Les aventures de Pouic

Vous ne connaissez pas Pouic ? Je vous le présente : c’est mon porte-monnaie. Depuis qu’il vit en France, son cuir modeste s’est nettement tanné des aventures rugueuses auxquelles il a pris part. Petit à petit, tel un aventurier aguerri, Pouic a constitué une véritable encyclopédie de son carnet de voyage.Il y a de cela bien longtemps, Pouic était un banal porte-monnaie comme on en trouve tant. Mais petit à petit, alors que son pays, en sombrant progressivement dans la social-démocrassie, a rejoint la Fédération Obtuse des Pays de l’Absurdistan (FOPA), Pouic a été confronté à tant et tant de ponctions diverses qu’il a dû, pour survivre, comprendre le système. Et encore n’y parvient-il pas tous les jours.

En se constituant un petit guide explicatif mental, il a rapidement établi une description détaillée de la faune et la flore étonnante d’Absurdistan.

Pouic est un animal de petite taille. Jamais bien gros, son corps est réglé sur une période mensuelle. Il se remplit en début de mois et se vide progressivement ; il mange goulûment de gros billets en début de période, et produit parfois des petites pièces de monnaie, qu’on appelle Intérêts, au bout d’une douzaine de périodes en général.

Dans l’écosystème de Pouic, en mangeant les gros billets, il permet à toute une quantité d’autres petits animaux comme lui de se remplir. Normalement, Pouic peut choisir comment il va faire grossir ses autres congénères ; ainsi, il peut choisir de faire grossir le porte-monnaie du boulanger ou du vendeur de voitures. Ou il peut choisir de faire des réserves, parce qu’un jour, il aura besoin de faire grossir d’un coup le porte-monnaie d’un entrepreneur dans la construction immobilière…

Mais en Absurdistan, cependant, il y a un terrible prédateur : Bersi. C’est l’énorme animal familier, le gigantesque porte-monnaie de Leviétathan, un être terrible et maléfique, aux doigts crochus et aux bras très, très, très longs et très, très, très nombreux. Bersi est un porte-monnaie qui a mal tourné. Pas parce que son maître était mauvais (il l’est, mais c’est sans lien). Non, il a mal tourné parce qu’il est génétiquement conçu pour mal tourner.

Il a un premier problème génétique qui le fait tomber très rapidement dans la boulimie. Bersi a toujours faim. Il mange toujours. De tout. Tout le temps. Et il enfle, enfle, enfle si fort qu’il est devenu énorme, babylonesque. Son appétit insatiable le fait manger à tous les rateliers. La plupart des porte-monnaies voudraient bien éviter de lui donner à manger. En effet, même ceux qui veulent les pitoyables services du Léviétathan se rendent bien compte que ça ne vaut pas toutes les croquettes que Bersi s’enfile en douce. Et pour les services rendus, Bersi, bien que s’étant déjà rempli, en redemande toujours.

Mais il a un autre défaut.

Son second problème génétique est un cancer carabiné de l’anus. Son pauvre sphincter est complètement déformé, et – pardonnez moi ces trivialités – il chie n’importe comment, n’importe quoi, n’importe où et n’importe quand.

En Absurdistan, il y a des porte-monnaies spécialement entraînés qui connaissent bien Bersi, et savent précisemment où et quand sa prochaine miction ou son délestage intestinal aura lieu. Ils peuvent alors se précipiter et choper à la volée les défécations qui les feront alors grossir sans plus guère bouger par la suite. Car Bersi a ceci d’étonnant que si personne ne sait où les nouvelles déjections auront lieu, une fois que l’une d’elle est tombée en revanche, une certaine quantité, tous les ans, retombera presque automatiquement à cet endroit initial.

Dès lors, un sous-écosystème, dit du Léviétathan, s’est mis en place sur l’écosystème normal : il y a des prédateurs de crottes de Bersi, des prédateurs de prédateurs, des Lobbytes Bousiers, qui, à la façon des insectes bousiers poussant des excréments pour faire leur nid, aident Bersi à pousser ses crottes dans la bonne direction, des Charognards Ponctionneurs, chargés de récolter les bons gros billets joufflus pour l’appétit vorace de Bersi, et qui, en échange, ont eux aussi droit à leur petite ou grosse crotte, etc…

Pouic a beaucoup vécu dans ce système, et il a même parfois usé de celui-ci. Pouic s’est vite rendu compte que Bersi était arrivé à son état grâce à une technique dite de Corruption Réciproque : il se corrompt en mastiquant les billets, mais accepte d’en refiler une partie sous des conditions très compliquées qui amènent, lentement mais sûrement, le pauvre animal à devenir un agent presque à part entière de Bersi lui-même. De même que ce sont les prisonniers entre eux qui se forment les noeuds les plus serrés aux poignets, Bersi a su mettre en place un système où chaque petit animal est, volans nolans, voué à la défense et la nutrition du Béhémoth.

