Les Allemands inquiets, Macron va tenter des trucs. Promis.

Cela fait quelques jours qu’on entend, pas trop fort mais de façon répétée, le petit Macron émettre quelques doutes sur l’impact positif des 35 heures sur le modèle économique français. Comme d’habitude, ce n’était pas fortuit, et cela répondait à un besoin : celui de préparer, par voie de presse, l’opinion publique à une remise en question de ce dogme socialiste…

Et, on peut le dire, c’est quasiment une révolution qui se joue doucement, en coulisse d’une actualité débridée, puisqu’enfin, certains de nos dirigeants gouvernementaux se disent qu’il faut peut-être remettre à plat l’idée enfantine selon laquelle le travail est un gros gâteau mou de taille fixe dont il faut couper des parts toujours plus petites pour que tout le monde en ait. Rappelons que cette fantaisie, apparue lors d’une discussion à bâtons rompus entre dirigeants du PS à la fin des années 90, histoire d’avoir quelque chose à proposer aux législatives de 1997, n’était soutenue par aucune théorie économique solide (que du contraire, même) et consistait surtout à fournir du grain à moudre aux socialistes dont l’absence de programme crédible commençait tragiquement à se voir. Depuis, la France se trimbale cette usine à gaz légale incompréhensible qui aura permis d’envoyer un message fort à tout le reste de la planète (« ici, on travaille peu »), avec des résultats en terme de création d’emplois particulièrement mitigés pour le dire pudiquement.

Utilisant le prétexte d’un rapport franco-allemand dont des petits bouts croustillants ont déjà commencé à fuiter commodément dans la presse, le gouvernement français a donc décidé d’annoncer jeudi prochain des mesures pour la croissance, en tentant d’assouplir ces fameuses 35 heures et, dans la foulée, en proposant un gel des salaires. Bien évidemment, Macron et Sapin ont tenu à préciser que le rapport n’est pas « finalisé », ce n’était que le travail de deux économistes, ouh là là ne vous emportez pas, ce n’est pas officiel, tralali tralala, on se calme, histoire de se laisser une marge de manœuvre avant de déclencher la furie d’à peu près tout le monde en France.

calm down bro

On voit mal, en effet, comment ces deux principales propositions pourront passer comme une lettre à la poste. Outre les inévitables frictions qu’elles déclencheront au parlement avec des frondeurs qui trouveront là une occasion supplémentaire de se distancier d’un gouvernement de plus en plus urticant, on peut s’attendre à des moments homériques lorsqu’il s’agira de mettre tout ça en pratique. En fait, si l’on s’en tient à l’historique navrant des actions effectives de Macron et de Sapin, tout laisse penser que l’idée de départ d’une remise à plat du temps de travail risque de se retrouver diluée dans les petites compromissions, les arrangements et autres tergiversations habituelles qui forment la marque de fabrique législative de ce quinquennat.

Concernant les 35 heures, reste à savoir si cette dilution sera dans des proportions homéopathiques (du Macron dilué à 30CH, il ne doit pas rester grand-chose en solution) ou si on pourra encore espérer détecter des traces réelles de réforme, qu’un libéral cohérent ne peut qu’appeler de ses vœux. Rappelons que, dans un pays normalement géré (et non gêné) par l’État, le temps de travail devrait être décidé entre les différentes parties prenantes d’un contrat de travail (l’employeur, l’employé, et éventuellement, les organisations professionnelles entre elles, dans la mesure où elles sont acceptées par les deux précédentes parties). Et pour le gel des salaires, on se demande là encore comment l’État va pouvoir l’imposer autrement que sur celui de sa fonction publique, avec tous les risques afférents de gel des services…

macron droiteQuant à l’impact de telles propositions, il dépendra à l’évidence de la vigueur de ce qui sera réellement appliqué mais il sera, au mieux, assez faible. Comme le font justement remarquer les Allemands sans langue de bois dans un article de Quatremer paru récemment, pour le moment, les gesticulations françaises sur le thème des réformes ne sont que poudre aux yeux, et on ne s’est toujours pas attaqué aux dépenses de l’État.

« J’espère que la France va se bouger le cul, sinon elle risque d’entraîner la zone euro par le fond »

« Les Français ont l’impression qu’ils vivent en permanence des réformes structurelles, mais c’est faux, il n’y en a quasiment pas, comme le montre l’absence de baisse des dépenses publiques. »

keep calm and less state, pleaseLe constat par les Allemands de piétinement des dirigeants français, et les petites tentatives timides de Macron de sonder l’opinion publique sur ces propositions montrent en tout cas que les uns et les autres ont maintenant pris conscience de l’ampleur et de l’urgence des actions concrètes à mener. D’ailleurs, ils sont rejoints, tout aussi discrètement, par une certaine base parlementaire. On apprend ainsi qu’un certain Alain Tourret, pourtant bien à gauche (PRG), a lui aussi émis quelques propositions pour le moins détonantes.

Rapporteur sur le budget de la Fonction publique depuis 2012, le député radical de gauche du Calvados a présenté le vendredi 7 novembre son rapport dont le but est d’examiner la politique des effectifs, les rémunérations et l’organisation du travail des 5,37 millions agents publics au regard de l’évolution de leurs conditions de travail depuis 2002 et des contraintes budgétaires actuelles. Et en terme de propositions donc, force est de constater que le petit gars n’y va pas avec le dos de la cuillère : au milieu d’une quinzaine de propositions facile à gober puisqu’essentiellement paperassières, on trouve ainsi une réduction voire un gel des effectifs des collectivités territoriales, la possibilité d’une rupture conventionnelle des contrats de travail dans la fonction publique, et la réintroduction de la journée de carence des fonctionnaires.

procrastinate now panic laterLà encore, on ne peut qu’être surpris de cette franchise et de la dose de courage qu’il faut pour proposer ce genre de choses alors que le pays, tout entier, est en train de s’arc-bouter dans un tétanos terminal sur un passé depuis longtemps révolu, et alors que ses dirigeants ont absolument tout fait, sur les cinq dernières années notamment, pour temporiser la moindre action décisive au point d’élever la procrastination politique au rang d’art. On peut d’ailleurs soupçonner, comme pour Macron, Sapin et leurs petits camarades allemands inquiets, que l’urgence générale (qui doit par moments friser la panique en hauts-lieux) commence à percoler doucement chez les uns et les autres, d’autant que s’accumulent des rapports alarmants (en dernier, un du sénat sur les finances publiques désastreuses).

Mais là encore, on peut s’attendre à un décalage notoire entre les intéressantes propositions, les bonnes résolutions et la mise en pratique.

C’est assez triste à dire, mais de la mesure de ce décalage dépendra l’avenir du pays. S’il est faible, c’est que, malgré les frictions, les grognements et les oppositions du pays, le gouvernement et quelques députés un peu moins déconnectés de la réalité que les autres, finissent par entamer les démarches qu’il faut. Seront-elles suffisantes ? Probablement pas, mais ne pas les faire, c’est la faillite assurée. Et si ce décalage est fort, si la pratique revient à des bricolages millimétriques comme toutes les magnifiques réformes tentées jusqu’à présent, on aura une preuve supplémentaire de l’absence totale de courage et de conviction des dirigeants et de l’appareil politique.

Macron va tenter des trucs, promis. Je lui souhaite bon courage. Mais je ne miserai pas ma chemise dessus.

Procrastination

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires214

  1. Le Gnôme

    Realpolitik est mot allemand que le Français ne peut pas comprendre tant il aime les beaux discours avec plein de rythmes ternaires qui l’emporte loin de la sombre réalité quotidienne. Nous sommes le pays qui aime les belles paroles, quitte à prendre les réalités dans la gueule après.

    1. Aristarque

      En fait, les Grançais aiment à penser que parce que le discours est beau, le règlement des problèmes est résolu sans plus rien faire d’autre de vraiment concret…

      1. Théo31

        « Ta gueule, c’est magique. »

        Reste à attendre l’avion cargo. Pour la pluie, c’est déjà fait.

    2. Celes

      C’est un article de politiciens. Ils doivent être pudiques.
      Ils ne peuvent pas dire :
      « on a très bien compris que la franc-maçonnerie, la corruption et le cumul des mandats ruinent la France, que vos politiciens ne sont qu’une flaque de diarrhée qui ne disent que du blabla pour se goinfrer de thune, que les intellectuels ne sont pas en politique parce qu’à cause du cumul les mauvais arrivistes éliminent les bons, que votre système est pourri et que vous allez crever ».

