Une surproduction de pénuries

Alors que jusqu’à présent, écran plat, iPhone dernier cri ou silencieuse Tesla semblait devoir être l’accessoire à la mode de l’individu moderne, on constate en mars 2020 que cet élément indispensable devient le papier hygiénique, de préférence en grosses quantités : les supermarchés, assaillis, se retrouvent même en rupture de stock de précieux rouleaux qui s’écoulent dans des quantités jamais observées jusqu’alors.

Bien sûr, les choses se calment par la suite : rapidement, les rayons se remplissent et les consommations reprennent leurs volumes habituels. Arrive octobre 2021 et une question s’impose soudainement : et si les pécuphiles n’avaient eu tort que d’avoir eu raison bien trop tôt ? On apprend en effet que Lotus, le célèbre fabricant de papier toilette, a bien du mal à continuer à produire ses précieux rouleaux.

En mars dernier, certains journalistes affûtés, notaient que la production de pâte à papier et des produits dérivés commençait à marquer des difficultés avec une augmentation notoire des prix liée à certains problèmes logistiques dont l’approvisionnement. Fin septembre, le constat ne peut plus être évité : la production ne peut plus suivre aux prix actuels, de trop graves tensions apparaissant dans la chaîne ; les prix étant trop faibles devront augmenter.

Augmentation du prix ? Devrait-on parler d’inflation ?

Allons, rassurez-vous tout de suite (c’est un ordre !), rien n’est plus faux : tout ceci n’est que purement temporaire (ou « transitoire »), et parfaitement sous contrôle. C’est d’autant plus crédible que ce sont nos banquiers centraux et certain ministre de l’Économie qui le répètent un peu partout à qui veut l’entendre. En fait, c’est même bon signe puisque cela veut dire que l’économie mondiale a repris son petit vélo et recommence à grimper fièrement !

Le fait que le prix du gaz se tape un petit +57% depuis le début de l’année ? Du transitoire, monsieur, rien que du temporaire contrôlé ! Que dis-je, c’est de la bonne santé économique en grosses bouteilles de butane, ça, madame !

En fait, à lire la presse qui n’évoque ce sujet que d’une façon relativement détendue, sans l’air d’y toucher vraiment, ou les économistes gouvernementaux qui résument essentiellement la situation à une simple péripétie qu’on oubliera sans doute très vite, on aurait tort d’en faire tout un plat : quelques prix augmentent, ce sont de simples ajustement structurels parce que l’économie, quasiment à l’arrêt en 2020, redémarre à présent et que cette reprise d’activité, puissante et vigoureuse, entraîne forcément des tensions qui se traduisent ainsi. Voilà tout.

Et puis moyennant quelques interventions calculées de nos gouvernants, dont les précédentes actions ont amplement prouvé leur pertinence, tout va bien vite rentrer dans l’ordre.

On pourra cependant noter que, malgré la bonne humeur affichée par les uns et les autres et malgré les articles d’une presse finalement assez peu diserte sur le sujet, cette inflation aussi transitoire que contrôlée provoque malgré tout quelques effets de bords qui sont tout sauf franchement réjouissants pour ceux qui les subissent.

Eh oui : si l’augmentation rapide de certains cours de bourse réjouissent certains porteurs (et à raison lorsque cette augmentation traduit des avancées technologiques, des projets réussis et des ventes solides), toutes les augmentations de prix ne provoquent pas des sourires partout. Lorsque cela commence à toucher fébrilement les matières premières et les sources d’énergies, les sourires se crispent très vite.

La suite logique de cette crispation, c’est l’apparition de trous dans les rayonnages de supermarchés : Ikea, par exemple, fait l’étonnante expérience d’une pénurie sur 20% de ses produits. Ce qui se traduira clairement par une réduction de son chiffre d’affaire (on vend toujours moins ce qu’on a pas en rayon, forcément).

