Immobilier : la délicate séquestration de la caution…

Un texte de Nafy-Nathalie et h16

Il y avait longtemps que l’État ne s’était pas mêlé d’immobilier. Heureusement, youpi, un nouveau projet de loi vient de voir le jour. Pas de doute : quand il s’agit d’inventer des mesures pour développer des rapports plus harmonieux entre les vilains propriétaires qui refusent de louer leurs logements et les gentils locataires ont du mal à se loger, l’État a de la ressource : la nôtre.

Selon le principe que si cela ne marche pas, c’est forcément qu’on n’a pas essayé assez fort, l’ambition de l’État reste donc de développer des rapports « équilibrés » et « conformes à l’intérêt général » du parc locatif privé : comme les lois précédentes ont déséquilibré les relations entre les locataires et les propriétaires, on va en introduire de nouvelles et ça va marcher. Forcément.

Sans surprise, l’État revient donc occuper le devant de la scène avec la loi du député Nogal, qui vient de pondre 37 propositions dans un dodu rapport. Cette loi proposée le 14 janvier dernier, qui devrait probablement être adoptée, tourne autour de trois mesures phares, dont notamment la mise sous séquestre du dépôt de garantie qui est versé par le locataire au propriétaire, au moment de la signature du bail.

Nous aurons l’occasion de revenir sur les deux autres propositions, mais cette mise sous séquestre promet déjà un fort taux de croustillance.

Un seul intermédiaire pour tous les gérer

Normalement, le dépôt de garantie doit être restitué au plus tard dans les 2 mois qui suivent le départ du locataire déduction faite des éventuels travaux de remise en état. Or, le député Nogal note :

« 65% des actions en justice engagées par les locataires portent sur la non-restitution du dépôt de garantie. Par crainte de se voir privés de cette somme à la sortie de la location, les locataires font le choix de plus en plus fréquent de ne pas payer le dernier mois de loyer, privant dans les faits les propriétaires de toute garantie. »

65% ? Diable ! Les chiffres du ministère de la justice évoquent ici 7018 affaires dans un rapport de 2017… En face des 35 millions de logements loués en France, ces 7000 affaires justifient-elles une nouvelle loi et toutes les ressources financières et intellectuelles qui y seront consacrées ?

Le député motive cependant sa production législative en arguant du bénéfice de cette loi tant pour les locataires que pour les propriétaires, celle-ci réduisant considérablement la méfiance entre les deux parties dès lors qu’on applique une méthode qu’on retrouve chez nos voisins anglais ou belges : le dépôt de garantie sera séquestré chez un professionnel agréé jusqu’à la fin de la location, et sera reversé au locataire ou au bailleur, selon le cas, après accord ou décision de justice.

En somme, pour éviter un contentieux en cas de désaccord, la nouvelle loi prévoit de trancher les désaccords par contentieux. Malin.

Malgré tout, notons qu’une récente étude de SeLoger (décembre 2019), 60 % des locataires seraient favorables à cette consignation. Le rapport répondrait donc parfaitement à leur attente.

Manque de pot, c’est plus compliqué pour les propriétaires : selon une enquête menée fin 2019 auprès des bailleurs, 95% y seraient opposés comme le rappelle l’Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI) qui refuse donc cette séquestration des dépôts de garantie plutôt considérée comme une confiscation.

En outre, le rapport comporte un autre écueil : définir un organisme tiers n’est pas simple.

Ainsi, la Caisse des Dépôts et Consignation (à laquelle le député pensait) a indiqué ne pas pouvoir recevoir ces fonds. Quant à l’ANIL, qui avait postulé, elle n’a pas été retenue.

Finalement, le député a revu sa copie et considéré que les administrateurs de biens, qui remplissent déjà ce rôle de manière traditionnelle, pourraient convenir : ils ont déjà les assurances financières et la responsabilité civile pour cela et sont régulièrement contrôlés par leurs caisses de garantie. Pourquoi dans ce cas déléguer cette mission à un autre organisme ? Cela n’a pas de sens et notre sémillant député a fini par le réaliser : ce que les professionnels font déjà parfaitement dans un cadre légal, ils peuvent continuer à le faire finalement puisque, malgré ses efforts, il n’a pas trouvé de solution pour le leur retirer.

De façon intéressante, on note au passage que 39% des locataires interrogés par l’étude de Seloger attendent aussi une défense juridique des professionnels de l’immobilier en cas de litige, montrant ainsi qu’ils n’ont pas compris que leurs dépôts de garantie seront en réalité consignés chez les représentants des propriétaires.

Malgré tout, pour Jean-Marc Torrollion, le président de la Fédération nationale de l’immobilier, « la séquestration des dépôts de garantie par les professionnels, pour les biens en gestion intermédiée ou de particulier à particulier, est un gage de sérieux et de garantie pour les propriétaires bailleurs ».

Cependant, pour Corinne Jolly, présidente du site de vente de Particulier à Particulier, il est nécessaire de s’opposer à ce projet de loi, puisque selon elle, deux tiers des Français ont choisi de louer de particulier à particulier, et ils ne veulent pas qu’on leur impose de passer par un intermédiaire qu’il faudra certainement rémunérer pour le service d’une manière ou d’une autre.

On le voit : ce n’est simple ni chez les particuliers, ni chez les professionnels.

Plusieurs questions se posent

Ainsi, qu’en est-il d’un éventuel conflit d’intérêt du professionnel, devenu arbitre par la force des choses (puisqu’il consigne les fonds et les restitue à la fin du bail si accord), et qui est en même temps mandataire du propriétaire et rémunéré par lui.. Comment s’assurer alors de sa neutralité ?

Avec ce nouveau rôle, les professionnels devront jouer un rôle de conseil, d’accompagnement et de conciliation dans les conflits entre propriétaires et locataires et parfois pour des mandats qu’ils ne gèrent pas forcément : ceci suppose du temps, d’engager leur responsabilité, le tout a priori sans rémunération puisque ce service est censé être gratuit…

Et à mesure que les fonds séquestrés seront plus importants, qui paiera la hausse des prix des garanties financières du professionnel ? Selon toute vraisemblance, il est probable qu’il devra – comme le font avocats et huissiers – se rémunérer sur les intérêts produits par les sommes séquestrées. Comment garantir alors des délais de restitutions aussi courts que possibles alors que l’intérêt bien compris consiste dans ce cas à allonger ces délais ?

