Et maintenant, un peu de protectionnisme avec le bon Édouard Philippe

Au fin fond des cartons républicains, à des années lumières du libéralisme, veille celui que le gouvernement appelle lorsqu’il n’est plus capable de trouver une solution à ses problèmes, quand il ne reste plus aucun espoir : le gros protectionnisme des familles. Vendredi dernier, Édouard Philippe a, une fois de plus, poussé le gros bouton rouge de la mobilisation pour en ajouter une bonne couche.

En juin 2012, Arnaud Montebourg, alors ministre d’un portefeuille maintenant disparu, celui du Dressement Reproductif, faisait une annonce tonitruante en déclarant vouloir instaurer une jolie dose de protectionnisme pour, enfin, « défendre notre outil industriel ». Il prenait alors avec un humour involontaire (et caractéristique des cuistres) l’exemple d’Obama protégeant les Américains des importations chinoises de panneaux solaires, au moment où Solyndra, fabrique américaine de panneaux solaires, explosait en faillite en laissant une ardoise d’un demi-milliard de dollars aux contribuables américains.

Pour le brave Arnaud, depuis rangé des bicyclettes politiques — et heureusement pour nous — ce protectionnisme semblait la bonne mesure à prendre pour sauver le tissu industriel en déliquescence dans le pays. Mesure facile en ce qu’elle passait facilement sur le plan politique et évitait soigneusement de remettre en cause les invraisemblables difficultés administratives et économiques que l’État impose aux entreprises, cette idée géniale a depuis amplement prouvé sa totale inefficacité tant pour protéger le fameux tissu que nos intérêts économiques qui continuent de se déliter au gré des agitations brouillonnes des gouvernements qui se sont succédé depuis.

Mais, comme d’habitude, cette fois-ci, c’est différent : Édouard sait qu’il faudra être plus malin qu’Arnaud, que son gouvernement devra faire preuve de plus d’intelligence (qu’on rebaptisera « économique » pour camoufler l’indigence des raisonnements) et qu’au final, tout se passera comme prévu.

Aiguillonné par la montée en puissance de Nestlé au capital de L’Oréal, le chef du gouvernement s’est bien vite empressé de rappeler qu’on ne pouvait pas acheter de grandes entreprises françaises comme ça, pouf, en mettant de l’argent sur la table et en rachetant les actions librement cotées au marché public. Que nenni : on laisse faire ça, et rapidement, on se retrouve avec un marché libre et un État qui ne peut plus tremper ses doigts dans tous les pots de confiture fiscaux ! Vous n’y pensez pas !

Et c’est donc en toute logique que Bruno Le Maire, cette excuse postée comme ministre de l’Économie, a annoncé un nouvel élargissement de la liste des entreprises protégées par l’État à celles travaillant dans le domaine de l’intelligence artificielle et de la protection des données personnelles. Pour faire bonne mesure, Édouard Philippe a aussi souhaité l’étendre aux nanotechnologies, au spatial et aux infrastructures financières. Comme on le voit, L’Oréal, spécialisé dans les cosmétiques et les produits de beauté, rentre immédiatement dans ces cadres et zip zoup emballez c’est pesé.

Rassurez-vous. Les mesures envisagées ne se contentent pas d’interdire certains domaines à l’investissement étranger ; il y a aussi, pour ne pas perdre l’habitude bien française d’enfouir un peut tout ce qui bouge dans des tonnes de paperasse et de cerfas dodus, un nouveau train de sanctions contre les investisseurs qui ne respecteraient pas les cahiers des charges d’une prise de participation dans une entreprise française, allant de la préservation de l’emploi en passant par le maintien du siège social ou des capacités industrielles en France.

Enfin et parce que tout ceci ne serait pas drôle s’il n’était pas question de claquer d’immenses piscines olympiques de pognon du contribuable, notre gouvernement, soudainement plein de vitamines lorsqu’il s’agit d’empêcher, interdire, sanctionner et claquer des thunes, envisage très sérieusement de renforcer la possibilité pour l’État de prendre des petites participations (5% par exemple) dans des entreprises stratégiques, afin de bloquer un retrait de cote dans le cadre d’une OPA. Et paf.

Ah, que ce monde est beau et simple, dans la vision colorée (comme le serait un album pour enfant) qu’en ont nos dirigeants ! Pour empêcher les Méchanzaméricains et les fourbes Chinois de venir manger nos entreprises, il suffit de le leur interdire. Pour que nos entreprises deviennent des fleurons internationaux, il n’y a qu’à décréter tel ou tel domaine comme stratégique, lui adjoindre toute « l’aide » de BPI France et voilà le travail : on va produire de la licorne comme d’autres des Nikes dans un atelier plein d’enfants cambodgiens !

La réalité est évidemment plus contrastée et la rencontre de cette dernière avec les espoirs et les fables que se raconte le gouvernement risque d’être, encore une fois, quelque peu abrasive.

