Les écoliers français sont nuls en math, et si, Najat, c’est aussi de ta faute.

Ceux qui lisent ces colonnes ont une idée déjà précise de l’état lamentable du système d’éducation nationale français. Les autres ont, de toute façon, des rappels réguliers de la valeur réelle de ce système. D’ailleurs, ce 29 novembre dernier, la dernière enquête internationale TIMSS (Trends in Mathematics and Science Study) faisait l’effet d’une bombe au Ministère en charge de nos chères têtes blondes : les résultats français y sont catastrophiques.

najat vallaud belkacem scrogneugneuCette enquête, qui mesure depuis 1995 les performances des élèves en mathématiques et en science par niveau scolaire, révèle que les élèves français arrivent bons derniers dans l’Union Européenne en mathématique, et avant-derniers (juste avant Chypre) en sciences. Pire : la France est le pays qui accuse la plus forte baisse (de 107 points), passant d’un score de 569 en 1995 à un score de 463 en 2015. Patatras. Ces résultats viendront s’ajouter aux résultats des enquêtes PISA déjà menées les années précédentes et dont le volet annuel paraîtra le 6 décembre prochain. On se doute qu’ils ne seront, là aussi, pas meilleurs.

On s’en doute : la nouvelle est fort mauvaise pour Najat Vallaud-Belkacem, la dogmatique ministricule en charge de l’Édulcoration Nationale en France et dont chaque saillie laisse consternée une part croissante de parents, d’enseignants et de contribuables.

Bien évidemment, l’impétrante étant surtout et essentiellement une femme politique, avant d’avoir jamais pu être une quelconque ministre opérationnelle, les raisons de cet échec lamentable ont rapidement été trouvées. Et comme on peut s’en douter, il ne s’agit en rien des politiques désastreuses qu’elle empile maintenant depuis plusieurs années et dont ces colonnes se font la critique. Que nenni. Si nos élèves se bananent avec application dans toutes les enquêtes internationales, c’est avant tout … de la faute à Fillon. En plus, ça tombe bien, le coupable tout désigné est justement dans la course à l’Elysée. Comme c’est commode.

L’explication belkacémienne est simple : si les résultats sont mauvais, c’est parce qu’il y a eu une méchante réforme en 2011, sous Fillon donc, et qu’elle n’a pas porté ses fruits. Les autres réformes (de chaque gouvernement avant et après, puisqu’il y a réforme à chaque changement de gouvernement) ne sont pas responsables. L’effondrement du niveau, pourtant constaté sur les 30 dernières années sans le moindre doute, n’est absolument pas pertinent. Le constat, effarant, que des élèves de Terminale scientifique ne sont pas foutus de savoir ce qu’est vraiment une démonstration mathématique ne semble là non plus pas rentrer en ligne de compte. On vous dit ici que seul le gouvernement Fillon est directement responsable, et puis c’est tout. Fermez le ban.

Et peu importe que nos voisins fassent (nettement) mieux que nous. Peu importe, surtout, qu’ils obtiennent ces meilleurs résultats avec pourtant des effectifs moindres et des horaires plus légers que ceux des petits Français. Peu importe, de surcroît, que la facture pour le contribuable soit inférieure et qu’il en ait donc plus pour son argent. On vous dit que célafota-Fillon, c’est donc qu’il ne pourra pas y avoir d’autres raisons possibles.

ednat-effectifs-compares-des-systemes-scolaires-france-allemagne-uk

Il est inutile de chercher dans les années de roue libre de pédagogos en folie régentant les méthodes, les enseignements et faisant la police politique à l’intérieur de l’Education Nationale. Il est inutile de croire que le niveau des élèves baisse parce que le niveau des enseignants baisse aussi, enseignants qui sont eux-mêmes issus de générations biberonneées aux beaux principes gloubiboulguesques qu’on a érigés en tabous. Il est inutile de pointer du doigt l’effondrement de la capacité orthographique ou grammaticale de ces enseignants et, conséquemment, de ces élèves suite à l’introduction de la méthode globale et du refus répété, obstiné, de croire qu’elle ne serait plus d’application nulle part (alors que tout montre que c’est un bobard éhonté voire camouflé).

De même, il est inutile de regarder le taux de syndicalisation, la politisation des discours voire des cours à l’école (pour ne pas dire le prosélytisme), la chasse au politiquement incorrect, les efforts tous les jours plus grands pour faire de l’école le lieu de tous les possibles, y compris et surtout les pires, par laxisme, incompétence ou irresponsabilité (comme en témoigne le cas récent d’un lycée de Loire-Atlantique). Il est inutile de croire que les violences dans les établissements, en hausse constante, ont un rôle dans cet effondrement de l’enseignement français. Ainsi, quand le SAMU intervient suite à une « bagarre » entre deux collégiennes, il semble évident que toute l’attention des enseignants devra être portée sur la lutte contre le sexisme, et que cette décision ne comportera en elle-même aucun des germes de l’échec futur de générations entières d’apprenants pardon d’élèves.

Tout ceci est inutile car, d’une part, le bouc émissaire est évident : c’est François Fillon. Ou, disons plus charitablement, quelqu’un d’autre que les bouffons tragiques actuellement au pouvoir ou que les crétins thermophiles décideurs de l’EdNat.

C’est d’autre part inutile car c’est, plus que probablement, un but recherché. À force de raboter, « l’égalité est possible » et bientôt, toutes nos chères têtes blondes seront également médiocres, sauront toutes aussi mal lire, écrire et compter. Bientôt, les politiciens ne seront plus seuls à patauger dans leur nullité, à être incapables d’effectuer une simple règle de trois ou de balancer un budget. Ils seront enfin accompagnés de tout un peuple inculte lorsqu’ils répéteront inlassablement les mêmes opérations de division du pays, de multiplication des prébendes, de soustraction de l’argent des autres et d’addition effrénée de taxes improbables.

Du reste, comme pour la santé, comme pour le travail, c’est l’Etat qui s’occupe de l’éducation et les mêmes observations peuvent y être faites : plus il se penche sur son cas, plus il met ses gros doigts boudinés dans les petits engrenages de l’instruction, plus les résultats sont catastrophiques.

état contrôle nourriture, monnaie, éducation, médias, santé, tout

Pour nos amis socialistes, cela ne veut dire qu’une chose : il faut plus d’Etat ! Pour les autres, les individus lucides et non dogmatiques, cela veut plutôt dire que, comme pour la santé, comme pour le travail, il devient urgent que l’Etat se retire de l’éducation, son office a déjà fait trop de dégâts.

Ce n’est pas invraisemblable, et non, ce n’est pas un recul de nos zacquis sociaux tagada pour lesquels se sont battus nos parents et nos grands-parents tsoin-tsoin, vu la valeur objective de ces zacquis et le bilan désastreux qu’on peut en tirer.

Des alternatives sérieuses existent, elles montrent, tous les jours dans les pays qui s’en sont dotées, qu’elles fonctionnent et sont accessibles au plus grand nombre, pauvres y compris. Ceux qui voudront approfondir cette affirmation liront avec profit ces deux articles ici et qui détruisent bien les mythes et autres fadaises collectivistes qu’on nous serine partout en France. Et comme on pouvait s’y attendre, l’Etat s’emploie précisément à fusiller ces alternatives, de lois d’interdictions en orientations politiques calamiteuses (et là, c’est bien de la petite Najat qu’il s’agit, pas du précédent ministre François).

Si la désolation et la consternation ne peuvent qu’emplir ceux qui, observateur du monde de l’éducation en France, constatent l’effondrement du niveau, il reste cependant une raison de se réjouir : cet effondrement et cette lutte pied à pied contre les alternatives hors contrat démontrent clairement que l’Etat et ses sbires à la Najat et compagnie sont maintenant sur la défensive d’un système corrompu, coûteux et contre-productif. Chaque jour qui passe leur donne un peu plus tort. Chaque école hors contrat qui recrute un élève de plus, chaque cours en ligne et dématérialisé (MOOC) qui forme un esprit indépendant sans en passer par la case souffrance à l’école, chaque initiative privée (à l’instar de l’Ecole de la Liberté) représente un clou de plus dans le cercueil de l’école d’Etat telle qu’elle fut imposée depuis plus d’un siècle en France et dont on observe à présent la totale déliquescence.

C’est une immense bataille qui se joue actuellement, entre un establishment dépassé et archaïque, dogmatique et étatisé d’un côté et, de l’autre, l’enseignement libre, adapté, adaptatif, et les nouvelles technologies. À terme, inévitablement, ces derniers réussiront, l’école collectiviste disparaîtra.

Mais en attendant, chaque élève du système étatiste sera une victime collatérale.

J'accepte les BTC, ETH et BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8
 

Commentaires414

  1. Aristarkke

    Officiellement la Grance a une école de mathématiques supérieures d’ un niveau très élevé vu au nombre des médailles Fields. Mais la relève inévitable de par la fuite des ans risque d’être difficile pour son maintien à ce niveau… 😈

    1. Calvin

      Tout va aller mieux, on a mis Field à la tête de l’information de la télé publique qui forme (ou déforme) autant si ce n’est mieux les petits français.

      1. HussardBleu

        le nom patronymique de Field, « en vrai », c’est Feldschuh… alors, évidemment, il a trouvé sa pointure et chaussure à son pied…

    2. Deres

      En fait, c’est le contraire. Le système français, en théorie très égalitaire est en réalité le summum de l’inégalité. C’est juste bien caché. Dans les beaux quartiers, il n’y a pas de problème d’éducation. Des mécanismes comme le placement à l’ancienneté y contribue fortement. Cela aboutit à mettre systématiquement les nouveaux professeurs sans expérience dans les quartiers difficiles et les professeurs expérimentés ou agrégés dans les meilleurs quartiers. Et le but des professeurs dans les établissement à problème n’est pas de les améliorer mais de se barrer au plus vite. Et via le paiement centralisé des enseignants cet différence de budget majeur entre les quartiers est complètement caché. A nombre d’enseignant égaux, la masse salariale sera beaucoup plus faible en zone difficile car il n’y aura que des débutants.

      1. Deres

        J’ajoute que ce système est aussi la cause de la demande permanente de nouvelles embauches par les syndicats. En effet, sans embauche, seule les départs à la retraite assure un mouvement et les départs des zones difficiles deviennent très difficiles, d’autant plus que ce sont souvent celles où le nombre d’enfants augmente.

        1. Aristarkke

          Donc où il faut augmenter en conséquence les capacités d’ accueil, donc augmenter les enseignants, donc n’avoir à y mettre que des débutants, etc… (serpent se mordant la queue…)

        2. theo31

          Ca confirme que le socialisme, c’est beaucoup de croyants et très peu de pratiquants et que l’EdNat est devenue le domaine privé d’une grosse partie de son personnel.

      2. ODE

        Bonjour, si je peux me permettre, votre analyse est juste mais ne va pas assez loin. J’ai enseigné durant 10 ans dans le privé sous contrat, collège à public défavorisé puis collège-lycée à public ultra-favorisé; j’ai été admissible à l’agrégation l’an passé; et aujourd’hui mes enfants sont dans le hors contrat.

        D’après ce que j’ai vu (et lu), il va y avoir un autre problème qui fait suite à celui que vous relevez: dans les établissements dits d’élite, la pensée est conforme et bien-pensante, les agrégés sont tous faits sur le même moule intellectuel, et de là où devraient surgir des gens compétents, intelligents et attentifs aux autres (aux pauvres, au pays, à la politique, que sais-je), surgissent des gamins hyper blasés, totalement indifférents à ce qui sort de leur univers aseptisé et finalement très bête.

        Ce sont des milieux où l’on est très dur à l’égard de la pensée non conforme à la doxa ambiante. Il faut ajouter à cela le fait que le corps enseignant est très féminisé, or n’en déplaise aux tenants de la théorie du genre, une femme ne pense pas comme un homme, et cela nuit encore à la pensée.

        Le niveau pourrait donc être relevé par les élèves favorisés des beaux quartiers, mais il ne l’est pas. J’ai étudié de près l’histoire d’un de ces « grands » établissements: au début du XXe siècle, les pensionnaires assistaient à la messe à 6h tous les matins. Chaque élève devait s’engager dans une oeuvre en faveur des pauvres et on les éduquait selon une règle simple: tu as reçu beaucoup plus que les autres, tu devras donner beaucoup plus. Du coup sont sortis de là des gens à la fois compétents, intelligents, passionnés, et soucieux du bien commun. Essayez d’aller discuter avec les gamins qui peuplent cet établissement aujourd’hui… tout ce que vous pourrez dire de positif c’est qu’ils sont « gentils » et encore (je les ai trouvés beaucoup plus désagréables que les élèves de banlieue difficile). Egoïstes, individualistes, court-termistes, sous-cultivés, sûrs d’eux-mêmes, blasés.

        Evidemment j’exagère un peu. Mais il y a là ce qui devrait être naturellement « l’élite » et qui en réalité se fout du bien commun comme de sa première chaussette. Je me réfère à une itw de Lucchini où l’acteur se disait songeur en traversant ces beaux quartiers, car disait-il, à ces gens revenaient la tâche d’être dépositaires (de l’intelligence, de la culture) et de transmettre, et il constatait qu’en réalité là régnaient l’égoïsme et un multiculturalisme primaire ainsi qu’un goût des apparences qui le conduisaient à ne rien attendre de cette population.

        1. sam player

          Ah le bien commun… cette grande fiction !

          « Egoïstes, individualistes, court-termistes, sous-cultivés, sûrs d’eux-mêmes, blasés. » : manque plus que ultra-libéraux !

          Il me semble que vous êtes nostalgique d’un temps où l’on croyait que les élites s’auto-reproduisaient et qu’être né dans de telles conditions (les beaux quartiers) vous conduisait forcément vers la grandeur et un destin national… un don de soi au pays.

  2. Le Gnôme

    Sous la constitution la plus libre, un peuple ignorant est toujours esclave disait Condorcet. Les socialistes forment donc des ignorants, c’est plus facile de les tenir en main.

    1. hugeus

      +1000. et même à un niveau supérieur :
      J’ai fait de longues études scientifiques précédées d’un concours réputé difficile, et j’ai vite vu que ce dernier sélectionnait les cerveaux faciles à gaver de bouillie académiquement contrôlée. J’imagine que c’est pire dans les écoles d’administration, de journalisme…

      1. Gossein

        Pour ce qui est du journalisme, leur formation semble intégrer l’adhésion à une tendance politique totalitaire.
        En pratique et parmi d’autres exemples, les  »assises du journalisme » disposent régulièrement d’un forum relatif aux limites de la liberté d’expression où intervient un magistrat. Le ton est donné. Ils participent donc activement à la dégradation de la liberté de la presse. Ce sujet n’y comportant pas de forum dédié.

          1. Aristarkke

            Ce qui n’empêche pas quelques nostalgiques d’ estimer que ce fut un grand démocrate défenseur des libertés (les quelques qui restent après interdiction des autres) et d’ estimer qu’il mérite amplement les rues et avenues à son nom dédiées (jamais d’ impasses pour ce genre de personnage, curieusement…)

  3. Calvin

    H16, il faudrait une courbe avec les classements PISA et TIMSS, puis indiquer avec des flèches les interventions des ministres (ou simplement les noms), comme tu l’as fait pour la baisse des tués de la route et des radars.
    Ce serait très parlant, je pense.
    Car je crois que gesticulations des uns et des autres n’ont aucun impact sur les ravages des pédagogues officiels de l’EdNat.

