Où est passée la Justice ?

Le mois de juillet est arrivé et avec lui, les résultats du bac qui auront fait croire à toujours plus de naïfs que le niveau monte. S’il n’y avait pas la Grèce, le pays pourrait presque se laisser couler comme un vieux camembert amolli par une canicule finalement banale en cette saison. Cependant, alors que le farniente s’installe durablement dans tous les organes de la République, on doit dresser un amer constat.

Oh, je ne vais pas dévoiler ici le moindre secret. Peut-être vais-je même en barber plus d’un en rappelant ce qui est maintenant une évidence à laquelle il faudra ajouter beaucoup de petites vignettes animées de chats faisant les cons pour la rendre moins ennuyeuse. Et parce que ce billet est, par nature, limité, je ne pourrai pas citer tous les cas, innombrables, renforçant ce constat.

Mais il sera pourtant le même : la Justice (avec un grand J) n’existe plus en France.

Il n’y règne qu’une petite justice (avec un petit j, tout petit) au jour le jour, faite d’expédients (ses moyens sont étiques), d’expériences (sociétales notamment) et d’expiations (des fautes, des très grandes fautes de l’homme blanc solvable). Oui, la Justice n’existe plus et il n’y a plus qu’une justice qui se contente de servir quelques intérêts particuliers. Par la force des choses, depuis l’abandon des politiciens en rase campagne, parce qu’électoralement, ça rapporte plus, jusqu’aux citoyens qui, finalement, s’en foutent tant qu’ils peuvent, en passant par les forces de l’ordre, toutes au courant mais sans plus la moindre illusion, plus personne n’attend que Justice soit rendue, mais, vaguement, qu’un verdict soit prononcé, et encore, seulement aux heures d’ouvertures, s’il fait beau.

La Justice, dégagée de tout devoir de morale, d’équité ou de légitimité, est allée se rhabiller.

Caricatural ? Allons.

Où était-elle, cette Justice, sinon au vestiaire, lorsque le gouvernement a tout fait pour embastiller des chauffeurs UberPOP sur la base de textes inexistants, d’infractions jamais constatées ? Ou s’était-elle planquée lorsque les chauffeurs de taxis, bénéficiant d’un favoritisme policier assez hallucinant, ont retourné et brûlé certaines voitures, ont agressé des individus ?

uber vs taxis pas contents

Où était-elle lorsqu’il aurait fallu qu’elle agisse pour déboucher le tunnel sous la manche, encore une fois bloquée par une petite poignée d’excités syndicalisés jusqu’au trognon et décidés à mettre dans l’embarras un nombre invraisemblable de camionneurs européens ? Oh, vous n’en avez pas entendu parler (la presse grand public, cette autre vieille prostituée de la République, lourdement alcoolisée sous de sulfureuses subventions, aura oublié d’évoquer la question) mais l' »action syndicale » a pourtant généré plus que des tensions entre les camionneurs étrangers et notre beau pays, son absence d’ordre et sa culture du chaos. Qu’a-t-elle fait, la Justice, lorsqu’elle aurait dû demander aux forces de l’ordre d’agir pour éviter de tels débordements ?

Rien.

Ni là, ni lorsqu’il s’agit d’arrêter les dérives d’une société qui sait qu’elle ne peut plus compter sur elle, ces myriades de « petits tracas », « d’incivilités », ces petits vols, petites escroqueries, petites filouteries qui s’accumulent dans le paysage quotidien des Français. Pas étonnant qu’il n’y ait personne pour arrêter le vandalisme récent des bouches à incendies, ouvertes en grand sous prétexte de canicule. Apparemment, elles ne débitent pas assez d’eau (ou dans des endroits pas assez glamour, je suppose) pour s’attirer les foudres des écologistes de combat, ni celles des forces de l’ordre…

Il faut dire que la police, débordée par les tâches subalternes risibles, par la traque des conducteurs financièrement rentables, par une gestion de l’immigration clandestine calamiteuse, par ces mille-et-un VIP à protéger contre la plèbe qui les a élus, n’a plus le temps de jouer à être le bras armé de quiconque, si ce n’est de l’État. La justice, elle, n’a plus qu’un bras décharné, qui lui sert, de temps en temps, à cogner sur ceux qui ne pourront pas répliquer.

just doing their jobs

Le mal est profond et son impact est fort.

Comme la Justice n’est plus que vaste blague, il devient de plus en plus dur de conserver les uns et les autres dans les bornes que la morale, le bon sens et la société avaient placées. Même médiatisé à grand coup de happenings festifs bidons, d’éléments de langage minutieusement préparés par des équipes de communicants frétillants pour des politiciens cyniques, le Vivrensemble a bien du mal à résister devant l’accumulation de problèmes qui demandent, impérieusement, le retour de l’ordre au travers d’une Justice efficace, équitable et surtout légitime.

Petit-à-petit, tout le monde trouve la situation sinon normale, au moins parfaitement logique, sans se préoccuper de l’impact catastrophique que ces dérives entraînent. La Justice évanouie, ce sont des scandales qui s’installent, des comportements illégitimes qui perdurent, des magouilles qui continuent et par voie de conséquence, des commerces qui ferment, une économie qui part en sucette, une pauvreté qui grandit, des malaises sociaux qui s’accumulent, et une police sans effet.

Une police sans effet, c’est le chaos qui s’installe, doucement, lentement, mais sûrement, en toute impunité.

Le chaos qui s’installe, c’est une bien mauvaise publicité pour le tourisme. C’est une très mauvaise idée pour faire des affaires. C’est un handicap fort gênant pour assurer la sécurité des citoyens. Et une police sans effet, c’est l’annonce, claire et nette, d’une armée sans dents munie de couteau sans manche auquel il manque la lame. (Un vol de détonateurs et d’explosifs, dans ce contexte, tient presque de la routine, et on en vient à souhaiter qu’il fut le fait de braqueurs ou de bandits plutôt que de terroristes religieux).

Non, décidément, la Justice n’existe plus en France. Et notez qu’elle disparaît, petit à petit, à mesure que toutes nos libertés s’effacent.

Ce n’est pas un hasard.

liberty and justice

J'accepte les Bitcoins !

1LkFpXdLgPWjwDMMGNXGVqcSxzhSViS2X1

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires209

  1. Le Gnôme

    Une seule école pour former des juges, un seul moule, une seule pensée. C’est soviétique comme organisation. On nous vante à longueur de journée les bienfaits de la diversité, alors il faut oser l’élection des juges, qui pourront alors rendre leurs verdicts au nom du peuple français.

    1. Aristarkke

      La Justice sert à appliquer LE Droit, en principe unique et uniforme dans un pays. Il ne me parait donc pas anormal qu’une seule école soit prévue dans le but de garantir cette uniformité de traitement. Or celle ci n’existe plus puisque il de vient de plus en plus évident que la magistrature judiciaire, sauf exception individuelle, agit différemment selon la nature de qui comparaît devant elle. Je n’insisterai pas sur la clémence habituelle à l’ égard des politiques, variable suivant le bord officiel du justiciable quand il lui arrive de devoir affronter cette épreuve, ce qui n’est jamais assuré de prime abord…

      1. Pheldge

        Je n’arrive pas à retrouver la citation d’un éminent membre du SM qui déclarait que le juge devait d’abord réparer « les injustices et inégalités sociales … » ah si c’est sur la fiche wiki du SM , une déclaration datant des années 70, de l’époque des « juges rouges » … Hélas, depuis Mitterrand le polygame, cette doctrine n’a fait que se propager !

    2. Superseb34

      Juges qui sont cooptés plus que recrutés. Juges qui sont idéologisés. Juges qui ne sont jamais nommés, ni sanctionnés par le peuple. Juges qui rendent néanmoins la justice au nom de celui-ci….

      Mais dites moi, quand un pouvoir échappe à ce point au peuple, peut on encore parler de démocratie ?

      Comme l’a dit Alain Bauer à la Présidente du TGI de Paris : « Madame, vous avez pour vous la légalité, mais vous n’avez aucune légitimité démocratique ».

      Bref… Bienvenue en France.

      Quant à ceux qui me diront que l’élection des juges a des effets pervers : quitte à en avoir, j’aime autant que ce soient ceux de la démocratie que ceux de la dictature dans laquelle nous visons actuellement. Rien n’étant parfait je choisi le moindre mal, ou du moins, le plus légitime !

      Pour me coltiner tous les jours les magistrats (je suis avocat…) et voir passer des décisions qui montrent qu’ils n’ont même pas ouvert le dossier, il serait temps qu’on fasse un sérieux ménage (un jour un vieux confrère a fait un paris : qu’il mettait une feuille avec le nom du Président de chambre suivi de « est un gros con » dans le dossier » et que ça reviendrait tel quel, prouvant que le dossier n’avait pas été ouvert, et avec une victoire juste sur le nom de son cabinet…. et bien figurez vous qu’il a gagné… Alors qu’il avait 200% tort juridiquement. Dans un pays normal le juge aurait été viré ! Et lui se serait méchamment fait engueuler par le Bâtonnier mais c’est une autre histoire…).

      P.S.

      Dans un domaine connexe, je pense qu’il faudrait que H16 nous ponde un billet sur la réforme du droit des obligations, par ordonnance (ben oui, des fois que les députés seraient tentés de faire leur job et de faire obstacle à la catastrophe…), qui va supprimer toute sécurité juridique dans ce pays (le contrat ? On s’en fout voyons !), sous l’influence du courant solidariste bisounours…. Ce pays est foutu aussi parce qu’on détruit les bases de son droit !

  2. Villon89

    Au fait, vous avez vu, grève à l’AFP ! Après les 80 millions donnés par l’Etat à Radio France pour boucler un budget déjà chaotique et plombé par une grève ridicule, l’Agence France Presse a sans doute pensé qu’il eut été dommage de ne pas profiter de l’aubaine d’une grève gratuite ( Comme le dit si bien Flamby, c’est gratuit puisque c’est l’Etat qui paie !). Alors, oui, d’accord avec H16, liberté, égalité, fraternité et gros bisous !

      1. DoS

        Z’avez vu le Tsipras se faire tabasser hier par un libéral Belge. Un bon lynchage en règle.

        Que dire de la réponse de l’Europe qui voudrait mettre la merde sous le tapis plutôt que d’affronter la réalité ?

        Cette fuite en avant est vraiment répugnante. C’est pire qu’une insulte à l’Europe, c’est un crachat aux visages des Européens.