Certes, dans le contexte actuel d’un marché de toute façon fort biaisé par les interventions étatiques, vouloir faire comme la Chine ou les États-Unis pourrait presque passer pour un acte intelligent et mesuré : après tout, il semblerait peu pragmatique de se laisser faire, de laisser ses entreprises se faire racheter par les uns ou les autres, pif, paf, pouf, et se voir ainsi dépossédé de belles rentrées fiscales juteuses, de créations d’emplois en nombres dodus, etc.

Malheureusement, à cette idée de base aussi simpliste qu’irréaliste, il faut rappeler que le « track record » de l’État français en matière de protection réelle des biens, des services, des personnes et des entreprises sur son sol est particulièrement mauvais voire se dégrade à grande vitesse pour s’approcher tous les jours d’un niveau abyssal.

En somme, parier qu’il sera capable d’avoir un effet positif par les seules exhortations et les petites lois fagotées par nos minustres, c’est prendre un pari qui s’est révélé perdant 9 fois sur 10 sur les 50 dernières années au moins. Soit, il n’est pas trop tard pour bien faire mais à voir la brochette de clowns à roulettes qui anime l’actuel gouvernement, on se demande si c’est vraiment la bonne équipe qui va apporter un changement salvateur.

D’autre part, et c’est à mon avis plus important encore, sur le principe même cette idée générale de protectionnisme ciblé est de toute façon mauvaise. Avec cette dernière, on se contente de biaiser le marché et on y introduit des inefficiences évidentes : une entreprise « stratégique » qui a besoin de recapitalisation ne pourra donc pas faire appel à des capitaux étrangers, et devra chercher au mieux dans les capitaux français – qui ne sont pas là – ou au pire, dans les capitaux étatiques ce qui revient à nationaliser tout ou partie de l’entreprise. Excellentes perspectives en vérité.

Mais surtout, on empêche au final l’émergence de concurrents solides qui peuvent rivaliser et gagner des parts sur un marché asymétrique sans bénéficier de protection de l’État. On fabrique des « champions » nationaux qui ne le sont que parce qu’ils sont dopés aux subventions et aux protections artificielles et qui seront proprement mis en charpie lorsqu’il s’agira d’affronter plus gros et plus solides qu’eux.

C’est en fait le même raisonnement que les droits de douane : on croit interdire ou renchérir les produits étrangers alors qu’en réalité, on favorise des produits locaux certes, mais surtout plus coûteux à produire qui représentent une perte nette de richesse au lieu d’une création (les Français ne pouvant alors bénéficier de produits certes étrangers mais moins chers et devant donc consacrer une part de leur budget plus importante que celle dont ils pourraient se contenter si ces droits de douanes n’étaient pas en application).

Enfin, ce protectionnisme bricolé par nos ministres ne sera jamais à même de réellement protéger les entreprises françaises tant les nouvelles technologies ne sont plus « localisables », comme jadis les productions industrielles. Le savoir-faire dans l’intelligence artificielle, les nanotechs, la biologie, l’informatique, le big data ou tant d’autres constitue la vraie richesse de ces entreprises et n’est plus dépendante d’un terroir ou d’une géographie particulière.

Il n’est qu’à voir la création de la Crypto Valley en Suisse pour comprendre que c’est en fabriquant un terreau fiscal, administratif, politique et économique favorable qu’on attire les capitaux et les entreprises et non, comme semblent le croire nos ministres, en érigeant des barrières pour éviter que ces capitaux partent ailleurs.

Le protectionnisme n’a jamais marché, qu’il fut pour des produits, des services, ou, maintenant, pour des capitalisations d’entreprise, et a fortiori quand le pays n’a pas la capacité réelle de forcer le reste du monde à accepter ses règles (ce que peut faire les US via son armée et la Chine via sa population).

Il faut se rendre à l’évidence : Édouard, comme Arnaud jadis, nous joue du flutiau.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires122

  1. Aristarkke

    « un Etat qui ne peut plus tremper ses doigts dans tous les pots de confiture fiscaux »
    Et réserver des places aux petits marquis de la FP, en mal de rémunérations fortes…

  2. Aristarkke

    « Pour faire bonne mesure, Édouard Philippe a aussi souhaité l’étendre aux nanotechnologies, au spatial et aux infrastructures financières »
    C’est la fédération des scieurs de bois qui va en faire une tête, elle qui aurait bien aimer bénéficier de cette ombrelle au nom de son libéralisme (échevelé, bien sûr…)

    https://www.capital.fr/economie-politique/exports-de-bois-vers-la-chine-travert-souhaite-favoriser-la-transformation-en-europe-1270748

  3. Le Gnôme

    En considérant que les capitaux français sont notoirement insuffisants pour cause de taxation abusive, empêcher l’arrivée de fonds étrangers va nuire à ces entreprises en les empêchant d’investir. Le fait de faire intervenir BPI France est fort inquiétant, ils sont soumis au politique et ne peuvent donc pas investir de façon rationnelle.

  4. Aristarkke

    Le meilleur exemple du protectionnisme inefficace, c’est par exemple celui de l’URSS qui n’achetait de biens étrangers qu’au compte-gouttes tout en essayant d’exporter quelques productions technologiques dont leur seul attrait était surtout le prix bas assorti d’une qualité douteuse (voitures Lada, appareils photo Zenit, etc…)
    Sauf pour les AK 47, ce qui est un peu limite…

  5. gaetan ribault

    Il faut noter que l’URSS produisait aussi des roulements à bille que nous devions acheter dans le cadre de contrats , mais qu’elle exigeait que les roulements des machines objets de ces contrats soient des SKF.