  4. Stéphane B

    Ah non taulier, pas aujourd’hui un article de cette trempe ! Je suis assez dégoûté des math depuis hier soir. En effet, ma gamine en terminale ES est venue me voir car elle avait un problème avec la loi binomiale. Elle ne comprenait pas du fait que la prof n’avait pas fait de cours et leur avait donné directement un exercice provenant d’un bac. Premier gluppp de ma part

    Pas de problème, je lui fais l’exercice et lui donne la feuille pour qu’on en discute. Là elle me regarde et me dit « qu’est ce que t’as marqué là ?  »
    « ben le cardinal ma chérie. »
    Gros yeux de sa part. « Je ne connais pas, je ne l’ai pas vu »
    Second glupp de ma part.

    J’ai filé dans sa chambre feuilleter son bouquin de math pour savoir comment il résolvait des exos similaires. Et là, à ce moment précis, j’ai su. Il était noté:
    « Avec la calculatrice, calculez … »

    Ben voilà. les tables de multiplication ne servent à rien, y a la calculette.
    Raisonner pour comprendre, pas besoin, la calculatrice donne directement le résultat. Bref, il n’y a plus de math, il n’y a que des robots sachant se servir de leur calculatrice.
    Et ce n’était même plus un problème masculin de savoir qui a la plus grosse !

        1. HussardBleu

          Plus de Cardinal, il n’y a plus que des éminences grises, que l’on appelle maintenant spin doctors…

          J’écoutais hier la radio, sur RTL pour éviter un peu Radio-Bolcho… en plus, il y a le bonus de Laurent Gerra avant 9 heures : il est parfois vulgaire, mais il est toujours d’une méchanceté réjouissante, surtout envers la Gôche bien-pensante…

          J’ai entendu qu’outre le « Revenu Universel » que l’on étudie sérieusement (mais avec quel argent ? espère-t-on quelque windfall comme la Manne mosaïque ?) on prévoyait aussi le « Patrimoine Universel » en donnant à chacun de quoi s’acheter sa maison…

          Il serait plus rassurant d’être dirigé par des fous authentiques – et Dieu sait que… – mais là, on est dans le délire, la démagogie devenant manisfestement art psychiatrique. Comment faire mieux que les saintes « 35 heures » et les RTT, qui ont mis notre pays à genoux ? hé bien, le RU et le PU vont finir par nous coucher…

          Outre ces promesses de l’ordre du Vésanique, « on » travaille, également, sur le Symbolique, avec l’interdiction des sites anti-IVG, au nom sans doute de la nécessaire extinction de la Liberté d’Opinion, déjà expirante en France… et l’urgente « réhabilitation » des Communards fusillés en 1971…

          Il y a, sans doute, d’autres mesures de ce genre en préparation, pour un candidat qui se prépare… Il faut bien combattre la réaction qui pointe la face de Gorgone du hideux Fillon, tout en allant au-delà des engagements archéos d’un Mélanchon, ou néos d’une Philippo-Le Pen…

          Quel pays, non mais quel pays…. Qui ré-élira peut-être le Noch Mal Präsident….

          Et comme si cela ne suffisait pas, j’écoutais ce matin – relaps – en me rasant (je déteste le genre « pas rasé ») sur Radio-Bolcho, après le Guetta de service qui regrettait les succès diplomatique de Vladi, un certain David Thomson, ancien correspondant en Tunisie, au sujet de son livre « Les Revenants ».

          Ces « revenants » sont les djihadistes qui reviennent de Syrie, où Bachar – qui ne s’est pas encore fait niquer la gueule par BHL, apparemment – écrase l’EI à Alep sous les petits cris geignards des « Démocraties »…

          Selon Thomson, ils sont plus d’un millier, dont des femmes (parmi les plus excités), qui n’ont rien renié et, d’évidence, se tiennent prêts à agir…
          Quelques-uns, mais aucune femme, sont ou ont été incarcérés, en fonction de la sensibilité plus ou moins rouge de leurs juges, mais seront vite sortis : on attend donc la suite avec impatience…

            1. HussardBleu

              Voui, sans doute… mais engagement sur l’honneur de rembourser… l’honneur étant une notion très subjective et aléatoire, comme disait, il y a quelques années, un de nos généraux… mais j’aime bien Rabelais
              vacarme.org/article2224.html

              1. Aristarkke

                Pagnol fait dire à César que l’ honneur est comme les allumettes : cela ne sert qu’ une fois…
                Mais, moyennant un peu de sérieux, je ne suis pas hostile sur cette idée d’un prêt universel, du moins dans le principe…

          1. Pere Collateur

            Oui j’a vu ca chez Charles Sannat ce matin. J’ai immédiatement eu envie de sortir mon fligue.

          2. Aristarkke

            Officiellement, l’ argent du RU serait celui des allocs en tous genres fondues en une seule source. Mais comme tout le monde n’est pas (actuellement) allocataire de belle ampleur ni même allocataire de quoi que ce soit, la petite difficulté à résoudre est la disproportion manifeste des sommes. Très probablement, si ce bouzin est mis en route, il ne sera probablement pas aussi universel qu’il le proclamera fièrement sauf éventuelle pour les premiers 10€ mensuels histoire de ne pas se parjurer…

          3. Aristarkke

            Les djihadistes, faute d’avoir pu les empêcher de partir en Syrie, on pourrait au moins les empêcher (au moins essayer de le faire sérieusement) au lieu de les accueillir façon le retour du fils prodigue dans le NT.
            Au moins, celui là revient contrit et pas « ramenard » pour deux gueras… prêt à servir son père comme esclave, c.a.d. gratos contre la nourriture, le logement et le vêtement…

          4. LaurentaLA

            Un logement pour tous, un salaire pour tout le monde, pas de chomage,,,, oui je me rappelle l’URSS etait comme ca.

            J’ai visite les logements du paradis du peuple juste apres la chute du mur.
            Les HLM de Marseille faisaient figure de palace en comparaison.

    1. Higgins

      Un exemple très simple est la bête règle de 3. Un simple problème sur ce sujet au Bac donnerait des résultats croustillants.
      En géographie, une simple carte de France avec les fleuves, les massifs montagneux, les mers et océans et les 6 principales villes du pays à compléter donneraient également des résultats impressionnants. Je ne parle pas d’Histoire, ça relève du niveau de thésard.

      1. Stéphane B

        La règle de trois, à force de lui répéter, elle a fini à la comprendre en seconde. Je n’ai aucun doute que nombre de ces camarades ne la connaissent toujours pas.

          1. Aristarkke

            Vu la désarticulation chronologique des contenus, j’ imagine que la réponse est Louis Croix Vé Bâton???

              1. Aristarkke

                Ne vous méprenez pas, mon Ami. Le smiley était sous-entendu et implicite dans l’appellation du roi, copyright Les Inconnus…

                J’ai connaissance de la distinction entre Roi de France (monarchie héréditaire de droit divin) et Roi des Français (monarchie constitutionnelle octroyée par le Peuple). Mais je doute [sur la foi de propos de ma propre fille aînée (prof agrégée d’ Histoire, justement)]que l’ Educnat ait encore grand souci de préciser une aussi subtile différence à nos chères têtes blondes ou non…
                Et comme la Révolution de 1789 est officiellement la mise à mort de la tyrannie royale, je ne doute pas que ce Louis là rallierait de nombreux suffrages…

                1. Gerldam

                  Alors que, en caricaturant à peine, on peut dire que la révolution a gardé le pire du système monarchique (essentiellement le jacobinisme) et a laissé de côté ce qu’il y avait de meilleur dans l’ancien régime. Voir à ce sujet, le livre génial de Tocqueville « L’ancien régime et la révolution ».

        1. Aristarkke

          De mon temps, la règle de trois était abordée dès l’ école primaire, une fois l’ étude de la division accomplie. C’était considéré comme une base absolument indispensable vu qu’ elle est utilisée quotidiennement ou presque dans la vie courante…

          1. Lafayette

            bon de nos jours meme si tu connais le calcul mental, il te faut faire avec une calculette ou un ordinateur.

            C est a se demamder si cela sert a savoir frotter deux bouts de bois pour faire du feu en dehors de koh lanta, mais les maths sur cette meme emission ne servent a rien. donc on peut en deduire que les math ne servent pas a la survie.

            1. hugeus

              le théorème de Pythagore peut servir à la survie, car il te permet de calculer la hauteur de l’arbre que tu te prépares à abattre.

                1. hugeus

                  C’est celui-là, effectivement ! J’aurions confondu les deux noms.
                  Le Thalès, je l’prends plus trop, depuis qui s’y trouve des barbouzes qui te ligotent avec un t-shirt dès que tu oses sortir la pétoire.

              1. Lafayette

                ca se mange pas les arbres, donc faut mettre des priorités avant de penser a la maison le lit en bois et le gros dodo.

    2. Ribault

      Je connais une enseignante en statistiques qui surveillant un DS en IUT voit un élève lui sortir une probabilité supérieure à 1 . S’étonnant le gars se démonte pas et lui dit  » C’est le résultat de la calculette » (c’était il y a 20 ans) Voilà pourquoi nos sondeurs sont nuls!!

      1. Calvin

        Libération (en 2011) avait sorti un article où il était écrit, je cite :
        Les centrales nucléaires ont « la probabilité d’occurrence d’un accident majeur (…) de plus de 100% pour l’Union Européenne »
        Ce torchon inepte est toujours en ligne (03/06/2011).

          1. Aristarkke

            Mgr, suscitez l’ envie en le remettant à l’ honneur le dimanche ou le samedi selon votre nouvelle habitude… (faute de grive…) 😕

            1. Pheldge

              t’es re-lou ! il te donne déjà le lien … t’as cas le mettre en favori, et attendre manche-di pour le lire ! 😉

  5. Bonsaï

    Jusqu’il y a peu, la réputation de l’école publique française était excellente.
    Le nouveau problème auquel il conviendrait de faire face mais que personne n’ose évoquer (ni ici ni ailleurs), c’est que la langue maternelle d’une très large minorité n’est plus le français.
    Or, quand l’enseignement ne peut plus se baser sur une compréhension suffisante du vocabulaire, tout est à reprendre à zéro, à savoir dès les petites classes.

    1. Oh, vite, des stats, éclairez-nous et étayez votre affirmation.
      (Si ce n’est pas évoqué ici, c’est parce que ce n’est pas un problème d’importance du tout)

        1. Patatrac

          Il y a en fait quatre langues nationales en Suisse, plus l’anglais, pratiquement établi comme interface.

          1. Calvin

            Abavala.
            5 langues au moins.
            Pauvres suisses qui vont s’acheminer vers les profondeurs du classement PISA…
            :mrgreen:

                  1. Aristarkke

                    Mouais…
                    Cela va faire 700 ans (au moins) qu’ elle chancelle (d’ autres diraient plutôt penche ou s’incline) soit bien avant l’ entrée en scène de l’ Educnat…
                    Peut mieux faire…
                    😕

            1. Lafayette

              ce n’est pas pour rien que l’echelle de Pise (Pisa) peut devenir plus courte selon le coté approché.
              Mais depuis Bologne on connait la rigueur toute bordelique italienne.

                  1. HussardBleu

                    Voui… mais depuis Bologne, tu peux rejoindre Florence par la vieille route, celle que prenait Machiavel, si belle et pleine d’Histoire… Machiavel… on aurait besoin de son grand bon sens…

            2. eole

              Très relatif les cinq langues, car certains cantons alémaniques ont décidé ne plus enseigner le français en deuxième langue, mais l’anglais, alors que dans les cantons romands, l’allemand est toujours obligatoire en deuxième langue.

          2. Stéphane B

            Si je me trompe, nul doute qu’un suisse me reprendra. En Suisse, ils ont abandonné la méthode globale après quelques années, voyant que cela ne fonctionnait pas. Ils sont revenus à la méthode syllabique. En France, on s’entête encore et toujours. Comme l’a noté le major deux fois cette semaine, Einstein disait « la définition de la folie, c’est de faire toujours la même chose et d’espérer des résultats différents »

        2. Bonsaï

          Et nous avons 22 cantons et pas mal d’immigration aussi !
          Néanmoins le système scolaire a une très bonne réputation et il est déjà bien rôdé.. En effet, l’on s’efforce d’élever le niveau des individus vers la moyenne d’excellence et non pas l’inverse.

          1. albundy17

            Donc, un coup c’est dû à une minorité, et de l’autre c’est pas un problème.

            Pile une heure de différence

            1. Aristarkke

              Un coup, Arbolito parle de l’ école grançaise, un coup, Arbolito parle de l’ école suisse ou plutôt cantonale. Les minorités ne sont pas forcément les mêmes…

              1. Aristarkke

                Disons également qu’ une minorité qui « en veut » arrive à obtenir de très bons résultats, même en partant de très bas.
                Voir le blog de Brighelli (celui de la célèbre Fabrique du Crétin)…

            2. sam player

              « Pile une heure de différence »

              Oui mais le temps ne s’écoule pas pareil en Suisse…
              A la même latitude qu’en france le soleil n’est toujours pas levé en Suisse… un phénomène gravitationnel il semble…

    2. Whack-A-Kitty

      Le problème de la langue ne fait que s’ajouter à la désarticulation profonde du système par le pédagogisme (c’est-à-dire le contraire de la pédagogie) et encore plus par l’anti-gouvernance (co-gestion, centralisme mortifère, empilement des statuts, dilution totale de toute responsabilité…)
      Au passage, NVB est d’autant plus de mauvaise foi que la réforme Fillon ouvrait quelques portes intéressantes sur la culture professionnelle, l’individualisation et le responsabilité pédagogique du chef d’établissement.

    3. MadeInCH

      Il y a quelques courtes années, en Suisse, des gens se sont demandé d’où venait la baisse de niveau scolaire dans certains cantons.
      Certains se sont demandé si l’immigration ne pouvait pas en être l’une des causes.
      Une personne de gauche a vivement balayé cette affirmation et donnant une explication. (accrochez-vous!)
      Ce n’est PAS à cause des immigrants! Mais une proportion importante de primo-arrivant peut effectivement faire problème.

    4. Alexander Le Blanc

      Suis né anglophone en France et ne connaissait aucun mot Français en arrivant en Maternelle. Mon Français se porte à merveille. C’est pas l’arbre le problème, c’est le terreau.

    5. bibi

      Mais comment ont donc fait les immigrants passé pour apprendre le Français.
      Français que souvent ils parlent et écrivent mieux que moi.

      Le problème n’est pas la langue d’origine des élèves mais l’enseignement du français dans la machine a décérébré qu’est devenu l’école française (publique comme sous contrat).
      Par rapport à une situation déjà critique il y a 30 ans quand à l’enseignement du français, les heures d’enseignement de la langue n’ont eu de cesse d’être rabotées au point qu’aujourd’hui une élève qui entre en 3ème a reçu au cours de sa scolarité autant d’heure de français qu’un élève d’il y a 20 ans n’en recevait durant le primaire (en 20 ans on a perdu 3 ans d’enseignement du Français), et on s’étonne de l’absence de maitrise de la langue des élèves qui va bien au-delà des seuls élèves issu de l’immigration.

