Made in France, E17 : « Roms raisins »

Tranches de vie ordinaires en République Démocratique (et Populaire) Française, imaginées mais pas dénuées de réalité – Épisode 17 : « Roms raisins. »
Par h16 et Baptiste Créteur.

En France, on ne fait pas ce qu’on veut où on veut. Il faut des autorisations. C’est comme ça, parce que sinon, ce serait l’anarchie et la mort du petit cheval. Et c’est d’autant plus vrai lorsqu’on sait que l’État sait mieux ce qui est bon pour vous et la collectivité que vous-même. Stéphane en sait quelque chose.

stephaneStéphane, c’est le propriétaire d’un terrain de 4000 m², dans le Sud de la France, situé à deux pas d’un important village de vacances accueillant de très nombreux touristes. Et au lieu de laisser son terrain en jachères inutiles, Stéphane a une idée pour rentabiliser son bien : il veut en faire un minigolf, quelque chose de joli avec une agréable pelouse, un joli parcours, et, pourquoi pas, une petite buvette bien achalandée.

Les arguments de Stéphane sont convaincants. Il se souvient les avoir longuement exposés à ses amis autour de quelques olives et d’un pastis puis deux puis trois : le village a besoin d’animation, les touristes garderaient un meilleur souvenir de leurs vacances si, au lieu d’encombrer le boulodrome que les locaux pratiquent régulièrement, ils venaient mettre quelques balles dans les trous qu’il mettrait à leur disposition.

L’idée, telle une balle menée de main de maître sur un joli parcours de minigolf, a fait jusque là un sans faute. Malheureusement, après quelques avancées importantes, elle se heurte à un maire qui souhaite maintenir la tranquillité des lieux et veille à ne pas défigurer le Village Fleuri qu’il administre. Et puis, il faut bien le dire, le maire (à l’insu de Stéphane) trouve excellente cette idée de minigolf, et, tant qu’à faire, préfère la mettre de côté quelques années pour l’ami de son beau-frère, qui, il en est sûr, le lui rendra bien.

Concrètement, raisons légitimes ou pas, intérêt général ou petits calculs, le refus du maire est ferme, et motivé ainsi :

Notre village est un lieu d’accueil, certes, mais pas Disneyland.

Un lieu d’accueil ? Vraiment ? Ah, puisque c’est ainsi, Stéphane prend le maire au mot. Puisqu’on doit accueillir, accueillons ! C’est donc, un brin revanchard, qu’il annonce à tous l’ouverture prochaine d’un camp d’accueil destiné aux populations Roms.

Chassés de partout, persécutés dans toute la France, les pauvres Roms ne trouvent pas leur place dans une société qui, de surcroît, utilise de l’amalgame et la discrimination à grosse louchée pour les empêcher d’aller et venir et de s’installer où ils veulent, à commencer par les pâturages et les vertes prairies du pays qui est pourtant le Phare Mondial de l’Humanisme. Et même si la commune n’est pas assez grande pour se voir imposer la mise en place d’un terrain d’accueil, Stéphane aime l’idée d’un lieu ouvert, bien conçu mais suffisamment sobre pour éviter le qualificatif de Disneyland, pour ces gens défavorisés dont la présence ne pourra qu’enrichir la vie locale, ouvrir l’esprit des habitants et soulever un peu le voile sur les coutumes différentes de ces itinérants, et tant pis pour le mini-golf.

mini golf

Sapristi ! Le maire, mis au courant de l’idée, n’apprécie pas. Pas du tout, même.

On peut le comprendre. Voyez-vous, les prochaines élections approchent et les résultats ne sont pas acquis d’avance : le soutien de la population décroît d’autant que son embonpoint s’étend, ce dernier étant bizarrement corrélé à la multiplication des projets fumeux et autorisations farfelues qui semblent inlassablement favoriser les proches du maire. Pour lui, un campement de Roms, ce serait le pompon qui risquerait de lui faire perdre son mandat, sans lequel il serait bien en peine de trouver à gagner sa croûte. Et même s’il le conserve, il n’a aucune envie d’avoir à gérer les habitants et touristes en colère, pendant ces mois d’été que le réchauffement climatique promet caniculaire, ce sont les scientifiques qui le disent.

La surprise passée, le maire empoigne son téléphone et contacte le préfet, le conseil général, le conseil régional, et tous ses amis de la loge. Pendant que des coups de fils sont échangés, fébriles, Stéphane, lui, avance. Déjà, sur un panneau, on peut lire depuis la route « Ici, création d’un village d’insertion pour le peuple Rom » sur sa propriété. Ce qui ne manque évidemment pas d’attirer l’attention du propriétaire d’un camping voisin, ainsi que celle du propriétaire du village de vacances. Accessoirement, ils ont en commun d’être des proches du maire, et désormais ennemis de Stéphane.

Cependant, ce dernier est en contact avec plusieurs associations pour créer sa zone d’accueil pour les vilains petits canards de l’Europe. Au passage, Stéphane a même hésité un moment à y adosser un centre de réinsertion de jeunes déçus de la France, histoire de vraiment titiller l’implication citoyenne par le gros bout de la festivité multiculturelle, mais ce sont les associations elles-mêmes qui l’ont mis en garde contre d’éventuels troubles liés à une cohabitation difficile. Il n’y aura donc pas de centre de réinsertion, mais pour le terrain d’accueil, c’est tout de même bien parti :

Je vais aménager une fosse septique, des panneaux solaires et j’ai pensé aussi à un forage. Tout sera prêt pour cet été, et je pense pouvoir accueillir une dizaine de familles. Je ne vois pas pourquoi tant de gens refusent que le village soit réellement un lieu d’accueil pour ceux qui en ont besoin. Après tout, c’est le maire qui veut qu’on soit accueillant, non ? Bien sûr, j’aurais préféré mettre en place un minigolf, mais je n’aime pas trop qu’on me dise quoi faire. Certes, si le maire veut bien que je construise mon minigolf, j’hésiterai sans doute un moment. Parce que le maire est un vrai couillon.

Et parce que le maire est vraiment couillon et Stéphane vraiment têtu, les Roms disposeront bientôt d’un lieu d’accueil conforme aux dispositions légales et où ils pourront rester en toute tranquillité.

N’est-ce pas magnifique, la générosité d’une République apaisée ?

Vous vous reconnaissez dans cette histoire ? Vous pensez qu’elle ressemble à des douzaines de cas relatés par la presse ? Vous lui trouvez une résonance particulière dans votre vie ? N’hésitez pas à en faire part dans les commentaires ci-dessous !

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires229

    1. max

      C’est la première fois que je vois un bretzel dans un minigolf. Sans doute comprend il aussi de la choucroute et des saucisses.

        1. Dr Slump

          Toutes mes excuses gente dame, après tout, je n’ai aucune subtilité, comme tous les mâles blancs hétérosexuels! :p

            1. bob razovski

              Parce que dans le petit guide du constructivisme socialiste, le mâle blanc hétero cumule toutes les tares. Pour peu qu’en plus, il soit catholique alors là… ouille ouille ouille… 😉

          1. petit-chat

            La prochaine génération Peillon-Belkassinée dès la maternelle (oups : dès le premier stade de l’endoctrinement) ne verra plus les noirs, les blancs, les jaunes, les rouges : aucune race, elles auront disparues (du vocabulaire). Plus de mâle ou de femelle, ce sera un genre numéroté (savoir s’il existera encore un bon et un mauvais genre…), plus d’hétéro ou d’homo, seulement des bisexuels à tendance.
            Ah ! Quelle joie pour moi de n’avoir aucune « chance » de voir ce progrès sociétal !

