Des fraudeurs sachant frauder

Il s’en passe, des choses, chez Paul Employ ! Si certains croient encore qu’il ne s’agissait que d’un aimable établissement public normalement chargé de mettre en relation ceux qui proposent des emplois avec ceux qui en recherchent, ils omettent en réalité sa seconde mission : celle d’employer directement un nombre croissant de personnes à son propre fonctionnement. Et si le résultat de la première mission est assez peu probant, celui de la seconde laisse, là encore, à désirer.

LOL-emploi.gouv.fr

On apprend en effet, au détour d’un Canard Enchaîné qui fera certainement date, que Paul Employ a ainsi contribué à alimenter la pente de la courbe du chômage dans le mauvais sens, en se séparant avec pertes (mais très peu de fracas) de son directeur informatique à la fin de l’année 2013, le pauvret venant ainsi ajouter une fiche numérique supplémentaire aux trop nombreuses données que son ex-équipe traitait alors.

Un directeur qui quitte l’institution, rien que de très banal, sauf lorsqu’on détaille le contexte de ce remaniement de ressources humaines.

D’une part, le directeur, avant d’être licencié dans le cadre d’une « rupture conventionnelle », a été préalablement mis à pied à titre conservatoire : l’homme avait en effet utilisé son poste stratégique à la direction informatique de l’Unédic, la structure qui gère les fonds de Paul Employ, pour toucher, en plus de son salaire, une indemnité comme chômeur (assez rondelette, allant jusqu’à 4982,30 € d’allocation mensuelle).

D’autre part, il n’a été découvert que parce qu’un autre salarié, dans son équipe, est tombé sur le nom de son supérieur en poste, dans la liste de chômeurs indemnisés. Mésaventure fort gênante, parce qu’elle confirme, s’il était besoin, qu’il est parfaitement possible de se retrouver dans l’étrange position d’être salarié et de toucher malgré tout des indemnités chômages indues. Difficile ici d’évaluer l’ampleur de la fraude, mais cette mésaventure montre bien la légèreté des contrôles en place, qui semblent faits a posteriori, au petit bonheur la chance, mais surtout – et c’est le plus ahurissant – ne semblent même pas permis : l’employé n’avait pas l’autorisation de son supérieur hiérarchique pour effectuer cette consultation du fichier.

Ceci le conduira d’ailleurs directement à la case Paul Employ, de l’autre côté du guichet, une fois licencié pour cette faute, et entraînera probablement des frais pour cette institution lorsque les prud’hommes, saisis par le lanceur d’alerte, remettront l’Église au milieu de la piscine, comme d’habitude en France.

pole emploi po demploi

Enfin, l’affaire prend un tour carrément grandiose lorsqu’on apprend en plus que le directeur-fraudeur, dans le cadre de ses fonctions, était chargé d’encadrer l’équipe qui cherche les profils suspects, c’est-à-dire de débusquer les fraudeurs qui perçoivent des indemnités auxquelles ils n’ont pas droit.

Tout ceci est extrêmement rassurant pour les gens honnêtes qui, au mieux, comptent sur la bonne gestion de l’établissement public pour retrouver un emploi, ou, au pire, participent à son financement au travers des lourdes cotisations qu’on les oblige à payer.

Bien évidemment, nous sommes en France et une histoire pareille ne pouvait se terminer sans une belle apothéose de n’importe quoi. Rassurez-vous, elle y est puisque l’indélicat fraudeur a eu la présence d’esprit de négocier une « rupture conventionnelle » en quittant ses fonctions, … ce qui lui permettra de toucher la somme de 160.000 euros (après un peu plus d’un an de présence).

on appelle cela du foutage de gueule

Bien entendu, cette fraude est scandaleuse à plusieurs niveaux.

