La richesse pour tous, sauf en France

Nous voilà mi-avril et c’est déjà le week-end pascal. Bien sûr, on pourrait revenir sur l’actuelle campagne présidentielle, période d’autant plus trouble qu’on ne voit vraiment pas l’horizon politique français s’éclaircir. Mais l’occasion est belle de s’attarder plutôt sur une nouvelle nettement meilleure que ces perspectives électorales peu reluisantes : malgré tout, les gens s’enrichissent.

Certes oui, on ne parle pas d’une vague de gagnants au Loto, et encore moins d’une véritable ruée vers un or mythologique où des hordes de pauvres seraient transformées en riches nababs : plus modestement, il s’agit surtout de constater que, contrairement à l’image trop souvent véhiculée, la classe moyenne continue d’accéder tous les jours à un peu plus de richesses, de facilités, de techniques et d’augmenter son niveau de vie.

C’est en effet ce qui ressort de plusieurs études réalisées au niveau mondial et qui montrent toutes une belle amélioration du niveau de vie de la classe moyenne dans la plupart des pays du monde, dans une belle cohérence d’ailleurs corroborée par les observations simples qu’on peut mener tous les jours en faisant un peu de tourisme.

Ainsi, une étude des parités de pouvoir d’achat menée sur le terrain par la Banque Mondiale en 2011 livre des résultats sans ambiguïté : les classes moyennes d’Afrique et d’Asie sont bien plus riches que prévues lors de la précédente enquête, en 2005. Ainsi, une amélioration notoire des modes et des données de calcul du PIB a permis de mieux mesurer les progrès réalisés par un nombre croissant de pays dans le monde. Ces nouvelles études ont ainsi montré, notamment concernant les prix et la croissance, que la classe moyenne mondiale, jusqu’alors estimée à 3.2 milliards d’individus en 2016, pourrait être considérablement plus étendue d’au moins 500 millions de personnes supplémentaires. Tout semble montrer que les ménages asiatiques sont nettement plus riches relativement parlant que ce qui avait été précédemment calculé.

Au niveau mondial, on observe en fait la plus rapide expansion de cette classe moyenne jamais observée dans l’histoire de l’Humanité qui a pourtant connu pas mal de phases d’expansion : il est estimé que 160 millions de personnes rejoignent ainsi cette classe moyenne tous les ans, pour au moins les 5 prochaines années à venir.

De façon encore plus étonnante, dans quelques années selon ces projections établies récemment, c’est une majorité de l’Humanité qui sera dans la classe moyenne ou riche… Ce qui sera la première fois dans toute son Histoire.

Or, cette excellente nouvelle, si elle parvient parfois aux oreilles de quelques journalistes, sur quelques plateaux télés désertés à des heures de toute petite écoute, n’est bien malheureusement pas parvenue aux oreilles françaises, pour deux raisons.

D’une part, parce que cette information est fort contre-intuitive pour les dernières générations de Français qui ont ce sentiment, persistant, que leur niveau de vie baisse et qu’ils sont moins bien lotis que les générations précédentes.

Pourtant, une récente étude fort peu détaillée dans la presse (là encore, période électorale oblige) vient battre en brèche cette idée : selon deux chercheurs universitaires, Hyppolyte d’Albis et Ikpidi Badji, depuis le début du siècle précédent, chaque génération a ainsi bénéficié d’un niveau de vie supérieur à la génération précédente. L’INSEE a d’ailleurs publié leurs recherches qui montrent qu’entre 1901 et 1979,

 » aucune n’a été désavantagée par rapport à ses aînées : les générations nées plus tard ont un niveau de vie au moins aussi élevé que celui de celles nées avant elles « 

Reconnaissons sans mal, cependant, que les chercheurs n’ont pas encore mené les recherches sur les générations à partir des années 70, et on se doute déjà que la tendance, nette pour les années précédentes, risque fort de s’inverser, notamment avec un creusement des inégalités au sein même des générations, expliquant ce sentiment répandu que les générations plus âgées ont profité d’un niveau de vie plus élevés que les plus jeunes.

Il semblerait bien que la France (et avec elle, certains autres pays développés) ait observé un net ralentissement dans l’enrichissement de sa classe-moyenne ces dernières années, et qu’en conséquence, tout message qui nous parviendrait du reste du monde, montrant exactement le contraire, soit devenu inaudible. Difficile en effet pour nos politiciens de vendre du bonheur et un avenir qui chante quand les 40 dernières années ont surtout démontré qu’ils n’en avaient pas le moindre échantillon sur eux.

D’autre part, cette information est méconnue parce qu’une telle nouvelle vient heurter les sensibilités politiques de beaucoup, et c’est bien plus gênant : toutes ces populations qui sortent de la pauvreté, cela doit, forcément, se faire au détriment de quelque chose. Et si ce n’est d’autres populations, c’est forcément au détriment de sentiments nobles comme le partage, la solidarité et les petits bisous ou, encore plus sûrement, au détriment de la nature.

Or, ce n’est pas ce qu’on observe : la sortie de pauvreté de ces populations n’est absolument pas accompagnée par un désastre écologique (au point qu’il faille en inventer, au niveau mondial, pour continuer à agiter des grigris alarmistes) ni par un effondrement des sociétés concernées dans un individualisme débridé. Au contraire, même : à la plus grande stupéfaction de toutes les petits collectivistes, chaque expérience communiste menée ces 100 dernières années a été un fiasco sanglant, et chaque libéralisation, chaque développement du marché libre et du capitalisme aura enclenché une incroyable explosion de la richesse et de la croissance de ces classes moyennes.

Or, en France, c’est bien un affront qu’une telle nouvelle.

C’est un affront que ces milliards de personnes soient sorties de la misère et du dénuement par l’application de recettes libérales et capitalistes, et non par les belles idées humanistes du communiste sifflotant. C’est un affront qu’on puisse seulement l’évoquer, tout comme il est un affront que ce libéralisme et ce capitalisme soit même évoqué dans une campagne présidentielle. Bilan : non seulement, on n’en parle pas, mais on évite même le sujet.

Il n’en est alors que plus tragique (ou comique, selon le point de vue) que les Français, en s’approchant tous les jours un peu plus des tentations frontistes ou mélenchonistes, montrent vouloir de ces recettes collectivistes qui ont menés à la ruine et la misère tous les pays qui les ont appliquées, tous, systématiquement, sans exception. C’en est toujours plus tragique qu’ils rejettent avec de plus en plus de force ces procédés qui ont créé ces légions de classes moyennes au ventre plein, y compris en France pendant les Trentes Glorieuses.

Socialisme, capitalisme ...

J'accepte les Bitcoins !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez Draghi et Yellen dehors, terrorisez l’État et les banques centrales en utilisant Bitcoin, en le promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !

Commentaires186

  1. Le Gnôme

    Avec un peu de malchance, la France passée sous la coupe de Méluche ressemblera largement à Cuba. C’est quand même fou de constater que les Français privilégient dans leur majorité le socialisme qui a échoué partout, alors que les bienfaits de la liberté d’entreprendre et de réaliser marchent partout.

