Les délires de la République de la Plomberie-Chauffagerie

Un texte de Nafy-Nathalie et h16

En théorie et depuis les années 70, les frais de chauffage des logements collectifs auraient dû être individualisés… Las ! De dérogations en cas spécifiques, la mesure est restée lettre morte et ces frais restaient payés en fonction d’une grille établie non sur la consommation réelle de chacun mais de la surface de chauffe. Cette situation ne posait globalement pas de problème et n’entraînait pas débat.

Cette absence de problème et de débat étant intolérable à certains lobbys et certains ministres de l’écologie (au premier rang desquels on retrouve l’inénarrable Ségolène Royal), il a rapidement été question de tout remettre à plat.

Ce qui fut fait par le truchement de la loi de Transition Energétique pour une Croissance Verte (LTECV), promulguée en 2015, d’après laquelle tous les bâtiments collectifs devaient se mettre aux normes à l’exception de ceux pour lesquels l’obligation aurait entraîné une modification des installations même.

Comme bien souvent, l’idée de base n’est pas forcément mauvaise puisqu’il s’agit au départ de faire payer à chaque résident uniquement sa propre consommation de chauffage, ce qui a la vertu supplémentaire de le pousser à faire des économies : le Syndicat de la mesure avait par exemple calculé que dans un trois-pièces de 67 m², le comptage par répartiteur ne coûterait que 50 euros, et permettrait de gagner 100 euros sur une facture annuelle de 1000 euros.

Youpi, donc.

Sans traîner, un arrêté de mai 2016 est pondu pour préciser que la mise en service doit avoir lieu avant le 31 mars 2017 pour la majorité des installations avec des possibilités de reculer un peu en cas de faible consommation.

En somme, sur le papier, tout semble idéal : tout a été prévu et on a même décidé de tenir compte de la situation spécifique des logements. Ainsi, selon le chauffage déjà en place, on installe un appareil à l’entrée du logement (compteur individuel d’énergie thermique sur des boucles horizontales) ou sur chaque radiateur (répartiteurs sur des installations verticales) pour mesurer la consommation effective.

Moyennant un calcul de pondération tenant compte de la forme du logement et des parties communes dans les immeubles, on peut en déduire le coût du chauffage par résident : on applique un coefficient de 0,3 sur la consommation globale pour les nouveaux appareils de mesure posés après la parution du décret, mais si les appareils sont posés avant le décret, un coefficient compris entre 0 et 0,5 est applicable sauf si les copropriétaires peuvent décider aussi d’appliquer le coefficient de 0,3, ce qui permet de répartir selon la clef chauffage ces frais définis par coefficient, de même que ceux relatifs au fonctionnement de l’installation. Le reste de la consommation est, elle, répartie en fonction des relevés des appareils de mesure. Absolument limpide, non ?

confused

Malheureusement, quelques complications supplémentaires arrivent.

Et ce d’autant plus vite qu’un rapport sur ces répartiteurs, commandé par l’ARC et réalisé par le bureau d’études techniques Enertech, sort en 2017 : après analyse, il semble que ces appareils ne peuvent pas mesurer de manière fiable la consommation réelle. Zut.

sapristi

Selon cette étude qui rappelle que ces répartiteurs ne fournissent pas « une mesure de consommation mais uniquement une estimation de la part d’énergie fournie » par ailleurs très imprécise, ces engins peuvent aussi bien surestimer la consommation de 80 % que la sous-estimer de 30 %.

saperlipopette

Devant ce constat, les associations de consommateurs montent au créneau ; L’ARC conseille par exemple la rébellion et aux copropriétés de ne pas poser ces répartiteurs. Que Choisir conseille d’attendre. La CLCV dénonce quant à elle une mesure « inaboutie et injuste ».

Manifestement, la situation est délicate pour l’Etat et ses alliés écologiques. Elle l’est d’autant plus qu’une sanction financière de 1500 euros par an et par logement non doté de répartiteur est prévu par le décret.

oups

Une porte de sortie est trouvée puisque l’obligation englobe la pose d’appareils capables de « déterminer la quantité de chaleur fournie à chaque logement ». Les associations considèrent donc que les répartiteurs sont sortis de l’obligation, puisque seuls les compteurs d’énergie répondent au décret. Par conséquent, les immeubles d’avant les années 90 (la majorité d’entre eux) ne sont donc plus concernés par le dispositif.

Les copropriétaires font également de la résistance et refusent de s’équiper.

Zut et zut : le gouvernement ne peut plus maintenir l’obligation de poser des répartiteurs, mais ne peut, idéologiquement, revenir en arrière. En sueur, il détricote donc discrètement le dispositif avec la loi ELAN (via son article 71 et un décret d’application qui rabotent encore un peu plus les obligations effectives).

