Temps de travail : l’écart se creuse entre public et privé

Comme le notait Disraeli, il y a trois sortes de mensonges : les petits, les grands et les statistiques. Cependant, on ne peut torturer les chiffres que jusqu’à un certain point, au-delà duquel, ça finit par se voir. Prenez ceux du temps de travail comparé entre la fonction publique et le secteur privé en France : même avec la meilleure volonté du monde, il devient délicat d’oublier de jolies différences.

Que voulez-vous : dans nos époques où tout n’est plus qu’information disponible du bout d’un clavier ou d’un téléphone, il devient difficile de cacher certaines réalités dérangeantes, même à coup d’euphémismes de gros calibre et aussi puissantes les gesticulations soient-elles pour les camoufler. Ainsi et comme nous l’apprend un article de Capital paru il y a quelques jours, le service statistique du ministère de l’Emploi – la Dares – a publié le 21 décembre le détail du temps de travail entre entreprises privées et administrations publiques et ses résultats piquent un peu.

Bien sûr, on s’empressera de préciser que les chiffres collectés se basent sur les déclarations des travailleurs, que la fiabilité n’est donc pas totale, mais même en tenant compte des petites approximations, le résultat de cette première compilation n’est guère ambigu : les salariés du privé affirmaient en 2015 avoir travaillé 1688 heures, contre 1526 pour les fonctionnaires, ce qui représente une différence de 10% de temps de travail en plus pour le privé.

D’autre part, il semble aussi que cet écart, déjà important en soi, n’a pas cessé d’augmenter depuis ces dernières années, avec même une tendance à l’accélération : l’écart du temps de travail entre salariés du privé et fonctionnaires atteignait 5% en 2012, 6,5% en 2013 et 2014 avant de grimper à ces 10% constatés en 2015. En moyenne, cela veut simplement dire que lorsque les salariés du privés travaillent 215 jours par an, les fonctionnaires, eux, n’en travaillent que 195.

Dans une économie florissante, dans un pays en pleine santé et dans lequel les institutions républicaines et les services publics seraient au top, cette constatation n’aboutirait probablement qu’à un petit haussement d’épaule. Malheureusement, la France de 2017 n’est pas exactement ce moteur finement huilé où chaque petit engrenage, chaque pignon ou chaque piston participe joyeusement à faire marcher une machine taillée pour la réussite : ce « petit » décalage entre privé et public pose quelques soucis.

D’une part, il y a bien sûr la douloureuse question du salaire.

Sans même s’attarder sur les différences objectives du montant des salaires moyens dans le privé et dans le public, force est d’admettre qu’à salaire égal, si un salarié du public produit 10% d’heures en moins que son équivalent du privé, il est alors 10% plus coûteux pour celui qui l’emploie.

Autrement dit, avec 10% d’heures en moins en moyenne, les titulaires de la fonction publique (d’état, hospitalière ou territoriale) sont de fait 10% plus cher que les salariés du privé à salaire égal. Si l’on se rappelle qu’en termes de salaires nets moyens, le public est aussi mieux loti que le privé, cela rend cette différence d’autant plus criante.

Formulaire 27b-6Cependant, faisons fi de ces considérations bassement matérialistes, laissons filer cet argument pour revenir à l’essentiel : un salarié du public qui effectue 10% d’heures en moins, cela veut surtout dire, mécaniquement, que le service public auquel il participe est assuré 10% moins longtemps que le service équivalent ou comparable dans le privé. Très concrètement, cela veut dire qu’en face d’une clinique qui offre une heure de travail pour un montant donné, l’hôpital public n’en fournira que 54 minutes (et idem pour les autres services transposables dans le privé). A fortiori, cela explique sans doute les horaires minimalistes de certaines préfectures ou sous-préfectures, consulats et autres institutions locales que les usagers doivent prendre d’assaut le plus tôt possible tant il devient complexe de slalomer entre les guichets fermés, les services indisponibles pour cause de maladie et les tampons impossibles à obtenir pour motifs brumeux à base de Cerfa rose 27b-6.

Or, il sera difficile d’oublier que d’une part et depuis des années, les impôts n’ont cessé d’augmenter et que d’autre part, depuis autant d’années, la fonction publique n’a cessé d’embaucher à un rythme que certains pourraient gentiment qualifier de soutenu sans passer pour des loufoques.

À bien y réfléchir, voilà qui ne peut que surprendre : les coûts de nos services publics n’ont cesser d’augmenter, les effectifs aussi, et voilà que non seulement, l’horaire moyen du fonctionnaire est plus faible que celui du salarié du privé, mais en plus diminue-t-il avec insistance.

Le pompon reste cependant qu’en plus de ces constatations déjà passablement irritantes, le régalien, ce pourquoi l’État prétend exister et tirer sa raison d’être, n’a jamais été aussi mal géré, au point que le quinquennat hollandesque marquera un point haut dans le n’importe quoi chimiquement pur, comme je le notais dans un précédent billet.

Ainsi, les fonctions régaliennes sont toutes à cran à divers degrés.

Nos armées, sans arrêt tiraillées entre les demandes idiotes de plans de sécurisation du territoire national et les opérations extérieures frôlant parfois le publicitaire ou la fumisterie, sont maintenant exténuées par des années de gesticulations stériles que les péripéties au niveau de la solde, des matériels ou des cadres n’améliorent absolument pas.

La police, devenue lentement mais sûrement une force d’occupation intérieure destinée à traquer de l’automobiliste solvable en lieu et place d’assurer l’ordre et le respect de la loi, n’est plus guère qu’une immense institution papivore que l’actuelle législorrhée a mis sur les rotules.

La justice, généreusement manipulée par toute la classe politique, patauge entre les réformes de plus en plus mal boutiquées, la croissance d’un dogmatisme assez délétère et un manque de moyen qui serait comique si, parfois, des gens n’atterrissaient pas en prison à tort ou en étaient relâchés (à tort aussi).

J’éviterais ici d’évoquer la fonction publique territoriale, pléthorique et dont l’impact se sent surtout sur les finances et les impôts locaux, ni de l’hospitalière qui accumule le stress et la gestion erratique (urgences débordées, grèves et mécontentement visible partout, service dégradé, médecine à N vitesses souvent négatives ou nulles).

Quant au non-régalien, c’est un désastre depuis la gestion des infrastructures devenue un marigot entièrement voué aux gémonies du capitalisme de connivence le plus rabique en passant par la corruption franche et gaillarde, jusqu’à l’Éducation nationale maintenant totalement aux mains d’idéologues psychologiquement désastreux.

Tout cela, je vous le rappelle, pour des impôts en hausse et, donc, un temps de travail en baisse. C’est-y pas merveilleux ?

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires274

  1. Aristarkke

    Ces évaluations d’ écarts comprennent elles les arrêts de travail ou l’ absentéisme ordinaire??? Cela ne doit pas manquer d’influer aussi.

    1. MCA

      Non, non, Harry, il manque une hypothèse :

      Si le public travaille 10% moins longtemps, c’est parce qu’il travaille 10% plus vite….

      Bon, je sors… :o))))

      1. Aristarkke

        Il n’y a aucun élément probant même partiel pour que cette hypothèse se transforme en quelque chose de moins virtuel…
        D’autant que l’ Administration passe son temps à élaborer des procédures de simplifications qui aboutissent invariablement à un alourdissement du processus…
        Moi, je dirai qu’il travaille 10% de moins parce qu’il est 20% supérieur à ce qu’il devrait être, en restant large dans l’évaluation… :o)))

    2. albundy17

      En comptant les arrêts de travail pour maladie grave du vendredi, ce doit être pire.

      Il y a dans les tuyaux, je crois même que c’est déjà en cours par endroit, une prime de présence pour les fonctionnaires vertueux, cad ceux qui viennent bosser sont présent plus souvent que les absents

  2. titi18

    Le premier graphique sur la durée annuelle n’est pas neutre et induit en erreur. Son axe des ordonnées n’est pas à zéro, on a l’impression que l’écart est du simple au double alors qu’il n’est « que » de 10%.

    Ce qui n’excuse rien, mais, quand même c’est regrettable.

  3. Aristarkke

    Hélas! le régalien n’ est pas censé rapporter des voix comme le clientélisme direct et indirect. Dans le cas contraire, il serait autrement choyé.

  4. Panouf

    J’ai une objection sur la fonction publique hospitalière: rien ne dit que le temps de travail soit uniforme dans toutes les administrations, et ce que j’ai vu c’est que vu que les 35h sont une connerie inapplicable, y a tout un paquet de moyens genre les crédits épargne temps pour arriver à plus que 35h par semaine au final.

    Quand à dire que les fonctionnaires ont un salaire moyen équivalent à celui du privé… je demande les éléments factuels pour le vérifier. Ça dépend aussi du point d’indice ou de trucs comme ça.

    Pour le reste d’accord avec toi.

    1. Pour l’assertion sur le salaire moyen, il y a un lien dans l’article. Pour l’inégale répartition des 35H et le foutoir dans l’organisation hospitalière, oui bien sûr mais on parle d’agrégats généraux donc forcément, ce genre de subtilités est gommé.

      1. Higgins

        Pour le salaire moyen, je sais que j’enfonce une porte ouverte mais la comparaison entre secteur privé et secteur public souffre de l’importance des primes dans le second. Ces primes, qui n’entrent généralement pas dans le calcul de la retraite, représentent parfois un bon tiers du revenu, parfois plus. Elles ont parfois des justifications réelles, parfois non mais les syndicats veillent. Autre point, la grille indiciaire de la fonction public garantit à tout agent un avancement automatique en terme de revenu, plus ou moins important suivant le poste occupé. Peu d’entreprises proposent des choses équivalentes.