      Ce sont quasiment tous les élèves qui sont en peine à comprendre un énoncé impactant ainsi directement les résultats dans toutes les matières, et aujourd’hui les élèves qui sont en grande peine avec la langue ils sont devenus professeurs des écoles (et tout ce qu’ils savent faire c’est professer).

      1. Higgins

        Ce matin , Jean-Marc Daniel évoquait le bon niveau de français enseigné en Afrique francophone. Dans ces pays, ils sont généralement restés aux méthodes d’enseignements d’avant la décolonisation.

      2. Aristarkke

        D’ où (par ricochet inattendu), les difficultés engendrées dans les questions du permis de conduire rédigées dans un français déjà trop académique pour un nombre conséquent d’ inscrits.
        Mais il s’y trouve aussi des questions absconses dont on peine à trouver une justification lorsqu’on est en situation réelle de conduite…

      3. albundy17

        « et on s’étonne de l’absence de maîtrise de la langue des élèves »

        C’est pas faute d’avoir promulgué les « ateliers du goût »

  6. Aloux

    L’article sur les lycéens qui réclament des sanctions… on boira le calice jusqu’à la lie, mais on ne peut pas dire qu’on ne se sera pas bien marré pendant le processus.

  7. Gérard

    « nos chères têtes blondes » : n’y a t’il pas une corrélation entre les mauvais résultats et le fait que nos chères têtes sont de moins en moins blondes ? Bon, j’ai rien dit, parce que je risque de me faire allumer ….

    1. Stéphane B

      Oui et non. Les asiatiques ont tout fait pour que leurs enfants s’intègrent à l’inverse d’autres personnes venant d’un autre continent. La culture liée à la religion peut en être la cause, qu’en pensez vous ?

      1. Jean

        J’en pense que vous n’avez pas tort sur la cause culturelle. Cependant, vous devriez encore étendre le champs, car si la religion possède bel et bien impact, elle n’est pas seule.
        Ne manquez pas aussi le QI moyen par pays et vous comprendrez une partie du pourquoi les pays asiatique sont tout en haut, et pourquoi le reste…

        1. cas

          Le QI moyen de tous les pays est de 100. C’est la définition même du QI: 100 définit le quotient intellectuel moyen d’une population. Et il n’y a pas d’évaluation mondiale du QI jusqu’à présent.

          1. Gossein

             »cas », soit vous parlez d’évaluation du Q.I. sans savoir et le votre est ainsi faible, soit vous évacuez la question en bon militant internationaliste, ce qui ferait de vous un fourbe. Jean vous a répondu.

        2. sam player

          @ Jean
          Merci, pour une fois ce n’est pas moi qui relance ce débat !

          Pour ce qui est de l’instruction, la meilleure solution serait les classes de niveau : les bons par classe de 40 ou 50 élèves, les moins bons par classe de 10 ou 15 élèves afin que le prof puisse consacrer à chacun beaucoup plus de temps.

      2. Gérard

        J’en pense que les asiatiques, qui sont en effet très studieux, ne sont pas responsables majoritaires de la diminution de la blonditude des apprenants. Mais vous allez finir par me faire allumer : on ne dit plus ce qu’on veut dans ce pays …

        1. Alexandre

          C’est une évidence. Le QI a une composante fortement héritable (bien plus qu’on l’a cru et que les gauchistes continuent de le croire). Et on abaisse le QI moyen par l’immigration et sur-natalité de groupes à plus faible QI. Mais évidemment, c’est quasiment illégal de le dire alors que c’est un simple fait (mais ça, on a l’habitude en France).

                1. Jean

                  Voilà qui va permettre de travailler comme ingénieur à tous les coups. Les gens qui viennent en Europe sont jugés selon le standard européen. Ceux qui vont dans vos tribus  » autarciques amazoniennes », et bien personne n’y va ?

              1. Lafayette

                le racisme un argument ?
                il faut tomber bien bas pour croire cela.
                le q et le qi se cultive tous ne commencent pas par l ecole.

            1. Gossein

              C’est ce qu’on appelle un  »cas » ! Et prendre ses désirs idéologiques pour la réalité relève généralement d’un trouble de la personnalité.

      3. Ben

        Voulez- vous du terrain, de la vraie vie? en CE1 ma fille, très bonne élève, a été reléguée au fond de la classe pour aider un élève d’origine nord Africaine.
        Ma fille se plaignait d’être dérangée sans arrêt.
        J’en ai donc parlé à sa professeur qui à refusé de la changer de place en me disant qu’elle est seule a décider et qu’elle a ses raisons.
        Le ton est vite monté puis elle m’a juste qualifié d’anti Arabe!
        J’ai retiré ma fille immédiatement de cette école et depuis elle a intégré une école privée. Aujourd’hui elle est toujours une très bonne élève avec un niveau incomparable. Ma fille est moitié Vietnamienne.

        1. MCA

          @Ben – 1 décembre 2016, 10 h 19 min

          Vous avez fait exactement ce qu’il fallait faire et qu’il est interdit de dire.

          Et c’est ce que font tous les élus et les profs qui le dénoncent quand il s’agit des autres.

          Contrairement aux enseignants, les parents ont une obligation de résultat car si leurs enfants ratent leur scolarité ils subissent la double peine : des enfants à la dérive et à leur charge, alors que but d’une scolarité réussie est de rendre les enfants bien dans leur vie et autonomes.

      1. Alexandre

        Au contraire, votre article ferait justement répondre « oui » à la remarque de Gérard. « Another suggests that, if black pupils were taught by the best quarter of teachers, the gap between their achievement and that of white pupils would disappear. » C’est-à-dire qu’il faut des enseignants de meilleur qualité à un groupe plutôt qu’à un autre pour seulement combler le gap qu’il existe entre les deux ; cqfd. Au passage, le « black-white gap », en terme de QI, est totalement connu et assumé aux US (c’est sur sont interprétation que les gens s’écharpent).

        1. Non, vous avez compris l’article de travers, ce qui montre que le ‘attentivement’ n’était pas de trop.

          Les bons enseignants ne sont pas répartis uniformément, loin s’en faut, ce qui ruine votre argument.

          1. Jean

            Il y a eu des expériences avec des personnes de toutes origines placées dans des familles aisés et dans de bonnes écoles. Le gap est resté. Asiatiques premiers, et la suite.

              1. Gerldam

                Ce ne serait pas la première (ni la dernière) fois.
                En fait, je pense qu’on peut améliorer le niveau pédagogique de tout le monde, mais que certains ont un inné qui en feront de meilleurs profs. Le débat infini entre l’acquis et l’inné.

              2. charl

                The economist pourrait il publier une conclusion raciste ? (fut elle étayée)
                La réponse est non. Cette étude est donc partiale et biaisée dès le début puisque la conclusion ne peut, légalement, aller que dans un sens. Il y a donc en effet une chance que « The Economist » ne dise pas la vérité.

                  1. charl

                    C’est exact, c’est une supposition mais qui fait sens dans ce cas précis.
                    C’est un peu comme si nous lisions un journal publié en URSS qui faisait l’éloge du parti. Il n’avait pas le droit de faire autrement, l’article est il crédible ?

                    1. Aristarkke

                      Il AVAIT le droit de faire autrement, droit garanti par la Constitution de l’ URSS, parmi les plus libérales limite laxiste, selon la teneur du propos de JF Revel à son sujet.

                      Encore une grossière désinformation et médisance honteuse des vipères du grand Kapital a putride à propos des RATP (Républiques de l’ Amour, de la Tolérance et de la Paix).
                      D’ ailleurs il y avait tellement d’ amour du genre humain qu’il y a même un fleuve baptisé de ce nom. Si ce n’est pas une preuve, cela !

                      Il était simplement préférable d’ oublier d’ utiliser ce droit (à usage unique) à moins de vouloir aller goûter du goulag en Sibérie au dessus du permafrost…

          2. sam player

            h16, effectivement l’article de TNE n’est pas sur ce sujet mais il donne néanmoins cette information : pour un groupe d’élèves avoir les meilleurs profs ne permet que de s’élever à la moyenne…

  8. Aristarkke

    Mgr, je crois que vous avez une inversion malencontreuse dans votre texte : N’ est-ce pas plutôt  » l’ échec futur de générations entières d’ élèves, pardon d’ apprenants » qui respecterait mieux l’ argumentaire de votre texte ?

      1. Aristarkke

        J’ imaginais que vous utilisiez apprenants comme le terme utilisé préférentiellement par les IUFM/ESPE et qui est devenu un véritable sobriquet alors que vous conserviez un sens plus noble à élèves. Je conserve donc la difficulté de vous comprendre correctement sur ce point.

        1. BDC

          Ce que je comprends c’est que ceux qui arrivent à se conformer au système auront les bonnes notes bons résultats donc les diplômes, alors qu’en tant qu’élève, au sens que vous et moi donnons à ce terme, ils seront d’un niveau médiocre.

          1. theo31

            En socialie, on s’en fout des connaissances/compétences, seule compte l’allégeance au socialisme. En URSS, les bons communistes finissaient régulièrement au Goulag et les mauvais communistes (déportés au Goulag comme eux) participaient régulièrement à leur élimination car ils avaient de solides compétences techniques.

  9. Higgins

    « C’est une immense bataille qui se joue actuellement, entre un establishment dépassé et archaïque, dogmatique et étatisé d’un côté et, de l’autre, l’enseignement libre, adapté, adaptatif, et les nouvelles technologies. À terme, inévitablement, ces derniers réussiront, l’école collectiviste disparaîtra. »
    Le combat, ou plutôt la reconquête, va être long et difficile. La confirmation de la chute drastique du niveau marque l’aboutissement d’une politique conduite depuis la désastreuse réforme Haby il y a près de 40 ans. Le niveau actuel des élèves n’est pas le critère principal, la cause en est également la chute de niveau des enseignants et leurs démotivation face à l’imbécilité du système.
    Depuis plusieurs années, des postes offerts à des concours réputés difficiles ne sont plus pourvus car le niveau des prétendants est jugé trop faible (cas de l’ENM* entre autres mais ce n’est pas le seul. Le CAPES, sésame obligatoire de l’EN, n’est plus le concours difficile qu’on a connu et de manière récurrente, des articles rappellent la moyenne très basse exigible pour l’obtenir afin que le Léviathan puisse boucher les trous). Dans d’autres domaines, les candidats ne se bousculent pas parce que, outre un niveau générale trop faible, la formation dispensée est trop dure (forcément, quand on n’apprend pas à apprendre à travailler à l’école, tout est trop dur). La question est avec qui et comment va-t-on sortir du ravin dans lequel le socialisme a plongé le système éducatif?
    Comme notre hôte, je pense que la solution ne viendra pas, ne pourra pas, ne peut plus venir de la sphère étatique. Cette dernière n’a simplement plus de réserves ou de munitions. En 1871, Jules Ferry a pu s’appuyer sur des personnes instruites (je pense à la figure de l’instituteur tel que le dépeint Pagnol dans ses souvenirs à travers l’image de son père) dotées d’un corpus moral fort (d’où les cours de morale républicaine, copie quasi-conforme de la morale religieuse pour contrer cette dernière). Aujourd’hui, j’ai comme qui dirait des doutes. Dans l’armée des Indes, il est d’usage de dire que le corps des sous-officiers est la colonne vertébrale de l’institution. Sans colonne vertébrale, le corps n’est plus qu’un gros mollusque. Notre système éducatif n’est plus qu’un gros concombre de mer. Il n’y a plus rien à en attendre.

    *SVP, pas de polémique. C’est juste un exemple.

    1. Jean

      C’est vrai que le CAPES est difficile en soi, mais passons là dessus. Le plus étonnant est que la pédagogie est reléguée, votre fanatisme républicain soigneusement examiné, votre orthographe délaissée.

      Il y a aussi le fait que le niveau du CAPES en maths est très au dessus de ce qui sera nécessaire, n’est-ce pas se priver de véritables pédagogue ?
      Vous pouvez être agrégé, docteur, si vous ne savez pas enseigner, un élève d’école d’ingénieur vaudra mieux que vous en guise de prof. J’en ai eu des docteurs, très doués, etc, mais incapable d’expliquer…

      Encore une fois il s’agit de modération.

      1. theo31

        Le CAPES est difficile pour qui refuse de prêter allégeance au socialisme marxiste. J’ai eu ma meilleure note à un concours du même niveau en faisant un devoir degôche.

    2. Stéphane B

      Je plussoie. J’ai passé cette année le CAPES de math et le CAPLP math sciences (ainsi que l’an dernier pour lui) pour m’amuser, sans vraiment réviser sauf le dernier mois car je ne voulais pas prendre une grosse banane quand même, ayant un peu d’estime pour le concours et les frais engagés. Je précise que je n’ai qu’un bon vieux bac C de 92
      Bilan: il me manquait un point pour être admissible au CAPES et je l’ai été (deux fois d’affilée) au CAPLP, la deuxième fois, haut la main. Bon pour l’oral, suis pas assez pédagogo Expliquer une notion digne du CM2 à des gamins de seconde, pas pour moi. Je ne m’y suis donc pas présenté cette année.

      L’ENM me tente en second concours, pour le FUN

    3. Patatrac

      @ Higgins 09h35
      « quand on n’apprend pas à apprendre à travailler à l’école, tout est trop dur », je plussoie avec force et vacarme.

      1. Pere Collateur

        Oui, moi aussi je me lève et je confirme.

        C’est un drame cet oubli que parfois, même très souvent, pour parvenir à un résultat, il faut bosser. Même que ca peut durer un certains temps.

        De nos jours, si une tache prend plus que quelques minutes, on fait un truc mal torché qui donne une vague illusion de réalisation. Fini de faire le tour d’un sujet pour en apréhender tous les aspects et une réalisation au cordeau.
        Non, on fait un « truc » pour donner le change, on passe la tâche en « close » et on considère avoir fait son boulot.

        Dans le temps on appelait ca, « chier dedans ». En règle générale, ca finissait mal pour ceux qui s’y risquaient.

        Mais c’est fini tout ca. Maintenant c’est la règle. Et si vous avez le malheur de vouloir faire les choses comme il faut vous passez pour un mauvais, un trop lent. Et si vous faites remarquer les failles de ces traveaux mal torchés, on vous accusera de dénigrer systématiquement le travail de vos collegues et vous prenez un aller simple pour popaul emploi sous les applaudissement de ces mêmes collègues, trop heureux de se débarrasser du type qui n’était pas dupe de leur incompétence abyssale…

        J’enrage!

        1. Patatrac

          Il y a un proverbe en Allemand qui dit: « Wissen ist Macht », soit « La connaissance est la source du pouvoir »… Soyez patient

          1. Aristarkke

            Doucement sur le tudesque…

            Il y avait un titre Kraft durch Freude pour une organisation tentaculaire d’ endoctrinement…

            Pour la Freude, l’ Ednat en fait son programme…
            Pour la Kraft, en revanche, elle est de moins en moins avec ladite Ednat…

        2. Jean

          Le problème c’est qu’en entreprise c’est la même, vous ne prenez jamais le temps de bien faire. Le problème est sociétal.

          1. Diogène

            Oh que oui. Et vous vous faites taxer d’élitisme! J’ai découvert vers la cinquantaine que l’on pouvait bâcler sans que çà tire en conséquence. Règle d’or: pas faire pire que la moyenne, ni mieux…Après ça, deux heures de boulot par jour m’ont largement suffi à atteindre tous les objectifs!

