Tuerie d’Uvalde : le culte de l’émotion

Horrible tragédie au Texas où Salvador Ramos, un jeune homme de dix-huit ans, aura choisi d’ouvrir le feu en tuant 19 enfants et 2 professeurs sur place. Une nouvelle fois, l’Amérique est endeuillée par une tuerie de masse.

Le drame a déjà beaucoup d’impact tant il a été relayé par les médias qui s’épanchent sur sa chronologie des deux côtés de l’Atlantique et ce d’autant plus qu’il aura fallu un temps très long aux forces de police pour agir (plus d’une heure), laissant donc largement le temps aux chaînes d’information en continu d’arriver sur place.

Cet événement tragique intervient alors que se crispent les positions des uns et des autres au sujet de la détention d’armes aux États-Unis. En effet, tout comme l’avortement il y a un mois l’avait fait avec la fuite d’un brouillon sur une remise en question du jugement Roe vs Wade, la détention et le port d’arme est un sujet extrêmement clivant pour les Américains et la médiatisation à outrance de ces deux thèmes, en utilisant l’actualité, sert ici essentiellement l’agenda des politiciens qui récupèrent alors ces affaires aussi vite que possible afin de faire connaître leur plateforme politique et caractériser leurs adversaires, souvent de façon aussi caricaturale que possible.

guns make us less safe

Cette année est encore plus particulièrement agitée à ce sujet alors qu’aux États-Unis approchent les prochaines élections de mi-mandat dont on murmure avec insistance qu’elles se présentent fort mal pour les Démocrates qui pourraient perdre les deux chambres. C’est donc sans surprise qu’on voit de nouveaux appels fleurir rapidement pour ajouter une nouvelle bordée de lois fédérales contre le port et la détention d’armes à feu.

Peu importe ici que l’enquête concernant le jeune tireur d’Uvalde n’en est qu’à son début, tous les cœurs purs de l’internet se sont donné le mot pour faire savoir, d’une voix unique, que « trop c’est trop » et qu’il faut absolument une nouvelle loi, de nouvelles restrictions, afin que ceci ne se reproduise plus. Et comme le rappelait très utilement Pierre-Guy Veer sur Contrepoints en mars 2021, peu importe aussi que les fusillades interviennent toutes là où la détention et l’usage d’armes sont déjà fortement restreints, voire totalement interdits, comme les écoles, les lieux publics : même si l’interdiction de ces armes n’entraîne pas de diminution des meurtres par arme à feu, il faut interdire, par principe et parce que l’émotion commande de faire quelque chose, envers et contre tout, même (et surtout ?) si c’est inutile voire contre-productif. Par exemple, la détention d’arme est très contrôlée à Chicago mais son taux d’homicide y est bien plus élevé que dans l’Indiana ou le Wisconsin, avec pourtant une législation beaucoup plus souple.

En réalité, cette affaire démontre une nouvelle fois de façon criante que la société occidentale n’est plus celle où l’on pose des principes et des actes sur une base réfléchie, en utilisant la raison et la logique, mais qu’elle est devenue celle où l’émotion règne en maîtresse quasiment incontrôlée. Dès lors, à chaque fait divers, à chaque actualité brûlante il est fait un véritable boulevard aux émotions : tout est fait pour que l’ensemble du troupeau humain communie d’une seule voix et d’un seul mouvement dans la même émotion, qu’on canalisera toujours de la même façon afin, officiellement, de faire disparaître le problème et, plus pragmatiquement, de bénéficier à un groupe qui, lui, ne se départira ni de son sang-froid voire de son cynisme, ni de sa rationalité pour tirer les marrons du feu.

Car l’émotion est mauvaise conseillère : les propositions qui s’imposent comme « solutions » lorsqu’on laisse cette émotion de groupe prendre le pas sur la raison des individus ne sont pas efficaces et sont souvent contre-productives au point de souvent nourrir la cause même qu’elles entendent combattre.

Interdire les armes à feu n’a jamais résolu le moindre problème de fusillade, à part désarmer tout citoyen capable d’agir contre la force qui lui est opposée. Même si l’émotion laisse croire le contraire, même si certains politiciens le répètent (car un mensonge suffisamment répété devient une évidence), même si des soi-disant contre-exemples sont régulièrement exhibés alors qu’ils ne changent pourtant rien aux faits, il n’y a statistiquement aucun lien entre nombre d’armes à feu par habitant et homicides.

nombre d'armes à feu par habitant contre nombre d'homicides par habitant

Mais l’émotion commande et il en va de même pour d’autres sujets : quelle que soit la situation, il faut absolument s’agiter, faire des choses et ce, même si le résultat obtenu est désastreux. Et ce désastre sera même l’occasion de remettre une couche des mêmes agitations et des mêmes non-solutions sur le principe du « si cela n’a pas marché, c’est qu’on n’en a pas fait assez ».

Les exemples récents abondent et ne peuvent que consterner par leur aspect répétitif qui montre que les foules n’apprennent rien ou, plus exactement, qu’on les entretient dans les fausses évidences.

Ainsi, l’émotion qui s’est emparée du monde après les attentats du 11 septembre 2001 a tracé un véritable boulevard pour la décision d’envahir l’Afghanistan en octobre de la même année. 20 ans plus tard, le retrait des troupes américaines laisse un bilan absolument désastreux et seuls ceux qui ont exploité froidement et, pour le coup, avec rationalité, l’émotion du moment s’en sont sorti avec de juteux profits.

Ainsi et plus proche du présent, l’émotion qui a suivi la mort de George Floyd aura été le prétexte à récolter des fonds pour Black Lives Matter, ainsi qu’à des manifestations visant à protester contre un racisme présenté comme systémique. Ces manifestations sont rapidement devenues violentes, entraînant destructions, blessés et morts sur leur passage. Est-il difficile d’imaginer que ces événements ont accru le problème au lieu de le résoudre ? Doit-on oublier que, là encore, certains ont clairement bénéficié – financièrement – de la vague émotionnelle ainsi entretenue ?

Ainsi, l’émotion qui a suivi l’invasion russe de l’Ukraine aura été le prétexte à des sanctions massives contre une Russie largement préparée à les encaisser. Ces sanctions ont depuis montré leur inefficacité : la guerre ne s’est pas arrêtée du tout et Poutine n’a pas été débarqué par son peuple. Pire : l’Europe subit une crise économique et énergétique sans précédent et la monnaie européenne se fait étriller sur les marchés face au dollar… et au rouble.

Ainsi, l’émotion qui s’empare des internautes à chaque fusillade semble dicter des lois toujours plus dures contre les détenteurs d’armes légaux et respectueux des lois, pendant qu’on ne mesure aucune différence de comportement pour ceux qui les enfreignent. Pour rappel, il est parfaitement interdit en France de posséder une Kalachnikov, ce qui n’a empêché aucun des 129 morts et 354 blessés de la tuerie du 13 novembre 2015 à Paris. Du reste, pour ce même pays, la recherche du mot-clé « fusillade » dans Google News permet de se rappeler qu’elles ne sont pas l’apanage du seul Oncle Sam…

On peut multiplier les exemples mais tous pointent dans la même direction : une majeure partie des politiciens et des médias a compris qu’utiliser et attiser les émotions des foules est bien plus rentable électoralement (ou financièrement) que faire appel à la réflexion de chacun. Au bilan, d’émotion en émotion, la société occidentale s’enfonce dans le sentimentalisme et l’irrationnel, perdant un peu plus de libertés et fournissant à chaque étape toujours plus de pouvoirs à ceux qui alimentent cette tendance…

J'accepte les BTC, ETH et BCH !

qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BTC : 1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
ETH : 0x8e2827A89419Dbdcc88286f64FED21C3B3dEEcd8
 

Commentaires261

    1. MCA

      HAHAHA !

      Que nenni, j’étais dans un TER en voyage en lointaine banlieue parisienne, à Coulommiers très précisément et demain AM si tu reposes la même question et je serai en voyage en TGV direction l’océan Atlantique et penserai bien à vous.

      Cela dit, merci de flatter mon égo en te souciant de mon absence. 😉

  1. Higgins

    Coïncidence amusante, j’ai entamé hier soir la lecture d’un des meilleurs romans de A.E Van Vogt intitulé « Les armureries d’Ischer » (https://www.babelio.com/livres/van-Vogt-Les-armureries-dIsher/1820).
    « … Ce dont j’ai besoin, c’est d’une arme de défense, mais que je puisse également tourner contre moi-même s’il le faut – ou si je le désire.
    Le visage du vieillard s’éclaira.
    – Ah ! C’est pour un suicide ? Cher monsieur, si vous voulez vous supprimer, cela ne nous regarde en aucune façon. Se détruire est l’un des rares privilèges dont peut encore se targuer l’individu dans un monde où ses droits sont de plus en plus restreints.* « .

    Être armé, c’est être libre !!!

    *prémonitoire, et ça date de 1951…

          1. LCH

            Outre la taxe sur l heritage ou ils se gavent
            Il y a toujours la VA su ceceuil

            L eate est gourment par ailleurs l inflation miam miam la TVA etatique

    1. Dr Slump

      Le jour où il faudra une autorisation de suicide avant d’aller se pendre, je prédis qu’un député ou un ministre se feront suicider.

  2. Le Gnôme

    Il n’y a plus de raisonnements, seules subsistent les émotions avec moult nounours, bougies et fleurs. . Si il y avait eu un ou deux profs armés, cela eut été différent. .

  3. Theo31

    Des activistes utilisant des drames pour se faire de la thune ne choque personne.

    Les profs de krav maga et les fabricants de lave linge ont fait mille fois plus pour la cause des femmes que toutes les pouffiasses féministes réunies.

  4. Gerldam

    Même les plus couillons comprennent l’émotion. Alors que réfléchir avec un objet nommé cerveau, ça, c’est une autre histoire….

  5. Ba

    Encore une fois : tous ces événements sont des trucs sous faux drapeaux. Tout est organisé par le gouvernement (ici par exemple c’est le gouverneur du Texas Abott qui est à la manette) et il n’y a bien évidemment aucun mort en réalité.
    Les exemples emblématiques sur lesquels se former sont Sandy Crochet et l’explosion de Boston.

    Tout un chacun peut passer en revue n’importe quelle tuerie qui lui passe par la tête pour trouver d’innombrables explications sur la réalité des faits. Même par exemple le cirque d’Utøya en Norvège avec Breivik c’est du flanc. C’est pareil dans tous les pays. Et bien évidemment y compris en France : tout un chacun pourra facilement se faire un avis sur le camion niçois ou le Batavlan en faisant des petites recherches.

    Concernant l’exemple du billet et celui précédent dont on ne parle déjà plus de Buffalo (d’ailleurs pourquoi on n’en parle plus ? Je m’interroge) : voir mag bitter truth sur bitchute.
    De manière générale, pour tout événement qui se passe et qui buzze (et ça va jusqu’à la fausse gifle de Will Smith) je recommande d’aller voir ses vidéos.

    Au passage, concernant le 911 évoqué dans le billet, auquel normalement plus personne ne croit ici, je recommande le livre de Judy Wood : Where did the towers go?

    1. Jusnaturaliste

      @ Ba

      Encore une fois, vous présentez une théorie sans aucun argument et vous ne répondrez probablement pas aux objections rationnelles qui démontrent que votre théorie est absurde.

      Abott est très républicain pro-arme, il n’a strictement aucun intérêt à monter une affaire de ce genre. Et si vraiment il était du genre à monter une affaire de ce genre, pourquoi faire semblant? Vous croyez vraiment que les gens qui raisonnent de cette manière auraient le moindre scrupule à tuer des gamins?

      1. Husskarl

        Il a d’ailleurs, il me semble, répondu que les profs pourraient s’armer dans le futur pour prévenir ce genre de choses.

    2. Jacques Huse de Royaumont

      Un médecin que je connais a vu sa fille de 20 ans mourir au Bataclan…

      Ce genre d’humour absurde est assez lassant, mais pour ceux qui sont peu ou prou concerné, cela devient abject.

      Un peu de décence !

        1. BXL

          Merci de parler de lui. Je lisais avec intérêt ses commentaires. Son pseudo m’intriguait. Et je n’aurai jamais la réponse…

          1. Aristarkke

            Si, je vous la donne, ayant connu feu Werther directement : reprise éponyme du titre d’un roman de Roger Nimier dont il était fan, celui du groupe littéraire des années 50 :l es hussards, quelque peu oublié maintenant.

            1. Yanka

              Werther est le prototype du héros romantique (et malheureux) de Goethe. Les Hussards (Nimier, Blondin, Déon et Laurent) n’ont jamais été un mouvement littéraire à proprement parler, puisqu’aucun de ses membres ne s’en est revendiqué. C’était un état d’esprit d’indépendance et de superbe de type « mousquetaire » dans un milieu fliqué par Sartre et ses copains. Les Hussards avaient du style et des manières de bretteurs. On a associé aux Hussards des auteurs comme Kléber Haedens ou Félicien Marceau pour les plus connus. Personne n’a oublié les Hussards ni aucun de ses auteurs

      1. Jusnaturaliste

        A ce stade, ce n’est pas de l’humour, je pense que Ba est sérieux.