  5. Higgins

    Il me semble qu’il faille faire une nette différence entre le secteur régalien et les autres. Dans le premier et au vu de ce que j’en connais, en règle générale, ça bosse pas trop mal (qualitativement et quantitativement). Pour autant, il existe plein de pistes d’amélioration mais la rigidité structurel inhérente à ce secteur et le poids des habitudes gênent la mise en place de ces dernières. Je serai nettement plus circonspect en ce qui concerne le non-régalien au premier plan duquel je placerai la fonction publique territoriale. Je ne serai pas surpris que l’importance du différentiel vienne avant tout de ce secteur où le pire côtoie le meilleur: missions mal définies, postes de complaisance, multiplications des hiérarchies inutiles, etc,…
    Pour les arrêts de travail, la mesure prise par Lebranchu lors de son arrivée au ministère de le fonction publique (suppression du jour de carence pour les fonctionnaires) a donné un blanc-seing à la reprise de la fête du slip. Remettre en place cette mesure de bon sens serait à mon avis une mesure simple et de bon sens.

        1. Gastoon

          Mes amis ‘Sudacas’ (je peux le dire ce sont mes amis) disent :

          El sentido comun es el menos comun de los sentidos.

          en Français courant cela rend moins qu’en VO :

          Le sens commun (commun au sens de courant, évident : ‘bon’) est le moins commun de tous les sens.
          En ce sens le mot ‘bon’ est mal utilisé : ‘bon’ introduit un jugement de valeur alors qu’il ne s’agit que de logique.

          Parler plus d’une langue fait aimer la sémantique.

    1. Flaghenheimer

      Ce n’est pas du tout une mesure de bon sens.
      Elle part du principe que les gens déposent des arrêts maladie pour des raisons de confort ce qui est tout à fait faux.

              1. Stéphane B

                Si un instituteur a une gastro mais qu’il a besoin de travailler et donc de ne pas perdre d’argent. ne vaut il mieux pas qu’il reste une journée à la maison le temps que ça s’arrange plutôt qu’il vienne et refile sa chtouille à tous les gamins ?

          1. sam player

            Même pas, les commentaires débiles ça ne manque pas…
            Le tien d’ailleurs se ridiculise tout seul et il n’est même pas nécessaire de mettre un lien pour le ridiculiser…

            1. Flaghenheimer

              Pourtant c’est sympa les liens ça évite de trop se casser la nénette : « Regarde idiot, il y a un blogueur de contrepoint qui est d’accord avec moi »!

      1. Gosseyn

        Bien entendu, Flaghenheimer, les congés de maladie ne sont pas posés pour des raisons de confort. Simplement pour être en adéquation avec le planning annuel prévisionnel, voyons.

      2. Deres

        Que tous les arrêts maladie ne soit pas de confort est une lapalissade. Mais cela ne signifie pas qu’il n’en existe pas et que ce soit une raison pour lutter contre eux … En tout cas, la mise en place de cette mesure te sa suppression a bien montré que cela avait un impact important sur els arrêts de travail.

  6. Bonsaï

    Vu d’ailleurs, ça fait franchement peur… c’est un thriller que H16 nous brosse là.
    La chute de l’empire romain.
    Et les citoyens indifférents, vaquant à leurs petites affaires ou surfant sur les premières neiges, n’en ont rien à faire. Jusqu’au réveil ou peut-être pas…

              1. Hussard Bleu

                and the winner is ?

                De toutes façons, la Suzanne, redoutable bas-bleu, était une casse-couilles de dimension intergalactique, et sans doute frigide… sa fille devait tenir son tempérament volcanique du côté paternel…

          1. Aristarkke

            Gibbon était anglais d’origine et n’ était pas (à ce moment là), le parpaillot vraiment convaincu qu’il devint plus tard. Necker a du être considéré comme davantage contrôlable sur la vérification de sa fortune puisqu’il possédait la moitié d’une banque prospère et qu’il était genevois.

            1. Hussard Bleu

              Pooh! pooh ! c’est le père de Gibbon qui s’y était formellement opposé, à raison de la situation financière peu reluisante des Curchod. On respectait la volonté paternelle en ces temps gothiques, d’autant que l’on y déshéritait facilement…

              Necker n’était pas encore sur les rangs, et la jolie Suzanne en fut pour ses frais d’amabilité.
              Ce Necker était un Prussien, fait citoyen genevois de par ses réussites en matière bancaire… Une sorte de Macron de l’époque, quoi…

          2. Aristarkke

            Fort riche ? Le grand père Gibbon en avait perdu une bonne partie en spéculations boursières hasardeuses. Il y avait des restes mais tout de même 😛

            1. Hussard Bleu

              Des restes ? Il suffit de lire Jane Austen pour voir qu’avec 500 livres par an, on vivait fort bien, avec maison confortable et domesticité.

              Ce n’étaient pas des pauvres qui pouvaient s’offrir le traditionnel « Grand Tour » européen, comme Gibbon.

              1. Aristarkke

                C’est d’ailleurs étonnant de constater la grandeur relative du pouvoir d’achat de la livre sterling d’avant WW1.
                On y paye des choses importantes comme une maison sur la base de 300 £ comme cela est confirmé aussi dans la série Downton Abbey qui narre les avantures d’une famille d’aristocrates anglais entre 1912 et 1928 et qui, aux yeux de ma Dame, légèrement anglomane, paraît refléter un soin certain dans la crédibilité des décors et de la société environnant cette famille. (Je pense qu’elle devrait te plaire vu son côté british indéniable, à commencer par le chateau de Highclere itself!)

                  1. Lark on the Wing

                    DA ? pas encore vu… Fille aînée, qui me pousse à regarder les feuilletons qui lui ont plu, m’a offert, à l’occasion de deux ou trois Xmas successifs, Dexter et Downtown Abbey en DVD… j’ai commencé par Dexter, au bout de qq années seulement, après un quos ego comminatoire (du genre « Père, à quoi cela sert-il que je cherche à améliorer votre compréhension du monde actuel, si vous persistez dans votre psychorigidté anti-moderne, »)…

                    Je dois avouer que Dexter, malgré quelques réserves tenant à certains aspects politiquement corrects, m’a assez séduit : on se prend à rêver qu’il y a de certaines vagues humanités que l’on aimerait assez voir sur sa table….

                    Evidemment, avec DA, à venir, on n’évolue pas dans le même milieu, mais j’ai quelques repères, en fidèle lecteur de PG Wodehouse, Galsworthy, voire Thackeray ou Sackwille-West.

              2. Royaumont

                Vers 1900, la livre sterling valait 7988 mg d’or (presque 8g !) contre 322 mg pour le franc germinal. Ce qui fait presque 25 francs pour une livre sterling !
                Dans ses souvenirs d’enfance, Pagnol raconte que son oncle était considéré comme « riche » avec 300 franc par mois, soit 12 livres sterling (144 par ans), vers 1900 toujours.
                500 livres représentent donc une jolie somme, permettant de vivre bourgeoisement (surtout si on tient compte de l’inflation entre 1800 et 1900, faible, mais non nulle).

  7. Le Gnôme

    Le livre de Zoé Shepard nous avait déjà donné une idée de la productivité de certaines administration, du népotisme et des guerres picrocholines qui s’y déroulent.

    1. Hussard Bleu

      Les deux livres de cette excellente personne – qui en fut salement sacquée, une fois son anonymat percé – ont été un plaisir de lecture… mais les nuisibles qu’elle dénonçait sont toujours en place, eux… La Ripoublique gouverne mal, mais se défend bien…

    2. Aristarkke

      « Abruti de fonctionnaire » qui décrit par le menu la vie quotidienne guère reluisante d’ une mairie PS de grande banlieue parisienne, a valu de sérieux ennuis à son auteur…
      Simplement pour avoir raconté la vraie vie dans la territoriale…

  8. René-Pierre Samary

    Winston disait aussi : « L’ Histoire me sera indulgente, car j’ai l’intention de l’écrire. »
    Pour ce qui est du traficotage des statistiques, mensonges d’état, il y a même un institut spécialisé pour cela.
    « L’Insee a dû reconnaitre en 2006 qu’elle avait minimisé ses chiffres sur l’immigration. Pour les démographes sérieux qui travaillent sur ce sujet, l’information n’était pas une surprise ; en revanche, la reconnaissance tardive démontrait « officiellement » que le question des flux migratoire en France restait un tabou, comme si les pouvoirs publics estimaient que la population n’était pas encore assez mûre pour accepter le révolution démographique en cours ». Christophe Guilluy, Fractures françaises)
    Bien souvent, il n’est même pas nécessaire de fausser les résultats. Le vrai/faux est dans la présentation des études, utilisant tantôt des chiffres absolus ou des pourcentages, selon l’effet visé (exemple de l’accidentologie automobile) ; ou mieux encore, l’emploi de catégories particulières, voir à ce sujet les définitions restrictives de l’INSEE (à propos de l’immigration).
    Pour revenir au sujet du jour, il faut vraiment que la vérité devienne aveuglante pour être enfin admise, du bout des lèvres. Encore est-elle minimisée, comme le suggère Ari. S’agit-il d’un temps de travail réel, ou théorique ?

    1. Higgins

      Pour expliciter les précautions à prendre pour l’exploitation des statistiques, j’aime bien cet exemple tiré d’une brève de comptoir avec feu Jean Carmet dans le rôle de l’alcoolique de service: 30% des accidents mortels en voiture sont dus à l’alcool. Ça veut dire que les 70% qui restent sont dus à des gens qui ne boivent pas! Choisissez donc bien votre camp.
      C’est assez inquiétant qu’un organisme comme l’INSEE se laisse aller à ce genre de malversation. Je sais que le pouvoir est prêt à tout mais ce n’est jamais bon signe quand on commence à trafiquer ce type de données. Au bout d’un moment, ce sont les fausses qui deviennent la vérité et les mesures prises qui en découlent conduisent rarement à des décisions judicieuses.

          1. Lark on the Wing

            Il n’est pas nécessaire de me remercier, Cal : un apophtegme de cette hauteur reste en mémoire… « Fleur de coin », quoi !…

            Je l’ai, au demeurant, déjà inséré dans mon célèbre Journal*, assurant ainsi à ton pseudonyme une immortalité flatteuse.

