L’autisme assumé

Alors qu’une partie de la France s’enfonce mollement dans l’attentisme pré-électoral et que l’autre, frémissante de ses lubies collectivistes, appuie sur le champignon de la déroute en klaxonnant, un constat s’impose : même si la soupe est de plus en plus mauvaise, en temps de disette, on n’en changera pas de peur de trouver pire à la place…

Le socialisme de gauche a trouvé son candidat : il s’agira du robot ménager Ségomix 2007. Multifonction, il fait le café, rase gratis, crée de l’emploi par ce petit bout-ci, et en mâchouille par cet orifice-là, et  »change la vie quotidienne des Français » quand on appuie sur le gros bouton rouge marqué « Pas Touche ». Il va sans dire que les socialistes de gauche vont beaucoup appuyer sur le bouton rouge. Petit bémol à ce robot ménager : il consomme beaucoup. Des centaines de milliards d’euros. Mais vu l’étendue de ses fonctions, on pouvait s’y attendre. D’autre part, toujours pour le socialisme de gauche, nous aurons aussi la joie de pouvoir compter sur les éternels ustensiles de retours, extrémistes des sauces piquantes, des bouillies plus ou moins goutûes et des mélanges détonnants.

Le socialisme de droite se tatouille. Oh, bien sûr, lui aussi a bien un candidat en ligne de mire, puisqu’avec le Sarko-Cuiseur, aux nombreuses options, on nous promet une cuisine savante et relevée. Mais apparemment, comme ce sont dans les vielles marmites qu’on fait les meilleures soupes, les casserolles normalement proprement rangées dans leur placard commencent à s’agiter. Finalement, peu importe, nous aurons de toute façon un choix plus qu’ample dans toutes les teintes possibles du socialisme de droite. Il sera bien représenté.

Résumons nous : du socialisme à la diable, en robe des champs, à la béchamelle, au bleu, aux deux poivres, à l’américaine, et probablement au vinaigre, nous sommes servis.

Bon. Mais on peut mettre la sauce qu’on veut, un plat dégueulasse reste dégueulasse. Pour paraphraser Jabial, une goutte de merde dans un bol de bonne soupe donne un bol de merde.

Car en effet, à part de subtiles nuances, petit goût de traîne au fond du palais, qu’est-ce qui distingue les programmes des prochains candidats qui se bousculent pour l’investiture ? L’intervention de l’état est plus ou moins marquée dans tel ou tel domaine, mais il y a toujours intervention.

Et là, une question vient à l’esprit : quel autisme contagieux a frappé ce pays ? Pourquoi, semble-t-il, personne n’est simplement capable de se rendre compte de cette évidence : le collectivisme ne marche pas. Même pas un peu. Même pas une fois. Même pas sur un malentendu. Pas du tout. Jamais.

C’est d’ailleurs étonnant que, partant de cette constation totalement factuelle, le socialisme ne soit pas totalement banni ou relégué à la place confidentielle qu’il n’aurait jamais dû quitter. L’interventionnisme d’état, fût-il pour favoriser les entreprises et le patronat (ici, ce serait le socialisme « de droite », pour simplifier) ou les ouvriers et les classes laborieuses (ce serait le socialisme « de gauche »), n’a jamais réussi à ne produire, au mieux que des monstres étatiques gluants dont la survie ne s’est opérée qu’à la force de ponctions pénibles, tant sur les entreprises et le patronnat que sur les ouvriers et les classes laborieuses.

C’est d’ailleurs tellement vrai que les chantres du collectivisme, les héraults du socialisme et les thuriféraires de l’interventionnisme d’état sont régulièrement obligés, devant leurs échecs répétés, de faire appel au marché pour s’en sortir. A ce titre, quel autisme pousse donc nos vaillants journaleux, si promptes à tirer à boulets rouges sur les méfaits du marché, à réclamer l’intervention au mieux de l’Etat (pluralité de la presse, des sous, des sous, vos sous, vos sous !), au pire du Kapitalisme ? Le retour à la réalité, pour ces gens là, risque d’être un peu rudes.

Et à la manière d’un père aidant malgré toutes les avanies son fils prodigue, le marché, le capitalisme ou la réussite d’un ou de plusieurs, l’argent des autres, finissent par aider à nouveau le coureur collectiviste alcoolisé, myope et encamisolé, tombé une nouvelle fois dans son laborieux 400m – Haies.

C’est pénible : c’est, finalement, toujours l’inventivité des hommes, le domaine privé, le capitalisme privé et les initiatives de personnes hors du système qui auront produit les plus grandes richesses. Ce sont toujours les personnes les plus libres dans leurs actes et dans leurs têtes qui auront amené le plus de valeur ajoutée à ce monde. Et, dans le même temps, ce sont toujours les collectivistes, les jaloux, les profiteurs qui l’auront mené à sa ruine.

Pourtant, en France, alors même que l’affaire est évidente, on s’entête.

  • Chacun demande un travail. Beaucoup n’en ont pas. Le marché français du travail est le plus régulé du monde.
  • Chacun demande la meilleure protection sociale. Beaucoup n’en ont aucune. Le marché français de l’assurance santé est le plus régulé du monde.
  • Chacun demande un logement. Beaucoup n’en ont qu’un tout petit ou pas du tout. Le marché français de l’immobilier est l’un des plus régulé du monde.
  • Chacun demande une bonne retraite après un long travail. Beaucoup n’en ont pas ou une misérable. Le marché français des fonds de pension en particulier, et de la retraite en général est si régulé qu’il n’existe pas.

Mais même devant ces évidences, que proposent nos Ségomix 2007, SarkoCuiseur, Voynetomatic et autre PenCuisine ?

  • De plus réguler le marché du travail.
  • De plus réguler le marché de l’assurance santé.
  • De plus réguler le marché du logement.
  • De plus réguler le marché de la retraite.

Ben oui. C’est bien sûr !

Et comme cela a marché dans tant de pays célèbres comme la Russie, l’Ukraine, la Pologne, la Hongrie, la Roumanie, la Corée du Nord, la Chine, le Cambodge, le Chili, l’Argentine, Cuba, …, cela devra marcher avec autant de brio en France.

Non ?

J'accepte les BTC, ETH et BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8