    1. Aristarkke

      Voilà donc pourquoi, ayant acheté une remorque neuve, j’avais eu la désagréable surprise d’avoir un roulement foiré en moins de 5.000 km parcourus (mais à plus de deux ans, garantie expirée donc) et d’avoir trouvé des roulements avec inscriptions en cyrillique…
      Remontés avec des SKF, ces roulements sont toujours en service >20 après et 50.000 km d’usage environ…

          1. bibi

            Mais ne savez-vous donc pas que les besoins de la population sont infinis et que seul l’état est à même de satisfaire les besoins de la population de manière équitable dans le respect de l’égalité citoyenne femme/homme écoloconsciente!

          2. zak

            je peux vous garantir que les foncts suisses ont un poil dans la main.et que les notres sont autrement plus efficaces ( du moins en suisse orientale).et zoug est un trou.d ailleurs ils s appellent great zurich area comme s ils avaient honte de s etre etablis dans ce trou.

  6. Aristarkke

    envisage très sérieusement de renforcer la possibilité pour l’État de prendre des petites participations (5% par exemple) dans des entreprises stratégiques, afin de bloquer un retrait de cote dans le cadre d’une OPA. »

    Le retrait d’arguments spéculatifs nuit très souvent au cours de bourse de l’entreprise concernée puisqu’elle devient en quelque sort « invendable ».

    Quant à être actionnaire majoritaire avec l’Etat Grançais en sleeping partner sauf pour vous mettre des bâtons dans les roues ad nutum et inventer des législations de circonstance aux moments les plus divers et inattendus, il y faut vraiment un gros coeur…

  7. Aristarkke

    « bloquer un retrait de cote dans le cadre d’une OPA »
    Je ne suis pas sûr que cela empêche un transfert du siège social à l’étranger, surtout dans l’U.E.
    Voir Airbus domicilié chez les Bataves, par exemple, ou Lafarge-Holcim…

  8. Dr Slump

    Et donc, puisque le monde entier ne veut pas se plier à ses standards républicains régulataires et égalitaires, l’état français s’obstine à renforcer toujours plus ses régulations contre les influences menaçantes du monde entier.

    Que ce qui menace son modèle vienne de l’intérieur de ses frontières, ou de l’extérieur, ne change rien: l’état doit tout réguler, tout contrôler, tout soumettre à ses lois.

    Blanquer à l’ednat passe pour un rénovateur, mais en fait, il soutient en douce le projet de loi des sénateurs pour dégommer les écoles libres. Rien d’important ne doit se faire hors de l’état.

    Français, vous êtes (à peu près) libres de travailler et tout à fait libres de consommer, alors fermez-la et faites ce qu’on vous dit. Ca va super bien se passer!

    1. Aristarkke

      Libres de consommer??? Avec les cinq fruits et légumes par jour ajouté à l’ art et la manière de ranger son frigo ???
      En revanche, pour payer impôts et taxes, la liberté est effectivement totale et commence à un niveau de richesse qu’ on imaginait pas être de la richesse…. 😈

      1. Dr Slump

        Les 5 fruits et légumes restent de la communication d’état, qui peut certes influencer le troupeau bêlant, mais je reste parfaitement libre d’acheter tous les aliments diaboliques que je veux, à base de gras, de protéines, et d’animaux.

        Le péquin moyen restera toujours libre d’acheter son écran plat géant, son ayefone, son cubi de vin et son voyage à Djerba, c’est bon pour le commerce et donc c’est bon pour la collecte d’impôts. En revanche, comme tu dis, oser contester la moindre taxe ou la moindre affiliation à un quelconque organisme d’insécurité sociale et fiscale, c’est l’enfer qui t’attend… et c’est bien là qu’on réalise quelles sont les priorités de l’état.

        1. MadeInCH

          « Le péquin moyen restera toujours libre d’acheter son écran plat géant »
          Même pas!
          C’est pas an Angleterre, que les écrans plats,ma ont été interdis, car trop gourmand en électricité (donc énergie donc pas Gaïa-compatible)
          L’escrocologie est le bypass de Troie parfait pour faire ce qu’ils veulent.
          ça commence avec les grands écrans plasma parce que plasma, pui ce sera quiu? Les grands écrans parce que grand? Les PC parce que ça consomme plus et que les ayfonne sont suffisant pour consommer des données?

