L’Institut de France est mal géré, mais on s’en tamponne.

Tiens, encore un rapport de la Cour des Comptes ! Cette fois-ci, il porte sur l’Institut de France, vénérable institution académique vieille de plusieurs siècles, qui regroupe plusieurs académies et dont l’objet consiste à perfectionner les sciences et les arts. Et cette fois encore, le rapport de la Cour n’est guère tendre avec l’institution qu’elle a étudiée : d’après elle, son fonctionnement « demeure très insatisfaisant »…

Rooh. Voilà qui est fort gênant.

Une institution si tranquille, si respectable, on ne peut qu’être surpris que la Cour des Comptes puisse lui trouver des choses à reprocher, d’autant que les remarques ne sont pas légères et les manquements assez notoires.

La Cour explique ainsi que malgré l’importance du patrimoine immobilier dont cette institution a la charge (plus de 1,5 milliard d’euro tout de même), la gestion de l’immobilier locatif et celle des nombreuses fondations musées « connaissent des insuffisances caractérisées » (fouchtra, des insuffisances !). Celle de six institutions souffre de « nombreuses carences et irrégularités » (sapristi, des irrégularités !), et la gestion du personnel de ce nuage de fondations diverses ne bénéficie quasiment d’aucune mutualisation, avec une politique de rémunération opaque et informelle (saperlipopette, de l’opacité !), le tout dans une austérité qui se traduit par une progression de la masse salariale de l’Institut de 6,5% de 2005 à 2013, et de 10% à 60% pour celle des académies (youpi, une progression !). S’y ajoutent les habituelles facilités et autres avantages accordés à des académiciens et des personnels de l’Institution ou en lien avec elle que la Cour qualifie de « parfois discutables » et en tout cas « insuffisamment encadrés ».

Insuffisances, irrégularités, opacité, défaut d’encadrement, voilà qui fait un beau palmarès pour une honorable institution…

pardon vous disiez - lofty dog is loftyLe croustillant rapport de 211 pages (lisible ici) permet d’apprécier à sa juste valeur les remarques de la Cour formulées sur un ton très poli. Si l’on peut passer sur les indemnités annuelles des académiciens, qui sont franchement modestes, les défraiements sont en revanche particulièrement élastiques et permettent une grande souplesse pour ceux qui en bénéficient. En outre, si l’on lit l’épais chapitre consacré à la gestion du patrimoine immobilier de l’Institut, on constate surtout qu’elle échappe à la déroute totale bien plus par chance que grâce à une rigueur et un contrôle efficaces : la formalisation des procédures laisse pour le moins à désirer, et les latitudes dont disposent les gestionnaires feraient largement bondir dans le cadre d’entreprises privées (qui termineraient probablement avec de lourds contrôles fiscaux sur les reins).

Le plus consternant étant qu’en face de ces dérives et d’une gestion qu’on qualifiera pudiquement de minimaliste, plusieurs des fondations-musées faisant partie de l’Institut de France parviennent non seulement à attirer un public considérable mais réalisent l’exploit d’équilibrer leur exploitation, ce qui montre que le potentiel pour éviter les dérives et valoriser cet extraordinaire patrimoine existe bel et bien.

Des remarques pas tendres, une gestion hasardeuse ou inexistante, des abus, des opacités, voilà qui laisse une impression étrange au lecteur de ce petit manuel de Ce Qu’il Ne Faudrait Pas Faire dans le Privé Mais Qui Est Toléré dans le Public, impression d’autant renforcée par la mollesse évidente des suites qui seront données à ce rapport.

