France : petit atlas d’un pays vraiment pas comme les autres…

– Article écrit en commun par h16 et Nathalie MP

Frappé d’un trop rare éclair de lucidité, Emmanuel Macron écrivait « La France n’est pas un pays comme les autres » au début de sa Lettre aux Français de janvier 2019. Ô combien il avait raison ! Au point qu’on en vienne souvent à le regretter…

Pour le Président de la République, il s’agissait évidemment de rendre compte de cette « exception française » qui veut que « chez nous », le sens des injustices soit plus vif qu’ailleurs et l’exigence d’entraide et de solidarité plus forte.

Mais quand on fait le tour de toutes les précautions, interdictions, tabous et dépenses publiques que tant de perfection signifie, on se retrouve face à un pays en perpétuel déficit, qui manque de liberté et qui accuse de nombreux retards inquiétants pour son avenir sans obtenir jamais la prospérité et la justice promises.

Pour illustrer cette situation, voici les prémices d’un PETIT ATLAS qu’il sera toujours possible d’améliorer et de compléter par la suite, mais qui permet déjà de situer la France parmi ses pairs du monde développé et d’évaluer à quel point elle n’est décidément pas un pays comme les autres (cliquer sur les graphiques et les cartes pour les agrandir).

Dépenses des administrations publique

(en % du PIB, OCDE, 2019)

La France est le pays de l’OCDE dont l’État au sens obèse large (ministères, agences gouvernementales, collectivités territoriales et administrations de sécurité sociale) dépense le plus par rapport au PIB, et ceci depuis de nombreuses années.

Que fait-il de tout ce « pognon de dingue » (dixit Macron) qui a atteint 1 349 milliards d’euros soit presque 56 % du PIB en 2019 ?

Mais c’est très simple, répondait Gérald Darmanin quand il était à Bercy, « on paie des professeurs, des hôpitaux, de la sécurité ».

Disons-le autrement : on paie de très nombreux fonctionnaires qui doivent mettre en musique une myriade de politiques publiques toujours plus onéreuses, depuis le soutien à l’égalité homme-femme (« grande cause toujours » du quinquennat) jusqu’aux subventions aux énergies intermittentes.

Mais avant ça, on paie surtout des prestations sociales (maladie, retraite) dont on a actuellement l’occasion de tester toute la pertinence avec une gestion des stocks (de masques, de lits, de matériels, de vaccins, de réfrigérateurs, etc.) et une gestion des personnels au millimètre.

L’exception française !

Dette publique dans l’Union européenne

(en % du PIB, Eurostat, 1er trimestre 2020)

Qui dit dépenses publiques dit évidemment impôts pour les financer : avec le « volontarisme » de nos édiles, cela se traduit par une augmentation croissante de la pression fiscale, pourtant déjà parmi les plus élevées du monde (45 % du PIB en 2019), qui peine malgré tout à suivre le rythme débridé des dépenses.

D’où déficit public. Abyssal.

À ce sujet, il faut savoir que depuis la crise de 2008, la France a eu toutes les peines du monde à se sortir de la procédure pour déficit excessif de l’Union européenne. En quelque sorte, l’obésité de l’État l’empêche de sortir du trou et après être revenu péniblement à 2,5 % du PIB en 2018, son déficit est remonté à 3 % en 2019, soit la limite autorisée par le pacte de stabilité et de croissance de l’Union européenne.

Heureusement, la crise du Covid-19 a flanqué toute orthodoxie budgétaire par la fenêtre et autorisé l’ouverture complète des sprinklers à pognon gratuit des autres, ce qui permet à la France d’échapper ainsi à une nouvelle procédure pour déficit excessif en raison de ses efforts nanométrique pour réduire sa dette publique en 2019.

Celle-ci atteignait en effet 98,1 % du PIB au 31 décembre 2019 et 101,2 % à la fin du 1er trimestre 2020 comme on le voit sur la carte ci-dessus. Avec le « quoi qu’il en coûte » d’un côté et l’évaporation des recettes fiscales de l’autre, cette dette s’achemine vers 120 % du PIB fin 2020.

Encore une exception française qui n’a rien de réjouissant.

Niveau des élèves de CM1 en mathématiques

TIMSS, 2019)

On a vu tout à l’heure qu’avec le pognon gratuit des autres, on payait (notamment) des professeurs. Profitons-en pour examiner les résultats fracassants de notre Éducation nationale.

Le tableau ci-dessus donne le classement TIMSS des élèves de CM1 en mathématiques pour les pays de l’OCDE qui ont participé au massacre à l’évaluation en 2019.

Que dire, sinon que les lauréats Singapour (625 points) et Hong Kong (602 points) n’apparaissent pas puisque qu’ils ne font pas partie de l’OCDE, et que la France se retrouve une fois de plus au fond du classement ?

Résultat isolé, constat biaisé ne tenant pas compte de l’excellence de notre système scolaire ?

Que nenni : de test en test, de PISA en TIMSS en PIRLS, qu’il s’agisse d’élèves de CM1 ou de 4ème, et qu’il s’agisse de matières littéraires ou scientifiques, c’est la même déception, c’est le même désastre.

Et si l’on s’attarde au faible niveau des élèves français en mathématiques et en sciences, on comprend mieux la tournure consternante de certains débats actuels à forte teneur scientifique tels que la robotisation de l’industrie, le déploiement de la 5G ou la place des cryptomonnaies.

Nombre de robots dans l’industrie pour 10 000 employés

(Statista et IFR, 2019)

Comme précédemment, il convient d’ajouter à la liste ci-dessus le score de Singapour (918), champion indiscuté de la robotisation industrielle. Et comme précédemment, on voit que la France est à la traîne en Europe. Précisons cependant que si l’on s’en tient à l’industrie automobile, notre performance est meilleure.

Ce thème de la robotisation avait agité la campagne électorale de 2017 car l’un des candidats présidentiels les plus affûtés, Benoît Hamon pour le Parti socialiste, proposait finement d’instaurer une taxe sur les robots, celle-ci devant financer un futur revenu universel d’existence puisque, comme chaque socialiste le sait, robotisation et révolution numérique allaient supprimer 10 % à 50 % des emplois actuels : en tabassant les robots de taxes, on allait (mais si, c’est certain) avoir le beurre (des robots, mais pas trop vite) et l’argent du beurre (sous forme de revenu universel).

Etonnamment, Benoît se fourre le doigt dans l’oeil, et ce sans même rappeler que l’Allemagne est un pays hautement robotisé dont le taux de chômage est très inférieur au nôtre (3,2 % en décembre 2019 contre 8,4 % en France) : en fait, une étude récente de la banque mondiale intitulée Le travail en mutation (2019) montre que les robots sont certes en train de changer le monde du travail mais qu’ils apportent avec eux de nouveaux marchés, de nouvelles opportunités et de nouveaux emplois, exactement comme la mécanisation du tissage au XVIIIème siècle avait été porteuse de plus de prospérité que de destruction. Le travail est perpétuellement transformé par le progrès technologique, mais il ne disparaît pas, bien au contraire.

Le chômage, c’est une autre affaire…

Taux de chômage dans l’Union européenne

(Eurostat, décembre 2019)

En décembre 2019, le taux de chômage moyen dans l’Union européenne était de 6,2 %. Plusieurs pays comparables à la France étaient même au plein emploi : Royaume-Uni (3,8 %), Allemagne et Pays-Bas (3,2 %).

Mais « chez nous », l’exception française joue à fond : le chômage reste accroché à un niveau élevé (8,4 %), probablement pour s’assurer qu’on est tous un peu plus solidaires dans la misère et l’absence d’emploi que les autres pays. Bien sûr, l’arrêt total de l’économie en 2020 provoqué par les décisions gouvernementales suite à la pandémie promet une violente croissance du nombre de solidaires en 2021.

Déploiement commercial de la 5G en Europe

(Ookla, 15 sept 2020 en haut puis 20 janvier 2021 en bas)

Le 15 septembre 2020, la plupart des pays d’Europe avaient bien avancé sur le déploiement commercial de la 5G… à l’exception notable de la France, qui se contentait d’une poignée d’expérimentations sporadiques.

Emmanuel Macron a-t-il jeté un œil sur cette carte ? Pour la starteupe-naychone, ce n’est pas fameux et cela a peut-être poussé le Président à taper du poing sur la table : scrogneugneu, la France va prendre le tournant de la 5G et abandonner la lampe à huile et le modèle Amish des écologistes !

Les fréquences idoines ont donc été attribuées aux quatre opérateurs Free, Orange, Bouygues et SFR cet automne et l’on voit sur la carte ci-dessous en date du 20 janvier 2021 que la France commence à s’équiper peu à peu…

…Non sans difficultés, car cette technologie qui doit nous apporter des vitesses d’accès considérablement plus élevées qu’avec la 4G (utile pour les très grosses bases de données, la navigation en temps réel ou l’Internet des objets) souffre des mêmes réticences que la 4G en son temps : ne serait-elle pas dangereuse pour la santé, désastreuse pour le climat, syntonisée avec les vaccins et en lien direct avec les Illuminatis ?

Eh bien non : un rapport de septembre 2020 commandé par le gouvernement concluait à l’instar de nombreuses autres études antérieures sur une absence de risque sanitaire, comme en témoignait l’absence de tout signalement de ce type dans les pays disposant déjà d’une 5G commerciale.

Commerçants acceptant les cryptomonnaies en Europe

(coinmap.org, 20 jan. 2020)

À l’instar de la 5G et comparée à ses voisins européens les plus directs, la France montre là-encore sa souplesse légendaire dans l’adoption des nouvelles technologies : l’usage des cryptomonnaies, mesuré ici par le nombre de commerçants les acceptant, y semble encore cantonné à une poignée de grandes villes. L’exception française joue à fond.

Certes, la carte s’explique aussi par la densité de population. Mais il n’en reste pas moins que l’adoption des cryptomonnaies en France pâtit sans l’ombre d’un doute des politiques désastreuses que les différents gouvernements se sont empressés de pondre, Bruno Le Maire n’étant vraiment pas en reste pour enfiler âneries et contraintes bureaucratiques idiotes dont l’effet direct est de fusiller spécifiquement les entreprises françaises installées sur ce marché naissant.

Si l’on y ajoute la fiscalité réellement confiscatoire et la méfiance voire l’allergie compulsive des pouvoirs publics à ce qui pourrait échapper à leur compréhension et à leur contrôle, on comprend pourquoi c’est plutôt la Suisse ou le Royaume-Uni qui attirent les start-ups du milieu.

Liberté économique

(Heritage Foundation, Index 2020)

L’Heritage Foundation calcule un indice de liberté économique allant de 0 (liberté la plus faible) à 100 (liberté la plus forte) à partir des 12 critères listés au bas du planisphère ci-dessus.

Alors que la moyenne se situe à 61,6 pour les 186 pays étudiés, six pays dépassent les 80 (Singapour, Hong Kong, la Nouvelle-Zélande, l’Australie, la Suisse et l’Irlande) et la France, arborant fièrement la liberté dans sa devise mais guère au-delà, décroche un petit 66 bien serré, bien en dessous de ses grands voisins comparables comme le Royaume-Uni (79,3) et l’Allemagne (73,5) :

Comme par hasard, l’un des scores les plus faibles qui expliquent ce 66 bien étriqué est le lamentable 4,5/100 attribué aux dépenses publiques, jugées beaucoup trop élevées. S’y ajoutent la pression fiscale et la rigidité administrative du marché du travail, deux entraves supplémentaires pesant lourdement en France.

Des résultats désolants mais dont il n’y a malheureusement pas lieu d’être surpris.

Conclusion

La cartographie pourrait continuer, mais le tableau de ces « exceptions françaises » donne une image fidèle des problèmes graves dans lesquels le pays s’enfonce : à vouloir cultiver ses exceptions, le pays semble plutôt chouchouter ses erreurs et se satisfaire de ses mauvaises pioches.

Malheureusement, rien n’indique que ni ses dirigeants, ni, plus triste encore, sa population, ne veuillent se ressaisir pour redresser le cap.

Conclusion de h16 : Ce pays est foutu. Conclusion de Nathalie MP : Ça promet.

J'accepte les BTC, ETH et BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8
 

Commentaires324

    1. Calvin

      Quand on aura été dépassé par ka Tchétchénie ou la Syrie, certes… Ou l’Ethipie… Peut-être même cherchait-on l’Alibi pour être si pauvre.

      1. ~~Tribuliste~~

        Nos zélites clairvoyantes ont depuis longtemps compris que l’avenir c’est la pauvreté. Ils ont su anticiper, merci à eux.

    2. Jacques Huse de Royaumont

      Non, nous serons juste un protectorat chinois dont la gestion sera sous-traitée aux qatari.
      Que du bonheur en perspective.

      1. yp

        Je ne veux pas parler pour eux, mais les chinois ont autre chose à faire que de récurrer les fosses sceptiques… Il sous-traiteront la gestion de la Nation Phare du Monde à un ayatollah ou à un calife.

        1. Stéphane B

          Pas dit
          China’s Communist President Xi calls on the world to take down trade barriers and bolster global organizations for governance.
          https:/ /twitter .com/disclosetv/status/1353678871380553729

          Donc le président communiste chinois Xi appelle le monde à supprimer les barrières commerciales et à renforcer les organisations mondiales de gouvernance. NWO et Grand Reset au programme !

          Allez soyons optimiste, fin du cauchemar le 1er février, j’y crois encore.

            1. durru

              Bah oui, le cauchemar c’est un (mauvais) rêve, à partir du 1er février nous serons dans la réalité du troisième confinement, donc fin du cauchemar 😉

                1. Pierre 82

                  Ce blog, avec des gens comme vous, P&C, présente l’avantage de faire la connaissance de personnalités telles que Kim Glow, dont je découvre le nom pour la première fois aujourd’hui. Et pourtant, en consultant le Web, j’apprends qu’elle est connue depuis 2013.
                  Je mesure ainsi la séparation de plus en plus grande entre moi et l’univers médiatique. Ce qui, d’ailleurs, ne me chagrine nullement. Un effet de l’âge, sans doute, où j’accepte de mieux en mieux d’être pris pour un vieux schnock qui ignore les tendances. En d’autres temps, ça m’aurait contrarié…

                  1. P&C

                    Je l’ai découverte avec les Idiots du Confinement 1 et 2. Elle en tient une couche…

                    Si le cœur vous en dit, renseignez vous sur Belle Delphine et son eau de bain à 40 dollars le pot, et sur le milieu des egirls en général… vous ne serez pas déçu.

