L’éducation à domicile, c’est seulement bon pour les handicapés, voyons !

On en parle, un peu, sur les réseaux sociaux ; l’information n’a pas été évoquée dans la presse « grand public » et il y a peu de chances qu’elle l’intéresse jamais mais les faits sont là : un octet de sénateurs vient de déposer une proposition de loi visant, je cite le titre, « à limiter la possibilité d’instruction obligatoire donnée par la famille à domicile aux seuls cas d’incapacité ». Oui, vous avez bien lu, ça se passe en France et en 2014.

Avant de revenir sur cette loi et l’intéressante phalange liberticide qui tente de la faire passer, essayons un peu de contextualiser le sujet. Comme vous le savez, le législateur (du XIXème siècle) a, dans sa grande clairvoyance, estimé qu’en France, l’instruction est obligatoire jusqu’à 13 ans. Par la suite, l’instruction obligatoire s’est étendue jusqu’à 14 puis 16 ans. Notez qu’on parle ici d’instruire et non d’éduquer les enfants, même si les deux termes ont été habilement confondus ces dernières décennies dans un mouvement qui n’a rien de fortuit, comme on va le voir.

Jusqu’à présent cependant, les parents ont toujours conservé la possibilité de placer leurs enfants auprès d’un précepteur ou de s’occuper eux-mêmes de la charge que représente cette obligatoire instruction. Ainsi, en 2013, on comptait environ 40.000 enfants dont l’instruction se déroulait hors du cadre scolaire, soit par des cours particuliers, soit par l’enseignement par correspondance. Les raisons qui expliquent les choix des parents sont multiples ; il peut s’agir d’une obligation technique (cas des enfants malades, handicapés, …), de contraintes familiales (mobilité trop grande des parents, …) ou d’un simple choix réfléchi de leur part de ne pas confronter leurs enfants aux enseignements prodigués par l’Éducation Nationale, soit parce que cette dernière est inadaptée (cas typique des enfants surdoués) ou parce que les parents ont jugé que l’orientation prise par les cours ne leur convient pas.

Peu importe, finalement, les raisons qui entraînent ces situations : la France impose l’instruction, elle n’impose pas la méthode.

Enfin, pas encore et c’est là qu’intervient l’ensemble d’instruments à vent du Sénat qui vient de déposer le projet auparavant cité. Le but est simple : mettre fin à cette situation scandaleuse où des parents, conscients du gâchis de plus en plus catastrophique que constitue l’enseignement industriel bas de gamme fourni par l’État, décident de s’occuper eux-mêmes de l’instruction de leurs enfants.

Comme c’est dommage ! De plus en plus de familles, pas vraiment convaincues de la bonne qualité des cours dispensés, peut-être effarouchées par les scores PISA de plus en plus médiocres, refusent de placer leur progéniture dans les griffes mains généreuses de la République. De plus en plus de parents commencent à comprendre que le but de l’école républicaine n’est absolument pas d’instruire leurs enfants, mais de les élever, comme on élève des animaux domestiques, pour qu’ils sachent ensuite répéter des tours et se tenir tranquille. Et ce n’est pas moi qui le dis, c’est Vincent Peillon, l’actuel patron de l’Éducation Nationale : pour lui, l’école doit même jouer le rôle d’éduquer les bambins, et de les détacher de toutes ces niaiseries que forment le cocon familial, à commencer bien sûr par la religion, la morale et les valeurs traditionnelles, mais sans s’y limiter : « il faut être capable d’arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel »

peillon attaches pré républicaines

mini najatNe l’oubliez pas : pour nos petits socialistes en culotte courte, l’enfant est un excellent terrain d’expériences. Pour certains, ce seront les expériences éducationnelles pédagogogiques, pour d’autres, tout est à base de synaptogénétique qui crache bien, pour d’autres encore, la question de la sexualité occupera un champ d’autant plus large que toute la société leur semble structurée sur cette question qui les taraude au plus profond d’eux-mêmes. Dès lors, c’est la porte ouverte à la propagande, qu’elle soit politique, ou sexuelle. D’ailleurs, comme le disait Laurence Rossignol, une sénatrice socialiste surtout connue pour ses médiocres capacités d’auto-défense, l’enfant n’appartient pas à ses parents; l’État sera parfait pour les récupérer, non ?

Manque de pot ou mauvaise couverture du radar socialiste, plusieurs dizaines de milliers de bambins échappent encore au moule républicain et cette proposition de loi arrive donc pour combler cette lacune et balayer ces terribles zones d’ombre du phare stroboscopique de la pensée socialiste.

Et ce n’est même pas caché dans l’exposé des motifs :

L’un des buts de la scolarisation de l’enfant est sa socialisation. Celle-ci nécessite une éducation qui ait une dimension collective, qui lui permette de découvrir la diversité des conditions et des cultures des enfants de son âge et de rendre son développement plus harmonieux. (…) L’éducation à domicile ne peut être le prétexte d’une désocialisation volontaire, destinée à soumettre l’enfant, particulièrement vulnérable, à un conditionnement psychique, idéologique ou religieux.

C’est écrit en toutes lettres : l’école à domicile, c’est une façon d’éviter la socialisation de l’enfant, c’est une méthode pour échapper à la dimension collective (lisez : collectiviste) de l’Éducation Nationale, et elle est à l’évidence utilisée pour un conditionnement psychique, idéologique ou religieux … conditionnement dans lequel les services de l’État ne sombrent absolument pas parce que c’est l’État, et que ça se saurait, enfin voyons, si l’administration, l’État et l’Éducation Nationale endoctrinaient les enfants. Et puis, ce n’est pas comme si, dans le passé, cela avait été tenté ; on sait bien que jamais les institutions républicaines, démocratiques ou étatiques en général, ne se sont lancées dans ce genre de pratiques !

Conclusion : ce que des parents sont susceptibles de faire pour leurs enfants, jamais un État ne tremperait là-dedans. Et comment imaginer en effet qu’un père ou une mère, aimant leurs enfants, les connaissant plus intimement qu’aucune autre personne, s’investissant pour eux au point de consacrer une partie de leur vie à leur instruction, leur éducation et leur formation psychique, religieuse, morale et citoyenne, parents qui sont directement intéressés au résultat, comment imaginer, dis-je, qu’ils fassent mieux que des fonctionnaires lambdas formés en batterie par une administration qui ne sait même pas combien elle a de salariés en son sein ? Comment imaginer ça ? Impossible !

Il était donc impératif d’agir et c’est donc ce que Hugues Portelli (UMP, Val d’Oise), Christian Cambon (UMP, Val de Marne), Jacques Gautier (UMP, Hauts-De-Seine), Esther Sittler (UMP, Bas-Rhin), Hélène Masson-Maret (UMP, Alpes Maritimes), Michel Houel (UMP, Seine et Marne), Colette Mélot (UMP, Seine et Marne) et Louis Pinton (UMP, Indre) ont décidé de faire. Vous noterez au passage le beau mouvement d’ensemble : ils sont tous UMP, ce qui les situe, sur le papier, dans l’opposition à l’actuel gouvernement. Du reste, c’est une bonne chose puisqu’on peut raisonnablement penser que leur étron législatif liberticide sera retoqué par leurs collègues du parti officiellement socialiste. Mais la présence d’une telle loi, pondue par de tels sénateurs, d’une telle opposition, permet d’affirmer qu’en réalité, une véritable course au plus-disant collectiviste et liberticide s’est engagée entre les deux factions qui se disputent les rênes du pouvoir en France. La différence entre l’UMP et le PS est maintenant si fine qu’elle est purement symbolique et ne sert plus qu’à occuper le peuple dans des élections qui sont, de facto, truquées non par mécanisme, mais par l’absence totale de choix.