En outre, lorsque le bail est signé entre particuliers, le locataire devra choisir le professionnel pour son séquestre de garantie. Ces administrateurs de biens devront-ils donc proposer cette prestation sans frais à des personnes extérieures à leur clientèle ? Que se passera-t-il si un locataire ne trouve pas d’administrateur pour recevoir les fonds ? L’État les forcera-t-il d’une manière ou d’une autre à les recevoir ?

Le député Nogal aurait pu mieux examiner les bonnes pratiques de nos voisins et s’inspirer un peu plus de celles de nos amis belges, par exemple : chez eux, les locataires séquestrent le dépôt de garantie auprès de leur propre banque qui le répartit à la fin du bail, sur présentation d’un papier co-signé par les deux parties. Le locataire garde les intérêts s’il y en a. La solution aurait été simple et rapide à mettre en place, les banques proposant déjà des garanties pour les loyers impayés. Mais en Socialie Triomphante, rien ne peut être simple.

En outre, quel aurait été l’intérêt de l’État dans de la simplicité ? On comprend en effet que l’accumulation de ces sommes séquestrées dans les « solutions » de notre député permettrait à l’État de mettre la main (au moins temporairement) sur des sommes potentiellement importantes, sans avoir à les collecter, et d’en imposer les intérêts, de façon totalement « transparente » pour les particuliers.

Et en cette période de disette économique, un tel gâteau est très tentant.

J'accepte les BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires167

    1. Aristarkke

      Avant quand il y avait deux mois d’immobilisés, les deux derniers termes passaient à l’as…
      Même si la caution, du fait de l’inflation, ne les représentait plus depuis un moment avec une belle différence…

  1. Le Gnôme

    Je me demande pourquoi des gens achètent encore des biens afin de les louer. Il faut aimer les risques, comme jouer à la roulette russe avec un automatique.

    1. Marcello Biondi

      J’en parlais hier avec un copain qui possède plusieurs apparts. Je lui ai dit jamais je ne ferai du locatif et il m’a répondu: tu as raison… Je me contente d’acheter des parts de SCPI rien de plus.

        1. Husskarl

          Regardez les frais d’entrée, c’est de l’ordre de 10%, la rentabilité est réelle si le contexte ne se dégrade pas dans les 10 ans. Je vous laisse en juger…

        2. Vodkaman

          Ca dépend de pleins de truc…
          Si le capital de la SCPI est fixe ou variable.
          Ses status peuvent aussi prévoir qu’un fond sera affecté au remboursement des sortants pour améliorer la fluidité…

          Le mieux est encore de se rapprocher d’un organisme dédié en gestion de patrimoine.

      1. Gargamelle

        Je refuse de louer à des particuliers et n’investit que dans des SCPI.
        Frais d’entrée équivalents à ceux des droits de mutation – on achète des parts comme si on achetait un bien immobilier classique, c’est un investissement de long terme, pas la Bourse !
        Enormes avantages : aucun souci de gestion, et revente partielle possible – avec un bien immobilier classique vous ne pouvez pas revendre uniquement la salle de bain
        Je n’ai jamais eu de problème pour revendre : c’est fait en un mois maximum.

        Concernant la caution, en Suisse vous ouvrez un compte spécifique dans votre banque, la caution y est bloquée. Simple, efficace… suisse !

    2. dede

      Il y en a encore quelques-uns qui ont des sous. Vous savez comment faire en ce moment pour investir sans risques, vous?
      Si en plus de ça vous empruntez pour limiter le risque d’inflation, vous avez encore plus de sous à investir sans risques…

      1. Resistant Valaisan

        @Dede : « Vous savez comment faire en ce moment pour investir sans risques, vous? »

        Lockheed Martin, General Dynamics, Raytheon, Huntington Ingalls Industries….

        Ils produisent les joujoux qui permettent au Dollar d’ etre ce qu’ il est.
        Ils paient un dividende pas loin de 3% annuels, qui augmente chaque annee entre 5 et 12%.
        Ils viennent de passer les pire quatre annees possibles sous le mandat de Trump (pas tres enclin a l’ aventurisme militaire), et ils ne s’ en sortent pas mal….
        Actuellement ils sont survendus parce que les marches anticipent une victoire de Biden (HAHAHA !), qui serait suppose faire des coupes dans les budgets militaires (re-HAHAHA !).

        ….tout ca en un clic pour acheter, un clic pour vendre.

        De rien !

    3. Jacques Huse de Royaumont

      C’est certain. A moins d’être joueur et un brin kamikaze, l’investissement locatif est à fuir.
      C’est un problème : cela impose en effet d’être propriétaire et donc cela nuit à la mobilité

  2. Higgins

    Une bonne nouvelle entendu aux Experts il y a trente secondes : il n’y aura pas de malus automobile sur le poids des véhicules (sup. à 1,4 t, 40 euros par tranche de 100 kg).
    Bon, pas d’altruisme mais simplement le fait que toutes les poubelles électriques étaient nécessairement impactées dont la Zoé.

    1. Higgins

      Un imbécile, éditorialiste de son état, vient en trente secondes de sortir plusieurs conneries sur le sujet. Il est contre les grosses voitures en oubliant que les voitures sont devenues grosses vu l’augmentation de la sécurité passive des véhicules. La 404 de notre enfance est plus petite que la Clio actuelle.

        1. Le Gnôme

          Ma première voiture tait une Simca 1000 dont la tenue de route était assez fantaisiste. Elle était très légère et aurait droit à un bonus de nos jours pour cela.

          1. taisson

            Et, avec la R8, qui était pire, elles on tué bien plus que le Covid, dans les tranches d’âge sans comorbidité !!

            A côté de ça, c’était Darwin chez les conducteurs !
            Seuls les meilleurs résistaient à un virage inattendu un peu en dévers..Si l’on ajoutait un peu de pluie, c’était une épreuve de gymkhana pour ceux qui prétendaient dépasser 60 km/h !

            Bagnoles cauchemars, fiabilité douteuse, inconfort total, même pour l’époque…
            Un rêve d’écolo d’aujourd’hui…qui se dissiperait très vite s’il fallait qu’ils la conduisent !!