            * car en effet, je suis le Léautaud du net, le Saint-Simon du Morvan numérique, le Du Bos épiscopal de chez Monseigneur de Seize, le Bourbon-Busset de l’Académie du Cloud, le Pepys électronique, et le e-Nobody des Grossmiths connectés…

              1. Hussard Bleu

                BM !!!! chère et dangereuse amie ! il y a une petite différence entre Journal et Blogue ! le Blogue est ouvert à tous sur le Net, un Journal n’est communiqué qu’aux très rares happy few… et c’est bien ainsi : sur les 12 ou 15 000 pages, il doit bien en avoir un millier susceptibles de me conduire à un banc de nage d’une des galères du Politiquement Correct….

                La Military Police de la Pensée veille…. et je veille, de mon côté, à ne pas trop lui faciliter la tâche…

                    1. Black Mamba Warrior

                      J’ai écrit entre temps un article sur la méditation, toi la sceptique de service, peux-tu me dire ce que tu en penses. Excuses ma familiarité, mais je suis plus à l’aise avec le tutoiement.

                    2. Bonsaï

                      C’est vraiment du beau boulot, ce blog !
                      Il est très esthétique tout en restant sobre, et le contenu est passionnant, d’autant plus qu’il décrit une technique d’art martial très rarement évoquée en Occident…

                      Bon, j’ai lu l’article sur la méditation qui est fort intéressant et bien écrit, sans être pesant.
                      J’ai toutefois relevé une petite boulette dans la phrase qui suit
                      « Et cet esprit, il doit l’affûter autant que son katana. » :
                      Et la voie sûr : il manque le e !
                      Si tu pouvais aussi insérer des liens à cliquer, ça serait plus confortable. Je te donnerai des détails, si tu veux, mais normalement dans WP, tu dois avoir une facilité pour le faire.

                    3. Black Mamba Warrior

                      O.k , je modifie.
                      L’article n’est pas tout à fait terminé, je poste un premier jet pour me fouetter, c’est pour cela que je n’ai pas encore placé les liens. Et certains liens ne sont pas encore existant car je dois développer les sujets dans de futurs articles.

            1. Greg

              Non, c’est l’arborescence des commentaires qui complique la lecture…
              C’était une réplique à la citation de Calvin sur les principes flous…
              Et c’est typiquement valable pour les ingénieurs donc ça devrait plaire à notre ami Sam Player.
              Voilà c’est plus clair je pense…

      1. Gosseyn

        Inquiétantes, les dérives de l’INSEE ? Mais des recherches sur la plupart des institutions publiques amènent aux mêmes conclusions. Encore faut-il distinguer le factuel (manips de stats) du réglementaire et du légal.
        Un exemple entre tous, que vous pouvez facilement vérifier : la C.A.D.A. ; recherchez la loi qui valide ses attributions. En gros, tout document public est communicable, hors ceux relevant du secret défense et des procédures judiciaires en cours.
        Même pas besoin de tester en réel. Allez sur la page d’accueil de la C.A.D.A : elle est plus restrictive que la loi en matière de documents communicables !
        Et s’il leur venait de dissimuler ceci, testez, confirmation assurée, surtout si vous demandez de la documentation en provenance de secteurs corrompus …

  9. Stéphane B

    Bon euh comment dire ??? Il faut distinguer plusieurs fonction publique mais aussi plusieurs services, etc. Je suis convaincu, pourtant étant dans la FPE, que beaucoup de missions devraient disparaître car hormis brasser du vent, bousiller de la paperasse, je ne comprends pas leur utilité. Toutefois mes collègues qui les assurent font bien leur 35h hebdomadaire théorique. Je ne dis pas que ce sont des acharnés au travail mais que faire ? Ben pas grand chose car même le conseil d’Etat a reconnu que l’insuffisance professionnelle n’était pas une raison pour une sanction.
    A cela il faut rajouter l’encadrement du t’es fonctionnaire donc tu obéis et je me moque de ce que cela implique pour toi. Certains avocats appellent cela le harcèlement hiérarchique.
    Et pour clore ce chapitre, la reconnaissance est quasi nulle. Si vous faites votre travail dans les règles de l’Art, avec reconnaissance des ingénieurs généraux, des maires, du préfet, vous aurez juste avec un peu de chance le fait que votre patron vous le dise. Après, rien au niveau avancement ou même reconnaissance autre. Quand je suis rentré dans la FPE, un collègue m’a dit que pour être bien vu, il fallait se balader dans les couloirs toute la journée avec un dossier sous le bras et faire le tour des bureaux. Une ancienne collègue, qui instruisait des permis de construire, s’est vu réprimander oralement car elle allait trop vite. Manque de bol pour elle, en prime, son travail ne suscitait aucun reproche. Mais, son efficacité mettait en péril le service car les usagers ne comprenaient pas pourquoi les autres étaient si lents. La moyenne de ce service, svp ne rigolez pas, était et est toujours de 2,3 actes par jour. Bref, aucun risque de se fouler une phalange.

    Le télétravail n’est pour l’instant qu’une illusion. Dans le MEEM, après la sortie du décret d’application, sont sortis deux arrêtés qui le verrouillent totalement. Il est impossible d’en faire. Toutes les activités que nous exerçons se retrouvent en partie dans les précisions des arrêtés pour dire que pour les agents exerçant ces missions, le télétravail n’est pas possible.

    Alors oui je suis d’accord que dans certaines FPT, ils sont encore moins foudres de guerre. Mais là encore, nous butons sur un problème d’encadrement, bref de gestion de ressources humaines. Il n’y en a aucune. L’égalité règne en maître et il faut s’aligner sur le plus faible, euh non feignant. Et comme écrit plus haut, on ne peut pas le virer.

    Perso, je suis démotivé par la FPE, et plus exactement par ma direction départementale qui nous traite comme du bétail, mettant en avant son bilan carbone. Par exemple, en Haute Garonne, une DD de ce département a fermé son centre de Saint Gaudens et rapatrié ses agents à Toulouse. à 100km.

    1. Hussard Bleu

      Mon ami, en tenant de pareils propos, vous allez vous faire shepardiser !!! (au fait, le bilan carbone c’est un truc pour manouche… ça vaut un accident ferroviaire)

      1. Stéphane B

        Mais je le suis déjà, shepardisé, du simple fait que je clame plus de libéralisme. Pour ceux qui s’en souviennent, j’avais déjà évoqué mon cas sur un autre sujet. J’avais écrit que je ne pouvais plus supporter de travailler dans un bureau, avec une collègue, proche de la retraite et qui met le chauffage à 25°c porte ouverte, 28 porte fermée, mais comme bilan carbone oblige (vrai car propos de mon directeur actuel), j’allais le quitter pour rejoindre la ville préfecture à 45km. Mon directeur laissant ma collègue jusqu’à sa retraite ainsi que le service urbanisme qui est dans le deuxième bureau. C’est, je pense, pour cela que ma direction n’a pas bougé l’once d’un pouce pour apporter une réponse.

        Certains ici m’avaient conseillé de la traiter de bonnasse avec un énorme « C », ce que ma courtoisie et ma retenue m’empêchaient. Mais finalement, j’ai craqué. Je lui ai foutu un tir en explosant dans le bureau suite à sa énième jérémiade « j’ai froid » alors qu’il faisait 25°c porte ouverte et demandant aux inspectrices sécurité santé au travail de fermer ladite porte. Du coup, convocation le lendemain chez le directeur avec menace de procédure disciplinaire si je ne rappliquais pas mes fesses dès le lendemain dans la ville préfecture avec comme bureau une salle de réunion et comme travail ??? je le cherche encore au motif que j’avais besoin d’être encadré.
        Ce brave homme m’a aussi conseillé de suivre un traitement pour gérer ma colère et mon relationnel.

        Je l’ai écouté. Je suis allé voir mon médecin qui m’a orienté vers un psy sinon je vais le travailler mon relationnel mais il y en a un qui va apprendre à voler dans les escaliers. En attendant que mon ire descende et/ou que je me trouve un poste ailleurs, ni l’un, ni l’autre du coté médical ne veulent que je remette les pieds au travail. Comme je leur ai dit, je n’ai encore jamais tué quelqu’un volontairement mais ça pourrait vite arriver si je croise des gens dans l’escalier.

        Surtout que maintenant je suis en conflit ouvert avec ma hiérarchie car je souhaite que mon craquage psychologique soit reconnu comme accident de service, chose qui nécessiterait derrière une enquête qui mettrait du monde dans la merde et ils devraient assumer (désolé pour l’insulte). Or, bien sur, il faut à tout prix se couvrir donc refus pour l’instant de le déclarer. Je leur ai donc envoyé toute la jurisprudence pour leur montrer qu’ils n’avaient pas le choix, j’attends donc aujourd’hui la suite.

        Pour le bilan carbone, c’est comme l’accidentologie pour les préfets. Il s’agit d’un critère de notation pour les directeurs qui se doivent de le baisser. Mais leur calcul est faussé car ils ne prennent pas en considération le trajet parcouru par l’agent.
        De plus, les risques psychosociaux sont maintenant pris en compte au travers d’un document les recensant, syndrome France télécom et poste. Or avec cette volonté de ne pas tenir compte des coûts pour les agents, qui s’appauvrissent tant monétairement que familialement, et vu la jurisprudence actuelle, il y aura de plus d’agents qui péteront des durites. La politique de l’Etat dans ce domaine est donc nulle et risque de lui coûter fort chère

        1. Pere Collateur

          Sacré anectdote!

          C’est dommage que le conflit soit déjà ouvert avec vos supérieurs, car il y aurait eu un moyen assez simple et efficace pour éviter ca et que j’utilise moi même: 15 jours à la campagne au calme absolu. On jardine, on coupe du bois, on bricole, on va au bistro, on se balade dans la forêt… et tant d’autres choses. Ca aide à relativiser ce genre de truc et coupe toute envie de faire monter en sauce une micro frustation qui ne mérite pas tout ce ramdam.