Bien sûr, elle est scandaleuse parce l’individu peu scrupuleux a usé et surtout abusé de sa position pour taper dans la caisse, sans vergogne. On ne sait pas si les sommes indûment perçues seront remboursées, mais on peut raisonnablement imaginer que ce sera absorbé par l’indemnité de fin de contrat. Si ce n’est pas le cas,la perte sera totale pour les cotisants dont, il faut bien le dire, tout le monde semble se contrefoutre ici. Et si c’est le cas, il n’est même pas impossible d’imaginer que l’indemnité sera amplement suffisante et que notre indélicat fraudeur pourrait en ressortir avec un joli bénéfice. Tout ceci est délicieux.

gifa mad explosion

Le scandale ne s’arrête pas là puisqu’il faut aussi noter qu’il a aussi utilisé, sans la moindre honte, le règlement interne à l’encontre de celui qui l’a dénoncé, pour le faire virer. On ne saura pas qui, du fraudeur ou de l’institution, a été le plus zélé à couvrir l’affaire – qui pour rappel s’est déroulée en 2013 – et éviter que tout ceci ne s’ébruite, mais on comprend le niveau de corruption et d’immoralité qui doit régner dans l’établissement pour qu’une telle manœuvre puisse s’opérer et que tout ceci reste à peu près secret jusqu’en 2016, plusieurs années après.

Le scandale atteint un niveau supplémentaire puisque, non content d’avoir joué le système contre lui-même, notre fraudeur a même fini par toucher des indemnités pour son brillant parcours.

Vous l’avez compris : nous avons ici un magnifique exemple de dévoiement total d’une fonction pour se servir de tous les avantages qu’elle procure, bien au-delà de tout ce que la décence permet d’imaginer. De près comme de loin, l’attitude des protagonistes de l’affaire, tant côté fraudeur que côté Pôle Emploi, démontre une hontectomie assez typique … des politiciens.

Oui, tout ceci n’est pas sans évoquer un précédent les concernant directement. Reportons nous il y a quelques mois, un an même avant que cette affaire ne fasse les choux-gras du Canard Enchaîné, et souvenons-nous de mars 2015, où on apprenait que les parlementaires venaient d’adopter (à l’unanimité, comme de bien entendu) un texte de loi prévoyant d’élargir les modalités d’indemnisation et de reclassement des élus en fin de mandat ou battus aux élections.

Et ceci n’est pas sans évoquer non plus le cumul des mandats dans lequel s’illustre assez régulièrement nos politiciens (coucou Cosse, coucou le Drian, coucou tant d’autres)…

cumul des mandats

Alors, oui, bien sûr, il y a une petite distance entre notre fraudeur patenté et nos habiles législateurs en culotte courte. Cette différence essentielle entre le premier cas et le second est bien sûr le couperet de la loi : notre fraudeur agit en parfaite illégalité pour commettre son forfait, et utilise ensuite la loi dans toute son extension pour réduire sa responsabilité, voire récupérer une belle mise au passage. Le second, le législateur, montre en revanche une bien meilleure compréhension du système puisque tout ce que les députés ont fait reste parfaitement légal, mais fournit in fine une belle « indemnité de licenciement » à ceux qui viendraient à perdre leur poste devant les urnes.

Autrement dit, s’il y a différence de légalité, il n’y a pas fondamentalement de différence de moralité entre les deux comportements qui reviennent, tous les deux, à commettre un acte simple, égoïste et bien compris : taper dans la caisse.

Tax Money

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires95

  1. Aristarkke

    H16, il y a des gens honnêtes qui comptent sur la bonne gestion des deniers publics ET qui participent à la génération spontanée d’iceux dans les caisses publiques… 😈

    1. lafayette

      Très joliment dit, mais au fond, il y les intermédiaires du travailleur, les intermédiaires des biens de consommations et les intermédiaires du capital.
      Pour faire court, c’est pas français.
      Mais comme du temps du roi, la cours profite des largesses du système.

  2. Higgins

    On pourrait, à juste titre, être tenté de qualifier la noble attitude de ce directeur du nom d’un ministre chargé, lui, de traquer la fraude fiscale et qui fraudait allègrement.
    Sur un autre sujet, assez voisin, les infos du matin laissent entendre que la fameuse réforme du code du travail est morte et bien morte. L’incohérence et la stupidité sont aux manettes dasn ce pays.