Oh, bien sûr, on peut noter quelques articles de presse ici et qui donnent un peu de corps aux critiques de la Cour. Mais s’en satisfaire en imaginant qu’enfin, quelqu’un va s’occuper de remettre un peu d’ordre là-dedans, ce serait faire preuve d’une belle naïveté qui pourrait vous faire passer de citoyen à … simple contribuable, tiens.

c'est degolas

En effet, on pourrait ressortir, un peu méchamment, ce que le Figaro écrivait il y a plus d’un an, sur le même sujet et qui montre que les dérives ne sont pas neuves. D’autant qu’il y a deux ans, l’Opinion en faisait aussi mention, constatant là encore des manquements de gestion. Du reste, tout ceci n’était que la suite logique de rapports de la Cour des Comptes datant quant à eux de 2009 et 2001, qu’on pourra retrouver assez facilement sur internet.

Si vous voyez émerger comme un tableau d’ensemble déjà vu, c’est parfaitement normal.

En substance, la Cour produit un rapport, histoire de faire croire qu’elle sert effectivement à quelque chose. On pourra à présent attendre les nécessaires sanctions qui ne manqueront pas de remettre de l’ordre dans les dérives de gestion observées et on pourra, dans la foulée, se réjouir que les autorités fassent preuve de courage pour remettre la République dans le droit chemin. Tousse. Tousse. Ahem. Et on oubliera bien vite la récente affaire de l’INA dans laquelle sa directrice aura fait preuve d’une légèreté coupable dans ses notes de frais de taxis (40.000 euros tout de même) en se rassurant de constater qu’elle a heureusement démissionné de son poste. Tousse, tousse à nouveau et ahem.

Tout comme l’ex-directrice de l’INA échappera aux poursuites pour abus de bien social, le remboursement des sommes ne pouvant constituer la seule réparation de la faute constatée, tout comme l’ensemble des malversations d’élus dont la République est la victime répétée et qui ne se traduisent pas par des incarcérations largement méritées, les bidouilles et largesses au sein de l’Institut de France n’entraîneront aucune sanction palpable. Il n’y aura pas dépôt de plaintes, même si la Cour s’en étonne elle-même (p. 99 du rapport).

Ce blog contient maintenant des exemples sur une base quasi-mensuelle des exactions scandaleuses dont la République et le contribuable français sont victimes. La Cour des Comptes ensevelit régulièrement les journalistes, les parlementaires et les citoyens sous d’épais compte-rendus indiquant clairement l’étendue de la catastrophe, ainsi que la marche à suivre pour s’en sortir, mais rien ne change.

Il faut se rendre à l’évidence : si tout le monde s’en fout à ce point, c’est probablement parce que tout le monde est complice. Dès lors, ce qui arrive aux finances publiques du pays n’est que la mise à l’échelle (et quelle échelle !) de cette décontraction complète vis-à-vis de l’argent des autres dans ces multiples cas particuliers.

Et comme la très grande majorité ne semble pas vouloir y mettre un terme, comme, de surcroît, tant en profitent directement ou indirectement, une conclusion s’impose d’elle-même : ce pays est foutu.

cpefassembleezv4.jpg

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires78

  1. Aristarkke

    Heureusement qu’il s’agit d’une institution honorable. Pas comme celles de ces mécréants du privé…:(

    1. royaumont

      Ils ne sont pas vulgaires au point de vouloir gagner de l’argent, eux. Ils se contentent de dépenser le tien, ce qui est un signe de bonne éducation et de savoir vivre socialiste.
      Ils se posent donc en modèles et en éducateurs, pour ton bien.
      Tu es prié de dire merci.

  2. La Gnôme

    Bah, dans le privé, on commence par de la préventive histoire d’apprendre à ne pas laisser glisser sa savonette, dans le public, on est muté à un autre poste histoire de se faire oublier. De toutes façons, c’est de l’argent public, donc gratuit. Pas la peine d’en faire un fromage (quoique, c’est effectivement un fromage).

    1. Caton

      Dans le privé comme dans le public, cela ne s’applique qu’aux sans-dents. Les patrons de grandes entreprises, majoritairement énarques en pantoufles d’ailleurs, ne sont guère traités différemment. Les joies du capitalisme de connivence.

