Contrôle URSSAF ! Rendez-vous, vous êtes cernés ! Pan ! Pan !

Le décor pourrait être celui d’un Flunch. Oui, c’est ça : imaginez un Flunch, avec ses plantes décoratives en plastique, ses tables en formica, ses chaises en formica, ses plateaux repas en formica et ses caissières en formica pleine forme qui enregistrent les achats de clients blasés. Le repas est fini, quelques consommateurs ramènent le plateau sur le tapis roulant destiné à les amener à la cuisine. À ce moment, deux colosses tombent sur le gérant du restaurant, le plaquent au sol en hurlant « URSSAF, rendez-vous ! »

L’analyse post-mortem montrera que le salaud de gérant, malencontreusement mort d’une crise cardiaque à la suite de cette descente impromptue, n’avait que ce qu’il méritait : outre un taux de cholestérol bien trop élevé, ce capitaliste assoiffé du travail des autres utilisait subrepticement ses clients pour du travail dissimulé. En effet, en ne rémunérant personne pour que les plateaux soient correctement ramenés sur le tapis roulant de la cuisine, ce patron parasite tentait à l’évidence de s’affranchir des saines règles salariales de France que le monde nous envie ; en ne payant pas un serveur pour faire ce travail, il dissimulait le travail de ses propres clients.

Une honte.

oh filocheBon, ok, c’est une histoire inventée et vous aurez compris que j’exagheuu ah tiens non en fait, je n’exagère même pas : on découvre, stupéfait que la réalité dépasse encore l’affliction, que la mésaventure cocasse de ce méchant gérant de Flunch est une simple variation sur un fait, bien réel celui-là, qui se déroule en Bretagne : en juin 2012, une gérante du bar « Mamm Kounifl » de Locmiquélic, près de Lorient dans le Morbihan, a subi un contrôle URSSAF plutôt musclé. Vers minuit trente, alors qu’il est de tradition pour les clients, lorsque le bar est bondé comme ce soir-là, de rapporter leurs verres un fois les consommations terminées, une cliente profite de son trajet vers les toilettes pour déposer quelques verres sur le comptoir. Ni une, ni deux, une femme se lève et colle sa carte tricolore sous le nez de la patronne pendant que son mari se fait plaquer par un homme pour … un contrôle URSSAF.

Soyons honnête : pour une fois, il ne s’agit pas de l’un de ces faits divers tristement sanglants qui relaterait ensuite comment les clients de l’établissement, mis en joue par une faune interlope déjà chargée en substances psychotropes, se sont fait dépouiller avant que le chien de la patronne se fasse tuer, son canari violer et sa voiture voler pour assurer aux malfaiteurs une fuite plus rapide. Ouf. Après tout, ce n’était que des inspecteurs URSSAF, ces gens assoiffés de justice, d’égalité et pétris d’humanisme vibrant dans leurs yeux globuleux de têtards subventionnés ; on pouvait s’attendre, donc, à un dénouement heureux parsemé de petits bisous et de câlins logiques après une malencontreuse méprise.

oooh filocheIl n’en fut rien : les inspecteurs, emportés dans leur implacable désir de justice et malgré la stupeur des clients du bar, expliquent alors qu’ils considèrent que les clients se comportent comme des serveurs. Les contestations de la gérante ne feront – évidemment – qu’aggraver son cas : on est en France, république citoyenne, certes, festive, bien sûr, mais surtout populaire et attachée à rappeler aux patrons et autres employeurs que l’entreprise privée n’y est que tolérée, socialisme oblige. Dès lors, foin d’excuses bidons et de convivialité supposée dans ce geste des clients, il y aura poursuites. Non mais.

Et poursuite il y eut : dans le mois, un courrier en recommandé leur enjoint de payer une amende de 7.900€ pour travail dissimulé, avec saisine du procureur de la République. En novembre, la brigade de gendarmerie de Port-Louis leur signifie leur placement en garde à vue pour travail illicite ; flanquons les aubergistes au trou, cela leur apprendra à être un peu trop conviviaux, non mais.

Citoyenne et Festive, depuis 1789

Las. L’URSSAF, pas du tout aidé par un parquet à cheval sur les principes, ne pourra pas se payer le couple infernal : le rapport, comportant des anomalies, transforme la garde à vue en simple audition, qui aboutira à un classement sans suite de l’affaire en novembre 2012. Heureusement, l’Organisme Égalitaire de Ponction Sociale à Coups de Bâton ne se laissera pas si facilement impressionner par quelque procureur tatillon et poursuit donc sa procédure au civil en réclamant, après pénalités, 9.000€ à la gérante.

À ce point du récit, j’entends déjà quelques idiots inutiles trolls socialoïdes lecteurs très naïfs m’objecter qu’en réalité, il semble évident que les inspecteurs de l’URSSAF n’auraient jamais tenté une telle procédure sans avoir de solides preuves qu’une affaire louche se déroulait dans ce bar ; ainsi, rien n’interdit d’imaginer qu’une « cliente » était en réalité une serveuse travaillant au noir et rapportait les verres régulièrement, pour toute la salle. Étonnamment, un tel cas de figure est assez facile à prouver (présence de la « cliente » de façon régulière dans l’établissement, jusqu’à l’heure de fermeture ou dès son ouverture, pas de table attitrée, ne consomme rien, etc…). Le classement sans suite par le parquet laisse alors entrevoir une collusion entre la justice et les gérants de bar, hypothèse tout à fait crédible qui place immédiatement la Bretagne dans les terres de révoltes et de complots ourdis contre la République.

wtf filoche

Plus sérieusement, ceux qui connaissent les méthodes de l’URSSAF ne sont ici absolument pas étonnés de cette histoire rocambolesque où des citoyens innocents se retrouvent poursuivis pour des faits imaginaires par l’une des pires engeances (avec les inspecteurs des impôts et les douaniers) que la société doive supporter. Ce cas ridicule est en réalité parfaitement symptomatique de tout ce qui va de travers dans ce pauvre pays : deux petits kapos de Prisunic, tout imbus des pouvoirs qui leurs sont octroyés pour ruiner leurs concitoyens, n’avaient absolument aucun contrôle plus judicieux à faire, aucune mafia (avec un peu plus de répondants qu’une gérante de bar) à pourchasser, ou un syndicaliste à rappeler à ses devoirs d’employeur modèle (voire tout un syndicat, allons-y gaiement) et seront donc tombés à bras raccourcis sur une proie facile pour boucler leurs quotas d’affaires.

Et puis, quelle bonne idée de saboter un commerce qui fonctionne ! La France, de toute façon, a trop de travail et quelques chômeurs permettront de rappeler à tous ce qu’est la joie d’avoir si facilement un travail, une entreprise qui fonctionne et permet de payer les impôts, les taxes et les cotisations qu’on demande par brouettées entières parce que nos inspecteurs le valent bien ! Bref, il faut le dire : cette intervention musclée s’impose dans ce pays qui prend décidément trop de liberté avec le travail.

URSSafMais on peut aller plus loin : on le comprend, les URSSAF ont fort à faire pour redresser les torts dans ce pays, et on sent nettement que leur force de frappe s’étiole à mesure que le mal s’étend et ronge la société. Mais il n’est pas dit que les fiers citoyens du Bisounoursland laisseront faire. C’est pourquoi je vous propose de participer vous aussi à la dénonciation de ces abominables déviances et du travail dissimulé par lequel les saines cotisations et les bonnes charges sociales ne sont pas perçues, amenant tous les jours le pays plus près du précipice de l’enfer turbolibéral des gens qui contractent entre eux sans utiliser la Sécu, sans passer par les syndicats, et ne s’en portent pas plus mal, tout en grignotant des chatons mignons et des bébés communistes.

Vous aussi, utilisez le cerfa ci-joint pour dénoncer, à votre tour, tout travail dissimulé dont vous auriez connaissance. C’est plus qu’utile, c’est nécessaire pour redresser ce pays. Que dis-je, nécessaire ! C’est vital ! Il en va de la République du Bisounoursland et de la bonne santé de tous nos fiers Inspecteurs du Travail sans lesquels la France pourrait fournir du travail à tous ceux qui le demandent pardon je veux dire s’enfoncerait dans le chaos désordonné de la catallaxie.

Lecteurs, lectrices, à vos plumes !

cerfa travail dissimulé

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires215

    1. Black Mamba

      Et Oui! Tout à fait d’accord et la prochaine fois, je vais prendre le cerfa de dénonciation travail dissimulé , et je vais m’insurger contre toutes ces stations d’essence où n’existent plus de pompiste pour nous servir .