            1. Pere Collateur

              Je vis à peu près la même chose ces dernières années. Certains de mes collègues, particulièrment brillants et compétents ont été sommé de mettre le pied sur le frein car ca donnait des complexes aux autres. Authentique. Les bonhommes en question n’en sont toujours pas revenu… Il y a même certains nullards qui se plaignaient de ne pas pouvoir avancer sur leur taches car il fallait d’abord qu’il comprennent ce que l’autre avait fait avant de pouvoir continuer.

              C’est délirant, car ca signifie que le type en question avoue sa crasse, et en plus se permet de faire réprimander le gars compétent à cause de sa compétence justement. Et ca passe! Le monde à l’envers et le cul par terre.
              Je pense que la hontectomie est maintenant une pratique qui s’est démocratisée et est monnaie courante en dehors même des cercles politiques qui ont inventé le concept….

              Pas sur que ca fasse avancer la place de la France dans le monde.

              A noter qu’il y a un biais générationnel dans ces situations: Souvent les types qui font le job sont dans la tranche 40/50 ans et la nouvelle vague de fainéants, plutot dans les 25/35 avec quelques louables exceptions. Petite touche de mysoginie, je remarque que ces dames sont massivement touchées par ces défauts. Aucune exception à noter pour elles.

              Et un petit coup de schlag pour nos amis au dessus de 55 ans: Souvent à des postes de direction, leur « compétence » est tres souvent sujet à discussion: Décisions iniques, zero anticipations, souvent en apesanteur, et comprennent rarement les enjeux sur pas mal de sujets.
              J’en ai un actuellement en N+2, pas méchant le gars, mais d’une naiveté quand à son environnement économique qui en est presque touchante. Comment ce genre de profil est arrivé a cette place? Mystère.

    4. Higgins

      Perso, ce qui m’inquiète le plus, ce n’est pas tant ce qui est constaté actuellement (la baisse de niveau) que ce qui va se passer dans 20 ou 30 ans. La complexité de la société allant croissante, comment des individus, mal instruits, pourront faire face de manière pertinente aux enjeux? Déjà, une bonne part de la médiocrité du personnel politique vient de leur incapacité à appréhender le monde réel du fait de leur manque de culture. Alors demain?

      1. Patatrac

        Il me semble que nous n’aurons pas à attendre deux à trois décennies pour constater, hélas, les ravages de cette lente mais certaine baisse du niveau d’instruction. La mutation technologique qui est à l’oeuvre, souvent relayée par Sixteen, produira ses premiers effets dans 5/7 années au plus tard.

      2. Bonsaï

        Major, vous touchez là le vif du sujet.
        Et si l’on écarte quelques productions intempestives dues à des personnalités « créatives », le grand virage pris par l’Education Nationale ces dernières années ressemble fort à un schéma programmatique.
        Mais je vais encore me faire traiter de complotiste…

  10. Calvin

    En regardant les chiffres du TIMSS 2015 en maths, j’ai remarqué un truc marrant (tableaux
    1.10 et 1.11 by gender) :
    Ce sont dans les pays musulmans (Arabie Saoudite, Oman, Jordanie, Bahrain, Koweit, Iran, Indonésie, …) où les filles surclassent les garçons en maths.
    Moralité, pour plus d’équité et pour avantager les filles, convertissons le pays à l’Islam !

    1. Jean

      Quand on naît avec une rente, pourquoi ferait on un effort ? De toute manière le progrès est une notion haram.

    2. Taisson

      Un soir, sur la TV, Arte,( j’imagine, car je zappe, ça m’aide à dormir pendant la digestion..;),
      Un film racontant la vie d’une petite fille en arabie saoudite…
      Je passe sur les détails, mais quand on voit la sévérité de l’encadrement des filles, on comprend qu’elles puissent avoir des résultats!
      .
      Chez nous, une école sans discipline, ou tout doit être facile, et depuis environ 40 ans, le refus d’affronter de face le « mode d’emploi universel » (que certains s’obstinent à considérer comme étant seulement une religion) , impitoyable chez eux, et qui, ici, devient l’alibi pour refuser un comportement correct et un savoir « mécréant ».
      Tout le monde peut voir la photo des collégiens qui réclament des sanctions pour les trublions…
      L’addition de tout ça à détruit l’idée même de transmission des savoirs.
      Plus de « maître » ni « d’élèves », tous égaux !!! Alors que tout se joue à partir des connaissances fondamentales du primaire !!
      Les enseignants sont le type même du produit de ce système, qui ne semble n’avoir plus pour but autre chose que de se reproduire lui même
      Les jeunes enseignants qui ont choisi cette voie par vocation se font de plus en plus rares, et sont démotivés rapidement par l’Ednat qui refile toutes les « corvées » aux bleus…
      Tant que seules les classes populaires étaient touchées, personne n’en parlait, mais même chez les bobos on ne peut plus cacher la chute..
      Mais, bon…encore une fois, H16 à mis dans le mille .

  11. acarrel

    Le niveau baisse, c’est évident! pour faire une sup math , si on vient d’un lycée privé (tout de même) de campagne et 18 de moyenne au bac, l’année est (très)n+1 difficile

    1. Calvin

      Pourtant, avec le réchauffement climatique, le niveau devrait augmenter, non ?
      Ah ouais, juste le niveau de la mer…

  12. Royaumont

    Ce jour, ma chère épouse va subir un stage pédagogique pour la nouvelle réforme du collège, en français.
    Au menu :
    Pourquoi les élèves n’ont plus besoin de reconnaitre un COI ou un COS.
    Pourquoi ils n’ont plus besoin de savoir si un complément circonstanciel est de temps, de lieu, de cause, etc…
    Par contre, il est demandé de leur faire prendre de la hauteur pour acquérir une approche globalisante de la langue (je simplifie le jargon, beaucoup plus prétentieux et délibérément abscons).
    On précise bien qu’il est inutile de leur faire faire des exercices sur des règles de grammaire, puisqu’ils ne l’applique pas par la suite.
    C’est sûr, les élèves appliqueront beaucoup mieux les règles de grammaire s’ils ne les ont pas apprises…

    Il est vrai que les jeunes recrutés ne connaissent pas non plus ces règles et je ne parle pas des vacataires dont les aptitudes ne sont pas vérifiées.

          1. Calvin

            Les deux !
            C’est la réalité, et finalement une grosse blague envers l’intelligence…
            Ce pays est foutu.

          2. Bonsaï

            Voilà qui est positivement monstrueux !
            Ces fumistes s’imaginent-ils que le correcteur orthographique va également corriger les fautes de grammaire ?
            Déjà voit-on chez la jeune génération l’enseignement de l’orthographe se diluer en catastrophe…

              1. Calvin

                Tu rigoles, c’est facile, ils utiliseront une fonction aléatoire randomisée.
                Tu tapes 3 fois le même mot, il te le corrige de trois manières différentes !
                :mrgreen:

    1. Calvin

      J’ai cru comprendre aussi que la notion des 3 groupes de verbes était abandonnée.
      Je ne suis pas concerné car j’ai commencé à les apprendre, mais ce serait le cas pour les nouveaux élèves.
      Si un PE prouvait infirmer (ou confirmer)…

    2. cherea

      Je ne sais plus où je lisais cela, mais en gros, l’idée était de dire il y a des enfants qui ont des parents qui savent et qui peuvent être aidés par leurs parents et des enfants qui ne peuvent pas être aidés par leurs parents car ils n’ont pas les connaissances, n’ont pas été à l’école, n’ont pas appris ce qu’est un COD ou un COI ou encore sont arrivés il y a peu de temps en France…donc pour remettre tout le monde égalité, on va inventer des nouveaux trucs que les parents éduqués à l’école française ne pourront transmettre à leurs enfants car tout aura changé. On va adopter un nouveau jargon pour couper les parents éduqués à l’école française de leurs enfants…voilà l’égalitarisme.

      Je pense que pour faire une révolution dans l’EN, il faut commencer par en changer le nom et l’appeler l’Instruction Publique en délimitant clairement Instruction/Éducation.

      Je connais très bien le Maroc, j’y vais très souvent. J’ai un ami qui a son cabinet d’expertise comptable là-bas, le business le plus rentable au Maroc est l’éducation. Bref éducation publique catastrophique, repli vers le privé avec pas loin de 15%- 20% des élèves dans le privé et un vrai privé avec les profs payés par l’établissement. Bon évidemment, parfois le soucis, c’est que ces établissement expliquent appliquer la pédagogie française…

      1. Lafayette

        moui… et quand dans le privé même les diplômes se monnaient, on en trouve pour tous les goûts.

        c est peut etre la diminution de la triche qui influe sur Pisa.

    3. Gerldam

      Une seule conclusion s’impose; le nouveau ministre devra mettre à la retraite d’office tous ces vieux (heureusement) barbons au jargon débile et à la pensée cacochyme, comme eux-mêmes qui concoctent les programmes et les façons de les enseigner. Ce sont, pour une bonne part, des produits de Mai 1968, mais des produits rances et frelatés.

  13. Patatrac

    « L’école d’Etat telle qu’elle fut imposée depuis un siècle » fut assez longtemps d’un excellent niveau, récupérant les cours (manuscrits) et quelques bouquins de terminale scientifique à droite et à gauche, de grenier en grenier, auprès de parents et d’amis, depuis le milieu des années 1950, j’ai pu noter un brutal changement dans la décennie 1985-1995. Au sujet des mathématiques, cette décennie en question correspond aussi à la complète disparition des ouvrages de Maurice Laboureur des références, bouquins pourtant excellents. En lettres, Lagarde et Michard c’est ringard, alors zou, biffés les trois tomes. Toujours sur cette même période, l’objectif d’amener 80% d’une classe d’âge au Bac fut, je crois, le véritable déclencheur de cette baisse de niveau. Ce qui serait cohérent avec la mise à l’index des ouvrages sus mentionnés. Ce ne sont que quelques réflexions superficielles, cependant une chose est à peu près certaine : que ce soit sur les bancs de l’école ou plus tard, dans la vie professionnelle, la sélection se fait de toutes façons, plus tard. Elle est aussi plus brutale et plus « injuste », souvent sans appel.

    1. Higgins

      Je possède tous les volumes Lagarde et Michard (6 volumes au total). Au passage, c’est un très beau cadeau de Noël. Un véritable régal à lire pour comprendre et apprendre. Les auteurs doivent se retourner dans leur tombe. Leurs ouvrages relèvent désormais du niveau Bac +25 au minimum.
      En Histoire, j’ai gardé mes livres du secondaire (BAC en 1980). Ils ont beaucoup servis à mes enfants (Collection d’histoire Louis Girard chez Bordas).

        1. HussardBleu

          Chez mon grand-père morvandiau de l’Auxois, dans les toilettes (sèches, hein!) c’était le journal de la veille, soigneusement découpé, et fixé sur un clou planté dans le mur.

          J’imagine mal qu’il aurait accepté de sacrifier ainsi son vénérable Larousse….

          Mais bon, chacun voit l’hygiène comme il veut…

            1. HussardBleu

              Jamais… en bon lexicophile (lexicomane…) je respecte trop les dictionnaires, comme Jeanson…

              Au surplus, comme mon cabinet d’aisance n’est pas chauffé, je n’y passe que peu de temps, certainement pas celui de me lancer dans la lecture ou l’utilisation du Larousse du XIX° siècle à des fins inavouables, comme vous autres stylites…

    2. « fut assez longtemps d’un excellent niveau »

      Ce qui marchait il y a un siècle ne marche plus guère maintenant pour plein de raisons différentes (certaines bonnes, certaines malheureuses). Le fait est qu’elle n’est en tout cas plus adaptée et que ses résultats sont mauvais.

    3. cherea

      Le Lagarde & Michard…vraiment excellents ces ouvrages, je vais les recommander ou aussi le Suzanne Juliard sur la prose et la poésie françaises, sinon le Lagarde & Michard du XIXème siècle est pour moi le « meilleur… »

      1. hub

        bof, c’est bien pour la quantité de textes, mais pauvre voire douteux pour l’appareil critique. Bien mieux, une littérature française par siècles faite par l’ancien ministre Darcos

    4. claribelle

      « brutal changement dans la décennie 1985-1995″…
      Ben oui, la réforme Jospin de 1989 est passée par là: l’élève au centre de l’école et qui doit être un acteur de sa propre orientation et non pus la subir. Et en même temps, on crée les cycles, les projets d’établissement obligatoires, les IUFM et le Conseil National des Programmes.

      La loi Fillon de 2005 n’y a pas changé grand chose à part transformer le Conseil National des Programmes en Haut Conseil de l’Education (renommé Conseil Supérieur des Programmes en 2013) et rattacher les IUFM aux universités (ce qui n’a rien changé à ce qui s’y « apprenait » ou pas).

  14. Bonsaï

    HS mais on se réjouit déjà ! Réservez votre exemplaire…
    « Nouvelles secousses à prévoir pour François Hollande.
    L’ancien conseiller du président de la République Aquilino Morelle publie le 11 janvier un livre intitulé L’Abdication, où il raconte le quinquennat « vu de l’intérieur », a-t-on appris mercredi auprès de l’éditeur, Grasset. »

        1. HussardBleu

          Notez aussi que Morelle est l’ancien mari de Zezette Martichoux de RTL (celle des intervioues politiques légèrement biaisées) et le copain intéressé de Feldschuh…

    1. Aristarkke

      Arbolito, croyez vous vraiment qu’après quatre ans et demi de règne de Peak de la Faribole, nous puissions avoir envie de claquer deux dizaines ou douzaines d’euros dans les mémoires d’un coiffeur à 10.000€ le mois cireur de pompes à 1.000€ la paire (de claques)???
      Déjà bien trop de pognon claqué par ses con….es pour avoir envie de remettre un liard dans le bastringue ! 😈

  15. Bernard

    La meilleure preuve que Najat raconte n’importe quoi en chargeant Fillon c’est de petit tableau issu d’une page archivée de wikipedia et qui montre l’évolution des mentions au Bac de 1999 à 2012 au lycée Louis Le Grand.

    http://img4.hostingpics.net/pics/47783412LL.jpg

    En 99 les mentions TB représentaient 10%, en 2012 elles ont représenté 52% en 2012.

    Un mention TB en 2015 équivaut à une B de 2005, à une AB de 95, et à une rien du tout de 1970 🙂

    Le niveau n’a donc malheureusement pas évolué c’est la difficulté de l’épreuve qui s’est effondré.

    Tout cela a commencé avec Chevênement qui a voulu envoyer 90% des élèves au bac. Et il a été suivi pas des Allèges, des Bayrou et toute la clique.

    La solution ? C’est de réutiliser la fonction première du BEPC, à savoir, orienter les élèves et éviter ainsi d’envoyer des personnes en section scientifique alors qu’elle ne sont pas faites pour ça.

    Pour conclure. Je suis persuadé que si on fait une régression linéaire entre le niveau par département et le pourcentage d’allogènes dans le département, on trouvera un coefficient de corrélation proche de 1. Ou plutôt de moins 1.

    Mais cela n’engage que moi 🙂

    1. Roi Heenok

      On pourrait aussi tenter une correlation avec le nombre de lampes halogenes. J’en connais que les plantes aromatiques ne rendaient pas frais au lycee.

