d’aller faire le plein ou culbuter une escort. On voit déjà cette belle société où chaque personne trimballera avec elle, sur fichier électronique (ou sur une puce implantée dans le cou, encore mieux !) son dossier médical, son casier juridique, fiscal et écologique pour pouvoir faire un achat dont le prix sera calculé en fonction de tout un tas de paramètres obscurs.

big brotherD’autre part, tout ceci sent bon le big brother, non ?

On ne peut en effet s’empêcher de noter que cette brillante initiative va permettre, enfin, le grand rassemblement de toutes les données personnelles du cheptel français en une seule grosse base de données (peu ou prou) pour pouvoir, enfin, étalonner comme il faut chaque misérable petit individu, atome vibrant et parfois salement autonome de cette belle société solidaire. Plus personne ne sera à l’abri d’aucune société privée sous contrat d’état et en monopole de droit. Plus aucune donnée ne sera à l’abri d’être englobée dans les analyses et recoupements informatiques de l’hydre étatique.

Et ça, rien que ça, franchement, c’est du bonheur en barre, non ?

J'accepte les Bitcoins !

1GtrvaDEss427f14YdsxXVPvaNM9RPJJne

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires128

  1. Ernest

    1. « Introduisant donc dans la plus grande décontraction une inégalité flagrante entre les citoyens devant l’accès à une ressource »
    C’est bien l’inverse, il s’agit là de lutter contre une égalité d’accès existante. 1€ n’a pas la même valeur pour tous.

    2. Je ne sais plus quel canton suisse avait mis en place un système dont le but est le même mais qui est plus élégant: chaque kwh consommé est taxé ; plus tu consommes, plus tu raques. A la fin de l’année, la somme totale récoltée par cette taxe est redivisée en parts égales à l’ensemble des contributeurs… Soit t’es un petit consommateur et ta facture t’est presque entièrement remboursée, soit t’es un gros consommateur et ce que tu reçois n’est qu’une broutille en valeur relative.

    1. « 1€ n’a pas la même valeur pour tous. »
      Ah, tout le délicieux relativisme du socialisme douillet résumé en une tirade. Pour le canton suisse, j’ai l’impression qu’il devait être francophone, tiens…

      Bref : pas de remarque sur le fond, j’en déduis que je ne dois pas tomber trop loin.

    2. Pascale

      «  » »1€ n’a pas la même valeur pour tous. » » »
      Tiens, celle-là, je ne l’avais pas encore entendue comme argument prônant l’égalité !

      1. Sanksion

        Si pour toi, 1€ a une énorme valeur, on va t’en filer un et tu seras heureux.
        Si pour toi, 1 million d’€, ce n’est pas grand chose, on va t’en filer des trilliards et tu seras heureux.

        Logique comme ça ?

      2. Sansintérêt

        C’est sûr qu’avec cette réforme, 1 euro n’a PLUS la même valeur pour tous, il est là le scandale ! Les apprentis sorciers jouent avec l’économie du pays… sans rien y comprendre. Les partisans de la politique du pire en ont pour leur vote !

    3. Before

      Sans répondre sur la valeur relative de 1 euro, cela ne change absolument rien au constat de H16 : ce sont toujours les mêmes cons qui payent.

      J’attends avec impatience le jour où ces cons commenceront à rendre les coups. Pour de bon.

        1. Before

          Je m’inclus bien entendu dans ces cons là.
          Et c’est vrai que, pour l’instant, les seuls qui m’entendent râler sont mes amis et ma famille (je dois passer pour un radoteur aigri :D).
          Pour l’instant.

    4. Laurent

      « 1€ n’a pas la même valeur pour tous »
      1 kg n’a pas la même valeur pour tous
      1 métre n’a pas la même valeur pour tous
      1 seconde n’a pas la même valeur pour tous
      1 octet n’a pas la même valeur pour tous

      Voyez!! des conneries je peux aussi en débiter des lignes et des lignes…facile!

      1. fred972

        Je crois que certains ici n’ont pas lu Mises. Vous confondez valeur et mesure, la valeur est subjective donc selon l’individu et sa situation etc. peut être différente pour une mesure identique, donc dans ce cas précis il a raison : 1€ n’a pas la même valeur pour tout le monde. Le vrai problème est la rupture du principe d’égalité devant la loi, au mépris de… Ah ben à peu près tout! En tout cas, je crois bien qu’on peut parler de « racisme social » vu comme on discrimine de fait en fonction d’une soi-disant « classe sociale » où ranger l’individu con-sidéré! :-s

        1. eheime

          moi ce que je pige pas bien c’est que si on doit tout payer plus cher quand on est plus riche et inversement, ca revient à dire que qu’on paye tous pareil relativement pour avoir la meme chose. Dans ce cas, passons directement au communisme.

  2. Aristarque

    A ce rythme, il est effectivement probable que nous devrons bientôt nous promener avec une puce greffée quelque part contenant toutes les indications utiles, y compris la date de péremption prévue pour que l’on ne soit pas un fardeau à la belle société.