            1. Black Mamba

               » plus d’hétéro ou d’homo, seulement des bisexuels à tendance. »
              Cela me rappelle une con-versation avec ma grand-mère …
              Un jour que je m’amusais à bouger une poitrine indépendamment de l’autre ,vous savez comme les mecs qui fond du body building , ma grand-mère m’a aussitôt réprimandé car je ne devais pas chercher à exercer mon art d’attirer la gent masculine … Et moi de lui répondre « T’inquiètes pas grand-mère ceci est pour attirer les filles :mrgreen: et elle de crier « Mais tu es dégoûtante , ah ! Non ! Pas question que tu fréquentes des femmes de mon vivant… »
              « Alors là , il faut choisir Mamie , c’est soit les hommes soit les femmes , et comme cela fait des années que tu m’interdis de fréquenter les garçons , je me suis dis que je pouvais donc sortir avec les filles … Dans tous les cas je ne vais pas vivre seule 😈 « 

            2. petit-chat

              … Et c’est grâce à ces artifices plaisants et à la suite de cette conversation que BM et WP devinrent BM&WP&co

            3. gameover

               » Un jour que je m’amusais à bouger une poitrine indépendamment de l’autre…

              Je comprends pas ce que tu veux dire, sois didactique stp, mets nous stp une video (de toi hein !) :mrgreen:

            4. Black Mamba

              « Indépendamment l’une de l’autre  »
              Désolée, je ne vois pas pourquoi, je ferais une vidéo sur mes performances musculaires, cette anecdote était pour relater mes relations tendues avec ma grand-mère sur le sujet de la gent masculine, et combien je lui étais casse-pied et maligne pour la faire tourner en bourrique :mrgreen:

            5. Black Mamba

              Le commentaire de WP a la vue de cette vidéo anthologique de ma jeunesse :
              – Aïe ! Aïe ! J’arrive plus à fermer ma mâchoire 😀
              Il vous remercie pour cette rétrospective et il admire votre référence culturelle :mrgreen:

            6. pouf pouf

              ça avait de la gueule quand même quand nixon gouvernait la californie pour bank of america …

            7. Lark on the Wing

              @WP : référence culturelle ? Ellroy, le « Quatuor de Los Angeles »… J’ai un petit côté Buzz Meeks…

            8. Aristarque

              (est) tetratetonnée pour arriver à bouger une poitrine indépendamment de l’ autre?…

    1. gameover

      Le maire a changé en 2014 mais il porte le même nom de famille REY.
      Mais en 2008 les 2 REY étaient sur 2 listes différentes.
      Il semble que le refus de permis de construire est intervenu peu après les municipales.

      1. Caton

        C’est amusant, il y a donc au moins deux cas différents: dans le Vaucluse, à Aubignan, et dans le Tarn, à Murat-sur-Vèbres. J’évoquais le deuxième cas, et vous le premier.

  1. Caton

    Pour conclure, la manœuvre n’a fonctionné, si le maire a bien changé, cela reste la même équipe. Mais cela fera plaisir à Fanny Ardant, marraine de l’association qui bénéficie du terrain. Et, bien sûr, à Marine Le Pen, dont le parti est à peu près sûr de gagner désormais toutes les élections dans cette petite commune…

  2. sabrauclair

    Pour le coup, je trouve cela guère crédible Quel intérêt pour Stéphane de faire un terrain pour les Roms? Cela n’est pas payant (à moins qu’il n’y ait des subventions pour la créations de ce genre de terrains, ce qui n’est pas impossible). Alors qu’un terrain de golf l’est.

    Stéphane serait-il un bobo parisien, partisan du « Vivrensembl », de l’ouverture aux autres, de la tolérance (etc…et j’en oublie)?

    1. Caton

      La levée de bouclier des habitants aurait pu conduire à l’élection d’une équipe municipale différente. Mais voilà, l’ancien maire a été réélu dès le premier tour avec près de 58% des voix, ainsi que 12 de ses petits camarades. Le village a choisi les Roms plutôt que le golf. Et Stéphane a choisi la stratégie de la terre brûlée.

      Dans le village, le FN est arrivé en tête au européennes dimanche dernier.

    2. Black Mamba

      C’est pourtant simple. ..
      On lui interdit de faire son mini golf , or au départ de l’histoire il y avait il me semble un accord oral … le maire comme tout politique fait des promesses mais ne les tient pas .
      Donc Vendetta au frais de la communauté …

    3. gameover

      T’as vraiment rien compris Sabrauclair… on te rappelle que cette histoire est tirée d’un cas réel.

    4. Comme d’habitude, ce « Made In France » est tiré d’un fait réel.
      Et Stéphane a bien compris que pour le Maire, mieux vaut un Minigolf qu’un terrain d’accueil. C’est donc purement stratégique.

      1. Lark on the Wing

        Hmmm ! j’adore ce petit bijou tiré du site officiel de la commune con-cernée :

        « Résolument moderne, l’équipe municipale a souhaité faire de ce site une vitrine du village ainsi qu’un moyen de communication supplémentaire avec les Aubignanaises et les Aubignanais…

        « Aubignan, c’est un village idéalement situé au coeur de la Provence entre Mont-Ventoux et Dentelles de Montmirail; à côté de Carpentras, à 20 km d’Orange et 25 km d’Avignon, ses habitants bénéficient à la fois du calme de la campagne, d’un cadre de vie privilégié et de la proximité de la ville.

        « Les touristes y sont attirés par son climat provençal, ses chemins de balade à travers les vignes ou le long du canal, la découverte du vieux village avec ses hôtels particuliers, ses remparts, les portes de la ville…

        « Un camping intercommunal, des chambres d’hôtes et des gîtes vous permettront de rester parmi nous quelques jours. Et différentes activités et manifestations sauront vous combler.

          1. Lark on the Wing

            D’un autre côté, n’est-ce pas, « différentes activités et manifestations sauront vous combler », c’est polysémique… quel humour dans un aussi petit village….

          2. Semaphore

            Ils mentionnent bien les touristes. Les touristes ont, pour partie d’ entre eux, des caravanes. Les Roms ont aussi des caravanes. Donc, les Roms sont des touristes… Tout baigne dans ce havre de Socialie…

    5. gem

      Stéphane est acculé, il sait que son terrain n’est déjà plus à lui, que la majorité est avec le maire (sans quoi ce dernier aurait cédé) et le restera (ce que les élections municipales confirme). La préemption menace. Donc, foutu pour foutu, la politique de la terre brûlée est son dernier choix.
      Stéphane est juste un petit moins désespéré qu’un Mohamed Bouazizi ou qu’un architechte de Créteil, et il se contente de cramer son terrain et non lui-même, et il rit ; mais son rire est jaune.

        1. David

          La préemption c’est en cas de vente du bien ; mais si le gars ne vend pas, qu’est-ce que la municipalité peut bien faire ?