          1. Pythagore

            Et l’UE qui a interdit les aspirateurs de plus de 900 watt pa’ce que les aspiro ca consomme dure et que va falloir construire pleins d’éoliennes rien que pour ca. Du coup l’aspiro de 2000watt avec double étage multi-compressé à tourbillon inversé qui aspire le tapis directe avec la poussière, ben plus possible de l’acheter.
            contrepoints.org/2014/08/27/178532-lue-reduit-la-puissance-des-aspirateurs-au-service-des-fabricants

          2. Dr Slump

            En l’occurrence, il ne s’agit pas là d’entraves délibérées à l’achat, mais d’entraves à la production, et donc plus généralement à l’entreprise.
            Cela conduit en effet à nuire à l’acte d’achat et à la consommation en général, mais venant d’un état aveugle et stupide, qui se tire dans le pied alors qu’il cherche par ailleurs à pousser à la consommation, pour pousser les rentrées fiscales.
            D’ailleurs ni les socialistes ni les conservateurs ne s’y trompent quand ils dénoncent la société de consommation, et la réduction de l’action politique aux aspects économiques.

            C’est incohérent du point de vue de l’action de l’état, mais l’état est fou à ce point là, au point d’agir comme une autruche qui tourne en rond la tête dans le sable.

            1. MadeInCH

              « qui tourne en rond la tête dans le sable »
              Soit ça dévisse la nuque.
              Soit ça scrub pas mal la peau du visage.
              Je ne vois pas comment ça peut pas mal finir.

            2. theo31

              « Je n’ai jamais oublié que l’objectif inavoué du socialisme – municipal ou national – était d’accroître la dépendance. La pauvreté n’était pas seulement le sol nourricier du socialisme : elle en était l’effet délibérément recherché. »

              Margaret Thatcher

              Les camps de concentration communistes n’ont pas vocation à seulement punir les gens mais à fournir de la main d’oeuvre à des prix défiant toute concurrence.

      1. Dr Slump

        Bien sûr que pour l’immigration il y a de la régulation aussi: favorable, incitative, avantageuse à l’immigré, légal ou non, mais c’est bien régulé et mesuré!

            1. René-Pierre Samary

              Il l’est le plus souvent, et sans doute le restera. J’ai la désagréable certitude que les couilles, ça ne repousse pas. Dans un monde ressenti comme plus dangereux, la cote des valeurs viriles, au plus bas dans les temps féminisés, reviendra sans doute à la hausse. Un peu trop tard, sans doute. L’Occidental moyen se sera déshabitué à l’idée de défendre la veuve, sinon l’orphelin. Une fille molestée par trois types dans un train de banlieue, et trente hommes restent prudemment le nez dans leur journal. Les poules pourront toujours glousser « qu’il n’y a plus d’hommes »…

              1. Le Gnôme

                Si le natif casse la gueule à un harceleur et a le malheur de le blesser, il va tâter du tribunal républicain qui lui expliquera avec force amende et dommages et intérêts pour panser les plaies morales du nocif qu’il a fait un usage immodéré de la force contre quelqu’un qui n’a fait que respecter les coutumes de son pays, que c’est très, très mal, limite raciste, et que les filles adorent être molestées par de beaux ténébreux .

                Bref, l’Etat lui apprend à être lâche à grands coups de mandales dans la gueule, que la seule force légitime lui appartient et que seul le manque de moyens ne lui a pas permis d’intervenir. Moralité, il faut plus d’impôts pour plus de sécurité.

                CQFD.

  9. Pere Collateur

    Je me demande bien pourquoi ces adorateurs du protectionnisme ne vont pas au bout de leur idée qui consiterait à fermer les frontières hermetiquement à tout et à vivre en autarcie?
    Comme ca plus de problème de concurrence, de méchants chinois et d’américains pas bisous bisous. Je suis sur que même le FN applaudirait des 2 mains.

    Notre bon préz pourrait même se rebatiser pour coller au truc en se faisant appeller Kim Jong Manu 1er. Ca serait de la balle ca!

    Sinon, très joli entrée en matière stylée Capitain Flam 😉 J’adore.

      1. Pheldge

        le « Club Dorothé », c’est pas une boîte « libre-échangiste » ça ? parce qu’on me susurre « qu’au Club Dorothé, t’as le cul dorloté … » 😉

  10. Gerldam

    Tout ça parce que la connerie française qui, comme chacun sait, n’a pas de limite quand elle vient des énarques, a empêché la formation de fonds de pension français qui régleraient le problème avant même qu’il ne se pose.

    1. bibi

      Ou avez-vous vu que les énarques ont empêché la formation de fonds de pension?
      C’est même tout le contraire ils en ont créé un, qui s’appelle Préfon et qui est réservé aux fonctionnaires!

  11. René-Pierre Samary

    Après un demi-siècle de collectivisme destructeur, que reste-t-il à faire ? Pas grand-chose, sans doute, ce qui explique cette impression que l’on navigue à vue, sur un navire qui prend l’eau comme une passoire, et où la maistrance colmate grossièrement les trous…
    Un petit tampon de libéralisme ici, et là quelques planches de protectionnisme, alors qu’il faudrait un abattage en carène et une réfection complète. Mais le navire ne génère plus assez de profits pour envisager cet investissement. Il est foutu. Sauve qui peut !