    Il faut dire qu’on leur cache soigneusement ces faits, on ne sait jamais, des fois qu’ils brisent leurs liens.

    PS: Vendredi Saint et pas de morue ? Mauvais chrétien….

      1. Aristarkke

        Cruel, Monseigneur…
        En fait qu’a-t-elle réussi au final, de positif, bien sûr…. Parce que pour la catastrophe, no problèmo…

            1. Aristarkke

              S’imaginait-elle être LA seule femme capable du monde voire le la galaxie et peut-être de l’ univers???
              Dans les ceusses qui osent tout, il y a aussi les c.n.es…

      2. Calvin

        À propos de morue royale, Ségolène, après avoir fait du pied au Macron, vient d’encenser le programme économique de El Melanchon…

        Sa nomination au PNUD semblant compromise, cherche-t-elle un nouvel étendard ??

            1. Royaumont

              Avec encore un peu d’effort, elle réussira à faire couler à la fois Macron et Mélenchon.
              Finalement, elle ne l’aura peut-être pas tant voler que cela, ça médaille.

        1. turlututu

          In wikipedia ( https://fr.wikipedia.org/wiki/Terre-neuvas )

          …. La pêche à la morue verte dite aussi « pêche errante » : elle se pratiquait au large sur les bancs……… Une fois le produit de la pêche remonté à bord du terre-neuvier, le traitement de la morue était organisé et rapide, chaque tâche étant répartie : les « piqueurs » vidaient, « les décolleurs » lui coupaient la tête et les tripes, et les « trancheurs » fendaient la morue en deux et lui enlevaient l’arête dorsale. Le poisson était ensuite envoyés en cale où les « saleurs » le salaient et l’empilaient……

    1. balthazar

      Faut voir le libéralisme qu’on leur propose en face… Connivence et endogamie et les nouvelles têtes engagées dans la course le sont avec des sponsors qui attendent un retour sur investissement et le soutien de has been qui n’ont plus suffisamment accès au banquet…

  2. Pheldge

    Je ne sais pas si on trouve encore dans les hypers, des bouquins au titre alléchant « Comment s’enrichir » avec un sous-titre qui n’apparait qu’à l’intérieur, et en tout petit : « spirituellement » ! Je crois que c’est tout ce qu’on mérite , en France !

    1. Loki dort

      S’enrichir « spirituellement », j’ai toujours apprécié cette bonne blague de post-soixante-huitard plein de beaux zidéaux, jusqu’au moment où il faut payer le stage d’ouverture des chakras ou de développement psirituel: pas de paiements fractionnés, et en liquide c’est mieux!

      En effet, vendre du rêve, du social, du solidaire, de l’ethnique plein de spirituel vachement culturel, c’est bien. Evoluer professionnellement et matériellement, bouh c’est vilain!

      Ce matin par curiosité je regardais justement les formations agréées proposées pour le CPF (le dispositif de formation DIF truc-bidule remoulu version Hollande): c’est littéralement bourré de formations de social, d’insertion, d’animation, de sport et de moniteur de machin culturel. Il n’y pas que ça, heureusement, mais on voit bien là les thèmes qui ont la faveur de l’état…

      1. Aristarkke

        Ce qui ne laisse pas d’étonner souvent, c’est que ces donneurs de conseil désintéressant occupent des postes où la rémunération annuelle est à au moins six chiffres avant la virgule…
        C’est plutôt: moins il y a de concurrents mieux ils se portent car ils sentent souvent qu’ils ne sont pas capable de l’ affronter en real direct live…
        [j’ai un exemple d’ immigrée dinch’nord pour les sceptiques]

        1. Loki dort

          Les conseillers au pôle emploi, pour ne prendre que cet exemple, ils ont une paye à 6 chiffres? On ne doit pas parler de la même chose!

          1. Aristarkke

            Je parlais de ceux qui prônent (pour les autres) de s’enrichir spirituellement…
            J’ai pitié des galériens de Polemploy qui n’ ont que très peu d’ utilité à notre époque…
            Rappelons pour l’ ironie que l’ ANPE était une création de Chirackam le Rouge pour diffuser sur toute la France, les offres d’emploi demeurant vacantes dans l’espoir de leur trouver un postulant, à l’ époque du quasi plein emploi qui sévissait circa 68…

            1. Loki dort

              Tu voulais dire: pour filer des postes de fonctionnaires, de hauts-fonctionnaires, et d’apparatchiks à des branleurs inutiles? Ah oui, dit comme ça je suis tout à fait d’accord!

  3. René-Pierre Samary

    Que la pauvreté entraîne la solidarité, ce n’est pas faux. De même, la maladie entraine la compassion, et la mort permet à de nombreuses personnes éplorées de suivre le corbillard.
    Les songe-creux aiment à se lamenter, et voient le monde en noir et blanc. De plus, je les soupçonne d’avoir une vision uniquement basée sur le fric. Ils ne voient pas que sortir de la pauvreté, c’est aussi accéder à la culture. Aujourd’hui, avec quelques euros, on peut convoquer chez soi le Philharmonique de Berlin au grand complet. Préfèreraient-ils le temps où seul le roi de Prusse pouvait en profiter, mais où la famine, en effet, rendait solidaire ?

    1. Loki dort

      En même temps, la solidarité, ça ne sert à rien quand on n’en a pas besoin! C’est pourquoi il faut absolument la rendre obligatoire d’ailleurs: pour être maintenu dans le besoin!

    1. calal

      160 millions de personnes presses de nous acheter les services de nos fonctionnaires,de nos intermittents du spectacle…au fait on est pas en situation de deficit commercial? ce qui veut dire il me semble que l’on achete plus a l’exterieur que l’on vend? donc a priori ces 160 millions de gens ne sont pas des clients mais des concurrents au niveau de la production…

      1. calal

        bien sur il faut exporter a tout prix car il faut des devises sinon pas moyen de se payer ce que l’on importe.les gars du prive ont qu’a etre plus competitif pour gagner des parts de marches a l’exterieur pour nos fonks et nos retraites puissent partir une troisieme fois en voyage a l’etranger cette annee…

      2. channy

        Monsieur Calal le made in Grance c est pas pour les gueux même ceux de la classe moyenne, cela se mérite..La solution française c est augmenter les prix de vente.;ainsi nous ferons plus d argent et résolvons notre problème de déficit commercial cqfd

        1. Royaumont

          L’idée c’est d’avoir un prix de vente élevé pour satisfaire l’industrie et un prix d’achat faible pour satisfaire le consommateur.
          Je suis d’accord avec les deux comme dirait un candidat qui nous fait marcher.