  3. Bonsaï

    Excellent. Ce bon Père, pardon Pierre Lachaize a ramassé sa mise de 160’000.- euros pour son ingénieux coup de poker ? Encore une fois l’Administration française a su récompenser ses valeureux serviteurs…
    Le seul petit détail qui manque à notre bonheur est la date du Canard qui publia la bonne nouvelle. Je connais pas mal de lecteurs autrefois inconditionnels, qui désormais ne l’achètent plus que rarement, ses colonnes laissant de plus en plus souvent un goût persistant d’amertume, malgré son humour pétillant.

    1. Val

      @bonsai « Père, pardon Pierre Lachaize » énorme ce nom , il faut reconnaître qu’avoir des géniteurs aussi débiles peut rendre hargneux…

      1. Calvin

        « Il me semble »
        On sent qu’h16 ne lit pas la p(a)resse française et attend que ses lecteurs lui filent les bonnes feuilles croustillantes…
        Sacré ultra néo libéral exploiteur de gentils chatons !

    2. jeans82

      Je partage votre avis. Moi même ne lis plus le canard depuis des années. Cela me degoutait. Le temps passe, es hommes politiques changes…. a peine, mais les pratiques sont toujours la.
      Je ferais un rapprochement rapide entre l obtention d un mandat électoral pour homme politique et la premiere condamnation a de la prison ferme tres formatrice pour un malfrat. Les 2 y apprennent les ficelles du métier. ……

  4. Pactol

    CPEF,
    Tant que ce pays n’aura pas été réduit en cendre, il n’y aura aucun moyen de repartir sur des bases saines !

  5. Gerldam

    L’ensemble du système est, de fait, du vol organisé. Il sufit de penser aux innombrables comités Théodule, dont le seul objet est de fournir de comfortables fauteuils, bien payés par les contribuables, évidemment, aux politicards déboutés par ces salauds d’électeurs. A charge de revanche, bien entendu…

    1. Pat

      EXcusez-moi à nouveau. Ce directeur de Popaul mérite un blâme (il ne faut pas être trop dur, et il pourra faire appel devant le Conseil d’Etat… Ce n’est pas comme s’il avait tué quelqu’un)

      1. floriska

        Il ne faut pas confondre UNEDIC et Pole Emploi, ce sont 2 entités bien distinctes. Lors de la Fusion l’UNEDIC aurait dû disparaître. Pole emploi est la fusion entre les ASSEDIC et l’ANPE mais l’UNEDIC ne fait pas partie de Pole Emploi.

          1. floriska

            C’est normal de confondre les 2, La presse en premier se trompe. Ce qui m’étonne c’est que L’UNEDIC est toujours là et je pense que ce n’est pas pour rien. Sachant qu’elle récolte les cotisations chomage salariales et patronales, l’Etat a dû sentir la manne financière. L’Unédic a beau être endettée jusqu’au coup cela ne la pas empêché de verser 450 millions d’Euros au syndicats Hein !!! Ya bon pognon !!!!

  6. floriska

    Ayant travaillé à l’Unédic il y a très longtemps, la DSI de l’unédic comme de Pole Emploi n’est pas chargée de contrôler les demandeurs d’emploi. Ou alors pour que l’informaticien face une recherche dans les fichiers, il y avait sans doute anguille sous roche.

  7. Alecton

    Amusant et limite hors sujet (quoique…) la répartition géographique des ordures cumulardes correspond presque parfaitement avec celles des départements les plus sollicités par l’allocation de RSA. Comme quoi, en France, on biberonne aux mamelles de l’Etat dans le plus parfait exemple de vivrensemble, par delà les classes sociales et les différences….de salaire

  8. Lambda expression

    Ce type est génial. Il participe grandement à vulgariser le fait que tout l’edifice est moisi. C’est un lanceur d’alerte. A ce titre, il mérite d’etre rétribué.
    Ne pouvant compter sur le système, il a prît l’initiative de se payer lui même.
    Il a eu raison.
    Moi je dis. Big up mon gars! Joli.