  3. Aurélien

    Affligeant, c’est bien peu de le dire…
    Je me demande des fois, si pour éviter de m’énerver devant mon ordi, malgré votre humour toujours apprécié, je devrais éviter de vous lire ?
    Comme ça, je m’endormirais tranquille au « pays de l’égalité taxes bisousTM »…

    Ben non, en fait. Mais c’est vrai que je travaille dans le privé, ce qui fait de moi un gros mangeur de chatons mignons et boxeur de poney, et contributeur à son corps défendant de ce barnum ambulant. Ayez pitié.

  4. Villon89

    Certes, ils ne sont pas payés par nos impôts mais les abus sont également nombreux dans les sociétés privées et je parle en connaissance de cause. Il s’agit quasiment d’un sport national.
    Ainsi, je me souviens d’une société ou on demandait à chaque salarié de faire de preuve de bonne volonté et d’économiser le papier en recyclant les impressions papier inutilisées, en feuilles de brouillon ou en instituant l’impression recto verso d’office tandis que les notes de frais continuaient de progresser en flèche. Restaurants hors de prix, locations de voiture abusives, abus de bien sociaux,…
    C’est tellement humain de dépenser l’argent des autres, et ceci d’autant plus qu’il est virtuel !

    1. « les abus sont également nombreux dans les sociétés privées »
      Oui mais justement : une entreprise qui se laisse aller à trop d’abus finit par plonger et son dirigeant se retrouve en taule ce qui met fin rapidement au problème. Dans une administration ou une institution publique, que nenni, et le problème grossit et perdure.

      1. Golum

        Un truc rigolo est d’ouvrir et de fermer l’entreprise sur une courte période de 3 mois. En théorie c’est aujourd’hui possible….et ça leur coute un bras !
        Et rien pour le créateur !!!!

        Nous devrions tous et toutes avoir une entreprise:
        Passer ses impôts, frais de vie, etc…afin de se rendre pauvre !!!!!

        C’est important d’être pauvre en France. C’est même vital. Imaginez la mentalité du Français:

        Merde, j’ai gagné de l’argent, l’on va me le piquer, vite claquons ce pognon ignoble et sale. Voilà l’idée générale de « vivre ensemble » dans un pays néo communiste.

      2. albundy17

        c’est pour ça que dans le public, c’est mieux, quand tu te fais éventuellement gauler pour une moyenne de 104 déplacement en taxi par jour pendant 10 mois non stop (quelle santé !) tu rembourses avec du pognon là aussi gratuit, tu démissionne du poste, spa grave elle a d’autres fonctions rémunératrices.

        Bon par contre c’est pas toujours évident de se faire à la mentalité

        1. Mesnie Hellequin

          Je repense, relisant les quelques pages précédentes, à cette Agnès SAAL… qui me rappelle cette Princesse de Babylone, de Voltaire :

          « Tout le monde avouait que les dieux n’avaient établi les rois que pour donner des jours de fête ; que la vie est trop courte pour en user autrement ; que l’homme n’est né que pour la joie ; qu’il n’aimerait pas les plaisirs passionnément et continuellement s’il n’était formé pour eux ; que l’essence de la nature humaine est de se réjouir et que le reste est folie »….
          Mais, ajoutait Voltaire, avec son humour cynique : « Cette excellente morale n’a jamais été démentie que par les faits »…

          Et depuis quelques décennies, et jusqu’à l’homo festivus de Philippe Muray, les faits ne nous ont guère épargné les démentis…

          Il apparaît bien que le Socialisme – qu’inspire officiellement la passion de la Justice et de l’Egalité – cache le désir honteux et secret de jouir à son tour des privilèges qu’il combattait si ostensiblement dans l’opposition.