Cependant, avec l’État, une erreur ne peut s’arrêter là : tout en détricotant, il en profite malgré tout pour l’étendre en impliquant aussi les frais de refroidissement.

facepalm

Tout ceci est bel et bon, mais il semble qu’on a oublié un petit quelque chose…

Ah, oui, c’est vrai : les calculs des économies potentielles se basaient sur un coût qui se révèle en pratique bien supérieur. Finalement, il faut compter 90 euros pour un (malheureusement nécessaire) robinet de régulation de chaleur, 180 euros pour l’installation d’un compteur de chauffage, 5 euros pour la location annuelle d’un répartiteur (soit 30 euros pour un trois pièces avec six radiateurs). Enfin, la location d’un compteur coûte 85 euros.

On est loin du budget initial.

fail

Tout ceci commence à sérieusement sentir la Réussite Royal (par référence à la Reine des Pôles), à savoir une déroute complète nappée de petits fours joyeux. Surtout lorsqu’on découvre que le décret impose aussi aux syndics d’établir, le cas échéant, une note justifiant de l’impossibilité technique ou du coût excessif de l’installation.

Cette note doit bien évidemment répondre à des impératifs légaux – exposé dans le sabir habituel du législateur déséquilibré qui sévit en République française – à base de carnets numériques d’information, de suivi et d’entretien des logements et autres petits cerfas rigolos à remplir. Note dont le syndic ne pourra décemment prendre la responsabilité sans s’exposer à des désagréments si cela tourne au vinaigre…

Quant aux copropriétaires, ils éviteront les pénalités de 1500 euros par an et par lot pour ne pas avoir posé de répartiteurs trop chers et inefficaces en payant un bureau d’études techniques qui garantira que leur démarche est économiquement et/ou techniquement justifiée.

En somme, pour éviter une mesure onéreuse qu’on ne peut pas respecter, on doit effectuer une mesure onéreuse auprès d’un cabinet qui conviendra effectivement que la mesure est inapplicable et onéreuse, et qu’on doit donc s’en dispenser.

Imparable.

logicar

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires156

    1. Aristarkke

      Merci, Le Gnome, de penser à ma reconversion. Avec mes idées libérales, sois assuré que cela dépoterait grave et sévère avec des couinements dramatiques dans les deux tiers de la FP (tout ce qui n’est pas régalien, en fait). Mais comment être élu avec de pareilles idées comme vases de programme d’actions ? Faudra t il faire un séjour chez la perfide Albion avec la recréation de la France Libre pour y arriver ?

  1. Higgins

    Le pire dans cette affaire, c’est de savoir qu’une telle mesure a nécessité le travail de dizaines de collaborateurs dans un cabinet ministériel tout cela en pure perte. On en revient toujours à cette antienne: 1) trouvez moi un problème, 2) si pas possible, créez en un, 3) médiatisez moi le problème si possible en culpabilisant un groupe quelconque (les méchants propriétaires sont tout trouvés), 4) annoncez qu’on a la solution, 5) faites voter ou décrétez la solution (c’est plus rapide mais dans l’autre cas, ça donne l’illusion que le Parlement a une fonction dans ce pays), 6) ne reconnaissez jamais que nous nous sommes plantés lamentablement, 7) cherchez un nouveau problème.

    1. MCA

      Major je vois la situation d’une façon différente :

      Trouvez moi une solution et je créerai la problème correspondant.

      Trève de plaisanterie, Ari est resté au lit à ce que je vois, 9h02 et pas de traces d’intervention…

        1. Al Bundy

          Ou il n’y a pas de bouchon vu que c’est férié, j’avais d’ailleurs oublié et n’ai compris le pourquoi de tant de remerciements du dépannage que j’ai fait ce matin qu’une fois rentré.

              1. bibi

                Malheureux, il ne fallait pas facturer comme toujours, en ce jour férié chrétien dans notre république laïque socialiste mais appliquer le tarif jour férié sans quoi vous allez être redressé.

                  1. Aristarkke

                    Vous devez connaître la blague du plombier qui va trouver le chirurgien de l’opération intestinale subie par sa femme en se plaignant du montant de la facture finale. Et le chirurgien de répondre : mais enfin, c’est ce que vous m’avez dit vous-même quand vous êtes venu réparer ma fuite d’eau.
                    Dès qu’on touche aux canalisations, cela coûte forcément et inévitablement un max…

                    1. Al Bundy

                      La dernière fois que j’ai changé de métier sous les yeux écarquillés des proches et moins proches me traitant de fou, je leur répliquait que passer de la cardio à la plomberie restait du domaine de la tuyauterie

                    2. Dr Slump

                      😀 Lol Al, on sent le vécu. En ce qui me concerne mes proches ne font plus attention, ils sont blasés maintenant ^^

              2. Grosminet

                Une question existentielle qui m’interroge, depuis fort longtemps, adressée aux deux spécialistes du métier (métier par ailleur sur-reprensenté parmi les 17 lecteurs de ce blog), même pas HS aujourd’hui : pourquoi donc les plombiers se cassent la nénette à braser les emboîtures des tuyauteries en cuivre, ce qui nécéssite notamment de se traîner un flambard oxy sur les chantiers, alors qu’il suffit de les étamer avec une banale lampe à souder ?

