Des départements encore plus près de la faillite

Nous sommes encore en janvier 2016 et pourtant, des départements crient famine. Oui, vous avez bien lu : l’année est à peine entamée que déjà, certains départements expliquent avoir du mal à boucler leur budget annuel. Vous êtes en France, tout va bien.

C’est en juin 2015 que je relatais les problèmes de certains départements qui s’inquiétaient alors de voir les dépenses sociales exploser. Le RSA, à leur charge, continue en effet de grossir à mesure que la situation économique se dégrade et l’État, trop heureux d’avoir laissé cette manne sociale à leur charge, n’entend pas trop les aider pour renflouer leur trésorerie.

Et ce constat d’une trésorerie de plus en plus tendue n’est pas nouveau : toujours en juin 2015 et dans sa publication officielle, l’Observatoire National de l’Action Sociale (ONAS) remarquait que 2014 n’avait pas été tendre avec les trésoreries départementales, d’autant que, malgré des « efforts de rationalisation », les dépenses avaient malgré tout augmenté de 4,3% (ce qui se traduit par 1,4 milliard d’euros en plus, tout de même). À l’époque, je rapportais les discours de la directrice de l’ONAS qui insistait sur l’aspect imprévisible de ces dépenses sociales et du RSA.

tax dollars at workMais baste, c’était en juin. De l’eau a coulé sous les ponts, des euros ont coulé dans les caisses de l’État et de ses collectivités territoriales… et de bonnes résolutions ont coulé par le fond : malgré les atermoiements des uns et des autres, la situation n’a absolument pas changé. Et lorsque l’année nouvelle est arrivée, les problèmes de trésorerie se sont à nouveau refait sentir : quatre présidents des conseils départementaux d’Île-de-France recommencent à gémir de moins en moins discrètement.

Jean-Jacques Barbaux (Seine-et-Marne), Arnaud Bazin (Val-d’Oise), Pierre Bédier (Yvelines) et François Durovray (Essonne), élus Les Républicains, dénoncent l’asphyxie budgétaire que le gouvernement, selon eux, organiserait sciemment. Dans la foulée et pour ne pas déroger aux bonnes recettes socialistes qui veulent qu’à tout problème correspond une solution composée pour 99% d’argent de l’État et pour 1% de termes marketing vaporeux, ils se sont réunis en association pour lui demander un «pacte de solidarité». Ce pacte, c’est le 1% vaporeux, et les thunes qui vont les sortir de l’ornière, ce sont les 99% que le contribuable sera heureux (mais si) de leur filer.

Il faut dire que leur situation est inextricable, et je cite Jean-Jacques Barbaux :

«En plus de la baisse de la dotation globale de fonctionnement versée par l’État, les départements doivent affronter la hausse des dépenses sociales obligatoires, comme le RSA, ce qui nous oblige à mener des politiques d’économies.»

Aaaaararggh, il l’a dit et c’est abominable : avec ces dépenses en hausse et ces dotations en baisse, ils sont obligés de mener des politiques d’économies, par opposition à la situation antérieure où, quand l’État s’occupait des dotations, ils menaient avec une assez jolie décontraction des politiques dispendieuses, je présume. Et le problème est aigu puisque des économies « drastiques » ont été menées : 68 millions dans le Val-d’Oise, 45 en Essonne, 25 dans les Yvelines, 17,6 d’euros pour la Seine-et-Marne.

Mais le plus dur est à venir, ces économies ne suffisant pas. Parallèlement, une hausse de la fiscalité est programmée.Et là, c’est la catastrophe puisque ce sont, on l’aura compris, « des mesures impopulaires ».

Non, sans blague ?

Les présidents de conseils généraux sont maintenant confrontés à un choix de plus en plus douloureux : soit faire des économies en fermant enfin, vraiment, les robinets à subventions débiles, superfétatoires ou très en dehors des attributions normales de l’État au niveau départemental, ce qui ne manquera pas de leur mettre à dos tous ceux qui étaient en dessous de ces robinets, soit augmenter la fiscalité, ce qui revient à mécontenter tous ceux qui approvisionnent ces robinets.

La bataille promet d’être épique puisque, socialisme aidant, les deux populations sont maintenant de taille équivalente et se sont placées, l’une et l’autre, dans une étreinte aussi morbide que langoureuse : l’une, qui réclame des aides, obtient l’oreille des politiciens et accroît donc les impôts de l’autre, dont chaque membre finit par trouver la ponction trop lourde et finit par basculer du côté des aidés. De fil en aiguille, il y a bientôt plus d’aidés que d’aidant, de ponctionneurs que de ponctionnés. Et lorsque l’argent vient à manquer, quoi que les politiciens fassent, ce sera impopulaire.

Bien malheureusement pour toute notre dispendieuse troupe de présidents sans courage et sans vision de long terme, la sortie de l’étreinte ne passe en effet que par la diminution drastique des aides, et la baisse conséquente des impôts. Un tel mélange, inouï en France depuis des décennies, ne peut se concevoir. Ce sera donc la hausse d’impôts et les économies de pacotilles sur les trombones, les transports en commun, l’intendance (qui suivra, vaille que vaille) ou l’infrastructure (qui tiendra bien encore quelques années).

Et pour parachever le ridicule, des négociations ont même été menées entre les départements et l’État pour tenter de « recentraliser » le RSA, c’est-à-dire de refiler la patate chaude à l’étage du dessus, étage qui nage pourtant dans le bonheur douteux de dettes déjà abyssales. Évidemment, ces négociations ont misérablement foiré.

Notons au passage que devant l’ampleur du désagrément que cette cure de minceur violente et obligatoire provoque sur le staff politique, les présidents de Conseils envisagent des « mesures de rétorsions » contre l’État et plus précisément, contre le président Hollande. La menace pourrait être un bluff, mais elle pourrait aussi s’avérer efficace puisque parmi les rétorsions envisagées, l’une d’elles serait d’imposer aux allocataires du RSA de s’inscrire à Pôle emploi. Ceci aurait un léger impact sur les chiffres du chômage et rendrait problématique l’inversion de cette courbe si chère au président, et, par conséquence, de compromettre sa candidature au renouvellement de son poste en 2017 (même si, ne soyons pas naïfs, on peut douter que Hollande s’embarrasse vraiment de ce genre de détails lorsqu’il s’agira de se représenter).

coincé

Bref, on le comprend : la situation globale est devenue extrêmement complexe et c’est un jeu de billard à bandes multiples qui se met en place. Impôts en hausse, RSA en baisse, chômage soumis au chantage des départements, dotations dans la balance, budgets des départements contre celui de l’État, et, de façon maintenant évidente, un contexte économique mondial délétère, tout est réuni pour que l’année 2016 soit particulièrement épineuse pour le pauvre président Hollande.

Heureusement, son passé parle pour lui : ♪♩ ces petites misères seront passagères, tout cela s’arrangera ♪♫ .