          1. yp

            Le président Xi sait de quel coté la tartine est beurée à ce moment précis de l’histoire… C’est temporaire… Un peuple idiot et mal formé (merci l’EN), des infra structures vieillissantes, mal dimensionnées et mal entretenues (donc, éventuellement, opportunité de vendre de la techno et de la presta chinoise, sous réserve de solvabilité – ce qui n’est pas gagné…)

            Eventuellement un disneyland, mais c’est beaucoup d’emmerdes quand même juste pour cela…

            Vu des quataris, il n’y a que cinq raisons de chopper la France : Le Triomphant, Le Téméraire, Le Vigilant, Le Terrible et le savoir faire à l’ Île Longue… Pour le reste, ISIS serait probablement souhaitable de leur point de vue, mais même pas certain qu’une france musulmane soit une priorité à leur yeux.

    3. Stéphane B

      A y est ! Le FMI invite la France un plan pour assainir sa dette, nous y voilà. Le FMI demande à la France de consentir à l’esclavage pour rembourser sa dette. Méga austérité à la grecque en vue ! Nous allons payer très cher le Covid et sa gestion catastrophique par notre gouvernement d’incompétents. Sauf que je pense que c’était le but recherché.

      https:/ /www .challenges. fr/finance-et-marche/le-fmi-invite-la-france-a-preparer-un-plan-pour-reduire-sa-dette_746681

    1. ~~Tribuliste~~

      Oui mais pas foutu pour tout le monde, il y a encore de quoi ronger sur la carcasse…comme l’épargne des français par exemple.

      1. MCA

        Il s’agit d’un fusil à un coup qui ne résout rien à long terme

        Et comme ce sera une erreur stratégique; donc ils la feront.

        Remember : « je serai probablement contraint de prendre des mesures qui feront que ma candidature en 2022 ne sera peut-être pas possible »

      1. Husskarl

        Non, il y a déjà un décalage énorme, c’est dire le degré de nullité du public.

        Et c’est certain que le résultat du hors contrat serait très intéressant.

        1. P&C

          Public = chances pour la France. Ne pas oublier que les 85 de Qi avec toute la vérité révélée dans un seul livre plombent forcément les résultats.

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Le privé, même sous contrat, bénéficie de deux atouts majeur par rapport au public :
      – il n’est pas obliger de se farcir les pires boulets, qui, bien qu’officiellement des chances pour la France, tirent tout un établissement vers le bas même sans être très nombreux.
      – La gestion de carrière des personnel dans le privé est malgré tout moins contrainte par le conformisme et la soumission au système. Les injonctions sont les mêmes, la manière d’y obéir plus fluctuante.

      Cela dit, la variabilité dans le public est grande : le taux de racailles varient beaucoup et un direction qui a sa carrière derrière elle peut se permettre un peu de bon sens.

      1. Pierre 82

        @Jacques: quand vous écrivez que les écoles privées ne sont « pas obligées de se farcir les pires boulets » c’est peut-être vrai dans les métropoles, mais dans les petites villes, c’est plutôt l’inverse. Je connais plusieurs cas de collèges privés qui acceptent n’importe qui, sous peine de devoir mettre la clé sous la porte pour manque d’effectifs. Et dans ce cas, la réputation des collèges privées (sous contrat) sont parfois pire que les équivalents public des centre-villes. Autrement dit, l’état se débarrasse du merdier, en se payant même le luxe de payer les privés. Bon, c’est vrai que c’est l’état qui paie, donc c’est gratuit.

        1. Higgins

          Le piège a été aussi subtil qu’efficace et l’enseignement privé sous contrat (essentiellement l’enseignement catholique traditionnel) n’a rien vu venir. En proclamant que 80% d’une classe d’âge devait avoir le Bac, les socialistes ont prouvé leur malignité et leur nocivité. En 1980, lorsque j’ai passé mon bac, le taux de réussite moyen était de 63%. Personnellement, dans mon lycée privé (ouest de la France donc un lycée très populaire), le taux de réussite a tourné à 78% contre un peu plus de 50% dans le public. Le choix était assez simple pour celui qui voulait décrocher le précieux sésame et ce résultat était prioritairement obtenu par une qualité d’enseignement supérieur. Les socialistes se savaient incapables, si tant est qu’ils en aient eu un jour la volonté (ce dont je doute fortement) d’améliorer le niveau général de l’enseignement public. Les 80% ne pouvaient donc être obtenus qu’en abaissant drastiquement le niveau ce que nous pouvons constater avec les résultats mirifiques de notre système éducatif. Avec un taux actuel de 90% et en dehors de choix plus philosophiques, quel est l’intérêt de mettre un enfant dans le privé ? De plus en plus souvent, le privé est désormais à la remorque du public. Le projet de contraindre encore plus l’enseignement privé conduit par le Mignon poudré n’est qu’un clou de plus dans le bois du cercueil du privé.

  1. Theo31

    Le momunent le plus ubuesque reste le mammouth. Difficultés à recruter aux concours. On peut décrocher le sésame du Capes avec moins de 5/20. Mais « en même temps », des dizaines de milliers de profs sont payés pour rester à la maison ou se planquent dans des sinécures syndicales pour ne pas avoir à exercer ce pour quoi ils ont été cooptés.

    Quant à la sécurité, faudra demander au jeune garçon qui s’est fait defoncer par des racailles ce qu’il pense du travail de Darmanin, le ministre affublé de plaintes pour viol.

    1. P&C

      Normal : paye de m*rde, élèves insupportables, crétins, voire dangereux. Et première annéess garanties dans la fosse d’aisance qu’est Paris.

    2. durru

      « des dizaines de milliers de profs sont payés pour rester à la maison ou se planquent dans des sinécures syndicales »
      Des méchancetises gratuites ! Même le ministère ne connaît pas leur nombre exact, c’est dire !

          1. Pheldge

            tiens, tu sais que pour venir nous envahir avec tes virus et tes microbes de noirs mou tièdes, au dos laid rond, il te faut désormais pouvoir justifier d’un « motif impératif » … je dis ça comme ça.
            Maintenant que tu sais, tu ne veux pas reformuler ton commentaire, et le rendre, plus, euh, convivial ? 😉 😀

            1. Pythagore

              La livraison d’une boue riche d’huîtres fait sans dé au lait rond était-elle un motif impératif ?
              J’me renseigne, c’est pour un ami.

            2. MCA

              Un motif « impératif » ? c’est pas ce qui manque :

              – Venir vérifier si tes mixtures exotiques sont à la hauteur de la finesse de mon palais,

              – Constater de visu si mes impôts sont dépensés à bon escient (là je sens que je risque de tousser et le COVID n’y sera pour rien)

              – Obtenir des nouvelles de tes protégées auprès de Madame,

              – Vérifier après du curé de la paroisse si tu es aussi un aussi fervent croyant que tu le claironnes…

              Tu en veux d’autres? :o)))

              Allez, je vais te rassurer car je sais que ça t’inquiète : si je ne viens pas je suis remboursé intégralement, donc panipwoblem’ sakamaché pou’ moi.

              1. Pheldge

                « panipwoblem’ sakamaché » ? c’est quoi ce sabir ? si tu commences comme ça, ton séjour risque d’être mouvementé : nous prendre pour des antillais ? c’est la pire des insultes ! 😉

                1. MCA

                  Et voilà, au lieu de serrer les coudes face à l’oppresseur métropolitain vous jouez la division.

                  Avec une telle attitude vous n’obtiendrez jamais votre indépendance.

                  Ah! on me glisse dans l’oreillette « tout mais pas ça! »… :o)))

                  J’ai pris connaissance de l’arrêté préfectoral COVID réunionnais (le 57 ème car il semblerait que le préfet en ponde un par jour) et le moins que l’on puisse dire c’est que votre ̶a̶u̶s̶t̶r̶a̶l̶o̶p̶i̶t̶h̶è̶q̶u̶e̶ hospitalité légendaire en prend un coup.

                  Je ne m’attendais pas à ça, imagine ma déception : nous ne serions plus les bienvenus.

                  Quelle surprise ! :o))))

                1. Citoyen

                  Sauf que, Pheldge …, « noirs mou tièdes » et « au dos laid rond », c’est pas vraiment au même endroit … Alors, c’est sûr que vu depuis les iles du pôle sud, ça peut donner l’impression … Mais sur place, ce n’est pas dans la distance administrative réglementaire, d’un déplacement d’une journée à cheval pour un fonctionnaire …

                  1. Pheldge

                    rohhh lui, z-y vas, quand on en est à intégrer la Réunion -le Paradis sur Terre – aux vilaines antilles – j’ai des noms – parler d’approximation géographique est particulièrement osé ! 😀

          1. Pheldge

            presque rien, insère juste un copyright à côté du seul « méchancetise ».
            Je l’ai entendu il y a plus de 30 ans,dire par une instit, la même qui disait que « emprofiter » était un synonyme de profiter … Notre patois est riche de quelques inventions pittoresques .

            1. Pheldge

              y’a aussi dans la même veine « emprêter » qui est utilisé dans les deux sens, avec toute l’ambiguïté que ça implique : pour prêter, et pour emprunter … 😉

  2. Batistouta

    Ce qui mérite quand même d’être dit, c’est que les résultats décrits ne sont pas un motif d’insatisfaction pour les hommes de l’État, puisque ce qui est observé est bien le résultat recherché au départ. Ce sont donc de bons voire d’excellents résultats de leur point de vue, et du point de vue probablement d’une bonne part de la population (et surtout de la classe jacassante qui est la plus visible).
    Donc tous ces indicateurs vont continuer leur aggravation, et même à vitesse grand V grâce à la divine providence du covid désormais.

    1. Higgins

      C’est la question qu’on doit se poser. Pourquoi cette persistance dans la poursuite de ces objectifs ? On ne voit strictement rien qui vienne infirmer les politiques suivies (le cas de l’EN est emblématique).

      1. Pythagore

        Parce qu’on n’est pas encore à la fin de la mise en place du système, c’est une transformation en profondeur de la France, mais soyez en sûr, nos élites guidant le peuple savent où elles vont et au bout, il y aura le paradis. Une élite nageant dans l’aisance et un peuple au revenu universel qui n’aura plus à se soucier du lendemain, les élites le faisant pour eux, c’est bien ce que tout le monde veut, non ?

        1. Batistouta

          Oui pour l’élite nageant dans l’aisance, mais également avec beaucoup de pouvoirs ce qui est ce qui compte pour elle. L’aisance sans le pouvoir ne suffit pas.

          Concernant le revenu universel, il s’agit surtout d’obtenir une égalité réelle des conditions de vie entre les individus (qui est assez mécaniquement obtenue par la pression fiscalo-sociale qu’une telle mesure implique).

          Par ailleurs, ma réflexion sur le revenu universel m’a amené à la conclusion (jamais vue nulle part alors je ne sais pas ce qu’elle vaut) qu’il ne donne pas un centime de pouvoir d’achat supplémentaire à qui que ce soit. En effet, le montant du revenu universel, puisqu’il est donné en contrepartie d’aucune création de richesse et à toute une population, se répercutera intégralement dans les prix et au final il faudra toujours travailler autant pour pouvoir vivre, exactement comme sans le revenu universel. Il faudra même en réalité travailler plus qu’avant d’une part pour payer cette usine à merde et surtout du fait de la non-création de richesse (découragement de la production) qu’elle implique. Bon je suis pas très satisfait de la façon dont je dis les choses, j’ai du mal à obtenir la démonstration parfaite sur ce sujet pourtant à mon avis très simple si on sait raisonner logiquement.

          1. durru

            Si, c’est très intuitif. Dans le sens où pour produire une quelconque richesse il faut faire quelque chose, par exemple bosser.
            Et là, nous sommes devant la non-création. Mais ça, c’est le propre du socialisme, et Bastiat l’a dit depuis des lustres : croire qu’on peut faire vivre tout le monde aux crochets de tout le monde, c’est ça le rêve socialiste.

            1. Batistouta

              En tout cas moi j’ai jamais vu cet argument. Des articles/livres à lire à lire ? Que je puisse voir comment c’est formulé quand c’est formulé correctement ?

          2. Pythagore

            https: //www.lefigaro.fr/vox/monde/2019/02/12/31002-20190212ARTFIG00191-ce-que-revele-l-echec-du-revenu-univsersel-en-finlande.php
            .
            Qq points:
            « Cette subvention est financée par une flat tax dès le premier euro de revenu.[…]
            Simplification administrative, indépendance de chacun, restauration du libre arbitre, lutte contre le chômage technologique, élimination des effets de seuil, les avantages seraient nombreux et l’idée fait des émules chez de nombreux politiciens, de Benoît Hamon à Barack Obama. »

            .
            Simplification administrative en France, arf arf arf. Or c’est de tte évidence une condition sine qua non.
            .
            « Ils ont reçu chacun 560 euros par mois »
            On touche combien au RSA si on rajoute les aides ? C’est combien les aides parentales, les APL,… ? Le RU à la finlandaise n’aura pas déjà-t-il été mis en place ?
            .
            Peut-être qu’un RU pourrait être une porte de sortie si toutes les autres aides étaient supprimées, sauf que fermer la sécu et virer 1 à 2 millions de fonctionnaires dont le poste n’est justifié que par la redistribution n’arrivera jamais.

            1. Husskarl

              Oui, perso je le vois comme une simplification ultime. Tu prends 10% du PIB, tu le ventile à tous sans aucune condition, et tu vires toute autre alloc et tous les fonx qui s’occupaient des allocs. Ainsi, y a le RU et en plus on fait des économies …

              Bon ça va de soi, que ce ne sera pas en France.

          3. sam player

            Si, dit à plusieurs reprises ici et confirmée par des exemples : 80% des montants des aides au logement se transforment en hausses de loyer (étude institutionnelle, INSEE p-e, l’aubergiste a dû faire un article là-dessus).

            De manière générale, en distribuant du pognon, on solvabilise la demande, ce qui augmente la demande, et offset le prix.

            1. Husskarl

              L’augmentation est vraie pour les prix des choses non déplaçables style immo. Mais Fausse pour les choses dont le prix est international, style ipad ou pièce d’or.

                1. Husskarl

                  Il y a des législations différentes pour les voitures dans chaque pays européen et une immatriculation qui rend légèrement complexe la livraison en point relai..

                  L’or a une législation européenne de non taxation et tous les petits objets peuvent être livrés de l’étranger pour 5/15€.

                  Donc oui, c’est totalement différent.

                  1. sam player

                    Bah, sur les voitures neuves, le processus est complètement transparent pour l’acheteur qu’il achète en france ou en Belgique, idem pour les taxes… mais 30% de reduc minimum

              1. sam player

                Autre exemple : les lunettes et les verres, solvabilisation de la demande créant un différentiel de prix enhaurme

                Des lunettes c’est de l’immo ?