D’autres pénuries apparaissent, qui sont soit directement liées au renchérissement des matières premières, soit la conséquence indirecte d’une chaîne logistique lourdement touchée par des réorganisations drastiques, qu’elles soient provoquées par des redistributions de capitaux importantes, ou par des pénuries de main-d’œuvre comme au Royaume-Uni actuellement qui constate un manque de bras chez les routiers chargés d’acheminer l’essence dans les stations…

Ce manque de main-d’œuvre est finalement une pénurie de même ordre que les autres : le prix du travail, c’est-à-dire le salaire, doit effectivement suivre le reste du marché et si l’inflation touche progressivement plus de biens et de produits, il est inévitable que l’emploi soit concerné à un moment ou un autre. En outre, les aides d’État massives de l’année 2020 ont engendré une importante concurrence au travail qui ne manque pas maintenant de se répercuter sur les emplois.

Ce qu’on observe en France ou en Grande-Bretagne s’observe aussi ailleurs, à divers degrés : outre les pénuries connues de semi-conducteurs, ce sont toutes les chaînes de production qui sont maintenant touchées, et ce mot de « pénurie » commence à trouver sa place dans les titres économiques de nos gazettes spécialisées. Plus inquiétant, on voit se développer des carences dans la production énergétique, comme en Chine, ce qui se traduit là encore par une hausse des coûts de production et, inévitablement, des prix jusqu’au consommateur final.

Rassurez-vous : moyennant quelques ajustements structurels, tout va très bien se passer, surtout lorsque les nations vont devoir faire des choix pour savoir où devront partir leurs productions essentielles. Les fertilisants par exemple font justement partie de ces productions fortement dépendante des prix de l’énergie ; au fait, est-il utile de mentionner que le prix du baril de pétrole suit globalement la même courbe que celle du gaz, et qu’en conséquence, le prix de ces fertilisants grimpe gentiment ? … Au point que la Chine envisage d’en arrêter partiellement l’exportation.

On pourra regarder rapidement les cours de bourse de certains producteurs de fertilisants, pour se convaincre que tout va bien.

Or, une augmentation de prix voire une diminution de production veut dire qu’il va être plus dur pour nos agriculteurs locaux de fertiliser leurs terres. Ce qui se traduira dans quelques mois par des rendements moins bons voire médiocres et (au mieux) des hausses de prix sur les productions agricoles ou (au pire) des pénuries.

Heureusement, avec la solide équipe de clowns improvisateurs qui nous gouverne actuellement, on est immédiatement rassuré : il n’y aura pas de problème d’énergie en France dans les prochains mois, et les rayons des supermarchés seront tous bien garnis. Tous les choix débilissimes fûtés qui ont été empilés jusqu’à présent et qui sont directement responsables de ce qu’on observe actuellement seront reconduits avec frétillements par ces mêmes clowns, ce qui aggravera améliorera grandement la situation, soyez-en sûr, comme à chaque fois que le collectivisme a été imposé d’une façon ou d’une autre.

À tout hasard, faites tout de même quelques stocks. Cette année, l’hiver arrive très vite.

J'accepte les BTC, ETH et BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8
 

Commentaires644

  1. Nemrod

    Hs mais pas temps que ça.
    Ce samedi, le calibre 16 à l’épaule, j’arpentais la plaine.
    Au loin un tracteur semait sans labour …semi direct sans même un coup de griffe.
    Je discute avec le paysan qui me dit que ça de fait de plus en plus.
    La perte de rendement étant compensé par l’économie de carburant devenant trop cher et de moindre usure du matériel.
    Bien…bien.
    C’est à dire que le mec se crève moins le cul pour à peu prêt pareil…il a raison
    Oui mais il sort moins de céréale du champ…pour nourrir toujours plus de monde…
    Voilà.

    1. Citoyen

      Faut dire, Nemrod, que s’il fait presque autant de résultat d’exploitation, en se crevant beaucoup moins le cul …, le fait qu’il n’a pas grand chose à carrer qu’il y ait plus de bouches à nourrir, devient compréhensible … Mais, si tous basculent dans cette logique, il y a du mouron à se faire pour l’avenir …

      1. Nemrod

        Oui c’est compréhensible.
        C’est peu ou prou ce que je fais aussi.
        Me casse pas le cul…les 20 pour cent de Chiffre d’affaire que je fais pas étant les plus chiants à aller chercher et les moins rentables.
        Ponctionnés honteusement si je les fais en plus…le samedi je vais à la chasse au lieu de servir des clients.
        Même logique.