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires239

  1. Le Gnôme

    Tout ce foin pour annoncer qu’ils sont obligés d’augmenter les impôts, que ce n’est pas de leur faute, que c’est l’Etat, l’Europe, les Allemands, les patrons, le turbo-libéralisme (rayez la mention inutile), mais que c’est la main sur le coeur qu’ils y sont obligés.

    1. Calgon

      Et oui, toutes ces jérémiades pour en arriver à nous dire que « le monde, il est pas facile. Et parfois, même, il est pas gentil. » (citation de mémoire d’un personnage historique insignifiant dont la médiocrité ne mérite pas que je retienne précisément ses lamentables interventions).

      De toutes façons, tout ça finira par une augmentation des prélèvements sur la population… Et peut-être, enfin – je garde naïvement cet espoir – sur des têtes accrochées au bout de piques…

      1. Peste et coryza

        Les prélèvements en hausse ça oui.
        Les têtes au bout des piques, non : les français sont individualistes, vieux, affaiblis et non armés, alors que les prétoriens sont fort nombreux et armés jusqu’aux dents.
        L’état d’urgence Vallsien permettra de faire passer plein de crasses légales pour tataner le visage des contribuables mécontents.

        Au mieux, on aura une administration coloniale : la république se concentrera sur les territoires utiles (métropoles), et administrera de loin les campagnes et territoires déshérités à coups de matraque.

          1. clintrep

            Bonjour H16, mon premier post sur votre excellent blog: Votre « tant qu’ils sont payés  » me parait un peu optimiste. Dans notre système actuel, le prélèvement fiscal a me semble-t-il pour objectif essentiel d’assurer la prospérité du fonctionnariat. Ce système renoncera à toutes les autres dépenses (aide sociale, infrastructures, entretien des hopitaux, tout ce qui justifie en théorie l’effort fiscal) pour préserver sa dépense prioritaire, la paie des fonctionnaires et apparentés. Dans la plupart des collectivités locales, la paie des agents représente plus de 60% des dépenses, jusqu’à 80% dans certains cas. La paie des fonctionnaires n’est plus une dépense nécessaire, mais le principe du système. La vieille lutte des classes existe toujours, mais ses protagonistes ont changé: à l’exploitation du prolétariat par la bourgeoisie a succédé l’exploitation de la classe des travailleurs réels, les producteurs regroupés autour des artisans et petits patrons, par celles des administrateurs, coalisés autour du fonctionnariat; la deuxiéme éreinte d’impôts la première et l’exploite sans merci. A mon sens, les prétoriens ne sont pas un élément du système, c’est sa classe dominante, qui vampirise la classe laborieuse pour accaparer sa production. Ils ne perdront leur paie que quand les exploités révoltés accrocheront enfin leurs têtes à des piques; le système semble incapable de se réformer pacifiquement, et paiera ses prétoriens jusqu’à la dernière barricade.

                  1. Pheldge

                    bin le prélèvement est fait avec ton consentement, puisque tu signes le bordereau qui autorise l’opération ! la réquisition, c’est le prélèvement que tu le veuilles ou non … disons que c’est l’étape suivante vers la spoliation complète.

                    1. Caton

                      Ah OK, donc le prélèvement c’est de ton plein gré avec le revolver sur la tempe, la réquisition c’est avec le revolver sur la tempe sans ton plein gré…

                    2. theo31

                      « prélèvement est fait avec ton consentement »

                      Sauf qu’ici, c’est comme avec la Sécu, où est le contrat signé pour se faire prélaver ?

                    3. Pheldge

                      Camarade Theo31, tu chipotes … la secu , retraite, chômage, c’est des prélèvements z-obligatoires pas comme EDF , ou ton FAI que c’est du « librement consenti avec le sous rare sourire … 😉

            1. asored

              Clintrep, Il me semble au contraire que les rôles n’ont jamais changés: les personnes qui prennent des risques et créent de la valeur face à ceux qui n’en créent pas et vivent de l’argent des autres obtenu par la force.

            1. MCA

              Bof, même pas cher le prix du ticket de métro en partant de Bourbon Island.

              Pour boucler sur hier et pour tester le degré de modernisme, ils acceptent les bit coins?

            2. albundy17

              vas y a la nage, il n’y a plus de requins (n’oublie pas de pecher quelques victuailles, à mettre en bandoulière pour les petites faims de la traversée)

    2. Higgins

      Il y a également les emprunts dits maintenant toxiques souscrits avec allégresse et enthousiasme pour financer le train de vie de ces messieurs et tous les projets plus ou moins fumeux jaillis de leur imagination débordan et débridée. Maintenant, c’est l’heure de la douloureuse.

      1. Vengeusemasquée

        Tous les départements ne sont pas concernés par les emprunts toxiques. Ce qui est vraiment pervers est que moins les départements étaient mal gérés (notez que je n’ai pas dit qu’ils étaient bien gérés) et plus ils trinquent. C’est veritablement une nouvelle prime à l’incompétence et à la dépense inconsidérée. Rien de nouveau.

        1. albundy17

          On voit le résultat depuis 1 ou 2 ans, les cdc ayant de la trésorerie doivent la remonter pour arrosage des autres, punies de ne pas tout avoir claqué quoi…

            1. MCA

              Lafontaine y a été de son couplet également à son époque selon sa célèbre citation:

              « L’homme est un roseau pensant et la femme un roseau dépensant »

              Bon, je sors avant de me faire agresser…

                1. MCA

                  Exact , c’est pas Jean, autant pour moi et merci de la précision, cela dit la deuxième partie de la phrase est de Jules Renard.

                  Le couplet est donc de Blaise Renard.

        2. Aristarkke

          Il faut dire: plus les départements sont moins mal gérés moins ils peuvent garder leurs sous au profit de ceux qui sont plus moins bien gérés…

    3. Kuing Yamang

      Ce qui est moyennement drôle, c’est que 1) l’État baisse ses dotations aux départements (ça c’est très drôle), mais qu’en même temps, 2) il ne baisse pas d’autant ses prélèvements obligatoires et la charge fiscale qui étrangle les gens (ça, c’est pas drôle du tout). Donc si on fait la moyenne 1)+2), c’est moyen amusant.

      1. MCA

        J’allais le dire.

        Il y a :

         » la diminution drastique des aides, et la baisse conséquente des impôts »

        IL faudrait:

        « La diminution drastique des aides et dans le meilleur des cas, le maintient au niveau actuel des impôts « .

        1. Kuing Yamang

          Non justement, il N’y a PAS « la baisse conséquente des impôts » donc il faudrait au contraire « la baisse conséquente des impôts » et non « le maintien (sans « t ») au niveau actuel », pour que ce soit plus que moyen drôle.^^

                    1. MCA

                      Là vous êtes très durs avec MCA,

                      J’étais parti faire mon jogging de 11 km et que vois je à mon retour? des commentateurs (et tatrices) que je croyais bienveillants conjuguer mon pseudo à toutes les sauces exotiques que seule la cuisine chinoise pourrait élaborer.