Il est consternant de constater que la pourriture idéologique s’est à ce point installée confortablement dans les esprits de nos élus qu’ils pensent sain de limiter les capacités d’instruction des parents en légiférant. Il est effrayant de voir avec quelle rapidité ce pays sombre dans un régime global d’interdiction, de restriction et d’encadrement d’absolument tout. En un siècle, la France aura perdu chacune de ses grandes libertés, rongées petit à petit par ces types d’interventions lamentables, qui auront lentement mais inexorablement dissout la cohésion sociale du pays en dépossédant chaque citoyen de ses responsabilités pour n’en faire qu’un animal mal domestiqué.

Il existe une pétition contre cette loi scandaleuse, je vous encourage à la signer et à la partager autour de vous. Parfois, un petit e-mail bien rédigé aux sénateurs concernés permet de leur faire comprendre que leur base électorale n’est pas d’accord avec leurs conneries.

Et enfin, je conclurai en notant qu’encore une fois, ce bon vieux sénat poussiéreux fait ici une parfaite démonstration de son passéisme en proposant une loi rétrograde au moment où les MOOC explosent, et fournissent, en direct, gratuitement, une quantité toujours plus grande de ressources et de savoir pour tous (allez voir Ralentir Travaux, – et pourquoi pas, soutenez-le). Ces tristes sénateurs s’inscrivent parfaitement dans la tendance d’un État français qui s’enkyste gentiment dans le pire des conservatismes et s’effondre lentement sous son propre poids législatif, ses vieilles habitudes et ses vieux schémas de pensée surannés.

Ce pays est foutu.

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires154

    1. calc80

      Je me suis fais exactement la même réflexion. Une moustache un peu carré, en vogue vers 1934… L’EdNat devient l’Education National Socialiste.
      N’importe comment, en vieux réac assumé, je manifeste le 2 février.

      1. Peste et coryza

        Petit détail : le système éducatif du moustachu à pipe en bois était certes très chargé en propagande communiste, mais aussi très efficace…

    1. gameover

      Faut pas éxagérer. C’est juste un scan et c’est pas mal de pouvoir lire des éditions originales avec leurs gravures.
      Et ça n’empéchera personne de faire de l’OCR si besoin et surtout pas google.

      1. trallala

        c’est débile, puisque google sait faire l’OCR « on the fly » tout comme il sait reconnaitre les visages sur une photo.
        Bref, c’est des limitations de pacotille placées par des imbéciles dogmatiques du nom de Jean-Noël Jeanneney, historien, ancien ministre socialiste et président de la BNF jusqu’en 2007.

        c’est à cause de crétins de son espèce qu’on a dépensé des millions pour numériser un savoir qui ne sera quand même pas accessible aux masses…

        L’abruti viscéralement anti-Google a même commis un livre sur le sujet, « Quand Google défie l’Europe », présenté comme un « plaidoyer pour un sursaut », un sursaut avec de l’Argent Public, mais un combat déjà perdu comme tant d’autres, va retrouver les millions brûlés par la caste pour Quaero, le moteur de recherche européen, qui n’a jamais marché, tout comme le GPS Européen, qu’on attends toujours….

        Avec les tablettes numérique, que croyez vous que les gens vont lire ?
        les quasi livres avec des pages qui tournent comme sur « play livres » ou bien l’interface de Merde que propose Gallica ???

    2. Aristarque

      Moi, j’ai remarqué que le micro moteur de recherche d’occurrence(s) ne réagit pas à Jules Verne, ni d’ ailleurs à un quelconque mot de la page en cours et donc au dessus. Quant au mode de défilé des pages, cela ne viendrait-il pas d’une conception « datée » du logiciel maintenant supplantée par tous ceux qui animent les tablettes et les liseuses numériques.
      C’est dommage mais c’est le lot des précurseurs de ne pas pouvoir tous aboutir au standard qui s’imposera.
      Quant à la bagarre avec Google, elle a pour enjeu la littérature encore sous droits d’ auteurs et éditeurs, ce que n’ est plus celle du grand Jules depuis longtemps. Perso, je vois aussi dans cette bagarre avec Google sur cette question, un sursaut d’ orgueil étatiste:
      a)la France est une terre de Culture
      b) seul l’ Etat peut accomplir la noble mission de sa diffusion gratuite à tous, même si cela coûte un pont au lieu d’ un bras, c’est ainsi: seul lui le peut!
      c) laisser une vile entreprise de moins de vingt ans, multinationale américaine vendue au grand Capital Apatride, mauvaise contribuable (je vous laisse compléter toute la liste des qualificatifs dont les instances grançaises ne manquent jamais de la charger), faire le même boulot et vraiment gratuitement par rapport à l’ immense majorité des habitants du monde , montre que la solution grancaise n’ est pas la seule possible, ce qui ne peut que miner leur belle théorie…

      1. gameover

        Je ne sais pas si ça existe mais je verrais bien les gens se prendre en main à ce niveau.
        Par exemple chacun saisirait dans un traitement de texte une page d’un bouquin et agglomérer tout cela dans un pdf avec des redondances pour éviter que des petits malins détournent le truc.

      2. trallala

        Gallica, c’est pas des précurseurs. ils ont fait cela par dogmatisme, et c’est inutilisable par le pekin moyen.

        Bref si vous connaissez pas l’ISBN du bouquin, vous pouvez aller vous faire voir, la recherche Google qui trouverait le livre si vous tapez une ligne ciblée de son introduction ne donne bien évidemment rien.

        d’ailleurs d’autres grandes Librairies (Lyon), ont fait un choix intelligent dès le départ…

        http://rue89.nouvelobs.com/2009/08/18/a-lyon-la-bibliotheque-pactise-avec-google-sans-etats-dame

    3. Kerwood

      Merci pour le lien.
      J’ai essayé de lire trois pages, j’arrête!
      J’ai les yeux rectangulaires…
      Amazon propose le même ouvrage gratuit ou presque en Kindle, avec les illustrations et tout et tout.
      Au nom du principe de précaution, on pourrait suggérer d’interdire à la BNF de publier de tels documents, ils mettent en extrême danger la vue de nos têtes blondes et brunes, surtout si elles consultent en WiFi.