    1. MCA

      « Liste des motifs impérieux
      Mise à jour le 26/07/2021 »

      Ca a l’air de dater ton histoire,

      j’ai eu mon pote au tel il y a deux jours, venu à Paris pour fêter son anniversaire (né le mm jour que moi) avec ses enfants il revenait tout juste de métropole, donc il a pris l’avion sans pb dans les deux sens.

      Ils en sont au couvre feu et déplacements limités à 10 km, mais le préfet va faire des annonces d’ici peu probablement pour alléger le dispositif. (pour ma venue prochaine, je ne vois que ça 😆 )

      1. René-Pierre Alié

        Bizarre. Une copine m’a appelé hier, et m’a décrit la situation.
        Sur le site de Air Caraïbes :
        « A partir du 4 octobre 2021, le dépistage du Covid-19 ne sera plus obligatoire pour les passagers vaccinés au départ de Paris vers les outre-mer . Il reste cependant obligatoire pour les personnes non vaccinées entre Paris et les outre-mer (et ce, dans les deux sens).
        Les vaccins admis par la France sont ceux reconnus par l’Agence européenne du médicament (EMA) : Pfizer, Moderna, AstraZeneca et Johnson & Johnson.
        La preuve de vaccination n’est valable qu’à la condition qu’elle permette d’attester la
        réalisation d’un schéma vaccinal complet, soit :
        – 1 semaine après la 2ème injection pour les vaccins à double injection.
        – 4 semaines après l’injection pour les vaccins avec une seule injection.
        – 1 semaine après l’injection pour les personnes ayant eu un antécédent de Covid-19
        (1 seule injection nécessaire).
        Les personnes ayant contracté le virus de la Covid-19 et ne pouvant être encore vaccinées, sont dispensées de motifs impérieux. Elles doivent présenter un certificat de rétablissement datant de plus de 11 jours et de moins de 6 mois. Ce document est délivré par le médecin traitant à la personne qui a été contaminée par la Covid-19 sur présentation d’un résultat positif à un examen de dépistage RT-PCR ou à un test antigénique. »

        Ton pote a pris l’avion sans pb dans les deux sens, dis-tu… Dans le sens métropole-Antilles, soit. Dans l’autre sens, c’était quand ?
        Puisqu’il est en Martinique, et s’il est domicilié en Martinique, tu devrais lui demander dans quelles conditions il pourrait actuellement prendre l’avion dans le sens Martinique-Métropole. La réponse serait intéressante.

          1. MCA

            Réponse officielle source : Préfecture de Fort de France à compter du 4/10/2021

            https:/ /www.martinique.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-sante-publique/Sante/Informations-COVID-19/Les-transports/COVID-19-Deplacements-en-provenance-et-a-destination-de-la-Martinique

            Les vaccinés : circulation libre, aucune restriction

            Non vaccinés sens Métropole—-> Martinique :

            « PERSONNE NON VACCINÉE
            1

            Motif impérieux (d’ordre personnel ou familial, de santé relevant de l’urgence ou d’ordre professionnel ne pouvant être différé)

            Test RT-PCR à réaliser dans les 72h ou antigénique dans les 48h avant le vol pour tout passager de 12 ans et plus.

            Attestation sur l’honneur :

            – d’accepter qu’un test ou examen de dépistage puisse être réalisé à l’arrivée ;

            – de respecter un isolement de 7 jours et de réaliser un nouvel examen virologique à l’issue. »

            —————————————————————————————-

            Sens Martinique —-> Métropole :

            Les vaccinés : circulation libre, aucune restriction

            « PERSONNE NON VACCINÉE

            Motif impérieux (d’ordre personnel ou familial, de santé relevant de l’urgence ou d’ordre professionnel ne pouvant être différé)

            Test RT-PCR à réaliser dans les 72h ou antigénique dans les 48h avant le vol pour tout passager de 12 ans et plus.