      3. Aristarkke

        Pas concurrents pour les parfums, produits de beauté (ça, c’est pour le genre un), pour les vins et spiritueux (ça, c’est pour le genre deux), les bagnoles et les avions (où nous feignons comme d’hab de présenter leurs ventes comme tombant intégralement dans les poches Grançaises à partir d’une boîte néerlandaise)…
        Avant hier, nous avions droit aux cocoricos de la presse stipendiée sur les brillantes exportations que le monde nous envie et ne peut copier (du moins le croit-on) mais qui ont le défaut de ne pas être suffisantes.
        Faudrait vraiment que le secteur privé se casse encore plus le c.l pour assurer le train de vie de la Grance…
        Va falloir bientôt assurer le RU en plus du reste déjà existant et les fonx supplémentaires qui en découleront…

        1. sam player

          Sur le RU ce qui est coquet c’est que son équilibre financier était présenté comme pérennisé par l’éradication des diverses aides redondantes et la baisse du nombre des fonctionnaires affectés aux diverses entités distributrice et de contrôle (alors qu’en fait c’était déjà faux et de loin, pas loin d’un coeff de 4)

          Depuis :

          Step 1 : ah bah nan en fait on supprimera pas toutes les autres aides et donc on conserve la distribution précédente et le personnel
          Step 2 : ah bah nan en fait il ne sera plus universel mais sous conditions
          Step 3 : le RU est devenu le R
          Step 4 : il était déjà pas financé, il l’est encore moins !

          1. Aristarkke

            Je grinçais et tu l’as bien perçu.
            Mais je redoute que cela ne devienne une antienne de la gôche pour les prochaines années vu qu’il été mis à toutes les sauces depuis deux ans au moins et que ces soces vont jusqu’à dire que cela avait la caution de Milton Friedman (auraient-ils donc lu les ouvrages de cet ennemi de classe du socialisme en majesté ???) en oubliant que celui-ci ne lui allouait pas un caractère universel et qu’il avait pour but de solvabiliser pour payer l’assurance santé US, les gens des premières strates de revenus.

  4. channy

    je parle pour ce que je connais le mieux l’Asie du Sud-Est…il y a 20 ans cette partie du monde c est pris une crise vraiment pas bisous qui n ‘a fait que ralentir le niveau de vie des populations locales..à l’exception bien sur des pays ayant décidé de garder leur héritage socialo français, pour eux survivre grâce à son bout de rizère fait partie des traditions de leurs pays(ex le laos)
    Bref si autrefois on trouvait encore »une majorité de locaux » dans les secteurs de la construction,pêche,agriculture, restauration dans des pays comme la Malaisie, Thaïlande…depuis une dizaine d année ce n est plus le cas…idem en Corée du Sud , Taïwan ou l industrie manufacturière recours massivement à de la main d oeuvre étrangère (asiatique , ils ne sont pas fan des chances venant des autres continent)…
    le développement économique ayant permis la création d autres emplois mieux rémunérés pour lesquels les locaux postulent( et qui leur sont réservés de toute façon..(les « chances » des pays passent en dernier).
    Une vraie classe moyenne est apparue, pour l instant pas très à même de former une société civile cohérente et influente (au moins en Asie du Sud-Est)
    On a vu une explosion du nombre de voiture sur les routes, une explosion des condominiums de luxe, de centres commerciaux, le développement des infrastructures ayant souvent du mal à suivre..
    La seule chose qui me chiffonne c est que cela c est fait au prix d un endettement massif des ménages…les gouvernements de ces pays ayant saisie les banques en mauvais état durant la crise asiatique de 1997 , ils en ont fait des sprinklers à pognon »facile » pour appuyer leurs politiques dites populistes( selon nos critères Grançais) et asseoir le règne de leur dynastie( père et fils).;ces banques étant encore majoritairement sous contrôle de l’état
    Autre point les pays d ‘Asie en terme de fonctionnaires n ont rien à envier à notre pays…leurs salaires élevés les classent dans la classe moyenne
    Mais il est clair que quand je parle avec ma moitié, son niveau de vie à bien plus augmenter que le mien ces 20 dernières années..pas étonnant que contrairement à toutes les chances pour la France qui arrivent massivement par bateaux , elle, n’ a vraiment aucune envie de venir vivre dans ce pays moisi.

  5. Marco40

    Après avoir validé la courbe de Laffer avec Hollande, on va tenter le socialisme-écologique de Mélenchon.
    Parce que les autres pays socialistes n’avaient échoués que parce que le socialisme était productiviste.

    1. bibi

      Le socialisme productiviste fut un lamentable échec car il ne se préoccupait de la façon dont les pauvres crevaient faim et du devenir de ceux finissant dans les charniers.
      Avec le socialisme écologique tout sera différent car vous ne crèverez plus de faim faute de nourriture mais faute de nourriture bio, et pour les opposants aux régimes ils ne finiront pas dans de simple charnier mais dans des usine à compost bio.
      Le socialisme écologique rendra enfin acceptable le socialisme et cela d’autant plus qu’à votre mort obtenu dans la loyauté à la déesse Gaïa il vous sera offert dan son paradis 42 vierges recyclées.

      1. Aristarkke

        Ignares qu’ils étaient! Ils auraient recyclé leurs charniers en source d’amendements agricoles, leurs productions agricoles auraient pu péter tous les plafonds…
        Défaut de plans trop rigides probablement…

  6. davidice

    et la courbe éléphant, vous en faites quoi, hein? http://www.atlantico.fr/decryptage/graphique-elephant-retour-quand-matraquage-classes-moyennes-occidentales-concurrence-chine-saute-aux-yeux-jean-marc-siroen-2764315.html

    Plus pragmatiquement, il est évident que la croissance, parfois à 2 chiffres, des BRIC a profité aux pauvres et aux classes moyennes pendant que les pays déjà bien développés connaissaient un tassement, qui, bien exploité par les politiques sans vergogne, appelle à tous les populismes (de droite et de gauche).

    1. Oui. La courbe en question montre surtout que l’application de politiques protectrices (ou collectivistes) dans les pays qui ont les moyens de les mettre en place a durablement érodé la croissance dans ces pays ; les classes moyennes de ces pays ont payé le prix d’avoir voulu conserver un bon niveau de vie sans vouloir s’adapter.

      1. davidice

        la sécurité à la place de la liberté, signe d’une population vieillissante qui veut conserver acquis ET patrimoine, à n’importe quel prix. Le pire, c’est qu’en France (et dans une moindre mesure, en europe de l’ouest), les jeunes, ne veulent plus de risques, mais juste la sécurité. (merci l’ED-Nat)

        1. Aristarkke

          Par exemple, des syndicats réussissant à faire des manifestations de lycéens pour la défense des retraites de maintenant et pas de dans cinquante ou soixante ans…

    2. Aristarkke

      une inquiétude croissante des classes moyennes qui voient leur situation se dégrader et vivent mal les inégalités les plus choquantes (quitte, néanmoins, à donner leur voix à un milliardaire comme Trump !).
      Apparemment, il faudrait interdire aux milliardaires de se porter candidats aux élections et laisser ces places aux millionnaires d’hommes politiques en quête d’agrandissement de fortune (les Clinton ne sont pas vraiment l’archétype du citoyen américain de la classe moyenne).
      On sent l’amertume grançaise contre les déplorables dans ce propos…