    2. Higgins

      « ..d’envoyer des personnes en section scientifique alors qu’elle ne sont pas faites pour ça. » Ca me rappelle cette mère de famille qui ne voulait pas que sa fille redouble en troisième et qui souhaitait qu’elle parte en filière scientifique afin de devenir vétérinaire (avec quatre de moyenne générale mais elle aimait les animaux!!!). La maman a eu du mal à comprendre.

  16. dg

    La religion de l’égalité forcenée n’a pas court en Asie du Sud-Est. Une Sud Coréenne nous avait un jour confié qu’elle se faisait bcp de souci a propos de l’entrée à l’école de son enfant. Etonnés, nous lui avions fait remarquer qu’il n’avait que 4 ans, qu’il allait aller en maternelle et que ce n’était donc pas bien angoissant.
    Eh bien non, d’après ce qu’elle nous a dit, en Corée, ils commencent la selection dès la maternelle, les gamins passent des tests et des entretiens, leur école est déterminée en fonction des résultats, ce qui conditionnera la totalité de leur scolarité future.
    Personnellement je trouve ça quand meme assez radical, c’est dur pour des enfants d’à peine 4 ans, ils sont encore tous petits. Maintenant on comprend avec ce système pourquoi la Corée est arrivée à ce niveau en un siècle.

  17. Pete sans Pras

    Est-ce qu’il y a une compétition interne en dogmatisme ou à un futur ministère de la désinformation, entre NVB et Marisol Touraine?

    1. Aristarkke

      L’ adjectif futur est de trop et ne correspond nullement à la réalité du Propagandastaffeln qui se démultiplie depuis des années. C’est pourquoi le S du pluriel manque à ministère…

    2. René-Pierre Samary

      Vous oubliez Rossignol, cet « article ou (…) objet de peu de valeur, voire défectueux » (wiki), qui veut fermer à clé toute possibilité d’informations non-officielles sur l’IVG.

      1. Higgins

        Ça a été voté cet après-midi. Ce parlement se couvre tous les jours de ridicule et il ose encore arborer le mot Liberté sur son fronton. Si jamais ce texte imbécile entre en vigueur, j’attends le premier procès. Il faudra alors prouver « la désinformation ». On va rire.

        1. Dr Slump

          Personnellement ça ne me fait pas rire du tout. Parce qu’en admettant que cela se poursuive selon cette même logique, l’étape suivante c’est que le pouvoir judiciaire juge et condamne en suivant scrupuleusement ces lois. Quitte à ce que soit en accord avec quelques directives venues d’en haut.

          Il est VRAIMENT temps d’un changement, sinon plus rien ne les arrêtera.

  18. Bonsaï

    En tant qu’observatrice et au vu des réactions des uns et des autres, je dirai que tout ceci fait partie d’un plan, d’un programme plus vaste.
    Et c’est à bon escient que l’élève Calvin, déjà féru de géopolitique (normal pour un lecteur de Frank Herbert) attirait l’attention sur les 22 cantons suisses !

    1. Royaumont

      Absolument, c’est la conséquence de l’idéologie de 68. Il s’agit d’une volonté de ne pas transmettre un modèle. Quoi de mieux que de saboter l’enseignement pour y arriver ?

      1. Bonsaï

        Non, non, trop facile. L’idéologie de 68, comme vous dîtes, a sévi dans tous les pays occidentaux. C’était un phénomène culturel de grande ampleur, entraînant les arts, la musique, les attitudes, le langage, certes, mais qui en fin de compte a été plus enrichissant que destructeur.
        D’ailleurs mai 68 n’avait rien d’organisé, contrairement à la chienlit actuelle !

        1. sam player

          « …plus enrichissant que destructeur… »

          Tout dépend de quel coté de la gamelle on se trouve… on connaît donc le tien…

          1. theo31

            « …plus enrichissant que destructeur… »

            Bah si, en lisant ce grand défenseur de la pédophilie qu’était John Money, idole de la génération la plus débile de tous les temps.

          2. Val

            +1 @sam bonsaï tu ne sais pas de quoi tu parles ni de l ampleur des ravages que certains « brillants »éléments de cette damnée generation ont causé.

        2. Royaumont

          C’est vrai, en musique on sent le progrès que représente la musique concrète par rapport à Mozart ou Dvorak. En littérature, Christine Angot est un vrai plus par rapport à Proust ou Chateaubriand. De même Kapoor, c’est vraiment au dessus de Miche-Ange, Rodin ou Puget…
          Euh, wait !

          1. Bonsaï

            Votre mauvaise foi est évidente, puisque vous mélangez allégrement les siècles ! On parle de mai 68, pas de la guerre de Troie.
            Je suppose que vous n’avez pas vécu personnellement cette période…

            1. Royaumont

              Je n’étais effectivement pas né en 68.
              Et si on ne peux plus tricher avec ses amis, ce n’est plus la peine de jouer ! (les marseillais reconnaîtront cette citation…)

        3. HussardBleu

          Rien d’organisé, au départ, certainement, mais à la suite, le mouvement a été pris en main par des minorités très organisées, elles : vous ne connaissez pas, chère Lady B, la blagounette trouvée chez Hamont et Rotman (« Génération » 1 et 2, au Seuil) ?

          Hmmm?

          Pourquoi les réunions des « dirigeants » ne se faisaient-elles pas en yiddish ? hmmm ? parce que Daniel Bensaïd était sépharade !…

            1. Bonsaï

              Et ne pas oublier dans le décor soixantehuitard, les immenses philosophes que le monde vous envie, à savoir Glucksman, Finkie et BHL, futur chouchou du PAF (jusqu’à plus soif).

            2. HussardBleu

              Avec le recul, l’index des personnes citées dans ces deux gros ouvrages est devenu un véritable Who’s Who ….

              C’est Seguela, je crois (habitué des phrases choc comme « si on n’ a pas une Rolex à 50 ans, c’est qu’on a raté sa vie ») qui avait dit : « celui qui n’a pas été invité au mariage d’Henri Weber n’existe pas socialement »…

              J’avoue : j’ai plus de 50 ans ( et même de 60 ans) et je n’ai pas de Rolex. Pour comble d’infortune, M. Weber m’a oublié dans la liste des invités : le suicide ne serait-il pas alors une porte de sortie honorable ?

              1. Calvin

                Si, Hussard, mais tu as aussi le droit d’appliquer la doctrine Attali en matière de suicide : le droit à l’oubli pour soi…

  19. cherea

    Mettez-vous ces chiffres en tête, coût d’un élève du primaire par an 5500€/élève/an. Maintenant, imaginez-vous, oui vous, commentateur, adulte, que l’on vous confie 110000€ pour faire la classe 20 élèves sur an (on parle d’année scolaire…), imaginez ce que vous pourriez faire…et encore plus si vous devez suivre votre « classe » sur les 5 ans qui vont du cp au CM2. C’est hallucinant d’avoir autant de résultats de merde. Je crois que la France est la preuve que c’est le moins bon rapport qualité/prix sur la prestation des services publics. Maintenant, plutôt que confier les 110000 euros annuels à vous, mettons qu’on les donne à un proviseur qui doit gérer 1000 élèves, soit 5.5 Millions. Il pourrait en faire des choses…

    1. Gossein

      cerea, se mettre à réfléchir et proposer des solutions concrètes et objectivement équilibrées et un délit d’anti-socialisme ! Vous devriez le savoir. 😉
      Vous ne voudriez pas non plus une variable sur les dotations qui tienne compte des résultats obtenus, non mais !

  20. sam player

    EVOLUTION D’UN PROBLEME MATHEMATIQUE

    ENSEIGNEMENT 1960
    Un paysan vend un sac de pommes-de-terre pour 100 F.
    Ses frais de production s’élèvent aux 4/15 du prix de vente.
    Quel est son bénéfice ?

    ENSEIGNEMENT TRADITIONNEL 1970
    Un paysan vend un sac de pommes de terre pour 100 F.
    Ses frais de production s’élèvent aux 4/5 du prix de vente, c’est-à-dire à 80 F. Quel est son bénéfice ?

    ENSEIGNEMENT MODERNE 1970
    Un paysan échange un ensemble P de pommes de terre contre un ensemble M de pièces de monnaie.
    Le cardinal de l’ensemble M est égal à 100 et chaque élément de M vaut 1 F.
    Dessine 1 00 gros points représentant les éléments de l’ensemble M.
    L’ensemble F des frais de production comprend 20 gros points de moins que l’ensemble M. Représente l’ensemble F comme un sous-ensemble de M et donne la réponse à la question suivante : Quel est le cardinal de l’ensemble B des bénéfices ? (à dessiner en rouge)

    ENSEIGNEMENT RENOVE 1980
    Un agriculteur vend un sac de pommes de terre pour 100 F.
    Les frais de production s’élèvent à 80 F, et le bénéfice est de 20 F.
    Devoir: Souligne les mots  » pommes de terre  » et discutes-en avec ton voisin.

    ENSEIGNEMENT REFORME 1990
    Un peizan kapitalist privilégie sanrichi injustement de 20 F sur un sac de patates. Analiz le tekst et recherch les fote de contenu de gramere d’ortograf de ponctuation et ansuite di se que tu panse de sete maniaure de sanrichîr.

    RE-REFORME 1999/2000
    Il y a …….lettres dans le mot « p-o-m-m-e-s d-e t-er-r-e ».
    Si tu écris le mot 3 fois, combien de lettres auras-tu écrit ? (utilise ta calculette)
    Exercice :
    a) Economie : cherche un endroit où l’on peut acheter des pommes-de-terre.
    b) Grammaire : cherche le mot « pomme-de-terre » dans le dictionnaire.
    c) Sciences naturelles : la pomme-de-terre est-elle un minéral ou un végétal ?
    Evaluation : Demande à tes parents quelle note nous devons te mettre.

    2010
    Un producteur de l’espace agricole câblé sur ADSL consulte en conversationnel une data bank qui display le day-rate de la patate. Il télécharge son progiciel SAP/R3 de computation fiable et détermine le cash flow sur écran pitch 0.25 mm Energy Star. Dessine avec ton mulot le contour 3D du sac de pommes de terre, puis logue-toi au réseau Arpanot (Deep Blue Potatoes). Via le SDH boucle 4.5, extrais de MIE le graphe des patates. Question : le producteur respecte-t-il la norme ANSI, ISO, EIAN, CCITT, AAL ?

    2020
    Qu’est ce qu’un fermier ? qu’est ce qu’une patate ?

    1. BDC

      Merci Sam pour les versions 2010 et + ! Je n’ose pas demander depuis quand on n’apprend plus les saisons de récolte des pommes de terre. Mais qu’importe puisqu’on peut être ministre de l’agriculture sans connaître la superficie d’un hectare. Sam, tu as encore oublié la taxe du Centre National Interprofessionnel de la Pomme de Terre, c’est pas une blague ça existe vraiment ☺️ !

      1. sam player

        Avant ça s’appelait une taxe parafiscale… mais maintenant on dit « Contribution volontaire Obligatoire ». Et c’est pas une blague !

          1. sam player

            Eh oui le CNIPT (Comité national interprofessionnel de la pomme de terre) est dans la liste…

            fr.wikipedia.org/wiki/Contribution_volontaire_obligatoire

      2. Calvin

        Pareil, je ne connaissais pas les versions 2010 et 2020.
        Je tente une version 2015 :
        ****
        Jeff, un agriculteur qui produit essentiellement des patates, a rencontré, en semaine 4 et5, Elodie de Paris (12ième) et Sabrina de Foix.
        Il a pris le temps de leur montrer son exploitation et a pu échanger sur les besoins de ces deux jeunes femmes.
        Étant donné qu’il n’est pas aux 35h et que ses revenus sont en baisse de 5%, à qui Jeff doit-il demander sa main ?
        Tape 1 pour Elodie
        Tape 2 pour Sabrina
        Tape 3 pour sa propre main

        1. bibi

          Espèce de rétrograde, comment osez-vous appuyer pour produire un exercice d’un manuel de l’EdNat sur cette émission nauséabonde qu’est l’amour est dans le près qui vise uniquement à former des couples hétérosexuels.

          J’espère que l’éducation nationale arrivera à vous éduquer correctement parce que ce que vous écrivez est intolérable.

          1. BDC

            Euh … Bibi, on a eu un candidat homosexuel en Belgique, puis en France où effectivement nous sommes en retard, il nous manque la case « reconversion sociale » avec un prétendant qui sortirait de prison pour homicide.

            1. Higgins

              On avait un repris de justice mais il a été éjecté dimanche. Pourtant, si on réfléchit un peu, quelle meilleure preuve de réinsertion que celle-ci.

    2. MCA

      @SAM

      Merci de me fournir cette version remise à jour, j’avais perdu ce monument de bravoure dans mes piles de documents, ma version s’arrêtait à 1990.

      J’en apprécie d’autant plus l’évolution.

  21. toto17

    Je me bat depuis le début contre le système éducatif à la Française.
    Je me bats pour mon enfant.

    C’est ainsi que je peux dire que c’est moi qui lui ait appris à lire au CP.
    2 semaines après la rentrée, j’ai très très vite utilisé la méthode syllabique ayant ressortit le vieux bouquin qui allait avec. Ouf!
    Toutes les années suivantes, j’ai aussi comblé les trous, colmaté les fissures, apporté l’engrais de la culture générale là où il n’y avait pas grand chose sinon rien dans le cours…
    Aujourd’hui au collège, ça continue de plus belle avec cette sacrée réforme !
    Ha la la, si vous saviez ce que mon ado me raconte…Le nivellement par le bas bat son plein…
    Alors, je continue : je comble, je bouche, j’écope, je colmate aussi souvent que je peux. Je reconstruit, j’instruis, je commente, j’explique et ré-explique, je démontre ou je montre…

    Mais comment font donc les parents défavorisés culturellement ou intellectuellement (je ne vous parle même pas des parents n’entravant même pas quelques mots de français….de plus en plus nombreux…)

    Sinon, en math, j’estime à une année de retard au même niveau par rapport à ce que j’ai connu il y a 30 ans.

    La physique commence en 5ième…encore une année de retard par rapport à ce que j’ai connu il y a 30 ans !

    1. Stéphane B

      Il y a 4 ans, le gamin était alors en première S. A une réunion parents professeurs, j’ai fait part de mon étonnement au prof de math sur le contenu résolution des équations du second degré que les gamins commençaient. Là le prof, sans se démonter, m’a gentiment expliqué qu’il fallait que les gamins se construisent, qu’ils prenaient donc davantage de temps pour leur expliquer et qu’à cause de ça, ils avaient plus d’une année de retard par rapport à ce que nous avions connu début 90. Toutefois, pour le bien être de l’enfant et malgré le fait la perte de niveau qu’il reconnaissait, il ne fallait rien changer.

      Je l’ai revu un peu plus tard, dans une situation informelle et nous avons discuté d’un point du programme, une broutille. Pour l’expliquer aux élèves, afin que tous comprennent bien, il met plus d’une heure pour démontrer. C’est tellement évident que nous n’avions dû mettre à notre époque que 10 à 15 minutes.

      Inutile aussi de parler raisonnement théorique avec des x, y ou a et b. Il faut du concret, des nombres. Y a des baffes qui se perdent !