        Après, ce n’est pas indécent de remettre en cause l’existence d’un événement, cela permet à ceux qui ont été touchés de donner leur témoignage et de démontrer que Ba est s’enfermé dans des délires dont il ne semble pas réussir à sortir.

        1. Lorelei

          Si vous le souhaitiez, je vous raconterai aussi les larmes de désespoir de cette grand-mère de 80 ans qui a perdu son unique petit-fils et la fiancée de celui-ci au Bataclan.
          Je pense qu’elle donnerait sa vie pour que le Bataclan ne soit qu’une fiction.

          1. Jusnaturaliste

            @ Lorelei

            Un complotiste vous répondra que c’était une actrice payée par les comploteurs, et cela pourrait être plausible, sauf si vous connaissez personnellement la grand-mère en question et pouvez témoigner que cette assertion est du délire, d’où l’intérêt des témoignages.

            Pour la tragédie des USA, il y a peu de probabilité que des lecteurs de ce blog soient proches des victimes, mais pour la tragédie du Bataclan, c’est au contraire très probable, preuve en est le témoignage de Jacques Huse de Royaumont.

            1. Lorelei

              Ce n’est pas une actrice, je connais la personne.
              Après, je peux comprendre qu’on suppose que les auteurs des faits ont été manipulés par on ne sait qui ou les photos truquées par un service de presse quelconque.
              Mais pour cette grand-mère, la réalité est que son petit-fils est décédé à Paris pendant la fusillade du Bataclan.

              1. CPB33

                Voir mon message précédent; que Ba aille parler avec Patrick Jardin et il verra que si la Terre est plate le sol en est très dur…..

    3. Vlad

      Cher BA, j’étais sur la promenade pour assister au feu d’artifice.

      J’ai vu la panique dans la foule quand c’est arrivé. J’ai discuté avec des amis qui étaient là où le carnage s’est passé, ou qui ont distribué des couvertures aux secours pour couvrir les corps.

      Il y a eu des morts en réalité. Tout un camion, oserais je dire.

        1. CPB33

          yes et il a écrit un bouquin très intéressant et ne machent pas ses mots envers la racaille politique et islamiste (les valls et hollande n’ont pas eu les couilles de répondre à ses questions au procès )

  6. Mitch

    Le pire dans tout ça c’est que l’émotion ‘imprime’ sur la durée.

    En effet, on pourrait penser qu’après une certaine période de temps (variable selon les individus), l’émotion s’estompe, et l’homme de la rue retrouve un semblant de raison. Mais non, il est dans l’émotion, voire l’hystérie, permanente.

    C’est d’ailleurs ce qui caractérise les sociétés occidentales de plus en plus : l’hystérie.

    La guerre du Covid (pour paraphraser l’ordure du 55) n’aura été qu’un immense révélateur, les décisions étant prises dans l’instant et les conséquences jamais évaluées.

    1. Aristarkke

      et les conséquences jamais évaluées.
      Permettez-moi de disconvenir courtoisement. Lesdites conséquences ont été parfaitement évaluées (et suivies d’effets) sauf que ce ne sont pas celles qui auraient dû l’être, selon l’évidente logique.

    2. Theo31

      L’hystérie est dépassée, on est dans le délire sectaire quand on voit des médecins lancer des appels au meurtre des non vaccinés, les délires hygiénistes, la fausse science.

      1. Aristarkke

        Hélas, tristement exact. Après la Shoah, certains étaient restés incrédules d’avoir vu des médecins à serment d’Hippocrate, y avoir chaudement participé dont des expériences médicales abracadabrantes alors que leur formation aurait dû les en empêcher, selon ces incrédules…
        Or, nous avons des nouveaux spécimens à disposition, dont Wargon, l’époux de l’Autre, Hirsch, Véreux Veran et tant d’autres qui en rajoutent à l’occasion…
        Heureusement que les camps restent à construire mais cela durera-t-il???

        1. durru

          Comme je l’ai écrit plus bas, la terrorisation des populations ne doit pas faiblir (et elle ne faiblit pas, après le covid nous avons eu l’Ukraine, maintenant la variole du singe, etc), afin que l’impensable devienne la normalité.
          L’hystérie n’est pas dépassée, elle change seulement de cible.
          Il faut aussi comprendre que lors de ces temps troubles les pires exemplaires de l’espèce humaine sont élevés au pinacle, et les marionnettistes en raffolent.
          Aucun des désastres du siècle dernier n’aurait été possible sans l’appui volontaire de milliers (voire millions) de petites mains.
          Je ne sais pas s’ils vont arriver à leurs fins cette fois ci, mais la direction ne fait pour moi aucun doute.

        2. Theo31

          Comme les centristes, les médecins s’amourachent facilement des régimes politiques les plus répugnants comme en attestent les exploits du prmeier président du conseil de l’ordre qui a fait envoyer des médecins en Pologne pour faire main basse sur leurs cabinets.

          1. Yanka

            Le Dr Carrel, Céline… des hygiénistes obsédés. J’aime assez les lire, car ils sont du style, mais il y a chez les médecins quelque chose de glacial, une manière de considérer l’humain comme de la barbaque et leur liste des dégénérés est longue comme le bras. Notez qu’ils ont peut-être raison, mais historiquement torts. Un médecin n’est pas effrayé par le sang, les blessures, les cadavres… Moi, une jambe en angle droit et je dois m’assoir…

    3. BXL

      @Mitch. Des origines « terriennes » permettent de relativiser et de remettre les choses là où elles doivent se situer, ni plus, ni moins. Ce n’est pas du fatalisme, juste du bon sens « paysan ». J’en suis issue. It should teach you a lesson. Will it ?

  7. Mildred

    C’est tellement plus jouissif de palabrer sur la politique américaine où la possession d’armes est légale, plutôt que de se demander comment il se fait que tant de gens sont passés par les armes, en France, où le port d’armes est dûment contrôlé !

    1. bob razovski

      et où il est même interdit, soyons fous.
      Le port d’arme est réservé aux FO et assimilés (sncf, convoyeurs, quelques gardes du corps…) ça fait peu.

      1. Pythagore

        D’après la carte publiée par le patron, la France est un des pays où il y a le plus d’armes par habitant. Est ce possible ? Lié à la pratique de la chasse peut-être plus développée qu’ailleurs ? Ou alors, où sont ces armes ?

        1. Aristarkke

          La chasse y contribue largement surtout que la plupart des chasseurs ont un râtelier garni de plusieurs exemplaires adaptés à des besoins variés. Également, les tireurs sportifs. Également, les armes non déclarées qui font surface de temps à autre…

          1. bob razovski

            Et dans l’autre sens, beaucoup de tireur sportif n’ont pas d’arme.
            Mon expérience à ce sujet montre que l’inventaire exhaustif des armes à feu en france relève du grand n’importe quoi, et surtout de l’estimation au doigt mouillé. Voir ma réponse à Mildred un peu plus bas.

            1. Aristarkke

              Normal puisqu’il est des plus probables qu’une partie de détenteurs d’armes, n’ont rien déclaré du tout ausx Zotorités…

              1. bob razovski

                Effectivement, sachant que si la détention se fait de plus en plus contraignante, il a existé une époque où acheter une arme à feu pouvait se faire au supermarché en même temps que le reste de ses emplettes (jusqu’au mitant des années 90, quand même) et que la déclaration était facultative…
                Notez que ces époques (pré-90 donc) on vue la france comme un pays à feu et à sang. Epoque heureusement révolue, pour le bien de tous, ouf…

                1. baretous

                  oui on pouvait acheter son 12 chez manufrance sur catalogue qu’on recevait par la Poste sans aucun justificatif. C’était du temps de mon pere et je ne crois pas qu’il y ai eu de tuerie.Et je ne sais même pas ou il est passé ce 12. Pas mon père, lui il habite boulevard des allongés depuis pas mal de temps.

                  1. CPB33

                    c’est sur que je regrette ce bon temps; on pouvait même s’acheter des répliques de M16 ou FAMAS en 22 dans une galerie Auchan par exemple

          2. Higgins

            Et puis, j’aimerai bien connaître si, à la Libération, toutes les armes parachutées aux maquis, ont bien été récupérées. Il y a dans quelques granges campagnardes quelques surprises dûment stockées.

            1. Pierre 82

              Ne négligeons pas un autre fait amusant: il est à parier que plein d’armes rigolotes envoyées aux brillants résistants ukrainiens, et dont beaucoup ne leur sont pas parvenues, sans doute tombées du camion et suite à une erreur d’Amazon, parviendront finalement dans le 9-3 (département cité au hasard, j’aurais pu dire le 4-8 ou dans le 2-3, les plus pauvres de France).
              Bref, on n’est pas sorti du sable.
              Assez curieusement, je parierais que les destinataires omettront d’en faire la déclaration en préfecture. Les gens sont si distraits.

                  1. Mitch

                    Penser une seconde que les livraisons d’armes massives vers l’Ukraine pourraient ne pas toutes arrivées relève à mon avis du complotisme.

                    1. Pierre 82

                      Effectivement, si un jour on identifie des armes du 9-3 comme ayant été envoyées récemment en Ukraine, il sera tellement simple de dire que c’est Poutine qui les a prises lors d’un affrontement, et qu’il les a envoyées en Seine-St-Denis pour faire chier les Français.
                      Je veux bien prendre les paris.

                    2. Mitch

                      @Pierre

                      C’est exactement ça.

                      C’est comme Mouloudof, Saidof et Hassanaiv tous 3 membres du FSB qui, tout habillé du survet Lacoste fournit par le FSB, ont détroussé les familles sur le parvis sur stade de France.

                      Ce sont ces 3 même qui seront lourdement armés par le même FSB pour mener des actions punitives contre le camp du bien qui lutte pour la liberté des peuples.

              1. theo31

                Des Stingers vendus au commandant Massoud par Reagan ont fini à Téhéran. Et les Khmers rouges qui conchiaient l’argent ont monté un juteux business de pierres précieuses.

    1. René-Pierre Alié

      Le bon sens est plus courant qu’on le dit. Une alternative clairement expliquée, et un auditeur délivré du bruit médiatique, et la réponse peut être adéquate. Il n’y a pas besoin d’un gros QI pour faire des choix judicieux. Même les animaux le font. Dans ces limites, la démocratie peut fonctionner, à peu près. Un référendum sur le port d’arme pourrait donner des résultats surprenants, pour peu que les argument pour et contre puissent s’exprimer librement.

      1. durru

        Je partage cet avis. D’où ma conviction que nous sommes en train de virer vers une société totalitaire pour le seul et unique motif que la raison ne doit pas (plus) avoir droit de cité et seuls les *sachants* devraient avoir le droit de donner un avis.
        L’humain n’est pas une machine, il n’est pas rationnel à 100%, c’est vrai. Mais ce n’est pas 0% non plus, sinon on serait encore des animaux. L’état de sidération permanent n’est possible que sous un régime de terreur permanente. « En marche », comme ils disent…

        1. Reddef

          Nous allons droit dans le mur donc tout est fait pour personne ne comprenne la réalité pour que les choses continue calmement.
          Advienne que pourra

  8. Aleph

    En France dans les années 2000, une campagne de dépistage des enfants perturbés présentant des signes identifiés comme prémisses possibles de comportements agressifs a été stoppée net par la même mouvance politique aux cris « pas de zéro de conduite pour les enfants de trois ans », au motif délirant que s’occuper d’eux, c’était déjà stigmatisant. D’où des refus de soins, et un aveuglement complet, provoqué par ceux-là mêmes qui exigent la prévention plutôt que la répression. Ce sont simplement des fous nihilistes, incohérents, et dangereux.

    1. Husskarl

      « une campagne de dépistage des enfants perturbés présentant des signes identifiés comme prémisses possibles de comportements agressifs »

      Qui a lancé cela ? Etait ce dans les écoles ou sur demande des parents ?
      Ca me semble assez déplaisant aussi.

      1. Higgins

        C’était, je cite de mémoire, sous Talonnette 1ère (Sarko). C’était un concept qui avait cours dans les hautes sphères et qui recourait à la Data. En gros, si vous appartenez à une catégorie d’individus donnés, vous avez x chance de devenir un délinquant (ou l’inverse). L’EdNat doit pratiquer ça sans le dire car j’ai lu çà et là que les enseignants détectaient très tôt, à travers les comportements des enfants, ceux qui seraient plus tard du bon ou du mauvais côté de la barrière. Je crois qu’il existe pour chaque élève un dossier scolaire auxquels les parents et l’enfant n’ont pas droit et qui conduit à l’élaboration d’un pronostic de réussite pour les études… A confirmer.