                1. taisson

                  Je crois bien que c’était plutôt une R10…

                  Création marketing à partir d’une R8, dont on avait rallongé les extrémités, et fait croire qu’elle était plus grande en diminuant l’épaisseur des sièges !! J’ai gagné des paris avec ça : les portes de R8 se montaient parfaitement, la coque était la même !

            1. René-Pierre Alié

              Ah ! La Coupe R8 Gordini à la fin des années soixante. Mon pote Jimmy Mieusset en était l’une des vedettes. Les tôles se frottaient à plaisir au virage N°1 de l’ancien circuit de Magny-Cours, dont on parlait précédemment. J’ai gagné ma seule et unique course en circuit en arrivant derrière lui (en Formule V). Il a été disqualifié. Le temps d’avant…

              1. taisson

                A l’époque, je n’avais que les moyens de regarder..

                Souvenir impérissable des gordinistes fous qui s’appuyaient sur le mur en béton pour terminer le dernier virage avant le bout de ligne droite menant à l’anneau à Montlhéry ! ça grattait fort..mais papa dentiste ou avocat payait !!

                A l’époque, on pouvait entrer et se garer dans le circuit. J’ en ai même connu un, qui, spectateur bien excité par la course, avait réussi à se mettre sur le toit dans la descente à la sortie !! Et ce n’était pas avec un moteur arrière.
                C’était autre chose qu’une console de jeu !
                Mais les « bagnolards » qui ont connu ce milieu à cette époque, et qui ont survécu, sont quasiment tous de fins volants…

            2. Citoyen

              Ah, taisson, la R8 ….. J’en ai eu deux, après avoir eu deux Dauphine …. Je faisais partie d’une équipe de joyeux drilles, ou plutôt de furieux, qui le dimanche allaient s’amuser, sur un circuit permanent pas très loin (mais pas que sur le circuit …) … On s’amusait comme des fous, et j’affirme, pas à 60 !! … Sauf que moi, je pouvais jouer au kéké, vu que j’avais des jantes déportées, que m’avait fabriqué un pote allumé de mécanique, qui lui se fabriquait lui-même ses formules, façon formule III, qui n’en était pas (pas les moyens), mais de loin pouvait faire illusion …
              Et avec mes « jantes spéciales », autant sur le circuit, que sur la route, je ne faisais pas de la figuration et pas à 60 …

      1. Gerldam

        Effectivement je me faisais la même remarque: voilà des gens, au demeurant pas idiots, disant tout plein de conneries car ils parlent d’un sujet dont ils ignorent tout. C’est un peu comme au gouvernement et dans la haute fonction publique, notamment dans la santé…

      2. douar

        Oui, mais si un journaliste disait ça, ce qui semble une évidence, le débat serait clos.
        Comprendre, c’est déjà pardonner.

        Même chose avec l’histoire des crème « blanchissante » utilisée en Asie: ce n’est pas parce que les femmes asiatiques veulent ressembler aux occidentales qu’elles en utilisent, mais tout simplement, pour ne pas apparaitre comme « paysannes », travaillant aux champs avec le teint buriné. Nous avons eu le même phénomène quand le canon de la beauté féminine occidentale était la blancheur.
        Mais une fois que l’on a dit ça, on ne peut plus accuser l’occident, le mâle blanc la malbouffe ou le PSG.

      3. Deres

        Ceci dit, l’augmentation de la richesse des français joue aussi. Une voiture devenant moins couteuse globalement (hors taxes …), on peut se permettre des voitures plus grandes et avec plus d’équipement. On voit par exemple qu’aux USA qui ne subissent pas autant de taxes que nous, les voitures sont bien plus grosses.

        1. Higgins

          Oui mais dans les séries TV contemporaines, les voitures ont généralement une taille moindre que dans les années 70. Elles sont plus « européennes ».
          L’autre jour à Paris, sur l’esplanade des Invalides, j’ai vu une DS, symbole de la France gaullienne. Elle faisait minuscule à côté des autres.

    2. Marcello Biondi

      Il ne faut pas se réjouir trop vite Major, je suis étonné qu’ils n’aient pas pensé à mettre 2 limites de poids différentes en fonction de la motorisation.
      -1t4 pour les thermiques
      -1t6 ou plus ou voir rien du tout pour les électriques.
      Dans un pays thermiquo-autophobe qui veut absolument nous faire passer à l’électrique il vont forcément nous sortir une combine pour nous taxer.

    3. deres

      On a déjà les taxes sur le carburant qui sont proportionnels à la consommation … Encore une belle volonté de double peine. C’est surtout qu’après les bonnets rouges et les gilets jaunes, chat échaudé craint l’eau froide. Ils ont réalisé qu’une augmentation punitive risque de faire des vagues. Donc ils privilégient des approches indirects en multipliant les taxes indirects de tous els cotés. C’est la stratégie habituelle de la grenouille dans la casserole d’eau froide que l’on chauffe lentement pour qu’elle ne saute pas …

        1. taisson

          Les riches nantis qui roulent dans les « grosses » voitures doivent casquer plus..
          C’était l’idée de base, et ce bien avant que l’on parle de pollution..
          Plus on consomme, plus l’état ramasse de fric !

          D’où une des raisons de la propagande anti diésel, qui permet de faire rouler un modèle de haute gamme moderne au mazout, en ne consommant pas plus (en volume) qu’un bas de gamme à essence !
          Même en alignant le fuel sur l’essence, le diesel est encore gagnant…
          Sans insister sur les modèles récents, avec additif « écoblue », bien meilleurs au niveau des particules.
          Un automobiliste un peu connaisseur peut aussi rouler, avec l’occasion, en voiture « de luxe », confortable, fiable et sure, pour moins cher qu’un
          modèle de gamme moyenne neuve et merdique !

          Quel mankagagner inadmissible pour nos salopards !
          Et quelle inégalité !

          Donc, la taxe à la consommation étant devenue non dissuasive pour les plus intelligents des automobilistes, et il faut vite les taxer sur d’autres critères…
          Et quand, dégoutés, ils seront passés à l’électrique, on inventera autre chose, et l’on passera à une autre poule aux œufs d’or.
          Puisque, il s’agit en fait de limiter la capacité à se déplacer librement qui est visée, le véhicule n’étant que le vecteur !

