Si vous ne pensez pas comme moi, c’est que vous êtes fou

« Si vous ne pensez pas comme moi, c’est que vous êtes fou » : c’est, à peine résumé, la conclusion à laquelle arrivent ces chercheurs dont les subventions étatiques dépendent désespérément de la bonne continuation de la cause écolo-réchauffiste. Si l’on remet en cause le dogme officiel de la cause humaine au Réchauffement Climatique, ces chercheurs n’hésitent plus et vous placent dans la case des malades mentaux ou des salopards amoraux.

On peut par exemple citer le brave Jim Hansen (non, pas Jim Henson, le papa du Muppet Show), un réchauffiste notoire dont la position n’a pas varié au cours des dernières années même lorsque les soi-disant preuves du réchauffement anthropique, puis du réchauffement tout court, se sont avérées bidonnées. C’est, au départ, un physicien connu pour ses travaux sur les modèles numériques de simulation du climat, modèles dont on a pu juger de la pertinence au cours des années qui se sont écoulées depuis. On découvre (ô surprise) que les modèles ne sont que ça, des modèles, et que la simulation ne correspond décidément pas à la réalité, bien plus fraîche que celle prévue :

Les modèles de Hansen face à la réalité.Cliquez pour agrandir

Mais même devant les caprices de la nature et le réchauffement qui n’en finit pas de ne pas venir, le scientifique militant continue obstinément a proclamer à la Terre entière et l’Humanité pétrifiée (de froid ?) que son actuelle consommation d’énergies fossiles l’entraîne vers un enfer cuisant d’horreur et de catastrophisme. Pire, pour lui, pas de doute :

« climate change is a moral issue on a par with slavery »

(« Le changement climatique est un problème d’ordre moral comparable à l’esclavage. ») Ben voyons, au minimum, même ! En fait, le scientifique l’activiste a finalement raison : le changement climatique, tel qu’il est utilisé par les gens comme lui, sert effectivement à propulser au devant de la scène politique des propositions toutes plus collectivistes et socialistes les unes que les autres, allant de l’utilisation de technologies inefficaces, coûteuses et au moins aussi polluantes à une joyeuse décroissance qui fleure bon le retour à la terre, avec misère à la clef. Le tout, enrobé — comme il le préconise — d’une onctueuse couche de taxes carbones bien robustes qui permettent déjà de bien goûter le petit côté esclavage imposé à tous.

Mais le gars Hansen, c’est de la petite bière d’éco-catastrophiste à la graisse de hérisson, si vous voulez mon avis, à côté d’une certaine Kari Norgaard.

Vous ne la connaissiez pas, et ô combien vous aviez raison !

Cette charmante (enfin, façon de parler) professeur activiste en sociologie de l’Université de l’Oregon explique très clairement que, manifestement, ceux qui mettent en doute le réchauffement climatique sont des malades mentaux.

kari norgaard

Pour elle, je cite, résoudre le problème de scepticisme face aux changements climatiques est un défi tout à fait comparable à résoudre le problème du racisme ou de l’esclavage dans les états du sud de l’Amérique. Rien de moins. Là encore, la référence étonnante à l’esclavage vient à point nommé pour éviter, sans doute, le lien direct avec le nazisme qui rappellerait à la fois Les Heures Les plus Sombres De Notre Histoire et amènerait immanquablement à penser à un pathétique point Godwin, affaiblissant l’argumentaire huilé de notre propagandiste chevronnée. Ce serait dommage, hein.

Quelque part, il est plutôt rassurant de constater ce genre de débordements si grotesques : en effet, pour en arriver à se lancer dans des comparaisons aussi stupides, pour parvenir à lâcher, aussi sérieusement que possible, que les gens qui doutent sont bons au pire à enfermer, et au mieux à traiter comme des malades mentaux, c’est que ces gens sont arrivés au bout de leur logique interne : celui qui s’oppose doit être muselé. Et pour le sortir aussi ouvertement, c’est que le doute est de plus en plus fort et que les sceptiques sont plus nombreux.

On a connu des régimes où, justement, les scientifiques et les sceptiques qui osaient prendre voix contre le dogme officiel se retrouvaient enfermés, taxés de fous. Ces régimes auraient sans aucun doute l’assentiment discret mais permanent des chercheurs militants dans le genre de Hansen et Norgaard…

Historiquement, ces régimes n’ont jamais été libéraux. Il doit y avoir une raison.

J'accepte les BTC et BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8
 

Commentaires112

  1. kelevra

    cette femme cumule tous les handicapes, moche communiste ecolo, on peut comprendre qu elle deteste la race humaine, encore vierge a son age, ca doit porter sur le ciboulo.

  2. Le Gnome

    Bref, les Lyssenko du réchauffisme. Les Vavilov seront exécutés à une heure de grande écoute. On ne rigole pas avec le réchauffement , non mais.

    1. JG2433

      À la mémoire du grand savant Nicolaï Vavilov, Président de l’Académie des sciences agricoles de l’Urss (jusqu’en 1935), ces quelques notes de lectures.

      Après une querelle avec Lyssenko, Vavilov avait été arrêté le 6 août 1940. Accusé de conspiration et d’espionnage, il fut condamné à mort le 9 juillet 1941.
      À son arrivée en prison, il avait tenu ces propos devant les détenus déjà
      présents :

      « Vous avez devant vous celui qui était autrefois l’académicien Vavilov mais qui n’est plus, aujourd’hui, d’après les enquêteurs, que de la crotte. »

  3. bobdoulz

    À l’avenir, il serait courtois de votre part de bien vouloir prévenir avant d’afficher de telles photos, j’ai failli en cracher mon café. Je verrais bien une banderolle dans l’esprit de votre « Pignouferie de Presse ».

  4. Bisphénol

    Bonne conclusion H. Je rajouterais cette fameuse maxime : tout ce qui est excessif est insignifiant.

  5. Flo

    On ne voit pas pourquoi ils glorifient mère nature. Il y aurait de quoi lui en vouloir à mort.
    Une machoire pareille pour finir végétarien, si c’est pas du gâchis…

  6. Jeff Hersson

    Commentaire d’un internaute : »Sur le coup, j’ai cru voir Jerry Lewis dans le professeur foldingue ! »

  7. Baudricourt

    « Une machoire pareille pour finir végétarien »
    Et encore, il y aurait de quoi terrifier une asperge bio !

  8. Deres

    Dites donc, cela gagne surement moins que chez nous un universitaire en sociologie et pignouferie aux USA. En France, elle aurait eu suffisamment d’argent pour se refaire les dents …

  9. JG2433

    « Le « réchauffement climatique » est devenu la saga politique de notre époque, en remplaçant le Marxisme en tant que force dominante pour contrôler la liberté et les choix de l’homme. »
    Philip Stott, Professor Emeritus, Department of Biogeography, University of London, UK

    Et, comme l’avait si bien dit Christine Stewart, Ministre de l’Environment du Canada (Calgary Herald, 2003) :
    « Peu importe que la science soit fausse, il y a des avantages écologiques collatéraux… Le changement climatique offre la plus grande chance d’apporter la justice et l’égalité à la planète. »

    Pauvre science et… pauvres de nous ! 🙂

  10. MarcusVinicius

    Vous dites qu’il n’y a pas de réchauffement climatique, mais que faites-vous des données qui montrent tous les deux ou trois ans que l’année à été la plus chaude du siècle ? Je ne connais que la France, et à mon petit niveau, j’ai quand même l’impression qu’il fait plus chaud que quand j’étais petit (j’ai 38 ans). Les hiver sont bcp moins neigeux, le temps est bcp plus sec, etc…
    Je ne dis pas que c’est forcément la faute de l’homme, et je n’adhère pas du tout aux fausses solutions écolos, mais rejeter le réchauffement en bloc me paraît être de la mauvaise foi.