                      Décidément, une fois de plus le dicton « on n’est jamais trahi que par les siens » se vérifie.

                      Triste monde!

            1. MCA

              « Le Camarade MCA doit vivre dans une France située dans un univers parallèle …  »

              Et moi je connais un Camarade Pheldge qui vit dans une France située dans un univers aux antipodes et qui ne semble pas mal s’en porter à ce que je constate .

              1. Pheldge

                Du soleil, de l’eau fraîche, et de l’Amour !

                Ah zut, j’allais oublier, de la musique aussi 😉

                Plus sérieusement, j’ai fait un choix : pour avoir failli y passer il y a trois ans, j’ai repensé de mes priorités. Une vie simple et saine, et travaillant juste ce qu’il faut.

                  1. Pheldge

                    Non, je n’ai jamais perçu un centime d’une quelconque aide ou allocation. Ni mes parents d’ailleurs ( qu’ils reposent en paix ).
                    je vis vêtu d’un pagne, sur la plage, sous les cocotiers qui me nourrissent. Je mange les quelques fruits que la nature prodigue m’offre euh, non, ça c’est Robinson 🙂

                    1. Bonsaï

                      Oui, nous avons tous eu l’occasion d’admirer quelques unes de tes splendides Gibson sur l’un de tes très éclectiques gravatars… Rien à voir en effet avec quelque modeste Vendredi, pudiquement vêtu d’un pagne et buvant le jus des noix de coco…

                    2. Pheldge

                      « buvant le jus des noix de coco… » du jus de noix de coco ! exprimé sur le presse agrume entre le pomélo et l’âne à nasse ? du jus de noix de coco, je vais t’en donner, moi, du jus de noix de coco … ignare ! 😀

                    3. MCA

                      Bon, moi je note un détail qui a échappé à l’auditoire mais pas à l’œil aiguisé de MCA.

                      Maître Pheldge a démenti catégoriquement les allocs mais est resté d’une discrétion de violette sur le cas de Youporn…

                      Le non démenti serait il un aveu qui de dit pas son nom? :o)))))

                    4. albundy17

                      Judicieusement placé, plein soleil, une coco ouverte fourni un breuvage alcoolisé en une journée :mrgreen:

                    5. Pheldge

                      Camarade albundy17, c’est pas pour dire, mais je remarque qu’à chaque fois qu’il y a une discussion graveleuse, ou sur l’alcool, tu ne peux t’empêcher d’y prendre part 🙂

  2. Higgins

    Comme le disait Denis Kessler ce matin chez Stéphane Soumier, quand les seules mesures qu’est capable de prendre un pays sont une succession de pacte et autres annonces aussi creuses que pompeuses, c’est que la situation ne s’améliore pas et à tendance à se dégrader.
    Que l’État essaie de refiler le mistigri aux départements et aux régions pour la bailler belle auprès de Bruxelles et de ses créanciers ne surprendra personne en ces lieux. Quoiqu’elles disent ou déclarent, ces structures locales ont rarement brillé jusqu’à présent par une gestion au cordeau de leurs ressources financières. Je suis persuadé qu’il y a beaucoup d’efforts à faire dans ce domaine mais ça demande deux vertus absentes du monde politique : du courage et une certaine forme d’integrite morale et intellectuelle.

    1. deres

      C’est la même stratégie des vases communicants utilisé avec le CICE permettant de gagner un an de trésorerie sur une mesure. La baisse des dotations est présentée immédiatement à Bruxelles et bénéficie donc directement au budget de l’Etat de l’année en cours. Par contre, les collectivités locales ne constate ses effets qu’avec un an de retard car leur budget annuel sort en même temps que le budget de l’Etat. Elles ne peuvent donc s’adapter que difficilement dans le budget de l’année suivante. Les budgets publics sont des choses très rigides.

      C’est donc exactement comme le CICE. Avec une usine à gaz faisant intervenir des banques versant à l’avance un crédit d’impôt, on cache une dette avec un an de décalage. Sur un quinquennat, un tel décalage représente une manne. Il est probable que pour eux, le mécanisme du prélèvement à la source va mener à un effet d’aubaine similaire. En effet, cela permettra de prélever plus tôt les impôts, améliorant d’autant la trésorerie, ce qui reviendra la première année à gagner plusieurs mois d’IR.

      Noter bien que c’est un mécanisme de Ponzi car il faut payer le décalage à la fin. C’est pour cela que tout ces dispositifs sont progressifs avec une montée en puissance en 2017. Cette montée en puissance permet à chaque fois d’absorber le coût de la mesure de l’année précédente en doublant la mise.

      1. Higgins

        Le simple fait que le CICE soit avant tout une usine à gaz plaide contre lui et le rend suspect. Ce qui conçoit bien s’énonce clairement. C’est mal conçu et ça s’énonce mal.

        1. deres

          Ce sur quoi j’insiste est que l’on voit une stratégie généralisée du gouvernement pour faire de la dette cachée via des reports de charges sur l’année suivante. On retrouve aussi le grand classique des budgets d’équipement militaires : un glissement moyen d’un mois de toutes les commandes permet de gagner 8% du budget tout en prétendant n’avoir rien changé. Une bonne partie des « économies » affichées par les ministères provient probablement également de ce type de mécanisme. par exemple en transférant une activité en propre vers une agence publique avec échange d’argent avec le ministère. Cela permet de repousser dans le temps la facture.

  3. Bonsaï

    Ah ! la douce petite musique du lundi matin et de (presque) tous les autres matins…
    « Heureusement, son passé parle pour lui : ♪♩ ces petites misères seront passagères, tout cela s’arrangera ♪♫ . »
    Merci à notre Magicien et pianiste de nous faire ainsi passer sans douleur les heures les plus cruelles de la journée, celles où il faut émerger de ses songes…

  4. bob razovski

    « tout est réuni pour que l’année 2016 soit particulièrement épineuse pour le pauvre président Hollande. »

    Ah… Au risque de passer pour un égoïste, je me fous totalement de la façon dont l’année se passera pour flanby ™.

    C’est plutôt la façon dont j’aurai à (continuer à) subir personnellement cette hystérie étatique qui montre que 2016 sera encore plus épineuse que 2015, qui était plus épineuse que 2014, qui était… etc etc…

    Je sais, c’est égoïste. 😉

      1. Calvin

        Parce que nous autres, les sans dents, on ne peut pas en prendre plus ?
        Hollande étant de tous les français, le dernier qui peut morfler, cela nous donne une indication sur l’état à venir des citoyens…

            1. albundy17

              rhoo, 120 euros en plus, c’est pas la mort, passez à 4 fruits et légumes par jour et le tour est joué, que diable !