    Serieusement, quand le système repose sur un tas de merde, faut pas s’etonner que ceux qui y partipent puent des pieds.

  9. Pheldge

    Psst Patron : « la légèreté des contrôles en place, qui semblent faitS » et
    « le cumul des mandats dans lequel s’illustreNT assez régulièrement nos politiciens » 😉

    1. Pheldge

      Ah oui, j’allais oublier : à continuer à lire des article ça-comme, je vais finir par faire une dépression profonde …

      1. Aristarkke

        Sûr que tu n’es pas censé contrôler en plus des commentaires sensés quoiqu’ écrits parfois un peu en délicatesse de syntaxe (DSK parlait autrefois de sein taxe). Lourd est ton tribut… 😥

        1. Pheldge

          D’abord, c’est « kimbé raid, pas moli … » et comme c’est de l’antillais, je le prends quasiment comme une insulte ! pourtant toi le marin d’eau de mer, tu devrais le savoir, à force de bourlinguer dans la caraïbe, que la Réunion, c’est pas aux antilles ! 😉

  10. Bateman

    Bonjour à tous. C’est la première fois que j’interviens.
    J’ai bossé il y a une vingtaine d années chez P****, à l’informatique puis ailleurs. J’ai préféré démissionner et changer de boîte une fois pigé le système pour que certains se gavent au passage, et que d’autres blanchissent le reste. Pas eu le courage de dénoncer. J’étais jeune. Depuis j’attends en vain qu’un valeureux fasse le boulot et que le scandale éclate. P******, vous savez, le edge fund qui n’est pas fait pour nous.

      1. floriska

        Il dit qu’il a travaillé à pole emploi il y a une vingtaine d’année mais PE existe que depuis 2008. Entre les assedic et l’anpe il y a une différence notable. Unedic avait 15 000 salariés ANPE 35000 avec un statut public. La fusion ou plutôt l’absorption a été un joyeux bazar pour mettre le bousin aux normes de la comptabilité privé (côté ANPE) avec des surprises à la clé. Surtout au niveau des CE ho là là le CE de l’ANPE à mourir de rire . Des budgets farfelus c’est à ce demander s’ils passaient pas leurs journées à partouzer.

          1. Aristarkke

            Vous devriez prévoir un article sur cette merveille de Prefon gérée au cordeau comme toute boite de la FP…
            Il y a par ci, par là des articles épars qui parlent de difficultés d’assurer les rentes promises…
            avec des sous-entendus de cavalerie à la Ponzi/Maddoff…

            lci.tf1.fr/economie/social/2010-12/epargne-retraite-le-mauvais-exemple-de-la-prefon-6199147.htmlses

  11. kekoresin

    Ouais bof, cette petite crapule institutionnalisée pratique le sport national quand il s’agit des zélés serviteurs d’un état si clément envers ses pairs et impitoyable envers le cochon qui l’engraisse.

    Ce cloporte à l’haleine de cimetière est la petite frappe des magouilleurs étatiques. Comme d’habitude, la punition pour ces vers papivores et autres vomisseurs de lois indispensables à leur propre bien être, se résume à une prime de déplacement. En coulisse, les gros poissons ricanent des maladresses du fretin. Un seul exemple parmi une multitude: les (ir)responsables du lol-giciel de paye pour les militaires à près de 1 myard le n’importnawak et la clique qui a ripaillé dessus, personne n’a été poursuivi ni même blâmé. Pire, comme ça passe une fois, on remet le couvert et on recommence. Tant que je gagne, je joue, surtout si la mise vient d’autres poches que la mienne. Et c’est comme ça à tous les étages. Le gâchis est jugé comme tout à fait banal et la malversation est vue par la mafia parlementaire comme un dégât collatéral d’une démocratie saine. Comme dirait Ribéry, le philosophe des stades, la routourne continue de tourner.

