Des cadavres en goguette

Le problème des cadavres qu’on planque dans un placard, c’est qu’un jour, ils finissent par causer de gros problèmes. Et ceux de l’état français n’échappent pas à la règle : ils commencent à fouetter sérieusement, et ne demandent qu’à sortir, le placard étant devenu bien exigü avec l’accumulation incessante de nouveaux venus…

J’avais déjà évoqué ici les problèmes que rencontreraient l’état si sa note était dégradée par un institut de notation. Eventualité pour le moment totalement hypothétique, il n’en reste pas moins que la note décernée l’est en tenant compte de centaines de paramètres.

La nature de la dette, par exemple, et son rapport au PIB, est un élément important de l’appréciation. Jusqu’alors, les évaluations, taxées de « préoccupantes », plaçaient ce rapport à 66% (i.e. la dette publique représentait 66% du PIB français). Il semblerait qu’un rapport de la mission Pébereau adressé à Thierry Breton va réévaluer ce rapport à 145% (oui, oui, plus du double). Ce n’est pas joli joli. Vous prêteriez de l’argent à un ménage qui grille 145% de ses ressources par an, vous ?

Evidemment, ceci « inquiète » Bruxelles (on aurait les mains moites à moins que ça, mais le langage diplomatique a des subtilités que les gens de la rue ne peuvent probalement pas saisir), qui menace de placer la France en procédure pour déficit excessif… (Remarquez que la procédure pour déficit ahurissant n’existe pas, mais pourrait être créé pour l’occasion).

Mais ce n’est – malheureusement – pas tout. Avec le papy-boom qui commence… maintenant (eh oui), certains systèmes de retraites sont, suivant le bon mot de la Cour des Comptes, en « situation de banqueroute virtuelle ». Le résumé du rapport est éloquent, en voici un petit extrait (croustillant) :

Le second chapitre, relatif aux retraites, concerne l’avantage social vieillesse de cinq professions de santé conventionnées : médecins, dentistes, directeurs de laboratoires d’analyse, sages-femmes, auxiliaires médicaux. Il s’agit de régimes de retraite complémentaire financés aux deux tiers par l’assurance maladie. Le constat fait est alarmant, puisque ces régimes sont en situation de banqueroute virtuelle. Ils sont ou seront prochainement en déficit et leurs réserves sont faibles.

Avec ceci, nous dira-t-on, on devrait commencer à inquiéter, non ? Si vous vous contentez des nouvelles de la presse grand public , vous garderez votre insouciance sang-froid : elle n’en parle pas; je vous propose de chercher de telles informations sur tf1.fr, par exemple, pour occuper un long samedi pluvieux ; munissez-vous de crackers, vous risquerez de passer de longues heures pour rien… Heureux les simples d’esprits, hein, le royaume de Dieu leur appartient.

Et pour le moment, comme il va bien falloir trouver une solution, qui va payer ? On pourrait commencer par le personnel hospitalier, par exemple, qui viennent de prendre connaissance de la décision du Ministère de la Santé de baisser leur pension de 40 %. Vous avez bien lu : ayant cotisé normalement, comme vous et moi, disons, ils toucheront 60% de ce qui avait été prévu. Oui, ok, ça fait un peu tout drôle, là, dit comme ça, mais…

Mais rien. C’est comme ça, c’est tout.

L’odeur de putréfaction commence à lentement remonter de la cave où les cadavres, depuis trente ans, se sont entassés. Petit à petit, les régimes de retraite vont déclarer forfait. Comme disait Jean-Pierre R., Premier Ministre d’un pays soviétique, « la route est droite, mais la pente est forte ». Vous la sentez, là, la pente ?

Au bout, là-bas, d’après-vous, sera-ce un apic, ou un vaste champ de marguerites ?

Je ne parierai pas sur les marguerites.

Une grève se prépare à l’hôpital
Début de l’épidémie de peste en France
La Tribune : Bruxelle s’inquiète du déficit français

J'accepte les BTC, ETH et BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8