      Mais je pense qu’ils ont bien cerné.
      Mais à mon sens, le problème de ce pays n’est pas sa politique, c’est sa population.
      Une population stupide et assistée assez bête pour jouer au ping-pong UMPS pendant 50 ans, hypocrite, tiède, ignarde et lâche.

      Une population incapable de réfléchir et de faire preuve d’une once de bon sens sur des sujets de fond, incapable de dissocier ses tripes de sa logique.

      Les vrais intellectuels comme moi n’iront en politique que lorsque la population française aura été purifiée de ces déchets, une purification qui passera forcément par la souffrance, la pauvreté et la mort.
      Une peine amplement mérité pour notre lâcheté.

      Les allemands ont raison : ils doivent sauver leur peau, sinon ils vont couler avec nous, notre faillite ne peut plus être évitée depuis les aberrations de cette sinistre pute de Mittérand, les catastrophes de cet incompétent de Chirac et les taxes à tout va de Nabosarko, nous sommes foutus depuis déjà 30 ans.

      1. Nemrod

        C’est hard mais c’est ça.
        Nous sommes en phase terminale et comme il il est d’usage, personne ne nous le dit vraiment mais tout le monde le sait.
        Y compris le malade, plus ou moins confusément.

      2. Pat

        Si le problème de la France est sa population, qu’attendez-vous d’elle ? Qu’elle fasse une révolution (puisque les institutions ne permettent pas de sortir de ce merdier), suivie d’une guerre civile (puisque les intérêts et les solutions des uns et des autres s’opposent) ? Où qu’elle se tire ailleurs (saine et galets), ce qu’une petite partie a commencé de faire ?

        1. Jeff84

          Les producteurs se tirent et s’en tirent, les assistés restent et crèvent, calmement ou dans une « révolution » stérile car socialiste (il ne restera plus que ça dans le pays) sans plus personne à voler.
          De bonnes scènes de pillage, ça vous dit ? Sans police, puisqu’elle sera privée de moyens avant qu’on touche aux droizakis.

          1. droizakis

            Bien résumé.
            Quoique les assistés seront de moins en moins calmes.
            Les scènes de pillage feront très bien pour contribuer aux prochains programmes de télé-réalité.

            Mais pour s’en tirer, se tirer est en train de devenir une condition nécessaire.

            Bienvenue en République Socialiste Soviétique du Bisounoursland !!!

  2. Le Gnôme

    Les commentaires au billet de Quatremer sont croquignolets, avec des pensées pareilles, ce pays est réellement foutu.

    1. Val

      @Le Gnome , certains commentaires oui , mais pas tous , loin s’en faut , je ne m’attendais pas à cette diversité .

      1. Jeff84

        Oui, il y a pas mal de gens qui arrivent à aligner trois pensées, j’ai aussi été surpris en bien. A moins que ce soit des lecteurs de h16 qui passaient…

    2. sa0000

      Oh ça me déprime. Que la majorité des commentateurs de libé aie un biais pro gauche, cela ne me choque pas, mais que certains arrivent à faire des erreurs de raisonnement ausi énormes en 2 phrases.. ils sont complètement stupides, et j’arrive même pas à en rire. C’est affligeant.

    1. Deres

      Le souci est que l’effet des 35 heures a été ravageur … Près de 10% de la quantité de travail a disparu du jour au lendemain. Cela a été en parti couvert par des augmentations de productivité (dont l’informatique) mais en fait celle-ci auraient normalement augmenté la richesse au lieu de combler le trou !

      Des petites mesures ne pourront pas compenser un problème aussi massif. On parle par exemple de supprimer des jours de congés mais il faudrait en supprimer 10-12 !!! Si cela se fait, ce ne sera qu’un ou deux bien entendu.

      C’est comme la retraite à 60 ans de Mitterrand, mise ne place alors que tout le monde savait que c’était désastreux et pas tenable sur le long terme. Le retour en arrière de ce genre de mesure instantanée de grande ampleur se fait lui après des décennies, quand on est au pied du mur, et tout doucement par petites touches en ajoutant des usines à gaz par dessus le désastre sans vraiment l’éradiquer, juste en l’adoucissant.

      1. Nemrod

        Le problème des 35 heures est bien plus profond que ça.
        Certaines corporations essentielles sont depuis longtemps à la limite de rupture
        – certaine profession médicales
        – certains patrons de TPE ou artisans
        – certaines professions libérales.
        Ces gens là voit autour d’eux pléthores de gus qui soit débauchent le Jeudi soir, reviennent de vacances ou partent, organisent savamment leurs ponts, en particulier dans la fonction publique.

        Si vous ajoutez à ça le pillage éhonté dont ils font l’objet, vous obtenez un ralentissement progressif de ces secteurs et pire une crise de recrutement .

        En gros de moins en moins de dindons à farcir.

        Les autres partirons toujours en week end mais la rage de dent sera homérique, la conjonctivite herpétique sanglante, la chaude pisse inoubliable, le boulanger introuvable et l’accueil du centre de vacance fermé à 15 heures.

        1. Pat

          Dans la fonction publique, on est souvent plus proche (et en dessous) des 30 heures, pauses déjeuner comprises (avantage de journées prétendument « continues »). J’avais fait ces estimation à l’époque avec les assedic et les perceptions, totalement fermées en dehors des heures d’ouverture au public.

      2. Higgins

        Il faut y ajouter les augmentations de salaire décorrélées de l’augmentation de la productivité. Merci Martine.

  3. hop hup

    faudra faire comme en Italie des fonctionnaire non élues pour faire les réformes tant attendues depuis des lustres

  4. Val

    Bizarrement ce post me remonte un peu le moral :
    – les allemands ne sont pas dupes de nos politiques : gauche et fausse droite et ils commencent à perdre patience .
    – Quatremer publie dans Libé , pourrait-on rêver à une désintoxication chez ses lecteurs ?
    Le problème c’est que ça va être un peu difficile de faire un virage idéologique à 180° en 5 minutes après 50 ans de piquouses marxistes …

        1. Kazar

          Bonjour,

          Cela va être difficile, je n’ai pas de moyen particulier pour ce faire, je me souviens qu’un intervenant proposait par exemple la déclaration de vol…

          1. hugeus

            Merci en tout cas d’avoir pris la peine de répondre !
            Je me sens souvent en phase avec vos avis, que vous défendez avec justesse et mesure, ce qui fait du bien ! Au plaisir de vous lire !

    1. Aristarque

      Je vous suis pour l’ impatience grandissantes des Allemands qui me rassurent sur la pauvreté de la mise en oeuvre grançaise des mesures de leurre puisqu’ils les détectent. Le jour où il faudra s’ attaquer au plan de redressement, cela permettra à notre personnel politique de basse volée d’ entonner en choeur : celafototEUtons pour changer de celafotasarko, etc… (le EU est en majuscule pour la bonne lecture par Calvin qui a l’ esprit un peu trop vagabond… 😛 )

        1. Calvin

          Pour la postérité, la nouvelle version de la chanson de Gavroche :

          Le pays bat de l’aile,
          C’est la faute à Merkel,
          Il va tomber de haut,
          C’est la faute à Sarko.

          L’pays meurt de prébendes,
          C’est la faute à Hollande,
          Pour finir en débris,
          C’est la faute à Aubry.

          Les taxes au plafond,
          C’est la faute à Macron,
          Liberté en sourdine,
          C’est la faute à Marine.

          Je vais tomber par terre,
          C’est la faute à Le Maire,
          Et comme c’était couru,
          Je l’aurai dans le c..

      1. Calvin

        Je croyais que le EU permettait un double combo : allemands et européens.
        Comme quoi, j’ai vraiment l’esprit vagabond !

    2. Quiet Desperation

      « N’imitez pas la sottise et la vanité des Français, de ce peuple de vantards et d’écervelés, qui n’admire que les siens et qui est ainsi seul à s’admirer. La France est une nation vaniteuse, orgueilleuse jusqu’à la folie, que tous les désastres passés ne corrigeront jamais et qui doit être considérée comme ces hommes atteints par moment de delirium auxquels il faut passer la camisole de force… »

      Cela remonte à la fin du XIX° siècle, pas si stupide, au moins côté Otto von B…

  5. infraniouzes

    Certains disent: « la France, dernier pays communiste à l’Ouest de l’Oural ». Le gel des salaires va leur donner raison puisqu’on pourra dire, comme dans l’URSS d’autrefois: « Ils font semblant de nous payer, on fait semblant de travailler »…

    1. dede

      « puisqu’on pourra dire »

      Je crains que l’un des problemes courants, c’est que cette phrase peut se conjuguer au present…

  6. Villon89

    Commençons par libéraliser le travail sur la semaine entière en faisant disparaître ce sacro-saint dimanche…

  7. Gerldam

    Un économiste que je respecte (Jean Pierre Petit) en va jusqu’à souhaiter que le FN l’emporte pour démontrer plus vite aux français que l’étatisme à tout va coule le pays. Une fois la démonstration faite une fois pour toutes, on pourra -peut-être, avec ces français décérébrés, le pire n’est jamais à écarter- reconstruire le pays, après avoir abrogé tout ce qui gêne, comme le dit si bien H16, c’est à dire à peu près tout.

