Une Justice au taquet dans une France inégalitaire

Au moins l’affaire n’aura pas traîné : pour un acte commis le 8 juin, l’auteur est immédiatement arrêté, porté devant la justice le 10 juin, condamné dans la foulée et directement mis sous écrou. La France va pouvoir reprendre le cours normal de sa déchéance douillette.

Oh, bien sûr, on devra se réjouir que la Justice française n’aura ni temporisé dans son action, ni hésité dans sa sanction : deux jours seulement après avoir collé une petite gifle au président Macron dont il s’est fort vite remis, Damien Tarel est condamné à quatre mois de cellule dont il verra bien les murs puisqu’il y a été placé au sortir de son procès qui n’a guère duré. Pas de doute, quand la Justice peut faire vite et ferme, elle fait vite et ferme.

Certes, la personnalité bousculée, symbolique, appelle probablement à un traitement rapide et exemplaire  que voulez-vous, « quand président fâché, lui toujours faire ainsi ».

Malheureusement, si l’on peut admettre que Damien Tarel aurait essentiellement giflé un symbole et qu’il paye donc cher à ce titre, force est aussi de constater que, d’une part, le symbole n’est pas aussi reluisant et exemplaire qu’il devrait l’être, et que, d’autre part, il arrive un moment, à force de dévalorisation de la fonction, où le symbole se détache de l’homme qui le porte pour ne plus laisser que ce dernier, dans sa chemise et son petit pantalon, entouré d’une garde prétorienne au passage un peu à la ramasse dans ce cas présent.

Est-il besoin de revenir sur les (beaucoup trop) nombreuses occasions où Macron n’a justement pas réhaussé la fonction qu’il occupe, depuis la myriade de petites phrases idiotes ou assassines qu’il a sorties avec régularité, jusqu’aux situations grotesques, équivoques ou insultantes pour le peuple français dans lesquelles il s’est pavané avec une sorte de gourmandise d’enfant terrible cherchant absolument à casser les bibelots de famille juste parce qu’il le peut ?

Si l’acte de Damien Tarel est probablement condamnable au moins sur le principe, il n’en est pas moins parfaitement compréhensible, surtout par contraste avec les précédents présidents : là où Hollande incarnait surtout la mollesse, l’indécision et les petites combines, Sarkozy les gesticulations et les petits coups de mentons peu suivis d’effets, aucun des deux précédents présidents n’ont aussi ouvertement évoqué le mépris de tout un pan du peuple comme les comportements et les raisonnements de Macron le laissent transpirer. Il est probable qu’en terme de nombres bruts, il existe actuellement dans le pays beaucoup plus de Damien Tarel potentiels envers Macron qu’il n’en a jamais existé envers les précédents occupants de l’Élysée, et le saupoudrage populaire par LBD et grenades de dispersion en 2018 et 2019, les confinements arbitraires et le délire bureaucratique total des 18 derniers mois n’ont certainement pas aidé.

Il n’en reste pas moins que le contraste est très fort entre cette justice rapide et ferme pour le président (et pour les élus médiatiques en général) et celle de la justice quotidienne éprouvée par les Français du peuple, ces non-introduits, sans-réseau voire sans-dent, qui est systématiquement plus molle, tant en temps de réaction qu’en sanctions réellement appliquées.

On pourrait ainsi s’étonner du calme plat de certaines épopées judiciaires (celle concernant Benalla vient immédiatement à l’esprit, plusieurs années après les faits). On pourrait, de même, s’interroger sur la cohérence d’ensemble de la justice lorsqu’on multiplie dans l’actualité, au moment même où le gifleur présidentiel est arrêté, déféré, jugé et incarcéré, les affaires sordides de multirécidivistes qui défrayent la chronique après l’un ou l’autre meurtre, et toutes ces affaires dont les jugements ont permis à tant de (pourtant) condamnés récidivistes de dormir chez eux, à tant de voyous, de racailles, de petites frappes de continuer leurs exactions, à tant de victimes de se retrouver sans le moindre espoir de réparation sinon physique du moins morale.

Ces colonnes et beaucoup d’autres ont déjà fourni nombre d’exemple d’affaires ignobles où la justice aurait dû être au moins à moitié aussi véloce que pour protéger le petit corps présidentiel, et au moins à moitié aussi sévère que pour punir le gifleur que les médias ont déjà agoni de sobriquets (ne manquant pas l’inévitable « complotiste » devenu indispensable par les temps qui courent). Il n’en a rien été et il n’en sera rien une fois que l’écume des jours sera passée et que cette petite péripétie de Macron au full-contact des Territoires sera oubliée de tous.

Et c’est bien l’un des plus graves problèmes de la France actuelle dont certains s’émeuvent (un peu tard) qu’elle se partitionne : les pauvres contre les riches, les provinciaux contre les urbains, les solvables et ceux que la justice ne loupera pas contre les éternels exemptés de ces quartiers émotifs pour lesquels la police n’existe plus, ceux dont on attend fermement qu’ils continuent à se fondre, corps et âme, dans la République contre ceux dont on tolère (surtout par calcul politique) qu’ils se communautarisent, ceux qui payent contre ceux qui touchent, …

La France meurt de ces métastases multiples d’un Deux Poids, Deux Mesures que le Moyen-Âge le plus caricatural n’aurait pas renié, de ces passe-droits, privilèges et exonérations qu’on distribue à certains et de ces vexations, taxations et coercitions qu’on use sur les autres, bien distincts des premiers. La France, celle de ces tribuns la bouche toujours ouverte à réclamer l’égalité voire l’égalitarisme jusque dans les chiottes, les pronoms, les taxes et l’orthographe, se meurt de ne voir nulle part les plus essentielles des égalités (devant les devoirs, les ponctions, et les sanctions) respectée et appliquées effectivement.

Cette France partitionnée, inégalitaire semble autoriser sans sourciller de faire charger les CRS sur des jeunes qui s’amusent en groupe sous prétexte qu’est arrivée l’heure du couvre-feu (mesure parfaitement inutile et inique), pendant qu’au même moment, à quelques kilomètres de là, quelques privilégiés bien en cour peuvent apprécier les dépassements d’horaire aux Jeux du Cirque moderne, brisant ainsi ce même couvre-feu qu’il semble indispensable de faire respecter ailleurs à coup de lacrymogènes.

Dans ce cadre, la gifle présidentielle est peut-être la cerise démonstrative sur le gâteau d’iniquités que la France est devenue. Rarement dans l’Histoire du pays de telles inégalités ont ainsi été jetées à la face de ceux qui payent et subissent.

Décidément, « Liberté, égalité, fraternité » : la France de cette devise est morte.

J'accepte les BTC, ETH et BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8
 

Commentaires228

  1. Aristarkke

    Dans le genre, il y avait eu le scooter volé au fils de Sarkozy qui avait été retrouvé et son voleur arrêté en deux temps trois mouvements…

  2. Aristarkke

    Ou celle du procureur de Nice qui s’était fait subtiliser son portefeuille par un pickpocket…
    Là aussi, mobilisation soutenue de toute la police locale avec résultats express à la clef, y compris en traitement judiciaire…
    Bref, l’égalité républicaine en live…

  3. Le Gnôme

    Pour être respecté, il faut être respectable, et Micron ne l’est pas.

    De plus, je ne crois pas en la justice, les juges sont des humains avec des passions humaines et donc hautement faillibles, et si en plus un peu d’idéologie du moment s’en mêle, elle est totalement biaisée.

        1. Husskarl

          C’est sensé être lié mais cela suppose un régime s’appuyant sur une morale, morale supposant à son tour l’existence de Quelqu’un que la république n’apprécie guère.

    1. MCA

      C’est malin!

      Tu vas finir par nous indisposer le patron qui par mesure de rétorsion ne nous enverra plus qu’un billet tous les 15 jours…

  4. Aristarkke

    les provinciaux contre les urbains,
    Et même les Parigots contre les banlieusards (à la notable exception de ceux de Neuilly-sur-Seine)…

      1. cherea

        D’ailleurs ça n’a aucun sens le Grand Paris, faudrait diviser en deux, Ouest Et Est, séparés par la Seine grosso modo, vous savez comme les pays séparés par un fleuve, frontière naturelle…

        1. Pierre 82

          Ou plus simplement rétablir les 3 départements Seine (75), Seine-et-Marne (77) et Seine-et-Oise (78).
          A une vache près, ce serait pareil…

  5. hub

    On pourrait inverser la formule de ce vieux La Fontaine (qui a fait couler beaucoup d’encre) : « selon que vous serez blanc ou noir, les jugements de cour vous rendront puissant ou misérable »….

    1. Gerldam

      Attention, toute la « wokerie » va vous tomber dessus! Ce qui me fait penser à ce moment où les dits cinglés sont tombés sur cette phrase « les blancs attaquent les noirs sur l’aile dame » et en ont fait une crise d’apoplexie, tant ces crétins finis ne s’étaient pas rendus compte qu’il s’agissait d’un commentaire d’une partie d’échecs.

  6. Nathalie

    Vous avez oublié votre phrase fétiche « tout cela va très bien se terminer » (de mémoire)
    Charlotte d’Ornellas fait une analyse de la colère des Français. Wait and See.

  7. MCA

    Entièrement d’accord avec ce constat que nous faisons tous.

    Une fois ce constat fait quels sont nos moyens d’action pour résoudre le problème sachant que nous sommes coincés comme des rats ?

    1. Manzoni

      La lâche expatriation en ce qui me concerne, après avoir réduit mon train de vie et mon activité jusqu’à être non imposable

        1. Maximilien

          C’est mieux à peu près partout à un point que beaucoup de personnes restées au pays ne peuvent plus imaginer tellement le lavage de cerveau a été intensif…

  8. P&C

    La blague des relocalisation
    https:/ /www.youtube.com/watch?v=1TVuy6dfnG0

    Avec plein de subventions bien grasses made in france.

  9. Higgins

    Des comparutions immédiates, il y en a des milliers toutes les semaines et c’est heureux et ça concerne beaucoup d’affaires équivalentes mais on n’en parle jamais. Rien d’extraordinaire à ce que cette affaire ait été traitée dans ce cadre. Dans le cas qui nous occupe, la gifle au Mignon poudré,que fallait-il faire, l’infraction ayant été filmé et ‘implication du gifleur difficilement contestable ? D’aucuns plaident pour ne considérer cet évènement que comme une simple agression physique et donc le punir en conséquence. D’autres y voient une atteinte intolérable à la dignité de la fonction et exigent une sanction exemplaire. Où se situe donc la juste mesure ? Comme il est prévu dans ces cas, lui et son conseil avait tout loisir de demander un report d’audience pour mieux préparer leur défense. Force est de constater qu’il n’en a rien été. Maintenant, il a également tout loisir pour faire appel mais, dans son cas, j’estime que c’est risqué pour un gain assez hypothétique.

