Discrimination, MRAP et autres niaiseries : on ne peut pas être sérieux tous les jours

Bon, aujourd’hui, c’est dimanche et on va y aller mollo pour l’analyse des courants d’air humide qui traversent actuellement la tête des politiciens français. Et pour commencer, je vous propose de vous détendre un peu en allant vous fusiller quelques neurones sur un énième site gouvernemental. Et celui-là, c’est du lourd.

Avant d’aller plus loin, je tiens cependant à bien différencier ce site des quelques uns que j’ai chroniqués jusqu’à présent, et, récemment, celui du SGLURP pardon du SGMAP ou, plus anciennement, France.fr, le site qui ne recule devant aucune dépense pour justifier de son existence. En effet, dans ces différents cas, on aura assez vite compris qu’il s’agissait de sites prétextes destinés avant tout à caser des petits copains, à faire fleurir l’une ou l’autre agence web de concubin ou d’une relation amicale.

En effet, les sites gouvernementaux sont de trois natures différentes possibles :
a/ les sites qui contiennent réellement des informations, à l’ergonomie généralement catastrophique, à la mise à jour aléatoire, et qui contiennent effectivement tous les CERFAs dont on peut avoir besoin, mais si vicieusement planqués qu’ils sont quasi-impossibles à trouver sans passer par un moteur de recherche externe, celui fourni en interne étant une parodie humoristique de moteur ou une liste à la Prévert.
b/ les sites d’apparat, destinés à faire tourner la boutique d’un copain (à la sauce faisons-simplet, France.fr et compagnie). Ceux-là n’ont, en réalité, aucune espèce d’objet ou d’intérêt, si ce n’est d’amuser la galerie.
c/ les sites qui veulent absolument apporter quelque chose au citoyen qui n’a rien demandé. Dans celui-là, on retrouve celui de la HADOPI. Et on trouve celui du Défenseur des Droits (si, si, ce machin existe).

Demaerd Bisounoursland Security - Division Gros CalinsEt là, mes petits amis, c’est un festival, parce qu’à côté d’une mission relativement bien définie qui consiste à aider les citoyens qui en font la demande à faire valoir leurs pléthores de droits divers et variés, le Défenseur des Droits semble s’être fermement mis d’accord avec lui-même pour reformater le citoyen dans un sens plus câlin à grand coup de petites vidéos flash dont la niaiserie est si agressivement dégoulinante qu’elle mérite d’être mieux connue.

Bien camouflé dans le sabir douillet et habituel des bureaucrates en mal de justification, le nid de Câlinosaurus Rex se trouve ici, dans les « Actions de Sensibilisation et de Formation » ; l’idée est de présenter quelques thèmes sympathiques de lutte contre les vilaines discriminations, les méchants stéréotypes et les abominables inégalités de la vie quotidienne en trois grande catégorie : dans la vie courante, dans l’éducation et au sein des entreprises.

Ce sont des modules de e-learning : le cobaye citoyen cliquouille sur différents objets et apprend plein d’idées révolutionnaires sur pourquoi on ne peut pas virer une femme enceinte, comment c’est trop du stéréotype de dire qu’un type habillé en costard travaille probablement dans la banque, la finance, ou l’informatique, et pourquoi il faut s’ouvrir aux élèves qui font partie d’une Famille Itinérante, par exemple et sans limitation (l’imagination est aux commandes, les lolcats ont pris le pouvoir, go !)

chaton mignon contre les discriminations

Certains, parmi vous, ont cliqué sur l’un des liens dont je viens de truffer la phrase précédente. C’était méchant, je vous l’accorde, j’aurais dû prévenir, mais parfois, il faut jouer la surprise. Et cela permet de constater, en prise directe, ce qui est fait effectivement avec nos sous pour Défendre Les Droits Du Citoyen, ce qui a été proposé pour Former Le Citoyen. Et il eut été dommage de passer à côté de ces modules d’elearning manifestement destinés à des hydrocéphales baveux de 3 à 5 ans.

