La Nuit à Paris, les Brigades de Mimes reviennent en force !

Il y a quatre ans, Bertrand Delanoë, le maire d’alors de Paris, lançait en fanfare les États Généraux de la Nuit. Son but était à l’époque de trouver une solution pour faire vivre harmonieusement les Parisiens du jour avec ceux de la nuit, ceux qui se lèvent tôt pour travailler, et ceux qui boivent, chantent, et se couchent tard. À l’époque déjà, j’avais noté, assez consterné, les solutions mises en place. Heureusement, Anne Hidalgo, la remplaçante de Bertrand, va mettre à tout ça un petit coup de booster (ou de bambou, selon le point de vue).

Avant d’aller plus loin, il est assez impératif de bien resituer le contexte. Dans un vibrant appel à la cohabitation pacifique des fêtards et des riverains s’étaient donc ouverts en novembre 2010 les États Généraux de la Nuit auxquels on fit participer une psychosociologue spécialiste des mobilités nocturnes, un philosophe, un médecin urgentiste, et le président de SOS Racisme parce que … heu, parce que bon les fêtes nocturnes à Paris ne doivent pas être racistes, je suppose. Ah oui, et aussi, en apparition rapide, le président de la Chambre syndicale des cabarets et discothèques, dont les activités auraient – dit-on – un lien avec le sujet.

WTF ?Si on peut comprendre l’utilité d’un médecin urgentiste dans ce patchwork rigolo, on reste interdit devant la présence à l’époque d’une psychosociologue spécialiste des mobilités nocturnes, d’un philosophe ou le représentant du commerce équitable de bons sentiments anti-racistes. On regrette d’ailleurs l’absence d’un plâtrier ou d’un sexeur de bigorneaux qui auraient sans aucun doute donné un authentique cachet de n’importe quoi musclé à ce panel déjà fort bien membré.

En définitive et comme souvent en France, cette montagne grandiloquente avait accouché d’une souris nanoscopique avec, tout de même, l’idée géniale de faire intervenir des brigades de mimes chargées de semer le silence, ainsi qu’une saine consternation chez ceux qui paient pour ces conneries. L’année qui suivit fut quand même l’occasion pour certains de savoir si ces mêmes mimes couinent lorsqu’on les cogne.

Moyennant quoi, nous voilà quatre ans plus tard, et, à la faveur du changement de tête à la municipalité, ce qui devait n’être qu’une amusante péripétie se mue progressivement en institution au nom ronflant : le Conseil parisien de la nuit vient de naître.

Bien sûr, ce Conseil ne pourrait pas survivre s’il n’était immédiatement emplâtré de formalisme qui prendra la forme de cinq collèges, qui représenteront les institutions (qui ont fait jusqu’à présent tant de bien à la Ville Lumière), les Conseils généraux (parce que, parce que bon, voilà, les Conseils généraux, quoi), les associations de riverains, d’étudiants, de médiation, lucratives sans but (les « usual suspects »), les organismes dédiés à la fête à Paris la grève à Paris des trucs et des machins en rapport (comme la RATP ou Bruitparif) et un petit paquet de personnes hétéroclites mais qualifiées (forcément qualifiées). Cette liste à la Prévert ne doit pas vous effaroucher. C’est, finalement, la même déclinaison, en version turbo, de ce qu’on trouvait dans les précédents États Généraux de novembre 2010.

Quant à la mairie, au milieu de tout ça, elle se contentera de servir d’intermédiaire pour permettre aux uns et aux autres de papoter entre eux (avec ou sans brigade de mimes pour transmettre les messages, la question n’est pas tranchée). Parce que, comprenez-vous, comme l’explique l’article du Figaro, (je cite) :

Le maire de Paris a mis en exergue le rôle de « médiateur », de « conciliateur » qu’elle entendait jouer, entre « ceux qui veulent faire la fête » et « ceux qui veulent dormir », et qui sont « d’ailleurs souvent les mêmes. »

Oui, vous avez bien lu : l’analyse du Bulotron 2000 en fonction dans le bureau du Maire de Paris est formelle : ceux qui font le bordel la nuit sont souvent ceux qui veulent dormir. Sapristi. Il serait temps d’en prendre conscience pour qu’enfin, leur condition psychiatrique soit reconnue et qu’on passe à autre chose à base de neuroleptiques puissants.

brigade bruno julliardUn malheur n’arrivant jamais seul et les abrutis volant souvent (par mesure de précaution, sans doute) en escadrille, Bruno Julliard est de la partie, puisqu’il souligne « la spécificité de la capitale, beaucoup plus petite et dense que Berlin ou Londres ».

S’il apparaît exact que la densité d’habitants est supérieure à Paris qu’à Londres ou Berlin (dans un rapport de 4 à 5, en fait), on comprend cependant très mal pourquoi ce qui ne posait pas de problèmes en 1970 ou en 1980 devient subitement problématique en 2014, d’autant que cette fumeuse densité utilisée par Julliard pour passer, encore une fois et avec brio, pour une andouille, n’a pas beaucoup varié depuis des décennies à Paris. Bref, le pauvret a mal calibré son Bulotron.