  7. Sablier

    Article intéressant. Surtout dans sa première partie. Pour la deuxième, ça mériterait d’être approfondi je trouve : que ce qui prouve selon vous, le lien de causalité entre libre marché / capitalisme et enrichissement des classes moyennes ? (c’est une vrai question, je ne sous-entends pas que ce lien n’existe pas, mais j’aimerais plus d’éléments d’information)
    Sinon, là en France j’ai du mal à voir quel candidat pourrait aller dans le sens d’une plus grande liberté d’entreprendre…

    1. Raisonnons par l’absurde : citez un pays ou deux qui ont appliqué des recettes collectivistes et ne sont pas au fond du trou. Inversement, observons ce qui se passe quand on fait passer au libéralisme/capitalisme des pays précédemment communistes/socialistes/collectivistes : a-t-on de tels exemples (réponse : oui, multiples) et les résultats sont-ils en accord avec l’explication fournie dans le billet (réponse oui aussi). L’exercice sera laissé au lecteur de trouver les pays en question (en cherchant sur les 20 dernières années seulement, on doit pouvoir en citer 10 au moins).

      1. Aristarkke

        Prendre par exemple les pays de l’Europe de l’Est ou les pays lettons.

        Sans parler du Chili qui a appliqué des recettes estampillées « école de Chicago » que les successeurs de Pinochet n’ont pas osé remettre en balance. (D’accord, il y plutôt deux fois vingt ans… 😉 )

        1. bibi

          Le seul pays derrière le rideau de fer ou il y a beaucoup de nostalgique du communisme c’est la RDA.
          Est-ce parce que le pays qui les a vu naitre a disparu dans une Allemagne réunifiée ou ils se sentent étrangers, et qu’avec les années on ne se rappelle que les bons souvenirs et on oublie le reste?

                1. Aristarkke

                  Non, pas du tout, pensant te connaître convenablement quoiqu’épistolairement.

                  Je te donnais un de mes contre-arguments…

                  Depuis le Venezuela, on peut y ajouter le PQ…

            1. Aristarkke

              Winston avait une formule du genre :
              le capitalisme c’est trop de voitures et pas assez de parking…
              le communisme, c’est trop de parkings et pas assez de voitures…

        1. Aristarkke

          La Grance, 70me…
          Même en tenant compte que ceux qui nous précèdent immédiatement ne le font qu’avec des centièmes de points, il est quand même dramatique que des tas de pays nous devancent de loin dont les lettons et ex de l’ Est…
          La mère DDDHEDC devenue pareille marâtre…

  8. Royaumont

    Pour revenir au sujet, excellent article.
    Mais dire en public que le libéralisme a sorti des personnes de la misère par milliards tandis que le collectivisme y a plongé des centaines de millions de personnes est un grand risque. On peut se faire lyncher pour ce genre de remarque.

    1. bibi

      En général je Duclos ce genre de discussion par :
      Le milliard de chinois était bien plus heureux et bien plus riche sous Mao, et les 30 millions de mort à cause de la famine un détail de l’histoire.
      BREUM!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      1. Loki dort

        Justement je viens d’envoyer un breum par mail à une de nos gourdes de l’administration française. Je n’aurai pas de réponse à mes questions, mais j’aurais au moins eu mon moment de détente.
        Quand l’état crée un bidule d’aides quelconque, ils s’arrangent pour te décourager d’y avoir recours tellement c’est incompréhensible, mal géré, et servi par des cons débiles casse-burnes.
        Je désespère.

    2. Aristarkke

      Vous êtes trop gentil avec le collectivisme, Royaumont. Non seulement, il a plongé des milliards (ce doit être plus près de la vérité que des centaines de millions à moins que vous ne vouliez parler de dizaines de centaines) de gens dans la pauvreté et toujours plus bas que leur point de départ déjà pas très haut mais il en a envoyé manger les pissenlits par la racine pour une bonne centaine de millions sans compter ceux revenus très déglingués de leurs colonies ou camps de vacances…

      1. Royaumont

        Ce n’est pas parce que les collectivistes ont tout juste été capables de faire crever de faim ceux qu’ils n’ont pas massacrés que leur 101ème tentative se terminera par un désastre comme les 100 premières ! Cette fois-ci c’est pas pareil. si cela se trouve, des légions d’anges viendront apporter la manne sur des plateaux d’argent. Ça s’est déjà vu, des trucs pareil. Bon, avec les besoins modernes, smartphone, quinoa bio, roadster BMW, la logistique est peut-être moins au point…

  9. kkun

    H16 :
    La richesse pour tous grâce à libéralisme + capitalisme + point barre, moi ça me turlupine… -:)
    Comment concrètement dans votre tannière de libéraux+++ adorables et au poil soyeux vous résolvez le problème du nécessaire (me trompe je qu’il est nécessaire???) contrôle du secteur bancaire/financier (séparation des activités, limitation de fusions créant de facto des monstres quasi omnipotents, …)?
    Comment le faites vous en dehors d’un contrôle qui il me semble ne peut être que de nature collectiviste et dirigiste (lol, je veux dire de nature « étatique », ou tout du moins de nature « collectiviste » et dont la légitimité est admise par la majorité d’une population, un pouvoir politique institutionnalisé en d’autres termes)?

    1. Comme vous prenez le truc par le mauvais bout, vous vous posez les mauvaises questions (d’ailleurs symptomatiques des modes de pensées franco-franchouilles sur ce thème en mode « mais si l’État n’était pas là, qui construirait les routes ? » en oubliant de constater – ironie mordante – que les routes n’ont jamais été construites par l’État).

    2. sam player

      Votre commentaire donne l’impression que les banques fonctionnent dans un monde virtuel : les banques ont des clients.

      Dans un monde libéral, dans lequel les banques n’auraient pas la caution de l’état, ce serait au client, suivant le principe de responsabilité, d’utiliser, si nécessaire, une banque ayant des ratios comptables corrects.

      Nul doute que pour avoir des clients elles publieraient ces bilans régulièrement et que des entités les vérifieraient, à commencer par les assurances.
      Et vu que les assurances se réassurent entre elles* il y aurait peu de risques d’entente délictueuse car sinon elles toutes plongeraient.

      Je ne sais pas si c’est toujours le cas mais les assureurs du Lloyd étaient responsables jusque sur leurs biens propres.

      * : AIG, l’organisme d’assurance américain qui a été renfloué par l’Etat US était l’assureur en dernier recours des subprimes et il aurait dû être réassuré : si un réassureur ne veut pas assurer c’est qu’il y a une raison. Une société de réassurance qui aurait mis le nez là dedans aurait eu vite fait de se rendre compte que le montant des garanties était énorme.

      1. Aristarkke

        Dans un monde libéral, je ne doute pas que la banque se ferait un devoir d’avoir des ratios comptables corrects : elle serait menacée de faire faillite sans avoir le secours automatique de l’ Etat comme actuellement qui biaise la responsabilité des banquiers… D’ autant que peu de membres des staffs bancaires ont souffert de la crise de 2008/2009 sauf pour les bonus (et encore) mais il demeure, en particulier pour les Grançaises, qu’ elles manquent largement de fonds propres par rapport à leurs engagements ou qu’elles sont trop engagées pour leurs fonds propres existants (voir le blog de jp chevallier).