  1. Black Mamba

    « L’un des buts de la scolarisation de l’enfant est sa socialisation. Celle-ci nécessite une éducation qui ait une dimension collective… »
    Le collectif commence sérieusement à m’énerver…. Sous prétexte que ma fille de 8 ans est très individualiste , son maître d’école nous réclame qu’elle fasse un bilan psychologique ….
    Mon époux est sur le point de céder à sa requête 👿 car il en a assez d’être convoqué tous les mois depuis cette année scolaire pour entendre toujours la même chose …
    Pourtant je lui rappelle qu’ils ont voulu faire de même à notre fils car on le trouvait trop excité en classe et bousculait ses petits camarades dans la cours d’école or sans avoir été suivi par le moindre psychiatre ou psychologue , cet enfant a mûri de lui-même et est maintenant très posé (sauf avec ses petites sœurs )

    1. papa

      J’espère ne pas vous heurter, mais nous avons eu aussi un fils trop turbulent (mais pas agressif) à l’école. Le passage chez le psy scolaire fut bref et il nous à renvoyé vers un confrère dans le privé. Celui-ci a trouvé la source du problème en une séance. Il a fallu quelque temps pour améliorer son comportement (du ce2 jusqu’à l’entrée au collège) tout doucement, tous les intervenants faisant des efforts pour lui. L’avis d’un pro peut être utile et ne vous engage à rien par la suite.

      1. Black Mamba

        Je ne suis pas heurtée mais c’est mon droit en tant que parent de décider pour mon enfant …
        Je trouve agaçant de vouloir à tout prix faire entrer tout le monde dans le même moule … la diversité permet d’aller vers l’avant

        1. papa

          Je suis moi-même quelqu’un de plutôt introverti depuis tjrs. Il m’a fallu bcp d’efforts, comme de faire du théatre, pour être plus ouvert et j’aurai bien aimé que ce travail la ait été fait dans ma jeunesse. Et ben tiens voyez du côté des cours de théatre pour enfants. Si l’enafant est d’accord, et en plus les pédago vous fouttrons la paix, ne serait-ce que parceque vous aurez agit.

          1. Black Mamba

            La petite est très épanouie … Elle ne veut pas prêter ses affaires, elle adore travailler dans son coin , elle prend facilement la parole et est très dégourdie , elle est autonome … Elle n’aime pas l’assistanat , comme elle dit souvent « je sais faire » …

            1. petit-chat

              Restez ferme.
              « Ils » ne doivent jamais décider à votre place.
              J’ai connu une « enseignante » (je ne voudrais pas être grossier…) qui m’a dit, texto, que ce n’était pas aux parents d’apprendre à lire, à compter, à écrire à leurs enfants.
              Ma fille à évidemment été changée de classe, c’était troporible de devoir se remettre en question, et ma fille suivant a bien évidemment bénéficié du même privilège. ‘Suffit de gueuler un bon coup pour se faire entendre…

    2. Theotimedesavoie

      Surtout, surtout ne pas céder à la terreur psychologiste, au tout psychologique.

      C’est vous en tant que parent qui êtes responsable de votre enfant et personne mieux que vous ne peut savoir ce qui est bon pour lui.

      A moins bien sûr de très graves carences mentales de votre enfant mais cela me semble être très loin de cela.

    3. petit-chat

      Il convient aussi de résister à « l’obligation » mensongère de vacciner les jeunes enfants contre tout si on veut obtenir une place à la crèche, par exemple. Les toubibs, en mèche avec les labos, veulent pratiquer un vaccin « universel », même contre des maladies tout à fait bénignes, en y englobant les vaccinations obligatoires. Là aussi, il faut des parents forts et qui ne se laissent pas impressionner. Enfin, jusqu’à ce qu’un quarteron de sénateurs en décide autrement…

      1. On peut discuter sur le caractère obligatoire des vaccinations standard (j’insiste sur standard). Mais certainement pas sur leur caractère efficace.

        1. petit-chat

          Mon point de vue est influencé par un connaissance qui est victime d’un sclérose en plaque : motif médical : trop de vaccins pris en même temps (par précaution, avant d’aller à l’étranger). Ça a marqué toute la famille. Alors quand une pédiatre insiste (insiste vraiment) pour faire tout un tas de vaccins non obligatoires en une seule prise, ça hérisse…

          1. Higgins

            D’accord. Mieux vaut développer une bonne vieille maladie bien de chez nous ou si exotique comme la fièvre jaune. L’obscurantisme socialiste affecte également le domaine scientifique.

              1. Hop

                C’est surtout ça qui est mal compris, caché, masqué.
                Les « pertes » sont inhérentes à l’action de vacciner.

                Ensuite, il ne faut pas oublier que chaque vaccin est différent.
                Donc les « pertes » aussi…

        2. petit-chat

          Pour rappel, la carabistouille de Bachelot avec ses millions de doses de vaccins H1N1 à plus de 10€ l’unité concoctés par ses copains des labos (j’ai pas dis collabos), et l’ange Fabius responsable mais pas coupable d’avoir laissé utiliser du sang contaminé pour des vaccins contre l’hépatite B, je n’évoque pas le Médiator, hors sujet…
          Pour du pognon, ils tuent sans état d’âme, et tout parent fait bien de se méfier, il a quelques raisons pour ça…

          1. J’étais certain (à 100%) qu’on me ressortirait ces exemples pour alimenter ce non-débat. Comparer un bricolage étatique maladroit avec les vaccins de base (dtb, variole, …), c’est risible. La variole n’a pas été éradiquée par des fumées d’encens. Et la polio non plus.

            J’attends maintenant l’introduction des chemtrails, de l’homéopathie et des sauriens, et on aura un beau tableau d’ensemble.

            1. petit-chat

              « J’attends maintenant l’introduction des chemtrails, de l’homéopathie et des sauriens, et on aura un beau tableau d’ensemble. »
              😆

            2. gameover

              LOL^1000 je ne connaissais pas les chemtrails.
              J’ai bien ri.

              http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_des_chemtrails

              Mais tout cela me fait me poser une question.
              Peux-t-on laisser le choix aux parents sur certains sujets de ce type (la vaccination) ?

              – Si oui alors des abrutis vont obérer le futur de leurs enfants car certaines de ces maladies créent des déficits graves dans le développement.

              – Si non, ça va à l’encontre du libéralisme même s’il s’agit de santé publique.

              Mais je pense qu’il y a d’autres sujets du même type.

              1. Oui, le choix doit prévaloir. Mais les risques doivent être expliqués, et les responsabilités clairement appliquées. Evidemment, c’est là le plus dur.

                Notez que dans un monde libéral, une assurance refusera probablement de vous prendre en charge pour une maladie vaccinable si vous avez refusé d’être vacciné (idem vos enfants). Et là, tout de suite, les choses rentrent dans l’ordre.

          2. Fll

            Ceci dit, y’aurait eu pandémie, certains auraient gueulés en disant qu’il n’y en avait pas assez.
            Je dirais, alors qu’ici on sait bien le type de pensée que j’ai, loin de moi d’avoir ces enculés de socialauds en sympathie :), que pour une fois, c’était pas trop mal joué. Sur, on a payé beaucoup trop cher face à la concurrence … bref, mais on avait les doses. On peut pas tout avoir. Je préfère que l’on ai foiré cet achat et qu’en plus il n’ait servi à rien que de n’avoir rien eu et avoir eu la pandémie.
            Juger après les faits et toujours facile.