          Maintenant, moi je que je vois en tant que contribuable, c’est que mon pognon va être claqué dans des tonnes de procédures à praprasse à la con et que vous ne fournirez plus un pet de travail en échange des salaires qu’on vous versera. Je pense que je vais avoir besoins de mes 15 jours de calme dans la fotêt…. ^^

        2. Bonsaï

          Pathétique, on dirait un fake.
          Le plus triste c’est que ces libéraux bon teint font mine de s’apitoyer sur votre triste sort…
          Je m’esclaffe *les risques psychosociaux » de ces pauvres fonctionnaires débordés, pendant que les vrais chômeurs, eux s’entassent au portillon !

          1. Val

            @bonsaï « on dirait un fake » ? On voit que vous vivez en suisse au pays où mêmes les arbres sont libéraux . C est plutôt chronique ordinaire ds la FP française.

        3. Higgins

          Pour avoir fait tester la chose, il existe une méthode « douce » assez performante: y mêler la médecine de travail (ou apparentée) et l’inspection du même nom ou du moins on menace de le faire. On n’aime pas trop les mauvaises publicités dans le Public. Méthode par mail, c’est avant tout la ou les personnes en Cc voire en Cci que l’on veut faire réagir. J’ai ainsi aidé une personne de l’EN en butte a du harcèlement moral qui a pu être mutée. La menace du dépôt de plainte est à manier avec précaution.

  10. Gerldam

    Comment peut-on encore parler des sous-préfectures, qui, rappelons-le, ont été créées par la révolution de sorte qu’un paysan (95% des français de l’époque) puisse aller à la préfecture, ou ss-préfecture et retour en carriole à cheval dans une journée?
    Delenda est sous-préfectures (dans un premier temps)
    Delenda est préfectures (dans un deusième)

    1. Hussard Bleu

      Voui… mais ça permet en province d’entretenir de magnifiques bâtiments anciens, fournissant par là-même des domiciles luxueux à toute une catégorie de privilégiés qui y vivent comme sous l’Ancien Régime, avec chauffeur, cuisinière, personnel de maison, frais de bouche etc. Le salaire d’un Sous-Préfet ou d’un Préfet, c’est de l’argent de poche…

      1. Higgins

        « …ça permet en province d’entretenir de magnifiques bâtiments anciens,.. » remplis généralement de meubles de très belles factures sans parler de la décoration. La Préfectorale reste le bras armé du pouvoir parisien. Ses pouvoirs sont, disons, très importants. Pour avoir fréquenté ce milieu il y a cela quelques années, j’en reste encore impressionné.

        1. Hussard Bleu

          Lesquels meubles tendent souvent d’ailleurs à se faire la malle lors des changements d’affectation : il y a eu, ces dernières années, quelques procès bien amusants, sans tenir aucun compte du pretium affectionis comme circonstance atténuante… hé voui, quoi, on s’y attache à ces commodes, bureaux et autres consoles portant parfois de nobles signatures…. difficile de s’en séparer…

          Il est curieux de voir que, même dans les tribunaux – chargés de les sanctionner – ces évaporations se produisent tout aussi bien : le Canard Enchainé s’en faisait l’écho tout récemment… provoquant la soudaine ré-apparition d’une partie des chers disparus… Comme la chair, la Justice est parfois faible…

          1. Higgins

            La chair est faible mais, très sincèrement, je n’en ai jamais entendu parler au sein de la Justice (je ne dis pas que ça n’a pas ou jamais eu lieu) alors que encore récemment, un sous-préfet s’est fait épingler (« Un sous-préfet incarcéré pour du vol de mobilier national »: http://www.leparisien.fr/faits-divers/un-sous-prefet-incarcere-pour-du-vol-de-mobilier-national-27-02-2016-5582415.php).
            Souvent, les disparitions ont lieu lors des réorganisations ou changement de bureau (on enlève l’ancien mobilier et on le stocke là où on peut). Le mobilier et/ou décoration en place dans les palais de Justice est rarement exploitable et rarement en bon état. Par contre, je me souviens d’avoir vu dans une préfecture, sur un mur, un magnifique petit Watteau. Assez tentant pour une personne mal-intentionnée.

  11. Bonsaï

    Toute cette monstrueuse administration est le fruit d’un vaste empire colonial, qui n’a pas su rentrer sa voilure au fur et à mesure de son rétrécissement, à l’instar d’autres pays comme la Grande-Bretagne.
    Les fonctionnaires, parasites vivant grassement sur le dos du peuple, ont pris le pouvoir depuis longtemps. Et comme le français adore être materné de la sorte, l’idylle peut continuer encore longtemps !
    L’UE est d’ailleurs bâtie sur le même schéma du fonctionnaire inutile et surpayé qui survit en édictant quelques lois contraignantes (pour les autres).

    1. Aristarkke

      Être materné par le Public, c’est vraiment la formule de l’ appartement témoin… La réalité est tout autre puisque le pays devient de plus en plus son esclave. Bref, c’est quotidiennement la journée des fous.

    2. Pat

      Quelle idylle ? Entre les fonctionnaires, les haut-fonctionnaires et les politiques, certainement. Tous vivent aux crochets du privé. Certains sont utiles, voire indispensables, beaucoup sont des parasites.
      Et être parasite comme un Mélanchon, qui vit grassement à nos dépens, c’est immoral.

  12. Calvin

    Ne pas oublier un effet de bord.
    Le PIB est calculé en ajoutant le salaire des fonctionnaires sous l’argument (honteusement grossi) que chaque ETP ajoute de la « richesse » à la nation. Sans même séparer ce qui est purement administratif, normatif (et délétère) de ce qui est vraiment un apport (sécurité assurée, savoir dispensé, soins réalisés, etc…)
    Or ce PIB sert à calculer le taux de dépenses publiques autorisé (le fameux 3% rarement respecté en France). Toute embauche et tout absentéisme gonflent le PIB et autorise, par un cercle vicieux de plus en plus dangereux et autistique, des dépenses de plus en plus insoutenables.
    CPEF.

    1. Hussard Bleu

      On l’a déjà dit ici – Cal tu suis pas, va au coin – le 3% du PIB ne veut strictement rien dire : le déficit des comptes publics est proche de 25-30%…

      1. Aristarkke

        Il fallait fournir un chiffre « bas » pour dissimuler qu’il cachait de gigantesques sommes. Arnaque efficace d’ autant que les journalistes évitent d’ être (trop) curieux…

      2. sam player

        Rapporter des dettes ou un déficit à ce qui génère le revenu n’est pas aussi idiot que cela et c’est ce qui est appliqué en comptabilité en calculant des ratios par rapport à l’EBITDA, EBITDA qui représente la valeur ajoutée pour une entreprise tout comme le PIB représente la valeur ajoutée d’un pays.

        Ainsi on parle de dettes/EBITDA pour vérifier la capacité d’une entreprise à générer de la valeur et là aussi le seuil est souvent mis à 100% comme limite acceptable.

        Idem pour le déficit/EBITDA qui permet de quantifier ce déficit par rapport à la génération de valeur.

        Bien sûr intégrer dans le PIB le coût des services non marchands est une hérésie.

        1. Lark on the Wing

          Prenons des chiffres arbitraires plutôt que ceux réels pour faciliter la démonstration :

          les dépenses publiques annuelles sont de :……………. 100
          les recettes annuelles (impôts et taxes: ……………………………….. 70

          le déficit est donc de :…………………………………………… 30
          si l’on prend un PIB de : ………….1000
          rapporté à ce PIB le déficit représente alors 3%

          chiffre déconnecté de la réalité comptable, et qui paraît raisonnable au Français moyen…

          mais ce déficit reste bien de 30% du budget annuel : on arrive ainsi à plus de 2000 milliards de dettes et on continue dans la joie et la négresse, comme disaient les Inconnus…

          1. sam player

            Oui mais :

            Vu que les taxes sont d’une certaine manière assises sur le PIB* et en reprenant ton exemple, une hausse de 2% du PIB induira une hausse de 20 des recettes (de 70 à 90) et ton déficit aura fondu de 66% (de 30 à 10).

            2% donne -66% : capiche.

            * : c’est bien le problème, les recettes ne sont pas corrélées aux dépenses. Les hausses de recette conduisent à des hausses de dépense (genre cagnotte) mais les baisses de recettes ne conduisent pas à des baisses des dépenses (effet cliquet des dépenses).

            1. Lark on the Wing

              La; comptabilité nationale selon GO, c’est l’infini à la portée des capiche….

              Prends les chiffres réels publiés chaque fin d’année, lors de la préparation du budget suivant, tu verras que j’ai raison et que le déficit annuel est bien de 25/30 % l’an….

              1. sam player

                HB
                Je ne mets pas en doute ces chiffres.
                J’explique juste pourquoi faire des ratios en fonction du PIB n’est pas une ineptie.

                Si 2% de hausse du PIB impacte le déficit de -66% c’est bien que ce que l’on prend pour dénominateur pour faire la ratio n’est pas correct.

                Clinton avait d’ailleurs réussi à avoir un budget excédentaire de 236Mds de $ (2000) en fin de son mandat grâce à la hausse des taxes sur les haut revenus certes mais surtout grâce à la hausse des revenus et du PIB (époque des dot.com).

            2. Aristarkke

              On (au moins moi) ne dit pas que tu as tort par l’ arithmétique. On dit que tu es à côté de la plaque dans l’algorithme appliqué au budget Grançais! Où peux tu prendre sérieusement que le PIB va augmenter sans que les dépenses étatiques ne le suivent de près comme la Mort le cavalier de l’ apocalypse??? L’ augmentation du PIB résulte de plus en plus de l’ augmentation des dépenses étatiques, ce qui conduit à devoir augmenter le taux de prélèvement puisque ce PIB étatique est surtout constitué de PIB marchand ponctionné qui ne peut évidemment servir deux fois dans le même temps…

              1. Deres

                C’est pour cela qu’en France les études Markit qui normalement prédisent de façon fiable les évolutions du PIB ne marche plus très bien. En effet, avec environ 50% de dépenses publiques, l’essentiel de la croissance vient des dépenses du secteur public. Ces dernières années, le PIB marchand a diminué derrière la façade du PIB national qui augmentait !

      1. Calvin

        Blague à part, on peut être pour la privatisation de l’EdNat et reconnaître qu’une part (certes de plus en plus faible) de cette institution participe à la richesse du pays. Même si, effectivement, cet apport est très très cher payé.