    D’autre part, quitte à discréditer les chercheurs réchauffistes en mettant en avant leurs liens d’intérêt, ne risquez-vous pas en retour le même type d’argument (quel est l’intérêt des capitalistes anti-réchauffistes à nier l’évidence ?)

    1. Sanksion

      Vous dites qu’il n’y a pas de réchauffement climatique, mais que faites-vous des données qui montrent tous les deux ou trois ans que l’année à été la plus chaude du siècle ?
      -> On les mets avec les données qui montrent tous les deux ou trois ans que l’hiver a été le plus froid du siècle.

    2. gem

      Les données les plus bidonnées en faveur du réchauffement sont formelles : le CRU, organe officiel d’outre-manche du réchaufisme, déclare que le réchauffement a atteint la terrifiante vitesse de 0,000 °C par décennie (oui, zéro) ; ceci depuis 1998.
      Votre impression qu’il fait plus chaud que pendant votre enfance est, selon cet organe, correcte, mais pour le savoir il faudrait que vous soyez capable de détecter des hausse de 1/4 à 1/2 degré, et franchement j’en doute : votre impression est plus probablement une manifestation de l’influence des média : si ceux-ci nous bombardait de massages sur le refroidissement vous seriez persuadé que le temps est plus froid et plus humide…

      1. MarcusVinicius

        Moi je veux bien, mais comment expliquer les photos des hivers de mon enfance, ainsi que les vidéos VHS de mauvaise qualité ? Ca c’est quand même du concret.
        On n’a de plus jamais autant vu de déclarations précoces de sécheresse que ces dernières années. A mon avis, les préfets qui limitent la conso d’eau ne le font pas sur de vagues impressions personnelles.

        1. Bullshit de grande envergure. Ton concret, ce sont des impressions, des ressentis, des idées. Les faits sont très malheureusement pas du tout en accord avec ça. Il a fait plus chaud sur la planète avant même que l’homme apparaisse. Les températures, sur certains points du globe où nos capteurs sont positionnés, ont un peu monté entre 98 et 2006, et descendent depuis. La notion de « température moyenne » de la planète est une foutaise d’un beau gabarit. La notion de cause anthropique à d’hypothétiques changements climatiques significatifs est à mourir de rire et surtout, n’a jamais été prouvé. Il n’y a pas de consensus scientifique. Le GIEC est un organe politique. Les océans ne s’acidifient pas. Les pluies acides n’ont pas détruit toute la faune et la flore. Le « global warming » est une arnaque.

          Et comme j’ai des sources pour les affirmations ci-dessus, qu’elles sont trouvables avec Google, je t’encourage à chercher par toi-même au lieu de sortir la purée vendue en palettes par la presse franchouille.

        2. Epicier vénéneux

          Je ne me rappelle plus… on est en guerre contre l’Eurasia ou contre l’Eastasia?

        3. gem

          pour le 1 c’est probablement le bien connu biais d’échantillonnage : vous n’avez de photos que pour les événements notables (par définition !), qui ne sont en aucun cas représentatifs des conditions normales de l’époque. mais voyez http://fr.wikipedia.org/wiki/Biais_cognitif

          Pour le 2, c’est un effet du développement récent de la bureaucratie de l’environnement, qui fait maintenant des arrêtés à qui mieux-mieux, de plus en plus contraignants et de plus en plus médiatisés. Je me souviens m’être écroulé de rire récemment, à cause d’un arrêté sécheresse en pleine inondation (si, si, je vous jure). Je n’ai pas les détails mais je suppose qu’ils se fondaient sur le niveau de la nappe phréatique (et je sais d’expérience que pour eux une nappe est basse quand elle n’est pas à son maximum, alors forcément …) et que les délais administratifs de décision et publication leur ont jouer un tour, mais quand même…

        4. miniTAX

          « Bullshit de grande envergure. Ton concret, ce sont des impressions, des ressentis, des idées.  »
          ————————
          Il y a un mot pour ça, je crois… Ah oui, ça me revient, ça s’appelle de la superstition.

        5. Ernest

          1. Il me semble que l’expression « changement climatique » est devenue au moins aussi récurrente que « réchauffement ». Y a-t-il des données fiables qui prouvent que la fréquence des événements extrêmes n’a pas augmenté?
          Non. De même à l’inverse. La raison est simple : 200 ans de données (et encore, 60 serait plus proche de la vérité) ne valent pas un pet de chat devant la notion de climat où il faut parler en millénaires avant d’avoir des trucs un peu solides statistiquement.

          2. Les courbes (lissées) sur de très longues durées montrent une corrélation évidente entre quantité de co2 dans l’atmosphère et la température terrestre moyenne (critère dont l’impertinence m’échappe).
          a/ la notion de T° terrestre moyenne n’a aucun sens physique. b/ la corrélation est faible. c/ plusieurs sources sérieuses montrent plutôt que la corrélation est dans l’autre sens.

          Certes, une corrélation n’implique pas de lien de cause à effet. Mais tout de même, si l’évolution des deux variables a toujours été synchrone (toujours en courbes lissées hein), on peut penser qu’elle va continuer à l’être, et se dire que, peut-être, la somme de carbone récemment relâchée par l’homme pourrait avoir un tantinet d’impact sur la température moyenne ou sur le fonctionnement du système atmosphérique.
          Une température moyenne a un intérêt à l’échelle annuelle, pourquoi n’en aurait-elle pas à l’échelle globale?

          Servez vous de votre tête. A l’échelle annuelle, c’est sur une localisation géographique assez précise. La moyenne de température annuelle en France n’apporte pas grand chose en terme de prévisibilité, de météo générale ou même de climat local. Bref : c’est un artefact de calcul créé pour obtenir exactement le résultat qu’on veut. Poubelle.

          3. Enfin, si faire du catastrophisme, tout imputer à l’homme, vouloir revenir à l’âge des cavernes etc, peut être critiqué, tout rejeter en bloc, refuser tout impact de l’homme sur le climat, ne me paraît pas bon. Le but est quand même que l’homme vive en harmonie avec son milieu, qu’il le respecte.

          Pourquoi exactement ? C’est quoi, le but ?

          Mieux vaut dire « faites gaffe on est en train de pourrir la planète » que dire « l’homme n’y est pour rien, la planète a une formidable capacité de résilience, on peut continuer à enfumer l’atmosphère ». Dans l’incertitude, la première position me parait préférable.

          Mais ce n’est même pas ce qui est dit. Ce qui est dit est « il faut tout stopper » pas « faites gaffe ». Et merci de lire http://scmsa.pagesperso-orange.fr/rechauff.pdf

        6. T-Buster

          Fait actuellement une petite balade du côté du Caucase.
          Ils n’ont jamais eu autant de neige depuis…. Ben depuis qu’ils y font des relevés.
          Allez dire cela en Asie centrale, dont les troupeaux ont été décimé par des température polaires et qui est au bord du gouffre car ils viennent de sortir du troisième hiver de suite les plus froids.
          Et puis personnellement cette année, ce fut certainement ma plus belle saison de ski. Avec une des neiges les plus parfaites que j’ai vue de ma vie.
          Ce qui est super c’est que j’ai pu faire le plein de photos qui prouverons dans 50 ans que oui décidément les années 2010 étaient vraiment un période très froide

        7. Abitbo

          « Moi je veux bien, mais comment expliquer les photos des hivers de mon enfance, ainsi que les vidéos VHS de mauvaise qualité ? Ca c’est quand même du concret. »
          Il s’agit sûrement de neige électronique, ou, si vous préférez, de bruit électronique dû à la mauvaise qualité de la caméra et de celle de la bande magnétique…
          Il y a toujours une bonne explication 😉

    3. zébulon

      moi j’ai 51 ans et j’habite dans l’ouest de la France. Dans les années 70, nous n’avions pas d’hiver : pluie d’octobre à avril en gros. Très peu de gelées qui faisaient dire aux anciens : c’est pas normal. Nos parents et nos grands parents, nous expliquaient que dans les années 50, ils faisaient du patin à glace et de la luge sur les étangs des environs et nous les regardions avec des yeux ronds! En 1976, je me souviens de cette canicule qui a duré je crois une vingtaine de jours : personne n’a parlé de réchauffement climatique, en 1985 nous avons eu un épisode de neige et de glace comme nous n’en avions jamais connu de notre vie et personne n’a parlé de dérèglement climatique. Depuis les années 90, il pleut beaucoup moins et les hivers s ont plus marqués, le climat est une chose VARIABLE depuis la nuit des temps et il est très difficile de le mesurer. Je reste persuadée que les thèses sur le réchauffement ne permettent : qu’à des opportunistes de se faire du FRIC et à l’état de nous concocter de nouvelles taxes, de nous culpabiliser, et de placer ses petits copains dans moult comités Théodules comme on sait si bien le faire dans cette nouvelle RDA qu’est devenue la France.