    Pour le Mignon poudré, une choses est certaine, il a trop galvaudé sa fonction pour être exonéré de toute responsabilité dans cette affaire. Quant au reste et bien que je trouve également suspect la célérité mise à résoudre certaines affaires (Pas celle-ci où il n’y a rien à résoudre mais concédons cependant qu’il est préférable de voir des affaires rapidement réglées et jugées que le contraire. Dans le cas Fillon, je n’exclue pas une très savante instrumentalisation mais ce n’est pas seule explication plausible, loin s’en faut), je vous soumets ce texte de Michel Huyette, magistrat à la cour d’appel de Toulouse que je trouve très juste :
    « …Ce qui semble constant en tous cas, c’est que, quoi qu’ils fassent, les magistrats ont toujours tort.
    – Le procureur saisi d’une plainte contre un responsable et qui tarde à ordonner des investigations ou à engager des poursuites est un magistrat inféodé au pouvoir qui cherche à protéger des personnes dont il est trop proche, ceci afin de plaire et de préserver ses chances de faire carrière jusqu’aux plus hauts postes de la magistrature
    Mais un procureur qui rapidement diligente une enquête ou engage des poursuites est un magistrat qui veut briser la carrière d’un responsable et qui cherche à plaire au pouvoir en place (toujours la carrière..) quand la personne soupçonnée est de l’autre bord.
    – Quand des élections approchent, un procureur qui audience le dossier d’un candidat avant l’élection est un magistrat qui, dans une démarche politique et non judiciaire, cherche à anéantir les chances de l’intéressé d’être élu et tente de substituer sa volonté à celle du peuple.
    Mais un procureur qui attend que les élections soient passées pour agir est un magistrat qui protège un candidat éventuellement délinquant et prive délibérément les électeurs d’une information importante au moment du choix du bulletin de vote.
    – Un tribunal qui sanctionne sévèrement un élu est forcément dans la disproportion, montre une volonté de revanche du judiciaire sur le politique, et ouvre la porte au gouvernement des juges (lire ici). C’est la justice de classe mise en œuvre par une magistrature complexée.
    Mais un tribunal qui se montre bienveillant est composé de juges qui, par réflexe de caste, protègent les élites alors qu’ils n’hésitent pas à se montrer impitoyables avec les gens ordinaires. C’est encore la justice de classe. Mais dans l’autre sens.
    La problématique, au demeurant, dépasse celle de la mise en cause des élites.
    – Un juge de la liberté et de la détention (JLD) qui envoie trop vite en détention provisoire une personne soupçonnée d’actes de délinquance, mais qui sera ensuite relaxée, est un magistrat qui bafoue la présomption d’innocence et qui détruit inutilement une vie humaine.
    Mais un JLD qui constate que dans le dossier qui lui est soumis les charges sont encore trop peu nombreuses pour qu’il y ait une probabilité suffisante que l’intéressé dont il est demandé l’emprisonnement soit coupable, qui en tire les conséquences et refuse une détention provisoire, est un magistrat qui méprise le travail difficile des policiers, qui assure l’impunité à un délinquant, et qui ne fait rien pour protéger les citoyens (lire ici).
    – Un juge d’application des peines qui, après avoir reçu des avis unanimement favorables, laisse sortir de prison une personne qui a un projet sérieux de réinsertion, devient un juge qui a commis une faute grave si cette personne commet une nouvelle infraction quand bien même un tel comportement était totalement imprévisible.
    Mais un juge d’application des peines qui refuse la sortie à un condamné y compris quand tous les avis sont favorables à cette sortie organisée et accompagnée est un juge sans cœur, qui détourne la loi, et qui fait obstacle à une possible réinsertion réussie.
    Au fil des années, les magistrats ont eu droit à tout : les « juges rouges », le « gouvernement des juges », le « complot politico-judiciaire », la « revanche des juges ».
    A chaque fois que se déversent des torrents de critiques, la magistrature s’énerve, s’insurge et s’inquiète. Sans trop savoir quelles sont les réactions les plus appropriées face à ces agressions répétées. Et les débats sont vifs à l’intérieur de l’institution.
    Pour certains magistrats, il ne faut pas accorder d’importance à ce qui n’en a pas vraiment. Ceux-là préfèrent souligner la médiocrité et l’hypocrisie des propos plutôt que leur faire de la publicité en les contestant ou en les poursuivant.
    Ils ajoutent que les français sont pour la plupart suffisamment intelligents pour comprendre que l’outrance des propos dissimule, difficilement, un manque d’arguments sérieux contre les décisions judiciaires vilipendées.
    D’autres enjambent l’obstacle en prenant le parti d’en rire. Remarquant le faible niveau intellectuel de la plupart des critiques, ils soulignent que les propos tenus ressemblent plus à des commentaires de collégiens et les écartent d’un revers de manche en ajoutant, avec malice, que l’avantage de la plupart de ces critiques, si manifestement dérisoires, est de ne pas mobiliser l’intelligence.
    Dans un entre deux, certains magistrats pensent à la fois qu’il ne faut pas accorder d’importance aux critiques les plus manifestement dérisoires, mais qu’il faut quand même réagir quand les limites de l’acceptable sont dépassées. Ils tentent alors d’énoncer des critères permettant de séparer les remarques pouvant légitimement relever du débat démocratique et les critiques que rien ne justifie et qui n’ont d’autre objet que de détourner l’attention des français des turpitudes de ceux qui sont impliqués dans une procédure judiciaire.
    Réunis dans un dernier groupe, d’autres magistrats pensent qu’il faut ne rien laisser passer, réagir à chaque fois, et utiliser toutes les voies de droit prévues par les textes. Ces magistrats affirment qu’il n’existe aucune raison pour que l’institution accepte des comportements qui dépassent le cadre du débat démocratique et qui sont susceptibles de recevoir une qualification pénale ou disciplinaire. Ils estiment que ne pas réagir c’est, indirectement, encourager les comportements les plus détestables.
    Ils rappellent que l’indépendance de la justice est l’un des piliers essentiels de toutes les démocraties, et que toute attaque non justifiée contre un magistrat au seul motif qu’il applique la loi d’une façon qui ne convient pas à certains est une attaque contre l’équilibre des pouvoirs et, de ce fait, une attaque contre la démocratie et par ricochet contre le peuple dans son ensemble (sur l’avis du CSM lire ici).

    Qui a raison, et qui a tort ?
    La difficulté provient de ce que tous les magistrats ont plus ou moins raison. On peut à la fois se dire que la médiocrité de certaines critiques qui ne reposent sur aucun argumentaire, même si elle choque, ne mérite pas forcément que l’on s’y attarde. Mais en même temps, on peut se dire aussi que ne pas réagir en présence d’un excès manifeste c’est encourager ceux qui vont suivre.
    Ce qui semble malheureusement certain, c’est qu’il n’existe aucune raison pour penser que ce qui a toujours existé va cesser demain ou après demain. Dans tous les pays, à toutes les époques, tous les pouvoirs de quelque couleur qu’ils soient ont toujours difficilement accepté une justice indépendante, et, surtout, une justice qui, appliquant la loi à tous, puisse atteindre les élites.
    Les pouvoirs ont toujours du mal à accepter les contre-pouvoirs.
    Alors au final, le plus important pour les magistrats n’est peut-être pas de réagir face aux critiques les plus virulentes même quand elles sont totalement infondées et que les mises en cause collectives ou personnelles sont injustifiées. Même si ces attaques blessent et déstabilisent, ce qui est l’un des buts recherchés.
    En effet, le devoir du magistrat c’est d’abord et principalement d’appliquer la loi en toutes circonstances, à tous les citoyens qui y sont soumis, sans tenir exagérément compte de leur profil personnel et, encore moins, des réactions que peuvent susciter des décisions qui dérangent.
    C’est aussi, pour réduire l’impact des critiques, de motiver leurs décisions de façon aussi irréprochable que possible.
    Sans doute, demain comme hier, ceux qui publiquement critiquent férocement certaines décisions judiciaires n’en citeront jamais aucun extrait. S’ils peuvent aisément se contenter face aux caméras de dénoncer une décision judiciaire qui leur déplait, ils savent qu’il leur serait bien plus difficile d’expliquer, en fait et en droit, en quoi le juge a tort quand il a écrit tel ou tel paragraphe de telle page. Devant micros et caméras, le contenu réel des décisions judiciaires n’est jamais mentionné. Il est aisé de comprendre pourquoi.
    Demain comme hier, les magistrats seront les spectateurs des soubresauts d’une société qui n’a toujours pas terminé son évolution vers un véritable Etat de de droit. Quand ils relèveront des comportement fautifs, quand ils ne répondront pas immédiatement aux injonctions des pouvoirs, quand ils oseront appliquer la loi à tous sans discrimination, les magistrats continueront à être des boucs-émissaires de premier choix (lire ici).
    Mais en même temps, quand ils ont rendu une décision sérieusement motivée, ce qui n’exclut pas en cas de recours qu’une autre analyse aussi sérieusement motivée aboutisse à une décision différente (sinon l’idée d’un recours n’aurait aucun sens), les magistrats peuvent avoir la conscience tranquille.
    Et alors, sans trop de difficultés, rester indifférents à l’agitation et au bruit de l’extérieur. » (http:/ /www.huyette.net/article-quoi-qu-ils-fassent-le-magistrats-ont-ils-toujours-tort-117035473.html)

    1. StéphaneB

      Très intéressant, merci.

      Mais ce qui est bizarre dans l’affaire du mignon, c’est que personne n’a relevé que c’est justement lui qui va au contact. Il saisit même le bras deson futur gifleur.

      1. RV

        Il demeure amha que la calotte était la mauvaise solution. Retirer son bras avec l’agacement et les mots qui vont bien en tournant le dos aurait été tout aussi humiliant, explicite et pas répréhensible.

        1. Lorelei

          C’est ce qu’on m’a fait remarquer: le Président va serrer les mains au mépris de tous les gestes barrière. L’éternel « fais ce que je dis, pas ce que je fais »

              1. durru

                Et pourtant, il l’a claironné haut et fort comme quoi il s’est fait vacciner, lui et sa Brizitte. Des fois que les gens ne croyaient pas que ça soit utile 🙂

    2. hub

      Evidemment, Major, et merci d’élever le débat ; la critique est difficile, le juge n’a pas un métier facile (qui a un métier facile, d’ailleurs, on pourrait demander à un toubib), mais je relève deux phrases qui m’étonnent :
      « S’ils peuvent aisément se contenter face aux caméras de dénoncer une décision judiciaire qui leur déplait, ils savent qu’il leur serait bien plus difficile d’expliquer, en fait et en droit, en quoi le juge a tort quand il a écrit tel ou tel paragraphe de telle page. » Cela signifie que seul le juge, et les avocats, sachant de quoi ils retournent, peuvent rester dans leur entre soi, et mépriser les avis de ceux qui ne savent pas… mais la forme et la présence d’un jury peuvent être une réponse…
      « quand ils oseront appliquer la loi à tous sans discrimination » là est le noeud, non, ou comme on dit « hic jacet lepus »… il y a un sentiment d’inégalité qui, comme le sentiment d’insécurité demande peut-être à être analysé…
      Enfin, Major, vous avez plus d’expérience que moi en la matière.

      1. durru

        « il leur serait bien plus difficile d’expliquer, en fait et en droit, en quoi le juge a tort quand il a écrit tel ou tel paragraphe de telle page »
        Ptdr. Je vais prendre un exemple dans un domaine que j’affectionne : les affaires familiales. Même TGI, quelques mois d’intervalle. Deux pères demandent la garde de leurs enfants (des âges similaires, les enfants).
        Le premier arrive, lui il bosse, son ex non. La juge : « Mr, ce n’est pas possible, vous ne pourrez pas vous occuper correctement de votre enfant, vu que vous travaillez ».
        Le deuxième, lui au chômage, son ex bosse. La juge : « Mr, ce n’est pas possible, vous n’avez pas les moyens matériels pour entretenir correctement votre enfant ».
        C’est plus qu’évident que ce n’est pas la complexité de la loi qui est en cause et ce n’est pas au lecteur des décisions de trouver les arguments. La « loi » n’est plus qu’un refuge facile pour des malfaisants pour perpétrer leurs actes sans prendre aucun risque.

    3. Pierre 82

      Sur le fond, mon cher Major, vous n’avez pas tort, et votre prose aurait pu être écrite par Philippe Bilger.
      Ce qui me choque dans la décision des juges, c’est surtout deux points:
      – le mandat de dépôt, alors qu’en général, des peines « aménagées » sont systématiquement proposées dans le cas de mins d’un an ferme (deux ans selon les sources)
      – une obligation de suivi psychiatrique, que qui est un comble, la psychiatrisation des déviants ayant été une spécialité de feue l’URSS.