        C’est une IMPOSTURE cette Europe !!!!!

        1. malicorne

          il se dit aussi que Tsipras fait le chantage aux frontières… Si vous n’êtes pas compréhensifs, je laisse passer tout le monde… Bon, ça ne change rien, les grecs le faisaient déjà parait-il, moyennant compensation..

          1. Aristarkke

            Cela coûtera moins cher d’ organiser un blocus aux frontières grecques que de continuer à allonger des dizaines de mds d’€ à assurer le train de vie des Grecs. Et puis comme maintenant c’est quasiment l’ UE qui va quérir les migrants pour les importer plus en sécurité que via les passeurs mafieux, je ne suis pas sûr que cette menace impressionne vraiment…

            1. Calvin

              Pas sûr, Harry.
              La Grèce n’a de frontière commune avec le reste de l’UE que par la Bulgarie.
              Si les frontières sont poreuses, cela reporte le problème sur les frontières avec l’ensemble des états slaves.

              1. Pheldge

                J’ai surtout l’impression que les « migrants » prennent le chemin le plus court , soit l’Italie. Les naufrages dont on parle ont souvent lieu à proximité de la péninsule. Je n’ai pas entendu parlé ( mais comme je ne regarde plus la télé depuis 4 ans …) de hordes de migrants cinglant vers la Grèce …

    1. DoS

      Mais si c’est lui, mauvaise langue. Mais, il est vrai qu’en ce moment je trouve que notre H est fatigué. Il a besoin de vacances. Il est vrai qu’avec la dose de socialo-communisme que l’on se tape, ça a de quoi flinguer plus d’un libéral.

      Que dire de l'(in)justice si ce n’est qu’elle est à l’image de l’économie et de l’idéologie crasseuse que l’on nous impose.

      Cette douce France où même un journaliste qui a échappé du mali pour se retrouver dans un miteux appartement Seine Saint Denis déclare:

      Je deviens invisible ! Je préférais la captivité.

      Et oui, c’est ça la magie de la France. Nous faire préférer être ailleurs, même torturé. Même dormir sur un tas de pierres.

      Car devenir INVISIBLE, c’est cela que l’on nous demande. Enfin, sauf quand il s’agit de payer des putains de taxes, impôts, et de voter pour ces porcs d’élus.

      http://www.franceinfo.fr/actu/monde/article/serge-lazarevic-l-impossible-retour-la-vie-normale-702323

      1. Dr Slump

        Ce témoignage paraît accablant pour l’état, surtout quand on voit tout ce qu’il déploie comme moyens pour les clandestins, pardon, pour les « réfugiés ».

        1. gameover

          Ouais manque pas d’air le gars quand même. Une barbouze euh nan à l’écouter pleurer sur son triste sort… plutôt une tarlouze…

          1. Adolfo Ramirez Jr

            On lui réclame ses fiches de paie et ses déclarations d’impôt des 3 dernières années… Rien que ça, tarlouze ou pas, ça me donnerait envie à plus d’un de se flinguer!
            Broyé et torturé par l’administration.

  3. Zuixiongmao

    L’une des premières actions de Miteux quand il est arrivé enfin au pouvoir, ce fut de placer le numéro 2 de l’époque du Syndicat de la Magistrature à la tête de l’Ecole de Bordeaux. Quelques générations plus tard le temps que le renouvellement se fasse, et nous en avons le résultat à présent. Les juges ne sont pas tous devenus tarés le jour où Taubira est arrivée place Vendôme, ils ont juste reçu le signal que désormais, c’était open bar.

      1. Superseb34

        L’indépendance de la justice…

        voilà qui mériterait un bon recadrage tiens.

        En fait je crois qu’il y a un truc qui n’a pas été bien compris par nos institutions : l’indépendance du pouvoir judiciaire c’est par rapport aux 2 autres pouvoirs.

        Pas par rapport au peuple.

        Sauf qu’en France si…

        Bienvenue en dictature !

  4. Bonsaï

    Je sens comme un petit air de remplacement. Comme si le grand maître était déjà en train de se dorer dans les îles grecques, tandis que de petits lutins farceurs font des concours de fautes d’orthographe, à commencer par le titre lui-même !

    1. Ben non. Justice est féminin, c’est le verbe être, c’est bien « passée ».
      « Mais où est donc passée la septième compagnie ? »

        1. Bonsaï

          OK ! Mais intuitivement ça me froisse et je fais chauffer Google depuis une bonne demi-heure. J’en tenais pour le principe du sujet antérieur au participe vaut accord et si sujet postérieur, pas d’accord.

          1. Pheldge

            Bonzaille, fais un peu travailler tes neurones : passe au pluriel « où sont passés les p… de lecteurs de ce p… de etc… » et la vérité te sera révélée 😉

              1. bibi

                Pour vérifier l’accord d’un participe passé d’un verbe du premier groupe il faut le remplacer par un verbe du troisième groupe comme prendre en lieu et place de passer c’est encore plus mieux, et en utilisant un sujet au féminin c’est double plus bon.

                Exercice : Accorde le participe passé du verbe passer dans la question suivante.
                Ou sont passé… les hommes?

                Correction :
                1) Pour savoir comment accorder en genre et nombre le participe passé du verbe passer on le remplace par prendre.
                2) le sujet étant au masculin pluriel : les hommes on le remplace par les femmes.

                Ecrit-on :
                Où sont pris les femmes?
                ou bien
                Où sont prises les femmes?

                On écrit : ou sont prisES les femmes
                Donc on écrit : Ou sont passéS les hommes?

                Maintenant accorde le participe passé du verbe passer dans la question :
                Ou est passé… la justice

                  1. Pheldge

                    Le verlan « crée » d’autres mots , mais ne les dispense pas du respect des règles de pluriel et de genre : des combines géniales –> des combines nial-gées
                    un arabe –> un beu-ara –> un beureu –> un beur
                    qui lui même repassé au verlan donne un reubeuh et au pluriel des reubeuhs 🙂 on dit aussi les renois les noiches.
                    Enfin, pour les renois, les reubeuh utilisent plutôt le mot « kahlouchs » ( h prononcé guturalement , comme dans mohammed …) 🙂
                    Tout ceci est bien sûr à prendre avec le sourire.
                    Je renvoie de nouveau aux hilarantes chroniques de Laurent Gerra sur RTL, quand il personnifie Jean d’Ormesson, l’académicien, dissertant sur les « textes » du rapeur Booba (à prononcer à l’US …)

    2. Laurent

      Erf, Bonsaï… Nous avons là un texte puissant, percutant, personnel, on sent vraiment que ça vient des tripes – pas d’ironie et p-e un fond de dégoût et de désespoir – et votre seule remarque porte sur des coquilles ???

      Juste bravo et merci, H16, la sentinelle.

      1. Chieur chiant

        Exactement, très très profond, car souvent ces billets sont cyniques, humoristiques, etc… tout en étant lucides et malheureusement trop réalistes, mais ce billet là ne me donne vraiment pas envie de rire, je dirai même comme toi qu’il est très noir ce texte.

    3. paf

      tous ceux qui commentent sur l’orthographe ou la grammaire sont des cons.
      Vous avez quasiment ce qui se fait de mieux comme blog politique sur ternet en ce moment.
      Dites merci et fermez vos gueules.
      Avez vous seulement la moindre idee a quel point c’est insultant de faire ce genre de remarques a celui qui quasiment tous les jours vous pond un article avec une grammaire meilleure que quiconque online.
      C’est ca qui est terrible avec les francais, on a beau faire il faut toujours qu’ils crachent dans la soupe, peu importe laquelle ils ne peuvent pas s’empecher de ramener leur pulsions gougnaffieres de gens qui ouvrent leur clapet autant qu’il peuvent, a travers et surtout a tort.
      Fuck, un peu de tenue bande de nuls.

            1. Bonsaï

              Je crois pouvoir comprends ce « Ha » comme une annonce oratoire (musicale et théâtrale, donc).
              Un peu comme le fameux Yah chez Lilly Wood & the Prick, « Prayer in C ».

                1. Bonsaï

                  Le Ha est tout même plus inspiré et plus personnel.
                  Je vous prie donc d’en user, et même d’en abuser à votre guise. (Le « bon » étant décidément trop commun pour vous !).

                  1. Pheldge

                    Je veux pas avoir l’air de chipoter, mais on écrit plutôt « Ah ! » ou « oh! », pour marquer son étonnement. Et « han! » dans « d’autres circonstances … »
                    Mais peut-être que le dialecte suissard, tolère l’usage ci*dessus présenté. 🙂

                    1. albundy17

                      « Ha est tout même plus inspiré »

                      A vrai dire, il est plutôt expiré.

                      Et je ne vois pas ce que vient faire ma guise la dedans 😀

                      Phledge, je ne voulais pas marquer un étonnement, mais plutôt une lassitude, et pour le Han !, tu penses au bucheron ?

                    2. Bonsaï

                      J’abonde dans le sens d’Albundy17.
                      Son usage du Ha est totalement personnalisé, c’est en cela qu’il est remarquable et qu’il présente des connotations sémantiques complémentaires.

                    3. Pheldge

                      Albundy mon poto, « ha » c’est expiré … sinon le « ah » peut aussi exprimer l’extase, après le « han » … 🙂
                      Et si tu as des pensées impures, ne rejette pas ta faute sur moi, qui pense au bucheron qui ahane, puis exprime son soulagement ! 😉

      1. Régis33

        Farpaitement , toujours l’histoire de la paille et de la poutre , ici comme ailleurs , une spécialité française ça !
        Alors que le nombre de fautes de notre hôte se compte , généralement , sur les doigts d’une seule main , il faut toujours qu’il y ait un grincheux quelconque qui ramène sa science style Maitre Capélo ( pet à son âme )
        Maitre Ari notamment , qui devrait relire sa prôse plus haut d’ailleurs , car DEVIENT s’écrit en UN seul mot , merci !
        Quand un pov lycéen arrive , péniblement , a aligner , une fois dans l’année , un texte de 20
        lignes sans faute , cela tient du miracle , alors je trouve assez injuste de cassez les c…… a Monsieur Hache , seizième du nom , pour deux ou trois malheureuses fautes d’ortografes . 🙂

        Coup de gueule à part , votre texte est plus sombre que la moyenne , il est vrai , désabusé et triste , mal à la France me semble t’il .