          1. gameover

            Le gars là avait vendu une partie de son terrain à la mairie pour le village de vacances… mais le « topez là » n’a pas suffit pour avoir l’autorisation pour son minigolf. On pourrait imaginer une expropriation pour extension du village de vacances.

            « Ca date de la création du village vacances, dont mon terrain est voisin. J’ai céder un bout de ma parcelle en échange de l’autorisation de viabiliser. On s’est tapé dans la main ! j’ai investi 25 000 euros. Maintenant il faut que je rentabilise mon investissement. »

            http://www.ledauphine.com/vaucluse/2014/05/01/floreal-tous-je-suis-conscient-que-mon-projet-emmerde-tout-le-monde

            1. David

              En effet, une simple Déclaration d’utilité publique et n’importe qui peut se faire exproprier … alors là le gars il a les boules.

              Ma devise « ne jamais avoir à faire avec l’Etat » se justifie une fois de plus

  3. Lark on the Wing

    un Pur trouve toujours un Plus Pur qui l’épure…si on remplace « Pur » par « Con », cela fait sens, comme on dit chez les Bobos… et s’accorde assez avec la photo du MiniGolf (de la marque Pudenda?).

    De la fenêtre de ma bibliothèque, je vois un fort troupeau de Charolaises dans leur pré, se détachant sur une ligne de feuillus, avec, en fond, les collines bleues du Morvan…
    La Provence et les Minigolfs peu clairs, pour quoi faire?

  4. pouf pouf

    Aimer les typographies et les motos, où est le problème ? J’aime aussi les plantes vertes de ma maison, les jus de légumes qui poussent dans mon jardin, les fleurs de la mairie, les costumes de mon femme, heu, de ma mari, et rétrécir les habits qui ne devraient pas se laver normalement. C’est horrible, refuser la société de surconsommation coûte un bras, il faut travailler plus pour donner plus à l’état, rembourser sa mise à notre maman qui compte tant sur nous de compter sur elle. Aller chercher la croissance avec les dents comme disait machin, ça me rappelle un dessin de franquin, mais je crois que l’humour noir a encore perdu de la valeur cette semaine, plus la côte l’utilisation habile et forcenée du désespoir d’être né. L’humour comme dernier rempart à l’acédie que mon correcteur orthographique refuse d’accréditer, c’est pour vous dire la disparition des pêchés capitaux et des vertus cardinales. D’ailleurs, quelqu’un à des nouvelles d’édith cresson ?

  5. LeRus

    Je trouve que tous ces gens là manquent cruellement de créativité!

    Pourquoi ne pas mettre tout le monde d’accord en ouvrant un mini-golf DANS un camps de Roms? Je vois d’ici le panneau d’entrée: Bienvenue aux 18 trous de la Solidarité!

    On pourrait aussi imaginer un coin recyclage pour faire plaisir aux écolos: Apportez vos surplus de cuivre et vous recevez un bon d’achat à la boutique ethnique (iPhones tombés du camion)!

    Enfin, on pourrait arrondir le budget en louant les caravanes via AirBnB à des bobos en mal d’authenticité.

    Je suis certain que les nouveau locataires auront d’autres idées entrepreneuriales (spectacles de magie, d’improvisation, etc).

    1. LeVertEstDansLeFruit

      Atelier « prestidigitation »: comment faire disparaître toutes sortes d’objets ou encore « serrurerie de fortune »

  6. brondillant

    j’entends de plus en plus souvent le cas de maire ou d’amis de maire qui se sont enrichis en modifiant le P.L.U.
    Bizarre mmmmmmmm
    De là à penser que nos édiles, quels qu’ils soient, sont mercantiles………

    1. Higgins

      Il y a eu la triste cas de cette commune de la côte Atlantique pendant Xinthia. Les contrôles de l’Etat, avant la catastrophe, y ont été d’une efficacité redoutable puisqu’ils n’ont rien trouvé à redire aux permis de construire accordés en zone inondable ni aux montages de la mairie. L’Etat, c’est plus fort que vous.

      1. Aristarque

        Faut dire aussi qu’ habiter un patelin dénommé La Faute sur Mer était prémonitoire…

  7. Before

    Finalement, où en est-on à Aubignan ? J’ai compris que la majorité municipale n’avait pas changée.
    Le projet d’accueil des Roms avance ? J’ai rien trouvé de récent sur l’interouèbe…

  8. Kekoresin

    Le plus étonnant réside dans la fin de ce papier: « Forage, fosse septique et panneaux solaires ».

    Oulalalala! Pour tous ces somptueux aménagements, il faut des autorisations qui passent en partie par la mairie, en partie par les copains du maire et en partie par des entreprises privées-monopoles d’état fortement syndicalisées.

    La fosse doit être aux normes prescrites par un tombereau de polytechniciens ratés, selon le nombre d’utilisateurs. Les panneaux solaires doivent être sur l’habitation principale ou sur une dépendance (pas la même fiscalité!!!), donc il faut un bâtiment sur lequel les coller, donc il faut un permis de construire pour le dit bâtiment! Pour le forage, une demande préalable doit être faite à la mairie pour que la douce averse de justes taxes s’abatte sur le futur pompeur de ressources naturelles devenues rares comme l’eau depuis les innombrables canicules dues au vilain carbone en dioxyde!

    Bref, c’est pas gagné et pas seulement à cause des voleurs de poules et des jeteurs de sorts 🙂

    1. petit-chat

      D’un autre côté, le Maire aura toutes les assoces du vivrensemble au cul, reconnues d’inutilité publique certes, mais toutes bien rose/rouge/verte comme il faut.
      Il est des gens qu’il vaut mieux ne pas faire chi.. semble-t-il.

      1. Kekoresin

        Mon pseudo est kékorésin pour cake aux raisins, ma petite madeleine de Proust perso…

        1. Lark on the Wing

          ahh! ces cakes aux fruits, avec des vrais oeufs de la campagne qui donnaient cette coloration jaune à la pâte compacte, couleur tranchant d’avec le rouge des cerises confites et le vert de l’angélique… et ce petit goût de rhum… « roms raisinés » quoi…

          mais quand on pense que Jacques Duclos, sanguinaire stalinien, fut pâtissier… on l’imagine mal en Ragueneau….

          1. Black Mamba

            « des vrais œufs de la campagne qui donnaient cette coloration jaune à la pâte compacte, »
            Mon époux raffole des œufs produits par nos poulettes … nos premières cerises sont enfin arrivées à maturité , il va se donner à cœur joie pour confectionner les gâteaux fait maison …

            1. Lark on the Wing

              Cet homme est un heureux mortel… les plaisirs simples…

              « parce qu’un paradis démodé et négligé m’attire plus qu’un univers modèle, étincelant, mais désespérant…
              « parce que la France, suspendue aux basques de l’Humanité, ralentit une course dont on ne sait si elle doit mener vers les étoiles ou dans l’abîme…
              « parce qu’il nous est nécessaire de savoir une fois pour toutes, si Dieu est réellement français et, dans l’affirmative, si nous pourrions nous passer de lui…
              « parce…

              Friedrich Sieburg « Gott in Frankreich » 1930….

          2. Kekoresin

            mes poules paient quotidiennement leur pitance sous la forme exquise de beaux oeufs bien jaunes.