                1. Husskarl

                  Y a pas de standard si tu te fais faire des lunettes donc hors sujet. Si c’est un standard selon toi et bien achète les en Chine directement pour le prix/5.
                  En attendant, tu ne réponds pas sur l’or ou les petits objets.

                  1. sam player

                    Ah les petits objets maintenant !
                    Bye

                    (l’or c’est comme les Matières Premières, le cours de base est coté sur les marchés, pas par le clampin du coin)

                    1. Husskarl

                      Bah du coup, le prix sera toujours le même donc pas d’augmentation en fonction d’un RU éventuel.
                      Bye

            2. Batistouta

              Oui c’est effectivement par analogie avec les effets constatés des APL que je me suis d’abord rendu compte que le revenu universel allait aboutir au même résultat : pas un centime d’économisé sur la dépense considérée pour le bénéficiaire (en l’occurrence l’ensemble des dépenses qu’on fait dans la vie, puisque le RU peut servir à acheter n’importe quoi).

      2. Jacques Huse de Royaumont

        L’EN est un cas d’école à elle toute seule. Il semble que le ministre n’ait qu’une très faible autorité sur ce qui s’y passe. Jean-MiMi avait été choisi parce qu’il connait bien la maison du fait de son parcours. Ca ne semble pas suffisant pour rectifier quoi que ce soit. Une nébuleuse autour des comités de programme, de recteurs, des syndicats et de quelques directeurs d’institution influent (type science Po) fait ce qu’elle veut. L’idéologie y règne en maître, ce qui ne changera pas facilement puisque la cooptation des nouveaux venus dans ces cénacles s’établit sur des critères ce conformisme et de connivence. Pour changer réellement les choses, il faut identifier les réels lieux de pouvoir, ce qui ne peut se faire qu’en y entrant. Et personne ne rentre, pas même un ministre.
        La solution consistant à virer tout le monde en bloc, moralement satisfaisante, est inapplicable : il est inconcevable d’arrêter l’école pendant 2 ans. De plus les groupes d’influence au cœur du problème sont difficiles à remplacer : malgré toutes leur tares, ils disposent de compétence dans le pilotage de l’ensemble dont on ne peut se passer et qui ne s’acquièrent pas un un jour.
        Administration opaque, idéologiquement dévoyée, difficile à remplacer et qui sait se défendre, l’EN est un problème que l’on va trainer encore longtemps.

        1. P&C

          En fait la situation n’est pas nouvelle…
          Les rois de France rencontraient déjà ce genre de situations. Ils se contentaient de créer autre chose à coté et de laisser crever la bête.

          1. Jacques Huse de Royaumont

            A l’époque, la taille des organisations n’avait rien à voir avec aujourd’hui. L’effet d’échelle complique singulièrement le problème.

        2. Pythagore

          Les ministres ont aussi des leviers. Rien ne les obligent à limiter les écoles privées sous contrat. Il suffirait d’augmenter pas à pas le quota (ben on n’arrive plus à recruter) comme la CSG, et sur 5 ou 10 ans, le public mourrait de sa belle mort.

          1. Pierre 82

            @Pythagore. Oui, je pense aussi que la moins mauvaise solution serait le chèque-éducation couplée à la liberté d’enseigner. Ça prendrait plusieurs années avant de se mettre au point, ça galèrerait forcément au début, mais au moins, on naviguerait dans la bonne direction. Et pour la formation des jeunes, ça leur montrerait par l’exemple qu’il est possible de se bouger les fesses pour améliorer la qualité de la scolarité.

            1. André Rosa

              Il y a un moyen « simple » de faire baisser drastiquement le déficit de l’Etat et de détruire le « mammouth »: instituer un chèque éducation valant 60% du prix de ce que coûte un élève dans l’Education Nationale.

              En effet, les établissements hors contrat réussissent la performance de coûter deux fois moins cher que l’enseignement public.

              Exemple: un collégien coûte 8710€ / an en frais de scolarité (en 2017: https://www.education.gouv.fr/le-cout-d-une-scolarite-7529)
              Avec un chèque éducation de 5200€ par collégien, un établissement « hors contrat » se trouverait tout de suite à l’aise. (Et les parents aussi, qui cesseraient de payer deux fois.) Quant aux établissements « publics », ils seraient immédiatement contraints de chercher des clients…

              Ainsi, on pourrait baisser le budget de l’Etat d’une trentaine de « miyards ».

              (Moi qui vous parle, je suis bienfaiteur de la France, car, en scolarisant mes 5 enfants dans le « libre », je donne l’occasion au gouvernement d’économiser 41 000 € par an…)

        3. Husskarl

          Je pense l’inverse, une chèque instruction et la liberté de créer de écoles facilement créerait un système parallèle qui prendrait le relai en quelques mois.

          1. Jacques Huse de Royaumont

            Le privé a encore plus de mal à recruter que le public. Même des établissements prestigieux sont à la peine. A Maisons-Laffitte, une école privée à 8000€ l’année (hors restauration) a du mal à recruter pour le collège.
            Sans compter que créer un établissement demande une mise de fonds conséquente alors que les marges sont faibles. En fait, sans donateurs, ce n’est pratiquement jamais rentable.

            1. P&C

              A mon avis, ça dépend dans quelle matière.
              Lorsque je participai encore aux concours du Capes, je voyais bien que les manques étaient en Maths et Anglais principalement
              Même physique chimie et SVT faisaient le plein…

              Soyons sérieux, aujourd’hui, quand tu es bon en maths, tu fais informaticien, pas prof… pareil pour les physiciens.

            2. Husskarl

              Ils recrutent sur quelle base ? Le CAPES ou d’anciens profs j’imagine ?
              Un lycéen pourrait enseigner jusqu’en seconde, ce sont ces exigences débiles qui engendrent ces problèmes.

              En plus de cela, il y a les salaires misérables, sauf qu’avec du budget, on peut faire différemment.
              Enfin, il y a le lieu, l’IDF est un furoncle condamné pour sa cherté excessive issue de la centralisation de ce pays. Ca va avec le salaire misérable en fonction du lieu.

              NB: Quant à la marge, oui, ça n’en génère pas avec le modèle actuel.
              Toutefois, très libertariennement, nous pourrions imaginer que tous les ans passés dans l’école impliquent un contrat pour les 10 premières années travaillées où le futur travailleur reversera X% de son salaire à son ancien établissement, style 0.1%.

              1. Pheldge

                dès que tu payes des impôts tu finances déjà le mammouth, qui est le premier budget de la nation … et tu proposes « très libertariennement » d’en rajouter une louche ? très libertariennement, t’es sûr ? 😉
                Non, pour le supérieur, par contre, le système anglo-saxon n’a que des avantages. mais il faudra du temps pour l’importer ici …

                  1. Husskarl

                    Et le propos se tenait dans le cadre d’un chèque instruction.
                    Cela dit, en y réfléchissant, si au bout de quelques années grâce à ces contrats, le chèque pourrait même disparaitre.

              2. Paul

                Bonjour à tous, votre discussion est intéressante mais il y a quelque béance dans le raisonnement. Béance.
                Vous oubliez qu’on enseigne non pas dans l’absolu une technique, des connaissances indépendantes, mais à des personnes.
                Alors un lycéen enseigner jusqu’en seconde cela m’amuse beaucoup. Précepteur éventuellement s’il a un certain charisme et un élève pas trop pénible ou en difficulté. Et seulement pour une partie de la transmission pour les matières non techniques.
                Mais une classe disons que cela fait un moment que vous n’avez pas vu de « jeunes » en action.
                Deuxième problème vous semblez penser que si vous êtes mathématicien (et un bon, même si vous pensez avoir eu l’élégance de ne pas le dire explicitement), naturellement vous allez ailleurs que dans l’éducation pour cause de rémunération.
                Je ne sais pas pour la catégorie mathématicien et bon.
                Il est fort probable toutefois que l’ensemble de la catégorie mathématicien soit moins portée sur la chose humaine que d’autres disciplines.
                Par ailleurs, historiquement les profs étaient souvent d’anciens bons élèves. Les critères de bon élève dans une période qui a enfoncé le niveau depuis les petites classes, avec toutes les perturbations périphériques que cela engendre de surcroît, n’en font assurément pas de façon évidente de futurs profs, ce serait même le contraire… que ce soit par envie ou par compétences a priori.
                Donc vous commencez à avoir le début du serpent qui se mord la queue.
                Et d’éventuelles difficultés de recrutement.
                Donc misère des salaires oui, et plus encore, une gouvernance, si vous rajoutez les problèmes d’intégration du multiculturel et du management interculturel, à condition que cela ne soit pas de l’enseignement en expatriation culturelle voire civilisationnelle. Cette difficulté là et compétence particulière là est déjà bien requise au collège.
                Donc oui, le hors sol cela existe…

            3. Batistouta

              « Sans compter que créer un établissement demande une mise de fonds conséquente alors que les marges sont faibles. En fait, sans donateurs, ce n’est pratiquement jamais rentable. »

              Ce n’est pas vrai.

              Par exemple que ce soit en Inde ou en Chine dans les contrées reculées il y a un très grand nombre d’écoles privées qui arrivent le prodige de coûter moins cher que les écoles étatiques pour les parents (et obtiennent des résultats pédagogiques spectaculaires). Il y a de la littérature et des reportages sur le sujet. Ce sont des écoles sans aucun moyen financier, car il est possible de faire de l’éducation avec très peu. D’ailleurs ces écoles sont indispensables car (heureusement) il manque d’écoles publiques pour éduquer tous les enfants. Il me semble que c’est Milton Friedman qui avait fait des reportages dessus.

              Aux États-Unis, les charter schools sont extrêmement prisées et ne sont pas chères non plus. Néanmoins elles sont limitées par les syndicats des écoles publiques qui leur mettent des bâtons dans les roues. Il y a beaucoup à dire. Ce sont des écoles qui tournent bien et il n’y a pas spécialement de donateurs ou de mécènes même si ça se peut qu’il y en ait. Le seul obstacle à ces écoles ce sont l’Etat et les syndicats, c’est pas un problème d’argent. John Stossel a consacré plusieurs émissions aux charters schools (aller voir sur YouTube).

              1. Pierre 82

                On peut très bien imaginer qu’une vingtaine de familles rurales (disons pour une trentaine d’enfants) se mettent d’accord pour embaucher 2 ou 3 instits pour s’occuper d’enseigner à leur progéniture. Avec les chèques éducation, il devrait être possible de les payer, et de louer deux ou trois pièces à la mairie pour faire une salle de classe, et d’assurer le chauffage, non?
                Voilà un truc simple, et qui en plus, responsabiliserait les parents, et éviterait l’exode forcé de gens qui aimeraient rester. Trop simple, sans doute.

          2. André Rosa

            Il y a un moyen « simple » de faire baisser drastiquement le déficit de l’Etat et de détruire le « mammouth »: instituer un chèque éducation valant 60% du prix de ce que coûte un élève dans l’Education Nationale.

            En effet, les établissements hors contrat réussissent la performance de coûter deux fois moins cher que l’enseignement public.

            Exemple: un collégien coûte 8710€ / an en frais de scolarité (en 2017: https://www.education.gouv.fr/le-cout-d-une-scolarite-7529)
            Avec un chèque éducation de 5200€ par collégien, un établissement « hors contrat » se trouverait tout de suite à l’aise. (Et les parents aussi, qui pourraient cesser de payer deux fois.) Quant aux établissements « publics », ils seraient immédiatement contraints de chercher des clients…

            Ainsi, on pourrait baisser le budget de l’Etat d’une trentaine de « miyards ».

            (Moi qui vous parle, je suis bienfaiteur de la France, car, en scolarisant mes 5 enfants dans le « libre », je donne l’occasion au gouvernement d’économiser 41 000 € par an…)

      3. durru

        C’est la fuite en avant, Major, rien d’autre. La parabole de l’aspirine. Ils appliquent les seules « solutions » qu’ils ont appris.

  3. ~~Tribuliste~~

    Oui mais en cartographie colorée nous sommes les meilleurs!
    Sans oublier que si tout se délite politiques et médias sont là pour vous rappeler que de part notre exception nous ne risquons rien : tout va bien et tout est maîtrisé.
    Alors apprécions sereinement la chance qui est nôtre de pouvoir participer à ce carnaval et surtout de le financer.

  4. Higgins

    Le texte étant publié sur le site de Nathalie MP, j’en ai pris connaissance bien avant 9h00. La question que je me pose est y’a-t-il une erreur que ce gouvernement ou ces prédécesseurs n’ont pas commises ? Car enfin, au niveau de l’oligarchie qui préside à nos destinées, personne ne peut dire qu’ils ne savaient pas. Tous les dossiers évoqués font l’objet depuis de très nombreuses années de conclusions identiques par de nombreux observateurs de gauche ou de droite. Assisterons-nous ou plutôt serions-nous victimes d’une trahison des élites qui de discrète il y a trente ans s’étale maintenant au grand jour ? Ces interrogations, ce questionnement, ces conclusions désagréables mais justes, sont loin d’être l’apanage d’une population restreinte que les médias mainstreams qualifient très abusivement par conformisme et néant intellectuel de complotiste faute d’arguments contraires. Elles occupent désormais l’esprit de plus en plus de personnes placées de plus en plus haut dans la pyramide sociale. Seuls nos purges officielles (politiques, syndicalistes, etc…) persistent et signent.
    Je livre à vos réflexions ce très beau texte de Michel Maffesoli. Il peut aider à y voir plus clair : https:/ /jdmichel.blog.tdg.ch/archive/2021/01/24/une-societe-en-pleine-decadence-par-michel-maffesoli-312369.html#more

    1. hub

      Je crois, et l’exemple de l’EN déjà cité le prouve abondamment : l’administration est devenue une machine autonome, qui s’auto-alimente en comités, chefs, et sous-chefs, etc. Tout le monde le sait ici. Mais tous les politiciens viennent de ce milieu, et croient que l’administration a un effet sur le territoire, le social, l’éducatif, etc. Comment peuvent-ils imaginer que leur action est surtout concentrée sur leur propre système, et non plus sur le pays réel? Enfin, bon pour avoir longtemps côtoyé le mammouth, je vois ça comme ça.

    2. Deres

      On ne comprend pas l’action de nos élites car nous regardons les résultats globaux long terme de leur politique au niveau économique. Eux ne fonctionne pas comme cela. Ils sont focalisés sur les effets politiques locaux à court terme. Comme le dit souvent l’IFRAP, ils ne définissent pas des indicateurs globaux permettant de mesurer les effets des leurs politiques. Donc bien souvent, pour « épater la galerie » maintenant, ils choisissent les solutions qui semblent aller dans le bon sens ou celui de l’idéologie sur le coup sans se demander si cela ira dans le bon sens plus tard. L’exemple typique est d’échanger une réformette avec un gain immédiat sur le budget ou le PIB annuel contre une dépense récurrente ou un nouveau boulet permanent.

