Pendant ce temps, les cryptos innovent

Bien que la France ait fermement décidé d’être le centre du monde, et en attendant que la note de service correspondante parvienne à tous les autres pays, les palpitantes aventures des cryptomonnaies continuent. Et même si la France s’en fiche quelque peu, elle qui a choisi presque consciemment de rater ce train d’innovations là, cela n’empêche pas la communauté des développeurs et utilisateurs de ces nouvelles monnaies de faire preuve de beaucoup d’imagination.

Les derniers mois ont été riches en rebondissements.

Et ici, je ne parle pas seulement des variations de cours au jour le jour, tant ces derniers fluctuent sauvagement d’une semaine à l’autre. Presqu’indépendamment de ces hausses et de ces baisses soudaines, de nouvelles initiatives voient le jour qui s’appuient soit sur l’aspect monétaire de ces cryptomonnaies, soit sur les autres caractéristiques saillantes offertes par la blockchain, à commencer par son immutabilité et sa répartition planétaire.

Depuis le mois de décembre 2017, on ne peut que noter les développements rapides de ces différents domaines. Je prendrai quelques exemples pour illustrer mon propos et montrer la vivacité du milieu qui laisse envisager l’avenir avec sinon sérénité, au moins l’assurance que ceux qui participent à ces communautés ne se tournent pas les pouces.

Réseaux Sociaux

Ainsi, différents projets se sont notoirement développés dans le domaine des réseaux sociaux.

On pourra citer memo.cash ou blockpress dont le principe consiste à copier Twitter, la plateforme de « micro-blogging » qui permet d’échanger rapidement avec le reste du monde (ou personne le plus souvent), avec quelques modifications majeures : chaque message entraîne une inscription sur la blockchain, ce qui entraîne deux choses.

D’une part, cela impose que celui qui produit le message (que ce soit un nouveau message ou une réponse à un message déjà existant) doit le faire en payant cette transaction, éliminant dans une certaine mesure la présence normalement indépassable de trolls : quand on paye pour communiquer, on réduit sa communication à l’essentiel. Notons cependant que les frais de transactions étant minimaux (on parle de quelques fractions de centimes au plus), la désincitation reste modérée.

D’autre part, l’écriture de ces messages dans la blockchain les rend de fait ineffaçables. Dans ce contexte, fini les tweets gênants qui disparaissent opportunément. Cela impose une certaine discipline avant de poster un message qui sera inscrit sans péremption et sans droit à l’oubli… Le protocole étant ouvert et facile à implémenter, n’importe quelle plateforme (comme memo.cash ou blockpress) peut offrir cette messagerie à tout utilisateur. On comprend dès lors qu’elle devient impossible à censurer. Au contraire de Twitter qui bannit régulièrement des utilisateurs soit à la demande d’autres utilisateurs, soit d’autorités étatiques ou d’associations plus ou moins légitimes, le système proposé donne réellement une chance de disposer d’une plateforme de libre-expression…

On pourra aussi évoquer la plateforme de blogging Yours qui permet d’écrire des billets et de les publier tout en laissant la possibilité aux commentateurs et aux internautes inscrits sur cette plateforme de rémunérer directement l’auteur. On se rapproche ici des usages traditionnels puisque les blogueurs offrent généralement la possibilité à leur lectorat de s’abonner éventuellement moyennant finances, ou de participer à leurs frais via rémunération ou dons. Cependant, Yours monétise aussi la partie commentaire et permet aussi à ceux qui ont rémunéré un commentaire de qualité de toucher une petite partie des rémunérations subséquentes. Au final, toute la plateforme permet des centaines de microtransactions pour des montants très faibles (quelques centimes à chaque fois) en touchant un public de plus en plus large, offrant une réelle alternative aux systèmes de paiements actuels basés sur les monnaies fiat et des frais de transaction comparativement bien plus élevés.

Utilisation des cryptomonnaies

Au-delà de ces usages périphériques à la cryptomonnaie elle-même, d’autres projets se sont eux concentrés sur l’amélioration de l’expérience utilisateur lors de l’usage direct de ces cryptomonnaies.