Mais rassurez-vous. Ces erreurs de paramétrages d’une machine complexe n’auront pas de conséquences graves : lorsqu’on voit l’agenda de ce Conseil, on sait que la partie est déjà gagnée, forcément, puisqu’il va devoir réfléchir à de nouveaux espaces pour les nuits à Paris, ce qui, une fois l’aspect fumigène gentiment évaporé, ne manquera certainement ni de charme ni d’imagination (et pour le côté spontané qui va généralement avec la notion de fête, on repassera, mais la paix sociale est à ce prix). Bien évidemment, tout ce délire festif ne pourrait être citoyen sans inclure les inévitables pilules de bonheur socialiste, sous la forme de Préventex 200, de Discriminafon 325, de Mobilys 500 et de Tagueulcémagique™ en suppositoires.

Concrètement, cela se traduira via une posologie au moins mensuelle par d’abondantes démarches pour :

  • prévenir les conduites à risques (faire la fête sans débordement, avec distribution d’alcootests et de préservatifs, je suppose),
  • favoriser les mobilités nocturnes, qui est une expression alambiquée pour camoufler la triste réalité de transports en commun parisiens inexistants ou dangereux passé minuit, et de taxis de plus en plus compliqués à dégotter,
  • encadrer le travail de la nuit, parce que trop de liberté tuant la liberté, rien de tel qu’un petit code et de petites règlementations pour aider tout ça, mais si, mais si,
  • et promouvoir malgré tout la vie nocturne, notamment auprès des touristes qui ont une chance de ne pas savoir ce qu’elle recouvre en vrai et donc, de dépenser leurs devises bien vite avant de se les faire dérober.

haddock.jpgRien qu’à la lecture de ce programme, on se sent tout revigoré et l’idée s’impose que les brigades de mimes devraient peut-être intervenir lourdement au sein de l’équipe municipale. Une bataille de mimes contre des clowns serait même probablement très touristique.

En tout cas, pas de doute : après avoir englué les commerces dans des règles débiles, après avoir pourchassé les tenanciers de bars, de discothèques, de cercles de jeu, après avoir fait fuir les banlieusards automobilistes en transformant la circulation parisienne en enfer, les édiles se sont progressivement rendus compte que, peut-être, ils étaient en train de saboter ce qui donnait son charme à la Ville Lumière qui se rapproche chaque jour un peu plus d’une Ville Dortoir, d’un gros village mou, aux vieilles pierres pittoresques mais au rythme savamment cadencé, et si paisible qu’on peut y mourir sagement d’endormissement.

Dès lors, il est franchement amusant de constater l’ampleur du travail déployé par l’actuelle équipe municipale pour tenter de faire retrouver son lustre d’antan à une ville qui fut, jadis, considérée comme un des hauts lieux mondiaux de la fête et de la vie nocturne. Il faut en effet mettre ces tentatives et le lancement du Conseil de la Nuit en face des travaux dogmatiques lancés depuis plus d’une décennie à Paris par les mêmes équipes, efforts tous concentrés dans le même sens : faire fuir le pauvre, le petit peuple et les vilains automobilistes pollueurs de la capitale, afin de le remplacer par cette population bien plus socialo-compatible du bobo parisien, du cadre moyen supérieur à la mode, et des familles bio-compatibles qui n’hésiteront pas à pédaler du Vélib ou utiliser les superbes bus au gaz naturel ou à l’électricité pour se déplacer dans une capitale qu’ils souhaitent ardemment vitrifier quelque part à la fin du vingtième siècle (après désinfection populaire cela va de soi).

À l’aune de ce but sur lequel les élus sont toujours ouvertement engagés, on comprend donc que les petites attentions lancées en direction de la vie festive et nocturne parisienne ne sont que des petits airs de flutiau lancés pour calmer les esprits. La ville, tenue d’une main de fer dans un gant de spandex aux couleurs d’arc-en-ciel, continuera donc sa lente descente vers une muséification terminale.

Bonne nuit.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires173

  1. Aristarque

    Les têtes de veau doivent aimer les c….ies festives puisqu’elles ont élu la première adjointe du précédent ordonnateur des festivités. C’est vrai qu’ elle ne devait rien savoir de tout cela, à l’ instar du budget difficile qui s’ annonçait…

    1. Kekoresin

      J’adore imaginer ces gens aux titres ronflants faire des galipettes, le chignon en bataille, en criant (120db): « Vazy Marcel, défonce-moi la rondelle! ». Et le lendemain de toiser le parc de pourceaux humains en leur expliquant comment vivre en harmonie grâce à la richesse intérieure stimulée par un environnement culturel qui favorise le bonheur multi-ethnique et la prise de conscience globale de l’autre!

  2. Honorbrachios

    « psychosociologue spécialiste des mobilités nocturnes » ça c’est du diplôme qui en jette dans le n’importe quoi et une super plaque de cuivre sur sa porte pour épater sa maman !

      1. Calvin

        Le genre de mobilité où on avance, on recule, on avance, on recule, on avance, on recule, on avance, on recule… ?

        1. Marabout

          Tu parles de ta brosse à dents sur tes quenottes, Calvin ? Après, la vie nocturne se réduit à « Va dormir, tu as école demain ! » ^^

  3. Higgins

    J’ai le net sentiment que les élus, avant de prendre leur fonction, font l’objet d’une manipulation génétique visant à leur instiller, ou augmenter c’est selon, leur niveu de connerie. C’est proprement affligeant d’autant plus, qu’en cas de nuisance avérée, il est assez problématique de faire appel à la force publique: « Vous aves demandé la police, ne quittez pas. »

  4. Le Gnôme

    Et les Cerfas, ça manque de Cerfas tout ça. On pourrait imaginer une autorisation de faire la fête qui serait délivrée après une enquête approfondie du service compétent qui donnerait l’autorisation de se rendre dans une boîte de nuit dans les trois mois. Rien qu’à l’dée de remplir la paperasse, la fête serait déjà gâchée, et la décision de la faire chez soi serait envisageable.