    1. Morovaille

      Ouais, on creuse vraiment à la foreuse là… on descend tellement bas que j’ai pensé à une blague de H16 au début ^^

      (J’aime bien le « cocher si identique »)

      1. AlainCo (@alain_co)

        le plus a vomir c’est qu’ils ont vraiment essayé de faire payer les gens…

        et c’est la gendarmeri qui a stoppé le délire…

        ils veule quoi qu’on mette son bonnet ropuge et qu’on aille planter leur tête sur une pique comme en 1789 ?

        j’y croirais même pas tellement c’est gros, si je n’avais pas vu pire…

        méchant, et même pas intelligent…
        kappo de supermarché.

        1. Morovaille

          Bon idée pour les piques… En fait, je sais que ce n’est pas bien (hihi), mais à la place d’un client, j’aurais entraîné la salle à leur péter la gueule… et j’aurais donné l’exemple en premier. On peut toujours chercher les coupables ensuite, si personne n’a rien vu…

        2. Higgins

          A supposer que l’infraction soit avérée, dans un pays de droit, le constat de l’infraction aurait été transmis à la Justice et cette dernière aurait organisé, dans un délai raisonnable permettant aux accusés de préparer leur défense (disons un mois), une confrontation pour comparer les dires des uns et des autres. A l’issue, supposons l’infraction confirmée, une condamnation légitime aurait alors été prise, condamnation susceptible d’appel évidemment, etc… Personne, convaincu que les droits élémentaires et que le contradictoire auraient été respectés, n’y trouverait rien à redire (idem en cas de décision contraire).
          Je précise, dans un pays de droit, pas, hélas, en France. L’Etat y veille (et tant pis pour les naïfs qui croient encore au père Noël).

          1. v

            Ce n’est pas parce que le droit est respecté qu’ils peuvent ou doivent em.ennuyer tous le monde par leur interprétation pointilleuse du droit.
            De plus,un état de droit peut parfaitement s’accommoder de la dictature, il suffit de faire les lois adéquates et de posséder une police répressive

            1. Aristarque

              L’ URSS possédait tous les codes de lois nécessaires et était parfaitement déclarable comme Etat de droit. Une loi des suspects, pour être inique et dévoyée n’ en est pas moins une loi qui permet officiellement de dire qu’il n’y a pas d’arbitraire dans les jugements. Ce que montre bien Alexandre S. dans l’ Archipel du Goulag où chaque condamné recevait un jugement de condamnation en bonne et due forme légale avec des juges etc… Et l’ ensemble des délits répertoriés était si exhaustif qu’il était en fait impossible d’ y échapper. On pouvait être condamné sur des « intentions » que le comportement de l’ accusé avait permis de « discerner ». Et d’ envoyer au goulag pour cinq ans minimum minimorum des babouchkas de septante ans pour complot d’ atteinte à la sûreté de l’ état en ayant dit qu’ elles en avaient assez de faire la queue pendant des heures pour du ravitaillement étique au paradis des travailleurs où le lait et le miel étaient censés couler d’ abondance… 🙁

      2. white Panda

        +1 pour « cocher si identique » : c’est le comble de la schizophrénie…et du masochisme, pour les suites de cette dénonciation.

    1. Skavon

      le sénateur EELV de l’Essonne, qui dit ne pas être «un homme de chiffres» et «pas très bon avec les papiers», n’avait «plus entendu parler de cette histoire avant ce matin».

      A noter pour la ressortir lors d’un contrôle URSSAF ou des impôts !

      1. GG

        Le fait de pouvoir comme cela, négligemment laisser dans un coin 18k€ (DIX-HUIT MILLE euros b…. !) de pvs montre encore à quel point cette ordure est complètement déconnecté du bon peuple…

      2. Grosben

        «un homme de chiffres» et «pas très bon avec les papiers»

        Et wiki qui nous dit: »Après des études d’économie industrielle et de droit bancaire, il commence sa carrière professionnelle comme auditeur financier. »
        ROFL

        1. fang shuo

          Ah oui, tout de même. Non pas que les auditeurs soient tous des lumières, mais là il nous prend vraiment pour des buses. On n’en finit décidément jamais de comprendre le cynisme, l’incroyable fourberie de ces gens.

          Hier matin, deux courtes vidéos, réalisées au même (sinistre) endroit par des journalistes différents mais avec le même succès ont suffit à me flinguer complètement le moral:

          http://www.youtube.com/watch?v=YpyybLSSTCk
          http://www.youtube.com/watch?v=evfsyn-MLR4

          On ne peut évidemment souhaiter une chose pareille, et pourtant ça m’étonnerait bien qu’il n’y ait pas un jour quelqu’un pour aller poser une bombe.

        2. Guillaume_rc

          Et au Sénat, il est » Membre de la commission des Finances, il est désigné comme rapporteur spécial du budget de la sécurité (police-gendarmerie). Il est l’orateur du groupe pour les dossiers budgétaires, financiers et fiscaux ».

          Décidément pas un homme de chiffres.

      3. LM

        Placé a déjà prouvé qu’il n’était pas un homme de chiffre (comme Bartolone avec les emprunts de sa ville ?) avec les affaires de la Cedis, l’organisme de formation des Verts qui permet de détourner tranquilou l’argent plublic.

        1. gameover

          Il avait deja ete epingle pour avoir utilisé une indemnité pour financer l’achat de sa permanence. Il semble que ce soit assez courant pour les politiques. La ou a pose probleme, c’est que quand ils la revendent, ca revient dans leur poche privée.

          A la journaliste qui lui faisait remarquer que 75,000 Euros c’est quand meme une somme, il avait repondu… « oui, pour vous »

        2. LECOMTE René

          Merci LM de votre information sur la Cedis. Que c’est beau cette formation à destination des élus ! Et de plus surement financée par les quelques 35 M€ des dépenses de formation, objet d’un accord récent entre les partenaires sociaux. Moi qui croyais bêtement que ces fonds étaient destinés au strict usage de ceux qui en ont besoin (salariés, chômeurs,…)

    2. Aristarque

      En fait, il compte sur son immunité de parlementaire et s’en sert à donf… D’ ici à ce qu’ on nous fasse pour ses PV, le coup du prêt de l’ Humanité… Cela gagne tellement peu, un parlementaire grançais… 😐

  1. Nyamba

    Oh, jouer la tentation à ce point, M. Hash ? Quand grand nombre de vos lecteurs sont aussi de prompts rabatteurs d’articles et autres fonds documentaires croustifondants, que vous n’hésitez pas à utiliser sans vergogne dans vos billets ?

    Vous n’avez, décidément, aucune limite ! Dès que j’ai 5 minutes, je vous le colle, ce cerfa !

  2. jeff

    Va commencer à falloir pendre ces fonctionnaires, histoire qu’ils comprennent…. on va revenir à de bonnes vieilles méthodes qui ont fait leur preuve !

    1. royaumont

      personnellement, j’ai une préférence pour la tête plantée au bout d’une pique.
      C’est plus dans nos traditions et c’est un rien plus festif !

    2. LeRus

      Cela me rappelle une histoire dans les années 80. Un ami de mes parents, officiant dans une boutique de fleurs à Paris était littéralement harcelé par une inspectrice du fisc. Ce type est honnête.

      Ça a duré plusieurs semaines jusqu’au jour où, à bout de nerfs, il ferma le rideau de sa boutique avec l’inspectrice dedans. Il l’accrocha par le colbac et lui dit très sérieusement de déguerpir sans faire d’histoire. Or else…

      Acte très risqué… mais qui a porté ses fruits! La pétroleuse a disparu et son contrôle fiscal était terminé.

      J’oulbie de dire que le gentil fleuriste mesure presque 1,90m avec des mains grandes comme mon avant-bras. :mrgreen:

      1. zerotein

        Ca va se faire tout seul. L’Etat va faire faillite c’est inévitable, donc autant te préparer dès à présent car le shutdown et le méga-plan-social qui suivront toucheront plus de 5 millions de fonctionnaires (y compris ceux de l’Urssaf, du Minefi et de PoleEmploi)

        1. vengeusemasquée

          J’en ai bien conscience. Je m’emploie énergiquement à quitter cette maison de fous où il est littéralement impossible de travailler. J’envoie des CV très régulièrement et ne parvient même plus à décrocher des entretiens. Je crains malheureusement que la simple vue du statut fonctionnaire ne suffise à créer chez le recruteur un réflexe pavlovien de dépôt du dossier dans la corbeille (la possibilité d’un geste énergique, peut-être même rageur, de la main ne m’échappe point) car il aura supputé la productivité associée au profil.
          C’est extrêmement triste mais on ne peut le lui reprocher, considérant les capacités du personnel qui m’entoure.
          Je vraiment que le seul salut réside dans l’exil.