      De manière plus générale, il fait quand même reconnaître qu’ils ont eu la main lourde.
      Et je suis d’accord avec vous en disant que le mauvais fonctionnement de l’appareil judiciaire n’en revient pas uniquement aux magistrats.

    4. Pythagore

      J’ai plutôt l’impression que cette magistrate se pose en victime du système, plutôt que d’apporter une réflexion sur comment aborder les dossiers épineux.
      Lorsqu’un gifleur ne fusse du président finit en prison ferme, pendant que la plupart des criminelles condamnés à moins d’un an ne voient jamais un barreau, si ce n’est de havane, chacun voit bien qu’il y a un petit souci de mesure.
      Le problème est moins la première condamnation que l’absence d’application de la peine dans le second cas.
      Je plussoie sur la défense, il a dû recevoir le dernier commis d’office.

    5. durru

      Major, il me semble que la perspective choisie pour analyser la situation n’est pas la bonne.
      Il ne s’agit pas de comparer les agissements de la justice face aux déboires de Fillon et Benalla (par exemple), mais plutôt, comme indiqué dans l’article, entre Hollande et Jean-Louis Leroux.
      La justice, en ce qui concerne l’Etat et ses représentants, on s’en tape pas mal, et le plus souvent on connaît le résultat (sauf exception, bien sûr) : si l’Etat est lésé, la justice a la main lourde (et des exceptions j’en vois même pas) ; si le représentant de l’Etat est mis en cause, on aura une décision à la St Glinglin.
      Par contre, celle qui concerne les affaires privées n’existe plus depuis des lustres, c’est le régne de l’arbitraire le plus strict (enfin, des règles de conduite peuvent facilement être identifiées, mais elles n’ont aucun rapport avec la loi).

      1. Pierre 82

        Major, il est évident que l’indépendance de chacun des 3 pouvoirs est indispensable à un état de droit (je ne parle pas de démocratie, c’est une notion totalement disjointe de celle d’état de droit).
        Il y a deux écueils à éviter:
        – une justice aux ordres du pouvoir exécutif
        – une justice autocéphale, tellement indépendante qu’elle s’arroge le droit d’interpréter les textes de loi comme bon lui semble, ou autrement dit, qui prend le pas sur le pouvoir législatif. C’est la république des juges.

        On a l’impression qu’on a un mélange du pire des deux écueils, avec des parquets, mais aussi des magistrats qui doivent leur avancement à la bonne volonté de l’exécutif, et une palanquée de magistrats qui ne prennent même plus de gants pour ne pas appliquer les lois, ou plutôt qui se servent dans un embrouillamini de mois diverses et variées pour piocher celles qui conviennent à leurs convictions profondes.
        Une société dont les membres ne possède plus d’un système moral et de valeurs communes, qui servirait de socle à tout la réflexion juridique, ne peut pas fonctionner. Quand on commence à penser qu’une personne dite « défavorisée » doit faire l’objet d’une excuse permanente, ou qu’un droitard doit être plus sévèrement puni qu’un gauchiste, c’est le début de la fin. Et on en est là.

        Je n’ai pas de solution miracle, mais existe-t-il des systèmes qui fonctionnent bien, qu’on s’en inspire?

    6. Belle tirade mais vous oubliez un élément : si la justice était à ce point efficace, on n’aurait pas un tel engorgement, de telles dénonciations de tous les Français, une telle méfiance (voire défiance) généralisée, et autant d’exemples de justice mal (ou pas) rendue. Il y a un moment où la recherche d’excuses s’épuise.

      1. Higgins

        Le « justice bashing » est devenu une institution en France depuis trente ans. Conduit par des politiques qui veulent s’exonérer de leurs turpitudes et de leurs lâchetés, des journalistes qui ont renoncé depuis longtemps à expliquer et une partie des baveux (ceux-là, on ne les entend jamais quand ils sont simplement mauvais), il est normal que ça laisse des traces dans l’opinion. Quant à la justice mal rendue, j’aimerai des vrais exemples et pas des on-dits pu des estimations personnelles basées le plus souvent sur une approximation des faits reprochés et d’un compte-rendu médiatique douteux. Et quand c’est la loi qui s’applique et uniquement la loi, c’est elle qu’il faut viser, éventuellement celui qu’il ‘a voulu et non pas son ordonnateur. C’est souvent le fait des perdants qu’on entend toujours très facilement et ce n’est pas pour rien que la procédure d’appel existe. Maintenant, entendons-nous bien, l’institution n’est pas exempte de reproches. Par exemple, elle fonctionne beaucoup trop en silo, du moins de mon point de vue, et ça nuit à son efficacité mais la matière, le Droit, a des exigences. Ceci explique peut être cela. Et puis, plus on la critique, plus on fait appel à elle pour régler de pbs sans importance.
        Pour l’engorgement, je crois malhonnête d’en incriminer la responsabilité aux principaux acteurs. Quand, au cours d’une audience correctionnelle, le Parquet débarque avec cinq ou six dossiers supplémentaires forcément urgents qui s’ajoutent aux dix ou quinze dossiers déjà prévus, il ne faut pas s’étonner de la lenteur qui suit et d’une audience qui se termine à 23h00 ou plus. Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres.

        1. Zwingli

          Personnellement, je retiens deux choses :
          – la justice de notre pays est massivement sous-dotée en moyens, avec un budget quasiment moitié moindre que l’Allemagne en part du PIB et significativement inférieur à la moyenne des pays de l’OCDE
          – ce qui compte, au-delà de l’indépendance de la justice, c’est son impartialité. Et je pense que c’est davantage là que le bât blesse

    7. Reddef

      Bonne analyse mais vous oubliez que de toutes façons les gens seront toujours mécontents et les médias et les réseaux sociaux amplifie se bruit ambiant de détestation.

    8. Hermès Honshappo

      Merci Major. Intéressant, et semble bien illustrer les difficultés de ce métier, face à une multitude qui utilise facilement le yakafokon. Réflexe dont on en est tous plus ou moins coupable, un jour où l’autre :-), que ce soit face à la justice ou face à tout autre sujet qu’on comprend mal, sans savoir qu’on le comprend mal.

      Malheureusement, je crains que la conclusion soit mal interprétée. Elle pourrait facilement s’apparenter à de l’arrogance d’une élite envers une multitude criante. Une multitude que l’élite considère comme trop bête pour comprendre.

      Je ne sais pas dire si les difficultés et la défiance d’aujourd’hui sont pire, ou moins grave que celles d’il y a 100 ou 200 ans. Le peu que j’ai lu sur ces époques ne me permet pas de dire si on va vers du mieux ou pas.

      Le seul reproche que je ferais à la justice *française* c’est sa lenteur. Que des affaires très complexes mettent des années à être jugées, soit. Mais que des affaires lambda soient elles aussi étalées sur de longues périodes, ça me semble inacceptable.

      En cela, je trouve le 6ème amendement de la constitution US qui garantit le droit à un procès rapide intéressant. L’article 6 de la CEDH me semble trop timide en disant « dans un délai raisonnable »

    9. Pheldge

      Major, oui, tu as raison, il a été traité comme un autre et « lui et son conseil avait tout loisir de demander un report d’audience ». D’après toi, qu’aurait fait un avocat de renom ? il aurait demandé un report pour préparer la défense, et aurait obtenu un verdict mesuré. Je ne comprends d’ailleurs pas non plus qu’un avocat ambitieux n’ait profité de l’aubaine pour se faire un nom … J’imagine qu’il a eu un commis d’office de troisième ou quatrième division, qui impressionné par l’accusation, s’est incliné en mouillant son pantalon de trouille. Je ne vois pas d’autre explication.

      Ne me dis pas non plus que les magistrats, siège et parquet, ne subissent pas de pressions, jamais, eux dont la carrière dépend totalement de la Chancellerie …

  10. Pythagore

    Superbe démonstration !
    Je trouve fascinant cette capacité de la gauche à s’enfoncer elle-même et à se créer partout des ennemis.
    Il n’aura échappé à personne que le gifleur fut condamné par une justice expéditive pendant que les bombardiers de commissariat courent tjs.
    De la même façon Mérluchon, en s’en prenant à Papicito, lui a offert une tribune médiatique inespérée.
    A chaque acte, la gauche suscite un peu plus la révolte au lieu de calmer le jeu.

    1. Husskarl

      La révolte ? Je n’en vois pas beaucoup des révoltés, ou alors c’est pendant 20minutes avant d’aller se jeter sur le restaurant parce qu’on les laissent vivre hors de leurs prisons 2h de plus le soir.

      1. Pythagore

        Je ne sais pas à quoi vous reconnaissaient si les gens sont révoltés ou non. Mais je pense que ttes ces inégalités et le comportement arbitraire du pouvoir ne passe pas inaperçu, et chaque dérapage ouvre un peu plus les yeux à ceux qui ne veulent pas voir ou ne savent pas voir, et les frustrations s’accumulent chaque jour un peu plus.
        Le dégagement des jeunes après le couvre-feu est tout à fait symbolique.
        Les princes de parc peuvent continuer à regarder leur match tranquillement après le couvre-feu tandis que le lendemain, les invalides sont dégagés à la lacrymo.
        Vous ne verrez pas de gens taper sur la police, mais les frustrations s’accumulent un peu plus chaque jour, et Macron (qui est l’ami des jeunes, on l’a vu) s’enfonce un peu plus.

        1. Husskarl

          Discuter avec les gens suffit, on relève leur mollesse ou leur changement d’opinion selon le temps qu’il fait.
          Ils sont passifs dans l’action mais vu le rapport de force, ça se comprend. Mais ils sont passifs dans leur réflexion, leur opinion, dès la moindre contrainte potentielle, je dis bien potentielle, ils retournent leur veste.

        2. P&C

          L’ami des jeunes ? Macfly et Carlito ont presque 40 ans tous les deux.
          On a vu mieux.
          Et si la jeunesse en France est fidèlement représente par ces deux guignols, y a du souci à se faire pour le futur.

          1. Pythagore

            J’aurais dû écrire: « qui se veut l’ami des jeunes » eu égard à son opération comm/séduction des jeunes ces dernières semaines (visiblement, il ne sait plus où aller chercher les électeurs).

  11. Yves Chauvel

    Il était nécessaire pour le « pouvoir » en place d’agir avec la plus extrême célérité sur le plan pénal, faute de quoi nous aurions pu assister à une épidémie de claques et de gifles avec divers variants sur le Président; lequel, inévitablement n’aurait pu s’en remettre.

    C’est tout à l’honneur, euh pardon au déshonneur de la justice d’avoir répondu en abattant sans émoi et sans hésitation le glaive sur l’auteur de ce crime de lèse-Président!! Enfin, une justice efficace, exemplaire à tout niveau! Nous ne doutons pas que le Garde des Sceaux saura s’en inspirer afin de réformer notre injustice euh pardon, décidément, notre justice pénale!

    Ainsi avant la fin de la semaine, infractions, délais, crimes et châtiments divers auront-ils disparu de notre paysage. Et demanière définitive. N’est-ce pas Monsieur Dupont-Moretti?

  12. Pierre 82

    Je me dis parfois que quand le patron se met à faire des papiers sérieux, avec peu d’ironie, c’est que la situation a franchi un pas supplémentaire dans la dégringolade. C’est bien le cas pour ce papier…

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Nous nous trouvons face à une justice d’occupation, dont le principe est de protéger les intérêt de l’occupant. Tout est subordonné à cette logique.
      Je ne mets pas en cause les magistrats (tout au moins pas tous), ils font sans doute ce qu’ils peuvent avec les latitudes qu’on leur laissent. Ils ne jugent que ceux qui sont déférés devant eux, si le parquet fait une sélection douteuse des prévenus, c’est la faute du parquet, pas des juges.