          Ce fond d’égoïsme et d’appétit de plaisirs (on pense à Lang et ses appartements de la Place des Vosges, à Dray et ses montres payées en espèces des 30 ou 40 000 euros, à Cahuzac et ses comptes secrets, à Bartolone et sa maison à 3 myions d’euros, à ces 40 paires de chaussures sur mesure que l’on cirait à l’Elysée, et tant d’autres, hélas…) est un irrésistible rappel de la sentence de Revel :

          « Les Socialistes sont tellement pénétrés de leur supériorité morale, qu’ils sont convaincus de rendre la corruption honnête en s’y adonnant »….

          1. Hari-Starre-Queue

            Werther???? Tu donnes dans l’heroic fantasy bretonnante, maintenant??/

              1. Bonsaï

                Vous avez bien raison : il faut s’entraîner à dissimuler nos identités en prévision de la loi sur le renseignement, qui vient d’être votée à l’assemblée. La maîtrise du vocabulaire et l’inventivité seront ici des qualités appréciable pour semer les fonctionnaires qui auraient in fine l’honneur de nous lire !

              1. Pheldge

                Parce que je n’ai pas eu le temps ! pour te consoler, je te présente Mesnie Grégoire qui saura résoudre à n’en pas douter, tes problèmes d’alcôve ! 🙂 🙂

    2. Jeff84

      Ce n’est pas votre argent qui est volé, ni le mien, c’est celui des actionnaires. Cela les regarde donc, et ni vous ni moi.
      Mais pour le public, c’est mon argent, donc cela me regarde.

      1. royaumont

        Oui et non : pour de grandes entreprises comme Areva ou Dexia, c’est l’état qui bouche le trou, donc nous…
        Dans ces cas où le capitalisme de connivence joue à plein, le PDG responsable de la déroute parvient toujours à se recaser dans un organisme public (conseil économique et social, conseil d’état, etc…). Les risques ne sont pas pour lui.

        1. gameover

          Areva et Dexia sont des entreprises publiques.

          Areva: CEA+ Etat = 83.2%
          Dexia : Etat français 44.4%, Etat Belge 50.02%

          1. royaumont

            Exact, mais je crois me souvenir que dans le cas de Dexia, les états belge et français sont montés au capital pour éviter le naufrage.

            1. gameover

              Dexia c’est l’alliance du Crédit Local de France et du Crédit Communal de Belgique et donc depuis l’origine des participations majoritaires d’état sous divers noms dont en france la Caisse des Dépôts et CNP Assurances… mais idem en Belgique.

              A la suite de 2008 il y a eu augmentation de capital à laquelle ont participé les états au travers des institutions citées et en rapport avec leur participation, mais surtout des garanties d’état ont été données alors que ce n’était pas le cas avant.

              … et c’était et c’est toujours de la gestion étatique…

        2. Jeff84

          Oui, je parlais d’une vraie entreprise privée, évidemment, pas d’une entreprise privée qui n’en a que le statut, comme les URSSAF, la SNCF, la Poste, ou celles que vous citez.

          1. Aristarkke

            Justement et pour les Urssaf, son ou leurs statuts sont très loin d’être clairs… Par exemple, sur leur site officiel, il n’y a strictement aucune indication publique de leur forme ou statut de personne morale alors que c’est obligatoire pour une vulgaire sarl. Sous peine,au minimum, des galères ou des mines de sel de Kasserine…

  5. Le Kapital c’est Mal

    En fait l’absence de procédure pour abus de bien social découle essentiellement d’une interprétation au pied de la lettre de l’acronyme associé « ABS » par les pouvoirs publics… Enorme freinage efficace devant toute forme d’action juridique visant à assurer une égalité de traitement entre public et privé

  6. Black Mamba

    White Panda , il est fan de l’image de « Legolas Vertefeuille »
    Il adore 😆

    1. Nyamba

      A chaque fois que je le vois, j’ai besoin de le dire à voix haute ; après, je ris bêtement.
      Trop fort, ce Legolas !

  7. Golum

    Je n’arrive même plus à regarder la TV et les émissions « pseudo » politiques.

    C’est un gros tas de mensonges, où pire, les participants souffrent tous et toutes du biais cognitif socialiste (englué dans l’idéologie dogmatique gluante). Demain est déjà préparé aujourd’hui !