          1. René-Pierre Alié

            « il s’agit en fait de limiter la capacité à se déplacer librement qui est visée ».
            C’est en effet l’explication première. L’automobile est un moyen de se déplacer individuellement. Dans cette définition sont incluses les deux tares selon les collectivistes : 1 – se déplacer; 2 – individuellement.

          2. Grosminet

            L’additif c’est adblue, et c’est pour réduire les émissions d’oxydes d’azote, pas les particules. Les normes sur les émissions de particules sont (ou du moins étaient, çà a peut-être changé) beaucoup plus laxistes pour les moteurs essence que pour les diesels, ce qui a conduit à la situation loufoque où les moteurs essence émettent plus de particules que les moteurs diesel. Quand à la volonté de limiter la capacité de se déplacer librement, je suis sans doute naïf, mais je pense qu’on en est pas (encore mais çà viendra) là. L’explication est plus simple : faire rentrer du pognon, d’une façon ou d’une autre, et l’automobiliste est depuis longtemps considéré comme le cocu de service de ce point de vue. Et si en plus, cerise sur le gâteau, on peut embellir tout ce racket avec la noble cause de sauver les ti noiseaux et les nounours polaires, c’est que du bonheur…

            1. René-Pierre Alié

              Les deux ne sont pas incompatibles. Faire rentrer de l’argent tout en limitant au maximum le transport individuel. L’idéal pour l’État serait de faire payer la possession d’une auto, et qu’elle roule le moins possible. Le délabrement du réseau routier peut s’inscrire dans cette logique absurde.

              1. Grosminet

                Je le répète, je suis sans doute naïf, mais quel est le but ou l’intérêt de vouloir limiter le transport individuel ? Quant au délabrement du réseau routier, j’ai une fois de plus une explication plus « prosaïque » : ce sale con d’automobiliste étant obligé de se déplacer, accessoirement pour aller au boulot, que de toute façon, route pourrie ou un peu moins pourrie, il se déplacera. et puis vous comprenez, m’ame Michue, il faut faire des économies. Une question plus personnelle, RPA = RPS ?

                1. Vodkaman

                  Sans blaguer, le dégueulé à la sécurité routière disait qu’un réseau dégradé était gage de réduction du nombre de morts en incitant les automobilistes à rouler plus doucement…

                  C’est vrai que se manger un nid d’autruche en deux roue, c’est sans danger…

                2. René-Pierre Alié

                  RPA = RPS = Passim. Ce n’est pas un secret.
                  Je vous entends bien, Grosminet. Mais vous raisonnez comme s’il y avait de la logique dans ce que nous vivons. État – mamma = injonctions contradictoires. L’autoritarisme est différent de l’autorité. « Qu’importent les conséquences des ordres que je donne, l’important est qu’ils soient suivis. »

                    1. René-Pierre Alié

                      Non, je parle bien de l’État-maman. Celui qui nous enferme dans « Une grande nurserie » comme dit Matthieu Laine.

                3. taisson

                  @Grosminet

                  « Je le répète, je suis sans doute naïf, mais quel est le but ou l’intérêt de vouloir limiter le transport individuel »?

                  Une population coincée sur place, totalement liées aux transports d’état, habitant ou on lui dira, ne pouvant pas décider de changer de patron et d’aller plutôt travailler à 20 km de son domicile, ne pouvant pas acheter ailleurs que dans le magasin proche, donc ne consommant que ce qui est disponible, Ne pouvant aller choisir et ramener des matériaux plus améliorer sa vie en faisant lui même les travaux couteux…
                  C’est un peuple sous contrôle total. Bien plus facile à gérer !
                  C’est le but recherché par tous ceux qui adhérent aux idées ecolo-collectivistes.

                  C’est la société d’avant la dernière guerre, celle qui à été effacée par l’automobile pour tous!
                  Une société de classes figée, ou seuls quelques privilégiés ont accès à tout…
                  Comme les temps ont changé ce ne sera pas facile d’y arriver !
                  En attendant on taxe et on taxera jusqu’à l’ecoeurement !
                  On cherche à taper sur le E commerce, la 5G, l’automobile, et toute l’industrie. La propriété individuelle doit aussi être tracassée…
                  Le covid vient de fournir l’occasion d’essayer le confinement…
                  Et la doxa des copains à Greta qui nous explique qu’il va falloir se priver !
                  Si il n’y à pas la tous les symptomes d’un virage collectiviste, parfaitement voulu pour des raisons différentes par toute « l’élite » il faudra m’explique!

                  1. René-Pierre Alié

                    Un virage collectiviste ? Mais cela fait un bon moment qu’il a été amorcé ! Une centaine d’années au moins. Bastiat en décrivait les débuts avec la critique de l’étatisme au milieu du XIXème siècle. Depuis, le collectivisme n’a fait que s’accentuer plus ou moins.
                    J’essaie de décrire cela dans un essai d’humeur, tiré à compte d’auteur, que je tente de faire connaître en l’adressant directement à une centaine de personnalités du monde politico-médiatique – dont notre hôte.

                    1. Grosminet

                      @RPA 15h20
                      Effectivement, nous ne sommes pas d’accord.
                      « De viser juste des conséquences déplorables »
                      Mon postulat est que ces gens là ne souhaitent pas ces conséquences déplorables, mais que leur manque d’intelligence et surtout leur refus de faire l’effort de réfléchir par eux-mêmes (ils résonnent) ne leur permet pas de les voir comme conséquence de leurs propres choix.

                    2. René-Pierre Alié

                      @ Grosminet. Nécessaire explication de texte, car j’ai été trop lapidaire.
                      Ils visent avec une certaine justesse des conséquences qui sont objectivement déplorables, mais qu’ils sont incapables de voir comme telles, et qu’intuitivement et subjectivement ils trouvent bonnes.

                    3. Theo31

                      H16 a raison, un ecolo, c’est très con. Il ne se sert pas de sa bite uniquement pour violer des femmes de gauche ou des soubrettes.

                  2. Grosminet

                    @taisson 10h04
                    Je pense que vous prêtez bien trop de machiavélisme, et donc d’intelligence aux écolo-collectivistes. Ces gens là sont juste cons comme des manches, rigoureusement incapables de mesurer les conséquences de leurs choix, mais pour la plupart sincèrement convaincus d’agir pour le bien (même si une partie non négligeable agit par jalousie).