    1. yp

      Une population qui a gouté à la douce vie aux crochets de l’état regrette toujours l’époque bénie ou elle avait un niveau de vie financé sur le dos des générations futures – et vous pourrez compter sur le corps enseignant pour bien faire rentrer dans la tête de vos enfants que le socialisme c’était l’époque bénie ou chacun vivait en paix selon ses besoins.

      Le socialisme est un putain de virus contre lequel il n’existe pas de vaccin qui puisse sauver les veaux.

      1. Calvin

        Le socialisme est un putain de virus contre lequel il n’existe pas de vaccin qui puisse sauver les veaux.

        Pourtant, j’en ai été vacciné…

        1. yp

          Il n’y a que la curiosité qui puisse immuniser contre le socialisme. Les enfants humains sont éduqués dès leur plus jeune âge contre l’envie de réflechir, pour en faire des veaux adultes. Mais il arrive parfois que la greffe ne prenne pas comme prévu….

            1. Kekoresin

              « Les socialistes, c’est comme Christophe Colomb, quand ils partent, ils ne savent pas où ils vont et, quand ils arrivent, ils ne savent pas où ils sont ». Eglise Colline

    2. Le Diable probablement

      Je ne crois pas que J.-P. Petit « souhaite » ce scénario, même s’il le considère comme étant probable.

      Cela dit, je crois que l’idée selon laquelle « il faut toucher le fond pour remonter » est extrêmement dangereuse. En fait, toucher le fond est souvent le moyen le plus rapide pour continuer à creuser encore plus profond.

      Un excellent article (vieux de 10 ans) sur le sujet ici (en anglais): http://www.econlib.org/library/Columns/y2004/Caplanidea.html

      1. Caton

        De toute manière, que les français le souhaitent ou pas, la faillite est inéluctable et le fond sera atteint. Personnellement, je pense que plus vite la faillite arrivera, moins importants seront les dégâts. Ce n’est pas pour autant que je souhaite la voir arriver, moi aussi je préfèrerais que la France soit un pays libre, riche, libéral et bien géré…

        1. Le Diable probablement

          C’est précisément ce que l’article que je cite remet en question.

          Plus la faillite arrivera vite et fort, plus la suite inévitable de la faillite arrivera vite : la populace choisira un bouc émissaire classique, du genre les banques, le capitalisme, etc. et utilisera la situation pour mettre en place un régime encore plus socialiste. Finalement, la banqueroute est peut-être le cadet des soucis de la France.

          Le corollaire de tout ça, c’est que s’il existe une voie vers le rétablissement, elle se joue sans doute à la marge, lentement. En ça, je trouve beaucoup plus probable la thèse du long et lent déclin présentée par exemple par Jean-Pierre Petit.

          Mais c’est aussi pour ça que je suis souvent agacé par les remarques récurrentes de certains libéraux sur les « mesurettes » prises par le gouvernement ici ou là et qui pourraient aller dans le bon sens (non que je prétende que ce soit la cas) ne sont jamais assez à leurs yeux.

          Parfois, il n’y a pas de silver bullet, et il faut utiliser beaucoup de lead bullets.

          1. « je trouve beaucoup plus probable la thèse du long et lent déclin »
            Moi aussi. Encore que la cata n’est pas à écarter. Le printemps 2015 sera probablement décisif.

            Pour ce qui est des mesurettes, c’est une question de proportion. Quand une mesure impacte 1 ou 2 milliards d’euros de finances publiques, c’est très insuffisant, d’autant que jusqu’à présent, les mesurettes qui parviennent effectivement à ça sont très peu nombreuses (en gros, on ne doit pas arriver à 10). Pour un trou de 85 milliards par an, on voit l’écart (reste 70 milliards à trouver/économiser). Alors, quand la mesurette représente moins que ça (quelques dizaines ou centaines de millions d’euros), là, on peut franchement se foutre de la gueule de celui qui la propose.

            Or, des mesures qui permettent d’économiser 40 ou même 80 milliards, il y en a. Par exemple, annuler l’impôt sur les sociétés, et annuler toutes les niches fiscales et les dotations diverses publiques aux entreprises. Pouf, le budget s’équilibre… Mais fini, le capitalisme de connivence…

    3. malicorne

      Hélas, nous autres français, bien plus que d’autres peuples, excellons dans l’art de faire porter le chapeau de nos échecs aux autres. Ce sera itou avec MLP. Sans doute à cause de notre endoctrinement programmé dès la naissance, de notre arrogance et de notre déni permanent de réalité.Et le peuple de gober, gober, gober…

    1. Caton

      Le même FMI qui a recommandé de soutenir les banques en faillite pour ne pas risquer de voir imploser le capitalisme de connivence?

      Le même FMI qui recommande de confisquer 30% des économies de tous les particuliers pour remettre à flot ces mêmes banques?

      Ah, c’est clair, ça, c’est de la grosse réforme qui tache.

      1. Val

        @Caton : +1 le FMI a encouragé le plan de soutien à la Grèce , alors qu’il aurait fallu :
        – claquer Goldman S pour avoir aidé à falsifier les comptes grecs
        – virer la Grèce de l’Europe pour fraude et pour l’exemple .
        Mais on sait pour qui « roule » le FMI , donc on a fermé les yeux (et nos gueules) sur GS et on a renfloué la Grèce ….

  8. Kloupa

    Et, avec un sens de l’à-propos qu’il est seul à détenir à ce point, Hollande relance le feuilleton de l’écotaxe. Cette fois, ce sont les populations de l’Est de la France qui seraient cobayes! Quand donc vont-ils demander leur rattachement à l’Allemagne? Puisqu’on peut soupçonner Hollande de les pousser à quitter le giron admninistrativo-fiscalo-Français…

    1. Aristarque

      Il doit bien exister des paquets d’Alsaciens qui maudissent leurs arrières grands parents d’avoir accepté de revenir à la France après avoir goûté pendant 45 ans aux TEUtons ???

  9. Calvin

    Les alertes venues d’outre-Rhin me suggèrent quelques pensées :
    – l’utilitarisme allemand est bien à l’oeuvre,
    – dans un premier temps, on laisse la France s’enfoncer pour devenir la première et incontournable économie européenne,
    – puis on se rend compte que l’homme malade de l’Europe risque de les faire tomber, alors on houille le gouvernement français voire le pays entier (à raison),
    – de l’attitude française dépend la prochaine posture allemande :
    === ou la France plié et s’en remet à son suzerain,
    === ou la France résiste et je vois une sortie de l’Euro des pays du Nord.

    1. Les Charcuteries Olo

      ..  » Ich weiß, es wird einmal ein Wunder geschehn
      und dann werden tausend Märchen wahr. « 

      1. Quiet Desperation

        Ein Märchen aus alten Zeiten, / Das kommt mir nicht aus dem Sinn“ ? et tu peignes ta longue chevelure blonde après ? je te salue, Bruno LM !

  10. Kramix

    Je m’y suis repris à deux fois pour lire « cette usine à gaz légale « . En effet, j’avais lu : « létale ».
    C’est peut-être parce que c’est ce que je vois tous les jours ?

  11. Calvin

    Le problème des 35H est pourtant un faux problème.
    Vous voudriez travailler plus et votre patron est d’accord, Ok.
    Vous voudriez travailler moins et votre patronyme est d’accord, Ok.
    Arrêtons de faire croire que cela diminue le chômage, ce que la réalité française a fait voler en éclat à voir les chiffres actuels.

    1. Calvin

      Patronyme…. Patron…
      Désolé, smartphone.
      Je n’ai pu corriger plus tôt : la maîtresse m’a interrogé au tableau.