    La France sera alors devenue un gigantesque Auschwitz Birkenau ou Struthof. et les fonctionnaires des Kapö…

    Quel progrès pour LE pays des Droits de l’Homme… Toujours à la pointe dudit progrès!

  3. Théo31

    En plus de l’usine à gaz, ça sera un fort beau système de corruption comme le logement social, qui ira croissant à mesure que le pays s’appauvrira.

    Il devient urgent de se v=barrer de ce pays de cons.

    1. Deres

      Plus on introduira de tarif sociaux de ce type, plus la fraude sera rémunératrice. Celle-ci va donc exploser. Travailler au noir, ne pas se marier si son conjoint ne travaille pas, etc va donc devenir de plus en plus rémunérateur. les socialistes nous organise progressivement un système purement clientéliste où il est plus rentable d’optimiser sa position vis à vis du système que de produire de la richesse …

      En fait, leur objectif est bien une société communiste bien qu’il le cache derrière des usines à gaz. Faute de pouvoir interdire l’argent, il veule que celui-ci donne le même pouvoir d’achat à chaque français. Cette égalitarisme absolu est par essence la définition du communisme. Le pire, c’est que j’ai l’impression qu’il ne sont même pas capable de s’en rendre compte …

      1. Aristarque

        Nous sommes d’accord qu’une pareille usine à gaz révèle bien du communisme : il faudra moult armées de fonctionnaires supplémentaires pour créer puis entretenir les bases de données à utiliser…
        En système communiste, tout le monde a un travail même s’il n’a qu’une microscopique utilité (pour être charitable) mais les revenus et le rendement sont à la hauteur…

      2. Sansintérêt

        Deres : +1000, Atlas Shrugged version République Populaire Française !
        Le peuple n’ayant plus voix au chapitre, je ne compte plus que sur la concurrence entre États pour éviter le pire.

      3. eheime

        @ Deres

        Exactement.
        J’execre les socialistes car ils n’assument pas ce qu’ils sont. Les cocos se plantent, mais au moins ils sont honnetes intellectuellement. Ils n’exploitent pas les autres.

  4. Lib

    Je me rappelle il y a 30 ans, un ami de mon père avait prophétisé qu’un jour le prix du bifteck dépendrait de la feuille de paie.

    On y vient.

    1. Stéphane

      Bien sûr! Une fois le prix du gaz, de l’électricité et du bifteck ramenés au niveau du salaire*, le salaire ne servira plus à rien.

      Vous gagnez 2’000€? Tout coûte 20€. Vous gagnez 50’000€? Tout coûte 500€. En jouant non sur les salaires mais sur le prix de ce qu’ils permettent d’acheter, l’Etat parviendra enfin au socialisme réel – l’égalité de pouvoir d’achat entre le clodo et le millionnaire**, pour le plus grand bonheur de la France immanente, amen.

      *et de l’utilité sociale, cela va sans dire: je ne doute pas comme le dit H16 que nous verrons bien vite quelques castes privilégiées émerger – les politiciens et les agents d’EDF/GDF me viennent immédiatement à l’esprit – bénéficiant du tarif « doux » quelque soit leur consommation.

      **hors nomenklatura.

  5. Higgins

    « Plus l’État assume de tâches et est amené à manier de l’argent, plus les chances de corruption augmentent. » Albin CHALANDON

    Les socialistes sont désespérants. S’ils veulent de l’argent, qu’ils taxent la c….. Vu la quantité phénoménale qu’ils produisent, notre avenir est assuré.

    Au-delà de la plaisanterie facile, le futur que dessine cette engeance pour notre pays est proprement terrifiant. Comme tu le soulignes fort justement, on commence par l’énergie, pourquoi pas la nourriture, le sexe et le reste pour terminer. Rien ne pourra les retenir. Les fous sont réellement lâchés.

  6. infraniouzes

    Faut pas se faire de bile comme ça de si bon matin. Cette tarification servira tout simplement à nous faire avaler la formidable hausse du coût de l’énergie que les opérateurs, grassement payés, réclament à cors et à cris. (On a parlé de 30% ?) Et puis à ERDF-EDF-GDF on tien à conserver son train de vie d’émir, vacances à l’œil et avantage sociaux infinis etc.
    Donc on aura un minuscule forfait qui permettra tout juste de regarder sa TV, faire 1 ou 2 lessives par mois etc. Et passé ce forfait hop ! la grande tranche des « riches » qui sur-consomment. Alors mes amis surveillez vos comptes en banque. Quand à la dernière tranche, on atteindra des prix stratosphériques qui ne seront là que pour faire joli dans le paysage.
    Donc, passez muscade, l’énergie deviendra un luxe qui finira de mettre ce pays à genoux.
    PS: on n’a pas dit si le personnel de ERDF-EDF-GDF était concerné pas ce grand effort patriotique imaginé par le ci-devant François Brottes…

    1. Deres

      Le fait que justement on ne parle pas de cet avantage de client socialiste me semble très clair. Il n’ont pas l’intention d’y toucher ou alors juste en faisant semblant. Par exemple en appliquant les mêmes pourcentages sur un forfait micro-métrique …

      1. Laurent

        La nourriture aussi bien sur et puis les livres, les transports, l’éducation…tiens nous revoilà 300 ans en arrière dans ce doux pays ou les gens mourraient de faim et de maladie comme des mouches, passaient leur vie entière à besogné comme des boeufs dans leurs villages ne sachant ni lire ni écrire… le bonheur absolu quoi, j’en ai les larmes au yeux

  7. Jesrad

    Et moi, je peux taxer les parlementaires pour le GASPILLAGE monumental de temps et d’efforts qui seront passé à scruter le cadastre, les relevés fiscaux, les factures de gaz, etc. pour déterminer les seuils de tarif pour chacun ?