        Allez ! , un ptit Ricard et ça repart ! 😉

        1. Bonsaï

          Ouais, je vois. Depuis ce matin c’est le grand Manifeste pour les Fautes d’orthographe qu’on nous joue.
          Petite espièglerie d’étudiants en vacances ou consentement à l’illettrisme qui se répand comme la gangrène dans les jeunes générations ?
          Pour l’instant, on considère que tout texte en langue française offert à la lecture se doit d’être rédigé correctement, selon les règles en usage. Cela vaut pour la correspondance privée et commerciale, et à plus forte raison s’il s’agit de textes publiés sur des supports médiatiques.
          Il n’y a donc pas de quoi en faire une jaunisse. Et signaler une correction à effectuer est donc un service que l’on rend et pas un manque de respect.

          1. Beldchamps

            Exactement Bonsaï, notre H16 joue dans l’excellence. On est tous d’accord que c’est le fond et son style qui nous intéressent mais ses prises de position peuvent être reprises, voire bien sûr déformées, et il vaut mieux se protéger contre de basses attaques de forme. En revanche, je me fiche des fautes dans les commentaires, enfin jusqu’à un certain point… Il me semble que chacun doit pouvoir s’exprimer tout en respectant le blog de notre hôte.

        2. Aristarkke

          Maître Ari ne corrige plus les fautes vénielles du taulier, se limitant désormais à la pêche au gros, ce qui est rare néanmoins. Pourquoi me mettre sur la scène alors que je restais coi, ce jour. Certes, je corrige encore ce chenapan de Calvin mais là, c’est pour le bon développement de ce jeune esprit. Quant à mes petits coups de patte de gros matou avec BM, c’est juste une courtoise joute en réponse à ses mordillements. Pour l’ espace inapproprié dans devient, je plaiderai la circonstance exténuante d’ une frappe dans le bouchon rituel de l’ A6 avant Chilly Mazarin et reconnais que mon humaine condition, cruellement ainsi rappelée est. 😈

  5. Popeye

    En gros, un mélange d’arbitraire (vous êtes blanc quarantenaire hétérosexuel bien payé en CDI => vous allez expier) et de loterie.
    Mais « je fais confiance à la Justice de mon pays »
    Mmouarf!!!!

          1. marika

            J eusse préféré… Tant qu on y est dans les « coquilles »… (imparfait du subjonctif). Sinon oui, très beau texte… Et sur le fond -et dans la forme.
            Et pour ceux qui critiquent -et qui ne font que ça- encore eût-il fallu qu ils fussent eux-mêmes irréprochables dans leur élocution…

            1. Aristarkke

              Par exemple, ne pas omettre les apostrophes???
              Cela dit, votre dernière partie est un sophisme hélas courant, puisque revenant à énoncer que seuls seraient admis à parler/écrire d’ irréprochables spécialistes de la question en cours. Autant dire qu’avec pareil postulat, l’ art va être plus facile que la critique sans compter que devenir spécialiste sans pouvoir préalablement se frotter à la discipline et aux échanges induits par toute acquisition de connaissances, réduira encore le nombre d’impétrants… 🙄

  6. cretinusalpestris

    Phase 1 : apparition du sentiment d’insécurité.
    Phase 2 : apparition de l’insécurité.
    Phase 3 : apparition de l’injustice.
    Phase 4 : (à compléter).

  7. Pat

    Le tunnel sous la Manche est encore plus souvent bloqué par les migrants qui marchent sur les voies ou embarquent sur des navettes sans aucune idée des dangers qu’ils courent (souffle extremement important en tunnel, caténaires à 25.000 volts…).

  8. Guillaume_rc

     » Ou s’était-elle planquée lorsque les chauffeurs de taxis, bénéficiant d’un favoritisme policier assez hallucinant, ont retourné et brûlé certaines voitures, ont agressé des individus ? »

    En revanche, un chauffeur de VTC qui cherchait à se défendre a sorti une lacrymo. Résultat : 10 mois de prison dont 6 fermes !!!

    C’est ça la justice en France !!!

    1. albundy17

      Par contre, faut pas dépasser certaines bornes : .vanityfair.fr/video/actu/videos/un-chauffeur-de-taxi-agresse-un-policier-le-confondant-avec-un-chauffeur-vtc/15884

      1. Pat

        Agresser un VTC, c’est défendre l’Etat (de droit ?), agresser un policier, c’est attaquer (un représentant de) l’Etat ! Ouah, la boulette !

  9. malicorne

    Tout ceci permettra l’émergence d’une justice communautaire , bras (très armé) des quelques malins , représentants auto-proclamés religieux et/ou du business généré par la pratique religieuse, qui prennent rapidement conscience des vastes opportunités que leur l’offre l’état de délabrement physique et moral de notre pays. Et nous ? Et bien nous prendrons peut-être un jour conscience, à nos dépends, qu’en tant que français d’origine gauloise, italienne, polonaise, espagnole, etc.. nous sommes bien seuls. Si, en plus , on doit tenir compte des futurs convertis, et ils sont déjà prêts, qui nous défendra contre la criminalité, la violence. Aurions nous été totalement désarmés moralement, juridiquement et matériellement.? Et par qui ?

      1. Popeye

        Eux, ils vont prendre cher.

        Pas touche au monopole de la violence légitime. C’est très très anti républicain que d’émettre l’hypothèse que l’état pourrait peut-être améliorer légèrement sa performance dans le domaine régalien.
        Poujadistes!

        1. Peste et coryza

          Tant que l’état aura un bras armé pour se faire respecter.
          La mission première de l’état, c’est la protection. Le deal c’est : tu payes ta taxe et tu me nourris, moi et mes guerriers, et j’assure ta sécurité et ta sureté.

          Sans cette protection de l’état, les gens sans armes iront naturellement la rechercher ailleurs.
          Et si l’état arrête de payer les gens d’armes, ceux ci iront naturellement chercher un autre employeur.

          Bref, il peut y avoir rencontre de l’offre (des gens armés agressifs et sans le sous) et des gens prêts à les employer pour assurer la sécurité et la sureté de la vie civile et des affaires.
          D’après les travaux de Tainter, c’est l’un des signes de l’effondrement.

  10. Gerldam

    Quand il n’y a plus de justice, c’est le fondement de l’état qui part en quenouille. Il ne faudra pas s’étonner quand la majorité des citoyens se feront justice eux-mêmes.

    1. Caton

      Cela n’arrivera pas. Il faudrait pour cela que les citoyens solvables s’organisent, et avec la mentalité française c’est pas demain la veille.

  11. Pheldge

    Patron, ta secrétaire elle a tapé « comme un camembert amollit par une canicule … » il me semble que c’est plutôt « comme un camembert amolli par une canicule … »
    Tu peux la punir 😉 (c’est peut-être son souhait le plus secret …)

  12. John

    Oui, bon, la France a une justice pauvre et une pauvre Justice.

    10 magistrats pour 100.000 citoyens, soit la moitié de la moyenne européenne. la France consacre 0,19% de son PIB au ministère de la Justice ce qui nous place au 39e rang européen nous dit-on. Dans le même temps, il n’y a jamais eu autant d’avocats en France (env. 59 000) : ils sont 42% de plus qu’il y a 10 ans, signe d’une demande assoiffée de Justice de la part de nos citoyens. Le résultat est au ‘Palais de justice’ : les délais sont interminables (ex. 2 ans pour un divorce, on vous fera regretter d’avoir dit oui un jour… 7 ans pour une procédure jusqu’en cassation), les jugements sont rendus sur la base d’un droit de moins en moins lisible (nul n’est censé ignorer les 10 500 lois, 127 000 décrets, 7 400 traités et 17 000 textes communautaires… il faut davantage que quelques années a l’ENM et ne pas compter sur le pauvre enseignement des bancs de la Sorbonne pour digérer tout ca).

    Mais bizarrement, en France, on croit en la Justice Universelle. il n’y a qu’en France où je rencontre régulièrement le paradoxe de « il vaut mieux un mauvais, long, douloureux, aléatoire procès qu’un bon accord ». C’est presque une vision théologique de la Justice que les citoyens attendent de leurs institutions, celle d’en-haut, qui voit tout, sait tout, et tranche aussi précisément que le scalpel laser d’un Salomon infaillible… Aujourd’hui, espérer qu’avec une poignée de magistrats gauchos on obtiendra une décision équitable dans n’importe quel procès, c’est croire au père noel, a la fée des dents, au lapinou de Paques…

    Alors, on a une Justice idéologique, bien de gauche-gauche, une justice amortie socialement qui reste le réceptacle naturel des besoins de l’humanité, l’oreille sourde l’Etat pour vous faire croire que vous êtes entendus… Alors ne confondez pas entre maintenir l’ordre et rendre la justice, car cela fait des années que les gouvernements ont choisi le tonfa (bien plus soumis et contrôlable) plutôt que le glaive et sa balance pas mal…

    1. « ne confondez pas entre maintenir l’ordre et rendre la justice »
      Où voyez vous cette confusion ?

      cela fait des années que les gouvernements ont choisi le tonfa
      Que nenni. Le tonfa, c’est parfois, dans certains cas bien précis, mais la plupart du temps, désolé, il n’y a personne.

    2. Peste et coryza

      Un accord ? vous n’y pensez pas ! Comment nos gens de loi feraient pour gagner leur vie si les justiciables négocient entre eux ?

  13. Honorbrachios

    Selon Terry Pratchett, on apprend aux enfants à croire au père noel pour que, adultes, ils croient facilement à des valeurs comme, la justice, l’honneur, etc…

  14. Martel

    Tu aurais pu parler du principe de légitime défense dans ce beau pays. Je suis persuadé que ça ferait un billet à lui tout seul.

    On ne condamne presque pas, si ce n’est pas du tout les agresseurs , mais pour ce qui est du pauvre type qui aura eu le malheur de s’être défendu, ou pire, avoir défendu quelqu’un d’autre…

  15. Guillaume_rc

    De toute façon, il a été plusieurs fois signalé ici (que ce soit par le patron ou dans les commentaires) que le budget alloué à la Justice dépasse à peine celui alloué à la culture…
    Dans ces conditions…

  16. RBF

    Si justice il y a, ce qu’il y a de sûr, c’est qu’elle n’est pas la même pour tout le monde. Dans ce monde là, il y en a aussi qui sont plus égaux que d’autres.

    Ma femme, excédée par le comportement d’une jeune étudiante en droit, est allée lui dire ce qu’elle pensait d’une manière assez virulente. Cette jeune femme nous traînait dans la boue depuis quelques mois (entre autres, fausses accusations déguisées en appels à témoins, histoire de ne pas pouvoir se retourner).