                1. Aristarkke

                  Parce que braser avec de la brasure à l’étain est déjà en soi une hérésie (l’étain est un métal anti-adhésif puisqu’il garnit l’intérieur des casseroles professionnelles à qui il est demandé de faire adhérer), parce que le travail de préparation du cuivre est plus astreignant avec la brasure tendre (étain) qu’avec la brasure forte (alliage de cuivre, phosphore, etc…), parce que la résistance mécanique est très différente, parce que la brasure tendre est à éviter (en principe) pour les canalisations ECS et bien entendu, pour pouvoir facturer un max comme tout plombier qui respecte l’esprit de corps… 😛

                  1. Al Bundy

                    « pour pouvoir facturer un max comme tout plombier qui respecte l’esprit de corps »

                    walla.

                    « parce que la résistance mécanique est très différente »

                    par ex c’est interdit pour les canalisations gaz.

                    Perso je pose toujours une brasure à l’étain sur le dernier raccord des puisages extérieurs, quand ça gèle et que le client n’a pas purgé, ça se démanche à cet endroit et y’a pas d’inondation ds la maison.*

                    1. Al Bundy

                      Pis se fader la brasure à l’étain, jte raconte pas le temps ^^ 2 assemblages ça va, mais après ^^

                      « sur-reprensenté parmi les 17 lecteurs de ce blog »

                      La sur-représentation serait plutôt du coté des agri paysans, d’ailleurs.

      1. Aristarkke

        Pour une fois que je m’accorde une grasse matinée crapuleuse, il faut que Monseigneur sorte un sujet taillé sur mesure pour un ex-syndic plombier… L’aurait il fait exprès ??? Mais je lui pardonne car il a veillé à ce que notre morue préférée figure au menu. Pas à dire, il sait y faire pour allécher ses 2524 lecteurs impénitents…

      2. Higgins

        Exemple concret qui illustre parfaitement le côté kafkaïen de notre société http:/www.opex360.com/2019/11/01/la-norme-europeenne-reach-va-couter-480-millions-deuros-a-la-marine-pour-ses-missiles-exocet-et-aster/

        1. Pythagore

          Loi REACH : 800 pages !
          Il serait intéressant d’analyser le nombre de pages produites pour une même loi dans chaque pays pour répondre à la même problématique. Sûr qu’en France, on décrocherait le pompon.

          1. Higgins

            Surtout que chaque pays a déjà dans ses valises un aréopage de lois, textes et normes sur le sujet, aréopage que chaque nouvelle catastrophe industrielle démontre qu’il est assez lâchement respecté malgré les nombreuses commissions existantes tant à l’intérieur des organisations (style HSCT) qu’à l’extérieur. Dans le cas présent, je serai chef d’état-major d’une armée comme celle des Indes que je verrai d’un très mauvais œil un budget de 500 millions d’euros gaspillé pour faire plaisir à des parasites et alors que mes besoins en équipement n’ont jamais été aussi important.

        2. Pheldge

          Quelle débilité ! et bien sûr les ennemis potentiels, se mettent tous aux normes, Kim Daesh, et consorts doivent bien rigoler !
          Et pour les têtes nucléaires, on a prévu quoi ? des lanceurs au bio-méthane ? ah, mais suis-je bête, les têtes nucléaires, ça pollue trop grave, alors on va les remplacer, par des bougies et des cartes « vous n’aures pas ma haine » …

    2. Palar Gazor

      N’oubliez pas dans step 5 de rendre la solution la plus technocratique, administrée, bureaucratique et papivore possible. C’est une spécialité française.

      Dans les pays latins et orientaux il y bcp de procedures et de papier, mais elles sont en general simplifiees alternativement a l’extreme par la substitution d’un autre type de papier, le papier-monnaie.

      1. Higgins

        Je le vis en direct. Un pb important devait être réglé par simple mail (demande de transfert d’un dossier me concernant d’un organisme à un autre). Mail fait il y a six mois en insistant bien sur le fait qu’il n’y avait besoin de rien d’autres. La semaine dernière, élaboration en express d’une demande classique avec adjonction de moult documents annexes (au cas où) et intervention de responsables haut placés pour donner un coup de pied salvateur dans l’administration de m… que le monde entier ne nous envie pas et qui nous em… copieusement avec ses CERFA de merde. Au bilan, je serai, je l’espère, payé en partie fin décembre. Dans le cas inverse, le simple quidam est prélevé d’autorité sur son compte avant qu’il n’ait eu le temps de lire le courrier que le Léviathan lui a adressé. L’administration française soutient ses administrés comme une corde soutient un pendu : moins on bouge, moins ça nous serre le cou et mieux on respire. Je les hais.