        1. albundy17

          « reconnaître qu’une part (certes de plus en plus faible) de cette institution participe à la richesse du pays.  »

          Oui, ça garde les gamins pendant que les parents bossent

    2. Royaumont

      Le calcul du PIB est sujet à caution (notez la litote, on pourrait dire que c’est une vaste fumisterie), notamment à cause de l’intégration du coût des administrations.
      Pour le secteur marchand, le CA est un facteur objectif. Pour le secteur non-marchand, les administrations contribuent au PIB à hauteur de leur coût de revient. Donc, plus une administration est inefficace, plus elle demande de personnel à charge de travail constante, plus elle ajoute au PIB. Dans cette logique, la paresse d’un fonctionnaire devient un relais de croissance.
      C’est totalement absurde, mais pour un énarque c’est un gisement fabuleux pour doper les chiffres : une administration pléthorique, c’est de la croissance en plus et des chômeur en moins, le tout payé par nos petits-enfants.

      Quand au 3% de PIB, cela ne repose sur aucun calcul ni aucune théorie économique, c’est une pure construction de communication. Plus, ça fait panier percé, moins, ça fait pingre. 3% c’est le parfait équilibre, un chiffre magique.

      Dans le même ordre d’idée, nos amis du GIEC affirment, sur la base de leurs doigts mouillés, que le consensus climatique est de 97% des avis autorisés. 3% de contestataires, donc. En dessous, ça fait soviétique. Au dessus, il y a débat.
      3%, le chiffre magique, décidément.

      1. Calvin

        Oui.
        Tout à fait d’accord et c’était mon propos.
        En même temps, le peu de régalien (état de droit), les soins ou l’enseignement (qui gagneraient à être réformés/privatisés) contribuent au PIB.
        Le calcul étant plutôt difficile à doser, on a pris le plus simple et donc le pire !

        1. Lafayette

          je croyais que les 3% c etait la perte résiduelle après avoir imprimé un tas de papier valeur pour éponger les conneries des élus.

  13. bob razovski

    Il y a, derrière ces chiffres, une certaine logique.

    En augmentant sauvagement la masse de fonctionnaires comme on le constate dans la territoriale, il est normal que le temps de travail diminue, puisqu’il y a plus de monde pour faire la même chose (voire pour en faire moins, mais ça, c’est une autre histoire).

    1. Hussard Bleu

      Pas forcément : on leur trouve des petites tâches nouvelles, comme de vérifier les dispositifs d’assainissement en cas de non raccordement au réseau collectif… avec petite taxounette à la clé, au reste déclarée illicite par la jurisprudence récente…. Il y a plein de nouvelles normes dont il faut vérifier l’application par le cochon de payant…. l’imagination est au pouvoir, dans l’Administratif…

    1. Loki dort

      Racoleur? par les 10.000 apsaras, que c’est faiblement dit ! C’est même de l’appel à la sédition, c’est un blasphème contre la Sainte Caste, c’est un crime contre l’ordre administratif de droit duvin divin! Enfin, ce machin républicain qui voudrait nous remplacer, nous, les dieux!

  14. Theo31

    Le seul travail effectué par les fonctionnaires consiste à vivre de celui d’autrui.

    HS: la moitié du programme d histoire à l’agrégation porte sur le monde musulman. Pourquoi ne suis je pas surpris ?

    1. Hussard Bleu

      un début de réponse :
      lefigaro.fr/vox/societe/2016/09/23/31003-20160923ARTFIG00212-comment-l-islam-est-aborde-dans-les-manuels-scolaires.php

  15. Luc

    http://www.fonction-publique.gouv.fr/files/files/statistiques/chiffres_cles/pdf/chiffres_cles_2011-v2.pdf

    En lisant l’article, je me suis demandé si le nombre de professeurs, évidemment plus important dans la fonction publique que dans le secteur privé en France, pouvait en partie expliquer l’écart. Il semble que pas vraiment, dans la mesure où les professeurs certifiés représentent une partie de la fonction publique d’état qui elle-même ne représente que 6,6% des effectifs.

    D’après ce rapport de 2011, la fonction publique se répartit comme suit :

    – Fonction publique de l’État (ministères) – 2 043 648 – 38,6 %

    – Fonction publique de l’État (ÉPA) – 348 716 – 6,6 %

    – Fonction publique territoriale – 1 805 936 – 34,1 %

    – Fonction publique hospitalière – 1 100 073 – 20,8 %

    Ceci dit, il serait intéressant d’avoir des comparaisons entre chacun des corps de métiers public-privé (là où il y a aussi du privé évidemment).

    1. Lafayette

      le nombre de fonctionnaire ne dit rien sur le coût associé au fonctionnement de chaque fonctionnaire. rappelons que l ensemble est une charge, contrairement au privé. de plus même si les finances traquent des fraudes les charges dépassent largement les quelques affaires rentables. alors autant dire que globalement c’est un charge supportable dans la mesure ou il y a de la croissance.

  16. Olivier R

    Je vous confirme que la suppression du jour de carence est une catastrophe. Dans l’hopital public où travaille ma femme ça se transforme en prime au glandeurs et plannings délirants pour ceux qui on encore un peu d’éthique. Le taux d’absentéisme au moment des Fêtes a été cette année délirant. En gros si ta chef ne t’avait donné que Noel, tu pouvais toujours compter sur la « grippe » pour ton Réveillon…

    1. Hussard Bleu

      La Grippe est souvent un état d’esprit…. Madame de Vichy Chamron, née Diane d’Albon en parle, dans une lettre du 1er décembre 1768, lors d’un séjour à Hyères :

      « il règne dans ce pays une vilaine maladie qu’on appelle la grippe que je crains fort de prendre. Ce n’est autre chose qu’un rhume bien étoffé qui occasionne des maux de tête et une fièvre bien serrée »…

      La pauvre femme, qui était atteinte de consomption, d’où le séjour à l’anglaise en Provence, attrapa néanmoins un « enchifrènement épouvantable », mais sans « esquinancie »… Ce fut sans doute en raison du remède qui lui fut donné par son voisin anglais, un médecin, qui conseillait le vin cuit, dont elle « se trouva bien », à hauteur de « bonnes gouttes de plusieurs bouteilles de vin beaujolais »…

      Je vous indique ce remède gracieusement !

      1. Aristarkke

        Te sachant thuriféraire quasi inconditionnel du Morvan, j’ai tendance à penser que ton conseil d’user du beaujolais (ce qui m’arrive également du moment qu’il ne soit pas « nouveau ») est légèrement intéressé…
        Donnais-tu de tes forces dans le vignoble ou le négoce de l’ambroisie avant que de nous forcer à t’entretenir ???

        1. Royaumont

          Tu confonds Morvan et Beaujolais, rhoooo, comment est-ce possible ?
          Par ailleurs, cette année, et pour la première fois depuis au moins 10 ans, ce verjus est assez sympathique.

          1. Lark on the Wing

            Harry !!!!…. mon cher Royaumont, ne gâche pas ta ire, comme disait le Prince de Ligne (ou son père, plus exactement, qui l’était également) : « la bière est assez bonne pour ces gens-là »….

            Ceci dit, j’ai eu l’occasion de boire en novembre un Primeur Gamay d’Ardèche, sur place, à l’occasion d’une chasse dans le Gard, qui valait bien des Beaujolais prestigieux : il arborait, par surcroît de raffinement, une étiquette à la gloire de Modestine… comment résister ?

            1. Royaumont

              La Hire, le bien nommé, à qui on doit cette saillie :
              « Un pillage sans incendie, c’est comme une andouillette sans moutarde ». Du Audiard avant l’heure.
              Mais la famille a une longue histoire, ce n’est peut être pas à celui-là auquel tu faisais référence.

            2. Aristarkke

              Et bien quoi, Werther ?
              De quel injuste courroux agonis-tu la cervoise ou la bière ?
              Ne vaut-il pas mieux une gueuze lambic bien brassée qu’un beaujol’pif de quatrième foulage
              ou un saint aubin aussi chargé de sulfitage qu’une voiture volée de maquillage ?

              🙄

          2. Aristarkke

            Non quand même pas!
            Werther est dans le secteur ouest /nord ouest de Châlon sur Saône (si je ne m’abuse de trop).
            Le Beaujolais est tout de même suffisamment près (alentours de Mâcon) pour être tenu pour voisin et être consommé couramment à ce titre.

            A moins évidemment que quelque querelle éternelle continue entre Eduens et Ségusiaves par descendants interposés… 😉

              1. Lark on the Wing

                Pour un vrai Chalonnais, le â est implicite…. Quand j’étais enfant (j’y suis né…) sur la Foire à la Sauvagine – unique et dernière survivance des Grandes Foires médiévales, tuée pas les écolâtres, bien avant PETA – on entendait des « aaaa » longs comme le bras…

            1. sam player

              Et le beaujolais c’est le nord est du Massif Central et HBest dans le Morvan… doit bien y avoir plus de 100km entre les 2 !

              Macon est en Bourgogne.
              Le beaujolais a une légère emprise sur le département de S&L (quelques km²) avec pour partie St Amour, Chénas et Moulin à Vent mais 95% du beaujolais est sur le 69.

                  1. Lark on the Wing

                    Entre le sud du Morvan et le nord du Beaujolais, il y environ 150 km…. ceci dit, les vins du Morvan, même en étant volontiers chauvin, je ne saurais trop recommander…

                    1. Aristarkke

                      Quelles délimitations exactes les vernaculaires accordent ils au Morvan ? J’ai l’impression qu’ils le voient plus petits que ce que d’ autres imaginent comme emprise.

                    2. Hussard Bleu

                      Le Morvan est installé sur au moins trois départements, en partie : Nièvre, Saône et Loire et Côte d’Or… un petit bout de l’Yonne, et de l’Allier même, si on veut…
                      Importante césure entre la partie granitique et la partie calcaire (Auxois)

  17. Marco40

    J’espère n’avoir pas lu trop vite, mais on pourrait compléter cet excellent article par le fait qu’en travaillant 10% de plus pour être au niveau du privé, cela permet de supprimer 10% de postes…

  18. JulesXR52

    Petite correction mathématique: si le privé travaille 10% de plus que le public, alors le public travaille 9% de moins que le privé.