  8. Aurélien

    La logique selon laquelle un prix n’augmente plus lorsqu’il est progressif est absolument implacable.
    Tenez par exemple, les impôts, et bien… euh non, prenez plutôt les services d’accueil périscolaire de vos enfants, alors là vous… ah tiens non… euh… ah oui je sais, le prix des verres progressifs!… Hein?… Ah, on me dit que ce sont les verres qui sont progressifs…
    Oh et puis zut, puisqu’on vous dit que si on paie plus les prix n’augmentent pas, et qui si on baisse le prix pour les pauvres pour qu’ils puissent se chauffer ils consommeront moins!
    C’est écolo-économico-infaillible!

  9. Guillaume

    Une bonne manière de faire baisser le prix du gaz serait par exemple d’autoriser Gazprom à distribuer en france (le système actuel, séparant distribution production le bloque et oblige à passer par GDF…).

    1. Stéphane

      Une bonne manière de faire baisser le prix du gaz serait par exemple de libéraliser la production de gaz (genre gaz de schistes).

      Une bonne manière de faire baisser le prix du gaz serait par exemple de cesser d’indexer le prix du gaz sur celui du pétrole.

      Une bonne manière de faire baisser le prix du gaz serait par exemple de cesser de s’acharner dessus à coup de taxes.

      Ce ne sont pas les pistes qui manquent.

  10. Guillaume

    Sinon, c’est le même principe de la redevance sur les poubelles, qui à part dans certaines collectivités, à fait exploser les prix.

    Mais je pense que l’sine à gaz dont parle cet article finira par être enterrée…

  11. gem

    bah c’est logique, ce n’est que l’extension au secteur privé de ce qui existe déjà dans le secteur public. Où tu paye déjà proportionnellement à tes revenus, connus grâce à un flicage millimétré, un service qui est le même pour tous ; tu payes donc bien proportionnellement à tes revenus, ce qui est une forme de communisme apparemment plus facile à faire accepté que le revenu unique et indépendant de tout travail qui est leur idéal.

    Pourquoi se faire chier à nationaliser, quand on peut obtenir le même résultat à coup de réglementations ?

    Avant c’était techniquement difficile, maintenant il suffit d’une bonne carte d’identité-moyen de paiement unique obligatoire pour que chaque chose payée soit adaptée à ton statut social tel que défini par … ce qu’on veut ; l’inverse de ton revenu par exemple, mais aussi ton utilité sociale mesurée par ta place dans le parti.
    Pour faire simple une petite modulation en 4 niveau sera pratique :
    * gratuit
    * paiement symbolique
    * plus que plein pot
    * tu payes et tu n’a même pas accès au service, débrouille toi sans.
    Et vive la ferme des animaux !

    1. Sanksion

      « tu payes et tu n’a même pas accès au service, débrouille toi sans. »
      -> ça existe déjà pour pas mal de gens, genre les professions libérales. Pour le chômage, toussa.

  12. NEV

    Autant vous avez bien décrit le problème et l’usine à gaz nécéssaire à une application juste de ce système à l’énergie, autant pour l’eau ça ne me semble pas être une idée si mauvaise. Elle est appliquée depuis longtemps en Belgique et ça marche relativement bien…

    1. Charles

      L’eau en Belgique est facturée à la moitié du prix pour les 30 premiers m³, pour tout le monde, sans que les revenus, la composition du ménage, la consommation totale aient la moindre influence sur le prix. C’est donc nettement plus simple à mettre en place.

      Par contre, avez vous remarqué que le prix de l’eau a doublé en 10 ans? C’est parce qu’il y a une taxe qui représente plus de la moitié du prix maintenant.

  13. Pere Collateur

    Ah, je me demandais quand vous alliez en parler de ce bidule.

    Je ne sais pas pour vous, mais moi c’est surtout le coté hyper intrusif du bousin qui me terrifie.

    Ensuite, soyons terre à terre, quand j’ai lu un article sur le sujet, j’ai essayé de voir, techniquement, comment mettre en place tout ca.
    Et bien, c’est sacrément complexe, et je n’ai fait qu’effleurer les choses.
    Ma conclusion est que ca ne sera jamais mis en place, car il n’est pas possible, à un cout acceptable, de pondre les formules necessaires à ces calculs, car le nombre de variable est presque infini.

    Enfin, ca revient aussi à un systeme bonus/malus comme on en a vu dans l’automobile, cencé s’equilibrer tout ca.
    Or, on sait maintenant que ces machins ne s’équilibrent jamais et que c’est systématiquement déficitaire. Et pas qu’un peu.