    1. Léo C

      Jusqu’où la gradue-t-on ? Parce qu’avec notre arctique reine des neiges, c’est déjà du copieux.

      Étalonne-t-on en fonction ce cette catastrophe nationale, lui attribue-t-on une valeur asymptotique, maximale ?

      Je me dis également qu’il pourra toujours y avoir pire. Autant étalonner, comme le QI, par centiles.

        1. Stéphane B

          Une preuve qu’on peut encore trouver des choses bien en politique ?
          ladepeche.fr/2019/11/01/yvelines-un-depute-suppleant-lrem-implique-dans-un-trafic-de-drogue-international,8517061.php

              1. sam player

                Avec l’âge… dur de la comprenette on dirait…. pas étonnant qu’il email les petites jeunes du site… voire les ephebes… supposés

            1. Calvin

              Ah oui, la pilule bleue….

              Ce reve bleu,
              Je n’y crois pas c’est merveilleux
              Pour moi c’est fabuleux
              Quand dans les cieux (7…)
              Nous partageons ce reve bleu à deux

              (Disney)

              1. Stéphane B

                Nous avons Ariladin ici présent, chouette. Vite, Ari, frotte la lampe magique et qui pitètre, le bon génie sortira et foutra dehors tous ces crétins.

                1. Pheldge

                  tu es cruel, tu sais bien que vu son âge, le Papet, sa « lampe magique » ne s’allume plus depuis bien longtemps, que même les pilules bleues n’y peuvent rien ! le pauvre essaie vainement de l’astiquer, sans succès …

  2. philos

    Ça me rappelle l’obligation de la mise en conformité de l’accessibilité des commerces aux handicapés.
    Il fallait faire un dossier pour établir que, compte tenu de la disposition des lieux, il était impossible de le faire.
    (Quasi 95% ou + des petits commerces existants)
    A déposer au bureau trucmuche de la mairie où une personne dédiée devait tamponner le dossier, le mettre sur une pile et attendre que tout ça se recouvre tranquillement de poussière….
    Suivant! coup de tampon, pile… Suivant! coup de tampon, pile…

      1. Higgins

        Bonne chance à celui où celle qui veut prendre le métro depuis la gare Montparnasse. Déjà que l’accessibilité aux rames de TGV est une épreuve en soi (physique et surtout psychologique à cause de ce sens inné de l’accueil à la SNCF).

        1. Pheldge

          bah, il suffit qu’une assoce à la con fasse le buzz, porte plainte, et il y aura une grosse amende à la clef … « ça coûte rien, c’est la SNCF qui paye » comme disait le commis charcutier

      2. Al Bundy

        « Et pour le métro de Paris, y’a pas de loi pour l’accessibilité des handicapés ? »

        C’est la majorité de la clientèle, tu trouves qu’il n’y en a pas déjà assez ?

        Ou peut être faisais tu allusion aux handicaps moteurs ?

        1. Pythagore

          Je faisais allusion au fait que la chi@nlit va tjs dans le même sens. Les restaurants doivent s’équiper pour permettre l’accès aux handicapés (en fauteuil) qui à Paris ne pourront de tte façon pas venir car les transports en communs sont complètement inadaptés aux handicapés.
          Et tous ca alors qu’il suffit que 2 costaux de la cuisine viennent aider à monter les marches lorsque le cas très rare se présente.
          Faites ce que je dit pas ce que je fait.

  3. Al Bundy

    Impossible non plus a calculer la répartition dont bénéficient certains logements entourés de gaine technique.

    Un client n’a pas besoin d’ouvrir ses radiateurs grâce aux colonnes montantes, suffisante pour amener l’appart à 22 -25.

    Vu la configuration de l’immeuble, avait été choisi les compteurs par radiateurs, content il était jusqu’à recevoir les frais d’abonnements, plus important que les frais de chauffage divisé par le nombre de logements…

  4. Opale

    « ces engins peuvent aussi bien surestimer la consommation de 80 % que la sous-estimer de 30 %.  »
    Diantre, en voilà un spectre large.

    Anyway, je compte sur le RCA pour régler tout ça : bientôt, il faudra s’inquiéter de refroidir les appartements, et non plus les chauffer. C’est pas d’la solution, ça ? On se fait du mouron pour rien.

      1. Aristarkke

        À part dans les immeubles de bureau, je n’ai jamais vu d’installations collectives de clim’.
        Je ne dis pas qu’aucune copropriété d’habitations en soit pourvue mais cela ne doit pas courir les rues, même dans les départements du sud.