        1. Aleph

          Il s’agissait de travaux très sérieux de l’INSERM, et c’était bien parce que l’entourage de sarkozy, alors place Beauveau, entendait s’en inspirer, que tout a été combattu. Par ailleurs, ancien prof, je peux confirmer que des comportements troublants se repèrent et laissent imaginer le pire. Mais de dossier, de suivi, de soins, jamais.

          1. Pierre 82

            L’idée, en soit, est certes défendable.
            Mais vous allez faire confiance à nos zozos pour déterminer ce qu’est un comportement troublant?
            C’est quoi? Des enfants qui se disputent? Qui s’engueulent en se traitant de noms d’oiseaux? De gamins qui préfèrent jouer avec certains plutôt qu’avec d’autres, au lieu de mettre en pratique le « vivrensemble » en jouant indifféremment avec chacun sans laisser se développer leurs propres préférences?
            Ou encore, un peu plus tard, ceux qui se foutent complètement de ce qu’on appelle pompeusement « l’éducation civique », et se montrent rétifs au bourrage de crâne? Ou bien sûr, ceux qui suivent le catéchisme?

            Ceux qui font preuve d’esprit critique seront, à n’en pas douter, montrer du doigt comme de dangereux dissidents.

            La génération qui arrive sera suffisamment démolie psychiquement (familles explosées, théorie du genre, éducation nationale dans un état lamentable, puis covid avec son cortège de bâillonnements et de peur panique de toucher quelqu’un) sans devoir en remettre une couche.

            Pour démolir nos (petits)-enfants, je leur fait entièrement confiance, vu les abrutis qui peuplent de plus en plus les rangs des instits.

            1. Aleph

              Je ne peux que vous renvoyer aux travaux de l’INSERM (chercheurs en médecine) pour y voir des protocoles qui, justement dépassent les observations de tout un chacun et même de tel ou tel instituteur pour s’inscrire dans un cadre normatif solide. Je ne sais pas si c’est simple, comme je pense que ce serait nécessaire, ni si c’est bien pensé du premier coup ou pas. Mais y opposer les premières pensées qui viennent est s’enfermer et refuser toute méthode. C’est exactement sur cela qu’a joué la propagande qui a tout fait annuler (et même saccager les unités Inserm concernées), et c’est le sujet du billet d’aujourd’hui.

              Je pense qu’il y a une erreur de logique à refuser au motif que ce ne serait pas bien fait par les services. Après tout, l’évaluation des élèves est, à la marge, complètement mal fichue ; elle n’en est pas moins nécessaire. En outre, c’est précisément quand il n’y a pas de procédure commune que les cas les plus saillants sont traités de la façon la plus arbitraire. Le cas des enfants qui sautent des classes selon le bon vouloir de tel inspecteur ici quand d’autres là-bas restent à un niveau qu’ils ont déjà parcouru le fait voir : s’il y avait des examens ils passeraient tous deux.

              Ce qui est sûr, c’est qu’un petit qui fait rôtir Nougatine, le hamster que ses camarades de petite section nourrissaient depuis la rentrée, a un comportement observable, problématique, et qu’une prise en charge paraît souhaitable, pour lui-même d’abord, en en espérant secondairement un apaisement à long terme tel que, dans un système où ce serait généralisé pour des observations aussi incongrues, une société plus douce advienne d’une façon statistiquement observable. Il ne s’agit pas nécessairement de le stigmatiser, comme l’ont hurlé les contempteurs du projet, auxquels on demanderait volontiers sur quels critères il recruteraient leurs petits patients, alors ?

              Thomas Sowell : « Each new generation born is in effect an invasion of civilization by little barbarians, who must be civilized before it is too late. »

              1. Higgins

                A ce que je peux m’en souvenir, les attendus développés par les équipes de Talonnette 1ère à partir des travaux de l’INSERM étaient plutôt glaçants et emprunts de toutes la finesse et la subtilité de leur boss, du style « Mme Michu, votre petit choupinou est un monstre en puissance, nous allons nous en occuper !!! ». Pas étonnant que ça ait soulevé des boucliers.

              2. Pierre 82

                Je suis d’accord avec vous sur le fond.
                Mais je me contente d’observer la situation telle qu’elle est, et non telle qu’elle devrait être.
                Pour l’instant, si les gens qui ont l’autorité pour le faire mettent en place un système d’observation pour évaluer les élèves le fera exclusivement dans le but d’assurer une main-mise encore plus grande sur le mental des élèves.
                Je sais que si on y va de manière systématique, on arrivera très rapidement à ne pas prendre en compte le comportement inquiétant d’un enfant africain, par exemple (c’est à cause de la haine excusable qu’il porte contre les anciens colonisateurs), mais qu’on attachera une étiquette « dangereux » à un gamin qui remet en cause l’enseignement reçu et qui voudrait en discuter.

                Le plus urgent est de retirer ses enfants de l’ednat. Ensuite, il faudra que les classes dirigeantes actuelles soient renvoyées à leurs chères études et qu’un système de prise de décision plus sain ait pris la place, et à partir de là, on pourra mettre en place des trucs intéressants.
                Le fait est que pour l’instant, les conditions ne sont pas réunies pour un succès, et au contraire, toute avancée dans ce domaine conduira à une situation pire.
                Il faut faire les choses dans l’ordre. Si Marc Dutroux est responsable d’une garderie et veut en modifier l’organisation, la première chose à faire n’est pas de discuter du bien-fondé ou non de cette modification, mais bien d’enlever Dutroux de cette position.

                1. Aleph

                  Je pense que vous constatez l’effondrement de la confiance publique jusqu’à un degré où elle ne permet plus l’adoption de méthodes propres à l’augmenter : on ne peut plus essayer de faire ce qui paraît raisonnable parce que tout le monde pense que ce sera dévoyé et instrumentalisé, et donc le système va aller encore plus mal, faute de progrès, laissant voir des maux nouveaux qui saperont un peu plus la confiance dans les incompétents. Mon idée est que, s’il y a des problèmes d’ajustement, même liés à l’idéologie, ils ont plus de chances de s’estomper qu’on n’en a de trouver un système parfait qui plaise à tous du premier coup.

                  Par ailleurs, je suis d’accord que la présentation faite dans la presse à l’époque était effrayante, mais je le redis : elle était biaisée et propagandiste. L’un de mes proches a assisté à une présentation faite par les chercheurs de l’INSERM et il avait été impressionné par leur sérieux, leur prudence, et outré par le décalage avec ce qu’en dit la presse, jouant sur les émotions comme le rappelle le billet du jour.

                  Pour le dire clairement : si on veut faire de la prévention, alors il faut essayer de faire du dépistage d’une façon ou d’une autre, patiemment, en ajustant, avec des garde-fous (notamment réexamen régulier des situations particulières pour ne pas continuer à scruter un petit qui va nettement mieux, etc.). Et c’est ce principe là qui a été attaqué par les soi-disant tenants de la prévention.

                  1. durru

                    @Aleph
                    Ce n’est même plus une question de confiance.
                    La volonté de contrôle totalitaire est désormais évidente et tout outil mis à leur disposition sera utilisé dans ce seul but, sans aucun intérêt quel qu’il soit pour des bénéfices pour la société.
                    Plus exactement, un régime totalitaire ne peut réussir qu’une fois la société atomisée. Il est donc tout aussi évident que non seulement ils n’ont aucun intérêt à ce que leurs actions soient bénéfiques pour la société, mais au contraire, ils ont tout intérêt à ce qu’elles ne le soient pas.
                    Je comprends votre point de vue, mais le parallèle que Pierre fait avec Dutroux est on ne peut plus exact.

                    1. Aleph

                      Je comprends d’autant mieux ce que vous dites que je me suis trouvé à travailler sur un projet dont je me suis dit qu’il serait génial pour le pays sauf s’il risquait d’être à demi-développé et accaparé par des pervers, et alors catastrophique. Je dépends du Ministère de l’Enseignement Supérieur. C’était en 2014 que ça a commencé. Et au fil des mois, je me suis aperçu que j’étais précisément environné non seulement de gens pas très doués, mais également de tarés et pervers idéologues.

                      Et je me suis demandé s’il fallait ou non continuer ce magnifique projet dont ils ne voyaient pas le potentiel, bon ou mauvais. J’ai pensé au Pont de la Rivière Kwaï : construire un beau pont avec un risque qu’il soit tordu et utilisé par les monstres, alors qu’au fond il faudrait dans ce cas le saboter ? Heureusement pour ma conscience, l’équipe était tellement dirigée pour faire seulement de la com’ que la plupart ont été écartés (dont moi) et que ça a foiré tout seul. Mais je suis d’accord que ce n’est pas normal comme situation, et c’est parfaitement réel aujourd’hui.

                      Mais pour le dépistage des petits troublés, ç’aurait été à plus vaste échelle et le risque de noyautage circonscrit, ou dilué. En outre, c’était dix ans avant, et je ne pense pas que vous et moi étions dans le même état d’esprit de défiance qu’aujourd’hui.

                      On a un système de dépistage psycho-social dans l’établissement : il est complètement dévoyé. D’abord, pas question qu’il s’intéresse à un chef, quoi qu’il fasse de tordu, quelques signes bizarres qu’il montre. Ensuite, il s’intéresse à des cas sans les examiner. Concrètement, il y a des réunions avec des stratifs, des DRH et des psychologues internes. Rien n’est remis en cause. Mais aucune décision n’est prise non plus, sauf, marginalement, des décisions d’aménagement d’emploi du temps qui auraient été traitées de toute façon autrement. Surtout, c’est bien, comme vous redoutez, utilisé pour stigmatiser les dissidents à la Youri Andropov. Néanmoins, je pense que c’est plus facile d’améliorer les choses à partir de cet embryon nullissime qu’ex nihilo.

                      En particulier, je ne connais aucun service qui revienne à l’Etat qui soit bien fichu et pas perverti ici ou là de façon plus moins cataclysmique. C’est donc bien la confiance publique en tant qu’elle devient transitive et cesse d’être liée d’une personne à une de ses connaissances, absolument nécessaire à la marche collective de la société, que nous voyons s’évanouir. C’est une des faces de l’anomie.

                      Bonne soirée.

                  2. Pierre 82

                    @ Aleph 1 juin 2022, 16 h 16 min
                    Vous touchez un point intéressant: je ne suis pas en faveur d’instaurer un système d’observation (pour l’instant du moins, j’ai déjà développé mon point de vue ci-dessus).
                    Cela ne devrait pas empêcher que certains instits plutôt motivés par la volonté de bien faire de mettre en place des méthodes au niveau local.
                    Le souci, c’est qu’ils doivent mettre tout en œuvre pour que l’inspection académique ne soit pas au courant, car dans le cas contraire, l’essai se terminerait immédiatement, avec sanctions à la clé.
                    En France, tout doit venir d’en haut, et l’initiative personnelle est sévèrement réprimée. Le plus grand secret doit couvrir ces tentatives de bien faire.

                    1. Higgins

                      Un des premiers trucs intelligents que devrait faire un gouvernement digne de ce nom serait de virer tout le corps des inspecteurs de l’EdNat. Mon expérience personnelle laisse à penser que dans ce truc, il y a un beau nid de nuisibles.

                    2. Mitch

                      @Higgins 1 juin 2022, 17 h 13 min

                      +100.

                      Basé sur mon expérience les inspecteurs de l’EdNat sont soit: des nuisibles (cas le plus fréquents), soit totalement inutiles (cas le plus favorable). De façon générale il faudrait ‘dératiser’, oops mes doigts ont ripé, je voulais écrire ‘débureaucratiser’ c’est à dire virer 80% des mecs dans les bureaux.

                      Même remarque pour toutes les administrations en grance.

          2. Higgins

            Merci pour vos précisions. Je ne suis pas surpris de ces résultats qui posent en germe le problème de savoir si nous grandissons libres philosophiquement parlant ou tributaires de notre milieu, nos fréquentations, etc… L’évolution extraordinaire des outils informatiques autorise la gestion statistique des milliers de données individuelles. J’avais compris ça en EMBA en travaillant sur des données bassement commerciales liées aux cartes de fidélité par exemple. Pour faire simple, si tu es un homme, quarante, ans, études supérieures, cadre, marié, deux enfants, etc,… et que tu habites dans la quartier chic de Trognon la Godasse, tu est un homme qui, statistiquement parlant, boit de la bière blonde et du douze ans d’âge. Moi, patron de l’hypermarché local, je vais donc te proposer spécifiquement de la bière blonde et du whisky de qualité…
            C’est un domaine que j’aimerai explorer mais je suis tout à fait conscient que les vérités brutes qui pourraient sortir de ces travaux choqueraient beaucoup de monde puisque notre milieu conditionne beaucoup ce que nous deviendrons plus tard sans que notre libre-arbitre y soit pour beaucoup.