    Ce qui nous donne un truc à la big brother, d’une complexité inhumaine, et d’un cout pharaonique.

    Il me semble que c’est programmé pour 2014. Je sais que c’est des socialistes, mais là, je ne pense pas qu’ils seront suffisament fou pour vraiment faire ca.
    C’est sucidaire. Probablement l’une des mesures les plus dangereuse depuis l’ISF et les 35 heures.
    Et en corollaire, si cela passe, ca pourrait faire suffisament de petits dans d’autres domaines et déboucher sur une economie administrée que même l’URSS n’aurait pas osé.

    C’est en cauchemard cette mandature!

    1. Pascale

      « C’est sucidaire. Probablement l’une des mesures les plus dangereuse depuis l’ISF et les 35 heures. »
      Pas si suicidaire que ça : l’ISF, les 35 heures et le PS sont toujours vivants. Bon, l’économie française c’est autre chose, bien sûr ….

    2. Higgins

      « C’est en cauchemard cette mandature! » Et ça ne fait que commencer. Ces gens là sont fous et dangereux.
      Exemple: http://www.contrepoints.org/2012/09/05/96251-la-morale-laique-le-formatage-citoyen ou bien http://www.contrepoints.org/2012/08/20/94486-pas-de-loyer-pas-de-remboursement-alors-un-impot

      Bastiat avait tout compris avant l’heure:  » Je vais plus loin encore. Lorsque la Spoliation est devenue le moyen d’existence d’une agglomération d’hommes unis entre eux par le lien social, ils se font bientôt une loi qui la sanctionne, une morale qui la glorifie.
      Il suffit de nommer quelques-unes des formes les plus tranchées de la Spoliation pour montrer quelle place elle occupe dans les transactions humaines.
      C’est d’abord la Guerre. — Chez les sauvages, le vainqueur tue le vaincu pour acquérir au gibier un droit, sinon incontestable, du moins incontesté.
      C’est ensuite l’Esclavage. — Quand l’homme comprend qu’il est possible de féconder la terre par le travail, il fait avec son frère ce partage: « À toi la fatigue, à moi le produit. »
      Vient la Théocratie. — « Selon ce que tu me donneras ou me refuseras de ce qui t’appartient, je t’ouvrirai la porte du ciel ou de l’enfer. »
      Enfin arrive le Monopole. — Son caractère distinctif est de laisser subsister la grande loi sociale: Service pour service, mais de faire intervenir la force dans le débat, et par suite, d’altérer la juste proportion entre le service reçu et le service rendu. »
      http://bastiat.org/fr/physiologie_de_la_spoliation.html

    3. Before

      « il n’est pas possible, à un cout acceptable, de pondre les formules necessaires à ces calculs, car le nombre de variable est presque infini »
      Bof, c’est pas ce genre de détails qui gênent les technocrates. Suffit que ça ait l’air de tenir la route, et vogue la galère.
      En fait il suffit de prévoir suffisamment de failles pour que les copains puissent être placés dans les bonnes cases.

    4. Sansintérêt

      « Ma conclusion est que ca ne sera jamais mis en place, car il n’est pas possible, à un cout acceptable, de pondre les formules necessaires à ces calculs, car le nombre de variable est presque infini. »
      C’est mal connaitre la rigueur, pourtant fameuse, du politicien socialiste ! Le nombre de variable est infini : aucun problème, il choisira celles qui l’arrangent. Les formules sont impossibles à définir : qu’à cela ne tienne, il inventera de nouvelles mathématiques. Le constructivisme est sans limite, sans loi, et c’est pour ça qu’il plait tant.

  14. Bof

    Tout cela est en effet consternant. Ce qui est triste avec les socialos, c’est qu’ils ne sont même pas surprenants. On s’attendait à ce genre d’usine à gaz, et bien on les a !

    Juste une question: j’imagine que cette merveille ne s’appliquera qu’à ceux utilisant les tarifs régulés du gaz et de l’électricité ? Ne reste-t-il pas comme échappatoire, pour les ignobles riches pas encore passés à l’ennemi, les tarifs « libres » des opérateurs privés ?

    1. Pascale

      Passer à un opérateur privé me tente de plus en plus, ne serait-ce que pour ne pas reverser 1% de ma facture au CE d’EDF, euh, pardon à la CGT.

      1. Deres

        En France, lors de création de concurrents aux ex-services publiques monopolistiques, les syndicats obtiennent généralement du gouvernement que les nouveaux entrants appliquent les mêmes accords de branches afin de ne pas être favorisés vis-à-vis de l’ancien monopole. Donc les concurrents privés doivent appliqués les mêmes taxes et donner les mêmes avantages à leurs salariés. CQFD

      2. Pandora

        Je suis passée à la concurrence.
        Mais il faut toujours passer par CRDF (je ne me rappelle plus l’acronyme pour le gestionnaire des réseaux) qui va bientôt remplacer nos compteurs (par des intelligents, paraît-il.
        Je ne suis pas certaine que ce soit une « vraie » concurrence, au sens saine du terme.

