Les savants imbéciles

Dans la bouche de Lénine, l’expression d’«idiot utile» renvoyait aux intellectuels de gauche occidentaux dont la défense enthousiaste d’un régime qu’on pourra pudiquement qualifier d’ultracollectiviste, pour ne pas dire sanguinaire, rendait bien service à la cause de la révolution d’Octobre. De nos jours, l’idiot utile se trouve partout. Dans ce blog, il a tour à tour le nom de fluffy, d’altermondialeux, etc… Cependant, une catégorie à part émerge : le Savant Imbécile.

Pour cette catégorie, on tape dans le classieux ; le savant imbécile n’est pas une catégorie ouverte au vulgus pecum, et se concentre sur un type d’élite. Voyons rapidement les caractéristiques du savant imbécile :
– pas tout jeune
– diplômé
– médiatique
– à côté de la plaque

Avant tout, j’insisterai sur « à côté de la plaque » : il ne s’agit pas ici de parler des savants qui répondent aux autres critères et restent dans leur discipline et ne mélangent pas leurs opinions diverses sur « le monde, la vie et les lubies du toutou », avec leurs avis éclairés (voire étayés) sur le domaine dans lequel ils ont fait profession. Non, la catégorie concerne juste ceux qui auront eu à coeur de faire profiter le monde de leur avis sur tout et n’importe quoi exactement en dehors de leur domaine de prédilection. Le « savant imbécile » se doit donc d’être à côté de la plaque.

Pour « pas tout jeune », il nous faut quelqu’un d’un certain âge, voire d’un âge certain : le but est d’écarter tout risque d’un manque d’expérience. On peut très bien être âgé et sans expérience sur un sujet donné, cela n’a pas d’importance : ici, il s’agit de faire illusion ou de ne pas prêter le flanc à cette critique facile du « Tu es trop jeune pour savoir de quoi tu parles ». Quelques rides, des cheveux gris, au besoin, une barbe pour les hommes, et (le cas échéant) des lunettes style 70s permettront de parfaire le côté Savant de cette catégorie.

Pour « diplômé », il faudra disposer d’un ou plusieurs titres ronflants, éventuellement en anglais, d’une provenance internationalement reconnue ; « Jongleur Officiel de l’Equipe Minime de Palavas Les Flots » ne qualifie donc pas ; un PhD d’Harvard fera mieux l’affaire… Si, par dessus le marché, on peut choper un prix reconnu mondialement, on décroche la timballe, et on peut se classer dans le Savant Imbécile De Prestige.

Enfin, il faudra être « médiatique ». Le Savant Imbécile, fût-il De Prestige, s’il reste dans son coin bien sagement et dégoise des conneries abyssales au coin du feu devant sa marmotte de combat ou son lévrier tétraplégique ne nous intéresse pas : ses conneries restant confidentielles, il ne se place pas dans la catégorie.

Si je vous entretiens du Savant Imbécile, c’est que l’actualité nous amène régulièrement de tels olibrius sur un plateau de laiton (l’argent, c’est pour ceux De Prestige). Dans des épisodes précédents de « Ma Vie Dans Un Pays Qui Part En Quenouille », j’avais probablement évoqué les inénarrables saillies d’Albert Jacquard proférées dans le cadre d’un ouvrage pondu alors que le pauvre bougre perd manifestement un peu la tête. Compte tenu des critères précédents, notre Albert se classe calmement mais sûrement dans les Savants Imbéciles Standard.

Pour rappel, un petit extrait des jacquardises (croustillantes et légères, ça se mange sans faim ces petites choses) :

Pour un économiste « libéral », l’idée d’organiser l’économie d’un pays sur la base d’un collectivisme généralisé est une absurdité (…) ce n’est pas là, pour lui, un choix politique, mais l’aboutissement d’un raisonnement scientifique. Pour vérifier la validité de ce raisonnement, la meilleure méthode est de faire une expérience. Certes elle a été tentée à partir de 1917 en Russie avec les résultats que l’on sait. Mais les conditions de l’expérience ont été telles que des conclusions rigoureuses ne peuvent guère en être tirées (…) Par la suite le dérapage vers la dictature a totalement dénaturé la tentative.

Voilà : on prend un scientifique connu, on le plonge dans un bain de trichloro-médiatisium en présence d’un catalyseur sans rapport avec la discipline de l’individu, l’économie par exemple, ou la politique, ça le fait aussi, et on obtient un précipité colloïdal grumeleux pas bien joli joli à regarder et généralement très rigolo, mais, sur le plan scientifique, c’est du n’importe quoi en barre gluante.