          3. Mitch

            L’idée de la détection précoce d’enfants qui pourraient être perturbés semble, sur le papier, quelque chose qui pourrait aller dans le bon sens.

            Mais bon, encore faudrait-il avoir une certaine confiance en ce système pour les laisser opérer de telles sélections. Perso, je n’en ai aucune, mais alors vraiment aucune.

            Très vite on retrouverait dans la catégorie des enfants ‘perturbés’ ceux qui montrent une trop grande indépendance, ou ceux qui ne cochent pas toutes les cases du ‘bon’ citoyen.

            Pas besoin d’un système de merde (de plus) pour identifier les vrais boulets dans les classes. Le soucis n’est pas l’identification mais la volonté de traiter les problèmes. La grande administration est dans la ‘bienveillance’ pour les élèves et la maltraitance pour ses profs, le tout saupoudré de déni, du désir absolu de ne pas provoquer de ‘vagues’, et de propagande abjecte (les cours d’EMC sont un grand moment).

        2. Aristarkke

          Marcel Pagnol évoquait déjà cette détection mais en indiquant ensuite que l’instruction des enfants faisait diminuer le risque de criminalité.

          1. CPB33

            on peut revenir aussi aux théories des morphopsychologues…..on a vu ce que ça peut donner dans les mains de bons aryens !!!!! en même temps, il y en a qui ont vraiment les gueules de l' »emploi » et leur intelligence se reflète sur leur visage (voir plusieurs ministres ou porte-parole actuels par exemple…)

  9. durru

    Je sens que je vais m’inscrire en faux par rapport à une majorité ici, mais je me lance quand même.
    À mon avis, au-delà de l’intérêt (électoral ou financier) sur le court terme des uns et des autres (intérêt indéniable, d’ailleurs) à cultiver l’émotion, il y a autre chose de plus profond, de plus fondamental.
    Un individu paniqué ne réagit plus de façon rationnelle, il devient incapable de réfléchir. Il va avoir donc des réactions basées uniquement sur les réflexes et les émotions.
    C’est pour ça que les régimes totalitaires, de tout temps, ont privilégié une gestion terroriste de la société, dans le sens où leurs actions étaient censés garder la population sous la terreur. Ceci leur permettait de transmettre des messages à priori complètement irrationnels, mais qui étaient largement acceptés par le plus grand nombre. Et ce, justement parce que la réflexion était mise en veilleuse chez une majorité de gens.
    Et si les dirigeants occidentaux sont des tanches, des QI à un chiffre, ils ont quand même des compétences indéniables en manipulation. Ils ont compris que leur seule chance est de garder les populations dans un état permanent de sidération, afin d’empêcher le plus grand nombre de réfléchir et analyser la situation réelle.
    Je ne dis pas qu’il y a un plan, je dis qu’il y a une direction et que toute occasion est bonne pour appuyer sur le champignon.

    1. Dr Slump

      Oui, bonne remarque.
      Et jamais ils ne chercheront non plus à identifier les causes de ces tueries pour agir en amont, en prévention. C’est quasiment toujours le même profil de jeune dépressif sous traitement, qui accomplit une vengeance.

        1. laurent a LA

          ben
          oui, le Goldstein de la minute de haine
          Le bouquin que le gars passe a Winston Smith est bien le livre de Gdldstein, non ?

  10. bob razovski

    Patron, détenir une kalash n’est pas interdit en France.
    Il suffisait (*) pour cela qu’elle soit « démilitarisée » (lire : convertie en semi auto only) ou semi-auto native.
    Mais je ne comprends pas… Assassiner les gens est interdit non ? Y’a pas une loi contre l’assassinat ?
    Pourtant…

    (*) si je mets la phrase à l’imparfait, c’est que la loi a changé il y a quelques mois, par le décret n° 2021-1403 du 29 octobre 2021. Les « démilitarisées » sont aujourd’hui effectivement interdites.
    Par contre, les semi-auto par construction sont toujours légales à la détention.

    1. Aristarkke

      Sérieusement, j’imagine que vous ne croyez pas que ce genre d’arrêté ou décret va rendre malfrats et terroristes confus et honteux au point de jurer qu’on ne les y reprendrait plus…
      D’ailleurs, utilisent-ils des armes démilitarisées??? Poser la question est y répondre, n’est-ce-pas !!!

      1. bob razovski

        Ah… j’étais pourtant certain qu’un tel arrêté ferait que les terroristes du monde entier s’y reprendraient à 2 fois avant de passer à l’acte en france, voire se repentiraient illico.
        Peut-être la loi n’est-elle pas encore assez sévère ? 😉
        Sur la question des armes démilitarisées, une théorie concernant le Bataclan disait que les armes des tarés étaient au départ des armes non pas démilitarisées, mais carrément neutralisées du côté des ex bloc de l’est. Un facétieux farceur les aurait réactivées à l’aide des pièces adéquates.

        1. Higgins

          Au-delà du sujet du billet et de la manière imbécile qu’à l’état de gérer ce problème, le même état est très inquiet de la situation dans les Balkans, plaque tournante du trafic d’arme en Europe. La très grande majorité des armes de guerre circulant en France vient de cette région suite aux bouleversements qu’elle a connus dans les années 90. Dans certaines banlieues, on parle même de RPG7 stockés.

          1. durru

            C’est pourquoi ils se sont attachés à renouveler les stocks et améliorer la qualité des produits avec les dernières livraisons vers l’Ukraine.
            Et diversifier les sources d’approvisionnement, par la même occasion. La concurrence est au coeur du capitalisme, n’est-ce pas ?

  11. Mo’ Truckin’

    Hum …
    a) la tuerie d’Uvalde est arrivée quelques jours avant la convention annuelle de la NRA.
    Hasard ?
    b) chacun a parfaitement le droit d’être pour ou contre le port d’arme.
    Cela relève de la liberté de penser.
    c) vouloir analyser de France la culture des armes aux States est une ineptie.
    De culture, d’Histoire, de population et de constitution différentes, la France et les États-Unis n’ont absolument pas le même rapport aux armes.
    d) l’unique moyen de changer la législation sur les armes en Amérique est de changer la Constitution.
    Bon courage à ceux qui voudront s’y essayer.
    e) je rappelle que ce ne sont pas les armes qui sont le danger mais la personne qui les manipule.
    D’où la nécessité +++ d’éduquer la population au maniement des armes (et particulièrement les jeunes) et, dans la mesure du possible, de vérifier le profil psychologique des acheteurs.
    f) je rappelle qu’en cas de guerre civile (dont on parle beaucoup depuis quelque temps), la première chose à faire sera de s’armer.
    Ce que les autorités (de France et d’ailleurs) redoutent au plus haut point.

    1. Mildred

      Ne vous faites aucun souci en cas de guerre civile. Voici ce que j’ai trouvé qui devrait vous rassurer :

      « D’après une étude menée par l’Institut de hautes études internationales et du développement de Genève, entre 18 et 20 millions d’armes à feu circuleraient en France, soit une pour trois personnes. Selon ce classement, la France arriverait en septième position quant au nombre d’armes par civil, derrière les États-Unis, la Finlande et la Suisse, ce qui en ferait le 2e pays le plus armé de l’UE6. Mis en place en septembre 2004, Agrippa (application nationale de gestion du répertoire informatisé des propriétaires et possesseurs d’armes) recensait en septembre 2010 plus de 3 millions d’armes : 2 147 849 armes déclarées (armes de chasse et de tir) et 1 016 185 armes soumises à autorisation (armes de défense)6. La Chambre syndicale nationale des armuriers détaillants estime que 10 millions d’armes à feu sont actuellement en circulation dans l’Hexagone. Yves Gollety, président du Syndicat des armuriers, estime que « la France est un des pays européens qui compte le plus de chasseurs »

      1. bob razovski

        Mildred, sans vouloir vous offenser, ce texte est un beau fourre-tout.
        Déjà, Le logiciel Agrippa, c’est 50% d’erreur. A titre perso, je ne compte plus le nombre de fois où j’ai reçu des rappels pour renouvellement alors que l’arme était vendue depuis des mois, voire des années.
        A genève, on estime le nombre d’armes en france entre 18 et 20 millions, quand sur agrippa on tourne à seulement 3 millions… Bonjour le différentiel.
        Gollety doit être plus proche de la vérité, même s’il aura tendance à grossir le chiffre (armurier oblige…) Pour ma part, je table sur un gros 5 millions.
        Mais plutôt que le nombre d’armes, l’important est le nombre de détenteurs et surtout, le nombre de ceux qui savent s’en servir. Je ne vous apprendrai rien en vous disant qu’on ne peut utiliser qu’une seule arme à la fois, et que mettre une arme entre les mains d’un novice ne sert strictement à rien 😉
        Aujourd’hui, on a environ 1200000 chasseurs et 250000 tireurs licenciés, soit au maximum 1,5 millions de personnes autorisées à acquérir et détenir une arme, détention possible selon divers critères de complexité en fonction de sa catégorie.
        A ce propos, les catégories entre parenthèses sont fausses. Plus aucune autorisation n’est délivrée au titre de la défense, les armes soumises à autorisation sont les cat B, détenues à titre sportif (donc arme de tir et non « arme de défense). Imaginez un seul instant que l’état ait délivré plus d’1 million d’autorisation de détention d’arme au titre de la défense personnelle (chiffre colossal), ça signifierait que l’état autorise les gens lambda à s’armer pour se défendre… impensable.

        1. Mildred

          Eh bien, cher bob, il ne vous reste plus qu’à aller modifier l’article de Wikipedia d’où j’ai sorti ce paragraphe !

          1. bob razovski

            J’ai, par le passé, écrit des pages et des pages sur ce sujet à destination des populations « profanes »… peine perdue. Il y a des choses que les gens ne veulent pas voir, même si c’est pourtant évident.
            Donc perde mon temps une fois de plus… Je préfère amplement discuter ici, entre gens de bonne compagnie.

        2. Mitch

          « Le logiciel Agrippa, c’est 50% d’erreur. A titre perso, je ne compte plus le nombre de fois où j’ai reçu des rappels pour renouvellement alors que l’arme était vendue depuis des mois, voire des années. »

          C’est étrange, mais je ne suis pas surpris. C’est même l’inverse qui m’aurait surpris … Enfin je dis ça, mais je m’en félicite pour être parfaitement honnête.

          Dans le même ordre d’idée, il y a le fameux logiciel de paye de l’EdNat (SIREN) qui a englouti €400 Mio. Pas grave c’est gratuit c’est l’état qui paye.

          lesechos.fr/politique-societe/societe/comment-leducation-nationale-a-perdu-400-millions-deuros-avec-son-logiciel-de-paie-1174783

          Et bien sur pa une tête n’a roulé (les méchantes sociétés de services qui travaillent mal – cela ne peut être que ça)

          1. Pierre 82

            Moi qui travaille comme sous-traitant depuis des années, rien ne m’étonne là-dedans.
            Je n’ai jamais travaillé avec aucune administration étatique, mais quand je vois comment ça se passe avec des clients privés, je comprends qu’avec l’état, ça ne peut que mener à la catastrophe.
            Généralement, pour chaque projet, on doit avoir un « point focal » qui est le délégué du client, et surtout, c’est celui qui nous transmet les décisions de la direction. Parfois, des projets sont bloqués parce que ça cafouille un peu côté client, qui n’a pas bien identifié ses besoins. C’est tout un art pour le sous-contractant de retourner chez le client en exigeant (le mot n’est pas trop fort) que tout soit très clair avant d’engager quoi que ce soit. Parfois, si la relation client est en confiance, on peut commencer à travailler sur un truc pas très clair, à condition que les instructions soient rapidement données par le client mais jamais on ne travaillera dans le brouillard.
            Bien sûr, dans la vraie vie, ça existe parfois, mais alors on doit harceler le client pour qu’il « escalade » le problème (traduction libre) en interne jusqu’à ce qu’on arrive à une clarification. Sinon, on arrête de bosser dessus, purement et simplement, et avec l’accord du client.

            Ça, c’est pour le secteur privé, qui est supposé rendre des comptes à des actionnaires, où la sous-traitance se passe en général plutôt bien.

            Pour le secteur public par contre, où personne n’a le « skin in the game », nul n’ose prendre de décision, et où les politiciens qui chapeautent tout ça changent d’avis au gré du vent, ça ne peut que foirer.
            Un chef de bureau con comme ses pieds et têtu comme un mule, qui exige des trucs stupides et hors de propos sans jamais écouter ce que disent ceux qui connaissent la technique, soutenu par des gars qui ont une trouille bleue de déplaire au ministre, le tout dans une ambiance de merde, ce serait étonnant que ça ne foire pas.
            Changer une phrase dans une description d’un travail, et on peut foutre par terre tout le boulot fait depuis plusieurs mois. Comme l’administration refusera de payer le travail inutile, le sous-contractant se limitera à trainer des pieds, réduire la voilure et mettre ses pires branleurs sur le sujet (en plus, on s’en débarrasse, j’en suis témoin), et attendre le prochain paiement, suivant le précepte « A question idiote, réponse idiote »
            Mal définir ses besoins, en se contentant de les diluer dans une bouillie verbale, ça fonctionne sur des électeurs. Jamais sur un boulot à produire.