              Le plus drole, c’est que c’est juste pour boucher le trou, cette année…

              1. deres

                Le vrai problème, c’est que ces « petites » augmentations sont multiples tous les ans et se cumulent d’année en année. 100 euros de taxe foncière. 100 de mutuelle fiscalisé. 100 euros de taxe sur l’électricité. 100 euros de taxe soda. etc. Au final, en cinq ans on aura perdu des milliers d’euros de revenu.

            2. Vengeusemasquee

              Oui ça vient d’être voté. Entre la DGF qui diminue de près de 90% et la péréquation vers les Départements pauvres, c’est vraiment le meilleur exemple de prime à l’incompétence. Je ne vais clairement pas défendre ce repris de justice de Bédier mais quand même, les Yvelines étaient l’un des rares départements très peu endettés et l’un de ceux où les impôts locaux étaient les plus faibles. Ca va nous coûter très cher.

        1. Pheldge

          Calvin, je ne résiste pas au plaisir de citer cet extrait connu :
          Extrait d’une conversation entre Colbert et Mazarin sous Louis XIV
          Colbert : Pour trouver de l’argent, il arrive un moment où tripoter ne suffit plus. J’aimerais que Monsieur le Surintendant m’explique comment on s’y prend pour dépenser encore quand on est déjà endetté jusqu’au cou…
          Mazarin : Quand on est un simple mortel, bien sûr, et qu’on est couvert de dettes, on va en prison. Mais l’Etat… L’Etat, lui, c’est différent. On ne peut pas jeter l’Etat en prison. Alors, il continue, il creuse la dette ! Tous les Etats font ça.
          Colbert : Ah oui ? Vous croyez ? Cependant, il nous faut de l’argent. Et comment en trouver quand on a déjà créé tous les impôts imaginables ?
          Mazarin : On en crée d’autres.
          Colbert : Nous ne pouvons pas taxer les pauvres plus qu’ils ne le sont déjà.
          Mazarin : Oui, c’est impossible.
          Colbert : Alors, les riches ?
          Mazarin : Les riches, non plus. Ils ne dépenseraient plus. Un riche qui dépense fait vivre des centaines de pauvres.
          Colbert : Alors, comment fait-on ?
          Mazarin : Colbert, tu raisonnes comme un fromage (comme un pot de chambre sous le derrière d’un malade) ! il y a quantité de gens qui sont entre les deux, ni pauvres, ni riches… Des Français qui travaillent, rêvant d’être riches et redoutant d’être pauvres ! C’est ceux-là que nous devons taxer, encore plus, toujours plus !
          Ceux là ! Plus tu leur prends, plus ils travaillent pour compenser…
          C’est un réservoir inépuisable.

          Extrait du « Diable Rouge »

          1. kekoresin

            Oui, j’avais déjà cité Mazarin. Belle recette utilisée dans la plupart des pays occidentaux d’où l’appauvrissement des classes moyennes. La France est cela dit passée maitresses dans cet exercice et peu importe les faillites par dizaines de milliers et les suicides qui vont avec, les bêtes de somme doivent avancer quelque soit la charge qu’on leur met sur l’échine. Les politiciens n’en ont strictement rien à foutre du malheur de quelques uns au profit de la fragile paix sociale qu’il faut financer coute que coute pour ne pas perdre le trône et les privilèges qui vont avec!

  5. Gerldam

    Certains de ces hommes dits « de drouate » avaient pourtant fustigé avant (mais c’était avant) le laisser aller des présidents socialistes des CG qui avaient embauché à tout va. L’idée même de virer toutes ces personnes qu’ils avaient eux-mêmes qualifiées d’inutiles ne leur vient évidemment plus à l’esprit.
    Avant, c’était avant.

    1. douar

      hum, pas facile de se séparer de « collaborateurs » directement rattachés au CG.
      C’est comme le sparadrap du Capitaine Haddock, ça reste obstinément collé.
      Le plus efficace, c’est de ne pas reconduire, ou réduire les diverses subventions.

    2. Aristarkke

      Ils fustigeaient parce que les soces n’ embauchaient pas les bonnes personnes. Maintenant qu’ils sont en mesure de le faire comme il convient, pourquoi voudriez-vous qu’ils renoncent???

    1. channy

      Si encore il n’y avait que le bolet de Tulles, rajoutez encore les aides des régions pour la transition démocratique en Tunisie et ainsi que d’autres motifs zhumanitaires à un fric fou

  6. Calvin

    @h16
    Il faut préciser le sens de « RSA en baisse » dans l’avant-dernier paragraphe.
    A mon humble avis, les allocataires RSA sont en hausse, et les allocations devront aller vers la baisse.

        1. Peste et coryza

          C’est indexé sur l’inflation. Pas celle des prix, celle du nombre d’allocataires :
          plus ils sont nombreux, plis ils sont dangereux, plus il faut de thune pour les calmer.

    1. Royaumont

      Apparemment, la menace de faire pointer chez popol les allocataires du RSA créée un moment de panique au gouvernement. Cela signifie que ces allocataires ne pointent pas au chômage (étrange…) et qu’ils sont suffisamment nombreux pour pouvoir pourrir les stats…
      On apprend donc, même si on s’en doutait, que les chiffres du chômages sont bidonnés dans les grandes largeurs. Faire *2 sur les chiffres officiels ne semble pas exagéré, ce qui nous met au niveau de l’Espagne et de la Grèce.
      Pourquoi le pays n’explose-t-il pas ?

      1. Aristarkke

        Parce que le RSA couplé avec tout un lot d’ exemptions de taxes, impôts, redevances (exemptions totales ou partielles mais généreuses) + allocations diverses et variées, aboutit à un équivalent un poil inférieur au Smic, situation moins intéressante au final compte tenu que la faible différence est consommée par les frais d’aller travailler outre le désagrément de devoir se lever le matin…
        Notre hôte nous avait gratifié, il y a environ deux ans d’un billet tiré des pièces que lui avait adressées un de ses lecteurs, qui narrait les différences d’égalité dans un pays égalitaire… Une âme charitable pour le lien (encore gratuit, profitons-en!)???

        1. deres

          Qui plus est les études comparant les revenus faibles ne peuvent tenir compte des allocations et aides locales (communes, départements et régions) car celles-ci sont très variables (prix cantine, piscine, sports, loisirs, crèches, aides diverses, transport, …), . En ajoutant celles-ci, et surtout si vous avez des enfants, travailler peut devenir contre-productif.

      2. kekoresin

        Le pays n’explose pas tant que le pognon paye la garde prétorienne comme dit + haut et fait tomber quelques miettes pour calmer les ventre creux des sans dents. Quand la fin du match sifflera et que la dette globale ne pourra plus être assumée sauf à spolier l’épargne, il y a de fortes chances qu’une odeur de pneu brulé envahisse les rues. Dans notre belle démocratie populaire où le pouvoir encourage en coulisse le communautarisme dans un joyeux « diviser pour mieux régner », ça va surement bien se passer!