      1. Sanksion

        Même les prêtres du réchauffement n’y croit pas, preuve ?

        Al Gore a lui même acheté une villa (avec l’argent du réchauffement, i.e du contribuable) sur le front de l’Océan Pacifique, qu’il a lui même accusé de vouloir engloutir la moitié de la Californie dans 10 ans, alors pourquoi y acheter une maison ? Pour être noyé le premier ? Ou parce qu’il n’y croit pas une seule seconde ?

    4. MarcusVinicius

      @ H16 :

      Ce n’est pas du tout qu’on lit dans La Recherche. Je ne vois pas le rapport avec le fait que le climat ait été plus chaud dans le passé.

      Vous ne répondez pas à la question de mon premier commentaire. Comment être crédible en démolissant l’adversaire sur ses conflits d’intérêt, quand les siens propres sont au moins aussi important.

      Contrairement à ce que vous pensez je m’informe beaucoup sur ce sujet, qui m’intéresse. J’aimerais vraiment que vous ayez raison et que tout ça soit de la foutaise. Vraiment.

      1. Eh bien ça tombe bien, c’est de la foutaise. Et si vous vous informiez beaucoup, vous arrêteriez de lire La Recherche qui est un très médiocre mensuel.
        De toute façon, je ne chercherai pas à vous convaincre. Quand on sort ce que vous sortez, on sait que c’est peine perdue.

        1. MarcusVinicius

          D’une façon générale, ce genre de discussion n’aboutit jamais à changer les positions, chacun se crispe sur ses positions. J’essaie de ne pas être trop dogmatique, mais ce n’est pas toujours facile.
          D’une manière générale, la vie m’enseigne que les choses sont plus complexes qu’on ne l’imagine, moins binaires. Parfois les « adversaires » ont raison. Ca fait mal, mais c’est le début de la sagesse que de savoir le reconnaître.

          C’est dommage que vous m’envoyiez sur les roses. Je suis plutôt du même bord que vous. Attention à ne pas devenir sectaire et tomber dans le travers des blogs cocos et gauchos.

          Sinon, quels sont les revues scientifiques sérieuses en langue française ? J’ai l’impression que grosso-modo, Pour la Science (édition française de Scientific American) dit à peu près les mêmes choses que La Recherche (qui est effectivement un peu marquée à gauche).

          Vous n’avez toujours pas répondu sur les conflits d’intérêts, arme à double tranchant.

          1. En langue française, c’est un défi que d’en trouver une. Et si La Recherche, effectivement à gauche, dit la même chose que Pour La Science … c’est que Pour La Science est effectivement à gauche aussi. Scientific American l’est nettement moins (et non, la ligne éditoriale et le contenu n’est pas le même – proche, c’est tout).

          2. Quels sont les conflits d’intérêts que vous identifieriez ? C’est quoi, les conflits d’intérêts des scientifiques qui sont contre le dogme proposé (http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_scientists_opposing_the_mainstream_scientific_assessment_of_global_warming) ? Tous payés par le Grand Kapital ? Tous rétribués par Total et EDF ?
            C’est quoi, le conflit d’intérêt des ingénieurs de la Nasa qui dénoncent le pipeau réchauffiste ? http://resistance71.wordpress.com/2012/04/12/escroquerie-du-changement-climatique-anthropique-50-scientifiques-et-astronautes-de-la-nasa-et-du-giss-demandent-larret-du-soutien-du-dogme-par-la-nasa/
            C’est quoi, le conflit d’intérêt des gens comme moi, qui, par millier, s’opposent aux fadaises des réchauffistes ?

  11. twin

    L’activisme écolo implique la notion de délire chronique, organisé, structuré,
    logique dans son développement et imprégné d’un besoin de persécution des autres pour sauver mère nature GAIA.
    Il s’agit d’un délire vécu en pleine lucidité et purement interprétatif.
    l’activiste perçoit correctement la réalité mais celle-ci prend immédiatement une signification particulière
    et sans rapport avec la réalité perçue par autrui.
    On reconnaît plusieurs types de délires: (greenpisseux, de jalousie,
    de revendication gauchistes ou même khmerverte, délire d’interprétation
    Les théories psychanalytiques l’expliquent par une blessure narcissique durant l’enfance.

    Les signes et symptômes expriment une très grande méfiance envers les autres.
    Toute action ou tout comportement d’une autre personne est interprété par le sujet comme malintentionné envers GAIA

    L’individu atteint de doute de l’honnêteté ou de la loyauté des non croyants. Il garde souvent rancune,
    ne pardonne pas facilement et réagit promptement et avec colère à une supposée agression.

    Le cumul des échecs (sociaux, affectifs, professionnels et autres) engendrés par les
    comportements décroissants et écolo peut plonger l’individu dans
    des attitudes agressives extrêmes,la boucle est ainsi bouclée
    dernière bouffée délirante des activistes écolo ont récemment publié une déclaration appelant à l’homme d’être concentré dans des villes plus denses(goulags) de sorte que le reste de la planète puisse être remis à la mère nature

    1. MarcusVinicius

      On pourrait dire la même chose des sceptiques : phénomènes délirants envers et contre tout, car cela remet trop profondément en cause leurs croyances économiques.
      Pas simple…

      1. Ben non justement. C’est quoi, le pb de dire que le climat change mais que l’activité humaine est quantité négligeable ? C’est quoi, la croyance économique remise en cause profondément ?

        1. MarcusVinicius

          Ca parait évident : si ils ont raison (jespère que non), cela veut dire qu’il faut se modérer au niveau de la consommation de ressources fossiles, ce qui va à l’encontre du modèle de développement capitaliste, en tout cas actuellement, au vu de nos possibilités énergétiques. J’avoue que l’idée que les décroissants aient raison me donne envie de gerber, mais si le respect de la science est à ce prix, je n’hésiterais pas à reconnaître que j’ai eu tort.

        2. JG2433

          « dire que le climat change mais que l’activité humaine est quantité négligeable »

          Pour en donner une idée, cette image me plaît bien :

          « Qu’il est difficile d’entendre le chant du rossignol dans la scierie »

          Le problème – à mon humble avis – vient du fait que, après l’emploi de l’expression « réchauffement climatique » le sous-entendu implicite voudrait accuser le RCA… sans le nommer.

        3. MarcusVinicius

          @ H16 :

          Il suffit de voir les courbes de consommation des énergies fossiles au cours des deux derniers siècles, pour se faire une idée. Personnellement cela ne me choque pas, je pense que l’énergie bon marché est plutôt une bonne chose pour le développement.

          Comment se fait-il qu’on ne puisse pas répondre à la suite de tous les posts (parfois on peut, d’autres fois non) ?
          Je ne sais pas, aucune idée.