            1. bob razovski

              Pour Agrippa, inutile d’aller aussi loin. Il s’agit simplement de vouloir classer différemment des éléments identiques sans savoir qu’ils sont identiques à cause d’un manque flagrant de culture (l’énarque), tout en confiant ça à des gens au mieux totalement perdu, au pire, totalement j’en foutre (le fonx de la pref).
              Il faut savoir que pour un calibre, il existe différentes définition qui sont autant d’appellation commerciales. Ex, la cartouche de 9mm la plus courante se retrouve sous différentes appellations :
              9×19
              9 para
              9 luger
              9 parabellum
              La pauvre « dame de la pref » va bugger si elle n’a que la fenêtre 9×19 de dispo dans aggripa alors qu’il est noté 9 luger sur l’arme. Elle ne saura pas comment établir le classement.
              Autre exemple, le passage en système métrique :
              Le .45ACP devient 11,43×23 en france.
              Le .308w peut se retrouver 7,62 nato, 7,62 otan ou 7,62×51
              Le .223 peut devenir 5,56 nato, 5,56 otan, 5,56×45
              Etc etc… Il y en a des pages et des pages.
              Même les armuriers se gourent.

            2. Higgins

              J’ai un exemple très précis de ce genre de gabegie. L’armée de l’air avait un avion de reconnaissance électronique (ELINT) basé autour d’un avion DC8, le concurrent direct du Boeing 707 au début des années 60, hérité d’UTA. Excellent avion, il était un équipé avec des réacteurs qui feraient tousser, c’est bien le cas, le plus acharné des climato-sceptique tant ils fumaient et ils consommaient. Deux, au bout de trente ans de bons et loyaux services, il ne répondait plus aux critères en vigueur dans l’aviation car outre la difficulté grandissante à se procurer des pièces détachées, il n’y avait plus de simulateur pour entraîner les équipages. Une fiche programme a donc été lancée. Des personnes intelligentes ont alors indiqué qu’il serait pertinent d’acquérir un appareil récent d’occasion (type Airbus ou équivalent) pour repartir sur des bases saines. Pour des raisons peu avouables (corruption , incompétence, flagornerie, bref tout ce qui caractérise une administration performante), il a été décidé de reprendre un DC8 remotorisé, ce qui ne réglait en rien le pb important des pièces et du simulateur. Entre 200 et 300 millions d’euros ont alors été engloutis dans ce projet stupide pour aboutir, moins de deux ans après la réception de l’appareil ainsi modifié et alors qu’il terminait ses essais au CEV, à sa mise au placard,, l’avion étant retiré du service pour les deux principaux motifs évoqués plus haut. A ce jour, il n’a toujours pas de remplaçant et n’est pas près d’en avoir.

              1. Mitch

                « corruption , incompétence, flagornerie, bref tout ce qui caractérise une administration performante »

                🙂 🙂 Excellent!. Une superbe définition.

                Major, je me l’a met de coté celle là.

    2. Pierre 82

      « l’unique moyen de changer la législation sur les armes en Amérique est de changer la Constitution. Bon courage à ceux qui voudront s’y essayer. »

      Ils y travaillent, et je ne serais pas surpris que dans les années qui viennent, ils y arrivent. Ce type de tuerie participe à l’ambiance générale. Comme l’explique le patron, il n’y a plus aucune réflexion, mais uniquement de l’émotion.
      La seule chance de la NRA pour l’instant, c’est que les USA sont une union d’états fédérés, qui rend le truc politiquement compliqué.
      Mais ils progressent, inexorablement. Il est vrai que dans certains états, ils sont chauds bouillants pour le port d’armes, et l’heure n’est probablement pas encore venue, sans risques d’affrontements sévères.

      1. Higgins

        Il y a de cela plus de trente ans, j’avais lu un article où était fait mention d’un comté où le port d’armes était prohibé et d’un autre où il était obligatoire !!!
        Quelqu’un n’a-t-il pas fait d’ailleurs remarquer que les tueries en masse aux USA ont plutôt débuté depuis les années 60 ?

  12. Thufir

    On peut, avec pas mal de patience, s’armer jusqu’aux dents en France si on n’est pas trop mal vu. Un de mes proches a une très belle collection de top qualité, qui comprends aussi une Kalash en 7.62 et semi-auto. Il n’y a d’ailleurs que dans les films US idiots qu’on tire en rafale et les salopards du Bataclan ont bien pris leur temps au coup par coup pour être sûrs de tuer à chaque tir.

    D’ailleurs passer une Kalash SA en full auto prends 10 mn avec une Dremel.

    On va encore rajouter la Suisse, ses 3.5 Millions d’armes déclarées depuis 2008 pour 8 M. d’habitants et ses 11 M. d’armes estimées. Combien de tueries?

    D’ailleurs combien de flingues par habitants et surtout dans les « Quartchiers » en Répupu Grançaise? A mon avis, encore plus…

    Pour ce qui est des USA ils sont un pays totalement imbibé d’une culture de la violence qui s’échappe de tous ses pores: cinéma, musique, police, guerres tous azimuts…etc… Ils pourraient bien confisquer jusqu’au dernier flingue (à South Central L.A. aussi?) qu’il y aurait 10 morts au couteau par jour quand même.

      1. Yanka

        Les Indiens, le Vietnam, Hiroshima et Nagasaki, c’était des compositions pour chœurs et orchestre ? Les trucs déjantés et hyperviolents nous viennent toujours des États-Unis. Certes, il y a Ray Charles, Joan Baez et Woody Allen, mais enfin…

        1. Ce romantisme qui pousse à oublier que la violence est partout est touchant ou orienté.

          Les Américains ne sont pas plus violents que les Noirs ont le rythme dans la peau ou que les Chinois sont fourbes, etc. Non seulement c’est un poncif, mais c’est une ânerie typique franco-franchouille.

          1. Yanka

            Ce n’est pas spécialement romantique que de consulter le tableau des guerres lancées par les États-Unis depuis leur courte existence, au nom de la démocratie qui pis est. Si les Américains n’ont sans doute pas le monopole du génocide, leur culture est fondée sur le massacre des Premières nations. Ils sont les premiers à avoir utilisé sur une large échelle des armes biologiques et les premiers — et les seuls — à n’avoir pas hésiter à larguer des bombes atomiques sur deux villes. Et je pourrais aussi parler de Dresde arrosée au phosphore et à la thermite, mais c’est partagé avec les Godons. Alors moi je veux bien qu’on tape sur le Venezuela, hein. Par ailleurs ces tueries de masse à intervalles réguliers sont bel et bien une spécialité américaine. Les causes, maintenant, c’est autre chose. Je ne suis pas contre le port d’armes, mais une arme + alcool ou drogue + psychologie en déroute, eh bien ça donne ces petites sauteries régulières qui font chialer le populo émotif parce qu’il a perdu je ne sais quoi : un frère, une mère, un fils, un chien. Je veux bien qu’on explique tout par le Venezuela, Cuba et le Salvador (Allende !), mais en termes de poncifs, en voilà de cossus. Que les États-Unis n’ait aucun monopole sur la violence n’en fait pas moins un consommateur et un dealer de pointe.

            1. Il est vrai que dans la même période, les petits dérapages en Union soviétique, en Chine, au Cambodge, au Laos, en Afrique et finalement partout ailleurs n’ont pas d’importance puisqu’on vous dit que les Ricains sont violents. Et le lecteur avisé remarquera sans mal le glissement « les américains sont violents » à « le gouvernement américain fait la guerre ».

              Du poncif, on passe au changement de sujet (raté, ça s’est vu) et au sophisme.

            2. Jacques B.

              Vivre en Chine communiste, ou pire en Corée du nord, ou encore dans un pays soumis à la charia – et on pourrait multiplier les exemples – ce n’est pas être exposé à de la violence quotidienne, sous des tas de prétextes possibles ?
              Un pays qui s’est joyeusement étripé avec son voisin (France et Allemagne) pendant 4 longues années, millions de morts stupides à la clef, ce n’est pas de la violence ?
              Les dizaines de millions de victimes du bolchevisme en ex-URSS, pas de la violence ?
              Certains avancent le chiffre de 200 millions de victimes de l’expansion musulmane au cours de l’Histoire, chiffre peut-être exagéré mais quand même, la violence extrême que cela a représenté (et représente encore par endroits), négligeable ?
              On peut multiplier les exemples à l’infini.
              Si les Américains ont des choses à se reprocher – et ils en ont – , d’une beaucoup d’Américains ne sont pas violents pour un sou, de deux ils sont tout sauf les seuls, et parler de « pays totalement imbibé d’une culture de la violence » ou de « culture fondée sur le massacre des Premières nations » est aussi insignifiant que c’est excessif.
              Il y a aussi de façon évidente, à l’époque contemporaine, me semble-t-il, un décalage de plus en plus grand entre les dirigeants américains et les citoyens de base, qui se traduit par un clivage politique de plus en plus profond , en gros « populistes » contre « camp du Bien », les premiers étant beaucoup plus isolationnistes que les seconds, très va-t-en guerre.

              1. Mitch

                @Jacques B. 2 juin 2022, 17 h 41 min
                +100

                @Yanka
                Par curiosité, combien de temps avez-vous vécu aux Etats-Unis et ou ?

          1. Aristarkke

            Caracas a été consacrée un temps comme la capitale la plus dangereuse du monde au vu de sa criminalité débordante dont les homicides, femmes incluses…

        2. Mitch

          Avec toutes les guerres qu’il y a en Europe depuis plus de 2000 ans, cela me parait étrange d’aller pointer du doigt le voisin d’à coté (the mote in your neighbour’s eye vs the beam in your own) pour sa violence.

          Pour les massacres, les Muzzs, les Européens, les Nips, etc etc (liste non exhaustive) ont de beaux ‘track-records’ aussi.

          Quand aux bombes atomiques, si les Européens ou les Nips ou quiconque avaient eu la technologie avant les Yanks durant cette période, il l’aurait utilisé sans se poser de questions métaphysiques.

          Les taux de meurtres aux US sont certes plus élevés qu’en Europe mais c’est le pays des Bisounours par rapport à beaucoup d’autres.

          Attention aussi à ces chiffres. Par exemple les taux de criminalité en RSA sont effrayants (je ne les conteste d’ailleurs pas c’est la réalité) mais la violence est très très localisée géographiquement et socialement (dit de façon plus cru, les gangs blacks règlent leurs comptes dans les townships). Perso, je ne m’y suis jamais senti en danger et pourtant au vu des chiffres c’est la fin du monde.

          Attention aussi de faire la distinction entre les taux de crimes et les taux d’homicide. Dans les homicides, par définition, on y inclus les légitimes défense.

    1. Dr Slump

      Les américains sont au contraire des mauviettes, à l’inverse de l’image de cowboys héroïques qu’ils se donnent. Ils ont certes un problème avec la violence, mais ça ne vient pas d’une culture de la violence, plutôt d’une culture de macho arriérés incapables de gérer leurs faiblesses.

        1. Dr Slump

          Non. Observation factuelle.
          Les américains ont une représentation idiote, dépassée de ce que doit être un homme, ne jamais montrer de faiblesse, toujours avoir l’air fort, l’air d’avoir le self-control, les films de rambo et compagnie ne sont pas un hasard ! Pour nous ce sont des films d’action qui présentent la figure de l’homme et du héro de façon caricaturale, mais pas pour eux… ce sont de vrais sujets, ils en font des critiques et des analyses, ils leur donnent des palmes comme nous on en donne à des films littéraires.
          Et donc, plus on veut se donner l’air d’être un gros balaise, plus on est au fond incapable de faire face à ses faiblesses.
          L’expression de sensibilite, de subtilité est impitoyablement raillée chez les jeunes lycéens. Faut pas s’étonner de voir tous ces woke péter les plombs aux US, pour moi ça ne vient pas de nulle part, et c’est en partie en réaction à cette représentation ridicule de l’homme fort et inébranlable. Être fort, ce n’est pas être invicible, c’est d’abord de savoir accepter ses faiblesses.

          1. bob razovski

            mouais… je connais quelques ricains, aucun n’est comme ça. Mais je ne généraliserai pas. Par contre, je pense que l’exemple de Rambo est intéressant :
            Rambo, c’est l’homme qui a été transformé en machine à tuer, qui une fois revenu au pays est jeté comme un déchet, et qui ne demande qu’un peu de compassion (et accessoirement, de reconnaissance). Bref, c’est un humain. Il finit même en pleurs comme un môme quand enfin on lui tend la main.
            Bref, Rambo est l’exemple du pauvre gars qui a fait confiance à l’état, et qui se retrouve confronté à la réalité. A la différence des autres, il ne s’est pas laissé faire. Ca ne l’empêchera pas de finir en taule, tout héros qu’il est.
            C’est, à mon sens, le parfait contre-exemple à votre argumentation.