    2. Gerldam

      Pas vraiment. J’étais en usine lors du passage aux 35h. Le patron se félicitait des subventions liées aux 35h et à l’annualisation du temps de travail.
      En réalité, presque du jour au lendemain, les ouvriers qui, jusque là, travaillaient dans une bonne camaderie (usine de taille moyenne) et pensaient surtout à s’entraider (ils avaient souvent 30 ans de boîte), se sont mis à décompter les RTT des autres et à penser à leurs loisirs, qu’ils n’avaient guère les moyens d’occuper. L’esprit de l’usine et de cette entraide ouvrière s’est évaporé et la productivité s’est plutôt effondrée au lieu de s’améliorer.
      Certes un cas ne fait pas règle, mais j’ai entendu des sons de cloche analogues de la part de nombreux collègues ingénieurs, travaillant aussi dans des usines de petite taille.
      Inutile de vous dire que cette usine a fait faillite depuis et est devenue une de ces nombreuses friches industrielles.

      1. Jesrad

        Dans le même mouvement, les professions hautement intellectuelles (typiquement, l’informatique) ont malgré tout continué de travailler 45-60 heures par semaine, ce qui a aggravé une certaine forme de ressentiment – ce qui, à mon sens, explique comment certains d’entre eux se sont ralliés à Mélenchon, et aussi une partie de la migration de l’électorat PS de la « masse laborieuse » vers les bobos.

      2. Stéphane

        Idem dans le secteur (métallurgie) où je travaille, où la bonne entente entre ouvriers et patronat (si si ça existe) a volé en éclats et l’ambiance s’en est clairement ressentie

      3. channy

        Je bossais pour le numero 1 du cash and carry en france lors du passage aux 35 heures, grosse boite Allemande..lors d une reunion on nous a expose comment l entreprise allait s organiser avec les 35 heures..a la fin de la reunion le directeur demande s il y a des questions:
        je me leve et je lui demande:# pardon ,mais les 35 heures ont ete instaures officiellement pour creer des emplois, qu en sera t il chez nous?#
        Le directeur a repondu:# zero embauche, le groupe a refuse les aides de l etat, on augmentera les heures des contrats a temps partiels pour compenser mais rien de plus…le groupe embauchera quand le chiffre d affaire augmentera#
        Mais c est vrai que cela a creer de sacres problemes d organisation.

  12. barbatruc

    Tout ça c’est très bien, mais il suffisait de laisser en place le dispositif Sarko sur les heures sup. avec défiscalisation partielle pour les salariés, et exonération d’une bonne partie des charges salariales pour l’employeur.

    Tout le monde s’y retrouvait, salariés et employeurs.

    J’ai vécu en tant que dirigeant la fin de la défiscalisation des heures sup , ça a donné des cas de figures étonnant. Par exemple des gens que j’avais recruté sur une base de 37 h/Sem , se sont retrouvés avec une baisse de leur net, au bout d’un an à cause de la fin des exonérations des charges salariales. Évidemment j’ai refusé ça, et c’est la boite qui a pris en charge ces cotisations.
    A l’époque, Hollande était juste élu , et j’ai vu dans le regard de mes interlocuteurs qu’il regrettaient déjà leur vote.
    Voilà un exemple parfait d’idéologie idiote.

    1. Popeye

      « … mais il suffisait de laisser en place le dispositif Sarko. … »
      Ben non justement, puisque c’était Sarko qui l’avait fait, c’était mauvais. En plus ça donnait des résultats appréciés par tous.
      Sarko delendus est.

    2. Calvin

      En même temps, une autre usine à gaz pour contourner une loi débile et une usine à gaz.
      Il fallait supprimer l’idée d’heures légales.
      Mais du courage, le Sarkozy n’en avait pas, et n’en a toujours pas.

      1. yp

        Sarko c’est pareil que couille molle : Même taille, même courage et mêmes idées. Sauf qu’il tourne à la coke plutôt qu’au viagra.

        1. barbatruc

          Ok Sarko, a brassé beaucoup d’air, mais je persiste à penser que l’idée de défiscaliser les heures sup était un bon contournement de la loi , sans faire broncher les syndicats.

          Je rappelle qu’il a eu contre lui :
          – les profs
          – les syndicats ouvriers
          – la majorité de la fonction publique ( la haute administration lui a foutu des bâtons dans les roues )
          – le syndicat de la magistrature

          Comment voulez vous faire la moindre réforme avec pratiquement tous les corps intermédiaires contre vous ?

          1. Calvin

            D’accord avec ça.
            Et il a eu les médias contre lui quand il a voulu abroger les niches fiscales des journalistes.
            N’empêche que ce contournement prouve la difficulté de revenir sur des lois pourries.

          2. yp

            Sarko a eu tout le monde contre lui. Alors il a appliqué la stratégie Juppé : il a baissé son froc…

            Je ne lui jette pas forcément la pierre, face aux meutes de sales gosses gâtés, il avait le choix entre réformer et passer pour un très méchant monsieur, ou baisser le froc et passer pour un nain trépignant – mais en restant confortablement installé à l’Elysée.

            Tout comme il a choisi de mutualiser les pertes des banques, d’en finir avec la souveraineté nationale et de s’assoir le référendum sur la consitution européenne. Tout ça pour ne pas déplaire aux copains.

            Il a fait ses choix.

            Maintenant, faut pas qu’il essaye de faire croire qu’il aurait retrouvé une paire de couilles.

            1. barbatruc

              « Sarko a eu tout le monde contre lui. Alors il a appliqué la stratégie Juppé : il a baissé son froc… »

              Exact. Mais avait-il un autre choix ? Si il avait tenté le passage en force , il s’y serait cassé les dents. On aurait eu droit au manifs de 1995 puissance 10.
              Les gauchistes/ collectivistes ont définitivement gagné la partie, car il ont su placer leur pions dans la société , et sont maintenant indéboulonnables. Si un jour MLP , arrive aux responsabilités elle sera elle aussi obligée de composer avec cette particularité bien française.

              1. malicorne

                D’autant plus que la fonction publique, du moins en partie, rentrera en « résistance ». N’oubliez jamais pourquoi un syndicat majoritaire dans la fonction publique, crée après guerre, au début de la guerre froide, est aussi puissant dans sa capacité de nuisance au sein des administrations les plus sensibles, c’est à dire celle dont les dysfonctionnements peuvent bloquer transports, communications, médias, et enseignement, justice. On peut imaginer que les directives du futur premier ministre du FN risquent de ne pas être totalement appliquées ou franchement sabordées.

                1. malicorne

                  Quoique le programme économique de MLP aujourd’hui devrait ravir les ultras de la gauche. Tout n’est peut-être pas perdu…pour elle.

                  1. Deres

                    Oui, les étrangers feront office de koulaks pour regagner de la marge budgétaire. Et comme l’argent de ces « autres » ne sera rapidement plus suffisant, on devra sortir de l’Europe. Et comme l’agent de ces « autres » ne suffira plus, il faudra trouver en permanence des nouvelles classes de koulaks à sacrifier au grand Moloch du budget. Le document de H16 sur le troisième Reich est très clair sur la pente très glissante qui nous attend. C’est la même qu’actuellement mais en beaucoup plus raide.

                2. yp

                  Pistes de réflexion :
                  Arrêter de financer les syndicats avecle pognon du contribuable ?
                  Inculper les merdes syndicalisées de kidnapping lorsque c’est le cas, et les envoyer en tôle. Pour de bon.
                  Enterriner une décision par référendum, puis aller jusqu’a faire donner l’armée pour la faire respecter, s’il le faut ?

                  Quand on veut, on peut !
                  Mais on ne veut pas !

                  Alors je veux bien tout, mais si on ne veut pas réformer, il faut dire clairement qu’on ne veut pas le faire !

                  De ce point de vue, hollande est bien plus honnête que cette crapule castrée de sarko.

                  1. Deres

                    Oui, les syndicalistes ferait une catégorie rêvée de koulaks pour une magnifique nuit des longs couteaux. Vous irez loin !

              2. yp

                Donc, d’après vous il a eu raison de ne rien réformer ? il avait bien mis tout ces machins dans son programme électoral (et je crois que c’est pour ça qu’il avait été élu : pour réformer, mettre fin aux régimes spéciaux et j’en passe.)

                Comme dit Christophe (ci dessous), s’il avait vraiment voulu changer quelque chose, il y avait la solution du référendum (zarko + référendum = la bonne blague !)

                Mais bon… Ca s’appelle refaire le monde et ça ne sert plus à rien, c’est trop tard maintenant. Le train est passé.

              3. Caton

                Quant à être méchant, il y a des méthodes efficaces : par exemple, imaginez un site web avec une liste de personnes, régulièrement mise à jour, pour l’homicide desquelles la grâce présidentielle serait automatique…

              4. Théo31

                Quand les contrôleurs aériens américains se sont mis en grève, Reagan les a fait licencier sur le champ.