  12. Lorelei

    Je trouverais dommage que pour une personne qui fraude, on jette le discrédit sur les petits. Pôle Emploi et les Assedic sont souvent composés de personnes qui cherchent vraiment à aider les autres. Mais la tâche est ingrate et sans fin, avec des objectifs donnés d’en haut qui sont sans cesse contradictoires.
    Ensuite, il est vrai que vous y trouverez aussi la kyrielle de planqués des syndicats et de fonctionnaires montés en grade et qui alimentent les placards dorés.

    1. nemrod

      Ah !
      Il y a au moins une personne qui croit encore que « poad’emploi » est là pour aider les autres.
      Ca me fait penser à la réplique de Galabru dans « papy fait de la resistance » : « Ne m’aider plus !!! » d’un air suppliant…tordant ( si quelqu’un trouve l’extrait ça illustrerait bien l’article)
      Ce Mammouth ne sert qu’à faire vivre ceux qui y travaillent et accessoirement présenter des statistiques moins catastrophiques au pouvoir.

      Indemniser les chômeurs…oui ce service est très médiocrement rendu, je le concède.

      Pour ce qui est de leur trouver du travail…cela relève de la plaisanterie de mauvais goût.

      1. floriska

        Si vous trouvez que le service d’indemnisation est médiocre vous n’avez encore rien vu. Au regard de la convention qu’ils ont pondus, ce service, qui est loin d’être médiocre comparé au placement va devenir une usine à gaz. Soit disant dans le but d’améliorer le service rendu aux DE, Nos grands énarques) ont concocté une grosse merde. Bienvenu dans le monde d’Ubu.

      2. albundy17

        Le plus épatant est que l’undedic est bénéficiaire mais les frais de personnel (efficace) et les intermitents creusent un gouffre

        1. floriska

          ben non à l’Unedic il ne reste que 100 personnes. C’est pas les frais de personnel ou alors j’y retourne tout de suite les salaires doivent être exorbitants)/. Quant aux intermittents il ne sont que 3 % mais plombent 1/3 du déficit.

    2. Adolfo Ramirez Jr

      Il y a aussi tout un tas d’informaticiens sans aucuns diplomes (pas meme le bac) recrutés a prix d’or dans les années 80 car ils s’y connaissaient un peu, maintenant completement dépassés mais tpuchant toujours un salaire que je n’hésiterai pas a qualifier de mirobolant vu le travail fournit. Certains on l’age de partir en retraite mais les conditions sont tellement avantageuses et le travail tellement tranquille qu’ils restent dans l’entreprise.

  13. gameover

    Les pages de l’Unedic ont été nettoyées mais un site a retrouvé une photo du fraudeur et a ainsi pu faire correspondre son profil sur un réseau social, profil qui lui aussi ne fait plus référence à l’UNEDIC.
    Devinez en quoi s’est recyclé cette personne ?

    Consultant spécialiste des politiques publiques !

        1. Aloux

          On peut facilement trouver son profil Linkedin, si vous voulez lui faire un peu de pub… Je me demande si on peut recommander les compétences « vol » et « détournement de fonds »

          1. Deres

            Il faudrait surtout savoir qui son ses amis et protecteurs …

            D’ailleurs, quand on voit les changement dans la direction de l’UNEDIC, on voit qu’un autres gusse a bougé en même temps que lui. Reste à savoir si leur départ est lié ou non, car un même directeur a récupéré leurs deux fonctions alors qu’une direction juridique a été créé.

  14. Bonsaï

    Extrait choisi : « Quand on veut on peut : il faut aussi se donner le désir de la mer… »
    Tout un poème.
    Ce sont tous de grands artistes de music-hall et c’est bien à ce titre que les Français les ont élus.

  15. Pheldge

    Bon, quelques nouvelles du front : pas moyen de m’actualiser sur le portail de Paul … c’est au moins la troisième fois cette année et la radiation à coup sûr.
    Pour info, pour les ceusses qui suivraient pas, je me suis inscrit chez Paul en 2014, alors que j’étais encore en convalescence, songeant alors éventuellement à une reconversion. J’ai finalement repris (à doses homéopathiques ) mon activité libérale en 2015, et j’ai maintenu mon inscription, pour emm3rd3r Flamby à mon modeste niveau.
    Cela dit, j’ai fait le parcours de base, et c’est assez … édifiant ! les prestataires se remplissent les poches à peu de frais !