    Et c’est là qu’intervient le deuxième étage de la fusée, un Cerfa pour faire la fête chez soi.

    1. Higgins

      Il faut aussi que le document indique précisément comment la fête doit se dérouler (avec contrôle aléatoire à la clé et sanction financière, voire pénale, en cas de dérapage).

      1. vengeusemasquée

        Je propose donc la création d’un comité d’information et de prévention pour la fête à domicile avec des actions énergiques en faveur de l’égalité par la fête et la lutte contre les discriminations, notamment à l’égard des femmes et des minorités visibles. Pour aller plus loin, je suis favorable à la création d’un droit opposable à la fête avec la mise en place de brigades pour s’assurer que tout le monde fait bien la nouba éco-responsable, solidaire et égalitaire.
        Voilà.

        1. Aristarque

          Toujours très règlement, règlement, notre VM!!! Adjudant-chef vous aurait tentée dans une autre vie ???

      2. Vodkaman

        Et bientôt la licence IV pour avoir le droit de boire chez soi….
        en plus, cela participerait à la lutte contre l’alcoolisme.

        Ce pays me fait décidément rêver tout les jours…

      1. Higgins

        N’oublions pas l’inévitable taxe destinée aux intermittents car, si par exemple on écoute de la musique sur une chaîne Hi-Fi, c’est autant de travail en moins pour les intermittents de la musique. Il est donc logique, partant de ce constat, de faire payer ceux qui empêchent les titulaires d’une fibre artistique quelconque de s’épanouir.

        1. petit-chat

          Concernant les intermittents du bruit et des couinements, il s’agirait plutôt d’un fibrome artistique…

    2. Piotr Wielebski

      Et à joindre avec le Cerfa en question toute une joyeuse farandole d’attestation où vous vous engagerez à ce que votre fête respecte la parité, la diversité ethnico-culturelle, sans oublier le pourcentage de fêtard handicapé (une demande de dérogation sera à transmettre en 6 exemplaires originaux à la Mairie si votre logement n’est pas accessible). Ah oui, j’oubliais, vous devrez également produire un rapport sur le bilan carbone de votre fête sous 2 mois afin de justifier de ne pas avoir participé au réchauffement climatique.

  5. Jeanpierre

    « l’occasion pour certains de savoir si ces mêmes mimes couinent lorsqu’on les cogne. » : je me souvenais plus et j’ai bien ri. Merci.

  6. sa0000

    On sent bien qu’il faut pas dépasser le temps de stationnement autorisé avec le brigadier Bruno, il a l’oeil.

  7. Val

    « une psychosociologue spécialiste des mobilités nocturnes, un philosophe, un médecin urgentiste, et le président de SOS Racisme » : la version local des Village People ?

  8. pouf pouf

    Forcer le trait pour qu’il puisse être vu de loin ; les masques grotesques des protagonistes disent le théâtre qui aura lieu … je fais toujours la même chose, une petite phrase d’élan, genre pseudo-titre que je serai obligé d’effacer à la fin … c’est chiant à la longue, c’est comme se tenir droit sur son siège de direction de prestige, ça devrait être automatique, ne serait-ce que pour se démarquer fièrement des antibiotiques, penser à ce que l’on fait qui … mais oui, d’accord, la petite phrase d’élan c’est comme le feston du vélin quand le graphite gras glisse pour dessiner la courbe d’un sein pendant qu’au loin on entend une chatte qui geint, avec mon bol elle va vouloir fermer la vitre ; la note qui vient s’assurer de la corde, du rivet, du millième de millimètre de bouton de console, alors que finalement, je ne voulais pas du tout parler de cela, j’essayais les combinaisons de transformation de ma proposition précédente sans même me souvenir pourquoi faire la dramaturgie grotesque du début … n’était-ce pas à cause du titre « la déflation causée par la baisse du prix du pétrole ? » ou quelque chose de relativement similaire ? On utilise un râteau aux dents proches quand on veut ramasser des cailloux petits et nombreux …

  9. Guillaume_rc

    Pas d’accord avec votre remarque sur Bruno Juillard.

    Voilà un jeune homme qui n’a quasiment pas de diplôme, qui n’a jamais travaillé mais qui a milité et foutu la merde lors du CPE. Le voilà qui gagne plus de 7.200 € net / mois.

    Ce n’est donc pas une andouille comme vous l’écrivez.

    Mais (au choix ou cumulé) : un escroc, un arriviste, un parasite, une ordure, un scandale vivant…. mais pas une andouille !

        1. val

          @quiet : non désolée de vous décevoir mais je vais y remédier; car renseignements pris, il semble valoir le détour. (J ai case un « ; » pour faire plaisir à certains commentateurs 😉 )

    1. Je maintiens. S’il avait une once de cette intelligence nécessaire à faire les beaux parleurs, il n’aurait pas sorti l’ânerie qu’il a proférée en toute décontraction.

      1. Higgins

        C’est mal de critiquer la réussite d’autrui. On devrait se féliciter de voir quelqu’un réussir en étant comme la lune et ainsi faire honneur aux huitres.