                Sarko avait bien le choix : il suffisait d’avoir une solide paire de couilles dont visiblement il est dépourvu.

          3. Christophe

            Il suffisait d’utiliser un référendum.

            Ah pardon, Sarkozy c’est celui qui viole et contourne le résultat d’un référendum, quand ce résultat ne lui plaît pas…. n’est ce pas ? 😉

          4. Nemrod

            Et qu’il s’est empressé de de crever les roues déjà entravées par tous ces bâtons en faisant l’ouverture à gauche après avoir draguer très à droite.
            Ensuite : un fait divers : une loi
            J’abrutis de taxes ma base électorale et je m’étonne d’être battu par un tel chancre.
            Un artiste…
            Il va se vautrer une deuxième fois et je reprendrais des nouilles.

          5. Deres

            Et les médias et le monde du spectacle.
            Combien de fois avons nous subit un discours anti-Sarko au début d’un spectacle ?

            1. Nemrod

              Vous pouviez toujours sortir en lâchant une caisse.
              Je vous raconte pas si une bonne cinquantaine de spectateur fait de même…

        2. Deres

          Oui, Flamby parle de préserver sa vie privé, mais cela veut juste dire pouvoir troncher de tous les côtés sans que cela se sache. Et surtout que les intéressées puissent récolter les lauriers de leur gratitude en toute discrétion. Je rappelle qu’avant que sa liaison avec Gayet soit connu, elle était en passe d’exploser avec pleins de demandes de rôles, le jury Médicis, le montage d’une boîte de production avec un gros budget … Il est probable que d’autres femmes montent en flèche en ce moment sans que l’on sache pourquoi …

          1. Deres

            En fait, il veut récolter les avantages du pouvoir sans en assumer les devoirs et les responsabilités.

            Sa niaiserie actuelle dans les discours, à la lecture hachés et approximatives, au registre peu élevé, pleins de « burp », de lapsus et d’erreurs flagrantes montre bien la tricherie de médias qui le soutenait. Aucun de ces points n’était évoqué lors de la campagne. C’est comme son statut de monsieur petite Blague que tous connaissait dans le monde politique. Il y avait embargo total dessus car cela ne cadrait pas avec le poste. En fait, n’importe quel pignouf qui aurait gagné les primaires socialistes l’aurait probablement emporté en 2012. Et ce sera pareil en 2017 avec un pignouf de l’UMP.

            1. Nemrod

              Je me souviens de la une de Libé avec le cliché de celui qui allait devenir Rain Man : aminci, en noir et blanc avec une mâle détermination…genre Pacino dans Scarface.

              Ah les crapules de journaleux gauchiotes !
              Plutôt crever que de leur laisser un seul Kopek de mon propre chef; j’y suis dejà obligé par racket fiscal.

              Faites comme moi, n’achetez plus un de leurs torchons, désabonnez vous de Anal Plus, boudez les spectacles par extension.
              Rétorsion à la Vegeta.

              1. Calvin

                En parlant d’anal+, je suis tombé sur une pub pleine page dans un journal gratuit sur leur anniversaire, avec un p_tain en capitale et grande taille.
                Faut-il que je l’envoie au collectif Georgette Sand ?
                Leur vulgarité semble tolérée par le camp du Bien…

    3. Kekoresin

      Voilà le problème, ils regrettent d’avoir tiré un coup quand ils s’aperçoivent que ça les gratte où je pense! C’est vrai que cette fois, la période de liesse post électorale a été particulièrement courte. Mais bon, en bons bourins les français vont réitérer en 2017 les yeux tout brillants devant les promesses de dessous le sapin et prêts à voter pour le premier mec en rouge qui fera HOHOHO! On sera encore sur le registre préféré des idiots d’isoloirs: méchands riches, gentils pauvres, méchante finance…Le disque est un peu rayé mais avec une petite cuiller de vaseline alter-mondialiste, ça va passer tout seul. On aura un vote par défaut pour contrer le facisme et empêcher les loups d’entrer dans Paris!

    4. Nyamba

      Ce qui m’inquiète, désormais systématiquement, lorsque j’entends les termes « assouplissement réglementaire », c’est qu’il faut comprendre « beaucoup de gesticulations douloureuses et contraignantes (ou l’inverse) ». Est-ce parce que je manque d’une fibre juridique quelconque ? J’ai l’impression que ces gentils législateurs ne savent pas à quoi peuvent servir une gomme, ou un bon petit feu de joie…

      1. Calvin

        Une gomme ? Malheureuse !
        Il faut une myriade de nouveaux articles pour abroger de précédents articles voire les rétablir avant un dernier enterrement… ou pas…

  13. Peste et coryza

    Politique idiote, encore…

    Pourquoi :
    1 : le système de « castes » français empêche toute évolution.
    2 : quand on ne propose que des sacrifices à la population, il faut une vision de l’avenir et un chef charismatique pour la porter. Il n’y a pas de vision, quant au charisme… n’est pas Churchill qui veut.

    1. royaumont

      Le système des castes crée des rentes de situation pour tous ceux qui ont le droit à la parole. Donc ceux qui pourraient faire quelquechose n’y ont aucun intérêt : non seulement ils ne font rien, mais bloquent toute évolution.
      La France est donc dans l’obligation de se réformer et dans l’incapacité de le faire. Quand cela bougera de force sous la contrainte, l’onde de choc sera cataclysmique…
      Pour l’instant, grâce à des taux historiquement bas, cela tient. (voir l’article de contrepoint http://www.contrepoints.org/2014/11/25/189235-letat-gere-t-il-la-dette-publique-comme-bygmalion , ça donne une bonne idée des ennuis qui nous attentent). Quand les taux remonteront, la mécanique de la faillite sera inarrêtable… Comme en 1789.

      1. Deres

        Ils le savent très bien. mais ils comptent sur l’effet « Too big to fail » pour forcer la BCE à monétiser la dette pour empêcher les taux d’intérêts de monter. En clair, ils persistent en jouant aux plus fins au bord du précipice …

  14. Raoul

    « la possibilité d’une rupture conventionnelle des contrats de travail dans la fonction publique »

    Je me suis toujours demandé si la sécurité de l’emploi des fonctionnaires ne constituait pas une clause léonine.

  15. Cyril45

    En fait l’idée des 35 heures est plus ancienne. j’ai retrouvé dans les papiers de mon défunt père un éditorial de Pierre Maurois évoquant l’idée. c’était dan le Figaro( et en… 1983.

    1. Calvin

      Non, c’était une idée de Georges Marchais.
      Cela faisait parti du programme du PCF.
      Voir l’INA.
      H16 avait écrit un article à ce sujet.
      Ici, H nous dit que cette idée a été recyclée par le PS qui pensait perdre les élections suite à la dissolution.

              1. Deres

                Oui, les idées nouvelles (et souvent pourris) apparaissent généralement sur les extrêmes pour essayer de déborder les partis plus classiques. Par réaction, ceux-ci finissent par s’approprier ces idées pour rester à la page. Ecouter bien les conneries de MLP et Mélanchon. Une grande parti de ces conneries feront parti des programmes du PS et de l’UMP en 2022 …

      1. Cyril45

        Merci pour la précision. Comme je ne connais pas trop la faune du Crétacé et du Jurassique, c’est toujours intéressant d’apprendre des choses.

    2. Kekoresin

      Le front de gauche tout en sueur propose 28H pour s’aligner avec la SNCF. Georges Marchais avant, mais maintenant qu’on a appliqué son programme et que ça marche plus, il faut aller plus loin vers l’infini et au-délà…

      Allez les français, un peu d’audace, votez pour un facteur qui paiera sa tournée, c’est une certitude!

      1. Calvin

        il faut aller plus loin vers l’infini et au-delà…
        Un beau slogan pour notre Buzz-la-fermetureEclair de Président!