        1. Higgins

          « Je ne suis pas certaine que ce soit une « vraie » concurrence, au sens saine du terme. » Entièrement d’accord. Pour paraphraser Clémenceau, la concurrence à la française (qui souvent tient surtout du copinage) est à la concurrence ce que la musique militaire est à la musique (et encore, la musique militaire est susceptible de respect).

    2. Sanksion

      Ces opérateurs privés, qui compliquent la tâche de nos intègres régulateurs, et coûtent en surveillance et répression des fraudes à nos systèmes de justice, devraient être tout simplement interdits d’activité.

  15. ANT1

    Mais l’heureux proprietaire d’une renault electrique subventionnee va se manger du tarif gaspillage la?

    Je sens un effet de bord que les deputes vont devoir vite corriger! (soit en creant une niche, soit en appliquant le meme principe a l’essence au plus vite)

    1. Deres

      Pas de problème. Il faudra déclarer ses objets électriques un par un avec leur caractéristiques et factures pour que notre forfait soit adaptés à nos vrais besoins. Un congélateur, ok, si il est en classe A et si 0.5 m3 par personne dans le foyer. Un toaster, oui, si au maximum une tranche par habitant, est muni de son ramasse miette et d’un rhéaostat variable certifié NF. Un vibro-masseur, pas de problème, mais uniquement si pas de certificat de concubinage et sur ordonnance d’un sexologue avec photocopie de son diplôme de l’académie des sciences.

      1. Calvin

        Tu parles du vibro-masseur acheté en sex-shop, pas celui que le gouvernement français nous impose, avec diamètre progressif et redressement normatif ?

      2. eheime

        @ Deres
        Mais c’est exactement ça.
        Amusez à ourir un code général des impots un jour. C’est une experience unique tout a fait stupéfiante.Et quand on pense qu’ils sont 600 dans un hemicycle pour pondre ça … Deux attardés mentaux n’auraient pas fait pire.

  16. Pascale

    Et après cet égalitarisme forcené, tout le monde se demande pourquoi le niveau de vie des Français a baissé et va continuer à baisser. Les socialoïdes pleurent des larmes de crocodiles devant la captation des richesses par les méchants riches, mais ils ne voient pas qu’en lui-même le système égalitariste est pourri et que c’est ce système qui tire tout vers le bas.

  17. Flo

    « Pas de doute : comme d’habitude, c’est bien la classe moyenne…,
    … Reste le coeur de cible, les moyens, les ni vraiment pauvres, ni vraiment riches sur qui tous les autres vont passer, avec délectation. »

    C’est bien l’un des points communs les plus marquants avec l’ancienne équipe au pouvoir.
    Hollande ne fera pas davantage « payer les riches » que Sarkozy ne s’en est « pris aux pauvres ».
    En revanche belle identité de vue pour faire raquer les moyens.

    1. Calvin

      Précisons :
      Sarkozy prétendait épargner tout le monde, et ses détracteurs l’accusaient de s’en prendre aux pauvres ; résultat : la classe moyenne a trinqué.
      Hollande prétend épargner les pauvres et ses détracteurs l’accusent de s’en prendre aux riches ; résultat : la classe moyenne va trinquer.

  18. Calvin

    J’avais déjà parlé dans un commentaire sur ce blog de cette idiotie.
    Il y a tellement d’effets délétères induits :
    – une usine à gaz dont le coût propre va augmenter à chaque année et chaque version,
    – un effet de « reset », c’est à dire que lors de la mise en place, personne n’aura de référentiel et ne pourra expliquer une forte hausse (mauvais paramètre ? gros gaspillage ? …),
    – un flicage extrème puisque désormais la composition d’une habitation devra être justifiée,
    – la voie ouverte à des abus en tout genre.

    Liste non exhaustive.

  19. franck

    Tout ca c est pour lutter in fine contre notre societe individualiste..;-)
    Sympathiser avec son connard de voisin qui beneficiera du forfait super socual pour brancher une derivation electrique chez lui..etre sympa avec ses employes pour pouvoir payer ses clopes a 2 euros et pas 10… Une jolie societe de copains ou tout le monde s entraide…comprenez rien au socialisme ;-)

  20. RTP

    Le principe supra-intelligent derrière tout ça (si si), c’est qu’il s’agit d’obliger les gens à moins consommer.
    On sait que le gaspillage se fait notamment dans les édifices mal isolés. On cherche donc à obliger les gens à isoler mieux. Ah mais en fait ces maisons sont louées par des gens qui n’ont pas les moyens de plus. Du coup, on a fait remarqué au dit député à l’intelligence fleuri que le ménage pauvre ne pouvait rien à ce niveau puisque c’était le propriétaire qui devait isoler. Qu’à cela ne tienne ! La part de dépassement sera à mettre sur le dos du propriétaire. Et l’un des effets de bord qui arrivera naturellement sera bien évidemment le gaspillage de la part des locataires qui pourront chauffer toutes fenêtres ouvertes sans souci, le surplus retombant à la charge du propriétaire (qui, je le rappelle, ne pourra pas augmenter son loyer grâce en soit rendu à l’illuminée Cécile Duflot).

    C’est beau.
    J’en ai une larme à l’oeil.