  3. Higgins

    Je pense que tu trouveras facilement un gif pour illustrer ce billet (et les autres): http://lamourdufisc.com/
    Je serai surpris que le tribunal suive ces amoureux de l’entreprise. Et puis, quelle abnégation. Etre fonctionnaire et travailler encore à minuit trente. Total respect. Je suis quasiment certain qu’ils n’ont même pas récupérer ce dépassement du temps de travail réglementaire (d’ailleurs, j’avais cru comprendre que le travail de nuit était interdit sauf dérogation). Ils mériteraient d’être décorés.

    1. Honorbrachios

      L’urssaf est un cas à part dans L’HadMinisTraaaation Fraonçaise, ils travaillent à minuit certains jours : par exemple, moi je me suis pris 10% pour retard pour avoir mis dans leurs boite à lettre mon chèque vers 1 heure du mat en sortie de soirée alors que la limite était le 31 à minuit…

      1. Higgins

        Vous pouvez défendre votre cas. L’article précise minuit trente. L’URSAFF travaille donc à cette heure indue (d’ailleurs, les consommations que les agents ont du prendre leur ont-elles été remboursées? L’alcool leur était-il permis?). Ça se plaide.

  4. Cocovovi

    J’ai entendu ça chez Bourdin en début de matinée, au volant de mon véhicule. Ils ont même fait parler un gars de l’URSAFF. J’en revenais pas. De plus, le ton de sa voix me rappelait celui de mon inspecteur DREAL : une horreur pour mes oreilles de chaton innocent (hum). Tiens, je vais envoyer le formulaire « Détérioration de l’ouïe par excès d’audition de c******** en tout genres et de voix trop aigue » à la Secu (utilisable également pour certains chanteurs de variétés française). Non mais.

  5. Zendog

    Et si mon chien me ramène le journal tous les matins, c’est du travail dissimulé ??
    Je crois que finalement l’URSS c’était moins pire ;-(

    1. Aristarque

      On vous taxera sur la consommation annuelle de pâtée, de croquettes et de collier antipuces… qui constitue le salaire de cet animal puisque vous mettez ainsi au chômage, un porteur de journaux à domicile…

    2. channy

      Les personnes Rsistes qui touchent le rsa viennent faire les poubelles du supermarché ou je bosse, c’est du travail au noir, ils sont payés pour chercher du boulot pas pour essayer de survivre…
      Les roms c’est pire, eux ils viennent avec leurs gosses= exploitation forcée de mineurs

        1. Black Mamba

          Au fait c’est une tradition ancestrale, et on trouve ce model un peu partout dans le monde : on élève ses enfants , on les nourrit, on les éduque, on leur fournit les moyens pour qu’ils deviennent indépendant en espérant qu’un jour au moment où on est plus capable de travailler dû à notre grand âge et bien qu’ils s’occupentde nous jusqu’à notre mort .

            1. gameover

              Les Tea Parties sont un assemblage heteroclite 😉 de gens « contre » et d’anti-taxes. Tout cela fait un assemblage coherent pour contester mais pas pour gouverner amha.

  6. Mario

    Ce n’est que justice (immanente) que ce gérant de tripot soit mort dans la juste intervention de ces preux chevaliers. Car, non content de faire l’ économie d’un martyr du travail devant accomplir une tâche aussi noble que de s’ incliner devant la Clientèle pour en retirer de sa vue (aux risques des miasmes des reliefs d’ une nourriture de qualité incertaine les emplissant) des assiettes en faïence ainsi débarrassées, il grugeait aussi Bercy de sa juste ponction sur le prix encaissé de cette exploitation rendue inexistante par une base de TVA inférieure à ce qu’ elle aurait dû être…

  7. royaumont

    En voyant les commentaires hier, j’avais parié pour un billet là-dessus aujourd’hui. Bingo !
    Ca me rappelle le billet sur les animateurs de loto-bingo, ou sur les taquineries de l’URSAFF à l’encontre de la société au je travaille pour les subvenstions cantine (on imagine les sommes colossales que représentent la fraude !) ou le remboursement des frais de transport.
    Les portes-flingues, pardon, les agents de l’URSAFF sont les dragons de la Socialie (vous savez, ces soldats chargés au XVIIIème siècle de terroriser les sujets indociles). Reste à savoir ce qui les motivent :
    – la pure bêtise
    – ils espèrent réellement gratter de l’argent
    – c’est juste pour terrorisé ce cochon de contribuable

    1. LeRus

      Pour moi, il y a dans ces histoires une perversion de l apart de ces agents du fisc/urssaf qui me fait tout simplement penser à la Gestapo ou à l’Inquisition.

      Et ce n’est pas une provocation, je le pense sincèrement. Il faut aimer voir souffrir les gens pour participer à ce type d’actions.

      1. Hugeus

        Oui. Et pour l’avoir vécu (inspection du travail dans mon cas), je vous assure avoir admiré à quel point ce genre de personne est capable de mobiliser l’entièreté de ses maigres ressources intellectuelles au service de la perversion qui l’anime.

  8. Mario

    Dans une bijouterie, ces inspecteurs n’ auraient probablement pas osé! Imaginez un gérant un peu nerveux à la détente, pensant avoir affaire à un gentil détrousseur de petit chemin….

  9. NOURATIN

    J’aime bien « cocher si identique » mais je suggèrerais de laisser au dénonciateur la possibilité de rester anonyme. Dans ce pays la délation repose volontiers sur la discrétion, la liquidation d’un gêneur constituant la plupart du temps une satisfaction primordiale pour le généreux délateur.
    Notre histoire, en tout cas, le démontre amplement.

      1. channy

        signez votre lettre « un bon français » cela devrait suffire.au besoin faite une copie et adressez la à la « commandanture » pour prouver que vous êtes un citoyen »responsable »

  10. Aristarque

    Les Urssaf sont suffisamment malhonnêtes pour exiger que le calcul de leurs cotisations, quand vous êtes indépendant, porte sur votre revenu déclaré, augmenté des autres cotisations sociales obligatoires comme la maladie, la retraite complémentaire, etc… en profitant d’une ambigüité des textes… Et comme me l’a avoué cyniquement une représentante Urssaf avant audience du Tass :
    pour un qui conteste, il y en a neuf qui paient sans rien dire,
    pour dix qui contestent, un arrive à sauver son dossier et les autres en prennent plein les dents
    quand on n’ y arrivera plus ou avec trop de difficulté, on obtiendra ce qu’il il faut comme textes du gvt… 🙁

      1. Aristarque

        Ce n’est pas une erreur mais une interprétation »hardie » de leur part qui passe très souvent avec la complicité des TASS qui sont acquis aux thèses des prébendiers sociaux aussi fort qu’ ils puissent y arriver dans la légalité des textes. Disons que chez eux, le doute bénéficie à l’ accusation…. 😐

    1. Menfin

      Lorsque je me suis mise à mon compte l’URSSAF m’a demandé trop d’avance. Ils me devaient (ça remonte loin) environ 1000 FF (pas euros, francs). Je les ai réclamés et j’ai eu comme réponse : on ne peut pas rembourser parce qu’on a changé les codes informatiques et archivé votre dossier. Une mauvaise foi pareille ça ne s’invente pas. Je les ai menacés par lettre recommandée (si si j’ai osé) de déposer mes prochaines cotisations à la caisse des dépôts sous mandat d’huissier. Devinez quoi ? Ils ont retrouvé mon dossier et m’ont envoyé un chèque le lendemain.

  11. Philippe

    Travail dissimulé n°2: Nous remplissons des formulaires administratifs pour le compte de l’administration. Quand je pense au temps passé … nous avons une mine d’or en matière de redressement.

  12. GG

    Je vous invite fortement à revoir la vidéo de Filoche au Grand Journal en septembre dernier (c’était je crois au sujet de la taxe à 75%).

    En évoquant les « patrons » et les nouvelles taxes auxquelles ils devront faire face, le type arbore un sourire reptilien et un rictus absolument glaçants. Il les pendrait sans jugement au croc de boucher s’il le pouvait…

    1. Paroxystique

      Désolé je ne peux pas regarder ni entendre Filoche, je suis sujet à allergies et surconsommation de sacs à Vomi… Le présent billet est une torture avec pas moins de trois images du sac à provisions….