        4. ph11

          «cela veut dire qu’il faut se modérer au niveau de la consommation de ressources fossiles»

          Et vous faites comment ? Vous plongez la population dans un système de pauvreté forcé à la nord-coréenne ?
          Comment allez-vous faire pour garder ce système plus de 20 ans sans qu’il n’y ait de déséquilibre politique ?
          Comment faites vous pour avoir ce système dans un monde démocratique et libre ?

          Et puis, ne vous est-il pas passé dans la tête la possibilité de s’adapter ?

          L’écologie sera individualiste ou ne sera pas. Le reste, c’est de la perte de temps, d’argent, d’énergies et de libertés.
          Aux écolos à développer leurs modèles d’économie verte rentable et pas de vouloir imposer leurs vision au monde par la coercition.

          1. Surtout, la bonne question c’est « Et si au contraire il fallait plutôt cramer un maximum d’énergie pour aller chercher les énergies suivantes dont on va avoir besoin, comme l’uranium, le thorium ? Car si on ne fait rien, on risque de se retrouver avec le dernier mégalitre de pétrole à tergiverser plutôt qu’extraire le kilo d’uranium qui nous permettra d’aller plus loin ? »

        5. gem

          ph11 a raison : chacun voit midi à sa porte, et spécule dans un sens ou dans l’autre, sur la raréfaction de l’énergie bon marché ou au contraire son développement.
          Juste do it.
          Vous pensez que l’énergie sera rare et chère ? profitez de ce qu’elle est encore abondante et bon marché pour vous préparer à ces temps plus durs.
          Vous pensez qu’il n’y a rien à craindre sur le plan de l’énergie ? consacrez vos ressources à d’autres préoccupations.
          Vous hésitez ? adoptez une stratégie mixte

          Que les réchauffistes aient tort ou raison n’a aucune importance : la seule chose qui peut empêcher qu’on crame le pétrole, le gaz et le charbon jusqu’au dernier gramme c’est la découverte d’une énergie encore moins chère, typiquement un procédé solaire (parce que seul le soleil répond à la question des ordre de grandeur) capable de fournir à la demande au consommateur de l’électricité à moins de 0,1€/kWh (alors qu’aujourd’hui on est plutôt 0,5€ et seulement 10 % du temps)

        6. MarcusVinicius

          Le problème, c’est qu’à part les énergies fossiles, pour l’instant il n’ y a rien de bien crédible pour assurer un développement économique optimal. Et le fait que les réserves soient limitées est inquiétant.
          Le thorium je ne sais pas, mais les réserves d’uranium semblent assez limitées aussi. L’idéal (mais apparemment on en est encore très loin), ce serait la fusion nucléaire.

          Les lois physiques ne sont ni de droite, ni de gauche, elles ne font pas de sentiments. De toute façon nous nous adapterons contraints et forcés par ces mêmes lois.
          J’essaie quand même d’espérer dans l’intelligence des hommes pour nous sortir de ce noeud gordien.

          1. C’est quoi ce machin, là, un « développement économique optimal » ? Pourquoi est-ce inquiétant ? Avez vous une idée de ce que sont les limites des réserves d’uranium ?
            (ici, introduire la fusion est du plus haut comique) Parler ici de noeud gordien est au moins rigolo au pire à côté de la plaque.
            Les solutions existent, et sont déjà fonctionnelles. Après, bien sûr, il y a les gens qui mouillent leur pantalon à l’idée de sortir de chez eux sans un casque et une cotte de maille. Ce qui m’attriste est qu’on les écoute plus que ceux qui ont découvert le nouveau monde, tenté de voler avec un plus lourd que l’air ou marché sur la lune …

        1. Epicier vénéneux

          Sauf votre respect, comment peut-on se référer à des courbes présentant des coefficients de corrélation aussi minables? Pour rappel, on parle de corrélation à partir de 99,9%.

          Sans blague.

        2. Sanksion

          Nan mais sérieux, vous pensez vraiment que je crois qu’il y a un lien entre des IOUs humains et le climat ?

          Il n’y en a encore moins entre le CO2 humain et le climat.
          C’est tout ce que ces courbes comiques illustrent.

      2. MarcusVinicius

        Sur le développement économique optimal, je veux dire si l’on part de l’hypothèse que l’amélioration sans précédent de la condition humaine depuis deux siècles est corrélée à l’utilisation d’une énergie à très faible coût.

        Charabia. C’est quoi, le développement optimal pour vous ? Le mot optimal a un sens, quel est-il pour vous ? En quoi ceci s’inscrit-il avec ce qui est dit avant ?

        Sur l’uranium j’ai en tête quelque chose comme beaucoup moins d’un siècle avec les technologies actuelles (j’ai bien conscience qu’elles vont s’améliorer, mais notre consommation encore plus).

        Ah. Bon. C’est juste de l’ignorance, alors. Google est votre ami.

        Je ne vois pas ce qu’il y a de comique à parler de la fusion ? La proximité du mot uranium dans la phrase précédente ne doit pas vous faire croire que j’ignore, dans les grands principes, sont fonctionnememnt (qui n’a effectivement rien à voir avec l’uranium). Cette énergie, qui, si elle était maîtrisée, nous tirerait d’affaire, ne semble même pas pour après-demain.

        Ben voilà pourquoi c’est comique.

        Sur le noeud gordien, je ne vois pas non plus ce qu’il y a de drôle. Il me semblait que la fourniture d’énergie pour tous au XXIè siècle posait comme un défi aux êtres humains. Je n’ai lu nulle part que tout baignait et qu’il n’ y avait pas de problèmes.

        Comme je l’ai dit, de l’énergie, il y en a largement pour tout le monde (et même plus). La volonté qu’il en soit ainsi, en revanche, manque pas mal. Exemple au hasard … Vous.

        1. MarcusVinicius

          Vous vous trompez sur moi, et vous êtes suffisant, ce qui ne vous rend pas spécialement sympathique.

          En fait, je tiens ce blog depuis des années, de longues années où j’ai appris à repérer assez vite, à la façon dont les gens argumentent, ce que les gens valent vraiment en terme de raisonnement. Ainsi, vous prétendez vous être renseigné sur le sujet, mais pour le moment, c’est juste une enfilade des lieux communs habituels. On retrouve aussi la tendance à partir dans toutes les directions (on commence sur le RCA, on aborde le pick oil, etc…) qui ne présage rien de bon quant à la cohérence générale de l’édifice intellectuel derrière vos réflexions. Je vous assure que je ne veux pas vous blesser en disant ça, mais c’est désolant de voir le nombre de personnes qui prétendent s’être intéressé à un sujet et qui y ont consacré moins de 100h (et le plus souvent, c’est moins de 10).

          Le problème, c’est que les types comme vous ne supportent pas la contradiction, ils deviennent méprisants, et de fait empêchent la plupart des gens d’adhérer à leurs idées, même si celles-ci sont bonnes au fond.

          Je suis juste fatigué de ressortir toujours les mêmes arguments et réfutations aux gens qui viennent la besace pleine de trucs déjà mâchouillés mille fois. C’est tout. De votre côté, vous montrez en sortant ça que vous n’avez pas essayé de chercher à comprendre ma position. Pourtant, j’ai un blog tout complet, avec plein d’article, classés par thèmes. J’ai fait un article au-dessus qui, au passage, ne parle pas de la véracité du RC, mais de la façon dont les tenants réchauffistes se comportent (ce qui rend cette discussion légèrement HS, au passage), je me suis fendu d’un certain nombre de recherches, parfois de longues heures. Vous avez un blog où vous détaillez vos positions ? Si oui, je vous en prie, éclairez moi.

          Il y a un côté tellement outrancier dans vos propos, que vous agissez comme un repoussoir. Bien-sûr vous avez votre petite vingtaine de fidèles qui louent chacun de vos propos, mais quoi, au regard de la population française c’est plutôt minable.