On pourra noter en particulier une version équivalente à AirBnB entièrement basée sur les cryptomonnaies les plus prisées du moment, sur
Cryptocribs. Le principe est simple : en tant que loueur, vous pouvez placer votre bien en location à la journée sur le site, et vous pouvez vous faire payer en cryptos pour cette location. En tant que locataire, vous pouvez chercher une place à louer pour la durée de votre choix, et payer dans la crypto de votre choix parmi celles disponibles sur le site (BTC, BCH, LTC, ETH).

Au passage, même s’il est évidemment fortement recommandé de bien remplir les obligations fiscales liées à ces locations, on se demande comment, si le principe remporte du succès, l’État va bien pouvoir contrôler tout ceci tant les transactions basées sur les cryptomonnaies peuvent se faire évasives.

Et de la même façon que Cryptocribs copie le concept d’AirBnB dans le monde des cryptomonnaies, Coinfundr reproduit celui d’Indiegogo ou de Kickstarter, consacrés au financement participatif ou crowdfunding. L’intérêt de passer par des cryptomonnaies est rapidement évident : là où les intermédiaires de paiement et la plateforme peuvent traditionnellement représenter 8 à 10% de frais sur les levées de fonds effectuées, Coinfundr se contente de 3% (et reste même gratuit pour les opérations charitables). En outre, une fois les fonds récoltés, ils sont mis à disposition des porteurs de projet dans les minutes qui suivent au lieu des quelques semaines traditionnellement nécessaires aux plateformes habituelles pour faire les transferts.

Enfin, difficile de terminer ce petit passage en revue de quelques solutions innovantes développées récemment sur les cryptomonnaies sans mentionner Cointext. Véritable révolution pratique qui permet de toucher tous les utilisateurs équipés d’un simple téléphone portable (et pas uniquement un smartphone), Cointext permet de faire transiter des fonds (en Bitcoin Cash) d’un bout à l’autre de la planète sans plus passer par un tiers de confiance ou sans utiliser une banque ou des officines de transfert (comme Western Union par exemple). L’ensemble des transactions se réalise par de simples SMS (ce qui ne nécessite même pas internet).

Inutile de développer plus avant l’impact que ce genre de système peut avoir tant il autorise les transferts de sommes modestes depuis des pays riches vers les pays pauvres où Internet et les smartphones constituent encore l’exception plutôt que la règle, mais où les téléphones et le système SMS fonctionnent correctement. On parle ici d’une réelle opportunité pour tout une classe de population, jusqu’à présent complètement tenue à l’écart du monde bancaire, d’échanger des sommes d’argent de pair à pair, d’un bout à l’autre du globe. Les perspectives et opportunités ouvertes par ce genre d’application sont gigantesques.

Je pourrais citer encore un paquet d’autres innovations (comme Joystream par exemple, qui permet le partage de fichier à la BitTorrent avec rémunération des sources, ou OpenBazaar qui offre un équivalent d’eBay en version décentralisée et basées sur les cryptomonnaies, …) mais un billet n’y suffirait pas : même si les prix se sont tassés, même si la presse semble s’être quelque peu détournée des cryptomonnaies à mesure que les cours s’assagissaient, le domaine est en réalité en pleine effervescence.

Les cryptomonnaies sont là, et la révolution qu’elles amènent ne fait que commencer.

J'accepte les BCH !

15cVfp1wgNFSUVLUbGUufRvWntSkCcpcEB

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires52

  1. Aristarkke

    Ah, il y avait un moment que nous n’en avion plus entendu parler, de ces vilaines choses qui font rien que de favoriser le terrorisme, le grand banditisme, le djihadisme et la fraude fiscalinissime…. 😛

  2. Le Gnôme

    Tout ça me passe largement au dessus de la tête, je comprends le système, mais il me semble que une foultitude de ces monnaies soient créées, y compris par des Etats peu recommandables comme le Vénézuéla. Dubito.

    1. Aristarkke

      Le Venezuela, pétro-« démocratie », en voie de tiers-mondisation…
      C’est beau le socialisme en action…

    2. Il n’y a pas besoin de comprendre les protocoles informatiques pour utiliser Visa, Mastercard ou même Bitcoin. Tout ce que vous devez faire, c’est obtenir un portefeuille numérique (ici par exemple : https://www.bitcoin.com ) puis participer à cette nouvelle économie numérique ; produire ou vendre des choses permet d’obtenir assez aisément des cryptos.