      Je vois souvent cela dans le management de projet dans l’entreprise. Les chefs de projets adorent les solutions rapides permettant de tenir le prochain jalon même si on sait que le travail devrait être refait ensuite entièrement en perdant encore plus de temps, ce qui progressivement rendra les jalons suivant encore plus intenables. Evidement, pour le jalon suivant, on repoussera encore la solution pérenne, et on ajoutera d’autres verrues disgracieuses à rectifier plus tard, quand on aura le temps …. C’est une fuite en avant de type Ponzi en fait.

    3. Pierre 82

      Merci, major, pour cet excellent texte de Maffesoli. Qui se termine par une note d’espoir, même si je crains que l’heure ne soit pas encore arrivée.
      Mon épouse revient d’une réunion d’où elle me confirme mes craintes: elle sent monter une peur panique à propos du « variant anglais » chez quelques-uns, qui commencent à avoir peur pour leurs enfants. Car le nouveau variant est bien pire que l’existant, n’est-ce pas? Et surtout, il s’attaque aux enfants. Et on peut compter sur nos élites pour foutre une trouille magistrale à une bonne partie de la population. Ils ont réussi à assigner tout le monde à résidence, parviendront-ils à les mettre en PLS?
      C’est clair que cette oligarchie est foutue, et qu’elle ne peut que s’effondrer, mais malheureusement, un animal blessé est beaucoup plus dangereux qu’un fauve repu.

      1. Pythagore

        L’INSERM se veut rassurant:
        .
        https: //up-magazine.info/le-vivant/sciences/78132-linserm-se-veut-rassurant-sur-le-variant-anglais-du-coronavirus/

        Ah ben non en fait:
        .
        https: //www.industrie-techno.com/article/covid19-le-variant-anglais-deviendrait-dominant-en-france-entre-fin-fevrier-et-mi-mars.63559
        .
        Monstre à 2 têtes. (c’est pour la collection du patron).

        1. Pierre 82

          La dangerosité ou non du variant n’a strictement aucune importance. Si elle ne tue qu’une dizaine d’enfants sur le pays en 1 mois, il suffira de ne parler que de ça, de faire un reportage sur chacune des victimes, en la rediffusant en continu, et la France se mettra à l’arrêt dans un état de panique et de sidération avancé.

          1. LaVitreCassée

            Le coup des « variants » pour faire peur…

            En fait le « story telling » de ce merdier existe déjà, les variants pour faire peur, la pandémie qui est attendue et la focalisation sur les scénarios du pire, la compétition féroce entre chercheurs (qui serait une bonne chose si les politocards ne venaient pas s’en mêler en empêchant/interdisant des traitements), l’empressement de vacciner et la tambouille vaccinale qui va avec…etc

            C’est pas complotiste, c’est l’extrait d’un rapport du Sénat d’il y a 10 ans sur le h1n1:

            https://www.senat.fr/rap/r09-685-1/r09-685-16.html

          2. Jacques Huse de Royaumont

            Il n’empêche que la stratégie fonctionne : plusieurs de mes collègues renoncent à venir bosser sur site à cause du variant anglais. Pour jouer sur la peur, il faut renouveller ses épouvantails de temps en temps, sinon il y a trop d’accoutumance et cela perd en efficacité.

            La peur est la meilleure arme de l’oppression et ne sert d’ailleurs qu’à ça.

  5. Magiko

    Les pays  » riches » et  » civilisés  » auront la 5G à tous les coins de rue ,ils seront connectés , surveillés et contrôlés ( jusque dans les chiottes dirait Poutine) ,ils auront Les vaccins a volonté, Les cryptomonnaies pour les gogos, Les chemtrails pour décorer le ciel,La surveillance numérique, Les drones espions ,Les cyber flics ,Les passeports sanitaires ,Les médias de désinformation pour la propagande, Les machines à voter pour le candidat qui leur sera désigné ,La bouffe Monsanto-Bayer,Les crédits sociaux, et Les camps de  » rééducation pour les  » déviants légers « ,ou d’extermination pour les opposants ,La Police omniprésente, Les primes à la délation,etc,etc……………………..Les pays pauvres ,réfractaires au nouvel ordre mondial seront laissés sur la touche du  » progrès » et ne bénéficieront pas de tous ces avantages, tant pis pour eux!!! La France a peut-être choisi d’être Le plus riche des pays pauvres ,qui sait ????

    1. Quelle fine analyse, alors que la réalité, implacable, montre que la France sera le plus fliqué des pays pauvres.
      Autrement dit, on n’aura aucun des avantages des technologies, et tous leurs inconvénients. Pas surpris que certains trouvent ça génial.

      1. Pierre 82

        Je suis moins pessimiste. Je ne dis pas que tout se passera sans mal, et il y aura certainement beaucoup de dégâts collatéraux. Je ne dis pas non plus que tout s’arrangera de mon vivant. On est peut-être parti pour des décennies de troubles ou de guerres. Mais cette élite est foutue, elle tombera, et ira rejoindre les nombreux régimes morts de leur corruption. Ils sont dans la phase la plus critique pour eux: le moment où ils se croient tout puissants. En général, c’est le début de la fin.

    2. P&C

      @Magiko
      Toute technologie qui amène un avantage sera, à terme, utilisée. Ne serait-ce que pour des raisons de compétitivité.
      Syndrome de la reine rouge, que cela s’appelle.

        1. Jacques Huse de Royaumont

          « L’état est l’ennemi naturel de tout citoyen ».
          La citation est de …. St Just. Comme quoi, les miracles, ça existe.

    3. Jacques Huse de Royaumont

      Le contrôle social, la domestication des populations ou la répression dépendent essentiellement de la mentalité des dirigeants et de la capacité de résistance de la nation.
      Pas de la technologie.

      1. kekoresin

        …et de la perspicacité, de l’intelligence et de la cohérence des politiques et de l’administration. Sur ces point je pense que l’état français pourrait bien avoir la 7G que ça ne changerait rien au tableau. Pour le moment, nos élites se concentrent sur les entrées de pognon citoyen et pour ce faire elles montrent des tendances claires à l’autoritarisme. Pour ce qui est des dépenses par contre…

      2. P&C

        +1
        Qin Shu Huandji avait très fort à son époque niveau contrôle social, malgré des moyens technologiques très limités.

        Et question espionnage, l’universelle aragne a fait très fort… avec des chevaux, des espions, des p*tes, de l’or, et du pâté de venaison.

  6. baretous

    ça va le faire… des pastilles orange si l’enfant mets son masque sous le nez en guise d’avertissement , ou alors 3 jetons chaque jour pour aller respirer dans la cour de l’école.

    Souvenez vous, on avait des images qu’on ramenait fièrement à la maison.

    Ca c’était avant.

    Une de mes petites filles va quitter son école. Elle pleure et ne veut plus y aller.

    Fumiers!..

    1. Husskarl

      L’école à la maison c’est mieux. Mais évidemment l’état adorerait l’interdire, c’est au programme de la loi mal nommée contre les « séparatismes ».

    2. Pierre 82

      Un couple d’amlis l’a fait au mois de septembre: madame donne cours à la maison à ses 4 enfants (de 2 ans à 10 ans environ). Pas question de les laisser chez les fous.

    1. taisson

      MCA 25 janvier 2021, 10 h 54 min

      Le plus « intéressant » en fait ce sont les commentaires.

      La comme ailleurs, on comprend bien qu’il n’ y à aucun espoir…
      Plumer ceux qui ont fait ce qu’ils on pu, et empêcher d’autres de se débrouiller, c’est le seul but…Enveloppé dans un emballage égalitariste..
      Les mentalités ont été modifiées, et « l’humain nouveau » est bien majoritaire…

      Higgins 25 janvier 2021, 9 h 49 min
      Que parmi les élites certains se posent des questions, c’est sur, mais croire qu’ils bougerons c’est une autre histoire…
      L’intoxication intellectuelle est encore plus forte dans ces milieux !
      Et, eux, ils ont tout à perdre…

      Arriver à être dans le même bourbier que l’Afrique semble être l’objectif des dirigeants de ce pays… il semble que ça se rapproche !
      Enfin un grand pas pour l’égalité mondiale !!

    2. kekoresin

      Bien fait pour ces couillons de français pour qui maman état est là pour les dorloter et qui méprisent le secteur privé !

      Tous ces neuneus vont se réveiller avec une putain de gueule de bois mais demanderons une fois de plus à l’état de résoudre le problème dans lequel il les a fourré (dans tous les sens du terme bien sûr)

  7. Mildred

    Et pourtant, et toutes affaires cessantes, c’est au Président de la France que le tout nouveau président des États-Unis, a tenu à parler avant tout autre chef d’État !
    Comment expliquer cette conversation téléphonique qui, paraît-il, a duré une heure, entre Biden et Macron ?

    1. bob razovski

      Peut-être sommes nous le prochain pays qui aura besoin de la technique du vote par correspondance ?
      Quant à la durée elle-même, je pense que biden ne peut aligner 2 mots de suite sans demander conseil à harris. Un vrai plan à 3 téléphonique en fait 😉

    2. Husskarl

      « Comment expliquer cette conversation téléphonique qui, paraît-il, a duré une heure, entre Biden et Macron ? »

      Alzheimer oblige à répéter les questions de nombreuses fois.

      1. Pheldge

        le temps qu’on aille chercher Kamala, qu’elle prépare les questions et les réponses du vieux sénile qui vient de prêter serment !

            1. Mildred

              En tant que Président des US toujours prêts à faire la guerre partout et à n’importe qui, il est du devoir de Biden de veiller à ce dans l’armée, tous les genres soient représentés, et qu’il y en ait pour tous les goûts, afin que se maintienne un recrutement élevé.

              1. sam player

                Bah oui, s’ils ne sont pas tués à la guerre, ils seront surreprésentés dans la société…
                Bonne décision… surtout qu’avec des idées égalitaristes ils ne vont pas faire long feu sur les champs de bataille…

                1. Jacques Huse de Royaumont

                  C’est vrai, un trans est aussi capable qu’un autre de se faire égorger par un moudjahidine. Il n’y a donc pas de raison de leur interdire de se faire étriper.

                  Ceci dit, je plains ceux qui seront fait prisonniers. Ce n’et jamais drôle, mais dans leur cas, ce sera un cauchemar. Les talibans ne sont pas au point sur l’inclusivité intersectionnelle diversitaire bio compatible (je ne sais pas si ça se dit comme ça).

                  1. Pheldge

                    « je plains ceux qui seront fait prisonniers » euh, les femmes devenues hommes, parce que les hommes devenus femmes, à mon humble avis, devraient adorer se faire culbuter par des escouades de Talibans … 😉

              1. Pythagore

                C’est à dire qu’à vouloir être un état quantique à soi tout seul, il ne faut pas s’étonner de se retrouver partout et nulle part.

      1. MCA

        D’ailleurs ça me fait penser au téléphone du temps de l’URSS,

        De fâcheux plaisantins insinuaient qu’ils n’avaient que les écouteurs.

    3. MCA

      « Comment expliquer cette conversation téléphonique qui, paraît-il, a duré une heure, entre Biden et Macron ? »

      Le décalage horaire.

  8. outside

    ce que personne ne comprend ici ou ailleurs c’est que l’avenir du monde est analogique. il n’est pas numérique.

    le numérique est un monde virtuel dans un monde hôte physique, le 2° pompe tout le premier pour exister et ne nourrie en rien le support biologique.

    l’evolution antiquité >moyen age> renaissance / lumières science/ dieu > ère moderne / full throttle capitalism > ère contemporaine où cocacola en 36 est frappé de swastika et en 2019 de l’arc en ciel lgbt montre que tout ce qui doit se vendre dans l’optique pas que benthamienne se fera par nécessité de continuité de système où l’homme sans repère idéologique autre que sa raison qu’il n’a pas su contenir seul et qui mène à décapiter le monarque ( et 250 ans après on se moque des muzz ) et que la réalité est qu’il n’y a rien après le post modernisme, le greenpunk c’est victor hugo avec le smartphone qui charge au photovoltaique pour compter les jours de floraison de la plante sur le rebord de la fenêtre, c’est possible, c’est faisable, mais ca ne nourrira personne.

    qui ici a lu Malthus et les propositions de rues étroites, la surdensification et le retour de la peste en guise de régulation de la démographie quand on risque la famine… vivre à coté des marrais, humides, les insectes et vermines…

    qui ici a compris réellement la conception nihiliste du replis sur soi dans la decadence, la superficialité au lieu de redéployer le coeur, quand une population se bougnoulise par résultante d’une dilution pour des raisons de corrections intellectuelles. le blanc devenait trop incontrollable, le péon a dépassé dieu, il pense, on a meme après guerre ouvert les portes des universités pour faire un appel d’air pour multiplier les pains et les ingénieurs… à partir du moment où le job est fait on a une population moyenne qui égale la dirigence, impensable, la décolonisation a eu le meme bon dos que le covid aujourd’hui, c’est un prétexte pour baisser le niveau pour retrouver de la docilité et de la maléabilité.
    [ ho, oui j’ai écrit bougnoule, je ne vais pas être publié, peur des répercutions, pas de ca ici, boouu – (j’ai l’habitude) ]

    le nouvel ordre mondial n’est que la continuité de la victoire du commerce marchand qui s’affranchit de la monarchie et n’a plus besoin des nations et des monnaies locales pour échanger. réveillez vous ca existe depuis 1951 et le concept meme au XVI pour ce qui est économique pur, et sinon c’est la notion meme d’empire, donc bon… c’est en millenaires… vous parlez de N.O.M mais l’euro et bruxelles et les directives sont déjà l’ordre mondial globalisé.

    l’étape que vous ne voulez pas franchir est déjà actée, mais l’etape d’après c’est l’écroulement du monde physique qui supporte le monde synthétique, là où pour des raisons de commodités et de progrès et pour l’aspect judéo chrétien de multiplication des pains on a mis la bureautique, la logistique, la monnaie, les communications, le divertissement, la connaissance, et j’en passe, sur un support volatile.

    les moins de 40 ans ici, qui a une encyclopédie papier dans le salon ? personne…

    un seul auteur a réellement compris la trajectoire dans une tentative de roman de 1943 c’est barjavel.

    la connasse qui cuit le poulet entier parce qu’elle a toujours appuyé sur un bouton pour quémander le plat tout prêt au système automatisé.