        1. kkun

          @bibi
          Vous dites tellement de choses un peu tordues.. 🙂 .
          Qu’est ce que cette façon assez misérable de s’appuyer sur le mauvais exemple cubain pour faire comme valider en soi son contraire exact?!!!
          Ce ne sont pas les Etats qui ont interdit l’utilisation de l’or come monnaie, mais bien plus simplement le fait que l’économie mondiale et les échanges entre individus et entre entités économiques ont explosé en grandeur au cours du XXe siècle, rendant impossible l’utilisation de l’or comme monnaie. Car voyez vous, l’or ne se fabrique pas et est rare…
          Ensuite, il y a plein de choses derrirèe le mot « Etat » dont vous nous bassinez, des choses qui existent, d’autres peut être à créer.
          Et puis vraiment, votre commentaire part dans tous les sens, est en gros sans queue ni tête, en plus d’affirmer des contrevérités et des simplifications!
          Même si votre remarque sur le rôle des Etats tels quels hic et nunc et hips dans le soutien à megafinance / megabanques / megafirmes est vrai et intéressant à bien méditer, à tel point que ceux là s’en sont fait un allié, ceci contre les intérêts de la majorité des citoyens, ce qui etc…
          Mais j’arrête là.

          1. « Ce ne sont pas les Etats qui ont interdit l’utilisation de l’or come monnaie »
            wtf ? Reprenez vos cours d’histoire.

            « Mais j’arrête là. »
            Vous faites bien. Vous écrivez des bêtises.

          2. Aristarkke

            « rendant impossible l’utilisation de l’or comme monnaie. Car voyez vous, l’or ne se fabrique pas et est rare… »
            Mais c’est exactement cela et le problème fondamental de l’or pour un gouvernement décidé à faire fonctionner la planche à billets à donf…

            Pourquoi croiriez-vous que Philippe le Bel a trafiqué le titre d’or des pièces de son royaume ?

            Ci-après un article de blog qui rend compte de ces manipulations de rois qui correspondaient à l’Etat de leur époque, comme chacun le sait depuis Louis XIV

            http://ordrespontane.blogspot.fr/2013/05/devaluation-lancienne.html

          3. Aristarkke

            Ce ne sont pas les Etats qui ont interdit l’utilisation de l’or come monnaie

            C’était qui, déjà, le quidam Nixon qui a supprimé la convertibilité du dollar en or (à taux fixe et inconditionnellement assuré) le 15 Août 1971 ???

            Un obscur président US, tout juste…

          4. Aristarkke

            « rendant impossible l’utilisation de l’or comme monnaie. »
            Hop !
            Au moins cinq millénaires d’histoire humaine qui passent à la trappe…

            1. Aristarkke

              L’or est le premier métal cité dans la Bible (Gen 2:11) et nous en sommes encore au stade du jardin d’Eden (raconté environ 2.500 ans après par Moïse lui même situé à 3.500 de notre siècle) quoiqu’il est cité comme étant en dehors dudit jardin /

              10 Or il y avait un fleuve qui sortait* d’Éden pour arroser le jardin, et de là il se divisait et il devenait, pour ainsi dire, quatre têtes. 11 Le nom du premier est Pishôn ; c’est celui qui entoure tout le pays de Havila+, où il y a de l’or. 12 Et l’or de ce pays est bon+.

          5. Aristarkke

            l’économie mondiale et les échanges entre individus et entre entités économiques ont explosé en grandeur au cours du XXe siècle,

            Sérieusement vous devriez lire des bouquins traitant de l’histoire économique des Nations.
            La Méditerranée était le vecteur d’échanges économiques très important pour tous les pays riverains, depuis l’époque des Phéniciens (Libanais pour situer selon notre époque) dès 1.200 avant JC auxquels le pas fut emboité par les Grecs (hé, hé) pour tout le restant de l’Antiquité et même la suite dans notre monde contemporain…
            Il y a eu le même phénomène avec la Baltique vers 1.200 après JC (ligue hanséatique).
            Il y a eu aussi tous les échanges commerciaux entre les principautés de l’Allemagne, la ligue hanséatique, les Flandres et l’Italie du nord durant le Moyen Âge et la Renaissance.
            Le florin (monnaie de Florence) jouait le rôle de monnaie de référence, type dollar actuel et qui nous valent d’ailleurs, à cause de leur volume, la comptabilité en partie double, la lettre de change; les effets de commerce, etc…

      2. BDC

        Sam, j’ai compris que dans ton système c’est les assurances qui garantiraient les clients sur le risque de faillite des banques, elles feraient le boulot de contrôle et les primes reflèteraient le risque donc inciteraient à un comportement vertueux des banques. Il faudrait pour cela qu’il n’y ait plus de connivence sur le contrôle, parce qu’il peut y avoir entente ou dumping pour remporter les 2 marchés (banque et assurance). Ensuite tu déplaces le problème car c’est l’Etat qui contrôle les assureurs et leur donne l’autorisation d’exercer. Sur ce risque qui leur vole une responsabilité, je les vois bien mettre un paquet d’exigence en capital, donc je ne sais pas où tu vas trouver des capacités sur le marché, car en plus ces mêmes capitaux (et leur montant exigé …) sont eux aussi soumis en partie au risque de faillite des banques. Donc troisième problème : le risque systémique créé entre les banques et les assurances, ce qui inciterait aussi à séparer les activités bancaires de gestion des comptes de celles d’investissement. Je ne dis pas que ta solution est mauvaise, juste que je m’interroge sur quelques obstacles.

        1. sam player

          BDC je ne déplace pas le problème, je parle d’un monde libéral dans lequel il n’y a pas de réglementation ni sur les assurances, ni sur les banques etc… chaque entreprise ayant d’elle-même intérêt à apporter les meilleurs éléments pour donner confiance aux clients.

          Donc aucune exigence de minimum de capital : c’est au client de se déterminer suivant les garanties produites : ces mêmes clients qui achètent une Toyota ou une Citroën et qui ne demandent pas à l’état que la garantie soit de 3 ans ou 5 ans ou 7 ans ou 30,000km ou 100,000km.

          L’état n’a pas inventé les airbags : des entreprises sont capables de proposer des solutions hors de toutes réglementations.

          C’est seulement après que l’état met ses gros doigts boudinés dedans :

          « Puisque ces mystères nous échappent, feignons d’en être les organisateurs »

          Think out of the box !

          1. Bonsaï

            J’apprécie, Sam !
            Vous voici devenu tout à fait littéraire, citant du Cocteau un samedi de Pâques…
            Sauf que la formule exacte est : « Puisque ces mystères nous dépassent, feignons d’en être l’organisateur. ».