            Etant fils de boulanger-pâtissier, je les transforme en gâteaux et parfois en cake aux raisins, mais je n’ai jamais eu le coup de main de mon papa aujourd’hui disparu avec ses secrets 🙁

            1. Lark on the Wing

              Lord, have « merci »… and would you, pretty please, beam away PP to Outer « Spece »…

            2. pouf pouf

              L’humeur pouëtique qu’est ce que c’est ?
              Qu’est-ce que l’humeur pouëtique ?
              A peu près tout,
              à peu près rien,
              ça tend plutôt vers exactement,
              tout à fait se souvenir de ce que sont les choses,
              de la viande avec des tubes dedans,
              tubes dans lesquels circule un liquide dégueulasse qui transporte l’oxygène qui va permettre l’assimilation de la vie par tous les pores de la conscience,
              nous.
              Rendre compte,
              rendre des comptes à l’époque qui nous porte en décidant du bonheur et pourquoi,
              se rendre compte de la présence du collet du braconnier statistique
              petit hitler de poche sadique et droit
              dans ses bottes de gardien de prison de la vie d’en bas
              décidée par des gens d’en haut
              les gens d’en haut
              eux,
              la chose
              souvent,
              il est toujours
              déjà trop tard
              tout commence mal depuis le départ

            3. pouf pouf

              La chose, le petit de l’homme, la morale laïque et fluctuante qu’il s’est inventé pour se donner tous les droits, les tas, les tas c’est moi … et sur la commode croyez moi, sur une drôle de sellette les citoyens.
              Tout ça pour dire, pendant les longues semaines finissantes il y moins de monde dans les grandes villes et j’écris dans un sac ladurée, c’est possible, tout est possible dans cette grande dégringolade que nous partageons tous ensemble.
              Tout ce qui est, ensemble dans ce sac ladurée. Puis-je écrire drasticité ? je crois que je fais ce que je veux, apprendre sans cesse, écrire envert et contre tout, parce que merde, quoi, le libre-arbitre, qui se fait son idée patiemment avec obstination.
              Les édiles en garde-à-vue. J’écoute en ce moment même un levalloisien me parler de bal-cany en deux mots. Et bah, pas mal le mec quand même. Un coup de sifflet, un gros soupir, une tape sur les fesses. Alors qu’on me parle d’un château en côte d’or, et sa réserve de chasse, parce que merde encore, patrick dans un sac vert, comme mon stylo, mon humeur et moi. Ah putain, mais quand même le château de l’oise c’est plus pratique quand on n’habite pas loin, je ne parle pas de la bretagne parce qu’il faudrait qu’on s’arrête dans la sarthe, chez un copain châtelain et coureur automobile que vous connaissez bien.

            4. Kekoresin

              @pouf pouf – De rien. Je vois que la pâtisserie inspire ton humeur poétique pour le plus grand plaisir des amis de ce blog.

              @Hussard déguisé en Lark: oui, je suis adepte de plaisirs simples dans une vie bien compliquée. J’essaye de jouir de ce que je peux avant le grand silence, car j’ai bien conscience que nous sommes des morts qui s’ignorent. Comme disait Desproges: « aujourd’hui un peu plus mort qu’hier et bien moins que demain ». Alors je mange des gâteaux!

  9. Before

    Je rebondis sur une phrase du billet : « Et même si la commune n’est pas assez grande pour se voir imposer la mise en place d’un terrain d’accueil »

    On parle ici d’aire d’accueil pour les populations nomades « traditionnelles », pas forcément les nouveaux arrivants Roms dont la situation me parait beaucoup plus dramatique.
    Alors justement, pour les « gens du voyages », qui a priori ne sont pas dans une misère noire, qui ont choisit délibérément ce mode de vie en perpétuant la culture de leur peuple, la loi impose aux communes de plus de X habitants de créer et d’entretenir des aires d’accueil. Donc financées par les impôts des habitants sédentaires de ces communes.
    Ma question est simple : Pourquoi ?
    Pourquoi dois-je contribuer à loger des personnes qui ne sont pas dans le besoin (ou moins que bien d’autres) ?
    Pourquoi ces nomades, dont je respecte, en bon libéral, le choix de vie, pourquoi ne créent-ils pas une association chargée d’acquérir des terrains, de les aménager et de les gérer, un peu partout en France ? Sans que de l’argent public intervienne.
    Si quelqu’un peut m’éclairer, je me coucherai moins bête ce soir…

    1. Peste et coryza

      Question culturelle peut être ?

      D’après un collègue thésard biochimiste (et accessoirement gitan), c’est culturel : méfiance vis à vis de l’état, et un certain mépris du caractère procédurier des gadjé.

      1. Val

        @peste Quelle blague : le but est : pas d impôts , pas de factures d eau ni électricité , bref tous les avantages sans les inconvénients.

      2. Before

        Ben justement, méfiance vis à vis de l’état (on les comprends) => je me prends en main et je me débrouille avec mes copains pour gérer mes propres terrains d’accueil.
        Pourquoi alors demander voire exiger des aires d’accueil communales ?

      3. petit-chat

        Je suis chez moi partout, je prends tout et je ne dois rien. C’est une mentalité socialiste avant que le mot ne soit inventé.

        1. turlututu

          Petit chat, n’y voyez pas une attaque personnelle, mais, à mon sens le chat est l’animal socialiste par excellence, il est partout chez lui, se faufile subrepticement chez les gens, et va chier dans les jardins des voisins plutôt que chez lui. D’un autre coté, H16 aime bien les chatons mignons !

          1. petit-chat

            😆
            J’ajouterais à votre propos que c’est nous qui vivons chez un chat…
            Quant à h16, il dit ça pour se donner un genre (dénombré) 😆

  10. Karamba!

    Il faut une autorisation pour créer un business touristique mais aucune pour monter un camp de Roms? Tout s’explique…

        1. Black Mamba

          Jusqu’à aujourd’hui , je trouvais d’un ennui le golf …
          18 trous valent mieux qu’un , on comprend l’acharnement de certains pour ce sport :mrgreen:

          1. Higgins

            D’où l’histoire suivante:
            Trois types se rencontrent dans un bar et commencent à discuter. Le premier dit: « Moi, j’ai quatorze garçons. Ma femme attend le quinzième. Après, je monte mon équipe de rugby. » Le second rétorque:  » Nous, on en a dix mais le onzième est en route. On fera un équipe de football. » Et le troisième: « Nous, on a déjà dix-sept filles. Dès qu’on a la suivante, on monte un golf!!! ».

    1. David

      « … si la France ne s’était pas lancée dans une course folle aux baisses d’impôt »

      il doit pas rester beaucoup de moquette chez l’auteur de cet article, il est en train d’entamer le béton

    2. gameover

      J’ai commencé à lire le pdf…

      « On vérifie aisément que les dépenses (même y compris les intérêts) ne présentent pas de tendance à la hausse. Certes on observe deux pics en 1993 et 2010, qui correspondent aux récessions. Mais sur moyen terme, les dépenses de l’Etat ont au contraire baissé, passantd’environ 24 % du PIB jusqu’en 1990 à 21 % en 2008. Tout le problème vient du fait que les recettes ont-elles aussi baissé, particulièrement au cours de deux périodes : entre 1987 et 1994, puis à partir de 2000.En tendance, de 1978 à 2012, les dépenses ont diminué de 2 points de PIB, les dépenses hors intérêts de la dette (c’est-à-dire pour le service public) de 3,5 points, tandis que lesrecettes ont chuté de 5,5 points de PIB »

      21%… mouais, effectivement en suivant ce principe de calcul on va pas tarder à avoir des excédents financiers. Ils ont pris uniquement en compte les dépenses directes de l’état mais pas celles que l’état a transféré aux collectivités locales ou à la sécu…

      Rappelons juste qu’on est today à 56.7% et non 21%.