      Mais c’est vrai que le contraste est choquant.

      C’est tout de même assez rare qu’un politicien se plaigne d’une claque trop présente, et rien de mieux qu’un procès express pour que l’affaire du soufflet retombe comme un soufflé.

      1. durru

        Oui, bon, les multi-récidivistes, par définition, ont reçu plusieurs condamnations, et là c’est pas la police ou le parquet qui les prononcent. Leur libération accélérée (voire leur non-incarcération) ne peut pas être reprochée au parquet tout seul.
        Qu’il y ait encore des magistrats qui essaient encore de faire correctement leur travail, soit. Qu’ils ne soient pas d’une naïveté confondante (voire d’une complicité coupable), par contre, c’est hors du domaine du doute.

        1. Jacques Huse de Royaumont

          Je me retrouve un peu à contre-emploi en paraissant défendre les magistrats…
          Cependant, il faut essayer de faire la part des responsabilités de chacun. Les peines de prison et leur gestion sont définies par des lois, que les juges n’écrivent pas mais sont payés pour appliquer. De même, la pénurie de place en prison n’est pas de leur fait, mais il doivent la gérer.
          S’ils ne sont pas irréprochables (mais qui l’est ?) et que tout le monde a en mémoire des décisions pour le moins choquantes, ils ne sont pas responsables de toutes les dérives du système.

          1. durru

            Bizarrement, on trouve de la place en prison pour une baffe, mais pas pour un crime. La seule question : c’est qui, ce « on » ?

            « la pénurie de place en prison n’est pas de leur fait, mais il doivent la gérer »
            Et moi qui croyais que ça incombe à l’administration pénitentiaire… Le juge doit appliquer la loi, point final. Si les places en prison manquent, ce n’est pas à eux d’agir. Quel mélange des genres ^^…

            J’ai jamais dit que la justice serait la seule responsable de la situation actuelle, mais comme acteur principal, c’est quand même un des premiers. Les honnêtes (ce qu’il en reste) devraient arrêter de couvrir les pourris (n’est-ce pas, Major…)

            1. Higgins

              Il m’étonnerait qu’il fasse son temps derrière les barreaux. Conformément aux directives de la chancellerie, je ne serai pas surpris qu’il soit mis sous bracelet électronique (qui est considéré comme étant de la prison).

              1. durru

                Il y est, déjà. On lui a bien trouvé une place, ne serait-ce que pour quelques jours.
                On a connu des cas bien plus graves lâchés dans la nature à cause de ce même « manque de places ». Les 2P2M dans toute sa splendeur, et ce n’est rien d’autre que l’institution judiciaire qui en est responsable (mandat de dépôt, toussa).
                Il serait très utile d’arrêter cette attitude corporatiste qui pourrit ce pays dans tous les sens. Ce n’est pas parce qu’il y a encore des juges honnêtes que l’institution judiciaire ait un minimum de respectabilité.

                1. Higgins

                  Durru, tu es généralement plus pertinent. Tu évoques un sujet sans visiblement en connaître les tenants ou aboutissants. Dommage.
                  « Le premier responsable d’un crime, c’est bien son auteur. Même s’il peut y avoir des responsabilités de dysfonctionnement à chercher, la justice ne peut pas servir de bouc émissaire pour tout acte.
                  Procureurs de La Rochelle et de Saintes » (https:/ /france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/la-rochelle-saintes-niort-le-ras-le-bol-des-procureurs-et-des-magistrats-2123716.html)

                  1. durru

                    Major, combien de CPF prises en flag’ par la police (et qui étaient coupables de plus qu’une simple baffe) n’ont été lâchées dans la nature par des juges soucieux du taux de remplissage des prisons, de donner une deuxième (ou dixième, ou trentième…) chance au fautif etc ? Le nombre de déclarations des FDO à ce sujet est proprement hallucinant. Si toutes étaient calomnieuses, il conviendrait que les juges mis en cause portent plainte. Comme ce n’est pas le cas, on déduit facilement que les déclarations sont honnêtes, non ?
                    La question n’est pas de savoir si cette décision de justice a été légale ou pas, mais simplement si elle s’inscrit dans le cadre général des mesures prises pour ce genre d’acte.

                    Par ailleurs, je n’ai pas connaissance de juges s’insurger sur les lois imbéciles qu’ils ont à appliquer, sur la marge excessive d’interprétations qui leur est laissée, etc. On entend toutes sortes de défenses de la part du corps judiciaire, mais pas dans ce sens, ce qui est normal, hein, vu que cela leur permet de faire à peu près n’importe quoi. Encore une fois, le fait que des individus honnêtes restent dans la profession n’est pas une raison pour couvrir les pourris dont les rangs grossissent tous les jours (et notamment leurs « porte-paroles »).

                    1. Higgins

                      Combien de CPF pris en flag’ par la Police ou la Gendarmerie relâchés dans la nature ? La loi pénale est très stricte et ne souffre pas d’interprétation. Il suffit qu’il manque une mention sur le PV comme par exemple celle qui indique que l’intéressé a droit de garder le silence pour que la procédure tombe à l’eau. Je peux t’assurer que les avocats vérifient soigneusement ce genre de détails et ne manquent pas de rappeler aux magistrats leur devoir. En l’absence de cette mention, ces derniers ne peuvent que s’incliner que cela leur plaise ou pas (et je peux t’assurer que cela ne leur plaît pas)*. On peut trouver ça exagéré mais c’est la loi et ça ne souffre pas d’interprétation.
                      Après, il y a ce que la loi impose** : « Les syndicats de policiers veulent + de peines de peines de prison ferme, immédiate et  » plancher » .
                      Cela ne me choque pas (Valérie Dervieux dixit).
                      Sauf que :
                      * les prisons sont sur occupées
                      * leur indignité ouvre depuis peu une possibilité dédiée de mise en liberté
                      * la loi prévoit que
                      **la prison est l’ultima ratio ,
                      **lorsque la prison est prononcée jusqu’à 1 ou 2 ans ( en fonction de la date des faits), elle doit être aménagée (transformée) immédiatement/au + vite,
                      * le mandat de dépôt, qui seul permet la détention immédiate, est l’exception (doit être spécialement motivé),
                      * la réduction de peine de prison et la libération avant terme sont la règle ,
                      * la primauté de l’éducatif est la règle pour les mineurs tout comme celle qui leur fait encourir 1 peine réduite de moitié .
                      Tout, dans la procédure pénale actuelle et future, est fait pour réduire la détention provisoire et l’emprisonnement car :
                      *Le principe = la liberté
                      *La détention = l’exception.
                      On peut ne pas être d’accord. Mais voir, ceux qui font – ou ont fait – la loi manifester contre son application*** est toujours une leçon…. J’invite donc tous les décideurs , dans l’attente de » télé justice » à venir aux audiences, faire des stages en prison, en juridiction, sur le terrain quoi… »
                      Quant aux réactions face à des textes considérés comme iniques, c’est quasiment tous les jours en ce moment. Dernière et emblématique réaction, et pas des moindres : https:/ /www.nouvelobs.com/justice/20210521.OBS44294/tribune-ca-suffit-l-appel-des-juges-a-refonder-le-pacte-republicain-pour-la-justice.html

                      *A chaque point de droit soulevé, à tort ou à raison par un avocat, le juge doit répondre. Ça prend souvent de longues heures de travail pour confirmer ou infirmer le point soulevé.
                      ** j’emprunte ce passage à un post de Valérie Dervieux, présidente de la chambre d’instruction à la cour d’appel de Paris, qui publie régulièrement des posts très intéressants sur Linkedin (https://www.linkedin.com/in/gensdejustice/).
                      *** le message est à destination des politiques, ceux-là même qui s’étonnent régulièrement de la vétusté des prisons et l’absence des places.

          1. Pheldge

            « le mandat de dépôt, qui seul permet la détention immédiate, est l’exception » bin pour le coup l’exception a été trouvée, justifiée par la dangerosité de ce grand criminel.

            Major, j’ironise, parce que je devine que tout ça, toute cette prétendue rapidité fermeté, est de l’esbroufe, qu’il le fallait absolument. Mais franchement, c’est pas ce qui va réconcilier les Français avec leur justice.

      2. Dr Slump

        Je crois tout simplement que les problèmes qui affectent le pays affectent aussi la justice, ce qui s’y passe n’est que le reflet de ce qui passe plus globalement aux niveaux politiques, administratifs, économiques et sociaux.

        Il n’y a plus « une » justice, s’appuyant sur un socle commun de principes et de règles de Justice, mais des justices, avec des magistrats servant différentes interprétations, les uns pourris, idéologiquement ou politiquement orientés, les autres attachés à préserver une haute idée du Droit, des magistrats qui ne font que leur travail, des activistes, et il ne faut pas oublier aussi qu’il y a différents organes de justice servant différents buts, et que le PNF ce n’est pas la même chose que le tribunal des affaires familiales.

        Mais avec tout le respect, le mur des cons, ce n’est pas une petite blague, ce n’est pas une broutille. C’est révélateur d’une dérive qu’on ne peut certes pas attribuer à tous les magistrats, mais qui est un signe grave de dévoiement de la justice.

        1. Pierre 82

          L’aspect positif du mur des cons, c’est qu’ils ont dressé eux-même la liste des magistrats à épurer quand le moment sera venu: les affiliés au fameux syndicat de la magistrature. Déjà en renvoyant ces gens-là à leur chères études, ça donnera de l’air aux autres magistrats.

          1. Pheldge

            même coupables des pires turpitudes, les magistrats ne sont jamais virés, le pire étant une mise à la retraite anticipée… le mur des cons ? pfff, une gaminerie qui s’est terminée par une tape sur les doigts, et petite, alors qu’on aurait également invoquer l’outrage.

            1. pabizou

              Oui, une petite tape sur les doigts et quelques mois plus tard une médaille en toute discrétion sans doute puisque les médias n’ont rien rapporté la dessus

  13. Rick Enbacker

    Il est regrettable que les duels ne soient plus à la mode.
    Le mignon poudré se prenant un mawashi geri dans la tronche dans le parc de l’élysée et criant « au secours maman », ça aurait eu plus de gueule que ses pitreries avec mongolito et macracaille

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Un mawashi geri, ça vient de loin, si tu le sens pas, tu ne le fais pas !

      Mais en France, on est plus distingué, on ne fait pas dans la fantaisie charmante avec des techniques de va-nu-pied. On se coupe la gorge à la rapière, le sang clair sur le sable chaud, élégamment, comme des gens civilisés respectueux des règles de savoir vivre. On se massacre suivant le règlement, sinon, où va le monde.

  14. Nemrod

    La meilleure blague que l’on puisse faire est  » J’ai confiance en la Justice de mon Pays ».
    Moi mon niveau de confiance est en dessous de zéro.

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Le terme de sacralité n’est pas anodin, l’état se voit comme une divinité et le président comme son incarnation. Ce n’est pas une religion d’état, mais une religion de l’état, qui donc, intrinsèquement, ne peut en supporter aucune autre.