            1. MadeInCH

              En fait, je voyais 11 scénarios possibles:
              – éternel 8 ans. [Probable].
              – Faire voter le peuple? Quelle drôle d’idée… [Probable]
              – Venir en Suisse.

    1. Calvin

      Il manque une cérémonie républicaine lors de la première déclaration d’impôts, qu’on pourrait appeler la « Première Communion ».
      Et avant de voter pour la première fois, une cérémonie festive à la mairie de « Confirmation Républicaine ».

    2. HussardBleu

      • Personnellement, pour ces Funérailles Républicaines, je verrais bien les officiers d’Etat-Civil en carmagnole et bonnet phrygien, le De Cujus étant alors solennellement décapité, les femmes de la famille tricotant, et les hommes brandissant des piques : cela aurait de la gueule… franchement, non ?….

      1. Calvin

        Oui.
        Et on procèderait à « l’Extrême Ponction » en présence des héritiers qui doivent signer en lettres de sang le don à l’Etat de 80% du patrimoine du défunt.

          1. Gossein

            Et alors ? Les trésors découverts chez quiconque sont maintenant 100 % toussalétat ! Qui dit mieux ? Vous pouvez jeter vos poêles à frire.

  22. Philippe Leménager

    Cher H16, vous d’habitude si rigoureux, avez-vous voulu manifester que vous fûtes, vous aussi, victime de la déliquescence de l’Endoctrinement National, en laissant ces quelques fautes inhabituelles dans votre billet ?

      1. Philippe Leménager

        « de soustraction de l’argent des autre  »
        => des autres

        « Des alternatives sérieuses existent, elles montrent, tous les jours dans les pays qui s’en sont dotées »
        => À la première lecture, je n’avais pas remarqué la forme accidentellement pronominale du verbe doter. J’ai quand même un doute sur l’accord…

        « pas du précédente ministre François »
        => précédent

        1. La Gwenn Compte a tout l’air d’être une parfaite connasse en totale déconnexion de ce que devrait être son job en tant que directrice et en tant que mère. Rien que son discours montre qu’elle est partie trèèèès loin dans le trip célafotalasociété.

          1. HussardBleu

            « parfaite connasse »….

            Monseigneur, comme vous y allez ! je soulignerai humblement, de première part, que la perfection n’est pas de ce monde, ce qu’un prélat ne saurait contester, quelle que soit sa propre sainteté, et, de seconde part, que la pécheresse dont s’agit me semble présenter encore une importante marge de progression.

            En effet, elle pourrait tirer sur les flics fâchistes qui ont fait du mal à son bébé (20 ans, tout de même, le Jean Salvy), et, dans le cadre de sa noble profession, proposer l’expulsion des trublions qui exigent de travailler dans le calme. Et je suis certain qu’en lui fournissant un peu d’alcool lampant, on en ferait une excellente pétroleuse, à réhabiliter dans un siècle…

          2. Higgins

            A la lecture des deux textes citées, il est difficile d’avoir un autre jugement sur cette personne. N’oublions pas que c’est un pur produit de mai 68 dont le logiciel est resté bloqué sur « Il est interdit d’interdire! ». Il y en a plein les collèges et les lycées et ils se sont emparés de l’EN avec les conséquences que l’on connait. Je suis passé à Poitiers quelques jours après le saccage du centre ville dont il fait référence. Pour en avoir discuté avec quelques commerçants spectateurs, ils ont tous eu très peur. Pauvre petit choubichou injustement con…damné.
            J’ai habité Evreux il y a une vingtaine d’années. Il y avait un lycée professionnel suffisamment impressionnant en terme d’incivilité et de comportement asocial pour que tout le monde, élèves, enseignants et personnels administratifs se mettent en grève pour réclamer un directeur à poigne. L’heureux élu avait la tête d’un Lino Ventura mal embouché avec la petite barbe de circonstance. Une vraie tête de tueur. Je regrette de ne pas avoir gardé la coupure de journal. Bilan, calame plat dans la foulée, plus de pb..

    1. Higgins

      On dit « madame le Proviseur de Paimboeuf » ou alors madame la Proviseuse (quitte à torturer la langue française, allons-y à fond et que ce soit très con) de Painvache (si on veut féminiser le titre). Mettre un « e » à la fin de son nom de métier ne la fera revenir plus compétente.

  23. Lorelei

    Il y a quelques jours, sur le site « Bescherelle ta mère ». une photo montrait un problème de mathématiques. Outre une superbe faute en français, le problème était tellement mal énoncé que je ne saurais pas le résoudre. « 42 élèves sont dans le restaurant scolaire, 15 élèves sont déjà dans la cour. Combien ont mangés(!!) au restaurant ce midi? »
    Et bien, je ne sais pas répondre à la question.
    Les 42 ont déjà déjeuné? les 15 ont mangé chez eux?

    1. charl

      Je me rappelle de certaines choses qui y ressemblait des des manuels de seconde. Le problème n’était pas le niveau de mon élève mais le manuel si mal écrit.

      1. BDC

        Chef, j’ai enfin compris le socialisme, avec des sommes infinies le résultat est négatif : 1+2+3+4+5+6+…= -1/12 !!! C’est l’effet Casimir.

        1. bibi

          Le résultat de la somme infinies de nombre négatifs est -inf.
          0+(-1)+(-2)+(-3)+…+(-inf)=-inf
          Et c’est ça le socialisme le fait d’avoir un élément absorbant tout puissant (l’état) qui additionne ce qu’il vous retranche pour un résultat toujours plus négatif.

  24. Ptit Pifou

    Un exemple: Ma petite tête blonde est en CP. La maitresse les emmène voir un dessin animé au cinéma sur l’homosexualité…. en CP… franchement là….. Putain, en CP, Bordel….
    L’apprentissage de la lecture et du calcul n’est plus une priorité depuis longtemps….

    1. Royaumont

      Ben non, le lobby LGBT a besoin de la filière EdNat pour sécuriser ses approvisionnements en chair fraîche.
      Faut savoir ce qui est important.

    2. sam player

      Un salon du livre ce jour à Paris…
      Au vu du reportage BFM en direct live ce midi, il semble bien que les écoles de Saint Denis n’avaient rien de plus intéressant à faire aujourd’hui…

      1. sam player

        D’ailleurs il y a moins de 2 mois j’avais fait part ici qu’à 10h du mat’ j’avais rencontré une classe d’élèves d’école primaire en ville, classe dont l’activité était de nettoyer la nature, affublés de chasubles publicitaires et de sacs *plastique* à la marque de l’enseigne Leclerc.

        Forcément…

        1. Higgins

          Par contre, il est hors de question de leur faire nettoyer leurs toilettes qu’ils salopent allègrement si on en croit une étude récente sur le sujet. Pour certains, ce serait pourtant salutaire.

      2. Aristarkke

        Pour une fois qu’ elles avaient l’ occasion de voir des vrais livres, tu ne vas pas chipoter, tout de même!!!
        😳

    3. Jean

      Les valeurs républicaines sont prioritaires. Ce régime survivrait en vous sacrifiant tous, il est d’ailleurs né dans le massacre.

  25. Gerldam

    L’école qui a produit les « élites » d’aujourd’hui amenait environ 20% d’une classe d’âge au bac et il n’y avait que 60% de reçus. Pas étonnant que le niveau fut bien meilleur.
    20% d’une classe d’âge était sans doute suffisant, car il y avait beaucoup de jobs qui ne nécessitaient pas une dinstruction pousée. Ce n’est plus le cas aujourd’hui. Mais inverser les pourcentages: de 20% à 80%, est-ce bien raisonable? SI nous amenions 50% d’une calsse d’âge deb on niveau du bac avec de bonnes études techniques ou supérieures après, le pays s’en porterait sans doute mieux, à condition q’un apprentissage solide fasse le complément. Je redoute ce que sera la France dans 20 ans avec les nuls d’aujourd’hui.

    1. Roi Heenok

      Je suis tres sceptique sur la pretendue necessaire instruction necessaire pour realiser la majorite des emplois de bureaux actuels.

    2. zelectron

      il est certain que mettre plus de mauvais élèves avec les bons contamine ces derniers suffisamment pour tuer dans l’œuf une partie de l’élite potentielle

  26. Dr Slump

    Perso, l’enseignement public ou privé, pour moi, c’était côté fenêtre, de préférence près du radiateur, à rien écouter et pas foutre grand chose. Par contre, je lisais en cours, le livre posé sur mes genoux sous le bureau.
    Résultat, élève moyen, mais culture générale sans comparaison. Même si je n’ai jamais pu prétendre aux « grandes écoôôles » ni aux filières scientifiques, je m’en félicite. Je préfère avoir une tête qui fonctionne et me permet de penser par moi-même, qu’un cerveau de série moulé aux standards « républicains ».

    1. Roi Heenok

      J’ai bien connu l’elite de la Naation dans ces classes prepas MP* et compagnie. Et bien, elle m’a fait assez d’effet pour que je me barre.

      1. Dr Slump

        La prémisse n’est pas fausse. Si j’avais été attentif, j’aurais profité de la morale républicaine à base de tolérance permissive et socialement libertaire, de vivrensemble interdisant de juger l’autre passque cépabien. Mais j’ai pas écouté, j’en ai pas profité, et je suis devenu le grand con qui juge les autres. Méchant, méchant Slump! Je vais reprendre des patates! 😛

  27. Peyreloubes

    Mon fils: bac +5 en lettres (Sorbonne) en 1997/98. Récemment je lui dis : il nous faudrait quelque chose de roboratif. Réponse : Faut pas être grossier !!!!!!!!!!
    Le même en en terminale : Il faut exhausser un désir. C’est la prof qui a écrit ça au tableau !!!!!!!!
    Un catholique fervent s’adresse à Dieu : Parles-moi Seigneur !! et le Seigneur lui dit : amène moi un cheval. Ah bon ! Le catho en parle à son curé, qui en parle à son évêque qui en parle à l’archevèque etc etc.. Ca remonte à Hollande, qui dit je vais aller voir ça ! Il arrive avec le bonhomme au même endroit et : Une voix puissante s’élève : Je t’ai demandé un cheval, pas un âne !!!!!
    L’EN a encore frappé !

    1. HussardBleu

      Ce doit être un Jeune, partisan de Fillon, qui aura pris au premier degré le plan de réduction du nombre de fonctionnaires… mais bon, l’arrêter dès le premier, ça sent le sabotage….

    2. Bernard

      Rien de tout ça en fait. Un pauvre gamin de STMG qui était persécuté par ses petits camarades et qui a bu un litre avant de divaguer et de tenter quelques coups de hachettes.
      Il a été intercepté par l’infirmière du lycée et se trouve actuellement en garde à vue avant analyse psychiatrique.
      Mon petit dernier le connait depuis ses années de collège, il ne comprend pas ce qu’il lui a pris en me disant : « Il a vraiment pas une tête à faire ça ».
      Comme quoi, je m’étais avancé trop rapidement et je fais mon méa culpa 🙁

    3. Dr Slump

      Oh punaise, à Montbrison en plus. Je croyais que les dégénérés étaient plus du côté de Rive-de-Gier ? J’ai surtout aimé la phrase type à la fin de la news: « Une cellule de soutien psychologique a été mis en place ». Ouf, Montbrison est sauvé. Les pauv’ chou!

      1. Calvin

        Non, il est bloqué à l’étape 3 pour obtenir la vignette nécessaire pour circuler à Paris avec son Doblo.

            1. Aristarkke

              J’ évite Evry 2 dans les faits et surtout avec le Doblo transportant mon matos de plombier que je tiens à retrouver… (un poste à souder autogène (bouteilles de 800/1000L) vaut à lui seul, neuf avec les bouteilles pleines, dans les 800€ HT…

          1. Aristarkke

            Aucune chance pour l’ Estafette! (je déteste les Renault). Mais le U 23 d’avant les Doblo, datait un peu trop…

  28. Vodkaman

    En fait, si le niveau baisse en math, c’est parce que les gamins ne sont pas capables de comprendre le problème, parce qu’ils sont quasi illettrés. du coup, rien de mieux que de la création d’une agence chargé de lutter contre, et d’y mettre à sa tête quelqu’un qui a de l’expérience,

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/12/01/20002-20161201ARTFIG00170-lepaon-recase-par-valls-comme-delegue-interministeriel-sur-la-langue-francaise.php

    sérieusement ? j’ai regardé deux fois l’adresse, croyant être sur le gorafi, tellement l’article fait l’éloge de ce brave CGTiste.

    1. Lorelei

      Et en plus, à ce poste, il sera payé. Contrairement à la précédente présidente qui présidait gracieusement.

    2. Diogène

      +1000, la langue est la bqse de tout. Voir ce qu’en dit Laurent Lafforgue et les autres mathématiciens français.
      Accessoirement, je me permets de signaler, sur ce sujet et quelques autres qui nous intéressent tous ici, l’excellent livre de Thomas Sowell, grande figure du libéralisme: Wealth, poverty and politics, ed. Basic books.

  29. panchovilla

    je suis allé faire un tour en Écosse il y a quelques années et j’ai pu m’y intéresser au système éducatif.
    Là bas l’enseignement est très majoritairement public (a contrario du reste du royaume uni) mais géré au plus près, c’est à dire par les collectivités locales. Déjà on met les enseignants là où il sont nécessaires (et pas à la CAMIF ou au syndicat).
    Les enseignants sont recrutés d’abord en CDD et à temps partiel, et si leurs élèves ont de bons résultats, ils sont titularisés, mais sous statut de droit privé permettant de les licencier en cas de chute des résultats (ou pédophilie, qui rappelons-le en France ne constitue pas un motif valable de licenciement d’un prof. Un curé oui, un prof non).
    L’équivalent de leur bac est simplissime : 7 épreuves, dont musique et sport, pas de coefficients, et les études supérieures ouvertes seulement dans les matières où l’élève a eu de bonnes notes. Il existe cependant une voie intermédiaire post bac permettant de se perfectionner pour ensuite s’engager dans les études supérieures. Enfin il y a une vraie école de la deuxième chance, permettant a qui a interrompu ses études de les reprendre sans problème.
    l’idée était de surmonter le choc social de la fermeture des mines, et réorienter l’économie vers la haute technologie. Bref aujourd’hui on se presse à l’université d’Edinburgh, le tribunal local traite les litiges sur logiciels informatiques en trois mois (d’où domiciliation judiciaire en écosse par de nombreuses entreprises du secteur), le chômage est à moins de 5%, etc….
    et je ne vous parle pas (ah ben si, tiens, en fait) du port de l’uniforme à l’école approuvé par tous les parents, etc….
    Le niveau étatique de l’enseignement consiste juste en un service d’inspection situé à Londres et très allégé (juste vérifier la conformité des examens au programme).

    c’est juste le contraire de ce qui se fait chez nous. Mais je me pose une question : comment peuvent-ils réussir sans la diversité qui enrichit tellement nos écoles ?

  30. Boudoir

    « il devient urgent que l’Etat se retire de l’éducation, son office a déjà fait trop de dégâts. »

    Pour rebondir là dessus. Je suis aux US et mon gamin va à l’école publique. Ici le système est très different de la France: l’Etat est nul part.