      2. topolou

        il n’existe pas de vaccin universel… certains vaccins ont demandé 30 ans d’étude avant d’être mis au point, il faut donc une certaine  » constance » dirais je ou un certain enthousiasme pour passer 30 ans sur le meme sujet .
        pas connaissance que les labos reverseraient quelque chose en tout cas aux généralistes s’ils vaccinaient . désinformation habituelle.
        par contre, les courbes de mortalité par maladies infectieuses s’inversent réellement à partir de l’introduction des vaccins, mais comme il est trés difficile en france , de trouver des données concrétes sur ce sujet, qui doit au moins relever du secret d’état, il faut se contenter des données du CDC des USA, lequel pratique l’épidémiologie depuis trés longtemps.

    4. gem

      je vous conseille de le faire. Chez un pro vraiment pro, choisi par vous.
      Les petits bureaucrates du mammouth adorent la paperasse avec des tampons, ça les impressionne et les rassurent pour admettre l’évidence.
      C’est seulement avec ce genre de sésame que mon enfant qui s’emmerdait grave a pu sauter une classe.

  2. infraniouzes

    Cette réaction passéiste du Sénat est assez compréhensible. L’explosion des cours en ligne et l’attrait qu’ils exercent sur de nombreux parents pourrait confirmer, en peu de temps, l’échec complet de l’Education nationale. Zéro pointé sur toute la ligne. Alors mieux vaut laisser le mammouth finir dans le permafrost, c’est là qu’est sa place et on le ressortira dans 1 000 ans si on le retrouve. Il fera la joie des ethnologues du moment mais sa disparition aura fait le bonheur des enfants d’aujourd’hui.

  3. gameover

    Merci d’avoir noté que ce sont des sénateurs UMP qui sont à l’origine de cette proposition et que ça n’a donc pas été téléguidé par le ministre.
    Je vais me fendre d’un mail au sénateur UMP du coin. La pétition progresse à vitesse grand V. Presque 20,000 and still growing….

    1. Laurent

      Non il l’on bien gagné, les école libre ne le sont pas, elles applique le programme de L’Edna et sont subventionnés par l’état.

      1. Claribelle

        Les seules écoles encore libres sont les écoles « hors-contrat » mais elles coûtent cher et ne sont pas nombreuses.
        Et arrive forcément un moment où leurs élèves doivent se frotter à l’E.N.: soit lorsqu’ils souhaitent rejoindre l’enseignement « normal » (public ou privé « sous-contrat ») soit surtout quand il s’agit de décrocher le bac (en candidat libre en généra) indispensable à toute poursuite d’études…

        1. André Rosa

          Les écoles « hors-contrat » sont moins chères que l’Education Nationale. Celle où je travaille coûte 6800 euros par an et par enfant pour une pension complète. Alors que la seule scolarité d’un collégien de l’EN coûte 8000 euros par an au contribuable.

  4. papa

    1) L’endoctrinement est le premier devoir de l’état, ne l’oubliez jamais, quel que soit l’état, car sa survie en dépend. 2) La famille est le premier lieu de socialisation, mais cela n’effleure pas tous ces propagandistes, et bien sur renvoie au point 1. 3) C’est aux parents à développer l’esprit critique des enfants et ce le plus tôt possible. Encore faut-il savoir ce que c’est et …. tout est sur le net. 4) Le muselage en cours de l’internet n’a d’autre but que d’en faire un canal d’endoctrinement comme les autres. Récupérez vite le maximum de trucs avant fermeture, ça urge. 5) Pareil pour les livres, bientôt la plupart des livres déviants ne seront plus disponibles. 6) Les MOOCs seront interdits s’ils ne sont pas propagande-compatibles.
    7) L’obssesion sexualiste de tous ces propagandistes va dans le sens de l’animalisation de l’homme voulue politiquement car c’est bon pour le commerce et la domination du troupeau. C’est pourquoi le freudisme (sans la moindre preuve scientifique) est la base de départ de l’organisation sociale actuelle. Bien sur sont soigneusement dénigré Jung car il attache de l’importance au domaine spirituel (quelle horreur ….) et soigneusement dénigré Adler car il attache de l’importance au caractère propre de l’enfant qui change son comportement face aux évènements. Cyrulnik n’a rien inventé et il est célébré car il part toujours du fait (ou du postulat) que c’est la méchante famille/société qui l’a traumatisé (les propagandistes actuels adorent ) et que certains enfants trouve des ressources pour s’en sortir. Personne ne semble vouloir dire qu’il y a donc un préalable pour s’en sortir ce qui renvoie à Adler, qui lui n’hésite pas à dire qu’il y a des irrécupérables, qu’on les repère vite et que la société doit trouver un moyen de les empêcher de nuire, et que c’est dans la famille que cela commence; ce qui n’est pas propagando-compatible puisque cela revient à dire qu’il faut éduquer plus ou moins sévèrement les enfants. SACRILEGE !! Adieu le commerce.

  5. Yrreiht

    C’est cela, signons des pétitions.
    Comme ça, ils sauront que le peuple est contre, et donc ils retireront leur projet de loi.
    J’ai tout juste ?

    (Autocensure pour le reste, je ne peux pas me permettre de m’exprimer)

    1. bob razovski

      Inutile de pousser l’expression plus loin, votre pensée est suffisamment claire.

      J’avoue que les pétitions me font juste rire. On appelle ça : « cause toujours ».

  6. Céline

    Se disputer les « rennes du pouvoir »… De distribuer les cadeaux dans les cheminées? (Je n’ai pas fini de tout lire alors je me limite à cette remarque de pure forme).

  7. Paprika

    Merci pour ce billet magistral et parfaitement informé.

    L’ironie de l’histoire, c’est que le déposant principal de cette proposition de loi anime un MOOC dans le cadre de son activité de Professeur de Droit (qu’il exerce à temps plein en même temps que son activité de sénateur) à Assas : https://www.france-universite-numerique-mooc.fr/courses/Paris2/09001/Trimestre_1_2014/about

    Je vais m’inscrire, ne serait-ce que pour lui demander s’il n’a pas peur que son activité soit la cause d’une profonde dé-socialisation de ses auditeurs

  8. Greg

    HS orthographique :

    prodigués par l’Éducation Nationale, soit parce que cette dernière est inadapté E…

    De plus en plus de familles, pas vraiment convaincues de la bonne qualité des cours dispensés, peut-être effarouché E s…

    ils sont tous UMP, ce qui les situe, ? situent ?

    rongées petit à petit par ce types d’interventions lamentables, type …

    1. gameover

      ce qui les situe….
      Met le verbe faire à la place… Ca donne « ce qui fait » et non « ce qui font » ou « ceux qui font ».

      1. Greg

        J’avais et j’ai encore un doute, d’où les ? ? entourant ma suggestion.
        Qui est situé ? les sénateurs, les étant donc le sujet du verbe situer en l’occurrence, sujet pluriel…
        Ou alors je vieillis et me trompe et cela ne me perturbera pas plus que cela, ce qui me perturbe est d’être incapable d’enlever mon doute.