          1. Pheldge

            je ne voudrais pas tempérer votre enthousiasme d’appel à la révolte, mais si on regarde un peu autour de nous, en Grèce par exemple, où ça va plus mal qu’ici, l’inertie populaire est grande … le Grand Soir, n’est pas pour demain !

              1. Peste et coryza

                Le problème est :
                – il n’y a aucune offre alternative.
                – les gens sont vieux, or on ne fait de révoltes avec des vieux.
                – le féminisme, le gender, le confort et la paix en amolli les gens. Marc Aurèle s’en plaignait déjà.
                – l’état est plus fort qu’il ne l’a jamais été.

                Voyez Calais : en des temps pas si éloignés que ça, un pouvoir qui ne protégeait pas sa population était discrédité, et un seigneur local prenait le relève… en encaissait les taxes pour son compte.

                Vous voyez vraiment des libéraux tenir un genre de seigneur, genre « la raie publique a failli, elle n’est plus. Frères, il est temps de vous rallier à une nouvelle bannière ! Moi, (insérer nom ici), je vous protégerai » et assumer le rôle de chef d’état ?

                Singapour la libérale n’existe encore que parce que elle a eu des chefs d’état assez couillus pour tenir face aux géants du coin (Malaisie et Indonésie) et qui ont fait ce qu’il fallait.

        1. deres

          Tant que les gens croiront au mythe qu’ils sont bénéficiaires du système, celui-ci se maintiendra. C’est la raison pour laquelle par exemple Marisol Touraine veut absolument le tiers payant intégral. Cela voudra dire que rapidement, les français auront l’impression que la santé ne peut pas fonctionner sans l’Etat. Idem pour la retraite qui doit rester une usine à gaz. Il ne faut pas que les sans-dents réalisent que sur une vie, les gaspillages du système et ses mécanismes d’exclusion du travail font que même les plus pauvres sont perdants (surtout eux en fait).

      3. deres

        J’ai cru comprendre que la moitié des bénéficiaires du RSA (900 000 personnes) ne pointent pas à Pôle Emploi … Il y a donc de quoi augmenter le chômage officiel de plusieurs %.

          1. deres

            J’ai soustrait le nombre de personne au RSA déjà comptabilisé par Pôle Emploi. Il y a une rubrique dédiée dans les chiffres mensuels du DARES.

  7. Bonsaï

    Finalement, je pense qu’en 2017 vous allez tous remettre en selle le petit cycliste !
    Il avait quand même quelques avantages par rapport à la calamité ambulante, la maladie honteuse de Tulle…

      1. deres

        La poussée de Juppé par les médias me fait penser aux élections papales. Quand les évêques ne savent pas trop qui élire, ils élisent un vieux croulant, qui ne fera pas grand chose et passera rapidement l’arme à gauche. C’est un façon de « kicking the can down the road » comme disent les anglo-saxons. de gagner du temps et derepousser le choix. Les promesses de Juppé de ne faire qu’un mandat et de ne surtout rien révolutionner vont exactement dans ce sens. Il se présente comme un candidat de l’immobilisme, qui ne touchera rien aux équilibres du pouvoir. Il représente donc complètement l’influence des lobbys. Son élection serait la victoire du statu quo.

        1. Higgins

          Certes oui. Le Cardinal Duèze a été élu sous le nom de Jean XXII à la tête de la papauté en 1316 sous ce principe. Il avait 72 ans et est resté 18 ans pape au grand dam de ceux qui l’avaient élu (pour plus de détail, cf « Les rois maudits » de Maurice Druon dans sa version TV de 1972. Henri Virloheux, qui joue ce rôle, est assez prodigieux). Jean XXII a été un grand pape.
          Bon, pour Juppé, je n’attends rien de bien. On a déjà donn, merci. Je je serai de surcroît gêné qu’une personne condamnée à 14 mois de prison avec sursis représente mon pays au plus haut niveau. Qu’il s’occupe de Bordeaux, c’est déjà suffisant.

          1. Bonsaï

            Il n’a pas l’étoffe présidentielle. Ce côté éternel jeune premier de classe, d’une fadeur BCBG et toujours rasé de près ne suffit pour prétendre à ce poste.
            Ce qui lui manque c’est une personnalité, un charisme, un certain caractère (même le Mou en a un !).

            1. deres

              Justement, c’est le candidat de l' »establishment ». On attend justement de lui qu’il ne fasse rien et ne reste qu’un quinquennat. La préservation du statu quo est l’objectif. Noter comment Juppé explique que tout est compliqué dans les interviews. Derrière cette apparence d’analyse intelligente se cache l’excuse permanente de ne pas agir au moindre risque d’effet de bord.

              Ils imaginent qu’il ne va pas passer son premier quinquennat à magouiller pour obtenir le suivant. L’idée de tous est que si il n’ont aucune chance en 2017, peut être arriveront-ils à en avoir une en 2022 qui sera plus ouverte. La réalité est qu’il se trouvera probablement un poulain pour le représenter en 2022 …

            2. theo31

              « Ce qui lui manque c’est une personnalité, un charisme, un certain caractère. »

              Justement, c’est tout ce qu’il ne faut pas pour un prétendant dans un pays communiste. Pour la nomenklatura, le candidat idéal doit ressembler à une huitre, pas un lion. S’il est élu, Juppé fera comme Sarkozy : il ira se faire adouber par la CGT et mettra cette grosse couille bien molle de Bayrou à l’Ednat.

      2. Royaumont

        si j’ai bien compris 2017, on a d’un coté Juppé en candidat de droite de la gauche et de l’autre Macron en candidat de gauche de la droite.
        M’explique qui peut.

        1. Bonsaï

          Juppé n’est là que pour la réclame de l’entracte, pour faire patienter le chaland…
          Quant à Macron, il ne se présentera, ce n’est donc pas le peine d’y songer. Reste le bolet joufflu, la dame blonde qui fait peur et…

    1. albundy17

      Désavantages ? Ou ça ? L’air moins con à l’international peut-être sinon même programme: partager le gâteau et les valises

      1. Bonsaï

        « l’air moins con à l’international » mais c’est déjà le tiers du job !
        Facilités de contact et ouverture, promotion de la France, contrats juteux, image rehaussée, facilités de crédit, et j’en passe et des meilleures…

    2. MCA

      Ah non! tout mais pas lui! (ni l’autre).

      Bon, je suis d’accord pour dire que le constat est délicat, mais il faudrait prendre un peu de recul pour redonner du piment au débat;

      2017 arrive, les élections présidentielles ont lieu (à voir?) et Candidat Lambda (CL) est élu.