    La future avocate va donc porter plainte une nouvelle fois. Dans un premier temps, dossier classé « sans suite » par le procureur. Puis réactivé par on ne sait quel miracle (ah si, une quarantième fausse plainte de nouveau déguisée en appel à témoins après la décision du procureur). Bonjour la déontologie…

    Ma femme s’est faite ramassée au tribunal (ben oui, il a bien fallu que je donne ma feuille d’impôts). Pas trop l’amende qui est somme toute modeste, mais les DI. Après en avoir définitivement terminé avec un autre voleur, l’assurance maladie, il faut cette fois que je trouve une faille pour le jugement en appel à la fin de l’année.

    Même pas peur.

  17. Martin T

    A lire ou relire: Philippe Fabry – Rome, du libéralisme au socialisme. La décrépitude de la justice n’est que la manifestation de l’état avancé de décomposition de la France, qui subit depuis 40 ans les assauts incessants des socialistes de tout bord. De la même façon que Rome a connu la décadence avant la chute finale, la France suit sans aucun doute la même trajectoire. Oui, H16 a bien raison ce pays est foutu.

  18. nana

    Ouais enfin sortir un billet tous les jours ca doit pas etre fastoche. Et puis certains des récents étaient proprements géniaux. Enfin, personnellement je m’intéresse au fond et pas à la forme…

  19. MadeInCH

    Il n’y a pas de justice.
    Une mouche se fait manger par une araignée. Elle souffre et meurt.
    Une mouche (pas la même) se fait prendre par une plante carnivore qui se referme sur elle. Des biologistes ont remarqué que la plante ne sécrète pas de sucs digestif si c’est un petit truc inerte qui est pris par la plante carnivore.
    En fait, la sécrètion du suc digestif est provoqué par l’urine que l’insecte relache par peur… Charmant…

    Est-ce juste?
    Non. Mais c’est « normal », naturel.

    La « Justice » n’existe pas. La notion même de « justice » est une invention des hommes, une norme provenant, à la base autant d’une notion de « je veux être en sécurité » que de « je veux me venger » et du « tu vois, y fô pas faire ça ». Et cette norme varie beaucoup dans le temps et dans l’espace.
    Dans le temps, car la notion même de justice dans un endroi donné (La France) varie avec le temps. Exemple avec la peine de mort, considée comme « juste » puis abrogée.
    Dans l’espace, car quelques centaines de Km et au même moment, des mains sont coupées pour vol alors que ce serait considéré comme « injuste » ailleur.

    Si la « Justice » existe, elle n’appartient que à Dieu, si Il existe. Lui seul a, si Il existe, effectivement toute les données et sait si le coupable a un repentir scincère et peut prononcer un jugement Juste.

    Nous, les humains, ne pouvons PAS.

    Au mieux, si la « Justice » existe, les humains peuvent tenter de s’en approcher, mais jamais espérer l’atteindre.

    Ce serait déjà un grand pas en avant que ne de redevenir humble, de ne pas nous prendre pour Dieu, d’abandonner cette volonté de faire « Justice » absolument, et d’admettre que la « Justice », si elle existe, est en dehors de notre portée.

    En ce sens, je propose de faire preuve d’humilité, d’abandonner le terme de « Justice » pour ladite institution humaine, et de la remplacer par quelque chose du genre « Protection Civile » (je parle du terme, pas de l’institution « protection civile » en cas de catastrophe).

    En effet, le but ne serait pas de rendre une « Justice Absolue », mais de protéger la société et les citoyens et les individus.

    Exemple:
    Cet homme, malade mental, est coupable d’avoir étranglé lentement des jeunes femmes tout en les violants pendant que des tisonniers brûlant clouaient les bras des victimes.
    Il est malade!!! Il est pas responsable, le pauvre! Oui, c’est vrai… Mais représente-il encore un danger?
    Alors élimination définitive du danger. Prison a vie dans une chambre isolée. Eau, nourriture et savon à disposition. Aucun soin médicaux. La ceinture est laissée à disposition.
    Ou bien la planche à bascule. Ou une balle dans la tête (moins de souffrance).
    Est-ce juste? Peut-être, peut-être pas. ça dépend à qui et à quelle époque la question est posée.
    Mais c’est plus sûr sans impacter encore plus d’innocent (dans les impôts).

        1. Bonsaï

          Ne te fais pas du mal comme ça, cher compatriote.
          Etudie plutôt le concept de justice immanente qui peut être fécond, surtout si tu le fais reposer sur les facultés d’imagination et de théorisation que nous possédons tous à divers degrés.

              1. MadeInCH

                Pour vous ou pour les autres?
                C’est vrai que le bois étant plus courant, facile à travailler et suffisament solide, c’est idéal pour la production en série de pals.

                    1. Pheldge

                      Bin , pour ce qui est de nous empaler, le Sapin ,faut reconnaître que c’est pas du bouleau, mais du boulot !

        2. gameover

          MadeInChina
          Il faut s’en remettre à Dieu tout simplement : tu laisses tomber du 50eme étage le présumé innocent… Dieu pourvoira à la réception au sol.

          1. MadeInCH

            Là encore, il y a méprise.
            Vous proposer ici une méthode pour déterminer la culpabilité du suspect. Un outil d’enquêteur, en somme.
            .
            Je parle de quoi faire après l’enquête après qu’il soit établi que l’individu a bien commi les actes reprochés.
            .
            Sinon, comme méthode de levée de l’inconnue, il y a la suivante:
            – Postulats:
            L’eau, élément pur, repousse le diable.
            – Conclusion:
            Une sorcière jetée dans l’eau flottera.
            – Corollaire:
            Si une femme (éternelle victime) est suspectée de sorcellerie, il suffit de la jeter dans un grand bassin, un lac ou un puit.
            Si la suspecte ne coule pas (et ne se noie pas), c’est qu’elle a du diable en elle . Donc: Au bûcher!
            Si elle coule (et se noie), c’est qu’elle est (était) innocente.
            .
            Je précise, pour les abrutis, que le bout de post sur les sorcières n’est pas une méthode que je préconise autrment que pour l’humour noir.
            .

            1. Peste et coryza

              Ah les ordalies…
              Ajoutez en plus les duels judiciaires et les champions de justice, le tout rendu au nom de Dieu. ça en dit long sur ceux qui interprètent Ses volontés.

  20. yoananda

    La justice n’existe plus … de même que la république tout court dans les ZUS qui font leur printemps arabe en ce moment même : les forces de l’ordre n’ont plus le droite de rentrer.
    Et ça se passe tous les jours en ce moment, ils se font chasser à coup de pavés, mortiers, coup de poing.
    Pas de morts pour l’instant parce que les policiers ont ordre de reculer, et silence assourdissant de la presse.
    Une autre justice se met en place dans ces quartiers qui ne sont pas des zones de non droit, mais des zones de droit … islamique.

    Fin juin j’en étais à un décompte de 66 émeutes en 63 jours, mais depuis le début du ramadan, c’est un festival, ça craque de partout sous tout un tas de formes différentes. Bon, on va dire que c’est la canicule et les vacances scolaires hein mais je voudrais pas stigmatiser les bacheliers.

    1. MadeInCH

      En fait, ce sont justement les nouveaux bacheliers ki sont pas content.
      Se remadent compte que ce document ne vaut plus rien, ils exprîment leur mal-être. Surtout ceux qui ont reçu des mentions. Alors ils exigent la reconnaissance sociale/médiatique/professionelle de leur nouveau titre de noblesse. Par une rente à vie distribuée à des individus positivement actifs visiblement minoritaires.

    2. albundy17

      « silence assourdissant »

      qu’est ce que c’est soulant de lire ça à longueur de texte, c’est comme le magret de canard, la mode est passée

        1. albundy17

          Grillé coté graisse dans une poêle surchauffée, ça avait du charme.

          Mais faut pas faire ça chez soi, après faut refaire la cuisine

  21. Calvin

    La zombification de l’instruction des enfants et de la justice est la plus grande des réussites des socialo communistes.
    Au lieu de réaliser le grand soir, trop clivant et incertain, ils ont sapé les bases d’une vraie démocratie.
    Les gens sont désormais éduqués pour accepter la servitude.
    A chaque fois, c’est la liberté qui est sacrifiée au profit de la corruption, du clientélisme, du collectivisme.

    1. Laurent

      Oui, la liberté est sacrifiée, et avec elle la création, l’initiative, l’ambition, le désir, l’enthousiasme, la spontanéité. En un mot, la vie ! Et tôt ou tard, il faudra bien que la vie, la vraie, revienne.
      Faute de grand soir, on a des petits matins gris…

    2. Beldchamps

      Calvin +1.
      D’ailleurs je me demande pourquoi on se plaint d’un manque « d’indépendance de la justice ». Il me semble que la majorité des magistrats sont des gauchistes convaincus (normal, meilleurs éléments issus de grandes écoles), se permettant d’ériger un mur des cons. Je ne pense pas que de façon générale ils prennent leurs décisions contraints et forcés mais au contraire en toute bonne foi. Et en plus il n’y a personne au-dessus d’eux pour les sanctionner ou les virer, tu n’étais pas né quand a éclaté l’affaire d’Outreau, avec le juge Burgaud, qui a été puni par ses pairs d’une « réprimande », comme si toi tu n’avais pas fait tes devoirs.

      1. Pat

        Et ce débile profond (c’est le qualificatif le plus gentil qui me vienne à l’esprit) a osé contesté jusqu’au Conseil d’Etat le blâme qu’il avait reçu ! Alors qu’il aurait mérité le même sort que les victimes de son incompétence, des années de prison et une corde pour se pendre.

  22. tschok

    H16

    « Ou s’était-elle planquée lorsque les chauffeurs de taxis, bénéficiant d’un favoritisme policier assez hallucinant, ont retourné et brûlé certaines voitures, ont agressé des individus ?  »

    A partir du moment où la police reçoit consigne de regarder ailleurs, la justice n’y peut pas grand’chose: le juge pénal doit être saisi, il ne s’auto-saisit pas. Si aucun prévenu n’est déféré, le juge ne juge rien.

    Si la police n’interpelle personne, c’est pas le juge qui va s’y coller.

    En France, la police relève de l’exécutif et la justice de l’autorité judiciaire: il y a séparation des pouvoirs.

    Il aurait plutôt fallu titrer « Où est passée la police? ».