      2. Honorbrachios

        ouaip vive le facteur! travaillez 28 heures pour 5000e de smic et pour tous, ça me semble raisonnable

    3. Aristarque

      Ah, Maurois! Si vous cherchez bien dans les archives de votre père, vous devriez trouver un article de sa main dans lequel il descendait en flammes le Sénat comme ramas de vieux plus bons à rien, etc… à peu près un an avant qu’il ne s’y fasse élire pour neuf ans…

  16. Kekoresin

    Le pov piti Macron nage en eaux troublées par les remous des créatures qui tapissent le fond du marécage socialiste. Aubry la rascasse, sous un air bonhomme de bajoues tombantes, aiguise ses dards empoisonnés. Ségolienne l’anguille électrique est tapie à l’affut toujours dans la prêtitude pour relancer du grand nimportnawak éco conscient qui fatighuerait pas trop les travailleurs dans un avenir d’air pur et associatif. Combadélices la tortue alligator en embuscade prêt à arracher les doigts à la moindre écartade du dogme socialo-bolchevique. Les syndicacas les écrevisses qui se repaissent des cadavres de chômeurs qui finissent toujours, gravité oblige, par tomber dans leur royaume fangieux…

    Et tout ça c’est sans compter les français qui barbotent dans la boue et semblent y prendre un plaisir teinté de masochisme qui leur donne une raison valable de s’adonner à leur sport favori: la pleurniche. 80% sont en effet contre la remise en cause du contrat de travail à la française qui se décline actuellement en 35 teintes différentes. 80% croient aux « cadeaux » faits aux entreprises par l’état. 80% pensent que l’argent de l’état est gratuit (c’est Goudaland qui le dit). Non à la précarité dans le travail, oui à la stabilité dans le chômage avec un état généreux, des prix d’amis pour se chauffer- se loger – se déplacer – voyager, de la bouffe gratos aux restos de l’écoeur et bien sûr des soins aux frais de la princesse quelle qu’elle soit. Voilà la réalité! Voilà qu’après des années de conditionnement mental les capitaines fous de l’épave France s’étonnent de ne pas pouvoir réformer quoique ce soit.

    1. Nyamba

      C’est pas un peu tôt, pour l’apéro ? M’enfin, pour moi ça arrive au dessert, et ça se lit tout seul 🙂 ! J’aime les métaphores animalières…

        1. Nyamba

          Etant en off aussi, je n’avais pas remarqué ; j’espère que vous me le passerez 😛 .
          Full speed ahead, indeed !

  17. max

    Les 35 heures sont bien plus flexibles que supposé, Macron ne connait pas lui même les possibilités de la loi. Le fait certain, c’est qu’il s’agit d’une usine à gaz nécessitant un spécialiste du droit du travail qu’une petite boite ne peut se payer :

    « Encore mieux, depuis une loi de 2008, le contingent d’heures supplémentaires qu’il est possible de faire effectuer à un salarié dans l’année peut être… librement négocié via un accord d’entreprise. A défaut d’accord, ce contingent est égal à 220 heures annuelles, soit… plus de six semaines de travail supplémentaires possibles.
    On pourrait aussi ajouter que la législation sur le temps de travail ouvre tellement de possibilités qu’elle permet même potentiellement d’éviter de payer des « heures sup ». Il suffit pour cela de proposer aux salariés des forfaits annuels en jours (jusqu’à 282 jours de travail) ou en heures. »

    http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20141124trib1d03853b8/emmanuel-macron-connait-il-vraiment-les-lois-sur-les-35-heures.html

    http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20141117trib884f6ef67/halte-aux-idees-recues-sur-les-35-heures.html

    1. Nocte

      Ou on pourrait supprimer ce merdier en remplaçant par : le salarié et le patron déterminent le temps de travail hebdo dans le contrat de travail.

      1. Calvin

        Le problème vient de la jalousie des salariés entre eux.
        Certains veulent bosser 28h au lieu de 35h mais refusent que leurs camarades gagnent plus en bossant 45h…

    2. Higgins

      Le problème, c’est que ce sont des heures supplémentaires payées au prix fort. Pas sûr qu’une entreprise s’y retrouve. Dans une petite entreprise, je vois mal comment dépasser cet horizon.

            1. Higgins

              Sans vouloir être méchant, c’est un peu ce qui se passe avec les TPE. Beaucoup de leurs responsables ne peuvent pas appréhender cette loi éminemment complexe. Et puis trouver le temps de l’expliquer aux salariés quand on court après ce temps et que les salariés voient avant tout, comment leur en vouloir vu les salaires net, le gain d’argent potentiel….

  18. FRANKY92

    Les Allemands sont inquiets, mais les Français encore plus, car concernés – j’aurais pu écrire « consternés »- au premier chef !

  19. Flo

    « de se distancer » (dans le 4ème paragraphe).
    « de se distancier » ne conviendrait-il pas mieux?

    L’idée d’un blocage des salaires généralisé est la plus stupide qu’on ait entendu depuis longtemps.
    Il faut diminuer le nombre de fonctionnaires progressivement, supprimer les 35 h de toute urgence, réaligner tous les systèmes de retraites, baisser massivement les charges sociales, ce qui passe par la liberté de s’assurer ou on veut pour la maladie et la vieillesse (au moins).
    Pour commencer.

    1. gameover

      « L’idée d’un blocage des salaires généralisé est la plus stupide qu’on ait entendu depuis longtemps. »

      Bah de la part de gens qui ont imaginé un blocage des loyers ce n’est pas étonnant.

      1. Deres

        Avoir ravagé l’immobilier et l’industrie ne leur suffit plus. Il leur faut des mesures globales qui ravagent tout en bloc …

        En effet, un tel blocage des salaires obligerait les cadres à changer d’employeur pour être augmenté. Le taux de turn-over des cadres augmenterait donc rapidement d’une année sur l’autre. Les salaires augmenteraient donc quand même avec une forte désorganisation associée histoire de couler le pays définitivement. Comme ils disent, on ne peut pas penser à tout !

        1. Caton

          La destruction de l’économie en cours depuis 1981 et accélérée depuis 2012 rend le risque assez faible… pour qu’un cadre change d’employeur encore faudrait-il qu’il reste des employeurs.

          1. Deres

            Même actuellement, il reste du turn-over chez les cadres. C’est d’ailleurs le moyen le plus rapide de progresser même si cela implique un risque plus grand et souvent une qualité de vie moindre. Ce turn-over augmenterait rapidement quand les cadres ne bougeant pas constaterait que les embauchés et ceux remplaçant les départs sont mieux payés qu’eux …

            1. Caton

              Encore faudrait-il que les départs soient remplacés! Ce n’est déjà pas vrai pour les départs à la retraite…

              1. Flo

                En effet mais la notion de généralité implique :
                – Tu es bon voire très bon : pas d’augmentation car c’est la loi.
                – Tu es moins bon (même un peu) : Aïe!
                A la fin il ne resterait que des gens de même niveau parfait en activité.
                Evidemment impossible et absurde (socialiste quoi).
                Par ailleurs par quel mécanisme juridique Macron et autres pourraient-ils bien décider un blocage des salaires pour tout autre que les fonctionnaires ?

                  1. Flo

                    Oui et tellement raccord avec l’antienne tellement entendue que « c’est les vilains actionnaires qui prennent de plus en plus au détriment des salariés »
                    Au fait j’y pense si on bloque les salaires, si on bloque la rémunération des vilains capitalistes, et que bien entendu tout ça favorise une compétitivité du tonnerre, qui donc bénéficiera du surplus inévitablement généré????
                    Oh wait…

                1. Nocte

                  Vous avez tant de salariés répartis comme suit
                  X non cadres
                  Y assimilés cadres
                  Z cadres

                  Votre masse salariale ne doit pas dépasser de xxxxx euros sinon on taxe.

                  Oui, c’est con.

      2. Calvin

        Quelque soit le blocage (loyers, salaires, prix, libertés, …) cela finit toujours par un blocage de la société.

  20. Flash

    Pour le temps de travail, la seule liberté contractuelle est insuffisante. Mais la directive du 4 novembre 2003 est suffisante.

    Pour rappel :

    Amplitude maximale d’une journée de travail : 13 heures/jour

    Pour chaque période de sept jours, une période minimale de repos sans interruption de 24 heures + 11 heures (par exemple, repos le mardi, du lundi soir au mercredi matin)

    Durée maximale hebdomadaire : 48 heures. Possibilité d’évaluer cette durée moyenne sur 4 mois.

    Congés payés : quatre semaines

    Travail de nuit : droit du salarié à une évaluation médicale gratuite + pour ceux ayant des problèmes de santé reconnus liés au travail de nuit, droit de priorité pour passer de jour

    Cela me semble, globalement, suffisant.

    1. Jeff84

      Pour info, en France c’est 10 h/j, 48 h/s, 44h/s en moyenne sur 12 semaines.
      Donc si un salarié veut travailler plus, c’est au black.

  21. Christophe

    Bof. Enième salto arrière de com’.

    Bébé Macron a vite appris.

    On lance une bouse bien fraîche en l’air. Grâce à la gravité, ça redescend, ça s’écrase, et ensuite on mesure les éclaboussures.