  9. doh

    Un octet de sénateurs, c’est huit bites?

    Que risque-t-on si jamais on ne respecte pas cette (future) loi? Saisie de l’enfant? Embastillement? Lynchage sur la place publique?

    Bien que lente, c’est impressionnant la vitesse à laquelle ils rognent/lorgnent sur les moindres libertés individuelles restantes. Vivement que tout ça explose!

      1. petit-chat

        Comme quoi, après avoir trop côtoyé l’Union des Républiques Socialistes (nouveau nom de l’Europe-Euro), des vieux réflexes sont revenus.

  10. Paroxystique

    Nos enfants s’ennuient… Pour mes deux enfants, l’école est une « contrainte », faite d’incompréhension et de frustration…
    Un endroit où l’on doit ingérer une littérature figée et totalement déconnectée en alexandrins alors que l’on ne maîtrise toujours pas la conjugaison et l’orthographe.
    Un lieu où les mathématiques sont distillés avec un entonnoir au fond de la gorge et servent de jugement dernier à tous les élèves qui se fracasseront sur les concours d’entrée aux classes prépa… Tu voulais être médecin… « Tu ne pourras pas mon fils car tu ne sais pas démontrer cette figure géométrique très utile lors d’une perfusion »

    En Arts Plastiques on ne dessine plus, on recycle du carton à grand renfort de colle…

    En musique on chante du Céline Dion et du Yannick Noah, mouahahah…

    En géographie la moraline éscrologiste fait des ravages à grands coups de réchauffements climatiques dans la tronche…

    Tiens une deuxième langue vivante alors que je ne sais pas encore la première…

    En économie, pardon « Science économique et Socialiste », on confond capitalisme et libéralisme et finance dans un joyeux gloubiboulga festif…

    Rien ne bouge, rien ne bouge, rien ne bouge, rien ne bouge….. Nos gosses s’emmerdent dans l’immuable, dans l’escroquerie du « Bac pour Tous »…

    CPEF

    1. gameover

      Désolé mais les maths sont indispensables à la médecine et j’ose espérer qu’on ne fait pas médecine pour faire une perfusion. Les maths c’est la base du raisonnement. Reporter vous aux articles sur le net. C’est comme vouloir faire chanteur en n’ayant pas de voix.

      Apprendre 2 ou 3 langues à la fois ce n’est pas un problème surtout que ça permettra de les apprendre jeune à un moment où le cerveau est plus malléable.

      1. Black Mamba

        « Les maths sont indispensables à la médecine … »
        Je suis d’accord avec vous mais il se trouve que les étudiants qui proviennent d’une filière littéraire réussissent mieux le concours de médecine, on ne demande pas aux étudiants d’avoir un bon raisonnement mais d’être capable de recracher tel quel les cours …

        1. petit-chat

          « on ne demande pas aux étudiants d’avoir un bon raisonnement mais d’être capable de recracher tel quel les cours … »
          cépafo

          1. Black Mamba

            Alors les critères de sélections ont évolués, ils sont devenues moins exigeant sur l’expression écrite, car les professeurs eux même à mon époque affirmaient que ce n’étaient pas un handicap de venir d’une filière littéraire bien au contraire, et qu’ils sanctionnaient sévèrement les copies bourrées de fautes et d’erreurs grammaticales.
            Et la petite phrase assassine de Boileau « Tout ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément » fait parti du mon cauchemar quotidien …

      2. Paroxystique

        Andrew Hacker affirme que les maths sont l’un des principaux facteurs d’échec et de discrimination dans le système scolaire américain.

        Andrew Hacker, professeur de sciences politiques à la retraite, a publié une tribune dans le New York Times intitulée « Is Algebra necessary? », à laquelle Le Monde a donné un retentissement douteux dans sa rubrique Big Brother du 30 juillet 2012, sous le titre provocateur « Faut-il arrêter d’enseigner les maths à l’école ? »

        Sa thèse est que le rôle de sélection joué par les mathématiques empêche des tas de gens talentueux d’accéder à l’Université et que les mathématiques enseignées (en particulier l’algèbre) sont beaucoup trop coupées de ce que les gens auront à utiliser dans leur vie professionnelle et devraient être remplacées par des notions de la vie réelle.

        http://www.nytimes.com/2012/07/29/opinion/sunday/is-algebra-necessary.html?pagewanted=1&_r=3&ref=general&src=me&

        1. Greg

          Les mathématiques sont un ensemble bien grand de diverses théories.

          Un minimum de capacités au calcul mental est tout de même nécessaire ou du moins devrait l’être dans bien des métiers ou études.
          Un minimum de connaissances algébriques, ne serait-ce que la règle de trois et la capacité à calculer des pourcentages, sont nécessaires également.
          Faire médecine sans comprendre un logarithme, c’est ne jamais vraiment comprendre un PH, ou une dilution CH en homéopathie avec comme corolaire que l’homéopathie est une escroquerie au sens logique pure.
          Un minimum de connaissances en statistiques et probabilités est nécessaire en médecine aussi.
          Le nombre de gens qui ne connaissent pas la différence entre une valeur absolue ou relative est effarant de nos jours.
          Un minimum de logique, la plus élémentaire qui soit, telle que l’algèbre de Boole, est nécessaire en médecine, en informatique, en électronique et bien d’autres domaines…

          Les notions de la vie réelle, sans un minimum de compréhension logique et mathématique, c’est un grand n’importe quoi ou se mêlent dogmes, croyances et propagandes destinés à faire avaler bon nombre de couleuvres…

          Si la courbe de Laffer est si incompréhensible à nos politiciens, cela n’est dû qu’à leurs lacunes mathématiques, après tout…

          1. gameover

            +1
            Je voulais faire une liste de base… c’est fait.
            Comme tu le notes aussi, le calcul mental permet d’avoir un raisonnement rapide dans toute situation pour prendre une décision.

      3. xenox

        Vous faites erreur. C’est la logique qui est la base du raisonnement. Et ne me dites pas que la logique fait partie des mathématiques. Les mathématiques découlent de la logique, pas le contraire. Des cours de logique seraient amplement suffisant pour devenir médecin.

        Apprendre plusieurs langues à la fois peut être un problème car plus vous apprenez simultanément plusieurs langues, moins vous maîtrisez chacune d’entre elles.

        1. gameover

          Xenox, ça serait bien de nous parler de ce que tu connais au lieu de te lancer en live comme ça pour éviter de te payer le mur.

          Le problème est vaste et je vais essayer de faire court.

          La logique ne traite que la structure du raisonnement. Elle ne s’occupe pas de la problématique ni de l’argumentation. C’est une langue avec son propre code, comme la grammaire pour le langage. La grammaire n’est pas la base du langage et la logique n’est pas la base du raisonnement. Ce sont des outils.

          Les mathématiques datent d’avant l’écriture (20,000 ans avant JC). On extrayait des racines carrées et résolvait des équations bien avant les grecs (Mésopotamie, Babylone). Il y a un code pour les opérations et donc ce qu’on pourrait appeler une logique mathématique.