        1. Deres

          Sa réussite n’est pas lié qu’à son action politique sur le CPE. Son appartenance à une minorité similaire à celle du précédent maire a bien appuyé sa montée fulgurante. Des fois, je me demande si Hidalgo n’est pas qu’un prêt-nom plus présentable et que lui serait le dauphin en chef de Delanoë …

          1. royaumont

            Dauphin ? Est-ce le bon animal ? Un autre mammifère marin, plus habitué aux eaux polaires conviendrait mieux.

            indice : Brigitte Bardot s’est émue pour eux.

      2. Aristarque

        J’ai l’impression que le commentaire de Guillaume vise à la conquête du domaine ironique… Non ???

        1. Calvin

          Si…
          Et je suis expert en la matière !
          Vite, mon diplôme de « psychologue des ironies décalées en environnement digital ».

    2. Aristarque

      Qui doit bien se marrer de lire des gens qui le moquent , gagnant mensuellement bien moins que lui pour davantage de boulot…

      1. Popeye

        et son Pôpa et sa Môman sont des figures du PS de Haute-Loire, il me semble.
        Les héritiers, c’est mal, mais làcépapareil et tagueulecémagik

      2. bibi

        Mr Karamba je vous prierai de bien vouloir cesser de stigmatiser les auto-sexuels.

        Je tiens ici à exprimer mon mécontentement profond devant l’inaction du gouvernement face à de telles injures stigmatisant une sexualité différente.

        Il serait tant que le gouvernement crée des brigades de mimes festives et citoyennes pour éduquer la population à l’auto-sexualité et ce des le plus jeunes ages afin que cesse ses insultes nauséabondes qui mettent notre vivre ensemble en péril.

    3. Kekoresin

      Même les plus grands hommes peuvent sortir une connerie de temps en temps. Ce petit crevard dispose cependant d’une intelligence sélective qui lui permet de naviguer avec aisance dans ces sphères politico-associatives si chères ($) à notre rébublique bananière.

      Cette sous-merde arrogante ne se distingue que très peu de ses semblables aux manettes qui gesticulent en vomissant du nimportnawak parceque le microgramme de conscience les réveille parfois, leur sussurant qu’ils sont bien trop payés pour leurs incompétences. Alors ils se tordent le neurone solitaire pour justifier leurs place au soleil et combattre cette peur du vide, en pondant des inepties quitte à faire chier tout le monde et à rendre l’équation plus douloureuse encore.

    4. Honorbrachios

      y’avait son équivalent féminin à l’époque, elle a pas rejoint le PS, elle? (vu qu’on la voit plus) – elle avait l’air plus intelligente que lui, remarque…

    5. gameover

      Guillaume_rc

      « …..Bruno Juillard. [….]
      Voilà un jeune homme qui n’a quasiment pas de diplôme,… »

      Un autodictate ?

  10. climaine

    Il n’y a qu’à Paris qu’on peut subventionner le silence. On ne parle pas la bouche pleine. C’est malpoli.
    ainsi une association loi 1901″toucherait » 76000 euros et des roulettes pour apprendre à sucer. Sucer n’est pas jouir.. Oups jouer.

  11. Flash

    Cela dit, ils n’ont pas tort.

    C’est horrible.

    Il y a du bruit vers Bastille à cause des nombreux bars.

    Et les loyers sont élevés du côté d’Odéon ou du Panthéon.

    Vite, des mimes et de la mixité de palier. Sans quoi, nous sommes fichus.

    En somme, je ne comprends pas comment vous faites pour résister au socialisme. Leur vision de l’avenir est pourtant enthousiasmante. Comment ne pas s’enthousiasmer quand l’horizon humain, le Grand Idéal, s’incarne dans l’euthanasie, les mimes et la mixité de palier !

    Mais aussi dans la lutte contre le réchauffement climatique, c’est-à-dire la lutte contre le pétrole ! Mais aussi le charbon ! Et le gaz ! Mais aussi le nucléaire, les barrages, les incinérateurs ! Et les cheminées ! Et n’oublions pas les droits animaux, avec la lutte contre la tauromachie, contre la consommation de viande, le foie gras, les oeufs, le lait et autres produits de l’esclavage animal !

    Et n’oublions pas l’impérieuse lutte contre l’égalité ! C’est-à-dire contre la grammaire française, qui asservit les femmes, contre le mobilier urbain, qui asservit aussi les femmes, contre les numéros de sécurité sociale, qui asservissent encore les femmes, contre les rasoirs roses, qui taxent injustement les femmes, contre les vilains catholiques bourgeois, qui traînent en bande dans nos quartiers et harcèlent les femmes dans nos rues et nos campagnes, contre le racisme qui oblige les chances pour la France à devenir djihadiste (ah non, seuls les enfants athés ou de chrétiens deviennent djihadistes, j’ai lu ça dans le Monde, mea culpa, je ne voulais pas stigmatiser), contre les stéréotypes de genre qui gangrènent nos familles et nos campagnes et qui imposent une intervention musclée en milieu éducatif pour éduquer au Dogme de l’Egalité Vraie et Véritable, contre l’homophobie et les agressions homophobes perpétrés par les bandes de Jean-Eudes et de catholiques versaillais qui font régner l’insécurité dans tant de nos quartiers, contre les crèches de Noël, qui choquent tant de nos concitoyens et les font moralement souffrir de la façon la plus atroce qui soit !