        1. Duff

          haha je me la repasse de temps pour rigoler, ce type est complètement timbré et passe son temps à poster des messages communistes sur twitter au lieu de bosser au parlement. En attendant je me marre en voyant Plénel et Merdiapart contrôlé par le fisc un an après avoir osé « révéler » l’affaire Cahuzac…

          Ce qu’est bon, c’est que même entre socialistes, il n’y a aucune solidarité!

            1. hussardbleu

              Cette exécution offre l’immense avantage de réduire à néant l’imputation de népotisme que l’on accole généralement à ce régime !

              Ce qui n’est pas sans toucher chez moi un point sensible, me rappelant cette remarque de mon beau-père, affirmant son affection pour Benito à raison de sa manière de traiter un gendre….

    2. hussardbleu

      Regardez le lien que j’ai placé ce matin sur les « guillotinés de la Révolution » après le billet d’hier de notre bon H16… vous lirez les motifs… bien instructifs… des sanguinaires comme ceux de l’époque, on en a encore plein : un Filoche en fait d’évidence partie… en cas de troubles sérieux, ce sera un garçon à surveiller de près…

      A propos dudit Filoche, « figure charismatique » (sic) de l’Inspection du Travail, comme dit un journaliste (re sic), il se mijote une réforme de l’Inspection du Travail, par laquelle les 1500 « contrôleurs » (catégorie B) deviendront « inspecteurs » (catégorie A) : on fait décidément dans la réduction des dépenses de l’Etat.

      Mais le plus rigolo, c’est l’extension prévues de leurs pouvoirs :

      quote/ La Tribune

      « Les inspecteurs du travail pourront prononcer des sanctions financières à effet immédiat

      « A propos des pouvoirs dont vont disposer à l’avenir les inspecteurs du travail, il n’est pas certain que les entreprises apprécient la réforme qui fera l’objet d’un projet de loi examiné au premier trimestre 2014. C’est d’ailleurs dans ce même texte que sera glissée la future réforme de la formation professionnelle.

      « De fait, les inspecteurs bénéficieront à compter de l’année prochaine d’un pouvoir renforcé en matière de sanction en cas de comportement délinquant.
      « A l’heure actuelle, les inspecteurs qui constatent des infractions ne peuvent que recourir à la voie pénale. Un processus long. Du coup, selon des données du ministères du travail, environ la moitié des procédures sont classées sans suite et celles qui aboutissent requièrent en moyenne deux ans.

      « A l’avenir, le ministère souhaite donc que les agents puissent aussi imposer des sanctions financières qui auraient le mérite d’être immédiatement applicables. Il est également prévu de pouvoir recourir au dispositif de  » l’ordonnance pénale » (procédure sans audience avec un juge unique qui rend la décision au lieu d’un collège formé par trois juges) pour accélérer les procédures. »

      unquote/

      Mais comment donc ! comme il n’y manifestement pas assez de juges au Syndicat de la Magistrature pour assommer le « contrevenant présumé coupable » et que 50% (!) des poursuites sont classées sans suite, on va donner un gros gourdin aux flingueurs de l’IT… Ce sera plus rapide, évidemment !

      Mais on notera avec intérêt que si 50% des affaires étaient classées, c’est que les « infractions » relevées étaient infondées ! et que l’on aura donc emm…. jusqu’à la gauche (pas fortuit) des employeurs dont l’innocence a été reconnue par les Tribunaux…

      Dès lors, pour éviter ces « erreurs judiciaires », on va faire en sorte que l’IT soit flic, juge et bourreau en un seul homme !!!

      J’évitais de parler de soviétisme à propos de la fRance, jusque là, mais à ce point, je ne vois plus comment le contourner.

      1. Higgins

        Oui. Nous ne sommes pas dans un état de droit (cf mon commentaire plus haut).
        Sinon, le SM, c’est un quart de la magistrature et quoique tu puisses en penser, même eux déplorent la situation actuelle de l’institution, volontairement entretenue, qui permet au pouvoir de mener toutes les réformes qu’il souhaite, même les plus attentatoires aux libertés fondamentales. C’est ça, la magie du socialisme.

        1. hussardbleu

          J’attends encore de rencontrer un adhérent du SM avec qui je puisse avoir une conversation qui ne débouche pas sur « mais, Maître, je ne voudrais pas être obligé(e) de rapporter vos propos à votre Ordre »…

          Et leurs propres propos chafouins (j’adore ce « chafouin » et ne saurais trop remercier Hache de l’avoir remis à la mode) selon lesquels ils (elles) regretteraient la situation de l’Institution ne peuvent cacher leurs voeux de voir évoluer la chose vers davantage de répression des mal-pensants….

          Autant dire que je n’adhère absolument pas à leurs prétentions avancées selon lesquelles, lorsqu’ils (elles) siègent, leurs a priori politiques disparaissent comme par magie, et qu’ils jugent exclusivement comme autant de nobles Solon….

          1. Higgins

            Navré mais non. Des tarés, il y en a hélas partout et puis il y a les autres, tous les autres. Le SM n’est pas du tout ma tasse de thé mais, je le répète, l’action d’un magistrat ne se fait pas à partir de ces a priori politiques. J’ai un bon camarade, ouvertement de droite, qui en est adhérent. J’imagine qu’il estime que ce syndicat défend mieux ses intérêts que l’USM ou FO Magistrat. Personnellement, j’en doute mais c’est son choix. Pas sûr d’ailleurs qu’il y soit resté depuis l’affaire du mur. Je serai juge des enfants, un poste où on est en permanence confronté à l’innommable et à l’indicible, je serai certainement tenté par une approche plus sociale de ce travail mais dans les autres cas, non mis à part les 2,5% de la répartition statistique. En matière du code du travail, un de mes amis, juriste confirmé, m’a confirmé que ce dernier était d’une extraction bien plus idéologique que juridique. Ceci explique peut être cela.
            NB: on n’appelle pas un magistrat « Maître », simplement monsieur ou madame le juge.

            1. hussardbleu

              « NB: on n’appelle pas un magistrat « Maître », simplement monsieur ou madame le juge »….

              Non, sans blaaaague ! comme disait Grock… Mon cher Higgins, tu devrais relire ma phrase….

            2. hussardbleu

              Que non point ! réfléchissez un brin tous les deux : existe-t-il un Ordre de la Magistrature ? c’est en fait la réponse qui m’a été faite, à moi, en une occasion où je m’étais un peu échauffé…

            3. Aristarque

              Pfuuuuuu Werther!
              Ce qui s’énonce clairement se conçoit aisément, qu’ ils disaient en d’ autres siècles… Donc, ma chère moitié qui fait désormais partie, à son grand dam et corps défendant, de l’ ordre des MK, créé tout spécialement pour fournir qq fromage à de joyeux inutiles, pourra exiger que Maîtresse soit son titre dans nos relations…. Faut que je trouve un biais pour qu’ elle ne te lise pas…

      2. Peste et coryza

        Histoire d’avoir un point godwin…

        A la fin du 3eme reich, les services de police se sont arrogés des compétences judiciaires. Ils devenaient donc flics, juges, avocats, procureurs, et bourreaux.

        Cette évolution est généralement constatée pour tous les régimes en perdition.
        Si l’état français en vient là, c’est que les caisses sont plus que vides.

  13. Sabrauclair

    Et quand ces chers petits parasites d’URSSAF (ou autres) passent leur temps sur le trottoir à fumer leur clope et boire leur café en prétextant une énième pause, je m’interroge sur le point de savoir s’il ne s’agirait pas en fait de l’activité dissimulée de tapinage.

    Je me suis toujours dit qu’un jour je m’arrêterai devant un groupe de parasites femelles et leur demanderai: c’est combien? 🙂

  14. Skavon

    A défaut de dénoncer du travail dissimulé, je veux bien dénoncer l’URSSAF pour incompétence notoire.

    J’ai commis il y a 2 ans la très grave erreur de vouloir travailler plus pour gagner plus, et je me suis déclaré auto-entrepreneur pour pouvoir travailler en plus de mon emploi salarié.

    J’ai donc fait ma demande de création, et fait une demande d’ACCRE (exonération partiels des charges les 3ères années vu que j’avais -25ans).

    Je recoit mon SIRET, mais pas de nouvelles de l’URSSAF sur l’ACCRE. Arrive le moment ou je doit remplir ma déclaration trimestrielle. Comme l’URSSAF ne répond pas à mes relances, je fini par faire ma déclaration et payer plein pot les cotisations.

    Je fini par recevoir enfin ma confirmation d’ACCRE. je rappelle l’URSSAF et leur demande ce que je dois faire vu que j’aurai du payer moins. Ils me disent alors que le trop percu sera déductible de mes prochaines déclaration.