          Mais connaitre le code ne fait pas un mathématicien comme connaitre la grammaire ne fait pas un écrivain.

          La logique pour ce qui est du raisonnement est une recherche de règles permettant d’éviter les ambiguités et donc de distinguer un raisonnement vrai d’un raisonnement faux, le but étant d’éviter les syllogismes qui conduisent a dire que : plus il y a de gruyère plus il y a de trous et que donc plus il y a de gruyère moins il y a de gruyère.

          Le but initial était de trouver la vérité en appliquant la même rigueur que dans les mathématiques. Mais le langage de la logique a beaucoup évolué et ce de manière contrainte et forcée à cause des mathématiques et de la physique : là où on considérait qu’une proposition était soit vraie, soit fausse il a fallu considérer qu’elle pouvait être indéterminée (comme pour le chat de Schrodinger) ou lui appliquer des probabilités. On s’éloigne donc de la logique 0/1 et on rentre dans la logique floue en essayant de se rapprocher du raisonnement humain.

          Le rêve des logiciens était de mathématiser la pensée afin de ne plus se tromper dans les raisonnements. Mais pensable et calculable ne peuvent pas être confondus et ce sont les théories de la logique que l’on adapte pour tenter de s’en rapprocher.

          Les deux disciplines (maths et logique) partagent beaucoup d’éléments communs : des raisonnements, des symboles, des démonstrations et des théorèmes mais l’une n’est pas une partie de l’autre. Les maths utilisent des chiffres et des calculs, au contraire de la logique.

          A noter que je dis « la logique » mais il y a de multiples logiques qui sont des restrictions de multiples langages.

          Donc dire que des cours de logique sont amplement suffisant pour faire de la médecine c’est comme dire que connaître la grammaire fait un écrivain.

          C’était la minute culturelle.

          1. Fll

            Pour résumer, d’où la création du Quantique, soit la réponse, peut-être n’importe ou entre 0 et 1 😉
            D’où le Qbit pour l’informatique 🙂

            1. gameover

              Oui j’ai vu dernièrement que google avait encore acheté une société oeuvrant dans l’intelligence artificielle.

              Faudrait d’ailleurs changer ce qualificatif qui est légèrement péjoratif.

              Concernant le qbit il n’est pas entre zéro et un, tout comme le chat de Schrodinger n’est pas entre la vie et la mort.

        2. bob razovski

          Ca fait longtemps qu’il y a obligation d’apprendre plusieurs langues.

          Et j’ai beau parler couramment une langue étrangère, j’ai eu besoin du dictionnaire de H16 pour comprendre le français tel qu’il est parlé aujourd’hui.

          Pourtant, je croyais savoir lire, écrire, et parler français 😉

    2. Tribuliste

      en effet, et le sésame est vraiment le BAC où on réalise enfin que notre apprentissage commence. L’accès au savoir passe par l’interaction entre la curiosité la stimulation et une base de travail pour l’assimilation.
      Problème : à chaque cours on entend « asseyez-vous et taisez-vous » les gamins s’ennuient pour la plupart, perdent leur temps et une fois sortis de l’enceinte ne pensent guère à faire leurs devoirs.

  11. gem

    Notez qu’il faut en conclure que la désocialisation (prétendument provoquée par la scolarisation à domicile ), c’est pas grave quand ça concerne des handicapés …

  12. LM

    Ca sent la fin de règne toutes ces mesures. Leurs rapprochements et la vitesse de production chaque mois plus élevée des lois liberticides me font penser qu’il y a vraiment panique au sein de la Nomenklatura.
    Je ne peux m’empêcher de penser au Vénézuela et à l’Argentine.

    1. Tof

      Vous êtes optimiste… vu le niveau de désinformation d’une bonne majorité de la population qui s’abreuve au JT et aux journaux subventionnés, je crois que notre classe politique peut continuer tranquillement ses basses oeuvres. Nulle panique: tout cela est mis en oeuvre calmement, méthodiquement et progressivement.

      Il est impossible d’expliquer aux bonnes gens que l’état étouffe peu à peu nos libertés et nous amène vers un état totalitaire: c’est trop gros, mais non voyons, on est le pays des drôadlom, nous sommes libres, de faire nos courses à Carrefour ou bien Leclerc, et de voter bonnet blanc ou blanc bonnet!

      1. Tribuliste

        +1
        d’ailleurs l’élite de notre peuple est désormais issue du foot, et la formation est à plein temps : télé la semaine et stade le week end. Vivement la coupe d’Immondes que ce pays s’anime..

  13. Cerf D

    Prochaine étape, interdiction de l’enseignement privé hors contrat, étape suivante, interdiction de l’enseignement privé tout court.

    1. Black Mamba

      Oui, cela nous pend au nez …
      J’ai reçu un mot de l’école privée , vu le foutoir qu’occasionne le remaniement de l’emploi du temps et le nouveau programme scolaire , ils ont décidé pour l’année prochaine de rester sur la semaine de quatre jours et de suivre les directives de l’Eglise Catholique …

  14. Perronnelle

    Un article comme j’aurais aimé l’écrire !
    Juste une petite note sur « la France impose l’instruction, elle n’impose pas la méthode », dans la loi oui, dans la pratique c’est autre chose… Combien de parents harcelés, voire signalés au procureur (tiens, ça c’est moi) ou pire englués dans des procédures juridiques sans fin parce qu’ils refusent de reproduire gentiment à la maison ce qui se passe à l’école ?
    Enfin, vous l’avez dit : ce pays est foutu.

  15. amike

    La raison donnée est « conditionnement psychique, idéologique ou religieux ».

    Je comprends la cause de cette démarche : éviter le développement d’une éducation communautariste. Sinon, autant demander à la République Française d’abandonner le principe de laïcité – il faut être cohérent. Déjà qu’ « on » veut supprimer la Nation…

    Par contre, la solution proposée est effectivement typiquement étatiste, et il est piquant de voir que la demande vient de parfaits idiots utiles qui vont ravir le Raminagrobis Peillon ou son future remplaçant.

  16. Tribuliste

    Et oui la lutte des classes va bientôt s’achever par un maelstrom social, où le déterminisme laissera place au collectivisme.
    Comme le souligne H16 le plus inquiétant n’est pas l’idée en elle même mais bien que l’opposition tire la couverture dans le même sens pour que tout le mode ait les fesses au chaud.
    Ce pays est foutu oui, mais la décadence est idéologique, pas structurelle.

      1. Semaphore

        Quand vous êtes du bon côté du marteau, la vie doit y être très acceptable…
        Il y a quelques années, un long article était paru dans le Point (pour les vingt ans de la chute de la RDA, me semble-t-il) où était présenté le cadre de vie des dirigeants et hauts cadres du parti. Tout était au standard de la vie occidentale telle que nous la connaissons.

    1. tess

      Le motoditacte Estrosi a sorti une belle perle !
      Christian Estrosi, député-maire de Nice, Alpes-Maritimes, UMP
      L’Opinion, 29/10
      «L’autorité de l’Etat ne peut pas être vacillante. C’est lorsqu’elle est ferme qu’elle apparaît tolérante et ouverte.»