    le savoir est en phase de captation, de suppression, et le verrouillage numérique opère recement depuis qu’il a pris l’assendant sur le monde, les gens sont dessus, ne savent plus faire sans. c’est là, ou se situe le pb.

    ceux qui couine pour le 5G avec des débits utiles qu’à la video n’ont pas l’étendue de la vraie problématique ce sont des youtubeurs qui refusent d’attendre 1h pour un upload et cherche l’interrupteur sur un tourne vis manuel. le tout tout de suite, l’education, c’est culturel, allez parler de 5g au sub sahariens, y s’en contre branlent.

    vous exigez de la technologie, qui ici sait quel est le cycle pour cultiver une pomme de terre ? autre que de citer les horaires d’ouvertures du magasin pour avoir le bon mot ?

    le problème il est là. vous ne vous affranchissez pas du monde et vous le critiquez sans pouvoir avoir le moindre contrôle à votre mesure sur votre existence. c’est ca le drame. la facilité c’est détruire, car ca ne demande aucun talent.

    faire un blog et lister les pb, c’est bien, les régler c’est mieux. encore faut-il une volonté et le coeur, l’audace, plutôt que de se servir de l’état du monde et cracher dessus à vendre des livres ou des tee shirt, sous couvert de parodie capitaliste. vous épousez tous le modèle qui vous élimine les uns après les autres et vous ne vous en rendez meme pas compte pour la moitié et la 2° s’en branle car elle vit en y tirant partie. c’est le syndrome du survivaliste qui a une boutique en ligne pour des objets, et c’est livré par la paste. logique…

    le prix à payer, il n’y a pas d’aquereur car chacun y trouve son compte, elle est là, la réalité. l’occidental dégénère de son incapacité à etre ferme quand nécéssaire et soft quand il le faut. il n’y a pas de justesse, pas de milieu, soit on prend tout, ou on prend rien, jamais personne ne prend ce dont il a le juste besoin, mais tout ce qu’il peut, dans la mesure de ses capacités/disponibilités. et les bases de ceci sont un système naturaliste, qui est en totale opposition avec le culturalisme. vous refusez le naturel mais vous le vivez par procuration avec hollywood et netflix, car cela retranche la douleur, il n’y a que l’interpretation, vous ne vivez plus.
    c’est la douleur qui différencie la vie de la mort.
    mal au crane, un cachet, vite, mais on ne remet pas en cause les 8h d’ecran par jour à 30cm des yeux ou l’alccol ou la daupe.
    l’autoréalisation des volontés est caractéristique de l’humanité. vous voulez du dystopique, du bladerunner, du robot, du crime, lisez un livre de la renaissance et ensuite sortez dans un centre ville, vous y êtes déjà et vous ne le savez même pas.

      1. kekoresin

        Vive la diversité mon cher Hash! On tient un spécimen hors du commun!

        Bon Outside, essaye de te calmer et respire profondément par les nasaux parce que passer pour un hystérique n’aide pas à imposer ses idées. Moi je trouve ça sympa d’avoir pris le temps de venir te frotter ici. Alors garde tes nerfs, développe pas trop de trucs à la fois, pleurniche pas quand tu te reçois des coups car ce n’est pas digne d’un homme et reste debout à défendre ce que tu crois être vrai comme on le fait tous ici. Ha oui, j’allais oublier, n’hésite pas à prendre un apéro de temps en temps, ça détend le rachis et aère la cabeza.

        1. P&C

          Je commence ?

          @Outside

          Certes, le monde obéit aux lois de la physique (qui sont de vraies lois), et donc rien n’existe en dehors de ce que ces lois permettent.
          Pas même les votations à l’assemblée, ni les débats d’idées.

          Cette évolution n’est pas linéaire. Il y a déjà eu un délire féministe (avec une chute de la démographie) à la fin de la république romaine. Je te renvoie à un fameux discours de Metellus Scipion sur le sujet.

          En règle générale, les civilisations évoluent comme suit, à peu près dans cet ordre (et certains cycles sont confondus, par exemple, le commerce est toujours florissant sous l’ère de l’âge d’or)
          – fondation : rencontre entre un message religieux et un chef de guerre.
          – guerre, on prend du territoire et de la richesse.
          – commerce, car ça rapporte plus que de se foutre sans arrêt dessus.
          – politique et art.
          – Age d’or.
          – intellectualisme : la civilisation bute sur ses limites, il faut mettre du jus de cerveau.
          – décadence, on remet en causes les fondations de la civilisation.
          Ensuite, le cycle reprend à une phase selon ce que les périodes précédente ont apporté.
          Et là, deux choix : soit la civilisation se complexifie, soit elle décline et se simplifie.

          Le délire LGBT, c’est de la décadence, pas un progrès.

          Le capitalisme là, dedans ? Rien de plus qu’une complexification du couteau d’ivoire de Rahan et du communisme primitif, devenu dépassé avec la révolution néolithique.

          le numérique est un monde virtuel dans un monde hôte physique, le 2° pompe tout le premier pour exister et ne nourrie en rien le support biologique.

          Bah, pour le steampunk, y a Jules Verne…

          Malthus avait raison en système non évolutif… mais il n’a pas vu venir la machine à vapeur.
          La promiscuité alliée à la toilette volante ont été sources de choléra, oui…
          et on n’a pas asséché les marais pour rien (la foret de Sologne dont les écolos vante la nature est artificielle : c’était un marais).

          Pour le paragraphe suivant, Nietsche, avec sa notion du dernier homme. Rochedy en a fait un bon résumé.

          La productivité est un des moyens pour un pays de s’enrichir. Un peuple de techniciens et d’ingénieurs sera plus productif qu’une horde de gueux sans éducation.
          Même au moyen age, des universités ont été fondés, dans le but de former des élites, y compris venant de la masse paysanne.
          Une dont je ne me souviens plus a été fondée par un archevêque anglais, lui même fils de paysan, pour repérer et former les meilleurs parmi les enfants du peuple, car un pays a besoin d’élites, et de les renouveler pour éviter leur dégénérescence.
          Et sa devise n’était pas très Charlie… « Apprenez, ou partez. Soyez battus ».

          D’ailleurs, un des points forts de l’Angleterre, qui sera payant pour son développement et sa prédominance en Europe, et que son peuple est quasi instruit dès la fin du moyen âge.

          Oui, le français moyen est devenu faible… trop de paix et de confort j’imagine.

          La décolonisation a eu lieu pour une raison simple : l’empire colonial devenait intenable…. notamment à cause de la démographie africaine, et des branlées subies par les impériaux lors de la WW2.

          Je t’invite à relire un bouquion : quasi toutes les guerres ont lieu pour des raisons de ressources, de térritoires et de controle et taxation des routes commerciales.
          Quant à la mondialisation, elle résulte un phénomène déjà observée à l’âge du bronze : la complémentarité de plusieurs économies reliées entre elles, et leur intégration en un ensemble. Ce qui n’empêchait tout ce beau monde de se taper dessus.
          Même le commerce de l’étain était sous le contrôle des phéniciens…e t ils allaient en chercher jusqu’en grande bretagne !
          L’empire est un phénomène récurrent dans l’histoire. Dès qu’une nation en a la possibilité, elle créé un empire…

          Je te renvoie à Jancovici pour ce qui risque d’arriver au monde physique…

          Barjavel, je ne connais pas… je lirai.

          Le savoir n’a jamais été aussi dispo qu’aujourd’hui. Un simple glandu comme moi a accès à des sommes de connaissances impensables même du temps de mon père.

          Sur ces points, ne t’en fait : la misère ramènera tout le monde à terre.

          Certes, mais que fais tu de ton coté ? Le jeu des trônes n’est pas donné à tout le monde… et tout le monde est loin d’être un rebelle… et puis il y a l’age, les responsabilités familiales…

          Tu n’est pas fan de Pierro Falotti à ce que je vois…

          Le naturel, comme tu dis, à un nom : Darwin.
          Ben oui, et c’est lié à la biologie : la pulsion d’accumulation est lié à la pulsion sexuelle… car nos ancêtres crevaient de faim, et la bouffe était le premier critère de sélection d’un partenaire sexuel.

          Tout le monde se daupe, à toutes les époques. Je t’invite à te pencher sur ce que prenait les gens à la renaissance… jusquiame noire dans le pinard… voire aconit.
          Pour la dystopie, ben oui… certains auteurs de SF avaient le nez fin.

          1. Dr Slump

            Il ne dit pas que des conneries août-side, il cite Barjavel dont le thème principal est justement cette perte des savoir-faire de base, remplacés par la facilité de commander du tout-prêt à enfourner au micro-onde, et le jour où il y a une panne de courant générale… c’est la cata, le pays s’effondre parce qu’il est rempli d’incapables qui ne savent que manipuler des machines qui leur font tout le travail.

            Et on en voit des signes aujourd’hui: les jeunes générations expertes du textotage frénétique pas fichu d’écrire 3 phrases sans faire au moins une faute de grammaire et une autre d’orthographe par phrase. Les gamins qui ne savent pas à quoi ressemble un poisson autrement qu’en rectangle pané, ceux qui ne savent pas déboucher un siphon d’évier sans y vider 1 litre d’acide, ceux qui ne savent même pas changer une ampoule, ne leur parlons même pas de monter une douille! et les cadres sup qui larguent leur poste dans la multinationale, pour devenir broutancoeur, ou un métier quelconque d’artisan qui redonne un peu de sens à ce qu’ils font.

            Aujourd’hui qui sait plumer et vider une volaille? Qui sait dépouiller un lapin?

            La modernité a du bon, merci au lave-linge et au frigo, mais on y perd le contact avec les réalités de base. Il faut tordre le cou du poulet avant de le mettre dans la casserole, et quand certains jeunes désoeuvrés découvrent cette réalité au détour d’une chaîne youtube tenue par un chasseur amateur, c’est le drame! Ils découvrent le prix de la vie, leur fragile cerveau inhabitué ne peut pas l’intégrer, ils pètent un joint de culasse et partent alors en guerre contre tous ces viandards qui ne sont que des tortionnaires assassins assoiffés de sang.

            Ce que j’en pense, c’est que le scoutisme ou tout autre équivalent comme les stages survie devraient faire partie de l’éducation de tout jeune collégien: il n’y a qu’avec ça qu’on peut former des adultes responsables.

            1. Pheldge

              le scoutisme ? tu rigoles ? en plus c’est connoté catho, alors je te dis pas … et puis la tendance aujourd’hui qui fait fureur chez les ados, c’est la non-binarité, la transgenritude, que ça permet de se sentir différent, d’attirer l’attention. Alors tuer une volaille, n’y pense même pas !

              1. Dr Slump

                Il y a maintenant pléthore de versions du scoutisme originel, des scouts laïques aux scouts tradi, on doit même pouvoir trouver des troupes de scouts gay.

                1. Pheldge

                  tu cites le scoutisme comme remède à toutes les dérives observées chez les djeun’s, j’ai bien suivi et je ne peux qu’être d’accord sur le constat. Par contre je doute du succès rencontré auprès d’iceux par ta proposition …

          1. kekoresin

            J’ai dit que ça détendait et que ça aérait la tête, pas que ça modifiait la cervelle en profondeur. L’apéro est un art qui ne créé jamais d’œuvre…

            1. Pierre 82

              Vous exagérez tous. Déjà, il n’a pas tout écrit en majuscule. C’est un bon début. En plus, il n’a insulté personne.
              Et peut-être que s’il ne déballait qu’une seule idée à la fois, en faisant des phrases simples: sujet, verbe complément, il y a quelques notions intéressantes, au lieu d’une prose énervée avec des phrases sans queue ni tête. La rhétorique, ça peut s’apprendre aussi sur le tas. A condition de s’astreindre à se relire, en se posant la question de savoir si on a été clair. Ce que je ne fais pas toujours, d’ailleurs…
              Je n’ai bien sûr pas tout compris, mais il y a peut-être deux ou trois trucs à piocher…

              1. kekoresin

                Ha, la rhétorique! Ari c’est pas des joints de robinets ça? Mais bon, je crois kamarade que tu confonds avec la dialectique qui est la seule à pouvoir casser des briques, non?

                https:/ /youtu.be/6y9Xdf6qa0Y

                Je crois savoir qui se cache derrière « Outside »…

                  1. Pierre 82

                    Sérieusement, ce film détourné était vraiment à prendre au premier degré??
                    Les premières minutes, (enfin à partir de 7′), je pense à un pastiche assez mal torché, puis ça devient vite chiant, et on se demande pourquoi ça dure 1h22′.
                    Et puis Wiki me renseigne sur cette bouse, et là, surprise, je me rends compte que les auteurs se prenaient vraiment au sérieux. J’étais un peu jeune en 1973, et en cette période, la politique ne me touchait pas vraiment.
                    En fait, les quelques gauchistes que j’ai fréquenté un peu plus tard, pendant mes études universitaires, avaient effectivement un langage un peu étrange, avec des références qui m’échappaient complètement, et passaient surtout leur temps à d’insulter entre eux en se traitant mutuellement de révisionnistes. Je les voyais comme des membres d’une secte très bizarre vivant dans un monde bien à eux, et fermé à toute influence extérieure.
                    Entendre ces peigne-culs parler de la classe ouvrière avait un côté surréaliste, eux qui, de manière évidente et contrairement à moi, n’avaient probablement jamais vu un tournevis ou un marteau de toute leur pitoyable existence.
                    En plus, ils n’avaient aucun sens de l’humour. Je dirais même qu’aujourd’hui encore, c’est la seule caractéristique qu’ont en commun tous les gauchistes: l’absence totale d’humour, ce que j’ai toujours considéré comme une tare et un signe de profonde stupidité. On peut encore observer cette déficience actuellement chez les les écolos, les féministes, les végans, les LGBT, et autres insoumis. Leur marque de fabrique, en quelque sorte.
                    Ces rencontres m’ont définitivement guéri des idées de gauche…

                    1. kekoresin

                      Chuis ben d’accord avec toi ! Perso ça me fait marrer parce que j’ai souvenir qu’au lycée certains décérébrés, avec des écharpes à pompons pour soutenir la cause palestinienne, tenaient ce genre de discours imbuvables. Déjà à l’époque je les chauffais pour qu’ils s’emballent tout seuls. Si en plus ils avaient fait du kungfu j’aurais cané d’une crise de cong-fou-rire…

      2. taisson

        « On va bien rigoler »
        Au second degré, Patron…Et, ce n’est même pas une consolation pour moi de savoir que quand la vraie « rigolade » va démarrer, je ne serai plus là !
        Tout individu normal est plutôt consolé, quand, avant de partir, il sait que l’on utilisera ce qu’il à laissé, et que ces descendants profiteront de ses outils et de son savoir…
        Mais, ça c’était avant !!