  16. Bonsaï

    HS : Les citoyens suisses vont pouvoir se prononcer le 5 juin sur une votation fédérale portant sur l’instauration d’un « Revenu de base inconditionnel » de 2’500.- FS/mois pour tout résident légal.
    Cette votation a été mise à l’ordre à la suite d’une initiative populaire.
    « Les partisans du revenu de base inconditionnel misent sur un mouvement citoyen grandissant pour convaincre le peuple le 5 juin. Ils ont lancé leur campagne lundi devant la presse à Berne et en distribuant des billets de dix francs en gare de Zurich.
    L’initiative populaire « Pour un revenu de base inconditionnel » est rejetée à droite et ne peut compter que sur quelques soutiens à gauche. Même s’ils ne se font pas d’illusion sur les résultats de la votation populaire, les partisans de ce texte ne se laissent pas démonter. »
    Le Temps

  17. Pheldge

    HS pour aujourd’hui, mais en rapport avec des billets précédents , tout est dit dans le titre … ça promet !
    atlantico.fr/decryptage/70-francais-estiment-qu-nouvel-attentat-obligerait-remise-en-question-nos-principes-et-valeurs-sondage-ifop-jerome-fourquet-2623266.html

    1. Ils veulent le socialisme totalitaire, ils réclament le socialisme totalitaire, et devinez ce qu’ils vont avoir ?
      Du socialisme totalitaire.

  18. Nathalie MP

    « le directeur-fraudeur, dans le cadre de ses fonctions, était chargé d’encadrer l’équipe qui cherche les profils suspects, c’est-à-dire de débusquer les fraudeurs » : C’est peut-être comme ça qu’il a eu l’idée, un peu comme les policiers ripoux.

  19. bob razovski

    S’il a obtenu un petit chèque en plus d’une ouverture de ses droits assedic, c’est peut-être que ce personnage est parti avec de gentils fichiers, où l’on apprendra que d’autres pourfendeurs du kandumal sont bénéficiaires de facilités de caisse…

  20. Deres

    Bien entendu, le dit Pierre Lachaize n’est pas un quidam quelconque. C’est un polytechnicien, qui doit donc avoir de saines relations. D’où son poste de directeur probablement obtenu par réseau vu son manque d’expérience associé. A noter également qu’il n’a eu aucun problème pour retrouver du travail puisqu’il fait du conseil en politiques publiques …

    http://theshiftproject.org/fr/cette-page/indicateurs

    Certains sites parlant de la nouvelle ont aussi noté que tout lien internet entre Pole Emploi et l’individu ont été soigneusement effacés. Une chance que ces fameuses lois sur le droit à l’oubli existent … Il va pouvoir bientôt les utiliser pour nettoyer toute allusion à cette histoire.

    Cela me fait penser à l’affaire du CNAC. Les individus ayant participé à ce détournement important d’argent public se sont depuis facilement recasés de manière discrètes dans d’autres associations subventionnés.

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Conseil_national_des_arts_culinaires

  21. nemrod

    Dans le genre : « avec les bonnes maisons, on n’est jamais déçu » les bons à rien vraiment,vraiment) locaux ont décidé d’appeler leur région  » Hauts de France Nord Pas de Calais Picardie »…Mouha ha ha !

    Vraiment tout ce que touche nos « élites »se transforme en bouse

    1. Aristarkke

      Tout ça pour ça… J’ai honte… Cela va encore couter une blinde en papier à Lettres, logos, panneaux indicateurs…

  22. Celes

    Très bon billet, je n’aurais juste pas utilisé le mot « moralité » à la fin, mais plutôt le mot « légitimité ». La morale, c’est autre chose.