    1. petit-chat

      On est bien d’accord !
      A terme, les habitants vont en vouloir à l’actuel propriétaire du terrain, et seront du côté du maire qui ne manquera pas de « dénoncer la manœuvre de l’ignoble Sébastien qui a rendu délétère notre beau village ».

      1. Caton

        Oui, sauf que le propriétaire des lieux va simplement accepter la perte de son investissement et quitter gentiment les lieux. La vengeance parfaite, peut-être un peu couteuse (quoi que Dosta, grâce à ses financements européens, a des moyens considérables…), mais très jouissive.

        1. petit-chat

          Oui, c’est le jeu de « qui perd, gagne », ou « face je gagne, pile tu perds ».
          Aucune illusion à avoir sur l’intelligence des habitants qui ont reconduits les bandits (bandits manchots, pour rester dans le ludique) au pouvoir.

        2. Aristarque

          De toutes façons, son investissement ou son capital que constitue son terrain est perdu. Il ne peut plus le vendre sinon la Mairie le préemptera, il ne peut plus rien faire avec son projet de minigolf. Il n’ a donc qu’ à attendre une DUP sur son bien. Paradoxalement, coincer son terrain avec un camp de Roms est peut-être une bonne solution : il emm… le maire et les habitants et comme il ne demandera pas l’ expulsion, les Roms seront peinards quant à l’ occupation de ce terrain. Le risque est une action du maire mais avec un bon ramdam auprès des bonnes assoces payées avec nos sous et les siens, la célébrité médiatique du maire est assurée…
          Il y a des parties de billard à trois bandes et d’autres à quinze…

    2. Kuing

      Je pense que c’est beaucoup plus simple d’accueillir des Roms comme il le fait que d’aménager ce terrain pour le louer à un éleveur de porcs (ce qui aurait aussi un gros pouvoir de nuisance).

      1. David

        Marrant ça, j’avais pas remarqué que Contrepoints sans « s » est un site coco ; c’est eux qui l’ont fait exprès pour vous emmerder ? 🙂 ou inversement ?

      1. romaric

        Je ne lui connaissais pas cette verve là ! Comme quoi ! Aujourd’hui les communistes se fourvoient avec les croyants musulmans. Ils ont ratés le virage dans les années 80 et n’ont pas compris que leur discours sur le prolétariat aurai pu convenir aux immigrés et à leurs enfants. Désormais, les rouges construisent des mosquées ou en facilite la construction ( en s’asseyant sur la séparation église/état et avec mes thunes…) a des fins électorale… il est loin le temps où la religion était l’opium du peuple…. J’aurai pu au moins remercier les cocos d’avoir extrait une partie du peuple de l’obscurantisme d’une religion qui soumet les hommes à son dogmes…

    1. douar

      Les kamarades de la Conf’ (post soixante huitards attardés pour ceux qui ne les connaissent pas) ont décidé de faire la loi en France. Ils ont déjà détruit des parcelles d’essais de végétaux (OGM « cachés »), là, ils ont « démonté » de manière festive la salle de traite du projet sus cité, on également « démonté » pas mal de pavés à Nantes, le 22 février dernier contre le projet de NDDL.
      Oh joie, leurs militants pris les doigts dans la confiture, sont libérés (sous contrôle judiciaire, faut pas déconner quand même) après une brève discussion avec le conseiller du Président.

      1. gameover

        Un peu gonflé les mecs de la confédération paysanne :

        « On a pris en otage votre conseiller et on le libérera quand vous libérerez nos 4 ou 5 camarades qui sont en garde à vue pour vandalisme. »

        Le président ne se fait pas respecter, ni la ripoublique…

        Et après on voudrait nous faire croire qu’on n’a pas payé de rançon pour libérer les journalistes en otage.

        La manif pour tous : bien sage, ça a servi à rien
        Les portiques eco taxe ou l’aéroport de Nantes : ça a castagné sévère et il y a eu du résultat.

  11. Climaine

    oui bon des étables à 1000 vaches qui vont entrainer combien de disparitions d’étables à5O…. avec des zones d’épandage énormes… car ne croyez pas voir ces vaches dans les champs…..

    1. douar

      Typiquement raisonnement des alters: ça va entrainer des disparitions des « petits élevages ». On dirait du Montebourg.
      Figurez vous que dans cette région, les agriculteurs délaissent la production laitière au profit des cultures, car trop gourmande en main d’œuvre. A proximité, il y a des laiteries avec des débouchés, qui vont manquer de matière première pour travailler, d’où problème. Donc, à terme, ce sont des fermetures d’usine. Pas grave, vu le contexte.
      le plus rigolo, c’est qu’en Allemagne, eux, ils ne se posent pas ces questions existentielles. On verra qui a raison, mais mon petit doigt me dit…
      Sinon, figurez vous que c’est presque plus facile de gérer un troupeau de 1000 vaches, que de 100. ben oui, c’est peut être moins bucolique, mais que voulez vous, nous sommes dans une économie de marché au cas où vous ne sauriez pas encore. Et que les aides ne dureront pas comme les impôts. Mieux vaut anticiper un peu.

      1. Climaine

        étant ancien producteur de lait je crois connaitre le probleme :=) il est certain qu’avec un lait payé aux producteurs au prix chinois les laiteries vont pouvoir exporter sauf qu’elles n’auront plus de producteurs à ramasser. Comme vous dites elles manquent de matiere premiere…..et pour cause! :=) elles la payent le même prix qu’il y a 20 ans rien a voir avec le manque de main d’oeuvre

        avec votre raisonnement on va mourir guéri.

        1. gameover

          N »étant pas producteur de lait je ne connais pas le problème mais étant consommateur :

          J’ai été surpris que le prix du lait en Australie et NZ (les 2 sont un marché libre) était le même qu’en France à quelques centimes près soit 80cts d’E sur le UHT (Lactel) et 1.05/1.20E sur le lait frais.

          Excepté la Norvège (1.85E) et la Chine (1.15E) nous avons le prix de vente maxi en France (1.05E) pour le litre de lait frais (le lien est en $CAN que j’ai converti ici).

          Donc ton lait chinois tu peux aller te faire voir ! (ceci dit sans acrimonie)

          Depuis 1 an les prix d’achat en France aux producteurs sont entre 33 et 38 cts (lien). Donc le prix de vente me semble super correct ; x2 sur le UHT et x2.5 sur le frais.

          Je crois bien que depuis tout gosse j’ai entendu les producteurs demander qui des aides à la vache allétante, à l’abattage, aux quotas, à l’augmentation des quotas, à des prix administrés, à des prix négociés à 3 mois, à des prix d’interventions (l’UE rachète), à des subventions à l’exportation, à des revenus garantis…

          L’interventionnisme ça ne marche pas… et en plus ça fout ma merde dans les pays dans lesquels on exporte notre lait en poudre, stade ultime de la surproduction qui nous coûte un bras.