            1. Pheldge

              samedi de Pâques ? samedi Saint, ignorante Helvète végétale et mécréante ! 😉
              « Samedi saint. … Le Samedi saint (Latin: Sabbatum Sanctum) est, dans le christianisme, le samedi de la semaine sainte et donc la veille du dimanche de Pâques. Il fait partie du Triduum pascal. C’est pour les chrétiens un jour de silence, d’attente et de recueillement. »

          2. Aristarkke

            Sam : un monde libéral n’ est pas un monde sans règles, ne serait-ce que parce que le libéralisme en pose d’office quelques unes pour se définir…
            😉

            1. sam player

              @ Harry 15 avril 2017, 11 h 30 min

              Où as-tu vu que je milite pour un monde sans règles ?
              Si je loue un mobilhome pour mes vacances je me conforme aux conditions générales de location du fournisseur, si je m’abonne à Free je lis les conditions générales et je les accepte, idem pour Amazon etc…

              Pourrais-tu me citer une seule loi utile depuis le Code Civil de Napoléon ?

          3. BDC

            Eh mais je ne savais pas que c’était si récent que ça le contrôle bancaire ! Ça date de 1941, sous l’occupation … Déjà que je me trouvais libérale, je le deviens encore plus. La seule façon d’assainir les banques c’est de leur enlever cette garantie de l’État et de les laisser faire faillite (donc que les épargnants assument des pertes). Le problème c’est que l’Etat y a tellement mis les doigts qu’il n’y a plus que des mastodontes et ça risque de partir en dominos. Y a plus qu’à attendre l’effondrement du système, mais la conclusion sera qu’il n’y a pas eu assez d’État et qu’il faut tout nationaliser.

            1. « leur enlever cette garantie de l’État et de les laisser faire faillite »
              Voilà.

              Le capitalisme sans la faillite, c’est comme le catholicisme sans l’enfer : ça n’a aucun sens.

            2. Aristarkke

              Peut-être pas la faillite au sens classique du mot en raison des conséquences néfastes pour la clientèle mais au moins :
              mise en règlement judiciaire avec poursuite de l’activité
              éviction de tous les staffs décisionnaires + conseil d’administration + conseil de surveillance
              dégagement des 250 à 500 premiers cadres de gestion de la banque avec zéro indemnité de licenciement
              mise à zéro du capital social avec éviction des actionnaires (> 0,25 % du capital – à ce niveau, ce sont des professionnels de la finance ou de la gestion patrimoniale) que l’on trouve et qui ont laissé faire les dirigeants…
              poursuites patrimoniales contre les précédents pour avoir dépassé les règles de ratios d’engagements par rapport aux capitaux propres…
              Je garde en mémoire la crise de 2008/2009 au cours de laquelle le gouvernement british avait dû intervenir en sauvegarde de banques locales mais qui y avait posé des conditions draconiennes comme par exemple, tous les salaires écrêtés à 500.000£, le temps de l’intervention, suppression des boni, etc…
              La Barclay’s qui avait commencé à tendre sa sébile avait finalement trouvé un montage pour éviter ces fourches caudines…
              Comme quoi, quand on joue avec ses billes…

              1. sam player

                Décidément Harry, toi aussi tu veux réglementer !
                Si faillite alors comme pour toute entreprise reprise ou réalisation de l’actif et distribution au prorata des encours clients et dettes sociales (sans aucun privilège sauf nantissement), les clients étant ou non couverts par les assurances pour le solde, point barre.

                Si c’est une faillite frauduleuse les lois existent déjà pour juger les responsables, point barre.

                1. Aristarkke

                  Le libéralisme n’est pas une absence de règles puisque sa propre définition impose d’en mettre en vigueur pour un corpus minimal.

                  Tu es gonflé de me reprocher de vouloir réglementer alors que toi-même fait référence à des lois existantes pour traiter ces événements là… et que tu appelles toi-même à la création de nouvelles règles par exemple que le client soit averti de prendre facultativement une assurance pour le cas où…

                  Par exemple, les clients sont actuellement couverts pour 100.000 €…

                  Disons que j’envisage un droit de la faillite spécifique à la banque de dépôts (je précise), compte tenu des implications économiques engendrées par la taille des mastodontes.

                  Dans Too big to fail, il y a de l’ironie car il faut comprendre que c’est parce qu’elles sont trop grosses qu’on fera tout pour les empêcher de faire faillite, si bien qu’il n’y a plus d’alea et de perception normale des risques…

            3. Aristarkke

              « ça risque de partir en dominos »
              Vous êtes trop pessimiste, BDC, sauf évidemment si on change la règle avec huit jours de délai avant mise en application.
              Une nouvelle règle, cela s’élabore avec un début initial et un but final ainsi que des paliers intermédiaires balisés.
              Il est parfaitement possible d’annoncer un nouveau mode de garantie de l’Etat avec cinq ans de délai pour y arriver et des paliers intermédiaires précis pour éviter la procrastination des banquiers.
              L’Etat sait parfaitement casser les pieds des constructeurs automobiles ou de bâtiment avec ses changements de normes que je ne vois pas pourquoi cela deviendrait impossible pour les banquiers.
              Seuls détails mais cruciaux :
              il faut des règles simples et tant pis si elles sont perçues comme brutales du style 10% de vos engagements en fonds propres avec définition exhaustive desdits fonds admissibles comme tels (tout ce qui n’y est pas défini est inadmissible sauf revirement législatif pour ajustement)
              il faut les cojones de s’y tenir en dépit des criailleries inévitables.

              Bref de la méthode Margaret T.

              Un autre aspect serait qu’il serait bien de ré-ouvrir largement ce métier de banquier à la concurrence par création de nouvelles banques car il n’y en a pas assez et surtout pas assez de nouvelles…

              Cela permettrait à la Banque de France de justifier tous les régiments de cadres qui l’encombrent …

        2. Aristarkke

          Quel était le niveau d’ exigences requises au XIXme siècle pour la création d’une banque ? Ce ne devait vraiment pas atteindre des sommets puisqu’il y en a eu des tapées ouvertes à cette époque. Toutes ces pousses ne sont pas toutes tombées en faillite bien qu’elles finançassent l’ économie de l’ époque avec de gros investissements industriels ou de transports (chemins de fer).

          1. Loki dort

            Il se trouve justement qu’à cette époque, des particuliers banquiers ont pu développer de puissantes entreprises financières, des fortunes colossales ont été bâties, si puissantes qu’à mon avis, les hommes d’état n’ont pas du beaucoup aimer. Ou au contraire, ils ont tellement aimé qu’ils ont voulu la soumettre à l’état.