  17. Sabrauclair

    Par pitié H16, ne me recollez plus l’insolente photo de NVB en train de se poiler comme un démon. Vous ruinez tous les efforts que je fais pour aimer mon prochain et me provoquez des envies totalement pas bisous-compatibles…

  18. Moggio

    Merci h16. Je ne sais pas comment vous faites pour trouver le temps et l’énergie (voire l’argent) pour rédiger si bien vos billets réguliers (d’ailleurs, cela ne me regarde pas), mais votre travail de sentinelle (au sens littéraire) est précieux. Merci encore.

  19. Jacques

    « qui se disputent les rennes du pouvoir  » et qui croit encore au Père Noël qui dirige ses rennes avec des rênes. Alors que pour Flamby, ce sont les reines du pouvoir qui se disputent !!!

  20. Dommanget

    Encore un grand BRAVO pour vos « alertes » H16.
    D’ordinaire peu enclin à l’écriture, j’ai pris soin d’adresser un e-mail « élogieux » à chacun de nos élus listés, et j’encourage chacun à le faire, le sujet n’ayant rien d’anecdotique.

  21. fx

    Excellent billet, H16. La ligne entre la meformation et la deseducation etant tres floue quand elles arrivent par l’instruction obligatoire, j’ajouterait que les octocrectins de l’UMP font en fait du communisme pur beurre: monopole economique et formatage des esprits en un.

  22. Higgins

    Voilà une fort belle manière de souligner, une fois n’est pas coutume, la forfaiture représentée par la classe politique française. Le fait que les initiateurs de cette proposition se réclament de la droite traditionnelle conforte l’idée que l’UMP et le PS partagent des valeurs similaires et que l’étatisme est leur socle commun. Un doute, voyez cet article: http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/01/24/la-surenchere-liberale-de-l-ump-inquiete-alain-juppe-et-francois-baroin_4353866_823448.html

  23. Can-Eye

    Je me permettrais de donner un éclairage « vécu » sur un aspect qui n’apparait pas dans l’article.
    Un ami inspecteur de l’Ednat est chargé d’inspecter les familles pratiquant l’éducation à domicile dans l’Ouest de la France.
    Sur les 3 dernières années il a constaté un doublement du nombre d’enfants éduqués par leur mère.
    Dans 100% des cas (sur son secteur) il s’agit de familles musulmanes intégristes qui refusent l’école laïque.
    La plupart du temps la mère est voilée, le père « absent » et les manuels utilisés très fantaisistes. Par exemple, des textes en anglais (pakistanais) ou en franco-arabe (le coran bilingue), voir même un cas ou le livre de lecture était « super-Picsou illustré ».
    L’edNat joue les gros bras (ou les grandes langues) mais n’a strictement aucun moyen d’action et les familles en question le savent…
    Ceci dit, je suis d’accord avec la position d’H16 et tout à fait opposé à ce projet de loi.

    1. On aura donc des familles qui formeront des illettrés ou des semi-habiles. Bon. Ça durera vaguement quelques années, comme d’antan ceux qui s’installèrent dans le Larzac. Pas de quoi légiférer. Les parents normaux veulent des enfants aptes et bien formés.

    2. LeRus

      J’ai eu la même discussion avec un ami suédois qui m’expliquait calmement (les scandinaves sont des arrogants qui s’ignorent – pas comme les français), que tout le monde doit aller à l’école, et que ceux qui veulent le faire à la maison doivent accepter les sanctions (amendes, privation des droits parentaux, etc…

      Le plus cocasse, c’est que l’EdNat se débrouille très bien pour former des petits intégristes: Merah ou même Brejvik par exemple…

        1. LeRus

          C’est ça qui m’a le plus étonné: c’est un type très ouvert, que je connais depuis près de 15 ans (ancien room-mate). Je l’avais contacté à propos de la famille qui a perdu le contrôle parental de son môme pour ces questions.

          Il n’était pas au courant (comme quoi l’auto-censure des média est bien partagée) mais ne trouvait pas cela choquant!

          Je suis certains que beaucoup partagent ces idées en France, sous peu qu’on égraine dans un article les mots terrorisme, pédophile ou ultra-libéralisme!

  24. Amélie

    Je prédis dans les semaines qui viennent un fait divers aux infos – des enfants seront arrachés à leur parents, membres d’une secte quelconque, qui les maltraitaient sous couvert de scolarisation à domicile.
    Les miens font l’école à la maison (la petite de 4 ans est en train de réciter « Le corbeau et le renard »). Ils font par ailleurs du sport en club, vont au centre aéré et jouent souvent avec les enfants des voisins.
    Si la loi passe et que je ne trouve pas de place dans le privé, je ferai comme les familles d’enfants absentéistes : ils ne mettront pas les pieds à l’école pendant des mois, puis, quand la procédure d’enquête sera lancée, ils y retourneront quelques jours et tout recommencera à zéro (et je garderai mes allocs, non mais!)

  25. petit-chat

    Les enfants victimes de l’obscurantisme des parents, sans doute ?
    L’éclairage genré, l’histoire de France aux oubliettes, le survol des maths, l’analphabétisation par la méthode globale, les demi-journées « découvertes », le « laisser l’enfant découvrir seul les bases », est la réponse -certes républicaine- que l’Edulcoration Collectiviste apporte.

  26. channy

    @h16
    « inexorablement dissout la cohésion sociale du pays en dépossédant chaque citoyen de ses responsabilités pour n’en faire qu’un animal mal domestiqué »
    Vendredi mon boss reçoit un appel :
    -Bonjour Madame G du lycée …, nous nous sommes aperçu que cette année contrairement aux 4 dernières vous n’avez pris aucune personne en contrat d’alternance
    -Effectivement et je n’en veux plus
    – Ah bon? vous avez eu de mauvaises expériences?
    -Madame G, le problème c’est que dans votre école vous enseignez à vos élèves leurs droits avant leurs devoirs, donc au revoir!

  27. zed

    J’ai signé ! Moi, ancienne de l’edunaze ! (Je me suis tirée à temps. Ca sentait le roussi dés le départ, à l’école normale-isante, quand une pseudo-pédagouze nous disait « Faut pas dire à un enfant qu’il a fait une faute, mais faut lui dire qu’il a fait une erreur ! »). Moi qui ai toujours aimé appeler un chat un chat !

    @ Gamover, oui, j’ai vu, ça défile drolement vite, les signatures !

    Peillon, francmac pourri !

    @Black Mamba (cède pas sur la gosse! D’toute façon, in my books, l’indivualisme, c’est une qualité), une petite vidéo http://new.ted.com/talks/ken_robinson_says_schools_kill_creativity (le mec a un sens de l’humour, je vous conseille à tous de regarder, c’est juste 15 minutes).
    Au fait, merci pour le Lambert Wilson, trop bon !:-)))))

    Quelle epoque de folie planétaire. Ici, des politiciens parlent d’interdire les piscines individuelles because it is dangerous ! J’invente pas ! :-))))

  28. zed

    L’homéopathie, ça marche par résonance. Pour moi c’est simple. Difficile a expliquer car ça a à voir avec la quantum physics. Et ça marche aussi avec les animaux (alors argument placebo not relevant).