          Il semble que le marché soit presque libre vu le prix d’intervention actuel extremement bas. Les importations en France sont anecdotiques (moins de 50ME).

          L’état s’est servi des quotas pour l’aménagement du territoire (répartition égalitaire) et ça marche pas.

          Au lieu d’être organisés en coopératives comme dans les autres pays, vous vous livrez pieds et poings liés aux industriels qui font eux même la facture mais faut pas vous étonner vu que vous leur livrez plus que ce qu’ils peuvent absorber. Alors, pour le surplus ce sont eux qui font le prix, c’est normal. De plus comme vous voulez des prix à 3 mois il est normal que vous ne bénéficiez pas du prix du marché au jour le jour et il est normal que de 3 mois en 3 mois vous vous preniez en pleine face les fluctuations qui alors vous paraissent violentes, alors qu’elles ne le sont pas.

          On ne peut pas avoir le lait et le prix du lait.

          Résultat, sur les 3 premiers groupes mondiaux du lait, nous en avons 2 : Danone et Lactalis.

          Pour info, la NZ exporte autant de lait que toute l’UE… mais sans subventions et comme en Irlande les vaches sont au pré.

          Voilà, je connais pas plus que ça le secteur
          Mais la prochaine fois je parlerai du beurre
          🙂
          Carte du prix du lait frais dans le monde
          http://www.lait.org/fr/centre-de-documentation.php?id=105

  12. passim

    Cette histoire vraiement rigolote peut se résumer ainsi : « Vous voulez jouer au con ? Eh bien, je peux y jouer encore mieux que vous ! »

  13. BRI-Gnoles

    Comme si tout ça était inéluctable.
    On s’en fout de montebourg et/ou de l’économie de marché et/ou de la gestion, là on parle de terroir de vivant et de nourriture. L’élevage intensif n’a jamais rien produit de bon.
    Ça me révolte la manière dont on a asphyxié les agriculteurs modestes au profit de structure toujours plus grandes le tout bardées de normes européennes affreusement coûteuses pour produire de la mert en paquet de 36.

    1. gameover

      Si ça se produit c’est que ça se vend.
      Si ça se vend c’est que ça s’achète.

    2. douar

      « l’élevage intensif n’a jamais… »
      sauf de la nourriture accessible pour plus de monde. A part ça…

    3. « L’élevage intensif n’a jamais rien produit de bon. »
      Sans lui, vous ne seriez pas là.
      Me faites pas rire.

  14. BRI-Gnoles

    Et bien moi j’aime aussi avoir le choix de ce que je mets dans mon assiette et j’aimerai assez que ce soit toujours vrai dans un avenir proche.
    Si ce que je mange est dicté par des choix économiques et financiers (autant dans le sens producteur que consommateur), y’a un moment où ça va partir en toupie.
    Je me moque que le concept soit étiqueté écolo/coco.
    Souvent, ici, vous vous plaignez que l’on tire tout vers le bas, et je suis bien d’accord, nous y sommes aussi pour la bouffe.
    Je vous fais rire ? Votre blog m’amuse, c’est une bonne base.

    1. gameover

      « Et bien moi j’aime aussi avoir le choix de ce que je mets dans mon assiette et j’aimerai assez que ce soit toujours vrai dans un avenir proche.  »

      Personne ne veut t’enlever le choix, c’est toi qui paie donc tu choisis.

      « Si ce que je mange est dicté par des choix économiques et financiers (autant dans le sens producteur que consommateur), y’a un moment où ça va partir en toupie.  »

      Ah bon ! avant c’était gratuit ce que tu mangeais ?

      « Souvent, ici, vous vous plaignez que l’on tire tout vers le bas, et je suis bien d’accord, nous y sommes aussi pour la bouffe.  »

      Oops…Les services de l’état, oui dont l’éducation mais pour un prix de plus en plus élevé. Mais aucun rapport avec la bouffe.

      Les oeufs cassés un à un dans les pâtes Lustucru, le beurre tiré de la plaquette pour les gateaux de Bonne Maman et le lait tiré du pichet pour les desserts de la laitère… c’est pour la pub hein !

      L’élevage et la culture intensive ont fait plus dans le monde pour diminuer la pauvreté etl’espérance de vie que toutes les aides quand bien même on les aurait multiplier par 1000.

      Pour beaucoup de gens dans le monde il est préférable d’avoir une ration de protéines, glucides etc… et ils n’ont pas le luxe de se poser la question de manger bio. Voyagez un peu, ça te ferait p-e du bien si ce n’est déjà fait… je conseille le Bangladesh vers Chittagong…

      On ne peut pas accueillir tous les étrangers mais on ne peut pas non plus nourrir tout le monde avec de la viande charolaise.

      1. Lark on the Wing

        @GO : d’autant que le Charolais est une race qui ne s’adapte pas partout, du fait des difficultés de vêlage (il a été sélectionné pour ses qualités de masse musculaire, et le veau ne sort pas toujours facilement, d’où nécessité de l’aide de la vêleuse, voire du vétérinaire et de la césarienne…).
        Au surplus, mais cela doit être un cas général, on mange de la viande trop jeune : le meilleur steak de ma vie, c’était chez un ami directeur d’un abattoir, où la bavette provenait d’une vache de réforme (7 ans)…

        1. Caton

          Souvent en plus, la viande en question est trop fraîche. Pour être vraiment savoureuse la viande de bœuf doit être rassie sur os, entre -1°C et +2°C, pendant deux semaines environ. Mais pendant ce temps, elle perd de l’eau, et donc du poids…

          1. Lark on the Wing

            @Caton : fort juste… une grand-mère de ma femme me disait, fille de boucher qu’elle était, que l’on ne laissait pas assez la viande « mortifier »… mais bon, on est plus dans le politiquement correct avec cela… Mc Cartney est veggie, mais faut pas voir la tête qu’il a, malgré la teinture…

          2. gameover

            Oui Caton, on avait acheté une bête à plusieurs et le boucher qui nous l’a découpée (au noir obviously) l’a mis dans la chambre froide et nous a dit  » à dans 3 semaines ! « … c’est comme ça que j’ai appris le rassissement…

      2. Aristarque

        Diminuer la pauvreté et AUGMENTER l’ espérance de vie, plutôt??? (je sais, je lis tout en détail…) 😆

        1. gameover

          Merci de ta contribution Harry mais il faut faire une lecture téléologique :

          L’élevage et la culture intensive ont fait plus dans le monde pour (i) diminuer la pauvreté et (ii) l’espérance de vie que toutes les aides quand bien même on les aurait multiplier par 1000.

          Un célèbre décret de 1917 interdisait aux voyageurs de « descendre des trains ailleurs que dans les gares et lorsque le train est complètement arrêté », ce qui, littéralement, oblige les voyageurs à sauter du train en marche. Par arrêt du 8 mars 1930, la Cour de cassation a approuvé la condamnation d’un voyageur qui était descendu d’un train en marche, considérant qu’il fallait redonner au texte son sens évident. Il s’agit d’une interprétation téléologique, stricte, d’un texte pourtant clair et précis.

          1. Aristarque

            Votre initial texte, clair et précis, indique que l’ espérance de vie a diminué suite à l’ élevage intensif. Mettre un verbe en facteur commun pour indiquer un sens et son contraire est peut-être habituel aux antipodes, moins sous nos latitudes.
            C’est du moins ce que Brignoles serait en droit de comprendre…

            1. gameover

              Sauf ton respect, c’est toi qui met le verbe diminuer en facteur commun.