      1. Malvino_CBA

        Pour les néophytes, peut-être vaut-il mieux ne pas les envoyer sur bitcoin.com pour créer un wallet… ils risquent de se perdre dans les méandres de la propagande des adeptes du BCH. Coinomi, Electrum, Jaxx ou aller directement sur un hardware wallet de type Ledger Nano

      2. Citoyen

        Euh,… H16, … pour prolonger la question de Le Gnôme …
        Pas mal de monde commence à s’intéresser aux cryptos, à commencer par les états ou des institutionnels … Le Venezuela, l’Iran, et même Goldman Sachs !… Chacun veut sa crypto !
        La première question est : Est-ce que toutes les cryptos, y compris ces dernières, sont basées sur la blockchain ? (des institutionnels pourraient arguer (en se retenant de rire) que leur garantie vaut bien celle des autres cryptos, sans utiliser le principe de la blockchain) et mettre un peu la pagaille dans les esprits …. en créant des cryptos qui n’en seraient pas vraiment …
        Et la question corollaire qui suit, est que, dans la mesure où un des intérêts non négligeable de la blockchain est de permettre d’avoir des comptes à l’abri des institutionnels, quel intérêt pourraient présenter des cryptos, tenues justement pas des institutionnels ? (puisque l’intérêt de la blockchain est de se passer d’eux)
        Et donc, pour résumer, quel intérêt pourrait présenter une crypto d’un institutionnel ?

        1. Citoyen

          Euh, H16,… En fait, ma question était une vrai question (en réalité plusieurs questions dans la même), pour laquelle j’aurais aimé avoir l’avis du spécialiste de la crypto …

      3. yp

        Depuis que j’ai découvert Handcash, je n’utilise quasiment plus que ce wallet… Entre les handles et la désignation des transferts en valeur fiat, son utilisation au jour le jour est un plaisir…

        Seul truc, le lien google vers le wallet pointe sur une adresse inexistante depuis 72 heures. Il suffit d’enlever le « beta » du lien actuellement référencé par google (ou de suivre celui-ci : https://play.google.com/store/apps/details?id=com.freaks.app.handcash&hl=en )

  3. zen aztec

    « s’il est évidemment fortement recommandé de bien remplir les obligations fiscales »
    Sans rire of course!

    1. Val

      @zen ça m’a bien plu ça aussi … façon pastiche de  » « Pour votre santé, évitez de manger trop gras, trop sucré, trop salé » après une pub sur l’inverse.

  4. Calvin

    Zut…
    Bientôt, je n’aurai plus droit à utiliser mon portable en classe (comme en ce moment même : un cours insipide sur le Moyen-Age rêvé par l’EdNat).

    Comment vais-je recevoir des cointext pour les judicieux commentaires sur le blog d’h16 ????

      1. Calvin

        C’est parce que je suis, à mon age, un ultr-libéral égoïste et sans coeur.
        Sans coeur, en voici la preuve : je préfère la cupidité à Cupidon.

  5. WorldTour73

    Moi j’ai trust sur mon smartphone. Il faut encore que je regarde mais je crois que c’est un portefeuille avec des app pour gagner ou échanger des ETH. Qq connaît?

  6. Pythagore

    Merci pour ce point sur les techno crypto, j’y connais pas grd chose non plus. J’avais entendu dans un reportage que les techno de paiement par simple téléphone mobile s’étaient bcp développé en Afrique.
    .
    e.g. medium.com/banking-on-mobile-in-africa/paiement-mobile-et-e-commerce-en-afrique-francophone-la-ru%C3%A9e-vers-lor-4f29577bca81

    1. Adolfo Ramírez Jr

      C’est effectivement le cas, car les réseaux mobiles sont infiniment moins coûteux à installer, mais remplacent à la fois les réseaux fixes et bancaires

    2. sam player

      Pas qu’en Afrique…
      En Australie ça fait un moment que l’on peut s’échanger de l’argent avec un simple sms, c’est bien pratique quand l’un paie le resto ou une loc et que les autres veulent payer leur part par exemple.
      Il semble qu’en france ce soit le lobby bancaire qui freine des 4 fers et qui ne connait que le prélèvement automatique ou le virement…

      1. Aristarkke

        Ce serait étonnant qu’il n’y ait pas de la contrainte fiscale ou douanière derrière. N’ oublie pas que le terrorisme, nous luttons contre…