                    1. René-Pierre Alié

                      Votre « raisonnement » laisse supposer qu’ils sont « rigoureusement incapables de mesurer les conséquences de leurs choix. C’est un présupposé très discutable.

                    2. Allons. Soit vous pariez sur le fait qu’ils sont tous des machiavels en puissance, réfléchissant à trois ou quatre coups en avance, soit qu’ils sont cons comme des manches. La réalité a bien du mal à corroborer la première hypothèse.

                    3. Grosminet

                      @RPA 13h56
                      oui, c’est mon côté naîf, je pense que l’Homme (en général) est foncièrement bon, et qu’il ne fait pas le mal rien que pour faire le mal. Il peut le faire par jalousie ou convoitise, mais surtout en voulant faire le bien, dans le cas des écolo-collectivistes. En fait, cette engeance résonne alors qu’elle devrait raisonner : Le fait que le moteur à explosion et toutes les machines que celui-ci a engendré fait beaucoup plus de bien pour l’Homme par rapport à la très relative pollution que celui-ci génère est je pense une évidence pour tous les gens ici présents. Allez essayer de faire comprendre çà à ces trouducs ; j’insiste, on a tout simplement affaire à des cons.

                    4. René-Pierre Alié

                      Cela reste discutable, à mon avis. Sans être des Machiavel, des gens illimités intellectuellement peuvent avoir une intuition assez juste des conséquences de leurs actes. Les exemples de crétins astucieux ne manquent pas, pour corroborer cette idée. L’intelligence ne sert souvent qu’à justifier ce que souffle l’instinct, et le manque d’intelligence n’empêche pas de viser juste – dans le cas qui nous occupe, de viser juste des conséquences déplorables.

                    5. Aristarkke

                      « rigoureusement incapables de mesurer les conséquences de leurs choix, »
                      Je ne le pense pas. Mais il est évident qu’ils veulent imposer aux Autres *leur choix* car ils se perçoivent comme une élite éclairée n’ayant pas à se soucier des détails puisque l’intendance n’aura alors qu’à suivre…

                  3. theo31

                    C’est la société d’avant la dernière guerre

                    C’était aussi la société d’Europe de l’Est sous le communisme. En Roumanie, la population eut la joie de reprendre ses déplacements à cheval car le carburant coûtait trop cher aux finances du pays qui avait fait du désendettement de l’Etat une priorité. En RDA, il fallait attendre une quizaine d’année pour obtenir une magnifique Trabant aux performances exceptionnelles. Et ils avaient de la chance : ceux qui avaient commandé au caporal leur voiture du peuple n’en virent jamais la couleur. A la libération, des dizaines de milliers de procès eurent lieu pour exiger le remboursement des 10 000 marks de l’époqe que coûtait cette voiture.

        1. Aristarkke

          Pas du tout. A Renault et PSA où l’Etat est au capital social. Filer une taxe supplémentaire représentant plus de 25% du prix de la cible cela aboutissait à un total de taxe à peu près équivalent au montant HT du véhicule…
          Dans l’ambiance actuelle…

    4. MCA

      @Major,

      J’ai lu il y a un certain temps déjà que les poubelles électriques auraient bénéficié d’un bonus poids.

      En effet la batterie possède un poids conséquent et si on leur avait imposé la même règle qu’aux véhicules à moteur thermique c’en était fini de cette trouvaille débile.

        1. MCA

          Non, ça parlait de « poids supplémentaire » avant matraquage.

          Par ex (imaginaire) si la limite essence avant matraquage est de 1.8T, la limite electrique est de de 2.5T

  3. Pythagore

    Même système en Allemagne qu’en Belgique, compte d’épargne bloqué rémunéré à 2% (me semble-t-il). Par contre pour la co-signature, je ne l’ai tjs pas envoyé, et cela n’a pas empêché la banque de dégrever ma caution, il y a 10 ans….

  4. Gerldam

    Encore une raison de fuir ce pays de dingues! Je suis propriétaire (dans un pays moins cinglé) et je tiens à garder la caution pour parer à toute éventualité. Si le locataire est honnête, pas de souci et il la récupère dans sa totalité. Mais s’il ne paie pas les derniers termes, il se met hors la loi et je peux l’attaquer au tribunal et lui faire payer les termes non réglés, avec pénalité de retard, prévue dans le bail et, en génrale je ne lui restitute pas sa caution car ce genre de locatire laisse l’appartement dans un sale état.

  5. Pierre

    en Angleterre, toutes les cautions doivent obligatoirement passer par un organisme indépendant du proprio (c’est la loi). Le proprio/agence/mandataire doit déposer la caution faite par le locataire via virement bancaire sur un compte bloqué, l’organisme se remunere dessus via placements ou autres, et a la fin le proprio et locataire doivent etre d’accord, etat des lieux faisant foi, pour que l’organisme debloque la caution.
    En cas de desaccord, la procedure est lourde pour faire valoir ses droits de CHAQUE coté et peut prendre plusieurs semaines voire plusieurs mois en cas de litige important.
    Et cerise sur le gateau, pour les proprietaires qui ne veulent pas jouer le jeu et conserver la caution, les locataires ont la possibilite de les attaquer en justice

  6. René-Pierre Alié

    Location, caution, réglementation… Un aspect entre tant d’autres de la baisse générale du niveau de confiance dans ce pays – elle-même engendrée par l’absence de répression de la délinquance, grande et petite. Contracter entre inconnus (ici, le propriétaire et e locataire) devient une aventure extrêmement risquée. Beaucoup s’abstiennent, et hop ! plus rien à louer.

    1. Higgins

      Ma fille aînée a effectué deux séjours au Canada, l’un de quatre mois à Ottawa, le second d’un an à Montréal. Toutes les petites formalités ont été réglées par internet. Aucun pb.

  7. durru

    Euh… L’article suggère à plusieurs reprises que les agences de location auraient un problème de neutralité de par le fait qu’elles soient mandataires des propriétaires et rémunérées par eux.
    Problème de neutralité, je veux bien, mais à peu près toutes mes expériences dans le domaine, aussi bien en qualité de locataire que de propriétaire, m’ont montré que si biais il y a, il est à chaque fois en faveur du locataire. En tout cas, s’il s’agit d’un gros réseau national de professionnels de l’immobilier, le biais est garanti (enfin, je parle juste de mes expériences).