    Ils se battent pour un nouveau nom « Ripoublicain » (qui conserve le gout et les vitamines du fruit).

    D’autres font des petites guerres intestines virtuelles. (FN, frondeurs et plus…)
    Même Montebourg qui essaye de travailler !

    Ce pays est entre des bonnes mains, et il le restera longtemps encore. De cela nous pouvons être sur: le changement, c’est pas prévu !

    République, laïque, socilalo-« néo »-communiste, une presse payée par l’Etat, un impôt dévié pour la cause des fonctionnaires. Des syndictas payé par l’Etat pour défendre ses intérêts…des élections organisée pour et par eux-même.

    Bref, nous avons la certitude de bouffer du jus 100% extrait plein de bonnes particules communistes afin de rester en bonne santé (et sans dents).

    Le prochain qui me dit: liberté, égalité, fraternité, je lui pète les dents ! Ouya.

  8. Calvin, 08 ans

    Comment ça, rien ne change ?
    Au contraire, tous les 5 ans, on change le nom du Président !
    Et puis sinon cela laisserait à penser que les votes ne servent à rien. Pas de ça chez nous !
    Le Changement, c’est Maintenant… ou pas.

  9. Calvin, 08 ans

    J’aime pas le titre….
    On s’en tamponne… une telle vulgarité ne sied pas à ces dames et messieurs de la haute société française, si nobles, si honnêtes, si dignes…
    Tiens cela ne rend pas compte de tout tout ce qu’ils essaient de faire pour arrêter l’hémorragie de nos finances.
    Hémorragie suivie tous les moins, selon les règles de la République.

  10. RBF

    HS: Grève historique à la Deutsche Bahn, compagnie allemande de transport ferroviaire. La grève va coûter plusieurs centaines de millions d’euros au pays, une paille.

    Le point commun entre la DB et la SNCF ? Ce sont toutes deux des compagnies publiques, au diable donc l’économie, les clients et cette manne d’argent gratuit. Même en Allemagne, les services publics ne fournissent des services que par petites giclettes intermittentes.

    1. Beldchamps

      Quand on voit la pagaille monstre à Paris en cas de grève RATP, je me demande comment il peut ne pas y avoir de drames.
      Moi je la jouerais House of Cards : j’utiliserais les médias pour montrer une parturiente qui a dû accoucher dans l’ambulance, les nez cassés à cause des bagarres ou un infarctus pas arrivé à temps à cause des bouchons et du personnel médical absent, ils feraient moins les malins les CGT-FO. Evidemment, tant qu’on ne voit que des usagers solidaires le sourire aux lèvres, ça ne risque pas d’arriver.

          1. Calvin, 08 ans

            Les pauvres grévistes sans qui les droazakis seraient bafoués par l’Etat, , euh, les patrons, euh, les chinois et la finance apatride.
            Et pendant que ces héros mènent le combat et des actions importantes, des salariés lâches et égoïstes ne sont pas solidaires…
            Il est temps de lancer un grand cri :
            Oooooooooooh !

  11. Black Mamba

    Sur la banderole qui maintient la cocarde, c’est la première fois que je constate que c’est écrit : Ce pays est foutu

      1. Val

        Je préférerais plutôt la mention du bulletin de vote d’H16 si vous n’y voyez pas d’inconvénients.
        Je ne voudrais pas que nos pourris puissent penser qu’ils ont vraiment réussi à couler notre bon pays, c’est leur faire trop d’honneur.