    1. Calvin

      Tout à fait d’accord.

      Mais en précisant que le « principe » derrière tout cela est juste une caution morale.
      La vraie raison de ce tarif, c’est faire payer plus cher plus de gens.

  21. dbitatif

    Je constate que l’inculture économique crasse de nos dirigeants se traduit par des aberrations de ce genre, et encore je suis sympa de parler d’inculture.

    Vous dites qu’on va avoir l’usine à gaz, même sur le sexe tarifé, ben même pas car l’échappée du think tank Marocain CCME a décidé que nos grands timoniers allaient éradiquer la prostitution … Donc fini la gaudriole, mais pas d’usine à gaz (toujours positif …).

    L’électricité va me couter un bras, car je fais partie des méchants salopards qui égoïstement rafraichissent leur appart au détriment de la planète (non je ne combat pas le réchauffement climatique : il fait trop chaud :) ), donc je mérite clairement de bons coups de matraques énergiques !

    La suite logique ça sera l’eau …. Déjà que dans mon aimable copropriété l’eau froide est facturée 3€/m3, et l’eau chaude 6€/m3 j’ai des sueurs froides à l’idée de l’application de cette brillante mesure.

    Mais ce qui est le plus désolant et le plus balisant, c’est que au final peu de monde s’en offusque, même mieux certains trouvent cette idée tout à fait géniale …

    Le pays est autre que foutu.

    1. Aristarque

      Je ne sais pas où vous habitez mais à 3€/m3, l’eau y est à un prix d’ami. En IDF, hors Paris même où elle est moins chère, l’eau est aux alentours de 4,30€/m3…

      Le jour où ce type d’usine à gaz s’appliquera à l’eau, les syndics de copro n’ont pas fini de « rigoler » avec ce sujet.

  22. Laurent

    j’ai une autre idée! directement importé de l’ex allemagne de l’Est. A l’école les élèves était noté différemment suivant les ressources de leur parents. Plus ceux ci étaient « riches » (oui, il restait quelques inégalité dans ce doux pays) plus leur enfants devaient avoir des notes élevés pour obtenir leur diplômes… une idée à creuser pour la RDF…

    1. Le Gnome

      C’était des mous, dans la RDA. Dans les vrais pays socialistes de la bonne époque, les enfants de ci-devant nantis étaient interdits d’études supérieures.

    1. Batilus

      Non, quand il sera généralisé, vous n’aurez plus le droit de quitter votre travail et votre patron n’aura plus le droit de vous licencier.

  23. max

    Ca va être compliqué, quand les parents accueilleront leurs enfants et la marmaille pour les vacances, va falloir faire une déclaration de d’accueil temporaire, sinon la facture va être pendant les vacances.

  24. Robert Marchenoir

    Normalement, plus on achète d’une marchandise, plus le coût unitaire est faible. Là, les socialauds tentent d’imposer la logique inverse.

    Je suppose que c’est ce qu’on appelle « le politique qui doit commander à l’économie ».

    En fait, c’est pas compliqué : cherchez ce qui est le plus simple, le plus logique, le plus juste, le plus naturel, ce qui tombe sous le sens. Eh bien les socialauds vont faire exactement le contraire.

    Si cette idée était bonne, il faudrait l’appliquer aux entreprises. Après tout, elles consomment beaucoup plus que les particuliers, et elles ont beaucoup plus de moyens pour optimiser leur consommation.

    Les socialauds ne le font pas, pourquoi ? Parce que ce serait une immense connerie, ça casserait les pattes à l’économie française encore un peu plus, si c’est possible.

    Mais alors, pourquoi impose-t-on cette mesure aux particuliers ? Parce qu’on peut. Parce que ça se verra moins. Parce qu’ils ne peuvent pas protester.

    Franchement, il y a des jours où j’appelle le communisme de mes voeux : allez-y, lâchez-vous, proclamez la République communiste française, nationalisez-moi tout ça, mettez des soviets partout, au moins ce sera plus franc du collier, on saura à quoi s’en tenir, et puis aussi vous serez tenus d’assumer vos conneries, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

    1. Calvin

      Ah non, ne leur donnez pas cette idée d’appliquer ce tarif aux entreprises.
      Mon habitation hébergeant un local commercial, j’ai prévu que ce dernier me fournirait assez d’électricité pour rester dans les premières tranches !!

      1. Robert Marchenoir

        Hébé voilà. Une faille de plus pour la fraude : je l’attendais, celle-là.

        Imaginez aussi à quoi va pouvoir servir le futur compteur électrique « intelligent » couplé à un prix de l’électricité transformé en impôt, progressif et modulable à la gueule du client. Des heures et des heures de montage d’usines à gaz en perspective pour les plombiers fiscaux de Bercy, qui doivent en lâcher la purée dans leur calbard d’avance : jamais ils n’ont dû avoir autant de possibilités spoliatrices à leur portée !

        Un immense horizon de créativité fiscale s’ouvre à eux ! Ils imaginent d’avance le nombre, la couleur et le diamètre des tuyaux redistributifs qu’ils vont pouvoir brancher dans tous les coins ! Sans oublier de brancher les dérivations qui vont bien pour alimenter leurs « moyens », leur « pouvoir d’achat » et leurs zavantajakis !