          Et c’est moi qui suis méprisant ? Au moins, vous savez prendre de l’avance. D’autre part, l’argumentum ad populam ne marche pas avec moi.

          Voilà pourquoi, entre autres, le libéralisme ne pourra jamais séduire qu’une fraction infinitésimale de la population. Parce que derrière les beaux discours on ne peut s’empêcher de ressentir viscéralement l’égoïsme et le mépris de ceux qui ne pensent pas exactement comme vous. Vous me faites penser aux communistes, vous êtes leur double dans un miroir.

          Oui oui oui, c’est régulièrement ce qu’on me sort lorsqu’on sent le débat s’échapper (la différence étant que jamais il ne me viendra l’idée de tout faire pour vous faire taire, alors que les cocos, eux, n’attendent que ça et ils l’ont prouvé par le passé). Donc bon, hein. Alors : c’est quoi le développement optimal, pour vous ?

        2. MarcusVinicius

          Ca vous paraît peut-être partir dans toutes les directions, pour moi, c’est juste que les deux problèmes sont liés. Disons que le RC n’est même pas ce qui m’inquiète le plus.

          Je reconnais que je n’ai pas votre aisance verbale, mais au moins j’essaie de rester courtois avec vous.

          Depuis dix ans que j’ai lu Le Plein s’il vous plaît, de Jancovici, j’ai lu pas mal de blogs, vu des conférences, écouté les arguments des uns et des autres. Tantôt je pense comme vous que le RC c’est de l’enfumage, tantôt je me dis qu’entre une organisation mondiale vouée au complot réchauffiste contre quelques malheureux dans le vrai, qu’est-ce qui est le plus vraisemblable ? Et je me remets à douter. D’autant que les motivations des anti-réchauffistes (ne pas changer de mode de vie) peuvent largement expliquer leur croisade sceptique.

          Je sais que tous ces arguments ont été mille fois échangés sur pleins de blogs ces dernières années. Désolé.
          Mais au fond du fond, quelle serait la motivation profonde de tous ces scientifiques d’aller raconter sciemment des ânneries ? Je ne peux pas croire que 95 % des scientifiques soient des crypto-communistes dissimulés sous la bannière de l’écologie. Et le fait qu’ils ne chercheraient qu’à récupérer des fonds pour leur labos ne parait pas bien crédible non plus. Même si c’est inconscient.

          Sur le développement optimal, vous n’avez qu’à retirer optimal, qui semble vous gêner. A la réflexion, c’était effectivement en trop. Je pense quand même que le développement économique sans précédent du monde occidental est intimement lié à l’accès à une énergie abondante et bon marché (pas seulement cependant).

          1. Bien, vous voulez une discussion ?
            Voici une image, qui vous dit exactement comment la discussion doit se passer.
            Soit vous êtes d’accord avec cette image, et je pourrai discuter avec vous.
            Soit vous n’êtes pas d’accord, et nous arrêterons les frais tout de suite.

            (l’image lisible est ici)

  12. gem

    La folie n’est pas un problème en soi. Il faut être fou pour vivre et se reproduire, et encore plus fou pour vouloir être strictement rationnel.
    Le problème se sont les fous qui prétendent soigner les autres, et tous ceux qui ont choisit de se faire interner dans l’asile « Planet Under Pressure » sont particulièrement gratinés.
    Plus l’effet « gros micro mou » évidemment.

    1. Calvin

      Après le scandale français PIP, le nouveau scandale PUP (Planet Under Pressure).
      Cette fois, ce n’est pas un problème Mamère, mais un problème mental.

  13. Pythéas

    « First they ignore you, then they laugh at you, then they attack you, then you win. »

    A en croire Gandhi, la victoire est proche !

    1. Stephanie

      Loué soit Gandhi ! Puisse-t-il avoir raison, tant les scientifiques français me font peur…

  14. Pandora

    C’est fini, le mythe du réchauffement climatique ! Et heureusement.

    Même les politiques n’y croient plus : ils ont arrêté les subventions massives aux panneaux solaires quand ils se sont aperçu que les chinois fabriquaient de plus en plus.
    Résultat (prévisible) : les faillites de Q-Cells ou Solar Millenium en Allemagne et de Solar Trust aux Etats-Unis.

    L’Europe ne veut plus s’engager pour des réductions de CO2 en invoquant fort opportunément l’opposition de la Pologne.

    Le plus dur sera de convaincre convaincus (persistant dans leurs erreurs).

  15. Calvin

    Je m’inscris en faux contre cet article.
    Il doit s’agir d’un fake.
    En effet, et cela n’a sans doute trompé personne, la photo est bien celle d’Ugly Betty, et non d’une universitaire.

  16. Lib

    Issu de l’article du Daily Mail que tu donnes en lien :

    And fellow attendee Yale University professor Karen Seto told MSNBC: ‘We certainly don’t want them (humans) strolling about the entire countryside. We want them to save land for nature by living closely [together].’

    Cette façon qu’ont les écolofascistes d’employer « them » pour désigner les humains est assez glaçante.

  17. PhD

    Un vrai scientifique français anti réchauffiste
    Vincent Courtillot
    Ses conf, visibles sur le net sont en Français, c’est limpide
    Il fut directeur de l’institut de géophysique du globe, il a donc un certain niveau.

    1. MarcusVinicius

      J’aime bien Courtillot. Quand j’ai vu ses conférences, cela m’a un peu rassuré.
      Mais il n’y a pas que le réchauffement. L’épuisement des ressources est bien plus problématique. Il arrive à grands pas, et pour l’instant il n’y a rien de crédible qu’on puisse utiliser à grande échelle.

      1. kelevra

        pour l instant nous n avons pas epuise tout le petrole sur terre, tous les ans le peak oil est repousse. les reserves de gaz naturel sont gigantesques, quant au gaz de schiste, les reserves semblent tres prometteuses. les etats unis sont devenus en 2011 exportateur net de produits petroliers avec l exploitation du gaz de schiste. pour l uranium a ce jour environ 200 ans de reserve prouvee.

      2. gem

        non.
        L’épuisement ne veut rien dire : rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. Et le seul moteur de tout ça c’est l’énergie. Avec assez d’énergie vous pouvez faire extraire tout ce que vous voulez des « déchets », du sol ou des océans, et si ça ne suffit encore pas il vous reste la possibilité de faire de la transmutation.

        Et de l’énergie, actuellement le seuil de prix auquel on en a actuellement de façon quasi illimitée n’est que de 0,5 €/kWh (et ça va baisser dans la années à venir… pourvu qu’on accepter de cramer ce qu’il faut de fossile ).
        Donc il n’y a en réalité aucun problème à prévoir

        et

      3. Sanksion

        Sur les ressources d’énergie, merci de lire The Bottomless wheel.

        We can’t create nor destroy energy.

        On la transforme d’une forme à l’autre, c’est tout, on ne l’épuise pas. De l’énergie, on en a tout le tour du ventre qu’on veut même s’en débarasser car ça devient gênant. Exemple : les climatiseurs qui nous débarassent de l’énergie thermique dont on ne veut pas dans une pièce.

        1. Macsime

          Merci de ne pas citer le premier principe sans relire attentivement le second principe de la thermodynamique.
          Sous peine d’inventer les machines à mouvement perpétuel.

          (Exemple : pour récupérer l’énergie thermique des climatiseurs sous une forme intéressante pour l’humain (genre mécanique) avec 100% d’efficacité, je vous souhaite bonne chance.)

      4. JG2433

        h16 posait la question suivante au début de son billet :

        « Si l’on remet en cause le dogme officiel de la cause humaine au Réchauffement Climatique, ces chercheurs n’hésitent plus et vous placent dans la case des malades mentaux ou des salopards amoraux. »

        Vous en êtes arrivé à :

        « Mais il n’y a pas que le réchauffement »

        Certes… mais restez-en au RCA au-lieu de déraper vers de tout autres questions hors-sujet.