        1. royaumont

          Un commando caché derrière des masques à gaz, en habit et haut de forme prenant d’assaut la façade de l’AN, avouez que ça aurait de la gueule…

          1. Val

            🙂 . Chiche mais ça demande une sacré organisation . Ou alors sous la forme d’un hologramme comme les dernieres manif en Espagne . Moins risqué et l’effet serait saisissant :

  12. Val

    La corruption est une des mamelles du socialisme, le slogan « tous pourris » n’est pas pour eux un amer constat mais plutôt un but à atteindre. C’est vraiment Degolas

  13. Droopyx

    Toutes ces affaires démontrent en tout cas qu’il n’y a pas (ou très peu, soyons gentil) de contrôle URSSAF et fiscaux sur toutes ces institutions, agences etc….
    Parce que les voitures, téléphones, appartements, frais…. des directeurs, c’est dans les tous premiers éléments examinés.

    1. David

      Vous pouvez compter sur l’urSSaf pour scruter au microscope les comptes d’une petite entreprise ; puis, sans arrière-pensée, détruire cette entreprise pour quelques centaines d’€ d’irrégularité.

      En revanche, on ne les voit jamais contrôler les comptes des entités publiques (du moins, je n’en ai jamais entendu parler) ; on se demande bien pourquoi …

  14. Deres

    Les 80 milliards de déficit pourraient être comblés rien qu’en nettoyant les écuries d’Augias, sans même toucher au périmètre d’action de l’Etat. Et si on fait en plus de vrai réformes structurelles, la marge est encore plus grande. Mais au lieu de cela, le gouvernement promet des coups de rabot de moins de 8 milliards par an, dont la plupart sont en fait mensongers …

    Au passage, les compléments de financement pour les armées, c’est comme les économies, on n’a strictement aucune idée d’où va venir l’argent. je sens confusément qu’il vont être obligé de faire des augmentations d’impôts discrètes en cours d’année …

    1. albundy17

      Ho que si ça rabote ! Dans tout les remboursements pour lesquels on paie de plus en pus cher.

      Pour le complément de financement de l’armée, ils compte sur les taux négatifs (c’est con, il y a depuis quelques jours un léger sentiment de défiance sur les bonds qui vont peut etre reprendre au moins un prix normal

      1. Deres

        Oui, et ces crédits supplémentaires tiennent compte du prix bas du pétrole. Bien entendu, le fait qu’il soit déjà en train de remonter n’est bien entendu pas pris en compte et le prix bas actuel a été étendu sur les 3 prochaines années histoire de bien présenter les comptes !

    2. Calvin, 08 ans

      Oui mais 80 Mds d’économie ramène seulement à l’équilibre budgétaire de l’année, on ne rembourse ni la dette de l’état ni des comptes sociaux.
      Mais ce serait un bon début, à la portée du premier politicien venu (d’ailleurs que de France…).

      1. Tribuliste

        Bah dans un pays où on dilapide 50 milliards d’€ par an en coût de distribution de l’aide sociale, difficile d’imaginer combien on pourrait récupérer si c’était optimisé, voire bien géré !

    3. Golum

      Si Hollande n’avait pas annulé les dettes d’Afrique, nous pourrions reconstruire entièrement le Népal d’aujourd’hui. Comme quoi, certains placements sont bien débiles.

  15. hop hup

    Loi Renseignement : l’un des pionniers du Web français déménage en Norvège

    Altern.org a choisi sa destination. Après avoir fait un comparatif mondial des pays qui protègent le mieux les libertés, qui assurent le mieux le développement humain et qui offrent le meilleur accès à Internet, le fondateur de l’un des pionniers du Web français a décidé de poser ses serveurs en Norvège.

    ça y est la migration des hébergeurs commence la france risque de devenir un désert du numerique dans pas longtemps

    1. Caton

      La surveillance généralisée par la NSA n’a pas transformé les US en désert numérique.