    Alors même que Bébé Macron glose encore sur les 35 h, qu’on parle de « rapport » (ouh la la, c’est du violent), la Folle Du Poitou, copine de Sans-Dent, revient une énième fois sur… l’écotaxe.

    Rincez, répétez.

    Et c’est chaque jour comme ça.

    Il ne se passera strictement rien.

    Seule la faillite permettra de briser une fois pour toute les 35 h (et tous les autres cancer qui pourrissent ce pays).

    Mais please, ne comptons pas sur… Macron… Ou même les Allemands (une belle brochette d’hypocrites ceux là) pour changer quoi que ce soit.

  22. Aristarque

    Les 35 heures (…) usine à gaz légale et… létale, même si sa létalité se rapproche davantage de l’ asphyxie que de la mort subite… :mrgreen:

    1. Kékoresin

      Le problème n’est pas tant le nombre 35, mais le fait qu’il y ait un nombre. Encore une fois, on décide ce qui est mieux pour les citoyens incapables de décider pour eux mêmes. Certains n’ont envie ou besoin de travailler que 20H/sem d’autres 60. Du moment où le travail de chacun est rémunérée en conséquence, mais cela suppose que nous vivions en démocratie et non dans un erzats de l’URSS, un gros machin étouffant où l’administration fourre son groin dans chaque cm² pour y trouver sa pitence.

      1. Aristarque

        (ersatz) . Je mets une durée parce qu’ il est convenu de procéder ainsi. Travailleur indépendant, je raisonne différemment. Le point crucial est, effectivement que chacun doit recevoir à l’ avenant de son travail efficace, non de sa seule présence sur un lieu de travail… Et c’est bien à cette aune que les ennuis commencent…

      2. Mainmain

        Enfin un qui ne bashe pas le travail en dessous des 40h !
        À force de se faire biberonner on ne fait même plus attention à ce qui est bon pour soi.

  23. NicolasPimprenelle

    En lisant votre billet, je me suis dit que nos gouvernants, parfaitement conscients que le système est à bout de souflle et que la chute est maintenant une question de quelques mois, ne s’affairait plus du tout à trouver des solutions (si tant est qu’elles existent encore au jour d’aujourd’hui …) mais usait ce qui leur restait de bulbe cervical pour adopter une stratégie de communication avec l’aide plus du tout caché de la presse aux ordres (la prestituée) afin de mettre en place la coupe réglée du pays.
    Pour moi les rapports du GIEC et autres productions qui tombent fort à propos font partie de ce genre de choses et des petits arragements de communication.
    Maintenant l’enjeu est de préparer le peuple à l’effondrement et je crois que cela fait déjà quelques temps qu’ils ne se préoccupent plus des solutions …. amha

    1. royaumont

      Bien sûr qu’ils en sont conscients. Leur objectif est de gagner juste assez de temps pour ne plus être aux affaires quand tout va exploser.
      Ils en sont réduits aux expédients visibles ou non : pillage fiscal (contre-productif à court-moyen terme), baisse de la maturité des emprunts (7 ans et non plus 10 pour bénéficier de taux plus bas mais qui rend plus vulnérable à la volatilité des taux) etc…
      Ils partent du principe que les seuls coupables seront ceux aux affaires au mauvais moment. Vu la mémoire de pétoncle des électeurs, c’est pas si bête, après tout…

      1. Deres

        Tout à fait. Mitterrand est encore encensé par toute la gauche alors que c’est lui qui à commencer à creuser notre tombeau. Chirac se pavane et profite de tous ses avantages alors qu’il a continuer à creuser. D’ailleurs, si Juppé l’emporte, il ne se sentira plus car ce sera le retour de ses filleuls aux manettes.

  24. MadeInCH

    Je pense qu’il faut arrêter de dire: « Il faut [supprimer les 35H]/[déréglementer]/[autre…] ».

    On sait bien que ça ne se fera APS. Même si il le faudrait.

    Ce qui me semple plus intéressant, c’est de tenter d’écrire les partitions, autant précises que possible, des futur scénarios possibles.
    Ces prédictions seront autant d’aides réellement utiles pour tenter de s’en sortie, de prévoir les écueils, les nids de poules, les trous noirs, pour tenter de les éviter, voir même de les utiliser pour assistances gravitationels.

    CPEF. Oui.
    Mais… avec une carte du désert, on trouve plus facilement l’oasis. Avec une carte géographique, on sait ou passer, comment se cacher, ou cacher ses trucs, quels sont les ressources utilisables, …

    A destination des simpels salariés.

    Qu’en pensez-vous?

    1. Jeanpierre

      J’aimerai avoir une telle carte. Mais d’après ce que j’ai lu ou entendu, on ne peut prévoir l’avenir à moyen et long terme. Seules les prévisions à court terme sont à peu près réalistes. Sinon, il semblerait que les prévisions à long terme sont plus justes chez les auteurs de science fiction que chez les club de Rome et consort.
      La période qu’on va traverser sera assez trouble et je rejoins Charles Sannat quand il dit que notre survie ne dépendra que de nous dans les années qui viennent : son analyse selon laquelle le monde traverse le même genre de crise que celle de la révolution industrielle me semble pertinente (changement de paradigme). Il est trop tard pour les réponses collectives, notre avenir ne dépend que de nous.

  25. Jeanpierre

    Question d’ordre générale : dans la bouche de nos dirigeants, relayé tous azimuts par les médias, on entend une plainte permanente assortie d’une incantation sempiternelle : la croissance n’est plus là! Croissance!? revient!! Mais au fur et à mesure de mes lectures et conversations, il m’est apparu comme évident que le modèle économique de la croissance infini ne marche pas. Il ne peut pas marcher. De plus, la croissance est bien celle du PIB. Et si j’ai bien compris l’indicateur pourri qu’est le PIB, on peut avoir une croissance alors qu’on s’appauvrit. Il suffirait pour ça d’investissements massifs et catastrophiques. Bref, cette incantation me laisse perplexe. La question devient alors plus technique : si le PIB et sa croissance sont des mauvais indicateur de la santé économique du pays, quels sont les bons paramètres à observer?

    1. Nemrod

      Le pourcentage de ponction des richesses par le Golum me paraît un indicateur fiable : 57 % et des boulettes en Grance.
      J’ai lu qu’il était de 63 % en URSS à la chute.
      Je ne sais pas si c’est vrai.

    2. Nyamba

      Hum, j’ai envie de répondre : « Mais parce que tout ça, c’est magique™®  » ! C’est pas ça ?

    3. Jeanpierre

      Petite précision : au milieu du texte, quand je dis que la croissance est celle du PIB, j’ai oublié de dire que c’est la croissance dont parle les politiques. Non, je ne dis pas que toute croissance économique est forcément celle du PIB.
      @Nemrod : quand je cherche un autre indicateur, ce n’est pas la place de l’état mais plutôt le paramètre qui montrerait que, par exemple, on a beau être en crise, les habitants en France ont un niveau de vie incroyablement plus élevé qu’il y a soixante ans (électroménager, eau potable, télécommunications, alimentation…)

    4. Honorbrachios

      en ce qui concerne la croissance, qui se souvient encore que lors de l’arrivée de présigland et l’annonce de ses premières mesures (augmentations tout azimuts des impots/taxes et prélevements) que TOUT le monde a dit que ça allait détruire la croissance et qu’il fallait baisser les dépenses – la commission européenne l’a dit, ici même, la commission des dépenses, l’Allemagne, etc… Présigland l’a fait et la croissance a disparu, c’était prévisible et prévu…

  26. Dom

    @ Kekoresin je crois que c’est « pitance » et non pitence..amusantes en effet vos metaphores animalieres ! 🙂
    Murene et congre sont d aspects voraces a propos et pire de tous les poisscailles il parait:notre brochet serait le plus glouton!