De la même façon, un comique comme Hubert Reeves répond parfaitement aux critères énoncés : les positions qu’il peut prendre en écologie, en s’appuyant sur sa renommée d’astrophysicien, ne valent pas beaucoup plus que les positions de n’importe qui d’autre, surtout lorsque ces positions ne s’asseoient pas sur la méthode scientifique que le savant en question est sensé utiliser tous les jours pour gagner sa croûte…

Ces derniers jours, nous avons eu l’occasion d’assister au dérapage incontrôlé d’un savant de renommé internationale et passage en Savant Imbécile à vitesse lumière, avec le cas de l’américain Joseph Stiglitz, pourtant prix Nobel d’économie, à la faveur d’une interview suite à son ouvrage « Le Fanatisme Du Marché », dans Libération. De prime abord, on pourrait croire que notre individu s’exprime doctement sur un sujet qu’il maîtrise. Mais las, notre petit Joseph s’emmêle les pinceaux : foin d’économie, il nous fait rapidement de la politique lourdement mâtinée de ses propres opinions en la matière. Pour un économiste non juriste, s’exprimer sur la propriété intellectuelle revient à danser la samba sur une planche savonnée. A sa décharge, l’article de Libé est tellement teinté d’une charge antilibérale primaire qu’on peut se demander si le froid pisse-copie qui l’a pondu n’en a pas profité pour – oh, le fourbe – mettre en avant son propre crédo avant les opinions réelles de celui qu’il interviewait.

Le doute se lève cependant lorsqu’on retrouve son nom accolé à … celui de Bernard Thibault, le dinosaure syndicaliste coiffé par Mireille Mathieu et aux curseurs définitivement coincés sur les années 60. Quelle crédibilité peut-on avoir en tant qu’économiste lorsqu’on s’associe avec les mouvements syndicalistes actuels en France, notamment dans le cadre de la fusion GDF – Suez ? Collectivistes complètement perdus, les syndicats français ne peuvent plus prétendre à aucune crédibilité, ni politique, ni économique ; et l’onction, fût-elle d’un « prix Nobel » ne changera rien. Par contagion, cela amoindrira la réputation de l’économiste sans rien ajouter à la piteuse crédibilité de la CGT ou de FO… C’est tellement vrai que les mouvements de mobilisation contre cette privatisation ont fait pschit : dans leur majorité, les Français, jamais aussi peu représentés par leurs syndicats qu’actuellement, se foutent comme d’une guigne de ce qui va bien pouvoir advenir à GDF, tant que l’entité fournit le gaz au consommateur.

En fait, le pauvre Stiglitz n’est probablement même pas au courant qu’il fut ainsi embrigadé par ces loulous… Il innove ainsi en se retrouvant dans les Savants Imbéciles à Son Corps Défendant…

Rappelons-le à tous nos petits amis syndicalistes, journaleux et autres altermondialistes créatifs : si vos arguments se valent, ils n’ont pas besoin d’un prix Nobel. S’ils ont besoin d’un prix Nobel et que même avec, vos arguments sentent toujours le socialisme amer et aboutissent toujours aux mêmes solutions collectivistes, c’est que vos arguments ne valent rien. Et l’argument d’autorité n’a jamais donné le point à celui qui l’utilise, surtout quand c’est de travers…

J'accepte les BCH !

1BuyJKZLeEG5YkpbGn4QhtNTxhUqtpEGKf

Vous aussi, foutez les banquiers centraux dehors, terrorisez l’État et les banques en utilisant les cryptomonnaies, en les promouvant et pourquoi pas, en faisant un don avec !
BCH : qqefdljudc7c02jhs87f29yymerxpu0zfupuufgvz6
 

Commentaires11

  1. Jesrad

    Vous avez oublié Maurice Allais, Prix Nobel d’économie, qui veut renforcer le protectionnisme et imposer à l’Europe des quotas d’importation intra-européens sur tout et n’importe quoi. D’ici peu ces braves Savants Idiots signeront la pétition de Bastiat des fabricants de bougies, en toute bonne foi.

  2. PingouinProteine

    waow, il nous faudrait l’avis d’un vieux sage pour savoir si la france se barre reellement en citrouille ou si journaleux et star politisees on toujours obtenu des resultats aussi pathetiques…

    fais coooooo-meuuu l’oiseauuuu….

    Pp

  3. Nyarlathotep

    J’aime bien la conclusion. Dans la catégorie des "A l’insu de son plein gré" il faudrait mettre Tobin, récupéré par les alter-comprenants alors qu’il a toujours refusé de s’associer avec eux (après tout, il souhaitait sincèrement le développement de l’Afrique, alors que la question se pose avec les autres…), faisant preuve en l’espèce d’une lucidité mal récompensée par la postérité…

    Quant au flop syndical à GDF, il faut préciser que beaucoup de syndicalistes ont été alléchés par la distribution d’actions… mais à part ça il sont contre l’argent-roi et la spéculation, hein.

    Si la CGT et son relai socialiste au parlement s’opposent farouchement à la privatisation, alors que la CFDT par exemple, non, c’est que GDF est une autre vache-à-lait de nos vertueux amis marxistes, et qu’une fusion entre deux groupes privés (ce qui ne serait pas le cas si GDF fusionnait avec EDF…) s’accompagne toujours d’un audit des comptes et d’un contrôle du personnel… C’est comme ça que lors de la privatisation/rachat de la SNCM on a pu découvrir dans le détail toute les malversations, détournements et abus pur et simple, d’un montant abyssal, commis à l’initiative ou avec la protection de la CGT.