  7. cherea

    Hey H16,

    merci pour toutes ces bonnes nouvelles. Je vais de ce pas mettre un logement sur cryptocribs….surtout avec cet « accord » ou plutôt cette clé de bras digne de Sergio Ramos qu’a signé airbnb en gros, plus de location après 120 jours sur la résidence principale, comme si votre résidence principale vous appartenait et que vous pouviez en faire ce que vous vouliez…

  8. Pheldge

    Euh Patron, j’ai-z-un souci avec le 2 facors truc, pour sécuriser mon larfeuille, c’est que mon île de doux sauvage, ne figure pas dans la liste … Une suggestion pour résoudre ce problème ? j’ai regardé un peu sur Bitcoin talk, et apparemment je ne suis pas le seul dans cette situation. rappel, je mine du Monero, et mon morlingue c’est Cryptonator (par curiosité plus que par avidité).

  9. Gerldam

    Je me demande combien de temps il faudra aux gens envoyant d’habitude un peu d’argent via WU vers l’Afrique pauvre pour entendre parler de cointext et enfin de l’utiliser…
    A moins que les passeurs suivent ce blog??

    1. Pheldge

      Faut pas s’inquiéter pour eux … Perso, depuis le piratage de ma boîte mail pro, je ne me fais plus d’illusion quant au retard de l’Afrique dans le numérique ! 😉

      1. Calvin

        Je dirais même qu’ils se sont enrichi.
        Pas plus tard qu’hier, un africain fortuné me propose la moitié de sa fortune.
        Je file de ce pas à La Poste pour initier le déblocage des fonds. À moi les ronds !

        1. albundy17

          Les dons de ce type on engendré sur une période observée de 18 mois la bagatelle de 3.5 milliards d’euros, mais d’Europe vers l’Afrique, principalement Nigéria.

          Comme dirait l’autre, les races des poires sont intarissables

  10. NicolasPimprenelle

    « Au passage, même s’il est évidemment fortement recommandé de bien remplir les obligations fiscales liées à ces locations, on se demande comment, si le principe remporte du succès, l’État va bien pouvoir contrôler tout ceci tant les transactions basées sur les cryptomonnaies peuvent se faire évasives. »

    Justement ! C’est la principale raison pour laquelle nous assistons depuis le début de cette technologie à un freinage des 4 fers de la part de l’Etat.
    Vous semblez interprétez le ratage de ce train par l’Etat sous le prétexte qu’aucun homme politique ou aucun énarque n’y comprend rien à cette technologie.
    Moi, je ne suis pas d’accord avec vous sur ce point et je soutiens qu’ils ont très bien compris les enjeux de cette technologie et ils vont mettre en oeuvre toute leur énergie et tous leurs moyens pour la contrer, au risque pour eux de passer pour des abrutis, ils s’en foutent cela leur permet d’avancer masquer.
    Ils savent très bien que si une technologie nouvelle les empêche de ponctionner comme avant, il faudra coûte que coûte détruire cette technologie, ou l’interdire, ou faire en sorte qu’elle ne soit pas utilisée par le peuple même si c’est à grand renfort de propagande !!!

    1. hub

      H 16 l’a déjà largement démontré dans de précédents billets… Le loup fiscal ne peut agir de la même façon sur les crypto, donc il refuse les crypto. Le sujet tient à coeur à H16 et il l’a beaucoup traité.

  11. Sylvain

    Quelqu’un a-t-il déjà utilisé cryptocribs? Sur Paris je trouve des annonces avec plein de références toutes publiées en novembre 2017, puis rien après. Et je ne trouve aucune critique de vrai utilisateur sur le net. Ca m’inspire moyen confiance.

  12. FaLLaWa

    Et vous n’avez pas mentionné le Lightning Network qui commence à émerger: 150 000 $ de channel funding, 2000 nodes, 6000 channels ouvertes.

    Et les LN wallet apps qui arrivent (Eclair (français d’ailleurs?!), Bitcoin Lightning Wallet (que j’ai essayé, c’est la première app qui permet d’ouvrir des channels, de payer et de recevoir). Je me suis payé une recharge de 10 USD Skype avec. Manque plus que des marchants maintenant.