      1. JulesXR52

        Eh oui, un peu de précision ne saurait nuire aux beaux raisonnements ici tenus…110/100 ça nous fait 10% d’augmentation, 100/110, ça nous fait 9% de baisse. On doit apprendre en primaire, non? Mais il est vrai qu’au point de désastre où on en est, 1% de plus ou de moins, quelle importance… Le comique, c’est quand même de voir que les 35 heures, qui n’étaient pas destinées au public au départ, finalement c’est le public seul qui en bénéficie. Mais peut-être cela a-t-il déjà été dit plus haut.

        1. albundy17

          « qui n’étaient pas destinées au public au départ, »

          Gnééé ¨??? ben si, c’était pour qu’ils fassent au moins ça, 3 heures de plus, mais la culpabilisation ça marche pas, ils ont raison maintenant y a la prime de présence

        2. sam player

          En fait cette précision n’était pas utile car quand on s’en remet aux chiffres c’est 10.6% (pour 10% annoncé, donc sous évalué) et 9.6% pour l’inverse. Et donc ramener tout cela à 10% est logique.

          L’impact est nettement plus important quand les % sont élevés.

          1. JulesXR52

            Faux, vous ne savez pas compter. L’inverse de 10%, c’est 9,09%, qu’on arrondira à 9,1%. Je vous renvoie à vos études de CM2.

            1. bibi

              Vous êtes sur que l’inverse de 10% c’est 9.09%?
              L’inverse de 0.1 c’est 1/0.1 soit 10.
              Quand on veut donner des cours de mathématiques, il vaut mieux maîtriser les notions élémentaires d’arithmétiques.

              Avec votre définition abracadabrantesque de l’inverse de 10%, je peux tout aussi bien soutenir que c’est 11.11%.
              Une hausse de 10% a pour réciproque une baisse de 9.09%
              Une baisse de 10% a pour réciproque une hausse de 11.11%

              Un pourcentage est toujours donner avec un signe qui peut être le terme hausse ou baisse sans cela ça ne veut rien dire.

            1. Aristarkke

              T’as vu cela!
              Évidemment, vu que c’était pas ras-du-gazon comme d’hab avec l’ ultramarin, la comprenure était plus dure…
              La bouillie à chat, faut s’en sevrer un beau jour…

          1. bibi

            Mes amis, je dois m’en aller
            Je n’ai plus qu’à jeter mes clés
            Car elle m’attend depuis que je suis né
            L’Homérique.

            L’Homérique, l’Homérique, je veux l’avoir et je l’aurai
            L’Homérique, l’Homérique, si c’est un rêve, je le saurai

  19. Kazar

    Ma petite contribution déprimante : un ami m’indiquait récemment que son épouse, qui travaille au service urbanisme d’une mairie francilienne, se plaint de ne pas savoir quoi faire pendant ses heures de travail, elle n’a pas assez de boulot… mais elle ne se plaint évidemment pas de son statut de fonctionnaire. Le mari lui-même en est scandalisé.

    1. Pat

      On a tous des témoignages de ce genre. Il y a ceux (ou celles) qui ont un peu d’amour-propre et quitte ces « emplois » quasi fictifs, et il y a ceux (ou celles) qui s’adaptent, et s’occupent entre coups de téléphone perso, longues conversations à la machine à café, et complètent avec de nombreux arrêts maladie, ou même des absences avec la complicité de collègues assurant la couverture (à charge de revanche).

    2. BDC

      Je viens de découvrir que ça s’appelle un bore-out, c’est dingue ça, je ne sais pas comment ça pourrait m’arriver de m’ennuyer avec le chef que j’ai ☺!

        1. BDC

          Ah non c’est pas mon genre. Mais comme les gens tombent malades d’ennui, ça explique très clairement les arrêts maladie . Cela dit il pourrait mieux gérer son poulailler pool d’assistantes, elles font du présentéisme, ce qui fait qu’à 4 elles bossent moins qu’à 3, et par 2 fois j’ai vu celle qui pose le plus de problèmes avoir un bureau individuel, voire même une prime pour la motiver et ne plus provoquer d’incidents. Et le taux de grossesse est aussi un indicateur RH, c’est mauvais signe quand trop de femmes tombent enceintes.

          1. albundy17

            « Ah non c’est pas mon genre. »

            Surtout que tu ne passes plus.

             » le taux de grossesse est aussi un indicateur RH, c’est mauvais signe quand trop de femmes tombent enceintes. »

            Pourtant ça montre la bonne ambiance lors du dernier séminaire !

            1. BDC

              T’inquiète, vu comme c’est parti, je vais récupérer mon tour de taille rapidement. C’est marrant j’avais jamais remarqué que « séminaire » avait la même racine qu’inséminer.

              1. albundy17

                « je vais récupérer mon tour de taille rapidement »

                Arrête avec tes gros sabots, pour un peu tu me fais penser a mon ex futur 2eme enfant. Il a fallu remettre le couvert

                Ou alors tu fais un nabot ?

                Ou alors tu penses retrouver ta taille originel pasque Sam te fait bosser comme une chienne 😀

                J’ai plein de ou

                1. albundy17

                  PS: Mon premier séminaire, un hotel avec piscine centrale, m’avait rapidement mis au courant des pratiques de tout ces commerciaux en mal de décompression, et de quelques commerciales en mal d’ expansion.

                  1. BDC

                    Passque tu verras ça quand tu nous offriras l’apéro chez toi, quand on sera dans ton coin, mais c’est pas pour tout de suite…
                    Il paraît que certaines entreprises favorisent les rapprochements de salariés pour les fidéliser. C’est une stratégie RH qui fonctionne il me semble.

    3. Hussard Bleu

      KAZAR, toi qui te sens orphelin, prêt à quitter la France…. pour te remonter le moral, lis ce qui suit : tu me remercieras après, car je perçois nettement que, comme moi, tu vas devenir Eugéniste

      ********En ces temps difficiles et en vue des élections présidentielles à venir, il est bon de se pencher à nouveau sur le PROGRAMME POLITIQUE d’EUGENE

      Breum journée dans vos blindés,

      ***** ÉCONOMIE

      -Retour à une monnaie nationale, sobrement nommée « L’ Eugène », avec des grosses pièces très lourdes en acier industriel.

      -Réouverture de toutes les usines métallurgiques, pour construire des trucs lourds, genre tanks, bagnoles polluantes et portes blindées.

      ***** TANTOUZERIE

      -Expulsion des candidats de télé-réalité vers la Russie, avec « les russes c’est des pédales, ah au fait Sergueï, j’ai baisé ta mère » tatoué sur le front.

      -Empoisonnement des putalikes au Polonium 210, pour voir s’ils vont demander de mettre un « amen <3, ignore si ta pa de keur" quand ils seront sous chimio.

      -Les cigarettes électroniques seront retirées du marché, parce que ça va deux minutes de sucer des bites à vapeur.

      -Deux grandes baffes dans la gueule à quiconque s'exprimera bruyamment et en anglais quand c'est pas nécessaire.

      -Autorisation de cloper comme des truies sur les plateaux télés.

      ******* ENSEIGNEMENT

      -Autorisation pour les professeurs de recadrer les racailles mal élevées par le biais d'outils pédagogiques ludiques et variés (matraque télescopique, gants coqués, rottweiler énervé).

      ****** ÉCOLOGIE

      -Suppression des voitures hybrides parce qu'en fait c'est de la merde, et relance massive de la production des Renault 21 et 25.

      -Autorisation de rouler en char d'assaut et Berliet T100 (quitte à accélérer le réchauffement climatique, autant que ça ait de la gueule).

      -Tri des déchets à la grenade ou au C4, c'est plus marrant qu'avec les poubelles multicolores.

      ******* LIBERTÉ D'EXPRESSION

      -Autorisation d'aller faire caca dans les bureaux de la Licra sans risquer la moindre poursuite judiciaire.

      -Zéro censure pour personne. Si le Président Eugène est attaqué ou diffamé, il règlera personnellement l'affaire à coups de beignes, puis donnera une allocution télévisée en expliquant que "Donc ça c'est fait, quelqu'un voulait ajouter autre chose?".

      ****** ART ET CULTURE

      -Interdiction pour les citernes à foutre (pardon: les artistes contemporains) de refourguer leurs daubes à un prix supérieur à leur valeur réelle, c'est à dire entre deux et cinq euros selon les matériaux utilisés pour leur conception (généralement un Tampax dans une canette de coca ou un rouleau de PQ scotché à un mocassin).

      -Chaque dessinateur de BD pris en flagrant délit d'utilisation de palette graphique devra manger son ordinateur après s'être fait enculer par un rhinocéros.

      ****** POLITIQUE EXTERIEURE

      -On s'en branle, on reste entre nous et on s'occupe pas des affaires des autres. "Et si t'es pas content, on s'en branle quand même" (Président Eugène).

      ***** SECURITÉ ET JUSTICE

      -Autorisation pour les femmes de tirer au calibre 45 sur les racailles qui les emmerdent dans la rue. Une milice anti-relou sera d'ailleurs créée, elle sera composée de mercenaires tchétchènes de 150 kilos et pourra intervenir à coups de tonfa et de malinois sans muselière au moindre "eh mademoiselle excuse moi t'es charmante" un peu suspect.

      -Autorisation en cas de cambriolage, particulièrement pour les petits vieux qui ont bossé toute leur vie et qui aimeraient bien profiter de leurs 700 euros de retraite sans se faire égorger, d'engager le dialogue au fusil à pompe sans craindre aucune poursuite judiciaire. Voire d'obtenir une médaille dans certains cas.

      -Les personnalités politiques ayant menti au peuple seront condamnées à s'administrer une surdose de laxatifs pour hippopotame et à mourir dans leur chiasse.