    J’exagère à peine: l’Etat trace les grandes lignes de ce que doit être le socle de connaissances (ça varie suivant chaque Etat des US), et file (très) peu d’argent à chaque établissement, qui font ce qu’ils veulent tout seul pour s’en sortir. Suivant le lieu, les parents vont s’investir dans l’école et gérer beaucoup de choses (les fameuses PTA). Le financement de l’école repose donc majoritairement sur les donations des parents et enterprises locales. On arrive donc au cercle vicieux typique de la société américaine: les gens riches vont aller vivre dans un endroit riche où les écoles sont donc très bonnes, avec des profs qui viennent d’universités prestigieuses, et qui formeront des gens éduqués et qui pourront (et auront les moyens) d’aller à l’université pour être riches à leur tour. En meme temps, plus l’école est bonne, plus l’immobilier sera cher autour et formera un ghetto de riches. C’est exactement pareil pour les coins pauvres. Aucuns moyens humains et materiels, des enfants voués à l’echec et qui ne pourront jamais sortir de leur ghetto. Les tentatives de faire de la « diversite » (genre amener les enfants des coins pauvres par bus dans les bonnes écoles) ne font que faire baisser le niveau de l’école (qui ne sera donc plus interessante pour personne). Au delà de l’education, ce cercle vicieux se retrouve aussi pour la sécurité, les infrastructures, etc…

    Donc bref. Est-ce une solution que l’Etat se retire de l’éducation, laisse faire le libéralisme et la loi du marché? En France je ne crois pas que l’extreme inverse du système actuel donnera de bons résultats …

    1. bibi

      Parce qu’en France les riches ne se débrouillent pas pour placer leurs enfants dans le privé ou dans les bons établissements public.
      C’est quand même terrible d’être parents (même quand on est de gauche) on veut le meilleur pour ses enfants.

  31. Frater

    Je n’ai pas l’habitude de commenter ici, même si je lis le billet du jour presque quotidiennement. J’interviens parce que le tableau illustrant l’article est tout simplement FAUX. Mon collègue Bonod l’expliquait à l’époque très bien dans un article qu’on peut lire ici :

    http://www.laviemoderne.net/detox/55-la-force-d-ifrap-du-figaro

    Au passage, je recommande la lecture de son site à tous ceux que les questions d’éducation intéressent vraiment.

    Pour le reste, je partage votre diagnostic sur l’état de l’école française mais pas vos solutions. A mon sens, la voie des écoles à la Cameron n’est à emprunter qu’en dernier recours. Mettons fin au magistère des « sciences » de l’éducation et tout devrait s’arranger…

    1. Jules

      Merci pour ces précisions mais elles ne relativisent en rien les résultats.
      Les allemands ont de bien meilleurs résultats que les français avec moins de moyens humains. 1 pour 10 pour la France contre 1 pour 12 pour l’Allemagne (grâce à l’absence de cantine, si j’ai bien compris ?).
      A l’opposé les écoles « à la Cameron », proposent plus de personnel (1 pour 9) avec les meilleurs résultats au niveau européen.
      Même après correction, le problème semble bien venir de l’EN.

    2. sam player

      Bullshit… les explications de votre collègue Bonod ne tiennent pas la route : dans l’infographie il est bien écrit primaire + secondaire et ça ne comprend donc pas l’école maternelle et c’était même écrit dans le tableau original.

      Je sais que c’est à la mode de faire du fact checking mais quand on veut contredire, on met des sources, c’est la moindre des choses, sinon on se tait.
      Rien, aucune source dans votre document.

      Il n’est même pas nécessaire de chercher midi à quatorze heure… les budgets parlent d’eux-mêmes.

      1. Frater

        Mon collègue donne pourtant ses sources (c’est vrai que les liens ne sont pas soulignés en bleu !) :

        – le MEN : http://www.education.gouv.fr/cid57111/l-education-nationale-en-chiffres.html
        – l’INSEE allemand : https://www.destatis.de/DE/ZahlenFakten/GesellschaftStaat/BildungForschungKultur/Kennzahlen.html (le lien ne semble plus marcher, trop vieux peut-être) ;
        – ll’INSEE anglais : https://www.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/223587/SFR15_2013_Text_withPTR.pdf

        Les comparaisons internationales sont difficiles et l’IFRAP s’est magistralement planté à cet exercice. Maintenant, je partage votre avis sur le fond, le problème de l’EN n’est pas le manque de moyens, mais ce n’est pas non plus un excès d’enseignants. J’ai 33 élèves par classe en moyenne cette année.

        1. Tenez bien compte des profs qui devraient être sur le terrain et qui n’y sont pas, et vous trouverez que vos classes à 33 devraient être des classes à 25. Ca plus la baisse du niveau des profs, le syndicalisme partout et vous avez déjà une grosse part du problème.

          1. Blanchard Erwan

            Je vous l’accorde volontiers, le recrutement des profs n’est plus ce qu’il était, surtout en maths : you pay peanuts, you get monkeys.

            Pour les syndicats, ce que vous dites était vrai il y a dix ans mais les choses ont bien changé. Depuis 2003 disons, le syndicalisme a énormément reculé dans l’EN. Est-ce un bien ? Difficile à dire…

            À mon humble avis, vous minimisez l’importance de la clique des prétendus pédagogues et autres pseudo-bienveillants au sein des instances dirigeantes de l’EN. Si Fillon pouvait nous en débarrasser, ce serait un grand progrès pour tout le monde.

        2. sam player

          Frater

          Si vous aviez lu le document de l’IFRAP vous auriez vu page 10 par exemple que sa source était « statistisches bundesamt bildungsfinanzbericht 2012 » qui renvoie justement au site destatis.de.

          Le document en question sur le site allemand fait 141 pages et au lieu de faire le perroquet de votre collègue il eut été cohérent pour sa crédibilité et la vôtre de citer des éléments précis.

          1. Blanchard Erwan

            Dites-moi, sam player, vous êtes toujours aussi aimable ou bien est-ce votre manière de bizuter les nouveaux ? On cause à peine que déjà vous dégainez l’ad hominem…

            Je ne m’étendrais pas sur les faiblesses de votre propos, j’ai mieux à faire. Quant à ma crédibilité, j’espère bien qu’elle est proche de zéro. Depuis quand accordez-vous de l’importance à un commentaire de blog, fût-il aussi précieux que celui de notre hôte ?

            Je veux bien n’être qu’un perroquet à vos yeux (quand on y songe, nous sommes tous le perroquet de quelqu’un). Pour ma part, voilà ce que j’ai voulu faire : signaler, de bonne fois, ce que je pense être une erreur. Je fournis la source sur laquelle je m’appuie. Libre à vous (et aux autres) de penser ce que vous voulez.

            À bon entendeur…

            1. sam player

              « Dites-moi, sam player, vous êtes toujours aussi aimable… »

              Nan, on peut dire que vous avez eu de la chance 😀

              « Je ne m’étendrais pas sur les faiblesses de votre propos, j’ai mieux à faire. »

              Je ne fais que dire que vous n’avez apporté aucun élément : vous ne pouvez pas citer (par procuration) un ou des documents de centaines de pages comme une source contradictoire sans dire quelle donnée de ce document (§, page) contredit telle donnée de l’IFRAP (§, page), surtout sans les avoir lus.

              Je me demande pourquoi votre collègue n’a pas laissé un commentaire à ce sujet sur l’article de l’IFRAP plutôt que de faire un article sur SON propre site qui lui n’est pas ouvert aux commentaires !

              Ad hominem : révisez, ce n’en est pas une.

            2. Dr Slump

              Contrairement à ce que l’on voit quotidiennement sur le web, c’est l’attaque ad personam qui vise la personne elle-même, tandis que l’attaque ad hominem concerne la cohérence – ou plutôt l’incohérence – de ses propos.

              https://www.contrepoints.org/2014/04/16/162992-la-difference-entre-attaques-ad-hominem-et-ad-personam

              En bref, si quelqu’un a fait de l’attaque ad personam dans cet échange d’opinions, c’est clairement Blanchard Erwan, pas Sam Player. Position courante de l’agresseur se faisant passer pour l’agressé. CQFD.

              Dr Slump, logicien de la catastrophe.

  32. Jules

    Les élèves US ont de bien meilleurs résultat que les élèves français avec beaucoup moins de moyen.
    Ça devrait suffire à répondre à votre interrogation, non ?

  33. jeans82

    les journalopes parlent de lucidité et de grandeur du président qui se désiste pour la France !!
    Je pense plutôt que les sondages donnant Fillion a 33% et MLP a 26% en seconde positions au 1er tour des présidentielles a du tempérer les espoirs de notre « grand président ».
    A noter que Francois Mit.. aura été catastrophique pour la France. Francois Hol.. désastreux. Que peut on espérer de Francois Fil… ?

    1. dg

      Je n’écoute jamais les médias français sauf en période électorale parce que les conneries que débitent les journalopes sont particulièrement comiques.
      Là, sur BFM, c’est l’apothéose :-).

    2. Stéphane B

      J’ai un sentiment partagé. D’un coté, je me dis qu’il a enfin ouvert les yeux et qu’il s’est aperçu qu’il ne valait rien obligeant ainsi à avaler son Ego; d’un autre, je me dis qu’il a tout simplement eu la trouille de prendre une déculottée mémorable pour un sortant.

      Est ce une décision d’homme d’Etat ? Non, pas pour moi.
      Est ce une décision d’une personne ayant de l’Honneur . Non, pas pour moi.

      Je me réjouis qu’il se casse mais déçu car mes prévisions de sa réélection vu les truffes en face tombent à l’eau

      1. dg

        C’est sur que la perspective Flanby vs la Le Pen, ça ne faisait pas rêver.
        Je sens que Fillon va en prendre plein la gueule jusqu’à mai, ce vilain thatcherocathoréacoconservatomophobe.

        1. albundy17

          « perspective Flanby vs la Le Pen,  »

          C’est ce qu’il souhaitait depuis 4 ans, et dans ce cas il aurait gagné.

          S’il a (encore) reculé, ne serait ce pas par crainte de se prendre une taule à la primaire dont il se serait bien passé (c’était aussi son projet) il a eu cette semaine plusieurs rappel à l’ordre (la foll, camba, etc) comme quoi il DEVAIT y avoir la tenue de ces primaires

          1. Aristarkke

            Je pense plutôt pour une révolution de palais par refus du PS de le soutenir en campagne électorale. Beaucoup d’entre eux ont perdu une flopée de leurs mandats, y compris dans des fiefs jusque-là imprenables et ne sont donc plus que députés ou sénateurs.
            Un peu « djeuste » pour vivre…
            Or pour les premiers cités, nombre de scrutins risquent de mal tourner, surtout avec Flanby en étendard. Comment suivre ses troupes s’ il n’y a plus de troupes???
            Par ailleurs, la nette victoire de Fillon laisse entrevoir jusqu’à un résultat de premier tour MLP/FF et peut-être même FF/MLP… et PdlF loin derrière…
            Mais je ne crois pas à sa peur de l’ humiliation électorale vu sa parfaite hontectomie. J’ imagine bien davantage que puisque les troupes me feront défaut, feignons donc d’ être l’ organisateur de la retraite de l’ Elysée…
            (au sens de repli des troupes).

            1. albundy17

              « premier tour MLP/FF »

              Je suis loin de partager ton optimisme, fillon est bien trophorrib, il veut mettre tout les fonctionnaires au chômage et privatiser l’état en entier, le ps a de beaux jours devant lui

      2. sam player

        Quelle légitimité aurait eu FH pour ne serait-ce que le reste de son mandat s’il s’était pris une casquette à la primaire en janvier…
        Le gouvernement serait parti à vau-l’eau

      3. MCA

        @Stéphane B – 1 décembre 2016, 21 h 38 min

        « D’un coté, je me dis qu’il a enfin ouvert les yeux  »

        Je ne crois pas, il a été lâché par ses potes qui lui ont fait comprendre que s’il se présentait, c’était l’échec cuisant, l’humiliation et surtout la perte de leur fromage.

        Résigné il a abdiqué, on voyait bien qu’il était affecté de devoir annoncer ce renoncement publiquement.

        Ca fait deux fois de suite que nous ratons le train, nous n’avons plus les moyens de le rater une fois de plus et avec lui ça aurait été le cas et avec Sarko tout autant.

        « Au suivant » en croisant les doigts et espérant ne pas se planter une fois de plus.

        1. albundy17

           » D’un coté, je me dis qu’il a enfin ouvert les yeux  »

          Ou alors il les a vraiment ouvert, sur son bilan et les casseroles qu’il a laissé partout, ses promesses de dons pour au bas mot 25 milliards, sa courbe du chomedu inversée (A) avec 100.000 stages parking en plus le dernier mois (55 % d’augmentation yy), les taux d’emprunts qui ont l’air de furieusement grimper, enfin son bilan quoi ^^

    3. Calc8

      Fillon ne réussira que s’il replace les syndicats à leur place, s’il revoit (supprime?) le paritarisme (au sujet des syndicats : mare de les financer sur mon bulletins de paie, j’ai rien acheté, moi) et s’il brûle le code du travail, fait du RSI une option pour ignorants, etc.
      Ah, et s’il sort la France de tutelle de la commission européenne des droits de l’homme, cette machine à bien penser façon bisous islamistes.

  34. sam00

    Je ne voudrais pas éditer ici une théorie du complot, mais vu que l’on parle de culbuto qui renonce je vous livre un doute.
    Ses mots sur le danger terroriste … pourrait-il reporter l’élection en cas de grosse vague d’attentats?
    Sa façon simple et sa petite voix (qu’il n’a jamais eu), cela ne pourrait-il pas cacher sa volonté de voir la gauche imploser et de le voir lui revenir en sauveur de la gauche à quelques mois de la présidentielle … zappant ainsi la primaire où les autres se seraient fracassés et lui arrivant en chevalier blanc …
    Vu le personnage, j’ai un doute

    Et vu l’unanimité des médias sur le sujet, j’ai un gros doute …

    1. Angst

      Je partage aussi cette impression, comme une sorte d’insatisfaction.
      FH est un survivant, il est pour moi un génie dans le domaine très restreint de sa promotion personnelle (j’attendais de voter pour lui à la primaire de la gauche) et il annonce platement sa renonciation.
      Ce n’est pas normal, ni Normal.
      J’attends la suite, l’aventure ne peut pas s’arrêter là.

  35. Calc8

    Je veux, j’exige une cellule de soutien psychologique !
    J’apprends le même jour que l’école va très mal (on ne sait plus ni lire ni compter, à par des patates) et que le Grand Timonier, Leader Maxi-Maux nous laisse tomber… Mais que va-t-on devenir… Vite, un héritier ! Qu’on me dise vite pour qui voter !
    Bon, j’ai commandé deux ou trois pleureuses pour ne pas déplaire au commissaire du peuple du quartier et j’afficherai demain une banderole couleur arc-en-ciel à mes fenêtres (« Vive notre grand président ! Je me soumets à son désigné dauphin en toute confiance ! »), de quoi éloigner la police islamique qui patrouille (la soumission, elle en connaît un rayon !).
    Et j’annonce partout dans mon si merveilleux HLM que je souscris par avance à la cagnotte permettant de financer l’harmonieuse et bien méritée retraite du Grand Maître. J’y glisserai quelques billets, en présence de mon voisin de palier, désigné « citoyen modèle, acteur du redressement radieux » du mois (on sait jamais, c’est de la graine de commissaire politique, ça).
    Ah, le voisin du dessous (dont je me méfie, il n’écoute jamais radio-pravda) me souffle que c’est pas la peine, la cagnotte est déjà pleine.
    Dont acte, quelle prévoyance !
    Décidément, gouverner, c’est prévoir.