    Mais il est vrai qu’on préfère souvent taper sur la justice – présumée laxiste ou aux ordres – plutôt que sur la police. On impute à l’une les torts de l’autre par une sorte de réflexe bruce willissien.

    Baisse de forme?

    1. robert

      Sans vouloir prendre la défense de notre hôte ( je n’ai pas son talent et il n’a pas besoin de moi) il me semble que votre explication n’explique rien.

      Le flagrant délit n’est pas la seule situation dans laquelle la justice peut se mettre en mouvement.
      D’une part, la justice, au travers du procureur, peut parfaitement se saisir dès qu’elle a connaissance d’un cas manifestement délictueux, d’autre part le dépôt de plainte fonctionne aussi très bien.

      Méconnaissance du domaine ?

      1. tschok

        @ Robert,

        Pour que le procureur soit en situation de prendre la décision de déférer ou non un prévenu, il faut bien que la police lui en présente un.

        Donc, il faut que la police procède à une interpellation, suivie d’une placement en garde à vue.

        Si vous n’avez pas d’interpellation, vous n’avez pas de gardé à vue, partant, vous n’avez pas de déféré. Donc, vous n’avez pas de jugement.

        Vous avez compris la chaine causale ou il faut que j’articule?

        Enfin, je laisse de côté le cas de la citation directe par la partie civile, puisque nous discutons ici de l’inaction de la police, pas de l’inaction éventuelle des victimes d’infraction pénale, qui peuvent toujours saisir elles-mêmes la justice par leur propres moyens.

        Bref, quand je vous explique qu’un juge n’interpelle pas lui-même les gens qu’il juge, je ne fais que dire une évidence.

        1. robert

          Votre articulation est bonne, le souci est votre compréhension.

          Le procureur peut parfaitement être a l’origine d’une enquête préliminaire, ce qui rend le reste de votre explication disons inopérant pour faire court et gentil.

          1. tschok

            Une enquête préliminaire pour un flag dans une manif?!

            Vous sortez l’argenterie, dites donc. Et pourquoi pas l’ouverture d’une information, pendant qu’on y est (pour faire court et gentil)?

            Mais la question n’est pas là ( si vous voulez on peut lister les modes de saisine du juge pénal en ressortant notre code de procédure pénale, mais ça me gaverait autant que vous).

            La police a-t-elle reçu pour instruction de fermer les yeux sur les violences et de n’interpeler que les manifestants les plus agités?

            Parce qu’au final, et ça c’est vrai, compte tenu de l’intensité des désordres, on reste étonné par le faible nombre de déférés.

            Sur ce point H 16 n’a pas tort. Sauf qu’il rend la justice responsable de ce fait, alors qu’elle n’y est pour rien. Et vous comprendrez bien que ce n’est pas une question de mode de saisine de la justice, mais de mise en œuvre effective de ces mode de saisine.

            D’où la question: pourquoi la justice est-elle la tête de Turc du râleur moyen, et pas la police?

            Il fut un temps où, dans ce pays, le sport national consistait à casser du sucre sur le dos de la police. Aujourd’hui, on lui préfère celui de la justice et on câline notre police comme si on aimait les coups de matraque.

            Faut dire que H 16 en appelle aussi au retour de la loi et de l’ordre. Il va bientôt nous ressortir la bible, ou quoi?

            1. « sauf qu’il rend la justice responsable de ce fait »
              Non. La Justice, pas la justice. Le texte est un peu plus subtil que ce que vous en faites. Observer qu’il faut que l’exécutif donne l’ordre aux policiers de faire leur travail, ça, c’est demander la Justice. La justice, ensuite, suit.

              « H 16 en appelle aussi au retour de la loi et de l’ordre »
              Et c’est logique. La loi et l’ordre, c’est la base, même en anarchie (qui n’a jamais été l’anomie). Pas d’ordre, pas de loi ? Alors oui, là, c’est le bordel.

              1. tschok

                Ben tu mets en cause la justice (l’institution) en invoquant la justice (le concept).

                (On se tutoyait pas, nous?)

                C’est du grand classique et question subtilité, je voudrais pas être blessant, mais on a vu mieux.

                Dès qu’il s’agit de se plaindre d’une injustice, on tire à vue sur la justice sans se demander si la police n’est pas responsable de la situation, en raison des instructions qu’elle reçoit ou de ses propres pratiques.

                Les juges ont le dos larges.

                1. Les juges ont le dos qu’ils méritent. Un peuple n’en vient pas à les mépriser sans raison, pouf, comme ça. Le coup du « la police devrait faire son travail », désolé, je voudrais pas être blessant, mais on a vu mieux.

                2. MadeInCH

                  Je me met à la place de la police, qui va risquer des coups, pour ensuite voir l’appréhendé sortir libre juste avant de porter plainte pour délis de faciès.

                  1. Popeye

                    C’est vrai que c’est une hypothèse de travail qui ne s’est jusqu’à présent jamais au grand jamais réalisée.

                    Euh, wait….

            2. robert

              Vous avez commencé par (je résume) : « la justice ne peut rien faire dans le cas énoncé par H16 » pour finir par admettre qu’elle peut parfaitement agir, elle en a les moyens.

              Continuer affirmer que la justice n’est pas responsable du faible nombre de déférés est se cacher derrière son petit doigt. La justice a les moyens d’agir, ne pas le faire est une décision dont elle est comptable.

              Quand à savoir pourquoi la justice est « la tête de Turc du râleur moyen » disons que « l’indépendance » de la justice » portée comme un étendard la contraint à un courage qu’elle n’a visiblement pas.
              La police en revanche à toujours mis en avant son assujettissement à l’autorité (y compris judiciaire) ce qui met en évidence ses propres limites.

              1. tschok

                Nan, nan, j’admets rien du tout, et vous ne résumez pas mes propos, vous les déformez.

                Faut pas confondre les modes d’enquête (la flagrance, l’enquête prélim et l’information) et les modes de saisine du tribunal.

                Je vous dis et je vous répète qu’un tribunal ne peut pas s’auto-saisir, ce qui n’a rien à voir avec les modes d’enquête.

                Et je vous dis et vous répète que si la police ne présente personne au parquet en vue d’un jugement, les juges n’en peuvent mais.

                Même à l’égard du parquet la police a une certaine autonomie.

                D’ailleurs, regardez dans le code: qui peut placer en garde à vue en France? L’OPJ ou le parquet?

                C’est l’OPJ, c’est à dire la police. Bien sûr le procureur peut toujours donner des instructions, mais encore faut-il lui présenter quelqu’un à mettre en garde à vue. Donc, interpeler cette personne. Et ça c’est la police qui le fait, pas le juge ni le procureur.

                Vous aurez beau tourner le truc dans tous les sens, le juge français ne s’auto-saisit pas. C’est même strictement interdit en raison du principe de séparation des pouvoirs.

                Du reste, c’est justement la cause de nullité des actes de l’information conduite par un juge d’instruction hors des limites du réquisitoire introductif du parquet.

                En clair: un juge qui s’auto-saisit ne peut rendre qu’un jugement nul.

                Le président du tribunal correctionnel de Paris ne peut sortir du palais pour aller interpeler lui même les fauteurs de troubles en vue de les juger. C’est pas le far west ici.

                1. robert

                  Définition : »L’enquête préliminaire peut être mise en œuvre à l’égard des crimes et des délits, à l’initiative des forces de police ou sur instruction du procureur de la République ».

                  Affirmer que la justice n’a aucun moyen d’agir est donc une bêtise.
                  Tout le reste en découle. Je ne dit pas que c’est courant, je dis que ça existe, ce qui est contraire à vos affirmations.

                  Je pense que tous les arguments sont épuisés. Il est inutile de continuer, mais ce fut fort agréable.

                  Cordialement.

                  1. tschok

                    @ Robert,

                    Je n’affirme pas que la justice n’a aucun moyen d’agir (ça c’est vous qui me le faites dire).

                    J’affirme juste deux trucs, cadrés:

                    – qu’un juge ne peut s’auto saisir

                    – qu’il ne faut pas confondre les modes d’enquête (comme l’enquête préliminaire par exemple) et les modes de saisine du tribunal.

                    Mais je n’ai pas l’impression que cette distinction évoque quelque chose pour vous.

                    Néanmoins ce fut aussi agréable d’échanger quelques idées avec vous. Ayant la tête un peu vide, je suis ravi d’en finir là.

                2. albundy17

                  tschok, apparemment vous avez été piqué, dans le milieu sans doute. (je parle du métier, hein, pas de confusion)

                  Il était bien narré dans l’article le rôle de la police, désormais un tantinet dévouée au rentrage de flouze plutôt que des voyous.

                  Mais même quand ils en choppent, pardonnez mon ignorance, ceux ci se retrouvent dehors plus rapidement que les forces de l’ordre, occupées a remplir du cerfa.

                  La liste de ce qui parait de l’injustice pour les néophytes dont je suis est impossible à établir, il faudrait plusieurs vies pour les rassembler.

                  Et depuis un paquet de temps, justice et jurisprudences s’accumulent pour protéger les pauvres égarés du systeme, comme cette pauvre fille avec son vuiton à la barre déclarant ne plus pouvoir « travailler » et enfermant une année entière un papy excédé de se faire cambrioler.

                  Vous êtes étonné, qu’après votre mur des cons (bravo la partialité) et toutes ces « petites » affaires, le citoyen lambda aient toujours plaisir à payer les gros sièges rembourrés de ceux qui libèrent les multisssssss récidivistes, blanchissent pratiquement tout ceux avec un peu de pouvoir (quand ils ne remettent pas le dossier sous la pile quotidiennement) et embastillent des gens honnêtes toute leur vie pour un dérapage lié à l’incurie des services pour lesquels, il paye ?

                  Ne prenez pas la mouche, c’est uniquement un état des lieux ressenti afin d’obtenir un avis inside

                  1. tschok

                    @ Albundy,

                    Ben pas vraiment en fait, je m’en fiche un peu pour tout vous dire.

                    Je crois qu’il est de l’intérêt des gens de comprendre leur système judiciaire.

                    Ils ont le choix: soit ils s’en tiennent aux poncifs habituels, qui n’empêchent nullement la basoche de vivre sa vie, soit ils sont curieux et se forgent un avis informé.

                    Tout dépend du niveau d’information qu’on recherche.

                    Et puis l’être humain a besoin de bouc émissaire et, très franchement, la justice est vraiment une cible rêvée, comme l’Eglise ou l’armée. Et on aurait bien tort de s’en priver, parce qu’après tout, elle nous survivra.