      Il y a un problème de compréhension des mesures mises en place: elles ne vont absolument pas permettre une surveillance généralisée en temps réel. Ce que cela permettra c’est d’enregistrer la totalité des activités électroniques de tout le monde, histoire d’avoir, en cas de besoin, de quoi pourrir la vie de quelqu’un qui aurait l’effronterie de s’opposer au pouvoir en place…

  16. sam00

    Dans la série des belles administrations que le monde entier nous envie, le ministère de l’économie nous annonce fièrement que
    l e rapport annuel du médiateur des ministères économiques et financiers fait apparaître une progression de 16 % des demandes de médiation par rapport à l’année précédente.

    http://www.economie.gouv.fr/mediateur-des-ministeres-a-aide-pres-5-000-particuliers-et-entreprises-en-2014

    Pourquoi mon esprit chagrin veut y voir une aggravation de la situation et non pas un amélioration de la qualité de service??

  17. Golum

    Alors que l’odeur du lilas me perce le nez, je pense d’un coup:

    Diable quelle odeur insupportable, quel bonheur inutile.

    Puis me vient une idée étrange, ma vie n’est elle pas un droit, ou plutôt un devoir qui est du à l’Etat.

    Ce bonheur m’est inutile, car ma vie appartient à un autre que moi. Ma liberté n’est utile que pour payer mes taxes et consommer.

    Souvent l’on trouve des livres de développements perso, des recettes de bonheur, des coaching de vie.

    Mais que diable, une odeur devrait suffire à comprendre !

    La France c’est ce beau pays qui rend aveugle et sourd à la beauté du monde. Castré dans du socialisme répugnant, l’avenir sera forcément pire qu’aujourd’hui.
    ————————————————————————
    Surtout quand une journaliste du Figaro déclare:
    Hollande a une politique libérale !!!!
    MF (mother fucker)

  18. Tribuliste

    Point positif non négligeable : demain, quand ce pays sera mis sous tutelle comme la grèce ou mis en pièces entre chinois/américains… et l’arabie saoudite , quand ce pays n’aura plus un rond dans la besace, quand le fond du gouffre nous aura fait boire la tasse dans le pacifique sud ( http://www.antipodr.com/ ) ..pas loin d’ailleurs de son opposé de gestion qui fonctionne 😉

    Quand, vraiment la chienlit ne sera plus qu’un bon souvenir, à ce moment là les tonnes de rapports poussiéreux accumulées depuis des décennies prendront tout leur sens : on saura exactement comment on en est arrivé là. A Cour Dargent.

  19. Aloux

    HS : je viens de voir que la loi renseignement était passée, apparemment les députés étaient presque tous là mais ça ne les a pas empêché de voter pour à une large majorité.

    A vos vpn…

    1. Calvin, 08 ans

      Bon, cette fois, la petite-fille à Neunoeil est allé voté (ainsi que Collard).
      Peut-être que quelqu’un lui a fait lire ce blog !
      Et parmi ces non inscrits, Thévenoud aussi a voté contre.
      Bon, je ne dirais quand même pas qu’il se rachète….
      Par contre, l’ex-socialiste non inscrite (toujours pas en prison donc) qui a truandé sa région, ses électeurs, Sylvie A. a voté pour.
      Au lieu de faire des nouvelles lois pour attaquer le hum hum terrorisme (comprendre ceux qui optimisent à donf), commençons à appliquer les lois au lieu d’exonérer les élus… (bon, je sais que l’appel est suspensif, mais Andrieux mérite plus la pelle que l’appel.)

  20. Kazar

    HS, mais spécial H16 : nous avions eu une discussion à propos de la loi sur le renseignement, et du vote de Maron Maréchal Le Pen. Elle vient de voter contre le texte, info disponible sur le site de l’Assemblée. Cela dit, puisque le texte vient seulement d’être voté en première lecture, je me demande bien quel avait été l’objet du précédent vote…

    1. Calvin, 08 ans

      Des articles clés.
      La plupart de ces articles sont votés par une poignée d’élus.
      Pour le vote final, devant les caméras, ils se bougent et se drapent dans leur vertu retrouvée.

      1. Kazar

        Cela dit, c’est le vote final qui compte, car c’est celui à l’occasion duquel la loi est ou non adoptée. Et là, on a les noms !

  21. Moggio

    Merci.