    1. Je mets la conclusion en quote ici :

      1) Il n’existe actuellement aucune raison de penser que le climat global de la Terre connaisse une modification quelconque. Tous les arguments présentés pour prouver ces modifications reposent sur des falsifications, des erreurs de calcul ou de modèle, des fautes de raisonnement.
      2) Le climat, de tous temps et en tous lieux, a connu de fortes variations locales. Il n’existe aucune raison de penser que les variations locales actuelles sont plus im-portantes que par le passé. Bien plus, les données recueillies (par exemple l’éléva-tion du niveau de la mer) montrent que le climat a été beaucoup plus sage au cours des 2 000 dernières années qu’au cours des 20 000 ans qui ont précédé. A l’inverse, les arguments prouvant par exemple une augmentation récente de la force des cy-clones reposent sur des falsifications, des erreurs de calcul ou de modèle, des fautes de raisonnement.
      3) Si le climat global de la Terre évolue (ce que nous n’avons actuellement aucun moyen de savoir, faute de données suffisantes), des variations d’activité solaire peuvent en être la cause. On sait que de telles variations existent, mais on ne sait pas les quantifier, ni quantifier leur influence sur le climat. A l’inverse, les argu-ments portant sur des variations de l’orbite terrestre reposent sur des erreurs de raisonnement.
      4) L’ensemble des actions humaines entreprises pour lutter contre le « réchauffement climatique » (limitation des gaz à effet de serre, etc.) est absurde, grotesque, dé-pourvu de contenu scientifique comme d’efficacité : il s’agit d’une prière lancée en une langue incompréhensible à un dieu qui n’existe pas.
      5) Si un réchauffement venait à s’installer en France, ce ne serait qu’un retour à une situation ancienne : par le passé, le climat français a été plus chaud qu’aujourd’hui. Il n’y aurait aucune raison de s’en plaindre, puisque nous dépensons actuellement une quantité considérable d’énergie à nous chauffer.

      Merci à tous de bien les lire.

      1. Stéphane

        « L’ensemble des actions humaines entreprises pour lutter contre le “réchauffement climatique” (limitation des gaz à effet de serre, etc.) est absurde, grotesque, dépourvu de contenu scientifique comme d’efficacité : il s’agit d’une prière lancée en une langue incompréhensible à un dieu qui n’existe pas. »

        Peu importe! Les prêtres de la religion réchauffiste exigent un sacrifice! Plusieurs sacrifices! Plein de sacrifices!

        Ce n’est qu’ainsi que le dieu qui n’existe pas sera apaisé par les prières qu’il ne comprend pas!

        1. YP

          Ben oui, c’est crétin ! Pourquoi sacrifier des impies ? C’est parfaitement inutile, car Dieu exige qu’on sacrifie des croyants !

          Un réchauffiste cohérent doit donc se faire Sepuku pour sauver ses frères impies et devenir un citoyen d’Honneur de Gaia. Ainsi son sacrifice permettra bonheur, félicitée et paix de l’âme à ceux qui restent… Amen !

      2. Pandora

        Et pourquoi une proximité plus ou moins grande de la Terre vis-à-vis du soleil ne serait pas pertinent pour expliquer un refroidissement ou un réchauffement des températures terrestres ?
        L’énergie du soleil est quand même la source principale de chaleur sur notre bonne vieille planète, il me semble.

        1. BN

          Peut-être parce que les scientifiques ont pris leur petite calculatrice et ont démontré que les variations de l’orbite que l’on observe ne peuvent absolument pas expliquer les variations du climat ?
          Tenez, la terre a une orbite elliptique autour du Soleil. On devrait donc avoir deux étés par ans, quand la terre est au plus près, et deux hivers par ans, quand la terre est au plus loin. Ah, bas non, l’été comme l’hiver se produisent quand la terre est au plus loin. Parfois la logique élémentaire se plante lamentablement.

  18. Ernest

    J’allais tenter d’argumenter, mais je vois à votre dernier post que c’est inutile. Vous avez raison, l’homme n’est pour rien dans le changement climatique puisque rien ne le prouve, donc ne changeons rien, crâmons tout ce qu’on peut, détruisons des forêts pour sortir des « sables bitumeux », continuons à concevoir des moteur de bateau qui tournent au fuel lourd…et on s’adaptera grâce à notre génie créatif quand la nature nous l’imposera. Vous m’avez convaincu, maître.

    Eh ouai. C’est ça la vraie puissance mentale.

    Je ne pense pas comme vous, je dois donc être fou ou ne pas savoir me servir de ma tête…

    La différence fondamentale, c’est que a/ je ne vous oblige pas à venir vous faire fouetter ici en public, b/ je ne vous empêche pas de vous exprimer ailleurs, c/ je ne vous traite pas de fou mais d’ignorant ou d’incohérent, d/ je ne fais pas d’activisme pour récupérer des subventions étatiques pour faire connaître mes opinions. Je trouve que ça fait beaucoup de différences, mais évidemment, vous ne l’entendez pas ainsi. Ce n’est pas grave. Le monde est vaste, et je vous supporte très bien. Il vous reste à pouvoir me supporter. C’est ça, finalement, le plus gros travail qu’il vous reste à faire.

    1. Ernest

      (La vraie citation est « c’est ça la puissance intellectuelle », rendons ici hommage à un chef-d’oeuvre.)

      Vous emballez pas, je vous supporte aussi très bien, la preuve en est que je vous lis tous les jours. Le visiteur de ce blog doit juste comprendre qu’on n’est pas là pour un débat. L’auteur exprime ses positions, tout ce qui s’en éloigne est sans valeur ou non fondé, et tout contre argument est violemment battu en brèche.

      Eh non, ce n’est pas un blog bisounours où tout le monde finit par avoir raison, et où à la fin, les notes Ecoles des Fans pleuvent avec les petits câlins. Vous avez une idée ? Vous avez un argument ? Dans ce cas, vous sourcez, vous faites le travail équivalent à celui que je fournis pour pondre un article (liens, références, etc…). Et si, à la fin, ça doit se terminer par un status quo, souffrez qu’il en soit ainsi et c’est tout. Dans l’histoire, vous aurez gagné en savoir, en obstination, en méthodes rhétorique. Et gratuitement, en plus !

      JAMAIS je ne vous ai vu dire « ah oui certes, on peut voir ça comme ça, j’y avais pas pensé » (je ne parle pas de mes interventions en particulier).
      Ce blog est celui de la Vérité.

      Ah, mais ça c’est parce que vous êtes jeune sur ce blog (vous n’avez pas tout lu, et pas tous les commentaires, désolé), et parce que les sujets que je prends sont justement ceux où j’ai 95% de chances de tomber juste. Notez que, par exemple, je ne parle jamais du Botswana. Ou de tricot. Normal : j’y connais rien.

    2. bibi33

      Quand on parle théorie du réchauffement climatique, devenue théorie du changement climatique noté déjà l’embrouille, on est censé parler science.

      Et savez vous de quoi on débat en premier en science?
      Vous pensez que sont des résultats et bien non ce sont des données.
      Et concernant le réchauffement climatique interdiction formelle de débattre des données que sont les températures passées et présentes, et de leurs incertitudes.
      Et vous pouvez utilisez le modèle le plus parfait possible pour simuler l’évolution du climat mais si vous l’étalonné avec des données erronées il ne pourra en sortir que de la merde.

      Je suis fatigué par tous les gens comme vous qui se prennent pour des gens savants alors que leur propos ne sont que le reflets de leur ignorance crasse.