  25. Homo-Orcus

    La solution est de louer une grand-mère veuve ne bénéficiant que d’une pension de réversion la plus faible possible. On la séquestre dans un cagibi d’une villa de 300 m² avec piscine chauffée et tout et on ne déclare qu’elle ; bingo on se partage le brouzouf. Chaque famille soviétique en avait une pour faire la queue à la pénurie.

  26. Nemrod

    Franchement, heureusement que je rigole de tout…pas avec tout le monde, certe.
    Ce pays est devenu désespérant; on ne fera pas l’économie d’un méchant coup de tabac.
    Moi je dirais qu’on en a pour 3 ans…grand maximum.
    Ou alors c’est la mort à petit feu genre langouste au court bouillon sur une génération…c’est pire.

    Tiens, j’ai reçu ma taxe foncière : je suis très content j’ai une nouvelle ligne : intercommunalité : surement une chargé d’étude de mes 2 ( plus surement des 2 d’un autre…) et une attaché de développement touristique à caser.
    Bon au final : + 8 % sur un an…elle est pas belle la vie ?

    Retour à mes fondamentaux dès ce soir :
    – retourner le jardin
    – un peu de fraîche d’avance
    – du combustible pour 6 mois
    – stocker du non perrissable…surtout du plomb, beaucoup de plomb.

    1. Aristarque

      Retourner le jardin ?
      Ce serait-y-pas pour y caser durablement, bien sûr, bientôt la chargée d’études et l’attachée de développement en vue dune baisse fiscale ? ;-)

    1. ludo44270

      il leur a fallut un rapport payé un fric fou pour apprendre ce que tout le monde pouvais savoir il y a 2 mois en achetant un journal à 2 euros.
      je suis consterné.

      1. Aristarque

        A deux euros, cela ne fait pas sérieux.
        A vingt mille euros, cela devient moyennement consistant.
        A deux cents mille euros (dont 15% aux bonnes oeuvres), c’est du béton indiscutable…

  27. Marco33

    Ce que j’aime avant tout, c’est ce  » Puisque les tarifs sont dans une logique d’augmentation,… »
    Déjà, rien que là, on voit que l’énergumène en question ne pipe que dalle en économie.
    C’est comme cette cécité énarchique qui ne voit que les hausses des ponctions étatiques comme solution, mais JAMAIS les baisses des dépenses.
    NB : je ne suis pas sympa avec les énarques, mais ils le valent bien.

    1. Célestin

      Cela fait plusieurs années que Rossi et ses acolytes annoncent la commercialisation imminente de ce miraculeux e-cat.
      A mon avis, on attendra encore longtemps. C’est aussi crédible que les « avions renifleurs » de joyeuse mémoire.

    2. Cela fait un petit moment que je suis Rossi et son e-Cat. Difficile de savoir s’il tient ou pas quelque chose… En tout cas, Siemens, c’est loin d’être des bras cassés, ce qui donne une certaine crédibilité à Rossi.

  28. Ieremenko

    Vers le salaire unique.

    Quelle sensation formidable de vivre un petit moment d’histoire qui nous mène vers ce grand rêve. Si nous avions encore nos amis de l’autre côté de l’Elbe, de l’autre côté du mur, on pourrait leur dire « tenez bon, nous arrivons ! »

  29. Robert Marchenoir

    Il y a plusieurs années, à l’occasion de la souscription d’un abonnement au gaz, longtemps avant que ce projet fou de fiscalisation du prix de l’énergie ne soit évoqué, la madame de GDF m’avait demandé, au téléphone, combien de personnes habitaient mon logement.

    J’ai failli lui demander : pourquoi ? ça change le prix du gaz ?

    Ne jamais sous-estimer la capacité de nuisance et l’imagination des socialauds.

    1. sam00

      Je confirme …

      Mais il faut savoir avoir de l’humour et user du sarcasme face à ces gents là.

      Quand Gaz de Bordeaux m’a demandé comment il était possible que la prévision de prélèvement qu’ils avaient fait (ancienne locataire frileuse, et surement adapte du bain chaud tout les soirs) pouvait être aussi éloignée de ma consommation actuelle, j’ai répondu simplement : mais madame, c’est très simple, je ne me lave pas!

      Étrangement, mon interlocutrice à raccroché immédiatement.

      sam

      ps: je précise, pour les idiots, que je prend une douche régulièrement, et pour être plus précis tous les jours.

  30. Robert Marchenoir

    Avez-vous déjà essayé de comprendre votre facture d’électricité ?

    Moi je l’ai fait. C’est une usine à gaz. C’est imbitable. Il y a des taxes sur des taxes sur des taxes. J’ai fait des tableaux Excel à perte de vue pour simplement comprendre combien coûtait l’électricité.

    Et ça avec une formule « ultra-simple », pas de tarif heures creuses, ni aucune fantaisie de ce genre.