Comment ne pas goûter à la joie primesautière de la découverte d’HarmonieVille, dans laquelle un gros ballon bleu nous explique ce qu’est un gros vilain stéréotype et de la discrimination qui tache en prenant le citoyen moyen pour un demeuré technobranchouille (ce qui n’est pas un stéréotype, hein) ? Je vous encourage à jeter un œil (consterné) à ce module pour le plaisir inénarrable d’écouter le « Ouhlala, on nage en plein stéréotypes » et recevoir une médaille « Ami de l’Égalité » qui fera, j’en suis sûr, s’embrumer votre œil (consterné).

Comment ne pas tressaillir d’horreur de joie à la découverte des différents chapitres sur l’éducation, et la vision caramel (i.e. très sucrée, molle et collante) des jeunes modernes retranscrite dans ces réalisations en provenance directe d’un univers parallèle où les chatons et les licornes se font des papouilles en roulant dans l’herbe ?

Comment ne pas ressentir cette profonde gêne allégresse, provoquée tant par les graphismes acidulés, les jingles musicaux tintinnabulants et les slogans ciselés dans une mièvrerie ruisselante, lorsqu’on se tape même quelques secondes du module consacré aux entreprises et qui aurait dû s’adresser au départ à des employeurs probablement adultes et avec un QI normal et qui réussirait le pari de mettre en exaspération des enfants de huit ans ? (Rassurez-vous, aucun enfant de huit ans ne verra jamais ces modules qui, s’il n’y avait pas un petit billet comme le mien de temps en temps pour se moquer, seraient déjà totalement oubliés de tout internet.)

On rigole, on s’amuse, mais s’il faut convenir qu’on ne peut pas être sérieux tous les jours, force est de constater que ces modules, malgré toute l’affolante débilité qu’ils concentrent en une quintessence de festivisme écocitoyen multiculturel turbo-intégré, finissent par avoir un impact non négligeable dans la vie de tous les jours. Ils sont la représentation la plus brute, la plus dépouillée, la plus mièvre et puérile de la tendance générale de la société française à s’enfoncer tous les jours un peu plus dans la bouillie idéologique qui sert de fil conducteur aux étatistes pour asseoir leur domination intellectuelle.

Grâce aux karchers de bons sentiments ouverts à plein régime, nos élites sont en train de violemment décaper ce qui pouvait rester d’esprit critique chez les Français, à commencer, bien sûr, par les intérimaires et autres stagiaires qui nous gouvernent. Ainsi, on n’est pas surpris de trouver le MRAP ou SOS Racisme au premier rang des frétillantes associations d’abrutis toujours prêtes à partir à l’assaut des discriminations fantasmées et autres « dérapages » verbaux plus ou moins hallucinés qu’ils se trouvent en fond de commerce.

Le dernier cas en date est plus que cocasse à ce titre : Valls ayant eu l’idée médiatique d’émettre un vague avis au sujet des Roms, le MRAP, choqué qu’un ministre de la République puisse avoir ainsi une opinion, a jugé nécessaire de l’attaquer.

ligue des chatons mignons action

Enquiquiné, le premier secrétaire du Parti Officiellement Socialiste et anciennement président de SOS Racisme, un arrière-train nommé Désir, se retrouve dans la délicate position d’essayer de calmer le jeu, chose ô combien inhabituelle pour un semi-habile comme lui. À n’en pas douter, cette situation conflictuelle va encore durer un moment entre ces différents défenseurs du mou et de l’absence d’avis contre une réalité qui a bien du mal à cesser d’exister même si ces gens ont définitivement arrêté d’y croire.

Désir de référendumEt à l’aune de cette micro-affaire aussi pathétique que ridicule dans laquelle des socialistes de différents bords se mordillent les baskets en roulant dans l’herbe fraîche de la désinvolture pendant que la crise continue de s’aggraver, on voit que les petits modules à la con du Défenseur des Droits n’ont en réalité rien de fortuit mais participent bien de ce mouvement d’ensemble qui consiste à interdire aux gens d’émettre un avis en passant dès que possible par la case tribunal.