            Attestation sur l’honneur :

            – d’accepter qu’un test ou examen de dépistage puisse être réalisé à l’arrivée ;

            – de respecter un isolement de 7 jours et de réaliser un nouvel examen virologique à l’issue.

            —————————————————————————————-

            En résumé, à compter du 4 octobre 2021 :

            Les VAX ont la circulation libre dans les deux sens sans contraintes,

            Les NON VAX doivent avoir un motif impérieux et en plus remplir les conditions du cirque édicté ci-dessus.

            1. René-Pierre Alié

              Merci MCA. Donc, toujours l’absurdistan.
              Les VAX, qui peut être contaminé et transmettre, sont libres d’aller et de venir.
              Les non-vax, mais testés et donc inoffensifs, sont interdits de bouger, sauf dérogation quasiment impossible à obtenir.

              1. durru

                Désolé, René, mais pour une fois c’est pas absurde du tout. Le but n’est pas du tout une quelconque sécurité sanitaire (on s’en est rendu compte depuis un moment), mais bel et bien de convaincre ces foutus sauvages à aller se faire vacciner, sans quoi leur vie sera un petit enfer. Voilà tout, ils sont très cohérents même.

                1. MCA

                  @durru 4 octobre 2021, 10 h 53 min

                  Ca fait qd mm un petit bout de temps que l’unique préoccupation de ce gvt est de nous pourrir la vie et de désemparer la population par un flot de mesures contradictoires et ubuesques, non?

                  1. durru

                    Oui, mais des fois c’était pour cacher leur incompétence, comme pour les masques inutiles, par exemple. Là, le but est presque déclaré.

                2. MCA

                  @durru 4 octobre 2021, 10 h 53 min

                  « un petit enfer »

                  Heuuuu ….

                  entre « un petit enfer » en Martinique et un paradis ici, pour moi le choix est vite fait et je sais de quoi je parle.

    2. Salomon

      La vraie prison a ciel ouvert…
      Australie : les généraux feront vacciner toute la population « d’ici Noël »
      C’est pour la liberté et la science.

      L’armée australienne déclarant la guerre au peuple australien ?
      Le lieutenant-général Frewen, commandant de l’opération COVID-Force en Australie, « je ferai en sorte que tout le monde reçoive une dose d’ici Noël 2021… » pic.twitter.com/WyAHGXJ4Vp

    1. P&C

      Il va un peu vite dans ses conclusions…

      Qu’il y ait des erreurs et malversations, c’est pas nouveau dans une élection américaine. Rappelez vous Bush fils dans les années 2000.
      Et de là à dire qu’il n’y a que les démocrates qui ont fraudé…

      1. Husskarl

        Oui mais le plus simple serait de la refaire et ceux qui ne veulent pas général sont ceux qui pensent que les résultats vont s’inverser ou qui pensent que la proba de perdre est forte. Evidemment les rep n’ont rien à perdre, mais si Bidet voulait se donner bonne figure il le ferait.

  2. Eric Lemaitre

    D’une part ceux qui ont perdus sont ravis car ca va être a Joe « f*ck » Biden de se manger l’effondrement total du système, pas a eux, donc ils ne voudront surtout PAS refaire l’élection.
    Ensuite ce qui terrorise le camp du bien aux US c’est que constatant que de fortes malversations (en réalité Trump a gagné 419 grands électeurs et 49 états sur 50, même la Californie, tous sauf New York) sont passées a la trappe, les états a magistrature républicaine mettent en place des procédures anti-fraudes qui interdiront aux démocrates de pouvoir tricher a l’avenir, faut pas oublier que les démocrates ont pratiquement toujours triche aux élections, même JFK a été élu sur une fraude (a Chicago, hasard…).
    Donc double effet kiss-kool, les tricheurs démocrates vont devoir gérer le merdier, y a des jours ou il faudrait savoir perdre dans son intérêt

Laisser un commentaire