Le gros vicieux

Tout le monde a une idée de ce que peut être un gros vicieux, un pervers ou un être retors. Mais finalement, on en rencontre assez peu dans une vie normale, tant et si bien qu’on en vient à croire que l’être vil à la morale totalement dépravée n’existe finalement pas. On se trompe. Cet être gluant de fantasmes libidineux, de jalousie, d’avarice, puant le mal par tous ses pores existe bel et bien.

Mais il est habile et se camoufle bien.

Il sera de toutes les prébendes, de toutes les coteries, et dans le même temps, s’affichera, prétendûment le coeur sur la main, dans toutes les occasions festives et citoyennes, faisant mine d’aider les organisations charitables en les faisant chanter, mettant ses importants moyens pour aider la veuve et l’orphelin dont la situation désespérée aura été en premier lieu (et à l’insu de tous) de son fait…

Cet individu existe, et il est mouillé à des échelles incroyables dans tous les traffics les plus scandaleux :
– il vend des armes dans des proportions et des quantités telles qu’à côté, les parrains colombiens de la drogue font figure d’aimables boutiquiers amateurs; les terroristes de toute la planète, tous rassemblés, feraient figure d’amicale des pétanquistes de Palavas quand on les compareraient à l’arsenal moyen de ce géant de la boucherie mécanique.
– il a produit, produit et produira des armes de destructions massives, bactériologiques, chimiques, dont les effets et les résultats réels rendent soporifiques la lecture des comptes-rendus des pires massacres terroristes.
– c’est le plus gros bonnet de l’industrie du sexe, de la prostitution, du porno. Le CA qu’il récolte tous les mois de ses travailleuses (qui se comptent par milliers) donne à la notion d’activité de services une autre dimension, un parfum intéressant, méconnu des sociétés traditionnelles qu’il s’empresse aussi de racketer régulièrement pour faire bonne mesure.
– en matière de drogue, il a réussi à imposer, par la violence et au mépris de millions de vies (je dis bien millions), un monopole de fait dans deux des drogues les plus consommées au monde.
– il mange à tous les râteliers, y compris ceux des jeux, tant sur internet que dans les casinos. Et là encore, il utilise la violence pour verrouiller son marché.

Le plus incroyable, dans tout ça, c’est que ce caïd d’envergure internationale a su s’entourer de VRP clinquants. En France, on les voit même parader à la télé, dans leurs jolis petits costumes taillés sur mesure, dans des chaussures de style au prix défiant toute planification budgétaire. Ces lieutenants dociles, il les a entraînés dans des écoles sur mesure, en leur payant la totalité de la scolarité grâce à ses activités mafieuses, de racket, d’extorsion de fonds et de chantage.

Sa dernière exaction en date aura été, par exemple sur le territoire français, de s’octroyer (toujours par la violence) la possibilité de ramasser gros avec les jeux d’argent en ligne (sur internet), tout en empêchant toute concurrence, de l’étranger notamment.

Que fait la police ? Que fait la justice ?

Elle travaillent pour lui. La corruption est sans borne, comme un Sin City sur tout un territoire.

Ce qu’il y a d’incroyable, finalement, avec ce constat, c’est que personne ne s’en trouve vraiment choqué. Ces vices, ces exactions et ces crimes qu’on reprocherait lourdement à l’inconnu du coin de la rue sont acceptés dès lors qu’ils portent la main de l’Etat.

Mais parfois, l’actualité donne un ton bien singulier au système en place, et met en exergue le Deux Poids : Deux Mesures qui est devenu monnaie courante.

Dans la quasi-parfaite indifférence générale, l’Etat s’enrichit des taxes qu’il impose sur les cigarettes alors qu’il prétend vouloir lutter contre les morts et les maladies liés à cette drogue. Il fait exactement la même chose avec l’alcool.

Il prétend lutter contre l’effet de serre, et engrange des sommes colossales avec les taxes sur l’essence, devant ainsi le premier bénéficiaire de la consommation qu’il prétend vouloir contrôler.

Il touche des marges indécentes sur les ventes d’armes, et prétend vouloir arrêter les conflits, première source d’utilisation des armes qu’il vend. Il veut lutter contre la prolifération nucléaire, mais s’amuse devant tout le monde avec ses nouveaux jouets atomiques.

Il prétend lutter contre le proxénétisme tout en étant dans le même temps le plus gros maquereau de la planète.

Dans une position semblable, qui ferait réellement des efforts concrets pour tarir ses sources de revenus, sérieusement ? Quel caïd a décidé d’enlever ses filles du trottoir et d’aller pêcher, quel traficant d’armes s’est reconverti au jardinage, quel mafioso s’est rangé pour se consacrer à la restauration ?

Ne riez pas : la plupart, sinon tous, à un moment ou l’autre, avons gobé ces fadaises !

Cette fois-ci, l’Etat prétend s’intéresser à la lutte contre l’addiction aux jeux d’argents. Et, sur le territoire, c’est le premier sinon unique bénéficiaire de cette addiction. Il y a fort à parier qu’il y aura bientôt de nouvelles taxes juteuses, de nouvelles commissions, de nouvelles études et de nouvelles campagnes de sensibilisation à grands renforts de slogans stupides pour, comme la cigarette, nous faire arrêter.

Sans compter que, dans le même temps, il nous mitonne de nouvelles lois, de nouvelles régulations qui nous serons vendues par un quelconque VRP de la République.

Bien sûr.

J'accepte les BTC, ETH et BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8