  19. gnarf

    49 ingenieurs et scientifiques de la NASA ecrivent une lettre commune a leur employeur pour denoncer sa position trop tranchee sur la question du rechauffement climatique.

    http://wattsupwiththat.com/2012/04/10/hansen-and-schmidt-of-nasa-giss-under-fire-engineers-scientists-astronauts-ask-nasa-administration-to-look-at-emprical-evidence-rather-than-climate-models/

    Extraits de la lettre (traduction a la louche):

    *La theorie selon laquelle le CO2 serait la majeure cause de changement climatique est en rupture avec la tradition qu’a la NASA de prendre en compte toutes les donnees scientifiques disponibles avant de prendre des decisions et de faire des declarations publiques.

    * Nous croyons que les conclusions de la NASA et du GISS selon lesquelles le CO2 produit par les activites humaines a un impact catastrophique sur le changement climatique ne sont pas fondees.

    * Nous demandons que la NASA cesse d’inclure des remarques non fondees et non prouvees dans ses publications ulterieures et sites internet sur le sujet.

    Signataires:
    /s/ Jack Barneburg, Jack – JSC, Space Shuttle Structures, Engineering Directorate, 34 years

    /s/ Larry Bell – JSC, Mgr. Crew Systems Div., Engineering Directorate, 32 years

    /s/ Dr. Donald Bogard – JSC, Principal Investigator, Science Directorate, 41 years

    /s/ Jerry C. Bostick – JSC, Principal Investigator, Science Directorate, 23 years

    /s/ Dr. Phillip K. Chapman – JSC, Scientist – astronaut, 5 years

    /s/ Michael F. Collins, JSC, Chief, Flight Design and Dynamics Division, MOD, 41 years

    /s/ Dr. Kenneth Cox – JSC, Chief Flight Dynamics Div., Engr. Directorate, 40 years

    /s/ Walter Cunningham – JSC, Astronaut, Apollo 7, 8 years

    /s/ Dr. Donald M. Curry – JSC, Mgr. Shuttle Leading Edge, Thermal Protection Sys., Engr. Dir., 44 years

    /s/ Leroy Day – Hdq. Deputy Director, Space Shuttle Program, 19 years

    /s/ Dr. Henry P. Decell, Jr. – JSC, Chief, Theory & Analysis Office, 5 years

    /s/Charles F. Deiterich – JSC, Mgr., Flight Operations Integration, MOD, 30 years

    /s/ Dr. Harold Doiron – JSC, Chairman, Shuttle Pogo Prevention Panel, 16 years

    /s/ Charles Duke – JSC, Astronaut, Apollo 16, 10 years

    /s/ Anita Gale

    /s/ Grace Germany – JSC, Program Analyst, 35 years

    /s/ Ed Gibson – JSC, Astronaut Skylab 4, 14 years

    /s/ Richard Gordon – JSC, Astronaut, Gemini Xi, Apollo 12, 9 years

    /s/ Gerald C. Griffin – JSC, Apollo Flight Director, and Director of Johnson Space Center, 22 years

    /s/ Thomas M. Grubbs – JSC, Chief, Aircraft Maintenance and Engineering Branch, 31 years

    /s/ Thomas J. Harmon

    /s/ David W. Heath – JSC, Reentry Specialist, MOD, 30 years

    /s/ Miguel A. Hernandez, Jr. – JSC, Flight crew training and operations, 3 years

    /s/ James R. Roundtree – JSC Branch Chief, 26 years

    /s/ Enoch Jones – JSC, Mgr. SE&I, Shuttle Program Office, 26 years

    /s/ Dr. Joseph Kerwin – JSC, Astronaut, Skylab 2, Director of Space and Life Sciences, 22 years

    /s/ Jack Knight – JSC, Chief, Advanced Operations and Development Division, MOD, 40 years

    /s/ Dr. Christopher C. Kraft – JSC, Apollo Flight Director and Director of Johnson Space Center, 24 years

    /s/ Paul C. Kramer – JSC, Ass.t for Planning Aeroscience and Flight Mechanics Div., Egr. Dir., 34 years

    /s/ Alex (Skip) Larsen

    /s/ Dr. Lubert Leger – JSC, Ass’t. Chief Materials Division, Engr. Directorate, 30 years

    /s/ Dr. Humbolt C. Mandell – JSC, Mgr. Shuttle Program Control and Advance Programs, 40 years

    /s/ Donald K. McCutchen – JSC, Project Engineer – Space Shuttle and ISS Program Offices, 33 years

    /s/ Thomas L. (Tom) Moser – Hdq. Dep. Assoc. Admin. & Director, Space Station Program, 28 years

    /s/ Dr. George Mueller – Hdq., Assoc. Adm., Office of Space Flight, 6 years

    /s/ Tom Ohesorge

    /s/ James Peacock – JSC, Apollo and Shuttle Program Office, 21 years

    /s/ Richard McFarland – JSC, Mgr. Motion Simulators, 28 years

    /s/ Joseph E. Rogers – JSC, Chief, Structures and Dynamics Branch, Engr. Directorate,40 years

    /s/ Bernard J. Rosenbaum – JSC, Chief Engineer, Propulsion and Power Division, Engr. Dir., 48 years

    /s/ Dr. Harrison (Jack) Schmitt – JSC, Astronaut Apollo 17, 10 years

    /s/ Gerard C. Shows – JSC, Asst. Manager, Quality Assurance, 30 years

    /s/ Kenneth Suit – JSC, Ass’t Mgr., Systems Integration, Space Shuttle, 37 years

    /s/ Robert F. Thompson – JSC, Program Manager, Space Shuttle, 44 years/s/ Frank Van Renesselaer – Hdq., Mgr. Shuttle Solid Rocket Boosters, 15 years

    /s/ Dr. James Visentine – JSC Materials Branch, Engineering Directorate, 30 years

    /s/ Manfred (Dutch) von Ehrenfried – JSC, Flight Controller; Mercury, Gemini & Apollo, MOD, 10 years

    /s/ George Weisskopf – JSC, Avionics Systems Division, Engineering Dir., 40 years

    /s/ Al Worden – JSC, Astronaut, Apollo 15, 9 years

    /s/ Thomas (Tom) Wysmuller – JSC, Meteorologist, 5 years

  20. Javayim

    Nous sommes passés par ici, avec une terre presque entièrement glacée :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Glaciation_Varanger

    Nous sommes passés par là, avec des déserts immenses :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Pang%C3%A9e

    avec des variations d’oxygène de -30% à +40% (par rapport à aujourd’hui), alors la question de savoir si oui ou non on va prendre +1 ou +0.5 degrés et 1m d’eau en plus..

    Pour moi la question n’est pas là, mais plutôt dans l’attitude que l’on adopte face à son environnement. Comme le dit bien le dicton : « on ne chie pas où on vit ».

    Et les anti-réchauffistes, contrairement aux réchauffistes, ont semble-t-il comme une envie furieuse de pouvoir chier partout.

    Pire encore, cette incontinence anale diarrhéique s’accompagne d’un manque de respect, d’une arrogance et d’un manque de foi pathétique :

    « L’ensemble des actions humaines entreprises pour lutter contre le ‘réchauffement climatique’ est absurde, grotesque […] il s’agit d’une prière lancée en une langue incompréhensible à un dieu qui n’existe pas. »

    Pas une once d’humilité et de respect face à des choses qui nous dépassent largement, j’appelle ça de la vanité.

    1. « Et les anti-réchauffistes, contrairement aux réchauffistes, ont semble-t-il comme une envie furieuse de pouvoir chier partout. »
      La bonne blague. Ca, c’est n’importe quoi et c’est facile de prouver le contraire.

      Les réchauffistes favorisent les éoliennes et les panneaux photovoltaïques par exemple. Leur production, installation, gestion, et fin de vie pollue bien plus que les centrales thermiques équivalentes. Ce n’est qu’un exemple, il y en a des douzaines d’autres.