  4. Nyarlathotep

    Cela dit, ils ont tort de s’inquiéter: quelque soit l’ampleur du scandale, ce dernier sombrera dans l’indifférence générale, comme les précédents…

  5. SilenT BoB

    Jesrad, enorme!

    Est-ce que quelqu’un a deja tente de faire signer la petition de Bastiat ?

    Je suis sûr qu’il y a un max de cons pour la signer en France. Je rentre le 20 septembre en France, je pense avoir le temps de tenter l’experience, je suis sur que c’est a pleurer de rire.

  6. Laurent

    "Hubert Reeves (…) surtout lorsque ces positions ne s’asseoient pas sur la méthode scientifique que le savant en question est sensé utiliser tous les jours pour gagner sa croûte…"

    Rectification orthographique : …est "censé" utiliser (ses idées sur l’écologie n’étant pas sensées).

    Personnellement, j’aurais bien mis Jacques Attali dans le trio de tête. Question de goût…

  7. dracula

    ah bon ? la politique actuelle est donc geniale. a propos que penser de ben bernanke, docteur folamour de la finance ? non finalement ce n’est pas lui le docteur folamour, ce sont ceux, qui il y a bien des années ont conduit le monde sur la voie sans issue ou nous allons. mais ils s’en tapent. il y a bien longtemps qu’ils sont morts.
    les leaders autoproclamés mediatiques etc, etc, ils existent, j’en nommerai deux raymond barre et bernard kouchner. les eternels battus.
    à propos, raymond barre, le genial neo liberal, n’est ce pas un fonctionnaire ? c’est bizarre cette propension des gens hyper protégés à faire l’apologie de la flexibilté et du marché. au 19° siecle, ce role etait tenu en allemagne par les generaux (flexible et competents comme on le sait).
    pour ce qui est du foirage et de la course à la decomposition, le monde capitaliste et neo liberal, n’a absolument rien à envier au monde sovietique. malgré l’affaire enron, le tripatouillage et les faux restent la regle et l’honneteté l’exception.

  8. @dracula : que diable vient faire Barre dans cette histoire ? Ici, je parle de Fraônce 2006, pas Rrrrépublique Frrrançaise 1973; et Kouchner, il est bien rigolo, mais ça reste un interventionniste béni oui-oui légèrement plus lucide que la moyenne (très basse) du PS. Point de néolibéral à mocassin et stocks-options en vue.

    Votre analyse du monde ‘capitaliste et neo-libéral’ est … comment dire… inattendue. Mais dites moi, si le monde est dans une voie sans issue, qu’il soit néo-truc ou ultra-machin n’a finalement aucune importance, non ?

  9. dracula

    raymond barre etait un moule, ils lui ressemblent tous.
    il faut rappeler certaines choses (vieilles je le concede), si l’economie dirigée s’est developpé c’est bien suite au foirage de l’economie liberale ? et pas d’hier, les chemins de fer, clemenceau en 1906 en commençait le "rachat", les capitalistes n’en voulaient plus (mais ils voulaient bien que l’etat prenne le bebe) quand à edf, il faut se rappeler aussi le beau bordel existant en 1945 dans le secteur electrique (1000 compagnies en france, trois en moyenne dans chaque ville).
    alors, tout n’est pas si simple, et la bureaucratie regnant à general motors vaut bien celle de n’importe quel etat ou société privé. et quand la gm sera vraiment dans la M…, vu sa taille, c’est bien la collectivité qui sera appelée.
    alors, les "anti-etatistes" me font rire, l’etat, ils l’appellent bien quand ça les arrangent.
    le prototype en est seilliere : il a jamais rien entrepris, donne des leçons, en bon haut fonctionnaire et donne le bebe à l’etat quand ça foire.

  10. Plaie de la recherche francaise

    Que voulez-vous, les structures dites de recherche (petit r) sont des système bureaucratiques, aux mains de gauchisants, de trotskards divers et variés, des planques à idéologues alter ou anti. Et ce sont eux qui tiennent les mécanismes qui font les carrières et les revenus et les budgets… Donc pour avoir un budget vous devenez savant politisé! Ainsi se dupliquent les idées de la gauche de la gauche.

    Comme j’ai entendu un jour par un ancien administrateur du CNRS, ceux qui trouvent partent aux Etats-Unis, les autres restent au CNRS. (il était tout juste retraité, libéré de sa réserve liée à son poste) Combien d’emplois fictifs là-dedans? De double appartenances fictives (enseignant et chercheur – chargé de cours certes mais chercheur?), mais en étant payé cela va de soi? C’est ici et ainsi que l’on recrute ces idiots utiles!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.