      CL hérite donc qu’on le veuille ou non:

      – d’une structure étatique existante : état, régions, départements, communes et toutes les passerelles pour générer des économies d’échelle (défense de rire) et tout ceci dans un état plus ou moins florissant ou délabré (c’est selon) et toutes les patates chaudes évoquées plus haut,

      – d’une situation interne économique et sociale :

      dettes à tous les étages, dépenses contraintes, problèmes sociaux, exaspération des classes moyennes, chômage de masse, découragement de beaucoup d’acteurs économiques, entreprises en situation délicate, banques en difficulté etc… la liste n’a pas de fin

      – d’un environnement international :

      crises diverses à l’est et à l’ouest au moyen orient, guerres en cours dans lesquelles le pays est plus ou moins engagé, mouvement massif de réfugiés, crises des dettes des pays étrangers, guerre du pétrole, asservissement à l’oncle SAM, pression des instances européennes …la liste n’a pas de fin non plus.

      Comme je le disais dans un billet précédent, CL a toutes les compétences pour être le meilleur au concours du « qui sera élu », la preuve; mais ceci ne garantit en aucune manière qu’il possède les compétences nécessaires pour gouverner la situation héritée.

      Une fois tout ceci posé, on arrive au vrai problème: Que peut ‘il faire et que va t’il faire?

      On commence par oublier tout de suite les promesses grotesques de le campagne électorale et la réalité s’impose le jour même de la prise de pouvoir.

      Allez y, le débat est ouvert, il attend vos suggestions et votre aide…

      1. Caton

        Voyons…
        1. Candidature à une fonction élective incompatible avec un emploi dans la fonction publique, qu’elle soit nationale, territoriale ou hospitalière. Au passage alignement de la « mise en disponibilité » avec le congé sabbatique.
        2. Interdiction des subventions à toute structure privée, lucrative ou non.
        3. Dissolution des syndicats dont les frais récurrents sont supérieurs aux cotisations des adhérents.
        4. Abolition de toutes les lois existantes sur les armes.
        5. Référendum: sécurité sociale identique pour tous — donc fin des régimes spéciaux y compris des fonctionnaires sans jours de carence — ou fin du monopole.
        Une fois ceci fait, CL peut démissionner tranquille. L’état tombera rapidement et on va pouvoir vite reconstruire.

        1. MCA

          Excellent,

          Tiens, j’entends du bruit dans la rue, juste une minute que je regarde par la fenêtre :

          C’est l’émeute et les voitures brûlent… je ne comprends pas ce qui se passe; avez vous une idée?

            1. deres

              Ce sont les syndicats de police qui viennent vous « déchirez la chemise ». Ils sont venus avec le matos du GIGN. Si vous êtes armé, cela justifiera la bavure. Un « déséquilibré  » ?

              1. Caton

                Vous sortez du cadre de la discussion. A titre personnel il ne me viendrait certainement pas à l’idée de violer ou contourner une loi, un décret, une ordonnance, une norme ou même une simple recommandation étatique. Surtout vu la puissance de feu que peut déployer le GIGN à Saint-Denis contre un logement insalubre et un Tokarev, apparemment vides tous deux…

                Dans le cas de l’hypothétique candidat CL ci-dessus, qui va s’efforcer d’arrêter l’acharnement thérapeutique sur ce pays en état de mort cérébrale, c’est un peu différent. En cas d’émeute, sévir, et abattre les meneurs (qui sont derrière et sont souvent barbus, d’où ma préconisation d’armement). Et si cela dégénère au point que la police et la gendarmerie fassent usage de leurs armes lors d’un émeute, le but serait atteint, il n’y aurait plus d’état.

                1. albundy17

                  Encore faut il savoir tirer, le tout sous pression.

                  Je n’ai aucune illusion à mon égard, le tir sur cible durant le SN (oui, je sais je suis un con je n’ai pas réussi a me faire réformer) n’était pas mauvais, me valant le graal du PA.

                  Maintenant coté pratique et pragmatique, je préfère arroser large, façon puzzle.

                2. Higgins

                  À Saint Denis, c’était le RAID qui intervenait. La zone est une zone police. Le GIGN intervient prioritairement en zone gendarmerie, à la campagne. Les philosophies sous-jacentes sont totalement différentes, les scores également.

        2. Juju

          Il ne peut rien faire, et ne fera rien.

          Appart secouer les bras de bas en haut, nous pisser dessus et nous dire  » il pleut sa mouille c’est la fête à la grenouille. »

          Voila un résumer de se qu’il se passera 😀

          Sans déconner, on parle d’un cadavre, la meilleur solution c’est juste de récupérer les dents en or et de l’enterrer.
          Vous parlez de tout cela comme si il y avait le moindre avantage possible à maintenir en place un système qui est voué à nous écorcher vif.

            1. deres

              Dans ce pays, je vous rappelle que pour passer des mesures de bon sens, il est nécessaire d’utiliser le 49.3 … Donc, il faut bien choisir car le gouvernement manque de munitions.

        1. bibi

          Un programme social-démocrates est au final assez simple pourtant baisse des dépenses publiques de 10% par an pendant 5 ans coupler à une baisse des prélèvements de 9%. Au final on se retrouve avec un budget équilibré et des prélèvements obligatoires à 33% ce qui laisse largement de quoi aux étatistes de financer les fonction régaliennes plus leur sacro-sainte école républicaine leur si chère sécu et quelques programmes d’infrastructures nationales pour qu’il se fassent mousser.

          1. deres

            On ne demande pas tant. On rêvera déjà de -5% et -4%. Pour mémoire, on est plutôt avec Flamby à +0.5% de dépenses et +1% d’impôts en moyenne …

        2. Aristarkke

          A P&C + Pheldge : Quand on parle du monstre marin, on écrit Scylla (penser au C de Charybde qui lui est associé) et quand on parle du dictateur romain qui affrontait le général Marius, on écrit Sylla.
          Nous ne sommes pas dans une auberge espagnole dans ce blog de haute volée, tout de même!!! 😉

            1. albundy17

              C’est étrange, tout le monde s’accorde à dire que le vieux barbu est vraiment vieux (bon ses références littéraires en témoignent tout de même) mais qui connait l’age de ses artères ? Il ne manque pas de courage, pour acheter du fiat d’ocaz, on sent donc que quelques années de cotisations pour ne rien toucher lui manquent, mais combien ???

  8. Pactol

    Cela a déjà été largement souligné par le tenancier de ce lieu. Mais ces mêmes départements ont également souscrit en toute décontraction des emprunts dits toxiques qui maintenant leur sautent à la figure. Quand tout allait pour le mieux, le sprinkler à pognon du RSA et la garantie de taux bas à court terme les ont bien arrangés pour faire du clientélisme à bon compte. Et maintenant, ils couinent car ils n’ont plus d’argent à déverser sur l’électeur en puissance qui commence à réaliser qu’il devra maintenant raquer. Les inconséquents qui nous dirigent se trouvent à court de solutions faciles. Faire des économies sont impossibles sans créer un bordel sans nom donc ils n’auront pas le courage d’en faire. Faire des hausses d’impôts ciblées, impossible non plus, Laffer étant passé par là. Au final, rien ne bouge jusqu’à l’explosion finale qui ne saura tarder.