    J’ai eu un échange de mails avec le développeur de l’app mentionné plus haut, je le partage c’est intéressant:

    « Thanks Anton for your reply,
    A question about LN if you have time: say I’m a merchant and want to be paid by bitcoin via LN. After installing your app and creating a channel, you can’t receive funds if you haven’t spent in the first place, like a glass full of water right.

    So how does the merchant do if at first he just want to receive payments?

    Thanks,
    Regards,
    A. »

    Réponse du dev:
    « The easiest way would be to use an LN payment processor like https://strike.acinq.co/, they do all the heavy lifting for 1% of payment and work on mainnet already.

    Another option would be to advertise your node’s address in hope users and routing nodes will find it interesting to open a channels to it.

    And another option would be to open an outgoing channel and trustlessly swap it’s balance back into your wallet such that you get a balance on-chain and an empty channel ready to receive funds. This one is still in the works though. »

    Ah, également bon à mentionner: un français (Yorick de Monbynes), qui avait sorti un rapport sur les cryptomonnaies en Mars 2018 a fait une petite conference sur où en sont les cryptocurrencies (datée du 6 juin). Je vous mets le lien ici:
    https://youtu.be/XyZdB6mk6aY

    Bref nous vivons des temps très intéressants.

    1. LN n’est pas mentionné parce que pour le moment et officiellement, LN est toujours en beta (ce qui n’est pas le cas des applications ci-dessus).

  13. MCA

    « D’autre part, l’écriture de ces messages dans la blockchain les rend de fait ineffaçables. »

    J’avais retenu que la blockchain rendait les informations ineffaçables mais ne les rendait pas anonymes…

    …donc éventuellement leurs auteurs légalement punissables, ce qui risque de nous conduire dans certains cas tout droit à l’autocensure pouvant aller jusqu’à l’arrêt volontaire des publications pour peu que l’auteur pressente qu’elles contreviennent à la loi du moment.

    Et je sens poindre à l’horizon une autre menace; H16 est en train de nous prépare mentalement à devoir mettre la main au porte-monnaie BTC pour s’exprimer ici…. Cétropinjuste!

  14. Lorelei

    Quand vous écrivez ce type d’articles, j’ai toujours l’impression de découvrir un monde entier de l’autre côté du pont.

  15. Citoyen

    « Bien que la France ait fermement décidé d’être le centre du monde, et en attendant que la note de service correspondante parvienne à tous les autres pays,… »
    Euh, … apparemment, Donald ne l’a pas reçu … il n’était pas content !
    Encore une secrétaire qui n’aura pas fait son boulot correctement, et qui aura oublié de le mettre dans la liste de diffusion …
    Ben voilà, Jupiter va être obligé de tout faire lui-même !… un comble !… peut pas compter sur le petit personnel …

  16. Didier

    Très bon article, Il y a aussi Keyport: https://play.google.com/store/apps/details?id=co.atlantislabs.keyport , une application de messagerie sur la blockhain BCH.

    Par contre, Cointext, est une superbe idée mais foutue d’avance:

    a) le détenteur de facto des fonds est l’operateur de telecom, qui peut bloquer ou réattribuer le numéro.
    b) le protocole SS7 tout pourri qui permet encore facilement d’envoyer des SMS avec des faux expéditeurs et donc de vider n’importe quel wallet n’importe quand.

    Ces deux problèmes sont susceptibles d’êtres encore plus aigus dans des pays disposant d’une infrastructure moins moderne, exactement là ou Cointext serait le plus utile.

    1. Les deux objections sont tout à fait valables bien sûr, mais en attendant d’avoir une population suffisamment nombreuse disposant de smartphone, c’est toujours mieux que rien du tout en fait.

  17. Rhum1

    Je profite de l article sur les crypto pour demander aux experts du site leur avis sur hashgraphe. Est ce complementaire ou concurrent au blockchain. Et comment y investir ?

  18. yp

    Il y a également les services de tipping, comme @tipprbot sur Twitter (qui est la principale source de dons pour @eatBCH, une organisation de caritative pour aider les victimes du communisme au Venezuela, qui vient d’ouvrir un compte pour le Soudan) et u/tippr sur Reddit qui associent coté pratique et coté ludiques… Au chapitre des tentatives de décentralisation du crowdfunding, il y a aussi la résurection du projet Lighthouse qui avait été abandonné en 2015…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.