        « ce que personne ne comprend ici ou ailleurs c’est que l’avenir du monde est analogique. il n’est pas numérique. »
        Cette phrase du début de notre (potentiel) ami outside est, dans son expression, révélatrice et caricaturale du mode de pensée et d’expression actuelle…
        En plus il se trompe, car si quelques uns ont compris un peu, c’est ici que l’on peut en trouver !!
        Mais, en clair, pour moi, un individu d’aujourd’hui, de moins de 50 ans, exprime ce qu’il constate au travers du prisme formateur gauchiste qui baigne notre socièté depuis plus de 40ans.
        L’absence totale de cohérence dans la ligne idéologique de Macron est sortie du même moule…

        La méthodologie de prise du pouvoir en infiltrant l’éducation, puis les centres de décision à parfaitement fonctionné et les élections ne doivent qu’enregistrer les résultats.
        Parfois, il y à encore quelques ratés, le peuple vote mal…mais de moins en moins !

        Rien ne justifie le moindre espoir sociétal, même à très long terme.

        Pour l’espoir individuel, je me permettrais simplement de suggérer à outside de venir souvent sur ce blog, et de bien suivre les démos du boss, et de penser plus concrètement, en évitant de se référer à ses études universitaires, car quand on reste concret, tout se remet en place naturellement !

    1. durru

      Je suis allé ce WE sur FB (oh, oui, j’avoue, c’est mauvais pour la santé !) et j’ai lu les commentaires sous l’article du Patron sur la Poste, mais dans le fil publié par Contrepoints.
      Les nouveaux venus ici sont rien comparé au lecteur moyen de CP actuellement. Ici, au moins, on essaie d’argumenter (bon, c’est vrai, j’ai pas compris grand chose et j’aurais du mal à réfuter les théories présentées… mais ça, c’est de ma faute, j’y mets pas assez d’effort). Là-bas, c’est tout vu, en une, max deux phrases, le compte est réglé.

      1. Theo31

        Débattre avec des profs estampillés Les Fiantes Infinies ? Non merci, je n’ai pas de temps à perdre avec ces déchets du trotskisme. Je ne leur confierais même pas le dressage de mon chien : il finirait alcoolique et drogué.

    2. sam player

      Comme quoi c’est bien vrai que les confinements, les mesures privatives de liberté, le catastrophisme médiatique créent de l’anxiété propice aux désordres psy. Check !

    3. LCH

      Cher Outside
      Vous dites : [ ho, oui j’ai écrit bougnoule, je ne vais pas être publié, peur des répercutions, pas de ca ici, boouu – (j’ai l’habitude) ]

      Cependant Bougnoule n’est pas une insulte .
      « Le contexte historique

      A l’assaut des tranchées adverses, ployant sous un déluge d’obus, suffoquant sous l’effet des gaz mortels sur les champs de bataille brumeux et venteux du Nord-est de la France, sous la glaciation hivernale des nuits noires de novembre, à des milliers de kilomètres de leur tropique natal, les grandes rasades d’alcool galvanisaient leurs ardeurs combatives à défaut d’exalter leur patriotisme.

      En ces temps là, «la chair à canon» carburait à la gnôle.

      Par un subterfuge dont la raison détient seule le secret, qui n’en révèle pas moins les présupposés d’un peuple, les ressorts psychologiques d’une nation et la complexion mentale de ses dirigeants, la revendication ultime préludant au sacrifice suprême -«Aboul Gnoul», apporte l’alcool- finira par constituer, par un dévoiement de la pensée, la marque d’une stigmatisation absolue de ceux qui auront massivement contribué, à deux reprises, au péril de leur vie, à vaincre, paradoxalement, les oppresseurs de leurs propres oppresseurs. »
      René NABA

      Du bougnoule au sauvageon

      Bougnoule —> Aboul Gnoul —– > Apporte l’ Alcool

      Bon c’était en 14-18

      1. LCH

        Je rajoutais qu’un ami ( Majid ) a réussi a dire :
        Narsir babor chik
        A un de ses corollaire qui veux dire le putain de bateau qui suivi d’une discutions

        J’ai expliqué a l’imam du coin un ami de ma mère

        Il a acheté le livre et il prônent la tolérance et l’habitation ou nous vivons

  9. kekoresin

    Le principal problème de ce pays est son administration démoniaque omniprésente qui édicte des lois pour tout et pour tous avec une idéologie qui entend rendre toutes choses égales dans un univers chaotique. Ceci se traduit par une armée de régulateurs employés à vie d’une doctrine absurde qui laisse dans un état d’hébétude et de sidération tout entrepreneur sensé. Cette nation a inventé un système qui favorise à son seul bénéfice l’immobilisme voire son déclin commercial et industriel, en parallèle avec une course débridée au progressisme social nécessitant de soigner son karma avec le pognon des autres. Ce pays est foutu car irréformable, l’armée de fonctionnaires se battra jusqu’au bout pour ne pas sombrer dans la misère qu’elle créé au dehors. Il faudra attendre le défaut, puis l’assèchement de l’épargne pour se débarrasser des parasites, ce qui revient en somme à tuer l’hôte. CPEF CQFD

    1. Le Gnôme

      Une comparaison avec le cancer qui se développe en réduisant les forces vives de l’organisme et finit par le tuer me parait appropriée.

        1. kekoresin

          Oui c’est un peu redondant ici, mais si le constat reste le même (cancer, léviathan…), il n’empêche pas le monstre de métastaser et de progresser dans son obésité morbide. Le soucis c’est qu’au stade où nous sommes arrivé, l’éradication du cancer nécessiterait une dose de rayons mortelle !

          Le FMI et l’UE le savent bien et maintiennent le malade branché à tous les tuyaux possibles tout en exhortant celui-ci à se battre contre la maladie qui le ronge de l’intérieur, mais sachant très bien que le décès du patient les entraineraient dans la fosse.

    2. MJ

      l’administration, même démoniaque , n’édicte pas les lois, ça c’est le rôle du parlement, elle se contente de les appliquer. mais comme le poisson pourrit par la tête, c’est surtout du côté des hauts fonctionnaires qu’il y a à revoir. le problème de la fonction publique hors haute fonction se situe plutôt dans le faible niveau des agents ce qui les rends incapables de prendre du recul.
      certains sont même particulièrement zélés.

      1. kekoresin

        Pas tout à fait d’accord. L’administration, qu’elle soit haute ou basse, pousse de plus en plus pour l’édiction de lois via les parlementaires qui ne sont plus que des caisses de résonance. De plus tu semble passer rapidement sur le fait que la plupart des politiques sont enfantés par l’administration.

        1. durru

          Voilà, il y a confusion entre le personnel administratif dans l’administration et le personnel administratif détaché aux affaires politiques…

          1. kekoresin

            Je ne me réfère pas aux individus mais aux masses. Les individus font le même constat d’ineptie, se plaignent de la surcharge de travail et de la grogne des « usagers », mais dans le fond ile jouissent de ces lois qui mettent le citoyen à leur botte.

          2. Pythagore

            Voir commentaire de Jacques Huse, vous ne croyez pas sérieusement que les politiques usent leur plume pour écrire des lois, ca leur défriserait la mise-en-plis et ce n’est pas bon pour l’interview du soir au JT20.
            Ils donnent une direction, et ce sont les fonctionnaires rattachées aux ministères ou à la présidence qui rédigent.

              1. Pheldge

                ah non, c’est une ch’ti, lilloise d’origine Flamande, Mme Gobert, Frida – comme Frida la blonde de la chanson -, c’est elle qui signe les bons. ♫♪ Les bons Frida Gobert, la blanc-seing des lois … ♫♪

            1. durru

              C’est les mêmes, avec la même formation, les mêmes contraintes, les mêmes intérêts, et en plus ils se remplacent les uns les autres.
              Castex, c’est un fonx à la base. Macron, itou. Etc, etc.

              1. Higgins

                C’est ce que Charles Gave dénonce régulièrement. Une classe administrative qui a culturellement horreur du risque s’est emparé des leviers politiques. CQFD.

                1. Pheldge

                  pourrais-tu essayer d’expliquer ça à MT, avec ta courtoisie légendaire ? moi, chaque fois que j’essaye, ça le fait lutter grave 😉

        2. Pheldge

          Camarade keko, en l’absence regrettable de Comité Central du Parti, c’est le camarade président qui balance l’idée, charge son PM de la mettre en forme, qui refile la patate chaude au ministre du ministère compétent (le ministère, parce que le ministre, en général il n’est là que pour la photo).
          Et le ministre lui, il a tout un cabinet de hauts fonx qui mettent l’idée en musique. Donc au final, c’est la haute administration qui met en forme les lois, et surtout rédige les décrets d’application.

          1. kekoresin

            Sur le papier tu as raison. Sauf que…les hauts fonctionnaires qui encadrent les ministres font de la résistance et ont une fâcheuse tendance à bloquer ou mettre en avant des remontées des petits commissaires au peuple qui encadrent la basse administration.

            Ainsi les exemples sont nombreux comme par exemple la création du RSI qui déboucha sur un fiasco atomique du fait que l’URSS-AF et la RAM voulaient garder l’ensemble de leurs petites mains et de leurs process. Résultat, cette « rationalisation des moyens » se résuma à plus de fonctionnaires et plus de dépenses pour un résultat disons
            … french touch !

      2. Jacques Huse de Royaumont

        L’administration a un pouvoir réglementaire assez fort. Or, même un loi bien écrite, si elle est mise en oeuvre avec des procédures ineptes, parvient à un n’importe quoi assez pur. cf le fameux exemple du mont Rushmore.

        https://www.contrepoints.org/2015/08/20/218585-syndrome-du-mont-rushmore-le-cas-quebecois

        Comme de plus les fonctionnaires constituent la majorité des députés et que les énarques font leur loi dans les cabinets ministériels, les lois sont de fait des création de l’administration pour elle-même. En France, la théorie des choix publics est poussée bien au delà des limites de l’absurde.

        1. Pierre 82

          La capacité du Canada, et du Québec en particulier, pour rattraper le retard qu’elle avait avec la France ou autres pays kafkaïens il y a encore 10 ans est sidérante. Ils ont atteint une vitesse de dégradation qui doit faire baver d’envie nos politiciens administrateurs. Dire que le Québec était une destination sérieuse pour des jeunes candidats à l’émigration entrepreneuriale, jusqu’il y a peu. Parti comme c’est dans 10 ans, des Québecois arriveront en France pour créer leur entreprise.

          1. Higgins

            J’y suis allé en 2008. J’ai respiré un bol d’air bienvenu alors que j’étais à la faculté de Sherbrookes pour terminer mon EMBA. Je serai bien resté. Mais ce que j’en entends actuellement me fait froid dans le dos.

    3. René-Pierre Alié

      Quelques pendaisons, généralement, remettent les choses en place. Ce pays n’est pas foutu, il a juste besoin de faire quelques exemples, qui feront réfléchir l’ensemble. On est en France, ça marche comme ça, cela a toujours marché comme ça.

      1. kekoresin

        Là où tu évoques quelques pendaisons, il faudrait une véritable purge tellement la pomme est vérolée. Je ne vois pas comment opérer dans notre société devenue sensible sur la notion de perte humaine…

        1. pabizou

          Enléves le quelques et remplaces par un max, tu verras que les moutons n’auront même plus envie de bêler sur les pertes humaines . Il serait temps que tous ces dégénérés si rappellent que la vie est une maladie mortelle sexuellement transmissible

          1. P&C

            C’est dans les vieux cocos que l’on fait la bonne purge
            « La mort d’un homme est une tragédie, celle d’un million d’hommes est une statistique ».
            Djougachvili I.

        1. kekoresin

          Tu néglige le côté spectacle mon ami. A la révolution la Louisette trônait sur une scène à 360°. Avant c’étaient des vraies fêtes de village avec la roue. Le piloris faisait redescendre les petites racailles de leur piédestal et pour les récalcitrants la galère n’était pas un vague concept !

              1. Pheldge

                … et aux administrées : certaines en raffolent au point de le proclamer ‘Ô, pal … » d’autres,, pourtant sublimes, voire très, se languissent à la pensée de la poutre de Bamako qui saura les satisfaire … 😉

    4. Pierre 82

      Non, ce pays n’est pas irréformable. Mais le Français est ainsi fait que tant qu’il peut garder son train de vie sans faire d’effort, il ne bougera pas. Le régime en place est moisi, mais il fournit, jusqu’à aujourd’hui, de quoi vivre honorablement. Mais là, il semble que le défaut de paiement, la faillite brutale commence à pointer le bout de son nez. Il y aura des victimes, comme il y en a eu en d’autres temps. La dernière fois, c’était en 1940. Et ce n’était certainement pas la première fois.
      Panique totale au début, puis désastre, puis une petite frange de la population se remue le cul (quitte à demander à d’autres de donner un coup de mains, c’est plutôt une preuve d’intelligence) et finit par renverser le tableau.
      Il ne faut pas désespérer de la France.

      1. kekoresin

        Je ne vois pas en quoi ton argumentaire démontrerait la « réformabilité » du pays. En 1940 ce sont les allemands qui ont pris en main l’administration et, mis à part les déportations et le fait que le pays était saigné à blanc au profit du Reich, la France était « in ordnung ».

        Alors oui, hormis une bonne branlée économique ou militaire, une main d’acier pourrait faire le ménage mais sans se passer d’un régime autoritaire qui facturerait les balles à la famille, je ne vois pas bien comment ce pays pourrait se réformer vers plus de libéralisme.

        Pour le moment il me semble que les forces progressistes sont en position. Entre les écolos et les cocos, la tendance pousserait plutôt au voyage vers la connerie infinie et au-delà…

        1. Higgins

          Correction mon cher Keko. En 1940, l’occupant s’est surtout appuyé sur une administration efficace animée par le plus grand zèle de faire fonctionner le pays. L’exemple le plus parfait est fourni par la Police et René Bousquet. Ça a permis aux allemands d’occuper le plus grand pays d’Europe occidentale après l’Allemagne avec un minimum de personnels. Cette opportunité a permis à la technocratie de s’emparer des leviers de commande pour y mettre en œuvre ses outils. Il y avait des besoins énormes à combler mais grâce à cette administration, les frais d’occupation ont été payés rubis sur ongle pendant toute la durée de cette dernière (entre 200 à 400 millions de francs/or tous les jours).