    Vite ! Du devoir de mémoire ! De l’éducation ! Des impôts solidaires ! C’est urgent ! Tout-e-s ensemble pour un avenir rose/rouge/brun !

    Comment diable ne pas vouloir de ce monde-là? Il faut être un ignorant pour ne pas comprendre à quel point tout cela est désirable.

    1. Higgins

      Après la mixité sociale, la mixité sonore: répartition égale des nuisances sonores dans la capitale.

        1. Calvin

          Non, ça fait trop « nuisances pour tous », c’est pas positif.
          Moi je vois : « Musicalités diverses pour tous »

              1. Val

                petite digression : ils doivent quand même se marrer comme des bossus les types qui créent ces noms débiles , ça donne presque envie de participer …

    2. Karamba!

      Une petite connerie quotidienne de nos bisounours, ça use progressivement, mais c’est presque vivable. En revanche c’est quand on établit un récapitulatif comme vous l’avez si bien fait qu’on prend conscience de l’ignominie de l’entreprise socialiste…

        1. Calvin

          Il suffit de compiler les 4/5 ième des codes et des lois.
          Ma bibliothèque ne suffirait pas à tout faire tenir.

    3. royaumont

      @Flash : le réquisitoire est accablant… Après ça c’est sûr, on va tous courir acheter notre carte du parti. Par conviction ou par instinct de conservation, allez savoir.

    4. Sandra

      Tellement désirable que certains veulent encore davantage d’Etat. J’en connais, pour m’être fait taxée de partisane FN (?!!!???) parce que je revendique le moins d’Etat possible, que je condamne la chasse aux riches et les débilités profondes de la gauche. Il y a des gens qui ne savent pas faire la différence entre le libéralisme et le FN, c’est dire le niveau en matière de politique! C’est navrant pour tous les libéraux, mais une partie de la population continue à soutenir l’Etat-maman en réclamant toujours plus d’assistance. Ils ne voient pas que le monde continue sa course sans la France et le système social collectiviste est forcément le meilleur de toute la galaxie.

      1. Aristarque

        Pour celui qui est récipiendaire net de l’ Etat-Nounou, il ne voit pas de raison valable pour que le manège s’ arrête, surtout pas l’ argent que cela coûte puisqu’il n’y participe, au mieux, qu’ à la marge…

      2. Honorbrachios

        surtout que le programme éco du FN est le strict opposé du libéralisme et que c’est le pire gros mot dans la bouche de MLP !

          1. vegeta

            ou leur rappeler que hitler était un socialiste, que les fonctionnaires dénonçaient et traqué des juifs, pour un acquis social ( boite de chocolat ) que la résistance n’a jamais existé sauf dans les affiches de la cgt (communiste) qui n’est jamais passer à l’action

  12. Aristarque

    Je suis toujours dubitatif sur la santé mentale de nombre des bovins faiblement avancé en âge qui peuplent cette ville.

    1. Honorbrachios

      plutôt ovin que bovin, les moutons se faisant bien plus facilement tondre et zigouiller (tant qu’une chèvre leurs montrent la voie vers les abattoirs – la chèvre ressort, les moutons, non)
      les bovins…et bien allez dans un champs avec un ou des taureaux, voir des vaches catalanes pour comprendre que ça ne correspond absolument pas au caractère des parigots

  13. Calvin

    « qu’ils souhaitent ardemment vitrifier quelque part à la fin du vingtième siècle »
    La date est connue : c’est le 21 juin 1982.
    Devinez pourquoi…

      1. Calvin

        Oui, le ministre éternel de la cul-ture et sa fête pour laquelle il avait déclaré :
        « Je veux que chaque français sorte dans la rue avec son instrument à la main. »

        1. Val

          @Calvin , c ‘est bien dommage , je suis certaine que ce serait bon pour l’instruction de tes petits camarades de classe …

  14. Deres

    Il faut se rappeler qu’il y a encore pas si longtemps, les banlieusards venaient en voiture à Paris pour aller au cinéma, au spectacle et au restaurant. Cela prenait un grosse demi-heure et on se garait pas trop loin de l’endroit où on voulait aller. Actuellement, le trajet prend beaucoup plus de temps et se garer est problématique. Aller à un parking public est coûteux et il est parfois assez éloigné surtout quand celui qu’on visait est plein … Le développement des multiplexes en banlieue vient aussi de cette difficulté de profiter des cinémas parisiens. Quand aux transports en commun, je rappelle que tous les banlieusards n’habite pas à 100 m d’une gare RER, que le trajet rien qu’en RER prend souvent une bonne heure et que cela implique généralement de quitter Paris avant 11h.

    1. Popeye

      Dans le temps de trajet nocturne, vous comptez le délai du dépôt de la main courante au commissariat suite à l’agression et au vol?
      Parce que sinon, ça rallonge considérablement…

  15. Hermès Honshappo

    Si vous pensez que les transports nocturnes à Paris sont inadéquats, essayez d’autres villes françaises 🙁
    Marseille c’est fermeture totale à 21h30 (les derniers bus allant dans les quartiers nord étant souvent accompagnés d’une voiture de police, du moins à mon époque). Sauf les soirs de match de l’OM.

    1. Calvin

      Et non. Ça a changé depuis 2013 (année de la capitale culturelle).
      Désormais, le métro fonctionne jusqu’à 0h30 tous les jours.