      Les anti-réchauffistes sont les premiers à rechercher l’optimisation des ressources. Eh ouais. Ce sont de gros capitalistes. D’ailleurs, même Marx ne s’y est pas trompé : dans le livre III du Capital, le petite Karl décrit pourquoi le capitaliste est « un fanatique de l’économie des moyens de production » et comment il cherche par tous les moyens à perfectionner ses méthodes de travail de manière à ce qu’elles consomment le moins possible de ressources rares et organise de lui-même le recyclage des déchets afin d’éviter les gaspillages. C’est ainsi, selon Marx, que le capitaliste satisfait « son besoin d’économiser les éléments de production ». Economiser les ressources et recycler les déchets : ça ressemble à de l’écologie pur sucre. Ce que Karl Marx himself nous explique c’est donc que la recherche du profit devrait pousser les industriels à se comporter de manière éco-responsable.

      Diable.

      Bref : les réchauffistes sont des pollueurs et les anti-réchauffistes non. Quand on ne sait pas, on évite d’étaler son ignorance (soit dit sans méchanceté mais bon tout de même hein).

        1. Javayim

          « Amusant exemple typique d’un truc pas capitaliste (mais typiquement stato-corporatiste). »

          Alors effectivement en cherchant sur la déforestation en amazonie je tombe sur cet article de contrepoints :

          https://www.contrepoints.org/2010/12/07/8571-le-capitalisme-detruit-il-l%E2%80%99environnement

          pas spécifique au sujet de l’amazonie mais qui l’évoque et traite du problème de l’environnement en général d’une manière intéressante.

          Par contre je reste perplexe par exemple là :

          « Tout d’abord, lorsqu’une espèce de poisson est sur-pêchée et devient plus rare, son prix augmente ce qui rationne la consommation de cette espèce »

          quand on voit que la morue de terre-neuve à été largement surexploitée :

          http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/3/38/Surexploitation_morue_surp%C3%AAche.jpg

          que ce ne sont pas des raisons économiques qui ont empêché les pécheurs de vouloir continuer la pêche malgré tout mais bien des quotas gouvernementaux :

          http://www.meretmarine.com/article.cfm?id=330

          et que finalement tout semble s’arranger… :

          http://www.ecoloinfo.com/2011/08/05/bonne-nouvelle-du-cote-des-grands-poissons-le-succes-des-strategies-de-conservation/

          Pour d’autres par contre si on laisse faire la loi de l’offre et de la demande on arrive à ca :

          http://www.liberation.fr/terre/01012311748-un-thon-rouge-vendu-au-prix-record-de-pres-de-300-000-euros

          presque 900 Euros le kilo.. mais ça ne semble pas encore dissuader ni s’auto-réguler donc quoi, faut attendre l’exclusivité du dernier thon rouge péché vendu un million de dollars pour réagir ?

          Sinon un bon exemple où on voit arriver des résultats, avec une initiative privée pour un coût incomparablement moins élevé que les actions gouvernementales locales et avec une certaine efficacité :

          http://bit.ly/o6YxXS

          par une réserve privée et non subventionnée (History) :

          http://bit.ly/Hyaf3W

          parce que si on attend encore une fois que les prix dissuades les braconniers, c’est mal barré :

          http://www.slateafrique.com/27333/la-corne-de-rhinoceros-vaut-plus-que-l-or

      1. Nord

        +1 pour la citation de Karl, mais c’est peine perdue, j’ai testé (oui, j’ai beaucoup lu Marx – étonnant, non?) et on te rétorque invariablement que, de toutes manières, le capital(isme) c’est le mal, donc en citant Marx à ce sujet l’infect libéral que je suis travestit la pensée du Maître, l’utilise de manière félonne, limite interlope (j’adore ce mot, ‘interlope’).

        C’est HS, mais il est édifiant de voir ce qu’a donné la collectivisation des moyens de production en termes de gaspillage et, au final, de pollution dramatique, dans les régimes d’inspiration marxiste (ce dernier point est lui-même assez amusant, Marx n’ayant jamais été marxiste).

        Bref – je rentre de vacances et je me délecte – merci Maître 😉

  21. Général Bol

    Moi, j’ai tout un arsenal de solutions à tout ce bordel climatique :
    1) Faire voter des lois mémorielles pour toutes les victimes du réchauffement et du refroidissement global ou local. (Ne pas oublier les dinosaures de toutes marques et les soldats de Napoléon en Russie)
    2) taxer les pets et les rots de tout ce qui bouge (ou non) sur cette putain de planète. (Il y a aura bien une ONG pour convaincre les vaches et autres chameaux antisociaux et très bêtes)
    3) imposer à 80% tout le reste.

    Des questions ?

    Rompez.

  22. scaletrans

    Lecteur régulier, lorsqu’un article en rapport avec la climatologie comme celui-ci est publié sur ce blog, on voit arriver quelques réchaufistes plus ou moins aguerris, et la plupart, en général à court d’arguments, soit effectuent des glissades latérales, soit en viennent aux procès d’intention, ou même les insultes (chier partout). Si on veut tuer son chien, on l’accuse de la rage. Mais peu importe. Imaginons que parmi les contradicteurs, il y en ait qui soient de bonne foi (mais, franchement j’en doute…). Je conseille à ces derniers de s’instruire avant de venir nous recracher tous les poncifs recueillis dans les médias, et par exemple, de prendre le temps d’explorer le site en français le plus complet et argumenté sur la question: http://www.pensee-unique.eu/

    1. Javayim

      « ou même les insultes (chier partout) »

      … c’était une métaphore, pas une insulte. Au contraire je remercie l’auteur pour tout ses travaux de recherche, d’analyse et de partage (gratuit en plus).

      Pour le site Pensée Unique çà commence très bien, toutes les citations ici http://www.pensee-unique.eu/pourquoi.html sont excellentes mais celle là sur la folie me parait de circonstance :

      « L’impression de certitude est un témoignage certain de folie et d’incertitude extrême. »

      alors quand je lis (je-recite) :

      « L’ensemble des actions humaines entreprises pour lutter contre le ‘réchauffement climatique’ est absurde, grotesque […] il s’agit d’une prière lancée en une langue incompréhensible à un dieu qui n’existe pas. »

      péremptoire et pleine de certitudes, justement, çà me refroidit (si j’ose dire.. ha ha). Cela dit ça s’applique aussi à la citation à l’origine de l’article.

      Merci pour le lien, il y a de quoi lire effectivement.

      1. Joss

        @Javayim

        La première citation (« impression de certitude » etc…)figure effectivement sur la page du site (www.pensee-unique.fr) que vous mentionnez.

        Par contre, la deuxième (« L’ensemble des actions humaines entreprises pour lutter contre le ‘réchauffement climatique’ est absurde, grotesque etc… » n’y figure pas.

        Où l’avez vous trouvée ? De qui est-elle ?

  23. Théo31

    « Le GIEC est un organe politique. »

    Tout est dit. Quand l’Etat s’occupe de science (ou de faire des fichiers), c’est comme les histoires d’amour, ça finit mal en général.

    1. Chuck

      « Ça c’est un constat. »

      Oui, tout à fait, c’est un véritable constat! Un constat de l’incompétence totale sur ce sujet de celui qui a prononcé cette énorme ânerie.

    1. Deeggs

      Attention, corrélation n’est pas causalité.
      Peut-être est-ce la mocheté qui rend gauchiste (et aigri) :p

      Par sécurité, taxons les deux.

    2. Chuck

      Mais les plus moches restent indubitablement ceux qui critiquent par vulgaire idéologie répétant comme des perroquets leurs réflexes conditionnés tels de bon chien-chien ainsi que l’a démontré Ivan Petrovitch Pavlov.

  24. Nicolas

    Pour éviter le réchauffement, c’est simple : suffit d’augmenter le trafic aérien. Donc de réduire le coût des billets d’avions. Donc de subventionner à mort l’achat d’avions privé par les riche et le kérosène. Vive le Socialisme ! 😉

Les commentaires sont fermés.