          1. kekoresin

            Je n’ai pas dit le contraire mais mon propos était plutôt dans le sens que si les allemands revenaient nous voir en passant par la Meuse, l’administration française d’aujourd’hui devrait bien fermer sa gueule, obéir et être efficace avec des ordres précis. J’avoue n’avoir pas été clair mais c’est souvent le cas quand je n’édulcore pas mon propos avec des trucs dégueulasses bien que plusieurs crans en-dessous des agissements de la gauche friande d’œufs d’esturgeons!

  10. kekoresin

    HS: 4ème passage mercredi au TGI contre l’URSS-AF.

    J’irai faire face à ces boursouflures malodorantes avec leur cour de juristes et de juges qui rampent dans la fange en s’inventant une probité morale. J’irai avec le bouquin de Charles Prats avec sa couverture jaune qui sied bien aux cocus de cette ripoublique, qui ne sont là que pour engraisser leurs bourreaux. Il sera nécessaire, je pense, de me sortir avec quelque force de police car ce que je vais leur dire leur fera saigner les esgourdes.

    Ces minables commencent à sentir la trouille, une onde viscérale qui oppresse la vessie, fait vibrer les sphincters et résonne au plus profond des os. Ils la sente la vague de sacrifiés qui va leur déferler dans la tronche, accrochant follement aux écharpes des haillons de sang. Pour le moment ces petits collecteurs se rassérènent derrière des piles de dossiers rebondis, mais ils commencent à justifier leurs méfaits en citant mollement les articles de loi calibrés pour faire un maximum de victimes de la manière la plus légaliste et civilisée qu’il soit. Quand viendra le temps de la horde désespérée et humiliée, ils savent qu’il sera inutile de bredouiller des « selon l’art 111-2-5 » pour enchaîner avec des « je ne faisais qu’appliquer les ordres » pour échapper à la vindicte.

    Avez-vous remarqué que l’on entend ces phrases de plus en plus sortir de la bouche des représentants de l’Etat? Décidément l’argument est toujours aussi pauvre qu’en 1945 et j’ose espérer que les coiffeurs non essentiels raseront gratis pour une fois!

    1. kekoresin

      « Massacrer les insignifiants du RSI, les voir mourir devant soit et entendre les lamentations de leurs avocats! »

      La nuit dernière « I had a dream ». Je plaquais au sol l’avocate du diable qui couinait ses incantations maléfiques tandis que j’agrafais ses petits yeux de fouine. Elle psalmodiait des articles de loi qui interdisaient l’utilisation du matériel de bureau sur des représentants de la sécurité sociale. Elle se tortillait de douleur avec un ricanement sardonique. Tout autour de la mêlée, un attroupement de gonzesses en burkini ricanait en mimant des mouvements de brasse.

      C’était très étrange mais le pire fut mon réveil tout en transpiration, le souffle haletant. Oui le pire, car je m’aperçus avec effroi que mon sexe était dur et dressé tel un menhir sur la cote bretonne, et que dans mon index gauche était fichée une agrafe…

  11. Dr Slump

    Voilà un atlas des catastrophes économico-sociales françaises qui devrait faire référence.

    Mais pardonnez mon ignorance, je ne comprends pas par quel mystère mathématique le déficit public peut représenter 3% du PIB, puis plus de 100 % du PIB dans le paragraphe qui suit. Serait-ce qu’il y aurait une différence entre déficit et dette publique ? Y’a un détail qui m’échappe là.

    1. durru

      Que moi je ne lise pas assez attentivement la prose d’outside, ça passe encore, mais que tu viennes sur le blog du Patron pour ne pas le lire attentivement, ça ne se fait pas ! Il est pourtant clairement écrit que les 100% sont de dette, pas de déficit 😉

      1. Dr Slump

        Ben oui merci pour la réponse, je n’avais pas saisi cette simple différence entre déficit annuel et dette cumulée, ce n’est pas explicite.

        1. MCA

          C’est un pb d’intérêts composés tout simplement, et à 3% par an qui semble peu tu obtiens rapidement 100% du PIB qui lui est beaucoup.

          1. Dr Slump

            C’est ce que me disais: c’est pour ça que des jean-foutre comme Montarebourg ou Méchencon disent que la dette c’est rien du tout.

    1. kekoresin

      Le respect des kilomètres de protocoles franco-français en passant par les kyrielles de strates administratives met notre industrie pharmaceutique hors jeu. De même notre personnel soignant via le numerus clausus et la sélection par l’absurde entraîne une pénurie de personnel soignant, on se doit de recruter à l’extérieur dans des pays qui ne sont pas gangrénés par une administration folle. Donc nous voilà à accréditer des vaccins qui n’auraient eu aucune chance d’être développés dans l’hexagone.

    2. kekoresin

      Sanofi et Pasteur se retirent de la course pour les vaccins. Une autre raison de cet abandon en rase campagne réside dans l’absence de profit potentiel, les autres pays n’ayant aucunement l’intention de voir débouler un vaccin concurrençant leurs propres labos et le français moyen réclamant une vaccination à prix coûtant du fait des subventions. Le fait est que Pasteur et Sanofi n’ont pas craché sur l’argent extorqué aux français sachant très bien qu’ils botteraient en touche. Rien de nouveau donc sous le soleil morne d’une France blafarde…

    1. Greg

      Etant Suisse, je dirais que c’est normal. Nous ne produisons rien de concret en quantités industrielles, à la chaine…
      La Suisse, quand tu enlèves les banques, la pharma, le siège de Philip Morris, BAT, Nestlé, Glencore et plein de multinationales qui apprécient notre stabilité légale et fiscale, l’horlogerie de luxe, les trucs remplis de corps diplomatiques à Genève, l’informatique, les assurances, les sociétés de trading en matières premières…
      Qui tous n’utilisent aucun robot et font surement 80% de la richesse…

      Ou veux-tu caser des robots, et pour quoi faire ?
      Comme partout, quelques petites chaines de production, l’alimentaire, les capsules Nespreso…
      Beaucoup de R&D, pas de robots…

      Mêmes les robots ménagers ont disparus des cuisines depuis le micro-onde…

      Donc, les robots qui travaillent pour la Suisse sont en chine, en partie développés par la Suisse.

      1. zelectron

        Oerlikon n’utilise aucun robots ? l’industrie horlogère non plus ? la pharmacie? l’agroalimentaire, Hilti, Roche, Festo . . .

      2. Dr Slump

        L’industrie pèse 27% du PIB de la Suisse environ, à comparer avec les maigres 10% français. L’industrie américaine c’est 23% du PIB en 2005…
        Donc non, on ne peut pas dire que l’industrie suisse ne représente rien de concret, au contraire, sa part dans le PIB est typique des pays à l’économie prospère. L’horlogerie par exemple fait appel à la fabrication de petites pièces mécaniques de précision qui est une industrie métallurgique et mécanique pointue (présente également dans le Jura).
        Mais pour cette raison, je suis étonné que la Suisse soit peu robotisée. Peut-être que le coût du travail y est moindre ?

        1. sam player

          Ne pas confondre robots et lignes de production automatisées.
          Les robots sont souvent utilisés pour faire du chargement/déchargement de pièces sur des lignes ou machines de production autonomes : assemblage, remplissage, usinage… là où il y a besoin de flexibilité.
          Mais sur une ligne qui fonctionne 365H24 sur le même produit ce n’est pas nécessaire.

          Les seuls endroits où perso j’ai installé des robots c’est principalement sur des lignes d’assemblage de produits où il faut de la flexibilité pour s’adapter à différents produits traités et surtout dans la cosmétique, la palettisation ou l’automobile.
          Dans la cosmétique justement, le contrôle de l’enfoncement du pinceau sur le bouchon des flacons de ricil est effectué par une machine autonome dont les produits et outillages sont chargés et déchargés par un robot vu qu’il y a une bonne cinquantaine de configurations possibles.
          Dans l’électronique (et bien d’autres domaines), dans le pick and place, quand il y a des robots c’est uniquement en chargement et déchargement sur la machine d’assemblage (qui elle, n’est pas considérée comme un robot), car un robot est incapable d’allier la vitesse et la précision de positionnement requise, la précision des robots ça va bien dans l’automobile qui est certainement l’endroit où ils sont le plus utilisé, donc pas en Suisse 😉
          On peut avoir une productivité/homme multipliée par 50 en automatisant une ligne sans besoin ni possibilité de robot: par exemple justement en Suisse sur une ligne de production de charpente et panneaux lamellé-collés.
          Haute techno et assemblage à la main c’est très courant : téléphones, disjoncteurs différentiels… d’où leur prix…

          1. Dr Slump

            Ok, c’est donc du à la nature de ses industries. C’est vrai que j’assimilais l’automatisation des lignes de prod à la robotique, mais il me semblait justement que l’emballage et la palettisation faisait appel à des robots pour la pharmaceutique.

            1. sam player

              Dans le pharmaceutique pas forcément vu qu’il n’y a pas à proprement parler d’assemblage et qu’un produit est rarement vendu sous différentes marques, conditionnements ou présentation, alors que dans le cosmétique oui et donc la flexibilité c’est la règle générale.
              En pharma la présence d’opérateurs est nécessaire pour assurer la sécurité et on leur dévolue quelques opérations annexes de manutention et de contrôle.

        2. Greg

          La mécanique de précision horlogère, en suisse, c’est à 90% des machines mécaniques encore alimentées par un humain, parce que les outils s’usent et que toutes les tant de pièces (1000 ou moins), il faut corriger…
          J’ai fait 2 semaines de décolletage en 83, on m’a donné 2 boites d’allumettes qui contenaient 4000 engrenages, on m’a dit si tu les as toutes mises manuellement sur la machine en 8 heures tu seras bon…

          Mon père était concepteur chez Schaublin pendant 30 ans…

          1. Dr Slump

            J’évoquais en fait la spécialité de découpe et pliage de pièces dans des bandes de métal laminées, en particulier pour la fabrication de connecteurs, parce qu’on en utilise des quantités dans l’automobile et l’électroménager.

            1. Hagdik

              Dans le même style imbuvable, ce matin sur CNews, la ministre de l’égalité de tous entre tous et des machins, questionnée sur le burkini, « êtes-vous pour ou contre ? » à répondu : « je n’y suis pas favorable ».
              Voilà bien de quoi terroriser le islamistes modérément excessifs.
              Si vous voyez la tronche de la donzelle parigot-boboïde avec sa mèche sur l’œil, on comprend qu’elle ne voit que la bonne moitié du monde.

              1. kekoresin

                Oui, je l’ai vu la sauterelle. Ça sent les cours de solfège pour meubler une adolescence studieuse la semaine et le pétage de rondelle par Jean-Edouard en boite chic le weekend. Il faudrait lui organiser des stages dans les « quartiers défavorisés mais riches de cultures diverses ».

                – « alors madame la ministre des égalités vagin/pénis et de la lutte contre le chaos dans l’univers visible, êtes-vous pour ou contre les tournantes dans les caves sordides?
                – « je n’y suis pas favorable… »

              2. Pheldge

                et « en même temps », à croire qu’ils sont coordonnés,
                « Quand le Défenseur des droits s’engage pour le burkini :
                Saisi par le Collectif contre l’islamophobie en France, dissous pour islamisme, il estime que son interdiction est discriminante. »
                lefigaro.fr/actualite-france/quand-le-defenseur-des-droits-s-engage-pour-le-burkini-20210125

    1. Higgins

      Le pouvoir politique est pris dans un étau dont je vois mal comment il peut en sortir. D’un côté, et ce triste fait divers en témoigne, l’exercice de l’autorité devient de plus en plus difficile et celle-ci est de plus en plus bafouée de manière quasi impunémente. Nous sommes ici tous d’accord pour valider ce constat.
      D’un autre côté, au vue des perspectives d’évolution de la situation sanitaire, nos clowns à roulettes ont fortement envie de reconfiner la population à la veille des vacances de février. Officiellement, l’objectif est de limiter les mouvements de population de manière à endiguer la circulation du virus et de ses variants. Les réactions observées aux Pays-Bas et l’attitude du gouvernement espagnol qui, semble-t-il, vient de renoncer lui-même à cette mesure pour ne pas aggraver la situation économique laissent penser qu’une telle mesure passerait plutôt mal dans l’opinion. Nos peintres peuvent toujours essayer de passer en force mais ça ne fera, a minima, qu’accentuer la césure entre eux et la population. Qui plus est, en recourant exagérément à la force pour appliquer cette mesure, les forces de l’ordre perdraient tout crédit auprès de la population. En reculant devant une telle décision (il y a une élection présidentielle dans un an), le Mignon poudré acterait de manière visible et totale, malgré ses effets de manche et son ton volontaire, son état de faiblesse et son échec. De quel côté il se tourne, il a un mur face à lui.

      1. kekoresin

        Est-ce au pied du mur qu’on reconnait le peintre? En tout cas ces apprentis maçon l’on construit eux-mêmes ce mur, avec 4 côtés de guingois, prenant bien soin de rester à l’intérieur. Leurs collègues restés à l’extérieur discutent des normes sur les échelles et la pertinence du port du burkini sur un chantier, rendant le sauvetage de la fine équipe disons…délicat !

      2. Dr Slump

        Je pense que Macron va se la jouer modéré. Il va maintenir le couvre-feu à 18h, assorti de nouvelles contraintes « exceptionnelles » et à géométrie variable selon les régions/taux de contamination/vitesse du vent dans les queues de vache, parce que les variants dangereux, les hôpitaux et toussa.

        Comme ça il se fait passer pour le président bienveillant qui modère les velléités autoritaires des experts. D’ailleurs, je mettrais ma main au feu que c’est lui qui a fait courir le bruit d’un 3e confinement, pour ensuite se donner le beau rôle de celui qui s’y oppose. A défaut d’un maître des horloges, on a un maître manipulateur.

      3. Jacques Huse de Royaumont

        +1.
        D’autant plus que les FDO commencent à grogner. Le mauvais role qu’on leur fait tenir commence à sérieusement leur peser, au point que le recrutement devient compliqué.
        L’espagne a reconnue qu’elle n’avait plus les moyens de confiner. Il était temps de s’en rendre compte. Les dirigeants d’europe seraient venu ici, on leur aurait expliquer sans problème que le désastre était totalement prévisible.
        Pour l’instant, le chateau ne le reconnait pas officiellement, même s’il se comporte comme si l’info avait enfin été intégrée. Mais leur problème est de l’admettre sans perdre ce qui leur reste de crédibilité. Au delà de Macron, l’enjeu est de taille, il s’agit de savoir si l’état providence tel que nous le connaissons a un avenir. Pour une caste dirigeante dressée dans la dévotion et la croyance de l’état tout puissant, c’est plus que leur sort personnel qui est en jeu (malgré leur cupidité et leur égocentrisme), c’est leur représentation du monde qui pourrait s’effondrer.