  16. Kloupa

    Je fais quand même remarquer à h16 que les Parisiens ont choisi de reconduire la fine équipe qui les administrait précédemment. Il est vrai qu’en face, avec NKM, c’était boBo, pour une Hidalgo Bobo…
    Toutefois, comme les Parisiens ont la chance d’avoir dans la fine équipe de direction municipale quelques conseillers EELV, ils pourront peut-être protester en arguant que le bruit, et a fortiori le tapage nocturne, sont de graves pollutions entrant dans le cadre de la pénibilité du cadre de vie, avant que des mimes menaçants ne leur clouent le bec.

    1. Le Gnôme

      On ne se rend pas compte de la pénibilité du métier de mîme, on ne parle jamais en faisant des gestes ridicules. Ca mérite bien le retraite à 60 ans, non ?

    2. bob razovski

       » Il est vrai qu’en face, avec NKM, c’était boBo, pour une Hidalgo Bobo… »
      On pourrait presque dire que c’était Bo-Bonnet et Bo-Nobo 😉

  17. Deres

    D’ailleurs l’usine à gaz se profile bien, avec des effets néfastes sur les 20 ou 30 prochaines années …

    http://www.capital.fr/carriere-management/actualites/plus-de-8-millions-de-salaries-exercent-un-metier-penible-998003

    Admire la constatation que toutes les coiffeuses et esthéticiennes seront concernées par l’exposition au produit chimique … On va ré-inventer al retraite à 50 ans des coiffeurs grecs !

    Idem, environ un bon tiers du personnel hospitaliers sera concerné.

    Le truc rigolo c’est que l’on va former des gens à des métiers qui leur donneront immédiatement droit à des formations pour changer de métiers … La logique socialiste est impayable mais payé rubis sur l’ongle !!!

    1. Calvin

      Élève est aussi une activité à risque.
      Ceux qui subissent une scolarité à base de notes et non de gommettes devraient pouvoir capitaliser sur leur compte pénibilité.

  18. Kekoresin

    Le problème ne se posait pas trop dans les années 70-80-90 pour une raison simple et évidente: l’interdiction de fumer dans les établissements.

    Après avoir milité, puis imposé comme il est coutume dans notre grande démocratie, pour l’interdiction pure et simple de la clope, on s’aperçoit avec horreur que ces mauvais citoyens s’aventurent dehors pour griller de la cancerette. Comble de mauvais esprit, ils discutent, rigolent, se chamaillent et pètent bruyamment sur l’espace public au grand dam des riverains pour qui c’est pas le jour de sortie. Pour pallier à ça, on a rendu responsables les tenanciers des établissements des agissements de leur clientèle sur la voie publique (!!!) qui du coup subissent la double peine.

    Bref, encore une accumulation de réglementations mortifères que l’on nous a vendu comme une avancée sociale majeure. Je me souviens de tous ces propagandistes diplômés clamer aux tenanciers que leur chiffre d’affaire allait bondir en attirant les non-fumeurs par millions et que leur durée de vie (ou plutôt de non-vie) allait s’alonger considérablement en préservant leurs poumons…Décidément, dans ce pays on se préoccupe de tous les organes sauf du cerveau!!!

    1. Calvin

      J’ai pensé la même chose en lisant l’article.
      Par contre, même si je suis contre l’interdiction de la cigarette, étant non fumeur, avant c’était dur de trouver un endroit non saturé en fumées.
      Maintenant c’est facile mais avec moins de vie.

      1. Deres

        D’ailleurs on redécouvre parfois cet enfer en allant à l’étranger … Quand la personne a la table à côté sort une clope après avoir pris son dessert pendant que vous entamez votre repas. Étonnamment, il ne fumait pas d’une main en mangeant de l’autre … mais de sera votre cas par contre en tant que non fumeur !

      2. Kekoresin

        Pas faux mais autrefois, avant l’arrivée des brigades sanitaires aux relents de nazisme décontracté, les établissements étaient libres de s’établir en non fumeur…ou pas. Les plus malins séparaient les zones cancéreux et les zones citoyens raisonnables. De toute façon, les moins bien organisés subissaient des baisses de fréquentations et réalisaient d’eux-mêmes qu’il était important de faire en sorte que les non-fumeurs ne soient pas incommodés par le cigare du pharaon d’à côté (je cite Tintin avant que cela soit interdit!)

        Bref, chacun était LIBRE de fréquenter ou non les restos-boites de nuit, bars (…) qui s’adaptaient ou non à la demande de leur clientèle. Maintenant on en est rendu à vouloir interdire la clope sur le trottoir. Toujours et encore plus simple d’interdire au plus grand nombre en écoutant la minorité éclairée qui sait mieux gérer le bonheur du citoyen irresponsable!

        1. Deres

          La contradiction vient du fait qu’ils veulent interdire la cigarette tout en continuant à collecter les taxes … Au final, ils cherchent donc juste à emmerder les gens … même pas à les sauver. C’est de l’idéologie pure donc comme d’habitude cela mène à des actions contradictoires. D’ailleurs les fumeurs sont gênants sur les trottoirs car il est interdit de leur aménager un espace fumeur dehors … donc ils restent souvent devant la porte surtout sous l’auvent quand il pleut. Idem avec la cigarette électronique qui devrait être encouragée à fond pour des raisons de santé publique mais qui est vilipendée ! Si ils étaenit logique elle devrait être remboursé comme l’était les patchs !!!