  12. Lorelei

    HS total, mais je ne peux m’en empêcher.
    Avez-vous aussi entendu ces 3 derniers jours, les tenants de la SNCF affirmer qu’une partie des dettes datent de 1938 lors de la nationalisation des diverses compagnies de chemin de fer et que le rail coûte cher parce qu’il faut payer une redevance pour rouler alors que, hors des autoroutes, les usagers de la route ne paient rien. (!?)
    La bataille du rail s’annonce rude …

    1. Aristarkke

      Ah, la nationalisation de la SNCF par Blum et Cie… au motif de l’ endettement catastrophique des compagnies privées d’ alors… privées de pouvoir gérer leurs affaires normalement, tout ce qui était technique étant déjà sous contrôle de l’ Etat, obligées de maintenir des lignes très secondaires très déficitaires contre (déjà) des subventions avec un prix moyen du km/passager un poil au dessus du tarif 3me classe (le moins cher)…

      1. Jacques Huse de Royaumont

        Les méchantes langues disent que la nationalisation des chemins de fer était motivée par le besoin du front populaire de faire main basse sur la réserve d’or des compagnie, constituée pour financée les retraites des cheminots. En « compensation », le gouvernement Blum a engagé la parole de l’état pour assuré le versement desdites retraites. En gros, ils ont encaissé l’or tout de suite contre la promesse de payer plus tard (engagement hors bilan, en quelque sorte).
        On paie encore aujourd’hui les conséquence de cette idée géniale.

    2. Aristarkke

      Le même Blum et consorts peignant l’ avenir de la SNCF fraîche émoulue en des termes lyriques, annonçant (avant son élection) qu’il n’y aurait pas de traction électrique qui faisait à l’ époque grande peur aux cheminots selon Henri Vincenot, écrivain régionaliste (HB, si tu me lis…) pour rafler les suffrages puis s’y mettre dès 1937, promettant le maintien de toutes les lignes et la création de nouvelles si possible… pour en fermer 10.000km dès 1938/1939…
      Bref, le cirque soce habituel et maintenant bien connu, ce qui ne l’ empêche pas de rafler des cargaisons de gogos as usual…

  13. albundy17

    J’avais lu un entrefilet mentionnant montebourge et un renforcement de sa loi, j’ai cru a un fake journalistisme.

    j’en ai lu un autre aujourd’hui, (N.O. je crois) vantant les abénomics comme une réussite totale, il a pas dû entendre parler de la retraite des fonx à 80 ans ^^, pour ne parler que de ce petit symptome…

    Ari, je me disais, la russie autarcique arrivait au moins a lourder de la kalash, nous sommes plus proche de l’albanie, sans les plages ensoleillées

    1. Aristarkke

      Question armes, Al, la Grance se place très honorablement même si elle n’a rien d’aussi emblématique que l’ AK47…
      Nous arrivons aussi très bien à vendre de la voiture Grançaise fabriquée en Slovénie, en Roumanie, au Maroc et même, tout récemment, en Allemagne!!!

      1. albundy17

        Vui, on voit le sucés du rafale qu’il est trop bien, du famas remplacé par un truc Allement de seconde zone qui tire de traviole, et pour les ventes de bagnoles, ben oui, on fabrique de la lada, sous un autre nom, la rolls étant dacia (avec fenetre electrique en option)

        1. Aristarkke

          Mauvaise langue! L’ essentiel est de commencer à en vendre du Rafale. Bon, faut pas avoir peur d’assurer en même temps le crédit acheteur à d’honorables pays voyous et ou dictatoriaux mais sinon ???

        2. Pythagore

          Le rafale est très certainement un très bon avion, mais pas super efficace contre des terroristes avec ceinture d’explosif. J’ai tjs limpression que les armées occidentales comme russes d’ailleurs construisent leur matériel sur la base de scénarios de la guerre froide et 2nde guerre mondiale, alors que les menaces ont évolué. Seuls les ricains avec les drones ont un peu évolué, mais ils développent également des chasseurs qui probablement ne serviront à rien (e.g. F22) si ce n’est à la dissuasion.

          1. douar

            Un ancien de l’aéronavale me disait que l’on doit balayer la piste avant le décollage du Rafale.
            tandis que les russes, eux, ont mis des gardes boues sur leurs avions afin de se prémunir contre toute projection de cailloux au décollage. Au Moyen Orient, c’est peut être plus intelligent.
            Je ne sais pas si cette info est véridique.
            Qui peut confirmer ou infirmer?

            1. MCA

              @douar 19 février 2018, 15 h 07 min

              Garde boue ? non

              Sur le MIG 31, non, on le voit clairement sur cette video:

              https://www.youtube.com/watch?v=VRhgxCaPakQ

              Le MIG 35 non plus :

              https://www.youtube.com/watch?v=V2e9ACAWSbU

              Le MIG 29 non plus,
              par contre il peut fermer l’entrée d’air des réacteurs, l’air nécessaire entrant par des fentes prévues à cet effet sur le dessus comme on le voit dans l’atelier. Cette fermeture est prévue pour éviter que les réacteurs avalent des corps étrangers, je suppose dans des conditions de décollage/atterrissage « rustiques »

              https://www.youtube.com/watch?v=NYsYL1n2xzI

              Le SU35 non plus

              https://www.youtube.com/watch?time_continue=49&v=4EmHoRGm4_w

              Et mon préféré le SU 47, à flèche inversée non plus

              https://www.youtube.com/watch?v=Ot-j3jbEAr0

              Alors Major, ça a de la gueule ça, hein?
              on s’en paye un petit tour histoire de voir? :o))))