    Les chemtrails, j’attends toujours de voir ces toiles d’araignée dans ma cour de derrière. J’attends de voir, et je regarde. J’attends. En espérant de ne pas en voir.

    Les conspiracy theories, y’en a, y’en a même plein. Des vraies conspiracies, et des conspiracies de paranoiaques qui voient un agent du Mossad derriere chaque buisson. Je suis relax, apocalypse now, all will be revealed, moi, je m’assieds au bord du fleuve et j’attends de voir passer le cadavre de mon ennemi, pas même besoin de lever le petit doigt… C’est la beauté de la chose. Cette année, on va découvrir encore plus de chose que l’an dernier. Snowden, c’était juste un hors d’oeuvre. Hold your seat, it is going to be a F…..G wild ride!

    Les vaccins : ce serait mieux sans mercure (ou thymerosal), merci.

    De toutes façons, pour les virus, il suffit de faire son argent colloidal, et hop, parés pour les attaques.

    Ne pas rejeter comme ça des choses en les ridiculisant, s’il vous plait, H16 et les autres, car la kyrielle des scientifiques qui ont eté ridiculisés, lynchés, supprimés, descendus en flamme,, cette liste est longue, trés très longue.
    Il faudrait peut-être s’en souvenir.
    Et ne pas risquer d’en rajouter.
    (Allez-y, frappez ! J’ai l’habitude!)

      1. gameover

        Sur l’effet placebo inverse il y a eu il y a quelques années un reportage fait sur des riverains d’une antenne de téléphonie qui avaient des maux de têtes etc… alors que l’antenne n’était pas alimentée… MDR

    1. Totallystone

      Il faut arrêter avec ça… la physique n’est pas un fourre tout qui permet d’expliquer les lubies de tout un chacun.
      Ça vaut pour la physique quantique, mais aussi pour des choses aussi simple que l’entropie.
      Il n’y a pas de lien entre homéopathie et physique quantique et il n’y a pas augmentation de l’entropie sur terre qui justifie le recyclage (« La grande illusion de la technique »). Il y a certainement d’autres justifications fumeuses, je ne vais pas en faire la liste, mais par pitié, soit vous ouvrez un livre de physique et savez de quoi vous parlez, soit vous vous abstenez.

  29. CW77

    Si j’avais les moyens, je pense que j’instruirai mes enfants moi-même… Alors cette loi… Entre les connasses qui règlent leurs problèmes psycho-affectifs et les syndicalistes, l’école est un danger pour nos enfants. Bon, saluons les enseignants qui font bien leur travail, et qui persistent à inculquer le goût de l’effort et le sens du mérite aux enfants. Et puis il y a déjà des lois contre les sectes, alors la fin du paragraphe, c’est qu’un ajout de plus à un feuilletage déjà bien indigeste…

  30. Kékorésin

    Allez sur SOS EDUCATION, c’est très instructif sur l’état de l’école aujourd’hui.

    L’endoctrinement est la pierre angulaire du système et pas qu’en France. Récemment, au Royaume Uni, une famille s’est vu infligée une amende pour avoir soustrait ses bambins quelques jours pour aller en vacances, car le père (je suis dans le même cas) a une activité qui ne correspond pas au rythme des fonctionnaires d’état. La découverte du monde et les vacances en famille ne sont visiblement pas épanouissants pour l’enfant. J’ai également eu maille à partir avec le milieu scolaire pour avoir fait la même chose une année (je n’ai pas les moyens de partir en vacances tous les ans). Pour cette unique fois, j’ai été traité comme un irresponsable dans des correspondances pleines de bonne morale républicaine, me rappelant mon devoir de parent d’assurer l’éduction de mes enfants (qui passe bien entendu par l’abrutissement scolaire).

    Pour ceux qui veulent instruire leur enfants selon le bon programme estampillé EN, bon courage! Je n’arrive même pas à les aider. Non pas parce que je n’ai pas la connaissance, mais je me fais engueuler par les profs sur la méthodologie.

    Je suis effaré par les programmes. Par exemple en histoire où l’on enseigne à ma fille de 12 ans ce qu’est la dictature en lui citant une liste de dictateurs : César, Hitler, Mussolini, Napoléon – sans définir ni le contexte ni la chronologie. Et ce n’est qu’un exemple…

  31. lareponseest42

    Prochaine étape: revoir à la baisse le niveau de certaines écoles (ex: Louis-le-Grand, Hoche…) afin que « l’école de la République soit un modèle d’égalité pour tous les citoyens »…

  32. marie42

    je ne sais pas si les pétitions sont efficaces ou non .En tout cas,ce genre d’intervention étatique brime le citoyen de ses libertés fondamentales et c’est ce que fait cette proposition de loi.D’autre part, si les parents choisissent l’école à la maison, c’est que l’école est malade , dirigée parfois par des directions peu ouvertes et plus enclins à isoler les parents et malheureusement enfants (mais en fait plus rarement) et sans nul doute à stigmatiser les fameux parents avec des vacheries du genre : ils n’ont pas de personnalité ou à se montrer plus agressifs avec ceux ci sous le simple prétexte qu’ils pensent différemment…Je croyais que l’école devait montrer l’exemple de la tolérance…Surtout dans les écoles dites libres

  33. Flash

    Bonjour,

    Un petit message de soutien. J’ai lu le Monde et les autres journaux ce jour. Vous êtes tous catalogué à l’extrême-droite. Vous êtes même négationniste pour Peillon. Vous suivant depuis quelques mois, je suis ébahi par l’unanimité et le mensonge total au sujet de ces absences à l’école. Lisez la presse à ce sujet, vous verrez que ceux parlant des gendre studies ou de l’éducation à domicile sont qualifiés soit de proches de l’extrême-droite, soit d’immigrés ignorants. Je suis curieux de connaître votre réaction face à ce grand n’importe quoi !

    1. Aucune. Vu le calibre des canards boiteux, je vais pouffer et passer à autre chose. Samuel Laurent, du Monde, est connu pour la médiocrité de ses papiers, par exemple.

      1. Flash

        C’est vrai. J’ai toutefois moins l’habitude que vous de ce grand n’importe quoi. J’ai perdu mes aimables illusions il y a un an et demi. Avant, imaginez donc, je pensais que la tolérance était à Gauche, que les journalistes essayaient d’être objectifs , le Monde étant le plus objectif du lot, que la France souffrait surtout du « repli sur soi » et du méchant libéralisme.

        Comprenez donc que je reste encore estomaqué par l’impudence des médias, voire même totalement révolté. Limite révulser.

        1. Fll

          Ha merde, encore un libéral qui se découvre … on compati avec toi, on est avec toi.
          Mets toi au milieu, debout et dit à haute voix : Je suis un libéral, j’aime que les gens aient le choix de vie qu’ils veulent, je respecte les idées de tous, les patrons et l’argent c’est pas le mal … Je ne suis qu’un vers de terre, pardon à tous, je ne suis qu’un libéral qui s’ignorait … 😉

Laisser un commentaire