    1. Juju

      J’avais écris un commentaire quasi identique, supprimé car j’avais un gros trou sur Laffer

      Il n’y a que l’endettement qui peut encore un peu continuer, point!

      1. deres

        Comme je l’ai écrit plus haut, comme l’endettement de l’Etat commence à se voir vers 100% du PIB, ils font de la cavalerie comptable. Autrement dit, ils font de la dette cachée ou du report de paiement. C’est le cas du CICE, de la baisse des dotations et du futur prélèvement à la source. C’est aussi le cas des « stocks » d’heures supplémentaires des policiers et dans les hôpitaux et autre dette informelle qui ne sont pas dans les comptabilités. J’ai l’impression que ces créances et engagements de l’Etat se multiplient de tous les côtés. par exemple, pour le Mistral, affirmé dans la presse comme payé rubis sur l’ongle, il semblerait que DCNS en soit pour plusieurs centaines de millions d’euros en fait, mais cela ne se dit pas tout haut.

        1. Juju

          C’est se que je souligne, des lignes d’endettement supplémentaires pour compenser le paiement du RSA, etc…
          Des stock de dette aux employés d’Etat, des réduction du train de vie des fonctionnaires qui ne peuvent rien dire(gendarme CRS personnel hospitalier)
          Un peu partout on vide les fonds de cale mais on ne dépense pas, il faut utiliser l’argent en possession comme garantie pour s’endetter encore un peu plus, avec de l’argent gratuit.

          La BCE va faire un QE illimité, donc cela confirme que la finance va monter jusqu’à imploser, et mener l’économie et la société au chaos.

          Je lisais sur le site de Sannat que Le capitaine a dit »Ça tiendra bien jusqu’en 2017″, franchement j’ai l’impression qu’ils n’y comprend rien…Ils ne maîtrise rien en fait!

          Quand on voit https://www.youtube.com/watch?v=Pc1G_pa1-c8 , associé au RSA/chômage qui vont baisser, les heures sup non payé, la destruction des emploie, la sauce va pas prendre je pense..Aïe!

          1. deres

            Le but est d’être réélu en 2017, quel qu’en soit le prix. Il improvisera ensuite. Cela a toujours été sa stratégie de croire en sa bonne étoile. Il suit les événements sans les anticiper. Si le terrorisme ne suffit plus pour couvrir ses erreurs, il devra monter en gamme et passer à la guerre à la première occasion. C’est toujours la même histoire. Il faut s’attendre à un conflit ouvert avec le russes dans les 10 ans …

    1. Pactol

      C’est pour être bien sûr qu’elle les organisera, que la retraité de l’inspection du travail ne fera pas de référendum comme à Hambourg où les habitants ont refusé la candidature de la ville. Pas folle la guêpe, tout le monde sait que l’organisation des jeux Olympiques est un gouffre à pognon.

      1. deres

        Mais le pognon n’est pas perdu pour tout le monde. Et le but n’est pas obligatoirement d’avoir les jeux. Une candidature est déjà intéressante car cela permet de créer un comité associé avec un budget conséquent. Cela permet de nominer quelques amis, de réseauter avec le milieu sportif et de faire de beaux voyages d’études. Et surtout de communiquer t de remplir les journaux avec des annonces distillés régulièrement. Bref, d’occuper les terrain médiatique. Et cela n’a pas de prix. Un politique serait idiot de ne aps concourir. ce qui est idiot est d’obtenir les jeux car il faut ensuite en assumer les conséquences. Mieux vaut agiter les bras en tout sens que d’agir réellement pour ces gens là.

  9. LECOMTE René

    Encore des propositions pour dépenser l’argent gratuit des autres. Et ce matin, le Point, par l’intermédiaire de son journaliste Idriss J. Aberkane, fait la promotion de notre hôte, en le qualifiant d' »incorruptible blogueur geek H16″
    Le lien vers l’article : http://www.lepoint.fr/invites-du-point/idriss-j-aberkane/aberkane-un-systeme-d-exploitation-a-la-francaise-non-merci-25-01-2016-2012447_2308.php
    La notoriété monte, et c’est tant mieux.

    1. MCA

      Bon, il est donc urgent que H16 fasse entrer son site en bourse histoire de ramasser le pactole.

      Un petit tableau C pour commencer ferait bien l’affaire et j’en connais qui seraient prêts à rivaliser de commentaires pour faire monter l’auditoire et le cours par la même occasion.

      Finance quand tu nous tiens…

  10. Aristarkke

    En fait, les départements sont en faillite depuis des années mais ils arrivaient à le planquer aux yeux des habitants. Pour parler de l’Essonne, ce département a une dette de quasi un Md€ + 110M€ de factures non payées… Mais à lire le nouveau canard départemental, je peux vous assurer que le clientélisme par la subventionnite aiguë prospère tout autant que sous Guedj, l’ ex PS… Donc, nous sommes plutôt devant un jeu de rôles, avec la sainte colère du 3me acte, scène 2 mais cela reste de l’ apparence sans actes concrets… Et ce département soutient la candidature aux JO… Indispensable, n’ est-ce-pas???

    1. albundy17

      Aucun souci pour la dette, suffit de racler les pme et tpe, ces cons de patrons la y sont tellement attachés qu’ils bossent davantage et n’ont pas de temps pour sortir le 12

  11. jyb

    > 68 millions dans le Val-d’Oise, 45 en Essonne, 25 dans les Yvelines, 17,6 d’euros pour la Seine-et-Marne.

    C’est que dalle. Il suffit de vendre le Conseil Général pharaonique et de s’installer dans des Algeco.

        1. albundy17

          Profitant de l’état d’urgence, je suis favorable pour les assigner à résidence, sans pertes de « salaires et avantages », ils feront beaucoup moins de dégâts

        2. Marc Bloch

          Vous ne croyez pas si bien dire ^^

          Petite histoire : la maison des syndicats du Val d’Oise était prêtée depuis des années aux diverses organisations syndicales (subventionnées) pour leurs réunions, barbecues etc et lorsque les sous vinrent à manquer, l’actuel président du Val d’Oise voulu vendre le bâtiment qui n’est plus aux normes de sécurité depuis belle lurette.

          http://www.cgt.fr/La-maison-des-syndicats-du-Val-d.html

          J’ai été contractuel pendant deux années dans cette collectivité et je peux vous assurer qu’au moins les 3/4 des agents vivent sur une autre planète (aka le socialisme fantasmé)..
          Seul le directeur de mon service, un vieux de la vieille, m’a avoué dans un moment de lucidité « le plus gros problème c’est que l’Etat a pris une taille et une place démesurée en France »
          Il part en retraite cette année…

          1. Calvin

            Merci de le souligner, enfin !
            Et je précise qu’il n’a pas de différence puisque les syndicats obtiendront le paiement des jours de grève !!!