    D’un côté, l’ancien locataire est un nouveau client potentiel qu’il ne faut pas faire fuir. Car avec le propriétaire ils ont déjà un contrat, mais s’ils ne trouvent pas de locataires pour les biens proposés, leurs gains disparaissent. Se faire mal voir par les locataires est donc une très mauvaise idée.
    De l’autre côté, le particulier propriétaire est certainement peu friand d’aventure, vu qu’il s’est placé lui même dans la minorité qui préfère se servir d’un intermédiaire. Il va donc, statistiquement, faire peu de misères à l’agence en cas de (petit-moyen) pépin. Se faire mal voir par les propriétaires est, jusqu’à un point, à peu près sans risque.
    Et il ne faut pas oublier la protection légale dont bénéficient les locataires de nos jours, ce qui n’incite certainement pas les professionnels de se placer du mauvais côté du kampdubien…

        1. Husskarl

          Lol, vous n’avez jamais cherché une location à Paris… Y a des dizaines de potentiels locataires chaque jour. Un de perdu, rien à cirer…

          1. durru

            Faut sortir du périph…
            Le problème est réel, mon explication est empirique et pourrait être fausse, mais j’aimerais bien en avoir une autre.

              1. durru

                Justement, non. Dans des grandes villes hors Paris, le comportement des agences est à l’opposé. Ils favorisent de façon quasi-systématique les locataires, tout en étant mandataires des propriétaires.

                1. Pheldge

                  Mon expérience de proprio va dans le sens du Camarade durru. D’autant plus qu’habitant à 9000 km, j’étais obligé d’accepter et subir les décisions de l’agence.

                    1. durru

                      Et les agences qui rejettent les trois quarts des postulants, juste pour montrer qu’elles bossent. Car pour le reste, vous pouvez toujours attendre…
                      Encore une fois, le constat (confirmé par Philou aussi) est en apparence contradictoire avec le contexte. Mais il doit bien y avoir une explication à de tels agissements.

                    2. durru

                      Faux. C’est l’agence qui a, éventuellement, « un choix illimité ». Le propriétaire reçoit seulement la liste des pré-choix de l’agence, qui est très très limitée, elle.

                    3. Le proprio a toute latitude pour expliciter les choix qu’il veut à l’agence. Il est client et peut changer d’agence quand il le veut. La question, elle est vite répondute.

                    4. René-Pierre Alié

                      « Le proprio a toute latitude »… Quid du propriétaire exigeant de l’agence qu’elle élimine tout candidat ne répondant pas à certains critère. En clair, refusant les locataires de couleur. Des agences ont été épinglées pour cela, si je me souviens bien.

                    5. durru

                      Oui, Patron, la théorie elle est simple. Mais c’est la pratique qui tue…
                      J’en connais, des proprios qui ont changé d’agence pour se retrouver avec strictement les mêmes problèmes.
                      Après, je le répète, il s’agit de la minorité qui ne veut pas se passer des services d’un intermédiaire et qui donc on pourrait dire qu’elle n’a que ce qu’elle mérite.
                      Il me semble qu’il s’agit surtout de gens qui étaient déjà sur le marché il y a vingt ans ou même plus et qui n’ont plus l’énergie pour changer et, surtout, ils ont du mal à comprendre ce qui se passe…

                    6. La pratique est celle que j’ai décrite et explique exactement pourquoi les agences se retrouvent à demander autant de paperasserie, la tension des marchés locatifs, et l’exclusion de toute une certaine catégorie de population.

                    7. durru

                      Patron, on ne parle pas de la même chose.
                      Moi je dis que des locataires indélicats vont laisser l’appart dans un état assez limite, suite à quoi l’agence va faire en sorte de laisser passer le temps, laisser le proprio dans l’ignorance et libérer la caution sans se soucier de la remise en état de l’appart.
                      C’est devenu tellement fréquent, que le contraire est maintenant l’exception. Les gens qui font les états de lieux (et qui sont indépendants des agences de location) sont à chaque fois très étonnés lorsqu’ils voient un appart libéré dans un état correct, impeccable c’est carrément inconcevable.
                      Pourquoi les agences ne défendent pas les droits de ceux qui les font vivre ? Allez savoir, moi je n’ai pas la science infuse. J’ai évoqué quelques pistes, mais je peux très bien me tromper.

                      Pour ce qui est des paperasseries, il y a bien sûr, et en premier lieu, toutes les réglementations qui foutent un bazar monumental. Mais cette situation a aussi poussé les agences à se cacher derrière ces tonnes de papiers et fournir seulement un travail sur la forme, sans aucun fond derrière, ou presque.

                    8. Pheldge

                      @h16 le truc c’est que, quand un propriétaire confie la gestion de son bien a une agence, c’est pas pour changer d’agence au bout de 3 mois … faire jouer la concurrence, ça atteint vite ses limites. Et puis un bien non loué, ça te coûte des sous … Ajoute à ça que de nombreux propriétaires ne sont pas des pros de l’immobilier, et qu’ils ont souvent des connaissances très limitées dans le domaine, c’est l’agence qui décide et choisit pour eux …

    1. Aristarkke

      Se faire mal voir des *bons locataires* (il s’en trouve) est effectivement idiot. Mais on reloué rarement aux sortants car il faut que vos disponibilités libres coïncident avec son envie ou besoin.

      1. durru

        Faut alors trouver d’autres explications, mais le nombre d’exemples dans ce sens (témoignages d’amis y compris) est quand même assez impressionnant, sans aucun contre-exemple, où l’agence aurait fait des misères à un locataire sans trop de raisons. Ce n’est pas un argumentaire explicite reçu lors d’une troisième mi-temps, c’est une déduction faite suite aux observations. Cela semble effectivement contre-productif, toutefois c’est un comportement assez généralisé, d’où mes réflexions.
        Et dans les cas cités il n’est pas vraiment question de « bons locataires », vu qu’ils laissent des ardoises que l’agence se garde bien de gérer correctement.
        Peut-être parce que c’est devenu la majorité.

    1. Batistouta

      L’acte perpétré est l’œuvre de quelqu’un de réfléchi puisqu’il s’agissait d’entraver l’avancée des reportages d’Elise Lucet avec peut-être l’espoir secret d’empêcher la sortie de son prochain morceau de propagande anticapitaliste sur France tv.