          1. Kekoresin

            Hé oui, même via les taxes honteuses on ne peut pas acheter sa liberté à défaut d’en disposer comme il est inscrit sur tous les frontons de nos institutions!

            Et les petits réglages toujours plus fins dans le domaine, pondus par des cohortes d’associatifs en mal de bon pognon étatique, viennent déterminer si une terrasse en est une (et donc si l’irresponsable pollueur peut y griller sa clope) si elle dispose d’un pare-vent sur un côté, si son toit est amovible ou dispose d’un taux d’étanchéité à l’air à ne pas dépasser (calculé par des experts en expertises), si un chauffage au gaz destructeur de banquise y est installé et combien de KW/particule fine il consomme…Voilà comment on nous asphyxie avec les meilleures intentions fascisantes!

    2. Aristarque

      Mais si, le cerveau est l’ objet de tous les soins de l’ Ednat… Donc, au stade adulte, plus besoin de s’ en occuper… 😐

    3. Val

      @keko Petite anecdote sur ce thème : ma fille un jour désirait sortir du lycée non pas pour fumer mais pour accompagner ses amis fumeurs ; voici le dialogue -Ma fille : je peux sortir ?
      -le surveillant : « tu fumes ?  »
      – non
      – alors tu ne peux pas sortir
      – ma fille le soir : « quelle bande de c*** ces profs, qd tu fumes tu as plus de droits que quand tu ne fumes pas … »
      – moi : ne t’en fais pas , ils sont comme d’habitude

        1. Val

          Oui et ça s’accélère avec l’aide de nos dirigeants actuels … je plains sincèrement les lucides honnêtes car ils sont nombreux , leur vie est un enfer … j’en connais qui arrêtent d’ailleurs , uniquement à cause du système ..

  19. Dom

    Peut-être une faute a « quand(t) à la mairie »
    Soudain ce fut clair pour moi grace a l’article de H16 de ce jour!Le mime..bah c’est ce genre qui me fait une gestuelle,il est sur le pas de sa porte d’entrèe dans le patelin,il est 02h00 du matin je passe en voiture,ce..branloman vegetatif me signifie de par sa gestuelle qu’il estime que je roule trop vite et fait mimne que je ralentisse a une vitesse qui lui conviendrait!hi hi…en fait non ca ne me fis point rire,une colere poindre même,envers ce semaphore de mes 2!

  20. Kekoresin

    De toute façon, Hidalgo et sa bande de mimes municipaux ont LA solution au problème: la végétalisation des toits de Paris (et non les twats de Paris qui sont plutôt en mode déforestation!)

    Il est connu que les végétaux assourdissent les vilains bruits et un panel de psychologues arboricoles atteste dans un rapport de 27000 pages que la verdure adoucie les moeurs avec un effet renforcé si l’on y place des mimes avec des chapeaux en mousse. On résoud alors un autre fléau moderne: la violence urbaine.

    Parisiens, ouvrez grandes vos poches, Hidalgo et ses biomimes vont y puiser copieusement pour vous apporter joie et bonheur jusque sur vos palliers!

    1. Le Gnôme

      Il convient de mandater de doctes experts en végétalisation de toits pour étudier la souffrance des plantes face au bruit.

    2. Aristarque

      Initiative complètement louable de remettre en vogue les toitures-terrasses qui souffraient de la désaffection des assureurs construction… Je ne vous dis pas les clameurs qui vont percer les tympans des syndics quand ils devront voter le remplacement des étanchéités et qu’ il faudra démonter toute cette végétation…

  21. Soopochoux

    Un « psychosociologue spécialiste des mobilités nocturnes »… Diplôme obtenu à l’académie Pierre Dac?

  22. vegeta

    houu les vilains racistes qui ne veulent pas que nos immigrés aillent dans les boites de nuit, bien au chaud, pour volé des téléphones portables et la petites monnaies des serveurs

  23. JS

    Pas tout à fait d’accord avec la conclusion, parce que les mêmes personnes sous Delanoé ont fait venir en masse une population igarée dans certains quartiers…faisant rapidement fuir les populations initialement implantées

      1. vegeta

        Barbès c’est un quartier très branché, la communauté gay est très implanté la bas tous comme la prostitution masculine

      1. vegeta

        si tu meurt dans 5 ans d’un arrêt cardiaque les journalistes nazis idolateur de merah diront que h16 t’a tué

  24. hop hup

    Fitch baisse la note de la France à “AA”

    L’agence de notation, sur le point de devenir américaine, estime que la faiblesse de l’économie française met en péril l’équilibre budgétaire et le niveau d’endettement.

    juste avant le week end pour ne pas faire paniquer les gens

    1. bob razovski

      Vraiment, je ne comprends pas…

      Faudrait quand même expliquer un jour à ces agences de notation que question Hollandouille, on donne plutôt dans le AAAAA.