              J’admets néanmoins que ma construction de phrase peut prêter à confusion pour quelqu’un de peu informé qui fait de la lecture mot à mot, population que l’on rencontre peu ici.

              A table ! Venez manger les enfants !

            2. Black Mamba

              Pour une fois qu’il peut te faire une remarque , il n’a pas boudé son plaisir … Un rien lui suffit , même un verbe en facteur …

            3. Aristarque

              « Et  » associe espérance de vie à la pauvreté puisqu’il n’ introduit pas une phrase dont esp… serait le sujet. Dès lors, esp… a le même sort que pauvreté dans la phrase.
              Ce qui s’énonce clairement…

            4. Aristarque

              Je connais le biais, pour se raccrocher aux branches comme on peut, de flatter les lecteurs en les complimentant sur leur sagacité. Un peu facile mais quand il n’y a plus que cela….

            5. gameover

               » Je connais le biais, pour se raccrocher aux branches comme on peut, de flatter les lecteurs en les complimentant sur leur sagacité.  »

              Nan ça m’évitait juste de dire qu’avec ta certitude t’es un gros ***.

              Tu fais une préférence d’attachement.

              « Le journaliste interroge la fille du colonel qui a eu un accident. »

              Qui a eu un accident ? C’est ambigu. Il n’y a pas de règle. Point.

              Et toi, tu la lèves en inventant une règle alakon sur les conjonctions de coordination qui feraient obligatoirement la coordination d’élèments de même nature i.e. de même fonction syntaxique et de même nature grammaticale; c’est le cas général mais que général.

              Ainsi on peut mettre une virgule (ce qui ne sert à rien dans le cas présent) mais pourrait être utile dans celui qui suit :

              Je suis encore trop faible pour me lever et marcher et courir le long de la plage, comme me l’a conseillé le médecin, m’ennuie.

              Qu’est ce qui m’ennuie ?

              Si j’avais mis éradiquer à la place de diminuer, tu ne te serais même pas posé la question :

              « L’élevage et la culture intensive ont fait plus dans le monde pour éradiquer la pauvreté et l’espérance de vie que toutes les aides quand bien même on les aurait multipliées par 1000. »

              J »en déduis que le verbe « diminuer » conduit à faire un zeugme sémantique :

              « Ensuite on ira manger une pizza au jambon et au café. »

              Pour lever l’ambiguité on devrait dans ma phrase répéter la préposition « pour » :

              « L’élevage et la culture intensive ont fait plus dans le monde pour diminuer la pauvreté et pour l’espérance de vie que toutes les aides quand bien même on les aurait multipliées par 1000. »

              Ca ne change pas le sens contrairement au mot que tu rajoutes.

              Voilà, tu seras moins *** sur ta branche ce soir que ce matin.

              http://bdl.oqlf.gouv.qc.ca/bdl/gabarit_bdl.asp?id=1101

                1. Aristarque

                  Aimable Amphitryon qui nous recevez si bien, il sera judicieux d’ éviter d’illustrer au moyen de certaine image trop évocatrice, de prochains articles. Regardez dans quel état, une âme esseulée se retrouve ensuite, obnubilée à en bégayer, à tout propos et surtout à mauvais.
                  A moins que quelque chagrin pour une Irène perdue ne le fourvoie ?

                  1. Black Mamba

                    Quoi !? Un simple bout de moquette l’aurait mis dans cet état … Dame nature ne semble pas si cruelle …

                1. Hussard Bleu

                  Il a sans doute mal dormi, ses ardeurs ayant été douchées par la monitoire mention d’une migraine tenace : cela se comprend, mais n’excuse effectivement pas l’invective blessante.
                  Notamment pas envers le cher Harry, bon compagnon s’il en est…

                  Ceci dit, notre ami GO est un commentateur parmi les plus intéressants, et l’on doit espérer qu’il ne prendra pas la mouche, nous privant d’analyses et de références que, personnellement, je lis avec beaucoup de plaisir.

              1. Aristarque

                Devions nous comprendre que l’ élevage et la culture intensive diminuaient la pauvreté dans le même temps que l’ espérance de vie? Il semble que oui pour ceux qui n’atteignent pas aux hauteurs où plane GO, qui lisent posément et platement les textes qui leur sont proposés puisque rampants sur la surface de la terre.
                Brignoles et d’ autres peuvent donc exulter de lire confirmation partielle qu’ autrefois, on vivait plus longtemps en ayant moins à manger…

                1. Black Mamba

                  Monsieur cherche la petite bête !?
                  😈 le petit G.O va sortir encore de ses gongs …

                  1. Aristarque

                    Les Guyanaises, je ne sais pas mais les Flamands sont têtus, opiniâtres et méticuleux.

      3. channy

        ils n’ont pas le luxe de se poser la question de manger bio. #
        Ah le bio…une mode qui apparait meme dans les pays emergents..avec les concepts equitables.
        d ailleurs je bosse avec lea nature…plus d une fois les pack de boites 1/6 de concentre de tomates etaient melangees avec des marques 1 er prix…
        Parfois dans un jus multifruits bio-equitable..il n y a que les abricots qui sont issus du commerce equitable…le jus d ananas,raisin etc etc eux sont issus du commerce bio inequitable.
        Sinon le cambodge c est pas mal aussi..avec des gamins qui quand vous mangez ne fixent que votre assiette en priant pour que vous ne la finissiez pas…
        Sinon gameover merci pour l explication sur le lait…
        Neo zelandais et australien tiennent le marche sud asiatique , avec leurs marques certes( (surtout des laits de croissance a fortes marges), mais aussi en fournissant du lait en pourdre pour leur filiale locales.
        @BRI-Gnoles
        la qualite cela se paye,,vous me rappellez un client qui m avait fait un caca nerveux car il avait vu de l ail de chine en magasin..j au eu droit a tout..aux pesticides, aux producteurs francais qui crevent la gueule ouverte….mon boss l a pris par main,lui a montre l ail made in france qui se trouvait plus loin…Resultat il est parti avec de l ail de chine parce que quand meme 15 roros le kg d ail francais faut pas deconner non plus…pourtant il avait le choix

    1. bob razovski

      Y’a de l’idée… Si le contenu de l’article est avéré, évidemment 😉

      Ca permettra au moins aux gens de comprendre que l’extrême droite est aussi socialiste que les autres, avec des tendances staliniennes pour rendre la chose encore plus sympa.

    2. Kekoresin

      Le national socialisme en marche! Tout ça n’est qu’un pet foireux car il y a une grosse différence entre une élection lointaine comme les européennes et des élections locales ou nationales. Une partie de l’électorat se tourne vers le FN aux premiers tours pour râler et se dégonfler aux deuxième tours sous la pression des partis « classiques » qui brandissent inlassablement le risque ‘casques à pointes et Pogroms »!