          1. sam player

            Bah nan… quand tu as froid tu peux te couvrir et il n’y a pas de limite… mais quand tu as chaud il y a une limite pour se dévêtir…

              1. sam player

                Tu prends un cas particulier : il y a du froid humide et du froid sec… tout comme il y a du chaud humide et du chaud sec…
                Et quand il fait -10 degrés c’est plutôt sec…

                1. Al Bundy

                  « Et quand il fait -10 degrés c’est plutôt sec… »

                  C’est la saturation qui baisse, l’ambiance chaude est généralement humide…

                  BDC, le chauffage n’enlève pas l’humidité, il augmente la sat, du coup ça condense moins sur les parois, mais si tu n’enlèves pas l’eau, elle s’accumule et finit par te pourrir les murs.

                  Rôle de la dispendieuse VMC.

                  Je reviens d’ailleurs sur le sujet évoqué l’autre jour, j’ai désormais calculé chez moi (plus de VMC) avoir environ 3 litres d’eau en trop dans l’air pour arriver vers 45-50 % d’hygrométrie,.

                  Finalement il est probable qu’un déshumidificateur elec d’une moindre capacité (et donc moins énergivore) soit suffisant pour assainir une baraque, augmentant encore le bénéfice vs une VMC même dernier cri, sans parler du coût de l’appareil qui devient totalement ridicule ^^.

                  Bon, faut que je me décide, je suis à 80 % d’hygro 😥

    1. Aristarkke

      Les évaporateurs à coller sur les surfaces chauffantes datent de la fin des 70’es mais ils ont fait très vite la validation de leur vacuité opérationnelle.

      1. sam player

        En théorie c’est logique… et en pratique ça fonctionne puisqu’ils s’assèchent… vu que l’air chaud peut contenir plus de vapeur d’eau que l’air froid… le problème étant que 20cl pour 60m3 ça fait un peu juste…

      2. Pythagore

        Ce genre de truc (voir lien), avec un tube contenant un liquide a été la norme, maintenant, ils sont remplacés par des digitaux qui fournissent leurs données par télétransmission. Avant il fallait qu’un bonhomme vienne chaque année faire le relevé au domicile et changer les tubes. Encore de l’emploi détruit ! 😉
        En tout cas, après les premières factures de chauffage, j’ai installé des thermostats électroniques, baissé les temp. en fonction de l’heure et réduit la facture, donc qq part, cela m’a été utile d’avoir une mesure individuelle.
        Je ne pense pas que la mesure absolue de conso soit importante, plutôt la relative, par rapport aux autres de la copro.
        https:/ /www.flickr.com/photos/69728846@N04/9606948859

  5. Stéphane B

    Tout cela me ramène vingt ans en arrière, lorsque j’habitais sur Reims un HLM au 9ème étage avec chauffage collectif. Les robinets des radiateurs étaient fermés tout l’hiver, nous dormions les fenêtres entre ouvertes et la température ne descendait pas en dessous de 21°c quel que soit le temps extérieur. Par contre, au premier et second étage, ils se caillaient. Les joies du collectif !

  6. Stéphane B

    HS mais en ce jour de Toussaint et suite à Halloween, il convient de mettre en avant des exactions qui deviennent monnaie courante et qui n’augurent rien de bon. Elles sont en plus dans la continuité du billet de mercredi dernier.
    ladepeche.fr/2019/11/01/college-gymnase-et-ecole-incendies-tirs-de-mortiers-sur-la-police-et-les-pompiers-nuit-de-violences-a-beziers,8517168.php

    Demain, c’est la fête des Morts. A quand un « Debout les morts, on change de cimetière » comme on gueulait pour rompre les rangs mais là, de la part des français pour éradiquer cette vermine.

        1. vieux rat

          Des exactions, tout de suite les grands mots (maux ?)
          C’est un brin stigmatisant pour le vivr’ensemble, voire vraiment facho ! (vais remplir le cerfa concerné pour signaler cette dérive nauséabonde, tiens)
          Non, il s’agit juste de folklore local, voilà tout !
          Comme dit notre ex-ministre de la Justice, « il faut que jeunesse se passe » (sic). 🙂

          1. Calvin

            La preuve, les médias et Casterner parlent d’incivilités envers les pompiers et forces de l’ordre…
            Oui, oui, jets de pierres, cocktail Molotov, mortiers, ce sont des incivilités.