    Arrive la déclaration suivante. Sur le portail les taux réduits sont bien appliqués, mais aucun montant à déduire d’indiqué. Je déduit donc la somme en question et je contacte l’URSSAF : aucune réponse.

    3 mois plus tard, courrier AR de l’URSSAF : mise en demeure pour le non paiement de cotisations (+ pénalités de retards) me réclamant…le trop perçu que j’avais déduit !

    Je recontacte donc l’URSSAF leur expliquant toute l’affaire, qui cette fois-çi ô miracle me répond et me dit que mon dossier est régularisé.

    2ème histoire. J’ai commis une 2ème faute grave : j’ai déménagé pour avoir plus grand. J’ai donc du faire déménager la domiciliation de mon auto-entreprise. Je remplis le formulaire, envoie tout ça et hop.

    Mais je ne recoit jamais mon nouveau numéro (le n° d’établissement change à chaque adresse différente)….Je contacte l’URSSAF à ce sujet pas de réponse.

    Vient le moment ou je dois remplir ma déclaration trimestrielle. Impossible de remplir quoi que ce soit sur leur portail : l’ancien établissement ne me permet plus de faire de déclaration car ma demande de déménagement a été prise en compte par l’URSSAF. Je relance l’URSSAF pour signaler le problème. Ils m’indique qu’ils vont regarder et me recontacteront d’ici 15 jours. 15 jours passent…pas de réponse. Je relance…pas de réponce.

    1 mois après : courrier de relance à l’amiable pour non déclaration. Je contacte de nouveau l’URSSAF, leur explique pour la n-ème fois la situation, leur dit quel est mon chiffre. Ils régularisent mon dossier à la main. Mais toujours pas d’explication pour la demande de déménagement.

    Je prends alors mon courage à deux mains, et j’appelle (sans les mains) l’INSEE. Après tout ce magnifique outil administratif, roi des chiffres et des lettres, doit bien savoir quel est mon nouveau numéro. La personne au bout du fil (fort gentille et compétente d’ailleurs) regarde mon dossier et m’explique (tada !!) que l’INSEE n’a jamais reçu de la part de l’URSSAF ma teledeclaration de changement de domiciliation !

    Je suis bon pour recontacter l’URSSAF qui finissent par me conseiller de recommencer la déclaration de déménagement. Cette fois-ci la demande a bien été prise en compte et j’ai enfin mon nouveau numéro.

    Je vous laisse faire le calcul des emails, courriers et appels que ces 2 affaires ont couté de tous les cotés…

      1. Skavon

        Quand ils vous réclame de l’argent c’est très clair, les justifications par contre…

        J’ai aussi une magnifique histoire avec la CAF. Ils me réclamaient de l’argent, mais au final non. La réponse que j’ai eu « bug informatique ». J’attends de recevoir le courrier écrit à ce sujet, je ferrait passer à H16, c’est assez absurde 🙂

    1. LeRus

      Vous cherchez les problèmes aussi, vous le reconnaissez: vouloir gagner de l’argent en France, agrandir son business, et payer ses impôts! Malheureux.

      Deux exemples à suivre:
      – Les distributeurs de produits stimulants dans les halls d’immeubles ne passent pas des heures à régulariser leur situation avec l’URSSAF, ils ont mieux à faire.
      – Les Roms qui envoient leurs enfants détrousser les passagers du métro parisien sans jamais avoir le plaisir d’avoir une visite des inspecteurs de l’URSSAF pour travail dissimulé. Étonnant, non?

        1. hussardbleu

          La prise de conscience de son état peccamineux‎, que ce soit en matière politique ou religieuse, est le premier pas vers la Rédemption, mon fils !

    2. Sabrauclair

      L’incompétence de l’URSS-AF est proverbiale.

      Pour ma part, j’avais changé de département il y a quelques années.

      L’URSSAf m’avait expliqué que pour des raisons techniques ils ne pouvaient pas transférer mon dossier dans mon nouveau département et que je devais continuer de payer chez eux.

      Ce que je fis.

      Oui mais voilà: l’URSS-AF de mon nouveau département s’est également manifestée en m’indiquant que « non, monsieur, vous ne devez pas payer là-bas, mais ici! ».

      Bref: on me demandait de payer une même somme dans deux endroits à la fois…

      C’est fabuleux comme on peut rendre les gens dingues aussi facilement…

      J’ai dû me déplacer, noter le nom de mon interlocuteur et exiger sa ligne directe pour m’assurer ensuite que mon cas se réglait effectivement (indispensable, si vous ne voulez pas raconter 20 fois votre histoire à 20 interlocuteurs différents).

      1. Skavon

        Effectivement, c’est une bonne idée !

        Avoir un nom et un numéro, et en cas de problème emmerder systématiquement la même personne jusqu’à résolution du dossier.

        Je note 🙂

  15. Le Gnôme

    Un bistrot ouvert à minuit et demi avec plein de monde dedans, ç’est forcément un samedi soir, et là, un dimanche matin. Donc je déduis que si les autorisations d’ouverture le dimanche sont chichement mesurées, l’Urssaf en bénéficie, alors qu’elle n’est d’aucune utilité pour la collectivité.

    Mais que fait la CGT, il y a là une atteinte intolérable aux droit des travailleurs à avoir une vie de famille le dimanche.

    1. petit-chat

      La CGT, et autres parasites ayant un sigle différent, ne « défendent » que le privé victime des patrons.
      Si l’employeur est Les-tas, c’est un bon patron puisqu’il arrose d’argent gratuit les syndicats (plébéiens et Medefistes).
      Il n’y a donc pas de contradiction entre emprisonner un aubergiste et laisser les mafieux exploiter en dehors des horaires.

  16. sa0000

    Ce qui serait bien, ce serait d’avoir l’identité des inspecteurs impliqués. Sans planter leurs têtes au bout d’une pique, déjà leur cracher dessus à chaque occasion (exprès ou pas, hein) les remettrait un peu à leur place. Bon, ok, au moins les regarder ostensiblement avec mépris quand ils vont acheter leur baguette et faire des réflexions désobligeantes d’un air pincé.
    J’imagine que ces gens là gardent leur identité très secrète, un peu comme tous les malfrats ? Ou est-ce qu’on peut quand même trouver de qui il s’agit ? Ce serait bien d’avoir une liste de ces gens méprisables (et surtout intouchables) avec leur fait d’armes sur un petit site en .ru.
    En fait, comme ils ne courrent aucun risque pour leur vilenie, au moins on pourrait leur en faire honte dans la vie de tous les jours.
    Je sais pas, c’est naïf sans doute.. lorsqu’on n’a pas de morale, est ce que la pression sociale peut agir ?

  17. Skavon

    Je vous la fait de tête, mais j’ai une autre histoire quand j’étais encore étudiant qui vaut son pesant de cacahuètes.

    A la fin de mes études, j’ai eu l’idée idiote de vouloir travailler en même temps. j’ai donc été embauché en CDI à temps partiels au lieu de bêtement dépendre des aides sociales de l’état (oui je sais les syndicats étudiants vont m’en vouloir de ne pas avoir réclamé plus d’aides).

    Lors de ma ré-inscription je n’avais pas mon contrat de travail. J’ai donc du payer la sécurité sociale étudiante. Une fois fois mon contrat de travail en main, je me suis donc inscrit au régime général et j’ai demande à l’URSSAF le remboursement de ma cotisation sécu étudiante. Et là l’affaire s’est gâté.

    1/ Je contacte l’URSSAF pour leur demander quelle est la procédure. Ils me renvoient un formulaire à remplir, faire signer par l’université. Sur ce formulaire est indiquée la liste exhaustive des documents à fournir.

    2/ Je remplis le document, fournis tous les papiers et envoie tout ça au service des inscriptions de ma fac. Je ruse en leur mettant dedans l’enveloppe de retour directement adressée à l’URSSAF.

    3/ 1 mois après, sans nouvelle, je contacte le service de ma fac pour savoir s’ils ont bien traité le dossier. La personne m’explique alors au téléphone que 2 services se font actuellement la guerre pour savoir qui doit traiter ce genre de dossier et qu’ils se renvoient donc la balle. Elle me dit qu’elle se souvient avoir vu mon dossier et que comme tout était déjà déjà pré-rempli et qu’elle n’avait qu’un coup de tampon à donner elle l’a fait. Je le remercie de de sa grande bonté.

    4/ Je contacte l’URSSAF pour le suivi de ma demande. Pas de réponse.