  25. hop hup

    Minima sociaux: projet de fusionner RSA et allocations de fin de droits
    Le gouvernement envisage de fusionner début 2016 le Revenu de solidarité active (RSA) et l’allocation de solidarité spécifique (ASS) versée aux chômeurs en fin de droits, selon l' »agenda » des réformes publié vendredi par Matignon.

    encore une rustine pour rafistoler le système et le faire durer un plus longtemps

    1. pouf pouf

      sans vouloir dire du mal du principe même du reportage courageux au milieu des notaires assemblés pour vitupérer contrer un pouvoir fasciste dans les rues de kigali entre les exactions des bandes armées … line press c’est super super bof, extrèmement bof ; (notez l’utilisation fine du point virgule) je veux bien que nos journaleux soient des tdc etc, no problemo, mais là c’est quand même nul et pas professionnel pour un sou, (ici, un point de côté pourrait remplacer le point virgule pour alléger le propos) le mec a oublié de demander s’ils avaient vu les dents de la mer à la télé ou au cinéma ; de plus, les images ont été montées avec pas un seul représentant coloré de notre nation bigarrée, tout ça pour laisser, ou pis faire accroire je ne sais quoi de totalement fallacieux (au minimum) et je vais m’arrêter là parce qu’en règle générale plus longtemps on parle plus souvent on se fait sauter sur le poil par GO toutes griffes dehors…

  26. hop hup

    Le PS veut réduire ses effectifs
    Le parti doit faire face à une baisse de la dotation de l’Etat et des cotisations. Il pourrait décider de départs volontaires.
    Au PS, on ne parle pas encore officiellement d’un plan de départs volontaires. Mais on s’y prépare. « Nos finances ne sont pas dans le rouge mais nous devons nous adapter pour éviter d’y être dans trois ans », indique Jean-François Debat, le trésorier national.

    enfin une bonne nouvelle

    1. gameover

      Ils ont voté une motion pour avoir 500,000 adhérents en 2017 !
      Heureusement que le ridicule ne tue pas.

      Z’auraient pu voter une motion pour avoir 5% de croissance par an !

  27. gameover

    Le maire de Stains (celui qui s’était fait photographier en calbut) ainsi que d’autres zélus zélés du 9-3 qui sont venus à bout de l’argent des autres sont venus manifester devant l’assemblée nationale pour protester contre les contraintes budgétaires qui sont trop horribles car (dixit) ça met en danger la transformation d’un stade de foot pour avoir du gazon synthétique (669KE suivant CR du conseil municipal sur internet + 48.5KE pour l’éclairage) et plein d’équipements collectifs dont une école de musique… p’tain z’ont un drôle de sens des priorités ! Quand je suis dans la merde, je ne me demande pas combien je vais acheter de CD !

    A l’ordre du jour du prochain conseil municipal de Stains le 18/12: l’achat de billets d’avions pour le personnel disposant de congés bonifiés ! Ca c’est bonnard !

    ville-stains.fr/site/images/pdf/lamairie/ordre_jour/odj_cm_18_12_14.pdf

    1. hop hup

      L’annonce fait l’effet d’une bombe. Jeudi, en plein débat d’orientations budgétaires au conseil municipal, Boris Ravignon tempête. « En 2001, après l’élection de Claudine Ledoux, cinq directeurs de services ont été déchargés de leurs fonctions. 13 ans après, trois d’entre eux sont encore rémunérés. » En tout, « 2,3 millions d’euros ont été versés à des gens qui ne travaillent plus pour la Ville ! » Sur le coup, l’opposition reste muette.

      « Nous avons découvert cette situation en examinant les dépenses de personnel de la Ville », raconte le maire. À l’époque où les cinq agents sont déchargés de leurs fonctions, certains observateurs parlent de « chasse aux sorcières ». Philippe Pailla, premier adjoint à l’époque des faits, explique que les personnes limogées s’étaient « fortement impliquées dans la campagne électorale de Louis Auboin », prédécesseur et rival de Claudine Ledoux. Sous-entendu, elles étaient excessivement politisées. « Dans ce contexte, il était difficile pour nous de travailler avec elles ». On touche ici à un écueil propre à ces postes de direction, « à la lisière entre le politique et l’administratif », explique Jean-Marc Marchetti, actuel directeur général des services de la Ville.

      Or, on ne licencie pas des agents ayant le statut de fonctionnaire. Les trois directeurs ont été « rendus » au Centre national de formation de la fonction territoriale (CNFPT), qui les rémunère, tout en demandant compensation à la Ville. « En échange, le CNFPT a l’obligation de retrouver un emploi à la personne », poursuit Jean-Marc Marchetti. Le CNFPT ne pouvant, toutefois, pas imposer aux collectivités d’engager des fonctionnaires, la situation de ces agents en « accident de carrière » peut durer….

      et la encore mieux dans cet article

  28. hop hup

    La France croule sous les lois, les règlementations et les normes inutiles qui sont autant de cauchemars pour des millions d’usagers. Une bureaucratie lourde et tout puissante qui paralyse les initiatives et parfois même la liberté d’entreprendre. Pendant un an, une journaliste a suivi le combat de maires, puis d’administrés confrontés aux aberrations des services publics. Parmi eux, des commerçants, artisans ou travailleurs indépendants vivent un enfer depuis la création du Régime social des indépendants (RSI) en 2008. Ils subissent les dysfonctionnements de leur régime de Sécurité sociale qui leur réclame, chaque mois, de l’argent.
    issue de zone interdite

    les politiques vont t-ils s’attaquer aux léviathan bureaucratique ?

      1. Calvin

        Pas pour rien : des employés vont manger gratis.
        Comme d’hab…
        Si j’osais, je dirais : beaucoup de bruit pour rien !

Les commentaires sont fermés.