    2. gameover

      @ Tschok
      Tu dis toi-même que les gens devraient mieux connaître leur système judiciaire mais tu les égares sans les informer.

      Alors je vais le faire ! ta ta ta

      Ici c’était le rôle du ministère public de déclencher l’action publique. Le ministère public au niveau d’un TGI c’est le parquet… composé de juges du parquet d’où la confusion courante puisqu’en réalité ils ne sont chargés que de poursuivre. On devrait dire magistrats du parquet. Il sont indivisibles dans le sens où l’un d’entre eux les représente tous.

      Le problème est que ce parquet est placé sous l’autorité du Ministère de la Justice et que le Ministre de la Justice est nommé par l’état-gouvernement et n’est donc pas indépendant. Le parquet peut-être sanctionné par le ministère de la justice.

      Ajoutons que le parquet peut déclencher une action mais ne peut pas l’arrêter et c’est ce qui explique que DSK a été poursuivi contre l’avis du parquet car le juge d’instruction l’avait décidé.

      Donc dans le cas présent le titre de l’article est correct puisque le ministère public (la Justice) est bien le dernier recours public si la police ne fait pas son boulot car tels sont ses ordres.

      1. robert

        Vous avez souligné beaucoup mieux que moi, et de façon plus concise, la contradiction dans le discours de Tschok qui, pris la main dans le pot de confiture, s’est évertué à réciter son cours sans répondre à la question réelle posée.

        1. tschok

          Permettez moi un mouarf de bon aloi.

          J’essaye pas de tordre la réalité pour la faire entrer dans ce que je crois être la réalité.

          Mais d’un autre côté je n’ai rien à vous prouver: si vous êtes convaincu que c’est le parquet qui dirige la police, après tout vous avez le droit.

          Vous confondez simplement la mission de surveillance et de contrôle de la police par le parquet avec le pouvoir de commandement de la police, qui relève de sa tutelle.

          Je dis ça, je dis rien.

          1. robert

            Vous avez un vrai problème de compréhension.

            Vous écrivez ( je ne résume pas, vous avez aussi du mal avec ça)

            « Si la police n’interpelle personne, c’est pas le juge qui va s’y coller.
            En France, la police relève de l’exécutif et la justice de l’autorité judiciaire: il y a séparation des pouvoirs.
            Il aurait plutôt fallu titrer « Où est passée la police? ». »

            SI c’est pour dire que la Justice, telle que définie dans le texte de H16, peut agir mais décide de ne pas le faire et qu’en conséquence c’est de la responsabilité de la police, c’est idiot.

            Si c’est pour dire que la Justice ( toujours la même définition) ne peut rien faire, c’est une bêtise, puisque, le Justice à la possibilité d’agir (nous somme après moult échanges tombés d’accord sur ce point) et en conséquence, compte tenu de l’indépendance de la Justice, on est parfaitement de droit de se demander ou est passée la Justice.

            Le reste de votre texte est inutile.

            Je dois vous remercier, cet échange vif m’a rajeuni de plusieurs décennies.

              1. robert

                Je n’ai pas répondu parce que je pensais qu’il y avait un second degré hors de ma portée. Si il n’y en a pas, alors il s’agit des lecteurs convaincus par texte de H16

      2. tschok

        @ Gameover,

        Je recommandais à Robert de ne pas confondre les modes de saisine d’un tribunal pénal avec les modes d’enquête judiciaires.

        Si on mélange les deux, plus personne n’y comprend rien sur qui fait quoi et dans quel cas.

        Dans le cas d’une manif qui tourne au vinaigre, donc avec des désordres importants (atteintes au biens et aux personnes), voilà ce qui peut se passer:

        – Sur instruction ou de leur propre initiative, les forces de police interpellent des gens en flagrant délit (c’est un mode d’enquête) et dans ce cas le parquet, immédiatement averti, apprécie l’opportunité des poursuites en vue de renvouer éventuellement devant le tribunal les personnes qui lui sont présentées, selon la procédure de la comparution immédiate (c’est un mode de saisine). Le parquet peut aussi donner instruction à l’officier de police judiciaire de remettre à l’intéressé une convocation devant le tribunal.

        Ici, on voit bien que si la police n’interpelle personne, le ministère public n’a rien à faire. On était dans ce cas à propos des manifs dont nous discutions. Car il ne faut pas oublier que le parquet n’a pas la direction opérationnelle de la police, qui relève du préfet de police ou du ministre de l’intérieur.

        – Si les auteurs des infractions commises durant la manif n’ont pas été interpelés dans le feu de l’action, c’est à dire en situation de flagrance, le parquet peut, s’il le désire, ouvrir une enquête préliminaire (c’est un mode d’enquête). C’est souvent le cas lorsque ces personnes n’ont pas été identifiées ou que l’infraction qui leur est reprochée est complexe et nécessite d’élucider les faits (ie: de débrouiller les embrouilles, genre qui a cassé la gueule du chauffeur uber, c’est toi Raoul, ou c’est toi Mouloud, parce qu’on a pas bien vu sur la vidéo?).

        Ici, le parquet décide seul d’engager l’action publique. Le mode normal de saisine du tribunal est alors la citation directe, mais cela suppose d’avoir identifié un prévenu.

        L’enquête préliminaire n’est pas un mode d’enquête destiné à palier l’inaction de la police, comme vous le soutenez les uns ou les autres plus ou moins. C’est un mode par défaut qui s’applique quand la procédure de flagrance n’est pas appropriée et qu’il n’est pas nécessaire d’ouvrir une information.

        – J’en arrive donc au troisième mode d’enquête: l’information ou l’instruction. Elle peut être ouverte sur l’initiative du parquet ou de la victime en cas d’infraction grave, en pratique.

        Le mis en examen est éventuellement renvoyé devant le tribunal par un acte particulier accompli par le juge d’instruction et lui seul: l’ordonnance de renvoi devant le tribunal, ou ORTC pour les intimes.

        Dans le cadre de l’information, le parquet n’apprécie plus l’opportunité des poursuites: c’est le juge d’instruction qui décide, mais dans le cadre strict de sa saisine initiale.

        Par exemple: dans le cadre de l’information ouverte pour proxénétisme aggravé contre DSK, des faits de viols sont allégués. Le juge d’instruction ne peut pas enquêter sur ces faits sans un réquisitoire supplétif du parquet. Si le parquet refuse de donner au juge d’instruction l’autorisation d’enquêter sur ces faits nouveaux, alors le juge ne peut rien faire.

        A côté de tout ça, tu as encore la comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité: le prévenu passe un accord avec le parquet et le tribunal homologue qui est une voie procédurale alternative.

        Tout cela pour dire que, si à l’issue d’une manif assez dure tu n’as que trois tondus et deux pelés qui sont déférés, alors que normalement tu devrais en avoir plusieurs dizaines, tu peux légitimement penser que la police a reçu consigne de fermer les yeux. Et ça, le tribunal n’y peut rien.

        Le parquet peut toujours ouvrir une enquête préliminaire s’il le veut, mais pour enquêter sur quoi? Si la police n’a interpelé personne en flag, cela signifie que les faits eux-mêmes n’ont pas été constatés par procès verbal.

        Mets toi dans la peau d’un parquetier: tu ouvres une enquête préliminaire sur des faits de violence qui n’ont pas été constatés légalement par PV au moment où ils ont été commis, dans le cadre d’une manif qui est par définition un événement bordélique, donc confus.

        Tu as besoin d’éléments de preuve, non? Alors tu vas t’accrocher aux enregistrements vidéos, s’il y en a, aux témoignages, pour peu que des témoins se soient signalés, et aux plaintes éventuelles.

        Mais si tout cela ne permet pas d’identifier quelqu’un, ben tu fais rien du tout. Un parquetier bosse pas pour des prunes: il évalue ses chances de succès en fonction des éléments dont il dispose. Et si, dans l’affaire, la police est dès le départ dans une attitude de laisser faire, tu peux te dire que tes chances sont proches de zéro.

        Un procureur n’ouvre pas une enquête avec la police contre lui.

        Au final, un seul truc à retenir: si le parquet décide de la mise en mouvement de l’action publique, il ne dispose pas du pouvoir de direction opérationnelle de la force publique, qui relève de la tutelle des forces, c’est à dire en dernier lieu du premier ministre.

        C’est marqué dans la constitution: l’administration est hiérarchiquement soumise au gouvernement.

        Et l’autorité judiciaire, qui est le troisième pouvoir cher à Montesquieu dans son système séparatif, ne s’auto-saisit pas, car la république a peur du gouvernement des juges.

        Le titre de H16 est pas bon.

        PS: dsl pour la longueur, moi-même je me fais chier

        1. gameover

          Merci Tschok pour tous ces élements… mais c’est dommage d’avoir mélangé tout cela avec tes sentiments.

          Article 12 du Code de Procédure Pénale
          « La police judiciaire est exercée, sous la direction du procureur de la République, par les officiers et agents »

          Exemple ; C’est le parquet de Créteil qui a ouvert une enquête préliminaire contre Agnés Saal (celle avec les notes de taxi) devant l’inaction de son autorité de tutelle (Ministère de la Culture je suppose)
          ________
          Tu dis : « Un procureur n’ouvre pas une enquête avec la police contre lui.
          C’est le Proc qui a autorité sur la police judiciaire, tu fantasmes.

          « Le ministère public peut exercer l’action publique pour les infractions pénales causant un trouble à l’ordre public et être à l’initiative des poursuites (ou des non-poursuites).
          _______
          Conclusion:
          Si la police ou une autorité quelconque ne fait pas son boulot de son propre chef, l’autorité de dernier recours est l’action publique exercée par le parquet… donc s’il ne se passe rien, c’est bien la Justice qui est en cause.

          je t’ai fait un petit dessin:

          o–\__/–o

          1. tschok

            Arf!

            Je rame, putain, c’est pas vrai (mes sentiments n’ont rien à voir là-dedans, je me rends compte que je suis nul en pédagogie)

            (pédagogie: art d’expliquer, pas de convaincre)

            Fais attention aux mots: ce que dirige le procureur, ce n’est pas la police, c’est la « police judiciaire ».

            Qu’est-ce que ça veut dire « police judiciaire »?

            Cela signifie qu’il existe un processus où l’action de police (surveiller, punir, taper sur les gens, gare-toi là et montre moi ton permis de conduire, la carte grise du véhicule, la carte verte et le contrôle technique) rencontre le droit.