              1. Aristarkke

                Les Russes pensent conditions de guerre – réelles – sans hangars climatisés et balayeuses de pistes…
                Là doit se trouver la différence…

              2. Higgins

                Les chasseurs russes nouvelle génération sont assez impressionnants. Si, à une époque, ils étaient plutôt rustiques, ça ne semble plus être le cas même si je sais, par d’autres canaux, qu’il y a parfois loin entre la poire et le fromage.Le Rafale est un excellent appareil qui a souffert d’un temps de développement un peu long avant son entrée en service (vol du prototype en 1986 et des préséries en 89-90). Maintenant, pour aller casser du Toyota dans le désert, tout le monde s’accorde pour dire que c’est un peu cher. Les EM planchent tous, à des degrés divers, sur des avions bien moins sophistiqués avec des coûts de l’heure de vol très réduits. Les US ont lancé récemment un programme en ce sens pour donner un descendant au Skyraider qui a connu ses heures de gloire au VietNam (camion à bombes bien armé – 4×20 mm -, rustiques avec de l’autonomie et de la puissance – 3500 cv sous le capot), les Phantom et autres F105 étant par trop sophistiqués pour appuyer des troupes dans la jungle ou pour protéger la récupération d’un pilote abattu.

                1. sam player

                  Ah le Skyraider, mon 1er modèle réduit à ailes basses (réduit, mouais si on peut dire au 1/10ème) avec un vrai moteur à explosion culbuté… P’tain le paquet de gadins que je me suis pris avant de trouver les bons réglages…

                  1. Pheldge

                    Ahhhhh, c’est donc ça … finalement, avec la théorie du genre toussa, t’aurais tranquillement joué à la poupée, tu te serais pas pris de gadins, et aujourd’hui tu serais épanoui, au lieu d’être un vieux grincheux ! 😀

                    1. sam player

                      Oops… vieux : on est toujours le vieux de quelqu’un, mais grincheux, doit y avoir méprise : le monde actuel me convient, s’adapter, sinon y a de la place pour les insatisfaits…

              3. Pythagore

                Il semble que certains modèles de la série Su27 soient équipés d’un garde-boue sur la roue avant:
                team-bhp.com/forum/attachments/commercial-vehicles/1420298d1443363953t-sukhoi-su-27-flanker-russias-eagle-killer-su27_missiles_o.jpg
                team-bhp.com/forum/commercial-vehicles/168672-sukhoi-su-27-flanker-russias-eagle-killer.html

            2. Higgins

              Quel que soit l’avion, les pistes sont inspectés visuellement tous les matins. Si le besoin s’en fait sentir, la balayeuse suit. Le tragique accident du Concorde est là pour nous rappeler cette nécessité. Les russes n’échappent pas à ce genre de contrainte.

  14. Calvin

    J’ai l’impression de revivre, via Philippe, la même transformation que celle de Fillon sous Sarko.
    Voilà un énarque, certes, mais qui connaît (et a lu !!) Hayek, devenant PM, et jetant aux orties toute intelligence économique, parce que l’hyper(ou jupitérien) Président l’a décidé.

    Après une (très) timide phase vaguement réformiste (enfin réformettiste), sous pression de l’arrue insoumise, des médias ignares, des sondages électoraux partiels, re voilà les fondamentaux marxistes et rassurants à l’oeuvre.
    Rassurants et voués a la catastrophe.. .

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Le problème, avec des égotiques comme Sarko ou Micron, c’est que le premier ministre a le choix entre être transparent ou ne pas être. Du coup, un élément clé de la machine de l’état ne remplit pas son office, le petit marquis du château, par sa faute, se retrouve coupé de toute réalité. Il terminera dans le mur, comme ses devanciers.

  15. kekoresin

    Comme dans tout régime totalitaire, il est largement accepté de croire que la révolte d peuple provient de l’étranger et pas du fait qu’on tire dans la foule et qu’on torture par souci pédagogique.

    Ainsi, notre brochette d’escrocs en charge nous raconte qu’il s’agit d’un problème extérieur là où l’état se positionne comme premier fossoyeur d’entreprises, grâce à de savoureux coups de lattes répétés avec une constance métronomique. Comme évoqué hier, jour du saigneur, la dernière friandise administrative (RGPD – rien à voir avec les services de renseignements homosexuels), va sans aucun doute ajouter de la compétitivité par grosses goulées dans le gosier économique des connards sauvages de patrons. Mais ce n’est là que le dernier étage d’un gâteau indigeste de 400.000 normes qui, selon le Politburo, sont autant de plumes pour que les ailes gracieuses portent les acteurs économiques vers un bonheur éthéré. Ajoutés à tant de preuves d’amour et de légèreté, la fiscalité câline et la passion syndicale porteront nos fleurons internationaux, nationaux, régionaux, départementaux, locaux, aux portes du nirvana prospère. Enfin et pour ouvrir ces portes de la félicité, nos divisions de panzers administratifs offriront un soutien « cent failles » aux soldats de la production. On a pu ainsi voir dans les brumes wagnériennes des nuées de Valkyries titulaires éponger le front ruisselant d’un seul patron essayant de se baisser pour ramasser l’or du Rhin, avant de mourir étouffé par tant de sollicitude céleste (d’aucuns diront qu’il a eu de la chance de n’avoir pas pu se baisser!)…

    1. Pheldge

      Mon pauvre keko, le « patron essayant de se baisser pour ramasser l’or du Rhin », se ramasse lourd dans les reins ça c’est garanti !