  36. Val

    La dégringolade de l éd Nat me met en colère. J en veux mortellement à ceux qui ont oeuvre à sa destruction, egalement à ceux nombreux, qui se seront cachés la tête dans le sable pour ne pas la voir . Ça ne suffisait pas à cette génération de nantis de ruiner le pays , non! Il fallait qu ils ruinent les esprits , et ça non plus ce n était pas encore assez , il fallait pervertir culpabiliser avilir abêtir . Il n y a pas assez de mots durs pour décrire ce qui a été fait . La persistance tenace vers toujours plus d abject tient du mal absolu.

  37. HA

    Merci à l’auteur pour cet article tellement convaincant (ou peut-être étais-je déjà convaincu en en commençant la lecture… ?) et surtout ces commentaires savoureux que j’ai dégusté. Il est encore permis de lire dans notre pays !
    Merci à Flamby d’avoir pris UNE BONNE décision en 5 ans… si tu veux en prendre une deuxième, dégage Najat et sa clique de collabobopédagocho…
    Juste un petit témoignage mon fils est en grande section de maternelle… dans une école publique complètement épargnée par les gens mal-aimés sur-gavés d’alloc et mal-intégrés…
    Objectif de la grande section affirmé avec fo(a)rce le 1er jour: savoir compter jusqu’à 5 et savoir lire-écrire leurs prénoms à nos chères têtes blondes… notre fils sait compter jusqu’à 100 et reconnaître les chiffres, lire écrire son prénom depuis 1 an au moins… comme tous ses camarades de classe.
    On en parle à un couple de profs en collège public, pilier s’il en reste de l’éducation nationale, d’une cinquantaine d’année, qui nous disent « ah oui là c’est grâve, tu as pensé à faire l’école à la maison ? » (les bras nous en sont tombés, c’est à l’intérieur de l’EN qu’on a déjà perdu tout espoir ! Et ces amis sont plutôt du genre positive attitude et optimisme à tout crin. Ca craint !)

    1. Stéphane B

      Nous, ça fait plus d’un an que nous y pensons à l’école à la maison pour les deux derniers, une fois que le benjamin sera plus autonome, i.e. dans un ou deux ans

    2. Val

      @HA « c’est à l’intérieur de l’EN qu’on a déjà perdu tout espoir » bien sûr et depuis fort longtemps . Ils savaient et corrigeaient le tir en silence pour leurs enfants . Mais pour ceux des autres ils tenaient le discours lénifiant : mais non , tout va bien ma bonne dame, les élèves , qu’est ce qu’ils sont intelligents, qu’est ce qu’ils nous apprennent. La grande majorité des profs a été au pire moteur au mieux complice . Rares , trop rares ont été ceux qui ont dénoncé cette monstruosité. Ils n’ont aucune excuse , aucune, quel risque prenaient t ils ?Aucun . Ils ont la sécurité d’emploi à vie , The golden parachute . On imagine sans peine quelle aurait été leur attitude dans des situations plus à risque …. L’ed nat : une armée de rampants . On comprend qu’ils soient tous shootés aux anxiolytiques , la mauvaise conscience ça vous ronge un homme pire que l’acide.

  38. ODE

    Bonjour, je n’ai pas lu tous les commentaires mais si je peux ajouter deux points suite à mon expérience mtnt assez conséquente:

    – premièrement après des années d’illusion durant lesquelles je me faisais une haute idée de mon métier (professeur de lettres) j’ai enfin compris – et ce fut rude, très rude – que je me trompais du tout au tout. Et cette évidence m’a sauté aux yeux: ni pour les parents ni pour les « personnels » qui peuplent les rectorats et autres diocèses, l’école n’est avant tout un lieu de transmission d’un savoir. J’ai compris enfin cela et il faut le dire clairement: n’attendez pas de l’école qu’elle transmette à vos enfants ni un savoir ni une culture.

    En interrogeant des parents j’ai pu constater que pour beaucoup, la « sociabilité » apportée par l’école était beaucoup, beaucoup plus importante que les savoirs.

    Après avoir subi de nombreuses désillusions (par exemple lorsque je me suis fait sévèrement reprendre pour avoir proposé de réintroduite l’étude de la grammaire au primaire, ou quand on m’a obligé à retirer des notes du carnet pour complaire à des parents d’élèves fainéants) j’ai pris du recul et j’ai analysé les discours de mon directeur. Je parle d’un très gros établissement de province, qui draine des milliers d’élèves. Eh bien j’ai pu constater que les mots « savoir », « culture », « transmettre » n’étaient jamais prononcés par lui. En revanche on a droit à beaucoup de « vivre ensemble ». Il faut dire que c’est un ancien prof d’EPS, je n’ai rien contre ça mais quand je commence à lui parler littérature il perd totalement pied. Du coup il s’énerve et campe sur ses petites positions. Bref.

    Alors l’école n’est pas, n’est plus du tout un lieu de transmission des savoirs: c’est un lieu où on fait des « citoyens », selon la mode ambiante (qui est aujourd’hui au « citoyen du monde », tolérant, sympa et anti-fasciste). Ainsi au primaire beaucoup de temps est-il consacré à la question de la gestion des déchets et de l’économie d’énergie. On a fait faire à ma fille un mini film dans lequel les enfants se moquaient de ceux qui consommaient trop d’eau ou qui oubliaient d’éteindre la lumière en sortant d’une pièce. En CE1 et CE2 mon fils n’a fait en tout et pour tout qu’une dizaine de leçons de français (toutes matières confondues, grammaire, orthographe – je ne parle pas de l’analyse, il n’y en a plus) mais a passé du temps à évoquer la pollution et le tri des ordures.

    Cela montre clairement quelles sont les priorités de l’école, il ne faut donc pas que les parents en attendent autre chose qu’un formatage éco-citoyen: qu’est-ce que NVB en a à foutre que les élèves français sachent parler français? Et je peux vous dire que leur niveau dans leur propre langue est une vraie catastrophe, quant à la culture n’en parlons pas. Sans compter les établissement catholiques qui craignent d’être rétrogrades s’ils parlent de Dieu. ça nous fait des élèves de secondes totalement idiots, je ne rigole pas, c’est vrai. Des grands dadais totalement débiles. Ils ne savent pas écrire trois mots sans faute, ont de grandes difficultés à s’exprimer, connaissent peut-être 3 noms de grands écrivains parce qu’ils ont recopié wikipedia pour faire un exposé dessus (allez, Zola, Maupassant, La Fontaine).

    Donc il s’agit bien d’en faire non pas des hommes et des femmes éduqués et intelligents mais des gentils citoyens tolérants et anti-racistes, homophiles et tout le toutim. Ce qu’on constate de l’intérieur c’est qu’il règne entre les enfants une grande violence: partage d’images pornographiques dégueulasses dès le CM2, discussions à tout va sur les règles et le sexe entre filles en 6e (il faut dire que les cours d’éducation « affective » où on leur apprend à se mettre un tampon sont pas mal: vous vouliez qu’on leur apprenne à parler français? Naïfs que vous êtes.), insultes type « putain » ou « fils de p… » à l’âge de 4 ans (mais on m’a expliqué que si un copain avait traité mon fils de « fils de p* » je ne devais pas aller gifler le gosse, c’était une expression!) et au collège toucheries dans les toilettes, insultes dégradantes des gars envers les filles et inversement (mais la mixité c’est le summum du progrès , n’est-ce pas! ça permet à des filles de rabaisser des pauvres gars un peu moins avancés que les autres et à des gars de traiter de pauvres filles de baleines, merci, voilà qui aide à grandir et devenir adulte et intelligent), sans parler des bagarres, des histoires qu’on m’a racontées, quand tel établissement a été littéralement pris d’assaut par une bande de jeunes cagoulés ultra-violents, etc.

    Voilà donc pour la « sociabilité » qui règne là. L’éducation des enfants et leur élévation (on parle d' »élever » un enfant) n’est absolument pas la question. ça n’intéresse personne. Quand j’essaie d’élever un peu le débat, en salle des profs ou avec la direction, il n’y a plus personne. Mais tout le monde est « sympa » et tout le monde se satisfait de ce qu’il n’y ait pas de vagues. Je me souviens m’être beaucoup inquiétée pour un gamin de 4e totalement nul, mais nul! Il ne savait même pas écrire! ça me prenait aux tripes, je me proposais de lui donner des cours particuliers, même gratuitement, je me sentais très concernée. On s’est foutu de moi, gentiment: qu’est-ce que tu vas chercher là? Allez, sois cool. Le gamin est passé dans la classe supérieure, et puis encore la suivante. Toujours aussi nul, tout le monde continuait à le dire. A l’heure qu’il est il va probablement passer son bac de français. Ah le bac de français… Non je ne vous raconte pas, ça serait trop long. J’ai adoré être obligée de remplacer, hop! un 3 par un 10 dans l’ordinateur pour que le gamin ait son bac.

    Donc ne pas croire que l’école est faite pour transmettre des savoirs: ce n’est pas vrai.

    – deuxième chose, forte de ce constat je suis passée dans l’enseignement hors contrat, et c’est le jour et la nuit. Mes enfants sont heureux, leur intelligence est sollicitée, ce qui les motive beaucoup (évidemment). On ne les prend pas pour des idiots en refusant de leur apprendre tout un tas de choses qu’ils sont en réalité parfaitement capables d’apprendre et qui les intéressent beaucoup! Comment marche notre langue par exemple! (avec les règles de grammaire et d’orthographe) Ou des poésies qu’ils se délectent à réciter. Ou les 4 opérations et les fractions dès le primaire. Ou en catéchisme des définitions claires, enfin! au lieu d’un bla bla débile sur « Dieu est mon bien-être » ou « Dieu est super tolérant ». Et l’histoire! A la maison cette année le soir on écoute les enfants nous raconter l’histoire des descendants de Clovis. La géographie: on colorie au crayon des cartes de France au primaire, d’autres pays du monde au secondaire, on apprend les beaux noms des fleuves, des montagnes ou des climats. C’est tout un monde qui s’élève devant les yeux de notre intelligence et de notre imagination. Et il y a du théâtre, de la peinture (pas des dessins de BD comme ce qu’on fait actuellement en « arts plastiques »), de l’histoire de l’art (avec dessins de perspective, apprentissage de la différence entre l’art roman et l’art gothique, etc.), de la morale! extraordinaires cours de morale où nous apprenons nous mêmes des choses passionnantes, dont nous nous disons qu’elles feraient du bien à nos hommes politiques.

    Quelle différence!!! Tout le monde est heureux maintenant à la maison. Et financièrement c’est à peu près équivalent à ce que ça nous coûtait dans le privé (où ils allaient à la cantine tandis qu’actuellement je leur prépare leurs paniers repas).

    J’ai compris que des gens comme nous n’étaient plus les bienvenus dans ce qu’est devenue l’école. Tant pis.

    1. HussardBleu

      Si l’on prend le ratio des populations d’élèves (oh! pardon, « apprenants ») entre le public et le privé, ne risque-t-on pas de faire des enfants suivant le cursus exposé par ODE (qui est simplement celui qui a formé ma classe d’âge dans les années fin 50/début 60) des inadaptés sociaux ?

      Des gens qui, devenus adultes, seront déphasés totalement parmi les zombies formés par l’EN qui sont, et seront, en majorité écrasante ?

      Cela me fait penser au film « Captain Fantastic »… dans lequel je me retrouve volontiers en communion d’esprit… et parfois même de situation…

      youtube.com/watch?v=HOEbPrjuKXA

      1. Gossein

        HussardBleu, ne vous créez pas d’inquiétudes fondées sur un faux problème. L’important pour les enfants formés c’est qu’ils disposent des savoirs équilibrés pour eux-mêmes, pour commencer, pas de devoir correspondre à une quelconque  »majorité ». Croyez-vous vraiment, d’ailleurs, que cette dite majorité soit bien réelle et palpable ? Ou bien n’est-elle pas plutôt forgée par sa médiatisation et les apparences sociales du moment ?

        1. HussardBleu

          C’est, hélas, non pas un « problème » mais une constatation, aussi irréfutable que la statistique selon laquelle les Français regardent leur Spectron 3 h 57 par jour….

          Voyez vos amis : combien de fois n’arrivez-vous pas chez eux, les trouvant le regard vide devant un écran où s’agite telle ou telle petite raclure médiatique ? et qu’ils n’éteignent pas pendant votre visite ?

          Il existe des isolats, certes, comme les 20 ou 25 commentateurs du blog de Haut et Puissant Monseigneur de Seize….

          Mais la Loi du Nombre… le décervelage gagne, car il est devenu impossible de vaincre les Cons : ils sont trop nombreux…

    2. Jules

      J’abonde dans votre sens. Mes enfants sont dans une école hors contrat, priorité est donnée au Français (dictées, poésies etc …), aux mathématiques, à l’histoire-géo et au comportement.
      Le contraste est saisissant avec les écoles voisines 🙁

    3. MCA

      @ODE – 2 décembre 2016, 9 h 53 min

      Merci de ce brillant témoignage qui en laisse long à penser sur l’avenir des générations futures.

      J’aimerai avoir votre avis sur une question que je me pose :

      D’après vous qui avez vécu ça de l’intérieur, sentez-vous dans cet « enseignement » une intention volontaire de nuire?

        1. MCA

          Je posais cette question volontairement provocatrice car au stade où nous sommes parvenus, il ‘y a pas d’autre possibilité sauf contre-arguments que j’attends.

          Le constat est là : l’échec à court terme, la catastrophe à moyen terme, l’effondrement à long terme et rien ni personne pour redresser la barre face à ce délire permanent.

          La conclusion suivante s’impose : il y a une volonté délibérée de la part des politiques de formater des crétins consommateurs, sans savoir, sans repères, sans philosophie, sans formation, sans recul, sans réflexion.

          Agissant uniquement au ressenti et au sentiment, ces populations seront influençables pas les techniques éprouvées de manipulation des foules pour en arriver là où les dirigeants politiques veulent les mener.

          Hormis les parents conscients de la chose, qui œuvrent avec leurs propres moyens pour sauver leur progéniture du naufrage, il me semblerait logique de voir les enseignants à l’image de ODE se dresser face à cette monstruosité et en prendre le contrepied mais ils ne le font pas, et pourtant en ont conscience….

          J’avais lu un bouquin poignant d’une enseignante (Rachel Boutonnet) qui expliquait que contre l’avis et les menaces de sa hiérarchie, de sa propre initiative avait décidé d’appliquer les méthodes anciennes réprouvées par les modernistes, que ça marchait du tonnerre, que les enfants s’épanouissaient tout en participant avec plaisir à la classe et que les résultats étaient là en fin d’année pour témoigner de la justesse de son action.

          Donc on sait qu’il y a des méthodes qui marchent et dont les résultats sont vérifiables.

          Et bien non! ce système criminel continue son chemin; à ce stade,c’est de la non assistance à jeunesse en danger, il y a bien volonté délibérée de nuire, d’où ma question.

          Hélas, il semblerait que ODE ne revienne pas parmi nous pour amener sa vision.

Les commentaires sont fermés.