    5/ 4 mois et demi après, je reçois un courrier de l’URSSAF qui me réclame un document supplémentaire (rappelez-vous, le formulaire de l’URSSAF indique la liste exhaustive des documents à fournir). Ils me demande un certificat de radiation de ma mutuelle étudiante.

    6/ je contacte ma mutuelle étudiante (SMEREP pour ne pas la nommer) et je leur demande le certificat. La personne au téléphone (oui j’ai réussi à avoir la SMEREP au téléphone, ne me demandez pas comment) me dit qu’elle voit bien que depuis la rentrée je ne suis plus chez eux et que je suis au régime général, mais que pour me donner le certificat de radiation il faut que je leur envoie mon attestation d’affiliation au régime général. Je fait remarque que s’il voit lui-même que je suis maintenant au régime général, il peut très bien me fournir le certificat tout de suite. Réponse : « monsieur, c’est la procédure »…

    7/ connexion à AMELI (ouf pas d’humain !), pdf d’attestation et envoi à la SMEREP.

    8/ Courrier de la SMEREP avec le fameux certificat.

    9/ Courrier à l’URSSAF avec une copie du certificat de radiation. J’en profite pour leur faire remarquer que le document n’est pas indiqué sur leur formulaire.

    10/ 4 mois après toujours rien. J’essaie pendant plusieurs jours de contacter la personne « en charge » du dossier. Au bout de nombreuses tentatives (la personne devait être soit en formation, soit en congé, soit en réunion, soit dans le bureau du directeur, etc) la personne répond. Et là, magiquement elle me dit qu’ils ont bien reçu mon courrier, et qui mon dossier vient justement d’être traité. Étrange non ?

    Le lendemain j’avais effectivement le virement de remboursement.

    Cette histoire tendrait à confirmer qu’ils espèrent que les gens finissent par laisser tomber et ne traitent les remboursements que lorsque la personne insiste vraiment.

  18. RTP

    Pour débarrasser la table chez moi, j’emploie mes enfants : travail au noir, emploi de mineur, salaire ridicule… Je vais me dénoncer, j’ai honte.

    1. Yrreiht

      Moi j’exploite mon épouse comme un véritable esclavagiste, pendant que je suis au boulot elle fait presque toutes les tâches ménagères et en plus j’assouvis sur elle mes instincts mâles.

      Je mérite la prison.

      1. Nyamba

        Problème détecté : si vous rémunériez votre femme (comme il se doit dans une société évoluée telle que la nôtre) pour ses « services à la personne » (hem, hem), vous deviendriez passible de poursuites (légitimes, au demeurant).

        Pour se sortir de ce genre de situation épineuse, je propose une contribution forfaitaire annuelle, intégralement remboursable à la condition expresse qu’il soit avéré, par un inspecteur agréé d’un organisme public (qui gagnerait à être rapidement créé d’ailleurs), qu’aucune irrégularité n’a été commise durant l’année civile.

        Qu’en pensez-vous ?

        1. Menfin

          Si vous vous plaignez de l’URSSAF testez le CESU. L’incompétence et la bêtise y atteignent des sommets.
          Et je ne vous parle pas du RSI, parce que là ça vaut un roman (un thriller, au minimum)… Comme j’en eu marre de leurs âneries (pour rester polie) et que je n’ai pas envie de passer mon temps à me battre contre des moulins à vent, j’ai délocalisé, na !

    2. Skavon

      Les syndicats étudiants devraient monter au créneau aussi ! Dans les RU, ce sont les étudiants qui vont mettre eux-même leurs plateaux sur le tapis roulant après avoir mangé !

  19. Kmasqué

    Ah non …lire URSSAF en même temps que ma petite pause café du matin va me mettre d’une humeur exécrable pour la journée.

    C’est vrai que l’exercice du petit pouvoir par des flicaillons rabougris viscéralement haineux de tout ce qui est force, courage et créativité n’est pas l’apanage de la France, mais pour une fois que nous sommes dans le peloton de tête d’un classement international ne boudons pas une légitime fierté.

    Et d’ailleurs, extraits d’un bêtisier URSSAF preuve qu’on y trouve des gens de qualité :

    ———————

    – Votre nom de famille doit obligatoirement commencer par les deux chiffres du Département
    – Nous sommes obligés de vous répondre affirmativement par la négative
    – Notre but n’est pas, comme vous l’écrivez, de vous écraser comme une merde, mais de percevoir le montant exact de vos cotisations
    – Ce total de 5000 F étant a diviser par deux, le résultat est donc: 1327.60 F
    – Votre lettre de réclamation a été transmise par erreur a notre service réclamation
    – Sauf erreur de notre part, une erreur s’est glissée dans notre courrier du 22 mars dernier
    – Nous préciser si le sexe de votre cogérant est aussi de nationalité française
    – Votre profession n’étant pas référencée, merci de nous en trouver une autre
    – La colonne B est réserve aux utilisateurs de la colonne C…
    – A compter du 1er septembre, les guichets seront ouverts avant la fermeture
    – Votre déclaration est illisible, bien que tapée à la machine

    —————————————

    J’ai mis le masque afin de ne pas risquer un contrôle inopiné

    1. Skavon

      le ministre du Redressement productif rappelle que «les opérateurs travaillent sur le domaine public (hertzien) qui appartient à tous les Français. Nous sommes en droit d’imposer des contreparties en termes d’emploi et d’investissements. Je crois que nos prédécesseurs ont été un peu légers. Je suis ministre du Redressement productif et je ne veux pas voir des plans sociaux et des opérateurs en difficulté».

      Un big LOL.

  20. calc80

    Les magasins de bricolage sont un énorme gisement de travail potentiel non déclaré : les clients vont eux-mêmes (rendez-vous compte !) monter une étagère, changer une lampe, réparer un bidet, changer de serrure.. Aaarrrg (cris d’étranglement de la morue urssafiène) « Vite, une taxe ! ».

    Inversement, certains clients nuisent sciemment au développement du monde de l’entreprise et de la saine (et depuis peu, si socialiste – dixit hamon) concurrence : j’ai vu l’autre jour (si, si) un homme courir sous la pluie sans parapluie, oui, sans parapluie !! Bon camarade français, j’ai filé l’info dûment cerfa’tée à un représentant du Peuple pour gagner ses faveurs ; Après avoir vérifié que j’avais bien acquitté la taxe de droit de libre dénonciation, la Cellule Locale du Parti à transmis l’info directement à la caste des fabricants de parapluies qui ne devrait plus tarder à saisir les plus hautes autorités de l’état, le Présidium Suprême ou, mieux, notre Grand Timonier à roulettes en personne. Une loi devrait vite couvrir le manque à gagner troporribe pour les caisses taxatoires de notre prestigieuse République Populaire de France. Il est prévu de recruter 20000 fonctionnaires pour installer un avertisseur lumineux à chaque coin de rue pour signaler le port obligatoire de parapluie quand il pleut. Le non respect de cette signalisation impliquera une prune de catégorie bien mûre.

  21. Kazar

    Ce qui serait intéressant, en réponse, ce serait de déposer une plainte à l’encontre des inspecteurs et de l’URSSAF pour tentative d’extorsion de fonds, ,après tout, la plainte l’URSSAF a été classée sans suite…

  22. Pirouli

    Cela rappelle à ma mémoire, ces deux inspecteurs de la MSA (URSSAF agricole). Qui n’avaient pas eu le temps de rejoindre leur voiture après un contrôle musclé.
    Ils avaient été immédiatement payés avec de la chevrotine.

      1. Higgins

        Derrière, il y a eu un gros coup de balai dans cette administration. J’ai eu une formation sur la politique du changement par la personne qui a conduit ce coup de balai. Comme il nous disait, la lippe gourmande: « le concours de l’inspection du travail est très difficile. Quand vous êtes doués, si vous êtes de droite, vous faites commissaire de police. Si vous êtes de gauche …. ».
        Il a réussi dans son entreprise mais ça n’a pas été une mince affaire, la dite technostructure s’étant construite seule depuis les années 50 car laissé à l’abandon par les gouvernements successifs. On peut toujours gloser sur cette remise à plat (qui a rempli les objectifs de la feuille de route fixée) mais mais je suis certain d’une chose, chassez le naturel, il revient au galop. En l’occurrence, fin 2013, les fous sont lâchés.

    1. Skavon

      « la maire de Paris compte 36 adjoints, presque autant que le nombre de ministres au gouvernement. Hormis l’adjoint aux finances dont le coût de 660 000 euros peut se justifier, comment expliquer les 500 000 euros estimés pour chacun des 35 autres adjoints, ainsi que les 75 chauffeurs et 68 véhicules de fonction ?