  23. infraniouzes

    C’est fou ce qu’on apprend sur les bons blogs. L’info était donc sur le Figaro, mais tellement bien planquée que je l’avait zappée. Ce n’est pas la première fois que je remarque que des infos sensibles sont cachées ou carrément effacées 2 jours après. Attendons la suite…

  24. JiJiBé

    Si un chasseur doit savoir chasser sans son chien…
    …un fraudeur sachant frauder devrait bientôt serrer des fesses dans son culottin.

    Et avant de lancer la traque à ces fraudeurs et autres carambouilleurs, en l’honneur de Saint Hubert une petite Messe Solennelle pour trompes de chasse et orgue, et que ce misérable gibier ne soit même pas donné aux chiens.

  25. Bonsaï

    Et pendant ce temps, les frères Rapetout boivent tranquillement des canons en terrasse sans se faire de souci…
    « Début mars, des enquêtes judiciaires ont été compromises à cause d’un crash technique qui a mis en carafe la Plateforme nationale des interceptions judiciaires de Thales et de la Justice. Un bug aussi inquiétant que dispendieux.
    Rien ne va plus pour la Plateforme nationale des interceptions judiciaires (PNIJ). Déployé sur pratiquement tout le territoire, le nouveau bijou technologique de Thales, chargé de centraliser l’ensemble des écoutes judiciaires, vient de subir son premier incident majeur. Selon nos informations, la plateforme est tombée en rade pendant près d’une semaine début mars, mettant en péril des dizaines d’enquêtes judiciaires. «C’est un merdier sans nom», résume un haut responsable policier. C’est aussi un nouveau revers au parfum de scandale pour Thales, dont le bunker ultra-sécurisé est censé résister à tout type d’attaques, y compris un crash d’avion. Contacté, l’industriel renvoie vers la chancellerie. »
    lesmoutonsenrages.fr

  26. Beldchamps

    Piquer dans la caisse ça existe aussi dans le privé, et on étouffe l’affaire parce que les conséquences coûteraient plus cher en termes de réputation. On a des systèmes anti-fraudes contournés par les salariés qui en sont parfois chargés, ils se font choper car trop gourmands, ils réitèrent jusqu’à la fois de trop. La fraude fait partie de certaines natures humaines, dans tous les milieux et à tous niveaux, mais il faut certainement reconnaître que les pires fraudeurs se rassemblent dans leur meilleur écosystème : la politique.

      1. Beldchamps

        Le cas le plus rigolo c’est les contrats d’assurance vie en déshérence. Le salarié gestionnaire se met bénéficiaire, pour le coup le client héritier est lésé puisque les recherches s’arrêtent : le contrat a trouvé son bénéficiaire. Et la direction est contente puisque son ratio de contrats en déshérence diminue !

    1. Pheldge

      Ô printanière Campanule, permettez-moi de disconvenir courtoisement mais fermement ! dans le privé, le mec qui pique dans la caisse, il se retrouve 1/ viré, 2/ devant le tribunal ! éventuellement il peut aussi « accidentellement » se prendre une copieuse dégelée, histoire d’apprendre les bonnes manières !
      Je ne suis pas l’actualité métropolitaine, mais ici, il y a souvent des cas de personnes qui tapent dans la caisse : associations, crèches, détournements divers, et ça se termine devant le tribunal. Par contre je ne sais pas trop pour le recouvrement comment ça se passe …

      1. Beldchamps

        Ça dépend du type de boîte alors, parce que j’ai un exemple en tête où la personne a volé plusieurs centaines de k€ et s’en est sortie comme une fleur, aucune poursuite, aucun recouvrement bien sûr, et s’il y a d’autres cas similaires, l’issue serait la même. Et puis au niveau des caisses locales du crédit agricole ou des élus du CE, les prêts bonifiés jamais distribués aux autres agris ou les prestations du CE choisies sur-mesure pour les élus eux-mêmes, là c’est le top puisque c’est légal, c’est courant et personne n’a jamais protesté, il n’y a jamais eu de « dégelées ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.