            1. Dr Slump

              Oui, ok pour le message de repentance post-Vietnam. Sans rire, j’ai vu ça en vrai aux US, des vétérans du Vietnam complètement bouffé par le SSPT, et ça fout les chocottes quand on a affaire à ces pauvres diables.
              Mais dans le genre subtil et sensible, il y a quand même mieux que les films de Rambo et Terminator hein. Tiens, Terminator, en voilà une « figure paternelle » balaise et dénuée de toute sensibilité: un robot ! Franchement, les américains ont vraiment un problème avec la violence, et pour moi ça vient en partie de là, de cette représentation caricaturale de « l’homme » qui ne doit montrer aucune sensibilité.
              En France les flics de cinéma c’est commissaire Maigret et Nestor Burma, à la limite ce sera un comique de banlieue qui jouera le rôle du petit malin. Aux USA, c’est Judge Dredd et compagnie. Désolé pour la lecture psychologique que j’en fais, mais il y a quand même un gros marqueur socio-culturel là, et c’est un éléphant dans le couloir!

                1. Dr Slump

                  Je reconnais, ce que je dis est très approximatif, je me base sur de l’intuitif mal raisonné, mais je suis sûr que je tiens une bonne piste à travers ces observations.

                  1. Pierre 82

                    Doc, je n’ai personnellement pas l’impression qu’il y aurait une quelconque « propension à la violence » des Américains (j’ai travaillé avec eux pendant 17 ans, mais j’étais 99% de mon temps en Europe, et les 2 seules fois où je me suis retrouvé aux USA, je n’ai pas vraiment le temps de faire du tourisme et donc je ne connais pas le pays) .
                    A moins qu’ils ne changent de mentalité chaque fois qu’ils sont en Europe, je n’ai pas eu l’impression de me trouver avec des gens foncièrement plus violents que n’importe qui d’autre.

                    Par contre, ce qui amha, peut donner cette impression, c’est qu’aux USA, la violence est visible par tous. Par exemple, les homeless, on en voit à peu près partout sur le territoire, même il y a 25 ans. Ici, la violence est tout aussi présente, mais elle est cachée, enfouie, taboue.
                    Cachez ce sein que je ne saurais voir.
                    L’histoire des USA, basée sur la débrouille et la méfiance vis-à-vis de l’état a fait que les gens ont appris à régler leurs comptes entre eux, sans faire appel à l’état. Bien sûr, ce n’est plus comme ça depuis un siècle, mais leur imaginaire est sans doute moins sensible que le nôtre à la vue de la violence.
                    Simple hypothèse?

                    Quant à l’explication de Yanka (par le protestantisme), il ne me semble pas que ça tienne la route très longtemps. D’abord, de quel protestants parlent-on? Ce culte est extrêmement décentralisé, et est plutôt un agrégat de différentes communautés, très différentes selon le lieu et le milieu social.
                    L’Américain de base, même croyant sincère, n’a que très peu de point commun avec un austère Frison calviniste (qui, au passage, est tellement peu violent que ça peut en devenir agaçant).

                    De plus, il me semble que la désaffection de la population générale vis-à-vis de la religion est semblable à ce que nous connaissons ici. Parler de protestantisme des Californiens, c’est comme parler du catholicisme des Parisiens. Ça existe, mais c’est -hélas- devenu marginal.

                    1. Dr Slump

                      Je n’ai pas dit qu’ils ont une propension à la violence, mais un pb avec…
                      S’ils ont une propension, ce serait plutôt celle de jouer les gros durs, les meilleurs du monde, « the best culture in the world »(sic), etc. Et moi je dis que plus on en étale, moins on en a… C’est pour ça que je dis, un peu pour choquer, qu’en fait de héros, au fond ce sont des mauviettes.

    1. Higgins

      Pas d’écho dans notre presse ou si peu !!! Ne nous faisons cependant pas d’illusion. Si philosophiquement, je suis contre notre législation infantile, l’état général, mauvais, de la société française rend très difficile un assouplissement de celle-ci. La déculturation, combinée à l’infantilisation, de la société suite aux politiques conduites depuis une quarantaine d’années ne m’incite pas à l’optimisme.

    2. Jacques B.

      On a vu circuler aussi il y a un an ou deux une vidéo d’une église aux USA, où un homme sort un pistolet et tue son voisin, et immédiatement un homme qui était présent sort son arme et l’abat.
      Il y a aussi cette exposition organisée par une activiste anti-islam aux USA, il y a quelques années, avec en vedette des caricatures de Mahomet : deux ou trois terroristes ont rappliqué et ont été immédiatement abattus par le service d’ordre.
      En France, vous composez le 17 sur votre téléphone, les flics arrivent 1/2 heure plus tard, se concertent pendant 3/4 d’heure, puis se lancent à la poursuite du type qui a eu entre-temps le loisir de tuer une dizaine de personnes (dont vous).

      1. Aristarkke

        Il y a eu d’abondants commentaires en leur temps que les terroristes du Bataclan ont été neutralisés par un commissaire de police entré avec son arme de service en compagnie de son chauffeur pour affronter les terroristes, en en tuant deux, ce qui a déconcerté le troisième qui ne s’attendait pas à cela, alors même qu’une compagnie de soldats du plan Vigipirate, attendait, benoîtement, l’ordre d’y aller alors même qu’ils entendaient parfaitement les cris, hurlements et tirs venant de l’intérieur

        1. CPB33

          pire : le commissaire voulait emprunter une arme à ces biffins mais refus énergique car pas d’ordre du généralissime mescouilles de la région IDF qui est toujours en poste à ma connaissance d’ailleurs

      2. MadeInCH

        Il y a 1~2~3 jours aux USA.
        Un type à peau foncée sort un AR15 et se met à tirer sur une foule.
        Une femme sort un pistolet et l’abat.
        Le premier tireur est le seul mort dans l’histoire.
        Titre d’un des rare journaux qui en a parlé:  » 1 mort dans une fusillade! ».
        .
        Bon, ben, vu la couleur du premier suspect, et le genre de la personne qui l’a arrêté, ça ne colle au au narratif voulu, donc peu en parlent.

      3. Mitch

        Avant de se lancer à la poursuite du gars, les flics s’assureront que votre réponse a été ‘adapté’ et puis ils vous feront remplir quelques CERFAs.

        Sur la brigade de 8 huit flics qui se sera déplacée, 7 rentreront ensuite au commissariat noircir du papelard et traiter les CERFAs, et le huitième se lancera à la poursuite du gars

        1. Theo31

          Pour Mme Halimi, les flics ont eu ordre de laisser la taré la tuer. Il paraît qu’il faut faire appel à eux en cas d’agression.

            1. Higgins

              Ce sketch est féroce. J’ai un certain nombre de reproche à faire aux FDO mais ils n’ont pas un métier toujours faciles. Ils se retrouvent souvent face à des situations difficiles à imaginer pour des gens normalement câblés comme brûler un enfant de trois ans avec un fer et de l’eau bouillante (réel). Faut encaisser. Au 1er juin, on est en est à 29 suicides dans la Police, 9 dans la Gendarmerie et 2 dans la Police municipale.

              1. Hari Seldon

                Métier pas facile en effet. Mais depuis qu’ils ont gazé et tabassé des manifestants pacifiques sous mes yeux (Bruxelles, Paris), ils ont perdu toute estime de ma part.

                1. Mitch

                  Ils sont à l’image de ce qu’est devenu ce regime: faibles avec les forts, et forts avec les faibles.

                  Les 1.3 Mio de PVs qu’ils ont distribué à la terrasse des cafés, ou pour des masques non portés dans des rues dessertes ou sur des plages, ou parce que le CERFA n’était pas bien rempli ou que la personne était à plus d’1km de son domicile ou bien encore la traque des dangereux joggeurs, … etc etc leur a fait perdre le peu de crédibilité qu’ils avaient encore à mes yeux.

                  C’était les même qui traquaient les Juifs il y 80 ans et on croyait qu’ils ne pourraient plus re-sombrer dans cette folie. Le Covid nous a montré qu’ils étaient le bras armé du régime et non sensé aider la population.

                  Aussitôt le Covid finit (merci Putin), ils sont revenus aux fondamentaux avec leurs radars de merde pour racketter Marcel, Germaine et Jean-Kevin au bord de la route.

                  Je préfère 1000 fois me retrouver face à Moulod at Abdoul en survet Lacoste et que face à ces mecs là. Avec Mouloud, je saurais gérer (et mes restes de ceinture noire de self devrait aider). Avec ces mecs là, les emmerdes commencent.

                  1. Higgins

                    Leur attitude durant la pandémie ne plaide effectivement pas en leur faveur. Ça fait partie des reproches que je leur fais et pour une fois, la Gendarmerie tient le pompon. Chez moi, ils n’ont pas fait de zèle mais dans d’autres endroits, ça n’a pas été le cas.

                2. Yanka

                  Les gens dont le métier est d’obéir possèdent quand même une psychologie particulière. Que je méprise (la psychologie, pas les personnes, puisqu’il faut de tout pour faire un monde tout joli et plain de p’tits lutins joyeux qui gazent d’autres lutins, mais sinistres).

                  1. Higgins

                    Vous seriez surpris, je crois, par la psychologie de beaucoup « d’obéissants ». Les meilleurs sont rarement les hommes d’ordre que l’on croit.

                    1. theo31

                      Il y a beaucoup de pervers et de lesbiennes chez les flics. Quand il s’agit d’humilier des femmes dans la rue, ces dernières sont souvent bien pires que leurs collègues masculins.

                      Les flics doivent rager de ne plus pouvoir faire sentir leur misérable once de pouvoir dans le métro à ceux qui mettaient pas ou mal leur masque.

                      Beaucoup de flics ne méritent aucun respect. Et se plaindre des difficultés de leur métier quand il suffit de démissionner ou désobéir est obscène.

                  2. Dr Slump

                    Obéir ne signifie pas exécuter bêtement et aveuglément des directives. Vous seriez étonné de la marge de liberté qu’on peut avoir dans l’obéissance, et en particulier dans l’armée, d’après certains témoignages que j’en ai eu.

                    « Le non-respect des formes cher aux jeunes générations n’est pas forcément libérateur »…
                    Et j’en dis autant de l’esprit de révolte. Il y a autre chose qui ne vaut guère mieux que l’obéissance aveugle, c’est la désobéissance aveugle.

      4. René-Pierre Alié

        Vécu, au Venezuela. Chose assez courante, un jeune armé monte dans un bus pour rançonner les voyageurs. L’un d’eux le laisse approcher, en tenant son flingue caché, et au bon moment, bing.

    3. CPB33

      il y aurait eu 2 ou 3 personnes comme cela au Bataclan et l’histoire aurait été différente (à noter que les chanteurs des EAGLE OF DEATH METAL sont armés quand ils sont aux USA….)

  13. Citoyen

    Tout a fait d’accord sur ce point, Major.
    Avec l’abrutissement généralisé de ce pays, il n’y a aucun assouplissement qui puisse être seulement imaginé … C’est même le contraire qui est le plus probable avec des demeurés !

    1. Mo.

      Super.
      Peu de chance que ça arrive dans le Donbass. Par contre jouer au ManPad au bord des pistes d’Orly, ça ferait un PT1 de Buzz

  14. Navigateur

    La question (récurrente) du désarmement de la population aux States évoque toujours en moi le roman « Les Carnets de Turner (Titre original: The Turner Diaries) » de Andrew MacDonald. Attention aux potentiels suppôts de la gauche, ça pique et ça gratte…

    Ce n’est qu’un roman qu’on peut qualifier de dystopique, pas un essai philosophique sur la question de l’armement et pas un chef d’oeuvre non plus. Interdit de publication en France pendant des années et visiblement retiré du catalogue Amazon où il était encore trouvable il y a quelques années d’ici, sa simple possession vous vaudra assez probablement d’être fiché comme infréquentable (au mieux).

    Il y a quelques passages jouissifs si je me souviens bien. A lire donc pour le fun tout comme les romans d’Obertone. Ou pour l’inspiration… on ne sait jamais.