            A cet instant, dans notre système judiciaire, intervient une personne: le procureur. Il existe dès qu’il y a une procédure pénale.

            Ce procureur a une enveloppe de missions.

            Dans cette enveloppe, il a la mission fondamentale de s’assurer de la régularité des procédures: le procureur respecte la loi et la fait respecter par les agents et officiers de police judiciaire. Surtout les lois de procédure, puisqu’une irrégularité de procédure peut ruiner une poursuite en provoquant une nullité.

            C’est ce qu’on appelle le pouvoir de contrôle et de surveillance.

            A distinguer du pouvoir de commandement opérationnel, qui relève de la chaine hiérarchique, avec, tout là haut, le premier ministre.

            Ce que je te dis, tu peux le croire ou ne pas le croire, le comprendre ou le refuser. Mais c’est ainsi que s’entend l’article 12 du CPP qui ne dispose en aucun cas que le ministère public est chef de la police, en tant que tel.

            Aux Etats-Unis, il est vrai, la police de droit commun relève de la justice. Mais pas en France: elle relève du ministère de l’intérieur.

            Quand on a compris cela, on a progressé dans la compréhension du système français, qui est différent de celui auquel on est accoutumé à travers les séries télévisées US.

            Mais récapitulons:

            – H 16 affirmait, en se fondant sur la confusion entre justice-concept et justice-institution, que la justice-institution demeurait inactive et il en profitait pour blâmer les juges, alors même qu’il constatait l’inaction de la police.

            – Je lui ai répondu que cette affirmation était injuste en lui disant en substance que si le gendarme n’attrape pas le voleur, on ne peut valablement reprocher au juge de ne pas le juger, car le juge ne s’auto-saisit pas.

            – Ce à quoi il m’a été répondu que le parquet peut toujours se saisir de tout fait qu’il lui semble loisible de poursuivre et que j’ai donc tort.

            – Ce à quoi j’ai répliqué que diligenter une enquête n’est pas saisir un juge, qui ne peut s’auto-saisir et qu’il ne faut pas confondre mode d’enquête et de saisine ( ce qui n’a pas l’air d’avoir été bien compris).

            Je ne sais pas comment vous l’expliquer aux uns et aux autres, mais vous confondez enquête et jugement. Vous mettez la charrue avant les bœufs et vous jetez le bébé avec l’eau du bain.

            Restons concrets et, à la lumière de l’actu, voyons ce que peut faire le parquet.

            Cas 1: un procureur de province, qui en a marre de se faire réveiller la nuit pour constater le décès d’automobilistes lors d’accidents de la route décide, seul, de sa propre initiative, de tirer moyen d’un obscur article du code de la route, initialement conçu dans le but d’interdire l’usage du Coyote, pour poursuivre des internautes qui diffusent des informations à l’aide de leur page Facebook sur l’emplacement des radars, portant ainsi, au moyen d’un texte réglementaire, atteinte à leur liberté d’expression, pourtant garantie par la loi et la constitution, sans compter un certain nombre de traités internationaux que la France a tarifés.

            Ce cas, véridique, nous renseigne sur les moyens d’action du ministère public et ils ne sont, à l’évidence, pas neutres, puisque le parquet se propose ni plus ni moins de limiter la liberté d’expression de tout un chacun en excipant d’une disposition réglementaire obscure prise pour régler la circulation des véhicules terrestres à moteur.

            Surprenant, n’est-ce pas? Et nous sommes au XXIième siècle dans une société démocratique.

            Ici le parquet agit de sa propre initiative et a sans doute commis les forces de police ou de gendarmerie pour enquêter dans le cadre d’une commission rogatoire.

            Cas 2: au cours de manifestations, de violents heurts opposent, dans ce qui ressemble à une guerre des gangs, les tenants des taxis aux suppôts des Uber. La police, impavide et nonchalante, compte les points et donne l’impression de laisser faire, tout en se prenant de mauvais coups dans la figure, puisque quelques agents ont tout de même été blessés dans les échauffourées.

            On accuse alors la justice qui, elle, attend simplement qu’on mette sur son bureau un dossier à juger, de ne rien faire. Comme d’habitude, car elle cristallise toutes les récriminations du râleur moyen qui, dans ce genre de circonstances, se surpasse toujours.

            La critique est injuste et le titre de H16 pas bon. Il y a une répartition des rôles: la police arrête les gens, le procureur met en mouvement l’action publique, le juge punit. C’est à cette aune qu’il faut juger le juge: s’il n’a rien à juger, comment, en logique, lui reprocher d’avoir mal jugé?

            Maintenant, voir le procureur comme un dernier recours, subsidiaire, en cas d’inaction de la police n’est sans doute pas totalement faux, puisque si le commissariat du coin refuse de prendre ta plainte, tu peux toujours écrire au procureur. Néanmoins, sois lucide sur les suites qu’il y donnera: dans 9 cas sur 10, c’est direction poubelle.

            D’ailleurs, pour de nombreux praticiens et observateurs, le procureur est le fossoyeur des procédures qui mettent en cause des personnalités importantes dans ce qu’on appelle les affaire d’Etat ou politico-financières. Ce fait, car c’en est un, est abondamment documenté.

            Voir le procureur comme le Saint Sauveur de la Justice… tu m’excuseras, mais ton enthousiasme pour le parquet fait bon compte de l’actualité récente et même plus ancienne.

            En matière de justice indépendante, les espoirs se dirigent vers deux figures. L’une est une réalité qu’on déteste, le juge d’instruction, l’autre est pour l’instant une fiction: un procureur réellement indépendant.

            Sarko a essayé de supprimer le juge d’instruction et Hollande n’a pas promis de procureur indépendant.

            Nous sommes aujourd’hui au milieu de ce gué.

            L’équivoque est là. Inutile de me compter les poils sous l’aisselle lorsque je te dis que la justice ne peut s’auto-saisir et que je te réponds que tu lis mal l’article 12.

            Je t’aurais volontiers fais un dessin, mais tout ceux que je suis capable de faire ressemblent à des grosses bites. Mais je me soigne.

            1. gameover

              Tes sentiments ou tes ressentis si tu préfères : tu les mélanges avec le factuel.

              Sinon, je n’ai pas pour habitude d’utiliser des mots sans les peser. J’ai parlé de police judiciaire, c’était voulu.

              Tu aurais pu résumer les activités de la police à la police judiciaire et à la police administrative. Une même activité peut être classée dans l’une ou l’autre suivant les condition : le contrôle d’identité par exemple

              Merci d’arrêter de parler des juges, il est question ici du ministère public QUI PEUT ouvrir une information sur des faits qui concerneraient l’action publique, point barre (exemples déjà cités auquel on peut rajouter le lancer de nains ou l’avion qui s’est crashé dernièrement dans les Alpes). S’il voulait le faire pour les manifs, il le peut.

              Sinon, tu te contredis puisque tu dis toi-même d’une part que le Proc est le fossoyeur des procédures tout en disant d’autre part qu’il n’aurait pas le pouvoir d’ouvrir certaines actions publiques. Faudrait voir à être cohérent.

              Perso je parle des pouvoirs que le Parquet a de par la loi et non ceux qu’ils utilisent ou pas.

              Pour ta proposition de dessin, non, surtout pas d’autoportrait. Merci.

              1. tschok

                Bien envoyé pour l’autoportrait (et il pourrait même être avantageux)!

                Je ne sais pas où j’ai pu affirmer, ou seulement suggérer, que le parquet n’aurait pas le pouvoir « d’ouvrir certaines actions publiques »(?). D’ailleurs il n’y a pas plusieurs actions publiques, il n’y en a qu’une: l’action publique. Mais il y a plusieurs voies d’action.

                S’il y a bien quelqu’un en France qui peut mettre en mouvement l’action publique sur la base d’indices les plus ténus qui soient, laissant ne serait-ce que supposer l’existence d’une infraction pénale, c’est le parquet.

                Pour ouvrir une enquête préliminaire, qui est la voie procédurale classique, il suffit qu’il subodore une infraction.

                Là-dessus, il n’y a aucun problème. Mais ouvrir une enquête, ce n’est pas saisir un tribunal et il faut conserver la nuance à l’esprit.

                J’ignore également où j’aurais pu faire état d’un quelconque « ressenti »: quand je te dis que le parquet n’est pas le chef de la police, par exemple, ce n’est pas un « ressenti », c’est une réalité.

                Quand je dis qu’il exerce un pouvoir de contrôle sur les OPJ, ce n’est pas davantage un « ressenti », c’est écrit noir sur blanc dans le code.

                Maintenant, si tu veux dire que le statut du parquet est équivoque, j’abonde. C’est d’ailleurs ce que j’ai dit.

                Techniquement parlant, le parquetier est un magistrat qui appartient à la justice (l’institution). Il relève donc bien de ce que la constitution française désigne sous le vocable d’autorité judiciaire et il est d’ailleurs jugé sur un plan disciplinaire par le conseil supérieur de la magistrature.

                Néanmoins, il est soumis à l’autorité du garde des Sceaux et il est placé sous la direction et le contrôle de ses supérieurs hiérarchiques, ce qui fait aussi dire de lui qu’il est le bras séculier de l’exécutif au sein même du judiciaire.

                Il est évident que cette équivoque brouille les cartes, même s’il y a eu des avancées importantes dans ce domaine (une loi en 2013 interdit dorénavant les instructions individuelles, et un projet de loi constitutionnelle est normalement dans les tuyaux).

                Mais revenons à l’objet de notre discussion: lorsque l’on critique la justice (l’institution) pour son inaction, qui faut-il critiquer? La police, qui n’arrête personne? Le parquetier, qui s’abstient de poursuivre? Ou bien le juge du siège, qui n’a rien à juger?

                H16 ne s’est pas embarrassé de ces distinctions: il a tout mis dans le même panier, et puis voilà.

                Si l’on veut apprécier le rôle du parquet dans la répression des troubles à l’ordre public qui ont lieu lors d’une manif qui tourne mal, il faut rentrer dans le détail.

                Il faut voir concrètement ce qui s’est passé: y-a-t-il eu essentiellement des infractions flagrantes, que les policiers ont laissé se réaliser, sans intervenir?

                Si tel est le cas, le parquet, comme le juge du siège, n’y peut pas grand-chose.

                Y-a-t-il eu des infractions plus complexes, qui nécessitent une élucidation des faits et que les policiers, là encore, auraient laissé s’accomplir sans rien faire?