      ***** SANTÉ ET SOCIAL

      -Remplacement des médocs qui servent à rien par du speed et de la gnôle à 70 degrés.

      -Un budget illimité sera débloqué pour la recherche scientifique, dans le but de ressusciter Lemmy.

      -Un village sera créé pour accueillir les gens qui vont pas bien, les ivrognes inconsolables et les paumés éternels. Le Président Eugène leur rendra visite une fois par semaine, pour leur donner une tape dans le dos et un peu d'espoir.
      Et une beigne au besoin, parce que ça reste Eugène, bordel.

      Vive Eugène,
      Vive la France,

      Marsault

        1. Lark on the Wing

          Milord l’Arsouille, c’est mon modèle….
          I can talk with crowds and keep my virtue,
          Or walk with Kings—nor lose the common touch,

  20. Aristarkke

    HS (votre pardon, Mgr, svp)
    Il y a quelques semaines, je soutenais ici-même, sur la foi des observations d’un de mes amis qui élève pour le plaisir des oiseaux de basse-cour (poules et coqs, oies et jars, canes et canards – il a une petite pièce d’eau naturelle d’environ 200 m²) que les poules étaient loin d’être aussi peu douées qu’on l’imagine habituellement.
    Un soutien à cette affirmation :
    http://www.msn.com/fr-fr/actualite/insolite/pourquoi-les-poules-sont-beaucoup-plus-intelligentes-quon-ne-le-croit/ar-BBxYNZH?li=BBoJvSH

    1. Royaumont

      Les poules ont toujours été très douées pour savoir où était le blé, et comment le croquer.
      Quand à leur capacité de manipulatrice, ce n’est un secret pour personne…

  21. Lambda Expression

    Put**** paraphe ça marche fucking jamais à roissy. Fait chier ce pays de m****.
    Queue enorme, welcome to France et son bordel.
    Oui je sais ça n’a rien à voir avec le thread du jour.
    Mais ca soulage.

                  1. Loki dort

                    Non, c’est juste que j’ai cru qu’on avait fait appel à moi, et j’ai réalisé que c’était une fausse alerte quand j’ai vu que ce n’était que vous, végétal nain. Mais n’en prenez surtout pas ombrage, n’est pas Valkyrie qui veut après tout.

  22. douar

    D’où ma surprise, la semaine dernière, étant à la préfecture pour obtenir un duplicata d’une carte grise perdue: à peine 10 minutes d’attente (et je prends large), gars aimable (et moi même par la même occasion), la carte grise reçue dès le lendemain.
    Comme quoi, quand un service est efficace, il faut aussi le dire.

        1. Aristarkke

          Merci parce que moi, je dépends d’ un autre fief soce, celui d’Evry où l’ambiance n’ était pas vraiment comparable. Je n’y mets d’ ailleurs plus les pieds, traitant par courrier avec la S/P d’ Etampes (plus rapide ).

        2. Val

          @Douar pour comparaison dans le 78 , tout se fait par courrier. Bien sûr le site web indique le contraire , alors tout le monde se casse le nez. Une stagiaire passe ses journées à donner le Cerfa et à se faire insulter . Pendant ce temps là , les fonks sont planqués bien au chaud ds les bureaux du dessus à se les rouler . En fait je me demande qui va les lyncher : les « usagers » , leurs propres troupes ? je m’interroge …

  23. Diogène

    Passionnant billet! Hélas, encore très en-dessous de certaines réalités. Ayant, en mes jeunes années, longuement traîné mes guêtres en diverses administrations (préfecture, services centraux de l’EdNat et du Ministère des Finances), sans avoir pratiquement rien d’autre à faire que d’observer et de pondre de très vagues rapports de stage que personne ne lisait, je pourrais écrire un roman…Rue de Grenelle, Gérard, le chef de service, qui s’absentait tous les après-midis,sous des prétextes variés, et que je suivis un jour…pour arriver rue Saint-Denis; M.Zenzen, le garçon de bureau, qui se faisait porter pâle tous les jours entre 10 et 11 heures du matin, et partait consulter au « centre Europe », pour ne plus revenir de la journée…Rue de Rivoli, le Grand Chef, qui terrorisait tout le monde, et que je vis passer dans un trou de souris devant un banquier prétendument venu rendre ses comptes…et Roland, qui fumait sa pipe en supputant une réponse à une question parlementaire un peu vicieuse…avant de me repasser le bébé.
    Mais bref, je finis par atterrir à la Banque de France, dans l’Inspection, dont la moitié du temps se passait à éplucher, sur place, les pratiques du réseau des (à l’époque) 233 succursales (dont Oloron Sainte-Marie, Voiron, Château Thierry…). Du pur délire! C’était bien avant les 35h; on utilisait pour les rapports d’inspection le « standard » de 210 jours de présence par an (sur 230 jours ouvrables)…mais on considérait une moyenne de 200 jours comme « très satisfaisante »; et en fait, on constatait plutôt 190 jours, voire 180, soit 50 jours d’absence, justifiées ou non…
    Mais au fait, que faisaient les agents pendant ces 190 jours? Sans doute certains glandaient-ils (hors de ma présence)…mais je doute que ce fut le cas général… La vérité est horrible à dire: ils travaillaient, dur, à faire des choses largement inutiles! Je vis ainsi un directeur de succursale passer une journée à rechercher, dans les 30 m linéaires de circulaires internes…s’il fallait timbrer une lettre destinée à la CDC, et à quel tarif! Quand je lui fis remarquer que le coût de son traitement de la journée excédait de plusieurs centaines du fois le prix du timbre, il me prédit que je ne ferais pas carrière à la Banque (il avait raison). Un autre, qui s’absentait fréquemment de son bureau sans motif pour rejoindre une annexe fermée à double tour, finit par me révéler son secret: il concoctait, en solitaire et depuis des années, une « centrale de bilans » des gravières du département…Elle s’éalait sur 4 m2 de papiers raboutés à la collle blanche, et couverts de chiffres de multiples couleurs…de la dentelle comptable. Je n’eus pas le coeur de me moquer et le félicitai chaleureusement de son zèle… Et puis il y avait les Caisses, où les agents trieurs comptaient les billets à la main, seul moyen, selon eux et leur syndicat, d’ « assurer la qualité de la monnaie fiduciaire en circulation ». Bien sûr, il y avait; même à l’époque, des machines à trier (les ISS 300) qui faisaient en 1h le travail de 10 agents en un jour…mais chut! Le Caissier général, en accord avec le Gouverneur, ne voulait pas se mettre une grève sur les bras…
    Les rapports d’Inspection étaient évidemment soigneusement relus par le Secrétariat général, puis classés et archivés…
    A ma connaissance, tout cela continue…

    1. Hussard Bleu

      On a l’impression de lire du Courteline démarqué, celui de Messieurs les Ronds-de-Cuir… aaah! la Direction des Dons et Legs….
      Diogène était un Cynique, n’est-ce pas ? et Banquier de famille….

      1. Diogène

        Encore n’ai-je rien dit du bureau 406 (pas de nom sur la porte), où l’on encaissait discrètement des « chèques de mission », sur la base de montants de frais forfaitaires quotidiens décrétés souverainement par le Chef dans le secret de son cabinet…Cela s’appelait « la gratte », et dépassait largement, à l’époque, 10% de mon traitement. Montants non déclarés, évidemment…
        Il faut dire que nous n’étions pas les seuls…Mon épouse, agent de l’une de nos deux Assemblées (mais l’autre payait encore mieux) attendait tous les mois le passage de l’Homme à la Valise, qui réglait (en jolis billets de la Banque) le montant des « séances de nuit ». Seuls 10% des agents étaient soumis à cette contrainte, mais…tous touchaient, discrétion oblige. Nous scrutions avec espoir l’agenda parlementaire, supputant si la chaleur du débat démocratique nous permettrait ou non de changer de voiture.

      1. bibi

        Elle est propriété d’état depuis 1945.
        Le passage des nationaux socialistes au-delà de la ligne Maginot, on en paye encore le prix.
        Salauds de Boches, on en est encore à payer la défaite de 40, 75 ans après.

    1. Dr Slump

      « dans ces conditions, on n’aura bientôt plus comme sénateurs que des mauvais, des apparatchiks de partis et de retraités. »
      Sans déconner? Et nous qui pensions bêtement que c’était déjà le cas! BREUM !!

    2. bibi

      J’ai eu peur pendant un instant, j’ai cru qu’on lui avait aussi sucré son Indemnité Représentative de Frais de Mandat s’élevant à 6073,45 € mensuel (non imposable).

      1. Dr Slump

        Tiens c’est drôle,  » l’indemnité  » est plus élevée que le salaire? Le raisonnement se tient alors, le salaire n’est pas assez élevé en comparaison.

        1. bibi

          Malheureux, les élus ne touchent pas de salaire, ils ne touchent que des indemnités, (pour les sénateurs indemnités parlementaires et IRFM) vous ne voudriez quand même pas qu’ils soient affiliés au régime général des sans dents.

          Au 1er juillet 2016, le montant brut mensuel de l’indemnité parlementaire s’élève à 7 142,75 € et se décompose de la façon suivante :
          indemnité parlementaire de base : 5 547,77 €
          indemnité de résidence : 166,43 €
          indemnité de fonction : 1 428,55 €

          Retenu
          Contribution Sociale Généralisée (C.S.G) et Contribution au Remboursement de la Dette Sociale (C.R.D.S) : 571,42 €
          Contribution Exceptionnelle de Solidarité (1 % du traitement affecté aux travailleurs privés d’emploi, conformément à la loi n° 82-939 du 4 novembre 1982) : 57,14 €
          Cotisation complémentaire à la Caisse Autonome de Sécurité Sociale des Sénateurs : 37,72 €
          Cotisation à la Caisse des Retraites des Anciens Sénateurs et au régime complémentaire : 1 090,80 €

          Le net mensuel perçu par les Sénateurs s’élève en conséquence à 5 385,67 €
          Ce montant peut être majoré le cas échéant des prestations familiales, équivalentes à celles du régime des salariés.