        1. MCA

          @JHR

          « il s’agit de savoir si l’état providence tel que nous le connaissons a un avenir. »

          Bien sûr qu’il en a un !

          Tout simplement car tu ne peux exiger du jour au lendemain d’individus conditionnés à se coucher et tendre la main de se redresser et se prendre en charge.

          1. pabizou

            Nos experts en fracture des peuples feront comme d’habitude, ils trouveront un bouc émissaire, l’UE, ou mieux le FMI, les riches qui ne veulent pas renoncer à leurs assurances vie payées sur l’espoitationdezouvriers . T’en fais pas pour ça, ils savent faire …

            1. Jacques Huse de Royaumont

              Ils savent faire, oui, plus ou moins bien. La question que je pose, c’est pourquoi le feraient-ils ? Si on considère leur intérêt personnel, il est loin d’être évident que c’est la meilleure solution. Plus ça va, plus ils risquent un mauvais sort, ils leur faut de plus en plus d’énergie pour tirer de moins en moins du pays. Ils sont éclaboussés par la dégradation de la situation, eux ou leur entourage.
              Donc à la question : « pourquoi s’accrocher à ce système à la dérive ? », la réponse : « parce que c’est leur intérêt » me semble insuffisante et peu convaincante.

              1. Theo31

                Ce sont majoritairement de tres grands malades, à commencer par le mignon poudré.

                L’avenir de l’état providence, c’est la mise sous tutelle. Vivement que je vois des bolcheviks et des pouffiasses féministes crever la gueule ouverte dans la rue et proposer des turluttes au deux balles pour remplir le frigo. Mais avant, faudra leur péter toutes les dents pour éviter un incident diplomatique.

                1. P&C

                  Des cocainomanes aussi.

                  @Theo31
                  Ne sous estimes pas les gauchistes. Ils seront les pires des survivalistes.
                  N’oublie pas les conclusions de Lobachevki et de l’affaire d’Evergreen : les psychopathes et les pervers ne sont intéressés que par le pouvoir et le plaisir, l’idéologie n’est pour eux qu’un moyen.

                  Et lors d’un effondrement, ce sont en général les petites gens style Gilles Egeaunes qui prennent le plus cher, alors qu’ils n’ont rien demandé.

              1. MCA

                Voilà,

                en réalité un échec n’est qu’un abus de langage pour désigner une réussite négative; donc c’est bien une réussite.

                Tiens, j’aurais dû faire une carrière dans la politique

        1. P&C

          « sécuriser des débouchés nationaux aux productions nationales »

          Sauf que le cinéma français, c’est de la m*rde que personne ne regarde… sauf les lycéens et ceux qui se pignolent au festival de cannes.
          Le jour où ce secteur sortira des productions en accès unique dignes de rivaliser avec ce qui se fait de mieux aux USA, alors il y aura des clients.

          (et je dis cela alors que le secteur du cinéma US est pourri par les SJW… les 3derniers star wars sont d’immenses bouses, mais qui ont quant même fait du chiffre)

    1. kekoresin

      Le capitalisme et la saine concurrence à la sauce tricolore!

      Prochain arrêt avec la création d’un haut conseil de défense pour l’indépendance informatique, concurrencer Microsoft avec des bouliers « made in France » distribués GRATUITEMENT dans toutes les usines à crétins du pays.

  12. pabizou

    A moins qu’ils aient l’idée de génie de laisser le bâton merdeux au prochain en le mettant en situation d’avoir les mains suffisamment liées pour prendre la même veste qu’eux 5 ans plus tard . Risqué si en 2022 celui qui attrape la queue du mickey fout un coup de pied dans la fourmilière et décide de tailler dans le gras de la FP tout en modulant la réduction de tout le reste sur ses 5 ans de mandat .

    1. Theo31

      Ils ne laisseront jamais les manettes à Marie La Pine. Un guignol a dit récemment qu’il était hors de question de lui laisser le bouton du feu nucléaire. Les élections seront annulées comme en Algérie et ce sera vraiment le bordel. Le socialisme est une idéologie fondamentalement réactionnaire.

    2. Pheldge

      « si en 2022 celui qui attrape la queue du mickey fout un coup de pied dans la fourmilière et décide de tailler dans le gras de la FP » aucun risque ! aucun des candidays ne le propose ni ne le souhaite.

      1. pabizou

        Qu’est ce qui te fait croire que je parle des candidats des médias? Il reste un an et demi, c’est beaucoup et peu en même temps . S’il y a des primaires au LR on peut avoir des surprises

        1. Pierre 82

          Primaires au LR? Génial, le choix entre Xavier Bertrand, Guillaume Pelletier ou Christian Jacob…on est sauvé.
          Non, le changement ne viendra pas de là. Je reste sur une cause exogène pour remettre à plat le système. Style catastrophe nucléaire, guerre quelque part qui fait exploser le prix des matières premières, révolution dans un pays voisin. L’administration a tout verrouillé, et le système est hyper-stable, et irréformable. Il ne peut pas plier, donc il cèdera.
          Les Français sont dans un état d’hébétude tel qu’il ne se révoltera pas. Et bien sûr, aucune élection ne pourra faire changer quoi que ce soit. Aux USA, c’est pareil. Il y a eu une dernière fenêtre de tir il y a 4 ans, avec l’élection de Trump, qui aurait peut-être pu renverser la table sans causer de révolution, mais il n’a pas réussi. Ils tomberont en faillite à un moment, ça me paraît indiscutable, pour des raisons purement logistiques. A un moment, le roi sera nu. Et seule une situation cataclysmique pourra faire émerger des caractères exceptionnels.

            1. Pierre 82

              En théorie, oui, ça pourrait prendre des années. Jadis, tout pays qui commençait à imprimer massivement des billets pour le distribuer, le payait très vite: plus personne à l’extérieur du pays ne faisait confiance en cette monnaie, et le prix des importations explosait. Et du coup, on assistait à une rapide hyperinflation.
              Dans notre cas de figure, la grande différence, c’est que tout le monde fait pareil. Donc, il n’y a plus de « pays extérieurs ».
              Et pour éviter que les épargnants ne se réfugient vers l’or (ce qui ferait rapidement imploser la valeur de la monnaie dont la valeur tendrait rapidement vers zéro), nos élites n’ont pas d’autre choix que de maintenir les taux d’intérêt sous le zéro pour que les épargnants continuent de préférer des actions à l’or, car cela rapporte plus. Le souci, c’est que ça fonctionne tant que personne ne fait autrement. Un pays (disons la Chine ou la Russie) qui rétablirait une monnaie basée sur l’or pourrait causer la chute de la valeur des autres monnaies. C’est pourquoi ce serait un vrai casus belli, qui devra être éviter à tout prix. Même par une guerre s’il le faut. C’est à mon avis la raison pour laquelle ils ne jouent pas à ce jeu trop dangereux. Ils ont trop à perdre, pour l’instant.
              Donc si on résume, la politique suivie a les effets suivants:
              – Allocation des actifs délirante: l’épargne est gaspillée à jouer au casino sur les marchés au lieu d’être investi dans des activités qui génèrent de la création de richesse. L’épargne est donc en train de fondre, donc nos perspectives d’avenir. Il y a de moins en moins de création de richesse.
              – Coût de plus en plus prohibitif du maintien de cette politique: destruction accélérée de l’épargne par les taux d’intérêt négatifs.
              – Corruption généralisé qui, malgré tout, finit par être visible. D’où la nécessité de mettre sous pression toute la population, par exemple en leur foutant la trouille pour une maladie parfaitement gérable.

              Donc, le maintien de cette politique coûte de plus en plus cher, et la croissance de la dette des états montre bien un emballement de type exponentiel. L’histoire montre que ça ne dure en général pas très longtemps, car l’empire est devenu hyper-fragile, et en de moins en capable de faire face à un imprévu. Un embrasement dans une partie du monde, une catastrophe, naturelle ou pas, des révoltes, etc… Y faire face coûterait très cher, et les états doivent déjà se charger de nourrir leur population, au moins en partie (grâce à l’arrêt inopiné de la vie économique, du à la « pandémie »), et ces dépenses sont incompressibles sous peine de révoltes internes…
              Tout cela pour dire que je ne pense pas que ça durera des décennies. Par contre, le chaos qui s’en suivra pourra, lui, durer très longtemps…

      1. Pierre 82

        Ah, les explications du propagandiste stagiaire du figaro, quel plaisir à lire.
        Je résume: des chrétiens d’extrême-droite (le journaliste est pas trop mauvais puisqu’il savait que les Hollandais ne sont protestants et pas cathos, je note l’effort de documentation) et corona-négationistes, des obscurantistes opposés à la Science foutent le bordel dans un pays pourtant réputé assez calme.
        Tout ça à cause d’une poignée de protestants qui râlent de ne pas pouvoir aller au temple (les cons), alors qu’un des leurs est quand même mort de la terrible maladie (c’est dire comme ils sont égoïstes).
        Sont venu s’ajouter à ça des bouseux du type gilets jaunes, on voit le niveau.
        Ils ont lâchement attaqués un paisible policier à coups de couteau, et, crime abominable, s’en sont pris à des journalistes. Tout ça alors que 82% des Néerlandais approuvent le couvre-feu et demandent même encore plus de mesures restrictives.
        Les opposants sont des suppôts de Donald Trump, mais heureusement, le socialiste Ahmed Aboutaleb, maire de Rotterdam, a fait preuve d’une grande fermeté, afin de protéger la santé des paisibles citoyens, et 200 personnes ont été arrêtées. NDT: Il faudrait les pendre pour faire un exemple.
        L’obscurantisme ne passera pas, et les opposants à la Science doivent être châtiés. Il en va de la survie de notre pays. Amen, A-women, A-nonbinary…
        Si je perds mon job, je pourrai toujours travailler au figaro, ou un quelconque autre journal de gauche.

        1. Higgins

          J’ai mis l’article en lien car il témoigne, dans un pays peu réputé sérieux, d’un malaise important au sein de la population face aux decisions de son gouvernement. Il est à noter que l’action de ce dernier, démissionnaire suite a un scandale portant sur les allocations familiales, se limite à expédier les affaires courantes. Le choix du Figaro n’est du qu’au hasard. Le ton de l’article illsutre parfaitement le conformisme imbécile et le naufrage de la presse francaise que je parcours plus que d’un derriere distrait. Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur n’est plus qu’un slogan vide de sens maintenant.

            1. Husskarl

              Ne ratez pas celui là: lefigaro.fr/actualite-france/ces-francais-exasperes-qui-pronent-la-desobeissance-civile-20210126

              Sous titre: Ayant l’impression d’être infantilisés et privés de liberté, ils sont de plus en plus nombreux à se mobiliser contre la «dictature sanitaire».

              C’est une impression de sentiment, comprenez…

        2. Pheldge

          le calife de Rotterdam dans sa grande magnanimité demande que les meneurs soient lapidés … le calife de Londres lui apporte son total soutien. Pas encore de réaction du côté de Paris 😉

  13. Rangiroa

    Moui…
    Allez je vais passer pour un socialeux…

    Pourquoi on balance autant de blé en QE depuis 2008 ?
    Pourquoi on appuie sur l’accélérateur tjrs sur le QE depuis le début de cette crise ???

    Retraite par capitalisation.

    Enfin et je ne nie pas l’absurdité récurrente de certaines décisions de nos dirigeants…

    Malgré tout, notre pays a une histoire et désolé mais elle est même pour la droite social et régalienne… c’est comme ça.

    Nous n’avons pas mieux géré notre retraite par répartition que celles par capitalisation… (connerie de la retraite à 60 ans avec une espérance de vie qui augmente et une population active qui baisse… mais bon).

    Pour le reste soyons pragmatique comme un agent de la BdF qui gère un surendetté… où est l’essentiel…

    A mon sens il est simple :
    -Justice (respect et application du droit)
    -Education c’est l’avenir d’un pays (Lire, écrire, compter avec des parents qui ferment leur gueule parce que c’est la société qui aura à assumer leur marmot plus longtemps qu’eux… ils ont tous le reste du temps pour leurs câlinoux à leur marmot magnifique)
    -Santé (bon j’espère qu’on n’a pas besoin de détails)
    -Défense de l’état (pour garder notre liberté de penser et de décider) Militaire / énergie / géostratégies en gros. Je sens bien dans pas longtemps l’histoire des masques qu’on pensait avoir et qu’en faites, on n’a pas… (voir évolution des dépenses d’armement dans le monde depuis 20 ans)
    -Gestion l’immigration / intégration (dont nous avons besoin et pas qu’un peu, nos marmots sont tellement magnifique qu’on en n’a pas fait assez,… peur de pas réussir aussi bien que les premiers ????)

    Le reste c’est de la flûte et n’est sujet que de dissensions et fracturation,….
    la concurrence, les idéologues fumeuses ne sont que le doigt du sage que nous/je regardons beaucoup beaucoup trop souvent…

    Parlons et traitons ce qui fait consensus, le reste on verra après.

    1. Tout ceci n’est pas socialieux, c’est du poncif lu et relu partout.

      La retraite par répartition est une pyramide de Ponzi. Il n’y a pas plus de droite (sociale et/ou régalienne) que de beurre en broche dans ce pays. L’Etat, c’est le régalien, point. Pas l’éducation, la santé ou les petites plantes vertes.

      Bref, question consensus, on en est très loin.

      1. kekoresin

        Comme dit Gave, « si vous voulez faire du socialisme, allez dans un monastère mais ne l’imposez pas aux autres ».

        Comment reconnaître un socialiste? Si quelqu’un vous dit « je sais ce qu’il y a de mieux pour toi et je vais te l’imposer pour ton bien », sans être une preuve formelle on fait face à un solide faisceaux d’indices ! Le pays en est rempli, de droite, de gauche, des « extrêmes ». Ce pays va crever d’une overdose de « c’est bien mieux pour vous ».

        Quand je vois tous les crétins englués dans la bien-pensance d’une redistribution étatique qui buguent face à 10 millions de miséreux dans le pays le plus redistributif au monde, j’ai envie de leur mettre des tartes jusqu’à saignement de phalanges. Je les ai vu ces prophètes de la collectivisation sclérosante dans les officines de l’éradication de la liberté d’entreprendre, de créer et même de vivre tout simplement. Je les ai combattu et continuerai de les combattre, pour regagner ma liberté, notamment à disposer du fruit de mon travail comme je l’entends et pas comme le décide un fonctionnaire qui prendra sa part avant de me laisser les miettes pour ma retraite ou ma santé.

        Alors Rangiroa, rentre au monastère si ça te chante mais fous-moi la paix !

Laisser un commentaire