                Si tel est le cas, le parquet peut toujours ouvrir une enquête après coup, si bon lui semble. Mais, je te renvoie à ce que je disais plus haut: il faut qu’il y ait matière à preuve.

                A la suite des manifs qui nous préoccupent, le parquet a pu ouvrir de telles enquêtes. On n’en sait rien, à vrai dire. Et H16 ne s’est pas compliqué la vie à essayer de savoir.

                Enfin, certaines victimes (je pense aux chauffeurs Uber qui ont subi des violences) ont pu porter plainte en vue de saisir par elles-mêmes un juge d’instruction. Là encore, on est dans l’ignorance.

                Donc, au final, tout ce qu’on sait c’est qu’il y a eu peu d’interpellations en flag et qu’il y a eu peu de personnes déférées, compte tenu de la gravité des troubles, ce qui, du reste, n’est jamais qu’une impression, car pour le coup, celui qui mélange son « ressenti » aux faits, c’est bien H16.

                Après tout, comment mesurer le nombre de personnes jugées par rapport à des troubles plus ou moins intenses? Dix bagnoles incendiée,s ça vaut 10 abrutis en comparution immédiate ou 20, ou seulement 5?

                Comment faire la pesée autrement qu’au pif?

                En conclusions, non seulement H 16 a fait un gros paquet, sans trop s’embarrasser d’analyse, mais en plus, quand on y réfléchit, on se rend compte qu’il n’est pas allé voir si, finalement, la justice n’agissait pas.

                Si ça se trouve, sans qu’on en sache rien, elle est peut être en ce moment même à l’œuvre, loin de l’agitation médiatique. Il aurait été opportun de le vérifier avant de critiquer son inaction, juste par précaution.

                Voilà en synthèse la critique que je peux faire.

  23. Taisson

    @tschok
    « Si la police n’interpelle personne, c’est pas le juge qui va s’y coller »
    N’importe quoi!! si la police n’interpelle personne c’est qu’elle en à reçu l’ordre !!
    Aucun responsable policier ne veut prendre le risque d’être mal vu pour avoir été trop « répressif »… Sa carrière en dépend !!
    Et quand par hasard un policier fait ce que le bon sens lui commande, il est immédiatement désavoué par les dames patronnesses qui ont remplacé les juges d’autrefois.
    Cette institution est complétement dévoyée et pour la défendre, il faut en faire partie, ou être totalement coupé de la réalité…Ou les deux!!
    L’empilement de lois contradictoires et leur interprétation idéologique ont fait que cette caste doit d’abord être dissoute et au besoin par la force, car jamais ses membres n’accepteront d’être contrôlés.
    Il suffit de se rappeler leurs défilés derrière les drapeaux avec faucille et marteau à l’époque ou Sarko avait voulu une réforme pourtant timide!!
    Ce que l’on appelle aujourd’hui « la justice » est le premier ennemi des Français, et les plus éveillés commencent seulement à s’en apercevoir !
    C’est encore bien pire que la dette, quand une des principales institutions régaliennes dérive, et que personne ne veut rien faire, c’est bien un symptôme de pays foutu !!

    1. tschok

      @ Taisson,

      « N’importe quoi!! si la police n’interpelle personne c’est qu’elle en à reçu l’ordre !! »

      Je n’ai pas dit le contraire, il me semble (lisez ce que j’écris, pas ce que vous croyez lire).

      Quant au reste de votre commentaire, il confirme qu’on préfère toujours taper sur la justice et pas la police, en oubliant complètement que si les juges annulent une procédure, c’est souvent parce que la police a commis une irrégularité justifiant cette nullité.

      Quand la justice innocente en droit un coupable en fait, c’est souvent parce qu’un flic a mal fait son boulot au niveau de la procédure. A la décharge de la police il faut dire aussi que les règles de procédure sont devenues imbitables.

      Maintenant si vous voulez dissoudre la castes des juges, faites comme bon vous semble, mais vous voulez la remplacer par quoi? Une autre caste?

      Sarko voulait supprimer le juge d’instruction pour permettre à ses potes de continuer leurs magouilles, c’est pas plus compliqué que ça. Et sa volonté de réforme s’arrêtait là. Je sais, c’est navrant mais c’est ainsi.

      1. siu hung

        .. Un juge d’instruction d instruction qui fait des faux en ecriture pour « alerter » le fisc …. Ca existe?!!??
        Ils se permettent des choses ignobles avec les petites gens… Ils meprisent les gens defends suffit de les entendres parler
        Et les propos vexant qu’ils tiennent entre eux …
        Faut en etre pour les defendres avec acharnement

  24. Bonsaï

    En même temps il est vrai qu’avec la terrible petite déesse ni sourde ni aveugle qui préside actuellement aux aléas de la Justice, on a tout intérêt à rester sagement sur le trottoir. Un accident est si vite arrivé…
    D’autant plus que les sous-entendus, allusions et vagues références littéraires ne sauraient échapper à ses phares omniscients. Elle-même fine lettrée adorant s’entendre déclamer des heures durant, elle ne tolère guère les beaux esprits et les impertinents. C’est pourquoi il est absolument inutile d’en faire des kilotonnes puisque tout le monde a compris de quoi il retourne.
    Sous le régime actuel, mieux vaut en effet ne pas se faire coincer la barbichette dans le portillon.

    1. Caton

      J’en veux beaucoup à Chirac sur ce point. Entre 2002 et 2006 Ange Mancini a eu une dizaine d’occasions de la faire tomber, mais, ayant assuré la réélection du grand con, elle était intouchable.

    1. Popeye

      Pas mal.
      Au fait, Outreau, c’était en quelle année?
      L’article mentionne l’hôpital et les services sociaux comme responsables de ce fiasco. Mais le juge d’instruction – qui est censé instruire à charge ET à décharge – qui n’a pas fait faire le test proposé par la mère, il n’est pas un peu impliqué lui aussi?

      1. Aristarkke

        La grande époque Burgaud, juge d’instruction, est de 2001 à 2003. Le premier procès est en 2004. Le principal responsable du fiasco judiciaire demeure le juge Burgaud qui a mené son instruction de façon autiste en accordant foi sans le moindre doute aux propos des personnels des services sociaux et surtout aux « explications » de Myriam Badaoui alors même qu’il devenait de plus en plus évident, au fil des mois, qu’elle était une planche pourrie. Mais on ne va pas relancer un débat sur cette affaire sinon la consommation de Toctets va devenir vertigineuse… 😉

  25. MadeInCH

    H.S. Escrocologique:
    http://www.romandie.com/news/Les-volcans-a-lorigine-de-refroidissements-et-de-crises/610834.rom

    « Les volcans à l’origine de refroidissements et de crises

    Au cours des 2500 dernières années, les éruptions volcaniques ont été à l’origine de périodes froides, avec à la clé famines et bouleversements sociaux. Une équipe pluridisciplinaire de chercheurs avec participation suisse a quantifié le phénomène.
    .
    .
    .
    « 

    1. Aristarkke

      Fort bien. Et après lecture, que nous reste-t-il à faire? Taxer les volcans ? Les raser ? Les envoyer en camp de rééducation???

      1. Peste et coryza

        Non, taxer les contribuables en racontant des bobards.

        Vous vous souvenez de l’affaire des fréons dans la couche d’ozone, et des méchants zumains polluers à taxer ?
        Et bien le premier responsable était … Erebus (le volcan), en éruption à cette époque, et qui crachait ses tonnes de chlore et de fluor quotidiennement.
        Mais lui n’est pas taxable…

        1. Concernant le trou, c’est bien plus compliqué que ça, encore une fois. Déjà, on a découvert le trou mais on ne sait pas (fautes d’images satellites d’avant les années 70) s’il n’existait pas déjà avant. Ensuite, on subodore que les CFC ont un impact, mais on ne sait pas s’ils parviennent jusqu’en haute atmosphère (disons qu’on a de bonnes suspicions, mais d’autres facteurs comme les volcans en effet sont aussi responsables). Enfin, la rapidité avec laquelle les nouvelles normes ont été adoptées et mises en pratique ne doivent à peu près rien aux écolos et à peu près tout au fait que les gaz de remplacement sont bien moins chers et pratiques à produire que les CFC et que les règlementations sont arrivées au moment où les industriels étaient de toute façon sur le point de changer leurs méthodes quoi qu’il arrive.

          Bref : du bruit pour rien comme souvent en écologie.

          1. Peste et coryza

            Certes, les gaz des remplacement étaient prêts et plus surs à produire (bosser avec le fluor est un enfer en terme de sécurité. Dès qu’on peut l’éviter, on l’évite).
            Mais on a quand même pris de la taxe sur le coin de la figure, avec tout un barnum médiatique à la clé.

            1. Oui, je connais le blog de Rittaud en effet 🙂 – C’est, m’a-t-on dit, un lecteur du Petit Traité d’Anti-Écologie qu’il a apprécié.

              1. theotimedesavoie

                Je l’ai découvert via un article de l’excellentissime blog Benoît et moi à consulter pour d’autre problématiques mais qui ne vous intéressent peut-être pas!
                Mais je ne préjuge de rien!
                En tout cas, un grand grand merci pour votre travail!

  26. Caton

    Trafic d’influence (le fiston et le père), incitation à la violence (émeutes de Cayenne), appartenance à un mouvement terroriste (Maguyde), cela vous suffit?

  27. jga

    Entre le laisser-faire généralisé qui a détruit la majuscule et le budget du ministère associé inférieur à celui de l’écologie, justice n’existe plus en France ni avec ni sans majuscule. Mais c’est pas grave, de toutes façons les droits de base des citoyens sont globalement anéantis par une disparition de l’esprit de la Constition donc circulez, y’a plus rien à voir. Pauvre France.

    1. Bonsaï

      Ce n’est pas une raison pour interférer dans un magnifique et poignant dialogue littéraire, dont le lecteur avide de suspense peut interpréter et méditer chaque terme à sa guise. Et qui bénéficia pour la disposition du grand maître d’œuvres lui-même !

  28. ironbooboo

    Par contre j’ai du mal à comprendre le 2P2M.
    Pour les taxis par exemple; pourquoi ne pas verbaliser grassement les chauffeurs uber/vtc ET les chauffeurs de taxis violents ? C’est l’occasion de coller double ration de prunes pourtant.

  29. AmericanJC

    « It is to Madame Justice that I dedicate this concerto, in honor of the holiday that she seems to have taken from these parts, and in recognition of the impostor that stands in her stead. » On y sera bientot.

Laisser un commentaire