    Les factures futures seront tout simplement incompréhensibles. Personne ne pourra prévoir ce qu’il aura à payer. Personne ne pourra comparer sa facture à celle de son voisin. L’Etat pourra s’en donner à coeur joie pour faire ses tripatouillages en toute discrétion.

  31. Alex6

    Pour le coup, ca n’est pas une specificite locale. On se coltine des tarifs fixes par tranches de kWh en Australie aussi. Une fois la limite atteinte, le prix augmente de 50%.
    Comme le chauffage est 100% electrique et les baraques tres mal isolees, heureusement que l’hivers ne dure qu’un mois…!
    Bon au moins la facture est relativement facile a comprendre et en gerant bien c’est pas si terrible mais je me demande bien quel guignol a pondu les niveaux de seuil, dans le but de reduire la production de co2 bien entendu…
    Ne pas oublier qu’il y a une dimension ecologique derriere aussi, visant a limiter la consommation d’energie.
    Il est meme probable que ca soit la raison principale de cet encadrement des tarifs.

    1. Aloux

      Oui mais justement, ce qu’il veulent faire en France c’est pas du tout la même chose. Le système australien est peut-être con, mais d’une part il maintient l’égalité de tous devant la ressource, d’autre part il ne nécessite pas un recoupage monstrueux d’informations diverses et intimes sur les clients pour fonctionner, avec moult possibilités de fraude et de corruption.

      Quand Hollande est arrivé au pouvoir, je m’étais dit que ce serait l’immobilisme total, qu’on continuerait à aller dans le mur mais à peu près à la même vitesse. Bref inutile, mais aussi relativement inoffensif. Mais depuis le blocage des loyers et maintenant cette mesure, j’ai réalisé qu’en fait, Hollande au pouvoir, on allume les gyrophares et on écrase le champignon : ca va vraiment pas être triste quand on va rencontrer le mur. Le seul point positif c’est qu’à ce rythme ça risque d’aller beaucoup plus vite que ce que tout le monde pensait ici.

  32. Aristarque

    Après réflexion et comme le suggère un des participants, il est tout à fait possible que toute cette agitation avec création d’une usine à gaz, soit en fait destinée à éviter que le bon peuple se rende compte des explosions de prix des énergies à venir.

    Triple action :
    un barême rendu incompréhensible par de multiples tranches avec des tas de paramètres personnels rendront l’appréhension du prix au m3 ou au KWH très difficile.
    les comparaisons avec amis, voisins, relations seront quasiment impossibles à faire sérieusement.
    les socialistes se mettront à couvert de l’impopularité en excipant leur tarification sociale qui ne s’appliquera très vite, soyons en certains,(une année maximum pour l’endormissement) qu’aux toutes premières unités de consommation pour monter très vite au palier normal, lequel se rétrécira vite aussi.

    Tout ne sera qu’une question de sémantique ensuite.

    N’oublions pas le mythe des charges sociales patronales (celles qu’on peut augmenter à tout va, soi-disant parce qu’elles ne sont pas à charge du pauvre salarié mais qu’il retrouve bien dans sa consommation en tant que client) qui perdure toujours en France…

    1. Célestin

      (…) « à éviter que le bon peuple se rende compte des explosions de prix des énergies à venir ». Sauf qu’aux Etats-Unis, grâce au gaz de schistes, le prix du gaz est en chute libre. Il paraîtrait aussi que la Chine en a pour deux siècles de consommation. La France en aurait d’immenses réserves mais on ne peut pas les exploiter sous de fallacieux prétextes de pollution (Comme si les activistes verts américains laissaient tout passer aux E-U !).
      De ceci, on tire la conclusion que l’on veut.

    2. Calvin

      Vi, c’est ce que j’appelais l’effet « reset », on interdit tout référentiel de comparaison avec la consommation passée, sous prétexte de bons sentiments.
      En tout cas, l’annonce du tarif progressif aura coïncidé à deux jours près à la demande de GDF pour augmenter les prix de … 7%.
      Comme quoi, il n’y a pas de fumée sans feu, ce qui pour le gaz, est assez dangereux.

  33. scottsdale

    L’appauvrissement du peuple, il est aussi la conséquence des rumeurs colportées sur internet et largement relayées ici.
    Tous ceux qui se sont rués au 4 eme trimestre 2011 sur les pièces en or en prenant pour argent comptant des « conseils avisés » et qui aujourd’hui se retrouvent niqués avec une perte à la revente (en raison des commissions des intermédiaires et de l’impot de 8% que ne compense pas une hausse très faible des cours).
    Eux ils savent à qui s’en prendre de s’etre fait niquer.
    L’or qui monte et l’immobilier qui s’ecroule, un discours à n’ecouter que d’une oreille très distraite.

    1. Ceux qui ont acheté de l’or pour le revendre tout de suite après ne sont franchement pas malins. Au fait, ceux qui ont acheté de l’immobilier en 1990 à Paris, ils ont dû aussi apprécier la culbute.
      Et ceux qui ont acheté de l’or en 2000, vous n’en parlez pas… C’est dommage. Bref : les remarques de cet acabit en disent bien plus long sur ceux qui les profèrent que toute autre chose.

Laisser une réponse

(obligatoire)
(facultatif)