Bien sûr, mieux vaut en rire qu’en pleurer mais au final, la conclusion qui s’impose restera la même : ce pays est foutu.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires171

      1. LeRus

        Voilà pourquoi j’ai tremblotte depuis quelques minutes! Contrepoints aide à tenir le coup, mais ça fait un peu méthadone.

        Vaudrait mieux pas qu’un chaton se pointe dans mon entourage… :/

  1. Anne

    Comme l’écrivait Philippe Muray, « ce qu’il y a de beau avec les tyrannies convaincues d’œuvrer pour le bien commun, c’est qu’elles ne s’arrêtent jamais puisqu’elles ont leur conscience pour elles » ! … même si leur conscience c’est un gros ballon bleu ! Tout fait l’affaire.

  2. jyb

    Oh mon dieu! J’ai regardé les machinticiels. Ils nous prennent vraiment pour des demeurés. L’idée, c’est de faire régresser le citoyen au stade anal?

  3. ODE

    Bonjour.
    Il est marrant ce site harmonieville, j’ai coupé le son et j’ai fait le premier test, avec deux personnes dans le métro qui imaginent ce que font les gens avec qui ils voyagent.
    Alors c’est vraiment le délire à l’état pur. L’idée est probablement de faire en sorte que, devant la réalité, par exemple les groupes de Noirs qui écoutent du rap et emmerdent le monde, on se force absolument à extraire cette « idée qui pue » et qui n’est qu’un sale « préjugé » de notre esprit pour se dire, absolument, que ce jeune et bel éphèbe brun de peau doit probablement écouter du Mozart, et que c’est nous qui entendons mal. Ou qu’on a des sales goûts.
    C’est étonnant de voir à quel point va la lutte contre la raison: c’est parfaitement normal d’avoir des préjugés et des post-jugés, tout ça n’est que l’exercice de la raison, et une manière de reconnaître ceux qui nous ressemblent. Il n’y a rien de mal à cela. Mais en fait, les préjugés ne sont bons que quand on préjuge sur le gars bien habillé qui travaille dans la banque (et habite probablement le XVIe). Lui, après un déraillement du train, on peut lui piquer son ordinateur au lieu de le maintenir en vie. Par contre, penser que les Noirs écoutent du rap, tut tut.
    Bah, le bon sens n’est pas perdu… J’ai habité Courbevoie où il y a un lycée public. A 90% il n’y a que des étrangers: toutes les mamans avec qui j’en ai parlé m’ont dit la même chose: on a beau se forcer à se dire que ces jeunes hommes dont on n’a pas le droit de se dire qu’ils sont franchement vulgaires, écoutent du Mozart et lisent Kant et Kierkegaard, malgré tout, on fait tout pour que notre petite fille blanche et bien élevée ne finisse pas là-dedans.
    La plus marrante, c’est la jeune femme dont on imagine qu’elle n’a pas de poste à responsabilité et dont on apprend qu’elle est maire: finalement, on avait raison, elle n’a pas de poste à responsabilité.

  4. Pignouf

    Amusant le ballon bleu donne une médaille de la gentillesse même lorsqu’on se trompe au test.
    Que cherche-t-on à faire avec ce genre de chose si ce n’est du lavage de cerveau face à la réalité ?
    Comment font-ils pour nier les évidences et prohiber par la loi le fait de les remarquer ?
    Exemple : « mon fils s’est fait tabasser par un étranger à l’école » deviens « une rixe malheureuse entre mon fils et une personne issue de la diversité culturelle et sociale »

    Quand j’étais plus jeune j’ai toujours associé le socialisme à une sorte de vivre ensemble harmonieux parce que :
    1) je n’ai jamais vécu de socialisme jusque maintenant
    2) Tous mes profs étaient gauchistes

    Je désillusionne de jour en jour …

  5. Celes

    Tu as oublié un type de site :
    d / Un site incroyablement bien fait, clair, bien programmé, contenant moult informations, irréprochable sur tout point de vue.
    Il n’y en a qu’un seul : celui qui sert à tirer ton pognon.
    http://www.impots.gouv.fr/

Les commentaires sont fermés.