    2. BDC

      Ô Keko, en parlant de vilain capital, normes toussa, t’as pensé à mesurer l’empreinte carbone de tes placements (enfin … ce qu’il t’en reste 😀 …) et leur impact sur le réchauffement climatique ? C’est obligatoire maintenant, cf. la loi de transition énergétique.
      « Seulement deux investisseurs ont pris le parti d’aller plus loin en communiquant sur un chiffre vraiment clair, pour les épargnants notamment, celui de la trajectoire de réchauffement sur laquelle se trouve tout ou partie de leurs actifs. L’un l’a estimé à +3,6 °C et l’autre à +4 °C. On est très loin de l’objectif des +2 °C sur lequel 196 Etats se sont entendus en 2015 dans l’accord de Paris. »
      Hi hi … la retraite du Papet investie en éoliennes… 😀

      lesechos.fr/finance-marches/gestion-actifs/030945524033-les-grands-investisseurs-ont-encore-du-mal-a-prendre-en-compte-le-risque-climat-2133981.php#Z4I7eujibV06cMhA.99

      1. MCA

        @BDC 19 février 2018, 21 h 28 min

        « la retraite du Papet investie en éoliennes… »

        C’est malin de le conduire au désespoir !

        Déjà qu’il ̶s̶e̶ ̶v̶o̶y̶a̶i̶t̶ ̶l̶a̶ ̶p̶a̶s̶s̶e̶r̶ ̶à̶ ̶T̶a̶h̶i̶t̶i̶ doutait d’en toucher une un jour, avec une info comme celle là, le doute se transforme en certitude de ne rien toucher.

        Pour calmer ses angoisses, je rajouterai que les éoliennes sont faites pour durer une vingtaine d’années, autant dire que le jour où il arrivera en retraite, elles seront toutes à l’arrêt les bras en croix depuis un bon bout de temps.

        Ce monde est cruel !

        1. Pheldge

          MCA pas la peine de fayotter, l’héritage est déjà capté ! dans 20 ans sa retraite ? fais travailler ton fromage de tête, ou l’inverse : si qu’on l’appelle « le Papet », c’est qu’il n’est pas de la dernière couvée, ni de l’avant dernière, ni de l’antépénultième … pour lui, la retraite c’est hier, pas demain ! 😀

          1. MCA

            « pour lui, la retraite c’est hier, pas demain  »

            Bah! il vient de changer le Doblo, j’en déduis qu’il a ̶o̶b̶é̶i̶ ̶à̶ ̶A̶n̶n̶i̶d̶a̶l̶g̶o̶ l’intention de poursuivre son business lucratif pendant une paire de décennies encore, non?

            1. albundy17

              Lucratif c’était avant que je naisse, maintenant faut payer les inactifs, plus les retraités qui en plus font du black en cassant le marché tout en payant leur stage de remise en forme aux eaux thermale remboursé par la sécu, le papet y voyait sa retraite à 63, mais on se dirige vers celle à 80 comme au Japon

  16. Pythagore

    Alstom vendu à GE et Siemens. Le gouvernement et le président bradent/ont bradé des enterprises stratégiques à l’étranger, et maintenant ils veulent faire une loi pour l’empêcher. Un peu schizophrène. Les premiers a mettre nos entreprises dans les mains de capitaux étrangers, ce sont eux.

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Pour une entreprise qui ne peut pas vivre sur un marché domestique trop étroit, le protectionnisme, quelque soit sa forme, est sans doute la manière la plus efficace de la tuer.

      1. sam player

        Se rappeler combien de temps il a fallu pour avoir des téléphones domestiques sans fil : c’est France Telecom dans son centre de Lannion qui délivrait les agréments… et idem pour les fax à une époque où ils coûtaient 1000FF à l’étranger, on les payait 43000FF.
        Alcatel qui était protégé par ce système n’existe plus, Thomson non plus…. et Sagem n’a dû son salut qu’aux commandes militaires…

    2. MCA

      @Pythagore 19 février 2018, 13 h 08 min

      Macron qui est un européiste convaincu considère que vendre un fleuron à l’Allemagne n’est pas une perte car ce fleuron reste européen.

      Et vendre aux US n’est pas une perte car il reste à l’ouest.