      Extrait : « Les deux blessés sont deux employés de la société de production Premières Lignes (qui produit notamment l’émission Cash Investigation d’Elise Lucet). »

      1. taisson

        Un costaud avec une feuille de boucher !

        Vu la cible, C’est surement un coup de l’extrême drouâte !!

        Ou alors d’un déséquilibré très gentil qui à cru qu’ils étaient des Charlies !
        Les gamins perdus de Moretti…
        A suivre…

    1. durru

      Amusants, comme toujours, nos énergumènes soi-disant journalistes :
      « À part la Chine […] aucun État n’est parvenu à convaincre sa population du bien fondé de ce type d’outil numérique. »
      Oui, et à part l’Irlande (app téléchargée par 30% de la population en 36h), à part Singapour, etc.
      Mais bon, quand on prend la Chine comme modèle, c’est forcément mieux.

      1. Le Gnôme

        En Chine, c’est obligatoire, sinon interdiction de se déplacer. Y’a pas de doutes, le communisme est très efficace, la tentation de s’en inspirer est de plus en plus forte.

  8. René-Pierre Alié

    HS mais de retour du bistrot, cette question me tenaille. Vu qu’il y a des règles anti-Covid qui tiennent compte de l’heure (exemple, pas de service de boissons alcoolisées, ici, après 20 h.), le virus est-il au courant du changement d’heure ?

    1. John John

      Le virus, le matin, veut ses croissants et son chocolat chaud.

      Le virus, le matin, dans le rer, il est compréhensible, il cherche pas à être viral,
      il respecte les travailleurs; entre 7h et 9h.

      Allant chez une coiffeuse qui me parla des cheveux comme si ils étaient ses potes,
      j’en viens à une réflexion: veran et consort, parlent virus au point qu’on dirait qu’ils se prennent pour des virus.

      N’avez-vous jamais vu un doc sur un mec qui vit avec des loups, ils les comprends, il les aiment, il est devenu un loup … mdr

      Pour les animaux, on parle d’anthropomorphisme, pour les virus … je ne connais pas encore le mot alors je l’invente: le véranisme.

    2. Dr Slump

      C’est au-delà de toute prévision vu que c’est un virus quantique: à la fois stable, en augmentation et en diminution. Son état change selon l’observateur, et son traitement dépend du degré d’acceptation du théorème de Gödel par le médecin-en-charge.
      Perso, vu que nous en sommes aux incantations, aux totems et aux devins, maintenant je sacrifie des poules blanches à Asclépios, je brûle des clopes et de l’essence aux diables capitalistes gaulois réfractaires, sans oublier les libations bien sûr, sans quoi il n’y a pas de rituel qui tienne.

      1. John John

        Grosminet, vous plaisantez mais je pense que les huiles qui nous essaient de nous gouverner ont eu votre réflexion.

        Si j’étais un bruno lemaire alors je me demanderai si je ne peux pas influencer la manière dont mes administrés dépensent leur argent avec en ligne de mire de freiner les achats de produits étrangers comme la bière ::))

        Je pense, très sérieusement, qu’ils ont des listes de produits, des listes de secteurs d’activités qui sont plus ou moins des pipelines à pognon vers l’étranger.

  9. Aristarkke

    Demi HS : j’ai reçu la convoc d’AG annuelle pour un parking box possédé depuis l’année dernière dans un parking-silo en copropriété des années 70. 300 places éclatées entre 220 copro, sachant que les 3F en ont une soixantaine (il y a un HLM dans l’ensemble immobilier d’une demi-douzaine de copros) et certains copropriétaires, deux au vu des portes abattantes uniques des boxes.
    156 feuilles imprimées recto verso sauf le pouvoir… soit 495 g de papier, enveloppe comprise. Ouf, pour le tarif postal….
    Soit 311 photocopies / convocation unitaire.
    Le contrat de syndic « normalisé » se développe sur seize pages et il y en a deux puisque l’actuel est à nouveau menacé vu sa prestation moyenne pour un tarif extravagant représentant en honoraires de base près de 30% du budget courant de 45.000€
    Avec les vacations et les frais d’AG de 2019, la gestion bouffe 40% du budget…
    Prestation moyenne : pour des travaux à 1.000/1.500€, fourniture de cinq à six devis de deux/trois pages bien que le CS ait indiqué son choix argumenté dans son rapport annuel…
    Pour un remplacement de porte coupe-feu pour un problème de rail avachi qui gêne sa fermeture par gravité, il est évident que le vantail doit aussi être remplacé en plus des rails (haut et bas)…
    Et là, un seul devis pour la blague à presque 15.000€ TTC…
    Alors que c’est la porte la plus profonde en sous-sol des trois et que la hauteur disponible est vraiment limitée à 1,90 m de haut empêchant l’accès direct au chantier à un véhicule gros porteur, vu l’âne mort à Charrier qu’est la porte (6,5 x 3,2 m)…

  10. MCA

    Un HS qui vient de me faire bien rigoler :

    https:/ /www.businessbourse.com/2020/09/25/la-plupart-des-gens-sont-des-cons-au-moins-80-le-president-du-loir-et-cher-se-lache-devant-sa-majorite/

  11. Higgins

    Autre HS, les s….se dévoilent : https:/ /www-auto–moto-com.cdn.ampproject.org/c/s/www.auto-moto.com/actualite/environnement/radar-anti-voiture-ancienne-quil-faut-savoir-250165.html/amp

    1. Dr Slump

      La ministre s’est défendue de toute discrimination sociale: « Des aides seront mises en place pour que les gens puissent changer de véhicule ».

      Ben voyons, si les gens ont de vieux véhicules, une aide de l’état leur suffira pour s’en acheter une neuve. Pensée magique. Fastoche. Yakafokon. Faites pas les difficiles. On vous dit d’acheter une voiture merdalors cépakonpliqué. Allez, sujet suivant. Scrogneugneu.

    2. MCA

      Ca ne peut se faire qu’en lisant toutes les plaques et ensuite en triant en connexion avec le ficher cartes grises (comme le font déjà les radars tronçons).

      Sous-effet notable, toutes les voitures seront suivies dans leur déplacement.

      Vous le voyez l’effet 1984 sous couvert d’écologie cette fois…?

      Ravi qd mm d’apprendre que pour la nième fois je vais financer la bagnole du voisin avec mes impôts.