    1. Higgins

      On le trouve assez facilement en anglais semble-t-il : http:/ /www.librairiefrancaise.fr/fr/romans-contes-nouvelles/6523-les-carnets-de-turner-andrew-macdonald.html

      1. MCA

        Encore plus facile en français 😉 :

        https:/ /histoireebook.com/index.php?post/2012/03/02/Pierce-William-Luther-Les-carnets-de-Turner

  15. Hagdik

    A chaque fois qu’un coup de feu est tiré, la merdasse gauchiotte déverses ses tombereaux d’excréments sur l’ Amérique et ses affreux cow-boys avinés qui tirent sur tout ce qui bouge.
    Sauf qu’il existe des travaux qui s’interrogent simplement sur « QUI TUE QUI ET AVEC QUOI ? » Et là, ça change tout.
    Alors, qu’en stats mortifères on compte combien d’aigres zigouillent d’autres aigres, combien de trafiquants zigouillent d’autres trafiquants et combien de racailles tombent sous les balles des forces de l’ordre … ça me laisse complètement froid.
    Ah non, pas tout à fait : j’aimerais bien avoir le port d’arme au lieu d’être contraint de la tenir enfermée au coffre, ça pourrait devenir utile assez rapidement.

    1. BJ

      Le jour où ça deviendra indispensable, c’est qu’il n’y aura plus personne pour vous interdire de le faire. En attendant laissez la au coffre en dehors de vos passages au stand.

  16. Higgins

    HS mais ce serait bien si toute la bande de malfaisants qui nous a emmerdé avec cette merde de produit passait au trapèze : https:/ /www.covid-factuel.fr/2022/06/01/documents-%c2%a8pfizer-trop-gros-pour-etre-vrai/

  17. laurent a LA

    Sur certains sites US (GAB, MeWe) d’aucuns affirment que le tueur d’Uvalde avait pour des miiliers de dollars en armes, munitioins et armure, et ils se demandent ou un paume comme ca s’est procure tout ce bel equipement.

  18. Rick Enbacker

    Et c’est reparti :

    https:/ /www.lefigaro.fr/flash-actu/etats-unis-au-moins-3-morts-dans-une-fusillade-dans-l-oklahoma-20220602

    1. Jacques B.

      Je finis par croire que l’objectif des médias franchouilles dont l’hystérie anti-armes ressort à chaque tuerie aux USA, est d’enfoncer bien profond dans la tête des Français – la tête des Américains, ils n’y ont pas accès – que posséder N’IMPORTE QUEL TYPE D’ARME est épouvantable, horrible, criminel, inhumain ; et que simplement penser à se défendre en cas d’agression – ou en cas d’instauration d’une tyrannie – est le mal absolu.
      Bref, en la matière comme dans toutes les autres, notre salut est : « Tout pour l’Etat, rien hors de l’Etat, rien contre l’Etat ». Oups, c’était le leitmotiv d’un certain Mussolini… mais non mais non, ils ne veulent pas instaurer une dictature !

      Incroyable comme les Français se laissent non seulement manipuler, mais carrément humilier de la sorte. « Vous êtes des moins que rien, des demeurés congénitaux, des criminels en puissance voire tout court, alors laissez-nous nous occuper de tout, vous traiter comme un troupeau de bétail juste bon à travailler pour nous, et encore, nous sommes bons… » : ils ne le disent peut-être pas comme ça, mais il est clair qu’ils le pensent de plus en plus fort.

      1. Higgins

        Qu’il existe une volonté pour abrutir les français, c’est indéniable mais il ne faut pas oublier que les médias, en particulier la presse, aiment bien la surenchère imbécile.

      2. durru

        J’ai bien peur qu’il y a malentendu…
        Le message n’est pas « vous êtes des moins que rien, demeurés etc », mais bien « ceux autour de vous sont des moins que rien, demeurés etc », je vous assure que ça passe très bien, la plupart des Français prennent les choses comme ça et ça leur va très bien.
        Ça a marché comme ça pour le racisme, l’homophobie, le sexisme, ou plus récemment pour les masques ou les vaxx, c’est toujours l’autre qui doit être mis au pas, et avec raison.

        Les politiques font de la propagande (pour la plupart), mais les journalopes sont des Français comme les autres et ils y croient dur comme fer au message qu’ils envoient. C’est désolant, je sais… Et c’est imbattable.

  19. Theo31

    Quand un gars tue un pédophile et un tabasseur de femmes démocrates, c’est la faute à un homme. Quand c’est un gars des minorités, c’est la faute aux armes.

  20. Aristarkke

    HS mais il semble que nombre de candidats dans ma circonscription, autrefois celle de Vallsounet -vous mesurez mon infortune- ne croient même pas à leurs chances. Sur douze emplacements sur les panneaux électoraux de ma commune, hier soir à quatre jours du scrutin, seules trois affiches étaient en place… Et avant hier, à Montrouge, seule l’affiche de Merluche trônait en majesté, là aussi sur douze emplacements disponibles
    Quant aux professions de foi, toujours pas distribuées…

    1. Higgins

      Idem chez moi. Je m’attends à une abstention record. Les gens comprendraient-ils enfin que tous ces jean-foutres de politocards se foutent ouvertement de leur gueule ou bien assistons-nous à la phase ultime du coup d’état institué il y a de cela cinq ans et confirmé par la pantalonnade des présidentielles avec ses candidats soigneusement choisis : un gentil, deux méchants, deux outsiders et sept faire-valoir ? Quelque soit le camp qui sortira vainqueur, ça ne changera rien à l’inéluctabilité de la chute de ma maison France.

      1. Mitch

        Cette fois-ci ce sera mon chien Tsunee qui aura mon vote. Tiens ça fait d’ailleurs penser qu’il faut que je me fasse le bulletin.
        J’ai reçu la propagande de l’ordure en place qu a voter gouluement pour le pass Nazi et j’ai faillit vomir. Ca me rend malade rien qu’à l’idée de savoir que cette ordure va repasser.

    2. Nemrod

      Voui moi pareil.
      Désintérêt totale…personne n’en parle.
      Quand je pense à ce qu’était les Legislatives il n’y pas si longtemps.
      On dirait une formalité administrative…une fatalité plutôt, comme un percepteur ou un agent URSSAF…lui ou un autre…
      Plus de gnac, tout est atone, résigné…avec une légère mais tenace odeur de pourriture.
      Voilà on nous en sommes.
      En marche mais vers quoi ?
      La dilution, la fin.

      1. Higgins

        La chute de la maison France est inéluctable et rien ne peut plus l’arrêter désormais. Voter ne sert donc à rien du tout si ce n’est conforter une bande de psychopathes dans ses délires. C’est évidemment dramatique mais si dans d’autres circonstances, tout aussi tragiques, ce pays a su se relever, il n’en a pas moins fallu qu’il mordre la poussière avant. La règle est inchangée.

        1. Aristarkke

          Si l’affichage à mettre en place dépend des candidats, l’envoi des PdF dépend de l’Etat. Rien n’est arrivé ce matin…
          Ce pays fout le camp de tous les côtés…

          1. Pierre 82

            Professions de foi: même le terme est grotesque, et justifierait à lui seul de rester chez soi ce jour-là.
            D’ailleurs si vous ne l’aviez pas rappelé, je je ne m’en serai même pas souvenu.

    3. durru

      Je sais que vous êtes pressés d’en finir, mais le premier tour des élections ne sera que dans dix jours. Dans mon coin, on voit partout des affiches incitant à voter les 12 et 19 juin, on peut pas les rater…

  21. Cerf d

    Dans les séries et les films américains, c’est un lieu commun de voir dans les lycées et collèges un clivage entre d’un côté des élèves populaires et de l’autre des losers. Les premiers étant souvent aussi des harceleurs. O n y note aussi une passivité du corps éducatif vis à vis de ce harcèlement.

    Il semble y avoir une spécificité américaine dans ce phénomène. Ne faudrait-il pas chercher plutôt de ce côté qu’incriminer les armes pour trouver la cause de ces tueries de masses.

    1. Higgins

      Si la société était saine, le problème ne se poserait pas. Comme elle ne l’ai plus ou disons qu’elle nettement moins saine qu’il y a quelques dizaines d’années, il n’y a rien de surprenant à voir ce genre de fais divers arriver et ce que soit aux US ou en France. La réponse française est absolument stupide et vouée à l’échec. Sa législation anti-armes strictement n’empêche rien du tout (ex: le Bataclan) sans parler des multiples faits divers où des gentils malfrats, très inspiré par Scarface et les jeux vidéos, règlent leurs comptes à coup de fusil ou de pistolet quand ce n’est pas à la Kalash. Les journalopes seraient bien inspirés de suivre de plus près les audiences des cours d’assises ou des tribunaux correctionnels. Ils découvriraient un monde dont ils ignorent à peu près tout. Dans ce que la Justice a à traiter, il a fort heureusement assez peu de décès mais c’est uniquement du au fait que de nombreux acteurs ne savent tout simplement pas tirer, possession ne vaut pas maîtrise, quoiqu’une ville comme Marseille soit plutôt un contre-exemple avec un à plusieurs homicides par semaine. Ce n’est hélas pas la seule en France. C’est un peu comme le Plan en URSS, les objectifs ne sont pas atteints car le Plan n’est avant tout pas assez ambitieux. Durcissons donc le Plan. On sait tous comment l’URSS a terminé.

    2. Les tueries américaines dans les écoles sont toutes (ou à au moins 90%) liées à des troubles mentaux : ceux qui les font sont médicamentés et/ou drogués, et il me semble que tous sont issus de familles monoparentales (au moins sur les 20 dernières années). Notez qu’il n’y avait pas de massacres dans les écoles américaines dans les années 60 ou 70. Ce n’est pas culturel, c’est sociétal.

      1. Nemrod

        Famille monoparentale, réseaux sociaux débiles, traitements médicaux mal prescrits et mal suivis, médias mainstream toxiques.
        Quel cocktail !
        Agiter et faites boire au moment charnière…adolescence, jeune adulte…résultats garantis.

        1. Theo31

          Tous les tueurs en série US viennent de familles protestantes et ont commencé par des actes de cruauté sur les animaux.

          1. Nemrod

            Ceci dit , ils ont plus de chances de venir de familles protestantes que bouddhistes…aux Usa.
            Suis pas certain que les auteurs de fusillades soient des tueurs en série.
            Des séries de une alors

            1. Yanka

              Une série n’est pas forcément une suite, sauf au cinéma. Tuer dix personnes à la file, c’est une série. Le tueur en série répond sinon, de fait, à une définition où la récidive et le modus operandi sont avérés. Je crois qu’on distingue en criminologie le crime en série et le crime de masse.

      2. Pierre 82

        Allons, patron, restez raisonnable…
        A vous entendre, la décomposition de la famille et le rôle de Big Pharma seraient à l’origine des tueries. Ce n’est pas sérieux, limite complotiste.

        Alors que tout le monde sait que ce sont les armes qui tuent, à cause le la NRA et de Trump, lui-même stipendié par Poutine, son alter ego.

        Parti comme vous êtes, dans quelques années, vous accuserez les légers problèmes psychiatriques des adolescents qui ont mal supporté leur puberté parce qu’ils ne comprenaient pas trop leur identité sexuelle, avec des éducateurs qui leur ont expliqué qu’ils pouvaient choisir ce qu’ils voulaient, et même en inventer une si nécessaire.

        1. Mitch

          Aujourd’hui dans un immense meeting de ma boite de type ‘messe’, qui regroupait surtout, mais pas que, les nouveaux arrivants le présentateur a demander aux femmes de se lever (c’était à la base pour montrer qu’on est de bon élèves et toussa), puis il s’est repris et a dit : « les femmes et tout ceux qui se sentent femme ». Authentique !

          On a ensuite bien sur eu droit aux traditionnelles questions pour être dans la mouvance du bien sur la ‘sustainability’, sans oublier la guerre en Ukraine et les sanctions.

          Cool qu’à présent ça se passe en vidéo conf (pour moi en tout cas) et que j’ai pu faire autre chose pendant ce temps tout en écoutant ‘with half an ear’ (well, to be perfectly honest, with no ear at all actually 🙂 )

          1. Pierre 82

            Pareil chez nous, sauf que comme beaucoup de consultants sont soit chez les clients, soit en télétravail, ils ne font jamais de grandes messes. Par contre, je reçois au moins 3 fois par semaines des invitations à des « webinaires » sur les sujets les plus improbables, de plus en plus dans le registre woke.
            Je n’ai jamais répondu une seule fois. Motif: pas le temps.
            Jusqu’à présent, ils me foutent la paix, mais je me dis que je ne voudrais pas être trentenaire et devoir supporter ce genre de crétineries toute ma carrière.
            J’improviserai le jour où ils m’obligeront.

    3. Yanka

      Le protestantisme, le manichéisme pur et dur. Pas de nuances chez eux. Si t’es pas Blanc-Blanc, t’es Noir. Je fais exprès de prendre un critère racial. Le Bien, le Mal, ils ont un problème avec ça. Obsédé par le Mal. Constatant qu’ils ne peuvent être purs, ils cèdent au Mal qui les ronge, qui est inhérent à la nature humaine et qui ne doit pas être nié ni combattu, mais dompté, dérivé, sublimé. Et ça, c’est pas dans la doctrine protestante. Ce sont des puristes, des constipés, capables de verser de grosses larmes de crocodiles devant Bambi et le lendemain d’arroser au fusil d’assaut un groupe d’enfants. C’est mental. Je veux bien qu’on me parle de poncifs et de Venezuela, mais il suffit de considérer le cinéma et la littérature américaine et de comparer avec les productions européennes pour comprendre que protestantisme + messianisme = cacatastrophe. Chez des gens équilibrés, pas de souci; Mais avec des psychologies fragilisées (drogues, etc.) et la sottise, ça donne des massacres comme Colombine, Uvalde, etc;

      1. Encore un paquet d’âneries qui montre votre biais de sélection et votre belle méconnaissance du sujet. Avec votre thèse boiteuse, vous n’expliquerez pas les US des années 50, 60 et 70 par exemple.