            La violence, ce sera seulement quand un commissariat entier aura vu ses effectifs égorgés, je présume…

            1. Aristarkke

              La violence, c’est quand une permanence de député LREM (exclusivement, faut pas déc… er de trop non plus, les autres ne comptent pas ) est taguée…

                  1. vieux rat

                    Je rêve – j’ose l’affirmer – d’un « attentat » au fondement de l’oligarchie en place lors des prochaines élections.
                    Mais je doute plus que fortement du courage des Grançais…

                    1. Higgins

                      Oui. En se retirant du jeu, elle démontrerait que non seulement le roi est nu mais que nous baignons dans l’escroquerie politique la plus aboutie.

                    2. Al Bundy

                      Marion ?

                      Je ne l’ai que peu entendu, mais l’ai trouvé bien moins conne que tout ce qui se présente

  7. WorldTour73

    Hs : Lagarde sen prend à politique budgétaire de l’Allemagne. Pour elle, ils ne font pas assez n’importe quoi avec leur budget…

    La zone euro va tenir, on y croit !

    1. Pythagore

      Madame Lagarde demande:
      « Pourquoi ne pas utiliser cet excédent budgétaire et investir dans des infrastructures – qui entre nous en ont bien besoin contrairement à ce que l’on imagine -« 
      Non en Allemagne, tout va très bien, les infrastructures ne sont pas plus pourri qu’en France, au contraire. Par ailleurs, l’Allemagne ayant tout ce u’il lui faut comme entreprise de BTP, voit pas bien en quoi ca aiderait l’Europe, à part la Pologne, qui fournit pas mal de main d’oeuvre.
      « Pourquoi ne pas investir dans l’éducation, dans l’innovation pour permettre un meilleur rééquilibrage en présence des déséquilibres actuels? »
      Euh si ils investissent ds l’innovation, le déséquilibre sera encore pire, car si les pays sont excédentaire, c’est qu’ils ont une guerre d’avance, et donc ils seront encore plus en avance, creusant encore le fossé….
      .
      Elle ferait mieux de dire directos que les pays excédentaires devraient gentiment verser leurs excédents aux victimes déficitaires.
      lexpansion.lexpress.fr/actualite-economique/relance-budgetaire-christine-lagarde-tance-l-allemagne_2105269.html

      1. theo31

        Lagarde est en service commandé pour le sinistricule en charge de l’économie du Frankistan. Les cigales putassières franchouilles cherchent à faire payer les Teutons par tous les moyens.

  8. Stéphane B

    HS encore pour ceux qui aiment les éoliennes. Bizarre, qu’à leur sujet, on ne parle pas du principe de précaution:
    ladepeche.fr/2019/11/01/un-parc-a-eoliennes-est-il-responsable-de-la-mort-de-centaines-de-vaches-en-loire-atlantique,8517290.php

  9. Ribus

    L’exemple est bien choisi et bien croqué, illustration de dérives réglementaires et législatives. Mais même sans cela, la machine administrative s’auto-alimente par les hauts fonctionnaires qui la dirige. Il importe de justifier son rôle, son emploi et son existence même vis-à-vis de l’autorité politique et pour ce faire, tous ces petits soldats fabriquent de la NORME. Vous citez l’arrêté du 30 mai 2016 mais il est intéressant de voir la structure d’où il est sorti :
    https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/sites/default/files/Organigramme%20DGEC%20g%C3%A9n%C3%A9ral.pdf
    Une véritable armée d’énarques et d’ingénieurs des eaux et forêts. Ceux qui apparaissent sur l’organigramme sont des hauts fonctionnaires ; en jargon des « A+ ». Ils sont facilement reconnaissables car leur nomination est annoncée au JORF. En dessous, on n’existe pas. Au total, en France, ils sont à peu près 200 000 et leur nombre exact est publié chaque année dans le rapport annuel de la DGAFP. Ces « A+ » constituent la Cour de nos politiques républicains : les copains et les coquins. Une grande partie du problème vient de cette Cour qui asphyxie l’État par leur souci d’exister vis-à-vis du pouvoir politique qui nomment ses membres. Dans le même temps, ils sont aussi la source matricielle de l’effarant conformisme qui se prosterne devant un pouvoir politique pourtant de plus en plus illégitime.

    1. vieux rat

      Hum, stagnation économique (pour être optimiste) et bureaucratie mammouthesque…
      Deux causes essentielles de l’effondrement de l’URSS. Bon, il ne reste plus qu’à attendre…

            1. vieux rat

              C’est grâce aux réformes de Gorbachev que le mammouth soviétique a fini par s’effondrer d’un coup. Reste à attendre un réformateur de ce type en France…
              … oui, certes, on va devoir vivre vraiment vieux…

              1. Ribus

                Il faut se rassurer si on peut : toute la technocratie et les réformes qu’elle est chargée de mettre en œuvre sont payées par de la dette c’est-à-dire un futur hypothéqué. Cela devrait s’arrêter le jour où les jeunes générations privées de revenus et de retraite diront : « On ne paye plus ! ». Ce jour-là : »Balles neuves ! »( et pas forcément de tennis…)