      1. Pierre 82

        C’est vrai que ça m’a frappé, un jour où j’avais un souci avec un permis de construire.
        A la mairie, on m’a proposé de prendre rendez-vous avec l’élu (sous-entendu bien sûr l’adjoint à l’urbanisme). Allez savoir pourquoi, mais j’ai perçu comme une majuscule quand la secrétaire m’a parlé de l’Élu, avec comme une espèce de respect craintif vis-à-vis d’un simple adjoint (con comme une masse, d’ailleurs).
        Je me suis quand même demandé pour qui ils se prenaient, ces adjoints. Il y a une espèce de sacralité malsaine quand ils parlent d’eux-même.
        Je vois ça comme un reliquat robespierrisant, une espèce de croyance non-dite à une religion républicaine.
        C’est comme l’évidence du péché originel de la république, qui a voulu se substituer à Dieu, et plus globalement, cette inclinaison non assouvie d’être reconnu comme étant officiellement d’essence divine. Ce qui n’est pas arrivé, et n’arrivera pas, et qui est sans doute à l’origine de leur côté chatouilleux quand on se met à élever la voix face à eux, voire simplement quand on les contredit.
        Et j’ai souvent eu cette impression chaque fois que je me suis retrouvé face à un sénateur, député, ministre ou même maire d’une ville importante.
        Impression que je n’ai jamais eue en parlant à un évêque ou même un archevêque… avec eux, ce serait plutôt l’inverse, on aurait parfois envie de leur rappeler qu’ils sont les chefs dans leur diocèse…

        1. Dr Slump

          Sûrement pas d’essence divine, c’était l’essence dont la monarchie se faisait la représentante, la république n’en veut pas et le rejette de toutes ses forces! Mais sans aucun doute d’essence supérieure, entendre: supérieure au commun des mortels. Et de fait, cette substitution de la monarchie de droit divin par la république de droit proclamé s’est réalisée symboliquement par l’exécution du roi, autrement dit, par son sacrifice.

          D’où la sacralité malsaine dont tu parles… et que tu peux sûrement nommer plus précisément en l’envisageant sous l’angle spirituel.

          1. Pierre 82

            Je crains que beaucoup d’entre eux se croient d’essence divine. La république est un truc à classer parmi les hérésies, à ce que je constate. Une religion nouvelle, en quelque sorte.

  15. Infraniouzes

    Un fait qui pourrait conduire la Cour de justice de la République à s’agiter un peu si les magistrats qui la composent se réveillent.
    Le nouvel ambassadeur de Turquie, Ali Onaner, 47 ans, parfaitement francophone, est un ancien camarade de promotion de l’ENA (2002-2004) du président français, Emmanuel Macron. Ne marche-t-on pas sur la tête ? Paris avait rappelé son ambassadeur fin octobre, après que Recep Tayyip Erdoğan, le président turc, a mis en question « la santé mentale » d’Emmanuel Macron. Et le 4 décembre, le chef de l’État turc de renchérir : « Macron est un problème pour la France. Avec Macron, la France vit une période très dangereuse. J’espère que la France va se débarrasser du problème Macron le plus tôt possible ». En bonne logique, le président aurait dû refuser les lettres de créance de M. Ali Onaner pour éviter toute confusion des genres. L’extrémiste de Ankara qui promeut ouvertement une invasion de l’Europe et de la France par les Turcs et donc l’islam (faits avérés par le renseignement militaire), envoie un copain de Macron comme ambassadeur. Pour arrondir les angles ? Pour mettre du miel sur la tartine de m… qu’il compte faire bouffer aux Européens, et en particulier à Macron ? Pour mieux « endormir » Macron en cas de tensions ? Un étranger, ami du président à un poste ultrasensible, pose-t-il problème ? Apparemment non. L’important est de savoir quel groupe de rappeurs va être invité à l’Elysée.

    1. Le Gnôme

      Un coup d’éventail signifia la rupture des relations diplomatiques avec le dey d’Alger en 1827.

      Si des phrases politiques entraînaient la rupture diplomatique, nous ferions des économies au ministère des AE.

    2. Higgins

      « La Cour est composée de quinze juges : douze parlementaires (six élus par l’Assemblée nationale et six élus par le Sénat) et de trois magistrats du siège à la Cour de cassation. Un de ces trois magistrats la préside. » (https:/ /www.vie-publique.fr/eclairage/19542-la-cour-de-justice-de-la-republique-une-institution-contestee)

    3. Mildred

      @Infraniouzes
      Pourquoi tant vous étonner de la nomination du camarade de promotion de Macron comme ambassadeur de Turquie ?
      Est-ce que Macron aurait interdit les Frères musulmans – « cancer de l’islam » – pro-Erdogan, sans que nous soyons mis au courant ? Ce serait étonnant !
      Je me permets de livrer à votre réflexion la phrase de l’imam Hassan Chalghoumi :
      « Sans les Frères musulmans, tous les musulmans seraient frères. »
      Apparemment ce n’est pas pour demain, et les associations fréristes ont encore de beaux jours devant elles, en France comme dans le reste de l’Europe !

      1. taisson

        Erdogan est un ennemi rusé…Face à des gens sans convictions, ni patriotisme, et de plus fascinés par l’islam, dont ils se refusent obstinément à voir le but, il à un vrai boulevard !
        Mettre en place, chez l’ennemi, un copain de leur « chef » que l’on méprise, c’est top !

        C’est sur que dissoudre les identitaires plutôt que d’interdire les frères muzz sur notre territoire…C’est vraiment montrer que l’on sait gérer les priorités !

        Autre chose,
        C’est vrai que notre pauvre justice préfère utiliser ses moyens (toujours insuffisants…comme pour tous les fonx…) à faire d’urgence perquisitionner chez Raoult ! Les voleurs et les assassins peuvent attendre, surtout si on les laisse en liberté !

        La vraie question de la justice, c’est le mode de sélection pour le recrutement

        Qui de normalement équilibré peut avoir envie de passer sa vie à faire ce métier ?
        Ronron fonctionnariste, militantisme, complexe de supériorité, ou tradition de caste ? ou tout ensemble ?
        Pour les moins mauvais, le niveau de technicité et la forme ont pris le pas sur le fond…Et sur le bon sens !
        La véritable foutaise de l’idée d’indépendance est la cerise sur le gâteau !
        Indépendant de qui ? Peut on être indépendant de ses propres convictions ?

        « Nul ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes »
        ils ne se privent pas de le répéter quand ils n’ont plus rien à dire, et pourtant, leur interprétation de la loi est faite sur cette base!!

        Selon moi, Il faudrait des juges élus, sur profession de foi écrite, précisant, entre autres, leur religion et appartenance politique ou sectaires, révocables immédiatement si une inexactitude apparait.
        Non magistrats, ayant exercé un métier avant, avec à leurs ordres les fonctionnaires, professionnels de la loi, comme un industriel, qui s’appuie sur les compétences de ses techniciens et ingénieurs.
        Mandat de 5 ans, renouvelable si les citoyens leur font confiance.
        Ils ne seraient peut être pas plus « justes », mais au moins, pas inamovibles, et donc plus attentifs…Et plus respectés.

        1. Pierre 82

          Je suis assez d’accord a priori sur le principe de juges élus. Il faudrait voir les pour et les contre, mais qu’au moins on ait une instance directement élue pour surveiller ce qu’il se passe dans les prétoires ne me semblerait pas complètement dénué de sens.
          De touts façons le problème numéro un en France, c’est l’absence de contre-pouvoirs. Tout notre malheur découle de là.

  16. Calvin

    Il y a un ordre pour la justice, merci de le prendre en compte :
    – régler les incivilités envers les élus,
    – puis régler les retraits des points de permis,
    – éventuellement, s’occuper du reste.

    A noter que les dégradations des symboles de la République (monuments, respect de la liberté d’expression, …) ne sont pas au même niveau que ceux qui ont été élus.
    La République, ce n’est pas la Nation et ce qui la caractérise, non, ce sont les élites du moment.

    Quand le Mélenchon disait : la République c’est moi, il n’avait pas tord, finalement aux yeux de la justice…

    1. Jacques Huse de Royaumont

      Ce n’est pas le retrait de points qui intéresse l’état, c’est la facture qui l’accompagne.

      Et effectivement, Macron personnifie la république et l’état. Mais représente-il encore la Nation ?

        1. Jacques Huse de Royaumont

          Justement non, la Nation, c’est tout sauf ça.
          Ces populations vivent dans un village global virtuel coupé du monde réel, sans passé, sans attaches et sans identité.

  17. Dr Slump

    Heureusement, nous avons un ministre de la justice aux taquets, affûté comme un tournevis à clou :
    http s://twitter.com/DamienRieu/status/1403667252709400578

    Respectez la fonxiôn, compris?!

  18. Ecce Homo

    Dimanche prochain, votez pour la liste « une baffe pour tous, tous pour une baffe » liste menée par Damien Tarel, véritable chevalier des temps modernes.

    Voter est un droit mais aussi un devoir.
    Désormais, voter masqué, c’est une obligation !
    ( Bientôt, voter vacciné, un ordre ?)

    Si seulement ce masque pouvait au moins atténuer et filtrer les molécules responsables des effluves malodorantes de ce scutin …
    Mais là encore, ça ne semble pas efficace.

    La prise de Gel hycroalcoolique avant de saisir manuellement l’ensemble des bulletins est plus que recommandée.

    Et pour cette propension volontaire à la provocation, je plaide coupable, et je reconnais qu’il me faut au moins un internement accompagnée d’une thérapie psychologique, imposée de gré ou de force, avec prise médicamenteuse.

    Aux risques et périls de celui qui osera me prendre le pouls, ma tension « ça=vérant » être paroxysmique, il se pourrait que je gifle telle une garce (celui se prenant pour) le médecin.

    Il y a vraiment des baffes qui se perdent ! La preuve:

    https://or.fr/actualites/president-macron-exhorte-g7-vendre-reserves-or-pour-financer-sauvetage-afrique-2357

      1. Ecce homo

        https://www.huffingtonpost.fr/entry/la-france-efface-lardoise-de-5-milliards-de-dollars-du-soudan_fr_60a2bf76e4b03e1dd38d1943

        Aidons la recherche développement Africaine, finançons la !
        Faisons un don !

        Soyez sûr que l’or récupéré ne sera pas perdu pour tout le monde, quand à sa transformation en Francs CFA à gogo, gageons qu’il soit utilisé de manière efficiente par les chefs de tribus…

        Ami, la blague est aussi pleine de vérité que la dernière photo qui illustre le billet du jour. A peine et délicieusement retouchée !

        Oui, nous savons bien que de grands hommes ont gravi ces nobles marches…
        Mais aujourd’hui, ce sont d’autres amis du président qui nous la mette, et en s’en tortillant effrontement le cul. Que voulez vous, les temps changent…

        OUI, Pierre, ce pays est en effet devenu une blague.

  19. Calvin

    Petite question, est-ce que l’entartage est puni de la même manière qu’une gifle ?
    Et sinon, est-ce que le Damien Tarel aurait pu plaider l’oubli de la tarte ?

      1. Pierre 82

        C’est plus compliqué de passer les barrages avec une tarte à la crème qu’avec juste ses mains… c’est plaidable.

  20. Higgins

    HS mais c’est en cours : https:/ /www.francebleu.fr/infos/faits-divers-justice/exclu-perquisition-en-cours-a-l-ihu-du-professeur-raoult-a-marseille-1623667123

    1. Higgins

      « Selon William Molinié, un journaliste spécialisé de LCI , cette perquisition avait pour objet « de vérifier/infirmer des soupçons de prise illégale d’intérêt et de possibles détournements de fonds publics. » » (https:/ /www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/l-ihu-mediterranee-dirige-par-didier-raoult-perquisitionne-6fbb37ea-cd02-11eb-baed-5184c347b3a1)

      1. Nemrod

        Ben voyons…
        Qui peut croire que la Justice n’est pas l’instrument de la Caste au pouvoir ?
        L’illusion ne nous en même plus donnée.
        J’ai l’impression très nette qu’un cran est passé d’ailleurs .
        On pourra l’interpréter comme un raidissement par la peur de perdre le Pouvoir ou plutôt comme une arrogance donné par la certitude de le conserver.
        Je pense plutôt à la deuxième.

        1. Jacques Huse de Royaumont

          J’ai l’impression que le problème vient surtout du parquet, beaucoup plus aux ordres ques les juges.