  15. Aristarque

    (…) Il faut des autorisations(…). En clientèle hier matin, il y avait la télé allumée sur l’ émission du matin d’ Antenne 2. Ainsi appris-je que l’ on a (encore) le droit d’ organiser chez soi, sur son terrain ou dans son domicile, un vide-grenier. Mais qu’il faut en alerter au moins quinze jours à l’avance la mairie locale et qu’on ne peut pas le pratiquer plus de deux fois l’an pour ne pas froisser l’honorable corporation des brocanteurs qui pourtant les écume pour se fournir en marchandises. Pas à dire, la Liberté est chez nous comme une princesse révérée… :mrgreen:

  16. Aristarque

    Vache haletante (sous le taureau ?) ou vache allaitante (après l’épisode un) mais pas vache alletante (hybride, peut-être) 😆

          1. Black Mamba

            Mais allez -y faites le malin
            Moi,qui cherchais à vous être aimable
            Et vous voilà bien désagréable …

          1. Lark on the Wing

            voui, voui… mais Aristote, précepteur d’Alex, quand même, pas si facile….

      1. Aristarque

        Tes deux alexendrins? C’est ainsi que tu nommes les deux complices de ton Popaul ?

    1. gameover

      MDR… on va mettre ça sur le compte de l’heure avancée… ou d’un truc refoulé…

      1. Aristarque

        A Carnac où nous sommes au bout du monde, oubliés des opérateurs, la couverture n’ est pas terrible et entraîne ce type de décalage de réponse…
        Moi, je suis MDR à entendre les opérateurs nous vanter leur 4G alors qu’il y a encore des trous monstrueux dans la 3G…

        1. Black Mamba

          J’ai l’option 4G mais le seul endroit où le sigle apparaît c’est sur notre lieu de cantine habituelle … cela permet à WP de lire à ce moment l’article du jour de H16 😉

          1. gameover

            La 4G pour lire l’article de h16 c’est comme si… je sais pas moi… comme si on taxait à 75% les revenus au-dessus de 1ME…. :mrgreen:

            1. Black Mamba

              Les forfaits chez free sont très intéressant pour les tous premiers clients …

      2. gameover

        Je parlais de ma vache « allétante » mais pas de ton commentaire flottant.
        🙂

  17. pouf pouf

    je viens de trouver un slogan de campagne pour henri seizième du nom : ATTENTION, LA LIBERTé EST PARTOUT

  18. Waldburg

    Attention!
    On commence par laisser des Roms, ça se poursuit par des DVDs, pour finir avec des Blu-Rays…
    Qui dit que nos politiques ne changent jamais de disque?

  19. pouf pouf

    Bourouninakis ne pourra pas venir ce soir, il a été retenu à un truc intéressant (d’une pièce à l’autre) « CHéRIE, T’as qu’à dire que quand j’ai vu la baby sitter je suis resté avec les enfants » alors moi, merde, surement pas, en plus y’a quelqu’un de vachement important, c’est le secrétaire d’un ministre, sorte de deputy ministre de l’économie d’un pays d’amérique du sud ; si bourouninakis n’est pas là, me taper le spray de bellâtre que je trouvais trop don diego de la vega à mon goût tout seul… il faudrait que je me morde la langue pour ne pas l’écorner sérieusement en guise de représailles à son existence maléfique. « t’as qu’à te taper machin à ma place, y’a p’têt moyen de défiscaliser chez lui, comme ça tu diras que ça fait un partout pour la soirée avec la jeune fille de l’association catholique. » Bien-sûr, elle me répondit de me dépêcher un peu et que je pourrais raconter le coup de la baby sitter à mes collègues pour les faire rire au ministère.

  20. pouf pouf

    bravo mamba, la classe… cependant où je l’ai pris, il s’appelait intus : cristalli di crisi

  21. Hussard Bleu

    Je l’ai déjà dit, qu’il était contagieux, PP… le postérieur en déliquescence avancée de BM, façon teratopyge, ça va décevoir certains…

      1. Hussard Bleu

        Jaloux ? navré, plutôt… « Eros and Thanatos » never was my cuppa… non plus que l’art dégénéré…

        1. Aristarque

          Vu la mandale de BM qu’ il s’est pris, je comprends ton intention de rester à distance… 😉

  22. pouf pouf

    bien-sûr, la muse du chant nuptial, terato, bien-sûr, voilà … jeter des muses aux poètes, une habitude des hussards noirs de la république.

  23. pouf pouf

    Blesser la décence, le tact, la discrétion, la réserve, tous trois dans le fossé, se vidant de leur substance vitale, victimes de l’offense faite. Et pourtant, quoi de plus agréable qu’une coupe de champagne au soleil ? Deux ? Verser avec délicatesse pour ne pas tacher la sellerie de l’auto, il commence à pleuvoir sur les bords de la Loire, un prêtre sans culotte qui nous accompagne bénit le breuvage, le sang du christ pétille sur ma langue, on pourrait mettre de petites rondelles de saucisson sur l’hostie pour se rapprocher du corps du fils de l’homme, un peu de cochon du dimanche. Du boudin de Journiac, chérie ? Il a pensé à rajouter de l’oignon cette fois, c’est bien meilleur, et des épices venues d’ailleurs. Visitation, présentation, élévation, il est temps de rentrer à la maison, je sens que l’Adix sera très encombrée, on recapote et on rentre ?

  24. pouf pouf

    Mon voisin de vacances, richissime également, m’affirme qu’il fait des économies pour se faire virtualiser. Il voudrait vivre éternellement dans un rodinateur, s’infiltrer dans les réseaux comme on entrerait dans le moulin cracheur de feu d’un don quichotte contemporain. La vie éternelle, le mythe des mythes. Epuiser un mot à force de le faire rouler dans sa tête et sous ses doigts, vider de leurs sens tous les mots à force de les agencer pour en faire du discours, des discours, le discours en dehors duquel tout est interdit. Epuiser les discours à force de les faire rouler sous nos yeux ébaubis, comme les balles ou les quilles multicolores d’un jongleur habillé en poisson. Mon voisin de voilier majestueux m’invite à boire un maracuja avec un sultan d’inde, frère ainé d’un cochon connu dans les soirées du grand monde, comme on se revoit maharadjah, vous n’avez pas débandé depuis combien de temps ? Toute cette fatigue pour ne rien construire, une fille imberbe nous ressert, le vizir rit. Puis, ragaillardis, nous enfilons également une combinaison de ski en pensant bien fort à vous qui ne faites pas le séminaire d’intégration du ministère dans la ceinture explosive.

  25. pouf pouf

    Qu’il est doux d’être en mission pour chercher une vieille coupe oubliée quelque part. Qu’il est léger de partager les chemins immobiles du sable sur la route, une brise me soulève, un vent m’emporte. Mais il est tard pour essayer d’être finaud, rien ne sert à rien, mieux vaut-il s’énerver immédiatement en retroussant mes babines en guise d’avertissement, plus loin c’est trop près, il faut que l’autre comprenne immédiatement et qu’il cesse de descendre sur ses fils. Voilà, tout doux, comme la mission, personne ne va s’essayer à l’héroïque ou au sacrificiel, nous cherchons ensemble une coupe à remplir à la fontaine, la sagesse dans le tumulte, l’inconnu dans la maison. Nous trouvons cependant l’art dégénéré du dimanche, mais pour lui faire dire quelque chose d’autre que tout est fini ou consommé … le logis brûle, au plafond un performeur accroché à des hameçons nous regarde en souriant. Sa peau se déchire presque mais il sourit, je crois qu’il est payé pour nous être agréable.

Les commentaires sont fermés.