      D‘autant que ce club des 36 adjoints cache l’armée de collaborateurs de cabinet, de chargés de mission et de directeurs généraux dont la moyenne des vingt plus hauts salaires a atteint 248 000 euros en 2008 selon un rapport de la Chambre régionale des comptes d’Île-de-France. »

  23. Korrigan

    EXCLUSIF. Et si la France n’était plus le pays des libertés ?

    Le Point.fr – Publié le 19/12/2013 à 06:18 – Modifié le 19/12/2013 à 09:04

    La légende selon laquelle notre pays serait un exemple mondial est sévèrement remise en cause par un rapport rédigé par le think tank Generation Libre.

    La France est le quatrième pays le plus condamné par la Cour européenne des droits de l’homme pour violation de son article 10 protégeant la liberté d’expression.

    Liberté chérie, voilà une belle amante ! Mais qui sont tes défenseurs aujourd’hui ?

    Pas les intellectuels, qui, dans leur écrasante majorité, continuent à faire vivre l’utopie socialiste, comme l’a justement dénoncé Jean-François Revel dans La grande parade, dont je cite pour le plaisir cette phrase délicieuse : « L’intelligentsia de gauche, c’est la bonne conscience plus la subvention. »

    Pas les politiques, qui, de l’extrême gauche à l’extrême droite, en passant par les partis de gouvernement, se sont érigés en tuteurs des Français, s’acharnant à faire prospérer l’État providence à coups de dépenses publiques et l’État nounou sur la mélodie du paternalisme. L’argument de la liberté a disparu du débat public.

    Pas l’administration, qui prend un malin plaisir à mettre en place le cauchemar de Tocqueville : « Un réseau de petites règles compliquées, minutieuses et uniformes, à travers lesquelles les esprits les plus originaux et les âmes les plus vigoureuses ne sauraient se faire jour pour dépasser la foule. » Le pays aux 365 fromages est devenu celui des 400 000 règles.

    Pas les syndicats, de patrons comme d’employés, ni les groupements spontanés d’entrepreneurs, qui pataugent dans le corporatisme. Quelle tristesse que les Pigeons, par exemple, aient refusé de transformer leur (juste) revendication sur la taxation des plus-values en un discours politique sur la liberté d’entreprendre !

    Depuis quand cette folie de tout vouloir contrôler ?

    Nous avons plus que jamais besoin de combattants de la liberté, à l’heure où le gouvernement nous impose sa morale puritaine, sa vision archaïque de la planification, sa puissance d’extorsion légale.
    La nouvelle expression à la mode chez nos ministres, « faire société », en plus d’être grammaticalement discutable et stylistiquement navrante, est intellectuellement terrifiante.

    Nous n’avons pas besoin de vous, chers gouvernants, pour nous intégrer dans une vision holiste décidée par des commissions d’experts ; nous avons besoin de vous pour garantir nos libertés fondamentales, que vous connaissez si mal, et que cette chronique aura pour ambition de défendre.

    J’exagère ? Je dramatise ? Jetez un coup d’oeil sur les classements internationaux, simplement du point de vue des libertés individuelles.
    Democracy Index : France, 28e dans la catégorie des « démocraties imparfaites ». Press Freedom Index : France, 37e, entre le Ghana et le Salvador. Index of Economic Freedom : France, 62e, entre la Thaïlande et le Rwanda.

    Pas très brillant pour le pays des Lumières.

    Autre chiffre glaçant et moins connu : la France détient la quatrième place des pays les plus condamnés par la Cour européenne des droits de l’homme pour violation de son article 10 protégeant la liberté d’expression – juste derrière la Turquie, l’Autriche et la Russie…

    Le moindre propos un peu tranchant peut valoir des poursuites.
    La liberté d’expression ! vous étonnez-vous. Je partageais votre scepticisme.

    C’est pourquoi le think tank que je préside, GenerationLibre, a entrepris un rapport complet sur le sujet, que vous pourrez retrouver sur le site du Point.
    (Extraits)

    Article complet sur :
    http://www.lepoint.fr/html/media/pdf/synthese-liberte-expression.pdf

    1. Skavon

      C’est quoi exactement cette histoire de « niveau » de résistance ?

      J’avais lu l’article sur la résistance active parlant de submerger l’administration de demandes. C’est intéressant.

      1. Nyamba

        J’hésite entre : « Oh non… Non… Noooooooon ! » et « Palsambleu, Vegeta a enfin trouvé quelqu’un qui n’était pas au courant ! Ses posts compulsifs seraient donc légitimes ?! »… :mrgreen:

        1. Skavon

          J’ai cherché un peu dans les articles précédentds. Visiblement vegeta parle de ce niveau 2 mais je ne l’ai pas vu donner d’explication ensuite 😀

            1. vegeta

              pour contré cet Etat qui brisent nos vies h16 nous a écrit plusieurs articles concernant la résistance active mais passif ( nous ne sommes pas des nazis, syndicalistes, racaille de cité etc.) dans le but de se défendre.
              j’attend impatiemment le prochain article  » un peu de résistance active niveau 2  »

              http://h16free.com/2013/06/26/23855-et-maintenant-un-peu-de-resistance-active
              http://h16free.com/2013/11/01/26986-une-autre-forme-de-resistance-active
              http://h16free.com/2013/11/08/27041-resistance-active-nouvelles-methodes-pour-se-passer-de-letat

          1. Nyamba

            Ah, c’est juste qu’il a tellement aimé le premier billet que pendant un moment, il en mendiait un second tous les jours. Il n’a arrêté que le jour où notre hôte a finalement cédé à sa (très) (trop!) répétitive requête, pour ensuite défiler avec le même appel à la résistance (je me l’imagine défilant devant son écran avec une petite pancarte, à vrai dire).
            Ca faisait quelques temps qu’il avait arrêté, mais à l’approche des fêtes, il semblerait qu’il se réveille et avec lui, mon inquiétude !

            @ M. Vegeta : Soyez assuré, cher co-commentateur, de mon amicale considération 😉

            1. hussardbleu

              aaah! le style chipie de notre Nyamba…. un régal…

              mais je me demande soudain si les NZ – des bourrins, finalement – ont bien le sens de l’humour… faudrait pas qu’ils nous l’abîment…

  24. LOG

    Nous sommes bien d’accord, nous sommes en République Française Soviétique. Mais j’ai l’impression que beaucoup perçoivent ça comme quelque chose de négatif, et je ne suis pas d’accord :
    (1) RFS => nomenklatura, donc déjà il suffit de se débrouiller pour en faire partie. Le fait de réaliser la situation dans laquelle nous sommes vous permet de prendre les devants. C’est plutôt positif je trouve.
    (2) Si tout le monde est plus pauvre, mais que vous arrivez à tirer votre épingle du jeu, vous êtes comparativement plus riche.
    (3) In fine cela ne fait que rapprocher le moment où tout ça finira dans le mur. Les français sont ce qu’ils sont, et tout ce qui arrive est parfaitement logique et mérité. Il serait illusoire de penser que « les gens » vont se réveiller et tout d’un coup demander moins de services, de travailler un peu plus et de se resserrer la ceinture. Donc si l’implosion arrive plus vite, tant mieux.

    1. Higgins

      Théorie de Cicéron (106-43 av JC)
      1) le pauvre travaille
      2) le riche exploite le 1)
      3) le soldat défend les deux
      4) le contribuable paye pour les 3
      5) le vagabond se repose pour les quatre
      6) le poivrot boit pour les cinq
      7) le banquier escroque les six
      8) l’avocat trompe les sept
      9) le médecin tue les huit
      10) le croquemort enterre les neuf
      11) le politique vit des dix

      On peut s’accommoder des dix premiers, le onzième est inutile.

        1. Peste et coryza

          Faut dire qu’il a très mal joué.
          Marc Antoine et octave n’étaient pas Catalina.

          Pourrir Marc Antoine en public (alors que ce dernier traine une sale réputation de populiste et de bourrin), menacer Octave (qui trainait déjà une sale réputation de politicien vicelard : le deux consuls en exercice (Aulus Hirtius et Caius Pansa) auraient pu en témoigner s’ils avaient survécu… d’aucun disent que Octave a joué un certain rôle dans leurs fins), et attendre en fanfaronnant le retour des césaricides…

  25. Dahu

    Je n’arrive pas à trouver plus de précisions sur le côté « musclé » de l’affaire. Que l’urSSaf fasse un coup de « ahah, flagrant délit, z’êtes cuit », ok. Agresser physiquement le patron, j’avoue que ça me parait surprenant. Depuis quand ils sont formés au combat? Il y a des cours de Krav Maga à l’urSSaf ?