  12. Kloupa

    Les socialistes s’en fichent: au fur et à mesure qu’ils perdent des élections locales, ils n’ont plus rien à faire de laisser ces collectivités locales, qui ont si mal voté, dans la mouise. Au contraire, c’est la juste punition, et ça évite tellement à l’état central qu’ils contrôlent (encore…) d’avoir à faire lui-même de vraies économies. Tous les présidents de conseils départementaux qui se plaignent ne sont-ils pas Les Républicains: c’est ça la république exemplaire, les copains d’abord, les autres peuvent bien faire ceinture.

    1. deres

      En plus, les divers systèmes de péréquation mis en place récemment permettent à l’Etat de donner plus ou moins au différentes collectivités en fonction de critères purement administratifs.

      1. Calvin

        La péréquation…
        Je n’ai pas compris pourquoi ils n’ont pas imposé ce système à l’EdNat.
        Prendre des points à ceux qui ont les meilleures notes pour les donner aux cancres…
        😉

        1. Caton

          Tsk. Les notes, c’est le résultat, et les moyens, les heures de cours. La péréquation sur les moyens a été réalisée, à travers les ZEP, REP, RSS, RAR et autres Eclair…

  13. tabbehim

    mais arrêtez d’être pessimiste ! tout va bien et pour le mieux 🙂
    http://www.20minutes.fr/economie/1772135-20160125-greve-ecoles-transports-manifs-perturbations-prevoir-mardi

    Vous voyez, les gens en veulent encore plus.
    Les taxis veulent mettre fin aux VTC, les salaires vont être augmenté, et les fonctionnaires veulent plus d’argent des emplois commerçant.
    et tout plein de grévistes sont complètement à fond dans le socialisme de combat contre les producteurs de richesses.
    franchement, qui peut aujourd’hui citer quelque chose en France qui se fait sans contrôle de l’état?

    Tout va bien madame la marquise.

    1. Higgins

      Sur les taxis, il faut lire le billet d’Éric Vergahede intitulé « Ce que les taxis ne vous disent jamais sur Uber » publié il y a deux jours (blog: Jusqu’ici, tout va bien »).

        1. Calvin

          Ils ont prévu un film avec Brad Pitt et Edward Norton dans les rôles principaux et qui s’appellerait « Uber Fight » ou « Uber Paf » (la production hésité sur le titre. ..).

    1. Calvin

      2017 n’est pas suffisant, il faut tenir presque une demi année de plus !
      Et ce n’est pas si anodin. 6 mois, c’est long sans marge de manoeuvre.

      1. Bonsaï

        Depuis tout à l’heure, une question existentielle me taraude : qui est l’auteur de l’expression « bolet de Tulle » ? Je m’en attribuerais volontiers l’invention, si je ne craignais de passer pour une usurpatrice…
        Quelqu’un aurait-il déjà croisé cette formule en dehors de ce site ?

              1. Bonsaï

                Propriété intellectuelle, c’est du virtuel. On ne va demander une dîme à chaque fois que le terme est utilisé.
                D’ailleurs c’est toujours difficile à prouver, on peut l’avoir entendu ou lu inconsciemment, etc…

                1. albundy17

                  Vous renoncez donc a votre copyright…

                  Cela dit, le bolet est malmené par votre comparaison, comme la fraise des bois par d’autres, il est regrettable que le 13 novembre, ces gens n’aient pus se rapprocher davantage dans le stade de france. Je plaisaaannnnte !

                  Je vous laisse, ça sonne à la porte, ils ont des casques

                  1. Bonsaï

                    Je ne renonce pas, je joue à la modeste !
                    Mais ne craignez rien, s’ils ont des casques votre brillante éloquence saura les retourner comme un gant. Ils vont vous manger dans la main…

  14. albundy17

    HS mais je boue, ces cons de paysans bloquent des routes, foutant en l’air ma journée de pognon qui doit rentrer, et gâteau sur la fraise, les profs n’ont pas jugé utile de tenter de rejoindre leurs poste de « travail », ces fumiers de merde laissant mes gosses en carafe.

    1. Bonsaï

      Envoyez donc la facture au camarade Macron. Petit conseil : rédigez la lettre avec des anglicismes, ou alors carrément en anglais, vous faisant passer pour un expatrié Brit ou américain.
      Je suis sûre que ça va marcher, ne me remerciez pas !

  15. zelectron

    les départements dans une unanimité confondante et néanmoins louable ont décidé :
    – de diminuer leurs effectifs de fonctionnaires de 30 à 40% selon les cas
    – de cesser de construire des palais à la gloire des élus
    – de limiter drastiquement la création de nouveaux ronds-points giratoires avec ou sans décors centraux
    – de concentrer leurs effectifs restant en un seul lieu (parfois 2 exceptionnellement) et de revendre sous forme emphytéotique (99 ans) les bâtiments au secteur privé avec clauses drastiques d’entretien à charge du nouvel occupant.
    – de planter des salades, des carottes et des tomates sur les parcelles communales sans couper d’arbres ou en les remplaçant au double.
    – d’interdire les nouvelles embauches de « territoriaux » pour une période de dix ans et au delà ne plus embaucher qu’avec des statuts de droit commun.
    – de demander au « comité des citoyens vertueux » la permission de dépenser de l’argent public
    – d’accepter la démission sans frais de leurs plus hautes instances à défaut d’acceptation du rabotage des leurs émoluments des 2/3 ainsi que l’annulation de leurs frais de représentation, de véhicules et de logements de fonction.

    nb d’autres mesures sont à l’étude afin d’améliorer la vie des citoyens

  16. Versailles

    Pierre Bédier (pdt conseil général des Yvelines) avait été chopé par la patrouille anti-corruption, condamné par la justice, mais il est revenu à la faveur de petits arrangements, réélu président par ses pairs en saletés…

    La France république bananière.

  17. Mag

    Habituellement orthographe et grammaires irréprochables, mais là j’ai noté un petit… oubli de votre part :
    « les problèmes de trésorerie se sont à nouveau refaits sentir »
    Ben non.
    OK pour « les problèmes de trésorerie se sont à nouveau refaits », mais là, le COD qui permet l’accord du participe passé n’est pas « les problèmes », mais « sentir » (il ont refait quoi ? Réponse : sentir)… donc :
    « les problèmes de trésorerie se sont à nouveau refait sentir », c’est mieux. Enfin je crois.
    Cdt,
    Magali

    1. zelectron

      mais voyons ! il faut beaucoup d’argent pour nourrir les ponctionnaires et élus de toutes sortes ainsi que leurs serviteurs zélés, sans oublier leurs « bonnes oeuvres » si utiles, voire gaspillages insensés 🙁

Laisser un commentaire