    Sur Agnès Saal, cette tribune récente pour Le Figaro Vox vaut le détour : http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/04/29/31003-20150429ARTFIG00152-ina-pourquoi-agnes-saal-n-a-pas-vraiment-demissionne.php

    La fin de votre billet qui dit « si tout le monde s’en fout à ce point, c’est probablement parce que tout le monde est complice » n’est pas si éloignée de l’analyse de La Boétie d’il y a plusieurs siècles dans son célèbre discours ( http://www.fayard.fr/discours-de-la-servitude-volontaire-9782910233945 ), sur la pyramide hiérarchique du tyran et le fait que ce dernier asservit les sujets les uns au moyen des autres.

  22. hop hup

    Les Républicains »: le nouveau nom de l’UMP approuvé par le bureau politique.

    Le bureau politique de l’UMP, composé d’une soixantaine de membres, a approuvé ce mardi le nouveau nom du parti, à simple titre indicatif. Les militant doivent voter fin mai pour l’adopter définitivement.

    Il avait promis de changer le nom de l’UMP en faisant campagne pour sa conquête. Nicolas Sarkozy a convaincu le bureau politique du parti d’adopter comme nouveau nom « Les Républicains ».

    vous avez vu ça il reutilise une vielle combine pour faire oublié les trahisons et caseroles au peuple

    souvenez vous du changement de nom du rpr pour l’ump

  23. David

    Les socialistes, qui poussent des cris d’orfraie, n’ont qu’à se renommer « Les Démocrates ».

    Quelles bande de guignols ; ils nous prennent vraiment pour des débiles

    1. Mario Nettiste

      Pourquoi pas les Libéraux, en égard à ce que le héros « officiel » de l’ opposition (enfin, ce qui est censée en tenir lieu) pense de la ligne du Cador elyseen…. 🙁

  24. ironbooboo

    @ H16 :

    Il semblerait surtout que l’état français soit devenu complètement ingérable.

    M’est avis que ce n’est pas par bonté d’âme qu’ils distribuent des avantages aussi conséquents. La vérité c’est que pour avoir prise sur des institutions à la tête desquelles ils ne font que passer les responsables politiques entérinent mollement ce foutoir.

    Ces incompétents aussi vite partis qu’on les a parachuté ne comprennent ce genre de situations qu’après des mois voir des années en poste; trop tard pour s’en offusquer sans passer pour de parfaits idiots en somme.
    Et puis toute honte bue, ils ont besoin de leurs institutions. Au sens littéral : ils sont trop paumés la plupart du temps pour prendre la plus dérisoire des décisions par eux même, sans pléthore de conseillers, de consultants et autres aides de camp grassement rémunérés dans les pattes desquels ils ne peuvent se permettre de tirer puisque ce sont eux, dans les faits, qui gèrent la boutique au long terme.

    Quand à ceux qui ont la carrure pour leur poste ils sont a) trop mouillés pour se permettre de la ramener au sujet des magouilles d’autrui, b) trop peu nombreux pour que ça change finalement quelque chose et c) n’ont pas plus intérêt que les autres à faire éclater des scandales.

    Bref, ce n’est pas demain que ça va changer.

    1. Zadig

      Je pense que le vrai pouvoir est aujourd’hui détenue par la haute administration, comme au temps des mérovingiens avec les maires du palais. Des gens non élus, qui rendent des compte à personne.

  25. LECOMTE René

    Il y a quand même des condamnations, qui certes ne font pas la une des journaux télévisés car touchant nos belles associations lucratives sans but, ici SOS racisme :
    http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2015/05/06/97001-20150506FILWWW00032-somme-6-mois-ferme-pour-le-president-de-sos-racisme-80.php
    Bon, six mois de prison ferme pour escroquerie aux subventions, ça n’engage à rien avec les lois Taubira puisqu’on ne purge pas les peines inférieures à 2 ans, me semble-t-il. Pas un mot sur les éventuelles amendes ?

Les commentaires sont fermés.