  27. Deres

    Vous avez vu celle_là …

    http://www.lesechos.fr/politique-societe/regions/0203964196039-cantines-centres-aeres-de-nouveaux-tarifs-a-paris-pour-les-hauts-revenus-1067904.php

    Le fait d’exclure les hauts revenus était une préconisation de Attali qui est aussi en train d’être mis en oeuvre sur les allocations familiales. On va donc y avoir droit progressivement sur la sécu, la retraite, le chômage. Le tout bien entendu sans débat global alors que c’est une réorientation majeur de notre fameux « modèle social », mais par petite touche discrète …

    A noter qu’avec mon gamin et mes revenus sérieux, j’ai déjà constaté les petits effets de bords suivant en dehors de Paris :
    – une nounou pour 9h par jour, 3 enfants, horaires flexibles, le prenant en cas de maladie pas grave, était moins cher que la crèche 8h par jour, horaires fixes et 10 enfants par encadrants, le jetant dehors avec 0.5° de fièvre
    – la cantine en maternelle coûte autant qu’un menu enfant au restaurant …
    En plus de servir de vache à lait au moment des impôts, on se rend compte que l’on sert aussi de vache à lait au moment du paiement des services publiques. Les deux vitesses, cela va bientôt être les pauvres qui mangent au chaud à la cantine et les riches qui mangent un sandwich maison dans le froid … On marche vraiment sur la tête dans ce pays. Dans les faits, il sont en train de recréer une lutte des classes …

    1. Deres

      A noter que les tarifs sociaux pour l’électricité, le gaz, le téléphone, les transports et le logement sont déjà une réalité dans ce pays. Il ne reste plus que la nourriture même si il y a déjà une dérive qui se fait jour avec la généralisation de la distribution devenant institutionnelle. Bientôt les supermarchés devront surement faire des ristournes face à des cartes marquant le quotient familial … Et les autres paieront lus cher.

      J’ajoute que tout cela étant basé sur le revenu déclaré, c’est une porte ouverte à la fraude et à la magouille. Plus on fraude et on optimise, plus on a droit à des avantages … Le cercle vicieux ultime …

        1. Deres

          C’est la double peine d’avoir de l’argent honnêtement gagné. Tu te fait racketter au moment des impôts et tu te fait racketter un deuxième fois au moment de payer.

          C’est pour cela qu’il a été formellement prouver dans ce pays que certains chômeurs n’ont pas financièrement intérêt à retrouver du travail sans même prendre ne compte les désavantages du travail lui même. Le but ultime des socialistes est que le salaire ne signifie plus rien : quel qu’en soit le montant, on se retrouverait avec tous le même pouvoir d’achat. Préparer vous à rouler en Traban si vous ne pouvez pas partir.

      1. Higgins

        A cela s’ajoute des questionnaires totalement intrusifs de la part des banques, mutuelles ou sociétés d’assurance-vie au nom d’une prétendue lutte contre le blanchiment. On y demande pêle-mêle la situation maritale, professionnelle, le revenu moyen, l’estimation du patrimoine, le nombre de personnes à charge, la motivation de l’opération (retraites, optimisation fiscale, donation, etc…), document d’identité, attestation de résidence de moins de trois mois, j’en passe et des meilleurs. Tout cela pour permettre à l’Etat de croiser ses fichiers et d’enserrer le brave citoyen dans une faisceau inextricable de présomption de culpabilité.
        Non seulement ce pays est foutu mais il est pourri.

        1. dede

          En ce qui concerne l’anti-blanchiment, ce n’est pas franco-francais. Les regulateurs sont en train de deconner plein tube (la multiplication des regles va rendre le blanchiment encore plus opaque et difficile a detecter) et les banques flippent a mort (le cas BNP aux US ne rassure personne) et ne se contentent plus d’une approche ceinture et bretelles : elles enfilent deux pantalons.

      2. Val

        @Deres , C’est pour ça que nous avons quitté le pays pendant pas mal d’années : le calcul a été vite fait pour nous . Mais attention, chaque cas est différent et ce n’est pas valable pour tout le monde .

    2. Christophe

      La Grève. Prenez votre enfant par la main, et partez. Loin de ce pays.

      Vous assurerez votre avenir. Vous donnerez un avenir à votre enfant. Et enfin aurez l’intense satisfaction de contribuer à l’abattage du système mafieux, clientéliste, de servage en France.

      Bref, pas un, pas deux, mais trois gros lots.
      😉

  28. Christophe

    Enorme. Le FN embraye sur la question de l’or et écrit une belle lettre au gouverneur de la Banque de France, réclamant un audit des réserves, le rapatriement de l’or en France, un audit des ventes ordonnées par Sarkozy etc.

    http://tinyurl.com/pkaqhqa

    Pourquoi faut-il toujours que ce soit Marine Lepen qui pose les bonnes questions, pendant que les autres s’interrogent sur le sexe des anges, la couleur de la teinture de Sans-Dent, la cravate de Juppé etc. ?

    1. Nocte

      Parce que ca lui permet d’être plus crédible pour 2017 tandis que les autres espèrent un front républicain en souhaitant être face à Marine.

      Mais je ne suis pas certain que ce soit un bon calcul.

    2. Deres

      Si jamais elle gagnait les élections, les questions qui fâchent disparaîtrait immédiatement de son agenda. Par contre, elles apparaîtraient immédiatement dans celui de l’UMPS. C’est facile d’être dans l’opposition et de tout critiquer sans rien faire. C’est ce qu’à découvert Flamby qui en fait n’avait jamais eu de vrai position de responsabilité (et pour cause …).

      1. Adolfo Ramirez Jr

        Flamby, le premier à critiquer Sarko à tout va comme 1er secrétaire du PS, le premier à revenir sur ses mesures, défiscalisation des heures sup’, de la journée de carence des fonctionnaires… Pour finalement se rendre compte deux ans plus tard que c’était pas si con en fait…
        Lui il critique, il fait, et il se rend compte qu’il s’est trompé. Un tocard complet quoi!

    3. yp

      La marine sait faire parler d’elle.

      L’or français est officiellement stocké en France rue de la Vrillière à Paris… Comme une partie de l’or allemand – jusqu’à une époque récente, la France est d’ailleurs _le seul pays_ à avoir rendu (en fait, à avoir été en mesure de rendre) leur or aux allemands…

      D’après le bilan de la Banque de France publié le 30 septembre 2014, l’or représente 75,295 milliards d’euros sur le total de 132 milliards de réserve de change (soit 57,04%, un des plus hauts ratios du monde.)

      Quelles conneries elle ne raconterait pas pour faire parler d’elle…

    1. Nemrod

      Bah, au moins c’est clair, les Petits Commissaires Politiques sont en place.
      Ces crevures n’auraient pas fait tache à la Pravda sous Brejnev.
      Le Camps du Bien…ça crève les yeux.

      1. gameover

        Frédéric Lopez est super… et Cohen une grosse larve, une crevure qui n’arrive même pas à poser sa question.
        Il y avait eu la même chose entre Taddéi et Cohen il y a quelque temps et a priori ça ne lui a pas servi de leçon…

    2. Les petits Pères La Morale sont fort enquiquinés de constater qu’effectivement, leurs dérives intellectuelles et jugements portés sur les uns et les autres les obligent, in fine, à tout vouloir savoir sur la vie privée de ceux qu’ils doivent rencontrer dans le cadre de leurs activités professionnelles. Lopez les met dans le vent, façon grandiose.

    3. cal8

      J’ai regardé cette vidéo (Cohen vs. Lopez) et, comme d’habitude, ma tension s’est emballé. Ah m.rde, qu’on aime ou pas Arthur, ça ma sacrément énervé, ces petits juges bobo (je suis sérieux, j’en suis devenu nerveux sur mon siège, il fallait que je frappe rageusement mon clavier et ce commentaire) ! ils sont dangereux ces Cohenmissaires politiques.
      Elle n’est pas mal non plus, la voisine de Lopez, avec son regard perçant, en grande inquisitrice.
      Allez, je signe le bon de Cohen. Un bon pour l’échafaud. Direct. Sans procès. C’est pas juste ? M’en fou, c’est bon pour ma tension..

      1. Flo

        Ce qui est fascinant avec quelle économie de mots F Lopez arrive à les démolir.
        J’adore tout particulièrement « on va inviter la ministre de la culture à chaque brainstorming où l’on choisit les invités ». Du lourd, du très lourd!
        Encore une fois il n’a même pas besoin d’aborder le fond de la question que l’autre imbécile n’arrive même pas à poser.
        Pourtant par une très brève phrase il le donne en creux son avis, mais Cohen tout empêtré dans sa haine mal placée ne l’écoute pas.
        Il y a deux autres invités très économes de leurs mots : le Mr à côté de Cohen et la dame pas blonde qui…n’arrête pas de…s’empiffrer.
        La peur de manquer?

  29. Karamba!

    Oh il n’est pas si terrible ce jeune Macron… Il a au moins prévu de voter Juppé en 2017 comme l’ensemble des gauchistes branchés (lol) qui ont honte d’avoir mis la France en faillite…

  30. tyrion

    Pour H16,

    comme je pense que vous aimez les beaux mots, je vous propose opisthothonos, qui irait à merveille dans votre phrase sur le tétanos et l’arc-boutage. Belle icono sur google image. Terrible maladie que le tetanos, heureusement qu’on en voit plus…

Les commentaires sont fermés.