      3. kkun

        @sam
        Votre commentaire soulève tellement de points différents, et profonds, et complexes, qu’il est quasiment impossible d’y répondre par un simple comentaire.
        Cela dit…
        1. client, individu, responsabilité, choix -> vous voulez forcer les individus à être responsables, c’est à dire dans ce cas à consacrer le temps et l’énergie nécessaires à s’informer sur les bilans et ensemble des comptes complexes de ces firmes. Ma fois, même si cela rentrait dans le cadre d’un projet « éducatif et soit disan,t libérateur », je le considérerais comme dictatorial et « antilibéral », car il repose sur l’affirmation que tous les gens doivent être comme ça, ou philosophiquement devraient tendre vers cet idéal de l’individu ; or il y a bien des gens qui ne sont pas du tout comme cela, et en souhaitent pas l’être. En d’autres termes, il y a des gens qui aiment être fontionnaires, et d’autres auto-entrepreneurs…
        2. banques + assureurs + agences de notation dont vous ne parlez pas -> c’est bien naïf me semble t’il, si le système de régulation que vous proposez devenait le LA absolu, les mêmes puissances d’argent s’arrangeraient pour être à la fois au coeur de tous ces acteurs pour … s’arranger.

        1. « vous voulez forcer les individus à être responsables »
          Non. Ridicule.

          « si le système de régulation que vous proposez devenait le LA absolu »
          Il l’a été. Ca marchait très bien jusqu’à l’intervention de l’Etat pour son profit.

        2. sam player

          @ kkun

          « …vous voulez forcer les individus à être responsables… »
          Euh vous préférez être responsables des conneries que moi je fais ?

          …c’est à dire dans ce cas à consacrer le temps et l’énergie nécessaires à s’informer sur les bilans et ensemble des comptes complexes de ces firmes. »

          Ah bon, vous démontez le moteur de la voiture avant de l’acheter ?
          Dans le cas présent, vous auriez juste à vous assurer, d’autres feront ce travail pour vous.

          « …il y a des gens qui aiment être fonctionnaires, et d’autres auto-entrepreneurs… »

          Oui il y a aussi des gens qui préfèrent produire et d’autres voler glander. Faut-il subventionner la flemme les intermittents du spectacle pendant que d’autres se cassent le cul à bosser ?

          « …banques + assureurs + agences de notation dont vous ne parlez pas. »

          Y a un intrus : Y en a un qui n’a aucune responsabilité sur ces propres deniers sur ces décisions et n’a donc aucune utilité : il n’existe que parce que la réglementation fait référence aux notes de ces agences pour valoriser les risques.

          1. Aristarkke

            Sam, pour aller dans ton sens :
            2 Thess 3: 6-12

            06 Frères, au nom du Seigneur Jésus Christ, nous vous ordonnons d’éviter tout frère qui mène une vie désordonnée et ne suit pas la tradition que vous avez reçue de nous.

            07 Vous savez bien, vous, ce qu’il faut faire pour nous imiter. Nous n’avons pas vécu parmi vous de façon désordonnée ;

            08 et le pain que nous avons mangé, nous ne l’avons pas reçu gratuitement. Au contraire, dans la peine et la fatigue, nuit et jour, nous avons travaillé pour n’être à la charge d’aucun d’entre vous.

            09 Bien sûr, nous avons le droit d’être à charge, mais nous avons voulu être pour vous un modèle à imiter.

            10 Et quand nous étions chez vous, nous vous donnions cet ordre : si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus.

            11 Or, nous apprenons que certains d’entre vous mènent une vie déréglée, affairés sans rien faire.

            12 À ceux-là, nous adressons dans le Seigneur Jésus Christ cet ordre et cet appel : qu’ils travaillent dans le calme pour manger le pain qu’ils auront gagné.

                1. calal

                  suis pas un specialiste,mais a priori le devoir du chretien c’est d’essayer de convaincre une fois,apres si l’autre persiste,le chretien n’est plus responsable du choix de son frere.

    3. theo31

      Ces entreprises géantes sont le résultat de la limitation de la concurrence, de la manipulation par les Etats de la monnaie et des taux d’intérêt. Avec les taux bas, les entreprises achètent des boîtes à tire larigot pour faire de la valeur en faisant monter des actifs existants au lieu de créer des richesses.

      « séparation des activités »

      Ca n’a pas empêché Lehman Brothers de faire faillite.

      Les banques ont besoin des gouvernements pour faire éponger leurs conneries par les contribuables et les socialistes ont toujours besoin des banques pour financer leurs promesses électorales.Regardez les putes castristes : elles ont tapiné devant les Soviétiques puis Chavez et pour finir par aller la bite aux Ricains.

    4. bibi

      Le contrôle étatique ça marche.
      Qui a interdit l’utilisation de l’or comme monnaie si ce ne sont les états?
      Qui a interdit l’utilisation d’autres monnaies sur son sol que celle émise par sa banque centrale si ce n’est l’état?

      L’état a détruit la monnaie à cause des méchantes banques car elles étaient près des sous des déposants et l’empêchait de s’endetter de trop car elles savaient que l’argent pour la rembourser ne pouvait venir que d’une poche celle de ses déposants et que par conséquent elles ne pouvaient prêter à l’état que pour que celui-ci investisse.

      Au moment de la fin des accords de Bretton Woods une once d’or coté 35$ aujourd’hui elle cote plus 1200$, le dollar a perdu 97% de sa valeur et c’est à peu près pareil pour toutes les monnaies.
      Vous pouvez dire merci à l’état d’avoir consciencieusement ruiné l’épargnant.

      Je pense que vous conviendrez aisément au vu des résultats de la gestion de la monnaie par l’état, que ce n’est certainement pas l’entité qui doit réguler les banques et le systèmes financier.

      1. Aristarkke

        Bibi. Parallèlement le prix des actifs a monté aussi pour compenser…
        C’est l’ épargnant monétaire qui a surtout trinqué avec les obligations…

  10. nemrod

    Et tous les chatons mignons piétinés par tous ces nouveaux riches ou écrasés par leur bagnole…hein, vous y pensez bandes d’horribles.
    Mechancon va remédier à tout ça .
    D’ici 5 ans on aura bouffé tous les chats.

    Bon, trêve de plaisanterie .
    Je suis en train d’informer autour de moi que dans l’hypothèse hautement probable ou nous plongeons dans la merde noire après l’élection de ce type, je considérerais ses électeurs comme des ennemis personnels.
    Certains ne peuvent réprimer un « sglurp ».
    C’est que l’époque va être troublée genre sauve qui peut et que je suis pas commode commode quand on me cherche.

    1. bob razovski

      Tu verras que le moment venu, personne n’aura voté méchancon.

      Un peu comme l’Andouille. Impossible aujourd’hui de trouver un gars qui a voté pour lui. J’en suis même à me demander s’il a vraiment eu ses 500 signatures.

    2. Aristarkke

      « D’ici 5 ans on aura bouffé tous les chats. »

      Bravo! On ne manquera pas de souris pour continuer le festin…

      Encore faut-il avoir des greffiers avec d’autres aptitudes que de chasser la gamelle de patée ou de croquettes…

  11. kkun

    Ah ça alors, ma demande d’avis a disparu :)) Fascistes!
    Mmmh, les 3 réponses valant la peine font que peut êtreje repasserai plus tard avec un peu de temps libre pour réagir aux 3, je vais y réfléchir en tout cas.