      Par contre vendre ça aux russes ou aux chinois, là….je demande à voir!…

      1. Pythagore

        Oui c’est probablement la bonne lecture, mais cela me semble très naif.
        Faudrait rajouter le vin pour le protéger des chinois.
        Qd aux US qui imposent tjs des droits de douane sur l’acier et l’aluminium, ca m’étonnerait qu’ils aient le même raisonnement que la Grance (America first).
        Le train ne me parait pas particulièrement stratégique car l’avance qu’avait Alstom pendant un tps a été rattrapée, mais le nucléaire, c’est suicidaire de remettre cette technologie en mains étrangères même si elles sont de l’ouest. Cela donne un moyen de pression géopolitique énorme aux US. S’ils le veulent, ils pourront arrêter nos centrales. Sorry no more pièces détachées.
        Enfin bon en 2025, la France marchera aux moulins à vent donc pas de souci en fait. My failure.

  17. Adel

    en france, je résume:
    – il y a un problème de redistribution des profits
    – 75% des profits sont capté par les taxes, impôts et charges
    – l’état redistribue 75% des profits

    donc, l’état redistribue mal les profits mais certains veulent plus d’état …

    moi lorsque je rencontre un socialiste et encore plus lorsque c’est un extrême gauche, je lui dis: ton salaire, c’est à toi ? là en générale il me dit oui, et je lui demande mais tu trouves pas qu’il y a un problème de redistribution des richesses en france ? en générale, là il trépigne comme si je lui vendais de la schnouf; et je finis par lui expliquer qu’il est responsable de ce problème car il a accepter de donner 75% de ses revenues pour qu’une poignée d’individus, on ne peut même pas parler de minorité vu le nombre, redistribuent à ta place la richesse que tu as créé en travaillant.

    En générale, là, le mec comprend que je le prends pour un connard qui fait parti du problème et en générale, il dit que je suis méchant blabla .. il tourne autour du pot, sarkozy, la droite, extreme droite, capitalisme, il me répond un nuage de merde infâme, illogique …
    Et finis non par me répondre en m’expliquant que j’ai tord mais choisit la troisième voie: c’est pas de ma faute, c’est pas de la tienne, c’est la politique; facile car la politique c’est à la fois tout le monde ou personne.
    Mieux vaut accusé les mots car ils ne parlent pas.

    Bref en gros, je lui pose 3-4 trucs simples, il me répond un brouillard, se perd, et fini par conclure que ce n’est sa faute ni de la mienne, c’est personne, mais que c’est la politique, donc tout le monde … et ce dans la même phrase.

    Alors quand H écrit que la France est foutu, à vu de nez, je dirais oui.

    PS: serait-ce possible de lire un article qui explique pourquoi la french tech est une arnaque avec un listing des dirigeants et de leur choix d’investissements et des performances des sociétés concernées par ces choix; je crois pas que la french tech fasse ce genre de rapport.

  18. Pheldge

    HS : ce type a un gros complexe : je suis trop riche, taxez-moi, punissez-moi, fouettez-moi ! alors qu’il fait plus que n’importe quel état ou ONU via ses fondations, il veut quand même donner plus de sous à l’état US pour qu’il le dépense à sa guise …
    lepoint.fr/monde/le-journal-de-trump/bill-gates-je-devrais-payer-plus-d-impots-19-02-2018-2196184_3241.php

    1. Régis33

      Idiot le Bill , j ‘ai la solution a son problème .
      Naturalisation Française et le tour est joué , pas besoin de donner , l’état lui prendra directement dans sa poche .

      1. bibi

        Bercy réclame à Microsoft 600M$, alors je sais bien que Bill Gates n’en est plus le PDG, mais avec le capital qu’il détient, il a encore de quoi peser sur les pratiques d’optimisation fiscale du groupe.
        Si il estime vraiment payer trop peu d’impôts, il lui suffit de faire un chèque au trésor américain qui se fera un plaisir de l’encaisser.
        En fait il fait juste de la com pour son image tout en sachant que la baisse des impôts favorise les entreprises et donc la concurrence ce qui peut nuire à son business.

      2. Pheldge

        blague à part, je pense qu’il fait un gros complexe d’être l’homme le plus riche du monde, et qu’il a besoin de s’en excuser publiquement. … je l’imagine bien passer des heures, façon Woody Allen (enfin, dans ses films …) sur le divan d’un psy ! 😉

        1. albundy17

          lepoint.fr/economie/jeff-bezos-l-homme-le-plus-riche-du-monde-28-12-2017-2182880_28.php

          j’ai fais attention a tes menottes ainsi qu’a ta vue en retirant le point (pas le journal, hein) qui te chagrinait tant.

          Je pense que si Bilou réclame plus d’impôts alors qu’il pourrait très bien envoyer un chèque, c’est juste pour faire chier les moins riche que lui, genre 3 ou 4 milliards, les sans dents

  19. Adel

    Pheldge, ne demandez pas quelques traitement que vous subissez déjà: car vous demandez non pas la réalité mais ce qu’il y aura après.
    Et, excusez mon cynisme, après votre demande, alors qu’elle est déjà exhaussée, il aura la mort.

  20. Pheldge

    Papet, toi que tu t’y connais en architecture bâtimentale, peux-tu préciser à ceux qui l’ignorent ce qu’est un exhaussement, afin que tous puissent saisir l’humour contenu dans « votre demande …est déjà exhaussée » ? 😉

Laisser un commentaire

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.