                1. taisson

                  vieux rat:
                   » oui, certes, on va devoir vivre vraiment vieux… »
                  Très très vieux même !!
                  Parce que le vrai départ du décompte sera donné comme le dit Ribus :
                  « Cela devrait s’arrêter le jour où les jeunes générations privées de revenus et de retraite diront : « On ne paye plus !  »

                  Au moment ou cela arrivera, les nouvelles générations seront « atomisées » par l’ignorance volontairement entretenue, et par le communautarisme islamique, qui, infiltré partout, imposera ses « solutions »…Le mantra « faire payer les riches » (c’est à dire les autres !) étant le seul vraiment partagé, c’est une sorte de communisme (sous un autre nom…) qui s’imposera.
                  Après quelques convulsions armées, comme pour un baroud d’honneur de ceux pour qui être Français signifie encore quelque chose, et qui seront écrasés, avec probablement l’aide des organismes internationaux, ce collectivisme imposé régnera par la force.
                  Quand on sait qu’il à fallu plus de 70 ans aux Russes pour se défaire du régime communiste, on peut se demander combien de temps il faudra à nos descendants…S’il en reste !!
                  Bref comptez une bonne centaine d’année !!
                  Avec des périodes assez difficiles !!
                  Bon courage à tous…

                  1. Aristarkke

                    « Quand on sait qu’il à fallu plus de 70 ans aux Russes pour se défaire du régime communiste, »
                    Création de la Tcheka (premier avatar de la police politique de l’URSS, nommée Guépéou cinq ans après) dès le 07 Décembre 1917 après la seconde phase de la révolution russe du 25 Octobre. Bref, sept semaines après…

                    Le 1er novembre 1918, un des chefs de la Tchéka donnait l’instruction :

                    « La Commission extraordinaire n’est ni une commission d’enquête, ni un tribunal. C’est un organe de combat dont l’action se situe sur le front intérieur de la guerre civile. Il ne juge pas l’ennemi : il le frappe. Nous ne faisons pas la guerre contre des personnes en particulier. Nous exterminons la bourgeoisie comme classe. Ne cherchez pas, dans l’enquête, des documents et des preuves sur ce que l’accusé a fait, en acte et en paroles, contre le pouvoir soviétique. La première question que vous devez lui poser, c’est à quelle classe il appartient, quelle est son origine, son éducation, son instruction et sa profession5. Ce sont ces questions qui doivent décider de son sort. Voilà la signification et l’essence de la Terreur rouge. »

                    — Martyn Latsis, Journal La Terreur rouge. 1er novembre 1918

                    Un peu plus tard, Dzerjinski proclamait que « la contrainte prolétarienne sous toutes ses formes, en commençant par les exécutions capitales, constitue une méthode en vue de créer l’homme communiste ».

                    Evolution des effectifs officiels de la Tchéka :
                    40.000 policiers fin 1918…
                    280.000 policiers, fin 2021…(*)

                    L’abominable Okranah, la police politique du tsar est estimée avoir plafonné à 1500/2000 hommes.(*)

                    (*) non compris les délateurs et informateurs.

              2. durru

                Gorbatchev est arrivé lorsque le désastre en Afghanistan était presque consommé, après les désastres de communication des JO de Moscou et LA, et surtout, surtout, après la « Guerre des Etoiles » de Reagan et le « N’ayez pas peur ! » de Karol Wojtyla.
                Sans ses réformes, on aurait peut-être eu droit à des bains de sang partout, pas seulement en Roumanie. Mais ça, on le saura jamais…
                Du coup, je mise sur un bain de sang pour la France 🙁

                1. Higgins

                  Je lui reconnais une réelle lucidité quant à l’échec de ce qu’il représentait. Il a globalement par ses choix évité un bain de sang à l’est. Du coup, c’est peut-être un looser mais c’est un looser à respecter.

  10. Al Bundy

    Totalement HS.

    En fait c’est pour obtenir ton avis Hash, concernant l’histoire du « vol » des empreintes digitales, il me semble chez Samsung.

    De ce que j’avais de prime abord compris, il s’agissait de capteurs d’empreintes se faisant flouer par la surcouche de protection que l’on colle sur nos smartphones, et maintenant ça nous cause de vols de données biométriques, ce que je trouve plutôt embêtant, il est plus difficile de changer de doigts que de mots de passe.

    Un avis éclairé à ce sujet ?