          Dans la série des décisions iniques, l’affaire Olivier Duhamel a été classée sans suite pour cause de prescription… Le parquet n’en a rien à cirer, semble-t-il.
          Avec de délais semblables et pour 1000 fois moins, le cardinal Barbarin n’a pas eu le même traitement (là, le juge en première instance fut d’une partialité incroyable)

              1. Le Gnôme

                Il existait 84 619 articles législatifs et de 233 048 articles réglementaires en France en 2019, il suffit de chercher un peu pour trouver quelque chose pour vous incriminer, ou vous innocenter. Une chatte surdouée n’y retrouverait pas ses petits.

          1. Higgins

            Le cardinal Barbarin a été heureusement relaxé par la cour d’appel (c’est pour cela qu’elles existent les cours d’appel, pour faire appel d’une décision de première instance), décision validée par la Cour de cassation : « La plus haute juridiction judiciaire a rejeté ce mercredi le pourvoi formé par les victimes de l’ex-prêtre Bernard Preyant contre la relaxe en appel de l’ancien archevêque de Lyon. Les juges estiment que Philippe Barbarin n’avait pas l’obligation de signaler les agissements pédocriminels dans la mesure où les victimes, une fois majeures, étaient en mesure de porter plainte.  » (https://www.liberation.fr/societe/religions/affaire-barbarin-les-parties-civiles-deboutees-par-la-cour-de-cassation-le-cardinal-relaxe-20210414_WKCSGW2PHZDP7GJGJFA4T2KHRA/)

          2. Higgins

            « Le parquet de Marseille confirme qu’une enquête préliminaire a été engagée « depuis la transmission d’un signalement émanant de l’agence française anti-corruption en 2019*. » (https:/ /france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/bouches-du-rhone/marseille/marseille-perquisition-a-l-ihu-mediterranee-dirige-par-didier-raoult-2134309.html)

            *L’article précise que Didier Raoult n’est plus le président de l’IHU depuis 2011 et l’affaire remonte à 2018.

            1. Pierre 82

              Peu importe que Didier Raoult, même s’il y a faute, soit impliqué ou pas. Tous les articles, dont celui que vous proposez, indique bien « l’IHU dirigé par Didier Raoult » en insistant lourdement.
              Dans la tête d’une écrasante majorité de Français, on savait déjà que c’était un charlatan, et maintenant on sait pourquoi il l’était: pour son enrichissement personnel, c’est donc un pourri pire que les autres, puisqu’il essayait de se faire passer pour un chevalier blanc. Non content d’empoisonner les gens, ils s’en foutait plein les pognes.
              Les gens n’iront pas voir plus loin, et même si l’enquête fait chou blanc, dans la tête de la majorité, c’est ça qui restera.
              Sauf peut-être à Marseille, mais pour des raisons essentiellement régionales: un type qui a tenu tête à des parigots méritent le respect, mais ça ne fait pas une majorité de Français.
              Dans l’esprit embrumé par des décennies d’Ednat, le réflexion ne peut pas aller plus loin: les neurones sont bousillés.

              1. Higgins

                « Dans la tête d’une écrasante majorité de Français, on savait déjà que c’était un charlatan, et maintenant on sait pourquoi il l’était: pour son enrichissement personnel, c’est donc un pourri pire que les autres, puisqu’il essayait de se faire passer pour un chevalier blanc. Non content d’empoisonner les gens, ils s’en foutait plein les pognes. » C’est ce que vous pensez ?

                1. Pheldge

                  évidemment Major, y’a pas de fumée sans feu, tu le sais bien, s’il y a une enquête, c’est qu’il a fait des saloperies, c’est évident ! en plus avec les caméras de télé et la une du JT, le tribunal médiatique l’a déjà condamné, et c’est celui qui a le dernier mot, dans la crise sanitaire actuelle.

                  1. MCA

                    @ Pheldge 14 juin 2021, 20 h 02 min

                    Attention si tu lis bien l’article c’est le Président qui est en cause, or Raoult est le Directeur ce qui n’est pas pareil.

                    Je doute que le commun des mortels fasse la différence et je fais confiance aux médias pour cultiver l’ambigüité.

                    1. Pheldge

                      pour le commun des mortels, l’IHUM, c’est Raoult, point. Je note que ce matin, il n’y a pas de gros titre la dessus, heureusement que le gonze sait se défendre …

                2. Pierre 82

                  Disons qu’autour de moi, je constate qu’une écrasante majorité de gens considèrent Raoult comme un fou dangereux, et n’ont même jamais entendu parler d’ivermectine. J’admets que j’extrapole un peu, c’est chez moi une inclination naturelle, mais oui, c’est comme ça que je le vois.
                  Je ne fais pas partie de la majorité, et c’est même une des caractéristiques d’un homme qui essaie de résister.

                  1. Higgins

                    Je constate la même chose chez beaucoup de personnes. Hormis le vaccin, point de salut. La propagande a très bien joué mais votre formulation était ambiguë.

                    1. P&C

                      Simple : les gens s’informent via la télé principalement.
                      Google actu pour les plus technophiles…

                      Quant à l’économie de la connaissance, laisses moi rire…
                      Porno, netflix, youtube (et bien plus MacFly et Carlito que Herodot.com), amazon et alibaba.

                1. MCA

                  @Pierre 82 14 juin 2021, 17 h 58 min

                  Précision :

                  Vous pensez personnellement que c’est un pourri ou vous pensez simplement que les français pensent ça?

                  @Nemrod 14 juin 2021, 18 h 02 min

                  C’est exactement…. quoi?

                  1. Pierre 82

                    @MCA, j’ai répondu à la même question au Major à 20h44. Je veux bien sûr évacuer le doute, il faut croire que je m’étais mal exprimé…

        2. Pierre 82

          Quoiqu’en l’occurrence, il s’agit du parquet qui ordonne un enquête. Donc c’est 100% politique, je pense que pour le coup, les magistrats n’y sont pour rien…

          1. Higgins

            Sur le Parquet : « Quel statut pour les procureurs ?

            Nous voici donc avec un organe de poursuite qui doit mettre en œuvre localement des consignes élaborées nationalement par le pouvoir politique à qui il doit rendre des comptes, donc qui ne peut pas être totalement indépendant, qui par ailleurs est une partie parmi les autres pendant toute la procédure judiciaire, donc qui ne peut pas être totalement impartial notamment à l’audience, mais qui n’est pas non plus un simple exécutant aux ordres et ne doit pas pouvoir recevoir des injonctions intéressées dans les dossiers particuliers. » (http:/ /www.huyette.net/2020/07/le-statut-du-ministere-public-ou-l-impossible-melange-de-l-huile-et-de-l-eau.html)

    1. Pierre 82

      J’adore le « Allen Cheng, director of the Infection Prevention and Healthcare Epidemiology unit at Alfred Health in Melbourne »

      Pourquoi pas Helmut von Apfelstrudel, chef de la résistance française dans le Vercors?
      Mais là, je suis mauvaise langue. Carrément.

      1. Aristarkke

        Manquerait plus que cela que les compagnies aériennes refusent les passagers vaccinés vu que ce sont les seuls qui ont justement le *droit* de voyager, sans trop de soucis par rapport aux autres…

          1. Pierre 82

            Ça fait plus d’un an que je me creuse la cervelle pour essayer de comprendre ce qu’ils cherchent.
            J’ai essayé de m’imaginer que « la caste des ultra-riches »avaient ont essayé de réduire la voilure brutalement pour tenter de sauver ce qu’ils peuvent, mais ça ne colle pas. Ils n’auraient aucun intérêt à saborder leurs propres sources de revenus en éliminant les fabricants aéronautiques, automobiles, pétrolières, de transport aérien, le tourisme, etc… Ça n’a pas de sens, surtout de le faire aussi brutalement et en se heurtant de front à la vie des gens. Ils savent que le peuple ne va pas pouvoir être indéfiniment tenu en laisse, ou plus exactement, que le prix à payer pour ça deviendra de plus en plus élevé.
            De plus en plus, je pense que ce sont les Chinois qui sont à la manœuvre pour évincer les USA, car ils ont bien compris que la situation de l’occident est catastrophique et hyper-fragile, vu qu’on vit très largement au-dessus de nos moyens en creusant une dette de plus en plus forte et que tout le monde sait irremboursable.
            Et comme le PCC a compris que le système branlant allait tôt ou tard se péter la figure, ils font en sorte de se trouver en position de force quand ça arrivera. Et ils profitent à fond de la décrépitude morale de l’occident, et jouent à plein sur notre folie, ou plutôt sur la folie de nos élites.
            Un exemple: ils achètent massivement des matières premières sur tous les marchés, en les asséchant, et si ça continue comme ça, on ne pourra plus éviter une inflation galopante (voir l’édito de Charles Sannat de ce jour), inflation qui sera peut-être passagère, ou peut-être mortifère, l’avenir nous le dira.
            J’ai l’impression que nos classes dirigeantes, incluant les politiciens et les « ultra-riches », tournent en rond comme des poulets sans tête, en se demandant comment ils vont bien réussir à sortir de cette nasse.
            Tout ça pour dire que le « plane shaming » n’est qu’un des nombreuses tentatives erratiques parmi d’autres pour tenter de justifier que tout se barre en couilles.
            Pour l’instant, je ne peux que tenter d’ouvrir les yeux à mon entourage, mais tant que la population ne l’a pas majoritairement compris, rien de sérieux ne sera accompli pour redresser la barre.

            1. Husskarl

              C’est probablement vrai en partie, la Chine a raison de jouer là dessus, de faire marcher les gogos et les crétins courrent. Ceux qui courrent à leur perte sont coupables. La Chine ne défend que ses interets propres, ce qui est logique.

              NB: Ne vous inquiétez pas, Macron va donner l’or qu’il nous reste. L’inflaquoi ?

              1. Pierre 82

                J’ai vu ça hier, j’ai pensé à une blague. Macron c’est le gars qui est en train de saboter tous les canots de sauvetage, et de les jeter par dessus bord, vite, avant que l’iceberg ne soit en vue. S’il n’y a pas de coup d’état dans les semaines qui arrivent, on va filer du très mauvais coton. Et il n’y aura pas de coup d’état. Dans le genre de trucs qu’il peut encore faire avant de partir, c’est refiler l’arme nucléaire à l’Allemagne. C’est déjà dans les cartons.

                1. Husskarl

                  Je le pense aussi, ainsi, pas de sortie de secours, tout est foutu.
                  Mais non, il reste le fait de s’en remettre à un supra-état avec un super-pass-sanitotalitaire. Quelle chance inespérée !

                  1. P&C

                    Le pire est que ce ne serait même pas étonnant.

                    La question est : pourquoi les élites françaises haïssent-elles tant leur pays ?

                    1. durru

                      Je crois qu’il y a méprise…
                      Il n’y a pas de haine de la France à proprement parler, à vrai dire ils doivent s’en foutre pas mal de ce genre de question.
                      Ils veulent encore plus de pouvoir (je peux parier que Macron se voit un avenir comme grand manitou de l’UE, par exemple) et la souveraineté (enfin, ce qui reste) nationale pose deux problèmes majeurs : ça limite les pouvoirs de ceux qui sont plus haut ET ça identifie un peu trop clairement les responsables. Et là, je ne parle pas que de la France, mais de tous les pays de l’UE, bien sûr. C’est pour ça, à mon avis, la haine (là, je crois que le terme est approprié) envers des Orban ou Boris, par exemple.