          1. Dr Slump

            Je sais qu’ils ne veulent pas qu’on appelle cela « salaire », mais comptez pas sur moi pour me laisser abuser par un artifice de langage aussi ridicule. On reçoit un salaire en échange d’un travail, quel qu’il soit, point.
            J’y vois encore un réflexe monarchique de caste, eux élus ne touchent pas un salaire, fi donc, mais des indemnités, parce que leur travail, leur fonction, ce n’est pas de la même catégorie voyons! « Salaire », ça fait bassement « peuple », voyez-vous.
            Et il ne faudrait pas qu’il vienne à l’idée de tous ces manants incultes que l’argent qu’eux élus touchent a la même origine et est de même nature que le leur, pouah! Ce serait la fin de leurs privilèges, leur dû, et leur rang!
            Donc, indemnité, émolument, traitement, appointements, rétribution, mon c…! BREUM !

            1. bibi

              Ce n’est pas un artifice de langage, car si ils touchaient un salaire ils seraient salariés, et quand vous êtes salariés, vous êtes affiliés au régime général des salariés de la sécurité sociale.

              Si les élus le voulaient ils pourraient toucher un salaire et donc être affiliés au régime général des salariés (comme le sont les contractuels de l’état), c’est assez facile pour eux vu qu’ils votent les lois, il leurs suffit de changer de statut, mais pour une raison encore indéterminée ces gens qui font les lois ne veulent pas du régime général de la sécurité sociale (que pourtant le monde entier nous envie) et préfèrent conserver leur régime spécial de sénateur ou de député (que certains ne se sont pas privés de cumuler).

              Le jour ou les parlementaires toucheront un salaire ça sera un gros progrès pour le peuple mais pas pour eux.

              1. Aristarkke

                Eric Verhaeghe ne cesse, sur son blog, de mettre en avant cette contradiction des « élites » qui vantent la SS et son merveilleux régime général sur tous les tons mais n’en veulent surtout pas pour eux, asservis qu’ils sont par un régime spécial auquel la SS était censée mettre fin, il y a 71 ans et des mois…

                1. Aristarkke

                  Mais assurément. Je te venais en appui avec l’ aide d’ un autre blogueur qui a déjà produit en deux ans moult articles documentés sur ce phénomène.

              2. Aristarkke

                « quand vous êtes salariés, vous êtes affiliés au régime général des salariés de la sécurité sociale. »
                Clairement non!
                C’est le cas de la plupart mais sûrement pas de tous.
                Il y a pléthore de régimes dits « spéciaux » (36 ou qq chose de ce niveau), certains pour des professions devenues peu signifiantes de par le nombre d’impétrants mais recevant des salaires tout ce qu’il y a de plus sémantiquement assuré. Clercs de notaire, par exemple…
                Et je ne parle pas du cas des départements de l’Est au régime déjà spécial pour tous !

  24. JiJiBé

    @ Hussard Bleu
    « Diogène était un Cynique, n’est-ce pas ? et Banquier de famille… »

    La Grèce antique, Diogène et son tonneau, la belle époque. « Je cherche l’Homme, et je ne vois que des hommes  » Déjà !

    Pas comme aujourd’hui n’est-ce-pas, bassement réduits aux bail-in et bail-out par la dynastie des cinoques et leurs tonneaux des Danaïdes.

    1. Lark on the Wing

      Voui… mais j’attends toujours tes confidences sur les hors-bilan…. j’aimerais voir casser les bancs des Lombards français….

  25. Cavaignac

    Contrepoints aurait-il été piraté, victime d’un virus ou quoi d’autres ? Il y a visiblement un souci avec les commentaires qu’on y dépose. Certains disparaissent purement et simplement, d’autre sont modifiés étrangement, d’autres enfin mettent plusieurs heures ou jours pour apparaître… Que se passe-t’il ?

    1. Aucun souci. Simplement, préférez des commentaires courts, sans insultes. Ils sont bien plus faciles pour la modération. Si c’est trop long et ambigu, elle préfère sucrer plutôt que prendre trop de temps pour tout lire et risquer des poursuites juridiques.

      1. sam player

        Bullshit assymetry :

        The amount of energy needed to refute bullshit is an order of magnitude bigger than to produce it.
        ________
        Conclusion : racontez des conneries !

      2. sam player

        h16 faut pas nous prendre pour des quiches hein !

        Il n’y a pas de poursuites juridiques de l’éditeur en cas de modération des commentaires a posteriori, mais seulement dans le cas de modération a priori s’il laisse passer des commentaires car dans ce cas, en les validant, il est considéré comme les ayant rédigé lui-même.
        Dans le cas de modération a posteriori la responsabilité de l’éditeur n’est engagée que si suite à signalement il n’efface pas assez prestement les commentaires litigieux.

        C’est d’ailleurs suivant ce principe que fonctionnent aussi twitter, facebook and co.

          1. sam player

            La responsabilité des exploitants de forums de discussion ou blogs selon la loi HADOPI

            legavox.fr/blog/maitre-anthony-bem/responsabilite-exploitants-forums-discussion-blogs-4424.htm

            dont extraits :

            La jurisprudence fait application de ce texte aux exploitants de forums de discussion en tenant compte du caractère modéré ou non modéré a priori des contenus diffusés sur le forum.

            En présence d’une modération a posteriori des contenus diffusés en ligne ou en l’absence de toute modération, l’exploitant du forum de discussion peut bénéficier du régime de responsabilité des fournisseurs d’hébergement prévue par la LCEN.

            C’est à dire, concrètement, l’envoi d’une information préalable de l’hébergeur par le biais d’une notification respectant les conditions légales de la LCEN et de la jurisprudence.

            A défaut d’envoi d’une notification valable ou en cas d’envoi d’une notification ne respectant le formalisme légal, la responsabilité des fournisseurs d’hébergement ne pourra pas être valablement mise en jeu.

            Par ailleurs, en présence d’une modération a priori l’exploitant du forum de discussion met en jeu automatiquement sa responsabilité conformément aux dispositions de l’article 93-3 alinéa 1er de la loi du 29 juillet 1982 qui pose un principe de responsabilité éditoriale sur la tête du directeur de la publication pour toute infraction de presse commise sur un site internet et qui a fait l’objet, préalablement à sa diffusion, d’une fixation préalable.

            […]

            Il ressort donc de cette décision que :

            – La « connaissance des messages » est caractérisée par le choix des rubriques et l’intervention en qualité de modérateur des discussions

            – La responsabilité de l’exploitant du forum est retenue tant pour les propres contenus dont il est l’auteur que pour les autres messages.
            ___________
            De tout ceci il résulte qu’il faut que celui qui exploite le forum de discussion ait eu MANIFESTEMENT connaissance des messages au contenu illicite.
            D’où la présence sur de nombreux sites d’un bouton « signaler ».

          1. Lark on the Wing

            Le « s » en fin des noms de ville signale souvent l’existence d’une tribu, celte en général, mais paque, d’où la ville tire son nom : Sens (cité des Senones), Chalons (en Champagne, cité des Catalaunes) et entre autres, mais capital, hein, Paris (cité des Parisii)…

            Chalon sur Saône est l’ancienne Cabillonum, tête de l’antique voie fluviale Saône-Rhône qui permettait de rejoindre la Méditerrannée. Importante voie commerciale de la route de l’étain de Cornouailles, notamment.
            Lauzun y fut exilé, et le jeune Bonaparte y prenait le coche d’eau… Nicéphore Niepce y inventa la photo, juste un peu trop tard pour Napo…

            De nos jours, ce « S » s’accorde souvent avec les fiches d’autres tribus, mais c’est un sujet assez différent…

    2. Val

      @cavaignac on a déjà abordé le sujet ici (chez hash) rassure toi , on a tous été blacklistes de chez CP un jour ou l autre . Ils ont la censure soviétique. Tu prends 2 mois c est le tarif .

      1. Aristarkke

        Je suis dubitatif quant aux explications de Mgr.
        J’ai également eu l’heur de voir sabrer certains de mes commentaires qui n’étaient ni insultants (pas mon genre) ni même ambigüs (admettons que cela puisse ne l’être qu’à mes yeux).
        Mais il est certain qu’il vaut mieux ne pas être (trop) en désaccord avec l’Auteur du billet quoique certains ont l’air de bénéficier d’une mansuétude pas toujours justifiée.
        Notons que chez Boizard, vous avez le même comportement.
        Quant à l’Iconoclaste réactionnaire, omettez carrément de poster sauf pour lui cirer les pompes sans regarder à l’encaustique…

    3. Bonsaï

      Contrepoints est nettement un site de seconde zone qui se la pète.
      Il n’y qu’à voir l’esthétique assez cheap, l’impression de fouillis et d’amateurisme et on a la clé de l’affaire : quelques bons auteurs viennent y faire leur vitrine en échange de commentaires oiseux, laissés par d’improbables insomniaques ou des jeunes agités de tics. Bref, c’est la parfaite cour des miracles…

    4. Cavaignac

      Merci pour vos explications. Même si je peux me tromper, je ne crois sincèrement pas tomber sous la coupe d’une modération soudain un peu trop nerveuse de la gaachette, vu que je poste depuis longtemps sur CP sans aucun problème. Depuis quelques jours, certains messages ne passent tout simplement pas, d’autres sont modifiés bizarrement. Il y a visiblement un problème. Bon, ce n’est pas mon site non plus, c’était pour rendre service… A vous de voir si vous jugez utile de leur signaler le problème. Bonne continuation.

      1. Cavaignac

        Ah ben, ça y’est, c’est revenu à la normale. Comme quoi, il suffisait de demander. Un gars qu’aurait appuyé le coude sur le mauvais bouton, un soir de beuverie ? Si c’est le cas, il est déjà pardonné, car c’est bien connu, le buveur qui étanche sa soif ne peut pas être foncièrement mauvais…

  26. Val

    A la fois au rythme où notre FP pond les nuisances on peut se réjouir si certains ne suivent pas la cadence.
    Autre motif de satisfaction : vu leur conso d anxiolytiques / alcool / drogues diverses on peut penser que le destin leur envoie la facture avec les intérêts.

Laisser un commentaire