    1. Plusieurs choses :
      – pour ceci : https://arstechnica.com/gadgets/2019/10/galaxy-s10-fingerprint-reader-defeated-by-screen-protectors-phone-cases , le problème vient de la protection ajoutée. Il y a des méthodes plus efficaces pour protéger un téléphone qu’un film écran.
      – pour ceci : https://www.bfmtv.com/tech/le-capteur-d-empreintes-du-samsung-galaxy-s10-dupe-par-un-doigt-synthetique-1668491.html , la manip opérée pour « voler » l’empreinte suppose un accès physique au téléphone, disposer du matériel pour reproduire l’empreinte, le faire correctement. Ensuite, cela suppose que les applis bancaires sont accessible via la seule empreinte pour pouvoir ensuite dépenser l’argent comme on le souhaite.

      Multiplication d’erreurs :
      1- on évite de laisser traîner son téléphone.
      2- on ne verrouille pas une application importante (bancaire typiquement) avec son empreinte (quelque chose que l’on est), mais avec quelque chose que l’on sait (un pin, un code) ou alors il faut doubler (2 factors authentication https://fr.wikipedia.org/wiki/Double_authentification ).

      Compte tenu de l’importance grandissante des smartphones dans la vie courante, ceux-ci doivent toujours être stockés dans des poches fermées, et verrouillés de façon idoine (un code à 8 chiffres par exemple). Note : toutes les applications (bancaires y compris) qui demandent une 2FA avec un SMS sont des plaisanteries (le code SMS est facilement floué).

      1. Al Bundy

        Oki merci, je me posais la question de l’accès physique au tel, ou si « l’encodage » de notre empreinte digitale était uploadé dans un cloud, ce qui craint à mort, je trouve.

          1. sam player

            Le hash de l’empreinte couplé au numéro de série du capteur d’empreinte est stocké dans le capteur d’empreinte je suppose, vu que quand je change d’écran sur un iphone je dois récupérer le bouton home de l’ancien sinon le ID ne fonctionne pas…?

    2. Opale

      Je n’avais pas vu passer cette info, et en googlant 5 min je tombe sur ça :
      https ://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2017/01/16/32001-20170116ARTFIG00200-selfies-prenez-garde-au-vol-d-empreintes.php

      ça va chercher loin…

  11. Aristarkke

    Retour du Morvan où j’ai accompagné ce matin, le Hussard vers sa dernière demeure.
    Une église pleine à craquer, env 200 personnes, famille comprise mais tout de même, pour un service mortuaire empreint de dignité simple à l’image de Werther.
    Votre blog, Monseigneur, a eu l’honneur d’être cité, dans le portrait dressé par une de ses filles, comme étant un sujet d’occupation soutenue du défunt et visiblement, les commentaires récents, ici même, des uns et des autres au sujet de sa disparition, ont été lus et appréciés puisque tous les anonymes (vus de la famille) ou quasi-anonymes ont été remerciés collectivement pour l’expression de leur émotion.
    😥
    [Je remercie ici, en attendant de le faire plus directement, tous ceux qui ont contribué directement à l’ajout d’un coussin mortuaire au nom des membres du blog]

  12. Pheldge

    Euh, Yo, tout le monde, Yo patron, Yo Mâame Nafy, j’arrive en retard et je vois qu’on cause de l’ARC-copro, que ça m’interpelle à m’en poser des questions qui interrogent : d’abord, ça me rappelle un truc de lutte contre le qu’on serre, avec Jacques Coprozemarie. Et puis, c’est pas le Papet que il me contredira copro, ça sent plutôt pas très bon,( chauffage ==> coprophage ), alors raison de plus pour s’en méfier … 😉

    1. Aristarkke

      Inutile de revenir sur l’ARC (cancer à plus d’un titre) qui ne reversait qu’environ 18/20% des dons perçus aux organismes médicaux de lutte contre le cancer. Crozemarie en a crucifié plus d’un avec son entourloupe de société lucrative sans but.
      Sur l’ARC (copro) nous sommes dans la même idée d’une SLSB mais d’une autre façon. Elle se comporte comme un lobby suggérant sans cesse des moyens « d’amélioration de la loi de 65 » qui consistent davantage à la complexifier et à la rendre « illisible » pour le commun des Conseils Syndicaux, de façon à mieux pouvoir leur vendre sa prestation de conseil.
      Elle a déjà survécu à plusieurs « soupçons » de prise de participations illicites…
      J’ai dû la fréquenter professionnellement autrefois et j’en garde surtout l’image de la mouche du coche qui faisait un ram dam pas possible lors de ses contrôles des comptes pour justifier de copieux honoraires. Exemple : j’aurais risqué, à l’en croire, la correctionnelle pour avoir accepté de payer deux factures de dépannage de serrure de moins de 500 F (vers 2000) à un boutiquier du quartier (serrurerie), voisin de l’immeuble, qui n’avait pas mentionné son numéro de TVA intracommunautaire sur ses factures, chose qui n’était obligatoire, au moins à l’époque, que pour les entreprises traitant avec l’étranger.
      Mais évidemment, le but atteint d’impressionner le « client » était atteint…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.