Mais Pouic en a assez. Pouic est las de toujours trouver moins de petits billets dodus en début de mois, et las d’en voir encore moins en fin de mois. Il est fatigué d’avoir en plus à se restreindre pour tenir compte des futures lubies imprévisibles de Bersi…

Alors Pouic, à force de petits couinements plaintifs, m’a fait comprendre que nous serions mieux ailleurs, loin du Léviétathan et de son mastard boulimique. Dans quelques mois, j’irai voir ailleurs s’il a raison.

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires3

  1. SIlent Bob

    OUAIIIIIIIIIII il faut se casser!!!
    Moi après un épisode magnifique avec les Assedix je suis parti! c’est n’imp.
    Mais je me plait à dire souvent que dans notre Europe, il y en a pour tous les goûts. Dans les pays de l’Est il y a un tas d’idées encore à exploiter, et des idées qui existent ailleurs mais pas dans ces pays.
    Mais bon, ce qui va enterrer à mon avis la France c’est la compétition fiscale, la Bulgarie ou je vis (la plupart du temps) va baisser l’impots sur les sociétés à peut-être 12%!! Bien sur ils n’ont pas nos infrastructures mais ca viendra, le business se développe a vitesse grand V et ils sont doués pour ça.

    Je voudrais souligner la complexité de notre administration, et ce qui est drole c’est que l’on est paranos. Quand je suis parti j’avais demandé, mais si je mets un peu a gauche la bas, ca craint? et on m’a répondu, ah non non , ils verifient que très peu, et d’ailleurs personne ne rale comme en France pour payer les impôts, ils ne sont pas énormes comparés à nous.

    Il est possible aujourd’hui de voyager, de s’installer facilement dans tellement de pays, il faut partir dans un pays qui VOUS ressemble, la nationalité elle sert que pour la COPA DEL MUNDOOOO (lol trop tentant la) et pour supporter l’equipe de france dans le sport qu’on aime. Mais le plus important dans une vie c’est le bonheur, et quand on le trouve pas dans son pays, pourquoi ne pas partir? Après tout, nous sommes citoyens du monde.

    De plus j’ai tellement l’impression que la plupart de nos CONcitoyens ne comprennent pas, et ne veulent pas comprendre pourquoi partir peut être la solution. Il ne faut pas avoir, et même être fier, fier de quitter un pays dans lequel beaucoup ont tout et sont capables de repartir de 0 bien souvent. Je pense qu’on en resort plus fort, plus costaud dans sa tête, parce qu’on part et l’environnement est souvent moins pépère si je puis dire.

    J’ai choisi perso de partir en suivant mes convictions, le tout privé! secu privée, fond qui gère ma retraite (je pourrais le faire, mais pas le temps) privé, j’assume tout, si je me plante je n’aurais donné a rien et j’assumerai mes erreurs, voila le libéral que je suis, bien sur j’ai des assurances, mais privées, rien à l’Etat!

    Je te souhaite de trouver le pays qui te correspont, un pays dans lequel tu seras heureux, car c’est cela le plus important, on doit arriver au bonheur, et en France si peu de gens y parviennent…

  2. photon

    Ah l’Absurdistan!!! Je connaissais Utopia, le pays des Ubus et des ubureaucrates mais pas l’Absurdistan, son ecosysteme semble remarquable avec des especes endemiques etonnantes. J’avais toutefois entendu dire que l’on y pratiquait des alchimies secretes et seulement connues des inities, qui eux seuls, savent user de la pierre philosophale inverse, celle qui transforme l’or de pouic en plomb, plomb que pouic digere mal il parait. Il me vient un doute a l’esprit, Utopia serait le nom ancien d’Absurdistan, les Ubus les peres des inities actuels: fuyez vite vous etes cernes…

Les commentaires sont fermés.