      Peut-être que l’avenir de la voiture n’est plus dans sa possession mais dans sa location.

      En tout cas, il y en a vraiment marre de tous ces abrutis et s’ils voulaient ressortir les GJ de leur torpeur ils ne s’en prendraient pas autrement.

      D’ailleurs dans le cadre du harcèlement sanitaire cette fois, ça commence à chauffer sur la côte d’azur avec les fermetures de commerces et j’ai lu la même chose en ce qui concerne l’Espagne.

      L’hiver risque d’être chaud pour des causes anthropiques qui n’ont rien à voir avec le RCA.

      1. René-Pierre Alié

        Une prune pour l’ancienneté. Ça m’en fera quelques-une de plus pour quand je viendrai en France, moi qui les collectionne déjà pour excès de vitesse avec une vieille dame indigne, une vaillante 230 SLK Immatriculé là où vous savez. Je mets les avis de côté, et vous tiendrai au courant de l’intérêt qu’il y a à avoir une plaque étrangère quand on se fait flasher. Quand le vois l’allure à laquelle roulent certains Suisses en France, je me demande si les prunes, comme le virus, ne s’arrêtent pas aux frontières.

        1. Pheldge

          En France, on devrait gérer la prune, comme on gère la pression : d’ailleurs, tout le monde devrait savoir qu’en France, la pression, Monsieur, on la boit !

              1. MCA

                Je te signale que j’ai un métier moi!

                Je viens de planter 3 bananiers qui quand ils donneront à plein concurrenceront (à l’aise) la production de ton caillou.

                Prochain projet : planter 3 cocotiers.

                J’ai déjà planté 2 palmiers qui sont ravis du climat océanique.

                Restera plus que les ananas et la canne à sucre (pour concurrencer ton a̶l̶c̶o̶o̶l̶ ̶à̶ ̶b̶r̶û̶l̶e̶r̶ rhum au parfum délicat) mais
                pour cela, je vais attendre encore un peu que le RCA fasse son office.

                1. Grosminet

                  @MCA 14h24
                  Vous n’êtes plus à la page, il faut dire CCA, parce qu’en fait, on ne sait plus trop si le climat se réchauffe ou se refroidie, mais ce dont on est sûr, c’est qu’il change. Et on est encore plus sûr du fait que c’est uniquement de notre faute à nous, les mâles blancs patriarcaux, occidentaux, et surtout (j’ose à peine l’écrire tellement mes mains tremblent de devoir utiliser un tel gros mot) libéraux.

        2. Aristarkke

          Fais attention tout de même qu’il n’y ait pas une convention entre Grance et ton pays actuel pour le recouvrement des prunes.
          D’autant que la validité étant limitée à un an, d’aucuns oeuvrent déjà pour envisager une prolongation avant péremption.
          Cependant, j’imagine mal, vu la disproportion de populations que ton administration locale mette tout son coeur et son attention (et son travail, naturellement) gracieusement pour aider Bercy .

            1. Aristarkke

              Non, René. Sportliche Leicht Kompact pour SLK pour la différencier de la ligne SL, plus rare et surtout plus grosse.
              Ton modèle est en fait le SLK230 K(ompressor). 😛

              1. René-Pierre Alié

                Dialogue de spécialistes, Harry. Je dis bien « SLK ». SLK(ompressor) 230. Mais tu dois avoir raison, il est possible que je n’aie pas saisi une nuance, entre 230 SLK et SLK 230. La mienne est bien marquée SLK 230.

                    1. Pheldge

                      Tiens, à ce propos, vu que j’y ai récemment posé mon doux, sauvage, et neanmoins tropical postérieur, sa valeur vient de monter en flèche : je t’envoie certificat afin d’authentifier mon auguste passage dans ton véhicule. 😉

                1. Aristarkke

                  Sur la première lignée des SLK, quand il y avait le compresseur, il était marqué à droite du couvercle de coffre arrière « kompressor » mais tu avais l’option gratuite (rare chez Mercedes et autres Allemands) que ce badge ne soit pas installé.

                  1. Aristarkke

                    Mais le 230 SLK (R170) n’a été proposé qu’avec le compresseur pour rendre dans les 190 HP.
                    Ce moteur en atmosphérique rend 150 HP (monté sur ma W124 de 93)

    3. Aloux

      Entre ça et « la filière de la betterave va disparaître en France, et je m’en fouts », Barbara Pompili sera bientôt bien plus facho qu’écolo, et j’espère que les Français auront un jour l’occasion de lui rendre tout cet amour, sous la forme d’un procès pour haute trahison par exemple.

      1. René-Pierre Alié

        Il est à noter que Barbara Pompili, comme tant d’autres écolos, n’a aucune culture scientifique. Je rêve qu’un journaliste un peu curieux l’interroge un jour sur des notions essentielles, surtout dans le domaine dont elle s’occupe. Des questions portant sur l’énergie, l’électricité… Quand on voit des ministres incapables de faire une règle de trois, je jouis d’avance d’une semblable éventualité, très improbable : les ministres sont interviewvés par des journaleux triés sur le volet de leur propre incompétence, les autres sont au chômage.

        1. Aristarkke

          René, tu n’ignores pas qu’un *bon* journaleux est au chômdu, sauf pour tenir éventuellement la rubrique des chiens écrasés, surtout en Grance où bien des questions ne sont jamais posées aux z-élites, à juste raison de leur point de vue puisqu’elles en perdraient leur statut.

      2. Aristarkke

        Incompréhensible qu’elle ait pu se faire élire dans un département des plus betteraviers de Grance (la Somme).
        Cela dit, sa circonscription englobe un morceau d’Amiens où, comme d’habitude, beaucoup d’urbains snobent les ruraux alors même qu’ils sont nourris par eux.
        J’ai noté aussi que la Somme, bien que fortement agricole, avait une lourde tendance à voter à gauche toute.
        Z’ont pas bien dû lire les grands maîtres à penser senestres (ou ils n’ont toujours rien compris)

      3. baretous

        ce qui est rigolo avec cette histoire d’abeilles tuées a cause des insecticides sur les betteraves c’est qu’elles sont ramassées avant d’être en fleur.. 🙂 la betterave est une racine

  12. Omoshiro

    Je verrais dans cette mesure la possibilité de capter plusieurs milliards de trésorerie… Et de la mettre dans la main d’un dodu copain…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.