                    2. Pythagore

                      Ils aiment le pays mais pas comme tu l’aimes toi.
                      Ils l’aiment ouvert, progressiste, ils l’aiment lorsqu’ils peuvent tout décider, diriger et que les montons suivent, ils l’aiment lorsque tout le monde se plie à leurs visions et dit amen oh grand guru. Ils l’aiment lorsqu’ils peuvent assouvir leur penchant communiste. Ce qu’ils n’aiment pas, ce sont les îlots de résistance à leurs idées lumineuses qui nous promettent transcendance, solidarité, jeunesse, gloire et beauté. Comment certains peuvent-ils ne pas comprendre ces visions et y adhérer ?
                      Oui, le pays, ils l’adorent.

                    3. Dr Slump

                      Je ne crois pas une seconde qu’ils aiment leur pays, ils ne savent même pas ce que ça veut dire. Ce qu’ils aiment c’est la république, c’est à dire leur république, ce système jacobin centralisé à Paris qui leur fait bénéficier de tous ses avantages, sans les inconvénients, ou si peu. Et ça leur coûte pas cher, c’est nous qui payons.

                    4. Husskarl

                      Ils aiment…leur avantages de fonctionnaires du Comité Central. Le reste c’est un mal nécessaire pour avoir des rentrées de blé.

                    5. Nemrod

                      Je ne crois pas qu’ils haïssent leur pays.
                      Ils n’ont pas de pays tout simplement.
                      Ils déroulent un plan de carrière qui les fait se présenter ici et maintenant en adoptant les discours qui les font élire…c’est tout.
                      Qu’est ce qui fait que j’aime mon Pays ?
                      Des traditions que j’apprécie, une manière de vivre que je perpétue, des paysages familiers…des racines.
                      Pêcher une truite ou un gardon, bouler un ragot, cueillir des champignons…taper la causette au bistrot…
                      Toutes choses qui sont étrangères à ces gens .
                      Pourquoi voudriez vous qu’ils les défendent.?

            2. durru

              Une piste de réflexion serait d’analyser les évènements du début des années ’90 dans les pays ex-cocos, et notamment la Roumanie (que je connais mieux et qui, en plus, a eu une gestion particulièrement poussée sur ce point).
              En Roumanie, suite à la révolution violente fin ’89, c’est un crypto-communiste qui a pris le pouvoir, entouré par de nombreux seconds couteaux du régime précédent, notamment des agents cachés de la « Sécuritate », ainsi que des gens « nouveaux », ayant les dents longues et un brin de chance pour se trouver au bon endroit au bon moment. (Toute similitude avec la situation française actuelle n’est peut-être pas un hasard…) Cet ensemble hétéroclite avait, bien sûr, des intérêts assez divergents.
              Iliescu – le président – (et sa garde rapprochée) voulait le pouvoir et, dans un premier temps, il avait même dévoilé sa vision de la nouvelle société : un « socialisme à visage humain ». Levée de boucliers, bien sûr, mais les poissons rouges l’ont élu quand même.
              Les autres, bien plus pragmatiques, se sont intéressés à remplir leurs poches. Et une des façons les plus faciles a été de mettre en faillite les entreprises les plus attractives, les acheter pour une bouchée de pain et, ensuite, soit les revendre (au prix réel), soit les remettre en ordre de marche (avec, bien sûr, des grosses subventions d’argent public).
              Je vous épargne les détails, mais, tout en gardant les pistes que vous évoquez, il ne me semble pas impossible que ce genre de démarche fasse partie de leurs plans…

              1. Pierre 82

                Je ne sais bien sûr pas ce qu’il s’est passé exactement en Roumanie dans les 2-3 dernières années de Ceucescu.
                Certains apparatchiks ont très bien manœuvré après la chute, mais je ne pense pas qu’il y ait eu de plans ou de complots particuliers à cette période. Ou s’il y en a eu, ce ne sont peut-être pas ceux-là qui ont décroché le gros lot.
                Quand un régime s’effondre, on voit arriver toute une série de petits malins qui profitent de la situation. La Russie de Eltsine était comparable à la situation roumaine. Et c’était pareil à la révolution française. Ou en Russie en 1917 ou c’est une toute petite faction qui a finalement remporté le jack pot, et encore: sur un coup de bol.

                On n’est pas encore effondré, et les gens qui espèrent en tirer parti ne peuvent que tirer des plans sur la comète. Tout ne se joue qu’après l’effondrement, et c’est alors chacun pour soi, avec des alliances de circonstance assez momentanées, et le règne de l’opportunisme. Et comme on dit là-bas: The winner takes all…

                1. durru

                  Ah, mais je ne compare pas avec les dernières années de Ceausescu, c’est clair. Je compare avec une période où la situation du pays était quand même assez difficile (la plupart des industries avaient des équipements produits au mieux dans les années ’70, autant dire en fin de vie, et je n’évoque même pas les structures de la société qui devaient être complètement rebâties). Mais aucun désastre ne se profilait à l’horizon. Pour la Roumanie de l’époque, le désastre a été limité : une adhésion à l’UE avec trois ans et demi de retard sur les autres, pas de Schengen et pas d’OCDE.
                  Ceux qui étaient aux manettes se sont préoccupés principalement à transférer toute richesse vers leurs propres poches.
                  Cette attitude, « après nous, le déluge », n’est pas étrangère à la situation actuelle en France, il me semble. Et même si les causes sont fondamentalement différentes, l’arrivée au pouvoir de tout un ensemble de requins, petits ou gros, friands de gains rapides et faciles, est à mon avis un point commun avec la situation roumaine en ’90.

                  1. Husskarl

                    En effet, ils vivent sur le pays comme les bonnes vieilles armées d’occupation. Le souci du pays, il n’y en a plus, le souci de l’autre est hypocrite, l’amour du pouvoir et de l’argent en revanche est plus vrai que jamais.

                    La principale différence réside dans le formatage du peuple depuis 1848 au bas mot & dans la technologie qui permet de réprimer/surveiller efficacement.

                    1. Husskarl

                      @RPS

                      J’hésite avec 1830. Car les principes du régime de Louis Philippe étaient voués à l’échec parce que contradictoires avec la durée.

            3. MCA

              @Pierre

              « Ça fait plus d’un an que je me creuse la cervelle pour essayer de comprendre ce qu’ils cherchent. »

              La réponse est là :

              https://lecourrierdesstrateges.fr/

              Il faut écouter l’ensemble de ses conférences.

              Je l’ai écouté récemment avec Asselineau, à ma grande surprise, Asselineau n’est pas à la hauteur.

              1. Pierre 82

                Je suis un lecteur assidu du courrier des stratèges, et ses éditos ont participé à ma réflexion, tout comme beaucoup d’autres, dont Covidémence ou notre hôte, dans une ambiance plus détendue…

  21. Domimi

    Bonjour
    je poste pour la 1ere fois bien que je lise depuis plusieurs années, en pointillé, votre blog.
    Vous semblez dire que la célérité de la jistice est compréhensible du fait que l on s attaque à un symbole en lui donnant une giffle.
    Je suis désolé mais cet argument que reprennent les gauchistes n en est pas un.
    Et pourquoi alors le type qui s était torché avec le drapeau Français dans un concours « d art » organisé par la FNAC n a pas été mis en taule ? Pour le coup là c est s attaquer à un symbole. Tarel lui n a jamais dit qu il conchiait le President de la Republique. C est MACRON qui le fait gerber. Il ne s est pas attaqué à la fonction, mais à l homme. Oui on me dira que je coupe les cheveux en 4. Mais c est bien ce que font les gauchistes en permanence pour justifier leurs actions ou positions non ? Nul doute que si le Prez avait été dz « droite » ou mieux encore du « parti du mal » on aurait trouvé qu il fallait faire un distingo entre la personne et la fonction !
    Un petit coucou à la DGSI !

  22. Husskarl

    HS: Y aurait il un lecteur assidu qui sache retrouver les unes des journaux qui prédisaient notre fin dans la souffrance par le réchauffement climatique ?

    1. pabizou

      Tu parles de la période après les prévisions de mort qui tue par le froid des années 70 ou de notre dilution sous des pluies acides ou de la noyade généralisée sous des eaux qui montent partout sauf autour des iles?

        1. Deres

          On en parle encore mais dans les milieux scientifiques uniquement. Cela fait tâche de savoir qu’une action mondiale décidée et non idéologique peut obtenir de très bon résultat (malgré les non respect constatés systématiquement en Chine …). Le but est actuellement d’interdire les hydrocarbures et le nucléaires en occident et de faire de la décroissance occidentale, pas des auver la planète.

    2. Aristarkke

      Il y a eu au moins deux ou trois couvertures de Time Magazine mais c’etait vers la fin des 70″/début des 80″ quand elle existait encore…

  23. Annwn

    « Décidément, « Liberté, égalité, fraternité » : la France de cette devise est morte. »
    Rappelons qu’il s’agit de la devise de la révolution ténébreuse et marchande qui se substitua à la primitive révolution « lumineuse et spirituelle », et qui balaya les institutions traditionnelles en quelques heures.
    La Liberté est une illusion qui devient évidente aujourd’hui, malgré cette banalisation et cette tolérance extrême pour toutes les anormalités, mais qui, se multipliant et se juxtaposant, arrivent à créer une atmosphère chaque fois plus irrespirable.
    L’Égalité inséparable de la démocratie n’est finalement qu’un système d’uniformisation, vers le bas, des êtres humains et des esprits, tels des robots, produit typique de nos sociétés, et fantasmé par ceux qui dirigent le monde et leurs prosélytes du transhumanisme. Mais rappelons avec René Guénon, que la théorie « égalitaire » si chère au monde moderne depuis le XVIIIème siècle, est contraire à tous les faits les mieux établis, et qui est même démentie par la simple observation courante, puisque l’égalité n’existe nulle part en réalité.
    Il est inutile de démontrer en quoi la Fraternité est une hypocrisie, tant l’égoïsme, cette préoccupation du moi ou du mien, et les jouissances matérielles qui l’accompagnent dominent, en dehors de toute idée morales élevée. La doctrine du « tout pour moi » est celle qui règne dans nos sociétés modernes. Chacun la pratique comme il peut, dans la limite de sa puissance. Ce sont les femmes et les enfants qui en sont victimes, parce qu’ils sont dans l’impuissance psychologique de lutter avec les mêmes armes.
    L’altruisme engendre la liberté.
    L’égoïsme engendre l’esclavage.
    Toutes les mœurs des peuples dépendent de la mise en pratique d’un de ces deux amours.
    L’altruisme commence à la politesse et finit au martyr.
    L’égoïsme commence à la grossièreté et finit à l’assassinat.
    La jalousie est une des manifestations de l’égoïsme, l’altruisme ne la connaît pas.
    Souhaitez-vous aller plus loin ? : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/psychologieetloidessexes.html
    Sinon, passez votre chemin, continuez de faire de beaux rêves et de penser ce que vous voulez.

    1. Pheldge

      livresdefemmeslivresdeverites , tiens ça me rappelle cette citation : « On ouvre un livre écrit par une femme, et bientôt l’on soupire. Encore un livre de cuisine. » (Nietzsche)
      Quant à la fraternité gravée sur les frontispices, il me semble que c’est la fraternité maçonnique avant tout, et non au sens classique du terme, ce qui est encore particulier.

    2. durru

      Pour l’égalité, il s’agit ni plus ni moins que d’égalité en droits, certainement pas de l’égalité absolue prônée par les communistes, car à l’époque cette idéologie n’existait même pas.
      Quant à la liberté, elle ne peut pas exister sans la responsabilité de ses propres actions. Ce que vous évoquez n’a pas vraiment de rapport…
      Pour finir, la fraternité (ou la solidarité) ne peut pas être imposée, ou alors elle s’appelle différemment…

  24. Higgins

    Les fous sont lâchés, la TVA sur les taxes !!! : https:/ /www.francetvinfo.fr/economie/energie/l-ufc-que-choisir-denonce-l-aberration-de-la-tva-sur-les-taxes-energetiques-qui-coute-un-milliard-d-euros-aux-budgets-des-menages_4663785.html

    1. pabizou

      Si tu découvres ça c’est que tu ne regardes pas ta facture d’électricité . Ce qui est étonnant c’est surtout que personne n’est jamais gueulé avant, peut-^etre un effet élection que les assos essaient d’exploiter pour faire « renaitre » le socialisme officiel, comme si l’autre ne nous suffisait pas . .