    Quoi qu’il en soit, je tiens à rassurer la soyeuse espèce libérale, si active ici elle et sa religion, de mon affection la plus sincère, et je tiens même à dire que je la considère comme indispensable dans une société pour contrer le terrible « effet termitière » que vos ennemis les plus entiers portent en eux ; ennemis qui, ne l’oublions pas, possèdent eux mêmes quelques qualités indispensables à une société pour contrer un autre terrible etc etc.

    😀

    1. Gosseyn

      Classement à peu près stable de la France en matière de corruption, toujours aussi mal notée.
      Comme dit le proverbe, On n’est jamais aussi bien corrompu que par soi-même !
      Ce qui est en lien avec les lois dites anticorruption, faites pour tenter de sauver les apparences.

    2. Aristarkke

      La Suisse recule nettement aussi de la 3me à la 4me place (de par son score).
      L’influence grandissante des soces locaux (au vu des derniers thèmes des votations)???

    3. Aristarkke

      Liste de tous les pays ex-communistes qui peuvent être loin devant nous d’ailleurs :
      06me – Estonie
      13me – Géorgie
      16me – Lithuanie
      20me – Lettonie (Latvia)
      28me – Tchéquie
      31me – Macédoine
      39me – Roumanie
      42me – Kazakhstan
      45me – Pologne
      46me – Kosovo
      47me – Bulgarie
      56me – Hongrie
      57me – Slovaquie
      65me – Albanie
      68me – Azerbaïdjan

      Le Patron qui parlait d’au moins dix exemples était largement en dessous puisque cela fait 15 pays plus libéraux économiquement que la Grance…

      Et en fait, elle se rapproche du seuil de modérément libre à modérément encadré…

      1. Aristarkke

        Voir l’Albanie nous devancer déjà nettement alors qu’elle partait du fin fond du classement façon Corée du Nord ou Cuba…
        En à peine un quart de siècle, ce qui compte tenu du temps de redémarrage après la période autarcique, est proprement phénoménal comme évolution…

    1. albundy17

      rhooo, c’est la panique, même médiapart vient de traiter macron de cahuzac, pendant que l’amibe présiglantielle se rend compte qu’il a provoqué l’arrivée d’un extrême en succession 😀 il sera retenu pour ça, y a pas de petit plaisirs :mrgreen:

  12. albundy17

    Bon celui là, je ne peux m’empêcher de vous en faire bénéficier:

    « Hollande n’a jamais su s’entourer. Sa politique libérale de droite nous a conduit là où nous sommes. Ce que aurions besoin aujourd’hui, c’est un candidat pour représenter le peuple et non pour défendre les intérêts de ces industriels et autres commerçants qui ne regardent jamais en dehors de leur portefeuille. » SO

    Spour ça que je pense qu’il y a ici de sacré optimiste

  13. kekoresin

    Salut à tous. En rapport avec le sujet, ma députée Monique RABIN m’a envoyé un mail ce matin dans lequel elle annonçait vouloir prolonger son sacerdoce pour les prochaines législatives. J’ai pensé faire un vilain jeu de mot avec Monique mais ce n’est pas mon style, tout en retenue comme vous le savez! Voilà donc ma réponse à cette socialiste bien calibrée à la connerie:

    « Chère Madame,

    merci pour votre courrier que j’ai lu jusqu’au bout. Je me permets de vous faire part du mien. Grâce à vos amis socialistes et à vos ennemis de droite précédant, j’ai pris la décision de fuir la France. En quelques années, vos congénères ont réussit à me dégoûter d’un métier que j’adorais exercer depuis 20ans. Je passe désormais le plus clair de mon temps à brasser de la paperasse et à me justifier auprès d’une myriade d’administrations. Les décrets de lois s’enchaînent à la mitrailleuse et mort à celui qui n’a pas lu le journal officiel avant le petit déjeuner. Alors oui, vous voulez faire plein de choses pour aider les citoyens car vous avez la prétention de mieux savoir disposer de leurs moyens pour parvenir au nirvana républicain, mais si l’enfer est pavé de bonnes intention, le marécage bureaucratique qu’est devenu notre nation est pavé de votre frénésie à vouloir réguler jusqu’à la pousse des brins d’herbe dans les alpages.

    Ajouter à la pression bureaucratique, la pression fiscale et le harcèlement du RSI viennent compléter le tableau. Je discute avec plein d’entrepreneurs comme moi et tous sont lessivés du collectivisme forcené que vous vous efforcez de nous enfoncer dans le gosier. Pour ma part, je baisse les bras en quittant le pays que j’aime et que vous et vos semblables ont transformé en marécage administratif et en enfer fiscal. J’emploie 4 salariés qui ne veulent même pas reprendre mon entreprise voyant l’enfer qu’est devenu l’exercice de patron. Ils pointeront donc au chômage comme tant d’autres. Rendez-vous compte, ils préfèrent le chômage à la gestion d’une entreprise saine!!! Je vais donc utiliser mon énergie et le peu de finances que vous avez daigné me laisser pour créer de la richesse et de l’emploi ailleurs, dans un pays où les chefs d’entreprises sont considérés autrement que des esclavagistes qui ne cherchent qu’à frauder et s’en mettre plein les fouilles. Quand vous réaliserez que les entrepreneurs et les citoyens considérés comme aisés auront déserté les rangs en assez grand nombre, il sera trop tard. Un pays pauvre est un pays sans riches Madame. Avec qui allez-vous financer votre modèle social? Comment allez-vous faire lorsque la France ne pourra plus mendier des prêts avantageux à la banque centrale pour payer les fonctionnaires et soigner les millions de pauvres que vous avez créés en détruisant l’entreprenariat français? Lorsque ce jour arrivera, lorsque votre dernier recours sera la spoliation pure et simple de la propriété individuelle, je serai loin et je regarderai en pleurant le beau pays dans lequel j’ai grandi et que vous avez ravagé avec les meilleures intentions du monde.

    Sur ce Madame, je vous souhaite une bonne continuation de carrière. »

    J’ai signé de mon vrai nom bien sur, mais pour vous je reste Super Résistant 🙂

        1. Pheldge

          pour lui, on ne parle plus en siècles, mais en ère : le crétacé le jurassique, le précambrien … la dernière datation aux isotopes, le donnait contemporain des radiolarites … c’est dire s’il est vieux ! 🙂

      1. Aristarkke

        Oui. Depuis le premier épisode vu en son temps au cinéma en 77.
        Mes préférés sont la première trilogie (IV, V, VI) et Rogue One.
        [j’aggrave mon cas???]

        1. albundy17

          « [j’aggrave mon cas???] »

          Non non, pas du tout, je suis étonné, je te pensais plutôt adepte de livres poussiéreux et de felix le chat ou genre « les vacances de Mr hulot »

          1. Aristarkke

            Mais je suis aussi adepte de livres poussiéreux ou non.
            Tout dépend.
            Le livre passe en premier (le plus souvent) face à un film ou une émission de télé qui ne me présente pas un intérêt particulier suffisant…

Laisser un commentaire