  26. petit-chat

    Moi, ce qui m’étonne, c’est qu’il y aie encore des fous pour vouloir monter une entreprise.
    Et que ceux qui en ont une ne l’aient pas déjà bazardée, coulée, mise en liquidation. Il y a même des entrepreneurs qui embauchent, en Socialie, de nos jours, ça paraît incroyable.

  27. Alzheimer

    Avant de leur mettre la tête sur une pique, il faudrait très sérieusement que quelques-uns de ces fonctionnaires kapos se fassent tondre en place publique.
    Cette action humiliante est clairement un rappel historique que des petits Français se croyant honnêtes ont pu dériver dans l’abject sans s’en apercevoir.

    Ce serait nécessaire pour qu’ils prennent conscience du mal qu’il font. En effet la plupart n’imaginent pas les dégâts humains de leur comportement. Ils ne voient pas les destructions économiques et sociales, le mal-vivre, l’angoisse, les suicides… qu’ils génèrent.

    S’ils ne veulent pas comprendre quand on leur signale gentiment, il faudra bien utiliser des méthodes plus musclées.

    Autre méthode de résistance, plus cool et moins risquée juridiquement : balancer des boules puantes dans les administrations.

    1. Kazar

      Pas sûr que ce soit moins risqué, quand on voit que le simple fait de porter un swaet de la « Manif pour tous » ou un bonnet rouge peut suffire à vous faire arrêter pour un très long « contrôle d’identité », même si vous avez vos papiers…

      1. Cocovovi

        Oui, moi tout à l’heure je me suis fait contrôler par la gendarmerie : Excès de vitesse ?
        « Oui, monsieur vous alliez trop vite.
        Ah, fis-je surpris. Le radar m’a flashé à quelle vitesse ?
        Non, il n’y a pas de radar, mais j’ai l’habitude, à l’oeil, vous alliez trop vite !!! Elle va vite votre voiture einh ? (répété deux fois)
        … pas de réponse
        C’est bon vous pouvez y aller. Mais faites attention, on va reprendre les contrôles routiers. »
        Ah oui, j’ai oublié, j’ai un coupé allemand de couleur rouge.

        1. hussardbleu

          Quel mauvais goût, mon bon ! un coupé rouge se doit d’être une Ferrari…. un tudesque phaéton, en revanche, ne peut qu’être en feldgrau camo, si possible avec tourelle et canon de 88.

          1. hussardbleu

            Un peu fort l’angle du maxillaire… mais bon…

            la Trabant ? la seule que j’aie vue, c’était en Angleterre, en 1972… dont le propriétaire était un professeur d’histoire dans la Secondary Modern où j’enseignais… un ancien pilote de Spitfire, époque Battle of Britain… brave homme et homme brave… il avait connu Clostermann…

            Mais acheter une Trabant, dans ces années-là, il fallait être un rude original, comme seuls les Anglais peuvent l’être : un véritable « Eccentric » selon la vénérable Tradition…

            1. Aristarque

              On trouvait dans les dernières pages des magazines automobiles de la fin des années 60 et début des années 70, de petits pavés publicitaires d’ importateurs des marques Trabant ou Wartburg à moteur arrière 2T qui plus est, en provenance de la RDA qui cherchait à profiter de l’image qualité teutonne que commençait déjà à donner la RFA. Comme nous étions au temps du bilan globalement positif du communisme URSS, il se trouvait quelques idolâtres pour se sacrifier à rouler avec de pareils engins que l’ on croisait uniquement dans la zone géographique du garage ayant accepté d’en prendre la concession. La qualité étant médiocre, la technologie déjà dépassée largement, les ventes étaient en conséquence riquiqui et ne pouvaient donc résulter que de perfides Albionais incrustés en exilés fiscaux dans notre beau pays (la fiscalité y était alors beaucoup plus douce que chez eux) ou des thuriféraires rougeâtres désireux d’ impulser les masses prolétaires à soutenir les camarades de l’ Oural…

            2. Aristarque

              Leur seul attrait était un prix de vente nettement en dessous des moyennes de l’ époque mais contrebalancé par l’ ardente obligation d’ en acheter deux : une pour rouler et la seconde pour avoir les pièces pour faire rouler la première…

  28. channy

    @h16
    « ’entends déjà quelques idiots inutiles trolls socialoïdes lecteurs très naïfs m’objecter qu’en réalité, il semble évident que les inspecteurs de l’URSSAF n’auraient jamais tenté une telle procédure sans avoir de solides preuves qu’une affaire louche se déroulait dans ce bar ; ainsi, rien n’interdit d’imaginer qu’une « cliente » était en réalité une serveuse travaillant au noir et rapportait les verres régulièrement, pour toute la salle.  »

    La vous allez loin dans la créativité H16..on pourrait simplement dire que l’ursaff avait reçu une belle lettre de la part d un bon français.;l’ursaff se pointe .Mais manque de bol le serveur(se) en extra ne bossait pas ce soir la pour x ou y raison..nos chers inspecteurs étant totalement imbus de leur personne ont pris le premier signe de travail de serveur » ramener les verres au comptoir « comme du travail salarié soumis à taxes festives
    Moi ce qui me fait le plus marrer dans l’histoire que vous relatez..et pour cause j’ai été serveur barman durant quelques mois il y a 11 ans, c est que dans un bar archi bondé..la serveuse non déclarée se contentait de ramasser les verres vides..; même pas de les apporter au client, pas d encaisser l’argent alors que dans ce genre de situation bar bondé= paiement à réception de la consommation.. PIRE même pas de nettoyer la table après chaque client .
    Bref on voulait faire chier le proprio ou remplir son quota d amendes c
    est manifeste.
    Bref j’ai jamais vu même des « extras » faire ce genre de boulot non déclaré dans la restauration

  29. Galuel

    Excellent le « cocher si identique » ! 😉

    Par ailleurs H16 n’a pas besoin qu’autrui lui « offre du travail », il produit sans que personne ne lui dise quoi produire, ni sans que personne ayant un point de vue sur sa production n’influe sur ce qu’il estime bon d’être produit ou pas.

    Et c’est parfaitement bien ainsi. Pourquoi donc devrait-il s’obliger à aller produire ce que d’autres définiraient à sa place bon pour eux-mêmes, ou bon pour lui ?

  30. David

    Je vais m’auto-dénoncer : je fais moi-même le ménage à mon domicile, sans faire appel à un « service à la personne » soumis à cotisations.

    Quelle horreur !

  31. Toni

    Purée?? !!!

    ça craint … Ces gens là, les islamistes et les organisations syndicales sont là pour nous intimider puis nous tuer. Ils ont le soutien du gouvernement actuel pour cela.
    voilà le constat à faire pour ce billet.

    et le peuple élit des gens comme ça…

    1. gameover

      L’autorite de la concurrence qui s’auto-saisit… va falloir faire une loi pour changer ca… on parie ?

      En cherchant comment etaient nommés le president de cette autorité qui fait tache dans la solidarité corporatiste quand meme je suis tombé sur les salaires d’icelui et des autres.
      On voit donc a quel niveau la CNIL est tenu en estime.

      http://www.senat.fr/rap/r05-404-1/r05-404-14.html

    2. Aristarque

      Ce soir, il a été annoncé sur RTL que le monopole des pharmacies était maintenu sur ces ventes en raison des capacités de conseil des officines à propos des produits agissant sur la santé des Grançais. N’ est ce pas que nous sommes bien maternés par notre etat-nounou, fût -ce pour acheter de l’ aspirine…

  32. Hugues001001

    Le plus étonnant dans cette histoire, c’est que les camarades de l’URSSAF travaillent dans des conditions dignes du 19ème siècle comme dirait un pseudo journaux de 25 ans: pensez-vous ! À minuit et demi encore au travail pour débusquer les fraudeurs ! Moi je dis, comme notre président François dit le Kosovar, que ça mérite des avantages. Heureusement, notre république populaire est ainsi faite que ces vaillants protecteurs auront sûrement bénéficié de RTT supplémentaires ou de primes exceptionnelles.

  33. Nocte

    Dommage, je n’arrive pas à remettre la main sur un article à ce propos, mais il me semble que des parlementaires, pour taxer les sociétés comme Apple, Google, et consorts, considéraient que les internautes via leur participation permettaient à ces multinationales de gagner de l’argent grâce à un travail dissimulé.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.