      1. Higgins

        Je dois avouer que non. Ça n’enlève rien à l’aspect folie de notre administration fiscale et de l’immense intelligence qui anime les députés qui avalisent ce genre de mesure.

        1. MCA

          Quand le but est de prendre un maximum de fric, tout les moyens sont bons.

          Maintenant ils peuvent appliquer uniquement la TVA tout en rackettant autant, il suffit d’appliquer une super TVA et là il n’y aura plus rien à redire et la fiscalité sera cohérente.

          1. Aristarkke

            Je ne pense pas qu’une super TVA soit possible théoriquement avec l’UE par rapport au taux défini comme le taux normal. La super TVA à 33% existait jusqu’au début des années 90 et servait notamment à taxer les voitures de tourisme neuves.
            Bon, cela dit, l’Etat grançais sait s’asseoir sur les décisions UE dès qu’il estime que cela vaut le coup pour lui…
            Cela reste donc malheureusement envisageable…

        2. bob razovski

          Major, si vous avez encore une relique de facture edf des années 90, jetez un oeil au dos du document, c’est éloquent.
          Depuis, edf a « simplifié » les factures, pour justement éviter que toute l’escroquerie s’affiche ouvertement.

      2. Dr Slump

        En effet ce n’est pas une nouveauté, la TVA s’applique sur les taxes, quelles qu’elles soient, pour les entreprises comme pour les particuliers.

        Ce qui revient à dire que pour l’état, les taxes sont en même temps une valeur ajoutée…

            1. bob razovski

              Et surtout, c’est logique. Une taxe étant clairement une « valeur ajoutée » au prix de base, la tva s’applique.

              Ce qui est vicieux et pourri de mon point de vue, c’est le principe même de la tva.

              1. Aristarkke

                Ce qui est vicieux, c’est surtout un taux à 20% quand on connaît le déluge de taxes en tous genres qui plombent l’activité en France et qui, en sus, ne suffisent pas à tenir le budget depuis plus de quarante ans…

                1. Higgins

                  Je ne peux pas reporter la note en entier mais Tocqueville dans son « L’ancien régime et la révolution » fait déjà état des dégâts à l’échelon local de décisions prises à Paris par le Conseil du Roi. On retrouve à peu de choses près une mentalité équivalente dans l’administration fiscale de l’époque.

        1. Aristarkke

          Sauf que les entreprises la récupèrent comptablement…
          Quand il avait été décidé de mettre la TVA au taux réduit pour les travaux de bâtiment d’habitation exclusivement, le fisc s’était posé la question de savoir comment taxer dans les bâtiments mixtes, genre commerces en RDC et habitations au dessus. Une solution fiscale qui avait tenu la corde un moment était que l’on calculebbâtiment par bâtiment le taux de locaux en capacité de TVA récupérable/ locaux sans capacité de récupération et que le syndic ou l’AdB indiqué à l’entreprise ce taux pour une facturation de TVA adaptée : TVA à 17,6% sur la portion des commerces et bureaux et TVA à 5,5% pour les habitations…
          Heureusement qu’il y en a eu au moins un moins borné et avide que les Autres pour faire remarquer que les entreprises récupèrant la TVA, cela n’avait aucune incidence sur le rendement final…
          Sinon, je vous laisse imaginer l’usine à gaz pour chaque facture…
          Surtout que la base était le nombre de M2 respectifs plutôt que les locaux en nombre…

    2. Aristarkke

      C’est vraiment pas la nouveauté ou alors on feint de redécouvrir la Lune ! La TVA sur la TIPP (quel que soit l’acronyme utilisé pour tenter de faire croire au changement) date de décennies en arrière, probablement dès l’instauration de ladite TVA…

      1. bob razovski

        TIPP ? pour le bien de tous, il faut dire aujourd’hui TIPCE (parce qu’il serait idiot de passer à côté de l’électricité… et de tout ce qui s’annoncera un jour 😉

      1. P&C

        La macronie sait manier d’autres lances…
        On a bien vu le Grivault se faire reluire le spectre. Et je parie que le Mignon poudré maitrise à la perfection la fabrication de tiges creuses en papier.

  25. MCA

    LOL, le délire continue à tous les étages :

    Extrait de contrepoints :

    Tandis que le secteur s’apprête à retrouver quelques couleurs ce mois-ci, pour ce qu’il en restera des vrais survivants, la mairie socialiste de Paris vient de sortir une botte imparable : les terrasses désormais renommées estivales seront payantes pour les restaurateurs et les bars à partir du 30 septembre ! Réflexe courtelinesque supplémentaire, leur utilisation sera même réglementée, puisqu’elles ne seront autorisées que du 1er avril au 30 octobre chaque année.

      1. pabizou

        Hopopop, fais attention à ce que tu souhaites, parce que quand on leur aura suffisamment pourri la vie chez eux, qui crois tu qu’ils viendront emmerder avec les idées débiles qui les auront fait fuir?

        1. Dr Slump

          Ah mais c’est un phénomène déjà observable, et pas forcément négatif d’ailleurs. Les crétins parmi eux qui se plaignent des bruits de tracteur et de cigales ne sont qu’une minorité après tout, et ils ne gagnent rien à se mettre à dos tout leur voisinage.

          1. pabizou

            J’ai des tas d’exemples de cas ou le nouvel arrivant essaie de pourrir la vie de ceux qui étaient là avant eux lorsqu’ils s’installent . Ce n’est pas la majorité, heureusement, mais si tu gagnes le cocotier, bon courage .

            1. Aristarkke

              Typiquement le bobo parigot qui achète un appart près de la Bastoche avec un bar ou restaurant en rez de chaussée (ou dans l’immeuble mitoyen) et qui *découvre* ensuite que ce genre d’établissement ne ferme pas ses portes avant une heure avancée de la nuit…
              C’est vrai que la Bastoche, comme endroit festif, c’est vraiment très récent…

    1. Pythagore

      Et le makagagner alors !! non mais alors oh éh !!
      19 Millions EUR, 760 Zoés de fonctions et vous voulez laisser ca aux restaurateurs !!
      .
      https: //www.lesechos.fr/politique-societe/societe/covid-les-terrasses-parisiennes-bientot-perennisees-et-payantes-1321319

  26. Pheldge

    HS mais vu qu’on cause de taxes impôts et autres joyeusetés :
    lefigaro.fr/conjoncture/paris-motos-et-scooters-thermiques-paieront-le-stationnement-a-partir-de-2022-20210615

    1. Aristarkke

      Mon benjamin l’anticipe et vient de commencer à chercher du boulot hors de Paris même vu que le tele-travail devrait s’arrêter dans sa boîte à la fin des vacances selon une circulaire mel reçue au début du mois. Or, il ne pourra assumer un stationnement à 8/10€ de la journée (il bosse près du Châtelet)…
      Et la Harley Davidson électrique est totalement hors de portée…

      1. Aristarkke

        Le coût quotidien sera même pire qu’imaginé puisqu’ à 3€ de l’heure (article lu ce soir) x8 = 24€, il ne pourra pas consacrer une telle somme mensuelle à cela…
        On sent que le trou financier de la VdP est largement béant et très profond…

        1. MCA

          LOL

          On va bien rigoler car le processus consistant à poursuivre à coup de paiements divers et variés les gens amène immanquablement à la désertion puis la recherche des coupables; au hasard : « les clients n’ont pas compris ».

          Alors qu’ils ont très bien compris que l’Âne cherche du fric et qu’il n’est pas question de lui en donner.

  27. Higgins

    HS : https:/ /amp-lefigaro-fr.cdn.ampproject.org/c/s/amp.lefigaro.fr/actualite-france/vaccin-vers-des-debats-organises-en-classe-pour-sensibiliser-les-jeunes-20210615

    1. Pierre 82

      Je ne sais même plus quoi dire tellement je suis horrifié. Mes enfants ne sont plus en âge scolaire, sauf la plus jeune qui est en fac, et elle est tout à fait contre les vax et têtue comme moi, et par chance, je n’ai pas encore de petits-enfants.

      J’ai lu ceci également ce matin qui m’a anéanti:
      https://www.bvoltaire.fr/la-delation-une-passion-si-francaise/
      Bon probablement qu’on est dans un milieu hyper-bobo, mais malgré tout, ça me fout le moral à zéro.

      Jusqu’ici, je pensais encore que les profs faisaient pour le mieux, écartelés entre des parents cons comme des enclumes et une hiérarchie à la ramasse, mais non, c’est bien pire.
      Quand tout cela sera terminé, il faudra faire une gigantesque épuration et interdire à certains profs d’approcher ou de parler à des enfants, en leur tatouant une marque infamante sur le visage pour qu’on les reconnaisse de loin.
      Commencez à dresser des listes ça facilitera le tri le moment venu..

      1. Dr Slump

        Voilà pourquoi il faut lutter contre ça. Pas besoin de se transformer en révolté à cran contre tout le monde, mais il y a bien des choses qu’on peut faire pour exprimer humainement sa liberté.
        A commencer par ne pas porter le masque partout où c’est possible. Pour ma part, je ne prête pas attention aux regards de travers et à l’attitude hypocrite de mes collègues, je vis le plus possible comme d’habitude. S’il arrive un moment où ma liberté sera personnellement attaquée en raison de mon insoumission à ce totalitarisme sanitaire, il sera toujours temps d’affûter des arguments et des recours plus offensifs.

  28. Emile Sabord

    Comme disait mon pote Alexandre Soljenitsyne : « Les hommes n’étant pas dotés des mêmes capacités, s’ils sont libres ils ne seront pas égaux et s’ils sont égaux c’est qu’ils ne sont pas libres.  »

    Un autre de mes potes, Euripide, mort quelques années avant J.C. disait  » L’égalité n’a d’existence que son nom »

    Liberté, égalité, fraternité : ça ne tient pas la route 30 secondes de toute façon.

    CQFD

    1. MCA

      La formule est jolie du point de vue intellectuel mais « pas égaux » et simultanément « pas libres » non seulement n’est pas antinomique, mais est la situation courante.

  29. Creation Rebel

    La dernière vidéo du prof R est plus longue, solide, argumentée;
    ça va faire du bruit et quelques personnes vont le sentir
    Je vois là un acte de courage, sincérité, bravoure ou fierté
    mais il a des arguments 🙂
    L’ épisode de la taloche light est passée rapidement…
    La campagne électorale invisible hormis les professions de foie de ragondins dans les boîtes aux lettres va t’elle mobiliser le noyau dur de chaque tendance.?
    Et cette légendaire prime PEPA sera versée quand ?
    à la Saint Glin Glin ou à Noël ?
    Aux USA, les arènes sont pleines de spectateurs, le Japon hésite pour le report des JO, le Footchball a un tiers de fans dans les stades
    H, QUID ?

      1. Pythagore

        Lors du mondial de hockey sur glace en Lettonie, sans spectateur, ils avaient placés des bonhommes en carton dans les tribunes pour donner l’illusion de spectateurs. C’était pitoyable.

        1. Pythagore

          bidon
          .
          Apparemment ils ont fini par accepter des spectateurs au 1er juin qui étaient mélangés à des tribunes avec bonhommes en carton.

        2. durru

          Ils ont quand même trouvé moyen, après avoir enlevé la co-organisation au Belarus, de présenter un faux drapeau de ce pays…
          Y’a pas que les Français qui n’ont pas de pétrole ^^

Laisser un commentaire