        1. Yanka

          Je connais la littérature, au moins, et mon biais vaut le vôtre à propos du Venezuela (dont on se demande ce qu’il vous a fait, et dont je n’ai que faire, soit dit en passant). Que nous ne soyons pas du même avis ne vous autorise pas à me regarder comme un âne qui n’aurait que des biais et des trous dans son bonnet. Les vôtres sont pas mal chevelus, sur un tas de sujet, mais comme vous êtes le maître ici, vous avez des aficionados et êtes à l’aise. Je vous aime bien, mais je conserve un regard critique et vos certitudes sont parfois très exaspérantes. Vous faites toujours les bons diagnostics, c’est fou !

          Les US 50, 60 et 70 ? Comme chez nous : prospérité, une certaine joie de vivre inhérente, et donc de l’équilibre psychologique (globalement). C’est l’exception, pas la norme. Il me semble que vous avez perçu vous aussi que nous étions dans un processus de décadence plus ou moins accélérée, et que comme toujours, les États-Unis (dont j’aime les artistes et la littérature, un peu moins le cinéma) ont de l’avance sur nous.

          1. « Vous faites toujours les bons diagnostics, c’est fou ! »
            Eh ouais. Mais je choisis mes sujets (et je n’ai pas parlé du Vénézuéla).

            « prospérité, une certaine joie de vivre inhérente, et donc de l’équilibre psychologique »
            On appréciera le « et donc » qui fait croire à un raisonnement. Bah non, c’est pas ainsi que ça se passe.

            Vous ne comprenez pas le message : vous plaquez des idées toutes faites sans vous être documenté sur ce qui se passe réellement avec ces « school shootings » ce qui donne des âneries (vous écrivez des âneries, vous n’êtes pas un âne, c’est pour ça que je vous le dis car vous êtes capable de comprendre, d’apprendre, d’aller vous documenter). Non, ce n’est pas un problème culturel (du tout). Non ce n’est pas un problème de rapport à la violence (du tout). Et non ce n’est pas un problème d’armes (ce n’est pas votre argument mais c’est pour compléter le tour).

            1. Yanka

              Je ne parle pas de ces tueries spécifiques, mais de la tendance à la dualité radicale dans la culture protestante ET DONC à une tendance aux conflits intérieurs chez les individus, entre un idéal social de pureté et la réalité des pulsions humaines qui attirent vers les zones plus obscures, qu’on appelle le Mal et qui devient obsédant chez certains, plus chez les protestants que chez les catholiques, les orthodoxes et compagnies. Il y a ça chez tous les puristes, les intégristes (c’est une tendance, pas un absolu que j’énonce là), et le protestantisme est un intégrisme par rapport au catholicisme qui est lui-même un intégrisme par rapport à l’orthodoxie, mais si ancien qu’il s’est « coolisé », si je puis dire. Ce sont des choses très observables dans la pratique artistique en général ( = le rapport au péché, à la culpabilité, par exemple). Il y a ça même chez les Suisses. Un bon exemple : « Mars », de Fritz Zorn. Lisez Ramuz (le Giono suisse) et lisez ensuite Giono, le vrai, vous verrez à l’œuvre la différence entre la culture protestante de fond et la culture catholique. Je parle expressément de culture et pas de foi. Je ne crois en rien, mais je suis de culture catholique par éducation, donc je n’ai pas un rapport économique ou moral aux choses, mais sensuel. Le côté festif, anar, je-m’en-foutiste, gourmand du latin (catholique) et même du Méditerranéen, du Nègre, par rapport au sérieux, à la pondération, à la raideur, à la parcimonie affective, amoureuse ou sexuelle des Allemands, des Anglais, des Scandinaves, en résumé : des Anglo-Saxons. Encore une fois, il ne s’agit pas de caractéristiques particulières, mais de tendances, d’un univers culturel et mental, d’un bain. vous trouverez des contre-exemples à la pelle. Une caricature de cet esprit : Kant ; un contre-exemple : Nietzsche. Ça fait des philosophies complètement opposées. Le rapport au monde n’est pas le même.

              1. Jacques B.

                Ce que vous dites sur la propension des protestants à commettre moults actes violents par irrationalité et « constipation » et qui conduirait à ces tueries de masse aux US ne tient pas une seconde. Suffit de regarder le classement des pays par taux d’homicide ici par exemple : https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_taux_d'homicide_volontaire
                où l’on voit que bien des pays historiquement protestants (pays nordiques…) ont un taux d’homicides particulièrement bas. Et pas mal de pays catholiques (d’Amérique du sud par exemple) loin devant…
                D’ailleurs Salvador Ramos, même si les médias ne donnent à ma connaissance pas d’info sur son background religieux, était probablement de culture catholique, comme la grande majorité des Latinos.
                Vous vous faites des sacrés films.

                1. Jacques B.

                  J’ajoute qu’ayant personnellement deux backgrounds (catho et protestant), j’ai déjà entendu des âneries et fantasmes sur les protestants et le protestantisme, mais là, vous crevez le plafond.

                  1. Higgins

                    Ceci dit, le catholicisme restera toujours supérieur au protestantisme, ce dernier étant dans l’incapacité de produire des fromages, bons évidemment, avec une tête de protestant comme emblème !!!

                    1. Higgins

                      Il n’y a qu’à voir sur quel type d’aliment on trouve une image de quaker !!!

              2. Il y a plein de protestants partout en Europe et les massacres dans les écoles allemandes ou danoises y sont peu fréquents pour le dire gentiment.
                Ergo…

      2. Jusnaturaliste

        @ Yanka

        Désolé pour votre analyse, mais c’est le contraire: la base doctrinale du protestantisme, c’était que l’on pouvait dès sa conversion être certain d’aller au paradis, sans devoir passer par les indulgences, les confessions, les bonnes œuvres ou le purgatoire catholique. C’est la doctrine papale qui considère qu’on ne peut être pur, le protestantisme considère que l’on est pur dès la conversion, les bonnes œuvres n’étant qu’un bonus. Cette pureté est même la base des mouvements born again, qui sont très répandus aux USA.

        Vous avez des tarés dans tous les pays, le problème des USA, c’est qu’en décrétant publiquement des zones où les armes sont interdites, cela incite les tarés qui ont des armes à aller se défouler dans ces zones sans risque pour eux, plutôt qu’ailleurs.

  22. Higgins

    Hs mais un texte intéressant sur l’IDL : « « J’ai depuis bien longtemps affirmé la position anarchiste comme la seule acceptable dans le monde moderne, ce qui ne signifie nullement que je croie à la possibilité d’existence et de réalisation d’une société anarchiste. Cela veut dire seulement que le centre du conflit est avec l’État et qu’il faut prendre une position radicale envers le monstre froid ». » (https:/ /institutdeslibertes.org/faut-il-en-finir-avec-la-technique/)

    1. Pierre 82

      Vaste débat sur la technique.
      J’ai relu l’an dernier l’essai de Bernanos « La France contre les robots », écrit comme une prophétie un ou deux ans avant sa mort.

      1. Higgins

        Saint Exupéry a eu également des réflexions très intéressantes sur ce sujet et pourtant, c’est bien la technique qui en a fait un aviateur.

        1. Yanka

          Il y a la technique et la religion de la technique. Une bêche, c’est de la technique. C’est un outil. Qui ne fascine personne. Ce qui fascine, c’est le moteur, qui participe de l’hybris chez les humains.

          Céline aussi a eu des réflexions de visionnaire : « Depuis que chaque homme, moteur au cul, va où il veut (…), sans jambe, sans tête, il n’est plus qu’une baudruche, un vent… Il ne disparaîtra même pas… c’est fait. » (Rigodon)

          1. Nemrod

            Ah Céline…
            Un pur génie.
            Je l’adore et j’adore horrifier les bien pensant en disant que je l’adore.
            Des fois j’en rajoute une couche avec Rebatet.

    2. Plootarque

      La question posée en titre, elle est vite répondue : l’auteur a écrit son texte sur un ordinateur (miracle de la technique moderne), et la technique du réseau IP permet sa diffusion au plus grand nombre.
      La culture étalée par l’auteur ne rend pas sa thèse défendable…

      1. Pierre 82

        Il ne faut pas confondre une vision critique de la technique, et un refus total de celle-ci.
        Il ne fait que rappeler que « science sans conscience n’est que ruine de l’âme », comme disait déjà Rabelais.
        Quand les aspect techniques sont considérés comme supérieurs à toute transcendance, car pré-supposées « objectives » contrairement à des principes moraux, alors la société finit par se déliter.
        L’épisode covid a bien montré ce que la technique est capable de faire quand elle est divinisée. L’autre Mammon.

      2. Higgins

        « À prendre une idée de l’homme comme mesure de toute chose, on a fait de l’homme une idée seulement intérieure, c’est-à-dire disponible à tous les caprices. » Une technique mal maîtrisée y contribue.
        (https:/ /institutdeslibertes.org/sommes-nous-seuls-face-a-nous-memes/)

  23. FaLLaWa

    Il y a quand même un gros problème aux US dans bcp d’États où l’on peut aller acheter un AR-15 au magasin (arme de guerre, je vous invite à regarder sur google image) et aller flinguer des gens avec l’aprem (comme ce type à Tulsa, Oklahoma mercredi matin).
    La facilité d’accès à des armes de ce genre a qqch de bizarre, non?

    1. Jacques B.

      Et la facilité d’accès aux couteaux et autres armes blanches avec lesquelles on peut tuer dans l’heure qui suit plusieurs personnes, ou d’acheter un véhicule avec lequel on peut faire un carnage, par exemple un jour de marché ou de fête nationale, n’est-elle pas bizarre ?

    2. Minou

      Oui un ar15 ça s’achète dans n’importe quel armurerie aux US pour la simple et bonne raison que c’est une arme extrêmement répandu chez eux, personnalisable à souhait, utilisé autant en défense du domicile que chez les chasseurs, rigolez pas c’est vrai. A noter qu’aux US comme en France quand vous achetez une arme elle fait l’objet d’une déclaration, en préfecture pour la France, auprès du FBI pour les états unis si j’ai bonne mémoire.

      Les préliminaires passée regardons maintenant du côté Français.

      Avec une simple licence de chasse vous pouvez achetez de 9h jusqu’à 19h du mardi au samedi dans votre armurerie préférer par exemple une carabine à pompe Troy P.A.R en calibre 222 Remington (223 Remington pour l’ar15) ou en 308 Winchester équipée d’un chargeur 10 coups (chargeur supplémentaire vendu au détail) + une boite de 100 cartouches. Après 5 minutes de formalité administrative (remplissage d’un cerfa proprement signé, tamponné) et vous être allégé d’un smic et demi vous voici en règle pratiquement aussi bien équipé que l’autre mongolien qui à tiré dans l’école.

      Si vous êtes moins à cheval sur la réglementation Française vous pouvez aller voir Jean-Euclide* dans la cité voisine qui sera ravie contre moins d’un smic de vous fournir une kalash (« ziva gros tu la prend ») avec promo du jour 100 munitions offertes.

      *Nom d’empreint visant à ne pas heurter la sensibilité du lecteur.

      Question: comment expliquez-vous que les suisses pourtant équipé eux aussi d’arme militaire suite à leurs passage dans l’armée ne connaisse pas de problème de tuerie de masse, qui aux US rappelons le représente annuellement moins de 1% des tués par arme à feu ?

    3. bob razovski

      « (arme de guerre, je vous invite à regarder sur google image) »
      La meilleure de la semaine…
      FaLLaWa, évitez donc de relayer les âneries du politburo. A titre indicatif, pourriez-vous me définir ce qu’est une « arme de guerre » ?

      1. MCA

        Une arme qui équipe les soldats et qui est destinée à tuer les hommes par opposition aux armes de chasse qui sont destinées à tuer les animaux.

        Les armes de guerre sont bien souvent automatiques pour pouvoir neutraliser rapidement un groupe.

        Cela dit, bien évidemment une arme de guerre peut tuer un animal et une arme de chasse un homme.

        1. bob razovski

          C’est donc ce qu’on appelle une arme de dotation, et il n’est pas possible pour un civil américain d’acheter un AR15 de dotation. Les AR15 vendus dans le commerce civil sont différents (platine semi auto unique).

Laisser un commentaire